Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La gloire de l’industrie

 | 
Corine Maitte
, 
Matthieu de Oliveira
, 
Philippe Minard

Troisième partie. La dynamique des territoires

De l’artisanat rural au monopole industriel. La production de fils et de toiles en chanvre en Italie du Nord (1796-1914)

David Celetti

Texte intégral

1L’industrie italienne du chanvre ne se développa qu’à partir des années 1870, même si elle aurait pu bénéficier, grâce à d’importantes cultures établies sur l’ensemble du territoire national, d’une abondante disponibilité de matière première de haute qualité et à bas prix. En effet, jusqu’à cette époque les expériences industrielles furent limitées aux manufactures privilégiées d’Ancien Régime et, au XIXe siècle, à de rares usines de moyenne dimension (Linificio e Canapificio Paolo Battaglia et Canapificio Maggioni Trombini en Lombardie). Par contre, des milliers de filatures et métiers à tisser opéraient dans les campagnes. Ces derniers, fortement insérés dans le tissu rural, produisaient, par des mécanismes organisationnels proches de la proto-industrie, la majeure partie de l’offre globale de fils, tissus, cordages.

2Les limites en termes de volume et, surtout, de qualité, d’un tel secteur productif contrastaient non seulement avec la grande vivacité de l’agriculture, capable de s’imposer sur les marchés internationaux jusqu’à faire de l’Italie le deuxième exportateur mondial de chanvre brut après l’Empire russe, mais elles obligeaient aussi à de fortes importations de produits finis en chanvre (fils, cordages, tissus, toiles à voiles…) provenant d’Angleterre, de France et de l’Empire autrichien.

3Dans les premières décennies de l’unité nationale, alors que la manufacture rurale semblait maintenir toute son importance, on assista à la création des premières entreprises industrielles, parmi lesquelles se démarqua le Linificio e Canapificio Nazionale S. A., constitué en 1873 par Andrea Ponti. La nouvelle société, pouvant profiter de sérieux investissements techniques et d’une solide base financière, devint rapidement le principal producteur du pays. Elle occupa des tranches de plus en plus larges du marché, prit position face à la concurrence étrangère et à celle des petits producteurs ruraux, s’engagea aussitôt dans une politique de concentration industrielle par fusions et acquisitions. En l’espace de trente ans cette politique fit du Linificio le détenteur d’un monopole national et l’un des premiers producteurs au monde de fils, tissus et cordages en chanvre.

4En partant du contexte historique ici brièvement tracé, cette contribution analyse l’évolution du secteur dans ses diverses composantes (agriculture, manufactures rurales, usines industrielles, commerce de produits finis) en Italie du Nord (Piémont, Lombardie et Vénétie) de la fin de l’Ancien Régime à la Grande Guerre.

La production agricole

  • 1 David Celetti, « Fustagni e “canevazze” per le vele della marina veneta tra ‘500 e ‘700 », Atti de (...)
  • 2 David Celetti, La canapa nella Repubblica Veneta. Produzione nazionale e importazioni in età moder (...)

5Dès le Moyen Âge, l’Italie se distingua par la diffusion de la culture du chanvre, une plante textile destinée à la fois aux usages immédiats de l’agriculteur qui l’utilisait pour tisser des vêtements et fabriquer des cordes, et à la vente aux chantiers navals et aux arsenaux. Ceux-ci employaient le chanvre pour fabriquer les voiles, les câbles, les cordages, le goudron pour le calfatage1. L’expansion du commerce méditerranéen et de l’industrie navale détermina une forte croissance de la demande de fibres qui, à son tour, comporta une augmentation des prix et des surfaces cultivées. Les plantations apparurent dans presque toutes les provinces italiennes, du Piémont à la Sicile. Toutefois, dès le XVe siècle, on put remarquer que certaines zones offraient des rendements supérieurs en termes de quantité et, surtout, de qualité, par rapport à la moyenne. Le Piémont, l’Émilie, la République de Venise, à partir de la deuxième moitié du XVe siècle et, successivement, les provinces de Caserta et de Naples2.

6Les raisons de ce processus de concentration de la production – à la fin du XIXe siècle les récoltes nationales provenaient essentiellement de trois régions (cf. tabl. 2) – sont à chercher tout aussi bien dans les caractéristiques de sol et de climat que dans les structures agraires locales.

  • 3 Giacomina Caligaris, « Una coltura industriale : produzione, trasformazione, commercio della canap (...)
  • 4 Luciana Gatti, Navi e cantieri della Repubblica di Genova (secoli XVI-XVIII), Genova 1999, p. 19-4 (...)
  • 5 Giacomina Caligaris, « Vita e lavoro in una comunità rurale piemontese : Pancalieri nei secoli XVI (...)
  • 6 James Pritchard, « Fir Trees, Financiers and the French Navy during the 1750s », Annales Canadienn (...)

7La diffusion de la culture du chanvre dans le Piémont remonte à l’époque des communes, quand chaque entreprise agricole pouvait compter sur une chènevière et une machine à battre le chanvre de propriété seigneuriale ou communale. Vers la fin du Moyen Âge, les surfaces ensemencées augmentèrent sensiblement et, dès le XVe siècle, Carmagnola se distingua comme centre de production et de commercialisation du chanvre au niveau régional3. Les quantités excédentaires par rapport aux besoins immédiats du fief furent commercialisées et purent ainsi répondre à la demande des villes et, surtout, de l’industrie navale qui se développait sur la côte génoise4. Au cours des XVIIe et XVIIIe siècles, les achats des armées piémontaises5 et ceux de la marine française alors en pleine expansion6, déterminèrent une sensible augmentation des prix, de la production, du commerce interne et d’exportation. Les ventes se concentraient de plus en plus sur le chanvre de haute qualité, ce qui, à son tour, détermina une plus forte spécialisation territoriale (cf. tabl. 1) avec les cultures de chanvre concentrées dans la plaine alluviale comprise entre Turin, Cuneo et Carmagnole.

Année

Quintaux

1716

62 636

1717

86 705

1750

36 932

1780 (avec Novara, Lomellina et Valsesia)

92 200

Tabl. 1. – Production piémontaise de chanvre à tiller. 1716-1750 (G. Caligaris, Una cultura industriale : produzione, trasformazione, commercio della canapa piemontese, op. cit., p. 157).

  • 7 Giacomina Caligaris, « Una cultura industriale : produzione, trasformazione, commercio della canap (...)
  • 8 David Celetti, « Hemp’s Adversities. Technical, Economic and Social Aspects Involved in the Protec (...)
  • 9 Sosio Capasso, Canapicoltura e sviluppo dei comuni atelliani, Frattamaggiore, Arpino, 1994, p. 19.

8Les récoltes augmentèrent progressivement jusqu’à atteindre, en 1750, les 92 200 quintaux, un niveau très élevé qui ne fut jamais dépassé par la suite7. À partir de 1870, les chènevières piémontaises furent touchées par une crise déterminée par la diffusion de l’orobanche8, la concurrence de Bologne et de Naples, l’importation croissante de jute et de chanvre de Manille, ce qui provoqua une diminution très sensible des surfaces ensemencées. Au début du nouveau siècle, les récoltes ne dépassaient guère les 13 000 quintaux, ce qui représentait à peine 2,4 % de la production nationale9.

Tabl. 2. – Superficie et production de chanvre. Italie. (1914), (Capasso, Canapicoltura e sviluppo dei comuni atelliani, op. cit., p. 19).

  • 10 B. Polese, « Proprietà, manodopera e impresa nel Veneto orientale nei secoli XV-XVIII : lineamenti (...)
  • 11 David Celetti, La canapa nella Repubblica Veneta, op. cit., p. 179 sq.
  • 12 David Celetti, « La canapa e l’Arsenale. Aspetti e problemi della gestione di una fibra strategica (...)
  • 13 Danilo Gasparini, « L’una in dosso e l’altra in fosso. La canapa in Veneto tra Settecento e Ottoce (...)
  • 14 Archivio di Stato di Padova (par la suite ASP), Fondo canapi, b. 2266, 28 luglio 1783.
  • 15 Anna Bellesia, « L’Accademia di agricoltura », in Franco Barbieri, Paolo Preto (éd.), Storia di Vi (...)
  • 16 Archivio di Stato di Venezia (par la suite ASV), Patroni e Provveditori all’Arsenale, b. 537, 4 iu (...)
  • 17 Ivana Pastori Bassetto, La coltivazione ed il commercio della canapa nella Repubblica Veneta, « Ar (...)
  • 18 Giulio Cardo, Storia documentata su Cologna Veneta, Venezia, Fra Compositori Tipografi, 1896, p. 1 (...)

9Les cultures de chanvre de la Vénétie furent créées par décision de la République en 1455, dans le but d’exploiter les terres nouvellement acquises10 pour répondre aux besoins de l’arsenal et, en même temps, de diminuer les importations de cette matière première, jusque-là achetée en grande quantité à Bologne11. Les plantations, qui au début ne dépassaient pas les 400 hectares, obtinrent des résultats contradictoires, les bonnes récoltes s’alternant avec des périodes de profonde décadence. Le droit d’achat octroyé à l’Arsenal à des prix établis par l’administration vénitienne, le manque d’engrais, les frais de production relativement élevés furent les causes les plus évidentes des difficultés de ces cultures12. Ce n’est qu’à partir de la seconde moitié du XVIIIe siècle, quand les problèmes que nous avons évoqués furent en grande partie résolus, que les fibres vénitiennes connurent une longue période de croissance13. Ce processus apparaît clairement dans l’expansion même des chènevières qui, de la basse plaine de la province de Padoue, essaimèrent à Noventa Vicentina, Poiana Maggiore et Asigliano, pour s’étendre ensuite à Rovigo où cette culture, ayant trouvé de bonnes conditions structurelles, se développa jusqu’à faire de la province le premier producteur régional et le quatrième au niveau national14 (cf. tabl. 2). Un territoire assez vaste, qui comprenait le Polesine, les flancs méridionaux des Colli Euganei, les provinces de Vicence15 et de Vérone, était désormais fortement caractérisé par cette culture du chanvre16. La forte augmentation des prix, le changement de la politique de Venise, qui, d’un contrôle très rigide des productions internes et de l’imposition du monopole d’achat de l’arsenal, passa à des principes ouvertement inspirés des pratiques libérales ; enfin, la faveur avec laquelle les propriétaires regardaient l’introduction dans leurs terres d’une plante à forte intensité de travail et à haute valeur ajoutée, en favorisèrent la diffusion17. Insérée dans les grandes exploitations, présente dans la plupart des terrains soumis à des contrats de fermage ou de métayage, le chanvre se développa aussi auprès des petits producteurs indépendants. En effet, durant cette période, la plante textile profita de conditions de marché tellement avantageuses qu’elles purent compenser, pour les petits exploitants, les coûts unitaires de production plus élevés par rapport à la moyenne18.

  • 19 Giorgio Scarpa, L’agricoltura del Veneto nella prima metà del XIX secolo. L’utilizzazione del suol (...)
  • 20 Giovanni Zalin, « Speculatori e mercanti al seguito delle armate francesi : il caso dei conti d’Es (...)
  • 21 Pendant le Premier Empire, le chanvre était largement cultivé à Melara, Ficarolo, Calto, Massa Sup (...)
  • 22 L. Lucaresi, Il Polesine…, op. cit., p. 94 et sq. ; David Celetti, « Produzione, trasformazione e (...)
  • 23 Carlo Bisinotto, Monografia agraria dei distetti di Adria ed Ariano in Polesine, in Atti della Giu (...)
  • 24 Ministero di Agricoltura, Industria e Commercio, Divisione Agricoltura (par la suite MAIC), Relazi (...)
  • 25 Domenico Lampertico, « Monografia agraria dei distretti di Vicenza, Lonigo e Barbarano », Atti del (...)

10La structure et la géographie productive décrites ne changèrent pas après la chute de la République, si ce n’est que pour ce qui concerne la province de Rovigo. Profitant à la fois de conditions pédologiques et climatiques particulièrement favorables19, de l’application de nouvelles méthodes agraires et de la présence de nombreux saisonniers insérés dans le cadre d’une organisation « capitaliste » des entreprises agricoles20, ce territoire devint le principal centre de production de chanvre en Italie21, alors que, pour des raisons inverses, les autres provinces diminuèrent les surfaces cultivées22. Ainsi, dans les années 1880, la culture de chanvre dans la Vénétie était largement concentrée dans la province de Rovigo, où, quoique touchée par l’orobanche et la diminution généralisée des prix de la matière première, elle s’étendait sur 9 000 hectares, devenus 9 200 en 1915, et fournissait près de 64 000 quintaux par an23, alors que, dans la province de Padoue, elle n’occupait désormais que 3 500 hectares, avec un rendement de 23 000 quintaux par an24 et que, dans le Vicentin, elle n’apparaissait plus que dans le district de Lonigo et de Noventa25.

  • 26 Roberto Finzi, « Canapa e stratificazione sociale nelle campagne bolognesi (secoli XVII-XIX) », Un (...)
  • 27 Bruno Andreolli, « La canapa nell’Italia medievale : rassegna di studi, temi e problemi », Carlo P (...)
  • 28 Ugo Marcelli, Saggi economico sociali sulla storia di Bologna dal secolo XVI al XVIII, Bologna, 19 (...)
  • 29 U. Marcelli, Saggi economico sociali sulla storia di Bologna…, op. cit., p. 3, sq.
  • 30 Le statut de la ville de Ferrara de 1288 souligne déjà l’importance de la culture du chanvre. Ce f (...)

11La région où la culture du chanvre atteignit les meilleurs résultats en termes de quantité et qualité fut sans doute l’Émilie26. Dans les provinces de Bologne et de Ferrare, la plante avait été présente dès l’époque romaine27, mais ce fut seulement à partir du XIVe siècle qu’elle se développa jusqu’à devenir une des principales sources de richesse, non seulement pour la population rurale, mais aussi pour celle des villes grâce à l’artisanat lié à la préparation du chanvre peigné28. Au début du XVIIe siècle, on récoltait dans les deux provinces environ 43 500 quintaux de chanvre brut, un niveau qui ne fut dépassé qu’au XIXe siècle, quand les rendements et les surfaces ensemencées en chanvre augmentèrent sensiblement. À la fin du siècle, la production s’élevait à 390 000 quintaux par an, ce qui correspondait à 53,5 % des récoltes nationales. Le chanvre était en grande partie exporté vers les ports de l’Adriatique, Venise en particulier, et de la Méditerranée occidentale, Gênes, Marseille, Barcelone. Jusqu’à la fin du XVIIIe siècle, on le vendait, du moins en théorie, seulement peigné en fonction d’une disposition législative visant à protéger les intérêts de la puissante corporation des « gargiolari », les peigneurs de chanvre29. Les ventes furent ensuite libéralisées et l’Émilie devint la première région exportatrice de chanvre brut, position qu’elle garda jusqu’aux années 1950-196030 (tabl. 2).

12En ce qui concerne les autres régions, et en particulier le Sud de la péninsule, le chanvre était cultivé depuis le XVe siècle dans les provinces de Naples et Caserta. Comme dans le reste du pays, la demande était largement associée à l’industrie navale. Toutefois, jusqu’au XIXe siècle, les récoltes locales furent relativement limitées et ne purent entrer en concurrence avec celles de l’Émilie ou même du Piémont et de la Vénétie. À partir des années 1830-1840, le chanvre de Naples et de Caserta trouva à l’étranger des marchés particulièrement importants et les exportations se développèrent. Au début du XXe siècle, la Campanie était ainsi devenue la deuxième région italienne productrice de chanvre après l’Émilie (cf. tabl. 2). Dans la période 1909-1913 en particulier, quand l’Italie et la Russie exportaient l’une et l’autre 500 000 quintaux de fibres par an et couvraient 90 % du commerce mondial de cette matière première, on cultivait en Campanie 20 000 hectares en chanvre, avec un rendement de près de 212 000 quintaux.

  • 31 Encore en 1954 le chanvre occupait en Émilie 28 000 hectares et apportait des récoltes de 369 000 (...)

13À la veille de la Grande Guerre, donc, la production de chanvre italien était dominée par les récoltes de l’Émilie et de la Campanie. Malgré la concurrence du coton et surtout du jute, de l’abaca, de l’henequen, du sisal et, peu à peu, des fibres artificielles, ces deux régions avaient augmenté sensiblement tout au long du siècle leur production, ce qui avait déterminé de fréquentes crises de surproduction31 (les plus fortes furent en 1904-1905, 1908-1909 et en 1914).

  • 32 Giuseppe Cantoni, Relazione sull’industria del lino, Firenze, G. Pellas, 1868, p. 117, sq.
  • 33 Istituto Centrale di Statistica, Sommario di statistiche storiche dell’Italia. 1861-1965, Roma, Is (...)

14La demande reprit de la vigueur pendant le conflit, tant à cause des besoins des armées que de la très forte contraction des exportations russes. Entre 1914 et 1922, les ventes de chanvre à l’étranger passèrent de 500 000 à 650 000 quintaux pour atteindre, en 1929, les 763 000 quintaux32. La production globale, qui s’étendait sur 73 000 hectares, varia, entre 1911 et 1940, de 859 000 à 855 000 quintaux, ce qui confirme l’importance des marchés étrangers33.

Graphique 1. – Production de chanvre en Italie. Hectares et moyenne mobile sur dix ans de 1870 à 1960, (S. Capasso, Canapicoltura e sviluppo, op. cit., p. 21 ; A. Dell’Orefice, « La coltivazione e la lavorazione della canapa in Campania », in Una fibra versatile, op. cit., p. 231-233 et élaborations propres de l’auteur.).

15En même temps, au niveau national, la production de chanvre brut suivit trois tendances majeures.

  • 34 Roberto Finzi, Silvia Comani, « Métayer, bêche et climat : la plaine de Bologne, 1718-1774 », Revu (...)

16Premièrement, elle se caractérisa de plus en plus fortement par la concentration territoriale des plantations qui, amorcée dès l’époque moderne, devint évidente pendant le XIXe siècle. Ce processus fut à son tour déterminé par plusieurs facteurs, tels que la disponibilité de main-d’œuvre à bas coûts, la présence de bonnes structures de canalisation, nécessaires à la fois pour l’irrigation, pour le rouissage et pour actionner les machines de teillage, les conditions climatiques et pédologiques du territoire34.

17Le développement des récoltes détermina ensuite une ouverture des producteurs agricoles vers le marché, ce qui, à son tour, entraîna l’abandon des formes de culture communautaires encore existantes, la transformation de l’agriculture extensive par l’adoption de méthodes intensives et spécialisées. En même temps, on passa du commerce du chanvre peigné à la cession de la matière première brute, qui, à la fin du XIXe siècle, représentait la majeure partie des ventes sur le marché national tout aussi bien qu’à l’étranger.

18Ces processus entraînèrent enfin une forte spécialisation fonctionnelle, par laquelle les récoltes de la Campanie étaient essentiellement destinées à l’exportation, alors que celles de l’Italie centrale et septentrionale s’adressaient en grande partie à l’industrie nationale qui, au XIXe siècle, commençait à s’établir surtout en Lombardie et, dans une moindre mesure, en Vénétie et en Émilie.

Artisanat rural et « manufactures privilégiées »

19À l’origine le chanvre était essentiellement, comme on l’a vu, une plante destinée à l’usage immédiat de l’agriculteur qui le transformait en cordages et en tissus. Dans ce contexte, la valeur d’usage dirigeait les choix de production des exploitants et l’étendue des terrains ensemencés en chanvre restait relativement restreinte. Ce ne fut qu’à partir du XVe et, surtout, du XVIe siècle que la consommation provenant des grands chantiers navals alors en pleine expansion détermina l’augmentation de la demande, des prix et, par conséquence, de l’étendue des plantations.

  • 35 David Celetti, La canapa e l’Arsenale…, op. cit., p. 119-163.

20Dans le moyen terme, le secteur se trouva sensiblement modifié par un double processus de concentration sectorielle et de forte différenciation interne du marché. En premier lieu, l’ampleur même des achats des arsenaux exigeait en effet des contreparties capables de soutenir de gros investissements et de mettre en place des structures organisationnelles en mesure d’assurer le transport de la marchandise. Des « familles marchandes », comme par exemple les Pegolotti, Dondini, Venasela pour le chanvre brut, ou les Bentio pour les toiles dites « de Vercelli » arrivèrent, donc à contrôler des parties importantes d’un secteur en pleine expansion, et, à l’inverse, les petits opérateurs locaux furent de plus en plus exclus des transactions35.

21En même temps, la production se différencia fortement sur le marché intérieur. Le chanvre de haute qualité, destiné aux usages industriels des arsenaux, forma peu à peu un secteur autonome et indépendant par rapport à la matière première utilisée pour les besoins immédiats de l’exploitant. Cultivé selon des méthodes particulières, qui impliquaient une grande intensité de travail, la disponibilité de quantités importantes d’engrais, des structures de rouissage assez perfectionnées, le chanvre vendu à l’industrie navale acquit des caractéristiques matérielles et une valeur de marché qui avaient désormais peu de choses en commun avec la fibre utilisée par les paysans.

22Les produits finis, ensuite, se différencièrent eux-mêmes selon leurs caractéristiques propres. En ce qui concerne les toiles, par exemple, on créa de vraies « marques de provenance » afin d’associer à chaque étoffe la garantie de qualités certaines dans le cadre d’une offre vaste et désormais internationale. Ainsi les toiles à voiles se distinguèrent en « marchesane », réalisées dans le Marquisat de Saluces, « dronere » de la Val Maira, ou « vénitiennes » ; et les tapisseries prirent le nom de la province ou du village de production (Monferrato, Val Sangone, Valle di Limone, Val Sesia, Novaresi, Pamparato…).

  • 36 Marco Cattini, « Dai campi aperti al podere : sulle tracce della “rivoluzione agricola” cinquecent (...)
  • 37 Alain Dewerpe, L’industrie aux champs. Essai sur la proto-industrialisation en Italie du nord (180 (...)

23Le secteur se trouva donc réorganisé dans une filière agro-industrielle dans laquelle le paysan ne contrôlait désormais qu’une partie négligeable, en termes de valeur et de quantité, de sa propre production. Mais il se voyait obligé, par le biais des contrats de location et de métayage, de destiner des étendues de plus en plus importantes à une culture – la plante industrielle vendues aux arsenaux – qui impliquait, comme on l’a vu, des coûts très élevés en termes de travail ainsi que des anticipations monétaires importantes et destinées à l’achat des engrais d’une part, à la manutention des vasques de rouissage d’autre part. Le poids financier, l’endettement vis-à-vis du propriétaire, la diminution forcée des surfaces utilisables pour la production – avant tout céréalière – pour l’autoconsommation, l’ouverture vers le marché et la dépendance d’une partie considérable du revenu vis-à-vis des fluctuations des prix d’achat et de vente, déterminèrent une dégradation générale des conditions économiques et de vie des exploitants concernés par la culture du chanvre36. Ce processus se trouva renforcé par les dispositions contractuelles qui, traditionnellement, réservaient en grande partie la fibre textile au propriétaire. Celui-ci, en mesure d’établir des contacts directs et de gérer des relations d’affaires avec les grands marchands du secteur, en gérait la vente et s’appropriait ainsi la plus grande partie de la valeur ajoutée contenue dans la matière première37.

24Le développement de la production agricole, toutefois, n’était pas accompagné d’un essor industriel cohérent avec la disponibilité de matière première, ce qui poussa certains États, en Italie du Nord le Piémont et Venise, à soutenir la création de « manufactures privilégiées », suivant l’exemple déjà tracé par la France de Colbert. Les objectifs affichés par les gouvernements étaient de dépasser les limites, évidentes surtout en termes de qualité, des productions rurales, et de faire directement concurrence aux étoffes d’importation en inversant une tendance qui voyait les provinces italiennes devenir peu à peu exportatrices de fibres brutes et importatrices de fils et de tissus.

25Au Piémont, les expériences manufacturières passèrent par la création, en 1713, de la Manifattura di tele di canapa di Vercelli et de « workhouses » destinées à utiliser le travail des prisonniers, comme la Manifattura privilegiata Daponti Biocca, explicitement spécialisées dans la transformation du chanvre brut en fils et en tissus. La qualité du produit qu’on obtenait était plus élevée par rapport à celle de l’industrie rurale, ce qui, toutefois, n’empêcha pas l’ensemble des manufactures privilégiées de succomber aux transformations liées à la Révolution française et, surtout, à la disparition des barrières tarifaires entre le Piémont et la France. La libéralisation des échanges commerciaux avec la France, en particulier, détermina une forte crise dans l’ensemble du secteur qui se vit brusquement confronté avec des produits finis d’importation de bonne qualité et à bas coûts. Toutefois, l’industrie rurale, strictement liée aux marchés locaux, fut relativement moins touchée que les grandes manufactures, ce qui détermina une forte augmentation du poids des artisans locaux par rapport à l’ensemble de la production textile (cf. tabl. 3).

1750

1822

1889

Province de Turin

1 528

3 436

?

Autres provinces piémontaises

8 806

?

1 900

Total

10 334

3436

1900

Tabl. 3. – Métiers à tisser. Piémont (1750-1889), (G. Caligaris, op. cit., p. 172).

26Si, en effet, selon la statistique générale du Piémont établie mi-XVIIIe siècle, il y avait, à cette époque, près de 10 334 métiers à tisser actifs, alors que pendant l’occupation française on en comptait seulement 8 000, les anciennes « manufactures privilégiées » avaient complètement disparu. En 1822, on comptait dans la Province de Turin 3 436 métiers à tisser le chanvre et le lin, ce qui correspondait à une croissance de près de 125 % (cf. tabl. 3).

  • 38 Roberto Errera, L’Italia industriale, Roma, Loescher, 1873, p. 53.
  • 39 A. Dewerpe, L’industrie aux champs, op. cit., p. 32-33.

27La Vénétie offrait également des exemples semblables. Au début du XVIIIe siècle, l’État aida par des exemptions d’impôt la création des manufactures de Jacopo Linussio et de l’ensemble des soi-disant « manifatture carniche », apparues simultanément dans le territoire des actuelles provinces de Udine et de Pordenone. Cette expérience fut sans doute importante et de grande ampleur. Jacopo Linussio occupait, en 1728, 2 000 tisserands et près de 30 000 fileuses à domicile, Lorenzo Foramiti faisait travailler 15 000 fileuses et Tommaso Del Fabbro 10 000, pour ne citer que les exemples les plus importants. Toutefois, dès la fin du siècle, la concurrence étrangère commença à provoquer de réelles difficultés et la disparition du régime fiscal de faveur garanti par la République de Saint-Marc détermina, comme au Piémont, la totale disparition des manufactures privilégiées38. Les petits ateliers et les productions dispersées dans la campagne opposèrent, au contraire, une résistance bien plus efficace et, une fois surmontée la récession, furent les seuls centres productifs encore en fonction, ce qui leur permit d’occuper, au moins en partie, les marchés que l’industrie avait abandonnés39 (cf. tabl. 4-5).

Venise

170

Brescia

3 365

Vicence

2 230

Treviso

2 820

Vérone

1 366

Dogado

1 360

Bergame

1 543

Crema

Frioul

3 473

Istria

510

Padoue

3 637

Polesine

2 374

total

2 2848

Tabl. 4. – Métiers à tisser. Provinces vénitiennes. de 1766 à 1785, (D. Gasparini, « L’una in dosso e l’altra in fosso… », op. cit., p. 151).

Provinces

1817-18

1827

1869-1887

Venise

16

48

18

Padoue

10

10

27

Polesine

25

8

28

Vérone

116

85

Vicence

231

31

Trévise

172

288

10

Frioul

30

Total

570

500

83

Tabl. 5. – Fabriques de toiles en chanvres et cordages de moins de 10 ouvriers (1817-1827), (D. Gasparini, « L’una in dosso e l’altra in fosso », op. cit., p. 151. ; D. Celetti, Produzione, trasformazione e commercio della canapa, op. cit., p. 122 sq).

  • 40 Dans les années 1860, 300 000 paysannes filaient le chanvre et le lin, alors que l’industrie ne co (...)

28Ce processus définit sur la longue durée et dans l’ensemble de l’Italie septentrionale les caractères de la « filière » : le petit et le moyen artisanat local, la manufacture à domicile insérée à l’intérieur d’un cadre proto-industriel constituèrent pendant des décennies la base fondamentale des phases de transformation du chanvre brut, occupèrent les marchés locaux et limitèrent, de par leur structure de coûts particulièrement favorable, les possibilités de création de nouveaux établissements industriels40.

29L’ensemble du secteur se caractérisa dès lors par la permanence de petites unités productives liées d’un côté aux marchés régionaux, voire provinciaux, et à la consommation paysanne, de l’autre aux récoltes locales de matière première. À son tour, le maintien de techniques traditionnelles de transformation artisanale à haute intensité de main-d’œuvre reflétait à la fois l’abondante disponibilité de personnel à bas coût et la difficulté de mécanisation industrielle de la filature et du tissage. Grâce à la division du travail interne et externe à la famille paysanne qui confiait aux hommes le labourage, la récolte et le tissage, aux femmes les semailles, les soins des terrains ensemencés et la filature, les opérations « artisanales » étaient effectuées pendant l’hiver et dans les pauses des travaux agricoles.

Voies et parcours industriels

  • 41 Carlo Bisinotto, « Monografia agraria dei distetti di Adria ed Ariano in Polesine », Atti della Gi (...)

30Les premières tentatives de filage et tissage mécanique du chanvre datent des années 1840, quand des liniers lombards, profitant des capitaux et de l’expérience accumulés dans le secteur du lin, tentèrent d’élargir le marché en travaillant le chanvre. À partir des années 1850-60, et surtout après 1870, à côté de la forte permanence des structures proto-industrielles41, des usines assez importantes apparurent dans les zones de grande culture de la Vénétie (Ditta Giuseppe Roi et Casa d’Industria, à Vicence, Canapificio Veneto de Crocetta del Montello, Prima Società Italiana per lo Stigliamento meccanico della Canape e del Lino à Montagnana) et de l’Émilie (Filatura di Canape della Canonica à Casalecchio di Reno), ou encore près des chantiers navals de Gênes (Corderia Carrena à Sampierdarena, fondée en 1844, et la Corderia Raggio à Borzoli crée en 1847) et de Naples (Canapificio Napoletano à Frattamaggiore).

31Le pôle de croissance de l’industrie nationale du chanvre fut, toutefois, la Lombardie, où la présence de capitaux et de compétences permit, comme on l’a vu, la création des premières grandes sociétés du secteur. Celles-ci, structurées sur de solides bases financières et techniques, parvinrent rapidement à élargir la production au-delà des limites régionales. Dans les années 1870-1880, les trois sociétés les plus importantes, respectivement Filature e Tessiture Riunite, Trombini di C. Castellini et Linificio e Canapificio Nazionale, s’engagèrent dans une vaste opération d’acquisition d’entreprises concurrentes qui les porta en quelques décennies à contrôler le marché italien. Cette stratégie fut complétée, au début du XXe siècle, par la fusion des principales sociétés et la formation, sous l’égide du Linificio e Canapificio, du plus grand producteur européen de fils et tissus de chanvre.

  • 42 Gian Filippo Sessa était déjà dirigeant de la Butti e Soci, alors que Edoardo Brambilla avait un p (...)
  • 43 En 1877, Edoardo Brambilla laissa l’entreprise pour devenir dirigeant du Linificio e Canapificio N (...)
  • 44 Linificio e Canapificio Nazionale. 1873-1923, op. cit., p. 207.
  • 45 D. Lampertico, Monografia agraria dei distretti di Vicenza, Lonigo e Barbarano, op. cit., p. 393.

32Ainsi, le développement du secteur fut largement conditionné par les choix directionnels de ces trois groupes industriels lombards. L’histoire des Filature e Tessiture Riunite remonte à la création en 1839 par les familles Bazzoni et Sperati d’une usine de filature et de tissage de chanvre à Villa d’Almè, sur le fleuve Brembo, appelée Bazzoni & Sperati e C., puis, lors de l’arrivée de nouveaux associées, Butti & Soci. L’entreprise profita d’une longue période de croissance qui la porta, dans les années 1870, à devenir l’une des réalités les plus importantes du secteur. À cette époque, Edoardo Brambilla et Gian Filippo Sessa, à la fois hommes d’affaires et techniciens expérimentés dans la filature et le tissage du chanvre, achetèrent la société. Ayant changé la dénomination en Sessa Brambilla & C., ils réorganisèrent profondément le processus de production en augmentant le poids de la filature par rapport au tissage, et celui de vente, en essayant d’élargir le marché au niveau national42. Il s’en suivit une période de croissance de l’entreprise associée à de fréquents passages de propriété43 qui se conclurent en 1896 quand Egidio Carugati obtint le contrôle du capital social44. Disposant d’importantes ressources financières et ayant l’ambition de devenir le principal producteur national, le nouveau propriétaire s’engagea dans une stratégie très agressive vis-à-vis de la concurrence qui le porta notamment à acheter l’usine de Debba de la Ditta Gaetano Roi45 et de la Tessitura Enrico Bazzano e C. à Ronco Scrivia. En 1911, la société se transforma en « anonyme » sous la dénomination de Filature e Tessiture Riunite già Carugati Bazzano, ce qui lui permit d’accéder directement au marché mobilier et d’obtenir les capitaux nécessaires à la poursuite de la stratégie amorcée au début du siècle.

33Après avoir acheté les Tessiture di Vimercate, Oreno e Concorezzo, la société s’unit en 1918 avec la Filatura Lombarda di Lino e Canape et créa la Manifatture Italiane Riunite, qui, à son tour, acheta, en 1919, la Corderia Nazionale già Carrena et la Corderia Ligure già Benet-Duboul de Sampierdarena. La direction comprit alors que la poursuite de la croissance ne pouvait se faire qu’en trouvant un accord avec le plus grand groupe du secteur, le Linificio e Canapificio Nazionale, avec lequel furent définis des accords de collaboration pour arriver, en 1920, à la fusion des deux sociétés.

  • 46 Atti del Comitato dell’Inchiesta Industriale, Deposizioni scritte, 5.2, Filatura del lino e della (...)
  • 47 Linificio e Canapificio Nazionale. 1873-1923, op. cit., p. 397, sq.

34Le deuxième groupe milanais opérant dans le tissage et la filature du chanvre se forma autour de l’entreprise Maggioni Trombini & C., une usine fondée en 1854 par la famille Maggioni, Giuseppe Trombini, Francesco Turati, les frères Marietti, Giuseppe Gnecchi et Girolamo Buttafava. La participation au capital social d’importantes familles donna à la société une structure financière particulièrement solide, ce qui lui permit de disposer dès sa fondation d’un établissement moderne à Melegnano (2 136 fuseaux de filature et 340 de tordage de lin et de chanvre). Ainsi, il lui fut possible d’être concurrentielle sur le marché national et d’accroître progressivement sa clientèle46. En 1899, le capital social fut augmenté grâce à l’entrée de nouveaux associés et la dénomination transformée en Trombini di Castellini e C. Grâce aux nouvelles disponibilités financières, on entreprit d’importants investissements. L’usine de Melegnano fut agrandie, une nouvelle filature fut créée à Sant’Angelo Lodigiano et, suivant un parcours déjà tracé par les plus grandes sociétés du secteur, on s’engagea dans un parcours d’acquisitions qui porta, entre autres, à l’achat du Canapificio di Montagnana et de la Tessitura Riva & C. de Trezzo sull’Adda. Dans l’immédiat après-guerre, incapable de soutenir les tensions du marché, la direction décida de céder le contrôle de la société au Linificio e Canapificio Nazionale47.

  • 48 Ivi, p. 65-66.
  • 49 Atti del Comitato dell’Inchiesta industriale, Deposizioni scritte, 5.2, Filatura del lino e della (...)
  • 50 Linificio e Canapificio Nazionale. 1873-1923, op. cit., p. 21-30.
  • 51 Ibid.
  • 52 R. Tremelloni, L’industria tessile italiana, op. cit., p. 61.
  • 53 Linificio e Canapificio Nazionale. 1873-1923, op. cit., p. 41.

35Enfin, le Linificio e Canapificio Nazionale représenta, comme on l’a vu, l’entreprise la plus importante de l’industrie italienne du chanvre destinée à occuper un rôle international comme producteur de fils et tissus grâce à l’incorporation des principales entreprises du secteur. L’entreprise dut sa naissance à l’initiative d’Andrea Ponti qui, en 1874, réunit les établissements spécialisés dans la filature du lin et du chanvre de Fara d’Adda48, de Cassano, achetés à la société Paolo Battaglia C. puis Cusani & C.49, et de Crema, qui avait appartenu à la Ditta Maggioni & C. Ces premières acquisitions firent du Canapificio la plus grande entreprise du secteur, capable, par la quantité et, surtout, la qualité de ses produits, de dominer le marché interne et de limiter les concurrents potentiels à quelques grandes entreprises. La solidité financière lui permit non seulement de soutenir des investissements en technologie même en temps de crise, mais aussi de poursuivre la stratégie d’acquisitions inaugurée par Andrea Ponti50. À la mort du fondateur en 1888, en effet, son fils Ettore, nommé directeur de la société, considéra la croissance de la taille de l’entreprise comme le meilleur moyen pour surmonter les tensions qui troublaient périodiquement le secteur51. La concurrence des produits d’importation – fils et tissus fabriqués en Asie52 – pouvait, dans l’esprit de la nouvelle direction, être surmontée en exploitant pleinement la compétence de la main-d’œuvre, le progrès technique, les économies d’échelle, ce qui, à son tour, impliquait un marché suffisamment grand pour pouvoir écouler une production cohérente avec les exigences d’amortissement des investissements53. Ettore Ponti considéra dès lors que l’acquisition de sociétés concurrentes, unie à l’offre de nouvelles typologies de produits et au développement du réseau commercial, était le meilleur instrument pour élargir rapidement la demande potentielle.

  • 54 Ivi, p. 21-30.
  • 55 Ibid.
  • 56 Ibid.
  • 57 Ivi, p. 99.

36En 1891, la société loua la filature R. Balestrieri & C. de Ponte à Moriano, et acquit la Società Anonima Manifatture Italiane di Juta de Gênes54. En 1905, Ettore Ponti conclut l’achat de la Filatura di Canape della Canonica de Casalecchio di Reno55 et, en 1906, fut créée à Lodi un établissement de filature du chanvre dans le but de fournir les usines de Crema en produits semi-finis particulièrement compétitifs en termes de qualité et de prix56. Dans les années suivantes, la direction élabora une stratégie centrée sur deux volets. Premièrement, elle concentra ses efforts dans la rationalisation de l’organisation interne, l’amélioration des relations entre les entreprises du groupe et l’optimisation en termes d’offre sur le marché et d’efficience technique des usines gérées par le Linificio e Canapificio57. Ensuite, elle s’appliqua à élaborer des accords avec les principaux concurrents afin de mieux contrôler les débouchés.

  • 58 Linificio e Canapificio Nazionale. 1873-1923, op. cit., p. 21-30.
  • 59 Ibid.

37En 1901, le Linificio e Canapificio et la Carugati & C. constituèrent l’Agenzia Centrale di Vendita Spaghi et, en 1905, l’Agenzia Centrale Vendita Filati e Stoppe, des structures qui avaient la fonction de coordonner les ventes et de maintenir des conditions globales suffisamment rentables en limitant la concurrence entre les deux entreprises principales du secteur. La crise déterminée par la chute de la demande mondiale de chanvre entre 1908 et 1909, qui eut de fortes conséquences même sur la production interne, détermina des opérations de cartel nouvelles et plus complexes. En juillet 1909, elles se concrétisèrent par un accord entre le Linificio e Canapificio Nazionale, la Carugati & C. et le Canapificio Veneto Antonini & Ceresa. Fut alors créée une société mixte, dite Agenzia di Vendita, qui avait pour mission de régler l’offre globale en termes de qualité, de quantité de l’offre et de prix58. Enfin, en 1913, l’opération fut complétée par la création de la Commissionaria Vendita Filati per l’Italia avec les sociétés Castellini & C., Filatura e Tessiture Riunite, Filatura Lombarda et Filatura di Montagnana, destinée à coordonner la production et la vente des fils de lin et de chanvre59.

  • 60 Ibid.
  • 61 Ivi, p. 455.

38À la veille de la Grande Guerre, en profitant des difficultés financières de nombreuses entreprises moyennes, le Linificio e Canapificio reprit sa politique traditionnelle d’acquisitions60 en participant, en 1913, à la reconstitution du capital social du Canapificio Napoletano, la plus importante société méridionale du secteur, dont le Linificio assuma rapidement la gestion61. Après la guerre, les acquisitions se poursuivirent et, au cours des années 1920, l’industrie italienne du chanvre se structura autour d’un grand groupe de niveau international et de plusieurs petits producteurs marginaux, alors que l’industrie à domicile, qui conservait encore une importance fondamentale à la fin du XIXe siècle, se limitait désormais à la production pour l’autoconsommation.

*

39L’évolution de la filière agro-industrielle de la production agricole et de la transformation industrielle du chanvre fut le résultat de la réaction aux forces du marché et aux contradictions internes du secteur.

40Pendant la première partie du XIXe siècle, le rôle central de l’agriculture, la présence de nombreux fuseaux et métiers à tisser à domicile, héritage des structures productives typiques des économies d’Ancien régime et les limites de la demande interne retardèrent la naissance d’une industrie moderne et compétitive au niveau européen. L’Italie resta alors un pays essentiellement exportateur de matière première et importateur de produits finis, situation qui ne put être corrigée, voire dépassée, qu’après la Première Guerre mondiale.

41Dans ce contexte, l’industrie ne s’affirma que lentement à partir des premières années de l’unité nationale. Mais elle dut alors affronter de nombreuses difficultés, telles que la concurrence des manufactures à domicile et des produits d’importation, le manque de capitaux, la présence d’un marché relativement petit, les crises enfin qui, à partir des années 1870-80, se manifestèrent dans le secteur.

Graphique 2. – Production nationale (ligne à carreaux) et exportations (ligne à triangles) de 1925 à 1952, (A. Dell’Orefice, La coltivazione e la lavorazione della canapa in Campania, op. cit., p. 231-233 et élaborations de l’A.).

42La réponse à ces tensions se traduisit par la croissance de la dimension des usines et, surtout, par la concentration de l’appareil industriel sous le contrôle des sociétés les plus importantes et les plus solides d’un point de vue technique et financier. Parmi ces dernières émergea le Linificio e Canapificio Nazionale. Andrea et Ettore Ponti, en effet, poursuivirent une stratégie qui visait explicitement à conquérir de solides positions d’avantages compétitifs en élargissant le groupe par un processus de croissance interne, d’acquisition et de fusion avec d’autres entreprises du secteur, ce qui permit de limiter le nombre des concurrents, d’obtenir d’importantes économies d’échelle, d’exploiter les synergies entre usines spécialisées, de valoriser aussi les potentialités d’un appareil productif et commercial fortement présent sur tout le territoire national. En même temps, des accords entre sociétés furent signés en vue de réglementer les prix de vente et de rationaliser l’usage de la matière première.

  • 62 Ibid.
  • 63 Ibid.

43La Première Guerre mondiale, loin d’interrompre ce processus, imposa une forte croissance de la production, favorisa les entreprises de grandes dimensions, privilégiées dans les ventes de fibres et d’énergie, imposa enfin une coordination de l’ensemble de la production nationale62. Le conflit, en d’autres termes, ne fit qu’accélérer la concentration sectorielle et favorisa donc l’affirmation d’un grand groupe national. Aux lendemains de la guerre, le Linificio e Canapificio Nazionale compléta son plan d’acquisition d’entreprises concurrentes et de fusion avec les principales sociétés du secteur, ce qui lui permit de dominer complètement le marché interne et de devenir le premier producteur européen de fils et tissus de chanvre63.

Notes

1 David Celetti, « Fustagni e “canevazze” per le vele della marina veneta tra ‘500 e ‘700 », Atti dell’Istituto Veneto di Scienze, Lettere ed Arti, Classe di Scienze Morali, Lettere ed Arti, 160, 2003, p. 796-849 ; id., “Il mercato delle tele da vela nella Venezia d’età Moderna. Presupposti e risultati di una politica mercantilista”, Studi Storici Luigi Simeoni, LV, 2005, p. 155-213 ; id., “The Arsenal of Venice and the Organisation of Domestic Hemp Growing in the Sixteenth and Seventeenth Centuries”, The Journal of European Economic History, 34-2, 2005, p. 447-464.

2 David Celetti, La canapa nella Repubblica Veneta. Produzione nazionale e importazioni in età moderna, Venezia, Istituto Veneto di Scienze Lettere e Arti, 2007, p. 3-33.

3 Giacomina Caligaris, « Una coltura industriale : produzione, trasformazione, commercio della canapa piemontese tra il XVIIIe il XX secolo », Carlo Poni, Silvio Fronzoni (éd.), Una fibra versatile. La canapa in Italia dal Medioevo al Novecento, Bologna, Clueb, 2005, p. 153-194.

4 Luciana Gatti, Navi e cantieri della Repubblica di Genova (secoli XVI-XVIII), Genova 1999, p. 19-40 ; Manlio Calegari, « Navi e barche a Genova tra il XV ed il XVI secolo », Miscellanea di Storia Ligure, 1, 1970, p. 32-39 ; Carlo Costantini, « Aspetti della politica navale genovese nel Seicento », Miscellanea di Storia Ligure, 1, 1970, p. 218-226 ; Massimo Quaini, « I boschi della Liguria e la loro utilizzazione per i cantieri navali : note di geografia storica », Rivista Geografica Italiana, 75, 1968, p. 508-512 ; Giacomone Paolo Piana, « Gli orrori della fame : La difesa di Genova nel 1800 e la fine di una tradizione navale », Rivista Napoleonica, 1-2, 2000, p. 235-237.

5 Giacomina Caligaris, « Vita e lavoro in una comunità rurale piemontese : Pancalieri nei secoli XVII-XVIII », Bollettino della Società per gli Studi Storici Archeologici e Artistici della Provincia di Cuneo, 90-91, 1984, p. 114, sq.

6 James Pritchard, « Fir Trees, Financiers and the French Navy during the 1750s », Annales Canadiennes d’Histoire, 2 (1988), p. 343, sq. ; Martine Acerra, Rochefort et la construction navale française. 1661-1815, Paris, Libraire de l’Inde, 1993, p. 38-39 ; id., « L’arsenal de Rochefort. XVIIe-XVIIIe siècles. Naître, vivre, survivre », VIIes Journées d’histoire et d’archéologie maritime, Jonzac, 1992, p. 131-134 ; Jean Meyer, « Louis XIV et les puissances maritimes », XVIIe siècle, 124, 1979, p. 157-170 ; Martine Acerra, Jean Meyer, La grande époque de la marine à voile, Paris, 1985, p. 47-50 ; Jean-Claude Lemineur, « La marine de Louis XIV. Une marine nouvelle de conception française », Martine Acerra (éd.), L’invention du vaisseaux de ligne. 1450-1700, Paris, S.P.M Kronos, 1997, p. 2.

7 Giacomina Caligaris, « Una cultura industriale : produzione, trasformazione, commercio della canapa piemontese », Una fibra versatile, op. cit., p. 157.

8 David Celetti, « Hemp’s Adversities. Technical, Economic and Social Aspects Involved in the Protection of the Crops of a Strategic Asset from Parasites and Pathogens in Italy and France between the Seventeenth and Eighteenth Centuries », in Simonetta Cavaciocchi (éd), Economic and Biological Interactions in the Pre-industrial Europe from the 13th to the 18th Centuries, Atti della “Quarantunesima Settimana di Studi” 26-30 aprile 2009, Firenze, Firenze University Press, 2010, p. 93-109.

9 Sosio Capasso, Canapicoltura e sviluppo dei comuni atelliani, Frattamaggiore, Arpino, 1994, p. 19.

10 B. Polese, « Proprietà, manodopera e impresa nel Veneto orientale nei secoli XV-XVIII : lineamenti storico-economici », Atti del Convegno nazionale Rapporti tra proprietà impresa e mano d’opera nell’agricoltura italiana dal IX secolo all’Unità, 25 au 25 novembre 1983, p. 101-121.

11 David Celetti, La canapa nella Repubblica Veneta, op. cit., p. 179 sq.

12 David Celetti, « La canapa e l’Arsenale. Aspetti e problemi della gestione di una fibra strategica nella Repubblica Veneta in Età Moderna », Studi Storici Luigi Simeoni, LIV, 2004, p. 119-163.

13 Danilo Gasparini, « L’una in dosso e l’altra in fosso. La canapa in Veneto tra Settecento e Ottocento », Una fibra versatile, op. cit., p. 121 sq.

14 Archivio di Stato di Padova (par la suite ASP), Fondo canapi, b. 2266, 28 luglio 1783.

15 Anna Bellesia, « L’Accademia di agricoltura », in Franco Barbieri, Paolo Preto (éd.), Storia di Vicenza, III/1, L’età della Repubblica veneta (1404-1797) ¸ Vicenza, Neri Pozza, 1989, p. 367-377.

16 Archivio di Stato di Venezia (par la suite ASV), Patroni e Provveditori all’Arsenale, b. 537, 4 iugno 1670 ; ASP, Fondo canapi, b. 2266, 16 settembre 1764. Voir aussi « Avviso al Popolo sul bisogno suo primario o sia Trattato sulla totale e perfetta libertà nel Commercio de grani », Giornale d’Italia spettante alla Scienza Naturale, e principalmente all’Agricoltura, alle Arti ed al Commercio, 37, 1769, p. 289-291.

17 Ivana Pastori Bassetto, La coltivazione ed il commercio della canapa nella Repubblica Veneta, « Archivio Veneto », s. V., 141 (1993), p. 64, appendice I ; D. Celetti, « Il mercato della canapa nella Repubblica Veneta d’Età Moderna : politica, economica e transazioni internazionali », in Una fibra versatile, op. cit., p. 69-70, 77-78 ; id., La canapa e l’Arsenale. Aspetti e problemi della gestione di una fibra strategica, op. cit., p. 250 et sq; et id., The Arsenal of Venice and the Organisation of Domestic Hemp Growing, op. cit., p. 454-462.

18 Giulio Cardo, Storia documentata su Cologna Veneta, Venezia, Fra Compositori Tipografi, 1896, p. 138 ; Relazioni dei rettori veneti in terraferma, IV, Podestaria e capitanato di Padova, a cura di Amelio Tagliaferri, Milano 1975, p. 361.

19 Giorgio Scarpa, L’agricoltura del Veneto nella prima metà del XIX secolo. L’utilizzazione del suolo, Torino, ILTE, 1963, appendice IV ; Giovanna Trevisan, Proprietà e impresa nella campagna padovana all’inizio dell’0ttocento, Venezia, Regione Veneto-Università di Venezia, 1980, p. 9-11 ; Antonio Saltini, Storia delle scienze agrarie. Dalle origini al Rinascimento, Bologna, Edagricole, 1984, p. 316, 507, sq.

20 Giovanni Zalin, « Speculatori e mercanti al seguito delle armate francesi : il caso dei conti d’Espagnac », Economia e Storia, XVIII, 2 (1971), p. 200-239, ici p. 234 sq.

21 Pendant le Premier Empire, le chanvre était largement cultivé à Melara, Ficarolo, Calto, Massa Superiore, Pincara, Occhiobello, Stienta, Fratta, Villa Marzana, Costa, Villadose, Arquà, Grignano, Concadirame, Boara, San Martino di Venezze, Buso, Ceregnano, Crespino, Guarda Veneziana, Villanova Marchesana, tandis que des chanvriers se destinant surtout à la satisfaction des besoins locaux étaient enregistrés à Bergantino, Bagnolo, Trecenta, Canaro, Pettorazza Grimani, Loreo, Contarina, Ariano, Corbola. L’artisanat lié à la transformation du chanvre brut en fils, tissus, cordage florissait à Crespino, Canaro, Papozze et Ariano ; cf. Luigi Lugaresi, Il Polesine nell’età napoleonica. Economia di un territorio, Rovigo, Minelliana, 1988, p. 93-258.

22 L. Lucaresi, Il Polesine…, op. cit., p. 94 et sq. ; David Celetti, « Produzione, trasformazione e commercio della canapa nelle province venete in Età Contemporanea », Archivio Veneto, 170 (2008), p. 91-124.

23 Carlo Bisinotto, Monografia agraria dei distetti di Adria ed Ariano in Polesine, in Atti della Giunta per la Inchiesta Agraria e sule condizioni della classe agricola, V, II, p. 268-269 ; « Atti del Comitato dell’Inchiesta Industriale », Deposizioni scritte, I, Roma, Tipografia Barbera, 1873, p. 10.

24 Ministero di Agricoltura, Industria e Commercio, Divisione Agricoltura (par la suite MAIC), Relazione intorno alle condizioni dell’agricoltura nel quinquennio 1870-1874, I, Roma, Barbera, 1876, p. 327 ; A. Keller, Prodotti agrari e cenni sull’agricoltura della Provincia di Padova, Padova, Penata, 1884, p. 34.

25 Domenico Lampertico, « Monografia agraria dei distretti di Vicenza, Lonigo e Barbarano », Atti della Giunta per l’inchiesta agraria e sulle condizioni della classe agricola, 5, Monografie allegate alla relazione sulla 11. circoscrizione, Sala Bolognese, Arnaldo Forni, 1980, p. 370 ; Antonio Lazzarini, « Agricoltura, classi contadine, emigrazione nell’Ottocento », in Franco Barbieri e Gabriele de Rosa (éd), Storia di Vicenza, IV/1, L’età contemporanea, Vicenza, Neri Pozza, 1991, p. 221-248.

26 Roberto Finzi, « Canapa e stratificazione sociale nelle campagne bolognesi (secoli XVII-XIX) », Una fibra versatile, op. cit., p. 17-39 ; Antonio Saltini, « Nell’area dell’antica canapicoltura emiliana tra Ottocento e Novecento : cedimenti, speranze, il tracollo », in Una fibra versatile, op. cit., p. 235-251.

27 Bruno Andreolli, « La canapa nell’Italia medievale : rassegna di studi, temi e problemi », Carlo Poni, Silvio Fronzoni (éd), Una fibra versatile. La canapa in Italia dal Medioevo al Novecento, Bologna, Clueb, 2005.

28 Ugo Marcelli, Saggi economico sociali sulla storia di Bologna dal secolo XVI al XVIII, Bologna, 1962, p. 3-5 ; Carlo Poni, « Il prisma centese », in Carlo Poni, Antonio Samaritani, Cento e la partecipanza agraria, Ferrara, 1999, p. 362-366 ; Galeazzo Gamberini, L’economia centese e la sua componente ebraica, Carlo Poni, Antonio Samaritani, Cento e la partecipanza agraria, op. cit., p. 388-395.

29 U. Marcelli, Saggi economico sociali sulla storia di Bologna…, op. cit., p. 3, sq.

30 Le statut de la ville de Ferrara de 1288 souligne déjà l’importance de la culture du chanvre. Ce fut, toutefois, seulement pendant le XVIIIe siècle que, dans cette province, le chanvre fut largement cultivé et introduit dans les rotations agraires à la place du maïs. À partir de cette époque la production augmenta pour arriver, dans les années 1930, à une surface de 30 000 hectares et à des récoltes de 70 000 quintaux : Mario Ortolani, La pianura ferrarese, Memorie di geografia economica, VIII, luglio-dicembre 1956, Napoli, Consiglio Nazionale delle Ricerche, 1956, p. 43-50, 99-100, 117.

31 Encore en 1954 le chanvre occupait en Émilie 28 000 hectares et apportait des récoltes de 369 000 quintaux, ce qui représentait le 56,2 % de la production nationale : Ferdinando Milone, L’Italia nell’economia delle sue regioni, Torino, Edizioni Scientifiche Einaudi, 1955, p. 398-399.

32 Giuseppe Cantoni, Relazione sull’industria del lino, Firenze, G. Pellas, 1868, p. 117, sq.

33 Istituto Centrale di Statistica, Sommario di statistiche storiche dell’Italia. 1861-1965, Roma, Istat, 1976, p. 61-64.

34 Roberto Finzi, Silvia Comani, « Métayer, bêche et climat : la plaine de Bologne, 1718-1774 », Revue d’Histoire Moderne et Contemporaine, 31-3, juillet-septembre 1984, p. 472-473 ; Carlo Poni, « Family and “podere” in Emilia Romagna », Journal of Italian History, 1, 1978, p. 205-228 ; Carlo Poni, « Alcuni problemi di storia della mezzadria nei secoli XIV-XVIII », in Agricoltura e sviluppo del capitalismo, Atti del convegno organizzato dall’Istituto Gramsci il 20-22 Giugno 1968, Roma, 1970, p. 456-466.

35 David Celetti, La canapa e l’Arsenale…, op. cit., p. 119-163.

36 Marco Cattini, « Dai campi aperti al podere : sulle tracce della “rivoluzione agricola” cinquecentesca in Emilia orientale (prime indagini) », in Atti del Convegno nazionale Rapporti tra proprietà impresa e mano d’opera nell’agricoltura italiana dal IX secolo all’unità, 25 au 25 novembre 1983, Verona, Accademia di Agricoltura, Scienze e Lettere di Verona, 1984, p. 97-98.

37 Alain Dewerpe, L’industrie aux champs. Essai sur la proto-industrialisation en Italie du nord (1800-1880), Rome, École française de Rome, 1985, p. XV, sq.

38 Roberto Errera, L’Italia industriale, Roma, Loescher, 1873, p. 53.

39 A. Dewerpe, L’industrie aux champs, op. cit., p. 32-33.

40 Dans les années 1860, 300 000 paysannes filaient le chanvre et le lin, alors que l’industrie ne comptait qu’une usine de cordes à Bologna, trois filatures de lin et de chanvre en Lombardie (Cassano, Villa d’Almé et Melegnano), une en province de Naples, à Sarno, et quelques usines de cordes en Liguria et en Piémont. Le tissage était en grande partie réalisé par 12 000 métiers à tisser : Roberto Tremelloni, L’industria tessile italiana. Come è sorta e come è oggi, Torino, Einaudi 1937, p. 41, 60-61.

41 Carlo Bisinotto, « Monografia agraria dei distetti di Adria ed Ariano in Polesine », Atti della Giunta per la Inchiesta Agraria e sule condizioni della classe agricola, V, II, Roma, Forzani e C., 1882, p. 284-285.

42 Gian Filippo Sessa était déjà dirigeant de la Butti e Soci, alors que Edoardo Brambilla avait un passé de technicien et dirigeant en Angleterre, à Leeds : Linificio e Canapificio Nazionale. 1873-1923 : Milano, Canapificio e Linificio Nazionale, 1923, p. 206-207.

43 En 1877, Edoardo Brambilla laissa l’entreprise pour devenir dirigeant du Linificio e Canapificio Nazionale et la société changea de dénomination en Gian Filippo Sessa & C. ; en 1883 elle fut achetée par Domenico Ceriani puis, à sa mort en 1896, par Egildo Carugati qui lui imposa la dénomination de Carugati & C. Società in Accomandita.

44 Linificio e Canapificio Nazionale. 1873-1923, op. cit., p. 207.

45 D. Lampertico, Monografia agraria dei distretti di Vicenza, Lonigo e Barbarano, op. cit., p. 393.

46 Atti del Comitato dell’Inchiesta Industriale, Deposizioni scritte, 5.2, Filatura del lino e della canapa, op. cit., p. 7-8.

47 Linificio e Canapificio Nazionale. 1873-1923, op. cit., p. 397, sq.

48 Ivi, p. 65-66.

49 Atti del Comitato dell’Inchiesta industriale, Deposizioni scritte, 5.2, Filatura del lino e della canapa, op. cit., p. 13 ; Linificio e Canapificio Nazionale. 1873-1923, op. cit., p. 107-108.

50 Linificio e Canapificio Nazionale. 1873-1923, op. cit., p. 21-30.

51 Ibid.

52 R. Tremelloni, L’industria tessile italiana, op. cit., p. 61.

53 Linificio e Canapificio Nazionale. 1873-1923, op. cit., p. 41.

54 Ivi, p. 21-30.

55 Ibid.

56 Ibid.

57 Ivi, p. 99.

58 Linificio e Canapificio Nazionale. 1873-1923, op. cit., p. 21-30.

59 Ibid.

60 Ibid.

61 Ivi, p. 455.

62 Ibid.

63 Ibid.

Table des illustrations

Légende Tabl. 2. – Superficie et production de chanvre. Italie. (1914), (Capasso, Canapicoltura e sviluppo dei comuni atelliani, op. cit., p. 19).
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/114723/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 138k
Légende Graphique 1. – Production de chanvre en Italie. Hectares et moyenne mobile sur dix ans de 1870 à 1960, (S. Capasso, Canapicoltura e sviluppo, op. cit., p. 21 ; A. Dell’Orefice, « La coltivazione e la lavorazione della canapa in Campania », in Una fibra versatile, op. cit., p. 231-233 et élaborations propres de l’auteur.).
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/114723/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 75k
Légende Graphique 2. – Production nationale (ligne à carreaux) et exportations (ligne à triangles) de 1925 à 1952, (A. Dell’Orefice, La coltivazione e la lavorazione della canapa in Campania, op. cit., p. 231-233 et élaborations de l’A.).
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/114723/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 66k

© Presses universitaires de Rennes, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540