Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La gloire de l’industrie

 | 
Corine Maitte
, 
Matthieu de Oliveira
, 
Philippe Minard

Troisième partie. La dynamique des territoires

Des aires de spécialisation productive aux territoires industriels. Les espaces productifs de la laine du Midi, 1680-1870

Jean-Michel Minovez

Texte intégral

  • 1 Dénomme la production de draps, tissés à pas simple, du seizain au quarantain (1 600, 1 800, 2 000 (...)
  • 2 Elle recouvre la production des petits draps (étoffes tissées entièrement en laine cardée aux appr (...)

1Entre le XVIIe et le XXe siècle, le Midi est passé d’une région française à l’industrie lainière minoritaire, voire marginale, au rang de première région dans l’industrie de la filature de la laine cardée en 1950 et du tissu d’habillement de la laine en 1974. L’origine lointaine du processus est à rechercher dans la renaissance de la grande draperie1 au cours du dernier tiers du XVIIe siècle. Elle repose aussi, au même moment, sur le développement rural d’une petite draperie2. Cette dernière s’est implantée principalement dans les zones de montagne et de piémont des Pyrénées, du Massif Central, de la Montagne Noire, des Corbières. Elle a aussi prospéré le long des grands axes de communication, comme la vallée de la Garonne, et dans les zones de contact, notamment dans les Garrigues entre Cévennes et vallée du Rhône. À partir de la Révolution, on assiste à une mutation sensible de la géographie des draperies du Midi. Les aires de spécialisation productive mutent sensiblement ; certaines disparaissent, d’autres se réduisent en se densifiant, comme dans les départements du Tarn et de l’Ariège. Des logiques structurelles autour d’axes et de pôles apparaissent et se renforcent ; on assiste à la mise en place de nouveaux aspects structuraux (intéressant aussi bien les produits, les techniques et l’organisation de la production, les marchés l’organisation du capital) et à l’émergence de nouveaux aspects fonctionnels (touchant notamment aux flux, révélateurs des relations tissées entre les acteurs au sein d’un espace productif donné), suggérant l’apparition de territoires industriels. Aussi, après s’être préalablement interrogé sur l’acception que l’on donne aux concepts « d’aires de spécialisation productive » et de « territoires industriels », on s’attachera à mettre en lumière les aires de spécialisation productive qui se mettent en place à l’époque moderne, pour décrire ensuite les facteurs permettant de démontrer l’émergence de territoires industriels dans le Midi au cours des deux premiers tiers du XIXe siècle.

Aire de spécialisation productive et territoire industriel

  • 3 Giacomo Becattini, « Dal settore industriale al distretto industriale. Alcune considerazioni sull’ (...)
  • 4 Didier Terrier, « Sistemi territoriali e vincolo sociale nell’industria tessile del Nord della Fra (...)
  • 5 Jean-Claude Daumas, Les territoires de la laine. Histoire de l’industrie lainière en France au XIX(...)
  • 6 Jean-Michel Minovez, « Naissance d’une aire de spécialisation productive : le territoire de la lai (...)
  • 7 J.-C. Daumas, Les territoires de la laine. op. cit., p. 17-18.

2L’étude des activités économiques replacée dans le cadre des dynamiques territoriales n’est pas un objet neuf de recherche. La réactivation des thèses marshalliennes autour de la notion de district3, fondée sur la prise en compte des dynamiques endogènes du territoire, modifie la manière d’approcher la croissance locale et conduit à réinterroger plus généralement le processus de développement industriel. Faites d’interdépendance et de coopération, les dynamiques endogènes dépassent les seules contingences économiques et prennent en compte les dimensions sociale, culturelle et institutionnelle4. Toutefois, « le concept de district industriel à l’italienne ne constitue pas un instrument d’analyse adapté à toutes les formes localisées de développement industriel5 ». Dans la France méridionale, on peut se poser la question de l’existence même de tels espaces industriels, tant les critères retenus pour les définir semblent souvent absents6. Le concept de « territoire industriel » paraît nettement plus opératoire que celui du district car il intègre l’absence d’homogénéité sociale et culturelle supposée favorable « au consensus, à la mobilité sociale et à la flexibilité du marché du travail […] [au] développement de relations verticales entre les différents segments de la filière lainière, et la faiblesse des relations de coopération entre unités de production7 ».

  • 8 Gioacchino Garofoli et al., Industrializzazione diffusa in Lombardia. Sviluppo territoriale e sist (...)
  • 9 J.-C. Daumas, Les territoires de la laine…, op. cit., p. 17-18.

3Aussi, lorsqu’on parlera de territoire industriel, c’est à ce cadre théorique que l’on se référera en l’articulant autour de quatre ensembles de critères. Le premier s’appuie sur l’existence d’une « aire territoriale, historiquement déterminée autour d’une ville manufacturière, et aux contours susceptibles d’évoluer dans le temps, [à] la spécialisation du territoire dans la fabrication d’un produit spécifique (ou d’un ensemble de produits) exigeant la mise en œuvre de savoir-faire accumulés localement ». Ces traits sont identifiables dans tous les territoires de la laine du Midi, ils les dépassent même en formant de véritables aires de spécialisation productives intégrant plusieurs territoires. Cette définition est proche de celle de Gioacchino Garofoli et elle fonde ce que l’on peut appeler une « aire de spécialisation productive8 ». Mais pour que cette dernière réponde à la définition de territoire industriel, il faut que soient aussi réunis trois autres ensembles de critères. Le deuxième critère porte sur le recensement « d’une concentration d’entreprises (sans distinction de taille) aux caractéristiques communes, liées entre elles par la division du travail et une forte proximité géographique, et formant une filière plus ou moins complète » ainsi que la présence d’un « marché du travail dont la configuration assure la mobilité de la main-d’œuvre ». Le troisième repose sur le « sentiment d’appartenance enraciné dans la pratique d’un métier commun et les relations d’interdépendance internes au territoire » comme l’existence d’un « patronat doté d’une culture et de comportements communs ». Le quatrième s’appuie sur « l’existence de règles et d’institutions privées et/ou publiques, assurant le maintien et le fonctionnement de l’ensemble du système productif9 ».

4Aucun espace de production entre 1680 et 1870 dans le Midi ne réunit les quatre ensembles de critères. En revanche, il est possible de mesurer la mise en place progressive des territoires par la révélation du second ensemble et l’amorce des troisième et quatrième, dans le cadre d’aires de spécialisations productives qui se constituent à partir du XVIIe siècle.

Les aires de spécialisation productive dans le Midi à l’époque moderne

La naissance des aires de spécialisation productive

  • 10 Pour les références de sources portant sur les développements concernant l’époque moderne, nous no (...)
  • 11 Dominique Cardon, La draperie au Moyen Âge. Essor d’une grande industrie européenne, Paris, éd. du (...)
  • 12 Terme peu approprié pour caractériser les petites draperies apparues entre la fin du Moyen Âge et (...)
  • 13 Prosper Boissonnade, Colbert. Le triomphe de l’étatisme, 1661-1683, Paris, Rivière, 1932.
  • 14 Pierre Deyon, « Destructions, transferts, et mutations (1580-1640). La production manufacturière » (...)
  • 15 Suzanne Diffre, Villeneuvette, 1674-1954. La manufacture royale de Villeneuvette en Languedoc, Gig (...)
  • 16 Prosper Boissonnade, « La restauration et le développement de l’industrie en Languedoc au temps de (...)

5Les aires de spécialisation productive ne sont pas des espaces industriels sans histoire10. Il existe une grande draperie en Languedoc depuis le Moyen Âge qui prédomine par rapport à toutes les autres industries lainières11. Les nouvelles draperies12 sont aussi présentes dès les XVe et XVIe siècles, mais elles ne représentent que peu de choses encore. Au cours du XVIIe, la draperie fine pour le Levant se développe puis connaît de sérieuses difficultés dans la seconde moitié du siècle13. Quant à la petite draperie, elle reste modeste du fait du reflux des échanges sur les marchés des Espagne entre 1620 et 166014. Le dernier tiers du XVIIe est marqué par une vigoureuse reprise. La petite draperie en bénéficie le plus du fait du succès grandissant des basses draperies en France, sur les marchés méditerranéens et dans les colonies. Le monde rural se dote alors d’un large tissu de manufactures dispersées marqué par de fortes fluctuations et des discontinuités. Dans la grande draperie, l’impulsion de l’État est décisive ; Colbert privilégie Carcassonne et les Saptes, qui devient manufacture royale en 1666, alors que la proto-fabrique de Villeneuvette le devient en 167415. La poursuite de cette politique favorise le redressement de la production des draps fins et la reprise des ventes en direction du Levant16.

6Si le développement de la grande draperie tient autant à la volonté de l’État de développer le commerce international qu’à la nécessité locale de diversifier les activités productives, il ne fait aucun doute que le succès de la petite draperie s’explique par l’impérieuse nécessité pour les populations rurales de développer des activités complémentaires à l’agriculture. Il n’est donc pas étonnant de constater que la proto-industrie se développe dans les terroirs les plus pauvres ou dans les régions où la terre est largement confisquée aux paysans.

Ressources en laine et types de produits

  • 17 Augustin González Enciso (éd.), El negocio de la lana en España (1650-1830), Pamplona, EUNSA, 2001 (...)
  • 18 Voir à ce sujet les nombreux arrêts du Conseil d’État du roi portant sur les règlements des manufa (...)

7La croissance de l’activité drapière s’appuie sur l’existence de ressources en laine de proximité. Dans la draperie cardée, la laine d’Espagne a gagné la partie dès la fin du Moyen Âge ; aussi, dès cette époque, des réseaux puissants de négoce se sont mis en place pour acheminer les toisons, par la mer et par la terre. Mais les laines gagnaient alors les fabriques du nord de la France, les Provinces-Unies et l’Angleterre, ne profitant que très minoritairement aux manufactures de la France méridionale17. Le XVIIe marque un net tournant : la production de draperie fine du Midi ne se conçoit plus alors sans un tissage à partir des meilleures laines mérinos espagnoles. La petite draperie s’appuie aussi en partie sur les fibres ibériques, mais jamais sur les plus fines. Elle recourt majoritairement aux laines du pays grâce au développement du système de la laine peignée. Ce dernier repose sur des fibres de qualité moyenne et inférieure propres à être peignées. Les fibres trop courtes issues du peignage, impropres à la confection de l’étaim, sont cardées et forment les peignons entrant dans la trame des étoffes grossières18.

  • 19 Genre de serge de qualité supérieure, spécialité du Gévaudan, en particulier de l’espace de produc (...)
  • 20 Désigne les étoffes tissées à pas croisé. Le terme est employé d’une manière plus précise pour les (...)
  • 21 Les plus communes sont des étoffes combinées et les plus fines sont entièrement faites de laine pe (...)
  • 22 Regroupe un ensemble d’étoffes rases et sèches à la filature grossière.
  • 23 Famille de produits combinés. Inventée à la fin du Moyen Âge, comme de nombreux tissus, destinée a (...)
  • 24 Cette fabrication connaît une grande continuité dans les territoires de la laine peignée (en Gasco (...)
  • 25 Étoffe étroite foulée, entièrement en laine cardée. De ce fait, elle est aussi appelée petit drap.
  • 26 Draperie de laine cardée en laine douce et moelleuse. Le molleton est légèrement foulé au savon, t (...)
  • 27 Les mahoux sont avec les londrins premiers les qualités supérieures des draps de Languedoc destiné (...)
  • 28 Ils forment la qualité ordinaire des étoffes destinées aux Échelles du Levant.
  • 29 Tissus produits dans les jurandes de la partie orientale des Pyrénées, des Corbières, de la Montag (...)
  • 30 Arts de la draperie principalement pour ce qui regarde les draps fins, par Duhamel du Monceau, Par (...)

8Cela donne naissance à trois grands ensembles de produits dans la petite draperie. Un premier est formé par les étoffes rases et sèches, ou d’étaim sur étaim, entièrement peignées, pas ou peu foulées ; les escots19 sont les plus fins, puis viennent les serges20, les rases21 ou les burats22. Un second est constitué par les étoffes combinées, ou étoffes sur étaim, toujours foulées, dont la chaîne est peignée et la trame cardée ; les plus répandus sont les cadis23. Un troisième est formé par les basses étoffes cardées dont la chaîne est à base de laine vierge cardée et la trame est faite d’un peignon. Ces genres sont toujours foulés, comme les petits draps qui n’emploient pas de peignon. Dans la petite draperie cardée, on compte surtout des cordelats24 puis des droguets façon d’Angleterre25 et des molletons26. La grande draperie, toujours foulée, qui n’emploie que des laines propres à être cardées et jamais de peignons, est dominée par les draps fins pour le Levant ; la qualité moyenne formée par les londrins seconds domine et côtoie les produits supérieurs, mahoux et londrins premiers27, puis les tissus plus communs : toute la gamme des londres notamment28. On trouve ensuite des draps de montagne, plus lourds et moins bien apprêtés29. On produit aussi, très minoritairement, des draps façon d’Elbeuf et de Sedan30.

Kaufsystem et Verlagssystem

  • 31 Serge Chassagne, « Aspects des phénomènes d’industrialisation et de désindustrialisation dans les (...)

9La grande draperie appartient plutôt à la sphère du capitalisme productif en ce sens qu’elle est dominée par les marchands-fabricants du Verlagssystem. Le commerce dépend essentiellement des grands négociants, en particulier des Marseillais qui maîtrisent les réseaux du commerce levantin. Dans la petite draperie, c’est plutôt le Kaufsystem qui l’emporte avec des fabricants paysans, des paysans-ouvriers et des marchands locaux. Mais ces derniers ne maîtrisent pas la vente des tissus à l’extérieur de leur aire de production ; comme l’a montré Serge Chassagne en définissant le modèle trapézoïdal, le commerce est dans les mains de négociants extérieurs. Ce sont eux qui, le plus souvent, portent la touche finale aux étoffes par l’application des apprêts dans leurs ateliers ou ceux d’artisans à façon31.

  • 32 J.-M. Minovez, « L’État et les draperies dans les Pyrénées centrales au milieu du XVIIIe siècle »,(...)
  • 33 Voir les exemples particulièrement éclairants de Carcassonne : Claude Marquié, L’industrie textile (...)

10Les aires de spécialisation productive se réduisent souvent dans les régions du Kaufsystem à des nébuleuses où la fabrication est fortement émiettée, où la notion d’entreprise a peu de sens, où les sentiments d’appartenance et l’interdépendance paraissent inexistants. Dans le Verlagsystem, l’organisation de la division du travail orchestrée en partie par les marchands-fabricants donne un peu plus de cohérence à l’espace productif. Cependant, l’existence des corps ou le sentiment d’appartenir à un corps sont presque partout absents. Seules les places importantes du Bas-Languedoc répondent en partie à la définition à travers leurs jurandes. Toutefois, la mise en place de règlements contraint les marchands et les fabricants à se structurer et des assemblées de corps sont demandées par les inspecteurs des manufactures partout dans le Midi32. Ces règlements définissent des lanifices, institutionnalisant des espaces spécifiques de production. Quant aux donneurs d’ouvrages, il est difficile de considérer l’adhésion à une culture et de comportements communs de nature industrielle ; en revanche, force est de constater leurs pratiques et leurs objectifs sociaux communs à travers la constitution de domaines fonciers, la volonté d’intégrer le négoce, la finance et les magistratures33.

L’émergence des territoires industriels

  • 34 Pour le développement de l’argumentation, nous nous permettons de renvoyer les lecteurs à J.-M. Mi (...)

11Dès les premières décennies du XIXe siècle, on assiste à une mutation progressive des espaces industriels liée concomitamment à l’apparition de la figure de l’industriel et à la mécanisation de la production. Mêlant proto-industrie et accroissement de la concentration productive dans les places industrielles, les trajectoires s’individualisent ; cela tient à la mise en place d’une spécialisation territoriale au sein d’une fabrication qui s’accroît ; cette évolution dépend aussi d’une nouvelle structuration de la production à l’origine de l’émergence de nouveaux rapports entre les acteurs d’un même espace de production34.

L’apparition de la figure de l’industriel

12Alors que les négociants se maintiennent, les Verleger deviennent progressivement de véritables industriels. Ces derniers peuvent se définir comme ayant une activité professionnelle dépendant essentiellement de l’industrie textile, contrôlant la totalité de la chaîne de production, assurant la commercialisation de leurs produits. Les fabricants-paysans du Kaufsystem de l’Ancien Régime disparaissent, même si les liens à la terre ne sont pas tous rompus. Mais la charge engendrée par le contrôle de la production et des échanges absorbe une part croissante de leur temps et les empêche de poursuivre l’exploitation d’un bien foncier.

  • 35 AD Aude, 14 M, 9 ; Rapport du préfet de l’Aude au ministre de l’Intérieur, 1er novembre 1825.
  • 36 Le Pays d’Olmes est un territoire de la laine ariégeois. Il émerge au XIXe siècle pour devenir un (...)
  • 37 AD Ariège, 14 M 17 ; Statistique industrielle des manufactures fabriques et usines et autres établ (...)
  • 38 Christopher H. Johnson, The Life and Death of Industrial Languedoc, 1700-1920, New-York-Oxford, Ox (...)
  • 39 AD Tarn, XIII, M 1-11 ; Rapport sur l’activité économique du département, 15 novembre 1835.
  • 40 Jean Loup, L’industrie lainière dans le Tarn, Toulouse, Librairie des étudiants, 1910, p. 207.
  • 41 Rémy Cazals, Les révolutions industrielles à Mazamet, 1750-1900, Paris/Toulouse, La Découverte-Mas (...)

13En effet, une des mutations essentielles de la relation entre sphère productive et sphère commerciale consiste à autonomiser le producteur par rapport au négociant par la maîtrise de la commercialisation fondée sur la diminution ou la suppression des intermédiaires. Ainsi, en Ariège, comme en Haute-Garonne, les fabricants tentent d’écouler eux-mêmes leur marchandise. Leur horizon reste toutefois le plus souvent borné ; il se résume essentiellement à se déplacer dans les foires de la région, parmi lesquelles Toulouse continue de jouer un rôle essentiel. À Carcassonne, les ventes se font en partie par les marchands eux-mêmes et en partie par l’intermédiaire de commissionnaires dans les entrepôts de Paris, du Havre, de Lyon, de Marseille, de Toulouse, de Bordeaux et de Limoges35. Mais il est des marchands-fabricants qui parviennent à se défaire progressivement de ces tutelles ; ainsi, les entrepreneurs du Pays d’Olmes ariégeois ne recourent pratiquement plus à des intermédiaires36. En 1825, tous les drapets et les burats sont vendus par les fabricants eux-mêmes. Quant aux draps, seul un sixième de la fabrication est négocié par des commerçants. Ainsi, en Pays d’Olmes, 14 % seulement de la production textile passe par des intermédiaires37. La diminution du recours aux intermédiaires ne supprime pas les coûts élevés liés à la manutention et à l’avance que représente la production avant commande. Aussi, le recours aux voyageurs de commerce débute dès la Restauration puis se développe sous la monarchie de Juillet. Bédarieux et Mazamet paraissent être des précurseurs dans le domaine. Dès la Restauration, la dynamique place de l’Hérault envoie des agents en exploration dans les centres de production du nord de la France pour s’inspirer des idées nouvelles et établir des débouchés à Paris et dans les villes du Centre et de l’Ouest38. À Mazamet, dès 1835, quinze maisons de la place industrielle ont des voyageurs presque à temps plein39. Elles s’implantent aussi dans les grands lieux de redistribution parmi lesquels Paris joue un rôle déterminant. Ces pratiques permettent de saisir les tendances du moment, de vendre en masse aux grandes maisons qui redistribuent ensuite partout en France40. L’étranger n’est pas dédaigné ; Ferdinand Cormouls s’installe avec succès à Londres, marché de choix pour l’exportation des nouveautés41.

  • 42 Jean-Michel Minovez, L’industrie invisible. Les draperies du Midi XVIIe-XXe siècles. Essai sur l’o (...)
  • 43 AD Aveyron, 6 M 736 ; Statistique des établissements mettant en œuvre la laine et le coton. Rappor (...)
  • 44 Les enquêtes industrielles postérieures à la période qui nous intéresse et concernant les années 1 (...)
  • 45 Alain Dewerpe, Le monde du travail en France, 1800-1850, Paris, A. Colin, 1989, p. 34.

14L’autre moyen d’accroître les revenus est de contrôler la production soit en possédant l’outil de production soit en confiant à des industriels, spécialisés à forfait ou à façon, la réalisation de certaines tâches. On observe alors une quête accrue d’intégration sans que les profits puissent être seuls invoqués ; la maîtrise des flux et de la qualité est tout aussi importante, mais le manque de moyens des entrepreneurs limite leur capacité dans leur projet d’intégration. On assiste surtout au développement d’industriels spécialisés qui tentent d’étendre leur contrôle direct au moins sur un autre des segments de la filière. Ils préfigurent les industriels semi-intégrés de la période suivante. Accroître la valeur ajoutée des produits, contrôler leur qualité, s’accompagne nécessairement de la maîtrise des apprêts. Les industriels du tissage suscitent pour cela la naissance ou le développement des ateliers d’apprêts. Enfin, contrôler au mieux la main-d’œuvre conduit, sauf en Ariège, à la création d’ateliers de tissage concentrés, sans qu’aucune autre modification technique que l’introduction de la navette volante ne soit intervenue dans la méthode de production depuis l’époque moderne. Comme à Roubaix, les métiers restent des outils en bois actionnés manuellement par des ouvriers42. Leur regroupement n’est donc pas lié à des contraintes techniques. Il repose sur le souci de rationaliser la production par un meilleur contrôle de la fabrication visant à la normalisation de la qualité recherchée. Ainsi, en Aveyron, les ateliers sont situés à proximité immédiate des bureaux de l’entreprise43. Ce mouvement s’accompagne du développement du nombre et du rôle des commis et des contremaîtres44 qui supervisent aussi bien le travail des ouvriers en atelier que celui des tisserands à domicile45.

Les effets de la mécanisation

  • 46 La jeannette n’est plus vraiment une jenny, mais pas encore une mull-jenny. Nous préciserons dans (...)

15Parallèlement à l’émergence de la figure de l’entrepreneur, on assiste aux prémices de la mécanisation de l’industrie textile à partir de l’Empire, ce qui accélère le processus d’émergence des territoires industriels. Elle débute dans la filature, d’abord timidement avec le système Douglas, puis vigoureusement avec les machines Cockerill. Le phénomène qui s’ensuit ne retarde pas seulement le processus de désindustrialisation (comme dans l’Aude), il est aussi pleinement industrialisant pour les entreprises du Tarn et de l’Ariège. L’Hérault se dote aussi d’usines qui le rendent apte à soumissionner aux commandes de l’État. Ce dernier département possède un équipement toujours à la pointe de la technologie du moment, alors que les autres espaces industriels innovent progressivement, sans révolution et toujours en décalage par rapport aux grands centres industriels extérieurs au Midi. Cela se traduit par le maintien, dans le monde rural, d’une filature qui abandonne progressivement le fuseau et la quenouille pour s’en remettre d’abord à la jenny et à la jeannette46. Ces dernières sont aussi présentes dans les villes où elles se développent parallèlement aux mull-jennys.

  • 47 Les fabricants de Carcassonne alimentent alors les fabriques du Tarn et de l’Hérault en fil cardé  (...)
  • 48 AD Ariège, 16 J 19 ; Registre des ouvriers à domicile travaillant pour le compte de la filature : (...)
  • 49 AD Aude, 14 M 9 ; Lettre du sous-préfet de Limoux au préfet de l’Aude, 18 juin 1825.
  • 50 On commence à regrouper les ouvriers dans des ateliers cf. Rémy Cazals, Les révolutions industriel (...)
  • 51 AD Lozère, 2 P 153 ; Contributions directes : carnets des établissements industriels imposables au (...)
  • 52 AD Aude, 14 M 9 ; Lettre du sous-préfet de Limoux au préfet de l’Aude, 18 juin 1825.
  • 53 Alain Hortus, « L’industrie de la laine dans le Lodévois : étude économique et sociale (1789-1851) (...)

16De nombreux patrons de filatures mécaniques, employant exclusivement des mull-jennys, y sont devenus des Verleger. Ils distribuent le fil à des tisserands qu’ils font travailler à façon. Les « filatures » sont en fait des établissements qui concentrent de plus en plus les activités d’aval de la filière. Pour valoriser une production de fils en augmentation sensible et éviter les goulots d’étranglement – que connaissent certains grands centres comme Carcassonne47 –, ils recrutent des ouvriers-paysans qu’ils transforment en façonniers pour le tissage. La filature Ponsein à Laroque-d’Olmes en fournit un bon exemple, dès la monarchie de Juillet48. Inversement, des patrons de tissage ont acquis des filatures pour contrôler les opérations en amont de la filière. Les plus innovants ont cherché aussi à maîtriser les apprêts, soit en créant des ateliers, soit en traitant avec les maîtres d’ateliers, toujours plus nombreux, travaillant au forfait ou à façon pour les donneurs d’ouvrages. Ce processus n’est pas nouveau ; il était déjà amorcé à l’époque moderne. Mais la mécanisation en cours catalyse le phénomène et, à Limoux par exemple, il est devenu presque général dès l’Empire49. Cette organisation rappelle celle du Tarn50, de la Lozère51, de l’Aude52 ou de l’Hérault53.

  • 54 L’ouvrier des champs ne régresse pas forcément car le développement des territoires les plus dynam (...)
  • 55 AD Aude, 14 M 9 ; Lettre du maire de Limoux au sous-préfet de Limoux, 13 août 1822.
  • 56 Gérard Noiriel, Les ouvriers dans la société française, XIXe-XXe siècle, Paris, Seuil, 1986, 44-55
  • 57 AD Aude, 14 M 15 ; Lettre du sous-préfet de Castelnaudary au préfet de l’Aude, 13 décembre 1856.

17Cette première mécanisation, associée au développement des ateliers de finition en ville ainsi qu’au début du regroupement des tisserands dans des ateliers urbains, provoque une mutation très sensible dans l’organisation du travail et la répartition spatiale ouvrière. Les effectifs ruraux fondent et le travail, toujours majoritairement dispersé, a tendance à se déplacer des campagnes vers les places industrielles ; le nombre des ouvriers y augmente par la densification des activités industrielles urbaines et non par la concentration usinière54. Ainsi à Limoux, les filatures et les ateliers d’apprêts voient leurs effectifs doubler entre l’Empire et les débuts de la Restauration55. Les conditions de vie des ouvriers sont modifiées. La résidence en ville ou dans les faubourgs est un déracinement. Le lien à la terre et aux activités rurales en général est transformé. Le caractère complémentaire des ressources agricoles est menacé par la difficulté de concilier un mode de vie pluriactif avec l’exercice d’un métier industriel davantage normé, où le salariat l’emporte peu à peu. Toutefois, la résistance à la perte d’identité et la volonté de maintenir des activités annexes pour compenser la faiblesse des salaires du textile poussent les ouvriers à conserver un lien économique avec l’exploitation de la terre56. Ce dernier est plus ou moins marqué en fonction du degré de mécanisation de l’industrie qui limite de plus en plus toute possibilité réelle de pluriactivité. Cela se traduit par une surexploitation considérable de la main-d’œuvre. Par exemple, dans le département de l’Aude, à Cenne-Monestiés, le développement du travail concentré contraint les femmes à ajouter à leur journée à l’usine plusieurs heures, le matin et le soir, de filage à façon à domicile57.

Individualisation des trajectoires et interrelations entre les acteurs

  • 58 Tissé en laine cardée retorse. Son nom est une altération du nom anglais kerseymere. Son armure cr (...)
  • 59 Étoffe en laine cardée mêlée de poils de castor destinée à fournir le marché en vêtements d’hiver.
  • 60 Drap cardé croisé inventé à Castres sous la Restauration. Fortement frappé au métier et double cro (...)
  • 61 Proche des draps de montagne par leur conception, ils en diffèrent cependant sensiblement notammen (...)

18Les territoires émergents n’adoptent pas les innovations au même moment et l’intensité innovante est très variable, ce qui permet de mettre en lumière un processus d’individualisation des trajectoires. Cette dernière est aussi perceptible dans l’évolution de la structure-produit. On assiste à une spécialisation progressive des places industrielles et de leurs territoires associés. Castres adopte d’abord les casimirs58 et castorines59, Mazamet les cordelats, avant que les deux centres tarnais passent, ensemble, aux cuir-laine60. Lavelanet s’appuie sur les draps larges61, comme Carcassonne qui y ajoute les draps pour le Levant, ainsi que Bédarieux et Saint-Pons. Pendant ce temps, les draps de troupe s’implantent toujours plus à Lodève et Clermont.

  • 62 Désigne dans l’Hérault, au XIXe siècle, la production héritée de la belle fabrication destinée au (...)
  • 63 Étoffe mélangée à chaîne en filoselle et trame en laine cardée. Produite dans le castrais depuis l (...)
  • 64 Draperie de laine cardée en laine douce et moelleuse. À l’inverse des draps cardés et des couvertu (...)
  • 65 Tissu cardé façonné, faiblement apprêté, dont l’originalité est liée à la variété des dessins et d (...)

19Cependant, les effets de mode et la réussite locale d’un produit innovant continuent, au moins jusqu’en 1830, à limiter l’individualisation des trajectoires. La crise de 1830 accélère cette dernière, comme le repli des productions traditionnelles sur les marchés levantins. Les productions de mahouts62 et de stambouls pour l’Afrique et l’Orient s’effondrent comme la production de draps larges au marché saturé. Les cuir-laine qui avaient fait la fortune de Castres et de Mazamet dans les années 1820 deviennent le produit phare du Pays d’Olmes. Castres se reconvertit dans les sargues63 et Mazamet, sans abandonner les flanelles64 et les molletons, se lance massivement dans les nouveautés65. Ces dernières deviennent la production centrale de Saint-Pons et de Bédarieux. Les deux centres de l’Hérault se spécialisent aussi dans le drap de troupe, rejoignant ainsi Lodève et Clermont qui accroissent leur puissance dans ce domaine en profitant de la conquête de l’Algérie puis de la guerre de Crimée.

20La spécialisation territoriale des productions a pour effet de favoriser une certaine coopération entre les industriels. À Mazamet se crée la Société des Casernes pour assurer en commun la commercialisation des draps. À Lavelanet, les principaux industriels s’organisent pour porter leurs produits à la foire de Beaucaire. Dans l’Aveyron et dans le Tarn, des industriels s’associent pour disposer de la force suffisante et être en capacité de soumissionner aux commandes de l’État. Un peu partout, on se regroupe pour présenter en commun les produits de la place ou du territoire aux expositions internationales et aux expositions de l’industrie nationale à Paris.

*

21Au total, les aires de spécialisation productives de l’époque moderne se définissent à partir des critères formant le premier ensemble de la définition d’un territoire industriel. Le deuxième ensemble est parfois présent, mais ce n’est pratiquement pas le cas ni du troisième ni du quatrième. Dans les deux premiers tiers du XIXe siècle, les structures changent. On observe une spécialisation accrue dans une production spécifique. Le nombre des entreprises spécialisées, voire semi-intégrées, liées entre elles par la division du travail dans un espace de proximité, augmente. La structure spatiale évolue dans le sens d’une densification des activités au sein des places industrielles, d’une réduction des activités de production dans le monde rural, d’une diminution de la part consacrée à l’agriculture pour les ouvriers et plus encore pour les patrons, d’un redéploiement de l’activité dispersée du rural vers les places industrielles. On assiste à l’émergence d’un marché de la main-d’œuvre mobile à l’intérieur des territoires, sans pour autant supprimer la pratique persistante d’un fort turnover avec l’extérieur. Un patronat spécifique à l’activité centrée principalement sur le textile se constitue. Toutefois, les institutions publiques restent faibles et celles qui relèvent du privé sont encore bien rares. Malgré cela, on est bien en présence d’un glissement des aires de spécialisation productives vers les territoires industriels ; mais ces derniers restent incomplets ; ils se révéleront pleinement à partir du dernier tiers du XIXe siècle.

Notes

1 Dénomme la production de draps, tissés à pas simple, du seizain au quarantain (1 600, 1 800, 2 000, 2 200, 2 400, 2 600, 2 800, 3 000, 3 200, 3 400, 3 600, 3 800, 4 000 fils de chaîne). Elle s’effectue sur des grands métiers à deux tisserands, avant l’adoption de la navette volante. Si les plus belles productions du Midi appartiennent à la grande draperie, cette expression n’est pas synonyme de grande finesse. Il existe des draps ordinaires alors que l’on trouve des petites draperies fines.

2 Elle recouvre la production des petits draps (étoffes tissées entièrement en laine cardée aux apprêts moins soignés que pour les draps), des étoffes rases et sèches (produits entièrement tissés à base de laines peignées communes), des étoffes combinées (dont la chaîne est en laine peignée commune et la trame constituée de laine cardée obtenue soit à partir de laine neuve soit à partir de sous-produits du peignage desquels on obtient le peignon). Les petites draperies sont fabriquées majoritairement sur des métiers étroits à un seul tisserand. Elles sont toutes bon marché mais pas nécessairement grossières.

3 Giacomo Becattini, « Dal settore industriale al distretto industriale. Alcune considerazioni sull’unita indagine dell’economica industriale » Rivista di Economica e Politica Industriale, 5-1, 1979, p. 7-21, ainsi qu’à la mise au point synthétique : Giacomo Becattini, « Le district marshallien : une notion socio-économique », in Georges Benko et Alain Lipietz (dir.), Les régions qui gagnent. Districts et réseaux : les nouveaux paradigmes de la géographie économique, Paris, PUF, 1992, p. 35-55.

4 Didier Terrier, « Sistemi territoriali e vincolo sociale nell’industria tessile del Nord della Francia (fine XVII-inizio XX seculo) », in Giovanni Luigi Fontana (éd.), Le vie dell’industrializzazione europea. Sistemi a confronto, Bologne, Il Mulino, 1997, p. 225-240 ; Didier Terrier, Les deux âges de la proto-industrie. Les tisserands du Cambrésis et du Saint-Quentinois, 1730-1880, Paris, éditions de L’EHESS, 1996 ; Gérard Gayot, Les draps de Sedan, 1646-1870, Paris, éditions de l’EHESS/Terres ardennaises, 1998.

5 Jean-Claude Daumas, Les territoires de la laine. Histoire de l’industrie lainière en France au XIXe siècle, Villeneuve-d’Ascq, Presses universitaires du Septentrion, 2004, p. 17. Notons que Bernard Ganne avait été un précurseur en matière de critiques convaincantes (Jonathan Zeitlin, « Districts industriels et flexibilité de la production hier, aujourd’hui et demain », in Michel Lescure (dir.), La mobilisation du territoire. Les districts industriels en Europe occidentale du XVIIe au XXe siècle, Paris, CHEFF, 2006, p. 449) en la matière : Bernard Ganne, Industrialisation diffuse et systèmes industriels localisés. Essai de bibliographie critique du cas français, Genève, Institut international d’études sociales, 1990 ; in B. Ganne, « Place et évolution des systèmes industriels locaux en France. Économie politique d’une transaction », in B. Ganne (éd.), Développement local et ensembles de PME, Lyon, GLYSI, 1992, p. 123-148 ; Bernard Ganne, « France : Behind Small and Medium-Size Entreprises Lies the State », in Arnaldo Bagnasco et Charles F. Sabel (éd.), Small and Medium-Size Entreprises, Londres/New-York, Pinter, 1995, p. 115-133.

6 Jean-Michel Minovez, « Naissance d’une aire de spécialisation productive : le territoire de la laine ariégeois », in Jean-Claude Daumas, Pierre Lamard et Laurent Tissot (éd.), Les territoires de l’industrie en Europe (1750-2000). Entreprises, régulations et trajectoires, Besançon, Presses universitaires de Franche-Comté, 2007, p. 37-55.

7 J.-C. Daumas, Les territoires de la laine. op. cit., p. 17-18.

8 Gioacchino Garofoli et al., Industrializzazione diffusa in Lombardia. Sviluppo territoriale e sistemi produttivi locali, Milan, Istituto regionale di ricerca della Lombardia/Franco Angeli, 1983 et Gioacchino Garofoli, « Les systèmes de petites entreprises : un cas paradigmatique de développement endogène », in G. Benko et A. Lipietz (dir.), Les régions qui gagnent…, op. cit., p. 64-65.

9 J.-C. Daumas, Les territoires de la laine…, op. cit., p. 17-18.

10 Pour les références de sources portant sur les développements concernant l’époque moderne, nous nous permettons de renvoyer les lecteurs à l’ouvrage suivant : Jean-Michel Minovez, La puissance du Midi. Les draperies de Colbert à la Révolution, Rennes, PUR, 2012.

11 Dominique Cardon, La draperie au Moyen Âge. Essor d’une grande industrie européenne, Paris, éd. du CNRS, 1999.

12 Terme peu approprié pour caractériser les petites draperies apparues entre la fin du Moyen Âge et le début de l’époque moderne. Pris dans le sens étroit, elles concernent les étoffes rases et sèches. Dans une définition étendue, elles regroupent toutes les étoffes étroites : étoffes rases et sèches, étoffes combinées et petits draps.

13 Prosper Boissonnade, Colbert. Le triomphe de l’étatisme, 1661-1683, Paris, Rivière, 1932.

14 Pierre Deyon, « Destructions, transferts, et mutations (1580-1640). La production manufacturière », in Pierre Léon (dir.), Histoire économique et sociale du monde, t. 2, Paris, Armand Colin, 1977, p. 276 ; Emmanuel Le Roy-Ladurie, Les paysans de Languedoc, Paris, SEVPEN, 1966, p. 124-125.

15 Suzanne Diffre, Villeneuvette, 1674-1954. La manufacture royale de Villeneuvette en Languedoc, Gignac, Bibliothèque 42, 1997.

16 Prosper Boissonnade, « La restauration et le développement de l’industrie en Languedoc au temps de Colbert », Annales du Midi, 1906, p. 441-472.

17 Augustin González Enciso (éd.), El negocio de la lana en España (1650-1830), Pamplona, EUNSA, 2001 ; Giovanni L. Fontana et Gérard Gayot (éd.), Wool : Products and Markets (13th-20th Century), XIIIe Congrès de l’association internationale d’histoire économique, Buenos Aires, 22 au 22 juillet 2002, Padou, CLEUP, 2004.

18 Voir à ce sujet les nombreux arrêts du Conseil d’État du roi portant sur les règlements des manufactures de laine.

19 Genre de serge de qualité supérieure, spécialité du Gévaudan, en particulier de l’espace de production situé autour de Mende.

20 Désigne les étoffes tissées à pas croisé. Le terme est employé d’une manière plus précise pour les étoffes rases et sèches, spécialité de la Bigorre, du Gévaudan et de la zone des Cévennes et des Garrigues.

21 Les plus communes sont des étoffes combinées et les plus fines sont entièrement faites de laine peignée. Dans ce cas on obtient les étoffes rases et sèches parmi les plus fines du Midi.

22 Regroupe un ensemble d’étoffes rases et sèches à la filature grossière.

23 Famille de produits combinés. Inventée à la fin du Moyen Âge, comme de nombreux tissus, destinée au marché espagnol, l’étoffe tire son nom – cadis ou cadin – de la ville de Cadix. Spécialité par excellence des centres du Midi, elle domine dans presque tous les territoires de petite draperie de l’Atlantique au Rhône et des Pyrénées au Limousin.

24 Cette fabrication connaît une grande continuité dans les territoires de la laine peignée (en Gascogne, Guyenne, Béarn) où elle forme une importante production de tissus combinés. Dans les territoires dominés par la laine cardée, on fabrique des cordelats tout de laine cardée dont les meilleurs sont les « mazamets ».

25 Étoffe étroite foulée, entièrement en laine cardée. De ce fait, elle est aussi appelée petit drap.

26 Draperie de laine cardée en laine douce et moelleuse. Le molleton est légèrement foulé au savon, tiré à poil d’un seul ou des deux côtés. Il existe aussi un genre de cordelat large appelé molleton qui se fabrique à Mazamet et dans les environs, tout en laine cardée.

27 Les mahoux sont avec les londrins premiers les qualités supérieures des draps de Languedoc destinés au Levant. Tissés avec les plus belles laines de Ségovie, ils sont foulés, feutrés, et leur attrait réside dans la légèreté, la souplesse, la beauté des apprêts et les couleurs éclatantes. Ils diffèrent sensiblement du londrin second tissé avec un fil nettement plus gros à base de laine de Soria et seconde Ségovie en trame qui représente la masse de la production et du commerce entre le Languedoc et les Echelles du Levant.

28 Ils forment la qualité ordinaire des étoffes destinées aux Échelles du Levant.

29 Tissus produits dans les jurandes de la partie orientale des Pyrénées, des Corbières, de la Montagne Noire et du Minervois, ils sont élaborés à partir de laines des Corbières, du Roussillon et des meilleures fibres du pays, il a un titrage de fil supérieur et des apprêts moins élaborés que ceux de la draperie fine destinée aux Échelles du Levant.

30 Arts de la draperie principalement pour ce qui regarde les draps fins, par Duhamel du Monceau, Paris, Saillant & Nyon et Desaint, 1765 ; Encyclopédie méthodique. Manufactures arts et métiers, tome 1, par Jean-Marie Roland de la Platière, Avocat en Parlement, Inspecteur-général des manufactures de la province de Picardie […], Paris, Panckoucke, 1785 ; L’art du fabricant d’étoffes en laines rases et sèches, unies et croisées, par Jean-Marie Roland de la Platière, Paris, Imprimerie de Moutard, 1780.

31 Serge Chassagne, « Aspects des phénomènes d’industrialisation et de désindustrialisation dans les campagnes françaises au XIXe siècle », Revue du Nord, t. LXIII, no 248, janvier-mars 1981, no spécial « Aux origines de la révolution industrielle », p. 35-58.

32 J.-M. Minovez, « L’État et les draperies dans les Pyrénées centrales au milieu du XVIIIe siècle », Annales du Midi, 2004, p. 171-189.

33 Voir les exemples particulièrement éclairants de Carcassonne : Claude Marquié, L’industrie textile carcassonnaise au XVIIIe siècle. Étude d’un groupe social : les marchands-fabricants, Carcassonne, Société d’études scientifiques de l’Aude, 1993, et de Montauban : Daniel Ligou, Montauban à la fin de l’Ancien Régime, Paris, Marcel Rivière, 1958 ; Daniel Ligou (dir.), Histoire de Montauban, Toulouse Privat, 1984.

34 Pour le développement de l’argumentation, nous nous permettons de renvoyer les lecteurs à J.-M. Minovez, La puissance du Midi…, op. cit.

35 AD Aude, 14 M, 9 ; Rapport du préfet de l’Aude au ministre de l’Intérieur, 1er novembre 1825.

36 Le Pays d’Olmes est un territoire de la laine ariégeois. Il émerge au XIXe siècle pour devenir un des trois plus importants dans la seconde moitié du XXe siècle, cf. Jean-Michel Minovez, L’aventure industrielle en Pays d’Olmes. Histoire d’un grand territoire de la laine, XVIIe-XXe siècles, Toulouse, Privat, 2012.

37 AD Ariège, 14 M 17 ; Statistique industrielle des manufactures fabriques et usines et autres établissements capables de donner des produits ailleurs qu’à la consommation locale […], département de l’Ariège, 1825.

38 Christopher H. Johnson, The Life and Death of Industrial Languedoc, 1700-1920, New-York-Oxford, Oxford University Press, 1995, p. 39.

39 AD Tarn, XIII, M 1-11 ; Rapport sur l’activité économique du département, 15 novembre 1835.

40 Jean Loup, L’industrie lainière dans le Tarn, Toulouse, Librairie des étudiants, 1910, p. 207.

41 Rémy Cazals, Les révolutions industrielles à Mazamet, 1750-1900, Paris/Toulouse, La Découverte-Maspero/Privat, 1983, p. 111.

42 Jean-Michel Minovez, L’industrie invisible. Les draperies du Midi XVIIe-XXe siècles. Essai sur l’originalité d’une trajectoire, Paris, CNRS éditions, 2012 ; Jean Levain, Jacques Rougerie et Alain Straus, « Contribution à l’étude des mouvements de « longue durée » : la croissance de l’industrie lainière en France au XIXe siècle : ses allures et ses déterminants », Recherches et travaux, Institut d’histoire économique et sociale de l’université de Paris I-Panthéon-Sorbonne, déc. 1984, bull. no 13, p. 66.

43 AD Aveyron, 6 M 736 ; Statistique des établissements mettant en œuvre la laine et le coton. Rapport de l’ingénieur des mines, 13 avril 1870.

44 Les enquêtes industrielles postérieures à la période qui nous intéresse et concernant les années 1890 le montrent bien.

45 Alain Dewerpe, Le monde du travail en France, 1800-1850, Paris, A. Colin, 1989, p. 34.

46 La jeannette n’est plus vraiment une jenny, mais pas encore une mull-jenny. Nous préciserons dans une prochaine publication les différences que l’on entend entre ces différentes machines.

47 Les fabricants de Carcassonne alimentent alors les fabriques du Tarn et de l’Hérault en fil cardé : AD Aude, 14 M 9 ; Rapport du préfet de l’Aude au ministre de l’intérieur, 1er novembre 1825.

48 AD Ariège, 16 J 19 ; Registre des ouvriers à domicile travaillant pour le compte de la filature : tisserands, (1855-1862) ; AD Ariège, 16 J 20 ; Ibid., (1862-1864) ; AD Ariège, 16 J 21 ; Ibid., (1857-1863).

49 AD Aude, 14 M 9 ; Lettre du sous-préfet de Limoux au préfet de l’Aude, 18 juin 1825.

50 On commence à regrouper les ouvriers dans des ateliers cf. Rémy Cazals, Les révolutions industrielles à Mazamet…, op. cit., p. 116-121.

51 AD Lozère, 2 P 153 ; Contributions directes : carnets des établissements industriels imposables aux droits de patentes. Perceptions de Marvejols, 1846-1889.

52 AD Aude, 14 M 9 ; Lettre du sous-préfet de Limoux au préfet de l’Aude, 18 juin 1825.

53 Alain Hortus, « L’industrie de la laine dans le Lodévois : étude économique et sociale (1789-1851) », Mémoire de maîtrise, Université de Montpellier III, 1968.

54 L’ouvrier des champs ne régresse pas forcément car le développement des territoires les plus dynamiques continue de s’accompagner du recrutement d’une main-d’œuvre occupée dans l’espace rural.

55 AD Aude, 14 M 9 ; Lettre du maire de Limoux au sous-préfet de Limoux, 13 août 1822.

56 Gérard Noiriel, Les ouvriers dans la société française, XIXe-XXe siècle, Paris, Seuil, 1986, 44-55.

57 AD Aude, 14 M 15 ; Lettre du sous-préfet de Castelnaudary au préfet de l’Aude, 13 décembre 1856.

58 Tissé en laine cardée retorse. Son nom est une altération du nom anglais kerseymere. Son armure croisée est identique à celle du mérinos. Elle est un dérivé de l’armure fondamentale serge.

59 Étoffe en laine cardée mêlée de poils de castor destinée à fournir le marché en vêtements d’hiver.

60 Drap cardé croisé inventé à Castres sous la Restauration. Fortement frappé au métier et double croisé, il diffère sensiblement de l’ancienne production de Languedoc par sa densité, sa lourdeur et son épaisseur.

61 Proche des draps de montagne par leur conception, ils en diffèrent cependant sensiblement notamment par la qualité des laines employées et la finesse des apprêts.

62 Désigne dans l’Hérault, au XIXe siècle, la production héritée de la belle fabrication destinée au Levant. Leurs prix inférieurs et leur modeste réputation laissent penser que l’on a affaire à une fabrication nettement moins fine que par le passé.

63 Étoffe mélangée à chaîne en filoselle et trame en laine cardée. Produite dans le castrais depuis l’Ancien Régime, en particulier dans le canton de Vielmur. Cette production soutient le développement de Castres entre 1830 et 1860, avant leur remplacement par les péruviennes.

64 Draperie de laine cardée en laine douce et moelleuse. À l’inverse des draps cardés et des couvertures, elle n’est en général pas foulée. Elle subit un lainage qui augmente ses pouvoirs calorifuge et absorbant.

65 Tissu cardé façonné, faiblement apprêté, dont l’originalité est liée à la variété des dessins et des couleurs, renouvelés sans cesse. Il est constitué d’une chaîne de fils de laine communs et résistants et d’une trame de fils de laine plus fins, doux et élastiques, à laquelle on peut incorporer des matières diverses telles le coton, la soie ou des poils : cachemire, vigogne, castor, rat, lapin, etc. Il fait la réputation de Mazamet, puis de Lavelanet et de Labastide-Rouairoux, enfin de Castres dans le Midi.

© Presses universitaires de Rennes, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540