Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La gloire de l’industrie

 | 
Corine Maitte
, 
Matthieu de Oliveira
, 
Philippe Minard

Deuxième partie. Produits et circuits du commerce

Produits et circuits du commerce

Dominique Margairaz et Matthieu de Oliveira

Texte intégral

  • 1 Gérard Gayot, « Les entrepreneurs au bon vieux temps des privilèges : la draperie royale de Sedan (...)

1Produits et circuits occupent une place centrale dans les travaux de Gérard Gayot. Le titre de son œuvre maîtresse, Les draps de Sedan, magistrale enquête sur la manufacture sedanaise, à laquelle fait écho quelques années plus tard la lourde somme collective sur La laine, témoignent du cas qu’il faisait de l’entrée « produit ». De la matière première à la marchandise finie, des grasses toisons mérinos collectées dans la mancha à la pièce de tissu serrée sur les rayons des marchands drapiers, ce sont cependant des circuits que le lecteur est invité à reconnaître, au long desquels s’accomplissent les métamorphoses successives de la matière et se négocient les différents états du produit. Circuits longs de l’approvisionnement en laines castillanes et en produits tinctoriaux ; circuits courts par lesquels s’organisent entre ville et campagne les différentes phases de la fabrication, dégraissage et lavage des laines au bord de l’eau, filature, ourdissage des chaînes et tissage, foulage, apprêts (lainage et tonte) ; circuits, à nouveau longs, de commercialisation, entretenus par des réseaux de correspondants ou de commissionnaires, des équipes de commis-voyageurs, et qui unissent le territoire manufacturier avec les villes consommatrices, avec les ports qui regardent vers les marchés lointains, ou encore avec les grandes foires, Leipzig surtout, qui ouvre les débouchés des marchés d’Europe centrale ou orientale ; circuits enfin plus abstraits du pouvoir, qui conditionnent l’accès aux protections ou aux relais de la politique manufacturière monarchique, républicaine ou impériale, et qui permettaient d’entreprendre et de produire « au bon vieux temps des privilèges1 ». Au long de ces circuits, soutenus par des liens commerciaux à la fois stables et en constante évolution, se dessine un territoire manufacturier, se conquièrent des territoires marchands, s’élabore surtout un produit décliné dans des gammes (couleur, largeur, finesse…) de très haute qualité, dont la matérialité n’était pas moins sensible à l’historien avide d’iconographie, amateur d’échantillons, lyrique en ses évocations dont il maîtrisait tous les registres sensitifs familiers aux acteurs du temps.

  • 2 Denis Woronoff, « Postface », in Alessandro Stanziani (dir.), La qualité des produits en France (X (...)
  • 3 Edward H. Chamberlin, La théorie de la concurrence monopolistique. Une nouvelle orientation de la (...)
  • 4 François Eymard-Duvernay, « La qualification des produits », in Robert Salais et Laurent Thevenot (...)
  • 5 Voir les communications dans La qualité des produits en France, op. cit., ou encore Alessandro Sta (...)
  • 6 Gérard Gayot, « De la qualité des laines en Europe en 1830, d’après André de Neuflize, manufacturi (...)

2Les « draps de Sedan », appellation hautement contrôlée soutenue par tout l’équipement sémantique du « bel ouvrage », apparaissent ainsi comme une combinaison de matière et de forme incorporant du travail, des techniques, des savoirs et des savoir-faire, mais aussi des usages, anticipés ou mis en œuvre, en conformité ou dans l’écart aux normes sociales ou techniques, reçues ou prescrites par tout l’appareil discursif ou symbolique qui entoure le trajet production-consommation. Par l’indéniable attention qu’elles accordent ainsi au produit, la démarche et l’œuvre de Gérard Gayot se situent à l’articulation de deux régimes historiographiques, le premier centré sur l’analyse des systèmes de production, le second, dont il a accompagné l’émergence, centré précisément sur les circuits et les produits. De l’approche par les produits, Denis Woronoff soulignait en 2003 combien elle restait alors « encore peu développée2 ». L’historiographie française illustrée par le volume dans lequel il s’exprimait ainsi s’arrime pour sa part assez fermement à un socle théorique relevant de l’économie et de la socio-économie, qui pointe la centralité de la notion de qualité pour la compréhension de l’organisation et des dynamiques des marchés, affirmant ainsi le caractère stratégique, au même titre que le prix, de la variable produit3. Dans cette optique, le processus de qualification/requalification des produits, le travail d’identification de ceux-ci, entre différence et similitude, ainsi que les modalités de l’accord entre les acteurs sur ce qu’ils échangent ou produisent, sont des éléments déterminants4. À rebours de la représentation abstraite et absolutisée du marché, l’apport de ces travaux a été de donner une assise théorique à l’hypothèse d’une pluralité de marchés, dont les caractéristiques sont liées à celles des produits et aux formes de coordination qu’elles induisent, et dont la genèse ou la reconfiguration est liée aux stratégies de différenciation à l’intérieur de classes de produits homogènes, présentant donc suffisamment de similitudes pour autoriser la comparabilité des biens entre eux, et donc la compétition entre les acteurs. Dans cette veine d’inspiration, les historiens se sont particulièrement focalisés sur les questions de classifications, de normes, de contrôle et de réglementation, d’information et d’institutions, privilégiant sans doute les conditions de fonctionnement des marchés plus que leurs dynamiques à proprement parler5. On perçoit cependant en quoi de tels questionnements résonnent en harmonique avec les analyses de l’univers productif sedanais, un univers dans lequel la qualité était une obsession, et déterminait le comportement des acteurs dans leur relation aux ouvriers aussi bien que leurs stratégies sur des marchés d’approvisionnement en matière première ou sur les marchés de commercialisation6.

  • 7 John Brewer, Neil Mckendrick, John H. Plumb, The Birth of a Consumer Society. The Commercializatio (...)
  • 8 Clemens Wischermann, Eliot Shore (ed.), Advertising and the European City. Historical Perspectives (...)
  • 9 Même si l’histoire du marketing concerne bien davantage l’histoire contemporaine pour des raisons (...)
  • 10 Gérard Gayot, « Du logo d’entreprise royale à la libre enseigne de magasin. La publicité pour les (...)

3D’autres évolutions, endogènes cette fois, auxquelles Gérard Gayot s’est montré très attentif, ont, de façon convergente, contribué à la montée en puissance de la problématique de la qualité et de l’économie du produit : l’envolée de l’histoire de la consommation d’une part, les avancées de l’histoire des techniques, de l’autre. Les hypothèses sur les dynamiques d’essor de la consommation ont conduit dès l’origine à privilégier au moins deux directions d’enquête. Celle des stratégies de promotion et de diffusion des biens nouveaux est déjà au cœur de la publication de John Brewer, John Plumb et Neil McKendrick, ce dernier s’appuyant naturellement sur le cas Wedgwood pour décrire le processus de « commercialization » (entrée dans l’âge de la consommation) de l’Angleterre du XVIIIe siècle7. Dans le sillage de ces études, de nombreux travaux ont exploré les premières formes de publicité portées notamment par l’essor de la presse8, et, plus largement, les stratégies et les supports par lesquels les marchands et manufacturiers faisaient connaître au public comme aux professionnels les produits et les services qu’ils prétendaient mettre à leur disposition9. Parmi ces supports, les cartes commerciales, les en-têtes de factures et prospectus avaient particulièrement éveillé l’intérêt de Gérard qui en avait analysé le statut ambigu, entre information et persuasion, et la forme mixte associant texte et image10.

  • 11 Par exemple, sélectionnés pour leur échelle d’analyse et leur base quantitative : Lorna Weatherill(...)
  • 12 C’est bien la double perspective de Daniel Roche sur les transformations vestimentaires dans La cu (...)
  • 13 La notion de caractéristiques intrinsèques des produits leur conférant une certaine aptitude à êtr (...)
  • 14 Maxine Berg, « From imitation to invention : creating commodities in eighteenth-century Britain »,(...)
  • 15 Maxine Berg, Helen Clifford (ed.), Consumers and Luxury. Consumer Culture in Europe 1650-1850, Man (...)
  • 16 L’expression est de L. Perez dans « Pour une relecture de l’histoire des métiers : les savoirs des (...)
  • 17 John Styles, « Design for large-scale production in eighteenth-century Britain », Oxford Art Journ (...)
  • 18 Marco Belfanti, « Fashion and innovation : the origins of the Italian hosiery industry in the sixt (...)

4Une deuxième direction d’enquête, la plus massivement nourrie dans une perspective culturaliste, a concerné la diffusion des biens et leur distribution sociale. Elle a conduit à identifier les items et les groupes sociaux par lesquels s’imposaient peu à peu de nouveaux comportements, de nouveaux systèmes de préférences et de goût, de nouvelles valeurs esthétiques ou utilitaires11. Le travail des apparences, qui ne pouvait laisser indifférent l’historien des draps qui habillaient les cours européennes, a pu ainsi être interrogé du double point de vue social et matériel, aussi bien du point de vue des acteurs que des objets, et en réalité à la rencontre des attentes des uns et des potentialités des autres à satisfaire leurs besoins et leurs désirs12. Un acquis important des travaux sur les évolutions de la consommation à l’âge préindustriel a été en effet la mise en évidence de dynamiques de substitution, la demande croissante d’un nombre croissant d’acteurs sur le marché des biens ne se portant pas sur un stock constant d’items, mais sur de nouveaux produits dotés de caractéristiques qui les rendaient désirables et accessibles13. C’est ainsi par exemple que les faïences et porcelaines se sont peu à peu substituées à la vaisselle d’étain sur les tables qui en étaient dotées, mais ont, au-delà, rendu possible l’équipement de celles qui en étaient dépourvues, grâce à une gamme étendue de qualités et de prix. L’histoire de la consommation a ainsi fait retour vers l’histoire économique et l’histoire des techniques par le biais de la réflexion sur les produits et l’innovation-produits, une dimension longtemps minorée dans les conceptions dominantes de la Révolution industrielle et de la croissance14. Les secteurs du luxe et des nouveautés ont été particulièrement propices à l’exploration de l’économie de la demande comme rencontre entre caractéristiques intrinsèques des produits et codes culturels et valeurs à l’œuvre dans la société, l’inventivité des artisans étant de nature à combler les attentes comme à éveiller les désirs et les convoitises d’une clientèle de plus en plus diversifiée et ouverte à la nouveauté15. Dans cet esprit, la problématique du design (le concept apparaît au XVIIIe siècle) a été particulièrement mobilisée, parce qu’elle permet de lier ensemble « intentions fabricatrices16 », valeurs et références esthétiques, contraintes fonctionnelles, techniques et productives17. Tout un pan de l’histoire de la mode, une thématique mieux connue, pourrait également illustrer le propos. C’est au travers de la réflexion sur l’imitation et la vogue des produits venus d’Asie qu’on se borne à l’évoquer ici, parce que celle-ci nous ramènera vers les circuits18.

  • 19 Luxe urbain par opposition au luxe traditionnel qui ne concernait que les cours princières selon J (...)
  • 20 De nombreux exemples et références dans M. Berg, « In pursuit of luxury… », art. Cite ; pour les p (...)
  • 21 Sur l’exemple des colorants, Sarah Lowengard, « Colours and Colour Making in the Eighteenth Centur (...)
  • 22 Corine Maitte, Les chemins de verre. Les migrations de verriers d’Altare et de Venise, Rennes, PUR (...)
  • 23 Girogio Riello, Prasannan Parthasarathi (ed.), The Spinning World : A Global History of Cotton Tex (...)

5On a vu plus haut que Gérard Gayot s’était pour sa part attaché essentiellement aux circuits productifs et aux circuits de commercialisation des draps. C’est l’intérêt pour les nouveaux produits, les new luxuries19, qui a conduit les historiens de la culture matérielle et de l’économie à mettre l’accent sur l’importance des produits importés d’Asie, principalement par l’intermédiaire des compagnies des Indes, pour la structuration des marchés de consommation européens. L’engouement pour les porcelaines, les indiennes, les laques, qui touche les couches suffisamment fortunées pour acquérir ces biens, détermine dès le XVIIe siècle des dynamiques industrielles et esthétiques orientées vers l’imitation et la concurrence de ces produits, tout en essayant d’en infléchir les déclinaisons et les motifs par une adaptation aux goûts et traditions européennes. C’est le cas des porcelaines de Delft ou de Sèvres, par exemple, ou encore des toiles peintes, dont les motifs sont retravaillés en puisant dans les traditions esthétiques occidentales20. De nouveaux foyers de production, à l’origine de nouveaux circuits d’approvisionnement ou de distribution, apparaissent ainsi, irrigués à l’arrière plan par des circulations techniques très différentes du simple transfert ou de la simple appropriation des procédés extrême-orientaux. Bien au contraire, l’absence de maîtrise des procédés (dans le domaine des colorants, par exemple), ou la recherche de solutions adaptées à l’environnement des facteurs de production européens (le niveau comparativement élevé des salaires, ou l’essor de la production de fibres dans l’aire atlantique, entre autres) aboutit à une imbrication des processus d’imitation et d’innovation21. L’économie du produit s’inscrit ainsi, sans s’y réduire, dans une économie de circuits, de circulations et de réseaux dont la réalité avérée à l’échelle européenne22 s’est révélée pertinente à l’échelle mondiale, ouvrant ainsi les voies d’un renouvellement de l’histoire dite « globale23 ».

6Gérard Gayot a admirablement retracé les conséquences dramatiques de la perte de maîtrise des circuits commerciaux par les entrepreneurs, dans l’épilogue de sa chevauchée au long cours à travers deux siècles d’histoire de la draperie sedanaise. Impuissants à faire sauter les verrous de l’incertitude et de la dépendance, le repli sur des positions protectionnistes et des horizons étriqués les condamne inexorablement à l’« engourdissement ». Avec la perte de contrôle des circuits, c’est toute l’économie du produit qui se grippe, les ressorts de l’aptitude à innover qui se détendent : l’accès plus difficile aux matières premières augmente les coûts de production tandis que la perte de contact avec les marchés de consommation paralyse les anticipations. En choisissant de focaliser l’attention sur le thème des produits et des circuits, il s’agit ainsi avant tout de mettre en valeur simultanément l’un des axes majeurs autour desquels s’organise l’œuvre de Gérard Gayot et une problématique féconde autour de laquelle s’ordonne, pour une part importante, le renouvellement de l’histoire des marchés et de la croissance de l’âge pré-industriel.

Notes

1 Gérard Gayot, « Les entrepreneurs au bon vieux temps des privilèges : la draperie royale de Sedan au XVIIIe siècle », Revue du Nord, LXVII, no 265, avril-juin, 1985, p. 413-445.

2 Denis Woronoff, « Postface », in Alessandro Stanziani (dir.), La qualité des produits en France (XVIIIe-XXe siècles), Paris, Belin, 2003, p. 291.

3 Edward H. Chamberlin, La théorie de la concurrence monopolistique. Une nouvelle orientation de la théorie de la valeur [1935], Paris, PUF, 1953. Harrison C. White, « Where do Markets come from? », American Journal of Sociology, no 87, 1981-3, p. 517-547 et Markets from networks, Princeton, Princeton University Press, 2002. R. M. Solow, Monopolistic Competition and Macroeconomic Theory, Cambridge, Cambridge University Press, 1998. Robert Salais et Michael Storper, Les mondes de production, Paris, Éditions de l’EHESS, 1993.

4 François Eymard-Duvernay, « La qualification des produits », in Robert Salais et Laurent Thevenot (dir.), Le travail. Marchés, règles, conventions, Paris, INSEE/Economica, 1986, p. 239-248, et, du même, « Conventions de qualité et formes de coordination », Revue économique, no 40, 1989-2 : « L’économie des conventions », p. 329-359 ; Michel Callon, Cécile Meadel et Vololona Rabeharisoa, « L’économie des qualités », Politix, 13, no 52, 2000, p. 211-239.

5 Voir les communications dans La qualité des produits en France, op. cit., ou encore Alessandro Stanziani, Histoire de la qualité alimentaire XIXe-XXe siècles, Paris, Le Seuil, 2005 ; Nomenclatures et classifications : approches historiques, enjeux économiques, Actes et communications, 21, INRA Éditions, 2004. Ou encore, très récemment, Philippe Minard, « Le bureau d’essai de Birmingham, ou la fabrique de la réputation au XVIIIe siècle », Annales HSS, no 65-5, 2010, p. 1117-1146.

6 Gérard Gayot, « De la qualité des laines en Europe en 1830, d’après André de Neuflize, manufacturier français. Ou l’apologie du commerce industriel appliqué à la laine » et « Les foires de Leipzig, grand magasin européen de draps (1750-1830) », in Gérard Gayot, Giovanni L. Fontana (dir.), La laine : produits et marchés XIIIe-XXe siècles, Padoue, CLEUP, 2004, respectivement p. 243-270 et p. 1143-1174.

7 John Brewer, Neil Mckendrick, John H. Plumb, The Birth of a Consumer Society. The Commercialization of Eighteenth-Century England, Londres, Europa Publications, 1982. Neil Mckendrick, « Josiah Wedgwwod, an eighteenth century entrepreneur in salesmanship and marketing technics », The Economic History Review, 12-3, 1960, p. 408-433.

8 Clemens Wischermann, Eliot Shore (ed.), Advertising and the European City. Historical Perspectives, Aldershot, Ashgate, 2000 ; Gilles Feyel, « Négoce et presse provinciale en France au XVIIIe siècle : méthodes et perspectives de recherches », in Franco Angiolini et Daniel Roche (dir.), Cultures et formations négociantes dans l’Europe moderne, Paris, Éditions de l’EHESS, 1995.

9 Même si l’histoire du marketing concerne bien davantage l’histoire contemporaine pour des raisons évidentes liées au degré de développement de la consommation. Cette direction de recherche s’est particulièrement développée dans le monde anglo-saxon depuis les années quatre-vingt, ou bien a porté assez naturellement sur le terrain nord-américain, pionnier en la matière : voir par exemple Terence R. Nevett, Ronald A. Fullerton, Historical Perspectives in Marketing : Essays in Honor of Stanley C. Hollander, New-York, The Free Press, 1988 ou Franck Cochoy, Une histoire du marketing. Discipliner l’économie de marché, Paris, La Découverte, 1999.

10 Gérard Gayot, « Du logo d’entreprise royale à la libre enseigne de magasin. La publicité pour les draps fins en France de 1646 à 1830 », in Dominique Margairaz et Philippe Minard, L’information économique XVIe-XIXe siècle, Paris, CHEFF, 2008, p. 116-139. Voir aussi dans le même volume Matthieu de Oliveira, « Circulaires commerciales et réseaux négociants en Europe, fin XVIIIe-début XIXe siècles », p. 93-113. Les Trading cards, dont de remarquables collections existent en Angleterre, ont fait l’objet de publications dans le cadre du projet « Selling Consumption in the Eighteenth Century : Advertising and the Trade Cards » (Université de Warwick) : Katie Scott, « The Waddesdon trade cards : more than one history », Journal of Design History, no 17, 2004, p. 91-100 ; Maxine Berg, Helen Clifford, « Selling consumption in the eighteenth century : advertising and the trade card in Britain and France », Cultural & Social History, no 4, 2007, p. 145-170.

11 Par exemple, sélectionnés pour leur échelle d’analyse et leur base quantitative : Lorna Weatherill, Consumer behaviour and material culture in Britain, 1660-1750, Londres, Routledge, 1988 ; Marc Overton, Jane Whittle, Darron Dean, Andrew Haan, Production and Consumption in English Households, 1600-1750, Londres, Routledge, 2004.

12 C’est bien la double perspective de Daniel Roche sur les transformations vestimentaires dans La culture des apparences, Paris, Fayard, 1989. Pierre Claude Reynard, « Manufacturing quality in the pre-industrial age : finding value in diversity », The Economic History Review, no 53-3, 2000, p. 493–516.

13 La notion de caractéristiques intrinsèques des produits leur conférant une certaine aptitude à être désirés est au fondement de la théorie de la demande échafaudée par Kevin Lancaster, Consumer Demand. A New Approach, New-York, Columbia University Press, 1971.

14 Maxine Berg, « From imitation to invention : creating commodities in eighteenth-century Britain », The Economic History Review, no 55-1, 2002, p. 1-30 et « Product innovation in core consumers industries in eighteenth-century Britain », in Maxime Berg et Kristine Bruland (éd.), Technological Revolutions in Europe, Londres, Edward Elgar, 1998, p. 138-159 ; John Styles, « Product innovation in early modern London », Past & Present, no 168, 2000, p. 124-169.

15 Maxine Berg, Helen Clifford (ed.), Consumers and Luxury. Consumer Culture in Europe 1650-1850, Manchester, Manchester University Press, 1999 ; Maxine Berg, Elizabeth Eger (ed.), Luxury in the Eighteenth Century : Debates, Desires and Delectable Goods, Londres, Palgrave, 2003 ; M. Berg, Luxury and Pleasure, New-York, Oxford University Press, 2005 ; Catherine Lanoë, La poudre et le fard. Une histoire des cosmétiques de la Renaissance aux Lumières, Seyssel, Champ Vallon, 2008 ; Liliane Perez, « Pratiques inventives, cheminements innovants crédits et légitimations », in Liliane Perez et Anne-François Garçon (éd.), Les chemins de la nouveauté. Innover, inventer au regard de l’histoire, Paris, CTHS, 2003, p. 9-38 ; L. Perez, « Technology, curiosity and utility in France and in England in the XVIIIth century », Bernadette Bensaude-Vincent, Christine Blondel (éd.), Science and spectacle in the European Enlightenment, Aldershot, Ashgate, 2008, p. 25-42.

16 L’expression est de L. Perez dans « Pour une relecture de l’histoire des métiers : les savoirs des artisans en France au XVIIIe siècle », avec Catherine Lanoë, in Vincent Milliot, Philippe Minard, Michel Porret (éd.) La grande chevauchée. Faire de l’histoire avec Daniel Roche, Genève, Droz, 2011, p. 357-370.

17 John Styles, « Design for large-scale production in eighteenth-century Britain », Oxford Art Journal, no 11-2, 1988, p. 10-16 ; id. « Manufacturing, consumption and design in eighteenth-century England », in John Brewer, Roy Porter (eds), Consumption and the World of Goods, Londres, Routledge, 1993 ; Catherine Armingon, Yvonne Brunhammer, Madeleine Deschamps, L’art de vivre : Decorative Arts and Design in France, 1789-1989, Londres, Thames and Hudson, 1989. John E. Crowley, The Invention of Comfort : Sensibilities & Design in Early Modern Britain & Early America, Baltimore, The Johns Hopkins University Press, 2001. Clive D. Edwards, Eighteenth-century furniture, Manchester, Manchester University Press, 1996. Ron Eglash, « Technology as material culture », in C. Y. Tillay et al. (ed.), Handbook of Material Culture, London, Sage publications, 2006, p. 329-340. Jack Ingram, Elisabeth Shove, Mattew Watson, « Products and practices : selected concepts from science and technology studies and from social theories of consumption and practice », Design Issues, XXIII, no 2, 2007, p. 3-16. Glenn Adamson, Giorgio Riello, Sarah Teasley, Global History of Design, Basingstoke, Routledge, 2011. Nombreuses réflexions sur ce thème dans GianEnrico Bernasconi, « L’objet portatif : production, consommation, représentations à l’âge préindustriel. Un document matériel entre cultures techniques et usages », thèse, université Paris I Panthéon-Sorbonne et Humboldt Universität zu Berlin, en cours de publication aux Éditions du CTHS.

18 Marco Belfanti, « Fashion and innovation : the origins of the Italian hosiery industry in the sixteenth and seventeenth centuries », Textile History, no 27-2, 1996, p. 132-147 ; du même, Calze e maglie. Moda e innovazione nell’industria italiana della maglieria dal Rinascimento ad oggi, Mantova, Tre Lune, 2005 et « Was fashion a European invention ? », The Journal of Global History, 2008-3, p. 419-443. Maxine Berg, « In pursuit of luxury : global history and British consumer goods in the eighteenth century », Past and Present, no 182, 2004, p. 85-142.

19 Luxe urbain par opposition au luxe traditionnel qui ne concernait que les cours princières selon Jan de Vries, « Luxury in the Dutch Golden Age in Theory and Practice », in M. Berg et E. Eger (éd.), op. cit.

20 De nombreux exemples et références dans M. Berg, « In pursuit of luxury… », art. Cite ; pour les porcelaines et faïences, voir notamment Hilary Young, English Porcelain 1745-95 : Its Makers, Design, Marketing and Consumption, Londres, V&A Publications, 1999 ; pour les textiles, Beverly Lemire, « Domesticating the exotic : floral culture and the East India calico trade with England, c. 1600-1800 », The Journal of Cloth and Culture, 1-1, 2003, p. 64-85 ; B. Lemire et G. Riello, « East and West : textiles and fashion in early modern Europe », Journal of Social History, no 41-4, 2008, p. 887-916.

21 Sur l’exemple des colorants, Sarah Lowengard, « Colours and Colour Making in the Eighteenth Century », M. Berg, H. Clifford (ed.), Consumers and Luxury… op. cit., p. 103-117. Robert Fox, Augusti Nieto-Galan (ed.), Natural Dyestuffs and Industrial Culture in Europe, 1750-1880, Canton (Mass.), Science History Publications, 1999 ; Olivier Raveux, « “À la façon du Levant et de Perse” : Marseille et la naissance de l’indiennage européen (1648-1689) », Rives méditerranéennes, no 29, 2008, p. 37-51 et G. Riello, « Asian knowledge and the development of calico printing in Europe in the seventeenth and eighteenth centuries », Journal of Global History, no 5-1, 2010, p. 1-28.

22 Corine Maitte, Les chemins de verre. Les migrations de verriers d’Altare et de Venise, Rennes, PUR, 2009 ; L. Perez, « Cultures techniques et pratiques de l’échange, entre Lyon et le Levant : inventions et réseaux au XVIIIe siècle », Revue d’histoire moderne et contemporaine, no 49-1, 2002, p. 89-114 et « Les échanges techniques dans la métallurgie légère entre la France et l’Angleterre au XVIIIe siècle », in Jean-Philippe Genet et François-Joseph Ruggiu (éd.), Les idées passent-elles la Manche ? Savoirs, représentations, pratiques (France-Angleterre, Xe-XXe siècles), Paris, Presses de l’université Paris-Sorbonne, 2007, p. 161-183.

23 Girogio Riello, Prasannan Parthasarathi (ed.), The Spinning World : A Global History of Cotton Textiles, 1200-1850, Oxford, Oxford University Press, 2009.

© Presses universitaires de Rennes, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540