Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La gloire de l’industrie

 | 
Corine Maitte
, 
Matthieu de Oliveira
, 
Philippe Minard

Quatrième partie. Les mondes ouvriers

Fabrication et valorisation des charbons : construction et reconnaissance des compétences

Nadège Sougy

Texte intégral

  • 1 Gérard Gayot, Les draps de Sedan 1646-1870, Paris, Éditions de l’EHESS/Terres Ardennaises, 1998, p (...)
  • 2 On pourra se référer à Liliane Hilaire Pérez, L’invention technique au siècle des Lumières, Paris, (...)

1L’histoire des fabrications a partie liée avec celle des techniques et des savoir-faire. Au travers d’elle on a souvent abordé l’analyse des gestes pour saisir, non seulement les compétences qui sont requises et les conditions du travail, mais aussi pour définir les spécificités, les qualités des produits fabriqués. Gérard Gayot nous a montré que ce sont les compétences des tondeurs et la maîtrise de leurs gestes qui font la renommée internationale des draps de Sedan1. D’autres études se sont attachées à cette question dans la quincaillerie avec les doreurs, dans l’horlogerie avec l’établisseur ou dans l’indiennerie avec le graveur ou le coloriste2. Le geste se définit alors à la fois comme un élément de compréhension d’un processus de fabrication qui dépend de techniques et de savoir-faire et comme ce qui conditionne la qualité du produit obtenu. Pour ces produits, les étapes finales de finition, de valorisation sont souvent passées inaperçues dans les études historiques davantage centrées sur les opérations qui sont au cœur de la filière technique. Pourtant, elles contribuent à une grande part de la valeur ajoutée, définissent les emplois des produits et suscitent des gestes, des compétences, des savoir-faire spécifiques qui identifient un personnel qualifié.

  • 3 Concernant l’essor de la valorisation des charbons et son importance dans l’essor des consommation (...)
  • 4 Pierre Guillaume, La compagnie des mines de la Loire (1846-1854) : essai sur l’apparition de la gr (...)
  • 5 Nadège Sougy, Les charbons de la Nièvre, op. cit.

2L’industrie houillère a en général échappé à un examen attentif de toutes les phases du processus productif. Si les gestes de l’extraction ont été saisis pour suivre les rendements en insistant sur la pénibilité des conditions de travail dans ce milieu extrême du fond, ceux du triage, calibrage et lavage au jour ont souvent été délaissés. Or la fabrication des charbons ne saurait se comprendre sans référence à ces activités de valorisation3. En effet, l’extraction fournit un produit brut, mélange de combustible et de stérile non commercialisable qu’il faut traiter et conditionner pour l’adapter aux besoins des marchés. Correctement calibrés, les charbons sont progressivement adaptés aux diverses grilles de chauffe ; convenablement épurés, ils sont rendus cokéfiables et deviennent prisés par les sidérurgistes. C’est en partie sur cette capacité de transformation que repose l’essor de l’usage industriel des combustibles minéraux au cours du XIXe siècle. Cette valorisation, indispensable pour développer l’usage du combustible, participe à l’amélioration de la bonne gestion des exploitations en permettant la récupération des moindres particules de combustible. Les exploitants ont misé sur cette étape essentielle qui permettait de tirer au mieux partie de leur extraction, car elle conditionne les emplois possibles des charbons et donc, par une création marginale de valeur ajoutée, définit la rentabilité de l’exploitation. Cette étape fondamentale de transformation d’un produit brut s’accompagne de la naissance de procédures et de qualifications spécifiques. L’historiographie minière a minoré cette approche de la qualité des produits en accordant une large place aux travaux du fond4. De fait, cette analyse est réalisée à l’échelle d’une entreprise qui apparaît la seule pertinente pour mener la réflexion, mais elle ne peut s’inscrire dans une démarche comparative faute de travaux. Les archives du site houiller de La Machine, dans la Nièvre – un gisement de moyenne importance du Bassin Bourgogne-Nivernais5 – permettent de comprendre la mise en place de cette phase finale mais déterminante de l’activité houillère. Les contrats de travail précisent les précautions prises pour effectuer le travail, déterminent les soins apportés au produit en définissant ce qui est autorisé ou non, fixent les gestes et les pratiques. Les grilles de rémunérations fournissent une lecture de l’intervention sur le produit avec en contrepartie la reconnaissance sous-jacente des compétences, de l’habilité et parfois de la pénibilité de la tâche. Du côté du marché, les diverses clauses de qualité des contrats de vente stipulent les conditions de valorisation, alors que les mécontentements de la clientèle précisent les manquements. À ces sources manuscrites, s’ajoutent les documents iconographiques, des mises en scène très significatives si on les analyse avec les réserves et l’esprit critique qui s’imposent. Ces « vrais-faux » instantanés où la pose donne lieu à des compositions filtrent les gestes et les postures, gomment certains aspects du travail. Ce corpus permet de retrouver les étapes de valorisation des charbons à travers l’évolution de leur fabrication à La Machine. Il s’avère très précieux et sans équivalent sur d’autres sites car il reflète l’intégralité des changements techniques intervenus entre 1850 et 1914.

3Dans la première moitié du XIXe siècle, la poursuite de l’extraction dans ce gisement très faillé repose sur la capacité des exploitants à épurer une production trop impure. C’est dans ce cadre que la valorisation devient un maillon essentiel de l’activité de la seule houillère nivernaise et que se pose la question des procédures, des moyens et des compétences à mobiliser pour transformer la qualité des charbons. Cet effort permet d’améliorer la réputation des produits machinois, d’étoffer l’offre et de conquérir de nouveaux clients parmi lesquels les sidérurgistes du Creusot.

4À travers l’évolution de la valorisation des charbons, on peut repérer les gestes qui, du fond au jour, précisent le soin porté au traitement de l’extraction. En ce sens, il s’agit de réviser l’activité extractive en ciblant l’étude sur ces interventions qui participent à la création de qualités de charbon. Or, progressivement, les opérations de triage-calibrage et de lavage deviennent des maillons plus visibles de la chaîne de fabrication des charbons, avec un personnel et des objectifs de traitement plus clairement identifiés. La mécanisation du dernier tiers du XIXe siècle, l’apparition de la préparation mécanique des houilles nous permettra de saisir le reconditionnement des gestes de la valorisation, phase de transformation devenue indispensable au fonctionnement de la filière.

Fabriquer des qualités : un souci précoce

5L’étude des travaux souterrains s’est longtemps inscrite dans une approche mêlant une description des techniques, des métiers et des conditions de travail. Complétée par l’analyse des grandes séries de la statistique de l’industrie minérale, l’appréciation de la marche des exploitations a retracé l’évolution des productions. Or, cette démarche, indispensable, doit être complétée par une compréhension plus « qualitative » de l’extraction.

Des chantiers souterrains…

6Au fond, les ouvriers sont préoccupés par le volume de leur production, le nombre de mètres cubes dépilés, mais aussi par la composition de leur benne. C’est un facteur important qui conditionne une partie de leurs gestes et autorise une relecture de l’extraction. L’efficacité du travail du mineur n’est pas posée uniquement en termes de volume, elle l’est aussi en terme de qualité de l’extraction. La phase extractive n’est pas une simple phase de glanage. Elle s’organise dans des logiques de séparation des produits qui relève déjà d’une forme de valorisation et implique des précautions particulières. Au niveau de l’extraction et des méthodes d’exploitation, la séparation entre les produits extraits est loin d’être négligée. L’exploitation des veines de houille et le travail dans les couches stériles doivent être séparés pour éviter le mélange entre produits. Cette mesure est d’autant plus importante que les ouvriers chargés de prélever les houilles, les piqueurs, sont payés à la benne et qu’il ne saurait être question d’appliquer la même rémunération pour les bennes de houille et de schiste. En outre, les veines de charbons étant de nature géologique différente, la distinction par chantier doit être préservée lors de la remontée au jour pour conserver la spécificité des diverses houilles.

  • 6 Le protocole d’extraction se déroule en trois phases différentes. Le repérage implique le percemen (...)
  • 7 AD Nièvre, 26 J 11964, Conditions d’entreprises (1843-1855).
  • 8 Le baume correspond à un calcaire schisteux.

7Le protocole d’extraction répond à cette logique de séparation entre stériles et combustibles6. Les contrats d’embauche des ouvriers précisent l’existence de cette première séparation des produits dans les chantiers. Le percement de travers-bancs fait l’objet de contrats spécifiques qui distinguent les tâches de chacun et évitent ainsi le mélange des stériles et des houilles. Fonction de la nature du travail et des terrains traversés, le système de rémunération en est un bon révélateur. Ainsi, les ouvriers chargés de creuser les travers-bancs sont payés selon la nature des couches traversées. En 1849, le règlement des compagnies au rocher, c’est-à-dire des groupes de mineurs engagés pour travailler dans les bancs de grès, souligne la complexité des rémunérations7. Les terrains des galeries au rocher se divisent en quatre espèces : les grès, les grès baumards, le baume8 et des terrains irréguliers. Or, la Compagnie des mines fixe un prix du mètre courant différent selon la nature de ces couches : 45 francs pour le grès, 20 francs pour le baume et 30 francs pour le grès baumard. La différence de rémunération suit au plus près la pénibilité du travail. Il faut rémunérer plus fortement l’avancement forcément plus lent dans les couches plus dures en reconnaissant les différentes formes d’habileté réclamées aux mineurs engagés dans les chantiers de stériles et à ceux impliqués dans l’abattage de la houille. Les contrats à l’entreprise retrouvés pour la première moitié du XIXe siècle montrent que les équipes qui sont régulièrement réembauchées sont affectées dans les quartiers qu’elles connaissent déjà et où elles sont jugées les plus efficaces. Ces réaffectations sont une preuve de l’effet d’apprentissage, forme habituelle de la construction des compétences dans cette filière.

  • 9 AD Nièvre, 26 J 11964, Conditions d’entreprises (1843-1855).

8Au front de taille, les gestes des mineurs occupés à l’abattage des charbons apparaissent clairement précisés dans les contrats. Il ne s’agit pas de s’accorder uniquement sur le prix de la benne, mais de fixer un tarif selon sa composition. Il importe donc de saisir que ces clauses de qualités offrent une relecture du travail des mineurs longtemps analysé sous l’angle unique du rendement. Les contrats précisent au contraire que le paiement est différent selon les calibres des produits extraits. Ainsi, en 1843, un contrat d’entreprise à l’abattage au puits des Glénons indique « l’abattage de 20 000 hectolitres de houilles à raison de 0,19 centime le gros et 0,12 centime le menu9 ».

9Cette tarification incite à la production de gros charbons. La précision est importante. Si le marché réclame ces calibres, la friabilité du gisement machinois s’oppose naturellement à cette production. Ainsi, la clause prend-elle de l’importance puisqu’elle conditionne les gestes du piqueur qui doit veiller à réduire le bris des blocs au moment de l’abattage et du chargement. Dès le fond, existent des gestes qui sont contractualisés et visent à assurer la « qualité » de l’extraction. Encore faut-il nuancer l’analyse. La multiplication des contrôles des bennes pour vérifier le travail des mineurs précise assez bien l’écart entre le contrat et les pratiques. La mise en place d’un système d’amendes pour benne sale est ainsi un moyen de pénaliser l’ouvrier plus enclin à faire de la benne que du charbon.

10Ces diverses mesures prises pour dégrossir quelque peu l’extraction brute ne sauraient cependant être suffisantes pour obtenir un charbon convenablement trié et calibré et ceci au moment où les exploitants intensifient l’extraction. À La Machine, certains contrats d’abattage deviennent moins exigeants que d’autres et démontrent bien que l’objectif de production s’accommode mal de la prise en charge complète, au fond, de l’aspect qualitatif. De fait, ces premiers gestes de valorisation ne sont qu’un jeu de précautions qui ne saurait remplacer un véritable triage et calibrage au jour.

Aux ateliers de traitement du jour

  • 10 Bibliothèque de l’École nationale supérieure des mines de Paris (ENSMP), J (1851) no 494, Journal (...)

11Lors de leur voyage d’études dans les mines, les élèves ingénieurs de l’École des mines, offrent une description souvent détaillée de ces installations. En rendant compte des techniques et des procédures qui sont retenues, ils fournissent une lecture parfois assez fine des gestes et des postures de travail des ouvriers. À La Machine, en 1851, l’élève ingénieur Gouin fait une première description sommaire du traitement des charbons au jour. Il explique qu’après la remontée du tonneau, « on mène la houille au-dessus des grilles, on la verse pour pouvoir la diviser en morceaux de diverses grosseurs. On arrive au-dessus de ces cribles au moyen de plans inclinés. Elle est ensuite triée par des femmes et des enfants qui enlèvent les schistes qui n’ont pu être retirés dans la mine10. »

12La manœuvre apparaît techniquement simple et sans savoir-faire pratique spécifique. Un premier filtrage permet de séparer en menus et gros l’extraction, et un triage du stérile est ensuite réalisé par des femmes et des enfants. En 1868, ce sont 25 trieuses qui sont chargées de séparer le charbon des stériles sur le puits des Glénons. La difficulté du travail réside sans doute dans la rapidité d’exécution qui est soumise directement au rythme de la remonte. Les ouvrières doivent veiller à ce que les cribles ne s’engorgent pas. Peu d’informations subsistent sur cette étape de la transformation à La Machine pour la première moitié du XIXe siècle. Une photographie datée du début du XXe siècle offre un visuel de ces conditions de criblage au carreau du puits des Glénons à la faveur de la reprise momentanée de cet ancien équipement.

Fig. 1. – Criblage au carreau du puit des Glénons, 1914 (Académie F. Bourdon).

13Le chevalement en bois, charpente supportant le va-et-vient des cages entre le fond et le jour, comporte des estacades qui matérialisent dans le bâti l’activité de triage et de calibrage. Simple pont de bois accolé à la recette supérieure du puits, ce dispositif permet de traiter par mouvement descendant l’extraction brute. Calibrés sur des cribles situés en dessous, épierrés par des femmes, les charbons sont ainsi directement valorisés à la sortie du puits. Un crible à secousses mobile, visible devant la machine à vapeur, est installé pour pousser la séparation des plus petits calibres. Cette installation repose sur un système de transport précaire dans lequel les femmes munies de brouettes accèdent par des planches inclinées au crible tandis que d’autres récupèrent les menus à même le sol. Les déchargements et chargements rendus indispensables pour calibrer les menus en font un point faible de la circulation des produits. On peut donc constater que la phase de triage-criblage au jour repose sur la capacité de séparation manuelle des femmes et des enfants tout en nécessitant de nombreuses manutentions. Aussi est-il difficile d’associer cette phase de valorisation des charbons à une qualification particulière du personnel.

  • 11 AD Nièvre, 26 J 1681, Copies de lettres (1857).

14Il en va autrement du lavage. Après le triage et le calibrage des houilles, il poursuit l’épuration des plus petits charbons. Avant 1838, la démarche apparaît assez rudimentaire et ne concerne qu’une part très marginale de la production. Procédant à la façon des chercheurs d’or, les ouvriers agitent de grandes caisses remplies de menus dans l’eau afin d’en distraire les schistes. La méthode est jugée par l’ingénieur Boulanger « trop coûteuse11 ». En 1841, après avoir acheté l’étang Grenetier, la houillère se dote de lavoirs qui lui confèrent une certaine notoriété car les menus ainsi purifiés deviennent cokéfiables. Dès lors, l’installation de bacs de lavage implique des compétences plus précises pour assurer l’épuration des charbons. En 1851, un élève ingénieur du corps des mines en décrit le fonctionnement :

« Une femme amène avec une charrette du charbon menu. Un autre ouvrier, avec une pelle sur le plan incliné mais en ayant soin de tenir sa pelle à environ 15 cm au-dessus de ce plan l’agite légèrement de manière à ce que la houille se répartisse en couche mince. Un courant d’eau rapide arrive. Lorsqu’il a versé de 3 à 4 hectolitres, il ferme la vanne… avant d’ajouter : on comprend facilement que les matières mélangées à la houille se disposent par couches de différentes densités. »

  • 12 ENSMP, J (494) Journal de l’élève-ingénieur Gouin.

15L’équipement est sommaire et l’ingénieur conclut : « Les lavoirs ne sont pas d’un excellent usage et dépendent beaucoup du soin que l’ouvrier lui apporte12. » Une source iconographique contemporaine de cette description précise quelque peu le dispositif. Si la pose détourne les ouvriers de leur poste, ils apparaissent mobilisés dans les chargements et les transports. À défaut de cerner les gestes, il est possible de repérer l’organisation de l’atelier en s’appuyant sur la description faite par l’élève ingénieur Saglio en 1856 :

  • 13 ENSMP, J (1856) 165, Journal de voyage de Saglio, 1856.

« Au bout de cinq écluses pareilles, on est arrivé au bas de la vallée où se trouve de l’eau. Les wagons versent leur charge dans un appareil broyeur et cribleur adossé au remblai de la dernière écluse. La houille est versée dans une trémie et tombe de là sur une petite grille à secousses qui fait passer les charbons dans un crible composé de 3 cylindres concentriques […] des conduits placés sous ce crible amènent le charbon criblé dans deux petits wagons […]. Les wagons qui ont reçu la houille l’amènent aux lavoirs. Ces lavoirs sont des lavoirs allemands, l’eau arrive en grande abondance alternativement sur l’un ou l’autre des deux lavoirs voisins, un ouvrier, placé à la tête au-dessus de l’endroit où arrive l’eau, verse la houille à la pelle de manière à faire tomber continuellement en petite quantité. L’eau entraîne la houille à l’autre extrémité. Les schistes restent à la tête, dans l’étage moyen se trouve le menu mélangé de très peu de schistes13. »

Fig. 2. – Bacs de lavage pour l’épuration du charbon, vers 1860 (AD Nièvre).

  • 14 ENSMP, J (1863) 276, Journal de voyage de Perrin et Nevoit, 1863.

16L’épuration des charbons de petit calibre impose donc de nombreuses manutentions. Ce sont vingt-quatre hommes qui chargent, roulent les bennes et les wagons ou conduisent les chevaux et leurs convois au port. Sous la halle de lavage, cinq hommes dont deux munis de leur pelle sont responsables du chargement des tables de lavage : de leur aptitude à déverser les bonnes quantités de houille dans le courant d’eau et à apprécier la composition du lit de lavage dépend la qualité de l’épuration. La tâche implique le travail en continu de quatre hommes pendant douze heures, précise un visiteur14. La cadence est importante. Ce sont entre 300 et 320 hectolitres de produits qui sont lavés par jour sur une table. Les gestes doivent être rapides et maîtrisés. S’il demeure difficile de les identifier clairement, il importe de concevoir le degré d’habilité réclamé pour racler les bacs en préservant la distinction entre matières stériles et combustibles. Il s’agit d’une compétence acquise par l’expérience qui prend d’autant plus d’importance que la référence au geste de valorisation devient un élément contractuel de la vente pour accorder producteur et consommateur. Le nombre d’ouvriers, les protocoles à suivre sont précisés au moment de la commande. Progressivement, à partir des années 1860, la réputation des produits machinois s’affirme au point de retenir l’intérêt des sidérurgistes du Creusot. Leur commande à la houillère est parfaitement explicite :

  • 15 Académie François Bourbon, Registre de marché no 9, folio 312, Contrats de ventes entre Schneider (...)

« Ils [ces charbons] seront lavés avec le plus grand soin de manière à être ramenés à la plus grande propreté pratiquement possible. À cet égard M. Schaerff explique que la société des houillères de La Machine possède à Decize des lavoirs à eau courante d’un système perfectionné, ce qui donne des résultats réguliers et très satisfaisants, c’est dans cette confiance que Mrs Schneider et Cie n’insistent pas pour inscrire au marché un maximum de teneur en cendres15. »

17À défaut de dire avec une appellation donnée ce que l’on veut, on précise les modalités de traitements qui doivent être appliquées. Le protocole de valorisation dépasse la simple référence au geste puisqu’il fait de l’élément technique la référence pour accorder la demande du consommateur et l’offre de la houillère. Dans la première moitié du XIXe siècle, peu de houillères en sont à ce stade de valorisation. D’une certaine façon, l’ingéniosité mise au service de la valorisation des charbons à La Machine est la rançon de la médiocrité de son gisement. Mais cet effort devait être à l’origine de la montée en exigence des demandes des consommateurs industriels. Ainsi, les sidérurgistes du Creusot comprirent très vite l’intérêt de maîtriser cette source d’approvisionnement capable de répondre à leurs besoins.

Valoriser : une recherche constante et systématique

18À partir de 1869, en devenant une exploitation du domaine houiller de Schneider et Cie, la houillère nivernaise s’inscrit dans de nouvelles perspectives de production qui impliquent une révision de la capacité de valorisation. Principal client, l’entreprise Schneider pousse à la mise en place de processus de valorisation pour obtenir l’homogénéité des charbons dont elle a besoin.

De nouveaux dispositifs

19Dès la reprise en main par les Schneider, l’exploitation est rationnalisée. Si l’extraction est désormais concentrée sur quatre puits, la valorisation est centralisée sur le puits des Zagots pour le triage-calibrage et le lavage dans les bacs de l’étang Grenetier.

  • 16 Le terme grelasse est utilisé à La Machine pour désigner des charbons dont la taille est comprise (...)

20Une photographie, dont la date est estimée à 1880, présente, sous le chevalement du puits des Zagots, la zone de triage-criblage. Des femmes enlèvent les plus gros charbons ou « sans menus » et épierrent les grelasses16 et menus avant de les évacuer par des glissières de chargement des wagons.

Fig. 3. – Zone de triage-criblage sous le chevalement du puits des Zagots, fin XIXe siècle (Académie F. Bourdon).

  • 17 AD Nièvre, 26 J 7676, Pièces relatives à la comptabilité industrielle (1869), Ateliers de criblage (...)

21Sur le carreau, le personnel alterne entre des activités extérieures soumises aux intempéries et intérieures où la proximité avec la recette du puits ne fait qu’intensifier les bruits et les poussières. Les témoignages de la direction en rendent aisément compte. En 1869, le directeur reconnait la pénibilité de ce travail lorsqu’il précise que le travail de versement aux cribles « se fait en plein vent et est très pénible par les pluies et les gelées17 ». La photographie du carreau du puits des Zagots rend perceptible cet environnement. Si les 37 ouvriers placés dans le hall de triage-calibrage semblent relativement abrités, les 12 femmes situées à l’extrême droite de l’image sont en plein soleil et se protègent avec des chapeaux à large rebord. Ces protections sont également valables pour les poussières. On les conçoit aisément utiles pour les huit femmes situées en dessous de la rampe de déchargement des charbons. Grand pourvoyeur de poussières, l’écoulement des charbons par courants descendants est certes plus efficace, mais participe à la pollution de l’air respiré. Dans cet environnement, la compréhension des gestes et des postures de travail est difficile à dégager. Les ouvriers se pressent devant l’objectif et quittent, en partie, leur posture de travail. Sous le hall, le nombre des femmes, dont certaines sont appuyées sur les bennes, laisse penser qu’elles les poussent jusqu’aux glissières de chargement. La déduction est rapide. Les registres de main-d’œuvre font une distinction entre les rouleurs et les trieuses ; le monde du transport est masculin selon les archives. Il en ressort donc que les femmes auraient quitté leurs postes pour poser devant l’atelier. Cantonnées à l’intérieur de l’atelier, elles trient les charbons directement sur les toiles métalliques des cribles en brisant au pic les morceaux de charbon impur pour enlever les schistes. À l’extérieur, quelques femmes sont chargées d’évacuer les gros calibres et les schistes. Demeurant debout, sur un plan incliné aménagé de paliers, elles brisent avec des sortes de piolets les plus gros blocs et les évacuent dans le wagon en contrebas sous le contrôle du surveillant qui circule au plus près des ouvrières. Le remplissage des bennes est également la fonction principale des deux manœuvres placés sur le chargement pour répartir avec une pelle les charbons. Au niveau des voies, deux hommes assurent le chargement tandis qu’un autre semble occupé à étiqueter le wagon.

22Cette lecture des conditions de valorisation ne renseigne qu’imparfaitement sur le statut de ces ouvriers au sein de la houillère : est-ce un personnel dont les compétences sont reconnues ? Au moment où la valeur commerciale des charbons machinois dépend étroitement de cette phase, où s’étoffe la gamme des qualités mise sur le marché, il est intéressant de déterminer la façon dont le personnel affecté à cette tâche est considéré. Il importe d’interroger les conditions d’embauche et le niveau de rémunération.

Des gestes valorisants ?

  • 18 AD Nièvre, 26 J 11848, Dossiers de main-d’œuvre (1871-1877).
  • 19 AD Nièvre, 26 J 5748, Mouvement des femmes et fillettes (1875-1890).

23À La Machine, la désignation du personnel est révélatrice de leur statut au sein de l’exploitation ; ce sont des « femmes et des filles » dans les états du personnel, parfois des « trieuses », jamais des « ouvrières ». Horace Busquet, le directeur de la mine, pose en ces termes la distinction : « Il est bon de remarquer que dans les 414 ouvriers employés à l’extérieur, les femmes et les filles chargées du triage figurent pour 111. Ce qui réduit à 37 % la proportion vraie d’ouvriers occupée à l’extérieur18. » La précision est d’importance, « la proportion vraie d’ouvriers » occupée à l’extérieur ne saurait comprendre les femmes, dont la tâche est jugée annexe. La majorité des femmes embauchées ont un lien familial avec la houillère. Le père, le mari, les frères, ouvriers à la mine, parfois la mère ou la sœur qui ont occupé le même poste, sont autant de recommandations prises en compte lors de l’embauche. Sur 167 femmes recrutées pour lesquelles le surveillant a indiqué des observations19, 6 seulement n’appartiennent pas directement à une famille de mineurs, mais à celles de petits commerçants ou d’artisans locaux.

  • 20 AD Nièvre, 26 J 5847, Lettres administratives (1877-1879).
  • 21 AD Nièvre, 26 J 5847, Lettres administratives (1877-1879).

24L’âge à l’embauche fait apparaître un personnel jeune. Les filles de moins de 16 ans représentent près de 53 % des effectifs. Si l’on croise avec le temps passé au service de la houillère, il devient évident que le triage est une activité transitoire que les filles exercent en attendant le mariage. Les plus jeunes, embauchées vers 13 ans, quittent cette activité en moyenne vers 19 ans, lorsqu’elles se marient. Qu’il s’agisse de quitter La Machine pour prendre un mari dans les communes voisines ou plus fréquemment à La Machine, la règle traditionnelle est claire. Le directeur de la houillère le rappelle en 1878 : « Les femmes et les filles de nos ouvriers ne travaillent pas aux puits lorsque le père ou les garçons peuvent gagner leur vie20. » Ce travail constitue aussi un soutien financier aux femmes en difficulté sociale. Il est selon le directeur « l’unique ressource de femmes veuves ou dont les maris sont infirmes ou des familles les plus nécessiteuses de la commune […]. Il n’y a que des familles sans ressources qui acceptent ce travail21 ». Présenté ainsi, le travail des femmes est un appoint indispensable et temporaire pour des familles dont le chef, après un passage à la mine, n’est plus en mesure de subvenir aux besoins. Au sein de l’entreprise, il ne saurait être question d’accorder un statut privilégié à une phase du travail qui demeure annexe au travail du fond. La valorisation du produit ne s’accompagne pas d’une prise en compte d’un quelconque savoir-faire du personnel employé. La fourniture d’un emploi à ces femmes relève d’une politique paternaliste qui vise à assurer la subsistance aux familles nécessiteuses et à retenir les bras indispensables à l’exploitation. Main-d’œuvre nécessiteuse, les femmes embauchées le sont au titre du lien que leur père, leur mari ou leurs fils ont ou auront avec la mine.

25Cette situation est intéressante dans la mesure où l’industrie houillère dans la seconde moitié du XIXe siècle s’est donnée comme objectif d’intensifier la production et de fournir des produits mieux valorisés. L’ensemble des travaux des ingénieurs des mines soulignent cette course à l’amélioration de la valorisation, conçue comme un moyen d’économiser un produit rare en misant sur une juste affectation des gammes de combustibles aux usages. L’enjeu est technique, mais repose largement sur une main-d’œuvre nombreuse et habile dont le remplacement n’est pas envisagé dans le nouvel atelier à La Machine. On le constate parfaitement lorsque les Schneider, conscients que la fourniture de leurs usines du Creusot implique des charbons correctement épurés et calibrés, misent sur la création d’un atelier central de préparation mécanique des houilles à La Machine sans transformer les effectifs employés.

Mécaniser la valorisation : de nouvelles compétences ?

26Entre 1870 et 1880, le doublement de la production de la houillère machinoise implique à l’aval l’élargissement des capacités de triage et de calibrage.

Repenser le dispositif

  • 22 Horace Busquet, « Préparation mécanique des charbons aux mines de Decize. Schneider et Cie », Bull (...)

27Le directeur de la houillère envisage donc la création d’un atelier permettant le traitement annuel de 275 000 tonnes de tout venant « assez friable qu’il faut briser aussi peu que possible22. » Il s’agit de conserver le criblage en trois grosseurs, gros ou sans menu, grelasse, et le menu, mais en prévoyant une subdivision de cette dernière grosseur en grenette et en préservant la séparation en deux variétés géologiques, les gaz et les meules. Le nouveau criblage permet donc la production de huit variétés.

Sans-Menu ou Gros (+45 mm) Gaz

Grenettes (25-18 mm) Gaz

Sans-Menu ou Gros (+45 mm) Meule

Grenettes (25-18 mm) Meule

Grelasses (45-25 mm) Gaz

Menu (-18 mm) Gaz

Grelasses (45-25 mm) Meule

Menu (-18 mm) Meule

Tabl. 1. – Qualités des houilles machinoises, (AN, F 14/4158b, Redevances des Mines de la Nièvre, 1863-1885).

28En concentrant l’opération du triage-calibrage de l’ensemble des houilles, les exploitants ont compris la nécessité de la réunir à l’atelier de lavage, passage obligé d’une partie importante de la production. Cet atelier central regroupant toutes les opérations de valorisation des charbons transforme les conditions de travail et autonomise l’activité dans un espace spécifique distant de deux kilomètres des puits.

29La création de ce nouvel atelier est une opportunité pour saisir la façon dont les exploitants ont pensé les gestes et les postures de leur personnel. Les plans précisent les zones de circulation et les postes de travail. L’aménagement du site est prévu pour faciliter et réduire les chargements et déchargements puisqu’une artère centrale dessert deux espaces, l’atelier de triage-criblage et les lavoirs. L’architecture de l’atelier de triage-criblage présentant cinq toitures accolées reflète l’aménagement intérieur comprenant les cinq tables de traitement des charbons tandis qu’un atelier de déschistage, c’est-à-dire de récupération des charbons dans les schistes, complète l’ensemble de l’édifice. Cette disposition illustre parfaitement la qualité des charbons machinois et plus généralement des charbons du Centre. La saleté des gisements des bassins du Centre implique un épierrage soigné que seules des tables de triage assez vastes rendent possible.

30Une fois triés, les gros charbons sont évacués par les voies de la face nord alors que les grelasses et les menus sont dirigés par des chariots transporteurs dans des trémies placées dans un petit local accolé au bâtiment des lavoirs. Celui-ci se présente comme un grand bâtiment en bois construit en élévation sur deux niveaux : la zone de lavage et les trémies de chargement en dessous. L’atelier de lavage réunit deux activités complémentaires, l’épuration des charbons et la décantation de l’eau. Présenté ainsi, l’atelier central de criblage-lavage est un espace fonctionnel juxtaposant trois zones de traitement, le triage-criblage, le lavage et la décantation à quatre zones de circulation.

Prévoir les postures

31À travers les projets de cet atelier central, il est possible d’établir les gestes et les positions des ouvrières. Lors de la réalisation des plans d’installation, les emplacements des femmes sont déterminés en même temps que la disposition des équipements :

  • 23 H. Busquet, « Préparation mécanique des charbons… », art. cit.

« Les trieuses sont placées des deux côtés de la toile principale, elles n’ont pas d’outils et se bornent à enlever en deux classes de déchets, les schistes purs, le mâchefer ou cru et les morceaux mélangés de schistes et charbon pur et impur. Chaque classe jetée par de petits couloirs sur une des deux toiles qui circulent derrières les trieuses est entraînée dans les wagons23. »

  • 24 Ibid.

32Les trieuses, dans ce dispositif, sont complètement intégrées entre les toiles de triage. Ainsi, de 6 heures le matin à 17 heures (hormis pendant l’heure de pause), leurs mouvements sont conditionnés par le passage des produits et consistent en leur séparation dans deux couloirs. Une photographie de l’intérieur de l’atelier précise cette disposition. La mécanisation du criblage et l’intensification de la circulation des produits sur les toiles réduisent la mobilité des femmes. Cantonnées par deux ou trois dans un espace très réduit, sans possibilité de s’asseoir, les femmes suivent le rythme du débit des produits. Elles se tournent régulièrement pour évacuer les calibres différents. Le directeur apprécie cette organisation en indiquant : « Elles sont occupées exclusivement au triage et ne quittent pas leur place, ce qui rend la surveillance des plus faciles24. » Un bureau, visible à l’arrièreplan, est peut-être celui du surveillant chargé de contrôler le travail.

Fig. 4. – Triage du charbon par un groupe de femmes, fin XIXe siècle (Académie F. Bourdon).

33Dans une autre partie du bâtiment, le travail des deschisteuses nécessite d’autres postures. Placées par groupe de trois des deux côtés des petites grilles horizontales fixes qui leur servent de tables, elles divisent, au moyen d’un outil pointu, les morceaux de houilles impures en fragments de sans menu, de mâchefer, de schiste et de menu. Chaque groupe de trois femmes est à portée de quatre couloirs conduisant les différentes sortes de produits sur des toiles sans fin. Les femmes effectuent toujours debout de nombreuses manipulations dans un espace relativement réduit.

34Il en est autrement pour l’ouvrier chargé de l’écoulement des menus secs du criblage aux lavoirs. Sur cette photographie parfaitement composée, l’ouvrier, placé sur le niveau supérieur de l’atelier de lavage, veille au débit des norias en régulant la marche de chacune d’elle par un système de bras mobiles. La difficulté du travail réside en la parfaite observation du niveau inférieur de l’atelier pour faire varier à bon escient la vitesse de chaque noria.

Fig. 5. – Écoulement des menus secs du criblage aux lavoirs, fin XIXe siècle (Académie F. Bourdon).

35À côté de ces postures caractéristiques du triage et du lavage, en demeurent d’autres qui n’ont pu être repérées : rien sur les rouleurs, sur les cureurs de bassins, les multiples verseurs. Leurs gestes et leurs mouvements sont absents dans les sources, tandis que les photographies les occultent du fait de leur banalité.

Une nouvelle répartition des rôles ?

36L’ouverture de ce nouvel atelier contribue au changement du mode de rémunération des trieuses. Précédemment payées avec un fixe et une partie mobile dépendante du rendement, elles le sont ensuite uniquement au rendement avec un système d’amendes si la qualité de leur travail n’est pas suffisante. Ce changement nous semble traduire la détérioration de la position de ce personnel au sein de l’entreprise. Soumis à la cadence dictée par l’équipement, il devient responsable, sur sa rétribution, de la qualité des produits.

37En effet, l’introduction des modes de contrôle en laboratoire permet désormais des essais réguliers, utiles certes pour surveiller le travail, mais aussi pour contrôler la conformité des livraisons aux clauses contractuelles des marchés. Si l’on considère les salaires moyens des journées, il devient évident que ce personnel est le moins bien rémunéré. Encore peut-on observer des différences qui semblent traduire des fonctions mieux payées que d’autres.

Fonction

Salaires moyens des Journées

Fonction

Salaires moyens des journées

Déschisteuses

2,21 F.

Réparationnaire

2,93 F.

Manœuvres

3,83 F.

Commissionnaire

2,25 F.

Laveurs

2,75 F.

Machiniste

2,98 F.

Cureurs de retour d’eau

3,75 F.

Versement des wagons

3,85 F.

Surveillant

4,32 F.

Trieuses

1,79 F.

Tabl. 2. – Niveau moyen du salaire journalier, 1888 (H. Busquet, « Préparation mécanique des charbons… », art. cit.).

38Dans cette répartition du travail, le salaire journalier moyen des femmes de l’atelier est toujours le plus bas de la houillère. On peut cependant opérer une différence entre les postes occupés. Si les trieuses reçoivent 1,79 franc par jour pour ôter les pierres des charbons, les deschisteuses, chargées de briser les blocs des charbons impurs pour récupérer le combustible, touchent 2,21 francs en 1888. L’habilité du maniement du pic est une qualification qui implique un tarif différent. Cela est d’autant plus important que les terrains exploités à la fin du XIXe siècle sont très faillés et fournissent de fortes proportions de morceaux de charbon très impurs invendables sans ce traitement.

39La fonction du laveur gagne aussi en importance dans la mesure où l’épuration des petits calibres dépend étroitement de ses réglages. Son salaire journalier moyen apparaît plus élevé. La règle générale reste claire. Moins payé que le mineur, il le sera toujours plus qu’une femme de l’atelier. Si la valorisation est un maillon essentiel pour satisfaire la montée en exigence de la clientèle, son personnel dispose d’une place subalterne dans la houillère. Tout se passe comme si la dynamique de la houillère restait étroitement liée à sa capacité de prélèvement.

*

40L’étude des gestes du triage-criblage et du lavage dans la chaîne de production charbonnière s’inscrit dans un paradoxe. Alors que la filière charbonnière organise son offre en misant sur une amélioration de la valorisation de sa production, le personnel qui l’assure n’est associé à aucune compétence particulière. Cette observation valable pour La Machine l’est aussi pour les autres houillères françaises ainsi qu’en témoigne le soin pris par le directeur de La Machine pour informer ses collègues sur son expérience en matière de traitement des charbons. Les activités du jour restent marginales face à celles du fond alors même que l’ensemble des acteurs de la filière, du producteur aux consommateurs en passant par les vendeurs, accorde une place de plus en plus importante aux qualités des charbons. L’exploitant veille par des analyses au niveau de pureté de ses charbons, mais reste prioritairement le gestionnaire d’un gisement dont il doit organiser l’extraction. Du côté du marché, il est indispensable de satisfaire des livraisons dont la qualité est plus normée. Les clients réclament par des clauses de qualités la livraison de charbons répondant à des critères plus précis.

  • 25 H. Busquet, « Préparation mécanique des charbons… », art. cit.

41La mécanisation de l’atelier de traitement des houilles n’améliore pas le statut du personnel. Cette main-d’œuvre demeure indispensable, pour autant que son coût économique demeure inférieur à celui de l’équipement. La création de l’atelier de préparation mécanique par Schneider et Cie est révélatrice de cette situation. En communicant sur cette réalisation par de nombreux articles et par la réalisation d’une maquette à l’Exposition universelle de 1889, la direction entend démontrer la performance de l’installation en minorant la place de la main-d’œuvre25. Il faut en fait attendre les années d’après la Première Guerre mondiale pour que soient reposées les conditions de cette valorisation. La demande du marché étant sur des petits calibres, la valorisation implique alors une épuration par lavage qui laisse peu de place au triage manuel. La modernisation de cette phase devient désormais affaire de compétences techniques, de réglage et de maintenance assurée par des ouvriers spécialisés, des hommes.

Notes

1 Gérard Gayot, Les draps de Sedan 1646-1870, Paris, Éditions de l’EHESS/Terres Ardennaises, 1998, p. 116-133.

2 On pourra se référer à Liliane Hilaire Pérez, L’invention technique au siècle des Lumières, Paris, Albin Michel, 2000 ; François Jequier, De la forge à la manufacture horlogère, XVIIIe-XXe siècles : cinq générations d’entrepreneurs de la Vallée de Joux au cœur de la mutation industrielle, Lausanne, Bibliothèque historique vaudoise, 1983 ; Alain Dewerpe, Yves Gaulupeau, La fabrique des prolétaires, les ouvriers de la manufacture d’Oberkampf à Jouy-en-Josas 1760-1815, Paris, Presses de l’École normale supérieure, 1990.

3 Concernant l’essor de la valorisation des charbons et son importance dans l’essor des consommations industrielles et domestiques ; cf. Nadège Sougy, Les charbons de La Machine, Produits et marchés d’une houillère nivernaise, 1838-1914, Grenoble, Presses universitaires de Grenoble, 2008.

4 Pierre Guillaume, La compagnie des mines de la Loire (1846-1854) : essai sur l’apparition de la grande industrie capitaliste en France, Paris, PUF, 1966, p. 80-110. Marcel Gillet, Les charbonnages du Nord de la France au XIXe siècle, Paris/La Haye, Mouton, 1973 ; Alain Leménorel, L’impossible révolution industrielle ? : économie et sociologie minières en Basse-Normandie, 1800-1914, Caen, Annales de Normandie, 1988. Les problèmes de qualités des charbons ont été évoqués dans les stratégies commerciales du Bassin de la Loire par Pierre Guillaume et des charbonnages du Nord par Marcel Gillet. Alain Leménorel a fait des questions des variétés des charbons de Littry un élément explicatif de la non-industrialisation de la région de Basse-Normandie.

5 Nadège Sougy, Les charbons de la Nièvre, op. cit.

6 Le protocole d’extraction se déroule en trois phases différentes. Le repérage implique le percement d’un travers-banc, c’est-à-dire d’une galerie creusée dans les bancs de grès ou de schistes pour rechercher la veine. Puis, le traçage consiste en l’aménagement de galeries de roulage et en l’installation de plans inclinés appelés enlevures dans les couches charbonneuses. Enfin, le dépilage est marqué par l’enlèvement de la houille.

7 AD Nièvre, 26 J 11964, Conditions d’entreprises (1843-1855).

8 Le baume correspond à un calcaire schisteux.

9 AD Nièvre, 26 J 11964, Conditions d’entreprises (1843-1855).

10 Bibliothèque de l’École nationale supérieure des mines de Paris (ENSMP), J (1851) no 494, Journal de voyage de Gouin, 1851.

11 AD Nièvre, 26 J 1681, Copies de lettres (1857).

12 ENSMP, J (494) Journal de l’élève-ingénieur Gouin.

13 ENSMP, J (1856) 165, Journal de voyage de Saglio, 1856.

14 ENSMP, J (1863) 276, Journal de voyage de Perrin et Nevoit, 1863.

15 Académie François Bourbon, Registre de marché no 9, folio 312, Contrats de ventes entre Schneider et Cie et Shaerff, le 24 décembre 1863.

16 Le terme grelasse est utilisé à La Machine pour désigner des charbons dont la taille est comprise entre 45 et 25 mm.

17 AD Nièvre, 26 J 7676, Pièces relatives à la comptabilité industrielle (1869), Ateliers de criblage sur les puits, 1869.

18 AD Nièvre, 26 J 11848, Dossiers de main-d’œuvre (1871-1877).

19 AD Nièvre, 26 J 5748, Mouvement des femmes et fillettes (1875-1890).

20 AD Nièvre, 26 J 5847, Lettres administratives (1877-1879).

21 AD Nièvre, 26 J 5847, Lettres administratives (1877-1879).

22 Horace Busquet, « Préparation mécanique des charbons aux mines de Decize. Schneider et Cie », Bulletin de la Société de l’Industrie Minérale, 2e série, tome IV, 1885, p. 363-410.

23 H. Busquet, « Préparation mécanique des charbons… », art. cit.

24 Ibid.

25 H. Busquet, « Préparation mécanique des charbons… », art. cit.

Table des illustrations

Légende Fig. 1. – Criblage au carreau du puit des Glénons, 1914 (Académie F. Bourdon).
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/114744/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 195k
Légende Fig. 2. – Bacs de lavage pour l’épuration du charbon, vers 1860 (AD Nièvre).
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/114744/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 231k
Légende Fig. 3. – Zone de triage-criblage sous le chevalement du puits des Zagots, fin XIXe siècle (Académie F. Bourdon).
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/114744/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 206k
Légende Fig. 4. – Triage du charbon par un groupe de femmes, fin XIXe siècle (Académie F. Bourdon).
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/114744/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 182k
Légende Fig. 5. – Écoulement des menus secs du criblage aux lavoirs, fin XIXe siècle (Académie F. Bourdon).
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/114744/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 199k

© Presses universitaires de Rennes, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540