Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La gloire de l’industrie

 | 
Corine Maitte
, 
Matthieu de Oliveira
, 
Philippe Minard

Troisième partie. La dynamique des territoires

Roubaix-Tourcoing (1850-1914) : dépasser le district industriel

Jean-Luc Mastin

Texte intégral

1Quand on évoque le territoire productif de Roubaix-Tourcoing, on a tendance à convoquer un peu facilement le concept marshallien de « district industriel » pour désigner ce territoire lainier et cotonnier, qui fonctionne, aux XIXe et XXe siècles, comme une véritable usine intégrée, qui absorbe les balles de laine d’Argentine, d’Uruguay, du Cap, d’Australie, de France aussi, et qui vend, en France et dans le monde, peignés, filés, tissus dits « articles de Roubaix », et articles de bonneterie.

2Mais de quel espace parle-t-on au juste, en accolant d’un trait d’union, les noms des deux « villes jumelles », alors qu’on y inclut bien plus ? Certes, sa délimitation n’est pas aisée. Mais au-delà d’une délimitation impressionniste qui oppose implicitement ce « territoire de la laine » (J.-C. Daumas) au territoire linier de la vallée de la Lys et à l’agglomération de Lille, centre textile cotonnier et linier, foyer d’industries diversifiées et place bancaire, financière et de négoce, on peut s’en tenir à l’espace retenu par Jean-Pierre Daviet dans son article sur le « complexe industriel de Roubaix-Tourcoing » (1987), soit la circonscription des deux chambres de commerce de Roubaix et de Tourcoing : Roubaix-ville et sa banlieue comprise en trois cantons, et le canton de Lannoy (sauf les cinq communes des confins de la Pévèle ?) ; Tourcoing-ville, et les trois cantons de sa banlieue. On pourrait proposer une définition plus restrictive, en excluant le canton de Tourcoing-Nord, davantage marqué par l’industrie linière que lainière, et appartenant à la vallée de la Lys (Halluin, Bousbecque) et, à l’inverse, pour le début du XXe siècle, inclure quelques espaces transfrontaliers marqués par les investissements industriels roubaisiens-tourquennois (Mouscron).

  • 1 Sur Roubaix-Tourcoing comme territoire productif : Jean-Claude Daumas, « Patronat, entreprises et (...)

3L’objectif de ce papier n’est cependant pas de débattre des limites d’un territoire productif, mais de discuter de la pertinence du concept de « district industriel » pour penser ce territoire qui, après une croissance exceptionnelle commencée dans les années 1860, s’est imposé comme le premier centre français de laine peignée (31 % des ventes françaises de tissus de laine en 1869 ; près de 60 % en 1910) et comme le rival du Yorkshire et de la Saxe. Il constitue, en 1911, une conurbation de plus de 320 000 habitants, où les industries textiles emploient alors 70 % de la population active1. Peut-on se satisfaire d’une analyse descriptive de l’organisation de la production matérielle pour expliquer cette croissance, cette conquête et cette domination des marchés d’une part, le renforcement de la mono-industrie au début du XXe siècle d’autre part ? Ou bien est-il plus éclairant d’analyser l’ensemble du système financier local, en le replaçant dans l’entité régionale (région lilloise) et dans ses relations avec le système national voire international, c’est-à-dire en l’analysant aussi comme une place (à travers les notions d’autonomie et de puissance) ?

4On montrera d’abord que le concept de « district industriel » n’est pas opératoire pour Roubaix-Tourcoing, du moins dans sa version marshallienne ou becattinienne. On dépassera ensuite ce concept, en analysant le système financier local et son intégration aux systèmes régional et national. Enfin, on examinera les rapports des capitaux roubaisiens-tourquennois au territoire.

Roubaix-Tourcoing : un district industriel ?

Le système productif : « Roubaix-Tourcoing, district lainier par excellence2 » ?

  • 2 Gérard Gayot, « Roubaix-Tourcoing, district lainier par excellence », Roubaix-Tourcoing et les vil (...)

5Roubaix-Tourcoing présenterait en apparence toutes les caractéristiques d’un district industriel. D’abord, ce territoire productif concentre un grand nombre d’entreprises textiles dont la plupart sont de taille moyenne et petite – et ce, malgré le processus bien visible de concentration :

1853-1855

1873-1875

1893-1895

1911-1913

Roubaix-Tourcoing (7 cantons)

84

68

75

72

Lille (5 cantons)

82

60

65

71

Armentières, Quesnoysur-Deûle (2 cantons)

100

59

60

30

  • 3 Résultats issus d’un sondage dans les actes de société déposés aux greffes des tribunaux de commer (...)

Tabl. 1. – Part des sociétés d’industrie textile déclarant un capital nominal de moins de 250 000 F (en % du nombre des sociétés créées établissant sur place leur siège social3).

  • 4 La prépondérance numérique des établissements moyens et petits est variable selon les branches ; c (...)

6La part des PME textiles apparaît même sensiblement plus grande à Roubaix-Tourcoing qu’à Lille. Au niveau des établissements, même constat fait par Jean-Claude Daumas pour la fin du XIXe siècle4.

7Ces établissements et ces firmes sont, pour beaucoup, spécialisés dans un seul métier de l’industrie de la laine (peignage, filature, tissage, teinture et apprêts, bonneterie) ou du coton (filature, retorderie, tissage, blanchiment, teinture et apprêts, impression, confection) – la spécialisation des firmes et des établissements étant souvent très fine (surtout en aval, dans la teinture et les apprêts). C’est que la division du travail reste forte : apparemment, le système de la « fabrique », qui s’est adapté à la mécanisation et à la concentration technique et financière, se maintient globalement. Il est dominé par les négociants et les « fabricants » (terme de plus en plus ambivalent, qui désigne à la fois le marchand qui fait fabriquer, et le manufacturier-tisseur), qui achètent matières et produits semi-finis (peignés, filés) et les font transformer par des industriels produisant à façon (peigneurs, filateurs, retordeurs, teinturiers-apprêteurs). Aussi, Eugène Motte qualifie-t-il Roubaix de « formidable atelier de 300 usines ». La force de ce système productif réside dans la spécialisation flexible, qui permet de combiner la grande variété et la grande qualité des productions d’une part, l’innovation et la réactivité aux fluctuations de la mode et des marchés d’autre part. D’autres avantages résultent de l’agglomération, sur un territoire restreint, de nombreuses entreprises spécialisées autour d’un même produit : nombreuses économies externes profitant aux entreprises ; développement d’une culture technique commune et d’une émulation participant de ce que Marshall appelait « l’atmosphère » du district industriel.

  • 5 Le renchaînement d’alliance est une alliance par laquelle deux familles renouvellent, même à plusi (...)
  • 6 « Les mariages bien assortis doivent se contracter sur le même terroir » (discours du 4 septembre (...)
  • 7 Dans la préface de l’Annuaire des grandes familles de Roubaix-Tourcoing de 1931, Eugène Motte écri (...)

8Deuxième caractéristique principale qui ferait de Roubaix-Tourcoing un district industriel : l’existence d’une communauté d’entrepreneurs, dont les réseaux sociaux sont fortement structurés par les liens familiaux. Conséquence d’une pratique assidue de l’endogamie (les redoublements et renchaînements d’alliances5 palliant les risques de dispersion des successions consécutifs à une forte fécondité, elle-même liée à la forte adhésion au catholicisme), l’enchevêtrement complexe des liens de parenté fait de cette communauté un vaste cousinage, et de Roubaix et Tourcoing deux villes « belles-sœurs » – en dépit des déclarations de localisme matrimonial d’un Eugène Motte6. Consignés dans l’Annuaire généalogique des Grandes Familles (publié à partir de 1912), ces liens de parenté sont facteur d’une inter-reconnaissance et d’une identité collective qui fondent la confiance (« bon sang ne ment jamais ») et la solidarité. C’est pourquoi ils constituent le principal canal des circuits informels du crédit, ainsi qu’une garantie collective du crédit, même aux yeux des banquiers7. C’est que cette solidarité a une double dimension. C’est d’abord l’interdépendance des patrimoines et des entreprises, qui fait de l’aide apportée aux autres une nécessité pour soi – pas seulement pour préserver un futur héritage, mais d’abord pour sauver « l’honneur de son nom », c’est-à-dire son propre crédit. Et si cette nécessité est érigée en vertu (dont les cousins Motte et Motte-Bossut se présentent en modèle), c’est justement parce que la solidarité familiale, loin d’être spontanée et étendue à tous les degrés de parenté (elle est plus difficile entre cousins éloignés), est aussi le produit d’une construction sociale (rituels familiaux) et le résultat d’un calcul ajustant intérêts individuels et collectifs.

9La cohésion de cette communauté est aussi fondée sur l’adhésion majoritaire (sinon quasi-consensuelle, mais il faudrait pouvoir mesurer le phénomène) à d’autres valeurs, associées à la famille : la religion catholique, le travail, l’épargne (autofinancement), et, en fin de compte à un double modèle de patronat, celui du « patron chrétien » conscient (ou appelé à être conscient) de son « devoir social » (modèle promu, à Roubaix, par l’Institut technique roubaisien créé en 1895) et celui des « grandes familles » nourricières, qui, depuis des générations, « fécondent leur pays » de leur travail et de leur capital. Expression de la fierté du bourgeois, du « millionnaire qui honore le pays » (Eugène Motte), mais aussi de l’industriel qui ne cache pas son horreur du rentier et du fonctionnaire (« pendu à la mamelle de l’État ») – du spéculateur aussi. Ici, on dit que les héritiers sont « plus riches en outils qu’en fonds d’État » (Eugène Motte). Cet état d’esprit largement partagé n’empêche pas que le patronat de Roubaix-Tourcoing est traversé par des clivages idéologiques importants : républicain, libre-échangiste, « catholique mais non clérical », un Eugène Motte est, comme son père Alfred (mort en 1887) en porte-à-faux au sein d’un patronat majoritairement catholique, monarchiste et protectionniste, où l’ACPN (Association catholique des patrons du Nord), fondée en 1884, est influente (elle organise les conférences de Notre-Dame du Hautmont à partir de 1890, où l’on prône le modèle du patron roi de droit divin).

  • 8 Le « riblonnage » (de riblon, déchet de ferraille utilisé dans la refonte) est un terme utilisé pa (...)
  • 9 J.-L. Mastin, Capitalisme régional et financement de l’industrie, op. cit., chapitre III, p. 355 à (...)

10Troisième caractéristique : dans ce milieu où les interdépendances très fortes tendent à confondre intérêts individuels et intérêts collectifs, les tendances à la coopération l’emportent sur la concurrence et font prévaloir l’intérêt de la place. Souvent informelles, souvent poussées jusqu’à la coalition (délit puni par l’article 419 du Code Pénal), ces coopérations s’opèrent volontiers à l’écart du cadre institutionnel et légal des deux chambres de commerce et des syndicats professionnels loi de 1884. Elles se réalisent d’abord dans l’association dans des (quasi-) filiales communes, qui sont de trois types : transformation de vieilles et importantes entreprises familiales en sociétés anonymes contrôlées par les principaux groupes (établissements Wibaux-Florin, Compagnie générale des industries textiles…) ; création de sociétés en participation destinées à expérimenter un procédé industriel (par exemple celle créée en 1899, pour 3 ans, entre les peignages Alfred Motte & Cie, S. A. de Peignage, et Auguste Lepoutre, pour l’établissement d’une usine de dégraissage des laines par les dissolvants) ; création de coopératives pour externaliser une opération en amont ou en aval (triage des laines, teinture ou apprêts). Ces deux derniers types d’association témoignent d’un réflexe de mutualisation des coûts. Par ailleurs, sont créées des institutions publiques ou semi-publiques. Les premières visent à réguler le marché des produits lainiers, et sont destinées à faire de Roubaix-Tourcoing le premier centre lainier du continent : la Condition publique (1858 à Roubaix, 1863 à Tourcoing) ; le marché à terme sur laines peignées (1888), doté d’une Caisse de liquidation des opérations (1892). Les autres, quasi-concurrentes des chambres de commerce, visent à favoriser la coordination entre les corporations, voire à les fédérer : le Comité lainier (1890, à finalité protectionniste) ; la Société industrielle et commerciale de Roubaix (1892), qui promeut des actions collectives interprofessionnelles (Comptoir d’exportation, 1910 ; projet d’un Consortium de l’industrie textile de Roubaix-Tourcoing, sorte de caisse mutuelle anti-grèves, 1910) ; et celle de Tourcoing, moins connue. Il y a, enfin, les cartels, bien antérieurs à la loi de 1884, et qui restent « en arrière de la loi » (J.-P. Hirsch). À l’instar du cartel des peigneurs, il s’agit de coalitions polyvalentes (réglementation du marché, aide mutuelle, coopération multiforme) menant des actions collectives brutales (fermeture d’usines, « riblonnage8 ») et par lesquelles s’établit le monopole collectif des principaux groupes sur la branche9. Ceci dit, la création, le fonctionnement et l’évolution de ces institutions de coopération résultent toujours d’un rapport de forces (entre firmes, entre corporations) qu’elles n’abolissent pas : traversées par des tensions permanentes entre intérêts individuels et intérêts collectifs, entre intérêts corporatifs et intérêts de place (ainsi la lutte des façonniers et des fabricants), elles produisent en leur sein un discours de condamnation des « égoïsmes » (individuels ou corporatifs) dont l’efficacité (l’action collective) profite aux plus forts.

  • 10 Au sein du cartel des peigneurs de laine, en 1883-1885, c’est au nom de « l’égalisation des condit (...)

11Enfin, dernière caractéristique principale donnant à Roubaix-Tourcoing l’apparence d’un district industriel : l’« atmosphère industrielle » (définie par Marshall comme l’accumulation de savoir-faire et d’expériences favorisant la diffusion de l’innovation) est aussi faite du mélange de concurrence-coopération autour de l’innovation technique, ardemment recherchée et de fait souvent partagée par les grands groupes10, et de l’intense circulation de l’information sur une place où l’enchevêtrement des liens familiaux et d’association rend le secret professionnel ou syndical pour le moins précaire.

Les structures financières : oligopole des grands groupes familiaux

12Cependant, les structures de l’investissement s’opposent à certaines caractéristiques essentielles d’un district industriel. L’apparente dispersion des raisons sociales et des établissements, qui donne l’illusion d’un tissu de PME, cache une concentration financière très forte.

  • 11 Source : sondage dans les actes de société (cf. note 3). Il faut tenir compte des lacunes de la so (...)

Document 2 : Poids numérique et financier relatif des grandes et très grandes entreprises dans le total du capital nominal des sociétés industrielles textiles créées entre 1853 et 191311.

13Il s’agit bien sûr de flux, et non de stocks. Mais on voit que si la concentration financière de l’industrie textile est, dans un premier temps, supérieure à Lille (1853-1855 et 1873-1875), elle y connaît ensuite un répit (déconcentration) dans la première moitié des années 1890, tandis qu’elle s’emballe à Roubaix-Tourcoing où elle est désormais largement supérieure à celle constatée à Lille. Et, à la veille de la guerre, à Roubaix-Tourcoing, une poignée de dix sociétés représentant 15 % de l’effectif y réalisent près des trois quarts de l’investissement textile (à Roubaix, 6 sociétés millionnaires représentant à peine 13 % du nombre des sociétés créées réalisent plus de 70 % de l’investissement).

  • 12 « Personnelles » par opposition à « sociales » (c’est-à-dire d’une société-mère), ne veut pas dire (...)

14En réalité, cette concentration est encore plus forte, en raison de la structure des groupes familiaux : il ne s’agit pas d’ensembles hiérarchisés de relations financières comprenant sociétés mères, filiales, sous-filiales et participations, mais de constellations ou, plus précisément, de réseaux de sociétés-sœurs juridiquement et financièrement indépendantes, aux raisons sociales (et aux objets) parfois très proches, et reliées par des liens personnels – communauté de participations personnelles, liens étroits de parenté12 (père-fils). Les avantages de cette structure éclatée sont multiples :

  • financiers : division des risques par cloisonnement des bilans ; extension de la surface de crédit par multiplication des raisons sociales, ce qui permet la production abondante de papier de circulation ;
  • techniques et industriels : spécialisation permettant qualité, variété et flexibilité de la production ;
  • sociaux : moindre visibilité de la puissance sociale ; division de la classe ouvrière.

15Précisons que ce qu’Alfred Motte a appelé son « système » (développé entre 1868 et 1887) et qu’on présente souvent comme le paradigme de cette structure éclatée de groupe, n’est en fait qu’une variante « républicaine » (association du « capitaliste » et de « l’artiste », c’est-à-dire d’un technicien compétent, directeur-associé, ayant la signature sociale et intéressé dans les résultats), d’un modèle majoritairement monarchique (où le directeur n’a pas la signature sociale).

16Largement majoritaire, le réseau de sociétés-sœurs n’est cependant pas la structure exclusive des groupes familiaux. On relève deux autres types de groupes, qui restent minoritaires : l’un, fondé sur l’intégration financière, mais pas technique (le groupe Motte-Bossut, fondé par le frère aîné d’Alfred Motte, réunit sous une même raison sociale, plusieurs « départements », dont chacun est confié à une branche familiale appelée « groupe ») ; l’autre, combinant intégration technique (i.e. au sein du même établissement) et financière (Tiberghien frères, Auguste Lepoutre), ne concerne, il est vrai, que les industriels produisant des étoffes classiques ou des tissus communs, non soumis aux variations de la mode. Néanmoins, ces derniers, qu’on appelle sur place « les intégrés », sont fréquemment stigmatisés au sein des organisations corporatives, et relativement isolés dans un système qui repose sur la spécialisation flexible et qui la valorise. D’autre part, ces deux types de firmes s’insèrent elles-mêmes dans des réseaux de sociétés-sœurs.

17En fait, l’ensemble du système productif et du système financier (banques, marché financier) de Roubaix-Tourcoing est sous l’emprise des « grandes familles ». Au service d’une foi en l’atavisme largement partagée, le mariage, premier contrat d’association, est la clé qui ouvre le système (au « bon sang ») et le verrouille, qui intègre et qui exclut. Ici, l’encastrement du marché dans les réseaux familiaux s’impose. La fermeture du système aux agents extérieurs est le facteur d’une autonomie régionale que les régionalistes (qui faisaient également partie du mouvement familial) du début du XXe siècle conçoivent au plan politique, lorsqu’ils définissent la région, non pas comme un territoire, mais comme une « fédération de familles » dont les chefs des « plus grandes familles » seraient appelés à prendre la tête.

18Enfin, l’écart au modèle marshallien se voit aussi dans la dépendance technique du système productif : il existe certes une construction mécanique locale, mais elle reste très spécialisée et d’autant plus faible qu’elle n’est pas favorisée par les grands groupes textiles qui achètent leurs machines en Angleterre et en Alsace ; la dépendance est aussi très forte à l’égard de l’industrie chimique allemande des colorants.

La mutation du système productif : la convergence vers l’intégration

  • 13 Si, en 1908, Eugène Motte prétend, auprès de ses confrères peigneurs, qu’il « faut considérer les (...)

19Surtout, le système productif textile (la « fabrique ») se désagrège après les années 1880 : il y a convergence vers le modèle du groupe verticalement intégré (l’intégration restant financière et non technique), si bien qu’au début du XXe siècle, l’intégration ne se réalise plus à l’échelle du territoire, mais au niveau des groupes familiaux qui sont désormais des « faisceaux » de firmes travaillant à façon les unes pour les autres, et secondairement pour d’autres clients. L’évolution du groupe Motte après la mort de son fondateur (1887) est, de ce point de vue, exemplaire : tandis que vers 1870, Alfred Motte projetait de réunir les industries façonnières de Roubaix-Tourcoing en un ensemble multi-métiers indispensable aux fabricants, trente ans plus tard, son fils Eugène l’a diversifié et intégré13.

20L’intégration s’opère de tous côtés, tant du négoce vers des activités façonnières (notamment le peignage), que d’activités industrielles vers le négoce (en 1913, tous les grands groupes ont ainsi leurs acheteurs et leurs comptoirs de laines dans les nouveaux mondes) et vers d’autres industries, en amont ou en aval (ainsi en 1910 est créée la filature La Lainière de Roubaix au sein du groupe Prouvost, centré sur le peignage). Elle se réalise au niveau des groupes, mais aussi des firmes : les objets sociaux se dilatent jusqu’à devenir très généraux ; la différenciation des métiers s’atténue ou s’efface ; le négoce s’insinue partout et la figure de l’industriel pur, incarnée par le façonnier, n’est plus qu’un mythe. Les filateurs de coton, forfaitiers, opéraient déjà sur le marché à terme du Havre. Mais les peigneurs, façonniers par excellence, se font eux aussi négociants et banquiers : depuis les années 1880, ils multiplient les opérations en participation avec leurs clients négociants et fabricants, et pratiquent même le forfait (pour leur propre compte), puis se mettent à accorder des avances aux négociants ; certains opèrent même sur le marché à terme des laines peignées au début du XXe siècle.

21Cette convergence vers le modèle du groupe verticalement intégré s’explique par la combinaison de plusieurs facteurs. La fécondité élevée est l’aiguillon de la croissance des groupes : elle pousse à faire une « situation » à chacun de ses fils et à investir des disponibilités abondantes qui résultent d’un mode de financement de l’entreprise associant autofinancement élevé et endettement élevé. D’autre part, l’évolution des marchés a beaucoup joué. En raison de la concurrence des centres étrangers (Yorkshire, Lancashire, Saxe, Belgique), plus forte depuis les traités de libre-échange des années 1860, bien fabriquer ne suffit plus ; il faut aussi bien acheter et bien vendre. Et, à l’intérieur, la guerre entre les négociants/fabricants et les façonniers, organisés plus tôt en cartels, pousse les premiers à intégrer certaines opérations industrielles ou à créer des établissements coopératifs pour faire concurrence aux façonniers ; la concurrence entre façonniers eux-mêmes les pousse individuellement à compenser la tendance à la baisse des tarifs de façon par des profits commerciaux.

22La désagrégation du système de la fabrique n’est pas sans placer les industriels de Roubaix-Tourcoing face à un problème d’identité collective, tant au sein des corporations, atteintes par l’effacement des métiers bien différenciés, qu’à l’échelle de la communauté, dans la mesure où le système de la Fabrique est vu comme un facteur historique de la puissance industrielle et financière de Roubaix-Tourcoing. S’élabore alors une mythologie identifiant ce territoire à ce système, et faisant de l’industriel textile un héros fidèle à son métier, refusant de toucher aux spéculations du négoce et de la finance… tandis que dans le huis clos des syndicats de façonniers, on tente de préserver l’illusion du métier et on continue de stigmatiser les « intégrés », tout en réglementant, c’est-à-dire en autorisant, les opérations de négoce (en 1908 dans le cartel des peigneurs).

  • 14 Pierre-Paul Zalio, « Marseille, 1880-1960. Pourquoi peut-on parler de district industriel ? », in (...)

23Ainsi, les mutations du système productif de Roubaix-Tourcoing éloignent ce territoire du modèle marshallien et becattinien de district industriel. En outre, plus descriptif qu’explicatif (il ne fait pas une place suffisante au système financier), myope et trop souvent associé à « une vision positive14 » (centré sur les activités qui sont au cœur du système productif, ce concept décrit son bon fonctionnement, mais tend à négliger les déséquilibres du développement du territoire), il est inopérant pour expliquer la croissance de Roubaix-Tourcoing dans les années 1860 et 1895-1914, le renforcement de la spécialisation textile et l’absence de diversification industrielle au début du XXe siècle. Il est donc indispensable d’analyser le système financier local et les rapports des capitaux au territoire.

Une place puissante qui résiste à la convergence nationale des systèmes financiers

Endettement et autonomie locale : la « mutualité du crédit », pièce maîtresse du système

  • 15 Rapport d’inspection de la succursale de la Banque de France (R.I. BdF) à Lille, 1869.
  • 16 D’après l’analyse des bilans de deux SA : la SA de Peignage (peignage de laine à Roubaix, groupe P (...)
  • 17 J.-L. Mastin, Capitalisme régional et financement de l’industrie, op. cit., p. 242-256.

24Aux yeux des banquiers, en particulier de la Banque de France, les Roubaisiens passent pour être « ardents », c’est-à-dire « toujours prêts à se lancer dans des affaires qui souvent excèdent leurs ressources15 ». L’analyse de séries de bilans de firmes textiles régionales montre en effet que leur financement repose sur le crédit, aussi bien à Lille qu’à Roubaix-Tourcoing : l’immobilisation très large, totale (voire supérieure à 100 %) des fonds propres indique leur rationnement systématique ; le fonds de roulement est, la plupart du temps, insuffisant, et la trésorerie absente. Mais elle suggère aussi qu’à Roubaix, où les sociétés anonymes les plus importantes sont créées (après 1895) dans le textile (et non dans les industries nouvelles), il existerait un modèle roubaisien de financement des firmes textiles, du moins celles des grands groupes16 : leur croissance rapide, offensive, « américaine », est financée par un endettement important, à long terme (pour financer les immobilisations) et à court terme (pour financer l’actif circulant et même une partie des immobilisations). Ce modèle se distingue d’un modèle lillois où les immobilisations sont systématiquement financées par les fonds propres, ce qui réduit l’endettement (à court terme) au fonds de roulement17.

25La composition de cet endettement à long terme et l’identité des créanciers donnent à voir la nature et le fonctionnement du véritable marché financier de la place : les obligataires et les déposants en compte-courant ne sont autres que les actionnaires eux-mêmes, leurs parents, et un cercle de gros bailleurs de fonds, veuves et « capitalistes » (négociants et industriels retirés des affaires) multimillionnaires, qui placent leurs capitaux dans les principales affaires de la place, qu’on sollicite ou qui proposent leurs capitaux en dehors de toute émission publique ; le montant et le rythme des émissions obligataires et des dépôts résultent d’un ajustement (par accord verbal ou par contrat) des besoins de l’entreprise, déterminés en conseil d’administration, aux disponibilités de ces gros épargnants.

26À l’échelle de la place se dessine ainsi un réseau de dettes et de participations entrecroisées entre les groupes familiaux. Ce système d’endettement mutuel généralisé (ou « mutualité du crédit », J.-P. Hirsch) est entretenu, car à Roubaix-Tourcoing, où l’indépendance n’est guère une vertu et où l’endettement est socialement valorisé, ce système renforce les interdépendances, donc la solidarité de la place. Mais si ce système est facteur d’autonomie de la place, il ne peut cependant pas se passer du crédit bancaire, comme le montre le rôle clef de gros bailleurs de fonds qui, comme Éloy-Duvillier, se procurent d’abondantes ressources à l’escompte direct de la Banque de France.

Le système bancaire local : du rêve d’autonomie à l’intégration dans les systèmes régional et national

27C’est que le crédit bancaire revêt à Roubaix-Tourcoing une importance capitale en raison des besoins du grand négoce de laines, mais pas seulement – car il s’agit d’une place « ardente », où le crédit à court terme (escompte, découverts, avances garanties) est bien souvent immobilisé. Comment cela a-t-il été possible, surtout après 1880, alors que la place ne peut résister à son intégration dans le système bancaire national ? On distingue trois périodes dans l’évolution du système bancaire de la place.

  • 18 Ecrepont-Brame, Goudeman, et le banquier lillois Pollet aîné, dit le « banquier de Roubaix ».
  • 19 Dénomination en réalité anachronique, employée ici comme facilité : de 1866 à 1870, il s’agit de l (...)

28Dans un premier temps (jusqu’au début des années 1870), Roubaix-Tourcoing n’est qu’une succursale de la place bancaire lilloise. Tandis qu’à Tourcoing, la banque Jean Joire, fondée en 1826, et qui a installé une succursale à Lille en 1863, résiste, la vague de faillites bancaires qui touche Roubaix en 1866-186718 renforce la dépendance de la place à l’égard de Lille. En effet, même si la succursale locale de la banque Decroix, installée depuis 1846, a été transformée en 1855 en une société-sœur (Caisse commerciale de Roubaix, Vernier, Verley, Decroix & Cie) gérée par un homme du cru (Achille Vernier) et financée par les capitaux locaux, les deux autres banques lilloises par actions, Crédit du Nord19 et Henri Devilder & Cie, s’empressent de combler le vide laissé par la disparition des banques roubaisiennes, en y fondant chacune une succursale en 1867 (Devilder installe ensuite une succursale à Tourcoing en 1870).

  • 20 Sous le double aiguillon de la crise du coton et des traités de libre-échange, filateurs et fabric (...)
  • 21 R.I. BdF Lille, mai 1870.

29Or, l’essor prodigieux de l’industrie lainière des années 1860 à Roubaix-Tourcoing20 s’est fait à coups de commandites financées en grande partie par le crédit bancaire : découverts et escompte d’un abondant papier de circulation dont l’inflation et les dérives (trafic de signatures) expliquent les faillites bancaires de 1867. Ces pratiques survivent à la crise bancaire : au Crédit du Nord, où le directeur de la succursale de Roubaix (Louis Hindré) se révèle particulièrement « facile », les découverts explosent entre 1870 et 1875 ; Henri Devilder & Cie, dont 35 % du capital a été souscrit à Roubaix-Tourcoing, répond à la soif locale de découverts et se révèle « ardent ». En revanche, Decroix tente de résister. Mais en fin de compte, c’est la Banque de France, qui voit arriver à sa succursale de Lille un abondant papier de crédit émis par les industriels (circulation) et par les banques (mobilisation des découverts) qui se trouve être, malgré elle, commanditaire en dernier ressort. Elle s’en inquiète. De fait, elle le tolère (elle prend même le papier de circulation à l’escompte direct, ouvert à Lille en 1869), tant que les garanties sont solides… et tant il est délicat de « résister aux prétentions exagérées des Roubaisiens et des Tourquennois », qui présentent de « belles et fortes valeurs créées pour les besoins du commerce des laines21 ».

  • 22 À l’inverse, la SCA Vernier, Verley, Decroix & Cie (1855-1888), société-sœur de la banque lilloise (...)
  • 23 J. E. Scrive-Loyer, Carnets d’un patron lillois, 1879-1891, C. Wallart et D. Terrier (éd.), Presse (...)
  • 24 R.I.BdF Roubaix, novembre 1879.

30Dans un deuxième temps (1875-1895), Roubaix-Tourcoing, sûre de la puissance acquise au terme d’une décennie de forte croissance, cherche, depuis la fin des années 1860, à se libérer de sa dépendance à l’égard de Lille. Elle a obtenu la création d’un tribunal de commerce à Roubaix (1869) et d’un autre à Tourcoing (1872), ainsi que l’ouverture d’une succursale de la Banque de France à Roubaix (décidée en 1870, ouverte après la guerre, en janvier 1872), qui passe, en trois ans, du 22e au 6e rang national (1872-1875). Elle tente alors de se constituer en une place bancaire plus autonome par rapport à Lille, ou du moins de faire concurrence aux banques lilloises. Entre 1875 et 1879, s’appuyant sur la jeune succursale de la Banque de France, trois banques locales par actions sont créées : à Roubaix, deux SA, la Banque Régionale du Nord (1875) et le Comptoir d’Escompte du Nord (1879) ; à Tourcoing, une SCA, H. Deherripon & Cie (1878). En même temps, Roubaisiens et Tourquennois renforcent leur emprise sur deux banques lilloises : H. Devilder & Cie (dont ils souscrivent 60 % du nouveau capital en 1877) et Duthoit, Thomassin & Cie22 (1878). Toutes ces banques s’engagent dans une politique de découverts, qui, dans un marché bancaire de plus en plus concurrentiel, pousse les succursales des banques régionales et les agences des sociétés de crédit à faire de même, sous peine de perdre une place, qui, rappelons-le, émet du beau et gros papier. Les administrateurs lillois du Crédit du Nord sont « épouvantés à cause de l’importance des découverts que l’on doit faire23 » à Roubaix (1887). Les établissements de crédit parisiens, qui campent sur des normes élevées de liquidité et de sécurité, ont toutes les difficultés à s’implanter ou à prospérer : l’agence de la Société Générale à Roubaix (sous-agence de Lille créée en 1872 et transformée en agence en 1874) vivote ; celle du CNEP, ouverte en 1872, doit fermer deux ans plus tard et ne rouvre qu’en 1893. La raison de ces échecs ne fait aucun doute : « une maison de banque qui ne fait pas de découvert n’a pas de raison d’être à Roubaix24 ». Le Crédit lyonnais l’a bien compris, qui s’adapte parfaitement aux usages de la place : sa sousagence de Roubaix (1881), transformée en agence en 1893, « marche très bien ». Elle voit néanmoins lui échapper les grosses affaires.

31Quant à la Banque de France, atteinte par la chute de ses escomptes et de ses bénéfices, elle s’engage dans une stratégie double, de soutien aux banques locales (en particulier le CEN, qui est dangereusement engagé et très dépendant du réescompte) et surtout de développement de l’escompte direct. Or, le papier remis par les cédants directs est essentiellement du papier de circulation, émis par quelques firmes, pour financer non seulement des achats de laine, mais aussi des commandites (immobilisations) et des spéculations de toutes sortes. De 1888 à 1901, le papier sur place (assimilable en grande partie au papier de circulation) est même prépondérant dans les escomptes de la succursale de Roubaix. À Paris, on s’agace d’abord de voir le portefeuille de la succursale locale se purger du papier commercial et on demande de réagir contre certains abus, comme « l’emploi trop facile par les chefs de la maison de la signature de l’un de leurs employés ». Mais la Banque de France doit vite reconnaître que la crise de ses bénéfices la réduit à l’impuissance. Il est d’autant plus « délicat » de réagir contre les usages locaux que ce « papier est un des meilleurs que l’on puisse trouver », en raison des garanties présentées : fortune élevée des engagés et de leurs épouses ; alliances matrimoniales bien choisies ; force des solidarités familiales ; sens de l’honneur commercial. Les usages de la place ont ainsi raison des normes de la Banque de France, qui connaissent une curieuse déformation locale : en 1891, l’inspecteur de la succursale de Roubaix fait ainsi remarquer que le papier de circulation émis par la firme Tiberghien frères en vue d’achats de laine « représente de véritables affaires », comme s’il s’agissait d’un authentique papier commercial ! Il est vrai que le cédant direct est « l’établissement le plus considérable de Tourcoing » et que ses associés, représentant « dix millions de fortune au moins », sont « d’une honorabilité parfaite ».

  • 25 Même s’il faut nuancer selon les banques qui s’engagent plus ou moins. Dans l’ordre décroissant : (...)

32Dans un troisième temps (1895-1914), la place, qui résiste victorieusement à la convergence nationale des normes du crédit bancaire, abandonne toute velléité d’autonomie bancaire. Elle tire les bénéfices de son intégration au système bancaire national, synonyme, localement, d’une concurrence bancaire accrue : elle impose ses usages aux banques régionales25, aux établissements de crédit et à la Banque de France, et absorbe un volume croissant de crédits qui accroît localement la pléthore de capitaux.

33Attachés au pluralisme bancaire, Roubaisiens et Tourquennois entretiennent la concurrence bancaire (ainsi après l’absorption de Devilder par le Crédit du Nord à l’été 1913, les Roubaisiens favorisent l’implantation de la Banque suisse et française) qui donne aux grands groupes un pouvoir de négociation qui les met en mesure d’imposer aux banques la forme du crédit et son montant, et de refuser de montrer leur situation comptable. Tout indique qu’ils sont parvenus à inverser le rapport de dépendance entre créancier et débiteur, entre Paris et la place de Roubaix-Tourcoing. Ainsi, l’adaptation du Crédit Lyonnais aux usages et exigences de la place apparaît dans la différenciation des emplois de ses deux agences locales (observable dans les bilans à partir de 1893). À Roubaix, il fait du crédit personnel comme une banque locale : il consent de gros découverts (notamment par acceptations) aux groupes textiles, et les découverts l’emportent largement sur les crédits garantis, surtout dans les années 1890 et après 1907 – tandis qu’à Lille, sa politique est plus conforme à ses principes de liquidité et de sécurité (prépondérance des crédits garantis) (graphiques 3 et 4).

34Par conséquent, Roubaix-Tourcoing reçoit des flux de crédits croissants après 1895. Elle profite donc largement de la « centralisation » des capitaux opérée à l’échelle nationale par les banques à réseau national de succursales (et aussi à l’échelle régionale car dans les années 1890, Roubaix-Tourcoing, qui ne contribue qu’à 43 % des dépôts des deux agences du Crédit Lyonnais, reçoit les 2/3 des crédits accordés par elles).

Graphique 3. – Ratio découverts/comptes débiteurs nantis, avances sur titres, (agences du Crédit lyonnais, Lille et Roubaix, 1894-1914).

Graphique 4. – Avances garanties, (Crédit lyonnais, agences de Lille et Roubaix, 1894-1914).

Graphique 5. – Crédit lyonnais, agences de Lille et de Roubaix : différence entre les ressources et les emplois, 1883-1914.

  • 26 Michel Lescure, « La formation d’un système de crédit en France et le rôle de la banque d’émission (...)
  • 27 Il n’est pas question de chercher à faire du volume en multipliant les petites opérations comme le (...)

35Quant à la Banque de France, elle accentue ses efforts pour redresser la courbe de ses bénéfices : elle ouvre un bureau auxiliaire à Tourcoing (1899), développe les avances sur titres, et, surtout, elle développe l’escompte direct. Celui-ci prend des proportions importantes : de 12 % en 1894 à 30 % des présentations en 1895-1896, il flotte ensuite entre 20 et 30 %, avant de monter à 48 % en 1908, et même à 58 % en 1911. Proportions bien supérieures à la moyenne de 16,5 % que Michel Lescure a calculée pour les 14 premières succursales26. Mais loin de démocratiser l’escompte direct et de l’ouvrir au petit commerce comme le souhaite officiellement le siège central, la Banque de France fait ici la chasse au gros papier présenté par les plus belles signatures27. Ainsi en 1911, le montant moyen des présentations des cédants directs est, à Roubaix, de 312 000 F (507 000 F en 1897). Quelques firmes concentrent l’essentiel du papier présenté, en quelques valeurs d’un montant énorme. Or, plus encore qu’au cours de la période précédente, les présentations de ces gros cédants directs sont essentiellement du papier de circulation : à 65 % en 1895, 91 % en 1896, 96 % en 1909, 85 % en 1911.

Graphique 6. – Éxcédent et déficit des ressources régionales par rapport aux emplois des agences du Crédit lyonnais de Lille et de Roubaix, 1883-1913.

  • 28 En avril 1907 : Charles Tiberghien & fils ; Tiberghien frères ; Motte-Bossut fils ; Paul Desurmont (...)
  • 29 0,20 MF en décembre 1905 ; 0,4 M en juin 1906 ; 1,25 M en avril 1907 ; 1,35 M en octobre 1908 ; pu (...)
  • 30 Ainsi en 1906 Louis Duvillier (« capitaliste » ayant une « fortune d’environ dix millions qu’il ac (...)

36Cette circulation émane à 82, voire 84 % de quatre ou cinq groupes28, dont le groupe Motte-Bossut fils, qui présente chaque année un « papier de famille » en constante augmentation29. Sûrs d’être plus indispensables à la Banque, et étant pour la plupart administrateurs ou parents d’administrateurs de la succursale locale, ces gros cédants directs poussent chaque année un peu plus loin l’audace et l’artifice dans la forme du papier présenté (effets tirés sur le comptable de l’entreprise, papier à une seule signature). En fait, la Banque de France tente d’abord mollement de faire respecter les apparences de la « régularité » de l’escompte30, puis abdique ses propres normes : à partir de 1909, elle se lance explicitement dans une politique de « découverts », souvent appelés « découverts de campagne » (théoriquement accordés pour six à neuf mois), dont le caractère saisonnier est en réalité largement illusoire. Tout en se refusant à voir dans les renouvellements successifs sur trois, quatre ou cinq ans (et dans certains cas douze ou treize ans) une « véritable immobilisation », l’inspection reconnaît bien souvent que ces « découverts » ne financent pas seulement des fonds de roulement, mais qu’ils ont été accordés, en toute connaissance de cause, pour financer des investissements de capital fixe. La Banque de France, qui, 40 ans plus tôt, s’effrayait d’être le commanditaire indirect des industriels textiles, se lance désormais dans la commandite directe. En fait, loin de n’apporter que du capital productif (fixe ou roulant) aux grands groupes, ces « découverts » servent aussi, au vu et au su de la Banque, à financer des placements financiers, des spéculations boursières, des dots, et même à permettre aux associés du groupe Motte-Bossut de gagner la bagatelle de 12 000 F par an minimum, en versant 600 000 F empruntés à 3 % à la Banque, sur leurs comptes courants sociaux, rémunérés à 5 %.

37Mais cet afflux de crédits renforce la pléthore de capitaux sur la place et la sclérose du système bancaire régional : celui-ci reste figé sur du crédit à court terme, c’est-à-dire tourné vers la satisfaction exclusive des besoins financiers des secteurs traditionnels mûrs, en particulier du textile qui est, pour ainsi dire, redevenu une activité de négoce.

Une place qui se tient à l’écart du marché financier « public » ?

38De fait, Roubaix-Tourcoing anime peu le marché financier (public) régional, du moins en termes d’offres de titres. Les sociétés par actions étant familiales ou plus généralement fermées, les émissions de titres restent privées. À la Bourse de Lille, la cote comprend de rares firmes textiles (4 de 1881 à 1900, puis 7 de 1900 à 1914), mais ce sont deux groupes roubaisiens qui représentent l’essentiel de la capitalisation du compartiment, avec trois firmes établies dans l’Empire russe, dont elles veulent faciliter le financement du développement, en émettant surtout de gros emprunts obligataires :

  • le groupe Allart : la CGIT est inscrite à la cote depuis septembre 1884 (filature à Lodz depuis 1878, avec peignage depuis 1889) et également cotée à Paris depuis 1894 ;
  • le groupe Motte : la Czenstochovienne (complexe intégré coton-jute à Czestochowa) créée en 1900 et cotée en 1910 ; la Manufacture de jute d’Odessa (Ukraine), créée en 1909, et cotée en 1912. Le groupe Motte partage avec le marché financier régional un double risque : il annexe l’industrie du jute, étrangère à son cœur de métier ; il est confronté à l’insécurité des affaires en Russie, liée à l’agitation révolutionnaire.
  • il faut ajouter, entre mai 1911 et juin 1912, la SA des établissements Lecomte et Déprès (teinture et apprêts), qui est un exemple de la perte de contrôle régional dans le secteur de la teinture et apprêts sur coton et satin (c’est une firme familiale transformée en SA pour être rachetée par la Blanchisserie et Teinturerie de Thaon).

39En revanche, en 1913-1914, l’afflux, à la cote lilloise, des sociétés pétrolières exploitant en Galicie (Empire austro-hongrois) et en Roumanie, dont le capital est majoritairement souscrit à Roubaix-Tourcoing, contribue à provoquer une bulle spéculative à la Bourse de Lille à laquelle met fin l’entrée en guerre.

40Quant au marché en banque, il existe à Roubaix (en particulier rue de la gare) des marchands de titres (maisons de « bourse, de banque et de change »), qui sont pour la plupart des agences de maisons parisiennes et bruxelloises. Mais ce sont les agences des établissements de crédit, notamment le Crédit Lyonnais, qui réalisent l’essentiel du négoce de titres. Par ailleurs, la place de Roubaix s’intègre aux réseaux financiers anversois. Après 1905, trois groupes anversois de banque et d’assurances (Van den Weyngaert, Constantia, Opdebeeck) s’établissent sur la place. Dans le même temps, les Roubaisiens s’entendent et s’associent avec les Anversois pour le partage du marché du crédit hypothécaire en Argentine (Crédit Foncier du Nord en Argentine, 1911 : société-sœur du Crédit du Nord et filiale de la SNC Wattinne-Bossut & fils).

41Ainsi, à défaut de pouvoir y résister, la place a su tirer tous les bénéfices de son intégration dans le système financier national, voire international. Du moins est-ce vrai des groupes familiaux, si l’on considère que le renforcement de la spécialisation textile au début du XXe siècle n’est pas forcément une bonne chose pour le territoire.

Les horizons des capitaux roubaisiens-tourquennois : quel rapport au territoire ?

42Où vont les capitaux de Roubaix-Tourcoing ? Leur comportement, i.e. leur rapport au territoire (local/régional) est-il différent de celui des capitaux lillois ? L’attachement au « terroir » chanté par Eugène Motte dans l’entre-deux-guerres se vérifie-t-il dans les faits ?

43Difficile de répondre à cette question qui nécessite une quantification, pour laquelle on dispose de deux sources ayant chacune leurs défauts, et qu’il faudrait, dans l’idéal, croiser : les successions (qui donnent à voir les placements des fortunes privées) et les actes de sociétés. C’est à partir du sondage déjà évoqué qu’on tente une mesure des flux, qui reste, il est vrai, relative et surtout lacunaire : on ne peut proposer qu’une mesure minimale des investissements extérieurs (car on voit essentiellement les sociétés dont le siège social est établi dans l’arrondissement de Lille).

De l’horizon local à l’horizon régional ?

  • 31 La propension des Roubaisiens à investir hors de la région lilloise semble plus forte que celle de (...)

44Au milieu du XIXe siècle, l’horizon des capitaux de Roubaix-Tourcoing est essentiellement local et régional ; ils sont proportionnellement deux fois moins attirés par les horizons extrarégionaux que les capitaux lillois. En 1911-1913, c’est l’inverse : ils sont investis à 25 % à l’extérieur, et dans la région lilloise, Roubaix-Tourcoing est la place proportionnellement la plus attirée par l’extérieur31 (Armentières 13 % ; Lille 9,7 %). Mais, phénomène remarquable, la plus grande partie des capitaux roubaisiens-tourquennois est investie dans le reste de la région lilloise, en fait à Lille : ces flux intrarégionaux en provenance de Roubaix-Tourcoing sont à 94,3 % dirigés vers le secteur bancaire et financier ; ils participent massivement aux émissions d’actions lors des augmentations de capital de Devilder et surtout du Crédit du Nord. C’est une grande nouveauté : depuis 1870, les flux intrarégionaux en provenance de Roubaix-Tourcoing étaient quasi-inexistants (par opposition à 1853-1855), les deux cités textiles se privilégiant l’une l’autre (en réalité, les flux étaient, et restent, largement dissymétriques : essentiellement de Tourcoing vers Roubaix).

Tabl. 7. – Ventilation des investissements roubaisiens-tourquennois et lillois : part des investissements sur place, dans le reste de la région lilloise, et à l’extérieur, 1853-1913.

45Or, quel est le poids de la place dans l’ensemble de la région lilloise (tabl. 8) ? Depuis 1870, Roubaix-Tourcoing pèse davantage que Lille dans les investissements régionaux. Son poids, qui s’est encore accru, jusqu’à représenter la moitié de l’ensemble régional après 1890, implique que la place détermine largement à partir de cette époque, les caractères du capitalisme régional. Et, en 1911-1913, la place représente 73 % des investissements extérieurs de la région lilloise (27 M sur 38) et 73 % des flux intrarégionaux (dont la formidable croissance contribue à donner corps au capitalisme régional – ce n’est plus une juxtaposition de systèmes locaux). Elle rassemble 37,5 % des capitaux investis dans le secteur bancaire et financier régional (Lille : 31,5 %). Autrement dit, elle est devenue le moteur des investissements extérieurs des capitaux régionaux (essentiellement vers deux secteurs : le textile, en Russie ; et le pétrole, en Europe centrale et orientale) et un acteur essentiel de l’intégration bancaire et financière régionale (qui permet à Lille de s’affirmer comme une place financière importante dans le système national).

Tabl. 8. – Part de Roubaix-Tourcoing et de Lille dans les flux d’investissements des capitaux régionaux (en %).

46Symbole de cette intégration régionale : depuis 1894, Roubaix-Tourcoing est davantage représentée au conseil d’administration du Crédit du Nord ; Eugène Motte est administrateur du Crédit du Nord depuis 1897 ; il en sera président de 1928 à 1932, tandis que son frère Albert siège aux Mines de Lens (depuis 1892). Par ailleurs, les alliances matrimoniales se développent avec Lille.

47En s’appuyant sur cette intégration régionale, les Roubaisiens-Tourquennois consolident la spécialisation textile du territoire au début du XXe siècle.

territoires-cibles

1853-1855

1873-1875

1893-1895

1911-1913

Lille

34,5

75,6

43,2

30,6

Roubaix-Tourcoing

78,4

88,7

83

74,3

Armentières, Quesnoy-sur-Deûle

100

72,4

75,7

86

Tabl. 9. – Part du textile dans les investissements industriels (quelle que soit l’origine des capitaux), en %.

Une stratégie collective de spécialisation du territoire

48C’est ce que montrent leurs choix d’investissements : la part du textile dans les investissements industriels des Roubaisiens-Tourquennois reste en effet supérieure aux trois-quarts alors que, dans les investissements industriels des Lillois, elle est tombée à moins de 50 % après 1890.

Tabl. 10. – Part du textile dans les investissements industriels réalisés dans la région lilloise, 1853-1913 (milliers de francs et %).

49La conséquence est que les capitaux Roubaisiens-Tourquennois représentent encore, à la veille de la guerre, plus de la moitié des investissements dans le textile régional, alors que les Lillois n’en représentent plus qu’un quart (tabl. 11). Ils contribuent notamment à la consolidation du coton régional : en 1911-1913, ils pèsent 64 % des investissements dans cette branche traditionnellement lilloise.

Tabl. 11. – Part des territoires locaux (et des capitaux extrarégionaux) dans les investissements industriels en général et textiles en particulier, réalisés dans l’arrondissement (en %).

50Il y a là le résultat de ce qui apparaît comme une stratégie collective (au niveau des groupes et de la communauté des « grandes familles ») de spécialisation du territoire, formulée depuis les années 1860, au moment des traités de libre-échange. Il s’agit alors de « produire à l’anglaise », de « monopoliser l’article laine », puis, dans les années 1880, d’anéantir, avec la machine de guerre des cartels, les autres centres lainiers du Nord de la France (Amiens, Avesnes, Fourmies et même partiellement Reims). Au début du XXe siècle, la justification du monopole collectif et de la spécialisation du territoire est retrempée dans la modernité du modèle américain qui fascine la jeune génération de patrons lainiers. Mais pas seulement : alors que Roubaix-Tourcoing s’est assuré une prééminence sur l’industrie lainière (voire textile) française, l’urgence est désormais de préserver l’héritage collectif, de « ne pas compromettre l’œuvre du passé ». Paroles de Georges Motte-Delattre (filateur de coton, du groupe Motte-Bossut) à l’Association nationale des propriétaires de machines à vapeur, rappelées lors de ses funérailles en 1904 :

  • 32 Discours prononcé par A. Olry, le 18 juillet 1904 (correspondance de la famille Motte-Bossut, ANMT (...)

« […] à l’époque où nous vivons, caractérisée par de rapides transformations dans l’ordre scientifique, technique et industriel, une véritable supériorité ne peut s’acquérir que par la spécialisation […]. Ne soyez pas rétrogrades, mais ne soyez pas téméraires ; ne compromettez pas l’œuvre du passé par des ambitions exagérées, par des espérances qui pourraient se changer en déceptions ; votre domaine est assez étendu, assez fertile en applications nouvelles et en découvertes pour qu’il puisse et doive suffire à l’exercice de votre activité, et à la satisfaction de vos légitimes aspirations32. »

  • 33 Eugène Motte parle de « solidarité qui lie les descendants à leur passé héréditaire… oui nous somm (...)

51Conservatisme d’héritier, certes : l’héritage, dette envers le passé, contraint l’héritier dans ses choix, et ce qui s’exprime dans les témoignages individuels (la conscience de la dette impliquant le devoir d’être digne de ses ascendants, c’est-à-dire de continuer, d’augmenter et de transmettre leur œuvre33) se retrouve ici au niveau collectif. Mais il y a plus. Dans cette mise en garde collective s’exprime une sourde inquiétude, la peur de tout perdre. Parce que la forteresse textile régionale commence à craquer sous les assauts des trusts cotonniers de Manchester (et du cartel dominé par la BTT) ? Ou plutôt parce que les luttes sociales se durcissent depuis 1890 (les grèves générales et émeutes de 1903 et 1904 ont violemment secoué le textile de l’arrondissement) ? Dans l’immédiat, face à la radicalisation des ouvriers, les patrons lainiers se raidissent, formant front dans chaque corporation, solidaires dans le lock-out. Mais à long terme, l’insoumission ne peut être vaincue qu’en maintenant le territoire sous la dépendance des « grandes familles » nourricières.

Des investissements extérieurs spéculatifs

52Quant aux investissements extérieurs réalisés au début du XXe siècle (du moins en 1911-1913) par les capitaux de Roubaix-Tourcoing, ils ne sont pas seulement, loin de là, liés à l’internationalisation des groupes textiles (groupe Motte en Russie), mais ont en majorité (57,4 %) un caractère spéculatif : il s’agit des multiples sociétés pétrolières exploitant en Galicie et en Roumanie, entre janvier 1911 et juillet 1914.

53Roubaisiens et Tourquennois ont été les véritables promoteurs de ces affaires pétrolières. Ils peuplent les conseils d’administration des groupes créés par la banque d’affaires lilloise Clairin, Guénot & Cie, et par le Roubaisien George Mazure. Ils sont suivis et imités par les Lillois au premier semestre 1914 (Consortium du Nord et groupe Palliez/Banque du Nord et des Flandres), qui investissent si massivement qu’ils dépassent le volume des investissements roubaisiens (cf. tabl. 13).

Tabl. 12. – Répartition sectorielle (3 principaux secteurs) des investissements extrarégionaux des capitaux lillois et roubaisiens-Tourquennois, 1911-1913

Tabl. 13. – Part des capitaux lillois et roubaisiens-tourquennois dans les capitaux régionaux investis dans les sociétés pétrolières, du 1er janvier 1911 au 1er juillet 1914

54En outre, il faudrait évoquer les investissements coloniaux (groupe Motte-Bossut au Congo, notamment), ainsi que la fuite des capitaux vers la Belgique, à partir de 1907, par le canal des filiales ou succursales belges des banques locales (Joire) ou régionales (Crédit du Nord, Verley, Decroix & Cie), et les placements effectués sur le marché bruxellois des valeurs internationales.

*

55Il est finalement moins intéressant d’étudier Roubaix-Tourcoing comme un district industriel que comme une place, et il est nécessaire d’élargir l’analyse aux structures du système financier et aux rapports des capitaux au territoire, pour comprendre le renforcement de la spécialisation textile. Roubaix-Tourcoing n’est pas qu’un territoire manufacturier, c’est aussi une place qui compte de plus en plus dans le système financier régional en formation, auquel elle donne du poids dans le système national, et sur lequel elle s’appuie pour résister à la convergence nationale des normes du crédit. Ce qui contribue, sur place, à une sclérose qui profite aux grands groupes, mais pas nécessairement au territoire.

  • 34 Bruno Bonduelle, « Lille Inc. », Carillonnez beffrois ! Supplique au Président fraîchement élu de (...)

56Pourtant, les « grandes familles » qui contrôlent le système s’identifient volontiers au territoire et, surtout, identifient celui-ci à elles-mêmes. Mais tandis qu’elles font le choix collectif de la spécialisation, au nom de la compétitivité et à une double fin de conservation économique et sociale, leurs intérêts s’internationalisent, c’est-à-dire se déterritorialisent : au début du XXe siècle, elles dirigent des multinationales qui participent activement à la première mondialisation et procèdent aux premières délocalisations ; elles cherchent, à Bruxelles, à Paris, en Europe centrale et orientale, dans l’empire colonial, des placements spéculatifs. C’est donc avec circonspection qu’on entend Bruno Bonduelle, président de la Chambre de commerce de Lille Métropole, affirmer que le capitalisme familial est un « patriotisme local34 ».

57Au secours d’une contradiction socialement dangereuse, un mythe s’est élaboré, celui de la vocation textile de Roubaix-Tourcoing, souvent chantée par Eugène Motte qui la fait sculpter au fronton de l’hôtel de ville de Roubaix construit sous son mandat (1911). En 1930, il repousse publiquement et à jamais, au nom de tous ses pairs, toute honte d’un jeu de mots dont il est fier (« nous sommes tous des enfants de la balle »), sous le drapeau de l’atavisme et de la mission nationale :

  • 35 E. Motte, « La Laine », Revue des deux mondes, art. cit., p. 840.

« Ce qu’il y a de caractéristique, c’est que nul ne s’évade du métier […]. Il y a des firmes séculaires. Il y a des raisons sociales qui rappellent les fondateurs, d’autres qui portent résolument Les Fils de Un tel, Les Petits-Fils de Un tel, et tous, enfants de la balle, nous portons le drapeau et avons la fierté du nom. Il y a chez nous peu d’ingénieurs comme patrons […]. Formés à la rude école réaliste, à pied d’œuvre, instruits de toutes nouveautés, nous avons dans le sang le goût du métier […]. Nous jouons notre rôle, notre grand rôle, dans l’économie nationale. Jamais nous ne rougirons du métier de nos pères35 ! »

Annexes

ANNEXE 1. Roubaix-Tourcoing dans l’arrondissement de Lille

(Annuaire Ravet-Anceau)

Notes

1 Sur Roubaix-Tourcoing comme territoire productif : Jean-Claude Daumas, « Patronat, entreprises et institutions dans le complexe textile de Roubaix-Tourcoing au XIXe siècle », in Michel Lescure (dir.), La mobilisation du territoire. Les districts industriels en Europe occidentale du XVIIe au XXe siècle, Paris, CHEFF, 2006, p. 239-258 ; Jean-Claude Daumas, « Roubaix-Tourcoing : le Manchester français », Les territoires de la laine, Villeneuve-d’Ascq, Presses Universitaires du Septentrion, 2004 ; Jean-Pierre Daviet, « Le complexe industriel de Roubaix-Tourcoing et le marché de la laine (1840-1950) », Revue du Nord, 275, octobre-décembre 1987, p. 777-813. Sur les districts industriels, parmi les multiples publications en français, on retiendra : Georges Benko et Alain Lipietz (dir.), Les régions qui gagnent. Districts et réseaux : les nouveaux paradigmes de la géographie économique, Paris, PUF, 1992 ; Jean-François Eck, Michel Lescure (dir.), Villes et districts industriels en Europe occidentale, XVIIe-XXe siècles, Tours, CHVMC, 2002 ; Jean-Claude Daumas, « Districts industriels : un concept en quête d’histoire », Bulletin du Centre d’Histoire contemporaine, Université de Franche-Comté, no 4, 2000, p. 125-136.

2 Gérard Gayot, « Roubaix-Tourcoing, district lainier par excellence », Roubaix-Tourcoing et les villes lainières d’Europe, Villeneuve-d’Ascq, Presses Universitaires du Septentrion, 2005, p. 23-25.

3 Résultats issus d’un sondage dans les actes de société déposés aux greffes des tribunaux de commerce de Lille, Roubaix, et Tourcoing (AD Nord, 6 U2, 6 U4, 6 U5) ; cf. Jean-Luc Mastin, « Capitalisme régional et financement de l’industrie, région lilloise, 1850-1914 », thèse de doctorat, dir. J.-P. Hirsch, université de Lille 3.

4 La prépondérance numérique des établissements moyens et petits est variable selon les branches ; cf. J.-C. Daumas, Les territoires de la laine…, op. cit. : le peignage, industrie textile la plus capitalistique, est la plus concentrée ; à Roubaix-Tourcoing, le tissage est plus concentré que la filature, contrairement aux autres territoires lainiers français. Dans le tissage, « à Tourcoing, en 1897, 40 % des tissages faisaient battre moins de 100 métiers » ; « à Roubaix, où on dispose seulement de données sur le personnel, 42 tissages sur 62, soit 67,7 %, occupaient moins de 300 ouvriers, six en ayant même moins de 50 ». Le nombre moyen d’ouvriers par établissement, à Roubaix, en 1897, serait le suivant : peignage, 779 ; filature laine, 142 ; filature coton, 315 ; tissage, 239 ; toutes branches confondues, 259. La concentration se lit dans l’augmentation de la taille moyenne des établissements. Dans la filature de laine, à Roubaix, on passe d’une moyenne de 142 ouvriers par établissement en 1897 à 220 en 1913 (269 à Tourcoing) ; et de 10 986 broches par établissement en 1897 (6 244 en 1872) à 15 964 en 1913. Mais les établissements petits et moyens restent prépondérants. Dans la filature de laine, à Roubaix-Tourcoing, en 1913 : 43 établissements sur 70, soit 61,4 %, emploient encore moins de 200 salariés, 14 (soit 20 %) en ayant même moins de 100 ; 44 établissements comptent moins de 15 000 broches ; 55 (soit 78,5 %) en ont moins de 20 000.

5 Le renchaînement d’alliance est une alliance par laquelle deux familles renouvellent, même à plusieurs générations d’intervalle, un échange de conjoints, consanguins (i.e. ayant un ou des ancêtres communs) ou non (mariage dans l’affinité). Le redoublement d’alliance est l’échange de germains (frères/sœurs, ou cousins germains) entre deux familles.

6 « Les mariages bien assortis doivent se contracter sur le même terroir » (discours du 4 septembre 1927 prononcé à l’occasion du centenaire de la naissance de son père Alfred Motte, Lettres d’Alfred Motte-Grimonprez, 1952, p. xliii).

7 Dans la préface de l’Annuaire des grandes familles de Roubaix-Tourcoing de 1931, Eugène Motte écrivait : « Je le vois aussi aux mains des banquiers : ils y trouvent le fil d’Ariane, guide indispensable dans l’enchevêtrement des raisons sociales, et qui leur permet de supputer “la voix du sang”, souvent génératrice de solidarité aux heures grises. » Les fréquentes mentions des liens de parenté dans les notices rédigées par les inspecteurs des succursales de la Banque de France le montrent (voir par exemple le rapport d’inspection de la succursale de Roubaix en 1882).

8 Le « riblonnage » (de riblon, déchet de ferraille utilisé dans la refonte) est un terme utilisé par les peigneurs de laine de Roubaix-Tourcoing au XXe siècle pour désigner les opérations de rachat et de destruction d’usines organisées par leur cartel afin de réduire les capacités de production : tandis que les bâtiments, revendus, étaient frappés de l’interdiction de servir à la même industrie, les machines étaient réduites en mitraille et vendues à des ferrailleurs.

9 J.-L. Mastin, Capitalisme régional et financement de l’industrie, op. cit., chapitre III, p. 355 à 445.

10 Au sein du cartel des peigneurs de laine, en 1883-1885, c’est au nom de « l’égalisation des conditions de la lutte syndicale » que plusieurs peignages réclament des licences des brevets d’échardonnage Harmel, que quelques-uns se sont appropriés.

11 Source : sondage dans les actes de société (cf. note 3). Il faut tenir compte des lacunes de la source (Tourcoing 1912), qui expliquent que les créations de sociétés en 1911-1913 y sont apparemment moins nombreuses qu’aux périodes précédentes.

12 « Personnelles » par opposition à « sociales » (c’est-à-dire d’une société-mère), ne veut pas dire « individuelles ». Au contraire, une participation personnelle a une dimension collective, car elle obéit la plupart du temps à une logique de groupe, précisée dans les pactes de famille : elle vaut souvent mandat d’un « groupe familial » (une branche familiale), et plus rarement, du groupe social (quasi société-mère). En dehors de cette valeur de mandat, les contemporains reconnaissent qu’à Roubaix-Tourcoing, la seule relation père-fils (peut-être régie par des conventions écrites ou verbales, mais dont il est difficile de trouver des traces) vaut lien de groupe ; cf. J.-L. Mastin, Capitalisme régional et financement de l’industrie, op. cit., p. 306-310.

13 Si, en 1908, Eugène Motte prétend, auprès de ses confrères peigneurs, qu’il « faut considérer les intérêts […] des firmes Motte comme très divers et souvent contradictoires » (Assemblée générale du cartel des peigneurs de laine, 25 janvier 1908), il reconnait vingt ans plus tard qu’il s’agit pour le moins d’un « faisceau d’usines à vases communicants ». Il admet que, même si la « division de l’industrie, la spécialisation dans les transformations (qui a) fait la force (du) centre (textile) » de Roubaix-Tourcoing reste « la meilleure des conceptions », depuis 1890 se sont développées des « organisations verticales comprenant les quatre stades de transformation », « organisations » d’après lui « limitées aux affaires gérées par de très grandes familles, qui spécialisent leurs enfants dans l’une ou l’autre des branches » (« La Laine », Revue des deux mondes, 1930, t. 60, p. 823).

14 Pierre-Paul Zalio, « Marseille, 1880-1960. Pourquoi peut-on parler de district industriel ? », in La mobilisation du territoire, op. cit., p. 191.

15 Rapport d’inspection de la succursale de la Banque de France (R.I. BdF) à Lille, 1869.

16 D’après l’analyse des bilans de deux SA : la SA de Peignage (peignage de laine à Roubaix, groupe Prouvost, société en commandite simple transformée en SA en 1891) et la Cotonnière Lilloise (filature de coton à Canteleu-Lille, groupe Motte-Bossut, SA créée en 1896)

17 J.-L. Mastin, Capitalisme régional et financement de l’industrie, op. cit., p. 242-256.

18 Ecrepont-Brame, Goudeman, et le banquier lillois Pollet aîné, dit le « banquier de Roubaix ».

19 Dénomination en réalité anachronique, employée ici comme facilité : de 1866 à 1870, il s’agit de la Société de crédit industriel et de dépôts du Nord.

20 Sous le double aiguillon de la crise du coton et des traités de libre-échange, filateurs et fabricants, bien décidés à « produire à l’anglaise » pour rivaliser avec Manchester et Bradford, n’hésitent pas à agrandir leurs usines, à en renouveler fréquemment le matériel, et à en créer de nouvelles.

21 R.I. BdF Lille, mai 1870.

22 À l’inverse, la SCA Vernier, Verley, Decroix & Cie (1855-1888), société-sœur de la banque lilloise Verley, Decroix & Cie, est dissoute, et devient de fait une succursale de la banque régionale Verley, Decroix & Cie (1888).

23 J. E. Scrive-Loyer, Carnets d’un patron lillois, 1879-1891, C. Wallart et D. Terrier (éd.), Presses Universitaires du Septentrion, Villeneuve-d’Ascq, 2009, p. 287 (1er mars 1887).

24 R.I.BdF Roubaix, novembre 1879.

25 Même s’il faut nuancer selon les banques qui s’engagent plus ou moins. Dans l’ordre décroissant : H. Devilder & Cie ; Crédit du Nord ; Verley, Decroix & Cie.

26 Michel Lescure, « La formation d’un système de crédit en France et le rôle de la banque d’émission (1850-1914) : approche comparée », in Michel Margairaz et Olivier Feiertag (dir.), Politiques et pratiques des banques d’émission, Paris, Albin Michel, 2003, p. 145.

27 Il n’est pas question de chercher à faire du volume en multipliant les petites opérations comme le font les établissements de crédit, car il faut réaliser des bénéfices au moins suffisants pour compenser l’accroissement des charges résultant de la création de succursales et de bureaux auxiliaires.

28 En avril 1907 : Charles Tiberghien & fils ; Tiberghien frères ; Motte-Bossut fils ; Paul Desurmont & fils. En mai 1911 : ces trois derniers, plus le groupe Motte, et la firme François Masurel Frères, filature de laine de Tourcoing.

29 0,20 MF en décembre 1905 ; 0,4 M en juin 1906 ; 1,25 M en avril 1907 ; 1,35 M en octobre 1908 ; puis 1,7 M de 1909 à 1911.

30 Ainsi en 1906 Louis Duvillier (« capitaliste » ayant une « fortune d’environ dix millions qu’il accroît chaque jour », de surcroît « plus qu’économe » ; oncle de trois filateurs de coton « tous millionnaires » ; par conséquent classé « crédit 1 », c’est-à-dire le plus haut niveau, ce qui est exceptionnel) ne s’embarrasse plus de chercher la signature d’un accepteur, et présente des billets à une seule signature, confondant ainsi en sa propre personne le tireur et le tiré. L’inspecteur signale alors au siège central « cette forme nullement déguisée d’un prêt direct » et « vraiment difficile à admettre » malgré la qualité des avals et « l’éloquence des chiffres » (de sa fortune et de celle de ses neveux filateurs de coton). Le siège central demande alors au directeur de « s’entendre avec le cédant » pour qu’il respecte au moins la forme orthodoxe des effets de commerce. Quatre ans plus tard (octobre 1910), dans ce qui va apparaître comme un excès de zèle, l’inspecteur signale une autre entorse, beaucoup plus répandue : la SNC Amédée Prouvost & fils a présenté une traite sur son comptable, avalisée par le gérant lui-même. Et précise : « il serait plus régulier que la troisième signature fût fournie par une personne ayant des intérêts distincts de ceux du cédant, un de ses frères par exemple » – curieuse prescription qui montre que, tout en consentant ces « avances déguisées », la Banque de France ne cherche plus qu’à faire respecter les apparences de la « régularité » c’est-à-dire de l’escompte. L’année suivante, le délinquant récidive, mais cette fois, l’inspection, se souvenant de la qualité du cédant, s’amende : « Les garanties étant surabondantes, il ne paraît pas nécessaire d’insister auprès de notre honorable administrateur pour obtenir une troisième signature ayant des intérêts distincts de ceux des cédants, comme l’avait demandé, au point de vue « régularité », la dernière suite au rapport ».

31 La propension des Roubaisiens à investir hors de la région lilloise semble plus forte que celle des Tourquennois (29 % contre 18 % en 1911-1913). L’horizon des capitaux roubaisiens n’est pas Roubaix : pour schématiser, en 1911-1913, un tiers de leurs capitaux sont investis sur place, un tiers dans la banque lilloise, un tiers hors de la région.

32 Discours prononcé par A. Olry, le 18 juillet 1904 (correspondance de la famille Motte-Bossut, ANMT 1988 007 017).

33 Eugène Motte parle de « solidarité qui lie les descendants à leur passé héréditaire… oui nous sommes faits de ce que nos pères ont espéré, ont conçu », et de la « conscience de la dette » (Lettres d’Alfred Motte-Grimonprez, p. XLIII).

34 Bruno Bonduelle, « Lille Inc. », Carillonnez beffrois ! Supplique au Président fraîchement élu de la région Nord-Pas-de-Calais, La Voix du Nord éditions, 2005, p. 89-112.

35 E. Motte, « La Laine », Revue des deux mondes, art. cit., p. 840.

Table des illustrations

Légende Document 2 : Poids numérique et financier relatif des grandes et très grandes entreprises dans le total du capital nominal des sociétés industrielles textiles créées entre 1853 et 191311.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/114726/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 152k
Légende Graphique 3. – Ratio découverts/comptes débiteurs nantis, avances sur titres, (agences du Crédit lyonnais, Lille et Roubaix, 1894-1914).
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/114726/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 69k
Légende Graphique 4. – Avances garanties, (Crédit lyonnais, agences de Lille et Roubaix, 1894-1914).
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/114726/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 58k
Légende Graphique 5. – Crédit lyonnais, agences de Lille et de Roubaix : différence entre les ressources et les emplois, 1883-1914.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/114726/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 95k
Légende Graphique 6. – Éxcédent et déficit des ressources régionales par rapport aux emplois des agences du Crédit lyonnais de Lille et de Roubaix, 1883-1913.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/114726/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 105k
Légende Tabl. 7. – Ventilation des investissements roubaisiens-tourquennois et lillois : part des investissements sur place, dans le reste de la région lilloise, et à l’extérieur, 1853-1913.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/114726/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 225k
Légende Tabl. 8. – Part de Roubaix-Tourcoing et de Lille dans les flux d’investissements des capitaux régionaux (en %).
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/114726/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 121k
Légende Tabl. 10. – Part du textile dans les investissements industriels réalisés dans la région lilloise, 1853-1913 (milliers de francs et %).
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/114726/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 152k
Légende Tabl. 11. – Part des territoires locaux (et des capitaux extrarégionaux) dans les investissements industriels en général et textiles en particulier, réalisés dans l’arrondissement (en %).
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/114726/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 106k
Légende Tabl. 12. – Répartition sectorielle (3 principaux secteurs) des investissements extrarégionaux des capitaux lillois et roubaisiens-Tourquennois, 1911-1913
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/114726/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 105k
Légende Tabl. 13. – Part des capitaux lillois et roubaisiens-tourquennois dans les capitaux régionaux investis dans les sociétés pétrolières, du 1er janvier 1911 au 1er juillet 1914
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/114726/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 89k
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/114726/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 365k

© Presses universitaires de Rennes, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540