Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La gloire de l’industrie

 | 
Corine Maitte
, 
Matthieu de Oliveira
, 
Philippe Minard

Troisième partie. La dynamique des territoires

Dépasser le territoire ?

Didier Terrier et Patrick Verley

Texte intégral

  • 1 Marcel Roncayolo, La ville et ses territoires, Gallimard, Folios Essais, 1990, puis Les grammaires (...)

1Au seuil des années 1980, il était patent que les catégories traditionnelles comme l’État ou la région n’offraient plus un cadre d’analyse suffisamment pertinent pour rendre intelligibles les mécanismes de la croissance et du développement économique dans le monde. Ceci n’avait pas échappé aux historiens et aux géographes qui se réunissaient régulièrement à Lille à l’initiative de Pierre Deyon, puis, lors de la décennie suivante, de Gérard Gayot et Jean-Pierre Hirsh. Plus que tout, ce fut des géographes, et de Marcel Roncayolo en particulier, que vint l’impulsion qui détermina leurs réflexions toujours soucieuses de conjuguer notions théoriques, apports pluridisciplinaires et travaux empiriques dans le temps long, du XVIe siècle à nos jours1. L’unité CNRS dont dépendait ce séminaire s’appela d’ailleurs un temps « Territoires, marchés, cultures ».

  • 2 Gérard Gayot, « Dispersion et concentration de la draperie sedanaise au XVIIe siècle : l’entrepris (...)

2Du reste, dès 1979, dans un article de la Revue du Nord où il n’employait pas encore le mot, le territoire de la manufacture des draps de Sedan était déjà bien circonscrit, caractérisé et expliqué par Gérard Gayot2.

3Circonscrit, tout d’abord : bureau du commerce, ferme générale, intendance, inspection des manufactures, réseaux familiaux, confessionnels et autres (la liste n’est pas exhaustive), tous ces niveaux concouraient selon lui, en s’articulant les uns avec les autres, à la production du territoire manufacturier. En effet, pour mesurer les effets de ce quadrillage institutionnel, depuis l’État jusqu’à la paroisse, il prenait soin, avec beaucoup de méticulosité, de saisir la spécificité et le rôle de chaque instance de contrôle ou de décision dans la production territoriale en enjambant, bien avant, d’autres, la Révolution et l’Empire. De la sorte, il délimitait une aire productive mouvante qui faisait l’objet d’une appropriation par les marchands-fabricants au terme d’un processus complexe, où quantité de pouvoirs interféraient pour conduire à des effets de domination.

4Caractérisé, ensuite : le territoire portait un nom qui l’identifiait et le désignait. Avec les draps de Sedan, Gérard Gayot disposait, il est vrai, d’un produit-phare, « labellisé » en quelque sorte, reconnu sur les marchés internationaux et détenteur d’un succès durable. Sa tâche était donc grandement facilitée, mais encore fallait-il caractériser la matière première utilisée, les normes techniques de production, les savoirs et les savoir-faire des travailleurs, ou bien encore la beauté et l’éclat qui rendaient ces draps à nuls autres pareils. Pour tous ceux qui l’ont entendu ou plutôt vu « dire » la belle ouvrage, inutile de revenir sur la gourmandise avec laquelle il brassait l’air pour tâter une étoffe imaginaire, l’explorant du bout des doigts pour signifier combien, à Sedan, il était question d’un produit de marque.

  • 3 Tout ceci est évoqué abondamment dans Gérard Gayot, Les draps de Sedan, Paris, EHESS, 1998.

5Expliqué, enfin : l’aménagement du territoire supposait de partir à la conquête d’ouvriers asservis au terme de rudes batailles sur le front de la filature et du tissage où il importait de vaincre la disette de main-d’œuvre et de conquérir de nouveaux espaces. Mais la métaphore guerrière ne suffisait pas : encore fallait-il séduire la fileuse, attirer, retenir, fidéliser le tisseur… C’est à ce prix que les donneurs d’ordres façonnaient et contrôlaient un territoire dans ses métamorphoses successives. Quant à l’atmosphère industrielle et industrieuse qu’il était nécessaire de décrypter, point n’était besoin, pour Gérard Gayot, de l’évoquer de manière abstraite ou de la convoquer sans lui donner quelque consistance. Il avait tôt compris que l’architecture des bâtiments manufacturiers en disait plus long que tout sur la mise en réseau et la concurrence, la coopération et l’émulation, l’incitation et le commandement. Le Dijonval des Paignon fabriquait, disait, expliquait le territoire. C’était en soi un condensé de l’espace productif et de « l’atmosphère industrielle » qui pouvait y régner, qu’il s’agisse d’abriter les opérations de finition et d’apprêts des draps, de gérer la main-d’œuvre proto-industrielle ou de faire preuve d’une ostentation propre à en imposer à tous, y compris aux autres marchands-fabricants de la place. Sous sa plume et au travers de ses mots, le Dijonval devenait le creuset de toutes les énergies mises au service du territoire de la manufacture de Sedan. Point n’était besoin, non plus, d’occulter la dure réalité des rapports sociaux de production sous-jacente à la « force du capital social » ou à quelque intensité des « valeurs partagées » : la longue insolence des tondeurs de draps, opposée à la « fermeté raisonnable » des « fabricants bien intentionnés », en disait long à ce sujet3

  • 4 On se contentera de citer une seule publication de Franklin Mendels, « Des industries rurales à la (...)
  • 5 Alfred Marshall, Principes d’Economie Politique, livre IV, chapitre X, 1890.
  • 6 Giacomo Beccatini, « Le district marshallien : une notion socio-économique », in Georges Benko et (...)

6Ainsi, fortes d’une efflorescence qui s’épanouit concomitamment en Italie et en France chez les géographes, les économistes ou bien encore les historiens, les recherches menées depuis une vingtaine d’années quant à la spatialisation des structures de l’économie ont montré depuis lors la superposition de nombreux types de territoires. Ceux-ci se définissent par des frontières le plus souvent invisibles mais réelles, ce qui ne les empêche pas de se situer parfois à cheval sur des barrières politiques et de jouer sur les effets de frontière. Ces études sont parties de la notion de territoire productif, comme dans le cas de la manufacture de Sedan, ou bien encore de l’inscription dans l’espace de la main-d’œuvre ; celle-ci est alors apparue comme la structuration spatiale de la proto-industrie, avec ses différentes aires (le filage, le tissage, la manufacture urbaine). D’ailleurs, si l’on connaissait parfaitement l’existence des industries rurales depuis fort longtemps, la révélation de ce « chaînon manquant » dans le processus d’industrialisation par Franklin Mendels et ses épigones a permis la conceptualisation de la notion d’un territoire productif différent de la « zone industrielle » qui regroupe les fabriques ou le bassin de main-d’œuvre autour de ces fabriques4. En revanche, le territoire que décrivit Alfred Marshall dans sa célèbre analyse inspirée sans doute par Birmingham était une notion différente, correspondant à une production urbaine en ateliers ou petites entreprises5. Il s’agissait à la fois d’un territoire du savoir-faire et de sa transmission par des mécanismes soit informels, soit au travers d’enseignements et d’apprentissages adaptés. Il s’agissait encore d’un territoire défini par les externalités qui permettaient, en mutualisant le coût de services et d’infrastructures qui n’étaient pas accessibles autrement, d’asseoir le dynamisme de petites entreprises6. Le territoire vécu des entrepreneurs, quant à lui, est encore une autre notion, limitée par des frontières de la confiance et de l’appartenance, comme le démontre, par exemple, la lecture des carnets d’un patron, Jules Emile Scrive. Vers 1880, celui-ci faisait clairement la distinction, au sein de la région lilloise, entre trois communautés productives locales qui se jouxtaient mais étaient également sécantes. Elles constituaient un seul et même territoire productif où les lieux de la production se déclinaient à ses yeux en fonction de leur légitimité respective :

  • le système productif lillois avait pour lui le poids des traditions, la puissance financière et commerciale, un dynamisme continuel et, d’une manière plus générale, une culture qui débordait du champ de l’entreprise pour conférer la notabilité manufacturière ;
  • le système roubaisien et tourquennois, détenteur à ses yeux de valeurs et de résultats qui engendraient une considération certaine, restait cependant le fait de parvenus qui, aussi puissants étaient-ils, devaient nécessairement patienter pour acquérir leurs lettres de noblesse ;
  • le système armentiérois, où des rustres emportaient la mise en marchant sur les brisées des fabricants de toile lillois ; leur concurrence était redoutable, mais leur fin semblait inéluctable car, à trop mépriser les règles du jeu (entendons : à vivre de crédits), on devait nécessairement finir par s’effondrer7.
  • 8 Michel Cotte, Le choix de la révolution industrielle. Les entreprises de Marc Seguin et ses frères (...)

7D’autres travaux permettent de retrouver des phénomènes similaires, comme la méfiance de la bourgeoisie d’Annonay pour les Lyonnais soupçonnés d’affairisme : ils ne faisaient guère d’affaires ensemble dans la première moitié du XIXe siècle8.

  • 9 Louis Girard, La politique des Travaux Publics sous le Second Empire, Paris, Armand Colin, 1952.
  • 10 Michel Cotte, op. cit.

8La non-coïncidence de ces quelques notions doit donc mettre en garde envers des idées trop simples, comme la définition de territoires par le maillage des infrastructures de transport, qui, souvent, comme dans le cas du chemin de fer, renvoie aux raisons qui ont prévalu dans le tracé des voies et non à des déterminismes géographiques : le projet du « Grand Central » français le montre bien a contrario9. Mais inversement, un autre danger est l’utilisation anachronique de l’idée d’un territoire préexistant en plaquant sur le passé des découpages administratifs ou économiques ultérieurs, comme la région Rhône-Alpes, évoquée comme rendant indispensable la construction d’infrastructure de transports, alors que cette région n’a encore d’unité ni économiquement, ni administrativement, ni culturellement et mentalement10. En outre, cette notion de territoire coexiste avec d’autres structurations de l’espace économique, comme l’espace du capital, l’espace des fournisseurs, les espaces de vente qui se superposent avec des inerties et des plasticités différentes. Cela pose trois types de questions :

  • ces territoires et espaces sont interdépendants et s’articulent les uns avec les autres, ceux du capital avec ceux des marchés, ceux du capital encore avec ceux des transferts technologiques et ainsi de suite. Ainsi, l’aire de l’approvisionnement en capitaux s’articule sur le territoire vécu, comme on peut le voir dans le cas des Seguin, soutenus financièrement par les capitalistes d’Annonay, sans avoir de rapports avec les capitaux lyonnais. Ces jeux d’échelle rendent compte de la dynamique de l’économie ;
  • la notion de territoire implique celle de frontière, de lignes de dénivellations, par exemple en matière salariale ou d’emploi. Celle de frontière implique la transgression de la frontière ou l’osmose entre territoires. La dénivellation crée des opportunités. Entre les territoires horlogers comtois, jurassiens français (Morez) ou suisses (vallée de Joux, Sentier, Neuchâtel) fonctionne au XIXe siècle un mouvement quasi brownien « d’artistes » horlogers selon la demande de travail, tout comme une contrebande permanente de boîtes ou de pièces d’horlogerie11. Les chercheurs se sont d’ailleurs particulièrement intéressés, depuis une dizaine d’années, à ces phénomènes transnationaux ou transrégionaux : les sociologues ont depuis peu déconstruit l’idée d’un emboîtement style poupées russes entre des espaces de taille différente en insistant sur les rapports entre l’échelle globale et l’échelle locale (le « glocal12 »), en critiquant la prédominance de l’échelle nationale dans des sciences humaines développées dans une tradition universitaire à l’âge des nationalismes. Les historiens le savaient déjà, mais cela contribue à attirer l’attention sur les relations entre des territoires régionaux et des marchés lointains, nationaux voire internationaux. L’apport des études proto-industrielles et les analyses de Marshall le mettent bien en valeur. La fabrique dispersée d’articles de Paris vendait dans la seconde moitié du XIXe siècle au plan international sans avoir à supporter des coûts d’intermédiation démesurés pour des ateliers ou des petites entreprises, grâce aux déplacements annuels ou semestriels des acheteurs grossistes, américains par exemple13. Cela conduit aussi à repenser la notion de coût de transaction qui n’est pas simplement proportionnelle à la distance, nécessitant des acteurs de plus en plus puissants pour aller plus loin, même si cela est souvent vrai. On voit en conséquence se définir des espaces où la concurrence se fait par la qualité de l’information et le réseau dont dispose chaque entreprise. On voit également se mettre en place des espaces où il y a mutualisation dans l’accès à l’information, voire aux réseaux commerciaux, au travers, par exemple, des chambres de commerce. Il arrive même que l’information très coûteuse soit de plus en plus réunie et mise à la disposition de tous, au cours du XIXe siècle, par les réseaux consulaires de l’État. Néanmoins, les maisons horlogères genevoises se faisaient déjà concurrence au XVIIIe siècle sur le marché d’Istanbul et au XIXe siècle sur les marchés extrême-orientaux…

9Ces quelques remarques montrent combien il n’était pas bon déceler des territoires partout, comme s’il s’agissait là d’un sésame permettant de rendre intelligible les jeux et les enjeux de l’espace dans la sphère productive. Le mot est désormais à la mode et les territoires foisonnent… D’une certaine manière, ceci témoigne d’une vitalité certaine de la recherche,

10soucieuse de comprendre tout ce qui se noue à l’articulation des rapports sociaux et spatiaux. Dans de nombreuses aires productives, n’était-ce pas dans la structure interne d’un espace industrialisé que l’on trouvait de quoi relever les défis que posait la configuration sans cesse mouvante des marchés ? Pourtant, à l’opposé, le recours de plus en plus fréquent au territoire ne va pas sans entraîner, de toute évidence, le risque majeur de voir le flou s’installer et nuire à la capacité opératoire de cette notion, tant le mot est devenu polysémique. Affublé d’acceptions diverses, celui-ci recouvre désormais trop souvent l’ensemble du champ notionnel pour caractériser des formes d’organisation spatiale de l’industrialisation parfois fort dissemblables, toujours trop complexes pour se satisfaire de ce qui prend l’allure d’une étiquette bien commode.

  • 14 Gérard Gayot, « Verleger et Verlagssystem hors de leur territoire dans l’Europe mercantiliste », i (...)

11Aussi, comment rebondir aujourd’hui ? Comment rebondir, surtout, dès lors que cette notion de territoire, forte de son succès, forte aussi de sa résurgence sous la forme du district, voire du cluster, a été sollicitée tant et tant qu’elle risque d’être victime du syndrome de l’éreintement et de finir, exténuée, un jour prochain ? La première contribution parmi celles qui suivent aurait très bien pu être celle de Gérard Gayot lui-même. En s’inscrivant dans l’espace compris entre Vesdre et Meuse sous la Révolution, l’Empire et au-delà, Gérard Gayot avait montré combien celui-ci, soumis au « processus de destruction créatrice » décrit par Schumpeter, n’était pas nécessairement soumis à la sédentarité et à l’ancrage, mais qu’il pouvait, à l’occasion, devenir nomade. En jouant et en se jouant des frontières, les Verleger européens n’avaient jamais hésité à déménager pour réaménager le territoire là où les avantages comparatifs l’emportaient14. En retour, alors même que la guerre faisait rage, jamais les États n’oublièrent les impératifs de la guerre d’argent : la politique volontariste de l’État napoléonien vis-à-vis des industriels des départements belges en témoigne avec éloquence (Igor Moullier). Point n’était d’ailleurs besoin de déménager pour s’adapter aux données nouvelles du marché : les territoires étaient susceptibles de prévenir le risque du renfermement et de se révéler plastiques et poreux. La trajectoire des espaces productifs de la laine dans le Midi de la France ou du lin en Italie du Nord en atteste (Jean-Michel Minovez et David Celetti). Mouvement et ancrage pouvaient donc s’articuler de façon nouvelle et conduire à la sublimation du territoire. Celui-ci n’était en rien un monde clos qui aurait été sans déborder hors de ses frontières et sans être pénétré, en retour, par les espaces qui l’entouraient : l’exemple de Roubaix-Tourcoing dans la deuxième moitié du XIXe siècle illustre combien tout était affaire de jeux d’échelles et d’enjeux spatiaux qui englobaient ce territoire dans des emboîtements qui allaient de la place ou du système productif local aux déterminants nationaux et internationaux (Jean-Luc Mastin).

12En définitive, si le territoire s’est imposé comme une unité cruciale pour l’analyse des stratégies d’acteurs dans l’espace industriel, il importe de renouer le dialogue entre micro et macroéconomie, l’une traitant du comportement de l’individu dans sa relation au monde, l’autre globalisant et agrégeant les comportements de chacun. Dans cette perspective, le territoire serait un entre-deux, une solution méso-économique à partir de laquelle il conviendrait de réinterroger les modes de coordinations et les combinaisons multiples entre les différentes échelles de l’histoire économique. Marier le global et le local : le territoire, la territorialité, la territorialisation ont encore de beaux jours devant eux pourvu que l’on sache saisir d’un seul tenant tous les déterminants spatiaux du capitalisme.

Notes

1 Marcel Roncayolo, La ville et ses territoires, Gallimard, Folios Essais, 1990, puis Les grammaires d’une ville. Essai sur la genèse des structures urbaines à Marseille, Paris, EHESS, 1996.

2 Gérard Gayot, « Dispersion et concentration de la draperie sedanaise au XVIIe siècle : l’entreprise des Poupart de Neuflize », Revue du Nord, no 240, janvier-mars 1979, p. 127 à 148.

3 Tout ceci est évoqué abondamment dans Gérard Gayot, Les draps de Sedan, Paris, EHESS, 1998.

4 On se contentera de citer une seule publication de Franklin Mendels, « Des industries rurales à la proto-industrialisation, histoire d’un changement de perspective », Annales ESC, no 39-5, 1984, p. 977-1008.

5 Alfred Marshall, Principes d’Economie Politique, livre IV, chapitre X, 1890.

6 Giacomo Beccatini, « Le district marshallien : une notion socio-économique », in Georges Benko et Alain Lipietz (dir.), Les régions qui gagnent, Paris, PUF, 1992 et Jean-Claude Daumas, « Districts industriels : un concept en quête d’histoire », Bulletin du Centre d’histoire contemporaine, Université de Franche-Comté, no 4, 2000, p. 125-136. ou bien encore Michel Lescure (dir), La mobilisation du territoire. Les districts industriels en Europe occidentale du XVIIe au XXe siècle, Paris, CHEFF, 2006.

7 Didier Terrier, « Le territoire que l’on dit. L’espace vécu d’un fabricant de toiles lillois (1879-1891) », Revue d’histoire du XIXe siècle, à paraître.

8 Michel Cotte, Le choix de la révolution industrielle. Les entreprises de Marc Seguin et ses frères (1815-1835), Rennes, PUR, 2007.

9 Louis Girard, La politique des Travaux Publics sous le Second Empire, Paris, Armand Colin, 1952.

10 Michel Cotte, op. cit.

11 Claude-Isabelle Brelot, « Prosopographie des horlogers suisses à Besançon », in Jean-Luc Mayaud et Philippe Henry, Horlogeries. Le temps de l’histoire. Actes du Séminaire du Groupe franco-suisse de recherche en histoire de l’horlogerie et des micro-mécaniques (Neuchâtel-Besançon, 1993-1994), Besançon, Annales littéraires de l’Université de Besançon, 1995, p. 115 à 130.

12 Saskia Sassen, La globalisation, une sociologie, Paris, Gallimard, 2009.

13 Jeanne Gaillard, Paris, la ville (1852-1870), Paris, Champion/Lille, Atelier national de reproduction des thèses (université Lille III), p. 392 et note 80 p. 580. Patrick Verley, « Produits de luxe, division internationale du travail et développement de l’économie internationale (XVIIIe-XXe siècle) », Revue de Synthèse, 5e série, année 2006/2, no spécial « Le marché dans son histoire », p. 359 à 378.

14 Gérard Gayot, « Verleger et Verlagssystem hors de leur territoire dans l’Europe mercantiliste », in Corine Maitte, Issiaka Mandé et Manuela Martini (avec Didier Terrier), Entreprises en mouvement. Migrants, pratiques entrepreneuriales et diversité culturelles dans le monde (XVe-XXe siècle), Valenciennes, Presses Universitaires de Valenciennes, 2009, p. 77-90.

© Presses universitaires de Rennes, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540