Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La gloire de l’industrie

 | 
Corine Maitte
, 
Matthieu de Oliveira
, 
Philippe Minard

Quatrième partie. Les mondes ouvriers

Les tondeurs européens à l’épreuve des mécaniques : approche comparée des négociations sociotechniques dans l’industrie lainière (1750-1850)

François Jarrige

Texte intégral

  • 1 Gérard Gayot, Les draps de Sedan, 1646-1870, Paris, éditions de l’EHESS/Terres Ardennaises, 1998, (...)
  • 2 G. Gayot, « Les tondeurs dans les manufactures européennes au XVIIIe siècle », Le Culture della Te (...)

1« Brisons, cassons hardi ! » C’est par ce cri que les ouvriers tondeurs de draps de Vienne (Isère) ont assailli la gendarmerie qui escortait la terrifiante mécanique dans la ville en février 1819. Gérard Gayot aimait à le citer lorsqu’il évoquait la « révolution des mécaniques » dans l’industrie lainière du début du XIXe siècle1. Mieux que quiconque, il a su reconstituer les gestes et les pratiques de ces ouvriers tondeurs de draps dont il a suivi, à Sedan et dans le reste de l’Europe, le travail et les pérégrinations. Ces « ouvriers les plus nécessaires à la manufacture » étaient chargés des apprêts. Ils étaient particulièrement réputés au XVIIIe siècle en raison de leur concentration en ville, de leur habileté, de la conscience de leur métier et du contrôle qu’ils exerçaient sur le marché du travail. En 1802, le conseil de commerce de Sedan remarque d’ailleurs, avec amertume, que « leurs bras sont d’autant plus précieux que, sans eux, l’intelligence du fabricant est paralysée ». La difficulté du travail et le contrôle collectif exercé par la main-d’œuvre ne cessent d’inquiéter les autorités et les fabricants. À la suite d’une grève à Eupen (Ourthe) en l’an VI, l’administration municipale s’interroge : « Comment leur démontrer qu’on n’a pas besoin de leurs bras pour entretenir les fabriques2 ? »

  • 3 François Jarrige, Au temps des « tueuses de bras ». Les bris de machines à l’aube de l’ère industr (...)
  • 4 Dans l’après-guerre, Jean Pilisi avait mené une vaste enquête et défriché le terrain de l’histoire (...)
  • 5 La référence aux négociations socio-techniques renvoie évidemment à la « sociologie de la traducti (...)

2La réponse à cette question s’impose rapidement comme une évidence : c’est grâce à la mécanisation que les autorités et les fabricants pourront domestiquer cette « race indomptable » des tondeurs3. La mise au point et la diffusion des nouvelles méthodes mécaniques transforment peu à peu l’étape décisive du tondage des draps. Mais la mécanisation n’a pas l’évidence qu’on lui a parfois prêtée, elle ne fut ni immédiate ni « parfaite4 ». Elle est le résultat d’une négociation et d’un processus de régulation sociotechnique complexe par lequel la main-d’œuvre, les fabricants et les autorités ont sans cesse cherché à négocier entre des attentes contradictoires. Il s’agit donc de combiner l’analyse technique, c’est-à-dire la description de l’objet et de ses propriétés, et l’analyse sociologique de l’objet, c’est-à-dire des milieux dans lesquels il se déplace et sur lesquels il produit des effets. C’est dans cet entre-deux que s’élaborent et se redéfinissent la technique et le milieu social5. La généralisation du tondage mécanique des draps en Europe n’est pas un processus linéaire, les transformations de cette étape du travail sont le résultat d’une co-construction et de négociations permanentes qui s’articulent à des échelles variables.

3Suivant les chemins de traverses initiés par Gérard Gayot, notre objectif est de poser quelques jalons, nécessairement fragmentaires, pour envisager l’avènement de la mécanisation du tondage des draps, en privilégiant trois types de questions. Tout d’abord, comment la main-d’œuvre a-t-elle vécu l’irruption de la machine et l’extraordinaire discrédit de son vocabulaire professionnel ? En un instant, la machine et le discours qui l’entoure, les dépossèdent de leurs richesses et de leur pouvoir, les bannissent du monde « moderne », les identifient à un monde perdu. Il s’agit donc de tenter une anthropologie des acteurs en situation pour saisir la « boîte à outils » dont ils disposent, les catégories qui orientent leur jugement et leur permettent de qualifier leur action. Comment expliquer et rendre compte, en second lieu, de la forte hétérogénéité des réactions selon les places de fabrique ? Pourquoi les travailleurs de Sedan, Elbeuf ne protestent-ils pas, là où ceux de Verviers, du Yorkshire, de Vienne et du Languedoc utilisent la violence pour dire leurs refus. Ces variations tiennent à la diversité des espaces manufacturiers et à la dynamique des territoires industriels, mais aussi aux différences de traditions politiques et militantes et aux singularités des systèmes techniques introduits, en bref à cette pluralité des mondes industriels qui était au cœur des analyses de Gérard Gayot. Enfin, comment ont réagi les entrepreneurs face à ces violences qui menaçaient leurs investissements ? Étaient-ils tous, comme le baron de Neuflize à Sedan, d’ardents partisans des mécaniques ? Ne faut-il pas introduire des nuances selon les pratiques manufacturières, distinguer entre les gros fabricants soucieux d’acculturer la main-d’œuvre à l’usine et les petits maîtres qui se tiennent tout près de leurs compagnons ?

  • 6 Liliane Pérez, Catherine Verna, « Dissemination of technical knowledge in the middle ages and the (...)

4La mécanisation est le résultat de rapports de force complexes, d’un bricolage incessant entre les divers acteurs impliqués dans le processus. De nombreux travaux ont critiqué la notion de transfert technique en soulignant que chaque intermédiaire dans la circulation des techniques accomplit un travail de traduction, d’adaptation et d’appropriation qui engendre des hybrides6. Les phénomènes d’innovations sont des processus collectifs, faits de filiations, d’emprunts, de collaborations, mais aussi de refus. Il faut donc être attentif à l’inscription sociale des innovations, et aux multiples interactions et bricolages qui leur donnent forme. C’est à eux qu’on va s’intéresser en suivant les trajectoires technologiques successives qui ont transformé le travail des tondeurs et les réactions qu’elles ont suscitées dans les différentes places lainières d’Europe.

Curot ou mailloche ? Quand les tondeurs imposaient leur loi au XVIIIe siècle

5Le drap, après avoir été lainé et séché, devait être tondu à plusieurs reprises et cette délicate opération constituait le privilège d’une communauté spéciale, celle des « tondeurs » maniant les « forces », sorte d’énormes ciseaux de 1,30 m de long, pesant environ 60 kg, constitués de branches parallèles réunies par un ressort qui en facilitait le jeu. Ce travail est difficile, épuisant, il nécessite à la fois un coup d’œil précis et un savoir incorporé fait de force et de finesse. Les tondeurs travaillent en général à deux leur drap sec, fixé sur la table à tondre, ils tondent le drap dans le sens de la largeur, à raison de trois à six fois selon le type d’étoffe et le degré de qualité souhaité. Dans son Art de la draperie, Duhamel du Monceau a sans doute laissé l’une des descriptions les plus précises et les plus justes du travail du tondeur et de sa difficulté au XVIIIe siècle :

  • 7 Henri-Louis Duhamel du Monceau, Art de la draperie, principalement pour ce qui regarde les draps f (...)

« À voir travailler un tondeur, on s’imaginerait qu’il ne fatigue pas, cependant, il est reconnu que le métier de tondeur est le plus rude de toute la fabrique : les tondeurs fatiguent encore plus quand ils ont de mauvaises forces, ou qu’elles sont mal émoulues. Dans ce travail, tous les membres sont en action et continuellement tendus pour tenir la force en respect : le talon de la main droite est surtout la partie qui fatigue le plus, aussi les apprentis se plaignent-ils qu’ils souffrent de tous leurs membres, et surtout du bras droit qui leur devient enflé7. »

  • 8 Gérard Gayot a consacré une belle étude à l’agitation des tondeurs sedanais au XVIIIe siècle : « L (...)
  • 9 AN, F12 654, rapport de Scipion Mourgue à Chaptal.
  • 10 À Elbeuf, par exemple, les tondeurs semblent moins remuants, ils ne se joignent pas, en corps, aux (...)

6Il s’agit d’un monde façonné par les migrations, la contestation incessante, la quête d’autonomie qui se manifeste notamment par le contrôle exercé sur l’embauche des apprentis et le marché du travail. À Sedan, les tondeurs « donnent la loi » aux fabricants jusqu’à 1750, date de la célèbre grève qu’ils menèrent pour protester contre un règlement qui autorisait les fabricants à employer autant d’apprentis et d’étrangers qu’ils voulaient8. Après sa mission à Sedan en 1803, Scipion Mourgue affirme encore que « les tondeurs sont sans doute une des agrégations d’homme les plus dangereuses9 ». Mais il s’agit aussi d’un monde très divers, façonné par la pluralité des formes locales d’organisation du travail et des rapports sociaux10. À Sedan, comme à Verviers en Belgique, la main-d’œuvre est assez rapidement concentrée au XVIIIe siècle dans de grands ateliers contrôlés par les fabricants. Ailleurs, comme à Vienne dans l’Isère ou dans le Languedoc lainier, il s’agit au contraire d’une activité dispersée : les drapiers donnent leurs draps à tondre à des maîtres-tondeurs qui répartissent ensuite la besogne entre leurs ouvriers (4 à 8 par atelier). En Angleterre, dans la zone de la laine peignée située au nord d’une ligne Leeds-Halifax, le Verlagssystem impose précocement l’emprise des marchands-manufacturiers, ce qui érode l’autonomie des tondeurs.

7Dans la deuxième moitié du XVIIIe siècle, deux méthodes sont en concurrence pour actionner les lourdes forces. Le travail au curot est la méthode la plus ancienne. Le curot désigne un petit levier de cuir qui sert de point d’ancrage et de prise pour la main de l’ouvrier afin d’actionner la lourde force. Le tondeur est placé à droite de la table, il guide les forces avec la main droite qui tient la billette et, avec la main gauche, il actionne les forces en faisant levier à la force du poignet afin de ramener la lame mâle (plus légère et sur laquelle est fixé le curot) sur la lame femelle – plus lourde – qui coupe les poils. Le curot est une simple bride en cuir passée autour du poignet gauche afin d’entraîner le mouvement des lames. Tout l’art du tondeur consiste à manier le tondage au plus près grâce à son coup de poignet. Ce travail laisse des stigmates et déforme le poignet, c’est à la fois un signe d’habileté et de productivité.

Fig. 1. – Le travail des tondeurs : vue d’une table à tondre et position des ciseaux avec mailloche sur la table (Roland de la Platière, Encyclopédie méthodique. Manufactures, arts et métiers, Paris, Pancoucke, 1784-1790).

  • 11 G. Gayot, Les draps de Sedan, op. cit., Chapitre 5 : « Les mots pour dire la belle ouvrage ».
  • 12 AN, F12 1357, mémoire de Delo Desaunois, f° 99.

8Comme l’explique le rapport de l’inspecteur des manufactures, dans le travail au curot le tondeur fait levier avec son poignet, il est le maître absolu de ses outils et de ses gestes11. À Sedan comme à Aix-la-Chapelle, la main-d’œuvre impose le travail au curot – très pénible mais aussi plus précis – afin de repousser les aspirants et les apprentis potentiels et ainsi conserver un meilleur contrôle du marché du travail. Jusqu’aux alentours des années 1815-1819, le curot reste ainsi en usage. Cette méthode de tondage, écrit l’inspecteur, « plus pénible et plus gênante, n’avait été adoptée pendant longtemps par les ouvriers que pour dégoûter les apprentis et en empêcher le grand nombre ; ne se trouvant que très peu, ils ne manquaient pas d’ouvrage et pouvaient faire la loi aux fabricants12 ». Le tondeur discrédite autant qu’il le peut les mots et les techniques qui menacent de ternir son image d’ouvrier d’élite. Les tondeurs choisissent donc la difficulté pour préserver l’accès restreint au métier, ils préfèrent le curot d’un maniement plus difficile à la mailloche pour préserver la nature élitiste de leur activité.

  • 13 Kenneth G. Ponting, “Clothmaking in sixteen scenes from about 1760”, Textile History, no 4, octobr (...)

9La deuxième méthode est la mailloche (ou crook en anglais) : il s’agit d’un simple levier de bois (qui remplace donc la lanière en cuir) qui est poussé en avant par le tondeur et qui revient en arrière par la force d’un ressort. Il s’agit d’une innovation anglaise de la deuxième moitié du XVIIe siècle, voire fin XVIIe, qui reste entourée de mystère. Elle serait passée sur le continent via Leyde au milieu du XVIIIe siècle. C’est ce crook qui est présent sur les représentations les plus communes du travail des tondeurs, à l’image de la gravure de l’encyclopédie méthodique montrant le mécanisme du tondage (fig. 1). Avec cette mailloche, le mouvement de l’outil reste le même, mais le geste est plus mécanique, la médiation du bois et du ressort atténue la maîtrise du travail et le rapport sensible de l’ouvrier au drap. Le tondeur à mailloche est moins libre et moins fier que le tondeur au curot. Selon Kenneth Ponting, les tondeurs britanniques auraient d’ailleurs refusé d’utiliser cette méthode au XVIIIe siècle, et Gérard Gayot constate que ceux de Sedan maintiennent le travail au curot jusqu’au début du XIXe siècle13. Mais ces résistances semblent circonscrites à quelques places, dans l’ensemble le tondage à la mailloche est devenu fréquent dans de nombreux centres drapiers autour de 1800. L’innovation de la mailloche est quasi invisible, seule une grande attention aux pratiques de travail, aux gestes et aux postures des acteurs, permet de faire émerger la singularité de ce dispositif.

  • 14 Gérard Gayot, « Les “ouvriers les plus nécessaires” sur le marché du travail des manufactures de d (...)

10Dans les places lainières du XVIIIe siècle, les tondeurs de draps sont véritablement des ouvriers d’élite. Il resterait encore à explorer les particularités sociologiques de ce groupe et ses spécificités dans les diverses places de fabrique. Mieux payés, plus forts, parfois plus lettrés, disposant d’une puissante capacité d’organisation, ils parviennent à s’imposer au sein de la fabrique pour maintenir leur contrôle sur la production et l’organisation du travail14. Dans ce contexte, les débats entre le Curot et la Mailloche révèlent les négociations continuelles qui se nouent autour du fonctionnement des outils. Au XVIIIe siècle, la main-d’œuvre est inscrite dans un régime sociotechnique dans lequel les tondeurs parviennent à imposer le contrôle du marché du travail. C’est précisément ce mode de régulation « par le bas » qui se transforme à partir du début du XIXe siècle, lorsque de nouvelles mécaniques voient le jour et commencent à circuler en Europe.

Les « tables à tondre mécanisées » ou la primauté du geste artisanal

11La première phase véritable de mutation du travail du tondage des draps consiste dans la mise au point et la diffusion des tables à tondre mécanisées au début du XIXe siècle. Il s’agit d’un procédé assez simple qui copie fidèlement le geste traditionnel de l’artisan. Ces tables à tondre mécaniques consistent en deux forces (ou trois selon les modèles) qui reproduisent simplement le geste du tondeur et opèrent dans le même sens que l’ouvrier à la main, c’est-à-dire la largeur. En ce sens, cette machine ne supprime pas totalement le geste de l’ouvrier, mais pousse à son terme le processus inauguré au XVIIIe siècle par la mailloche en remplaçant les bras par un système mécanique. Le travail n’est pas révolutionné, le tondage s’opère toujours dans la largeur avec les forces. Si l’ouvrier cesse d’actionner lui-même les forces pour devenir un simple surveillant, il doit néanmoins conserver une certaine maîtrise technique pour actionner la machine.

Fig. 2. – Table à tondre mécanisée ou forces mécaniques (shearing machine).

  • 15 Jean Payen et Jean Pilisi, « Le tissage et l’apprêt mécanique », in Maurice Daumas (dir.), Histoir (...)
  • 16 Charles Mouchel, « Etude sur les origines du Tondage des draps », Bulletin des travaux de la socié (...)

12La mise au point de ce procédé est entouré d’obscurité. Plusieurs prototypes sont réalisés à l’époque moderne mais sans jamais entrer dans la pratique. C’est dans les premières années du XIXe siècle que les mécaniques de ce type se multiplient dans les centres lainiers européens. Jean Pilisi évalue à une douzaine de fabricants le nombre de ceux qui ont construit et diffusé ces « tables à tondre mécanisées » entre 1784 et 181715. Une vingtaine de brevets sont pris en Grande-Bretagne de 1797 à 1829. En France, des constructeurs de machines de divers centres lainiers prennent aussi des brevets et introduisent diverses variantes. C’est le cas du mécanicien allemand Wathier que le fabricant Ternaux a fait venir à Sedan, de Mazeline à Carcassonne en 1813, ou de Taurin, à Elbeuf, en 182316. Douglas diffuse ses propres machines à tondre. Le mécanicien Leblanc-Paroissien de Reims, établit vers 1803 un atelier de construction de tables à tondre, qu’il diffuse à Elbeuf et dans les centres de la moitié nord. Il présente sa mécanique à l’exposition des produits de l’industrie de 1804. Selon un rapport rédigé à cette occasion, il s’agit :

  • 17 Archives du CNAM (Paris) : U – 225 : 17 pluviôse an 12 (7 février 1804), description de la machine (...)

« [d’]une machine à tondre les draps sur la largeur par le moyen des forces ordinaires qu’un simple mouvement de manivelle fait agir de la même manière que si elles étaient conduites immédiatement par la main du tondeur. Au moyen de cette machine, les forces éprouvant un mouvement de transposition plus uniforme, d’une lisière à l’autre du drap et toujours dans le même rapport avec le nombre des coups de force, on obtient une tonte plus régulière et plus parfaite. Cette machine fort simple n’exige aucun apprentissage pour la conduire, déjà plusieurs manufacturiers en font usage avec succès, on en compte maintenant 86 en activité, tant à Reims, qu’à Dûren, Verviers, Elbeuf, Abbeville et Stolberg. Elle peut en même temps apporter beaucoup d’économie dans le travail de la tonte des draps et autres étoffes de laine et rendre cette opération plus régulière et par conséquent plus parfaite17. »

  • 18 AN, F12 618, « Mémoire sur les établissements formés par M. Ternaux aîné, tant en France que chez (...)
  • 19 Sur les évolutions contrastées des différents centres lainiers français, voir Jean-Claude Daumas, (...)

13En dépit des éloges de l’auteur, il semble que ces tables à tondre peinent à s’imposer. Ternaux doit procéder à des investissements très coûteux pour les rendre rentables, les machines produites par Delarche à Amiens étaient si « imparfaites qu’aucun fabricant ne voulait s’en servir18 ». Dans le Languedoc lainier comme dans l’Europe méridionale, elles sont encore plus rares que dans l’Europe du Nord-Ouest : les petits centres du Midi entament alors une période de déclin, les fabricants disposent de capitaux trop restreints pour les acquérir et le tondage n’est pas encore concentré19.

  • 20 Louis Bergeron, « Douglas, Ternaux, Cockerill : aux origines de la mécanisation de l’industrie lai (...)
  • 21 AN, F12 654, rapport de Scipion Mourgue à Chaptal.

14Entre 1800 et 1810, de nombreux procédés sont donc élaborés à peu près en même temps dans des lieux dispersés, grâce à l’alliance des fabricants, des mécaniciens locaux et de certains maîtres tondeurs20. Dans le contexte de déréglementation et d’agitation post-révolutionnaire, les fabricants entendent recourir à ces procédés pour domestiquer leur main-d’œuvre et réduire leurs coûts de production. Dans son rapport à Chaptal en 1803, Scipion Mourgue l’affirme d’ailleurs : « L’introduction de cette dernière machine à Sedan mettroit un terme à l’esprit séditieux des tondeurs21. »

  • 22 Adrian J. Randall, Before the Luddites. Custom, Community and Machinery in the English Woollen Ind (...)
  • 23 Louis Simond, Voyage d’un français en Angleterre pendant les années 1810 et 1811 avec des observat (...)

15L’arrivée de ces mécaniques suscite des réponses variables selon les territoires industriels : violentes dans les comtés lainiers anglais, plus pacifiques dans les centres continentaux. En Angleterre, la conflictualité est forte dans l’industrie lainière : les laineuses mécaniques suscitent déjà des plaintes récurrentes au XVIIIe siècle, elles atteignent leur apogée lors des troubles du Wiltshire de 1802. Les travailleurs et les petits maîtres parviennent à freiner leur diffusion jusqu’au début du XIXe siècle, en arguant notamment du fait que les pièces de draps lainées mécaniquement n’auraient pas été bien tondues22. Ce sont ensuite les tables à tondre mécaniques qui provoquent troubles et désordres. En mars 1811, un voyageur français visitant Leeds souligne que les tondeurs « voient de mauvais œil l’introduction récente d’une machine mise en mouvement par la pompe à feu, qui menace de les supplanter ; ils murmurent hautement, et l’on craint qu’il n’y ait du désordre23 ».

  • 24 Vincent Bourdeau, François Jarrige et Julien Vincent, Les Luddites. Bris de machines, économie pol (...)

16Au début de 1812, les ouvriers du Yorkshire empruntent en effet aux tricoteurs des Midlands certains motifs de leur discours contestataire comme la référence au mystérieux Ludd, et ils s’en prennent aux tables à tondre mues par la vapeur. Le luddisme du Yorkshire commence le 19 janvier 1812 lorsque l’une des laineuses mécaniques en service près de Leeds est incendiée par un groupe d’hommes aux visages barbouillés de noir. Trois jours plus tard, c’est au tour de tondeuses d’être détruites près d’Huddersfield ; en février les attaques nocturnes se multiplient dans la vallée de la Spen, elles culminent entre février et avril 181224. Ces désordres et violences n’ont pourtant pas partout la même intensité : la plupart des bris de machines ont lieu dans la zone de la draperie cardée où s’étaient développées des structures productives plus concentrées, au détriment du kaufsystem et des petits maîtres indépendants. Dans le secteur de la laine peignée, où le Verlagssystem avait déjà imposé l’emprise des marchands-manufacturiers et érodé l’autonomie des tondeurs, les conflits semblent moins graves. L’intensité des désordres est donc étroitement liée aux capacités de négociation de la main-d’œuvre, aux rapports sociaux et à l’organisation des structures productives locales.

  • 25 Lettre au préfet Frain, 5 nivôse an XII (27 25. décembre 1803), cité par Gérard Gayot, « Quand les (...)
  • 26 Jean Pilisi, L’industrie textile, no 820, mars 1955, p. 208-214.
  • 27 Arch. du CNAM, U – 227 : 6 pièces, 30 août 1808 – 19 octobre 1808. Machine à tondre les draps de F (...)

17Sur le continent, l’acclimatation de ces méthodes « paléotechniques » (Jean Pilisi) s’opère lentement et sans crise apparente. Les plaintes de la main-d’œuvre existent aussi, mais elles débouchent rarement sur des violences collectives. À Sedan, les tables à tondre provoquent bien quelques rassemblements en 1803 et une grève en 1808, mais la contestation s’arrête là25. Dans l’espace germanique, un machiniste du comté de Berg échoue à introduire sa mécanique à cause du refus de la main-d’œuvre26. Ces procédés sont surtout diffusés après 1815 par le mécanicien Cockerill qui les installe à Verviers ou à Berlin sans entraîner de fortes oppositions. En Belgique, les plaintes n’aboutissent pas à des soulèvements collectifs violents27, même si Laurent-François Déthier prévoit les conséquences les plus funestes de leur arrivée :

  • 28 Henri Delrée et Etienne Hélin, « Contre les machines, pour le plein-emploi ? Un réquisitoire de La (...)

« Et à quoi ne doit-on pas s’attendre des suites infaillibles et trop funestes de l’introduction générale de ces mécaniques, non seulement dans le département de l’Ourthe mais encore dans ceux de la Roer et de la Meuse inférieure que vivifient aussi les célèbres manufactures de draps d’Aix la Chapelle, de Borcheid, de Vals, Monjoie, etc.28 »

  • 29 François Crouzet, L’Économie britannique et le blocus continental (1806-1813), Paris, Economica, 1 (...)
  • 30 Edward P. Thompson, La formation de la classe ouvrière anglaise [1963], Paris, Gallimard/Le Seuil, (...)

18Seule l’Angleterre a donc connu des désordres violents et de grande ampleur contre ces tables à tondre. Cela s’explique par la spécificité de l’industrialisation anglaise et par la conjoncture de crise des années 1811-1812 qui entraîne la baisse des salaires et de fortes tensions sur le marché du travail dans les régions textiles. Le blocus continental ferme alors les marchés européens aux productions britanniques et les ordres en conseil, adoptés par le roi au début de 1811, aboutissent à la fermeture du marché américain. La hausse des prix du grain, le manque d’ouvrage et l’avènement des nouveaux procédés techniques de production se conjuguent pour accroître la misère. En juin 1811, un comité d’enquête parlementaire révèle ainsi qu’à Manchester et dans ses environs, sur 9 000 ouvriers des filatures, 3 000 seulement étaient employés, 2 500 travaillaient à mi-temps et les 3 500 autres chômaient29. Or, cette crise conjoncturelle intervient également au terme d’une phase de dérégulation : en 1809, le Parlement abroge les règlements qui encadraient le marché du travail et régulaient la concurrence en interdisant par exemple l’usage des gig-mills (laineuses). Pour Edward P. Thompson, « l’apparition du luddisme se situe au point critique de l’abrogation de la législation paternaliste et de l’imposition aux travailleurs, contre leur volonté et leur conscience, de la politique économique du laisser-faire30 ». L’explosion du luddisme correspond enfin à la période de répression accrue des syndicats et des associations depuis l’adoption des lois sur les associations (combination acts) en 1799-1800. Ces lois, qui ne seront abrogées qu’en 1824-1825, contraignent les organisations syndicales à se réfugier dans la clandestinité et le secret. Répression, crise sociale et disparition des anciennes protections juridiques, tous ces facteurs contribuent à expliquer l’ampleur des désordres et des violences des tondeurs au temps du luddisme.

  • 31 Sur la vitalité des artisans des fabriques et leur capacité à bricoler des solutions techniques ad (...)

19Ailleurs, les conditions étaient différentes et ont favorisé une acclimatation relativement pacifique des méthodes « paléotechniques ». Par sa proximité avec le geste traditionnel du tondeur, le système des tables à tondre apparaissait peu menaçant pour la main-d’œuvre. Avec cette mécanique, on reste d’ailleurs dans une logique d’innovation collective et de perfectionnement du geste traditionnel sans véritable rupture de la trajectoire technique ancienne. Par ailleurs, les fabricants font preuve d’une grande prudence et hésitent à les acquérir, seuls les plus gros, ceux qui ont déjà procédé à la domestication de leur main-d’œuvre, procèdent aux investissements nécessaires, à l’image de Ternaux et Poupart de Neuflize à Sedan. En outre, ces procédés sont adaptés localement, perfectionnés par les mécaniciens locaux dans une logique d’innovation collective et de bricolage favorable à l’acclimatation pacifique de l’outil31. Mais la situation change du tout au tout après 1815 avec le développement des tondeuses hélicoïdales qui introduisent une trajectoire technique neuve et particulièrement menaçante pour les fiers tondeurs au curot.

La diffusion conflictuelle du « parfait tondeur » : vers une nouvelle trajectoire technique

  • 32 Il existe plusieurs modèles et plusieurs représentations de la machine, celle-ci est extraite de l (...)

Fig. 3. – Tondeuse transversale de type Collier à lames hélicoïdales32.

  • 33 Les divers modèles de cette mécanique ont fasciné les technologues du XIXe siècle qui se sont atta (...)

20La tondeuse rotative hélicoïdale, également appelée au début du XIXe siècle « forces continues », « parfait tondeur » ou « grande tondeuse », est la machine qui a sans doute occasionné le plus de troubles lors de son introduction dans l’industrie. Inventé aux États-Unis et développé en Europe après 1815, ce procédé technique introduit une trajectoire inédite : au lieu de tondre dans le sens de la largeur avec des forces, comme le faisait l’artisan, il tond en longueur au moyen de lames tranchantes qui sont adaptées à une roue ou à un cylindre tournant. L’ancien mouvement des forces mécaniques est désormais supplanté par un « mouvement circulaire continu », ce qui permet une accélération considérable du travail et accroît la menace pour la main-d’œuvre33.

  • 34 L’enquête sur la genèse des tondeuses rotatives entre les États-Unis et l’Europe mériterait d’être (...)
  • 35 AN, F12 1052, certificat de demande d’un brevet d’importation délivré à Jonathan Ellis, Paris, 30 (...)
  • 36 Jean-Jacques Hémardinquer, « Une dynastie de mécanicien anglais en France : James, John et Juliana(...)

21La première idée d’une tondeuse rotative semble apparaître dans un brevet américain du 20 octobre 1792, mais l’industrie embryonnaire des États-Unis ne permet pas son exploitation et son titulaire s’embarque pour l’Angleterre34. C’est en France que le système du tondage circulaire est pris en charge par plusieurs acteurs qui vont se consacrer à sa diffusion. Dès 1812, Jonathan Ellis dépose un brevet d’importation pour cette « machine à forces hélicoïdes »35. Poupart de Neuflize l’acquiert en 1814. En 1816, il s’associe avec le négociant Auguste Sévenne et le mécanicien d’origine anglaise John Collier pour construire de façon industrielle les tondeuses pour lesquelles ils ont pris plusieurs nouveaux brevets en 1815-1816. Ils installent un atelier de construction mécanique rue Mouffetard à Paris, et cette entreprise associant un négociant, un grand industriel sedanais et un mécanicien britannique va jouer un rôle décisif dans la promotion de la nouvelle trajectoire technique en Europe36.

  • 37 Notice sur une nouvelle machine à tondre les draps appelée tondeuse ou Forces Hélicoïdes, Paris, V (...)

22Les constructeurs déploient une intense activité pour intéresser le public et les autorités à leur machine. Ils ouvrent des ateliers publics pour convaincre les fabricants, ils mettent sur pied diverses stratégies publicitaires et éditent une brochure vantant les mérites de la nouvelle méthode qui « tond parfaitement les draps les plus fins, ainsi que les draps ordinaires, les casimirs, les cachemires et les étoffes appelées Mérinos ; on garantit la Tonte égale à ce que les autres procédés peuvent faire de mieux pour le fini, et bien supérieure pour la régularité37 ». Selon les calculs présentés en annexe de cette brochure (tableau ci-dessous) la tondeuse permettrait de diviser le coût de la main-d’œuvre par près de 10 pour un investissement seulement 2,5 fois supérieur à celui du tondage à la main. Les fabricants de la machine promettent aussi que les fiers tondeurs pourront être remplacés par « deux jeunes garçons ou deux femmes » pour conduire le drap.

Tondage à la main

Table à tondre mécanique

Tondeuse

Matériels et location de l’atelier 8 552 F.
(20 tables et 40 forces)

Matériel et location de l’atelier 25 000 F.
(40 tables et 40 forces avec mouvements et accessoires)

Une tondeuse et location de l’atelier 20 000 F.

Main-d’œuvre 32 376 F.
(40 tondeurs à 2,50 F pour 300 jours émoulage et renouvellement des forces)

main-d’œuvre 17 106 F.
(15 tondeurs – 1 pour 3 tables – émoulage des forces, entretien, force motrice)

Main-d’œuvre : 3 500 F.
(1 tondeur à 3 F pour 300 jours et deux femmes à 1,50 F pour 300 jours, entretien, force motrice)

Fig. 4. – Tableau comparatif simplifié des trois procédés. (Notice sur une nouvelle machine à tondre les draps appelée tondeuse ou Forces Hélicoïdes, Paris, Vve Courcier, s. d.)

  • 38 Description des expositions des produits de l’industrie française faites à Paris depuis leur origi (...)
  • 39 AN, F9786 : Montpellier, le 7 mai 1821, rapport de Montaulieu aux sociétaires de l’entreprise de (...)
  • 40 Jean Pilisi, « Le chevalier Cochelet et la machine à tondre les draps (1788-1858) », Revue de la C (...)
  • 41 Jean Simon Renier, Histoire de l’industrie drapière au pays de Liège et particulièrement dans l’ar (...)

23En 1819, Poupart de Neuflize et ses associés présentent la machine à l’exposition industrielle et obtiennent une médaille d’or38. Portés par ce succès, ils mettent en place un véritable réseau commercial européen pour favoriser la commercialisation de leur tondeuse. Dans le Midi, l’entreprise de construction des tondeuses possède ainsi un agent, M. de Montaulieu, chargé de contacter les autorités et les fabricants afin de favoriser la vente de la machine. Résidant à Montpellier, il se rend à Lodève, Carcassonne et dans les principaux centres lainiers du Midi comme agent de l’entreprise39. Le baron de Neuflize, qui, en plus de ses manufactures de draps dans les Ardennes et en Normandie, commanditait à Paris l’atelier de constructions mécaniques de John Collier, embauche également Louis Adrien Cochelet (1788-1858), ancien préfet de la Meuse durant les 100 jours, contraint de quitter l’administration après le retour des Bourbons. Au début de la restauration, la tondeuse est désormais bien au point grâce à John Collier. La construction en série commence et pour lui donner l’ampleur souhaitable, selon les intentions initiales des associés, le baron de Neuflize confie à Cochelet, vers la fin de l’année 1817, la mission de diffuser cette machine en Saxe, Autriche, Russie et Suède, pays où il n’existait pas encore de lois ad hoc, comme en France et en Grande-Bretagne, pour protéger les inventions. Cochelet reçoit carte blanche pour agir en vue d’obtenir des « privilèges » sous son nom40. En 1819, John Collier envoie également un autre mécanicien de Paris nommé Désiré Houget à Verviers afin de faire la démonstration des nouvelles tondeuses construites à Paris. À partir de 1821, il s’installe à Verviers où il établit un atelier de construction de tondeuses qu’il commercialise dans l’industrie locale durant les années 182041.

  • 42 Charles Mallet, « Rapport sur les ateliers de construction de machines, fondés à Paris par M. John (...)
  • 43 Corine Maitte, « La Toscane face aux innovations de l’industrie lainière, XVIIIe-XIXe siècle », in(...)

24Au moyen de ces diverses stratégies commerciales, les constructeurs parviennent à exporter leurs machines dans les principaux centres lainiers. Vers 1827, selon un rapport lu à la Société d’encouragement, plus de 800 tondeuses Collier seraient déjà en activité en France et opéreraient la tonte journalière de plus de 444 000 aunes de drap. Ces 800 tondeuses conduites par quelques 1 600 ouvriers, feraient déjà l’équivalent de la besogne de 16 000 tondeurs à la main ou de 8 000 hommes conduisant les forces mécaniques. Selon les évaluations de l’auteur, ces mécaniques économiseraient aux fabricants 8,8 millions de francs par an et, conclut-il, « il n’est pas permis de douter que ce ne soit à ces machines que l’on doive la diminution que les draps ont éprouvée dans leur prix, en devenant ainsi à la portée d’un plus grand nombre de personnes42 ». Durant ces années 1820, les premières tondeuses rotatives sont également introduites en Angleterre (à partir de 1824 sous le nom de spiral cutter) et dans l’espace germanique, selon des modalités qui restent à éclaircir plus précisément. À cette époque, la région de Verviers devient d’ailleurs un centre d’exportation de mécaniques. Autour de 1830, un certain Louis Cornet, « originaire de Malmédy », introduit ainsi à Prato une machine à lainer et à tondre43.

25Dans l’ensemble, ces procédés complexes sont plus difficiles à adapter et à produire localement par des artisans de village que ne l’étaient les dispositifs antérieurs. La souplesse d’un mécanisme relativement simple copiant le geste de l’artisan laisse la place à un dispositif coûteux, produit d’une façon industrielle et plus difficilement appropriable par la main-d’œuvre et les fabricants. C’est pourquoi les protestations contre cette machine émanent souvent de petits maîtres drapiers incapables de l’acquérir. Après 1819, le tondage circulaire provoque des protestations récurrentes là où il est introduit. Hormis en Angleterre, où les tondeurs ne se font plus entendre après l’épisode du luddisme et sa vive répression, cette nouvelle mécanique suscite fréquemment des désordres.

  • 44 Frank R. Manuel, « The luddite movement in France », Journal of Modern History, 10-2, juin 1938, p (...)

26En France, aucun conflit n’est signalé en Normandie et dans le Nord. La répression des émeutes antérieures, le manque chronique de main-d’œuvre dans la draperie normande, comme la concurrence du coton, expliquent en partie l’absence de révolte ouvrière. En revanche, l’arrivée des tondeuses provoque des troubles fréquents dans les villes du Midi exclusivement vouées à la production des draps. Ils commencent à Vienne, dans le Dauphiné, où les désordres contre la « Grande Tondeuse » éclatent en février 1819, provoquant l’inquiétude des autorités et des fabricants. Dans les années qui suivent, des désordres identiques se reproduisent à Lodève, Clermont-L’Hérault, Bédarieux, Castres, Carcassonne ou Limoux44. De nombreux facteurs explicatifs peuvent être avancés pour rendre compte de cette forte conflictualité : d’abord la conjoncture de crise et de déclin, après une phase de forte croissance, qui rend ces centres textiles particulièrement vulnérables. Ensuite, l’organisation du travail elle-même qui, contrairement à Sedan où l’étape du tondage avait été concentrée précocement, voit le maintien de petits ateliers composés de quelques ouvriers. Enfin, la forme même du changement technique fut brutale et sans transition dans le Midi, là où les travailleurs septentrionaux s’étaient déjà familiarisés avec la trajectoire précédente des tables à tondre mécanisées. Le sentiment de dépossession est d’autant plus vivement ressenti par les tondeurs et les petits maîtres qu’ils avaient peu expérimenté l’étape transitoire des forces mécaniques.

  • 45 Pierre Lebrun, L’Industrie de la laine à Verviers pendant le XVIIIe siècle et le début du XIXe siè (...)
  • 46 Arch. de l’Etat de Liège (AEL), Fonds hollandais, 803 : rapports périodiques de police de l’arrond (...)
  • 47 AEL, Fonds hollandais, 3539 : états des fabriques et ateliers à Verviers au 31 décembre 1819 ; 352 (...)
  • 48 Le 29 août, la Commission de Sûreté publique a dû prendre un arrêté défendant l’emploi des tondeus (...)
  • 49 Jean Lejaer, « Histoire de la ville de Verviers. Période hollandaise », Bull. Soc. Verviétoise d’A (...)
  • 50 Arch. Communales de Verviers, Farde 39 : Indemnisation Coumont-Grosfils, réclamation no 16.

27Dans l’est de la Belgique, l’espace compris entre Verviers et Aix-la-Chapelle était devenu au cours du XVIIIe siècle l’une des plus grosses concentrations proto-industrielles d’Europe, avec quelques 3 000 métiers battants concentrés de part et d’autre d’un axe de trente kilomètres de long. Au début du XIXe siècle, Verviers s’affirme comme le premier centre continental de la draperie cardée, devant Sedan et Elbeuf45. Dans cet espace, l’arrivée des premières tondeuses rotatives, sans doute celles importées par Houget, provoque également des troubles. En janvier 1819, des « billets de provocation à la révolte […] distribués et répandus dans la ville » invitent les ouvriers à « détruire une machine à tondre les draps nouvellement mise en activité46 ». Dans un contexte de crise sociale, la condition des travailleurs s’est dégradée dans la région verviétoise. À la Reid par exemple, les autorités locales notent que les « habitants sont plongés dans l’indigence » depuis que les « mécaniques » se sont répandues47. Plusieurs centaines d’ouvriers provenant de Dison, d’Ensival et d’Hodimont se rassemblent donc à Verviers. En attendant les soutiens annoncés d’Eupen, ils se rendent dans plusieurs fabriques où ils s’efforcent de débaucher les ouvriers. Mais l’intervention de la police met fin aux désordres. De nouveaux troubles renaissent dix ans plus tard à l’occasion de l’annonce de la Révolution bruxelloise de 1830. Le 28 août 1830, la foule arborant le drapeau français se rend à l’hôtel de ville aux cris de « Vive Napoléon ! À bas Guillaume ! Brisons les machines ! ». Elle s’empare des armes de la Garde communale et saccage plusieurs maisons. Les autorités ne parviennent à restaurer le calme qu’en promettant une baisse du prix du pain et la mise hors service des machines à tondre48. Le 30 août au matin, plusieurs fabricants font démonter leurs tondeuses et les exposent à la vue de la population qui s’en empare et les promène sur des charrettes49. Chez le fabricant Coumont-Grosfils, « un attroupement populaire [...] a enlevé, brisé et détérioré les machines à tondre servant à sa fabrique de draps50 ».

  • 51 Herbert Kisch, « The Textile industries in Silesia and the Rhineland : A comparative study in indu (...)
  • 52 Gérard Gayot, « Frontières, barrières douanières et métamorphoses des territoires industriels entr (...)
  • 53 Cité par Jean Pilisi, « Le chevalier Cochelet », art. cité.

28Dans les territoires germaniques, eux-mêmes très divers, hétérogènes et organisés depuis longtemps sur un mode proto-industriel51, les réponses à l’arrivée des tondeuses rotatives au cours des années 1820 sont également ambivalentes. En Saxe, l’accumulation des capitaux est suffisamment importante et précoce pour permettre à certains grands Verleger comme Adolf Gottlieb Fiedler, propriétaire d’une fabrique près d’Oederan, d’introduire dès 1818 des machines à tondre les draps produites par le baron de Neuflize52. Dans l’ensemble, pourtant, les fabricants hésitent. En Saxe, aucune autre manufacture de draps ne semble avoir adopté la tondeuse diffusée par Cochelet en 1821, les fabricants continuent à se servir des « forces de tondeur mécanisées », construites à Berlin par Cockerill d’après le système Faux, qui sont pourtant loin d’avoir le rendement et les avantages de la Tondeuse Cochelet. À Brünn, en Moravie, dans l’Empire d’Autriche, un conflit éclate d’ailleurs en 1819. Comme en France au même moment, l’arrivée de la tondeuse provoque l’effervescence dans le milieu des maîtres tondeurs et de leurs compagnons. Après que le quotidien de Vienne Der Osterreichische Beobachter ait rapporté dans son numéro du 18 mars 1819 les événements de Vienne (Isère), les tondeurs tentent à leur tour de se soulever, mais l’émeute tourne court53. Il semble que les Verleger aient choisi d’adopter les tables à tondre plutôt que les procédés les plus récents pour éviter de susciter la colère de leurs ouvriers. Ces hésitations s’expliquent par de multiples facteurs : d’abord le prix trop élevé exigé par l’inventeur Cochelet qui demandait au début 6 000 thalers. Ensuite, et de façon paradoxale, la productivité de la tondeuse, son rendement formidable, tendent à se retourner contre elle : les petits fabricants, qui n’ont pas assez de pièces à faire tondre, hésitent devant une telle dépense, n’ayant du travail pour un procédé si efficace que deux à trois jours par semaine. Dans de nombreux endroits, le débit demeurait trop limité pour justifier l’acquisition d’une telle machine.

*

  • 54 Lors de l’enquête douanière de 1834, le fabricant de draps d’Abbeville Victor Randoing explique ai (...)
  • 55 Christopher H. Johnson, The Life and Death of Industrial Languedoc, op. cit.; AN, F7 9786 et AD Hé (...)
  • 56 Michael Spehr, Maschinensturm. Protest und Widerstand gegen technische Neuerungen am Anfang des In (...)

29Malgré les nombreux conflits et hésitations, les tondeuses mécaniques poursuivent leur ascension et conquièrent progressivement de nouveaux marchés au cours des décennies qui suivent. Les ateliers de fabrication de tondeuses se multiplient en Europe, les circulations techniques sont incessantes. La baisse continue des prix rassure les hésitants54. À Lodève, dans le Languedoc, un recensement de l’équipement réalisé en 1838 révèle qu’il y a alors 40 tondeuses hélicoïdales, 45 systèmes de tonte hydraulique, et 47 tondeuses à main, sans doute les mêmes qu’au XVIIIe siècle. Même si l’essentiel du travail est désormais fait à l’aide de mécaniques, le travail traditionnel subsiste en parallèle55. Il en est de même à Berlin où, jusque dans les années 1860, certains tondeurs continuent de travailler avec les anciennes méthodes56. L’introduction des machines se fait donc de manière graduelle et à des rythmes très variables en fonction des structures productives et des rapports sociaux. La mécanisation du tondage fut le résultat d’un processus complexe de co-construction au cours duquel les fabricants n’ont cessé de négocier avec les attentes et les réactions de la main-d’œuvre.

  • 57 Gérard Gayot, « Les tondeurs dans les manufactures européennes », art. cit., p. 30.

30L’effet de ces machines fut ambigu : dans de nombreux espaces, l’augmentation de la production fut assez forte pour que les emplois perdus ne soient finalement pas très nombreux. Loin de remplacer les anciennes méthodes de tondage, les tondeuses hélicoïdales s’ajoutent à elles pour la réalisation des premières tontes ou pour certains types de produit. La mécanisation a néanmoins comme effet d’accentuer la différenciation au sein du monde du travail chargé des apprêts : à côté des anciens tondeurs à la main, une foule d’hommes nouveaux, de femmes et d’enfants, pénètrent dans les ateliers, selon des rythmes variables et fluctuants. Sur la longue durée, le principal résultat de cette mécanisation discontinue du tondage des draps fut de laminer l’ancien contrôle exercé par les travailleurs sur le processus de production et le rythme du travail. Le travail qualifié réalisé par des équipes de deux tondeurs était désormais exécuté par un homme et un enfant, parfois le fils du tondeur. Comme l’écrivait Gérard Gayot en guise de programme de recherche : « en quelques années un petit monde d’une richesse extraordinaire en mots et en gestes, en habits de travail et en habitudes de vie, en sources morales et intellectuelles, s’écroula. C’est l’histoire de la Constitution perdue des tondeurs et de leur droit ancien anéanti. Elle reste, pour partie, à écrire57. » C’est la poursuite de cette réflexion, à la croisée de l’histoire sociale des techniques et de l’histoire comparée de l’industrialisation, que nous avons tentée ici en suivant les chemins pluriels empruntés par le capitalisme industriel naissant.

Notes

1 Gérard Gayot, Les draps de Sedan, 1646-1870, Paris, éditions de l’EHESS/Terres Ardennaises, 1998, p. 429.

2 G. Gayot, « Les tondeurs dans les manufactures européennes au XVIIIe siècle », Le Culture della Technica, Archivio Storico Amma, Nuova Serie 14, Anno IX, 2/2002, p. 1-36, cit. p. 6.

3 François Jarrige, Au temps des « tueuses de bras ». Les bris de machines à l’aube de l’ère industrielle (1780-1860), Rennes, PUR, 2009.

4 Dans l’après-guerre, Jean Pilisi avait mené une vaste enquête et défriché le terrain de l’histoire des techniques du tondage des draps : « Le tondage du drap dans l’histoire des techniques », voir L’industrie textile, années 1954-1956.

5 La référence aux négociations socio-techniques renvoie évidemment à la « sociologie de la traduction » développée à partir des années 1980 par Madeleine Akrich, Michel Callon et Bruno Latour (éd.), Sociologie de la traduction : textes fondateurs, Paris, Mines ParisTech, 2006.

6 Liliane Pérez, Catherine Verna, « Dissemination of technical knowledge in the middle ages and the early modern history. New approaches and methodological issues », Technology and culture, 47-3, 2006, p. 536-565 ; John R. Harris, Industrial Espionage and Technology Transfer. Britain and France in the Eighteenth Century, Aldershot, Ashgate, 1998.

7 Henri-Louis Duhamel du Monceau, Art de la draperie, principalement pour ce qui regarde les draps fins, Paris, H.-L. Guérin et L.-F. Delatour, 1765, planches.

8 Gérard Gayot a consacré une belle étude à l’agitation des tondeurs sedanais au XVIIIe siècle : « La longue insolence des tondeurs de draps dans la manufacture de Sedan au XVIIIe siècle », Revue du Nord, no 248, janvier-mars 1981, p. 105-134.

9 AN, F12 654, rapport de Scipion Mourgue à Chaptal.

10 À Elbeuf, par exemple, les tondeurs semblent moins remuants, ils ne se joignent pas, en corps, aux grandes grèves ; dans cette ville, il n’y a pas de maîtres tondeurs indépendants, ce sont d’abord des ouvriers spécialisés et bien payés : Alain Becchia, La draperie d’Elbeuf, des origines à 1870, Rouen, Publications de l’université de Rouen, 2000, p. 113.

11 G. Gayot, Les draps de Sedan, op. cit., Chapitre 5 : « Les mots pour dire la belle ouvrage ».

12 AN, F12 1357, mémoire de Delo Desaunois, f° 99.

13 Kenneth G. Ponting, “Clothmaking in sixteen scenes from about 1760”, Textile History, no 4, octobre 1973, p. 109-115, image p. 111 et explication p. 114.

14 Gérard Gayot, « Les “ouvriers les plus nécessaires” sur le marché du travail des manufactures de draps au XVII-XVIIIe siècle », Gérard Gayot et Philippe Minard (éd.) Les ouvriers qualifiés de l’industrie (XVIe-XXe siècles). Formation, emploi, migrations, Villeneuve-d’Ascq, Revue du Nord, Hors-série Histoire no 15, 2001, p. 209-237.

15 Jean Payen et Jean Pilisi, « Le tissage et l’apprêt mécanique », in Maurice Daumas (dir.), Histoire générale des techniques. Tome 3 : l’expansion du machinisme, 1725-1860 [1968], Paris, PUF, coll. « Quadrige », 1996 p. 684-685.

16 Charles Mouchel, « Etude sur les origines du Tondage des draps », Bulletin des travaux de la société industrielle d’Elbeuf, 1885, no 1, p. 168-189 ; voir la liste des brevets pris pour le tondage des draps en France aux Archives de l’Institut national de la propriété industrielle (Paris, INPI).

17 Archives du CNAM (Paris) : U – 225 : 17 pluviôse an 12 (7 février 1804), description de la machine Leblanc à tondre les draps.

18 AN, F12 618, « Mémoire sur les établissements formés par M. Ternaux aîné, tant en France que chez l’étranger, et qui, depuis l’an 7, contribuent à l’amélioration de l’industrie et de l’agriculture (1807) » ; pour des détails sur ce procédé voir : « Note sur la machine à tondre les Draps, imaginée par Delarche », Bulletin de la société d’encouragement pour l’industrie nationale, no XIV, 2e année, Fructidor an XI, p. 114-115.

19 Sur les évolutions contrastées des différents centres lainiers français, voir Jean-Claude Daumas, Les territoires de la laine. Histoire de l’industrie lainière en France au XIXe siècle, Villeneuve-d’Ascq, Presses Universitaires du Septentrion, 2004, p. 63 ; sur les efforts de mécanisation en Espagne au début du XIXe siècle : José Sierra Alvarez, “Maquinas sin industria : Dos Intentos de Transferencia de technologia Lanera en espana a Comienzos Del Siglo XIX”, Revista de Historia Industrial, no 11, 1997, p. 197-217 ; et en Italie : Corine Maitte, La trame incertaine, le monde textile de Prato aux XVIIIe et XIXe siècles, Villeneuve-d’Ascq, Presses Universitaires du Septentrion, 2001.

20 Louis Bergeron, « Douglas, Ternaux, Cockerill : aux origines de la mécanisation de l’industrie lainière en France », Revue historique, no 501, 1972, p. 67-80 ; Serge Chassagne, « L’industrie lainière en France à l’époque révolutionnaire et impériale, 1790-1810 », Voies nouvelles pour l’histoire de la Révolution française, Paris, BN, 1978, p. 143-178.

21 AN, F12 654, rapport de Scipion Mourgue à Chaptal.

22 Adrian J. Randall, Before the Luddites. Custom, Community and Machinery in the English Woollen Industry (1776-1809), Cambridge, Cambridge University Press, 1991, p. 110.

23 Louis Simond, Voyage d’un français en Angleterre pendant les années 1810 et 1811 avec des observations sur l’état politique et moral, les arts et la littérature, Paris, Treuttel et Wurtz, 1816, t. 2, p. 103-104.

24 Vincent Bourdeau, François Jarrige et Julien Vincent, Les Luddites. Bris de machines, économie politique et histoire, Maisons-Alfort, È® édition, 2006 ; François Jarrige, Au temps des « tueuses de bras », op. cit., p. 59-63.

25 Lettre au préfet Frain, 5 nivôse an XII (27 25. décembre 1803), cité par Gérard Gayot, « Quand les chefs de manufacture et les gens de travail retrouvèrent leur place naturelle dans la société après brumaire an VIII », in Jean-Pierre Jessenne (éd.), Du Directoire au Consulat. Tome 3 : L’histoire du lien politique et de l’État-Nation, Villeneuve-d’Ascq, Centre de recherche en Histoire de l’Europe du Nord-Ouest, 2001, p. 237 ; Henri Manceau, Des luttes ardennaises, Paris, Éditions sociales, 1969, p. 19.

26 Jean Pilisi, L’industrie textile, no 820, mars 1955, p. 208-214.

27 Arch. du CNAM, U – 227 : 6 pièces, 30 août 1808 – 19 octobre 1808. Machine à tondre les draps de Faux, laquelle permet à un seul ouvrier de s’occuper d’une machine à trois tables.

28 Henri Delrée et Etienne Hélin, « Contre les machines, pour le plein-emploi ? Un réquisitoire de Laurent-François Déthier (1757-1843) », Bulletin de la Société royale du Vieux Liège, t. XI, no 235-237-238, 1986-1987, p. 253-263.

29 François Crouzet, L’Économie britannique et le blocus continental (1806-1813), Paris, Economica, 1987 [1re éd. 1958], p. 770-781.

30 Edward P. Thompson, La formation de la classe ouvrière anglaise [1963], Paris, Gallimard/Le Seuil, 1988, p. 491.

31 Sur la vitalité des artisans des fabriques et leur capacité à bricoler des solutions techniques adaptées aux problèmes locaux, voir un cas dans l’Europe méditerranéenne : Corine Maitte, « Incertitudes et bricolages : l’industrie textile à Prato aux 18e et 19e siècles », Annales HSS, 52-6, nov-dec 1997, p. 1275-1303.

32 Il existe plusieurs modèles et plusieurs représentations de la machine, celle-ci est extraite de l’encyclopédie technologique de Charles Laboulaye publiée à la fin de la monarchie de Juillet, elle montre la machine de face, le rouleau portant les lames est situé sur la partie supérieure de la machine : Charles Laboulaye, Dictionnaire des arts et manufactures, 3 vols, Paris, L. Mathias, 1847, t. 2, p. 2205-2206.

33 Les divers modèles de cette mécanique ont fasciné les technologues du XIXe siècle qui se sont attachés à décrire par le menu leur fonctionnement, voir notamment : Giuseppe Antonio Borgnis, Traité complet de mécanique appliquée aux arts, contenant l’exposition méthodique des théories et des expériences les plus utiles pour diriger le choix, l’invention, la construction et l’emploi de toutes les espèces de machines, Paris, Bachelier, 1820, Tome VII : « Des machines qui servent à confectionner les étoffes, Tondage » : p. 310-330.

34 L’enquête sur la genèse des tondeuses rotatives entre les États-Unis et l’Europe mériterait d’être approfondie même si l’essentiel a été synthétisé il y a déjà longtemps par Jean Pilisi, L’industrie textile, no 822, mai 1955, p. 380-383 ; et no 824, juillet 1955, p. 558-565.

35 AN, F12 1052, certificat de demande d’un brevet d’importation délivré à Jonathan Ellis, Paris, 30 juillet 1812.

36 Jean-Jacques Hémardinquer, « Une dynastie de mécanicien anglais en France : James, John et Juliana Collier (1791-1847) », Documents pour l’histoire des techniques, cahier no 4, janvier 1965, p. 193-209 ; Gérard Gayot, « Le Second Empire drapier des Neuflize à Sedan (1800-1830) », Histoire, économie et société, 5e année, no 1, 1986, p. 116.

37 Notice sur une nouvelle machine à tondre les draps appelée tondeuse ou Forces Hélicoïdes, Paris, Vve Courcier, (s. d.)

38 Description des expositions des produits de l’industrie française faites à Paris depuis leur origine jusqu’à celle de 1819, par L-S Lenormand et J-G. de Moléon, Paris, Bachelier, 1824, 4 tomes, Tome 1, p. 38

39 AN, F9786 : Montpellier, le 7 mai 1821, rapport de Montaulieu aux sociétaires de l’entreprise des tondeuses à Paris.

40 Jean Pilisi, « Le chevalier Cochelet et la machine à tondre les draps (1788-1858) », Revue de la Chambre et du Sénat, 1957 ; Gérard Gayot, « Die Abenteuer des französischen ‚ Ritters’ Adrien Louis Cochelet in Sachsen. Oder : Die Einführung der helicoïdischen Tuchschermaschinen 1818 in Oederan », in Ulrich Hess, Petra Listewnick, Michael Schäfer (Hg), Wirtschaft und Staat in Sachsensindustrialisierung, 1750-1930, Leipzig, Leipziger Universitätsverlag, 2003, p. 73-86.

41 Jean Simon Renier, Histoire de l’industrie drapière au pays de Liège et particulièrement dans l’arrondissement de Verviers depuis le Moyen Âge jusqu’à nos jours, Liège, Léon de Thier, 1881, p. 192.

42 Charles Mallet, « Rapport sur les ateliers de construction de machines, fondés à Paris par M. John Collier », Bulletin de la Société d’encouragement pour l’industrie nationale, no CCLXXXVII, mai 1828, p. 168.

43 Corine Maitte, « La Toscane face aux innovations de l’industrie lainière, XVIIIe-XIXe siècle », in Michèle Merger (dir.), Les transferts technologiques dans l’espace méditerranéen, Paris, Presses universitaires de Paris-Sorbonne, 2005, p. 545-546. Aucun mouvement contre les tondeuses n’est signalé en Italie, seuls quelques tumultes contre les machines à carder et à filer ont lieu à Prato en 1831, cf. Corine Maitte, La trame incertaine, op. cit., p. 309-310.

44 Frank R. Manuel, « The luddite movement in France », Journal of Modern History, 10-2, juin 1938, p. 180-211 ; Christopher H. Johnson, The Life and Death of Industrial Languedoc (1700-1900), New York/Oxford, Oxford University Press, 1995 ; François Jarrige, Au temps des « Tueuses de bras », op. cit., p. 76-82.

45 Pierre Lebrun, L’Industrie de la laine à Verviers pendant le XVIIIe siècle et le début du XIXe siècle. Contribution à l’étude des origines de la révolution industrielle, Liège, Faculté de philosophie et Lettres, 1948 ; Gérard Gayot avait analysé la situation de la « classe ouvrière » verviétoise dans les premières années du siècle : « La classe ouvrière saisie par la révolution industrielle à Verviers, 1800-1810 », Revue du Nord, no 347, octobre-décembre 2002, p. 633-666.

46 Arch. de l’Etat de Liège (AEL), Fonds hollandais, 803 : rapports périodiques de police de l’arrondissement de Verviers, janvier 1819.

47 AEL, Fonds hollandais, 3539 : états des fabriques et ateliers à Verviers au 31 décembre 1819 ; 3521 : commune de La Reid (canton de Spa).

48 Le 29 août, la Commission de Sûreté publique a dû prendre un arrêté défendant l’emploi des tondeuses, il est abrogé dès le 8 septembre : cf. J. Fohal, Les Événements de 1830 à Verviers et aux environs, Verviers, 1930, p. 20-21 et 68.

49 Jean Lejaer, « Histoire de la ville de Verviers. Période hollandaise », Bull. Soc. Verviétoise d’Archéologie et d’Histoire, 1906, t. VII, p. 214 ; J. Fohal, ibid., p. 21.

50 Arch. Communales de Verviers, Farde 39 : Indemnisation Coumont-Grosfils, réclamation no 16.

51 Herbert Kisch, « The Textile industries in Silesia and the Rhineland : A comparative study in industrialization », Peter Kriedte, Hans Medick, Jurgen Schlumbhom, Industrialization before industrialisation. Rural Industry in the Genesis of Capitalism, Cambridge-Paris, Cambridge University Press/Éditions de la MSH, 1980, p. 178-200.

52 Gérard Gayot, « Frontières, barrières douanières et métamorphoses des territoires industriels entre Meuse et Elbe (1750-1815) », Revue du Nord, no 352, octobre-décembre 2003, p. 796.

53 Cité par Jean Pilisi, « Le chevalier Cochelet », art. cité.

54 Lors de l’enquête douanière de 1834, le fabricant de draps d’Abbeville Victor Randoing explique ainsi qu’il a importé sa tondeuse d’Aix-la-Chapelle : « les machines, que nous appelons tondeuses, ont été tellement simplifiées que certaines machines remplacent 60 personnes. Le drap, que nous vendions 40 et 42 francs, nous pouvons actuellement le donner, en meilleure qualité, à 22 et 23 francs, et celui que nous vendons aujourd’hui 18 francs, nous l’avons vendu jusqu’à 30 francs » : Enquête relative à diverses prohibitions établies à l’entrée des produits étrangers, Paris, 1835, vol. 3 : « Fils et tissus de laine et de coton », p. 78 et 85.

55 Christopher H. Johnson, The Life and Death of Industrial Languedoc, op. cit.; AN, F7 9786 et AD Hérault, 39 M 98.

56 Michael Spehr, Maschinensturm. Protest und Widerstand gegen technische Neuerungen am Anfang des Industrialisierung, Munich, Westfälisches Dampfboot, 2000, p. 74.

57 Gérard Gayot, « Les tondeurs dans les manufactures européennes », art. cit., p. 30.

Table des illustrations

Légende Fig. 1. – Le travail des tondeurs : vue d’une table à tondre et position des ciseaux avec mailloche sur la table (Roland de la Platière, Encyclopédie méthodique. Manufactures, arts et métiers, Paris, Pancoucke, 1784-1790).
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/114741/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 295k
Légende Fig. 2. – Table à tondre mécanisée ou forces mécaniques (shearing machine).
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/114741/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 193k
Légende Fig. 3. – Tondeuse transversale de type Collier à lames hélicoïdales32.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/114741/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 93k

© Presses universitaires de Rennes, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540