Desktop versionMobile Version
OpenEdition Books

La gloire de l’industrie

 | 
Corine Maitte
, 
Matthieu de Oliveira
, 
Philippe Minard

Deuxième partie. Produits et circuits du commerce

Une mécanisation subreptice et indolore : la filature de coton à Lille sous la Révolution

Mohamed Kasdi

Volltext

  • 1 Mohamed Kasdi, « La naissance de l’industrie cotonnière dans le département du Nord. Un produit, d (...)

1Dans le département du Nord, la première Révolution industrielle s’opère au préalable dans la filature du coton. Pour répondre à la demande croissante des consommateurs européens, les entrepreneurs de la région s’équipent en machines à filer d’origine anglaise1. En une quarantaine d’années, des années 1790 aux années 1830, l’arrondissement de Lille connaît une mutation qui conduit ce territoire d’une économie préindustrielle, où domine l’activité textile dispersée, à une économie « moderne », caractérisée par la concentration d’une population ouvrière qui travaille avec des nouveaux moyens de fabrication, dans des unités productives de grande taille : les usines. Au cours de cette période de transition, la décennie révolutionnaire apparaît comme une période décisive pour l’industrialisation de l’arrondissement lillois : c’est à cette époque, jalonnée de troubles politiques sur fond de conflits internationaux, souvent présentée comme une catastrophe pour l’économie nationale, que la ville de Lille connaît, en adoptant massivement la jenny, sa « première révolution mécanicienne ».

2L’étude de cette première phase de transformation et de modernisation des techniques dans l’industrie textile, pour la métropole et plusieurs villes proches, est d’autant plus intéressante qu’il n’existe pas de « cas semblables » dans les autres régions du territoire national. Ainsi, l’exemple lillois offre la possibilité de s’interroger sur la propension à innover d’un territoire donné. Les réactions multiples des acteurs économiques face à l’introduction de nouveautés montre que la promptitude à accepter les nouvelles techniques n’est pas forcément synonyme de dynamisme économique, tout comme la lenteur dans l’innovation n’est pas signe de blocage ou d’archaïsme. Car si l’avance prise dans la mécanisation peut se révéler décisive dans la compétitivité économique, son utilisation dépend du degré de maturité du territoire qui accueille l’innovation. Autrement dit, l’emprunt est possible et d’autant plus rapide que l’emprunteur est prêt à la recevoir.

3L’originalité du développement régional peut être saisie à partir des facteurs préexistants en action à l’échelle locale et que l’on ne retrouve pas, ou avec un impact différent, dans les autres territoires industriels. L’analyse comparative, basée sur la localisation et l’utilisation des nouvelles machines à filer le coton et donc sur la précocité ou le retard dans l’acquisition de ces techniques, permet d’étudier le ou les facteurs décisifs, à partir des aspects politiques, économiques, culturels, scientifiques ou psychologiques, en œuvre dans le déclenchement de la révolution industrielle. L’exemple de la diffusion de la jenny sur le territoire national, replacée dans le contexte plus global de la révolution textile, permet de mettre en lumière une voie particulière d’industrialisation. On est en somme en présence d’une organisation productive originale qui s’inscrit suffisamment dans la durée pour apparaître comme un des exemples des différents modèles de transition économique.

Une inégale diffusion des nouvelles mécaniques à filer

  • 2 Serge Chassagne, Le coton et ses patrons, France, 1760-1840, Paris, Éditions de l’EHESS, 1991.
  • 3 Stanley D. Chapman, « The Transition of the factory system in the Midlands cotton-spinning industr (...)

4Outils de transition entre le travail à domicile manuel et le système usinier, les « petites mécaniques » ont peu retenu l’attention des historiens, contrairement aux mule-jennies2. Il est vrai que les sources sont peu nombreuses. Si la plupart des régions industrielles ont vu l’installation des jennies sur leur territoire avant celle des mécaniques de Crompton, elles ont cependant joué un rôle plus ou moins important dans la transition vers la grande industrie3.

  • 4 Paul Mantoux, La Révolution industrielle au XVIIIe siècle, Essai sur les commencements de la grand (...)
  • 5 James K. J. Thomson, « Transferring the spinning jenny to Barcelona : an apprenticeship in the tec (...)
  • 6 Serge Chassagne, Le coton et ses patrons…, op. cit., p. 184.
  • 7 Charles Ballot, L’introduction du machinisme dans l’industrie française, Paris, F. Rieder, 1923.
  • 8 Encyclopédie méthodique. Manufactures, arts et métiers, tome premier, Paris, Panckoucke, 1785.

5Mise au point entre 1764 et 1767 par l’Anglais Hargreaves, la jenny allait apporter une incontestable amélioration dans la productivité du filage4. La patente prise par l’inventeur ne limitait pas sa diffusion sur le territoire anglais et sur le continent5. Sur le sol français, la première jenny composée de seize broches, introduite à Sens par Holker en 1772-1773, allait connaître un incontestable succès6. Les premiers modèles de dix-huit broches sont fabriqués dans la ville et se diffusent rapidement à Rouen et à Amiens chez le fabricant Morgan dès 17737. L’inspecteur des manufactures Roland de la Platière, qui en dresse des planches descriptives et explicatives, en fait fabriquer plusieurs de quinze à trente broches pour les fabricants amiénois. En 1780, la ville compte de 70 à 80 jennies en activité dont certaines comportent jusqu’à 53 broches et le nombre de mécaniques atteint 200 deux ans plus tard8. Dans la première moitié de la décennie 1780, l’administration encourage l’emploi de ces mécaniques qui doivent permettre de lutter contre la concurrence des Anglais, exportateurs de quantités croissantes de tissus de coton à des coûts inférieurs à ceux produits en France. L’idée que le défi de la compétition économique internationale impose la mécanisation se diffuse par différents canaux, dont celui de l’Encyclopédie pour qui le modèle anglais est la voie à suivre :

  • 9 Ibid., article « Cardage ».

« Partout où la main-d’œuvre est chère, il faut suppléer par des machines ; il n’est que ce moyen de se mettre à niveau de ceux chez qui elle est à plus bas prix. Depuis longtemps les Anglais l’apprennent à l’Europe, et si notre position nous donne quelque avantage sur eux, bientôt ils l’ont tellement emporté par leur industrie, qu’il ne nous reste rien de mieux à faire que de les imiter. Le plus grand nombre des inventions utiles nous vient d’eux, et nous leur devons la plupart de nos mécaniques9. »

  • 10 Ch. Ballot, L’introduction du machinisme…, op. cit., p. 16. Le bureau d’encouragements d’Amiens cr (...)

6Dans ces années 1780, de nombreuses provinces du nord du royaume adoptent donc la jenny. Sous l’impulsion du contrôleur général et des bureaux d’encouragements, créés dans le but de doter la France de « machines les plus parfaites10 » et de contribuer à la formation de la main-d’œuvre, de nombreux fabricants des provinces s’équipent en mécanique. C’est le cas par exemple pour la région de Lille où l’on recense 263 jennies en 1783.

7Si la dissémination sur le sol français se poursuit dans la deuxième moitié de la décennie, le bilan est pourtant mince à la fin de l’Ancien Régime. La France ne compterait en 1790 pas plus de 900 mécaniques, réparties de manière très inégale dans de nombreuses communes de Champagne, Picardie, Normandie, Anjou, Lyonnais, Languedoc et à Paris où l’on ne recense que 40 métiers à filer. La comparaison avec les 20 000 jennies en activité à la même époque en Angleterre permet de mesurer le décalage dans la diffusion et l’utilisation de la nouvelle technique.

  • 11 Bernard Vogler et Michel Hau, Histoire économique de l’Alsace, Croissance, crises, innovations : v (...)
  • 12 Fernand Evrard, « Les ouvriers du textile de la région rouennaise, 1789-1802 », Annales Historique (...)

8La fabrication des filés de coton à partir du rouet demeure la règle, au début de la Révolution française, dans les régions productrices de ce produit. En Champagne, l’industrie de la bonneterie ne peut se passer du travail produit par les mains des fileuses de la province. En Alsace, le développement de la fabrication des toiles de coton destinées à l’indiennage, dans le dernier tiers du XVIIIe siècle, se fait à partir de l’activité de la filature de coton qui s’opère à domicile par plusieurs dizaines de milliers d’ouvrières localisées dans une grande partie du massif vosgien11. Dans la région rouennaise, le travail au rouet, pour la production de siamoises, prédomine toujours dans les villes cotonnières : on recense 1 189 fileurs et fileuses travaillant à la main à Sotteville, 702 à Canteleu, 565 à Grand-Quevilly et 463 à Maromme. Seule la commune d’Oissel fait exception puisque le travail sur le rouet y a été remplacé par de petits ateliers utilisant des jennies12.

  • 13 Marc Auffret, « La Révolution française : frein à la modernisation ? Le cas du textile sarthois »,(...)

9Par ailleurs, dans de nombreuses villes, l’établissement de filatures recourant aux mécaniques anglaises ne garantit pas le succès, comme au Mans, où la première fabrique utilisant des jennies disparaît après deux années d’activité en 179813. Dans le Pas-de-Calais, la filature de coton, fondée en 1795 par l’Anglais Mather et ses associés, les frères Thélu, dans les locaux de l’abbaye de Cerquant et équipée de 25 mécaniques, est emportée par la crise de l’an VII.

  • 14 André Calomès, Les ouvriers du textile dans la Champagne troyenne, 1730-1852, Paris, Éditions Doma (...)

10Si les expériences furent nombreuses, elles ne constituent pas un mouvement d’industrialisation massif. La plupart de ces territoires passent à la grande industrie, employant des mule-jennies, sans connaître une première étape, celle de l’atelier équipé de petites mécaniques. C’est le cas par exemple dans la région troyenne, où l’industrie cotonnière se maintient pendant la Révolution et le Consulat. En 1807, on recense dans l’Aube 420 fabriques de toiles mousselines, fil et coton employant 1 890 fileurs et procurant de l’ouvrage à 8 000 fileurs qui travaillent en majorité à la main, à côté de quelques dizaines d’ouvriers employés dans les sept filatures du département équipées des mule-jennies14. Il en est de même en Alsace, où les toiles de coton sont tissées, jusque sous le Consulat, à partir de filés produits sur des rouets avant d’être fabriquées à partir des grandes mécaniques anglaises dans la première décennie du XIXe siècle.

  • 15 M. Kasdi, « La naissance de l’industrie cotonnière… », thèse. cit., chapitre 6.
  • 16 AD. Nord, 5MI 44R 196 à 204.

11Pour le Nord, faute de recensements, c’est par le biais de sources indirectes qu’il est possible de prendre la mesure de l’ampleur de la mécanisation du coton15. Le dépouillement des actes des mariages de la ville de Lille, qui concentre l’essentiel de l’activité du département entre 1786 et 1805, montre l’essor rapide de la filature de coton à Lille pendant la Révolution16. En 1789, les mariés « mécaniciens », terme générique qui désigne les fileurs de coton travaillant sur les jennies, ne sont que onze à se présenter devant les officiers municipaux ; ils sont près de dix fois plus nombreux à convoler en 1791. Ce chiffre d’environ une centaine de mariés en moyenne se maintient jusqu’au Consulat avec des variations qui sont la conséquence de la conjoncture internationale et notamment des opérations militaires qui se déroulent dans la région et qui limitent alors les possibilités d’approvisionnement en matière première et les débouchés pour les filés. L’industrie urbaine connaît un net repli en l’an VII, période de crise sévère qui se caractérise par un manque de numéraire, une reprise des hostilités et une cherté du coton brut. Le recul de l’activité dans la ville, compensé au sein de l’arrondissement par le redéploiement de métiers mécaniques dans plusieurs communes proches, à Tourcoing, Lannoy, Haubourdin, etc., aux niveaux de salaires plus bas, est de courte durée et l’industrie connaît une nouvelle vigueur avant la naissance du Premier Empire.

Fig. 1. – Fileurs et entrepreneurs dans la filature de coton mariés à Lille, 1786-1805 (AD Nord, 5MI 44R 196 à 204.)

12Cette approche par les actes de mariage permet de confronter et d’affiner les rares éléments disponibles, souvent de manière très vague et à des dates postérieures, par les autorités. Les seuls chiffres du nombre de mécaniques en activité que l’on connaisse sont en effet ceux que nous livre le préfet du département : 3 500 en 1802, quand il rédige sa statistique, contre 263 en 1783. L’analyse des sources de l’état civil et d’autres sources disponibles montre que le nouvel administrateur sous-estime la réalité de l’activité à l’époque révolutionnaire. Si l’on considère les effectifs d’ouvriers employés dans cette industrie dans la seule ville de Lille, on peut conclure que le chiffre avancé par Dieudonné pour la période consulaire est sans doute inférieur à la réalité du nombre de mécaniques établies sous le Directoire. Pour les seules années, 1793 à 1805, les actes des mariages comptabilisent les noms de plus de 3 000 mariés ou témoins qui se déclarent fileurs de coton. Ils recensent également 320 marchands et fabricants qui, engagés dans cette activité, font travailler cette population ouvrière.

  • 17 Maxine Berg, « Women’s work, mechanisation and the early phases of industrialisation in England »,(...)

13Plus largement, cette source ne permet pas de relever l’ensemble des ouvriers employés à la filature de la fibre, que les autorités municipales évaluent, en 1798, à 6 000 à l’intérieur des murs de la ville. En 1811, la statistique sur les filatures de coton de l’arrondissement établit encore à 10 400 le nombre d’ouvriers, surtout lillois, qui travaillent sur les jennies contre 8 359 occupés sur les métiers de Crompton. Ainsi, ce sont plusieurs milliers de mécaniques, mises en œuvre par autant de fileurs, qui sont en activité à Lille au cours de la décennie révolutionnaire. Car ici, à l’inverse de l’Angleterre où l’activité rurale encore dispersée est dominée par des femmes, un seul ouvrier, un homme adulte, travaillant dans un atelier urbain, met en mouvement une jenny à lui seul17. L’utilisation des nouveaux métiers entraîne donc une rupture dans l’organisation traditionnelle caractérisée par le travail féminin à domicile. Dans la décennie révolutionnaire la filature de coton s’impose comme la principale activité pour la génération de Lillois arrivée à l’âge adulte dans les années 1790. Elle apparaît pour ces milliers d’ouvriers comme un nouveau marché du travail au moment où la crise des textiles traditionnels touche fortement la ville et l’arrondissement.

La spécificité lilloise

  • 18 François Jarrige, Au temps des « tueuses de bras ». Les bris de machines à l’aube de l’ère industr (...)
  • 19 André Calomès, Les ouvriers du textile… op. cit.
  • 20 Jeff Horn, The Path not taken. French Industrialization in The Age of Revolution, 1750-1830, Cambr (...)

14Le cas de l’arrondissement apparaît d’autant plus singulier que dans de nombreuses régions, les mécaniques sont mal acceptées et qu’on lutte parfois contre l’utilisation de ces métiers que l’on rend responsables du chômage qui touche de nombreuses régions à la fin des années 178018. Dans les cahiers de doléances de la ville de Troyes, on présente l’emploi des mécaniques comme une cause de misère pour la classe ouvrière. Les compagnons bonnetiers de la ville demandent la destruction des jennies, « cette sorte d’invention est admirable mais préjudiciable en général et désœuvre beaucoup de monde19 ». En 1789, les premiers essais pour introduire les mécaniques sont repoussés par une population ouvrière, en grande partie sans ouvrage, qui s’en prend aux autorités municipales et détruit les métiers à filer20. Deux ans plus tard, les fileuses troyennes se révoltent à nouveau victorieusement contre la seconde tentative pour établir la nouvelle technique dans la filature.

  • 21 Jean-Pierre Allinne, « À propos des bris de machines textiles à Rouen pendant l’été 1789, émeutes (...)

15En Normandie, la crise économique est sévère : dans la région rouennaise, un tiers des 188 000 fileurs et tisserands est sans emploi en 1787. La révolte gronde et les manifestants s’en prennent aux mécaniques à filer introduites pour contrer la concurrence anglaise. Pendant l’été et jusqu’à l’automne 1788, des émeutiers détruisent et brûlent plusieurs dizaines de jennies introduites par les fabricants de Falaise, Rouen et Sotteville21. Ces bris, accompagnés de menaces et saccages qui anticipent singulièrement sur les luddites à venir, poussent les autorités à la prudence, d’autant que dans d’autres régions, à Argentan, autour d’Abbeville, à Tarare ou encore à Mulhouse, la population se mobilise sur le même sujet.

  • 22 Charles Schmidt, « La crise industrielle de 1788 en France », Revue historique, XCVII-1, 1907, p.  (...)
  • 23 Guy Lemarchand et Claude Mazauric, « L’Angleterre fauteur de crise, l’opinion vis-à-vis de la Gran (...)

16À l’automne 1788, l’Assemblée d’Evreux remet en cause l’introduction des mécaniques au moment où un grand nombre de bras sont inoccupés dans le département. À Falaise, le procureur de la ville, alarmé par l’émeute qui rassemble 2 000 personnes armées de bâtons, demande l’interdiction de l’usage des jennies22. Sa proposition indigne le bureau du commerce qui voit dans l’utilisation des mécaniques le seul moyen pour lutter contre la concurrence. Si la situation économique suscite la crainte des autorités locales face à des ouvriers qui protestent contre des nouveautés et ignorent les spéculations à long terme, les inspecteurs des manufactures continuent à demander au gouvernement de faciliter l’introduction des mécaniques. Il ne s’agit pourtant pas d’exagérer, dans la durée, les capacités de résistance de la part des ouvriers face à l’innovation. À Rouen, par exemple, l’organisation de la milice bourgeoise, devenue garde nationale, organise la répression pendant l’été et l’automne 1789, après le saccage de plusieurs métiers23.

  • 24 Marc Bouloiseau, « Aspects sociaux de la crise cotonnière dans les campagnes rouennaises en 1788-1 (...)

17Le refus de la mécanisation est venu des principales victimes de l’utilisation de ces machines, dévoreuses de matière et d’emploi, les fileurs et fileuses privés de travail. Dans la région de Rouen, ce sont les ouvriers des villages cotonniers du pays de Caux, lesquels avaient abandonné les activités agricoles pour bénéficier des salaires plus décents qu’offrait une industrie cotonnière en expansion jusqu’à l’extrême fin de l’Ancien Régime, qui se dressent contre l’emploi des mécaniques24. Il en est de même en Champagne où le succès de la filature, dans la seconde moitié du XVIIIe siècle, est tel que l’agriculture finit par manquer de bras dans certaines villes. C’est le cas à Arcis-sur-Aube, où sur une population de 2 800 habitants, en 1788, la fabrication de bas occupe 300 métiers et 900 personnes. Ce sont ces « ouvriers des champs » qui forment en partie les cortèges des mécontents, briseurs de mécaniques, qui voient dans l’utilisation des jennies la fin de leur activité. La contestation est également venue des faubourgs et des quartiers ouvriers des grandes villes. Dans la métropole normande, par exemple, le faubourg Saint-Sever et celui de Sotteville rassemblent la grande majorité des personnes touchées par la misère et désormais à la charge de l’assistance. Ce sont ces fileurs des gros centres urbains qui voient leurs salaires divisés par deux en 1788, 12 à 14 sous pour une livre de coton filé contre 30 sous auparavant, qui passent à l’action. La capacité protestataire de ces ouvriers est d’autant plus importante qu’elle concerne des groupes œuvrant dans des espaces restreints ou cohérents et pour qui la filature de coton constitue l’activité principale.

18L’arrondissement de Lille, lui, ne connaît pas la moindre hostilité ouvrière face à l’innovation. On n’observe aucun mouvement populaire d’opposition à l’introduction des nouvelles mécaniques et celles-ci sont mêmes accueillies favorablement dans un territoire qui semble pourtant avoir été peu sollicité par l’administration centrale pour en multiplier les usages. L’absence d’inspecteur des manufactures dans la généralité, courroie de transmission de l’administration centrale, explique que l’on ne relève aucune trace d’encouragements à l’innovation par le Bureau du commerce dans la région. On sait cependant que la circulation de l’information permet aux élites économiques de la province de suivre les innovations dans le domaine de la production de filés de coton. En 1787, par exemple, les négociants lillois étudient dans le détail la mule-jenny que se propose de leur construire l’Anglais Warnet, alors installé à Rouen.

  • 25 AD Nord, C 2123 à 2128.

19Par ailleurs, la conjoncture difficile de la fin de l’Ancien Régime est tout aussi propice aux soulèvements populaires dans le Nord. La crise économique, consécutive au traité du commerce franco-anglais, est aussi sévère dans les villes manufacturières du Nord que dans celles de Picardie, de Champagne ou de la région de Rouen. La baisse de la production des textiles fabriqués dans la région débute en 1787, après la signature du traité. Les marchands fabricants se plaignent de ne plus pouvoir écouler leurs marchandises et imputent les nombreuses faillites à ce « maudit » accord. À la fin du mois de juillet 1789, « la misère du temps » s’ajoute à la concurrence des produits anglais pour précipiter la chute des fabriques. Entre 1787 et 1790, la production des calemandes chute de 50 % dans le ressort de Roubaix, conséquence de la perte d’une grande partie du marché national. La situation économique n’entraîne pourtant pas l’opposition rencontrée dans de nombreuses régions et l’introduction comme la diffusion de la jenny ne sont pas remises en cause par une population ouvrière privée d’ouvrage et réduite à la mendicité25.

20Dans la région lilloise, la structure des espaces industriels en place jusqu’à la fin de l’Ancien Régime, destinés à la production de toiles de laine et dans une moindre mesure à celle des étoffes de coton, explique l’absence d’actions conduites par les fileurs de la province contre les fabriques modernes. Si les villes de Lille et de Roubaix sont les principaux lieux de la production des toiles, la matière est filée dans les villages éloignés de plusieurs dizaines de kilomètres, dans les provinces du Nord et surtout de l’Artois. C’est le cas pour les filés de coton, qui nourrissent l’industrie naissante des basins, dont les matières brutes se travaillent dans un large espace, de Lille à Armentières. C’est surtout le fait de la production des camelots et calemandes que les fabricants de l’arrondissement font venir, par le biais de leurs commissionnaires, des villages situés dans un arc compris entre Saint-Pol-sur-Ternoise, Abbeville, Arras et Saint-Amand où l’on recense 20 000 ouvrières employées à la fabrication de fil de laine dit de sayette. Ce modèle très extensif du putting-out-system, où le marchand reste propriétaire de la matière dont il distribue une certaine quantité par l’intermédiaire de ses voyageurs de commerce, ne favorise pas les actions collectives hostiles d’ouvrières, encore très largement attachées aux activités agricoles, contre des donneurs d’ouvrage dont elles ignorent même l’existence.

21Le redécoupage du territoire industriel, qui place la localisation de la filature de coton à l’intérieur de la ville de Lille, est une aubaine pour les ouvriers de la cité, notamment pour les tisseurs de laine ou filtiers de la capitale régionale, touchés de plein fouet par la crise de la fin des années 1780. Loin d’être haïs ou rejetés, les fabricants de coton qui, à la tête d’une fabrique employant en moyenne une dizaine d’ouvriers, se lancent dans la mécanisation, sont fêtés par ces fileurs qui trouvent à s’employer dans ce nouveau secteur d’activité. Car la filature, longtemps réservée aux femmes, vieillards, infirmes ou enfants, devient, quand elle s’effectue à la mécanique, une profession à part entière. La jenny substitue à l’habileté manuelle, à la minutie et la patience de la fileuse, des procédés mécaniques où le rôle de l’ouvrier est de veiller au bon fonctionnement d’un métier qu’il a mis en route et alimenté en matière. Ainsi, la mécanisation de la filature entraîne la masculinisation de cette industrie. Plus de 90 % de ceux qui filent le coton lillois, mariés à Lille entre 1786 et 1804, sont des hommes. Les femmes apparaissent en fin de période, quand les mule-jennies viennent concurrencer les petites mécaniques. La filature n’était plus une activité annexe pour ces chefs de familles. Les gains de productivité opérés par les mécaniques permettent d’obtenir des salaires plus élevés que ceux pratiqués pour le travail sur le rouet. La machine offre la possibilité d’un travail régulier et suffisamment rémunérateur pour que la profession n’apparaisse plus comme une simple activité complémentaire.

À l’origine de la mécanisation : le nankin

  • 26 Robert C. Allen, « The industrial Revolution in miniature : the spinning jenny in Britain, France (...)
  • 27 AD Nord, L 8301.

22Parmi les différents facteurs retenus par les économistes pour expliquer la propension à innover d’une nation ou d’un territoire, le niveau des salaires est généralement considéré comme l’élément stimulant la diffusion des techniques. Ces indicateurs sont par exemple retenus dans le cas de l’Angleterre : la recherche des gains de productivité outre-Manche, à partir de salaires moyens deux fois supérieurs à ceux de la France, conduit à l’invention et à l’utilisation à grande échelle de la jenny26. La mécanique fut inventée et adoptée en Grande-Bretagne plus tôt qu’ailleurs car il était rentable de l’utiliser. Mais, alors même que les milliers de mécaniques mises en activité dans l’arrondissement de Lille n’ont pas été recensées faute de sources facilement accessibles, la différence des salaires réels entre les principales régions industrielles françaises, la Normandie, la Picardie, la Champagne, le Nord ou l’Alsace, ne peut expliquer l’inégale répartition des mécaniques à filer sur le territoire national. Si ces différences furent inexistantes ou infimes, la période de diffusion des mécaniques est marquée par une très nette baisse des salaires qui passe, selon l’Encyclopédie, pour peu propice à la diffusion du machinisme. Comme le notent les administrateurs du district de Lille en 1791 dans une comparaison avec la mécanisation en Angleterre, le marché du travail local peut trouver un équilibre dans l’utilisation généralisée de la jenny et non dans celle de la diffusion de la waterfarm et de la mule-jenny : « […] en Angleterre l’industrie doit suppléer aux bras qui manquent pour son immense fabrication, au lieu que la France et notamment le district ont essentiellement besoin de fabriques (équipées en petites mécaniques) pour occuper et soutenir leur population. Ce puissant motif devrait faire protéger les fabriques en leur sacrifiant bien des considérations27. »

  • 28 Serge Chassagne, « L’innovation technique dans l’industrie textile pendant la Révolution », Histoi (...)
  • 29 Geneviève Dufresne, « Les filatures et tissages de coton sous la Révolution et l’Empire : l’exempl (...)

23Dans le cas de la mécanisation de la filature de coton, les facteurs psychologiques et culturels des entreprises et de leurs dirigeants, n’expliquent pas non plus les choix de modèle de développement. On sait que la décennie révolutionnaire n’a pas été une période de frein à la diffusion des techniques et que les administrateurs de l’Ancien Régime, comme Tolozan ou Holker, ont permis aux fabricants français de s’équiper en grandes mécaniques à filer dès le milieu des années 1780, grâce aux mécaniciens anglais28. Les Milne produisent des assortiments complets pour les filatures établies à Orléans, Montargis, Dreux. Au cours de la même décennie, d’autres constructeurs équipent des établissements à Sens, Melun, Brive, Amiens. Dans les années 1790, plusieurs villes d’Eure-et-Loir mais aussi Paris, Toulouse, etc. adoptent la nouvelle manière de produire des filés de coton29. Or, si le mouvement de mécontentement populaire de la fin des années 1780, notamment dans la région de Rouen, se tourne contre les fabriques employant les petites mécaniques, il ne s’oppose pas à l’établissement des filatures montées à grands frais avec des mule-jennies. Il n’y a pas d’archaïsme ni de retard dans la voie choisie en Normandie, en Champagne ou en Alsace dès lors que l’on passe de la production de matière semi-ouvrée à partir du rouet à la fabrication de filés avec des grandes mécaniques. Il n’y a pas non plus d’esprit entrepreneurial ouvert à la nouveauté dans l’arrondissement de Lille qui adopte la petite mécanique, mais où la population s’oppose avec force et succès, dès 1790 et pour une décennie, à l’introduction des mule-jennies. Le refus est d’autant plus ferme et recevable par les différentes autorités politiques qu’il provient de l’ensemble des acteurs économiques locaux : négociants, marchands, fabricants et ouvriers trouvent profitable d’utiliser les petites mécaniques, capables de produire des filés, pour fabriquer des tissus alors à la mode.

  • 30 AD Nord, C 668.

24Les matières semi-ouvrées produites par les jennies servent à la fabrication d’étoffes de coton particulières. Les nouvelles mécaniques sont rejetées par certains fabricants qui voient dans l’introduction de ces machines une dégradation de la qualité de leurs matières premières. Les fabricants troyens, par exemple, font inscrire dans les cahiers de doléances de la ville que les jennies sont à l’origine de la décadence de la fabrication car les cotons filés à la mécanique sont incapables de maintenir la beauté et la bonne réputation du commerce français. Il s’agit pour ces entrepreneurs de faire reconnaître des différences de qualités dans les gammes de produits. Ainsi, Pierre Laborie, fixé à Cambrai comme filateur de coton et fabricant de basins fins et mousselines, explique que les filés qu’il produit aux rouets ne peuvent être comparés à ceux produits à Lille30. Dans cette dernière ville, le fabricant assure que « l’on n’y file point au rouet mais à la mécanique… mais dieu sait comment on y file… ». Sans demander, comme en Champagne, l’interdiction des mécaniques à filer, l’entrepreneur n’envisage pas d’utiliser les nouveaux moyens de production car ils dénatureraient la qualité de ses toiles.

25La nature des productions apparaît ainsi déterminante dans les choix régionaux d’utilisation ou de refus de l’invention d’Hargreaves. Les centres proto-industriels de toiles plus ou moins fines, comme les siamoises et les mousselines de Normandie ou d’Alsace, les basins superfins du Cambrésis, les articles de bonneterie de Champagne, devaient se procurer des matières premières que la jenny ne produisait qu’imparfaitement. Ils ne cessent la fabrication traditionnelle au rouet que pour utiliser les filés produits à la mule-jenny, capable de produire des articles fins. Il n’en est pas de même dans l’arrondissement de Lille où les marchands et fabricants abandonnent, avec la crise consécutive au traité de libre-échange, la production des toiles de laine au profit de celle des toiles de coton, les nankins. Ce composant des articles de coton en vogue sous la Révolution entre, sous forme d’habits, vestes ou gilets, dans les garde-robes bourgeoises et son tissu fort résistant en fait une matière de choix pour la confection de l’unique pantalon du sans-culotte. La jenny était tout indiquée pour la production d’un fil assez épais et robuste devant servir de matière aux étoffes propres à la fabrication de vêtements qui couvraient le corps. Les marchands et fabricants lillois allaient en faire leur principale activité et fournir en matière les tisserands de Roubaix et des communes voisines. L’arrondissement se forge vite un quasi-monopole national pour la production de nankins. Il est capable de répondre, dès le début de la Révolution, à une demande des consommateurs installés dans les grands centres urbains continentaux, depuis les Provinces-Unies jusqu’en Italie du Nord et de là jusqu’en Europe centrale.

*

26La phase du développement économique lillois, sous la Révolution française, est un des modèles de transition qui composent le processus global d’industrialisation qui touche l’Europe de l’Ouest entre la fin du XVIIIe siècle et le milieu du siècle suivant. L’originalité, l’ampleur et la durée de cette première industrialisation déterminent une voie régionale spécifique.

27Pendant près d’une vingtaine d’années, de la Révolution française au milieu du Premier Empire, plusieurs milliers de Lillois se font « mécaniciens » pour le compte de fabricants qui abandonnent le travail de la laine et du lin. La mode est alors aux toiles de coton comme le nankin, produites dans les villes voisines. Plusieurs centaines de manufacturiers s’équipent de jennies, construites à faibles coûts dans les petits ateliers des serruriers de la ville. À la fois unis et combatifs mais aussi concurrents, ces derniers restent souvent dépendants de donneurs d’ouvrages, marchands qui distribuent la matière ou commercialisent les filés de coton. Car à dérouler l’écheveau de l’industrie, on dévoile souvent le négoce et c’est cette élite, constituée des grands commerçants lillois, qui assure la continuité de l’activité dans la cité en facilitant l’arrivée de nouveaux venus aptes à remplacer les défaillants. Cette structure productive qui s’impose à l’époque de cette première mécanisation se poursuit pendant les quatre premières décennies du siècle, sans que l’utilisation des « grandes mécaniques » ne modifie l’organisation industrielle mise en place à l’époque de la Révolution.

Anmerkungen

1 Mohamed Kasdi, « La naissance de l’industrie cotonnière dans le département du Nord. Un produit, des consommateurs, des entrepreneurs », thèse sous la direction de Gérard Gayot et Jean Pierre Hirsch, université Lille 3, 2006.

2 Serge Chassagne, Le coton et ses patrons, France, 1760-1840, Paris, Éditions de l’EHESS, 1991.

3 Stanley D. Chapman, « The Transition of the factory system in the Midlands cotton-spinning industry », The Economic History Review, second series, XVIII-3, 1965, p. 526-543.

4 Paul Mantoux, La Révolution industrielle au XVIIIe siècle, Essai sur les commencements de la grande industrie moderne en Angleterre [1906], Paris, Éd. Génin, 1973.

5 James K. J. Thomson, « Transferring the spinning jenny to Barcelona : an apprenticeship in the technology of the Industrial Revolution », Textile History, no 34-1, May 2003, p 21-46.

6 Serge Chassagne, Le coton et ses patrons…, op. cit., p. 184.

7 Charles Ballot, L’introduction du machinisme dans l’industrie française, Paris, F. Rieder, 1923.

8 Encyclopédie méthodique. Manufactures, arts et métiers, tome premier, Paris, Panckoucke, 1785.

9 Ibid., article « Cardage ».

10 Ch. Ballot, L’introduction du machinisme…, op. cit., p. 16. Le bureau d’encouragements d’Amiens créé en 1788 avait pour président le duc de Croÿ entrepreneur de la filature de Condé-sur-Escaut qui possède trois mécaniques anglaises en 1787.

11 Bernard Vogler et Michel Hau, Histoire économique de l’Alsace, Croissance, crises, innovations : vingt siècles de développement régional, Strasbourg, La Nuée bleue, 1997, chapitres IV à VII, p. 79-170.

12 Fernand Evrard, « Les ouvriers du textile de la région rouennaise, 1789-1802 », Annales Historiques de la Révolution Française, XIX, 1947, p. 333-352.

13 Marc Auffret, « La Révolution française : frein à la modernisation ? Le cas du textile sarthois », Annales de Bretagne et des pays de l’Ouest, no 97, 1990, p. 261-280.

14 André Calomès, Les ouvriers du textile dans la Champagne troyenne, 1730-1852, Paris, Éditions Domat-Montchrétien, 1943.

15 M. Kasdi, « La naissance de l’industrie cotonnière… », thèse. cit., chapitre 6.

16 AD. Nord, 5MI 44R 196 à 204.

17 Maxine Berg, « Women’s work, mechanisation and the early phases of industrialisation in England », in Patrick Joyce (éd.), The Historical Meanings of Work, Cambridge, Cambridge University Press, 1987, p. 64-98.

18 François Jarrige, Au temps des « tueuses de bras ». Les bris de machines à l’aube de l’ère industrielle, Rennes, PUR, 2009, p. 23-51.

19 André Calomès, Les ouvriers du textile… op. cit.

20 Jeff Horn, The Path not taken. French Industrialization in The Age of Revolution, 1750-1830, Cambridge, MIT Press, 2006 et François Jarrige, Au temps des « tueuses de bras »… op. cit.

21 Jean-Pierre Allinne, « À propos des bris de machines textiles à Rouen pendant l’été 1789, émeutes anciennes ou émeutes nouvelles ? », Annales de Normandie, no 1, 1981, p. 37-59.

22 Charles Schmidt, « La crise industrielle de 1788 en France », Revue historique, XCVII-1, 1907, p. 78-94.

23 Guy Lemarchand et Claude Mazauric, « L’Angleterre fauteur de crise, l’opinion vis-à-vis de la Grande Bretagne en Haute Normandie (1787-1793) », Études normandes, no 4, 1983, p. 27.

24 Marc Bouloiseau, « Aspects sociaux de la crise cotonnière dans les campagnes rouennaises en 1788-1789 », Actes du 84e Congrès National des Sociétés Savantes, Rouen-Caen, 1956, p. 403-428 ; J. P. Allinne, art. cit.

25 AD Nord, C 2123 à 2128.

26 Robert C. Allen, « The industrial Revolution in miniature : the spinning jenny in Britain, France and India », The Journal of Economic History, no 69-4, décembre 2009, p. 901-927.

27 AD Nord, L 8301.

28 Serge Chassagne, « L’innovation technique dans l’industrie textile pendant la Révolution », Histoire, Économie et Société, no 1, 1993, p. 51-61.

29 Geneviève Dufresne, « Les filatures et tissages de coton sous la Révolution et l’Empire : l’exemple de l’Eure-et-Loir », in René Favier, Gérard Gayot et alii (éd.), Tisser l’histoire, L’industrie et ses patrons XVIe-XXe siècle, Mélanges offerts à Serge Chassagne, Valenciennes, Presses Universitaires de Valenciennes, 2009, p. 57-69.

30 AD Nord, C 668.

Abbildungsverzeichnis

Bildunterschrift Fig. 1. – Fileurs et entrepreneurs dans la filature de coton mariés à Lille, 1786-1805 (AD Nord, 5MI 44R 196 à 204.)
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/114687/img-1.jpg
Datei image/jpeg, 61k

© Presses universitaires de Rennes, 2012

Nutzungsbedingungen http://www.openedition.org/6540