Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La gloire de l’industrie

 | 
Corine Maitte
, 
Matthieu de Oliveira
, 
Philippe Minard

Quatrième partie. Les mondes ouvriers

Les mondes ouvriers

Corine Maitte et Denis Woronoff

Texte intégral

1Entre le début et la fin de la carrière de Gérard Gayot, les représentations historiennes du monde ouvrier ont considérablement évolué, à tel point que le singulier n’est plus de mise. De fait, les travaux de Gérard, et d’autres, ont montré la diversité des mondes ouvriers entre ancien régime et XIXe siècle, dans un univers du travail loin d’être unifié par des pratiques, des coutumes, des droits et, encore moins, un langage commun. La pluralité des mondes industriels, c’est d’abord, ou aussi, celle des ouvriers, ceux des campagnes si différents de ceux de la ville. Il a montré, pour la manufacture de Sedan, non seulement l’organisation spatiale du travail dans le territoire manufacturier, mais aussi l’enchevêtrement et la diversité des conditions de ces ouvriers et ouvrières. Des pauvres fileuses sans qualité aux tondeurs les mieux formés et les plus nécessaires à la manufacture, il a cherché à reconstituer les caractéristiques, les formes diverses de rémunération, les gestes du travail, les modalités et les temps de luttes, entre autres choses. Pourtant, les années 1980 et 1990 n’étaient pas très fertiles pour l’histoire du travail et celle des ouvriers : de plus en plus délaissées, si ce n’est décriées quand elles se faisaient trop militantes, elles suivirent la perte de centralité de l’histoire économique et sociale dans la recherche historique, tout comme les ouvriers d’industrie la leur dans l’organisation du travail. En dépit de ces courants contraires, le parcours de Gérard Gayot montre la persistance de ses analyses précises, portées par sa foi dans les principes et son empathie pour les opprimés, surtout revendicatifs. Il contribue à tracer, avec d’autres, de nouvelles directions de travail.

  • 1 L’étude de ces tondeurs constitue toute la troisième partie de Gérard Gayot, Les draps de Sedan, 1 (...)
  • 2 Voir notamment Le mouvement social, no 202, janvier-mars 2003 : « Les marches ».

2La première, plus ancienne, se rattache aux nombreux travaux sur la protestation ouvrière : on sait toute l’attention, et l’affection, que Gérard portait aux tondeurs de draps de Sedan1. S’il n’a pas eu le temps d’écrire le bel ouvrage qu’il ambitionnait de faire sur « Les tondeurs de draps en Europe de la fin du XVIIe au début du XIXe siècle », il a néanmoins contribué à renouveler les études sur les ouvriers qualifiés et sur la protestation ouvrière, champs réouverts de l’historiographie, loin de l’histoire téléologique du mouvement ouvrier. En atteste la somme de Jean Nicolas, 2002, qui n’a cependant pas tari les études2. Insubordinations, révoltes, conflits individuels : le comportement des populations laborieuses, enserrées dans les relations de travail, mais aussi dans le rapport plus global au monde qui est le leur, est un chantier suffisamment vaste pour susciter des travaux nouveaux, comme le montrent les articles ici réunis.

  • 3 « La classe ouvrière saisie par la révolution industrielle à Verviers, 1800-1810 », Revue du Nord,(...)
  • 4 Clare Crowston, « Le travail féminin en France, vu par l’historiographie américaine », Revue d’his (...)
  • 5 Natalie Zemon Davis et Arlette Farge (éd.), Histoire des femmes en Occident, tome 3, XVIe-XVIIIe s (...)
  • 6 Dominique Godineau, Citoyennes tricoteuses. Les femmes du peuple à Paris pendant la Révolution Fra (...)
  • 7 Catherine Omnès, Ouvrières parisiennes. Marchés du travail et trajectoires professionnelles au XXe(...)
  • 8 Sylvie Schweitzer, Les femmes ont toujours travaillé. Une histoire du travail des femmes aux XIXe (...)
  • 9 Notamment Margaret Maruani, Travail et emploi féminin, Paris, La Découverte, 2000 ; Françoise Batt (...)

3Mais au-delà de ces « ouvriers les plus remuants », il faut regarder les milieux laborieux sans fard, c’est-à-dire aussi des hommes et des femmes atomisés, délinquants plus que révoltés. Et regarder les femmes, les enfants tout autant que les hommes, ce qu’a finalement peu fait Gérard, plus attaché au tondeur qualifié et revendicatif qu’à la fileuse des campagnes, même s’il a consacré de fortes pages au travail des enfants, notamment dans la région de Verviers3. D’autres que lui, bien sûr, ont insisté sur les femmes au travail, d’abord dans le monde anglo-saxon4, mais aussi en France comme le prouvent les travaux de Daryl Hufton5, Dominique Godineau6, Catherinie Omnès7, Sylvie Schweitzer8, et bien d’autres qu’il est impossible de citer ici9.

  • 10 Voir G. Gayot, Les draps…, op. cit., chap. V : « Les mots pour dire la belle ouvrage » ou encore « (...)
  • 11 G. Gayot, Les draps…, op. cit., p. 121.

4Au-delà des relations de travail, Gérard a toujours porté une extrême attention aux gestes comme à l’organisation matérielle et spatiale du travail. Il a mobilisé souvent pour ce faire des commentaires iconographiques rondement et brillamment menés. Mais surtout, comme quelques autres, Gérard a montré comment la lecture attentive des conditions de rémunération pouvait permettre de reconstituer non seulement les gestes, la précision du doigté demandée aux fileuses grâce à des dévidoirs perfectionnés10, mais aussi les cadences imposées aux laineurs-tondeurs sedanais : « cadence des outils, cadence des bras, et des poignets : 45 minutes par aune lainée, 36 coups à donner tous les 5 pouces à 4 reprises, 144 chardonnées à donner de haut en bas sur 0,80 m de draps, 3 à la minute, 1 toutes les 20 secondes11 ». Ses analyses semblent en la matière à la fois novatrices et finalement encore trop peu suivies.

  • 12 On notera que dans la récente Histoire du corps (Alain Corbin, Jean-Jacques Courtine, Georges Viga (...)

5De fait, si le corps au travail a fait l’objet d’assez nombreuses enquêtes d’ethnologues ou de sociologues, il faut bien dire que son histoire reste encore trop peu explorée. Elle se situe pourtant au carrefour de l’histoire des techniques et de l’histoire des corps, de l’analyse des espaces, de l’atelier à la fabrique12. Mais pour le tondeur de draps, l’outillage est simple et le travail, bien lisible. C’est le fait d’un individu. Dans l’industrie du verre, la position d’un ouvrier qui souffle le verre dans sa canne indique, sans autre médiation, l’effort physique qu’il déploie. Encore le verrier dépend-il pour son approvisionnement des « gamins » qui vont cueillir au four la dose qui convient pour la « paraison ». Son activité est ainsi articulée aux déplacements réglés de ses aides et à leur capacité à reproduire sans faute le geste nécessaire. La métallurgie lourde offre d’autres perspectives. La plupart des équipements y sont collectifs. Le marteau-pilon, emblématique du travail du fer dans les années 1850-1880, est généralement servi par une demi-douzaine d’ouvriers. Les techniques requises impliquent une coopération complète des acteurs qui se coordonnent par le regard et par le geste. L’équipe fait corps.

6L’intelligence productive, faite de savoirs opératoires, comporte une approche sensorielle par laquelle le corps renseigne et agit. Pour l’ensemble de la période, les ouvriers qualifiés de tous les métiers de production fonctionnent selon ce principe. Un forgeron se guide à l’aide d’impressions bien analysées : hauteur de la flamme, éventail des couleurs, sonorité et compacité de la « loupe » qu’il remue au ringard. À Mulhouse, vers 1830, un bon ouvrier-chimiste est capable de juger la réussite d’un colorant en goûtant l’acidité du bain de teinture. Au XIXe siècle encore, tout céramiste sait détecter à l’oreille le défaut d’une pièce qu’il vient de produire. Autres paramètres, propres à chaque profession, les positions de travail et la gestuelle, transmises par l’apprentissage. Les traces de toutes ces expressions et ressentis corporels sont évidemment très ténues et il ne faut pas espérer constituer un jour une physiologie historique du travail. Au moins doit-on garder ces questions en mémoire, comme un horizon de recherches. Le geste bien contrôlé, qui donne la satisfaction d’un résultat de qualité, représente le versant heureux du travail ouvrier. Il faut bien mettre en balance cet accomplissement avec les « douleurs de l’industrie » (Caroline Moriceau) qui n’ont pas attendu la concentration usinière pour se manifester. Il est probable que le travail à domicile, forme de surexploitation volontaire, conduit relativement à plus de dégâts corporels. Beaucoup d’ouvriers, quels que soient les lieux de leur activité, ont travaillé, si l’on peut dire, à corps perdu.

7L’accident est l’événement le plus spectaculaire du vécu ouvrier. Les deux plus grandes catastrophes industrielles qu’ait connues la France, l’explosion de la poudrerie de Grenelle, le 31 août 1794 (probablement 800 morts) et le coup de poussière de Courrières, le 10 mars 1906 (1 099 morts) ont marqué durablement l’opinion. Peu savent que Gérard s’est aussi intéressé à la catastrophe de Courrières. D’autres explosions, dues à des machines à vapeur mal réglées (sidérurgie haut-marnaise, 1883, 30 morts), ont montré que le progrès dans les techniques ne s’accompagne pas forcément d’un progrès dans la sécurité. Tout métier a ses risques, mais certains accumulent les dangers. En 1906, par exemple, 300 métallurgistes ont trouvé la mort dans un accident du travail, tandis que 4 500 étaient rendus invalides à vie. L’exploitation minière est le type de « travail en conditions extrêmes » (Olivier Kourchid). Plus que les coups de grisou, heureusement rares, les éboulements déciment les rangs. Quant au bâtiment, on sait que les accidents individuels font partie, en quelque sorte, du paysage. Enfin, l’entrée de la vapeur dans les ateliers, avec ses courroies de transmission menaçantes, entraîne de nouveaux dangers.

  • 13 Cité par A. Corbin, Histoire du corps…, op. cit., t. 3, p. 257.
  • 14 G. Gayot, Les draps…, p. 126 sq.
  • 15 Mais cette affirmation était, dès 1983, contestée par Rolande Trempé qui montrait comment dès la m (...)

8La santé, ou plutôt l’usure au travail font partie des thèmes que Gérard a affrontés, notamment dans ses réflexions sur l’usure des tondeurs utilisant le curot plutôt que la mailloche. Il est clair, à le lire, que les ouvriers ne sont pas forcément les premiers acteurs de la défense de leurs corps. Si l’hygiéniste Poincaré notait sans doute justement en 1879 que « la plupart des ouvriers mettent une certaine gloriole à passer pour ne rien éprouver13 », Gérard montre bien comment le choix d’une technique plus « usante » qu’une autre peut aussi être une mesure de défense malthusienne de leur travail, une arme anticipatrice contre la tentation des entrepreneurs d’importer de loin de la main-d’oeuvre docile ou de former trop d’apprentis14. Tout comme la maîtrise du temps de travail, c’est une manifestation d’autonomie : un pouvoir sur son corps plus qu’un corps soumis au pouvoir du patron15. De ce fait aussi, comme du déni compréhensible des entrepreneurs ou des compagnies, de celui plus étonnant des médecins, les maladies professionnelles ont été longues à être reconnues. Il aura fallu l’obstination de quelques précurseurs de l’hygiénisme industriel et des premiers syndicats – chez les verriers, notamment – pour rompre avec le discours rassurant ou fataliste qui est resté longtemps majoritaire. Quand les autorités commencent à se préoccuper des pollutions industrielles urbaines, dans les dernières années de l’Ancien Régime, leur souci est de protéger les riverains sans mettre en cause, sauf exception, l’implantation des ateliers. Cette politique de défense de l’emploi ouvrier et de la libre entreprise est demeurée en vigueur pendant la plus grande partie du XIXe siècle. La santé des salariés n’était qu’incidemment évoquée. Il est vrai qu’on peut choisir son employeur, non ses voisins. La « pneumonie cotonneuse » dans les filatures ou la « sclérose maxillaire » des allumettières sont des maladies typiques de la première industrialisation. En revanche, le très ancien métier de meuliers a toujours été connu comme menaçant. Les éboulements de carrières sont à l’origine d’atteintes corporelles graves. Plus encore, cette activité crible quotidiennement les ouvriers d’éclats de pierre. On les appelle souvent « les mains bleues » et leur espérance de vie est inférieure de plusieurs années, en longue période, à celle des paysans. L’usure physique, en définitive, est le malheur le mieux partagé et le moins facile à mesurer. Là aussi le progrès technique est ambivalent. Le puddlage (brassage manuel de la fonte pour la décarburer), inventé en Grande-Bretagne dans les années 1780 est assurément un procédé remarquable. Mais la dépense musculaire qu’il exige épuise les puddleurs. Les maîtres de forges britanniques, puis ceux du Continent remarquent que leurs ouvriers ne sont plus en état d’être à leur poste passé 40 ans. Une si longue formation pour une pratique trop brève ! Le convertisseur Bessemer, mis au point dans les années 1860, réglera le problème à la satisfaction générale.

9Enfin, dernier point de cette revue des questions toujours ouvertes, celui des lieux de travail. On sait que Gérard a analysé de façon précise l’organisation des activités à l’intérieur du Dijonval. De fait, l’exercice du travail ouvrier s’inscrit toujours dans des lieux déterminés. Il convient donc de prendre la mesure de ces espaces, de décrire les dispositifs qui les organisent, de rendre compte de la manière dont ils se construisent et se remanient. Faute de cette histoire matérielle, le travail risque de demeurer abstrait.

10Le lieu principal du travail, au moins jusqu’au XIXe siècle, est le domicile ; on travaille d’abord chez soi. Il ne faut pas espérer connaître le détail de l’installation du travail dans ces conditions particulières. La répartition des postes, plus encore celle des outils, des approvisionnements et des stocks ne se lit pas facilement. Mais la proximité n’est pas synonyme de confusion. De la cave au grenier, les activités fabricantes ont leurs exigences, en termes de volume disponible, d’hygrométrie et de lumière. La magnanerie cévenole et la « boutique » du cloutier ardennais n’entraînent évidemment pas les mêmes contraintes. Pour loger les métiers à tisser des canuts, le bâti excède les dimensions ordinaires du logement ouvrier. Même lorsqu’une même pièce accueille l’espace de vie et l’espace de travail, la distinction souvent demeure. Un rideau, ou simplement la discontinuité de l’aménagement, désigne alors la marge qui sépare le domestique et le productif. La contiguïté a malgré tout des effets en retour sur les modalités du travail ; la circulation des personnes et des produits en est affectée. Le deuxième niveau d’analyse des espaces de travail concerne l’atelier. Ici l’imbrication avec le lieu de vie – qui est distinct, sans être loin – n’est plus en cause. L’atelier peut être au rez-de-chaussée sur cour et le logement du maître, à l’étage. Où qu’il soit, l’atelier est conçu pour une activité ; la disposition des lieux, le choix des matériaux – importance du vitrage – la place de chacun y sont lisibles. L’énergie motrice – par les bras, l’hydraulique ou la vapeur – et l’énergie thermique – produite par un éventail de feux et de fours – imposent une organisation spécifique de l’espace. Enfin, dans les ateliers se déploie une grande variété d’instruments qui expriment la complexité des tâches en cause et la dextérité des travailleurs. Les planches de l’Encyclopédie donnent une image lisse de tout ce matériel artisanal, rangé ou à l’emploi, tandis que les peintres et les graveurs et plus encore les photographes de l’industrie de la fin du XIXe siècle laissent parfois une impression de désordre. Dans ce dernier cas, l’observateur risque d’être victime d’une illusion rétrospective qui prend une commodité d’accès aux outils, selon la fréquence de leur usage, pour un dérangement, pour une perturbation.

11À l’échelle proprement industrielle, la manufacture puis l’usine correspondent à une autre conception des espaces de travail. Il faut penser ceux-ci comme une succession de places solidaires, une chaîne en mouvement. La manufacture du Dijonval, à Sedan, illustre bien cet aspect des choses. L’usine y ajoutera le machinisme. L’autre enjeu est de faire tenir un effectif de plusieurs centaines d’ouvriers sous un même toit. D’où le contrôle renforcé des allers et venues, la surveillance « panoptique » du travail. Il est vrai que l’architecture désormais spécifique de l’industrie intègre entre autres ce paramètre. Il s’agit pourtant davantage de perceptions croisées des contremaîtres et des ingénieurs que d’une vision générale. L’ouvrier, quant à lui, chez Oberkampf ou chez Schneider, n’a qu’une représentation très partielle de l’ensemble, s’il reste durablement dans le même emploi. À la fin du XIXe siècle, la généralisation de l’éclairage électrique des usines et des entrepôts aura comme résultat, outre de prolonger et de faciliter le travail, de protéger plus efficacement les stocks. Le secteur « marchandises » des gares en sera par exemple un des bénéficiaires.

12Les lieux de travail peuvent être provisoires et discontinus. À cet égard, les médiévistes nous ont appris à considérer les chantiers des cathédrales comme un champ privilégié d’étude. Laissant de côté la fonction de ces grands rassemblements comme des moments d’accumulation de compétences et de formation réciproque, il convient de retenir l’ampleur de l’emprise urbaine de ce genre de travaux publics et l’organisation délicate des emplacements et des déplacements qu’elle impose. C’est aussi un problème d’ordre public, ainsi à Paris au milieu du XVIIIe siècle, lorsque la juxtaposition de chantiers de tous genres gênait sérieusement la circulation. Dans le plat pays, les embarras ne sont pas de même nature mais la logistique nécessaire pour les grands équipements reste une question vive. On en a un excellent aperçu dans la thèse de Philippe Destable, dirigée par Gérard Gayot, sur « la fortification du pré carré sous le règne de Louis XIV ». Le chantier, quand il concerne les axes de transport, n’est pas seulement provisoire, il est mobile (Anne Conchon). La construction d’une ligne de chemins de fer ou d’un canal fait ressortir le nomadisme inhérent à cette catégorie de travaux. Le chantier s’annule en avançant. On parle également de chantier pour désigner le front de taille dans l’exploitation minière. À Anzin, en activité à partir du début du XVIIIe siècle, le système des galeries se constitue à mesure de l’avancée des travaux. Il y a donc déjà – comme ce sera massivement le cas au siècle suivant – une marche d’approche pénible et de plus en plus longue vers le lieu de travail. Est-ce que le travail commence au pied des échelles ou des cabines, comme le pensent les intéressés, ou bien seulement au chantier, selon l’opinion commune des patrons et des ingénieurs ? On le voit, l’identification du lieu de travail n’est pas anecdotique.

  • 16 Cf. Perrine Mane, « Iconographie et travail paysan », in Jacqueline Hamesse et Colette Muraille-Sa (...)

13Quelles sources mettre en face de ces attentes ? Si l’on veut s’épargner les difficultés de l’enquête, on dira peut-être que les deux premiers siècles de la période n’offrent guère de prises à notre questionnaire. Il est vrai que les dispositifs intérieurs des ateliers ou les postures de travail risquent de nous échapper définitivement. Pourtant, on aura tort de sous-estimer les richesses dormantes des archives d’entreprise – entre autres, les plans, les inventaires et les correspondances – qui éclairent, si on y prend suffisamment garde, les lieux et les activités de travail et cela pour toute la période. L’océan des minutes notariales autorise, on l’a souvent dit, à peu près n’importe quel type d’enquête. Mais on n’a peut-être pas assez souligné qu’un inventaire après décès, une visite en fin de bail, une expertise contradictoire donnaient parfois les clés d’un atelier ou d’une manufacture où l’on pouvait cheminer en compagnie du notaire. La limite évidemment tient à la compétence du visiteur. Il faut bien reconnaître qu’il est des cas où l’on se perd, à force de zigzags. Les archives publiques, même de la haute époque, sont bien sûr d’un grand secours. Les enquêtes des intendants puis des préfets, les dossiers constitués par les inspecteurs des manufactures, les ingénieurs des mines, et, à l’extrême fin de la période, par les inspecteurs du travail recèlent de quoi alimenter la réflexion sur les mondes ouvriers, dans la durée. Les archives judiciaires permettent de repérer les conflits entre employés et employeurs et leur contexte particulier, jusque dans le détail des installations et des modes de travail. Du côté de la police, l’intervention des commissaires dès les années 1770 dans les affaires de pollution industrielle à Paris produit une masse d’informations – plaintes, expertises etc. – qui sont de bonne prise (Thomas Le Roux). La littérature technique, si fournie au XIXe siècle, constitue un outil indispensable quand on essaye de comprendre le détail d’un procès de production. De même, les observations des médecins, de Villermé à ses successeurs, ont-elles fourni la base à une histoire sérielle des principales maladies professionnelles. Ces sources sont connues de longue date ; il faut simplement les revisiter. En revanche, deux domaines de sources, qui avaient attiré l’attention de Gérard Gayot, ont été réévalués : le patrimoine industriel et le monde des images. Les traces matérielles que laissent les entreprises défuntes nous informent sur les espaces de travail, leur évolution, leurs usages successifs. Même en l’absence de tout équipement, machines, transmissions, outillages – ce qui est le cas général – ces bâtis sont une évocation puissante du cadre du travail ouvrier. On peut ainsi se faire une idée assez précise des volumes, des postes, des circulations diverses. Le patrimoine industriel nous donne à deviner dans ces murs, autrement que les textes, l’irremplaçable présence de l’homme. L’univers de l’iconographie – tableaux, gravures, dessins, photographies – abonde en informations sur le travail ouvrier. Dans ce domaine également, les études se sont développées et renouvelées : parties de l’utilisation de l’iconographie comme source brute, vagues illustrations de l’histoire des techniques, on en est arrivé à des analyses fines des enjeux des images (Perrine Pane ou Serge Benoît pour le Moyen-Âge, William H. Sewell, Cynthia Koepp et d’autres sur les planches de l’Encyclopédie, André Rouillé pour les photographies du second Empire, d’une façon plus générale le colloque tenu à Bercy en 2001 et le travail de thèse de Nicolas Pierrot16). Sans doute, jusqu’au XIXe siècle, ne s’agit-il pas de vastes corpus, tels que nous en connaîtrons avec les cartes postales. Il est néanmoins assuré que les images ont beaucoup à nous dire sur les bâtiments et les hommes au travail. Elles nous parlent aussi des représentations – heureuses ou maléfiques – que les hommes de leur temps ont eues et voulu transmettre du monde de l’industrie.

  • 17 Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique, no 83, 2001, no spécial : « Comment les historiens (...)
  • 18 Eleonora Canepari et Beatrice Zucca (dir.), Le travail comme ressource. Parcours individuels, mobi (...)

14Toutes ces directions de recherche, déjà présentes dans le travail de Gérard, ont été différemment développées par l’historiographie européenne des dix dernières années. En essayant de tirer un impossible bilan des travaux sur les mondes du travail, le constat, finalement relativement optimiste, est celui du renouveau actuel des études. Numéros de revues et colloques se sont succédés à un rythme accéléré depuis quelques années17. La seule année 2010 a connu la tenue de plusieurs colloques sur ce thème, témoignant ainsi d’une certaine effervescence18.

  • 19 Pour un bilan, voir par exemple Bryan D. Palmer, « The Making of the English Working Class di Thom (...)
  • 20 Pour l’époque moderne, voir les nombreuses contributions de Stephen Epstein, voir notamment :Jou (...)
  • 21 Une synthèse européenne précoce, Geoffrey Crossick (dir.), The Artisan and the European Town, 1500 (...)
  • 22 John S. Amelang, The Fly of Icarus. Artisan Autobiography in Early Modern Europe, Stanford, Stanfo (...)
  • 23 Parmi les innombrables travaux : Daryl M. Hafter, European Women and preindustrial Craft, Blooming (...)
  • 24 Edward P. Thompson, Temps, discipline du travail et capitalisme industriel, Paris, la Fabrique éd. (...)
  • 25 Cynthia M. Truant, « Solidarity and Symbolism among Journeymen artisans: The Case of Compagnonnage(...)
  • 26 Michael Sonenscher, « Les sans-culottes de l’an II : repenser le langage du travail dans la France (...)
  • 27 Edouard Shephard, « Social and Geographic mobility of the Eighteenth century Guild Artisan: an Ana (...)
  • 28 Liana Vardi, « The abolition of the Guilds during the French Revolution », French Historical Studi (...)

15Dans ce renouveau, les historiens doivent beaucoup, comme cela a été maintes fois mentionné, aux sociologues qui ont souvent initié des recherches délaissées par les historiens (Robert Castel et le salariat), aux psychologues du travail (Christophe Dejours), aux ergonomistes (Yves Schwartz), aux philosophes (Dominique Méda), mais aussi aux archéologues et aux historiens des techniques. Au niveau européen, le dialogue principal a été mené avec l’historiographie anglo-saxonne. Elle a en effet été précurseur non seulement pour la formation de la classe ouvrière (Edward P. Thompson est à ce jour sans véritable équivalent français19), mais aussi pour le renouveau des études sur les gestes, les identités et le vécu au travail ; sur les corporations20, les artisans21 et l’étude de leur biographie22 ; le travail sexué23 ou encore le temps de travail (de Edward P. Thompson 1967 à Hans J. Voth 2000 et après24). Nombre de ces historiens effectuent d’ailleurs depuis longtemps leurs recherches sur la France où ils ont contribué à renouveler les perspectives (Steve L. Kaplan, Cynthia M. Truant25, Michael Sonenscher26, William H. Sewell, Edouard Shephard27, Olwen Hufton, Liana Vardi28…).

  • 29 Josef Ehmer, « Worlds of Mobility : Migration Patterns of Viennes Artisans in the Eighteenth-centu (...)
  • 30 Catarina Lis, Hugo Soly, « “An Irrestible Phalanx” : Journeymen Associations in Wertern Europe, 13 (...)
  • 31 Jan et Leo Lucassen (éd.), Migration, migration history, history: old paradigms and new perspectiv (...)
  • 32 Shelagh Ogilvie, A better living. Women, markets and social capital in early modern Germany, Oxfor (...)
  • 33 Bert de Munck, « Stratégies économiques et symboliques des corporations anversoises, XVIe-XVIIIe s (...)
  • 34 Voir Jan Lucassen, « Major shifts in labour relations worldwide 1500-2000 : a preliminary stocktak (...)

16De ce mouvement, l’Allemagne, les Provinces Unies et la Belgique flamandes ne sont pas exemptes. On peut rapidement citer les travaux de Joseph Ehmer par exemple sur les artisans viennois29, les recherches déjà anciennes de Catarina Lis et Hugo Soly sur les associations de travailleurs en Europe30, ou ceux de Jan et Leo Lucassen sur les migrations31. Sheilagh Ogilvie, après avoir travaillé sur la protoindustrie, s’est consacrée aux corporations et au travail féminin32. On connaît par la RHMC les enquêtes renouvelées sur le monde des corporations anversoises de Bert de Munck33. Surtout, Jan Lucassen et Martin Prack animent un groupe important de recherches sur l’histoire globale de la prolétarisation34.

  • 35 Quaderni Storici y est à peu près fermé depuis les années 2000. Il faut remonter à 1994 pour trouv (...)

17On peut difficilement en dire autant des principaux pays méditerranéens où le thème du travail peine à retrouver une place dans des panoramas historiographiques toujours davantage tournés vers l’histoire des entreprises et des entrepreneurs, des territoires et des districts industriels. En Italie comme en Espagne, la dépendance de l’histoire économique des départements d’économie des universités y est sans doute pour beaucoup. Ainsi, en Italie, la consultation des sommaires des principales revues des dix dernières années pourrait laisser croire que l’histoire du travail et des travailleurs y est morte et enterrée35.

  • 36 Alberto Guenzi, Paola Massa, Angelo Moioli (a cura di), Corporazioni e gruppi professionali nell’I (...)
  • 37 Antonello Mattone, (a cura di), Corporazioni, gremi e artigianato tra Sardegna, Spagna e Italia ne (...)
  • 38 Paola Massa, Angelo Moioli (a cura di), Dalla corporazione al mutuo soccorso : organizzazione e tu (...)
  • 39 Fondamenta dei vetrai. Lavoro, tecnologia e mercato a Venezia tra Sei e Settecento, Roma, Donzelli (...)
  • 40 Voir notamment Anna Bellavitis, Famille, genre, transmission à Venise au XVIe siècle, Rome, École (...)
  • 41 Dans le domaine de l’apprentissage, les travaux sont ici déjà anciens : Giovanni Casarino, « Maest (...)
  • 42 Beatrice Zucca Michelotto, « Travail, immigration et relations sociales à travers les parcours d’i (...)
  • 43 Angela Groppi (a cura di), Il lavoro delle donne, Roma-Bari 1996.
  • 44 Andrea Caracausi, Dentro la bottega. Culture del lavoro in una città d’età moderna, Roma, Marsilio (...)
  • 45 Il est impossible de citer ici tous les travaux. Pour mémoire, quelques ouvrages collectifs récent (...)
  • 46 M. Della Valentina, Operai, mezzadri, mercanti. Tessitori e industria della seta a Venezia tra ‘60 (...)
  • 47 Le dernier ouvrage ayant vraiment fait date est celui de Alessandro Stella, La révolte des Ciompi  (...)
  • 48 Germano Maifreda, La diciplina del lavoro. Operai, macchine e fabbriche nella storia italiana, Mil (...)
  • 49 Sergio Zaninelli, Marco Raccolini, (a cura di), Il lavoro come fattore produttivo e come risorsa n (...)

18Les revues proposent cependant une image trompeuse : il faut aller chercher les renouvellements récents dans des ouvrages collectifs, des monographies etc. L’histoire des corporations en a beaucoup bénéficié. Un volumineux ouvrage collectif s’en est fait l’écho en 199936, avant d’autres en 200037, 200438 etc. Dans ce domaine, les travaux de Simona Cerutti bien sûr, mais aussi de Francesca Trivellato font figure de modèle39. On s’est intéressé aussi aux métiers et à leur transmission (Anna Bellavitis40), plus anciennement aux savoir-faire et à leur apprentissage41. L’attention est désormais aussi aux mondes du travail hors des corporations qui tire partie du réexamen des archives judiciaires (Beatrice Zucca sur Turin, Eleonora Canepari sur Rome42), au travail des femmes (Angela Groppi et bien d’autres43), au monde varié des boutiques et des ateliers, examiné à nouveau frais grâce à l’utilisation de sources judiciaires assez peu utilisées jusqu’ici en Italie dans cette optique (Andrea Caracausi44). De même, pour l’époque moderne comme contemporaine, les migrations de travail ont fait l’objet de nombreux et très importants travaux qui en ont profondément renouvelé la compréhension. Même s’il s’agit plus des populations laborieuses de montagne que des ouvriers, il est clair que les paysans des montagnes peuvent devenir ouvriers des villes dans les lieux de migrations45. Au-delà des monographies urbaines46, très peu de recherches nouvelles abordent par contre les conflits du travail, du moins en ce qui concerne l’époque moderne47. Mais la discipline du travail a fait l’objet d’une récente synthèse (Maifreda, 200748), tout comme le « facteur travail en Italie49 » (Zaninelli and co 2002).

  • 50 Pour un bilan plus général sur l’histoire sociale en Espagne, voir Historia Social, no 60, 2008.
  • 51 Angeles Barrio Alonso, « Historia obrera en los noventa : tradición y modernidad », Historia socia (...)
  • 52 Il semble par contre y avoir très peu sur l’époque moderne, mais il se peut que le choix des revue (...)
  • 53 Jesús Manuel González Beltrán « » Es gente que vive de sus brazos… » : Trabajadores agrícolas en l (...)
  • 54 Carles Enrech Molina, « Jerarquía fabril y cualificación en la industria textil durante el último (...)
  • 55 Manuel Morales Muñoz, « Un espacio propio. Sociabilidad e identidad obrera en Andalucía », Histori (...)
  • 56 Arón Cohen, Agustín Fleta, Francisco Ramírez, Eduardo de los Reyes, « Las prácticas de una gestión (...)
  • 57 Recerques, 2007, no 55 : « negocis i identitat laboral de les dones » ; Paloma Candela, « El traba (...)
  • 58 Angel Smith, « Industria, oficio y género en la industria textil catalana : 1833-1923 », Historia (...)
  • 59 Lina Gálvez Muñoz, Carmen Sarasúa García (éd.) ¿Privilegios o eficiencia ? : mujeres y hombres en (...)
  • 60 Carmen Sarasúa García, Carme Molinero Ruiz, « Trabajo y niveles de vida en el Franquismo. Un estad (...)
  • 61 Carmen Sarasúa García, « Trabajo y trabajadores en la España del siglo XIX ».Working Papers (Unive (...)
  • 62 Historia social, 2001, no 39 : « Nouvelle histoire du travail en Asie, Afrique et Amérique », arti (...)
  • 63 Merci à Olivier Raveux pour cette information.

19En Espagne, le thème semble plus absent qu’en Italie50. Comme en France, les années 2000 commencent significativement par un bilan assez négatif de l’histoire du travail et des travailleurs en Espagne dans la décennie antérieure : Angeles Barrio Alonso y évoquait la crise de ce secteur en Espagne tout en espérant un renouveau51. Il semble s’être produit avant tout pour l’histoire contemporaine52. Au-delà de l’histoire classique du mouvement ouvrier (Historia social, 2006, no 54), de nouveaux développements concernent le monde rural53. Les articles des revues consultées montrent des historiens/nes du travail et des travailleurs sensibles aux hiérarchies et aux qualifications en usine (dont on trouve un écho dans l’article de Enrech paru dans Histoire et sociétés en mai 200554), à l’identité ouvrière55, mais aussi à l’histoire de la santé56. D’assez nombreuses recherches concernent le travail des femmes57, les relations hommes/femmes au travail58, qui ont d’ailleurs fait l’objet d’une synthèse récente59. Dans le cadre d’une histoire quantitative, des études ont été produites sur les niveaux de vie des travailleurs au XIXe-XXe siècle60. De même, note-t-on des tentatives pour dresser un bilan global sur « travail et travailleurs en Espagne au XIXe siècle61 », ainsi que des essais de global history des travailleurs qui mériteraient le parallèle avec le livre récent dirigé par Alessandro Stanziani en France et les recherches de l’Institut d’histoire sociale d’Amsterdam62. Il est impossible de rendre compte ici des nombreuses monographies récemment parues. N’évoquons donc que celle de Albert García Balañà, La fabricació de la fàbrica. Treball i política a la Catalunya cotonera (1784-1874), Barcelona, 2004. La vieille thématique « politique et monde du travail » est ici réhabilitée par une intéressante recherches sur le travail industriel et l’ordre social en Catalogne au XIXe siècle, avec de beaux développements sur l’importance des technologies dans cette dialectique et la nécessité de s’intéresser aux processus de déconstruction et de construction des marchés du travail pour saisir l’histoire sociale d’un lieu et en comprendre les ressorts63.

20Ainsi, le panorama des études européennes sur le travail apparaît-il en plein renouvellement.

Notes

1 L’étude de ces tondeurs constitue toute la troisième partie de Gérard Gayot, Les draps de Sedan, 1646-1870, Paris, éditions de l’EHESS/Terres Ardennaises, 1998, p. 187-295, et il y a consacré de nombreux articles tout au long de sa carrière : « La longue insolence des tondeurs de draps dans la manufacture de Sedan au XVIIIe siècle », Revue du Nord, no 248, janvier-mars 1981, p. 105-134 ; id, « Les “ouvriers les plus nécessaires” sur le marché du travail des manufactures de draps au xvii-XVIIIe siècle », Gérard Gayot et Philippe Minard (éd.), Les ouvriers qualifiés de l’industrie (XVIe XXe siècles). Formation, emploi, migrations, Revue du Nord, hors-série Histoire no 15, p. 209-237 ; id, « Les tondeurs dans les manufactures européennes au XVIIIe siècle », Le Culture della Tecnica, Archivio Storico Amma, Nuova Serie 14, Anno IX, no 2/2002, p. 1-36.

2 Voir notamment Le mouvement social, no 202, janvier-mars 2003 : « Les marches ».

3 « La classe ouvrière saisie par la révolution industrielle à Verviers, 1800-1810 », Revue du Nord, no 347, octobre-décembre 2002, p. 633-666.

4 Clare Crowston, « Le travail féminin en France, vu par l’historiographie américaine », Revue d’histoire moderne et contemporaine, no 45-4, octobre-décembre 1998, p. 837-853.

5 Natalie Zemon Davis et Arlette Farge (éd.), Histoire des femmes en Occident, tome 3, XVIe-XVIIIe siècles, Paris, Plon, 1991.

6 Dominique Godineau, Citoyennes tricoteuses. Les femmes du peuple à Paris pendant la Révolution Française, Aix-en-Provence, Alinéa, 1988.

7 Catherine Omnès, Ouvrières parisiennes. Marchés du travail et trajectoires professionnelles au XXe siècle, Paris, Éditions de l’EHESS, 1997.

8 Sylvie Schweitzer, Les femmes ont toujours travaillé. Une histoire du travail des femmes aux XIXe et XXe siècles, Paris, Odile Jacob, 2002.

9 Notamment Margaret Maruani, Travail et emploi féminin, Paris, La Découverte, 2000 ; Françoise Battagliola, Histoire du travail des femmes, Paris, la Découverte, 2002 ; mais aussi par ex. Le mouvement social, no 210, janvier-mars 2005 : « Les femmes et les métamorphoses de l’emploi au Japon ». Session H. 4 du congrès international d’histoire économique d’Utrecht, 2009 organisé par Elise Van Nederveen Meerkerk, Jane Humphries et Ariadne Schmidt : « Industrious women and children of the world ? Jan de Vries “industrious revolution” as a conceptual tool for researching women’s and children’s work in an international perspective »; voir aussi la session N. 5 organisée par Antoinette Fauve-Chamoux, Béatrice Craig et Margarida Duraes, « womens’s intergenerational role in bussiness family strategies and social and economic mobility, 16th to 20th century ».

10 Voir G. Gayot, Les draps…, op. cit., chap. V : « Les mots pour dire la belle ouvrage » ou encore « Les gestes, les mots et la philosophie de la manufacture de draps au XVIIIe siècle », Cahiers lillois d’économie et de sociologie, no 45, 1er trimestre 2005, p. 175-187. Voir aussi La laine au fil et à mesure, DVD réalisé en collaboration avec Hubert Bataille (IFRÉSI-CNRS), diffusion Éditions CNRS.

11 G. Gayot, Les draps…, op. cit., p. 121.

12 On notera que dans la récente Histoire du corps (Alain Corbin, Jean-Jacques Courtine, Georges Vigarello (éd.), Paris, Seuil, 2005), le corps au travail est totalement absent dans le volume sur la période moderne et ne fait son apparition que sous la forme du « corps du travailleur usé, meurtri au siècle de l’industrialisation » dans lequel Alain Corbin reprend largement les analyses de Caroline Moriceau, Les douleurs de l’industrie. L’hygiénisme industriel en France, 1860-1914, Paris, Éditions de l’EHESS, 2009 (la thèse a été soutenue en 2002).

13 Cité par A. Corbin, Histoire du corps…, op. cit., t. 3, p. 257.

14 G. Gayot, Les draps…, p. 126 sq.

15 Mais cette affirmation était, dès 1983, contestée par Rolande Trempé qui montrait comment dès la mise en place des pressions productivistes, les délégués mineurs s’étaient toujours opposés et n’avaient jamais trouvé légitime l’achat de leur santé par un salaire. La question est donc à étudier plus précisément selon les professions. Voir notamment Gérard Jorland, « L’hygiène professionnelle en France au XIXe siècle », Le mouvement social, no 213, octobre-décembre 2005, p. 71-90.

16 Cf. Perrine Mane, « Iconographie et travail paysan », in Jacqueline Hamesse et Colette Muraille-Samaran, Le travail au Moyen-Âge : une approche interdisciplinaire : actes du Colloque international de Louvain-La-Neuve, 21-23 mai 1987, Louvain-La-Neuve, Institut d’études médiévales, 1990, p. 251-262. Les travaux sur la représentation du travail dans les planches de l’Encyclopédie : William H. Sewell, « Vision of labor : illustration of mechanical arts before in and after Diderot’s Encyclopédie », in Steve Kaplan, Cynthia Koepp (éd.), Work in France : Representations, Meaning, Organization, and Practice, Ithaca, Cornell University Press, 1986, p. 258-286 ou encore Cynthia Koepp, « The alphabetic order : work in Diderot’s Encyclopédie », in S. Kaplan, C. Koepp (éd.), Work in France, op. cit., p. 229-257 ; Vincent Milliot, « Le travail sans le geste. Les représentations iconographiques des petits métiers parisiens (XVIe-XVIIIe siècle) », Revue d’histoire moderne & Contemporaine, no 41-1, janvier-mars 1994, p. 5-28. La thèse de Nicolas Pierrot sur « Les images du travail de 1750 à 1850 » devrait bientôt paraître. Pour la période contemporaine : André Rouillé, « Les images photographiques du monde du travail sous le second Empire », Actes de la Recherche en Sciences sociales, no 54, septembre 1984, p. 31-43 ; Images de l’industrie de 1850 à nos jours, colloque tenu à Bercy, 28-29 juin 2001, Paris, Comité pour l’histoire économique et financière de la France, 2002. Caroline Moriceau, « Négocier l’hygiène : Baccarat au XIXe siècle », Le mouvement social, no 213, octobre-décembre 2005, p. 53-70, analyse les images idylliques du travail verrier produites par l’entreprise Baccarat. Pour le cinéma : Nicolas Hatzfeld, Gwenaelle Rot, Alain Michel « L’irruption de l’ouvrier dans le cinéma documentaire (1961-1974) », Le mouvement social, no 226, janvier-mars 2009, p. 67-78. Pour l’Italie, voir par exemple, Luigi Tomassini, « Immagini del lavoro nel XX secolo », Passato e Presente, no 69, 2006, p. 117-128.

17 Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique, no 83, 2001, no spécial : « Comment les historiens parlent-ils du travail ? » et no 110, 2009 : « Penser le travail à l’époque moderne » ; Le mouvement social, no 200, 2002 : Christian Chevandier, Michel Pigenet, « l’histoire du travail à l’époque contemporaine », p. 163-169 : plein encore du constat d’un certain désengagement des historiens. Histoire et Mesure, no XX, 3/4, 2005 sur les « mesures du travail » ; Histoire et sociétés, trop vite disparue, a régulièrement abordé ce thème : « Chantiers européens d’histoire ouvrière », mai 2005 ; no 23, 2007 : dir. Guedj, « La longue marche pour la santé au travail » ; « le travail au cœur de l’histoire sociale », janv. 2009. les Annales HSS même s’y sont mises en 2005 (no 2, mars-avril 2005 : le travail sous l’Ancien Régime. Pour en finir avec le modèle standard) et en 2010 (no 3) ; la Revue d’Histoire Moderne & Contemporaine est sans doute l’une de celles qui a le plus régulièrement accueilli dans ses colonnes cette thématique : en 1997, trois articles sur le travail (Thillay, Burstin et Hanne) ; 2002, 1 : Les mondes du travail ; 2005, 4 : Travail et entreprise ; 2007, 1 : Politiques du travail ; 2009, 1 : dir. Paul-André Rosental, Catherine Omnés, les maladies professionnelles. Voir aussi du côté des médiévistes, Médiévales, no 30, 1996 : dir. Alessandro Stella, « les dépendances au travail » et les recherches menées au sein du LAMOP sur le salariat. En ce qui concerne les colloques, voir par exemple, Le travail avant le Révolution Industrielle, 127e congrès national des sociétés historiques et scientifiques, Nancy, 2002 ou celui de juin 2009 tenu au collège de France par Alain Berthoz sur Travail, identités, métiers, quelles métamorphoses ?

18 Eleonora Canepari et Beatrice Zucca (dir.), Le travail comme ressource. Parcours individuels, mobilité et stratégies économiques dans les villes d’ancien régime, Paris, 8-9 avril 2010, Mélanges de l’École française de Rome, 123/1, 2011 ; en octobre par l’UMR Telemme, Gilbert Buti et Olivier Raveux (dir.), Travailler chez l’autre, travailler avec l’autre en Méditerranée du XVIe au XIXe siècle, Aix-en-Provence, 8-9 octobre 2010 ; en octobre une session du colloque de l’AFHE, Lyon, 2010, animée par Philippe Minard.

19 Pour un bilan, voir par exemple Bryan D. Palmer, « The Making of the English Working Class di Thompson, quarant’anni dopo », Passato e Presente, no 62, 2004, p. 85-110.

20 Pour l’époque moderne, voir les nombreuses contributions de Stephen Epstein, voir notamment :Journeyman mobility and the circulation of technical knowledge in Europe, 14th-18th centuries”, Liliane Hilaire-Pérez, Anne-Françoise Garçon, (dir.), Les chemins de la nouveauté : innover, inventer au regard de l’histoire, Paris, éd. CTHS, 2003, p. 411-429 ; « Crafts guilds in the pre-modern economy: a discussion », Economic History Review, no 61-1, 2008, p. 155-174. Voir aussi la synthèse européenne : Stephen R. Epstein, H. Gerard Haupt, Carlo Poni, Hugo Soly (éd.), Guilds, Economy and Society. Proceedings Twelfth International Economic History Congress, Madrid, Fundacion Fomento de la Historia Economica, 1998.

21 Une synthèse européenne précoce, Geoffrey Crossick (dir.), The Artisan and the European Town, 1500-1900, Alderschot, Ashgate, 1997.

22 John S. Amelang, The Fly of Icarus. Artisan Autobiography in Early Modern Europe, Stanford, Stanford University Press, 1998.

23 Parmi les innombrables travaux : Daryl M. Hafter, European Women and preindustrial Craft, Bloomington, Indiana University Press, 1995 ; S. Bardsley, « Women’s Work Reconsidered : Gender and Wage Differentiation in Late Medieval England », Past and Present, no 165, 1999, p. 3-29. John Hatcher, « Women’s work reconsidered: gender and wage differenciation in late Medieval England. A Comment », Past and Present, no 173, 2001, p. 191-198 ; Marjorie K. Mcintosh, Working Women in English society, 1300-1620, Cambridge, Cambridge University Press, 2005.

24 Edward P. Thompson, Temps, discipline du travail et capitalisme industriel, Paris, la Fabrique éd., 2004 (éd. or. angl., 1967) ; Hans-Joachim Voth, Time and Work in England, 1750-1830, Oxford, Clarendon Press, New York, Oxford University Press, 2000.

25 Cynthia M. Truant, « Solidarity and Symbolism among Journeymen artisans: The Case of Compagnonnage », Comparative Study in Society and History, no 21, issue 2, 1979, p. 214-226; idem « Independant and Insolent: Journeymen and their rites in the Old Regime Workplace », in S. Kaplan, C. Koepp (éd.), Work in France, op cit., p. 131-175.

26 Michael Sonenscher, « Les sans-culottes de l’an II : repenser le langage du travail dans la France révolutionnaire », Annales ESC, 40-5, 1985, p. 1087-1108. Idem « Journeymen, the Courts and the French Trades, 1781-1791 », Past and Present, no 114, 1987, p. 77-109; id., Work and wages. Natural Law, politics and the Eighteenth century French Trades, Cambridge, Cambridge University Press, 1989; id., « Journeymen’s Migrations and Workshop organization in Eighteenth Century France », in S. Kaplan, C. Koepp (éd.), Work in France, op. cit., p. 74-96.

27 Edouard Shephard, « Social and Geographic mobility of the Eighteenth century Guild Artisan: an Analysis of Guild Reception in Dijon, 1700-1790 », in S. Kaplan, C. Koepp (éd.), Work in France, op. cit., p. 97-130.

28 Liana Vardi, « The abolition of the Guilds during the French Revolution », French Historical Studies, fall 1988, p. 704-17.

29 Josef Ehmer, « Worlds of Mobility : Migration Patterns of Viennes Artisans in the Eighteenth-century », G. Crossick, The Artisan…, op. cit., p. 172-199 et id. tentative comparatiste « Artisans, Journeymen, Guilds and Labor Market: Thinking about European Comparative Perspectives », Paola Massa, Angelo Moioli (a cura di), Dalla corporazione al mutuo soccorso: organizzazione e tutela del lavoro tra XVI e XX secolo, Milano, F. Angeli, 2004, p. 57-69.

30 Catarina Lis, Hugo Soly, « “An Irrestible Phalanx” : Journeymen Associations in Wertern Europe, 1300-1800 », International Review of Social History, 39, Supplément, 1994, p. 11-52.

31 Jan et Leo Lucassen (éd.), Migration, migration history, history: old paradigms and new perspectives, Berne, Lang, 1997; Jan Lucassen, Migrant labour in Europe, 1600-1900. The drift to the North Sea, Londres, Croom Helm, 1986.

32 Shelagh Ogilvie, A better living. Women, markets and social capital in early modern Germany, Oxford, Oxford university press, 2003 et id., « Rehabiliting the Guilds : a Reply », Economic History Review, 61-1, 2008, p. 175-182.

33 Bert de Munck, « Stratégies économiques et symboliques des corporations anversoises, XVIe-XVIIIe siècles », Revue d’histoire moderne et contemporaine, no 54-1, janvier-mars 2007, p. 116-144.

34 Voir Jan Lucassen, « Major shifts in labour relations worldwide 1500-2000 : a preliminary stocktaking », XVth EIHC, Utrecht, 2009.

35 Quaderni Storici y est à peu près fermé depuis les années 2000. Il faut remonter à 1994 pour trouver un dossier consacrés à des « Études sur le travail » ; avant 1992 : no 80, a. XXVII, 1992, 2 : « Conflits dans le monde du travail », dirigé par Simona Cerutti et Carlo Poni. De même, rien, depuis les années 1990 dans Studi Storici. Dans Società e Storia, deux articles, dont l’un significatif de Paolo Favilli en 2007 : « Peut-on encore faire l’histoire du mouvement ouvrier ? » cf. Paolo Favilli, « Si può ancora scrivere storia del movimentò operaio ? A proposito di alcuni recenti studi », Società e Storia, 116, 2007, no 2, p. 369 sq. ; l’autre : Sergio Bologna, « Il lavoro e la fabbrica », Società e Storia, 2008, 3, no 121, p. 603 sq. Il ne fallait sans doute rien attendre sur ce thème de la Rivista Storica italiana qui, de fait, n’y a consacré qu’un seul article en dix ans : Luciano Allegra, « Fra norma e deroga. Il mercato del lavoro a Torino nel Settecento », CXVI (2004), p. 872-925. Le tableau n’est guère plus brillant si l’on se tourne vers les revues d’histoire économique : Storia economica (Napoli) n’a publié qu’un seul article de L. de Rosa sur ce thème dans les dix dernières années : L. De Rosa, « Tipologie di lavoro nell’età pre-industriale : il Regno di Napoli », Storia economica, 2001, 3, p. 511 sq. La revue en anglais de Rome, The Journal of European Economic History, ne fait pas mieux avec un seul article en 2002 sur le luddisme : Alessandro Nuvolari, « The “Machine Breakers” and the Industrial Revolution », Journal of European economic history, 2002, 2, p. 393 sq. et un en 1999 sur l’Angleterre : E.C. Tingle, « Builders’Wages and Purchasing Power in Eighteenth-century Britany », Journal of European Economic History, 1999, 2, p. 335 sq.

36 Alberto Guenzi, Paola Massa, Angelo Moioli (a cura di), Corporazioni e gruppi professionali nell’Italia moderna, Milano, Franco Angeli, 1999.

37 Antonello Mattone, (a cura di), Corporazioni, gremi e artigianato tra Sardegna, Spagna e Italia nel Medioevo e nell’età moderna, Cagliari, 2000. Voir aussi la même année Marco Meriggi, Alessandro Pastore, Le regole dei mestieri e delle professioni : secoli XV-XIX, Milano, Franco Angeli, 2000.

38 Paola Massa, Angelo Moioli (a cura di), Dalla corporazione al mutuo soccorso : organizzazione e tutela del lavoro tra XVI e XX secolo, Milano, F. Angeli, 2004.

39 Fondamenta dei vetrai. Lavoro, tecnologia e mercato a Venezia tra Sei e Settecento, Roma, Donzelli, 2000

40 Voir notamment Anna Bellavitis, Famille, genre, transmission à Venise au XVIe siècle, Rome, École française de Rome, 2008 ; Anna Bellavitis, Laurence Croq, Monica Martinat (éd.), Mobilité et transmission dans les sociétés de l’Europe moderne, Rennes, PUR, 2009 ; voir aussi Sandra Cavallo, Artisans of the Body in Early Modern Italy : identities, families and masculinities, Manchester, Manchester University Press, 2007.

41 Dans le domaine de l’apprentissage, les travaux sont ici déjà anciens : Giovanni Casarino, « Maestri e garzoni nella società genovese fra XV e XVI secolo. IV: I giovani e l’apprendistato. Iniziazione e addestramento », Gênes, 1982 ; L. Marcello, « Andare a bottega. Adolescenza e apprendistato nelle arti (sec. XVI-XVII) », in O. Niccoli (a cura di), Infanzie. Funzioni di un gruppo liminale dal mondo classico all’età moderna, Firenze, 1993, p. 231-251. Mais il a été repris récemment comme en témoigne le dossier dans la revue Histoire Urbaine, 15, avril 2006 sur « Genres, métiers, apprentissages dans l’Italie moderne ».

42 Beatrice Zucca Michelotto, « Travail, immigration et relations sociales à travers les parcours d’individus et familles d’une ville de l’Ancien Régime (Turin, XVIIIe siècle) », L’Atelier du Centre de recherches historiques, 05/2009, (URL : http://acrh.revues.org/index1702.html) ; cf. aussi sur ce thème, Clare Crowston sur Paris, Annales HSS, 2005. Elisabetta Canapari, « Lavorare a Roma tra ordinamenti e pratiche di trasgressione (XVII-XVIII secolo) », in Marco Vencato, Andrea Willi and Sacha Zala (éd.), Ordine e trasgressione. Un’ipotesi di interpretazione tra storia e cultura, Rome, Viella, 2008.

43 Angela Groppi (a cura di), Il lavoro delle donne, Roma-Bari 1996.

44 Andrea Caracausi, Dentro la bottega. Culture del lavoro in una città d’età moderna, Roma, Marsilio, 2008. Voir aussi Francesco Franceschi, « criminalità e mondo del lavoro. Il tribunale dell’arte della Lana a Firenze nei secoli XIV e XV », Ricerche Storiche, XVIII, 1990, p. 1143-1167.

45 Il est impossible de citer ici tous les travaux. Pour mémoire, quelques ouvrages collectifs récents : Angiolina Arru, Franco Ramella (a cura di), L’Italia delle migrazioni interne. Donne, uomini, mobilità in età moderna e contemporanea, Roma, Donzelli, 2003 et Paola Corti, Matteo Sanfilippo (éd.), Storia d’Italia - Annali, Migrazioni, Turin, Einaudi, 2009.

46 M. Della Valentina, Operai, mezzadri, mercanti. Tessitori e industria della seta a Venezia tra ‘600 e ‘700, Padova, Cleup, 2003.

47 Le dernier ouvrage ayant vraiment fait date est celui de Alessandro Stella, La révolte des Ciompi : les hommes, les lieux, le travail, Paris, Éd. de l’École des hautes études en sciences sociales, 1993. Il en va différemment de la période contemporaine, voir notamment pour un bilan au milieu de la décennie : Stefano Musso, « Travail et mouvement ouvriers en Italie. Tendances historiographiques récentes », Histoire et Société, Revue européenne d’histoire sociale, no 9, 1er trimestre 2004, p. 82-94.

48 Germano Maifreda, La diciplina del lavoro. Operai, macchine e fabbriche nella storia italiana, Milano, Mondadori, 2007.

49 Sergio Zaninelli, Marco Raccolini, (a cura di), Il lavoro come fattore produttivo e come risorsa nella storia economica d’Italia, Milano, 2002, avec notamment un article de Luca Mocarelli sur le travail forcé à Milan entre 1720-1815.

50 Pour un bilan plus général sur l’histoire sociale en Espagne, voir Historia Social, no 60, 2008.

51 Angeles Barrio Alonso, « Historia obrera en los noventa : tradición y modernidad », Historia social, no 37, 2000, p. 143-160.

52 Il semble par contre y avoir très peu sur l’époque moderne, mais il se peut que le choix des revues y soit pour quelque chose.

53 Jesús Manuel González Beltrán « » Es gente que vive de sus brazos… » : Trabajadores agrícolas en la Andalucía del siglo XVIII », Historia Social, 2006, no 56, p. 3-30. Carmen Sarasúa García, « El análisis histórico del trabajo agrario : cuestiones recientes », Historia agraria : Revista de agricultura e historia rural, no 22, 2000, p. 79-96. Et le dossier du no 37, 2000, de Historia social, consacré à la conflictualité rurale.

54 Carles Enrech Molina, « Jerarquía fabril y cualificación en la industria textil durante el último tercio del siglo XX, », Historia social, no 45, 2003, p. 101-118 ; Jordi Ibarz Gelabert, « Oficios y cualificaciones en el trabajo portuario : el caso de Barcelona en la primera mitad del siglo XX », Historia social, no 45, 2003, p. 119-138.

55 Manuel Morales Muñoz, « Un espacio propio. Sociabilidad e identidad obrera en Andalucía », Historia social, 2006, no 56, p. 53-70.

56 Arón Cohen, Agustín Fleta, Francisco Ramírez, Eduardo de los Reyes, « Las prácticas de una gestión empresarial del riesgo en el trabajo : Peñarroya (primera mitad del siglo XX) », Erìa, no 37, 1995, p. 129-142.

57 Recerques, 2007, no 55 : « negocis i identitat laboral de les dones » ; Paloma Candela, « El trabajo doblemente invisible : mujeres en la industria madrileña del primer tercio del siglo XX », Historia social, 2003, no 45, p. 139-60. Carmen Sarasúa García, « El oficio más molesto, más duro : el trabajo de las lavanderas en la España de los siglos XVIII al XX », Historia social, no 45, 2003, p. 53-78.

58 Angel Smith, « Industria, oficio y género en la industria textil catalana : 1833-1923 », Historia social, no 45, 2003, p. 79-100. Lina Gálvez Muñoz, « Mujeres y hombres en los mercados de trabajo : La evolución histórica de los mecanismos de acceso y movilidad interna », Historia agraria : Revista de agricultura e historia rural, no 24, 2001, p. 229-235. Carmen Sarasúa García, « Industrialización y reorganización del poder económico entre hombres y mujeres », in Las mujeres y el poder : representaciones y prácticas de vida, Cristina Segura Graíño, Ana Isabel Cerrada Jiménez (coord.), 2000, p. 161-180.

59 Lina Gálvez Muñoz, Carmen Sarasúa García (éd.) ¿Privilegios o eficiencia ? : mujeres y hombres en los mercados de trabajo, université de Alicante, 2003. Voir notamment le numéro de Historia social, 2003.

60 Carmen Sarasúa García, Carme Molinero Ruiz, « Trabajo y niveles de vida en el Franquismo. Un estado de la cuestión desde una perspectiva de género », Working Papers (Universitat Autònoma de Barcelona. Unitat d’Història Econòmica), no 3, 2008 (texte complet disponible en ligne).

61 Carmen Sarasúa García, « Trabajo y trabajadores en la España del siglo XIX ».Working Papers (Universitat Autònoma de Barcelona. Unitat d’Història Econòmica), no 7, 2005 (texte complet disponible en ligne).

62 Historia social, 2001, no 39 : « Nouvelle histoire du travail en Asie, Afrique et Amérique », articles de Dipesh Chakrabarty, David Cohen, John D. French.

63 Merci à Olivier Raveux pour cette information.

© Presses universitaires de Rennes, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540