Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La gloire de l’industrie

 | 
Corine Maitte
, 
Matthieu de Oliveira
, 
Philippe Minard

Première partie. Entrepreneurs et institutions

La double voix du milieu d’affaires à Rouen : la Société Libre de Commerce (1796-1830)

Guillaume Foutrier

Texte intégral

1Le 8 frimaire an V (28 novembre 1796), quarante-six négociants et manufacturiers de Rouen, réunis en assemblée pour élire un député auprès du ministre des Finances, « déclarent par acclamation se former en Association libre de commerce », baptisée le même jour « Société libre pour concourir au progrès du commerce et de l’industrie ».

  • 1 Sur le rôle de la Société d’émulation dans la production des enquêtes statistiques du ministre de (...)

2La création de cette association « libre » intervient cinq années après la liquidation de la puissante chambre de commerce de Normandie, à la fois organe de réglementation locale et instance de dialogue avec l’État. La Société d’émulation de Rouen, fondée en janvier 1792, a bien constitué une première réponse du milieu pour tenter de restaurer un lieu de promotion et de défense de ses intérêts, mais sa composition et son influence institutionnelle n’ont alors rien de commun avec la chambre disparue : il s’agit d’un mélange hétéroclite de notables, où les commerçants et fabricants dominent certes relativement mais ne sont qu’une poignée, essentiellement des hommes investis dans la vie sociale et politique de Rouen et promoteurs convaincus du « progrès des arts et de l’industrie1 ».

  • 2 Avant 1789, les juges-consuls étaient élus par deux cent cinquante électeurs, choisis parmi les co (...)
  • 3 Guy Antonetti, Une maison de banque à Paris au XVIIIe siècle, Greffulhe Montz et Cie 1789-1793, Pa (...)
  • 4 La loi du 8 mai 1791 supprime les offices de courtier de change et de marchandises. À Rouen, depui (...)

3La fondation de la Société du commerce en novembre 1796 revêt d’emblée une autre dimension : le ministre des Finances a demandé le 28 brumaire an V que soient réunis « les citoyens qui exercent l’utile et honorable profession de commerce » afin d’élire un député auprès du ministère. Le 4 frimaire, le tribunal de commerce propose une liste de 86 « négociants probes et éclairés », dont seule une petite minorité participe à l’assemblée élective quatre jours plus tard. Mais avec cette Société nouvelle, le milieu d’affaires rouennais saisit bien alors l’occasion de reformer un lieu de délibération, mais peut-il, sept ans après le début de la Révolution, s’assembler comme par le passé pour dire ses intérêts ? Quelle est en effet la légitimité d’une institution sans budget ni pouvoirs administratifs, et ne bénéficiant plus des mécanismes révolus du pouvoir consulaire, fondés avant la Révolution sur le principe d’une forte hiérarchisation des hommes et des communautés de métier2 ? À côté de la chambre de commerce supprimée, le tribunal des consuls, critiqué pour son élitisme, a été réformé et son scrutin ouvert en 1791 aux citoyens actifs patentés. La crise commerciale de 17923, puis les guerres maritimes, ont ruiné plusieurs grandes maisons négociantes, tandis que les « désordres de l’agiotage » sous le Directoire – traduction, en termes polémiques, de l’avènement d’une nouvelle génération de banquiers et de la libéralisation du courtage4 – mettent à mal les hiérarchies établies du crédit. Aussi l’affaiblissement du grand négoce et de ses institutions surdétermine-t-il le sens de cette nouvelle représentation marchande : les modes d’élection et de sélection consulaires n’ont plus cours, et il faut donc inventer un mode de réunion qui puisse imposer un nécessaire filtre social tout en parlant la langue républicaine de « l’intérêt général ».

  • 5 Robert Schnerb, « La dépression économique sous le Directoire après la disparition du papier-monna (...)

4Dans ce contexte, malgré l’urgence de ses besoins en plein marasme économique5, la Société rencontre d’abord de sérieuses difficultés à mobiliser les représentants éminents du commerce rouennais. Nous tenterons d’approfondir les raisons d’une telle désaffection, avant d’examiner les conditions de son seul vrai succès, la création de la Banque de Rouen en 1798 : la Société lance à cette occasion la première étape d’une restructuration du commerce « par le haut », autrement dit la reprise en main de la place par l’élite négociante. Après la restauration de la chambre de commerce en 1803, qui consacre le pouvoir retrouvé de cette élite, la Société – de manière surprenante – ne disparaît pas, alors que nombre de négociants la quittent : comment expliquer une telle prolongation ? Placée alors aux côtés d’une chambre officielle, reconnue comme l’organe légal du commerce par le gouvernement et composée essentiellement de grands négociants, son existence semble plus que jamais suspendue à la réalisation de son ambition initiale de « concourir au progrès de l’industrie ». Quelles ont été sa place et sa fonction dans le grand élan industriel à Rouen sous l’Empire et la Restauration ? L’examen du profil socio-économique de ses membres nous permet certes de tirer quelques conclusions sur l’influence grandissante des intérêts manufacturiers dans l’association. Mais il faut encore pousser l’analyse dans d’autres directions pour savoir si les attentes et les aspirations du commerce de fabrique ont bien trouvé une réponse dans les activités de la Société : c’est là tout l’intérêt d’étudier, d’une part, le positionnement des sociétaires lors des débats sur le rétablissement des règlements de manufactures et des corporations, et, d’autre part, le bilan de leurs initiatives pour encourager le « progrès des arts et de l’industrie ».

À la recherche de la chambre perdue (1796-1802)

  • 6 Les procès-verbaux des séances s’interrompent entre mars et novembre 1797 (AD Seine-Maritime, 3 J (...)
  • 7 Louis Bergeron, Banquiers, négociants et manufacturiers parisiens du Directoire à l’Empire, Paris, (...)

5Le démarrage de la Société se révèle laborieux : passé l’enthousiasme des débuts, les séances – fixées à deux par mois – peinent à attirer les membres, dont le nombre est pourtant passé en quelques semaines à plus de soixante-dix. La Société se fend bien d’une pétition au ministre de l’Intérieur pour demander un courrier journalier entre Paris et Rouen, mais globalement l’activité reste faible, voire inexistante durant sa première année6. L’association ne sort de sa torpeur qu’à l’occasion des discussions sur la création de la Banque de Rouen, qui débouchent sur l’ouverture du guichet en février 1798. Progressivement, cette initiative rencontre un succès évident, comme en témoigne le gonflement du montant des escomptes7. À la même époque, l’examen des parères commence à un rythme soutenu (environ deux à trois par séance) et occupe, jusqu’en 1803, l’essentiel des séances. Les sollicitations diverses du ministre de l’Intérieur sur l’usage du charbon de terre (décembre 1797), sur les fraudes des voituriers (septembre 1798) ou sur la navigation intérieure (janvier-février 1799) contribuent aussi aux premiers frémissements de la jeune institution ; la correspondance avec les députés Rabasse et Brémontier sur les projets de loi relatifs à l’échéance des effets de commerce et à l’organisation des tribunaux consulaires ajoute encore au dynamisme grandissant de l’association. Pourtant, durant les trois premières années d’existence, le nombre de présents aux séances reste très faible : vêtue de vêtements trop larges – il était prévu de former un bureau exécutif de vingt-deux élus, finalement supprimé dans le règlement définitif de février 1798 –, la Société n’attire en moyenne à chaque séance qu’une dizaine de sociétaires sur un effectif total de quatre-vingts à quatre-vingt-dix membres.

  • 8 André Siegfried, « Psychologie du Normand », Revue de psychologie des peuples, 10-3, 1955, p. 241- (...)
  • 9 Jean-Pierre Hirsch, « L’effet Le Chapelier dans la pratique et les discours des entrepreneurs fran (...)
  • 10 Au-delà de la banale concession à l’air du temps, l’emploi de l’adjectif « libre » dans le nom de (...)
  • 11 Jean-Pierre Hirsch, Les deux rêves du commerce. Entreprise et institution dans la région lilloise (...)

6Il serait sûrement un peu court de lire dans ce désamour des débuts une forme d’attentisme et d’individualisme, si souvent pointés dans la « mentalité normande8 ». Au vu des fortes attentes de la place en matière de secours financiers, de régulation économique et juridique, ces débuts malaisés témoigneraient plutôt d’un désir contrarié d’institution. Sans doute faut-il évoquer ici une traduction rouennaise de l’« effet Le Chapelier9 » : dans le contexte idéologique (post-) révolutionnaire d’individualisation du droit et du jeu social, le commerce éprouve une gêne certaine à se réunir, à former corps, pour discuter en commun de ses intérêts, quand bien même il en éprouverait le besoin. Aussi, en cette période de condamnation des « corps intermédiaires », la Société s’efforce-t-elle de créer les précautions discursives indispensables à sa constitution : l’accent mis sur la « liberté10 » de la Société et de ses membres ou encore la décision de signer les parères individuellement, et non collectivement, sont les signes – déjà observés11 – de cette gymnastique mentale si typique de l’époque. Surtout, les négociants assemblés ne peuvent alors exprimer leur voix qu’en se cantonnant dans une structure associative privée, sans reconnaissance administrative ni prérogatives officielles. Au sortir de la Révolution, une telle structure ne garantit nullement la cohérence sociale de l’ensemble et ne confère à l’institution qu’une légitimité douteuse.

  • 12 Dix-huit sociétaires, parmi les plus actifs, appartiennent à une loge rouennaise : Éric Saunier, R (...)

7Comment, dans un tel contexte, les négociants rouennais ont-ils trouvé les ressources sociales de leur entreprise ? Le rôle influent du conseil municipal et du tribunal de commerce et le jeu des réseaux maçonniques12 ont sûrement beaucoup aidé cette poignée de notables à lancer l’association. Les sociétaires sont bien issus pour beaucoup de la sanior pars du commerce : sur les cent trois membres admis entre 1796 et 1800, la moitié d’entre eux étaient – eux-mêmes ou leurs parents – électeurs de la juridiction consulaire ou membres de la compagnie des Consuls en 1788. La place des grands négociants dans la Société est pourtant sensiblement différente de celle qu’ils occupaient – quasi exclusive – dans l’ancienne institution consulaire. L’élite du « commerce de place » – entendons le grand négoce non spécialisé, tenu par les plus riches marchands et souvent par les plus anciennes familles – est représenté par plus d’une vingtaine de membres ; l’effectif n’est certes pas négligeable, mais nombre de « poids lourds » manquent à l’appel, à l’image de Quesnel et Ribard, futurs administrateurs de la Banque de Rouen. Certains encore attendent un second rappel pour daigner adhérer à la Société : Defontenay, Le Couteulx, Le Vieux et Lambert (le directeur de la Monnaie) ne s’inscrivent qu’en 1799. Les autres, hormis quelques exceptions, ne viennent que très rarement aux séances pendant les trois premières années. Les plus assidus, Lachesnez-Heude, Guttinger, Hellot et Lezurier, sont connus pour leur implication dans la vie sociale et politique rouennaise sous la Révolution. Dans l’ensemble, la Société du commerce ne suscite donc qu’une adhésion limitée du grand négoce.

  • 13 AD Seine-Maritime, L 2595, Caisse patriotique de Rouen.

8À cet égard, l’association est bien à l’image des évolutions du commerce rouennais depuis 1790 : elle accueille en son sein nombre de représentants enrichis du « commerce de fabrique », grossistes toiliers, manufacturiers du coton et faïenciers, largement tenus à l’écart des institutions consulaires avant la Révolution. La quinzaine de fabricants sociétaires – souvent les plus importants de la place – ne compte que deux anciens électeurs consulaires en 1788. Parmi les marchands grossistes émergent quelques figures majeures telles que Lefebvre-Drouet, Tamelier, Guillaume Hermel ou Théodore Signol : ce dernier est devenu juge consul en 1792 lors de l’élargissement du corps électoral commerçant, tandis que Lefebvre-Drouet et Tamelier ont exercé leurs premières responsabilités publiques sous la Révolution. Guillaume Hermel, absent des listes de notabilités avant 1789, jouit d’une certaine influence sur la place depuis ses activités d’administrateur de la Caisse patriotique en 1790-179213.

  • 14 Fixé d’abord à cent vingt membres, le numerus clausus est supprimé en février 1798 : AD Seine-Mari (...)
  • 15 Danièle Pingué, Les mouvements jacobins en Normandie orientale. Les sociétés politiques dans l’Eur (...)

9Si l’association fait cohabiter des niveaux différents du commerce rouennais, elle n’accepte pas le tout-venant : les membres, admis par proposition d’un associé puis par élection de toute l’assemblée, appartiennent dans l’ensemble au grand négoce et à la fine fleur du « commerce de fabrique ». Le problème de la Société n’est du reste pas tant lié à son contenu social, relativement homogène, qu’à la signification de ce contenu : les membres, choisis au hasard de réseaux plus ou moins larges, appartiennent certes au gratin du commerce rouennais, mais ils n’en sont que l’expression partielle et non légitime ; la Société souffre au fond de ne pas avoir de mode de désignation officielle de ses membres, que ce soit par nomination ou par élection. De là découlent les controverses sur le règlement et les hésitations de l’association sur son degré d’ouverture et de structuration : l’indécision sur le numerus clausus14 puis, en février 1798, la suppression du bureau consultatif, sorte d’exécutif de la Société, signent pour plusieurs négociants l’incapacité rédhibitoire de cette institution à créer ses distinctions internes et externes. Sans doute ce malaise autour de la forme associative doit-il aussi être mis en rapport avec l’histoire récente d’une autre « société libre » et de ses « outrances » démocratiques en l’an II : les sociétaires, pour beaucoup anciens membres de la Société populaire, ont gardé un souvenir paradoxal de leur précédente expérience associative, par laquelle ils ont mis en œuvre une sociabilité politique nouvelle avant d’apprendre à leurs dépens les dangers politiques d’un groupe de pression puissant et socialement élargi15. En ce sens, la méfiance du gouvernement parisien vis-à-vis des associations locales n’entre que pour une petite part dans la répugnance des négociants rouennais à siéger dans une assemblée trop nombreuse : ce sont d’abord les négociants qui craignent pour eux-mêmes les conséquences insoupçonnées d’un fonctionnement associatif susceptible de réintroduire les débats houleux, radicalisations et autres animations – tant redoutées, désormais – de l’assemblée démocratique.

10Une certaine forme de retrait, ou de prudence, est donc encore de mise, qui explique l’absence de quelques grands noms. De manière générale, une grande partie de l’élite négociante ne trouve pas son compte dans une association qui ne réunit pas deux des caractères essentiels de la représentation marchande avant 1791, à savoir la transcription d’une hiérarchie claire des acteurs de la place et la reconnaissance par le gouvernement d’un corps pourvu de pouvoirs budgétaires, administratifs et réglementaires. L’idée même d’une éventuelle chambre de commerce restaurée reste ainsi comme en suspens. De ce point de vue, il n’est guère étonnant qu’en septembre 1799 la décision de rémunérer la présence des membres par un jeton de deux francs, provoque immédiatement un triplement des effectifs aux séances. La Société éprouve alors sûrement moins de complexes à s’affranchir quelque peu du discours républicain sur le service désintéressé du bien public et de l’intérêt général ; le sentiment embarrassé de faire corps paraît de même plus assumé. Surtout, pour les négociants qui reviennent alors aux séances, ces jetons, si symboliques soient-ils, semblent garantir un minimum de distinction sociale et de légitimité à l’institution. Par la suite, les invites du ministre de l’Intérieur, après le dix-huit brumaire, assoient définitivement le nouveau départ de la Société. Ses membres, en premier lieu quelques grands négociants, pressentent dès lors que la Société pourrait être la rampe de lancement d’une chambre de commerce restaurée. Aussi commencent-ils à imposer leurs thèmes de discussion : sur le rétablissement des chambres de commerce (août 1800), sur le curage du port (février 1801) ou sur la défense de l’entrepôt réel des liquides (novembre 1801).

  • 16 Le décret du 16 floréal an IX (6 mai 1801) institue dans chaque département un conseil du commerce (...)

11C’est donc assez logiquement qu’en décembre 1801, lors de l’installation du conseil de commerce16, le préfet choisit majoritairement ses conseillers parmi les membres de la Société libre. À l’occasion, celle-ci perd un grand nombre de ses membres. Parmi les grands négociants qui quittent alors massivement l’association, certains prennent prétexte de leur nomination au Conseil pour motiver leur départ ; d’autres ne font que tirer les conséquences de la brusque délégitimation de la Société. Cette vague de démissions ne prend sens qu’au regard de la différence de nature entre l’« association libre » et le nouvel organe officiel du commerce rouennais : autant dans sa composition – il réunit les plus influents négociants de la place – que dans ses attributions administratives, le conseil de commerce rappelle l’ancienne chambre, malgré des pouvoirs fortement amputés ; cette fois-ci, le gouvernement, à l’initiative du projet, marque bien aux négociants qu’il entend se donner un interlocuteur légal sur la place, composé des « meilleurs » d’entre eux. La restauration de la chambre de commerce de Rouen en décembre 1802 consacre définitivement le tournant institutionnel. Sans disparaître, la Société libre entame dès lors une nouvelle phase de son existence, marquée par une plus grande représentation des hommes et des intérêts du « commerce de fabrique ».

12A posteriori, l’« association libre » des riches commerçants rouennais peut bien apparaître durant son premier âge (1796-1802) comme le moyen nécessaire de la restauration du pouvoir négociant après l’éclipse révolutionnaire. Cette restauration n’avait pourtant rien d’évident si l’on pense aux difficultés et aux blocages initiaux de ce rassemblement quasi informel. Pour mieux la comprendre, encore faut-il ajouter un autre élément : la création de la Banque de Rouen en 1798, étape fondamentale dans l’élaboration d’un nouvel ordre du crédit dominé par l’élite négociante. Si cette création fait en apparence l’unanimité, elle est indissociable des rapports de force qui traversent le commerce rouennais. Aussi l’étude des premiers développements de la Banque de Rouen permet-elle de saisir le rôle de la Société du commerce dans la construction d’un ordre du crédit comme compromis socio-économique.

La Banque de Rouen, une institution élitiste à l’écoute de la fabrique (1798-1808)

  • 17 Près de 490 bilans sont déposés au greffe du tribunal de commerce de Rouen entre 1797 et 1799 : AD (...)
  • 18 L. Bergeron, Banquiers, négociants…, op. cit., p. 97-100.
  • 19 Séance du 16 prairial an VI : AD Seine-Maritime 3 J 12.

13La fondation d’une banque « publique » de dépôt et d’escompte en 1798 constitue la grande œuvre de la Société et le motif essentiel de son existence dans un contexte économique dépressif, marqué par la rareté de l’argent, la paralysie des paiements et la multiplication des faillites17. La réputation d’établissement « public » attachée à l’image de la banque – alors qu’il s’agit bien d’une société privée – ne se comprend qu’au regard de ses intentions proclamées : pour ses promoteurs, la banque doit permettre de collecter le numéraire et servir de base à la reprise des paiements sur la place par le mécanisme de l’escompte ; incidemment, il est prévu de mobiliser la caisse pour recevoir 150 000 francs en espèces, du receveur général de la Seine-Inférieure, en échange d’effets sur Paris18. Dans l’esprit des futurs administrateurs, la banque doit aussi servir à restaurer l’ordre du crédit, mis à mal par la multiplication des petits banquiers et des « agioteurs », sortis des désordres financiers du Directoire. Cette restauration est donc tout autant affaire de pur argent que de hiérarchie : l’assouplissement monétaire, permis par la création de l’établissement, constitue une reprise en main de la distribution du numéraire par le sommet du commerce. Dès ses débuts, le conseil d’administration de la banque apparaît de fait comme une institution élitiste, composée essentiellement des plus grands négociants, qui contribue à détourner un peu plus ces derniers de la Société : certes d’abord, comme le suggère un sociétaire, parce que les quinze administrateurs se réunissent le même jour que les séances de la Société19 ; mais surtout parce que l’influence de la banque sur le commerce éclaire d’autant plus les lacunes de l’association. On comprend mieux en effet l’attrait du grand négoce pour l’institution bancaire si l’on pense qu’au moyen de l’escompte, elle rétablit un pouvoir oublié depuis 1791 : celui d’inscrire chaque acteur de la place dans la chaîne structurée et hiérarchisée du crédit, si bien mise en œuvre, avant la Révolution, par la réglementation consulaire du courtage de change et par la désignation des notables commerçants.

  • 20 L. Bergeron, ibid.
  • 21 Séance du 19 nivôse an VI (Ibid.).

14Mais si l’escompte est bien le but affiché de l’établissement, fixer l’intérêt de l’argent est une affaire complexe où s’affrontent des intérêts contradictoires, et partant des objectifs différents : assurer la profitabilité de l’établissement (pour les administrateurs et les gros actionnaires), tirer le meilleur intérêt des fonds déposés à la banque (pour les « capitalistes ») ou emprunter de l’argent aux meilleures conditions (pour les marchands fabricants). À cet égard, on aurait tort de réduire la banque à cette seule image de cercle étroit du milieu d’affaires rouennais. La difficulté à drainer le numéraire impose en effet au commerce de collaborer entre cercles élargis. La banque éprouve d’abord le plus grand mal à inspirer la confiance des « capitalistes » : le capital de l’établissement – constitué de 1 000 actions de 1 000 francs – met plusieurs années avant d’être souscrit en intégralité20. Aussi l’importance des petits actionnaires, souvent membres de la Société Libre, impose-t-elle aux administrateurs de composer avec le « deuxième étage » du commerce rouennais, proche des intérêts directs de la fabrique. En ce sens, il n’est guère surprenant qu’en janvier 1798, la Société rejette résolument la proposition de limiter l’accès du conseil d’administration aux seuls gros actionnaires (porteurs de plus de cinq actions)21. Au-delà de cet épisode révélateur, le rapport de force s’engage surtout autour des modalités de l’escompte : face à un conseil d’administration porté à privilégier des conditions rigoureuses pour assurer la rentabilité de l’établissement, le commerce de fabrique, bien représenté à la Société, tente au contraire d’assouplir au maximum l’admission de ses effets au refinancement.

  • 22 L. Bergeron, op. cit., p. 97-100.
  • 23 Note du sénateur Vimar en 1810 (Archives de la Banque de France).
  • 24 Séances des 2 thermidor et 2 fructidor an XI (AD Seine-Maritime, 3 J 12).
  • 25 Banque de Rouen. Procès-verbaux des assemblées générales des actionnaires de la Banque de Rouen et (...)

15Malgré sa baisse régulière de 1798 à 1803 (de 12 % à 9 % l’an22), le taux d’intérêt reste assez élevé, signe probable d’un arbitrage favorable aux détenteurs de capitaux. Mais la banque tempère ce taux coûteux par une tolérance croissante sur la qualité des effets escomptés : elle consent à recevoir des effets à deux signatures, « dont souvent même une seule [est] bien connue et bien famée23 », et permet ainsi aux fabricants de se dispenser de la troisième signature – chèrement payée – d’un banquier. Or, cette inflexion des conditions de l’escompte au profit du commerce de fabrique s’est en partie décidée à la Société. En juillet 1803, alors que nombre de grands négociants ont quitté l’association, un membre renouvelle une demande faite à plusieurs reprises de « réfléchir aux moyens de rendre la banque de Rouen plus utile ». Un mois après, l’assemblée vote deux des propositions du rapport de la commission : elle « donne l’autorisation facultative » aux administrateurs de prendre à l’escompte le papier à six mois de terme – donc le papier tiré par les manufacturiers – et « invite les administrateurs à faire le sacrifice d’une portion de leurs bénéfices en faveur de l’intérêt de l’argent24 ». Quatre mois plus tard, la décision du conseil d’administration d’abaisser le taux d’intérêt de 9 à 7,5 % n’est sûrement pas étrangère à cette délibération. Le président Lambert, directeur de la Monnaie de Rouen et administrateur de la banque, a joué ici un rôle certain pour tempérer les vœux de la fabrique, mais ceux-ci ont bien fini par s’imposer et par être appliqués. En décembre 1806, le projet de statuts pour le renouvellement de la Banque de Rouen consacre ce compromis : comme dans les statuts de 1798, l’article VII limite à 90 jours l’échéance des effets escomptés, mais il ajoute : « Néanmoins, dans les circonstances de pénurie ou d’abondance, les administrateurs ont la faculté de restreindre cette échéance ou de l’étendre jusqu’à 4 même 6 mois, mais alors le papier devra être revêtu de 3 signatures au moins25 ».

  • 26 Gavin Daly, Inside Napoleonic France, State and society in Rouen, 1800-1815, Londres, Ashgate, 200 (...)

16En disant cela, n’imaginons pas toutefois que l’octroi du crédit ait perdu alors son caractère sélectif : le cercle de l’argent s’est certes élargi mais dans des proportions somme toute relatives. Tout au moins, il ne s’agit pas ici d’une insurrection de l’atelier et de la boutique contre les « capitalistes » : les débats de la Société ne mettent aux prises que les plus grands commerçants – fabricants, grossistes et négociants – même si leur répercussion économique est plus étendue. N’exagérons pas non plus la fracture entre une société acquise à la fabrique et un grand négoce totalement insensible à ses besoins. Cette élaboration originale du crédit doit beaucoup en effet à l’évolution générale de l’économie rouennaise depuis le déclenchement des guerres révolutionnaires : les déboires du commerce maritime ont conduit nombre de grands négociants à investir davantage dans le commerce intérieur des toiles et le secteur naissant de la filature mécanisée, ce qui les rend plus sensibles aux attentes et aux conjonctures de la fabrique26.

  • 27 Rapport fait à la Société Libre… le 26 messidor an IX, sur le danger auquel la circulation des Bon (...)

17L’assouplissement de l’escompte s’opère aussi sûrement sous la pression d’une nouvelle génération de banquiers privés, sortie en partie des désordres monétaires du Directoire, qui occupe une place grandissante dans la distribution des précieuses liquidités : pour la Banque de Rouen, suivre la règle des deux signatures représente alors le seul moyen de capter la clientèle de la fabrique tout en taillant des croupières aux remuants banquiers, notamment à Thézard et Cie, dont les succès auprès des marchands fabricants affolent les administrateurs. Lorsqu’à partir de 1801, sous prétexte d’un retour de l’inflation, ces derniers décident de lancer une violente charge contre les « bons de sols » émis par la banque Thézard27, le débat animé qui s’engage alors entre « monétaristes » smithiens et « expansionnistes » semble recouper l’opposition sur l’escompte entre l’administration de la banque et la fabrique. Encore faut-il rester prudent sur le sens d’une telle opposition si l’on considère le jeu équivoque de quelques sociétaires, notamment de Guillaume Hermel : à la fois administrateur de la banque et principal intéressé de l’établissement privé mis en cause, son soutien aux « bons de sols » montre que, dans cette confrontation à trois entre banque publique, banque privée et Société du commerce, les opinions affichées sur la monnaie et l’escompte ont pu couvrir de leur bruit le travail discret des intérêts privés.

18Si la part des circonstances économiques locales, globalement favorables au développement industriel, et le jeu des positions individuelles doivent amener à relativiser l’hypothèse d’une opposition franche entre deux « discours » monétaires – l’un smithien et « capitaliste », l’autre « industrialiste » et fabricant – la Société libre s’est pourtant bien affirmée dans ce débat comme le relais « objectif » des intérêts manufacturiers : or, cette position ne peut pas être tout à fait étrangère à l’émergence dans l’association des acteurs et des préoccupations de la fabrique.

La Société après 1803 : D’un lobby commercial coactif au cercle industriel

19En 1803, le départ de plusieurs grands négociants impose d’abord à la Société de réduire sa voilure : le nombre de séances est revu à la baisse, de deux à une par mois. Le nombre de participants à chaque assemblée baisse et oscille désormais entre quinze et vingt. Un recrutement actif à partir de 1806 permet cependant à la Société d’afficher un effectif honorable de soixante et un membres en 1810. Le profil des sociétaires évolue sensiblement vers une représentation accrue des fabricants et des grossistes toiliers. Parmi la vingtaine de membres actifs et assidus se distinguent quelques riches grossistes et commissionnaires de toiles et de cotons filés – tels Hermel, Taillandier, Néel, Tamelier, Lefebvre-Drouet et Moreau – ainsi que d’importants manufacturiers, comme le fabricant Lecointe, les filateurs Pinel et Le Bouvier, le teinturier Pavie ou Lancelevée, directeur de la manufacture de velours des frères Sévène.

20En ce sens, le partage institutionnel entre la chambre de commerce et la Société du commerce recoupe assez bien la distinction entre grand négoce et commerce de fabrique. Les deux institutions ne sont pourtant pas coupées l’une de l’autre : les manufacturiers Pinel et Pavie exercent les fonctions de juge consulaire et sont membres de la hambre de commerce. Par ailleurs, quelques négociants importants continuent de jouer un rôle majeur dans la vie de la Société, notamment Guttinger – le futur directeur du Comptoir d’escompte de Rouen en 1808 – Hilscher, Lezurier, Lanelle et Eudeline. Ces hommes, qui figurent souvent au bureau de la Société, sont généralement membres d’une des institutions consulaires et assurent, jusqu’à la fin de l’Empire, des relais entre la Société libre, la chambre et le tribunal.

  • 28 Mémoires sur les estampilles de marchandises (février 1802), sur les droits de timbre et d’enregis (...)
  • 29 En janvier 1806, la Société imprime en 200 exemplaires le mémoire du filateur Pinel sur la prohibi (...)

21Durant ces premières années de coexistence, la Société du commerce poursuit ses activités parallèlement à celles de l’institution de consultation officielle. Elle continue à rédiger des parères - certes en nombre réduit – et surtout, elle ne cesse d’adresser aux autorités des mémoires relatifs au droit commercial et à la fiscalité indirecte28. Elle prend aussi une part active à la campagne protectionniste de 1803 à 180629.

  • 30 En 1807, la réforme du scrutin des tribunaux consulaires donne à la chambre de commerce le pouvoir (...)
  • 31 AD Seine-Maritime, 3 J 154, correspondance de la Société (an V - 1815).

22Le maintien des activités de la Société aux côtés de la chambre de commerce tient alors certainement à la volonté des fabricants et des marchands grossistes de ne pas laisser au grand négoce le monopole de la représentation marchande. Mais il est possible aussi que les deux organismes trouvent un intérêt à fonctionner en binôme. La chambre, pourvue de la reconnaissance des autorités, impose bien vite les débuts d’une restructuration du commerce30, mais elle manque de moyens et sa subordination à l’administration préfectorale entame sa faculté d’expression. De son côté, l’association n’a certes ni la légitimité ni les prérogatives de la chambre, mais elle bénéficie d’une certaine écoute auprès des autorités et adopte paradoxalement une plus grande liberté de ton, compte tenu de sa relative insignifiance institutionnelle. Si elle ne se prive pas d’ajouter sa voix à celle de la chambre sur plusieurs sujets, il lui arrive aussi à l’occasion de « court-circuiter » l’organe officiel en s’adressant directement au préfet ou au gouvernement : en mai 1807, elle envoie de sa propre initiative à plusieurs chambres de commerce un mémoire pour défendre les prérogatives consulaires en matière de faillite. Cette même année, son rapport critique sur le coût de la vérification annuelle des poids et mesures lui attire du reste une fraîche réprimande du ministre de l’Intérieur, pour qui « le commerce ne doit s’immiscer qu’avec beaucoup de réserve dans l’examen de mesures administratives sur lesquelles il a rarement des données suffisantes »31.

23Un partage des tâches s’opère progressivement entre les deux institutions : la Société abandonne progressivement à la chambre de commerce l’examen des parères et des questions douanières. Assez rapidement, l’association se distingue par une orientation de plus en plus marquée vers les questions industrielles. De ce point de vue, un basculement assez net s’opère en octobre 1807, lorsqu’elle décide de s’affilier à la Société d’encouragement de l’industrie nationale : à partir de cette date, l’association se consacre essentiellement à l’examen des bulletins de la Société parisienne et produit de nombreux rapports sur les inventions utiles à l’industrie rouennaise. Cette « spécialisation » industrielle de la Société ne fait que confirmer une tendance de fond. Dès 1802, la Société est apparue en effet comme l’institution la mieux désignée pour se prononcer sur les sujets relatifs à la manufacture. En décembre 1802, elle s’est emparée du projet de loi de police ouvrière, l’a discutée pendant près de trois mois avant de remettre directement un rapport au préfet. Aussi, lors des débats sur le rétablissement des règlements de manufactures, son avis se trouve-t-il naturellement sollicité par les autorités et la chambre de commerce.

« Qu’une liberté illimitée est préférable à tous les règlements » : un libéralisme sans concession ?

24La loi du 22 germinal an XI sur la police des manufactures suscite d’abord une réelle satisfaction à la Société : le principe d’apposer le nom du fabricant sur les tissus semble satisfaire pleinement leurs attentes. Lorsqu’en mai 1803, Fouquier d’Inglebert, fabricant mécanicien de Saint-Sever, adresse un mémoire sur « la nécessité de l’établissement d’une inspection sur les manufactures et fabriques pour empêcher les fraudes », la Société se contente, pour toute réponse, de lire la loi récemment promulguée et d’écrire au ministre de l’Intérieur pour solliciter la création d’un bureau consultatif des arts et manufactures.

25En août 1804, la chambre de commerce amène pourtant la Société à se pencher de nouveau sur l’épineuse question des règlements :

« Plusieurs chambres consultatives nous ont demandé des renseignements sur les moyens qu’on emploie ou qu’on pourrait employer à Rouen pour garantir l’intégrité de la lèse, du teint, l’égalité de la qualité dans toute l’étendue de chaque pièce d’étoffe. Il nous a été facile de répondre qu’on n’en emploie aucuns. Il n’est pas aussi aisé de s’expliquer sur ceux qu’on pourrait employer ».

26Après plusieurs semaines de débats, l’assemblée vote la proposition de réponse de la commission : « Qu’une liberté illimitée est préférable à tous les règlements ». Elle émet ensuite le même avis à plusieurs reprises, notamment en juillet 1806 lorsqu’elle est consultée sur la création du tribunal des prud’hommes, ou encore en février 1807, quand il s’agit de se prononcer sur le rétablissement des corporations. À chaque fois, la Société s’oppose à toute réglementation nouvelle et se distingue comme une indéfectible partisane de la « liberté illimitée ».

  • 32 J.-P. Hirsch, Les deux rêves…, op. cit., 1991.

27Si les positions de la Société semblent ici clairement formulées, le constat d’un libéralisme sans concession du milieu d’affaires rouennais ne laisse pas d’étonner tant il contraste avec des observations faites ailleurs sur d’autres places de commerce32. Tentons d’expliquer les raisons de ce libéralisme, essayons d’en montrer éventuellement les limites ou, si l’on veut, les conditions de possibilité.

  • 33 Rapport et réflexions sur un mémoire concernant les manufactures d’étoffes et toileries, par G. Ge (...)

28Premier point important, les débats sont très disputés, voire houleux : le vote n’a pas bénéficié de l’unanimité générale, loin s’en faut. Ainsi, sur les neuf mémoires présentés à l’automne 1806, trois se prononcent pour les règlements, et six contre. Les aspirations de certains fabricants ont peut-être été étouffées par le bloc libéral et antiréglementaire des négociants, à l’image d’Hilscher, qui, en mai 1808, proclame que « la concurrence excite l’industrie », à propos du projet d’un canal mettant en concurrence les fabricants de tourbe locaux avec ceux de l’Oise. En 1807, les mémoires des négociants Guttinger et Lanelle contre les règlements répondent aux plaintes d’un « collègue teinturier » sur la détérioration de la qualité des teintures. La ligne libérale approfondit ici des positions formulées quelques années auparavant : d’abord en mars 1789, lorsque l’assemblée des négociants demandait dans son cahier de doléances la suppression des corporations et un allégement sensible des règlements ; puis, en 1798, quand Rabasse et Guttinger, députés au Conseil des Cinq-Cents, contribuaient à repousser, aux côtés de Le Couteulx, le projet de loi de rétablissement des corporations. La désunion des fabricants sur la question a pu aussi influer sur le vote final : le passementier Gabriel Gervais, esprit original et influent dans les sociétés locales, s’est distingué, depuis son soutien à Rabasse et Guttinger en 1798, comme un partisan indéfectible d’un libéralisme intérieur sans concession33.

  • 34 Rapport sur un mémoire relatif au colportage : AD Seine-Maritime, 3 J 168.

29De manière générale, il est possible que le contexte de fermeture des marchés extérieurs ait rendu l’exigence de qualité moins impérieuse, d’autant que Rouen est connue pour sa production de qualités moyennes destinées aux couches populaires. Surtout, rien ne permet de dire que les positions de la Société, qui reste – ne l’oublions pas – un club relativement fermé, aient exprimé l’avis général des fabricants et marchands rouennais. Dans un mémoire de 1810, Châlon juge bien que « ce serait une erreur que de forcer le fabricant à n’établir ses tissus que sur des largeurs déterminées par la loy34 », mais il concède que ces mesures sont réclamées par « de nombreux marchands ». Du reste, au début de la Restauration, la Société doit se prononcer sur plusieurs mémoires qui attestent que ses positions officiellement libérales ne sont peut-être pas la chose de Rouen la mieux partagée. En juin 1814 des marchands grossistes et commissionnaires toiliers font parvenir une pétition « sur la nécessité de rétablir dans la fabrique de Rouen des règlements basés sur ceux qui existaient avant la Révolution ». Le titre est certes trompeur : derrière l’intitulé général, il y a une demande bien particulière, à savoir interdire la concurrence des commissionnaires étrangers. Mais il n’est pas anodin que les rédacteurs du mémoire aient senti le besoin de subsumer la défense de leurs intérêts étroits dans un discours général sur l’ordre du commerce et des manufactures – à la fois signe d’opportunisme et reflet de l’air du temps. De surcroît, la commission nommée pour l’examen de leur pétition, choisit de répondre sur des bases très générales, preuve supplémentaire que la question de fond continue de travailler souterrainement la conscience du commerce rouennais. Là encore, la Société ne démord pas de ses positions, qu’elle résume en quelques points :

  • 35 Lettre du 7 novembre 1814 : AD Seine-Maritime, 3 J 154.

« Que les lois qui régissent le commerce en général sont suffisantes pour réprimer tout abus de confiance ; et que c’est à l’acheteur quel qu’il soit à exiger de son vendeur la garantie qu’il croit lui être utile. […] Que des règlements basés sur ceux qui existaient avant la Révolution loin de favoriser les manufactures ne pourraient que nuire à leur développement et par conséquent leur porter un très grand préjudice35. »

  • 36 En septembre 1817, la publication d’un Mémoire sur la nécessité de rétablir les communautés de mét (...)
  • 37 Procès-verbaux des séances : AD Seine-Maritime, 3 J 13.

30Un coup d’œil sur les quatre membres de la commission chargée de rédiger cette réponse, donne toutefois à celle-ci un éclairage particulier : à la plume, Gabriel Gervais, âgé de 77 ans et retiré du commerce, ne court plus vraiment les risques pratiques de ses discours. Les trois autres, Debonne, Lefebvre-Drouet et Lancelevée, figurent parmi les acteurs majeurs de leur branche : le premier comme marchand de draps, le deuxième comme grossiste et commissionnaire de toiles, le troisième comme manufacturier. Leur libéralisme peut apparaître comme la position commode de marchands anciennement établis, qui peuvent compter sur des réseaux de commercialisation anciens et solides, sur des « circuits de qualité » sûrs et efficaces. Ajoutons que les trois premiers cités sont des membres historiques de l’association, formée, nous l’avons dit, dans l’ambiance encore chaude des mots d’ordre révolutionnaires sur la fin des privilèges et des règlements : on vieillit certes, en renie-t-on pour autant ses idées passées ? Nous pensons ici à la tonalité sensiblement différente des débats à l’automne 1817, alors que les membres « historiques » ont cette fois-ci passé la main. À cette date, le débat rebondit en effet à l’initiative de deux nouveaux sociétaires, Barnou et Goubé, sur la question du rétablissement des corporations, en écho aux polémiques parisiennes36. Or, le rapport de la commission provoque un véritable tollé en se disant « d’avis que chaque profession doit être réunie en autant de corporations dont le but serait de maintenir le bon ordre dans chaque classe de commerçants, d’assurer une juste répartition des patentes et empêcher les patentables de faire un autre commerce que celui pour lequel ils seraient patentés ». Desjardins, opposé à cette proposition au nom de « la liberté du commerce et de l’industrie », reconnaît toutefois dans son mémoire « les abus et les inconvénients qui tiennent aux lois actuelles sur les patentes37 ». La proposition de la commission est finalement rejetée à une majorité confortable (14 voix contre 6), mais – changement de taille – l’expression de « liberté illimitée » n’a plus cours, et dans l’ensemble, une majorité de membres semble désormais redouter la « confusion » des activités engendrée par le regroupement des patentés en catégories trop larges.

31Il est difficile, comme on le voit, d’apporter une réponse définitive sur le « libéralisme » de la Société du commerce. Si à n’en pas douter, la tonalité générale est plutôt du côté des proclamations répétées sur la « liberté du commerce », nous avons tenté de montrer que cette position avait subi des évolutions et surtout qu’elle était sûrement loin d’être unanimement partagée par l’ensemble des marchands et fabricants rouennais.

32Comprendrons-nous mieux le sens de ce libéralisme en ajoutant qu’il s’accompagne souvent chez ses partisans d’une célébration des vertus de l’« émulation » ? Les argumentaires libéraux de la Société adoptent en général une valse à trois temps, où la condamnation des règlements au nom des vertus stimulantes de la concurrence précède un éloge de l’émulation industrielle. Or, s’il n’échappe pas à ses promoteurs que l’émulation tant souhaitée est une « concurrence » un peu spéciale – avec force encouragements, subventions et interventions publiques – sa mise en œuvre se révèle en fait plutôt délicate dans l’horizon libéral de la Société. Peut-être alors convient-il de tirer le bilan de cette théorie bredouillante de la liberté et du « progrès » industriel en la mesurant à sa pratique.

Une société « pour concourir au progrès industriel » ?

33Dès 1803, l’association manifeste un intérêt marqué pour les inventions dans les domaines de la mécanique, de la chimie et de la teinture. Le professeur de chimie Vitalis, les fabricants Gabriel Gervais et Benjamin Pavie animent les séances par la présentation de leurs essais sur « l’extraction de l’indigo de la plante du pastel », « la teinture en jaune au moyen du peuplier » et les machines à filer. Les mêmes hommes assurent de puissants relais avec la Société d’émulation de Rouen, qui s’attache aussi de son côté à promouvoir les innovations industrielles. À n’en pas douter, la Société est bien un lieu de « veille technologique » et de communication des innovations industrielles, mais contribue-t-elle vraiment à la diffusion de ses travaux ? La lecture des rapports et l’examen des bulletins de la Société d’encouragement de Paris semblent en effet s’arrêter au cercle étroit de l’association : les manuscrits sont rarement imprimés et les journaux locaux donnent peu d’écho aux activités des sociétaires. Du reste, ces derniers ne publient aucun compte annuel de leurs travaux, contrairement à la Société d’émulation de Rouen ou à l’Académie.

34Sous l’Empire, le bilan en termes de réalisations concrètes paraît en outre très mince. Les concours et autres prix d’encouragement débouchent tous sur des échecs patents et répétés. En août 1802, une commission est bien nommée pour récompenser « le travail le plus utile au commerce » mais elle ne produit aucune proposition concrète. En 1810, la Société promet un prix de 300 F pour le concepteur d’une machine à battre le coton, mais l’initiative disparaît ensuite des procès-verbaux… À quoi peut-on attribuer ces déroutes à répétition ? Le manque de moyens financiers et l’absence de soutien des autorités locales figurent parmi les raisons essentielles. L’atonie et la passivité des fabricants pourraient s’expliquer par une indifférence marquée vis-à-vis d’une association perçue comme trop fermée. Les projets d’école ne donnent guère plus de résultats, par exemple le plan d’une école de teinture en avril 1803. Cinq ans plus tard, Lézurier, chargé de rédiger un rapport pour « diriger l’instruction publique vers la science du commerce », répond laconiquement « que le commerce n’a rien à désirer à cet égard ». S’il y a passivité du milieu en général, le défaut de volonté provient donc aussi des sociétaires eux-mêmes.

35Après 1810, la Société se contente surtout de délivrer régulièrement des comptes rendus des bulletins de la Société d’encouragement et des Annales de l’industrie nationale. Peu à peu, les membres « historiques » se retirent ou décèdent, et, après la forte vague de recrutement de 1805-1810, les nouvelles admissions deviennent assez rares si bien que l’effectif atteint un étiage d’une trentaine de membres en 1815.

  • 38 La première Banque de Rouen est transformée d’autorité en 1808 en « comptoir d’escompte » de la Ba (...)
  • 39 En 1817, Goubé est un ancien conservateur des Eaux et Forêts, maire de Rouen en 1795. Barnou est l (...)
  • 40 Yannic Marec, « Origine et développement de la Caisse d’épargne de Rouen (1820-1914) », Annales de (...)

36Si la Société joue un grand rôle dans la création de la seconde Banque de Rouen en 1815-181738 – prouvant une fois de plus une liberté d’initiative que n’a pas la chambre de commerce – elle trouve surtout un nouveau souffle en 1817 avec l’arrivée de Goubé et Barnou. Fait révélateur, ces deux personnes ne sont pas des marchands39, ce qui indique le glissement de l’association vers le profil d’une société savante classique, sur le modèle de la Société d’émulation. Sous leur égide, la Société reprend de plus belle les comptes rendus des bulletins de la Société d’encouragement et soutient la publication de mémoires sur l’industrie. L’exposition industrielle de 1819, dont l’organisation à Rouen est confiée à l’association, rencontre par ailleurs un assez grand succès : plus d’une centaine d’exposants envoient cette année-là leurs produits au jury de la Société. Toujours sous l’impulsion de Goubé, les sociétaires participent activement à la fondation de la Caisse d’épargne en 1819 : malgré des présupposés fragiles et des premiers résultats médiocres, il s’agit de l’une des premières tentatives coordonnées des élites locales pour penser la question sociale au-delà du simple mode répressif40.

37L’« épisode Goubé » de la Société n’a pourtant guère duré. Après son départ en 1822, l’assoupissement de la Société marque une perte d’influence certaine dans le milieu et auprès des autorités locales. Victime d’une certaine marginalisation aux côtés des institutions consulaires, l’association est désormais peu sollicitée par le maire ou le préfet, sauf pour l’organisation des expositions industrielles. Celles-ci révèlent d’ailleurs l’échec patent de la Société à mobiliser les fabricants rouennais dans les années 1820 : alors qu’en 1823 le jury de l’exposition ne voit arriver que huit articles, quatre ans plus tard, seuls dix-huit exposants se sont déplacés. Quant aux projets d’expositions départementales en 1826 et 1830, ils avortent dès les premiers échanges avec la préfecture.

38À la fin des années 1820, la Société est gagnée par l’influence grandissante de nouveaux venus, essentiellement courtiers maritimes et agents d’affaires, qui orientent les discussions vers les sujets d’infrastructure portuaire et surtout vers les questions de droit commercial. Les juges consulaires font alors leur grand retour dans la Société, qui retrouve une part de son influence, notamment en 1832-1834 lors des débats sur la réforme du Code de commerce et sur la contrainte par corps. Si les préoccupations industrielles ne disparaissent pas de l’association, celle-ci entame sans nul doute le « troisième âge » de son existence jusqu’à sa fusion avec la Société d’émulation de Rouen en 1855.

*

  • 41 Gérard Gayot, « Quand les chefs de manufacture et les gens de travail retrouvèrent leur place natu (...)

39Au terme de cette séquence de trente ans, comment caractériser la place et l’influence de la Société du commerce ? La réponse ne saurait être univoque. Durant son premier âge (1796-1802), l’association a bien représenté pour l’élite négociante le premier pas – malaisé – d’un retour à sa « place naturelle41 », d’une restauration des ordres marchands et institutionnels passablement chamboulés par la Révolution. La Banque de Rouen, essentiellement, a initié sur la place les débuts d’une restructuration du crédit, entendu en ses deux sens : « crédit marchand », d’abord, avec la reprise des paiements et l’élaboration des termes de l’escompte ; « crédit social », ensuite, avec la reconfiguration d’une hiérarchie des signatures et des hommes sur le « marché » de l’argent et de la confiance.

40Après la restauration de la chambre de commerce, la Société devient clairement l’organe de la couche supérieure des manufacturiers et des marchands toiliers, qui s’affirme spécifiquement sous la Révolution et l’Empire. Son rôle dans la direction donnée aux opérations de la Banque de Rouen avant 1808 témoigne dans une certaine mesure de l’influence nouvelle des intérêts de la fabrique. Jusque vers 1810, la Société exerce aux côtés de la chambre de commerce une réelle collaboration et fait profiter une institution essentiellement négociante, de sa connaissance du monde manufacturier. Elle se distingue alors comme un lieu de réception des innovations industrielles. Les initiatives individuelles de Pouchet, Pavie ou Gervais, isolées sous l’Ancien Régime, trouvent ainsi un véritable écho à partir du Directoire et sous l’Empire.

  • 42 Voir la série des bulletins annuels de la Société d’émulation de Rouen, conservés aux AD de Seine- (...)

41Mais si la Société est bien le reflet de l’avènement d’une économie manufacturière, elle ne semble pas en avoir été un agent déterminant, au regard de son faible bilan en termes d’« émulation ». Le manque de moyens et un certain déficit de légitimité aux yeux des autorités entrent certainement en jeu. Plusieurs de ses membres actifs sont certes animés par une curiosité et par une volonté d’innovation indéniables, mais rapportés à l’ensemble du milieu, leur nombre et leur influence semblent dérisoires. Il y a sûrement là l’expression d’une gêne persistante à exprimer collectivement ses intérêts en dehors d’un libéralisme sans concession, certes affiché ostensiblement, mais dont il n’est pas certain qu’il ait été partagé par une majorité de commerçants. À plusieurs reprises, l’intransigeance de son libéralisme semble même l’avoir plus coupée que rapprochée de la vaste communauté marchande. Une telle association pouvait-elle du reste fonctionner sans les encouragements des autorités locales et du gouvernement ? Le relatif succès du concours des médailles de la Société d’émulation de Rouen42, parrainé par le préfet, montre a contrario qu’en dehors du soutien actif des pouvoirs publics, le milieu éprouve le plus grand mal à se donner les moyens de sa politique d’émulation industrielle.

42L’échec dans ce domaine n’est-il pas du reste à l’image d’une économie rouennaise largement et durablement dominée par les marchands, que ce soit le grand négoce à la chambre de commerce, ou les commissionnaires et grossistes spécialisés à la Société du commerce ? Celle-ci compte bien dans ses rangs plusieurs industriels, mais qui dirigent les plus grandes entreprises de la place : en ce sens, la fermeture sociale de l’association explique en grande partie le faible écho de ses activités auprès des centaines de fabricants locaux. Est-ce donc un hasard si la Société approche au plus près de ses ambitions affichées sous la houlette de sociétaires qui ne sont pas commerçants, le professeur Vitalis sous l’Empire, Barnou et Goubé sous la Restauration ?

43Aussi sommes-nous tentés de terminer sur le jugement sévère de Charles Noiret, qui dénonçait en 1835 dans ses Mémoires d’un ouvrier rouennais « l’égoïsme et le défaut d’émulation » des industriels locaux. Dans une note annexe, il évoquait bien les « quelques fabricants qui travaillent à renouveler notre industrie : la plupart ne sont guère plus justes que les autres envers leurs ouvriers, mais il faut leur tenir compte de leurs efforts ». Sans doute faisait-il ici référence aux initiatives des sociétés d’émulation ; mais il concluait en jetant une lumière assez crue sur les réalités du boom industriel de la Restauration :

« De 1815 à 1820, le bénéfice des fabricants était tel, qu’ils ne se donnaient pas la peine de compter : ils achetaient, fabriquaient et vendaient suivant leur routine ; et leurs capitaux quintuplaient dans la même année. On peut dire qu’ils pêchaient dans l’eau trouble, même pour eux ; car ils s’enrichissaient sans savoir comment. »

Notes

1 Sur le rôle de la Société d’émulation dans la production des enquêtes statistiques du ministre de l’Intérieur et du préfet Beugnot sous le Consulat : Éric Wauters, « Beugnot et la Société d’émulation de la Seine-Inférieure. Instrumentalisation et lobbying d’un cercle de sociabilité », in Pascal Dupuy, Jean-Pierre Jessenne et Christine Le Bozec (éd.), Du Directoire au Consulat, tome IV : L’institution préfectorale et les collectivités territoriales, Villeneuve d’Ascq/Rouen, Centre de Recherches sur l’Histoire de l’Europe du Nord-Ouest, université Lille 3/GRHIS, université de Rouen, 2001, p. 33-44.

2 Avant 1789, les juges-consuls étaient élus par deux cent cinquante électeurs, choisis parmi les communautés de métier, surtout celle des merciers. Une fois élus, les juges-consuls étaient membres à vie de la compagnie consulaire et pouvaient devenir syndic de la chambre de commerce.

3 Guy Antonetti, Une maison de banque à Paris au XVIIIe siècle, Greffulhe Montz et Cie 1789-1793, Paris, Éditions Cujas, 1963, p. 232-234.

4 La loi du 8 mai 1791 supprime les offices de courtier de change et de marchandises. À Rouen, depuis la fin du XVIIe siècle, les courtiers recevaient leur commission annuelle de la juridiction consulaire ; la profession était strictement réglementée et soumise à un numerus clausus d’une trentaine de places. Les rapports entre l’apparition d’une fonction bancaire autonome et la libéralisation du courtage sous la Révolution seront l’objet d’une prochaine étude.

5 Robert Schnerb, « La dépression économique sous le Directoire après la disparition du papier-monnaie », Annales historiques de la Révolution française, XI, 1934, p. 27-49.

6 Les procès-verbaux des séances s’interrompent entre mars et novembre 1797 (AD Seine-Maritime, 3 J 12, PV des séances de la Société libre du commerce).

7 Louis Bergeron, Banquiers, négociants et manufacturiers parisiens du Directoire à l’Empire, Paris, Mouton/EHESS, 1978, p. 97-100.

8 André Siegfried, « Psychologie du Normand », Revue de psychologie des peuples, 10-3, 1955, p. 241-258 ; Jean Datain, « La mentalité normande et les influences nordiques », Études normandes, XXV-4, 1957, p. 369-384.

9 Jean-Pierre Hirsch, « L’effet Le Chapelier dans la pratique et les discours des entrepreneurs français », in Alain Plessis (éd.), Naissance des libertés économiques, Paris, Institut d’histoire de l’industrie, 1993, p. 159-166.

10 Au-delà de la banale concession à l’air du temps, l’emploi de l’adjectif « libre » dans le nom de la Société produit deux significations dans le contexte de l’époque. Il dit d’abord que la Société est indépendante du gouvernement, qu’elle ne reçoit de lui ni subvention ni affectation budgétaire ; la liberté de la société s’oppose ici au privilège. Le mot revêt aussi un second sens moins explicite mais essentiel : il donne l’assurance aux autorités que cette société n’est formée que par des individus libres d’y adhérer et libres d’en sortir, qui ne sont donc tenus par aucune solidarité de corps ni aucune obligation aliénant la volonté d’expression et d’action de chaque membre.

11 Jean-Pierre Hirsch, Les deux rêves du commerce. Entreprise et institution dans la région lilloise (1780-1860), Paris, Éditions de l’EHESS, 1991 ; Claire Lemercier, Un si discret pouvoir : aux origines de la chambre de commerce de Paris (1803-1851), Paris, La Découverte, 2003.

12 Dix-huit sociétaires, parmi les plus actifs, appartiennent à une loge rouennaise : Éric Saunier, Révolution et sociabilité en Normandie au tournant des XVIIIe et XIXe siècles. 6 000 francs-maçons de 1740 à 1830, Rouen, Publications de l’Université de Rouen, 1998, p. 252.

13 AD Seine-Maritime, L 2595, Caisse patriotique de Rouen.

14 Fixé d’abord à cent vingt membres, le numerus clausus est supprimé en février 1798 : AD Seine-Maritime, 3 J 12, procès-verbaux des séances.

15 Danièle Pingué, Les mouvements jacobins en Normandie orientale. Les sociétés politiques dans l’Eure et la Seine-Inferieure 1790-1795, Paris, Éditions du CTHS, 2001. Merci à Danièle Pingué pour la communication de son répertoire des Jacobins de Rouen.

16 Le décret du 16 floréal an IX (6 mai 1801) institue dans chaque département un conseil du commerce, présidé par le Préfet. En décembre 1802, ce type de conseil départemental est remplacé par une chambre de commerce de quinze membres, dans chaque grande place de commerce.

17 Près de 490 bilans sont déposés au greffe du tribunal de commerce de Rouen entre 1797 et 1799 : AD Seine-Maritime, LP 8738-8741, 6 U 8/377 : fonds des faillites.

18 L. Bergeron, Banquiers, négociants…, op. cit., p. 97-100.

19 Séance du 16 prairial an VI : AD Seine-Maritime 3 J 12.

20 L. Bergeron, ibid.

21 Séance du 19 nivôse an VI (Ibid.).

22 L. Bergeron, op. cit., p. 97-100.

23 Note du sénateur Vimar en 1810 (Archives de la Banque de France).

24 Séances des 2 thermidor et 2 fructidor an XI (AD Seine-Maritime, 3 J 12).

25 Banque de Rouen. Procès-verbaux des assemblées générales des actionnaires de la Banque de Rouen et du Conseil d’administration (archives de la Banque de France), séance du 1er nivose an XII, et AD Seine-Maritime 8M528.

26 Gavin Daly, Inside Napoleonic France, State and society in Rouen, 1800-1815, Londres, Ashgate, 2001.

27 Rapport fait à la Société Libre… le 26 messidor an IX, sur le danger auquel la circulation des Bons, remboursables en sous de cuivre et en métal de cloches, expose les habitants de cette commune, Rouen, Impr. Périaux, an IX. La caisse de Thézard et Cie est une sorte de « pastiche » de la Banque de Rouen : elle fonctionne selon le même principe, reçoit des dépôts, escompte des effets et émet des billets représentatifs de son encaisse métallique, à la seule différence que ladite encaisse est composée, non pas de pièces d’or et d’argent, mais de sous de cuivre et de métal de cloche. Aux yeux des administrateurs, les bons de Thézard ne sont que du mauvais papier de banque, facteur d’inflation, qui a de surcroît le redoutable inconvénient d’entraver la circulation des billets de la Banque de Rouen. Cf. Guy Thuillier, « Pour une histoire monétaire de la France au XIXe siècle : les monnaies de cuivre et de billon », Annales ESC, 14-1, janvier-mars 1959, p. 65-90.

28 Mémoires sur les estampilles de marchandises (février 1802), sur les droits de timbre et d’enregistrement (juillet 1804), sur les revendications en matière de faillite (septembre 1804), sur les droits sur les cotons en laine (1806), sur le droit de mutation des liquides (mai 1807).

29 En janvier 1806, la Société imprime en 200 exemplaires le mémoire du filateur Pinel sur la prohibition des toiles étrangères.

30 En 1807, la réforme du scrutin des tribunaux consulaires donne à la chambre de commerce le pouvoir de dresser avec le préfet les listes des électeurs notables.

31 AD Seine-Maritime, 3 J 154, correspondance de la Société (an V - 1815).

32 J.-P. Hirsch, Les deux rêves…, op. cit., 1991.

33 Rapport et réflexions sur un mémoire concernant les manufactures d’étoffes et toileries, par G. Gervais, lu à la séance du 19 germinal an VI de la Société d’émulation de Rouen.

34 Rapport sur un mémoire relatif au colportage : AD Seine-Maritime, 3 J 168.

35 Lettre du 7 novembre 1814 : AD Seine-Maritime, 3 J 154.

36 En septembre 1817, la publication d’un Mémoire sur la nécessité de rétablir les communautés de métier par l’avocat « ultra » Levacher-Duplessis marque le début d’une vigoureuse polémique avec la chambre de commerce de Paris, opposée à toute forme de restauration des corporations : C. Lemercier, Un si discret pouvoir, op. cit., 2003, p. 170-180, et plus largement Philippe Minard, « Le métier sans institution : les lois d’Allarde et le Chapelier de 1791 et leur impact au début du XIXe siècle », in Steven L. Kaplan, Philippe Minard (éd.), La France, malade du corporatisme ? XVIIIe-XXe siècles, Paris, Belin, 2004, p. 81-96.

37 Procès-verbaux des séances : AD Seine-Maritime, 3 J 13.

38 La première Banque de Rouen est transformée d’autorité en 1808 en « comptoir d’escompte » de la Banque de France. L’expérience de cette première centralisation bancaire prend fin avec l’Empire.

39 En 1817, Goubé est un ancien conservateur des Eaux et Forêts, maire de Rouen en 1795. Barnou est le secrétaire du conseil des Prud’hommes.

40 Yannic Marec, « Origine et développement de la Caisse d’épargne de Rouen (1820-1914) », Annales de Normandie, 1974-3, p. 257-285.

41 Gérard Gayot, « Quand les chefs de manufacture et les gens de travail retrouvèrent leur place naturelle dans la société, après Brumaire an VIII », in Jean-Pierre Jessenne (éd.), Du Directoire au Consulat, tome III : Brumaire dans l’histoire du lien politique et de l’État-Nation, Villeneuve d’Ascq/Rouen, Centre de Recherches sur l’Histoire de l’Europe du Nord-Ouest (université Lille 3)/GRHIS, université de Rouen, 2001, p. 217-242.

42 Voir la série des bulletins annuels de la Société d’émulation de Rouen, conservés aux AD de Seine-Maritime et à la BnF.

Auteur

Université de Caen-UMR 8533 IDHE

© Presses universitaires de Rennes, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540