Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La gloire de l’industrie

 | 
Corine Maitte
, 
Matthieu de Oliveira
, 
Philippe Minard

Troisième partie. La dynamique des territoires

Un territoire comme les autres ? Les départements belges et la politique industrielle napoléonienne (1799-1814)

Igor Moullier

Texte intégral

  • 1 Gérard Gayot, « La classe ouvrière saisie par la révolution industrielle à Verviers, 1800-1810 », (...)

1Dans un article consacré aux ouvriers de Verviers, Gérard Gayot, reprenant les travaux de Pierre Lebrun, soulignait que dans cette région belge, la révolution industrielle avait été « précoce, rapide, parfaite », décollant entre 1799 et 1810, c’est-à-dire au moment où Verviers faisait partie des départements « belges » de l’empire napoléonien1. Quel rôle la situation institutionnelle des départements belges a-t-elle joué dans leur développement économique ? Nous nous proposons de reprendre sous cet angle la question des liens entre économie et territoire, à travers l’analyse de la politique industrielle gouvernementale durant la période napoléonienne. Y a-t-il eu des politiques territoriales ciblées ? Les départements belges ont-ils fait l’objet d’une attention particulière, comme laboratoire possible de la mécanisation, ou ont-ils au contraire été vus comme des concurrents pour les départements « français » ?

2Un premier exemple permettra de prendre conscience de l’effet frontière au sein de la Grande Nation. Il existait à Bois-le-Duc, ville du Brabant hollandais, limitrophe du département des Deux-Nèthes, une fabrique de draps située mi-partie sur le territoire français et mi-partie sur le territoire batave, de manière qu’un corps des bâtiments servant à son exploitation se trouvait en Hollande et le reste en France. Un règlement émané du gouvernement autrichien autorisait l’entrée des étoffes, à la charge par les entrepreneurs de faire revêtir d’un plomb les pièces sur le métier. Deux saisies pour cause de faux plomb avaient révélé l’abus de cette marque et abouti à l’interdiction des draps de la fabrique Dessers.

  • 2 Archives nationales, Paris (désormais AN), F12 1616, rapport du ministre de l’Intérieur aux consul (...)

3Sous le Consulat, le préfet des Deux-Nèthes suggéra de lever l’interdiction et transmit la question aux ministres concernés. Le ministre des finances proposa d’obliger la manufacture à se transporter plus à l’intérieur du territoire, ou à défaut de déterminer strictement la quantité de draps qu’elle aura le droit d’introduire. Le Conseil consultatif des arts et manufactures recommanda de traiter avec le gouvernement batave pour modifier le tracé des douanes et inclure la manufacture sur l’un des deux territoires. Le ministre de l’Intérieur trancha en brumaire an X et, trouvant la solution du Conseil consultatif disproportionnée, il approuva la deuxième proposition du ministre des Finances2.

  • 3 On s’est inspiré ici de l’ouvrage Gérard Gayot, Les draps de Sedan (1646-1870), Paris, Éditions de (...)

4Au-delà de cet exemple, c’est bien la notion de « territoire » dans la politique menée par le ministère de l’Intérieur sous Napoléon que nous voulons interroger. Les travaux de Gérard Gayot permettent une première approche de la notion. Des Draps de Sedan, on retiendra la manière dont le privilège royal amène la création d’un territoire industriel sedanais, né de l’esprit d’entreprise des drapiers, de la création d’un réseau de main-d’œuvre et de l’importation des technologies hollandaises par des voies semi-clandestines. Tout le XVIIIe siècle apparaît comme un patient effort de la part des manufacturiers sedanais pour façonner une main-d’œuvre qualifiée, à l’abri des règlements protecteurs. Dans l’article « De nouvelles institutions pour les villes et territoires industriels de la Grande Nation », Gérard explorait un autre versant, institutionnel celui-là, illustré par la carte des premières chambres de manufactures de l’an XII qui fait apparaître la densité spécifique aux régions de proto-industrialisation3. La Belgique était bien servie avec 14 chambres consultatives d’arts et manufactures et 5 chambres de commerce pour 7 départements.

  • 4 Pour une présentation plus générale, on se reportera à notre thèse : Igor Moullier, « Le ministère (...)

5On cherchera dans cette étude à saisir l’existence de la notion de « territoire » dans la politique menée par le ministère de l’Intérieur sous Napoléon vis-à-vis des départements belges. Au-delà de la statistique départementale, y a-t-il d’autres cadres dans lesquels se conçoit la politique industrielle ? C’est avant tout l’étude de la pratique et des dossiers qui peut apporter une réponse à ces questions4. Le ministère de l’Intérieur avait une politique volontariste de mécanisation de l’industrie textile qui l’obligeait à se confronter aux spécificités territoriales des différentes régions industrielles. La reconnaissance des coutumes et modes de fabrication fixés dans les règlements d’Ancien Régime était une autre base de différenciation possible. Enfin, la question des débouchés commerciaux formait le troisième pilier d’une politique économique territorialisée.

6Sous le Consulat et l’Empire, le dialogue entre l’administration et les manufacturiers se noue autour de trois points : les techniques, la main-d’œuvre, les débouchés.

Verviers, laboratoire pour la révolution industrielle française ?

7Les tentatives d’acclimater les mécaniques anglaises en France étaient nombreuses. L’une d’entre elles rencontra le succès, sans bénéficier d’une aide gouvernementale particulière : celle de William Cockerill, embauchée par Simonis en 1799. L’activité des Cockerill semble avoir tardivement attiré l’attention du ministère de l’Intérieur.

  • 5 AN, F12 2332, 7 nivôse an X.

8Les Cockerill avaient déjà fait une demande en l’an XI, mais le préfet de l’époque ne l’avait pas transmise au ministère de l’Intérieur pour cause d’irrégularité. Les Cockerill furent cependant exemptés du statut de prisonniers de guerre par décision du gouvernement. Le gouvernement ne voulait pas apparaître ouvertement comme favorisant par des voies illicites les transferts de technologies. En l’an X, l’américain Barnes demanda à être remboursé des dépenses qu’il avait faites pour faire venir à Gand des ouvriers anglais spécialisés dans la filature du coton. Le ministre refusa : « Si, comme je n’en doute pas, des ouvriers anglais se sont rendus en France sur votre invitation, c’est assurément pour le compte de fabricants particuliers, puisque le gouvernement ne vous a chargé d’aucune commission à cet égard ; c’est donc auprès de ces fabricants que vous devez réclamer le montant de vos frais. » Le gouvernement devait « laisser le soin d’attirer les ouvriers étrangers aux manufactures qui peuvent avoir des notions exactes sur leurs capacités5 ».

  • 6 AN, F12 506.

9En pluviôse an XIII, un manufacturier de Bruxelles, Gillet avait affirmé ne pouvoir utiliser les machines Douglas pour sa manufacture de tricots, et voulait pouvoir aller chercher des ouvriers en Angleterre. Il fit une demande de passeports pour eux. Le rapport du bureau des manufactures rappela que le ministère n’avait jamais accordé une telle demande, Chaptal s’y était opposé en raison des risques courus. De plus, le demandeur n’apparaissait pas fiable. Dans une affaire précédente il avait tenté de s’emparer de l’invention d’un anglais, Moor : le bureau le considérait comme un intrigant et proposait au ministre de ne pas lui répondre6.

10Cette attitude contrastait avec les faveurs accordées à des artisans venus s’installer en France, de Holker à Douglas. Douglas avait été longtemps soutenu, par Chaptal en premier lieu. Champagny lui emboita le pas, comme le montre une circulaire de l’an XIV :

  • 7 Toutes les citations des circulaires ministérielles sont tirées du Recueil des lettres circulaires (...)

« Le gouvernement en encourageant la fabrication des machines de M. Douglas, en lui accordant toute la protection que méritent son industrie et ses services, a voulu, M., rendre communs des procédés dont nos manufactures doivent retirer une grande utilité dans un temps où surtout diverses causes tendent à élever le prix de la main-d’œuvre7. »

11En 1809, le secrétaire général du ministère, Fauchat, retraçait les raisons de la faveur de Douglas :

« M. Crétet n’étant encore qu’aux Ponts et chaussés, a protégé M. Douglas de la manière la plus empressée et la plus efficace. Jamais peut-être il n’a mis dans aucune affaire autant de chaleur que dans celle-ci. Il en a parlé dix fois à M. Chaptal alors ministre, dans les termes les plus formels, il s’est interposé pour épargner à M. Douglas des difficultés et des lenteurs de formes et de bureaux. M. Courtin et moi avons alors écrit un grand nombre de lettres, nous avons eu par ordre du conseiller d’État un nombre infini de conversations avec M. Douglas. »

  • 8 AN, F12 2207, rapport du bureau des Arts et manufactures, 23 décembre 1809.

12Protégé de Crétet, qui venait de mourir au cours de l’année 1809, et qui en avait fait le chef de la 2e division du ministère de l’Intérieur, Fauchat reconnaissait avoir continué à soutenir Douglas, par fidélité à son protecteur, tout en estimant que la bienveillance de l’administration devait toucher à son terme : « Mais je dois à la vérité de dire qu’il a reçu tous les encouragements que commande l’intérêt de notre industrie et qu’il n’y a plus aucune utilité à lui en continuer8. »

13Ce n’est qu’en 1809 également que le ministre Crétet s’intéressa à nouveau au cas des Cockerill dans une lettre au préfet de l’Ourthe du 22 avril 1809 : « On m’assure, Monsieur, que le sieur Cockerill, anglais d’origine, établi à Verviers, construit des machines propres à la filature de la laine et à la fabrication des draps. » Le ministre demandait si les machines procuraient « une économie considérable sur la main-d’œuvre » et ajoutait que le gouvernement attachait beaucoup d’importance à propager la connaissance des meilleures machines : « Il lui serait agréable d’apprendre que le sieur Cockerill, mu par son intérêt particulier, s’occupe de seconder ses vues. »

14Cockerill répondit par l’intermédiaire du préfet :

  • 9 Archives royales de Liège, Fonds français préfecture (désormais FFP), 943/1

« Nous sommes les premiers qui avons introduit ces inventions utiles en France et osons avancer que toutes celles que nous avons mises en activité, particulièrement celles récemment établies par MM. André de Neuflize fils, Bernard Scheibler, Ponsardin et autres sont bien supérieures aux mécaniques en Angleterre9. »

15Le préfet transmit le 12 mai les renseignements au ministre, en s’appuyant sur une notice rédigée par Cockerill qui présentait les entrepreneurs ayant acquis ses machines : 92 assortiments étaient répartis chez une vingtaine de manufacturiers, essentiellement à Sedan, Montjoie, Aix-la-Chapelle, Reims et Verviers. Le ministre répondit en témoignant sa vive satisfaction aux Cockerill, ajoutant qu’il se ferait un plaisir de les seconder dans leurs entreprises. Les Cockerill en profitèrent pour demander leur naturalisation par une lettre du 9 juin 1809 au ministre, en affirmant leur intention de se fixer définitivement en France et de jouir des dispositions du sénatus-consulte du 19 février 1808. Leur naturalisation leur fut accordée en 1810.

  • 10 Louis Bergeron, « Douglas, Ternaux, Cockerill : aux origines de la mécanisation de l’industrie lai (...)

16À partir de 1810-1811, la diffusion des machines de Cockerill connaît une poussée significative, autour de Reims, de Lyon, mais aussi dans le Midi. Comme la correspondance familiale le montre, les Cockerill semblaient assurés de la supériorité de leurs machines. De 1807 à 1816, ils vendirent au moins 135 assortiments pour une valeur totale de 1,6 million de francs10. Le département de l’Ourthe était incontestablement en pointe dans le mouvement d’industrialisation et de mécanisation et suscitait sans doute des craintes ou des jalousies dans les autres départements de l’Empire. Pour le ministère de l’Intérieur, il était sans doute préférable de ne pas afficher de soutien à un fabricant de machines de ce département et de le laisser par ses propres forces perfectionner ses machines.

17À la manière de Cockerill, les Verviétois ne se manifestent que tardivement auprès du ministère de l’Intérieur, à partir de 1808. Les chambres de commerce de Verviers et d’Eupen se plaignirent de la concurrence déloyale que représentait Douglas, bénéficiaire d’un brevet du gouvernement. Douglas venait d’obtenir un jugement favorable contre Ternaux, portant confiscation de leur mécanique à carder et filer la laine, ce qui amenait à craindre « les conséquences alarmantes qui en résulteraient pour notre département, si ce jugement était maintenu ».

18Les Verviétois dressaient le tableau récapitulatif de « leur » révolution industrielle. D’abord avaient eu lieu les essais de van den Bruck en 1798, qui « de succès en succès, a formé à Verviers un établissement en grand qui jouit de la plus grande confiance ». Puis en 1799, était venu s’installer M. Cockerill, « artiste attiré avec peine et dépense de l’Angleterre par les maisons de MM. Simonis et Biolley », grâce aux passeports obtenus pour l’artiste et sa famille par Talleyrand.

19La naturalisation d’un genre d’industrie qui était l’apanage exclusif de l’Angleterre ne pouvait se faire que par cette voie. « Il a fallu faire pendant longtemps des sacrifices, rappelaient les Verviétois. M. Cockerill manquant de collaborateurs suffisants et aussi de beaucoup d’accessoires qu’on n’a pu se procurer que par la plus grande opiniâtreté. » Cockerill fut secondé par l’établissement de son gendre, Hodson, à Verviers, puis de Jonge, mécanicien installé à Hodimont.

20Cette phase d’introduction des nouvelles machines avait permis d’établir une concurrence bénéfique :

« Ces quatre établissements qui sont tous conséquents et en pleine activité, font naître entre ces quatre artistes une émulation précieuse, pour le perfectionnement des machines, et nous font espérer d’obtenir bientôt une filature mécanique en laine assez fine pour pouvoir fabriquer les draps levantins et casimirs aussi parfaitement qu’en Angleterre. »

21Godin, Simonis et Biolley, au nom des fabricants de Verviers, s’élevaient contre les prétentions de Douglas :

« Si le Sr Douglas réussissait dans ses prétentions, si ayant le privilège exclusif de construire des mécaniques à carder et à filer la laine, il pouvait saisir toutes celles qui existent dans le département de l’Ourte, la fabrique parvenue à un haut degré de splendeur serait paralysée par le premier acte d’autorité. »

22Les dynamiques du nouveau territoire industriel en train de voir le jour seraient détruites : « Les fabriques du département possèdent un grand nombre de mécaniques de tous genres. Partout on y ressent les heureux effets de la concurrence. On doit en espérer beaucoup si elle n’est pas détruite. » Les conséquences décrites étaient apocalyptiques :

  • 11 FFP, 659.

« La classe ouvrière serait réduite à la plus affreuse misère. Les artistes mécaniciens qui sont intéressants par leur nombre et par leurs talents, ne voulant point être tributaires du Sr Douglas, transporteront leur industrie chez nos voisins qui ont été et seront toujours aussi jaloux de notre prospérité, qu’ils seront empressés à profiter de nos malheurs. Ils verront passer chez eux nos meilleurs ouvriers et le département qui doit à sa réunion à la France la prospérité dont il jouit, retomberait bientôt dans son ancien état de langueur11. »

23La réponse qui leur parvint devait les apaiser :

  • 12 FFP, 335.

« Le gouvernement a pourvu aux moyens d’empêcher que l’objet des craintes des fabricants de Verviers et d’Eupen ne vînt à se réaliser. Il a fait l’acquisition du brevet qu’a obtenu M. Douglas. L’usage de ses machines ne doit être libre qu’au premier janvier prochain. Alors chacun pourra établir des ateliers pour les construire, sans avoir l’appréhension d’être troublé dans l’exploitation de cette branche d’industrie12. »

24En mars 1810, Costaz enfonça le clou à propos de Douglas, demandant un secours de 50 000 francs :

  • 13 AN, F12 2207, 14 mars 1810.

« Lors même qu’on pourrait disposer de cette somme, serait-il juste de l’employer à favoriser exclusivement l’industrie de M. Douglas ? Il n’est pas le seul qui construise des machines propres à la fabrication des draps. M. Cockerill, domicilié à Liège, en établit aussi qui ne sont pas moins parfaites que les siennes. Il est même des manufacturiers qui préfèrent celles du premier de ces mécaniciens. Les sacrifices qu’on a faits ont produit l’effet qu’on attendait. Dans presque toutes les villes où l’on fabrique des draps, on a adopté les machines. La nécessité de soutenir la concurrence obligera ceux qui ne les emploient pas encore à se les procurer13. »

25Le ministre reprit intégralement l’argument de Costaz pour annoncer à Douglas que l’administration avait fait tout ce qu’elle pouvait en sa faveur, et qu’il était temps désormais qu’il se maintienne par ses propres forces :

  • 14 AN, F12 2207, le ministre de l’Intérieur à Douglas, 10 janvier 1810.

« Au moyen des sacrifices qu’a fait le gouvernement, vos machines sont répandues dans la généralité des villes de l’Empire où l’on fabrique des étoffes de laine. La nécessité de soutenir la concurrence obligera les autres fabricants à se les procurer. Nous n’avons donc plus à craindre qu’elles ne soient plus adoptées14. »

26Le ministère de l’Intérieur estimait avoir rempli son rôle dans le démarrage du processus de mécanisation. La réponse du ministre soulignait non seulement la diffusion des machines de Douglas, l’émulation qu’elle avait opérée parmi les fabricants, mais ajoutait un autre argument : celui du respect des règles de la concurrence :

« J’ajoute que si l’on continuait la prime, il n’y aurait pas de motif à refuser la même faveur à ceux qui achèteraient les machines construites par M. Cockerill, anglais d’origine qui s’est établi d’abord à Verviers, ensuite à Liège, machines qui sont employées par des fabricants très distingués, entre autres par MM. Neuflize de Sedan et Simonis de Verviers. »

  • 15 Ibid.

27Douglas pouvait être aidé lorsqu’il était le seul mécanicien à construire des machines, mais plus lorsque la concurrence s’était établie, signe que le secteur parvenait à maturité. L’action du ministère pouvait changer de registre : « Pour être parfaitement juste, il convient de vous abandonner tous deux à vos propres forces15. »

  • 16 FFP, 376.

28Les entrepreneurs de Verviers savaient ainsi utiliser les ressources politiques lorsque besoin était. Un Simonis, bénéficiaire d’une place de lieutenant de louveterie en l’an XIII16, n’était ainsi pas insensible aux honneurs du nouveau régime. Mais c’est surtout à la question de la mise en place d’un nouvel ordre industriel via la régulation de la main-d’œuvre qu’ils s’intéressèrent.

Un territoire et sa main-d’œuvre

  • 17 FFP, 688, 14 ventôse an X.

29Lors de la série de colloque Du Directoire à Brumaire, Gérard Gayot avait souligné l’importance du processus de consultation lancé par Chaptal par lequel les manufacturiers « retrouvèrent leur place » dans la société. Les fabricants de Verviers et d’Eupen surent saisir l’occasion lorsqu’ils furent consultés sur le projet de loi relatif aux manufactures. Comme beaucoup, ils s’en félicitaient, et regrettaient même « que les dispositions sont encore insuffisantes pour réprimer le désordre ». Les deux points principaux sur lesquels ils réclamaient des renforcements étaient l’infidélité des ouvriers et le vol des matières premières : « Le tableau qu’ils tracent de l’infidélité des ouvriers et des inconvénients qui résultent de la libre fabrication des bouts et pennes n’est point exagéré et je ne doute point que les plaintes qu’ils exhalent à ce sujet ne soient répétées par les fabricants d’Aix et de Montjoie17. »

  • 18 FFP, 689.

30La commune de Verviers, de son côté, se plaignit fréquemment aux autorités de ce que les communes environnantes, comme Hodimont, n’appliquaient pas encore les dispositions de la loi sur le livret ouvrier. En 1805, pour répondre à ces plaintes, le préfet prit un arrêté rappelant l’édit de l’évêque et prince de Liège en date du 10 mai 1746 contre les vols de laines dans les manufactures. Parmi les mesures évoquées, figurait la défense « d’acheter de la laine blanche ou teinte, non plus que des laines filées appelées vulgairement esquis, queues ou pennes, à d’autres personnes qu’à celles notoirement connues pour faire le commerce de laine18 ». La solution n’était pas inusitée : on trouve de nombreux préfets reprenant les dispositions d’arrêtés de l’Ancien Régime, approuvés par le ministère lorsqu’il ne s’agissait pas de rétablir des formes d’inspection ou de contrôle assimilée aux corporations. Restait le problème de l’application.

  • 19 FFP, 660.

31Le 17 juin 1809, le procureur du département écrivait au préfet que « les manufactures de Verviers et autres lieux se plaignent d’une immensité de vols ; on poursuit tous les délits qui sont dénoncés à la justice ; le jury les décide avec indulgence et tous les châtiments ne sont pas exemplaires19 ».

  • 20 FFP, 689.

32En 1812, les autorités ministérielles furent amenées à se prononcer sur l’affaire Thisquenne, avatar de la « longue insolence des ouvriers tondeurs ». Le tondeur Thisquenne avait provoqué un arrêt du travail dans les ateliers Biolley à Verviers. Le ministre des manufactures approuvait son arrestation : il fallait « faire un exemple » pour « empêcher les désordres ultérieurs […]. Son arrestation doit le convaincre que la vindicte des lois atteindra toujours ceux qui comme lui chercheraient à faire naître du trouble dans les manufactures20. » Le ministre de l’Intérieur, qui écrivit au préfet à propos de la même affaire, recommandait de son côté « beaucoup de prudence et de fermeté à la fois, pour empêcher que le mauvais exemple donné par les ouvriers d’une manufacture ne s’étende à toutes les autres. »

33La contrebande et l’introduction de produits anglais étaient un autre point sensible. En mars 1810, plusieurs plaintes émanent du commerce de Liège contre les négociants de Paris qui viennent s’installer temporairement pour débiter des marchandises. Le ministre de la police mena une enquête. La maison concernée

  • 21 FFP, 695.

« jouit d’une bonne réputation, et rien n’annonce qu’elle fasse le commerce de marchandises anglaises, rien ne peut donc s’opposer à ce que MM. Aubineau et Planchard, qui ont des patentes et qui satisfont à toutes les obligations qui leur sont imposées, ne donnent aux affaires de leur commerce de nouveauté toute l’étendue dont elles sont susceptibles21 ».

34Le département de l’Ourthe s’était aussi retrouvé sur le banc des accusés. Le 24 mai 1811, le ministre de la police générale rappelait au préfet :

  • 22 FFP, 660.

« Malgré mes précédentes recommandations, je ne reçois pas exactement, M., les informations qui me sont le plus nécessaires sur la situation de votre département. Vous m’avez laissé ignorer si les résolutions adoptées contre les marchandises anglaises étaient exécutées avec fidélité, quelle était leur influence sur le commerce ; si par suite du système prohibitif, celui-ci n’avait pas acquis plus d’extension22. »

  • 23 FFP, 668.
  • 24 FFP, 668.

35Le département était aussi vu d’un mauvais œil par certains centres industriels : le sous-préfet de Louviers s’était ainsi plaint « qu’au mépris de la loi du 22 germinal dernier relative à la police des manufactures, un grand nombre de fabricants de Verviers, Ensival, Limbourg, Liège, Aix la Chapelle, Montjoie, etc., se permettaient de faire encore circuler leurs draps sous le nom de Louviers23 ». En 1810, la chambre de manufactures de Verviers expliquait sa préférence pour un système libre plutôt que pour l’utilisation des marques : « Le décret impérial sur l’estampillage étant facultatif, nous croyons que très peu de fabricants y recoureront, et cela parce que chaque fabricant a sa qualité de drap particulière qu’il est intéressé de maintenir, de même que sa réputation24 ».

36La police des manufactures était l’un des éléments essentiels de la constitution d’un territoire industriel. Les affaires de contrebande et de contrefaçon montraient qu’elle était liée de manière étroite à la question des débouchés commerciaux, où s’appréhendaient de manière immédiate les effets économiques du rattachement à la France.

Un territoire commercial

37En matière de production, les manufacturiers belges, et notamment ceux de Verviers, pouvaient continuer à raisonner de manière locale et chercher à préserver leurs spécificités et leurs avantages technologiques. Les questions commerciales exigeaient elles d’emblée une opération intellectuelle de territorialisation, de saisie globale des enjeux que la modification des circuits commerciaux provoquait.

38La réunion à la France avait entraîné dans un premier temps des changements d’habitude. Anvers demanda plusieurs fois le rétablissement des opérations de transit. En messidor an VIII, le ministre de l’Intérieur s’accorda avec son confrère des Finances :

  • 25 AN, F12 1616.

« que l’on ne doit pas sacrifier notre agriculture et nos fabriques aux bénéfices précaires que nous procurerait le commerce de commission auquel cette faculté de transit nous réduirait. Ce serait à mon avis l’Angleterre qui retirerait le plus grand avantage de ce transit par la facilité qu’elle y trouverait de couvrir l’Europe du produit de ses manufactures25. »

  • 26 AN, F12 1893, 24 messidor an VIII.

39Lansel, qui avait rendu le rapport préparatoire, reconnaissait certes l’intérêt de la mesure pour la ville : « Cette concession rendrait au port d’Anvers une partie de son ancienne activité et le mettrait à même d’enlever une branche de commerce aux Hollandais et aux Hambourgeois », mais aussi les limites d’un tel commerce, trop spéculatif : « Le commerce de commission procure des bénéfices assez importants, mais ce commerce ne convient guère qu’à un peuple pauvre, dont le territoire est borné26. » La réunion à la France avait changé le cadre dans lequel devait s’exercer le commerce d’Anvers ; la lutte contre les marchandises anglaises prenait le pas sur les intérêts du négoce.

40Quelques mois plus tard, Chaptal offrit une oreille plus attentive aux demandes d’Ostende. Le ministre soulignait cette fois que le commerce de transit pouvait s’accorder avec les intérêts nationaux : il n’était plus l’apanage des nations au territoire « borné » comme le décrivait Lansel :

« À l’égard du transit qui consiste dans le passage accordé aux marchandises étrangères sur le territoire français pour se rendre dans d’autres contrées, la seule position géographique de la France semble l’avoir destinée à exploiter utilement cette branche d’industrie ; placée au milieu des nations commerçantes, la république en rapproche les communications respectives. »

41Mais la raison de ce changement d’attitude était à trouver dans l’évolution de la situation de l’Angleterre, que mentionnait la suite du rapport :

« L’excessive cherté des denrées qui se fait sentir depuis longtemps dans cette île […] deviendrait peut-être pour elle le germe d’une commotion intérieure. Dans une pareille hypothèse, ne serait-il pas de la prudence du gouvernement français d’offrir à l’avance aux riches propriétaires et manufacturiers de Grande-Bretagne des facilités pour transporter chez nous leurs capitaux et leur industrie. »

42Dans ces conditions, la demande d’Ostende pouvait être reçue, même si sa nature spéculative continuait à entretenir la suspicion du ministre et justifiait des mesures d’encadrement :

« Comme une semblable mesure pourrait, si elle était illimitée, présenter de grands inconvénients, et donner lieu à des versements frauduleux de marchandises, au détriment de notre industrie, elle ne doit s’appliquer qu’aux objets non prohibés par les lois françaises. Il paraîtrait même convenable non seulement d’excepter de cette facilité du transit et de l’entrepôt tous les ouvrages étrangers qui par le tarif actuel payent 10 % de leur valeur afin d’assurer la préférence aux objets de même genre fabriqués en France, mais encore d’assujettir à un droit modique ceux auxquels on accorderait la faveur du transit et de l’entrepôt. »

43Le climat entourant les négociations de la paix d’Amiens ne dura pas et les villes commerçantes en furent les premières victimes. En l’an XIII, le Conseil général de commerce renvoya à nouveau la demande d’Anvers au retour de la paix. Le ministre Champagny nota peu après qu’un certain nombre de villes n’envoyait plus de délégués au Conseil de commerce. Il soulignait que « les villes d’Anvers, par exemple, de Bruxelles, de Nantes, d’Ostende, de Turin, de Gênes n’ont envoyé aucun député à la dernière session, et cependant leurs intérêts ont une trop haute importance pour que leurs députés ne soient point au moins de temps en temps appelés à Paris ».

44Sur plusieurs points, les demandes venues de Belgique avaient en effet été repoussées. Le 28 floréal an X, le ministre de l’Intérieur revenait sur le préjudice que causait au département la défense d’exporter le houblon à l’étranger. L’exportation vers la basse Allemagne et en Hollande formait une importante activité, laissant une production sans débouchés car, notait-il, « les départements circonvoisins, où la bière est en usage, en cultivent assez pour leurs propres besoins. » Aucune exception ne pouvait être faite à l’exportation du houblon. Le ministre se borna à une réponse diplomatique :

  • 27 FFP, 695.

« Cependant, je me propose d’examiner particulièrement les observations que vous m’exposez à ce sujet, et j’engagerai le gouvernement à les prendre en considération, si je reconnais la possibilité de concilier l’intérêt du département de l’Ourthe avec l’intérêt public qui a déterminé la prohibition27. »

45Pour certaines demandes, les fabricants belges n’hésitaient pas à s’associer avec leurs homologues « de l’intérieur ». Le 24 frimaire an XI, les toiles de coton destinées à l’impression furent taxées à l’entrée de 800 francs par quintal, afin de favoriser le tissage sur le territoire, et durent en outre recevoir un certificat d’origine. Les fabricants de toiles peintes protestèrent contre ces complications, mais le ministère de l’Intérieur arbitra en leur défaveur, comme il le fit savoir à la Chambre de commerce de Bruxelles, qui demanda que les toiles de coton venant de l’Inde et destinées à l’impression, soient exemptées des formalités du certificat d’origine exigé par l’arrêté du 1er messidor an XI. Le ministre consulta le Conseil général de commerce sur cet objet, qui répondit négativement :

  • 28 AN, F12 616-617, 29 fructidor an XI.

« Les imprimeurs des toiles de coton dans la Belgique demandent, tant en leur nom qu’en celui de tous les imprimeurs de France, que les toiles de coton venant de l’Inde soient exemptées des formalités des certificats d’origine exigés par l’arrêté du 1er messidor an XI. Ils appuient leur demande sur ces deux considérations : que les toiles de coton destinées à l’impression sont une matière première pour notre industrie, et que cette industrie est en France tellement étendue qu’elle y occupe plus de 50 mille ouvriers28. »

46Sur le premier point, le Conseil essayait de raisonner avec logique : « Si les imprimeurs peuvent considérer les toiles blanches comme matière première, parce qu’ils n’ont fait aucune des opérations qui précèdent, un marchand pourrait avec autant de raison considérer les toiles imprimées comme matière première. Leur vente est le seul objet de son commerce. » Les industries qui transformaient réellement des matières premières, et créaient ainsi une plus grande valeur ajoutée, se voyaient donc donner la préférence sur celles qui comportaient une plus grande part de spéculation commerciale, et utilisaient des matières premières déjà transformées, et ce hors du territoire national.

47Sur le second point, celui de l’utilité sociale, la comparaison ne tournait pas non plus en faveur des toiles peintes : « Les occupations de filer, tisser et blanchir les toiles occupent dix fois plus d’ouvriers que celle de les imprimer. Si les toiles que l’on imprime en France occupent 50 mille ouvriers, leur fabrication, si elles étaient en France, en occuperait 500 mille. » Enfin, le Conseil ajoutait un argument d’ordre douanier pour souligner les dangers d’une politique d’exemption : « Les imprimeurs ne parlent que des toiles de l’Inde, mais l’exemption qu’ils demandent de certificats d’origine s’étendra sur toutes les toiles de coton. Les préposés des douanes ne pourront distinguer celles fabriquées dans l’Inde de celles fabriquées en Europe. » Ainsi le Conseil général de commerce venait lui-même mettre un frein aux revendications des fabricants de toile imprimée.

48Le ministère soutint en revanche les manufacturiers belges sur la question des réexportations. Il s’appuyait pour cela sur une décision du 27 août 1791 permettant le retour des marchandises françaises que le défaut de vente ou quelque autre motif détermine le commerce à faire revenir de l’étranger lorsque leur origine nationale est établie par des marques ou des caractères inhérents.

49Trois caisses appartenant à Cockerill avaient été saisies à Hambourg avant l’établissement de la ligne des douanes. L’administration n’avait pu lui donner aucun renseignement, ni sur ce qui s’est passé, ni sur les mesures prises par les autorités locales que l’empereur avait chargées directement de faire exécuter le décret impérial du 21 novembre dernier, et qu’un pareil état de choses lui ôtait les moyens de prendre une décision dans cette affaire.

50Le 26 décembre 1807, ministre de l’Intérieur rappela la procédure :

  • 29 FFP, 335.

« Il faut que ce mécanicien se procure des renseignements exacts sur l’époque précise de la saisie de ses ballots et de ses caisses, sur les lieux où ils sont déposés, et qu’il m’indique enfin l’autorité par qui a été ordonnée la saisie. Sans ces renseignements et cette indication, je ne saurais rien faire en sa faveur29 ».

  • 30 FFP, 668.

51Sur certains points, les départements belges étaient traités comme les autres. En 1807, le ministère de l’Intérieur essaya de stimuler certaines exportations en écrivant aux préfets. Au préfet de la Marne, il envoya des échantillons de châles anglais en l’incitant à les imiter, précisant que les essais réalisés dans le Midi, à destination des marchés du Levant, n’avaient pas donné de résultat satisfaisant. Le ministre s’adressa également aux manufactures de Verviers, Néau et Eupen, en ajoutant qu’il savait qu’elles continuaient de faire des envois pour le Levant via l’Allemagne, pour demander des renseignements sur la nature exacte des produits fabriqués, « au moment où ces envois vont acquérir une plus grande étendue.30 »

  • 31 AN, F12 507, correspondance du 19 mars 1807.

52L’Empire et le blocus ouvraient incontestablement des perspectives profitables. En 1807 toujours, le préfet de l’Escaut rendait compte de la multiplication des filatures de coton dans son département. Il appuyait son optimisme sur le fait que les marchés allemands allaient bientôt s’ouvrir car leur approvisionnement en fils anglais allait décliner si le blocus était bien exécuté31.

  • 32 AN, F12 506, 4 mai 1810.

53Dans le sens inverse, l’administration traitait la plupart du temps les départements belges selon la règle commune, comme le montre l’examen des demandes particulières. La préparation du voyage en Belgique de l’empereur en mai 1810 donna ainsi lieu à un inventaire des demandes qu’il était susceptible de recevoir. Pour Gand, l’on notait une demande d’établissements de conseil de prud’hommes (en cours d’examen par les bureaux, suivant la procédure normale), une liste des revendications tarifaires, comme la plainte contre les droits sur les colles fortes, avec un argument fourni par l’administration au ministre pour rejeter une telle demande : « Si au moyen de ce droit nos fabriques ne peuvent soutenir la concurrence, c’est que l’administration en est mauvaise ou qu’elles ne font pas usage des procédés de manipulation les plus économiques ». Enfin, parmi les notes sur les manufacturiers locaux, figurait le cas de Bauwens, débiteur envers le trésor public de 45 000 F, pour lequel on rappelait que toute nouvelle demande de sa part était soumise au respect de l’engagement de fournir au gouvernement en échange des sommes reçues deux assortiments de machines32.

  • 33 J. A. Chaptal, De l’industrie française, Paris, A. Renouard, 1819, p. 451.

54Les départements belges entraient en concurrence avec d’autres territoires industriels, par exemple ceux du Midi sur la question des exportations vers le Levant. Les décrets du 21 septembre 1807 et du 9 décembre 1810, rendus sur les représentations des chambres de commerce de Marseille, Carcassonne et Montpellier, prescrivaient, pour chaque qualité d’étoffe, le nombre de fils, la largeur et longueur du drap et la couleur des lisières ; ils organisent des formalités que Chaptal qualifia par la suite d’« inutiles et vexatoires33 ».

55Costaz souligna dans ses propres mémoires l’aspect politique de la décision : « le commerce de draps avec le Levant n’était point perdu, mais qu’il était déplacé ; c’est-à-dire qu’au lieu d’être fait, comme avant 1789, par le Languedoc, il l’était par les fabricants de la Belgique et de la rive gauche du Rhin. » La tâche de l’administration fut donc d’arbitrer entre les demandes des chambres de commerce et de manufactures du Midi, et celles du Nord, ce qu’elle ne fit pas sans un certain embarras :

  • 34 C. A. Costaz, Essai sur l’administration de l’agriculture, du commerce, des manufactures et des su (...)

« Elle avait cédé aux sollicitations des chambres du Midi, en faisant rendre le décret du 21 septembre 1807, qui ordonne le rétablissement de l’ancienne manière de fabriquer. Ce rétablissement étant contraire au vœu exprimé par les villes de Verviers, d’Aix-la-Chapelle, d’Eupen et de Montjoie, elle a été forcée de revenir sur ses pas. Un second décret, du 9 décembre 1810, a modifié l’autre dans des points essentiels, puisque la fabrication n’est gênée que pour les draps auxquels on veut faire apposer l’estampille nationale, et que, dans les autres cas, les manufacturiers peuvent fabriquer de la manière qu’ils jugent convenable. L’administration a donc été forcée de rentrer dans le principe du libre exercice de l’industrie, bien qu’on lui eût présenté la mesure contraire comme indispensable34. »

56En décembre 1811, le préfet indiquait au ministre l’importance acquise par le département de l’Ourthe :

  • 35 FFP, 660.

« Les draps fins, de sérail et casimirs que l’on fabrique à Verviers, Eupen, Hodimont, Ensival, Lambermont, Malmédy et communes circonvoisines occupaient en 1810 environ 52 000 ouvriers, et représentaient annuellement dans la circulation une valeur de 33 millions environ. En comparant cette situation avec celle de l’Empire, le département occuperait à lui seul à la fabrication des étoffes de laine la septième partie des ouvriers, et ses produits égaleraient le sixième des produits semblables de tous les départements de l’Empire. Il est vrai que l’on trouve ici des maisons qui, prises isolément, fabriquent à elles seules plus que toutes les fabriques de Louviers réunies35. »

  • 36 FFP, 689.

57En octobre 1812, le préfet de l’Ourte rendait compte des effets du décret du 2 décembre 1811 sur la prospérité des fabriques de Verviers. Il notait la satisfaction initiale des fabricants, qui ayant beaucoup de laine en stock, espéraient que cette mesure contribuerait à en maintenir le prix pendant un certain temps. Si les fabriques du département avaient éprouvé un ralentissement, cela était dû à des causes absolument étrangères, dont les principales étaient la défense d’introduire ces étoffes en Russie et la difficulté de faire passer les draps dits de sérail dans le Levant. L’espoir demeurait que les débouchés fermés depuis 1811 « s’ouvrent et s’étendent comme les armées du grand empire36 ». Dans cette perspective, le préfet soulignait la nécessité du recours aux laines d’Allemagne, les seules convenables, pour la confection des casimirs, importante à Verviers, à Eupen, à Aix la Chapelle, à Montjoie. Interdire l’introduction de ces laines serait revenu à paralyser les fabriques de l’empire, et donner un avantage déloyal aux fabriques de la confédération du Rhin et de l’Allemagne, qui ayant les laines de Saxe, de Bohême sous la main, ne payant aucun droit d’entrée ni de sortie et n’étant assujetties qu’à des frais de transport très modiques, seraient favorisées.

58Les fabricants belges, notamment ceux de Verviers, avaient su s’adapter aux opportunités de la Grande Nation. Jacques Joseph Simonis avait transporté son magasin de draps de Brunswick à Hambourg. Il vendait en effet lors des foires ses draps pour les villes de Hambourg, Brême, Lübeck, Osnabrück. Depuis que ces villes faisaient partie de l’empire, les draps ne pouvaient plus entrer par Brunswick.

  • 37 FFP 668.
  • 38 FFP 659.

59Le préfet défendait les fabricants de l’accusation de vouloir préserver leurs anciennes habitudes d’approvisionnement. Le ministre avait en effet fait savoir que « sans doute les fabricants de Verviers et des communes environnantes auraient été au-devant du décret [de décembre 1811 taxant les laines allemandes] si moins asservis à leurs anciennes habitudes, ils avaient un peu plus tourné leurs vues du côté de la France et recherché les laines indigènes améliorées, dont le débit est entouré de tant de difficultés pour le cultivateur37 ». Ayant consulté les manufacturiers, le préfet put transmettre un argumentaire de réponse : « C’est dans le département de l’Ourte surtout où les premières mécaniques ont été établies ; et on y a imité de tous temps, avec succès, tous les genres de draperies, ce qui a valu au pays l’avantage inappréciable de pouvoir soutenir la concurrence sur tous les marchés de l’Europe avec nos rivaux les anglais38. » Les fabricants de l’Ourte avaient utilisé les laines françaises lorsqu’elles étaient à des prix raisonnables, mais dès que les propriétaires avaient élevé leurs prétentions, ils s’étaient tournés vers d’autres fournisseurs.

*

60L’adaptation des manufacturiers de l’Ourte témoigne de la permanence d’un territoire au-delà des variations de la politique institutionnelle. Des réseaux, des savoir-faire technologiques, une forte capacité d’adaptation : tous ces traits font de Verviers un remarquable point d’observation de « l’esprit du capitalisme » naissant, comme l’avait bien pressenti Gérard Gayot. La maîtrise du financement (bien mise en évidence par P. Lebrun) comme celle de la technologie, grâce à l’importation des machines anglaises, leur permit d’exploiter les opportunités économiques offertes par le Grand Empire. Ces facteurs ont-ils suffià fonder une spécificité des départements belges sous l’Empire ? L’étude du parcours des principaux diffuseurs de l’innovation industrielle : Douglas, Bauwens, Cockerill, diversement soutenus par l’administration, montre que le soutien direct n’était pas forcément la solution la plus efficace et qu’un bienveillant silence pouvait tout autant favoriser la prospérité industrielle d’un territoire.

Notes

1 Gérard Gayot, « La classe ouvrière saisie par la révolution industrielle à Verviers, 1800-1810 », Revue du Nord, t. 84, no 347, oct.-déc. 2002, p. 633-666.

2 Archives nationales, Paris (désormais AN), F12 1616, rapport du ministre de l’Intérieur aux consuls, brumaire an X.

3 On s’est inspiré ici de l’ouvrage Gérard Gayot, Les draps de Sedan (1646-1870), Paris, Éditions de l’EHESS, 1998 ; et des articles suivants : « Quand les chefs de manufacture et les gens de travail retrouvèrent leur place naturelle dans la société après brumaire an VIII », in Jean-Pierre Jessenne (éd.), Du Directoire au Consulat, tome 3 : Brumaire dans l’histoire du lien politique et de l’État-nation, Villeneuve-d’Ascq/Rouen, Centre de recherches sur l’histoire de l’Europe du Nord-Ouest (université Lille 3)/GRHIS, université de Rouen, 2001, p. 217-242, et « De nouvelles institutions pour les villes et les territoires industriels de la Grande Nation en 1804 », in Jean-François Eck et Michel Lescure (éd.), Villes et districts en Europe occidentale XVIIe-XXe siècles, Tours, CEHVI, 2002, p. 161-181.

4 Pour une présentation plus générale, on se reportera à notre thèse : Igor Moullier, « Le ministère de l’Intérieur sous le Consulat et l’Empire (1799-1814). Gouverner la France après le 18 brumaire », doctorat sous la direction de Gérard Gayot, soutenue à l’université Lille 3, le 23 novembre 2004, 710 p., disponible en ligne [http://www.univ-lille3.fr/theses/moullier-igor/html/these_front.html].

5 AN, F12 2332, 7 nivôse an X.

6 AN, F12 506.

7 Toutes les citations des circulaires ministérielles sont tirées du Recueil des lettres circulaires, instructions et autres actes émanés du ministère de l’Intérieur, Paris, Imprimerie de la République (puis Imprimerie impériale et Imprimerie royale), 1821, 20 vol.

8 AN, F12 2207, rapport du bureau des Arts et manufactures, 23 décembre 1809.

9 Archives royales de Liège, Fonds français préfecture (désormais FFP), 943/1

10 Louis Bergeron, « Douglas, Ternaux, Cockerill : aux origines de la mécanisation de l’industrie lainière en France », Revue historique, 501, janvier-mars 1972, p. 67-80.

11 FFP, 659.

12 FFP, 335.

13 AN, F12 2207, 14 mars 1810.

14 AN, F12 2207, le ministre de l’Intérieur à Douglas, 10 janvier 1810.

15 Ibid.

16 FFP, 376.

17 FFP, 688, 14 ventôse an X.

18 FFP, 689.

19 FFP, 660.

20 FFP, 689.

21 FFP, 695.

22 FFP, 660.

23 FFP, 668.

24 FFP, 668.

25 AN, F12 1616.

26 AN, F12 1893, 24 messidor an VIII.

27 FFP, 695.

28 AN, F12 616-617, 29 fructidor an XI.

29 FFP, 335.

30 FFP, 668.

31 AN, F12 507, correspondance du 19 mars 1807.

32 AN, F12 506, 4 mai 1810.

33 J. A. Chaptal, De l’industrie française, Paris, A. Renouard, 1819, p. 451.

34 C. A. Costaz, Essai sur l’administration de l’agriculture, du commerce, des manufactures et des subsistances, Paris, Huzard, 1818, p. 262-263.

35 FFP, 660.

36 FFP, 689.

37 FFP 668.

38 FFP 659.

© Presses universitaires de Rennes, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540