Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’apologétique chrétienne

 | 
Didier Boisson
, 
Élisabeth Pinto-Mathieu

Introduction

Élisabeth Pinto-Mathieu

Texte intégral

  • 1 Sous la direction de Michel Jarrety, Le Livre de Poche, Paris, 2001, p. 36. L’auteur de la définit (...)

1Le Lexique des termes littéraires1 définit ainsi le terme « apologie » : « Défense orale ou écrite d’une personne, d’une collectivité, d’une institution ou d’une philosophie. Ce n’est pas un genre littéraire à proprement parler, car elle peut revêtir bien des formes. Plus une société est agitée de courants contraires, plus les apologies se développent. » L’article se poursuit en renvoyant au plus ancien exemple connu, l’Apologie de Socrate de Platon, mentionne les nombreuses apologies dans la France des XVIe, XVIIe et XVIIIe siècles, avant de conclure : « L’apologie relève de l’art de défendre et de persuader qui est au cœur de la rhétorique. » Ces quelques lignes pourraient être à l’origine de l’initiative du présent volume. Elles soulignent en effet l’importance d’une apologie qui serait au cœur de la rhétorique, tout en lui refusant la dénomination de genre littéraire et en soulignant l’importance majeure de l’histoire qui, selon les périodes, se montrerait plus ou moins favorable à son éclosion. Les difficultés à appréhender cette matière protéiforme nous ont semblé particulièrement adéquates à un projet diachronique et pluridisciplinaire tel qu’« Écritures du sacré » qui regroupe à l’université d’Angers des chercheurs en lettres, histoire ou langue de toutes époques. Nous avons ainsi choisi d’étudier l’apologie chrétienne depuis ses origines, en sollicitant la participation du professeur Bernard Pouderon qui en est spécialiste, jusqu’à ses résurgences dans l’histoire et la littérature contemporaines. Le souhait de suivre l’apologie en Europe pendant plus de deux mille ans répond certes à un besoin de synthèse, les travaux les plus importants restant à ce jour propres à une période historique donnée (Jean-Claude Fredouille dans la Revue des études augustiniennes pour l’Antiquité, Sylviane Albertan-Coppola sur l’apologétique à l’âge des Lumières) ou liées à la philosophie, à la théologie ou à une figure particulière (Philosophie et apologétique. Maurice Blondel cent ans après, par exemple). Il aspire surtout à se poser précisément la question des causes d’une telle longévité de l’apologie. Les premiers « apologistes » antiques, qui n’employaient d’ailleurs jamais le terme d’apologie, « genre » pourtant bien identifié, écrivaient dans un contexte de persécutions, menacés dans leur vie même par le polythéisme impérial. Leurs écrits pouvaient prendre un aspect protreptique, en promouvant une doctrine qui n’était celle ni du pouvoir ni de la majorité. Mais pourquoi l’apologie s’est-elle perpétuée au fil des siècles dans des sociétés qui non seulement reconnaissent le christianisme mais l’affichent comme idéologie dominante ? Crises internes, hérésies, schismes apparaissent spontanément comme les premières explications de cette permanence d’un « genre » qui devient de plus en plus polémique. La controverse confessionnelle, comme le fera remarquer Didier Boisson, codirecteur du présent ouvrage, devient un substitut à l’authentique « guerre » de Religion. Mais ces périodes propices aux apologies car agitées de courants contraires ne sont-elles pas l’arbre qui cache la forêt ? Suivre siècle à siècle l’apologie chrétienne peut réserver des surprises, souligner ruptures et résurgences, voire rétablir d’anciennes évidences…

2Nous avons choisi, pour préserver à chaque période historique sa cohérence, de diviser ce parcours chronologique en quatre grands moments : l’Antiquité, le Moyen Âge, la Renaissance et l’époque classique, puis les XIXe et XXe siècles. Chacune de ces périodes est représentée par un ou plusieurs enseignants-chercheurs de l’université d’Angers, entouré des meilleurs spécialistes en la matière. Bernard Pouderon (université de Tours, IUF) a fourni à l’ouvrage son socle épistémologique en retraçant les origines de l’apologie antique. Sébastien Morlet (université Paris IV-Sorbonne, IUF) montré qu’à côté de l’apologétique antipaïenne existait une fort intéressante apologétique antijudaïque. Blandine Colot (université d’Angers) s’est intéressée à Lactance, le premier apologiste latin à vouloir user de l’éloquence au service de la vérité chrétienne ; Hélène Grelier (université Paris II) a étudié une lettre de Grégoire de Nysse qui témoigne des rivalités doctrinales qui se développent à la fin du IVe siècle à propos de l’unité du Christ. Philippe Blaudeau (université d’Angers, IUF) enfin, montre l’habileté du Liber Heraclidis qui, derrière une charge violente contre le synode de 449, réhabilite son auteur, Nestorius.

3Parler d’apologie au Moyen Âge, époque du catholicisme triomphant, peut sembler plus surprenant. Marie-Madeleine de Cevins, professeur d’histoire médiévale à l’université de Rennes 2, présente une synthèse de l’époque médiévale qui en montre pourtant tous les enjeux. Éléonore Mavraki (CUFCo, université d’Angers) relit la Chanson de Roland en s’attardant sur ses hypotextes bibliques et son contexte historique. Gérard Jacquin, professeur émérite à l’université d’Angers, lit sous l’angle apologétique les récits de la croisade déviée de 1204. Élisabeth Pinto-Mathieu étudie la Montagne de Contemplation de Jean Gerson au regard de la théologie mystique et y voit une apologie de la « simplesse ». Jacques Lardoux (université d’Angers), spécialiste de poésie, voit enfin dans la parole poétique de la fin du Moyen Âge et du siècle suivant le medium le plus édifiant et le plus persuasif.

4La période XVIe-XVIIIe siècles est introduite par Didier Boisson, professeur d’histoire moderne à l’université d’Angers, qui dépeint les siècles les plus riches peut-être du genre apologétique à la lumière des affrontements confessionnels. Luce Albert (université d’Angers) montre le rôle majeur de l’apologie dans l’entreprise de Calvin de fonder une nouvelle église. Laurent Susini (université Paris IV-Sorbonne) étudie l’un des monuments les plus fameux du genre, Les Pensées de Pascal. Laïla Ghermani (IUT de Paris 13) explore la piste d’une continuité entre les vingt années de rédaction par John Milton de pamphlets politico-religieux et sa grande épopée chrétienne, Paradise Lost. Anne Régent-Susini (université Paris III-Sorbonne nouvelle) suit elle aussi une œuvre dans la continuité de ses réécritures : le Discours sur l’histoire universelle de Bossuet, dont les remaniements soulignent la vocation apologétique. Simon Icard enfin (CNRS, Laboratoire d’études sur les monothéismes), étudie l’incontournable querelle janséniste à travers trois apologies d’Antoine Arnauld. Le XVIIIe siècle, siècle des philosophes, voit une vigoureuse contre-offensive des prédicateurs contre les « incrédules » ; c’est ce qu’étudie Isabelle Brian (université Paris 1) dans les sermons apologétiques. Maria Dolores Alonso Rey (université d’Angers) dépasse les limites chronologiques dans une magistrale synthèse de l’apologie en Espagne du XVIe siècle au XIXe.

5L’époque contemporaine (XIXe-XXe siècles) s’ouvre sur la synthèse de Brigitte Waché (université du Maine) qui reprend l’apologie là où nous l’avons quittée en Espagne, au début du XIXe siècle, en France, et la suit jusqu’aux années 1950. Laure Boulerie (doctorante, université d’Angers) étudie l’œuvre dont Chateaubriand voulait faire l’apogée épique de ses visées apologétiques, Les Martyrs. Marie-Pierre Chabanne (IUT, université d’Angers), à travers les considérations de Stendhal sur l’art, envisage sa « réponse » cinglante à ce même Chateaubriand. Le climat de l’avant-guerre apparaît dans l’étude de Pauline Bernon-Bruley (université d’Angers) sur le cahier que rédigea Péguy pour répondre à un article critique à l’endroit du Mystère de la charité de Jeanne d’Arc. Dans la lignée de Stendhal, Camus s’inspire de l’apologie chrétienne pour mieux la détourner par l’ironie, dans son Minotaure ; c’est ce qui apparaît dans l’article de Linda Rasoamanana (IUT de Nantes). Le parcours chronologique se clôt sur l’article de Frédéric Gugelot (université de Reims), qui analyse les témoignages d’abandons de la fonction sacerdotale au XXe siècle jusque dans les années 1970. Que tous les collaborateurs qui ont apporté leur pierre à cet édifice aussi riche que varié soient ici remerciés.

Notes

1 Sous la direction de Michel Jarrety, Le Livre de Poche, Paris, 2001, p. 36. L’auteur de la définition est Daniel Ménager.

Auteur

LUNAM Université – université d’Angers
CERIEC, EA 922.
Professeur de langue et littérature médiévales à l’université d’Angers.

© Presses universitaires de Rennes, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540