Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La gloire de l’industrie

 | 
Corine Maitte
, 
Matthieu de Oliveira
, 
Philippe Minard

Quatrième partie. Les mondes ouvriers

« Insubordination, mauvaise foi, ribote, fainéantise, voilà les qualités d’un grand nombre » : les ouvriers du textile à Nantes lors de l’industrialisation (vers 1810-vers 1840)

Samuel Guicheteau

Texte intégral

  • 1 Le textile compte plus de 4 000 ouvriers : AM Nantes, F 5-C 1-D 5, relevé approximatif des ouvrier (...)
  • 2 AD Loire-Atlantique, 1 M 2132, situation de l’industrie en Loire-Inférieure, 8 août 1829. Précison (...)
  • 3 Patrick Verley, L’échelle du monde. Essai sur l’industrialisation de l’Occident, Paris, Gallimard, (...)

1En 1829, une enquête industrielle indique que le textile est, à Nantes, le premier secteur pour la main-d’œuvre et qu’il connaît un profond développement, comme l’ensemble de l’industrie nantaise1 : « Nos fabricants de tissus, loin de diminuer la quantité de leurs ouvriers par l’introduction de machines dans leurs ateliers, en ont considérablement accru le nombre, probablement parce qu’ils ont voulu produire davantage ; ils ne l’eussent pas fait sans doute sans trouver la consommation de leurs produits2. » Secteur primordial de l’industrie à l’époque moderne, le textile est également le secteur moteur de la première révolution industrielle, grâce à d’importantes transformations tant techniques et économiques que sociales et culturelles. L’industrialisation constitue en effet un processus général de mutations3. D’ailleurs, elle progresse par diverses voies, si bien que le textile est un secteur aussi varié que large. Cette diversité marque autant les structures de production et d’entreprises que les situations socio-économiques des travailleurs.

  • 4 Edward P. Thompson, La formation de la classe ouvrière anglaise, Paris, Seuil, 1988, p. 74.
  • 5 Voir la définition de la qualification proposée dans Gérard Gayot et Philippe Minard (éd.), Les ou (...)
  • 6 Samuel Guicheteau, La Révolution des ouvriers nantais. Mutation économique, identité sociale et dy (...)

2À Nantes, l’industrialisation se développe depuis le milieu du XVIIIe siècle, notamment dans le domaine du coton. Ville aux multiples activités, Nantes connaît un nouvel élan industriel à partir de 1820. Comme leurs homologues anglais, les ouvriers nantais ne doivent pas être considérés comme « un matériau humain brut4 », saisis vierges par l’industrialisation. D’une part, ils sont confrontés à celle-ci depuis la seconde moitié du XVIIIe siècle, à travers la concentration et la mécanisation, mais aussi à travers la montée du travail à façon, la remise en cause des corporations puis leur abolition, ou encore le durcissement de la police du travail. D’autre part, les ouvriers cultivent une identité, forgée au travail, fondée sur la qualification et l’autonomie. Moins que le degré réel de celles-ci, comptent le sentiment de posséder une qualification et l’attachement à des pratiques d’autonomie5. L’un et l’autre nourrissent un sentiment de dignité qui se cristallise dans l’appartenance à un métier. Si cette identité est commune à la plupart des ouvriers, plus ou moins qualifiés, isolés ou travaillant dans une manufacture, la conscience ouvrière est bien professionnelle. Cette identité est remise en cause par l’industrialisation qui s’accompagne d’efforts de rationalisation et d’exigences de subordination. La résistance des ouvriers provoque des tensions. La Révolution française et la période napoléonienne ont accéléré certaines évolutions et favorisé des expériences originales6. Dans les décennies suivantes, une grande complexité continue de caractériser les dynamiques économiques et sociales à l’œuvre lors de l’industrialisation.

Une industrialisation aussi complexe que puissante

L’essor de l’industrialisation

  • 7 AD Loire-Atlantique, 1 M 2124, réponse des ouvriers fileurs de coton à l’enquête de 1848 sur le tr (...)
  • 8 Par exemple, Joseph Armansin : signalé pour la première fois (à notre connaissance) lors de l’expo (...)
  • 9 . AM Nantes, F 2-C 20-D 7, règlement pour la fabrique de Vallet, 31 décembre 1832 ; AD Loire-Atlant (...)
  • 10 AD Loire-Atlantique, 1 M 2132, état des broches, 19 décembre 1828.
  • 11 AD Loire-Atlantique, 1 M 2124, réponse des ouvriers fileurs de coton…, op. cit.
  • 12 AD Loire-Atlantique, L 1628, réponses des citoyens Saget et compagnie, brumaire an IV.
  • 13 AM Nantes, F 2-C 20-D 9, instruction pour le numérotage des fils de coton en exécution de l’ordonn (...)
  • 14 AM Nantes, F 2-C 20-D 7, lettre au maire, 21 mars 1818.
  • 15 AM Nantes, F 2-C 22-D 1, statistiques industrielles.

3Le textile nantais est marqué par une puissante dynamique d’industrialisation. Particulièrement visible dans les manufactures concentrées et mécanisées, elle affecte aussi les ouvriers dispersés, soumis d’ailleurs aux mêmes patrons. Elle passe d’abord par l’essor de la mécanisation. Après l’introduction de la mule-jenny à Nantes en 1798 par Louis Saget, pionnier nantais de la mécanisation du filage du coton7, celle-ci se poursuit notamment sous l’impulsion de mécaniciens également patrons de filatures8. La mécanisation s’étend à de nouvelles opérations (préparation des fibres, tissage9) et à de nouvelles fibres10. L’introduction de la machine à vapeur accélère cette modernisation : les premières sont installées dans les filatures de Guillemet en 1823, puis de Lahaie en 1828, avant une diffusion élargie au début des années 183011. Le progrès de la mécanisation du filage nourrit celui de l’uniformisation des filés. Elaboré à la fin du XVIIIe siècle12, le système de numérotation des filés selon leur finesse est consolidé au début du XIXe siècle13. Par ailleurs, les entreprises textiles nantaises mobilisent des effectifs importants : vers 1820, Louis Favre emploie 500 ouvriers14 ; en 1834, deux autres entreprises comptent chacune 300 ouvriers15. Toutefois, l’importance de l’effectif ne préjuge pas du degré de concentration de l’entreprise, ni de la condition de salarié des ouvriers.

Pluralité des structures industrielles, diversité des groupes ouvriers

  • 16 AM Nantes, F2-C 20-D 7, règlement de la manufacture, art. 4, 1813.
  • 17 L’introduction de la mule-jenny s’est accompagnée de la diffusion de la jenny dans de petits ateli (...)
  • 18 AM Nantes, F 2-C 20-D 7, lettre au maire, 7 août 1821.
  • 19 AM Nantes, F 2-C 22-D 1, rapport du commissaire Hémery, 18 décembre 1834.
  • 20 AM Nantes, F 2-C 20-D 7, règlement de la manufacture, 31 décembre 1832.
  • 21 AD Loire-Atlantique, 1 M 2126, état des fabricants de Nantes, 1844. L’enquête de 1848 signale l’im (...)

4Ces entreprises articulent travail dispersé et concentré. Chez Favre, vers 1820, la concentration semble poussée : le règlement stipule que « les ateliers de tisseranderie devront être balayés et nettoyés tous les samedis, ainsi que ceux d’ourdisserie, déviderie, etc.16 » Cependant, une partie du travail pourrait être dispersée. D’une part, le règlement n’évoque pas le filage et cette manufacture n’est pas équipée d’une machine à vapeur : le filage pourrait être réalisé dans de petits ateliers équipés de jennies17. D’autre part, L. Favre écrit qu’il « occupe dans la ville et environ plus de 5 à 600 tisserands », ce qui suggère que sa manufacture recourt même pour le tissage au travail dispersé18. En 1834, l’entreprise Vallet articule également travail dispersé et concentré : « 60 ouvriers et ouvrières sont employés journellement dans cet établissement qui file chaque jour 500 kilogrammes de fil […] 180 à 200 ouvriers tisserands sont employés au dehors, 120 en ville et 60 à 80 à Clisson19. » Dans cette entreprise dotée d’une machine à vapeur20, le filage est concentré. Dix ans plus tard, Vallet emploie toujours des tisserands à domicile21.

  • 22 AD Loire-Atlantique, 7 U 89, procès-verbal de police, 7 décembre 1824.
  • 23 AD Loire-Atlantique, 7 U 89, adresse des tisserands emprisonnés au procureur, s. d.
  • 24 À Elbeuf, le travail à façon « prend progressivement, à l’époque industrielle, une intensité à pei (...)
  • 25 Nous renvoyons aux analyses développées dans La Révolution des ouvriers nantais…, op. cit. à parti (...)
  • 26 En témoigne cette réponse d’un tisserand : « Travaillez-vous pour votre compte ? J’ai autrefois tr (...)
  • 27 Une source fiscale ne signale plus que quelques petits ateliers en 1835 : AM Nantes, G 1-352 à 354 (...)

5Cette pluralité des structures productives induit la diversité des statuts des ouvriers. Plusieurs procédures judiciaires, ouvertes lors de conflits, montrent que les patrons des filatures emploient des tisserands à domicile qui sont des façonniers. En 1824, l’un de ces patrons se plaint que « plusieurs de ses ouvriers [...] se sont présentés chez lui et ont jeté à sa porte leurs pièces de coton non achevées en disant qu’ils ne les finiraient point qu’ils n’eussent une augmentation de salaire22 ». En fait, ces tisserands sont rémunérés sur la base d’un tarif qui s’apparente à un salaire à la pièce, comme ils le précisent eux-mêmes : « La moindre diminution de leur salaire les rend misérables, et leur bénéfice ou plutôt leur salaire est déjà bien modique23. » Loin de disparaître lors de l’essor industriel, le travail à façon se développe24. S’inscrivant dans l’ensemble des mutations économiques et sociales qui constituent l’industrialisation, son essor a commencé dès la seconde moitié du XVIIIe siècle avec l’ébranlement de l’ordre corporatif qui a précipité, d’une part, la multiplication des ouvriers sans-qualité et, d’autre part, le glissement des petits maîtres dans la dépendance à l’égard des marchands-fabricants ou des négociants. L’abolition des corporations et les difficultés économiques des années 1790 et 1800, au cours desquelles les petites structures ont mieux résisté que les manufactures concentrées, ont encore favorisé cet essor du travail à façon, non sans qu’une distinction persiste alors entre, d’une part, les anciens chambrelans qui demeurent isolés, et, d’autre part, les anciens maîtres, qui, tout en étant dépendants de donneurs d’ordres, continuent d’employer un ou deux salariés, sur le modèle des canuts25. Dans les années 1820 et 1830, non seulement la généralisation du travail à façon se poursuit26, mais encore l’isolement des façonniers semble s’accroître27.

  • 28 À la veille de la Révolution française, de nombreuses ouvrières travaillent dans les indienneries (...)
  • 29 Il s’agit surtout de manufactures cotonnières ; certaines travaillent aussi la laine ; cf. AM Nant (...)
  • 30 Procès-verbal d’enquête sur la question du travail industriel dans la ville et canton de Nantes, 1 (...)
  • 31 AD Loire-Atlantique, 1 M 2124, réponse des ouvriers fileurs de coton…, op. cit.
  • 32 Samuel Guicheteau, « Y avait-il des ouvrières à Nantes au tournant des XVIIIe et XIXe siècles ? »,(...)
  • 33 La soierie lyonnaise connaît la même évolution ; cf. Pierre Cayez, « Une proto-industrialisation d (...)
  • 34 AD Loire-Atlantique, 1 M 2308, lettre du maire au préfet, 2 décembre 1831.

6La diversité des groupes ouvriers est encore accrue par la montée du travail féminin et puéril dans les manufactures nantaises et par la ruralisation du textile nantais, qui, comme la montée du travail à façon, accompagnent l’industrialisation. D’une part, s’il n’est pas nouveau dans les manufactures textiles28, l’appel aux femmes et aux enfants semble progresser. En 1842, la commission d’enquête sur le travail des enfants recense 77 enfants dans douze manufactures textiles, employant 710 ouvriers29 ; l’enquête de 1848 signale que les filatures de coton emploient 127 ouvriers, 205 ouvrières et 67 enfants30. Plutôt que d’interpréter cette augmentation de la main-d’œuvre féminine et puérile comme une conséquence évidente de l’essor de l’industrialisation, des progrès de la mécanisation et d’une déqualification du travail, nous suggérons qu’il est possible d’y déceler le contrecoup de la résistance opiniâtre que les fileurs opposent à la dégradation de leur salaire, inhérente à leurs yeux aux progrès de la mécanisation31 : les patrons peuvent espérer des femmes et des enfants une plus grande docilité ainsi qu’une moindre exigence salariale32. D’ailleurs, cette montée du travail féminin et puéril est concomitante d’une ruralisation du textile, qui concerne autant le filage que le tissage et pourrait répondre à la même motivation patronale33. On a vu qu’en 1834, un tiers des tisserands travaillant pour l’entreprise Vallet habitaient Clisson. L’enquête de 1829 cite déjà plusieurs manufactures installées dans cet espace où la production dispersée de toiles est ancienne. En 1831, les ouvriers menacent d’ailleurs de « détruire des pièces de coton arrivant de Clisson34 ».

7L’industrialisation se révèle donc aussi complexe que puissante. Les entreprises articulent travail dispersé et concentré. Mieux, les grandes entreprises des années 1830 recourent beaucoup plus au tissage dispersé que la manufacture Favre vers 1820 : il n’y a donc pas de mouvement linéaire de concentration. L’essor du travail à façon et l’isolement accru des tisserands se produisent au moment même où les grandes filatures se dotent de machines à vapeur, et sous l’égide des mêmes patrons. L’industrialisation ne provoque pas non plus l’uniformisation du monde ouvrier. Une appréhension large de l’industrialisation permet de saisir des stratégies économiques variées et d’intégrer les réponses apportées à certaines résistances, qui – et de même que le maintien de la production dispersée – ne doivent pas être perçues comme des obstacles extérieurs à une révolution industrielle préconçue et monolithique, mais plutôt comme des composantes de la dynamique d’industrialisation. D’ailleurs, si les ouvriers défendent vigoureusement leur identité remise en cause par la révolution industrielle, les relations sociales entre les différents acteurs de l’industrialisation ne se réduisent pas à l’antagonisme entre ouvriers et patrons, aussi fort soit-il.

Exacerbation des tensions sociales, complexité des rapports sociaux

La remise en cause de l’identité ouvrière se heurte à vive résistance

  • 35 Pour Michel Pigenet, le savoir-faire est une « combinaison de connaissances, d’expérience et d’hab (...)
  • 36 AD Loire-Atlantique, 1 M 2124, réponse des ouvriers fileurs de coton…, op. cit. Les citations suiv (...)
  • 37 Sur la pérennité du cadre familial et des pratiques de l’initiation professionnelle dans les manuf (...)

8L’industrialisation remet en cause le travail qualifié, mais sans le détruire. Si les fileurs déplorent que « la décadence [de leur] métier […] date de loin et [que] chaque jour le perfectionnement des machines tend à le faire tomber encore plus », ils précisent aussi qu’un savoir-faire35 reste indispensable : « Quelle que soit la perfection des machines, [le fileur doit] examiner et suivre avec attention le jeu de son métier, pour en reconnaître les défauts, en signaler le perfectionnement ; cette instruction pratique s’acquiert par l’habitude36. » Par conséquent, son mode d’acquisition ne change pas et relève toujours d’une transmission familiale, même dans un cadre manufacturier : les fileurs indiquent qu’« il n’y a point à proprement parler d’apprentis ; ce sont les enfants des fileurs qu’ils emmènent au travail dès l’âge le plus tendre ; ils les mettent au métier dès qu’ils ont la force de le conduire, ce qu’ils apprennent pour ainsi dire d’instinct37 ». Les fileurs estiment donc qu’ils forment un métier, ce qui les distingue « des gens inexpérimentés, [tels ces] petits employés destitués, ces militaires congédiés et ces prisonniers arrivant d’Angleterre » embauchés au début de la Restauration.

  • 38 Serge Chassagne, Le coton et ses patrons. France, 1760-1840, Paris, Éditions de l’EHESS, 1991, p.  (...)
  • 39 Deux autres sont conservés : ceux établis par Vallet en 1832 et par Bureau en 1843. Liée au proces (...)
  • 40 L. Favre indique au maire que ce « règlement [est] placardé dans tous [s]es ateliers depuis un gra (...)
  • 41 Alberto Melucci, « Action patronale, pouvoir, organisation. Règlements d’usine et contrôle de la m (...)
  • 42 Anne Biroleau, Les règlements d’ateliers. 1798-1936, Paris, BN, 1984, p. 18.

9Beaucoup plus que par une brutale déqualification du travail, la première révolution industrielle se caractérise par une dynamique de rationalisation, qui remet en cause l’autonomie des ouvriers. Quoique puissante et large, cette dynamique se heurte à une vigoureuse résistance ouvrière, qui se nourrit d’ailleurs de la pérennité du travail qualifié. « Véritable Décalogue industriel destiné à éradiquer les habitudes anciennes et à changer […] un peuple de rustres, prodigues de leur temps et du bien d’autrui en ouvriers disciplinés, ponctuels, assidus et fidèles38 », le règlement de manufacture est l’un des principaux instruments de rationalisation utilisés par les patrons. En 1813, L. Favre est l’auteur du premier texte de ce type connu à Nantes pour le textile39. Même s’il est loin d’être complètement respecté comme en témoignent le fait qu’il est complété à deux reprises par des articles qui répètent des prescriptions déjà énoncées40, les longues plaintes adressées par L. Favre au maire vers 1820 et l’aveu du dernier article (« on invite les ouvriers, plus que jamais, à se conformer au présent règlement »), sa promulgation marque néanmoins une nette accentuation de l’effort de contrôle puisque « dans les règlements […] se traduisent les rapports de classe désormais cristallisés dans un code de comportements que le pouvoir patronal permet ou sanctionne41 ». Il en résulte des tensions puisque les interdictions patronales visent des comportements établis, comme le suggère Alain Cottereau lorsqu’il écrit que « les règles patronales étaient dirigées contre d’autres règles ouvrières de légitimité et de comportement dans l’entreprise42 ». Précisément, la correspondance entre L. Favre et le maire éclaire ces comportements que le règlement ne laisse que deviner.

  • 43 Edward P. Thompson, Temps, discipline du travail et capitalisme industriel, Paris, La Fabrique, 20 (...)
  • 44 Si Bureau précise que ses horaires sont réglés sur l’horloge publique du Bouffay, les fileurs de c (...)
  • 45 « Les ouvriers, pour leurs intérêts, sont invités à être assidus et travailler régulièrement, tâch (...)
  • 46 AM Nantes, F 2-C 20-D 7, lettre au maire, 24 décembre 1818. Nous citerons désormais dans le corps (...)

10Le règlement de L. Favre s’attache au contrôle – si décisif – du temps43. Les heures de travail sont fixées. Les règlements de Vallet et de Bureau précisent qu’une cloche scande le déroulement de la journée44. Outre la ponctualité, l’assiduité est exigée et la saint Lundi particulièrement dénoncé45. Cependant, L. Favre se plaint des absences répétées de ses ouvriers, par exemple d’un tisserand qui se livre « deux ou trois jours par semaine à la ribote46 » ; et il attend une dizaine de jours avant d’en renvoyer un autre (4 août 1818), comme si une moindre absence était fréquente et tolérée.

11Les patrons s’efforcent aussi de contrôler l’espace de travail : les tisserands ne doivent pas changer de métier (art. 2 et 22). L’espace autour de la manufacture est lui-même surveillé : ainsi, « défense est faite aux ouvriers de mettre les pieds dans le petit bois au-dessous du grand atelier, devant se contenter du chemin qui leur offre toute latitude pour leurs déplacements » (art. 24). De plus, les ateliers doivent être nettoyés et rangés régulièrement (art. 4 et 17) ; pour leur propreté, des lieux d’aisance sont installés (art. 5 et 25). Cependant, comme le suggère la répétition de ces consignes, les ouvriers ne les respectent guère et, au contraire, s’approprient leur espace de travail. Ainsi, pour retrouver un ouvrier agitateur, L. Favre invite le maire à envoyer la police au domicile de celui-ci « ou plutôt chez moi, dans mes ateliers, où il se promène impudemment depuis plusieurs jours sans rien faire et complotant avec bon nombre de sujets de son espèce » (7 août 1821). Le surlendemain, le même patron se plaint d’un autre ouvrier et demande de nouveau au maire qu’il envoie « des gendarmes dans [s]es ateliers pour le découvrir ».

  • 47 AD Loire-Atlantique, F 2-C 20-D 7, règlement pour la fabrique de Vallet, art. 13, op. cit. Cf. Wil (...)
  • 48 William Reddy, The Rise of Market Culture. The Textile Trade and French Society, 1750-1900, Cambri (...)
  • 49 Ce conflit est aussi fréquent chez les mulquiniers cf. Didier Terrier, Les deux âges de la proto-i (...)
  • 50 Voir les échantillons joints par L. Favre à sa lettre (annexe 1).

12Le règlement traite également du contrôle de la production. L’industrialisation passe par sa normalisation, ce qui implique de priver l’ouvrier de sa maîtrise. Cette normalisation est très nette dans le filage grâce au système de numérotation des filés qui facilite le contrôle des fileurs47. Il en va de même pour le tissage48 : « le plus essentiel, et ce qui est recommandé à messieurs les ouvriers, d’une manière particulière, c’est la bienfacture de la tissanderie, une toile bien faite, bien régulière ; et, surtout, que les coupons de 22 à 22 et demi-aunes ne pèsent pas au-dessous de 5 livres 8 onces ; à défaut, Messieurs les ouvriers, qui ne voudraient pas s’y conformer, sont invités à prendre leurs livrets » (art. 11). Cependant, la répétition de cette consigne (art. 21) et les litiges qui apparaissent dans la correspondance, révèlent que certains tisserands sont, soit négligents, soit réticents à se laisser déposséder de la maîtrise de leur travail. Lorsque le patron se plaint de la mauvaise qualité de l’étoffe, certains en rejettent la faute sur la matière première qui leur a été confiée, ce que L. Favre qualifie lui-même de « rocambole ordinaire » en précisant qu’il « n’emploie que des matières premières de qualité49 » (9 août 1821). Fiers de leur qualification, d’autres refusent tout reproche au sujet de la qualité de leur travail : « le père Mart rend aussi un mauvais coupon, monsieur Favre lui fait mêmes observations ; celui-ci […] tout outré […] s’en va, sans livret, sans avoir fini [ses] pièces50 » (8 août 1818).

  • 51 Le tabac et les chants obscènes sont interdits par le règlement de Vallet.

13Enfin, c’est un contrôle complet que vise le règlement. Il interdit de fumer et de boire ; de chanter des chants obscènes et de tenir des propos politiques (art. 16)51. Ces exigences draconiennes découlent d’un appel à « l’ordre, l’exactitude » (art. 15). L. Favre loue « la tranquillité et le bon ordre » que manifestent les ouvriers (art. 1). Pourtant, il ne cesse de se plaindre de leurs comportements, voire de leur « révolte » (7 août 1821) :

« Cette cabale est au comble, elle dure depuis près d’un mois ; insubordination, mauvaise foi, insolence, ribote, fainéantise, voilà les qualités d’un grand nombre ; des pièces commencées sur les métiers sont abandonnées ; des livrets sont laissés et les ouvriers désertes (sic), d’autres escroquent des avances […] une main invisible fomente et entretient la désorganisation. »

14Nous suggérons de reconnaître dans cette main invisible l’identité même des ouvriers : tous ces défauts trahissent les libertés qu’ils prennent au travail et qui nourrissent leur dignité.

  • 52 « Je prends le livret prétendu de ce nommé Durand, mais qu’elle est ma surprise, je trouve un livr (...)
  • 53 Sur l’inscription des dettes sur le livret en vue de favoriser la mobilité, voir Alain Cottereau, (...)
  • 54 « Surtout donnez, s’il vous plaît, l’ordre qu’il ne soit délivré de livrets qu’à la mairie, car il (...)

15Si la confrontation entre le règlement et la correspondance montre l’acuité de l’antagonisme qui oppose le patron et les ouvriers, elle révèle aussi la complexité de leurs rapports à travers, d’une part, certaines pratiques d’arrangement, et, d’autre part, l’appel aux autorités publiques. Si son règlement indique que, pour être embauché, un ouvrier doit détenir un livret en règle (art. 7), L. Favre reconnaît qu’il n’examine pas systématiquement le livret52. En violation de son règlement (art. 8), il accorde des avances, comme le reconnaît l’article 23 et comme il l’indique lui-même au maire à plusieurs reprises. Ces avances s’inscrivent dans un système plus large de relations entre le patron et les ouvriers : parti sans son livret avec une dette de 30 francs, l’un d’eux revient le réclamer en souhaitant que son patron y inscrive sa dette afin de régulariser sa situation, mais L. Favre refuse afin de conserver l’ouvrier (4 août 1818)53. Parfois, dans ce jeu complexe, les autorités publiques sont sollicitées. À plusieurs reprises, L. Favre obtient l’intervention des autorités pour ramener des ouvriers, voire arrêter un agitateur. Cependant, il se plaint de la facilité avec laquelle ils obtiennent des livrets, et de l’indulgence des autorités à leur égard54 :

« Monsieur le maire, par la lettre dont vous m’avez honoré, vous me demandez l’explication du visa apposé le 16 de ce mois au livret du nommé Quercy. Il aurait pu lui-même vous la donner, si elle n’était pas plus que claire et positive : lorsqu’on a chez soi à différentes reprises, un mauvais sujet qui provoquant des avances et tenant des propos qui ne tendent qu’à insurrectionner et fomenter un bouleversement dans de grands ateliers, je vous demande, Monsieur le maire, si à la suite du visa : sorti pour ne jamais rentrer, un chef d’atelier n’aurait pas pu ajouter autre chose. » (19 août 1823)

  • 55 « Tout ce que vous ont dit ces individus est faux » écrit L. Favre au maire (26 mars 1818).
  • 56 François Jarrige et Cécile Chalmin, « L’émergence du contremaître. L’ambivalence d’une autorité en (...)

16Mais de telles mentions sont illégales. En effet, les ouvriers n’hésitent pas à se tourner vers les autorités55. Par ailleurs, les règlements de manufacture s’efforcent de combler un vide légal : c’est pourquoi ceux de Favre et de Vallet sont déposés à la mairie, puis celui de Bureau au Conseil de prud’hommes, après sa création à Nantes en 1841. Ils instituent d’ailleurs une autorité réglée, comme en témoigne le rôle du contremaître56.

17La remise en cause de l’identité ouvrière par l’industrialisation ne provoque pas automatiquement sa disparition étant donné que le travail qualifié persiste et que les ouvriers défendent leur autonomie. Leur résistance pourrait même cristalliser cette identité, comme en témoigne le long récit rédigé par les fileurs en 1848. Or, cette identité est partagée par la plupart des ouvriers, quels que soient leur cadre de travail, leur situation socio-économique et même leur niveau de qualification (chez les fileurs, la détention d’un savoir-faire même limité nourrit le sentiment d’appartenance à un métier). De plus, tous les ouvriers sont confrontés à l’industrialisation. Le partage de cette identité et de cette expérience peut-il aboutir à une fusion de ce monde ouvrier dont on a vu la diversité ?

Convergences et césures parmi les ouvriers

18L’analyse peut alors porter sur les principales luttes menées par les ouvriers (au-delà des escarmouches quotidiennes décrites ci-dessus) et sur leurs organisations. Les fileurs concentrés et les tisserands façonniers à domicile mènent des combats concomitants, d’abord en 1824 :

  • 57 AD Loire-Atlantique, 1 M 2124, réponse des ouvriers fileurs de coton…, op. cit.

« En 1823, Monsieur Guillemet monte sa machine à vapeur. Tout le monde applaudit ce progrès de la science, l’ouvrier surtout, à la vérité il aura 14 heures d’esclavage par jour, mais il fatiguera moins, et gagnera autant ; c’est le rêve dont on le berçait et sur lequel il s’endormait. En 1824, pour soutenir la concurrence contre la terrible machine de monsieur Guillemet, ceux qui n’en faisaient point usage, avaient deux moyens : le premier mieux faire, perfectionner, ce qui était possible mais moins certain qu’une diminution dans le prix de l’ouvrier. Monsieur Leroux voulut en essayer et diminua de 2 liards par livre. Aussitôt une grève se monte57. »

  • 58 Si plusieurs petits fabricants acceptent le tarif des dix-huit francs par pièce (AD Loire-Atlantiq (...)

19Or, cette même année, des tisserands de coton à domicile se coalisent contre les plus gros manufacturiers, dont Guillemet58. Mais, si la concomitance est réelle, on ne relève pas de convergence entre fileurs et tisserands. En 1828, le même scénario se répète. L’installation d’une seconde machine à vapeur, chez Lahaie, provoque une baisse du salaire des fileurs :

  • 59 AD Loire-Atlantique, 1 M 2124, réponse des ouvriers fileurs de coton…, op. cit.

« Jusqu’en 1828, il n’y eut pas d’autre diminution, mais, à cette époque, monsieur Lahaie monte une machine et ce que les ouvriers n’avaient pas voulu accepter en 1824, ils sont obligés de le subir quatre années après59. »

  • 60 AM Nantes, F 2-C 20-D 2, requête des ouvriers sergers auprès du maire de Nantes, 1er juillet 1829.

20Or, l’année suivante, les tisserands dénoncent « leurs bourgeois [qui] veulent encore aggraver leurs misères en diminuant les prix des façons60 », et parmi eux, figure notamment Lahaie. Cette concomitance des luttes se retrouve dans les années 1830. S’il est possible de la relier au rythme même de l’industrialisation, elle ne s’accompagne pas d’une convergence entre fileurs et tisserands.

  • 61 AD Loire-Atlantique, 7 U 127, procès-verbal de police, 17 août 1840.
  • 62 AD Loire-Atlantique, 7 U 127, procès-verbal de police, 12 août 1840.
  • 63 AD Loire-Atlantique, 7 U 127, lettres saisies par la police, août 1840.

21En août 1840, tisserands et fileurs sont de nouveau coalisés. La coalition des premiers mobilise des ouvriers à domicile et ne vise que Bureau61, tandis que celle des seconds touche toutes les manufactures, y compris extranantaises62. La mobilisation des fileurs de ces manufactures est d’autant plus remarquable que leur création dans les années précédentes avait pu répondre à la volonté des patrons, face aux luttes nantaises, de trouver à la campagne des ouvriers plus dociles. Les fileurs de Nantes et ceux de Clisson entretiennent même une correspondance durant cette lutte63.

  • 64 AD Loire-Atlantique, 1 M 2308, lettre d’un commissaire au préfet, 20 mai 1833.

22Dans ces luttes, les ouvriers s’appuient sur de nouvelles organisations, les sociétés de secours mutuel. En 1833, lorsque les tisserands coalisés se réunissent, un policier note que la réunion « est composée de personnes, qui faisait déjà partie d’une société de bienfaisance64 », si bien que l’organisation de la lutte recouvre la société de secours mutuel. Un commissaire réclame donc son interdiction :

  • 65 AM Nantes, F 7-C 9-D 2, lettre au maire, 20 mai 1833. Les tensions politiques amènent sans doute l (...)

« [sinon] vous laissez le champ ouvert à toutes sortes de réunion d’ouvriers qui finiraient par vouloir faire la loi aux commerçants ; j’étais à Lyon lors des troubles ; si l’autorité avait dissous toutes ces sociétés soi-disant pacifiques et sous le masque des sociétés de bienfaisance, l’affaire de Lyon n’aurait pas eu lieu65. »

  • 66 AM Nantes, Q 5-C 20-D 14, lettre au maire, 19 février 1837.
  • 67 AM Nantes, F 2-C 20-D 7, lettre au maire, 18 février 1837.
  • 68 AM Loire-Atlantique, 7 U 127, documents saisis par la police, 12 août 1840.

23En 1837, lors d’une nouvelle coalition de ces tisserands, le préfet réclame l’interdiction de leur société, « convaincu que plusieurs associations sous le prétexte […] de secours aux ouvriers dans Nantes, sont le foyer de constantes excitations à la perturbation de l’ordre, à la liberté même des rapports des ouvriers avec les maîtres66 ». Au-delà, un commissaire souligne la portée fondamentale de ces sociétés qui cristallisent la fierté, la solidarité, donc la détermination des ouvriers : « Voilà le résultat des sociétés : chacun de ses membres se considère comme une puissance et traite d’égal à égal avec le maire […] on s’excite, on s’anime contre les maîtres, contre le pouvoir67. » Au cours de l’été 1840, la lutte des fileurs s’appuie aussi sur leur société de secours mutuel68. L’essor de ces organisations accompagne l’exacerbation des tensions sociales. Mais ces sociétés sont professionnelles, si bien que leur essor renforce probablement la conscience professionnelle des ouvriers. Ainsi, des expériences communes ne donnent donc pas automatiquement naissance à une conscience collective.

  • 69 AM Nantes, Q 5-C 18-D 17, lettre des fileurs au maire, 10 juillet 1820.
  • 70 Selon François Jarrige, les mécaniques les plus complexes sont conduites par des hommes considérés (...)
  • 71 Des femmes n’apparaissent que vers 1900 dans la société de secours mutuel des fileurs, qui, en 189 (...)
  • 72 Gérard Gayot, « La classe ouvrière saisie par la Révolution industrielle à Verviers, 1800-1810 », (...)
  • 73 Alain Cottereau, « La désincorporation des métiers et leur transformation en ‘‘publics intermédiai (...)
  • 74 AD Loire-Atlantique, 16 U 35, registre d’inscription des causes, 1847-1852.
  • 75 Dans les deux cas, après conciliation, le patron remet le livret (AD Loire-Atlantique, 16 U 110, p (...)
  • 76 Celui-ci reconnaît qu’excédé par la mauvaise qualité de son travail, « il la prit par le bras et l (...)

24Enfin, le long récit livré par les fileurs de coton en 1848 témoigne de la cohésion de leur métier. Dépourvus de compagnonnage, ils se sont efforcés précocement de créer une société de secours mutuel69. Ils attribuent la dégradation de leur salaire et la décadence de leur métier à la mécanisation. Cependant, en 1848, les femmes sont majoritaires dans les filatures de coton. Or, elles n’apparaissent pas dans le récit, ni dans les luttes précédentes. Ainsi, la résistance ouvrière mobilise une identité professionnelle et se révèle masculine. Peut-être les ouvriers se réservent-ils les mécaniques les plus complexes ou les tâches les plus qualifiées, propres à fonder une identité professionnelle70 ; peut-être partagent-ils avec les patrons l’image d’ouvrières soumises. Quoi qu’il en soit, les organisations ouvrières sont masculines et le resteront longtemps71. Peut-être la défense de l’identité ouvrière s’accompagne-t-elle de sa masculinisation. Toutefois, il ne faut pas déduire précipitamment de l’absence de femmes dans les organisations ouvrières l’absence de résistance des ouvrières, mais s’interroger sur ses modalités : à Verviers, les femmes semblent prises autant que les hommes dans le « turn-over infernal » qui accompagne la puissante industrialisation des années 1800 et que Gérard Gayot interprète comme une « révolte primitive72 ». Par ailleurs, ne faut-il pas se tourner vers des modalités longtemps occultées par la focalisation sur le mouvement ouvrier ? Selon Alain Cottereau, la création des tribunaux de prud’hommes achève la recomposition du monde du travail ouverte par la suppression des corporations, se nourrit des riches expériences réalisées au cours de la Révolution par ses acteurs et permet enfin l’intégration des principes révolutionnaires au domaine social : ce sont de véritables « justices de paix du travail73 ». À Nantes, un tel tribunal n’est créé qu’en 1841. Dans les années qui suivent, les plaignants ouvriers sont surtout des hommes employés dans l’artisanat74. Si peu d’ouvriers du textile recourent au tribunal des prud’hommes, on compte, parmi les rares qui se présentent, autant de femmes que d’hommes : deux ouvrières réclament leur livret75, une autre se plaint de la brutalité du patron76.

*

  • 77 Nous rejoignons ici l’analyse développée par Corine Maitte, La trame incertaine. Le monde textile (...)

25L’industrie textile nantaise et les ouvriers qu’elle mobilise présentent une importante diversité. L’industrialisation n’est donc pas uniformisatrice. En fait, elle ne suit pas une dynamique linéaire, encore moins un processus préconçu. Elle se développe à travers des voies variées et intègre des résistances ainsi que les réponses qui leur sont apportées77. Des transformations profondes se heurtent en effet à la résistance opiniâtre des ouvriers, ce qui provoque des tensions. Les ouvriers défendent non seulement leur condition mais encore leur identité. Leur résistance s’appuie sur des pratiques enracinées et aboutit à la cristallisation de leur identité et à la consolidation, de leurs organisations. Cette contradiction se place au cœur même du développement du capitalisme industriel. Cependant, une identité partagée et une expérience commune ne donnent pas nécessairement naissance à une conscience collective chez les ouvriers. En effet, les organisations ouvrières cultivent une conscience professionnelle et sont masculines. Par ailleurs, les rapports sociaux entre les différents acteurs de l’industrialisation ne se réduisent pas à cet antagonisme entre patrons et ouvriers, étant donné que leurs rapports sont plus complexes et que le monde ouvrier n’est pas homogène. L’ampleur des transformations et l’exacerbation des tensions inhérentes à l’industrialisation contribuent à la complexité de l’industrie textile et du monde ouvrier nantais. Mais cette pluralité des mondes industriels et ouvriers ne s’accompagne d’aucun cloisonnement sur le plan économique comme sur le plan social : les entreprises articulent travail dispersé et concentré, emploi d’hommes et de femmes, recours à des citadins et des ruraux ; les ouvriers peuvent circuler d’une structure à l’autre et, entre les groupes ouvriers, ici envisagés seulement au travail, existent d’autres liens, de famille ou de voisinage, qui peuvent contribuer à faire d’une grande ville un creuset ouvrier.

Annexes

ANNEXE 1. AM Nantes, F2-C20-D7, lettre de L. Favre au maire, 8 août 1818

ANNEXE 2. AM Nantes, F2-C20-D7, règlement de la manufacture de L. Favre, 1813-1823

Notes

1 Le textile compte plus de 4 000 ouvriers : AM Nantes, F 5-C 1-D 5, relevé approximatif des ouvriers employés dans les manufactures, fabriques et ateliers de Nantes, 6 août 1829. Bien sûr, ce nombre pose problème : les travailleurs à domicile sont-ils pris en compte ? Mais, moins que les chiffres exacts, nous intéresse le poids des différents secteurs : juste après le textile vient la confection ; ensuite le bois et la métallurgie comptent chacun environ 2 000 ouvriers.

2 AD Loire-Atlantique, 1 M 2132, situation de l’industrie en Loire-Inférieure, 8 août 1829. Précisons que la critique de ces enquêtes nous apprend aussi qu’elles portent un regard politique et social sur leur objet ; cf. Marie-Noëlle Bourguet, Déchiffrer la France. La statistique départementale à l’époque napoléonienne, Montreux, Éditions des archives contemporaines, 1988. À une période où la traite clandestine est en crise, de nouvelles élites s’efforcent de promouvoir l’industrie : cf. Yannick Le Marec, Le temps des capacités. Les diplômés nantais à la conquête du pouvoir dans la ville, Paris, Belin, 2000.

3 Patrick Verley, L’échelle du monde. Essai sur l’industrialisation de l’Occident, Paris, Gallimard, 1997 ; Revue d’histoire du XIXe siècle, numéro spécial « Nouvelles approches en histoire économique », 2001 ; Natacha Coquery, Liliane Hilaire-Perez, Line Sallmann et Catherine Verna (éd.), Artisans, industrie. Nouvelles révolutions du Moyen Âge à nos jours, Lyon, Éditions de l’ENS, 2004.

4 Edward P. Thompson, La formation de la classe ouvrière anglaise, Paris, Seuil, 1988, p. 74.

5 Voir la définition de la qualification proposée dans Gérard Gayot et Philippe Minard (éd.), Les ouvriers qualifiés de l’industrie (XVIe-XXe siècles). Formation, emploi, migrations, Villeneuve-d’Ascq, Revue du Nord, hors-série Histoire no 15, 2001, p. 9.

6 Samuel Guicheteau, La Révolution des ouvriers nantais. Mutation économique, identité sociale et dynamique révolutionnaire (1740-1815), Rennes, PUR, 2008.

7 AD Loire-Atlantique, 1 M 2124, réponse des ouvriers fileurs de coton à l’enquête de 1848 sur le travail, s. d.

8 Par exemple, Joseph Armansin : signalé pour la première fois (à notre connaissance) lors de l’exposition de 1827 (AM Nantes, F 2-C 10-D 2, exposition des produits de l’industrie du département de la Loire-Inférieure, distribution des médailles), il est désigné comme mécanicien en 1842 (AM Nantes, I 2-C 7-D 2, état des manufactures, usines et ateliers à moteur mécanique ou à feu continu existant dans la commune), puis comme mécanicien-filateur en 1844 (AD Loire-Atlantique, 1 M 2126, état des fabricants de Nantes) ; il emploie alors une vingtaine d’ouvriers.

9 . AM Nantes, F 2-C 20-D 7, règlement pour la fabrique de Vallet, 31 décembre 1832 ; AD Loire-Atlantique, 1 M 2124, réponse des ouvriers tisserands en coton à l’enquête de 1848 sur le travail, s. d.

10 AD Loire-Atlantique, 1 M 2132, état des broches, 19 décembre 1828.

11 AD Loire-Atlantique, 1 M 2124, réponse des ouvriers fileurs de coton…, op. cit.

12 AD Loire-Atlantique, L 1628, réponses des citoyens Saget et compagnie, brumaire an IV.

13 AM Nantes, F 2-C 20-D 9, instruction pour le numérotage des fils de coton en exécution de l’ordonnance du roi du 26 mai 1819.

14 AM Nantes, F 2-C 20-D 7, lettre au maire, 21 mars 1818.

15 AM Nantes, F 2-C 22-D 1, statistiques industrielles.

16 AM Nantes, F2-C 20-D 7, règlement de la manufacture, art. 4, 1813.

17 L’introduction de la mule-jenny s’est accompagnée de la diffusion de la jenny dans de petits ateliers : en 1806, 180 jennies sont installées dans des ateliers qui en comptent six au plus (AD Loire-Atlantique, 1 M 2125, état des filatures de coton établies dans le département de la Loire-Inférieure, 25 février 1806).

18 AM Nantes, F 2-C 20-D 7, lettre au maire, 7 août 1821.

19 AM Nantes, F 2-C 22-D 1, rapport du commissaire Hémery, 18 décembre 1834.

20 AM Nantes, F 2-C 20-D 7, règlement de la manufacture, 31 décembre 1832.

21 AD Loire-Atlantique, 1 M 2126, état des fabricants de Nantes, 1844. L’enquête de 1848 signale l’importance du tissage à domicile pour différents types d’étoffes (AM Loire-Atlantique, 1 M 2124).

22 AD Loire-Atlantique, 7 U 89, procès-verbal de police, 7 décembre 1824.

23 AD Loire-Atlantique, 7 U 89, adresse des tisserands emprisonnés au procureur, s. d.

24 À Elbeuf, le travail à façon « prend progressivement, à l’époque industrielle, une intensité à peine croyable » : Alain Becchia, La draperie d’Elbeuf (des origines à 1870), Rouen, Publications de l’Université de Rouen, 2000, p. 576.

25 Nous renvoyons aux analyses développées dans La Révolution des ouvriers nantais…, op. cit. à partir des statistiques napoléoniennes et du registre des livrets remis aux ouvriers en l’an XII (parmi les 3 833 ouvriers d’industrie qui reçoivent un livret, le lieu de travail est mentionné dans 2 404 cas, soit dans près de 63 % des cas).

26 En témoigne cette réponse d’un tisserand : « Travaillez-vous pour votre compte ? J’ai autrefois travaillé pour moi, mais depuis dix ans, je le fais pour autrui » : AD Loire-Atlantique, 7 U 89, interrogatoire de Mathurin Lefeuvre, 10 décembre 1824.

27 Une source fiscale ne signale plus que quelques petits ateliers en 1835 : AM Nantes, G 1-352 à 354, registres de la matrice de la contribution personnelle-mobilière ; certes, il faut se méfier d’une telle source.

28 À la veille de la Révolution française, de nombreuses ouvrières travaillent dans les indienneries et dans la filature de coton. Des enfants y sont également employés, notamment comme rattacheurs : AM Nantes, F 2-C 20-D 7, tarif de la filature de L. Saget, 19 thermidor an II.

29 Il s’agit surtout de manufactures cotonnières ; certaines travaillent aussi la laine ; cf. AM Nantes, I 2-C 7-D 2, état des manufactures, usines et ateliers à moteur mécanique ou à feu continu, 1842.

30 Procès-verbal d’enquête sur la question du travail industriel dans la ville et canton de Nantes, 1848, Nantes, CRDP, s. d.

31 AD Loire-Atlantique, 1 M 2124, réponse des ouvriers fileurs de coton…, op. cit.

32 Samuel Guicheteau, « Y avait-il des ouvrières à Nantes au tournant des XVIIIe et XIXe siècles ? », Annales de Bretagne et des Pays de l’Ouest, no spécial « Travail, femmes et genre », t. 114, no 3, septembre 2007, p. 91-108 (ici p. 97).

33 La soierie lyonnaise connaît la même évolution ; cf. Pierre Cayez, « Une proto-industrialisation décalée : la ruralisation de la soierie lyonnaise dans la première moitié du XIXe siècle », Revue du Nord, no spécial, « Aux origines de la Révolution industrielle », no 248, janvier-mars 1981, p. 95-103.

34 AD Loire-Atlantique, 1 M 2308, lettre du maire au préfet, 2 décembre 1831.

35 Pour Michel Pigenet, le savoir-faire est une « combinaison de connaissances, d’expérience et d’habileté » cf. « Aux fondements d’une identité. Retour sur deux siècles de travail ouvrier », Historiens & Géographes, octobre 1995, p. 250.

36 AD Loire-Atlantique, 1 M 2124, réponse des ouvriers fileurs de coton…, op. cit. Les citations suivantes sont tirées de ce document.

37 Sur la pérennité du cadre familial et des pratiques de l’initiation professionnelle dans les manufactures du XIXe siècle, voir Serge Chassagne, « Le travail des enfants aux XVIIIe et XIXe siècles », in Egle Becchi et Dominique Julia (dir.), Histoire de l’enfance en Occident, t. 2, Du XVIIIe siècle à nos jours, Paris, Le Seuil, 1998, p. 224-272, et Yves Lequin, « L’apprentissage en France au XIXe siècle : rupture ou continuité ? », in Y. Lequin, Ouvriers, villes et société. Autour d’Yves Lequin et de l’histoire sociale, Paris, Nouveau Monde éditions, 2005, p. 175-190.

38 Serge Chassagne, Le coton et ses patrons. France, 1760-1840, Paris, Éditions de l’EHESS, 1991, p. 494.

39 Deux autres sont conservés : ceux établis par Vallet en 1832 et par Bureau en 1843. Liée au processus de production, leur organisation est plus claire que celle du règlement élaboré par L. Favre en 1813.

40 L. Favre indique au maire que ce « règlement [est] placardé dans tous [s]es ateliers depuis un grand nombre d’années, [mais qu’il a] été forcé par les escroqueries continuelles d’ajouter les articles 23, 24, 25 et 26 » (AM Nantes, F 2-C 20-D 7, 19 août 1823).

41 Alberto Melucci, « Action patronale, pouvoir, organisation. Règlements d’usine et contrôle de la main-d’œuvre au XIXe siècle », Le mouvement social, no 97, octobre-décembre 1976, p. 139-159 (ici p. 141).

42 Anne Biroleau, Les règlements d’ateliers. 1798-1936, Paris, BN, 1984, p. 18.

43 Edward P. Thompson, Temps, discipline du travail et capitalisme industriel, Paris, La Fabrique, 2004.

44 Si Bureau précise que ses horaires sont réglés sur l’horloge publique du Bouffay, les fileurs de coton se plaignent en 1848 que « la pendule du maître [...] avance le matin pour reculer le soir » : AD Loire-Atlantique, 1 M 2126, réponse à l’enquête de 1848.

45 « Les ouvriers, pour leurs intérêts, sont invités à être assidus et travailler régulièrement, tâchant de perdre l’habitude de fêter le lundi, qui ruine leurs bourses » : voir annexe 2 (AM Nantes, F2-C20-D7, règlement de la manufavture de L. Favre, 1813-1823) art. 9, 1813. Nous citerons désormais dans le corps du texte ce règlement.

46 AM Nantes, F 2-C 20-D 7, lettre au maire, 24 décembre 1818. Nous citerons désormais dans le corps du texte cette correspondance.

47 AD Loire-Atlantique, F 2-C 20-D 7, règlement pour la fabrique de Vallet, art. 13, op. cit. Cf. William Reddy, « Modes de paiement et contrôle du travail dans les filatures de coton en France, 1750-1848 », Revue du Nord, no 248, janvier-mars 1981, p. 135-146.

48 William Reddy, The Rise of Market Culture. The Textile Trade and French Society, 1750-1900, Cambridge-Paris, Cambridge University Press-Éditions de la MSH, 1987, p. 97-99.

49 Ce conflit est aussi fréquent chez les mulquiniers cf. Didier Terrier, Les deux âges de la proto-industrie. Les tisserands du Cambrésis et du Saint-Quentinois, 1730-1880, Paris, Éditions de l’EHESS, 1996, p. 221.

50 Voir les échantillons joints par L. Favre à sa lettre (annexe 1).

51 Le tabac et les chants obscènes sont interdits par le règlement de Vallet.

52 « Je prends le livret prétendu de ce nommé Durand, mais qu’elle est ma surprise, je trouve un livret en blanc avec un chiffon de certificat fait peut-être par un camarade : je vous soumets l’un et l’autre, c’est ma faute peut-être de n’avoir pas examiné auparavant le livret » (9 août 1821).

53 Sur l’inscription des dettes sur le livret en vue de favoriser la mobilité, voir Alain Cottereau, « Sens du juste et usages du droit du travail : une évolution contrastée entre la France et la Grande-Bretagne au XIXe siècle », Revue d’histoire du XIXe siècle, no 33, avril-juin 2006, p. 101-120 (ici p. 107).

54 « Surtout donnez, s’il vous plaît, l’ordre qu’il ne soit délivré de livrets qu’à la mairie, car il y a des ouvriers qui ont trois ou quatre livrets, d’autres qui en repassent à volonté, et cette belle institution devient dans leurs mains une arme pour attraper ceux qui leur donnent du travail » (24 mars 1818).

55 « Tout ce que vous ont dit ces individus est faux » écrit L. Favre au maire (26 mars 1818).

56 François Jarrige et Cécile Chalmin, « L’émergence du contremaître. L’ambivalence d’une autorité en construction dans l’industrie textile française (1800-1860) », Le mouvement social, no 224, juillet-septembre 2008, p. 47-60 (ici p. 53).

57 AD Loire-Atlantique, 1 M 2124, réponse des ouvriers fileurs de coton…, op. cit.

58 Si plusieurs petits fabricants acceptent le tarif des dix-huit francs par pièce (AD Loire-Atlantique, 7 U 89, certificat des fabricants, 10 décembre 1824), ce sont les plus gros patrons qui le refusent (AD Loire-Atlantique, 7 U 89, adresse des tisseurs emprisonnés…, op. cit.).

59 AD Loire-Atlantique, 1 M 2124, réponse des ouvriers fileurs de coton…, op. cit.

60 AM Nantes, F 2-C 20-D 2, requête des ouvriers sergers auprès du maire de Nantes, 1er juillet 1829.

61 AD Loire-Atlantique, 7 U 127, procès-verbal de police, 17 août 1840.

62 AD Loire-Atlantique, 7 U 127, procès-verbal de police, 12 août 1840.

63 AD Loire-Atlantique, 7 U 127, lettres saisies par la police, août 1840.

64 AD Loire-Atlantique, 1 M 2308, lettre d’un commissaire au préfet, 20 mai 1833.

65 AM Nantes, F 7-C 9-D 2, lettre au maire, 20 mai 1833. Les tensions politiques amènent sans doute la police à soupçonner de manière outrancière des ressorts politiques aux coalitions ouvrières.

66 AM Nantes, Q 5-C 20-D 14, lettre au maire, 19 février 1837.

67 AM Nantes, F 2-C 20-D 7, lettre au maire, 18 février 1837.

68 AM Loire-Atlantique, 7 U 127, documents saisis par la police, 12 août 1840.

69 AM Nantes, Q 5-C 18-D 17, lettre des fileurs au maire, 10 juillet 1820.

70 Selon François Jarrige, les mécaniques les plus complexes sont conduites par des hommes considérés comme des ouvriers qualifiés, contrairement aux plus rudimentaires confiées aux femmes : Au temps des « tueuses de bras ». Les bris de machines à l’aube de l’ère industrielle, Rennes, PUR, 2009, p. 30.

71 Des femmes n’apparaissent que vers 1900 dans la société de secours mutuel des fileurs, qui, en 1896, comprend 160 hommes et 114 femmes. Encore nos informations sont-elles ambiguës : en 1899 et 1900, aucune ouvrière n’est signalée. En 1901, « la société compte 172 membres payants et 128 femmes » : sont-elles des ouvrières ou bien des veuves d’ouvriers ? Elles ne cotisent que 5 francs par an, lorsque les ouvriers versent 2, 25 francs par mois (AM Nantes, Q 5-C 18-D 17).

72 Gérard Gayot, « La classe ouvrière saisie par la Révolution industrielle à Verviers, 1800-1810 », Revue du Nord, no 347, octobre-décembre 2002, p. 663-666 (ici p. 660).

73 Alain Cottereau, « La désincorporation des métiers et leur transformation en ‘‘publics intermédiaires’’ : Lyon et Elbeuf, 1790-1815 », in Steven Kaplan et Philippe Minard (éd.), La France, malade du corporatisme ? XVIIIe-XXe siècles, Paris, Belin, 2004, p. 97-146 (ici p. 142).

74 AD Loire-Atlantique, 16 U 35, registre d’inscription des causes, 1847-1852.

75 Dans les deux cas, après conciliation, le patron remet le livret (AD Loire-Atlantique, 16 U 110, plumitif des audiences, 1er mars et 13 août 1847).

76 Celui-ci reconnaît qu’excédé par la mauvaise qualité de son travail, « il la prit par le bras et la mit à la porte » (Id., 13 août 1847).

77 Nous rejoignons ici l’analyse développée par Corine Maitte, La trame incertaine. Le monde textile de Prato, XVIIIe-XIXe siècles, Villeneuve-d’Ascq, Presses Universitaires du Septentrion, 2001.

© Presses universitaires de Rennes, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540