Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’apologétique chrétienne

 | 
Didier Boisson
, 
Élisabeth Pinto-Mathieu

Deuxième partie. Moyen Âge. L’apologie entre épanouissement et premières polémiques

Apologie et croisade, le cas de la IVe croisade

Gérard Jacquin

Texte intégral

1La quatrième croisade, dans les toutes premières années du XIIIe siècle, connut une aventure assez singulière. Partie de Venise pour se rendre en Syrie directement, ou plus probablement en Égypte et, de là, tenter de reconquérir Jérusalem, elle contribua d’abord à la prise de Zara, sur la côte dalmate, pour le compte des Vénitiens, puis se dévia sur Constantinople pour y rétablir, en échange d’une aide, l’empereur Isaac II et son fils Alexis le Jeune, victimes d’un usurpateur. La cité fut conquise le 17 juillet 1203 et remise à son légitime souverain ; mais Alexis le Jeune, à peine couronné, fut assassiné par un nouvel usurpateur. Les croisés s’emparèrent alors une seconde fois de Constantinople le 12 avril 1204 et élurent, puis installèrent un empereur latin, Baudouin de Flandre, en mai. La plupart d’entre eux ne se rendirent jamais en Terre sainte.

  • 1 L’Histoire de l’empereur Henri de Constantinople, du clerc Henri de Valenciennes, Longnon J. (éd.) (...)
  • 2 Seule une partie de ces deux chroniques en latin est consacrée à la quatrième croisade.
  • 3 Alphandéry P. et Dupront A., La chrétienté et l’idée de croisade, Paris, Albin Michel, 1959, t. 2, (...)
  • 4 L’Historia de Günter de Pairis, citée juste avant, fait partie de cette catégorie de documents, ma (...)
  • 5 Pour le texte de La Conquête de Constantinople de Geoffroy de Villehardouin, nous nous référons à (...)

2Cette croisade a suscité de nombreux récits dont plusieurs laissent deviner ou relatent explicitement des conflits qui se firent jour à chaque fois que son orientation se trouva mise en cause. Pour la première fois, deux laïcs, Geoffroy de Villehardouin et Robert de Clari, eurent recours à la prose française pour rendre compte de cette aventure à laquelle ils avaient participé, tandis que les autres textes, rédigés en latin, sont l’œuvre de clercs1 : ce sont notamment les chroniques du prémontré Robert d’Auxerre et du cistercien Raoul de Coggeshale2, l’Historia de Günter de Pairis, la Devastatio Constantinopolitana, sorte de « journal de route d’un témoin oculaire3 », des lettres de hauts barons croisés, des documents consacrés au transfert de reliques en Occident, comme les textes anonymes de Soissons et d’Halberstadt4. De cet important corpus nous ne retiendrons, pour cette étude, que la chronique de Geoffroy de Villehardouin5 et l’Historia de Günter de Pairis, dont le caractère apologétique est particulièrement marqué.

L’Apologie de la croisade en tant que telle

3À l’origine, l’intention des croisés n’était pas de s’emparer de Constantinople, mais de reprendre aux musulmans Jérusalem et les Lieux saints. C’est bien ce que déclarent Villehardouin et ses compagnons lorsqu’ils s’adressent au doge de Venise et à son conseil privé, puis à l’assemblée des Vénitiens, pour négocier l’affrètement d’une flotte :

  • 6 Le ms. B (éd. cit.) dit : « mort », mais il est le seul, les autres disent : « honte » (« pour ven (...)

« Sire, nous somes a toi venuz de par les barons de France qui ont pris le signe de la croiz pour la [honte]6 Jhesucrist venchier et pour Jherusalem reconquerre, se Diex le veult soufrir. Et […] vous prient por Dieu que vous aiez pitié de la terre d’outremer et de la honte Jhesucrist » (§ 18).

  • 7 Posteif : puissants ; leur compaignier a : les accompagner pour.

« Seigneurs, li baron de France li plus haut et li plus posteif nous ont envoié a vous, si vous crient merci que il vous em praigne pitié de Jherusalem qui est en servage des Turs que vous pour Dieu vueilliez leur compaignier a la honte Jhesucrist venchier7 » (§ 27).

  • 8 L’abbaye cistercienne de Pairis était située dans le Val d’Orbey, près de Colmar (Haut-Rhin). Né v (...)

4C’est aussi dans cette perspective que se situe le grand discours que Günter, dans son Historia Constantinopolitana, prête à Martin, l’abbé de Pairis, lorsque celui-ci eut obtenu du pape l’autorisation de prêcher la croisade8. Ce discours de prédication comporte deux grandes parties : la première insiste sur l’outrage que représente, pour le Christ, la présence des infidèles sur sa terre ; la seconde, conséquence logique de la première, consiste en un appel à la croisade. Ce qui justifie, en effet, la croisade, c’est le scandale qu’il commence par dénoncer :

« Expulsus est Christus de loco sancto suo, de sede sua ; deiectus est de illa civitate quam ipse sibi proprio sanguine dedicavit. » (III, p. 62 ; trad. : « Le Christ a été chassé de sa terre sainte, de chez lui ; il a été rejeté de cette cité qu’il a lui-même consacrée de son propre sang. »)

5L’apologie, comme justification, se fonde sur une argumentation ; mais elle peut aussi faire appel à l’émotion. Comme Villehardouin qui accompagne la demande des messagers de supplications (« aiez pitié de la terre d’outremer et de la honte Jhesucrist », « si vous crient merci que il vous em praigne pitié de Jherusalem »), Günter prête à Martin la volonté de toucher son auditoire. Il énumère ainsi, en deux phrases introduites par des exclamations pathétiques (« Proh dolor ! », « O miseria ! o gemitus ! o extrema calamitas ! »), les principaux événements de la vie du Christ, d’une part, et ses miracles, d’autre part, qui firent de la Palestine une terre sacrée. A chacune de ces deux séries énumératives répond, dans la proposition finale dont la brièveté crée un brutal effet de chute, le constat de la réalité présente : « […] ibi nunc prophanæ gentis dominatur barbaries », « […] terra, inquam, illa in manu impiorum data est » (p. 62-63 ; « là maintenant règne la barbarie d’une nation infidèle », « cette terre, dis-je, a été livrée aux mains des impies »). L’émotion est encore recherchée dans l’insistance sur la situation de la Terre sainte : églises détruites, Lieux saints profanés, chrétiens tués ou faits prisonniers, ou lorsqu’il conclut cette vision par : « Hec est illa Christi necessitas, que ipsum vobis hodie per os meum supplicare compellit » (p. 63 ; « Telle est la détresse du Christ, qui le contraint lui-même à vous supplier par ma bouche »). Sous la forme d’une confidence assez pathétique, il identifie même cette terre profanée à la personne du Christ : « Vobis hodie causam Christi committo, vobis ipsum, ut ita loquar, in manus trado » (p. 63 ; « c’est à vous aujourd’hui que je confie la cause du Christ, c’est entre vos mains que je le livre lui-même, pour ainsi dire »). En portant secours aux chrétiens de Terre sainte et en tentant de reconquérir Jérusalem, les croisés répondront donc à la volonté divine.

6Mais il s’agit surtout de persuader. L’abbé rappelle d’abord la domination des infidèles sur toute la Terre sainte à l’époque de la première croisade, qui, pourtant, fut couronnée d’un rapide succès, et il lui oppose la situation actuelle plus favorable, puisque certaines cités sont encore tenues par les chrétiens. Il envisage ensuite les récompenses que peuvent espérer ceux qui se croiseront. La première est spirituelle, c’est la vie éternelle pour les croisés qui se seront confessés. La seconde est matérielle, même si la possibilité de faire fortune est d’abord présentée sur le mode de la prétérition : « Taceo nunc quod terra illa […] longe hac terra opulentior est atque secundior » (p. 64 ; « Je passe maintenant sous silence le fait que cette terre là-bas […] est beaucoup plus riche et prospère que la nôtre »). Les épreuves du pèlerinage compteront peu alors au regard des bienfaits spirituels de cette nouvelle terre promise, comme le soulignent bien les deux substantifs et les quatre adjectifs disposés en chiasme dans la phrase suivante :

  • 9 Nous conservons ainsi à dessein, dans notre traduction, la construction en chiasme : « labore brev (...)

« signum crucis accipite, ut & causam Crucifixi fideliter exequentes, pro labore brevi & modico, magna & eterna percipere valeatis stipendia » (p. 64 ; « recevez le signe de la croix, afin que, vous attachant fidèlement à la cause du Crucifié, vous puissiez recevoir, en échange d’un labeur de courte durée et modeste, un important et éternel salaire9 »).

7La fonction apologétique de ce discours concerne donc avant tout la croisade en elle-même qu’il justifie par le sacrilège que représentent la présence et les violences des infidèles sur une terre sanctifiée par l’incarnation de Dieu. Mais elle concerne aussi le prédicateur, Martin, l’abbé de Pairis. Qualifié à la fois de dux (« chef » ou « guide » pour ceux qui le suivront), de comes (« compagnon » prêt à partager leurs épreuves), et de pater (« père » spirituel), il est présenté comme l’instrument de la Providence, ce qui justifie encore la croisade comme dessein divin. Dans l’exorde de sa prédication de croisade précédemment citée, Martin déclare, en effet, devant son auditoire :

« Christus ipse verborum auctor est ; ego fragile instrumentum ; Christus vos hodie per os meum suis alloquitur verbis, suas vobis deplorat iniurias » (p. 62 ; « C’est le Christ lui-même qui est l’auteur de ces paroles ; moi, je ne suis qu’un faible instrument ; c’est le Christ qui aujourd’hui, par ma bouche, vous adresse ses propres paroles et vous exprime sa douleur pour les outrages qu’il subit »).

  • 10 I, p. 57; cf. Exode, 3, 1.
  • 11 I, p. 58. L’antithèse entre la grandeur des œuvres et l’obscurité de ceux qui les ont réalisées en (...)
  • 12 Günter fait allusion à « l’invention » et à la « translation » des reliques que Martin rapporta de (...)

8Mais c’est surtout dans le prologue de son Historia que Günter développe cet aspect. Il part de l’idée générale selon laquelle on s’étonne particulièrement des actions, grandes et difficiles, que la puissance divine a réalisées par l’entremise d’humbles personnages. Ensuite il illustre cette antithèse par deux exemples. Le premier rappelle que le peuple hébreu fut libéré de la tyrannie de Pharaon par Moïse, « qui d’habitude faisait paître les moutons de son beau-père Jéthro10 », et le second, que le monde reçut la foi chrétienne « d’hommes grossiers et ignorants, de pauvres pêcheurs11 ». Günter applique alors l’antithèse aux événements de la croisade et à l’action de son héros en déclarant qu’il a voulu raconter « certaines actions vraiment grandes et difficiles que le Seigneur a trouvé bon d’accomplir par l’intermédiaire d’un homme bien modeste et humble » (I, p. 58)12.

  • 13 La comparaison, qui se fonde sur le nom (Martin) que partagent le saint et l’abbé, s’organise en t (...)

9Comparé à de célèbres personnages, notamment à saint Martin de Tours (chap. V)13, l’abbé de Pairis est encore, à plusieurs reprises au cours de l’ouvrage, présenté comme un instrument de la Providence, par exemple au moment de son départ, lorsque Günter lui prête une sorte de prescience :

« Qua ex re illud coniicere possumus, hominem Dei nescio quid magni iam tunc in animo concepisse, et quæ Deus per ipsum facturus erat, certo iam mentis augurio, præsagire » (IV, p. 67 ; « Nous pouvons en déduire que l’homme de Dieu avait déjà alors conçu dans son esprit je ne sais quoi de grand et avait deviné, avec une prescience déjà claire, ce que Dieu réaliserait par son intermédiaire »).

La justification de la déviation vers Zara et vers Constantinople

  • 14 On avait sans doute aussi surestimé le nombre de croisés.
  • 15 Zara, sur la côte dalmate, aujourd’hui Zadar, en Croatie, appartenait au roi de Hongrie. Cependant (...)
  • 16 Alexis III était le propre frère d’Isaac. Quant à Alexis le Jeune, emprisonné avec son père Isaac, (...)

10Très vite les croisés se heurtèrent à d’importantes difficultés. Avant leur départ de Venise, de graves embarras financiers dus à des défections14 les empêchèrent d’honorer les engagements pris pour affréter la flotte qui devait les transporter. Il fallait donc renoncer à la croisade ou accepter les conditions imposées, voire consentir à des solutions compromettantes. Dès lors, les intérêts commerciaux de Venise, les intérêts personnels et politiques des Montferrat et du roi de Germanie, Philippe de Souabe, peut-être aussi l’occasion de ramener l’Église byzantine dans le giron de Rome, tout cela concourut à détourner la croisade de son but initial pour en faire une tout autre entreprise, destinée d’abord à s’emparer de Zara pour le compte de Venise15, ensuite et surtout à rétablir Isaac II Ange et son fils, Alexis le Jeune, sur le trône de Constantinople, dont ils avaient été chassés par l’usurpateur Alexis III16. En échange, l’empereur byzantin fournirait une aide matérielle aux croisés. Mais la croisade pouvait-elle encore être justifiée, si elle entraînait un conflit armé contre des cités chrétiennes comme Zara et Constantinople ?

11Günter de Pairis ne cache pas qu’une partie des croisés refusaient d’attaquer Zara, parce que ses habitants étaient chrétiens, qu’elle appartenait au roi de Hongrie, qui s’était lui-même croisé, et que, de ce fait, elle était placée sous la protection du pape (chap. VI, p. 71). D’ailleurs Innocent III menaça d’excommunication Vénitiens et croisés, mais l’obstination des premiers risquait de compromettre la croisade. Zara fut donc prise. Günter rend alors compte du siège en soulignant, par un jeu d’oppositions dans le vocabulaire, combien cette action belliqueuse pesait aux croisés et combien ils souhaitaient éviter toute violence :

  • 17 On note, outre le chiasme initial (celeri cursu sed mente tarda : litt. « par une rapide course ma (...)

« Milites nostri celeri cursu, sed mente tarda & tristi, regionis opposite littora tenuerunt, ac ne, in re odiosa & sibi ipsis detestabili, diuturnas agerent moras, prefatam urbem magno terrore & fremitu obsederunt, eamque per triduum non tam hostiliter quam minaciter oppugnantes, sine cede & sanguine, ad deditionem compulerunt » (VII, p. 74 ; « Nos chevaliers après une rapide navigation, mais l’âme lourde et sombre, abordèrent le rivage du pays qui leur faisait face et, afin de ne pas prendre un long retard dans cette affaire odieuse et détestable pour eux-mêmes, ils assiégèrent ladite ville avec une grande terreur et en grondant. Ils l’attaquèrent pendant trois jours, moins en haïssant qu’en menaçant, et la forcèrent à se rendre sans massacre ni effusion de sang »)17.

  • 18 Actuellement dans les Yvelines.
  • 19 L’apostelle ou apostoille de Rome (ms. O), litt. l’apôtre de Rome, désigne le pape.
  • 20 « Ils ont causé un bien grand tort ceux qui ont ruiné cet accord ; et il n’y a pas eu un seul jour (...)

12Geoffroy de Villehardouin reconnaît, lui aussi, qu’une partie des croisés s’opposaient à la prise de Zara. C’est un discours direct prêté à un cistercien, l’abbé Guy des Vaux-en-Cernay18, qui l’exprime nettement : « Seigneur, je vous desfent de par l’apostelle que vos n’asailliez ceste cité, car ele est de crestiens et vous estes pelerin19 » (§ 83). Mais l’opinion personnelle de Villehardouin est cependant différente : il n’hésite pas à justifier la position de Venise, ni à condamner ceux qui s’y opposèrent. En effet, selon lui, le doge et les habitants de Zara étaient parvenus à un accord : la ville et tous ses biens devaient être remis à sa merci, les personnes étant sauves (§ 80 et 82). Or pendant que le doge soumettait cet accord aux chefs des croisés, un groupe d’entre eux incita les habitants à ne pas se rendre (§ 81). C’est aussi à ce moment que l’abbé des Vaux-en-Cernay intervint. À son discours Villehardouin oppose la protestation du doge rappelant aux croisés leurs engagements (§ 83). Finalement, après plusieurs jours de siège, les habitants de Zara demandèrent l’application de l’accord initialement prévu et se rendirent. Mais, surtout, le chroniqueur s’efforce de discréditer ceux qui s’opposaient à la prise de Zara en prêtant aux chefs des croisés le commentaire suivant : « Moult ont fet grant outrage cil qui ont cest plet desfet ; et ne fu onques nul jour qu’il ne meïssent paine a cest ost despecier20 » (§ 84). À ceux qui veulent aller directement en Syrie et font ainsi défaut, à ceux qui refusent de payer davantage, de participer à l’assaut contre Zara ou, plus tard, de se rendre à Constantinople, Villehardouin reproche constamment de vouloir disloquer l’armée (§ 60, 61, 63, 81, 82, 84, 85, 95, 100, etc.). Il souligne en outre que ceux qui firent défection pour se rendre directement en Syrie furent blâmés, n’accomplirent aucun exploit, connurent de graves mésaventures et compromirent la croisade elle-même (§ 50, 55, 79, 101, 103, etc.) :

  • 21 Domache : dommage ; a tout jourz… essauciee : pour toujours la chrétienté en aurait été exaltée ; (...)

« Or oez quel domache ce fu quant il ne furent avec cest ost, car a tout jourz mes fust la crestientez essauciee. Mes Dex ne le vost pour leur pechiez. Li un furent mort pour l’enfermeté de la mer ; li autre retornerent en leur païs. Onques nul esploit ne nul bien ne firent en tout le païs ne en toute la terre21 » (§ 229).

  • 22 Que ce que il se départe ne défaille par nous : plutôt qu’elle [l’armée] ne se sépare et ne se dis (...)
  • 23 « Mais Dieu qui donne courage aux découragés ne voulut pas le permettre. »
  • 24 « Maintenant, vous pouvez savoir, seigneurs, que si Dieu n’avait pas aimé cette armée, elle n’aura (...)

13À l’inverse, à chaque fois, il insiste sur la confiance en Dieu de ceux qui font tout pour maintenir l’unité de l’armée, par exemple en donnant tous leurs biens pour s’acquitter de leur dette envers Venise : « Nous y volons mieulz tout notre avoir metre et aller povre en l’ost que ce que il se departe ne defaille par nous, car Diex le nous rendra bien quant lui plera22 » (§ 60). C’est d’ailleurs Dieu, selon lui, qui empêcha la dislocation souhaitée par leurs adversaires : « Mes Diex qui les desconseilliez conseille ne le vost mie soufrir23 » (§ 61), ou, plus tard, la perte de l’armée lors d’une rixe avec les Vénitiens : « Et a pou s’en failli que l’ost ne fu toute perdue. Mes Diex ne le vost mie soufrir » (§ 89). Étonnés par les fortifications de Zara, ces croisés s’en sont remis à Dieu : « Conment porroit estre prise tele vile par force, se Dex meïsmes ne le faisoit ? » (§ 77). La reddition de Zara montre a posteriori que Dieu leur était favorable et la politique décidée par les chefs de l’armée trouve sa justification dans les desseins de la Providence : « Or poez savoir, seingneur, que se Diex n’amast cele ost, que ele ne se peüst mie tenir ensamble, a ce que tant de gent li queroient mal24 » (§ 104). D’ailleurs le pape lève l’excommunication pour les croisés, parce qu’il comprend que le « service de Dieu » (la croisade) ne peut être accompli qu’en acceptant les conditions de Venise et que ces conditions sont la conséquence des diverses défections :

  • 25 Manda […] que il les asost come ses filz : il fit savoir […] qu’il leur donnait l’absolution comme (...)

« Lors si en ot pitié, et si manda aus barons et aus pelerins que il les asost come ses filz et leur conmandoit et prioit que il tenissent l’ost ensamble, car il savoit que sanz cele ost ne pooit le servise Dieu estre fait25 » (§ 107).

  • 26 Le ms. B (éd. cit.) est le seul à dire : si le metez, or cette forme de 5e personne, à l’impératif (...)
  • 27 Alexis le Jeune annonce qu’il conduira ou enverra dix mille hommes au Caire et assurera ce service (...)
  • 28 La Romanie désignait l’empire latin d’Orient, après la conquête ; ici il s’agit encore de l’empire (...)

14Lorsque le passage par Constantinople fut proposé, le même désaccord se fit jour. Villehardouin a déjà présenté, dans les paragraphes 70-72, la situation d’Alexis le Jeune et la suggestion qu’on lui fit, alors qu’il se rendait auprès de Philippe de Souabe, de solliciter l’aide des croisés. Et c’est au cours de l’hivernage de la flotte à Zara que le chroniqueur situe l’arrivée des messagers d’Alexis et de Philippe, il expose alors le contrat qu’ils proposèrent et rapporte le débat qui eut lieu à ce sujet entre les croisés (§ 91-99). Le caractère apologétique de ce passage est assez net. Tout d’abord, le discours direct met en valeur la déclaration liminaire des messagers qui parlent au nom du roi de Germanie. Deux fois, les croisés ou leur action sont associés à Dieu, lorsque Philippe leur confie Alexis, son beau-frère : « si le [met]26 en la Dieu main et en la vostre » (§ 92), et lorsqu’il les invite à le rétablir sur son trône de Constantinople : « Pour ce que vous alez et pour Dieu et pour droit et pour jostice. » En se dirigeant donc vers la capitale byzantine, ils ne commettent pas de faute, ni ne transgressent leurs engagements de pèlerins, au contraire ils continuent à agir pour Dieu, pour le droit et la justice, et c’est même leur devoir : « Si devez a ceuls qui sont desherité a tort rendre leur heritage, se vous poez. » Ensuite le texte du contrat est donné (§ 93), toujours au style direct, ce qui en fait un véritable document de référence et il est présenté comme le contrat le plus remarquable et le plus avantageux (§ 92 et 94) : en effet, s’il est rétabli sur son trône, Alexis prévoit non seulement d’accorder aux croisés une aide financière et des vivres, mais aussi un précieux renfort militaire pour la reconquête et la défense de la Terre sainte27. L’objectif initial de la croisade n’est donc pas oublié au profit de quelque nouvelle conquête, la prise de Constantinople est plutôt un moyen nécessaire pour l’atteindre, moyen qui, en outre, sert la justice. Bien plus, l’enjeu religieux est considérable, puisque la première clause stipule qu’Alexis « metra tout l’empire de Romanie a l’obedience de Rome dont ele ere partie pieça28 » (§ 93).

15Ce contrat suscita pourtant la même discorde que l’affaire de Zara. Villehardouin en rend compte, mais pour justifier la nouvelle orientation de la croisade :

« Et parla li abbes de Vaus, et cele partie qui voloit l’ost depecier : dirent qu’il ne s’i acorderoient mie, car ce estoit sus crestïens, et il n’estoient mie pour ce meü, ainz voloient aller en Surie.

  • 29 Il n’estoient mie pour ce meü : ils ne s’étaient pas mis en route pour cela ; et ce verroiz vous… (...)

Et l’autre partie leur respondi : “Seigneur, en Surie ne poez vous riens fere, et ce verroiz vous bien a ceuls meïsmes qui nous ont deguerpiz et sont alez aus autres porz. Et sachiez que par la terre de Babiloine ou par Grece sera la terre recovree, et se nous refusons ceste couvenance nous somes honiz a tout jorz”29 » (§ 95-96).

  • 30 Ce discours implique une concordance au passé (verbes à l’imparfait ou plus que parfait de l’indic (...)

16Le chroniqueur crée d’emblée un déséquilibre entre les deux thèses en rapportant l’une au style indirect et l’autre au style direct, sans parler de la brièveté de l’énoncé de la première par rapport à la seconde. Le discours direct privilégie, en effet, la seconde opinion, parce qu’il actualise la parole des partisans du passage par Constantinople. Il permet de conserver (ou de recréer) les variations prosodiques de cette parole ; il porte les marques syntaxiques – apostrophe (« Seigneur[s] »), impératif (« sach[i]ez »), pronoms et formes verbales de quatrième et cinquième personnes, etc. – par lesquelles s’exprime l’affectivité du locuteur collectif. Avec le discours indirect, la subordination du propos à un verbe déclaratif au passé (« [ils] dirent qu[e]… ») rend impossible l’expression de cette affectivité et réduit l’énoncé à son contenu sémantique30. Le narrateur conserve sa voix et, ainsi, son commentaire se situe sur le même plan que le propos de l’abbé des Vaux-en-Cernay et de ses compagnons. De plus, avant même de rapporter leur opinion, il les discrédite en les présentant comme ceux qui veulent disloquer l’armée. Leur thèse, enfin, se trouve dépréciée par sa place entre l’énoncé du contrat, dont les avantages amplement soulignés appellent un accord, et la thèse adverse qui peut la réfuter. En effet, si le refus d’attaquer des chrétiens ne reçoit aucune objection, le désir de se rendre directement en Syrie en suscite plusieurs :

  • En Syrie aucun résultat ne pourra être obtenu, la preuve en est fournie par ce qui est arrivé à ceux qui ont quitté ou n’ont pas rejoint l’armée de Venise. Villehardouin mentionnera ensuite leur échec.
    • La Terre sainte ne peut être « recouvrée » qu’en passant par la Grèce ou l’Égypte.
      • Refuser ce contrat, c’est se déshonorer pour toujours.
  • 31 Abbaye située près de Lille.

17Cette présentation déséquilibrée de la discorde entre partisans et adversaires du passage par Constantinople est reprise dans le paragraphe 97, lorsque Villehardouin oppose cette fois à l’abbé des Vaux-en-Cernay et à ses compagnons, dont l’argumentation n’a pas changé et est même réduite dans plusieurs manuscrits à « ce estoit maus » (« c’était mal agir »), un autre cistercien, l’abbé Simon de Loos31. Celui-ci, favorable à l’expédition contre Constantinople, est d’emblée présenté comme un homme de bien (« preudons ») et un saint homme. Le chroniqueur nous le montre ensuite, avec les autres abbés qui partageaient son avis, suppliant les croisés de maintenir, au nom de Dieu, l’unité de l’armée et d’accepter ce contrat, « car ce estoit la chose par coi l’en pooit mieulz recouvrer la terre d’outremer ». On remarque l’insistance sur cet argument déjà formulé dans le paragraphe précédent. Mais un autre fait va illustrer la justification du passage par Constantinople.

  • 32 Nous empruntons cette expression à Jean Dufournet, dans la présentation de son édition, p. 31.

18Villehardouin, qui refuse « l’émiettement de son récit32 » en de multiples anecdotes, s’attarde pourtant sur la relation d’un événement qui peut paraître anodin, mais dont il fait un véritable exemplum, en lui donnant une grande portée symbolique et apologétique. La flotte a quitté Zara, s’est rassemblée à l’escale de Corfou et se dirige vers Constantinople en contournant le sud du Péloponnèse. C’est à la hauteur du cap Malée que se produit cet événement :

  • 33 Nés : nefs ; reperoient : revenaient ; estoire : flotte ; les mots entre crochets, empruntés au ms (...)

« Et lors encontrerent. II. nés de pelerins et de serjanz et de chevaliers qui reperoient de Surie ; et ce estoient de ceuls qui estoient alé au port de Marseille passer. Et quant il virent l’estoire si bele et si riche, [si orent tel honte] qu’il ne s’oserent mostrer33 » (§ 121).

  • 34 Villehardouin, qui rapporte ses paroles au style direct, lui prête, pour justifier sa décision, l’ (...)

19Chaque détail a son importance pour justifier le choix qui a été fait par les chefs des croisés. En effet, ces deux nefs reviennent de Syrie ; or ce retour précoce est déjà un aveu d’échec et prouve le bien-fondé de la mise en garde énoncée dans les paragraphes 96 et 103 : en Syrie, rien ne peut être fait. De plus ces croisés étaient passés par le port de Marseille et non par Venise, or le chroniqueur a déjà dénoncé, dans les paragraphes 49-50, le parjure et la défection de ceux qui évitèrent le passage par Venise « pour le grant peril » qu’il comportait et se rendirent à Marseille. Il les accusait ainsi d’avoir fait défaut par peur et il annonçait les conséquences de ces fautes : blâme, honte, échec. D’autre part, dans les paragraphes précédents (§ 118-120), il a souligné la magnificence de la flotte vénitienne à son départ de Corfou, énumérant les types de vaisseaux, évoquant les voiles à perte de vue, et il a insisté sur l’importance de l’événement par d’amples formules de datation et de témoignage, il a justifié également le nouveau cap donné à la flotte par le stéréotype du beau temps, toujours signe de succès, peut-être aussi de la faveur divine ici, et par des expressions hyperboliques, pour terminer sur la joie qui emplit les cœurs. Cela lui permet alors de ménager un net contraste avec les deux nefs revenant de Syrie, dont les hommes se dissimulent comme des misérables, à la vue de cette flotte « si bele et si riche » (§ 121). Ceux que l’échec a contraints au retour découvrent une flotte promise au succès : « bien sambloit estoire qui terre deüst conquerre » (§ 120). Mais l’anecdote se poursuit. Un sergent se laisse glisser de l’une des deux nefs dans l’embarcation envoyée pour savoir qui étaient ces hommes et annonce sa décision de rejoindre la flotte vénitienne en déclarant qu’il renonce à ce qui lui appartient dans la nef34.

  • 35 « C’est pourquoi l’on dit que de mille mauvaises voies on peut revenir. » Cet exemplum rappelle la (...)

20La première leçon de cet exemplum, c’est que la nouvelle orientation donnée à la croisade est la meilleure (compte tenu des défections, de la dette contractée et de leurs conséquences) et mérite bien le sacrifice de quelques biens ou intérêts particuliers. Mais le comportement du sergent revêt aussi une valeur morale, voire spirituelle. Villehardouin parle des compagnons de cet homme comme de pécheurs, qui, honteux, n’osaient se montrer ; lui, cependant, comprend son erreur et se repent. Les croisés qui l’accueillent sont à l’image des justes qui se réjouissent de la repentance d’un seul pécheur. La phrase conclusive de l’anecdote, sous la forme d’un proverbe, rend explicite cette seconde leçon : « Et pour ce dit en que de mil males voies puet en retorner35 » (§ 122). Villehardouin assimile ainsi les autres itinéraires aux voies du mal, la seule « bonne voie » étant celle qui passe par Constantinople.

21Un autre passage de la chronique de Villehardouin doit être retenu pour compléter son entreprise apologétique concernant la déviation par Constantinople. Lorsque les croisés arrivèrent en vue de la cité, ils allèrent s’installer à Scutari, sur la rive asiatique (26 juin-4 juillet 1203) et, après une première escarmouche, l’usurpateur Alexis III envoya un messager aux chefs des croisés. Le chroniqueur rapporte au style direct son discours dont la partie centrale reprend les deux objections que faisaient déjà les « dissidents » de Zara :

  • 36 Moult se merveille : se demande avec beaucoup d’étonnement ; regne : royaume.

« [L’emperere] moult se merveille pour coi vous estes venuz en sa terre ne en son regne, car vous estes crestïen et il est crestïen. Et bien set que vous estes meüz pour la sainte terre d’outremer et la sainte croiz et pour le sepucre recouvrer36 » (§143).

22Puis, au nom de l’empereur, il leur propose vivres et argent et les invite fermement à quitter sa terre, sinon, il pourrait écraser leur armée, fût-elle vingt fois plus nombreuse. Ensuite est rapportée, toujours au style direct, la réponse des croisés par la voix de Conon de Béthune qui se situe sur un autre plan, puisqu’il rétorque qu’ils ne sont pas entrés dans « son » royaume : Alexis III tient, en effet, cette terre « a tort et a pechié contre Dieu et contre reson », puisqu’elle appartient à son neveu (§ 144).

23Cet argument qui justifie leur présence dans l’empire byzantin est repris et développé dans le paragraphe 146 qui rapporte la décision des barons d’aller près des remparts de la cité montrer aux Grecs l’héritier légitime du trône, Alexis le Jeune, pensant que le peuple accueillerait avec enthousiasme ce prince et chasserait l’usurpateur. Une nouvelle fois, Villehardouin recourt au discours direct pour rendre compte des propos des croisés accompagnant le jeune homme et c’est une nouvelle occasion de légitimer leur entreprise :

  • 37 Veez ci le vallet : voici le jeune homme ; cil que vous obeïssiez […] a pechié : celui auquel vous (...)

« Veez ci le vallet, vostre seigneur naturel. Et sachiez que nous ne venismes mie ça pour vous mal fere, ainz venismes pour vous garder et pour vous desfendre se vous fetes ce que vous devez ; car cil que vous obeïssiez a seigneur vous tient a tort et a pechié contre Dieu et contre reson, et bien savez qu’il a desloialment ouvré vers son seigneur et vers son frere, car il li a les eulz trez et tolu son empire a tort et a pechié. Et veez ci le droit seigneur37 » (§ 146).

24Un argument rarement évoqué auparavant apparaît ici : les intentions pacifiques des croisés envers la population, si celle-ci reconnaît toutefois son souverain « naturel » et légitime et chasse celui qui a agi « a tort et a pechié », contre Dieu et contre le droit.

25Après le premier siège de la capitale byzantine et la victoire des croisés en juillet 1203, l’empereur Isaac II Ange fut rétabli sur son trône, mais son fils, Alexis le Jeune, qui fut couronné le 1er août sous le nom d’Alexis IV, pria les croisés et les Vénitiens de rester à Constantinople jusqu’en mars 1204, parce qu’il se sentait menacé par l’hostilité des siens. Bien que décidé à tenir ses engagements, il était incapable de les honorer. Sa demande provoqua un nouveau désaccord dans l’armée, dont Villehardouin rend compte de façon encore plus déséquilibrée que pour les précédents. Il discrédite une nouvelle fois ceux qui voulaient partir en Syrie en leur reprochant de vouloir disloquer l’armée et il ne leur prête qu’un bref propos agressif et dépourvu d’argumentation (§ 197). À l’inverse, la longue réponse de ceux qui acceptent de prolonger leur séjour se présente comme une supplication (« crier merci », « pour Dieu »), adressée à l’autre parti, de ne pas ruiner « la besoigne Damedieu », le travail accompli au service du seigneur Dieu, (§ 198) et surtout développe une argumentation fondée sur une analyse réaliste de la situation et aboutissant à la réaffirmation de l’objectif initial : « Et ainsint porra estre la terre d’outremer recovree » (§ 198). L’apologie de la croisade, avec ses déviations et ses retards, devient nettement l’apologie d’une politique, celle des chefs de l’armée et du doge, présentée comme le seul moyen de reconquérir la Terre sainte.

26Günter de Pairis reconnaît aussi que certains s’opposèrent au projet de passage par Constantinople parce qu’ils pensaient que l’héritier du trône « ne pouvait être rétabli sans combat ni effusion de sang » (VIII, p. 77). D’ailleurs la sentence d’excommunication prononcée par Innocent III au moment du siège de Zara et, peu après, ce projet de se rendre à Constantinople incitèrent Martin à se séparer de l’armée pour se rendre directement en Terre sainte. Mais la dégradation de la situation militaire en Palestine le décida à abréger son séjour à Saint-Jean d’Acre (chap. IX-X) pour rejoindre les croisés à Constantinople, où il parvint le 1er janvier 1204. Günter est ainsi conduit, dans les chapitres XI-XII, à faire le point sur la situation dans la capitale byzantine, avant de rendre compte des événements auxquels assista ou participa son abbé, notamment le second siège de la cité, sa prise et son pillage, dans les chapitres XIV-XXI.

27Il continue donc à appliquer sa conception providentialiste à la déviation de la croisade, même si, en bon historien, il met en évidence des données politiques, militaires, financières, voire psychologiques. Il entreprend ainsi, dans le chapitre XI, une ample présentation des causes de la déviation vers Constantinople. Nettement articulé, son exposé s’organise en quatre séries explicatives et justificatives. Après avoir relevé d’abord les causes directes que sont l’influence exercée par Philippe de Souabe, beau-frère d’Alexis le Jeune, la légitimité de l’entreprise et les promesses d’aide faites aux croisés, ce sont des causes générales qui sont présentées dans la seconde série. Günter note que, Constantinople ne reconnaissant plus l’autorité de l’Église romaine, les croisés ne pensaient pas déplaire au pape, ni même à Dieu, en recourant à la violence contre cette cité. La cause providentielle apparaît donc ici, pour justifier la prise de la cité, mais dans une formule très prudente (nec putabant […] displicere : ils ne pensaient pas déplaire) et l’exposé met ensuite en évidence la pression exercée par les Vénitiens, dont sont soulignées la cupidité et la volonté d’hégémonie commerciale sur l’ensemble de la Méditerranée. Cependant, dans la troisième série, la perspective providentialiste revient et se fait plus nette :

« Fuit autem & alia, ut credimus, causa, longe his omnibus antiquior atque potentior, diuine scilicet bonitatis consilium » (p. 85 ; « mais il y avait aussi, à notre avis, une autre cause, de loin plus ancienne et plus importante que toutes celles-là, le dessein de la bienveillance divine »).

28Günter attribue, en effet, à Dieu l’intention d’abaisser les Grecs pour les ramener à l’unité de l’Église. La phrase suivante traduit ce sentiment d’une juste punition de l’orgueilleuse cité, tout en évoquant déjà par anticipation un transfert des richesses, du pouvoir et des reliques de Constantinople, qui ne devait pas être l’objectif de la conquête de cette cité puisqu’il s’agissait seulement de la remettre, voire de la conserver, pour son légitime souverain. Günter laisse transparaître en réalité une certaine jalousie des Occidentaux et un désir de s’approprier ces biens :

« Congruum quippe videbatur ut gens illa, que aliter corrigi non valebat, paucorum cede, & rerum temporalium, quibus intumuerat, amissione puniretur, ut & populus peregrinus superborum spoliis ditesceret, et tota terra in nostram transiret potestatem, & occidentalis ecclesia sacrosanctis reliquiis, quibus illi se indignos reddiderant, illuminata perpetuo letaretur » (ibid. ; « il semblait donc juste que ce peuple, qui ne pouvait être corrigé autrement, fût puni par la mort d’un petit nombre des siens et par la perte des biens temporels qui avaient gonflé leur cœur d’arrogance, et que les pèlerins s’enrichissent des dépouilles des orgueilleux, que toute leur terre passât sous notre pouvoir et que l’Église d’Occident, parée des reliques sacrées dont [les Grecs] s’étaient rendus indignes, connût une joie sans fin »).

29Ce renversement de situation se nourrit du thème biblique de l’abaissement des puissants et de l’élévation des humbles, mais aussi de l’image de la roue de Fortune, comme le montrent les vers qui suivent le chapitre XVIII : Quem rota fortune devexit ad atria lunæ/Rursum præcipitat, modo deprimit, & modo ditat (v. 5-6 ; « celui que la roue de Fortune a transporté jusqu’aux parvis de la lune/elle le fait retomber, tantôt elle l’abaisse, tantôt elle le comble de biens »). Cette image est d’ailleurs elle-même amenée par le thème de la vanité des choses inspiré de l’Ecclésiaste : « […] cito queritur & cito transit/Gloria vana satis terrene prosperitatis » (v. 3-4 ; « elle est vite acquise, et elle passe vite, la gloire bien vaine des richesses terrestres »).

30La dernière partie de l’exposé, sans s’écarter de la perspective providentialiste, développe cependant des arguments plus politiques et stratégiques. Le raisonnement est double. D’une part, l’auteur oppose à l’attitude antérieure des Byzantins, déloyaux envers les croisés, les perspectives d’avenir qu’offre la conquête : Constantinople, « par la volonté de Dieu » (XI, p. 86), fournira une aide pour reprendre et tenir la Terre sainte. D’autre part, il montre que tout serait perdu dans le cas contraire d’une conquête au profit d’infidèles, païens ou hérétiques. Comme la première moitié du chapitre, la seconde se termine par une phrase récapitulative, mais qui, cette fois, présente Dieu comme la cause première ; cela justifie toute l’aventure de la croisade, même si les voies empruntées sont déconcertantes :

« Has igitur causas apud Deum arbitror precessisse, nobis quidem occultas, ei vero, qui omnia previdet, manifestas » (p. 86 ; « je pense donc qu’ont prévalu en Dieu ces raisons, obscures certes pour nous, mais évidentes pour lui qui sait tout par avance »).

31La conception providentialiste de Günter englobe donc toutes les autres causes, de quelque nature qu’elles soient. Cependant, au fil des chapitres, ce sont le schisme avec Rome et l’indignité des Grecs, coupables du meurtre de leur empereur, qui reviennent le plus souvent pour justifier la prise de Constantinople.

La justification de la conquête de Constantinople au profit des Occidentaux

  • 38 Chap. XIII, p. 90. Günter exprime longuement l’horreur que lui inspire le personnage de Murzuphle  (...)

32Comme il l’avait déclaré aux croisés pour les convaincre de prolonger leur séjour après la première prise de la cité, Alexis IV était en butte à l’hostilité de sa cour et de la population qui lui reprochaient ses liens avec les Occidentaux. Une nuit, à la fin de janvier 1204, Alexis Ducas, dit Murzuphle, un noble du palais, se rendit maître de lui, le fit jeter en prison et se fit couronner empereur à sa place. Après plusieurs tentatives d’empoisonnement, selon Villehardouin, il le fit étrangler ou, selon Günter38, l’étrangla lui-même de ses propres mains. Dans le même temps mourut aussi son père, Isaac II, sans que la cause du décès fût clairement établie. Jusqu’alors les croisés ne s’étaient emparés de Constantinople que pour la rendre à son légitime empereur ; ils s’étaient même retirés de la cité pendant le bref règne d’Alexis IV. Ils vont donc l’assiéger une seconde fois pour chasser l’usurpateur Murzuphle, mais désormais leur conquête ne vise qu’à s’approprier les biens et le gouvernement de l’empire byzantin.

  • 39 « Il fut rapidement su des Grecs et des Latins que le meurtre avait été commis comme vous l’avez e (...)

33Dans le récit qu’il donne de la révolution de palais (§ 222-225), Villehardouin choisit manifestement les détails en fonction du sens qu’il veut donner à ces événements. A l’hypocrisie et au mensonge de Murzuphle qui tente de dissimuler son crime nocturne, il oppose le dévoilement de la vérité, d’abord par une sentence : « Mes murtre ne puet estre celé », puis l’énoncé d’un fait : « ceste chose fu prochainement seue des Griex et des Latins que li murtres estoit ainsint fet conme vous l’avez oï retrere39. » (§ 224). La reprise du substantif « murtre[s] » (meurtre) insiste bien sur la nature de cette mort, qui n’est pas naturelle, comme voulait le faire croire Murzuphle (§ 223). Mais ce qu’il veut surtout souligner, c’est l’indignité des Grecs : « Or oez se onques si fete traïson fu fete par nule gent » (§ 222) et, par conséquent, la légitimité morale, politique et religieuse de la seconde prise de Constantinople. C’est bien, en effet, le sens des propos du clergé et des légats du pape qu’il rapporte ensuite, au style indirect, puis direct :

  • 40 « [Ils] démontrèrent aux barons et aux pèlerins que celui qui commettait un tel meurtre n’avait pa (...)

« [Il] moustrerent as barons et aus pelerins que cil qui tel murtre fesoit n’avoit droit en terre tenir, et tuit cil qui en estoient consentant estoient parçonnier dou murtre, et, outre tout ce, qu’il estoient souztret de l’obedience de Rome40 » (§ 224).
« Pour coi nous vous disons, fet li clergié, que la bataille est droite et juste » (§ 225).

  • 41 « Mais il ne plut pas à Dieu qu’il mourût. »

34Et une indulgence est proclamée pour ceux qui mourront confessés s’ils ont « droite entencion de conquerre la terre et metre a l’obedience de Rome » (§ 225). Ce récit a donc une visée apologétique manifeste puisqu’il permet de justifier, et non pas seulement d’expliquer, le second siège de Constantinople. Contre Murzuphle, meurtrier et usurpateur, contre les Grecs qui le soutiennent et sont, en outre, séparés de Rome, la bataille est déclarée légitime et juste. Villehardouin relève même un signe de la volonté divine dans l’échec des tentatives d’empoisonnement d’Alexis IV : « et ne plot a Dieu qu’il moreust41 » (§ 223). Il fallut l’acharnement de Murzuphle, qui recourut à la strangulation, pour s’opposer à cette volonté de Dieu.

  • 42 Sur la mer Noire, au nord-ouest de Constantinople.
  • 43 Nous nous référons à l’éd. bilingue de Jean Dufournet : Robert de Clari, La Conquête de Constantin (...)

35Le recours à la justification par la Providence apparaît aussi à propos d’une défaite de Murzuphle peu avant la prise de Constantinople. Tous les récits de la croisade, sauf celui de Günter, mentionnent cette bataille de Philée42 et sa portée symbolique. Villehardouin relate avec précision comment l’usurpateur, ayant appris une chevauchée des croisés, tendit une embuscade à leur arrière-garde sur le chemin du retour. Mais ce motif littéraire, que son public s’est plu sans doute à associer au célèbre passage de la Chanson de Roland, sert ici à mettre en valeur la défaite des assaillants (§ 227). En effet, non seulement « a l’aide de Dieu fu desconfiz li emperieres Morchufles » (§ 228), malgré la supériorité numérique de ses troupes et l’avantage de la surprise, mais il perdit, en outre, son étendard impérial et une icône de Notre-Dame, précisent tous les textes. Sa défaite et cette perte sont les signes d’une même réalité : elles montrent qu’il n’était pas digne de sa charge. Robert de Clari dit encore plus explicitement de l’icône que, selon les Grecs, « nus qui le port en batalle ne puet estre desconfis, et por chou que Morchofles ne le portoit mie a droit, creons nous qu’il fu desconfis » (LXVI, 17-19)43.

36Dès lors, la victoire des croisés sur les Byzantins et leur conquête de la cité constituent une justification a posteriori de leur entreprise. Villehardouin donne à l’apologie son ton le plus enthousiaste :

  • 44 Delit : plaisir ; la Pasque florie désigne la fête des Rameaux ; que uns que autres : entre eux to (...)

« Et fu grant la joie de l’enneur et de la victoire que Nostre Sires leur avoit fete, que cil qui avoient esté en poverté estoient en richesse et en delit. Einsint furent a la Pasque florie et a la grant Pasque aprés en cel enneur et en cele joie que Diex leur ot donnee. Et bien en durent Nostre Seigneur loer, car il n’avoient mie plus de vint mile homes a armes que uns que autres, et par l’aide de Dieu avoient pris en la vile plus de quatre cenz mile homes, et en la plus fort vile qui fust ou monde, et la mieuz fermee44 » (§ 251).

37La faveur divine se manifeste à la fois dans leur passage de la pauvreté à la richesse, grâce au butin (élévation qui participe du retournement évangélique et du thème de la roue de Fortune), mais aussi dans le miracle que représente leur victoire malgré un rapport de forces très inégal et les défenses de la cité.

38Günter de Pairis, dans son Historia, fonde plutôt sa justification du second siège sur une analyse de la situation. Privés, avec la mort d’Alexis IV, de leur seul appui politique dans l’empire byzantin et de l’aide financière qu’il avait promise, conscients aussi du rapport très défavorable des forces militaires, les croisés, qui n’avaient plus ni les vivres, ni l’argent nécessaires pour continuer leur pèlerinage, étaient animés de l’ardeur de ceux qui n’ont plus rien à perdre, alors que les Grecs hésitaient à risquer leur vie pour affronter une armée dont ils pensaient que la disette viendrait à bout (chap. XIV, p. 92-93). Günter rapporte alors comment ils essayèrent toutes les tactiques possibles pour s’emparer de la cité, en sollicitant, au risque de leur vie, « non tam fortunam, quam divine virtutis potentiam, sine qua illud nullatenus fieri noverant » (chap. XVI, p. 98 ; non pas tant la fortune que la puissance divine, sans laquelle ils savaient que cette entreprise était vouée à l’échec). Il éprouve aussi le besoin de justifier l’attitude des vainqueurs. Si la victoire pressentie inspire à ses vers un élan martial, relancé par l’anaphore de irrue,

« Irrue, nunc Christi venerabilis, irrue, miles !
Irrue quam Christus victori traddidit urbem ! »
(XVII, v. 1-2, p. 101 ; « En avant, vénérable soldat du Christ, en avant !/En avant vers la ville que le Christ livre au vainqueur !)

39c’est pour menacer, non pour inciter à massacrer. Et il évoque la royauté pacifique du Christ, lors de son entrée à Jérusalem, assis sur un doux ânon (v. 3-4), puis il précise que les armes des croisés ne visaient qu’à effrayer, non à verser le sang (XVIII, p. 102). S’il y eut, selon lui, environ deux mille habitants de la cité tués, ce ne fut pas le fait des croisés, mais des « Latins » (Français, Italiens, Allemands) qui y résidaient et que les Grecs avaient chassés au moment du siège. Ces Latins avaient trouvé là une occasion de se venger.

  • 45 Même si Günther estime que l’un ne vaut pas mieux que l’autre et s’il nomme Murzuphle pestifer ill (...)

40Villehardouin, lui, manifeste son dégoût pour les mœurs des deux usurpateurs, Alexis III et Murzuphle45. Il souligne particulièrement, dans un récit détaillé, l’hypocrisie, la déloyauté et la cruauté du premier envers le second. Après avoir feint de l’accueillir comme un fils et lui avoir donné sa fille en mariage, Alexis invita Murzuphle aux bains où il lui fit arracher les yeux, comme il l’avait déjà fait à son frère Isaac II pour s’emparer du trône. Une formule d’adresse à ses auditeurs vient alors mettre en relief la conclusion de Villehardouin : « Or oez se ceste gent devoient terre tenir qui si grant cruauté fesoient li uns a l’autre » (§ 271). L’indignité même de ces hommes justifie donc l’entreprise des croisés. Et le chroniqueur reprend une formule très semblable pour traduire le sentiment du nouvel empereur latin de Constantinople et de sa suite, lorsque la nouvelle de cet événement leur parvint : « et bien dirent qu’il n’avoient droit en terre tenir qui si desloialment traïssoient li uns l’autre » (§ 272).

  • 46 § 253. Uns rains de torment : un rameau de désordre (les ms O et A disent, de façon plus satisfais (...)

41À l’inverse, si Günter de Pairis n’hésite pas à parler de sacra præda, de « butin sacré » pour les reliques et à en justifier par des visions et des miracles le pillage et le transfert en Occident, Villehardouin ne distingue pas les objets sacrés des richesses profanes et condamne l’avidité et la convoitise d’un certain nombre de ses compagnons. Alors qu’il avait été décidé de rassembler tout le butin, « Couvoitise, qui est uns rains de torment, ne lessa, ainz commencierent d’ilec en avant li couvoiteus a retenir des choses46 ». C’est par cette convoitise qu’il explique les échecs ultérieurs, punition que Dieu leur infligea après leur avoir accordé le succès :

  • 47 Amer : aimer ; s’estoient loialment… a cel point : ils s’étaient loyalement conduits jusqu’alors ;(...)

« Nostre Sires les conmença mains a amer. Ha ! conme s’estoient loialment demené tresque a cel point ! Et Damediex leur avoit bien mostré, car de touz leur aferes il les avoit honorez et essauciez par desus toute l’autre gent47 » (§ 253).

42Le jugement de Robert de Clari est encore plus sévère, c’est après la défaite d’Andrinople qu’il rappelle l’injustice des puissants barons qui s’attribuèrent la meilleure part du butin, au détriment des plus modestes, et leur violence dans la cité :

« Ensi faitement se venja Damedieus d’aus pour leur orguel et pour le male foi qu’il avoient portee a le povre gent de l’ost, et les oribles pekiés qu’il avoient fais en le chité, après chou qu’i l’eurent prise » (CXII, 24-27).

43Mais, de même que l’échec est signe de la défaveur divine (§ 229, 238, 253), de même le succès est signe de la faveur de Dieu et Villehardouin nous donne le sentiment que la croisade fut constamment accompagnée de sa sollicitude, tant que les croisés respectèrent le droit et la justice.

44Même si cela n’est pas théorisé dans sa chronique, Villehardouin a, comme Günter, une conception providentialiste de l’histoire, qui fonde pour l’essentiel sa justification de la quatrième croisade. Dans la relation des deux sièges, c’est Dieu, en effet, qui orchestre tout. Il donne à la flotte les conditions météorologiques nécessaires aux manœuvres :

  • 48 Einsint : ainsi ; tant que : jusqu’à ce que ; que en apele boire : que l’on appelle Borée. Ce vent (...)

« Et Diex leur dona bon tans (§ 126)
Et Dex leur dona bon vent, tel conme a euls covint (§ 133)
Einsint dura li asauz longuement, tant que Nostre Sires leur fist lever. I. vent que en apele boire, et bouta les nés et les vessiaus plus sus la rive qu’il n’estoient devant48 » (§ 242).

45C’est Dieu aussi qui décide de la stratégie ou des manœuvres :

  • 49 Porveü : projeté, décidé.
  • 50 « Alors Notre-Seigneur les détourna de la décision qu’ils avaient prise le soir de se diriger vers (...)

« Alons devant la vile et fesons ce que Nostre Sires aura porveü49 » (§ 131).
« Einsint leur destourba Nostre Sires leur conseil qui fu pris le soir de torner es isles, ausi conme se chascuns n’en eüst onques mes oï parler, et treent a la ferme terre plus droit qu’il onques pueent50 » (§ 134).

46Il est le maître des combats, abrégeant l’épreuve ou limitant les pertes des croisés :

  • 51 Estour : combat, mêlée ; neent fors que une nef de paizans : rien, si ce n’est une nef de Pisans.

« A l’aide de Dieu nostre Seigneur, petit dura cel estour et li Grieu leur tournèrent les dos » (§ 140).
« Par l’aide de Dieu n’i perdirent neent, fors que une nef de paisanz51… » (§ 220).

47Si Villehardouin souligne combien l’entreprise fut risquée pour les croisés (§ 154, 170, 179), notamment en raison d’un rapport de forces très défavorable (§ 163, 176, 177, 178, 179), c’est pour mieux montrer l’aide que Dieu leur apporta et, par conséquent la légitimité de leur combat : « Or oez estrange miracle » (§ 175), « Et sachiez que onques Diex ne trest de plus grant peril nules genz conme il fist ceuls de l’ost cel jor » (§ 181), « Or oez les miracles Nostre Seigneur conmes eles sont granz par tout ou lui plest » (§ 182), « Et pour ce puet en dire : “Qui Diex veult aidier, nus hom ne li puet nuire” » (§ 183).

  • 52 Si la doctrine platonicienne peut être utilisée ici à bon escient, la notion de vie, telle qu’elle (...)

48Günter se livre, lui, au milieu de son ouvrage, à une réflexion philosophique sur cette notion de Providence qu’il estime la cause première de l’événement. Dans les vers qui suivent le chapitre XI, il montre comment l’esprit divin, sans origine ni fin, est maître de tout : rien n’arrive qui ne soit marqué de son sceau. Ensuite, le chapitre XII reprend cette réflexion et, se fondant sur le concept d’archétype des philosophes grecs et sur la notion johannique de vie, Günter montre que tout ce qui arrive a déjà sa forme ou son idée dans l’intelligence de Dieu, que tout ce qui se crée ou sera créé « vit » déjà dans l’esprit divin : « in mente divina, […] vivebant omnia, etiam antequam fierent, que vel postea creata sunt » (p. 87 ; « dans l’esprit divin […] vivait tout ce qui a été créé ensuite, avant même que cela existât »)52. Il en conclut alors qu’un événement aussi extraordinaire que la prise de Constantinople était nécessairement pensé de toute éternité par Dieu. Ainsi la décision soudaine de changer d’itinéraire et d’objectif, pour se diriger, non plus vers l’Égypte et Jérusalem, mais vers Constantinople, se trouve justifiée par le dessein divin, auquel nul ne peut s’opposer :

« Itaque ex illa irrefragabili Dei dispositione illud processisse credendum est, quod exercitus noster, qui mox, capta Iazira, versus Alexandriam tendere festinabat, mutato proposito, huic tantæ ciuitati bellum indixit » (XII, p. 87 ; « c’est donc d’après ce dessein irréfragable de Dieu, il faut le croire, que ces événements se sont déroulés, c’est-à-dire que notre armée, qui, aussitôt après la prise de Zara, se dirigeait en hâte vers Alexandrie, changea de projet et déclara la guerre à cette si importante cité »).

  • 53 On peut citer notamment une chanson de geste, Le pélerinage de Charlemagne à Jérusalem et à Consta (...)
  • 54 Il le rappelle encore à la fin de son Historia : « Nullus ergo, ut alia multa, ita hoc fortuito es (...)

49D’ailleurs, comme dans la chronique de Villehardouin la prise de cette ville mythique apparaît comme un véritable miracle, tant le rapport des forces semblait inégal (chap. XIX, p. 107). La culture de Günter de Pairis le conduit à comparer l’événement à la prise de Troie, mais pour opposer la vérité à la fiction, la rapidité de la conquête au long siège de Troie et le faible effectif des croisés aux milliers de Grecs. Les vers qui suivent le chapitre xix développent la comparaison dans la même perspective, opposant en outre les causes de la guerre (la piété et la vengeance d’un empereur assassiné vs l’infidélité d’une femme) et les moyens utilisés (la bravoure des jeunes croisés vs la ruse de Sinon). Mais au terme du récit du second siège de Constantinople, l’évocation de l’entrée des croisés dans la cité a déjà suscité dans l’esprit du clerc une autre comparaison, cette fois avec l’entrée triomphale du Christ dans Jérusalem avant sa Passion (chap. XVII, p. 101). Cette scène est suggérée par la date de l’événement, qui eut lieu quelques jours avant le dimanche des Rameaux 1204. Certes Günter oppose à la « cité sainte » la « ville perfide », mais la victoire des croisés et la fascination que les richesses et les reliques de Constantinople exerçaient sur eux, comme l’attrait déjà suscité par les descriptions littéraires53, la substituaient à Jérusalem dans leur imaginaire. Dès lors la prise de la cité ne pouvait apparaître comme l’effet d’un hasard54. Elle était voulue par Dieu.

50Malgré une divergence sur le pillage des reliques et sur quelques aspects plus secondaires, nos deux chroniqueurs s’attachent, tous les deux, à justifier la croisade, à faire l’apologie d’une expédition qui vise à « libérer » la Terre sainte de la présence musulmane, ce qu’ils appellent « venger la honte Jésus-Christ », venger l’outrage que cette présence inflige au Christ. Mais ils s’emploient aussi à justifier la déviation de la quatrième croisade vers Constantinople, au nom du droit et de la justice, par le rétablissement du souverain légitime, et au nom même de l’objectif initial de la croisade, par l’obtention d’une aide matérielle et financière devenue nécessaire. Enfin, lorsque le rêve s’évanouit, ils justifient le combat contre un nouvel usurpateur et la conquête de la capitale byzantine pour le compte des Occidentaux par la « trahison » des Grecs qui les rend « indignes de tenir une terre ». Le procédé n’est cependant pas le même dans les deux récits. Villehardouin intervient fréquemment par de brèves adresses à l’auditeur, des hyperboles, il choisit des détails significatifs, souvent aussi il prête son argumentation à certains des acteurs de la croisade et il rend compte des débats de façon déséquilibrée, dans des discours directs qui favorisent le point de vue qu’il partage, tandis que Günter se livre plutôt à d’amples analyses de la situation, solidement structurées. L’apologie qu’ils entreprennent de cette aventure se fonde aussi, dans les deux cas, sur une conception providentialiste de l’Histoire, mais sur ce point encore l’approche est différente. Villehardouin, en effet, multiple les références à l’action divine ; ce sont des éléments repris avec insistance, mais épars dans son récit. Günter, sans éviter ces brèves mentions qui renvoient aux desseins divins, se livre à une réflexion suivie, distincte de la narration, sur cette question et la traite en clerc.

Bibliographie

BIBLIOGRAPHIE

Éditions de référence

Geoffroy de Villehardouin, La Conquête de Constantinople, J. Dufournet (éd. et trad.), Paris, Flammarion, 2004, coll. « GF », no 1197.

Villehardouin, La Conquête de Constantinople, E. Faral (éd. et trad.), Paris, Les Belles Lettres, 1973 (1re éd. 1939), coll. « Les Classiques de l’histoire de France au Moyen Âge ».

Guntheri Parisiensis [Günter de Pairis], Historia Constantinopolitana…, dans comte Paul Riant, Exuviæ sacræ Constantinopolitanæ, Genève, G. Fick, 1877, rééd. en fac-similé, Paris, CTHS, 2004 (CTHS Histoire), t. 1, p. 57-126.

Études

Buridant C., « De Corfou au Cap Malée, explication des paragraphes 119-122 de la chronique de Villehardouin », dans l’Information Littéraire, Paris Baillière, mai-juin 1973, no 3, p. 132-138.

Dufournet J., Les Ecrivains de la IVe croisade, Villehardouin et Clari, Paris, SEDES, 1973.

Jacquin G., Le Style historique dans les récits français et latins de la quatrième croisade, Paris-Genève, Champion-Slatkine, 1986.

« L’Historia de Günther de Pairis : Statut du texte et idéologie » dans Grecs et Romains aux prises avec l’histoire, Représentations, récits et idéologie, Lachenaud G. et Longrée D. (dir.), Rennes, PUR, 2003, p. 705-718.

Notes

1 L’Histoire de l’empereur Henri de Constantinople, du clerc Henri de Valenciennes, Longnon J. (éd.), Paris, P. Geuthner, 1948, coll. « Documents relatifs à l’histoire des croisades », no 2, composée en français, ne traite que du règne du second empereur latin, frère de Baudouin, même si elle met encore en scène des acteurs de la croisade.

2 Seule une partie de ces deux chroniques en latin est consacrée à la quatrième croisade.

3 Alphandéry P. et Dupront A., La chrétienté et l’idée de croisade, Paris, Albin Michel, 1959, t. 2, p. 77, note 1.

4 L’Historia de Günter de Pairis, citée juste avant, fait partie de cette catégorie de documents, mais le récit de la croisade y est si développé qu’on l’en a distinguée. Ces textes narratifs, qu’on nomme lipsanographiques, ont été édités par P. Riant dans ses Exuviæ sacræ Constantinopolitanæ, Genève, G. Fick, 1877, rééd. en fac-similé, Paris, CTHS, 2004 (CTHS Histoire), t. 1, p. xxxviii-cii et 3-163. Nous nous référons à cette édition, p. 57-126, pour le texte de l’Historia Constantinopolitana de Günter de Pairis. Les citations en latin seront immédiatement suivies de leur traduction.

5 Pour le texte de La Conquête de Constantinople de Geoffroy de Villehardouin, nous nous référons à l’édition bilingue de Jean Dufournet, Paris, Flammarion, 2004, GF no 1197. Nous ne traduirons, en note, que les mots et expressions qui peuvent présenter, en ancien français, une difficulté de compréhension ; si cela semble nécessaire, nous donnerons une traduction de l’ensemble de la citation. Pour les manuscrits autres que B, nous nous référons à l’édition de Faral E., Paris, Les Belles Lettres, 1973 (1re éd. 1939).

6 Le ms. B (éd. cit.) dit : « mort », mais il est le seul, les autres disent : « honte » (« pour venger la honte de Jésus-Christ »), comme dans la phrase suivante de la citation et au § 27. Nous retenons donc cette version.

7 Posteif : puissants ; leur compaignier a : les accompagner pour.

8 L’abbaye cistercienne de Pairis était située dans le Val d’Orbey, près de Colmar (Haut-Rhin). Né vers 1150, comme Villehardouin, Günter fut écolâtre dans une cathédrale de la vallée du Rhin, peut-être à Cologne, avant de se retirer à Pairis en 1203. Martin, l’abbé de Pairis, lui confia le soin de rédiger le récit de son pèlerinage en Terre sainte et à Constantinople. Günter devint ensuite prieur de l’abbaye.

9 Nous conservons ainsi à dessein, dans notre traduction, la construction en chiasme : « labore brevi & modico, magna & eterna […] stipendia ».

10 I, p. 57; cf. Exode, 3, 1.

11 I, p. 58. L’antithèse entre la grandeur des œuvres et l’obscurité de ceux qui les ont réalisées en inclut une autre opposant à ces réalités prodigieuses, l’hypothèse, qui serait plus crédible, que ces hauts faits aient été accomplis, dans le premier cas (la libération des Hébreux), par un roi disposant de milliers de soldats, et dans le second (la première prédication chrétienne), grâce à l’autorité d’Auguste, au savoir de Platon ou à l’éloquence de Démosthène ou Cicéron.

12 Günter fait allusion à « l’invention » et à la « translation » des reliques que Martin rapporta de Constantinople. La suite de la phrase énumère longuement les finalités de cette action : la gloire de Dieu, le pieux souvenir de Martin, l’honneur et la joie de la nation germanique, et surtout la consolation et la défense de l’Église d’Occident.

13 La comparaison, qui se fonde sur le nom (Martin) que partagent le saint et l’abbé, s’organise en trois points : leur présence dans une armée, leur générosité, leur humilité.

14 On avait sans doute aussi surestimé le nombre de croisés.

15 Zara, sur la côte dalmate, aujourd’hui Zadar, en Croatie, appartenait au roi de Hongrie. Cependant cette cité avait été enlevée à Venise en 1183 et, selon Günter de Pairis, les Vénitiens accusaient ses habitants de se livrer à des actes de piraterie contre leurs vaisseaux (chap. VI).

16 Alexis III était le propre frère d’Isaac. Quant à Alexis le Jeune, emprisonné avec son père Isaac, il avait réussi à s’évader et était allé en Allemagne solliciter l’aide de son beau-frère, Philippe de Souabe. Ce dernier avait, en effet, épousé la fille de l’empereur Isaac, Irène.

17 On note, outre le chiasme initial (celeri cursu sed mente tarda : litt. « par une rapide course mais avec un [état d’]esprit lent »), les oppositions entre les verbes qui traduisent l’hostilité (obsederunt, oppugnantes, ad deditionem compulerunt) et leurs compléments qui évoquent la peur (terrore) et la colère (fremitu désigne des « grondements » de colère ou d’indignation) des assiégeants et corrigent ou nient l’idée de violence. Günter attribue ensuite la violence réelle et la haine aux Vénitiens.

18 Actuellement dans les Yvelines.

19 L’apostelle ou apostoille de Rome (ms. O), litt. l’apôtre de Rome, désigne le pape.

20 « Ils ont causé un bien grand tort ceux qui ont ruiné cet accord ; et il n’y a pas eu un seul jour qu’ils ne se soient efforcés de disloquer cette armée. »

21 Domache : dommage ; a tout jourz… essauciee : pour toujours la chrétienté en aurait été exaltée ; pour l’enfermeté de la mer : de maladie en mer ; les autres manuscrits disent de la terre (i. e. de la Syrie) : du climat malsain du pays.

22 Que ce que il se départe ne défaille par nous : plutôt qu’elle [l’armée] ne se sépare et ne se dissolve à cause de nous.

23 « Mais Dieu qui donne courage aux découragés ne voulut pas le permettre. »

24 « Maintenant, vous pouvez savoir, seigneurs, que si Dieu n’avait pas aimé cette armée, elle n’aurait pas pu rester unie, quand tant de gens lui voulaient du mal. »

25 Manda […] que il les asost come ses filz : il fit savoir […] qu’il leur donnait l’absolution comme à ses fils.

26 Le ms. B (éd. cit.) est le seul à dire : si le metez, or cette forme de 5e personne, à l’impératif, est manifestement une erreur. Nous préférons la forme de 1re personne de l’indicatif présent, donnée par les autres ms : si le met (je le remets).

27 Alexis le Jeune annonce qu’il conduira ou enverra dix mille hommes au Caire et assurera ce service pendant un an et qu’il entretiendra, sa vie durant, cinq cents chevaliers en Terre sainte.

28 La Romanie désignait l’empire latin d’Orient, après la conquête ; ici il s’agit encore de l’empire byzantin. Dont ele ere partie pieça : dont elle était séparée depuis longtemps (allusion au schisme de 1054).

29 Il n’estoient mie pour ce meü : ils ne s’étaient pas mis en route pour cela ; et ce verroiz vous… deguerpiz : et vous le verrez bien d’après ceux-là mêmes qui nous ont quittés ; Babiloine : Babylone d’Égypte, c’est-à-dire Le Caire. La terre de Babiloine désigne donc l’Égypte.

30 Ce discours implique une concordance au passé (verbes à l’imparfait ou plus que parfait de l’indicatif et à la forme en-roit/-rait dite futur du passé), des pronoms sujets et formes verbales à la 3e ou 6e personne.

31 Abbaye située près de Lille.

32 Nous empruntons cette expression à Jean Dufournet, dans la présentation de son édition, p. 31.

33 Nés : nefs ; reperoient : revenaient ; estoire : flotte ; les mots entre crochets, empruntés au ms. O, ont été ajoutés à juste titre par l’éditeur.

34 Villehardouin, qui rapporte ses paroles au style direct, lui prête, pour justifier sa décision, l’argument qu’il a lui-même donné au paragraphe 120 : « car il samblent bien gent qui doivent terre conquerre » (§ 122).

35 « C’est pourquoi l’on dit que de mille mauvaises voies on peut revenir. » Cet exemplum rappelle la parabole du fils prodigue, cf. Luc 15,11-32.

36 Moult se merveille : se demande avec beaucoup d’étonnement ; regne : royaume.

37 Veez ci le vallet : voici le jeune homme ; cil que vous obeïssiez […] a pechié : celui auquel vous obéissez exerce sur vous son autorité à tort ; il li a les eulz trez et tolu son empire : il lui a arraché les yeux et enlevé son empire.

38 Chap. XIII, p. 90. Günter exprime longuement l’horreur que lui inspire le personnage de Murzuphle ; il lui prête notamment, comme argument pour justifier le meurtre d’Alexis IV, la raison d’État : il vaut mieux que lui seul perde la vie, plutôt que les richesses de toute la Grèce ne passent à des étrangers (ibid.).

39 « Il fut rapidement su des Grecs et des Latins que le meurtre avait été commis comme vous l’avez entendu rapporter. » Les autres ms disent : « clerement fu seü [li murtres] » ([le meurtre] fut clairement connu). Notons que les détails retenus par Villehardouin ne résultent pas seulement d’une volonté de propagande, la plupart sont confirmés par l’Historia du Grec Nicétas Choniates (cf. Villehardouin, La Conquête de Constantinople, Faral E. [éd.], Paris, 1973 [1re éd. 1939], Les Belles Lettres, tome 2, p. 23, notes 1 à 4).

40 « [Ils] démontrèrent aux barons et aux pèlerins que celui qui commettait un tel meurtre n’avait pas le droit de gouverner une terre et que tous ceux qui étaient consentants étaient complices du meurtre, sans compter qu’ils s’étaient soustraits à l’obédience de Rome. »

41 « Mais il ne plut pas à Dieu qu’il mourût. »

42 Sur la mer Noire, au nord-ouest de Constantinople.

43 Nous nous référons à l’éd. bilingue de Jean Dufournet : Robert de Clari, La Conquête de Constantinople, Paris, Champion, 2004, coll. « Champion Classiques ». Trad. : « Quiconque la porte dans une bataille ne peut être défait, et parce que Murzuphle ne la portait pas à bon droit, nous croyons qu’il fut défait. »

44 Delit : plaisir ; la Pasque florie désigne la fête des Rameaux ; que uns que autres : entre eux tous, au total ; fermee : fortifiée.

45 Même si Günther estime que l’un ne vaut pas mieux que l’autre et s’il nomme Murzuphle pestifer ille Murciflo, gravissimi sceleris perpetrator (XX, p. 109 ; « ce funeste Murzuphle, auteur du pire crime »), il ne s’attache pas à décrire la cruauté d’Alexis, mais plutôt l’errance misérable de celui dont le corps, comme l’esprit, était désormais privé de lumière (XX, p. 110).

46 § 253. Uns rains de torment : un rameau de désordre (les ms O et A disent, de façon plus satisfaisante, racine[s] de toz mals) ; ne lessa : ne lâcha pas prise ; ainz… d’ilec en avant : mais… dès lors.

47 Amer : aimer ; s’estoient loialment… a cel point : ils s’étaient loyalement conduits jusqu’alors ; Damediex : le seigneur Dieu ; essauciez : exaltés ; par desus… gent : au-dessus de tous les autres.

48 Einsint : ainsi ; tant que : jusqu’à ce que ; que en apele boire : que l’on appelle Borée. Ce vent permit notamment à l’échelle d’une nef d’atteindre une tour et ainsi d’en chasser les défenseurs.

49 Porveü : projeté, décidé.

50 « Alors Notre-Seigneur les détourna de la décision qu’ils avaient prise le soir de se diriger vers les îles, comme si personne n’en avait jamais entendu parler, et ils gagnèrent la terre ferme le plus directement qu’ils pouvaient. »

51 Estour : combat, mêlée ; neent fors que une nef de paizans : rien, si ce n’est une nef de Pisans.

52 Si la doctrine platonicienne peut être utilisée ici à bon escient, la notion de vie, telle qu’elle apparaît dans l’Évangile de Jean, 1, 4, ne peut être assimilée à l’archétype ou à l’idée ; Günter interprète inexactement la phrase de Jean en citant : « quod factum est, inquiens, in ipso uita erat » avec le sens de « ce qui a été fait, dit-il, vivait en lui », alors qu’il faut distinguer le verset 3 : « et sine ipso factum est nihil quod factum est » (« et sans lui rien ne fut de ce qui fut » et le verset 4 : « in ipso uita erat » (« en lui était la vie » ; uita désignant la vie de Dieu, la vie éternelle).

53 On peut citer notamment une chanson de geste, Le pélerinage de Charlemagne à Jérusalem et à Constantinople (milieu du XIIe s.) et plusieurs romans : Eracle de Gautier d’Arras (vers 1180), Partonopeus de Blois (entre 1160 et 1188) et, dans une moindre mesure, Cligès de Chrétien de Troyes (1176) ; voir Dufournet J., Les écrivains de la IVe croisade, Villehardouin et Clari, Paris, SEDES, 1973, vol. 1, p. 113-135.

54 Il le rappelle encore à la fin de son Historia : « Nullus ergo, ut alia multa, ita hoc fortuito estimet euenisse » (XXIV, p. 123 ; « que personne ne pense que cet événement est arrivé, comme beaucoup d’autres, par hasard »).

© Presses universitaires de Rennes, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540