Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La gloire de l’industrie

 | 
Corine Maitte
, 
Matthieu de Oliveira
, 
Philippe Minard

Deuxième partie. Produits et circuits du commerce

L’Orient et l’aurore de l’industrialisation occidentale : Dominique Ellia, indienneur constantinopolitain à Marseille (1669-1683)

Olivier Raveux

Texte intégral

  • 1 Je tiens à remercier vivement Gilbert Buti, Xavier Daumalin, Liliane Hilaire-Pérez et Giorgio Riel (...)
  • 2 Sur les échelles de l’analyse historique, cf. Jacques Revel (dir.), Jeux d’échelles. La micro-anal (...)
  • 3 Sur l’histoire connectée, cf. Revue d’Histoire Moderne et Contemporaine, no 54-4 bis, supplément 2 (...)
  • 4 Sur l’importance de l’étude des connexions intercontinentales, cf. les articles de Romain Bertrand (...)

1Ce travail affiche une double ambition1. Il entend tout d’abord associer deux démarches pratiques de recherche qui s’opposent du point de vue des échelles d’observation. La première d’entre elles est la micro-histoire. Nous la conduirons avec l’analyse de la vie et des activités d’un fabricant d’indiennes en un lieu précis et en un temps ramassé, à savoir celles de Dominique Ellia à Marseille durant une quinzaine d’années du XVIIe siècle2. Au moyen d’une étude portant sur des documents collectés en grande partie dans les archives des notaires marseillais, il s’agit de réfléchir sur les environnements, larges ou plus resserrés, dans lesquels ce maître indienneur arménien a évolué. La seconde démarche adoptée est celle de l’histoire connectée, avec l’ambition d’éclairer les dynamiques de circulation des hommes, des produits et des techniques entre l’Asie et l’Europe dans le domaine du secteur cotonnier au cours de l’époque moderne3. Pourquoi associer ces deux types d’approches ? Avec l’examen de la carrière européenne d’un artisan asiatique, ce travail aborde la question de la confrontation entre des hommes issus de mondes différents. La micro-histoire permet de saisir au plus près ces « situations de contact » entre des acteurs appartenant à des sociétés géographiquement et culturellement éloignées, rencontres dont l’étude constitue un des grands objets de l’histoire connectée car elle permet de rétablir l’importance de connexions intercontinentales, au mieux sous-estimées et au pire ignorées par les compartimentages linguistiques, culturels ou politiques, sinon institutionnels, eu égard aux découpages académiques4.

  • 5 Cf., entre autres, Patrick Verley, « La consommation de masse aux origines de la révolution du tex (...)

2La seconde ambition de ce travail est liée à son objectif. Le choix de se pencher sur la trajectoire d’un fabricant asiatique à Marseille est destiné à décentrer le regard sur les prémices de l’industrialisation européenne et à lire à l’aune de nouvelles interrogations les débuts de la consommation et de la production de son premier produit emblématique, l’indienne5. Plus précisément, il s’agit non seulement d’analyser comment l’Occident s’est approprié les produits puis les hommes et les techniques de l’indiennage oriental mais aussi, et peut-être surtout, de comprendre comment l’Orient a directement participé à la transformation économique et sociale de l’Occident par son rôle moteur dans le commerce et la fabrication des indiennes dans l’Europe du dernier tiers du XVIIe siècle. Ce regard renouvelé ne se fera pas par un recours à une documentation en langues extra-européennes. Les compétences nous manquent en la matière et il pourrait dès lors sembler paradoxal de vouloir sortir d’une vision européocentrique par l’étude d’une documentation avant tout européenne. Nous savons notre recherche incomplète et la nécessité d’une future cueillette d’informations dans les archives ottomanes. Il faut donc voir ce travail comme un premier débrousaillage et comme une contribution à l’insertion des origines de la révolution industrielle européenne dans une vision intercontinentale.

3Après avoir présenté, dans ses grandes lignes, la trajectoire de Dominique Ellia, ce travail s’attachera à examiner les deux éléments majeurs de cette lecture décentrée de l’aurore de l’industrialisation européenne, avec tout d’abord le rôle des marchands orientaux dans la construction du marché des indiennes en Occident puis le rôle des artisans asiatiques dans le démarrage de l’indiennage en Europe.

À la croisée de deux mouvements eurasiatiques de circulation

  • 6 À Constantinople, Dominique Ellia avait d’abord songé à la prêtrise, avant de s’engager dans la fa (...)

4L’indienneur arménien Dominique Ellia s’installe à Marseille vers 1669. Il arrive de Constantinople et travaille en Provence jusqu’en 16836. Nous perdons sa trace à cette date. Est-il alors retourné dans l’Empire ottoman ? Rien ne l’indique clairement. Dominique Ellia fait partie de ces groupes d’artisans gyrovagues souvent difficiles à suivre, et dans ce cas tout particulièrement, puisque les déplacements se font entre l’Europe et l’Asie.

  • 7 Serquis de Martin y est né. Georges de Martin est originaire de Malatya mais a vécu dans la capita (...)
  • 8 AD Bouches-du-Rhône, 356 E 451, f° 215 v°, 4 mai 1676.
  • 9 À partir de l’année 1679, année durant laquelle il s’associe avec Pierre Taupin et Jacques Martin, (...)
  • 10 Cette situation se retrouve pour d’autres fabricants arméniens. Ainsi, en août 1679, Joseph Simon (...)
  • 11 Avec les grands négociants locaux, comme les Guion, Blain et Nogaret, et avec les principales bout (...)

5À Marseille, sa carrière se déroule d’une manière attendue. Dominique Ellia ne travaille d’abord qu’avec des Arméniens, marchands ou fabricants, ces derniers ayant souvent exercé au préalable, et comme lui, à Constantinople7. La seule exception notable est celle de Joseph de Simon, né à Jérusalem et vraisemblablement formé à Ispahan8. Dans un deuxième temps, l’intégration dans les milieux locaux aidant, il s’associe avec des artisans marseillais, selon des conditions souvent identiques au moment de former la société9. La valeur de ses compétences techniques lui assure une participation plus réduite dans la mise de fonds nécessaire au démarrage de la production, voire même l’exemption de fournir les locaux, sans que cela ne se répercute sur la répartition des futurs bénéfices10. Le dernier trait de l’ensemble de la carrière de Dominique Ellia à Marseille concerne l’éventail de ses activités : s’il lui arrive de vendre directement ses fabrications et si la documentation le qualifie plus souvent de « marchand » que de « maître de fabrique », il s’occupe finalement assez peu de commercialisation et travaille pour l’essentiel à façon, d’abord pour les marchands arméniens, puis par la suite également pour des marchands marseillais11. Ce parcours sans surprise porte néanmoins la marque de mobilités intercontinentales majeures de l’époque moderne.

  • 12 L’ouvrage de référence est celui de Sebouh Aslanian, From the Indian Ocean to the Mediterranean. T (...)
  • 13 Sur ce groupe, cf. S. Aslanian, From the Indian…, op. cit.

6La présence de Dominique Ellia à Marseille est en effet liée à deux grands mouvements de circulation entre l’Europe et l’Asie au cours du XVIIe siècle. Le premier est celui des marchands arméniens qui s’établissent sur l’ensemble du continent eurasiatique pour prendre en charge une partie du commerce international des matières premières et des produits de luxe12 (miroirs, montres, corail, ambre, soie, diamants et indiennes). Leur succès est évidemment dû au fait que ce sont des chrétiens orientaux et qu’ils sont donc les plus à même de se poser en intermédiaires entre Orient et Occident. Il est aussi le fruit de l’efficacité de réseaux construits autour de liens de solidarité fondés sur un triple sentiment d’appartenance (la famille, le territoire de provenance et la communauté arménienne). Ces marchands sont issus de trois groupes (cf. annexe 1) : le plus célèbre, le réseau marchand par excellence des Arméniens, est celui de la Nouvelle-Djoulfa à Ispahan13 ; le deuxième est composé de ceux venant d’Arménie majeure, principalement située en Perse au XVIIe siècle ; le troisième et dernier, le plus hétéroclite, est le groupe des sujets de l’Empire ottoman.

  • 14 AD Bouches-du-Rhône, 357 E 163, f° 905, 906, 1 257 et 1 257 v°, 17 août et 5 novembre 1672. Arapié (...)
  • 15 BnF, Édit portant affranchissement de tous droits d’entrée, séjour et sortie du port de Marseille, (...)
  • 16 AD Bouches-du-Rhône, 356 E 455, f° 172 v°, 1er avril 1683.
  • 17 Arrêt du 26 octobre 1686 et ordonnance du 21 octobre 1687 in Archives de la Chambre de Commerce et (...)

7C’est à ce dernier groupe qu’appartient Arapié d’Arachel, le marchand smyrniote qui est à l’origine de la venue de Dominique Ellia à Marseille en 166914. La date ne doit rien au hasard. C’est l’année de promulgation de l’édit d’affranchissement du port de Marseille et le début du fort développement de la présence arménienne à Marseille. Cet édit contenait une série de mesures qui devaient, selon Colbert, relancer le commerce du Levant par Marseille et permettre aux marchands étrangers de devenir plus facilement « naturels Français » et d’échapper ainsi à la lourde fiscalité qui pesait sur leurs activités commerciales15. Il suffisait notamment d’épouser une fille du lieu et c’est d’ailleurs ce que Dominique Ellia semble avoir en tête en 1683 quand il se fait établir un certificat de catholicité et de célibat devant notaire16. L’affaire n’aura pas de suite car c’est durant cette même année 1683 qu’il disparaît de Marseille. Là encore, la date est symbolique. C’est l’année de la mort de Colbert et l’ouverture d’une période délicate pour les Arméniens de Marseille, surtout à partir des années 1686-1687, avec la prohibition des indiennes en France et l’interdiction qui leur est imposée d’importer la soie persane17.

  • 18 Georges P. Baker, « Indian Cotton Prints and Paintings of the 17th and 18th Centuries », Transacti (...)
  • 19 Robert Mantran, Istanbul dans la seconde moitié du XVIIe siècle. Essai d’histoire institutionnelle (...)
  • 20 H. Kurdian, « Armenian woodcuts », The Print Collector’s Quarterly, 1940, p. 79.

8Le second mouvement de circulation dans lequel l’histoire de Dominique Ellia s’intègre est celui du transfert des techniques de l’indiennage de l’Asie vers l’Europe. De nombreux travaux ont déjà fait état de la diffusion des méthodes de fabrication des indiennes depuis l’Inde vers l’Anatolie, en passant par la Perse et l’Arménie. La reconstitution de la chronologie et du trajet de ces techniques n’a pas encore été précisée. Deux éléments sont néanmoins établis. D’une part, les artisans arméniens ont joué un rôle déterminant dans ce transfert à travers l’Asie18. D’autre part, Constantinople, la ville de provenance de Dominique Ellia, est un des grands centres de l’indiennage ottoman au milieu du XVIIe siècle, avec notamment ses ateliers d’Unkapani, quartier de la rive sud de la Corne d’or, dans lesquels les Arméniens sont très présents19. La plupart d’entre eux – et c’est peut-être le cas de Dominique Ellia – sont alors originaires d’Anatolie centrale et orientale, de villes comme Sivas, Tocat, Malatya et Diyarbakir, autant d’autres centres d’indiennage où les Arméniens comptaient et dont beaucoup finissaient par se laisser aspirer par les grands centres de consommation d’indiennes de l’Empire, Constantinople pour l’importance du débouché local, Alep et Smyrne pour l’importance des exportations vers l’Europe20.

  • 21 Giorgio Riello, « Asian knowledge and the development of calico printing in Europe in the seventee (...)

9La propagation des techniques de l’indiennage par les Arméniens atteint l’Europe dans le dernier tiers du XVIIe siècle. Marseille à partir des années 1669-1672, la Hollande avec Amersfoort en 1678, la République de Gênes en 1690 et peut-être le Duché de Toscane avec Livourne qui voient arriver des ouvriers et des fabricants arméniens, permettant à ces villes de fabriquer des indiennes en bon teint, à la manière des Orientaux21. Le succès et la mode des indiennes en Europe à ce moment précis expliquent en grande partie la venue de ces Orientaux.

Un marché européen des indiennes entre croissance et construction

  • 22 Cf. annexe 2.
  • 23 Michel Morineau, « Le défi indien, XVIIe et XVIIIe siècles », Bulletin de l’École française d’Extr (...)
  • 24 Maxine Berg, « Manufacturing the Orient. Asian Commodities and European Industry, 1500-1800 », in (...)

10L’analyse des inventaires après décès le démontre clairement : les années 1667-1692 sont pour Marseille celles du décollage de la consommation des indiennes et de sa démocratisation22. En moins de trois décennies, l’indienne est devenue un produit phare de la culture matérielle locale, aussi bien dans l’ameublement que dans l’habillement. Le cas marseillais s’insère dans un phénomène européen, comme en témoignent les chiffres des exportations d’indiennes vers l’Europe par les compagnies anglaises, françaises et hollandaises des Indes orientales. Ces derniers sont presque multipliés par cinq pour la même période (cf. annexe 3). Grâce à l’arrivée de ces toiles, qui a « grossi en avalanche23 », mais aussi avec l’importation sans cesse croissante d’imitations persanes et ottomanes, souvent de qualités inférieures, l’indienne devient en Europe un produit disponible dans une gamme très ouverte de modèles et de types, susceptible de toucher un éventail assez large de consommateurs allant du monde des artisans aux groupes des élites24.

  • 25 John Irwin, « Origins of the “oriental style” in English decorative art », The Burlington Magazine (...)
  • 26 Douglas A. Farnie, « The Role of Cotton Textiles in the Economic Development of India, 1660-1990 » (...)
  • 27 Il s’agit de Pierre Chaulier : BnF, ms fr. 7 174, f° 121, Mémoire de l’état présent du négoce de S (...)

11Jusqu’aux années 1660, l’indienne peine à trouver sa place dans la consommation textile européenne. La cotonnade asiatique séduit certes par ses qualités intrinsèques, la solidité de ses couleurs et son prix de vente peu élevé, mais elle est néanmoins quelque peu boudée par les Occidentaux, notamment à cause de ses fonds colorés trop appuyés et de dessins ou de motifs culturellement trop éloignés25. Si la situation change radicalement durant le dernier tiers du XVIIe siècle, c’est sous l’effet des politiques menées par les compagnies des Indes pour mettre en place une production asiatique adaptée aux goûts européens. On rappellera ici le rôle de l’East India Company avec l’envoi d’échantillons pour qu’ils soient copiés en Inde ou encore d’artisans britanniques pour former les artisans indiens aux attentes des consommateurs occidentaux26. Autrement dit, la dynamique de la consommation des indiennes en Europe serait une volonté et une construction européennes et l’attitude des négociants marseillais en Levant semble d’ailleurs confirmer cette vision des choses. L’un d’entre eux n’hésite pas à ouvrir une manufacture d’indiennes à Smyrne dans les années 1680 pour être certain d’exporter vers Marseille des indiennes à fonds blancs et aux dessins soignés, indiennes qui ont la préférence des consommateurs européens27.

  • 28 BnF, ms fr. 7 174, « Mémoire de Mr d’Ortières touchant les Echelles du Levant » (1686), Alep, f° 46 (...)
  • 29 Ils faisaient travailler à façon les artisans d’Ahmedabad (région du Goudjerat), de Sironj (région (...)

12Et les Asiatiques dans tout cela ? L’histoire de Dominique Ellia permet de nuancer un peu cette approche européocentrique et d’introduire une dynamique orientale dans la construction du marché des indiennes en Europe. Dominique Ellia a été attiré à Marseille par le marchand arménien de Smyrne avec lequel il travaille jusqu’en 1672 et c’est donc à partir d’une stratégie négociante orientale qu’il faut lire l’implantation de sa fabrique d’indiennes à Marseille. En Asie, les marchands arméniens avaient déjà suscité la mise en place de productions d’indiennes dans les grandes places de commerce où ils travaillaient. Ainsi, afin d’être plus efficaces sur les marchés persans, ottomans et européens, les Arméniens de la Nouvelle-Djoulfa importaient des toiles blanches des Indes vers Ispahan, pour les faire imprimer par les artisans locaux selon des caractéristiques précises et pour répondre aux goûts de leurs clientèles28. Ces marchands persans avaient procédé à l’extension géographique d’une pratique de marchands-fabricants qu’ils conduisaient avec succès dans plusieurs régions de l’Inde moghole depuis au moins les années 163029.

13L’implantation de plusieurs ateliers d’indiennage par des Arméniens à Marseille n’est finalement que la suite logique d’une route commerciale des indiennes qui est aussi la route de la progression géographique des activités de production, au départ asiatique mais qui finit par se prolonger en Europe. Les marchands arméniens installés à Marseille recherchent le même avantage que ceux de Perse et d’Inde : raccourcir la distance et donc le temps de circulation des informations entre les centres de production et les centres de consommation, afin d’adapter la fabrication dans les meilleurs délais, en fonction des goûts des consommateurs et de l’évolution de la mode et des marchés. À l’instar des grandes compagnies des Indes orientales, les Arméniens ne se sont pas contentés de tirer profit du développement de la consommation des indiennes en Europe. Ils l’ont aussi suscité, en participant à la transformation d’une production asiatique longtemps inapte à conquérir le marché européen.

  • 30 Nous faisons ici abstraction des toiles blanches ou monocolores, envoyées aux Amériques dans le ca (...)
  • 31 Il travaille des boucassins de Smyrne, des boutanes de Chypre et des toiles de Jérusalem, pour fab (...)
  • 32 Cette situation tranche avec le processus d’industrialisation du secteur cotonnier européen au cou (...)

14Pour en terminer avec la question des marchés, il reste à expliquer que l’activité des indienneurs arméniens en Europe n’entrait pas vraiment en concurrence avec celle des compagnies des Indes orientales. Bien au contraire, la complémentarité jouait. Les compagnies des Indes assuraient la commercialisation des véritables toiles indiennes, des produits de luxe qui étaient le plus souvent destinés aux consommateurs européens aisés30. À l’image de ses confrères, Dominique Ellia travaillait au contraire sur des toiles ottomanes de qualités communes et produisait des indiennes assez simples31. La compétition intercontinentale dans la fabrication des indiennes destinées aux marchés européens a d’abord concerné l’Europe et l’Empire ottoman et le créneau des cotonnades de qualités moyennes ou inférieures32, pour deux raisons. Tout d’abord, avec la modicité des prix de vente et des coûts de transport assez élevés, l’avantage à fabriquer ces produits sur les lieux de consommation était évident. Il s’agissait de mettre en adéquation les coûts de transaction avec la nature et la valeur des marchandises à vendre. Ensuite, aucune compétition n’était envisageable sur les indiennes de qualité supérieure. En termes de coût de main-d’œuvre comme en excellence technique de fabrication, aucune nation n’était encore en mesure de rivaliser avec les grands centres indiens de production comme le Goudjerat, la côte de Coromandel ou le Bengale.

Le transfert du rouge turc ou l’Europe à l’école technique de l’Orient

  • 33 Olivier Raveux, « The Birth of a New European Industry : l’indiennage in Seventeenth-Century Marse (...)

15La consommation croissante des indiennes en Europe et dans le bassin occidental de la Méditerranée est donc à l’origine de la présence de Dominique Ellia à Marseille. Elle n’explique pourtant pas son succès car il fallait qu’il s’impose dans un secteur de production qui existait déjà dans la ville33. Pour cela, Dominique Ellia jouissait d’un avantage déterminant : des compétences ignorées par les artisans locaux dans ce qu’on appelle alors la « cuisine des couleurs » et notamment dans la coloration en « rouge turc ».

  • 34 Liliane Pérez, Catherine Verna, « La circulation des savoirs techniques du Moyen Âge à l’époque mo (...)

16Le « rouge turc » est une technique qui désigne un ensemble de connaissances et de savoir-faire relatifs à la teinture avec la garance, un fond vivant, qui a voyagé depuis l’Inde jusqu’à l’Europe et a fait l’objet de plusieurs réadaptations de la part des groupes et des territoires qui se le sont approprié34. Avec l’histoire de Dominique Ellia, c’est une occasion qui s’offre à nous de tenter de démêler l’écheveau complexe de l’histoire de cette technique, de l’évolution de ses composantes et de ses cheminements vers l’Europe. L’affaire est d’importance car elle se trouve au cœur des débuts de l’émancipation technologique occidentale dans l’indiennage.

  • 35 L’émigration a commencé avec le sac d’Ispahan par les Afghans en 1722 et s’est amplifiée avec les (...)
  • 36 Cf. Annexe 4.
  • 37 Durant les années 1670, Dominique Ellia travaille un temps dans le quartier d’Arenc, près des abat (...)

17Qu’est-ce que le « rouge turc » maîtrisé par les indienneurs arméniens opérant dans les empires perse et ottoman du XVIIe siècle ? Cette technique nous est connue dans ses grandes lignes grâce à un article du naturaliste russe d’origine allemande Peter Simon Pallas, après la visite, dans les années 1770, d’un atelier de teinture de filés d’Astrakhan, ville où des Arméniens de Perse se sont réfugiés après 174735. Elle est constituée de trois étapes majeures36. Tout d’abord, afin d’assurer la solidité de la couleur sur les fibres de coton, de l’huile de poisson est utilisée au stade du décreusage. Ensuite, l’adjonction de sang de veau ou de mouton dans le bain de teinture à la garance donne la régularité du rouge. Enfin, le rinçage à l’eau de mer donne le ton à la couleur et assure un nettoyage de la cotonnade37.

  • 38 Giorgio Riello, « Asian Knowledge… », art. cit. et Olivier Raveux, « Du commerce à la production : (...)
  • 39 La citation est tirée du contrat d’apprentissage signé par Dominique Ellia et Léonard Bonet en nov (...)

18Jusqu’aux années 1670, les artisans européens ne maîtrisent pas la coloration en « rouge turc » sur cotonnade. Résultat : le développement de l’indiennage est faible sur le vieux continent et les productions de substitution aux importations asiatiques sont d’une qualité très médiocre38. La situation évolue avec l’arrivée des artisans arméniens qui assurent le transfert des techniques nécessaires à l’épanouissement de l’indiennage européen. Avec les autres indienneurs arméniens présents à Marseille au temps de Colbert, Dominique Ellia a participé activement à la diffusion du « rouge turc » en Provence. En l’état actuel de la documentation, il est même l’élément pionnier de ce mouvement, non seulement pour Marseille, mais aussi pour l’espace européen. Cette diffusion des techniques s’est faite par le jeu des associations avec les indienneurs locaux et par le recrutement d’ouvriers et d’apprentis, auprès desquels il s’engage à leur apprendre « de paindre d’indianne à coleur et façon de Levant […] de tout son pouvoir sans luy rien celler39 ».

  • 40 Olivier Raveux, « “À la façon du Levant et de Perse”… », art. cit.
  • 41 C’est notamment le cas de Pierre Sallindre, formé à Marseille chez l’indienneur Serquis de Martin (...)

19Dominique Ellia a peut-être aussi participé à la diffusion du « rouge turc » dans d’autres villes du sud de la France et vers les États italiens. De nombreux documents attestent de l’importance de l’essaimage des ouvriers indienneurs marseillais vers Arles, Nîmes, Avignon et vers la Toscane, la République de Gênes, les États pontificaux et peut-être même la Hollande40. Nombre d’entre eux ont travaillé avec les indienneurs arméniens ou ont été formés directement ou indirectement par eux41.

  • 42 Entre 1746 et les années 1780, les méthodes de coloration en « rouge d’Andrinople » se répandent e (...)

20Cette transmission du « rouge turc » aux Européens par les Arméniens dans le dernier tiers du XVIIe siècle est la première étape d’un processus inscrit dans la durée, car l’adoption de la teinture en rouge garance par les Européens a connu un autre moment phare, celui de la deuxième moitié du XVIIIe siècle, quand les artisans grecs de Thessalie, de Macédoine, de Thrace et d’Asie mineure sont amenés en France, dans l’Empire austro-hongrois et en Grande-Bretagne pour apporter les techniques de la coloration en rouge d’Andrinople, rouge vif très prisé par les Européens42. La technique est-elle si complexe qu’elle a dû être importée plusieurs fois ? S’il est vrai que les nombreux ingrédients, les multiples étapes et le caractère très empirique de la mise en œuvre du rouge turc ont pu gêner le succès de sa diffusion dans les ateliers européens, la réponse est négative. Car, à dire vrai, parlons-nous toujours du même rouge ? Le rouge d’Andrinople des Grecs est-il le rouge turc des Arméniens ?

  • 43 Angélique Kinini, « La fabrication du rouge turc dans la Théssalie de la fin du XVIIIe siècle : le (...)
  • 44 « La haute qualité de l’huile d’olive grecque utilisée lors du décreusage qui concourt considérabl (...)
  • 45 Sur ces notions d’hybridation et d’innovation, cf. l’article très stimulant de Liliane Pérez, Cath (...)

21Le rouge d’Andrinople semble être une des multiples formes du rouge turc. Jusqu’au milieu du XVIIe siècle, la coloration en rouge garance était l’apanage de quelques villes d’Asie mineure comme Diyarbakir et surtout Smyrne, où officiaient Grecs et Arméniens43. À partir de 1650, des artisans grecs de Smyrne ont émigré vers la Thessalie et la Thrace et ont fait évoluer la recette du « rouge turc ». Après avoir visité les ateliers d’Ampélakia à l’extrême fin du XVIIIe siècle, le baron Félix Beaujour, consul général de France en Grèce, a bien observé les deux grandes évolutions de cette méthode de coloration entre les mains de ces Grecs de Thessalie (cf. annexe 4) : l’huile d’olive locale s’utilise à la place de l’huile de poisson et le processus final d’avivage est repensé et transformé. Ces deux éléments seraient à l’origine de la vivacité si particulière du rouge d’Andrinople44. On voit ici comment les techniques, après avoir voyagé, sont ajustées et réinterprétées en fonction des contraintes et des ressources locales. Nous avons ici un bel exemple d’un processus d’hybridation technique, fruit d’une circulation et d’une « imitation créative45 ».

  • 46 On citera en exemple la publication, par le gouvernement français, de la méthode de teinture de Fr (...)
  • 47 O. Katsiardi-Hering, « The Allure of Red Cotton Yarn… », art. cit. et Liliane Hilaire-Pérez, « Cul (...)

22Comment caractériser ces deux étapes du transfert de la technique du « rouge turc » ? Celle de Marseille et des Arméniens dans les années 1670 était marquée par la culture du secret et le dynamisme des acteurs orientaux. Ce dynamisme est à l’origine de la mobilité, à travers la Méditerranée, d’une technique et des hommes qui la maîtrisaient. Avant de parvenir à en tirer profit, le port provençal n’a finalement été que le théâtre des stratégies productives et négociantes d’un groupe de chrétiens orientaux. Avec les Grecs et le transfert du « rouge d’Andrinople » dans l’Europe de la seconde moitié du XVIIIe siècle, tout change. Ce ne sont plus les Orientaux qui prennent l’initiative des mobilités, mais les entrepreneurs et les États occidentaux qui suscitent et permettent le voyage des techniques et des techniciens. Des déplacements s’opèrent en Asie pour aller chercher les artisans locaux, des politiques attractives sont élaborées et mises en place. Avec l’implication des États, la culture du secret a cédé la place à une volonté de codifier les savoirs et les pratiques apportés par les Grecs et à une intention de les rendre disponibles pour mieux les enraciner46. Les travaux de Liliane Hilaire-Pérez sur Jean-Claude Flachat et l’expérience de la manufacture royale de Saint-Chamond et ceux d’Olga Katsiardi Hering sur le rôle des Habsbourg dans la diffusion des techniques du rouge d’Andrinople dans l’Empire austro-hongrois illustrent parfaitement ce changement entre les deux périodes et sont autant d’histoires démontrant l’existence d’un tournant dans les circulations techniques eurasiatiques47. Désormais, et notamment grâce à l’association des efforts entre les pouvoirs publics et les entrepreneurs, ce sont les Européens qui ont pris l’initiative ; cette nouveauté est peut-être emblématique de la chronologie et des premiers ressorts de la « grande divergence » entre les économies de l’Asie et celles du vieux continent.

*

23Avec ce travail à la croisée de la micro-histoire et de l’histoire connectée, nous espérons avoir démontré la valeur heuristique de notre exercice et de nos questionnements. Cette étude souligne l’intérêt d’analyser le rôle des communautés confessionnelles asiatiques dans la construction de nouveaux marchés de consommation dans l’Europe du XVIIe siècle et dans l’initiative des transferts transcontinentaux de techniques. Le cas des indiennes et de la coloration en rouge garance ne doit pas rester isolé. La recherche doit s’étendre à d’autres groupes comme ceux des Maronites ou des Syriaques, à d’autres habitudes de consommation ou de production, comme le café, la pratique des bains turcs ou le travail du corail, de la soie et du poil de chèvre angora. Plus largement, l’étude de la circulation des goûts, des produits, des hommes et des techniques sur l’ensemble du continent eurasiatique reste prometteuse pour saisir différemment les racines des transformations économiques, sociales et techniques ayant lancé la première révolution industrielle en Europe de l’Ouest.

Annexes

ANNEXE 1. Marchands et fabricants d’indiennes arméniens à Marseille (1669-1689)

L’orthographe des noms varie d’un document à l’autre. Nous avons conservé celle la plus couramment utilisée.
(AD Bouches-du-Rhône, Marseille : registres paroissiaux, minutes des notaires et sentences du tribunal de commerce, 1660-1695).

ANNEXE 2. Les indiennes d’ameublement et d’habillement dans les inventaires après-décès marseillais (1667-1693)

La première période est comprise entre le 1er janvier et le 17 février 1667 et entre le 11 novembre 1667 et le 31 décembre 1668. La deuxième va du 1er janvier 1680 au 4 mars 1681. La troisième et dernière du 1er janvier 1692 au 1er août 1693. Nous n’avons analysé que les inventaires contenant des textiles. (AD Bouches-du-Rhône, 2 B 803 et 805-807.)

ANNEXE 3. Cotonnades indiennes exportées vers l’Europe par les compagnies des Indes orientales (1665-1684) (moyennes annuelles)

* moyenne pour les années 1670-1680 ; ** moyenne pour les années 1680-1685.
(G. Riello, « The Globalization of Cotton Textiles. Indian Cottons, Europe and the Atlantic World, 1600-1850 », The Spinning World…, op. cit., p. 265 ; Ph. Haudrère, « La Compagnie des Indes et le commerce des toiles indiennes », Féerie indienne…, op. cit., p. 16.)

ANNEXE 4. Le rouge turc des Arméniens et des Grecs au XVIIIe siècle

Arméniens de Perse réfugiés à Astrakhan (vers 1770)

Grecs de Thessalie (1797)

Décreusage (l’huilage)

Bain dans une huile de poisson mélangée à une solution alcaline (soude)

Bain avec soude porté à ébullition
Bain avec soude et crottin de brebis
Traitement à l’huile d’olive

Engallage

Bain avec noix de galles pulvérisées

Bain avec noix de galles pulvérisées ou bain de sumac

Mordançage (alunage)

Bain dans une solution d’alun et de soude

Bain dans une solution d’alun et de soude

Teinture (garançage)

Garance et sang de veau ou de mouton

Garance et sang de bœuf ou de brebis

Avivage

Digestion dans un bain de soude

Bain porté à ébullition d’eau alcalisée par de la soude et du savon

Rinçage

Eau de mer

Eau de rivière

(Pour les Arméniens : description de Peter Simon Pallas citée dans Ch. O’Neill, « Armenian process for Turkey red » The Textile Colourist, Manchester, t. I, 1876, p. 219 et suivantes et dans Th. Château, Étude historique et chimique pour servir à l’histoire de la fabrication du rouge turc ou d’Andrinople et à la théorie de cette teinture, Paris, 1876, p. 39 ; Pour les Grecs, F. Beaujour, Tableau du commerce de la Grèce, Paris, Renouard, t. I, 1800, p. 261 sq.)

ANNEXE 5. Cotonnade avec impressions florales du XVIIe siècle

Anatolie, Kurdistan ou Arménie, doublure de reliure d’un manuscrit arménien.
(Matenadaran, Institut Machtots de recherches sur les manuscrits anciens (Erevan). Je remercie le directeur Hrachya Tamrazyan pour l’autorisation donnée à la publication de cette image.)

Notes

1 Je tiens à remercier vivement Gilbert Buti, Xavier Daumalin, Liliane Hilaire-Pérez et Giorgio Riello pour les améliorations apportées à ce travail.

2 Sur les échelles de l’analyse historique, cf. Jacques Revel (dir.), Jeux d’échelles. La micro-analyse à l’expérience, Paris, Gallimard/Le Seuil, 1996.

3 Sur l’histoire connectée, cf. Revue d’Histoire Moderne et Contemporaine, no 54-4 bis, supplément 2007 : « Histoire globale, histoires connectées ». En France ou en langue française, ce type d’approche a été marqué par les travaux pionniers de Serge Gruzinski et de Sanjay Subrahmanyam.

4 Sur l’importance de l’étude des connexions intercontinentales, cf. les articles de Romain Bertrand et de Caroline Douki et Philippe Minard dans le numéro de la RHMC cité supra.

5 Cf., entre autres, Patrick Verley, « La consommation de masse aux origines de la révolution du textile : les indiennes », L’Échelle du monde. Essai sur l’industrialisation occidentale, Paris, Gallimard, 1997, p. 160-179 ; Beverly Lemire, « Plasmare la domanda, creare la moda : l’Asia, l’Europa e il commercio dei cotoni indiani », Quaderni Storici, 2006/2, p. 481-507 ; Giorgio Riello et Prasannan Parthasarathi (éd.), The Spinning World : A Global History of Cotton Textile, 1200-1850, Oxford, Oxford University Press, 2009.

6 À Constantinople, Dominique Ellia avait d’abord songé à la prêtrise, avant de s’engager dans la fabrication des indiennes (AD Bouches-du-Rhône, 356 E 455, f° 172 v°, 1er avril 1683).

7 Serquis de Martin y est né. Georges de Martin est originaire de Malatya mais a vécu dans la capitale ottomane avant de s’établir à Marseille. Boudac semble être dans le même cas de figure (AD Bouches-du-Rhône, 356 E 455, f° 172 v°, 1er avril 1683 ; 367 E 161, f° 2 573, 15 décembre 1672 ; 392 E 103, f° 55 v°, 29 janvier 1678 et registres paroissiaux des Accoules, mariage Serquis-Martin, 11 mai 1680). Les artisans et fabricants arméniens ayant travaillé avec Dominique Ellia à Marseille sont marqués d’un astérisque dans l’annexe 1.

8 AD Bouches-du-Rhône, 356 E 451, f° 215 v°, 4 mai 1676.

9 À partir de l’année 1679, année durant laquelle il s’associe avec Pierre Taupin et Jacques Martin, respectivement propriétaire et exploitant d’une blanchisserie, puis avec l’indienneur Hugues Grand (AD Bouches-du-Rhône, 355 E 452, f° 483 v° et 485, 9 août 1679 ; 355 E 453, f° 24, 9 janvier 1680 ; 392 E 103, f° 964, 18 avril 1679).

10 Cette situation se retrouve pour d’autres fabricants arméniens. Ainsi, en août 1679, Joseph Simon s’associe avec le Marseillais Antoine Desuargues. Les achats et les profits sont partagés à moitié mais Desuargues fournit l’atelier (AD Bouches-du-Rhône, 351 E 998, f° 1 360, 8 août 1679).

11 Avec les grands négociants locaux, comme les Guion, Blain et Nogaret, et avec les principales boutiquières et revendeuses d’indiennes de la ville, comme Toumasine Rode, Demoiselle Germain, Magdeleine Bellière et Jeanne Montagne (AD Bouches-du-Rhône, 13 B 44, f° 387 v° ; 355 E 452, f° 483 v°, 9 août 1679 et 355 E 453, f° 24, 9 janvier 1680).

12 L’ouvrage de référence est celui de Sebouh Aslanian, From the Indian Ocean to the Mediterranean. The Global Trade Networks of American Merchants from New Julfa, Berkeley, University of California Press, 2011. Deux travaux en français : Raymond H. Kévorkian, « Le négoce international des Arméniens au XVIIe siècle », Arménie entre Orient et Occident, trois mille ans de civilisation, Paris, BnF, 1996, p. 142-151 et Olivier Raveux, « Les marchands orientaux et les langues occidentales au XVIIe siècle : l’exemple des Choffelins de Marseille », in Gilbert Buti, M. Janin-Thivos et Olivier Raveux (dir.), Langues et langages du commerce à l’époque moderne, (à paraître).

13 Sur ce groupe, cf. S. Aslanian, From the Indian…, op. cit.

14 AD Bouches-du-Rhône, 357 E 163, f° 905, 906, 1 257 et 1 257 v°, 17 août et 5 novembre 1672. Arapié d’Arachel s’est d’abord associé avec Dominique Ellia. Un autre Arménien, Boudac, les rejoint ensuite. Ensemble, ils emploient des compagnons indienneurs également Arméniens, comme Grégoire de Constantin et Jacques Mekhitar (cf. annexe 1).

15 BnF, Édit portant affranchissement de tous droits d’entrée, séjour et sortie du port de Marseille, pour tous marchands et négocians et pour toutes sortes de marchandises, s. l., 1669.

16 AD Bouches-du-Rhône, 356 E 455, f° 172 v°, 1er avril 1683.

17 Arrêt du 26 octobre 1686 et ordonnance du 21 octobre 1687 in Archives de la Chambre de Commerce et d’Industrie de Marseille, H 203, Arrest du Conseil d’estat concernant les toiles de coton peintes aux Indes ou contrefaites dans le Royaume, & autres étoffes de soye à fleurs d’or et d’argent de la Chine & desdites Indes du 26 octobre 1686, Paris, 1686 et BnF, Ordonnance concernant le commerce des soyes de Levant, Paris, 1687.

18 Georges P. Baker, « Indian Cotton Prints and Paintings of the 17th and 18th Centuries », Transactions of Newcomen Society, vol. III, 1922, p. 52 ; Katsumi Fukasawa, Toilerie et commerce du Levant d’Alep à Marseille, Marseille, CNRS, 1987, p. 43 ; Paul-Raymond Schwartz, « La coloration partielle des étoffes », Maurice Daumas (dir.), Histoire générale des techniques, Paris, PUF, t. III, 1968, p. 709.

19 Robert Mantran, Istanbul dans la seconde moitié du XVIIe siècle. Essai d’histoire institutionnelle, économique et sociale, Paris, Lib. Maisonneuve, 1962, p. 52 et 419, cartes 11 et 14 ; Çiğdem Kafescioğlu, « La Capitale impériale ottomane : Istanbul entre les XVe et XVIIIe siècles », in Tania Velmans (dir.), Byzance, Constantinople, Istanbul, Paris, Imp. nationale, 2008, p. 280.

20 H. Kurdian, « Armenian woodcuts », The Print Collector’s Quarterly, 1940, p. 79.

21 Giorgio Riello, « Asian knowledge and the development of calico printing in Europe in the seventeenth and eighteenth centuries », Journal of Global History, no 5-1, 2010, p. 1-28 ; Ernest Homburg, « From colour maker to chemist : episodes from the rise of the colourist, 1670-1800 », in Robert Fox, Agusti Nieto Gálan (dir.), Natural Dyestuffs and Industrial Culture in Europe, 1750-1880, Canton, 1999, p. 221 ; Orietta Spirito, Voiles de Gênes, Mulhouse, Musée de l’impression sur étoffes, 1964, p. 4; « Notes de Chahan de Cirbied sur les Arméniens d’Amsterdam et de Livourne, publiées par Frédéric Macler », Anahit, janvier-février 1904, p. 11 ; Olivier Raveux, « “À la façon du Levant et de Perse” : Marseille et la naissance de l’indiennage européen (1648-1689) », Rives nord-méditerranéennes, no 29, 2008, p. 37-51. La mention de Frédéric Macler sur l’introduction de l’indiennage à Livourne par des Arméniens demande à être confirmée par des références d’archives.

22 Cf. annexe 2.

23 Michel Morineau, « Le défi indien, XVIIe et XVIIIe siècles », Bulletin de l’École française d’Extrême-Orient, 1995, vol. 82, no 1, p. 27.

24 Maxine Berg, « Manufacturing the Orient. Asian Commodities and European Industry, 1500-1800 », in Simonetta Cavaciocchi (dir.), Prodotti e tecniche d’oltremare nelle economie europee, secc. XIII-XVIII. Atti della ventinovesima settimana di Studi, 14-19 aprile 1997, Florence, Le Monnier, 1998, p. 385.

25 John Irwin, « Origins of the “oriental style” in English decorative art », The Burlington Magazine, no 625, 1955, p. 109 et « Indian textile trade in the seventeenth century : IV foreign influences », Journal of Indian Textile History, no IV, 1959, p. 57 ; Giorgio Riello, « The Indian Apprenticeship : The Trade of Indian Textiles and the Making of Europeans Cottons », in Giorgio Riello, Tirthankar Roy (éd.), How India Clothed the World : Cotton Textiles and the Indian Ocean, 1500-1850, Leiden, Brill, p. 337-340.

26 Douglas A. Farnie, « The Role of Cotton Textiles in the Economic Development of India, 1660-1990 », in Douglas A. Farnie, David J. Jeremy, The Fibre that Changed the World. The Cotton Industry in International Perspectives, 1600-1990s, Oxford, Oxford University Press, 2004, p. 397 ; John Styles, « Product innovation in early modern London », Past and Present, no 168, 2000, p. 133 ; Archives nationales de l’Outre-Mer, C 2 193, Lettre de Bertrand aux directeurs de la Compagnie française des Indes orientales, Pondichéry, le 7 avril 1686.

27 Il s’agit de Pierre Chaulier : BnF, ms fr. 7 174, f° 121, Mémoire de l’état présent du négoce de Smyrne et des moyens de le rétablir (1688). Sur la préférence des Marseillais et plus généralement des Européens pour les indiennes à fond blanc, cf. la correspondance de la firme Rampal et Tiran de Smyrne dans les années 1670 in AD Bouches-du-Rhône, 9 B 175, lettres des 29 avril et 21 juillet 1679 ; Jacques Savary des Bruslons, Dictionnaire universel de commerce, Paris, t. III, 1730, p. 607 ; John Irwin, « Origins of the “Oriental Style” in English Decorative Art », The Burlington Magazine, no 625, 1955, p. 109 ; Giorgio Riello, « The Indian Apprenticeship… », art. cit., p. 337-340.

28 BnF, ms fr. 7 174, « Mémoire de Mr d’Ortières touchant les Echelles du Levant » (1686), Alep, f° 460 : « On apporte des Indes en Hispaan [Hispahan] des toiles de coton blanches que l’on a peintes à la façon des indiennes et d’où elles sont ensuite transportées dans tous les Etats du Grand Seigneur ».

29 Ils faisaient travailler à façon les artisans d’Ahmedabad (région du Goudjerat), de Sironj (région de Malwa) et de la côte de Coromandel pour les exportations vers la Perse, l’Empire ottoman et l’Europe (BnF, ms fr. 14.614. « Rapport du sieur Roques de la Royale Compagnie française des Indes orientales » (1676-1678), f° 16 ; Abbé Guillaume Thomas François Raynal, Histoire philosophique et politique des établissements et du commerce des Européens dans les deux Indes, La Haye, 1776, t. I, p. 425.

30 Nous faisons ici abstraction des toiles blanches ou monocolores, envoyées aux Amériques dans le cadre du commerce triangulaire. N’étant ni imprimées ni peintes mais seulement teintes, elles ne relevaient pas de la catégorie des indiennes.

31 Il travaille des boucassins de Smyrne, des boutanes de Chypre et des toiles de Jérusalem, pour fabriquer des indiennes à une ou deux couleurs. La toile présentée en annexe 5 est exemplaire des productions levantines et arméniennes de la fin du XVIIe siècle.

32 Cette situation tranche avec le processus d’industrialisation du secteur cotonnier européen au cours du XVIIIe siècle, qui s’est effectué dans le cadre d’une concurrence avec l’Asie sur la qualité des produits cf. Maxine Berg, « Quality, Cotton and the Global Luxury Trade », Giorgio Riello, Tirthankar Roy (éd.), How India Clothed the Word : the world of South Asian textiles, 1500-1850, Leiden : Brill, 2009, p. 391-414.

33 Olivier Raveux, « The Birth of a New European Industry : l’indiennage in Seventeenth-Century Marseilles », G. Riello, P. Parthasarathi (éd.), The Spinning World…, op. cit., p. 291-306.

34 Liliane Pérez, Catherine Verna, « La circulation des savoirs techniques du Moyen Âge à l’époque moderne. Nouvelles approches et enjeux méthodologiques », Tracés, no 16, 2009, p. 35.

35 L’émigration a commencé avec le sac d’Ispahan par les Afghans en 1722 et s’est amplifiée avec les exactions de Nâdir Shâh au cours des années 1746-1747 cf. S. Aslanian, From the Indian Ocean…, op. cit., chapitre 8.

36 Cf. Annexe 4.

37 Durant les années 1670, Dominique Ellia travaille un temps dans le quartier d’Arenc, près des abattoirs de Marseille, et ses prés d’étendage sont situés à proximité du rivage (AD Bouches-du-Rhône, 351 E 993, f° 2.015, 15 octobre 1676 et 355 E 453, f° 24, 3 janvier 1680).

38 Giorgio Riello, « Asian Knowledge… », art. cit. et Olivier Raveux, « Du commerce à la production : l’indiennage européen et l’acquisition des techniques asiatiques au XVIIe siècle », in Jacqueline Jacqué et Brigitte Nicolas (dir.), Féerie indienne. Les toiles peintes des rivages de l’Inde au royaume de France, Paris, Somogy, 2008, p. 22-25.

39 La citation est tirée du contrat d’apprentissage signé par Dominique Ellia et Léonard Bonet en novembre 1677 (AD Bouches-du-Rhône, 392 E 102, f° 1.214). Nous retrouvons ces mêmes éléments lors de l’association avec les maîtres indienneurs locaux. Ainsi, lors de la création de la société qui le lie à Hugues Grand, Dominique Ellia promet à son associé « de luy aprandre son secret pour paindre les indiennes comme on les peints au Levant […] sans qu’il puisse fere mistere » (AD Bouches-du-Rhône, 355 E 452, f° 485, 9 août 1679).

40 Olivier Raveux, « “À la façon du Levant et de Perse”… », art. cit.

41 C’est notamment le cas de Pierre Sallindre, formé à Marseille chez l’indienneur Serquis de Martin vers 1680 puis parti en Arles en 1683, cf. Albert Puech, « Les Nîmois dans la seconde moitié du XVIIe siècle », Mémoires de l’Académie de Nîmes, X, 1887, p. 134.

42 Entre 1746 et les années 1780, les méthodes de coloration en « rouge d’Andrinople » se répandent en France (Aix, Aubenas, Darnetal, Marseille, Montpellier et Saint-Chamond), en Alsace, en Angleterre (Manchester), dans l’Empire austro-hongrois (Vienne et Trieste), cf. Louis Chabaud, Marseille et ses industries : les tissus, la filature et la teinturerie, Marseille, 1883, p. 250 ; Albert E. Musson, Éric Robinson, « Chemical developments in dyeing », in Science and Technology in the Industrial Revolution, Londres, Routledge, 1969, p. 344 ; Liliane Hilaire-Pérez, « Cultures techniques et pratiques de l’échange entre Lyon et le Levant : inventions et réseaux au XVIIIe siècle », Revue d’Histoire Moderne et Contemporaine, no 49/1, 2002, p. 89-114 ; Olga Katsiardi-Hering, « The Allure of Red Cotton Yarn, and How it Came to Vienna : Associations of Greek artisans and merchants operating between the Ottoman and Habsburg Empires », in Suraiya Faroqhi, Gilles Veinstein (dir.), Merchants in the Ottoman Empire, Louvain, Peeters, 2008, p. 97-131.

43 Angélique Kinini, « La fabrication du rouge turc dans la Théssalie de la fin du XVIIIe siècle : les manufactures de la ville d’Ampélakia », in Natural Dyestuffs…, op. cit., p. 71. Au début du XVIIIe siècle, Jacques Savary des Bruslons évoque encore ces « maîtres grecs et arméniens » de Smyrne travaillant aux indiennes à façon, notamment pour le marché européen, Dictionnaire universel…, op. cit., t. III, 1730, p. 607.

44 « La haute qualité de l’huile d’olive grecque utilisée lors du décreusage qui concourt considérablement à la beauté et à la solidité de la couleur thessalienne » cf. A. Kinini, « La fabrication du rouge turc… », art. cit., p. 82.

45 Sur ces notions d’hybridation et d’innovation, cf. l’article très stimulant de Liliane Pérez, Catherine Verna : « Dissemination of Technical Knowledge in the Middle Ages and the Early Modern Era. New Approaches and Methodological Issues », Technology and Culture, no 47-3, 2006, p. 537-563.

46 On citera en exemple la publication, par le gouvernement français, de la méthode de teinture de François Goudard à Aubenas cf. BnF, Mémoire contenant le procédé de la teinture du coton rouge incarnat d’Andrinople sur le coton filé, Paris, 1765. Sur cette volonté de codification et de diffusion des savoirs, cf. l’article de Liliane Hilaire-Pérez précédemment cité.

47 O. Katsiardi-Hering, « The Allure of Red Cotton Yarn… », art. cit. et Liliane Hilaire-Pérez, « Cultures techniques et pratiques de l’échange… », art. cit.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/114681/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 359k
Légende L’orthographe des noms varie d’un document à l’autre. Nous avons conservé celle la plus couramment utilisée.(AD Bouches-du-Rhône, Marseille : registres paroissiaux, minutes des notaires et sentences du tribunal de commerce, 1660-1695).
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/114681/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 152k
Légende La première période est comprise entre le 1er janvier et le 17 février 1667 et entre le 11 novembre 1667 et le 31 décembre 1668. La deuxième va du 1er janvier 1680 au 4 mars 1681. La troisième et dernière du 1er janvier 1692 au 1er août 1693. Nous n’avons analysé que les inventaires contenant des textiles. (AD Bouches-du-Rhône, 2 B 803 et 805-807.)
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/114681/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 66k
Légende * moyenne pour les années 1670-1680 ; ** moyenne pour les années 1680-1685.(G. Riello, « The Globalization of Cotton Textiles. Indian Cottons, Europe and the Atlantic World, 1600-1850 », The Spinning World…, op. cit., p. 265 ; Ph. Haudrère, « La Compagnie des Indes et le commerce des toiles indiennes », Féerie indienne…, op. cit., p. 16.)
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/114681/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 58k
Légende Anatolie, Kurdistan ou Arménie, doublure de reliure d’un manuscrit arménien.(Matenadaran, Institut Machtots de recherches sur les manuscrits anciens (Erevan). Je remercie le directeur Hrachya Tamrazyan pour l’autorisation donnée à la publication de cette image.)
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/114681/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 211k

© Presses universitaires de Rennes, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540