Versione classicaVersione mobile
OpenEdition Books

La gloire de l’industrie

 | 
Corine Maitte
, 
Matthieu de Oliveira
, 
Philippe Minard

Première partie. Entrepreneurs et institutions

Réguler ou moraliser ? « Capital » et « capitalistes » à Mayence dans la seconde moitié du XVIIIe siècle

Guillaume Garner

Testo integrale

  • 1 Adam Smith, Recherches sur la nature et les causes de la richesse des nations (1776), Paris, rééd. (...)
  • 2 Michaël Biziou, Adam Smith et l’origine du libéralisme, Paris, PUF, 2003 ; Giovanni Arrighi, Adam (...)

1Du côté des medias et de certains économistes comme dans les milieux politiques et patronaux, les appels à une « moralisation du capitalisme » se sont multipliés depuis quelques années et le surgissement d’une crise économique et financière due à des pratiques spéculatives douteuses. Cette injonction ne peut manquer d’étonner l’historien, sachant depuis Adam Smith que « ce n’est pas de la bienveillance du boucher, du marchand de bière et du boulanger, que nous attendons notre dîner, mais bien du soin qu’ils apportent à leurs intérêts. Nous ne nous adressons pas à leur humanité, mais à leur égoïsme1 ». Contrairement à une idée répandue, Smith ne croit cependant pas à une transmutation spontanée ou automatique de l’égoïsme individuel en attention à l’intérêt d’autrui et à l’intérêt général : celle-ci repose au contraire sur un ensemble de règles politiques et juridiques qui sont le cadre nécessaire pour que les mécanismes décrits par la Richesse des Nations puissent jouer pleinement2. En d’autres termes : nulle économie de marché sans un cadre préalable de régulation, celle-ci étant entendue comme la définition des normes et des règles encadrant l’exercice des activités économiques.

  • 3 Gérard Gayot, Les draps de Sedan 1646-1870, Paris, Éditions de l’EHESS, 1998 ; Jean-Pierre Hirsch,(...)

2Comme l’ont montré les travaux de Gérard Gayot ou de Jean-Pierre Hirsch3, celle-ci met aux prises des acteurs divers : à la fois les acteurs du commerce et de la production et les membres de l’appareil administratif et gouvernemental, pour lesquels les questions de régulation et de politique économiques sont un enjeu de discussions marquées par la confrontation d’intérêts en partie divergents. La ville de Mayence offre un observatoire privilégié de ces débats, dans la mesure où l’on dispose de sources produites par ces deux types d’acteurs : les rapports, avis et délibérations des organes administratifs et gouvernementaux d’une part, les suppliques, pétitions, mémoires rédigés par les acteurs du commerce, des manufacturiers et fabricants d’autre part. Il est ainsi possible de retracer la confrontation des « attentes du Commerce » aux mesures concrètes de régulation économique et aux motivations qui y président. Dans ce domaine, les acteurs se réfèrent d’une part à la nécessité de disposer de règles claires, mais également aux qualités morales des marchands, à un certain nombre de principes qui seraient à respecter. « Moraliser », « réguler » : ces deux options ne s’excluent pas, mais les débats qu’elles provoquent sont, comme on le verra, accrus par les caractéristiques attachées aux notions de capital et de capitaliste.

Le cadre de la régulation

  • 4 François-Georges Dreyfus, Sociétés et mentalités à Mayence dans la seconde moitié du dix-huitième (...)
  • 5 Anne J. Maclachlan, « Entrepreneurship in Mainz, 1780-1860 : the contribution of smaller businessm (...)
  • 6 Karola Decker, Bürger. Kurfürst und Regierung : das Beispiel der Mainzer Schreinerzunft im 18. Jah (...)
  • 7 Voir, sur le cas de Dresde, Christian Hochmuth, Globale Güter – lokale Aneignung. Kaffee, Tee, Sch (...)

3L’historiographie a depuis longtemps souligné le poids des corporations dans l’économie mayençaise au cours de la période moderne, le plus souvent pour y voir un symptôme et une cause de l’assoupissement du secteur productif de la ville4. Cette conclusion doit cependant être nuancée pour deux raisons5. D’une part, les autorités ont encouragé les activités productives hors du cadre corporatif, en accordant des privilèges et des aides diverses à des manufactures et des fabriques ; d’autre part, les corporations se révèlent être des acteurs économiques particulièrement dynamiques dans des secteurs qui connaissent au XVIIIe siècle un essor indéniable : ceci vaut notamment pour les secteurs du luxe qui profitent d’une demande soutenue par la présence, dans la capitale de l’Électorat, d’une cour et d’une population ecclésiastique et nobiliaire importante. La corporation des menuisiers fournit un exemple de ce dynamisme économique relatif6, dont bénéficie également la corporation des merciers ou boutiquiers (Krämerzunft), car un nombre important de ses membres se spécialise dans le commerce des « épices », c’est-à-dire des produits exotiques (chocolat, café, thé, tabac) dont la consommation est durant le XVIIIe siècle en hausse à Mayence comme dans d’autres villes allemandes7.

4Les corporations à Mayence se caractérisent également par leur poids politique inexistant : elles ont perdu depuis 1462 l’essentiel de leurs prérogatives, et les princes-électeurs soucieux de consolider leur pouvoir ont renforcé leur soumission directe aux autorités politiques de la principauté électorale et de la ville.

5Comme le montre l’exemple des menuisiers, les corporations sont fréquemment en contact avec ces autorités – en particulier le vicedom (représentant personnel de l’archevêque-électeur dans la ville) – ou les commissaires de police qui lui sont subordonnés, mais les questions débattues concernent avant tout le cadre d’exercice des activités artisanales (chefd’œuvre, formation et rémunération des apprentis, admissions) ou la vie des corporations (finances, assemblées, fêtes).

6Les corporations constituent donc l’un des acteurs de la régulation économique à Mayence, fonction que les princes-électeurs peuvent d’autant plus facilement leur laisser exercer qu’elle n’avait pas d’implication politique, quelles que soient les critiques parfois formulées par les maîtres ou les syndics de corporation contre tel ou tel aspect de la politique gouvernementale, en particulier dans les dernières décennies du XVIIIe siècle.

  • 8 Albert Kirnberger, Die Handelsmesse in Mainz in der Zeit der merkantilistischen Wirtschaftspolitik (...)

7C’est cette configuration institutionnelle qui préside à la création, en 1747, du Handelsstand, le corps regroupant les grands marchands de la ville, en opposition à la corporation des boutiquiers. Cette création s’inscrit par ailleurs dans le cadre d’une politique économique volontariste qui reprend et applique des principes centraux du caméralisme, comme l’illustrent entre autres deux mesures du prince-électeur de Mayence : d’une part, il crée, en 1746, une commission du commerce (Kommerzienkommission), composée de membres du conseil de la cour (Hofrat) et de la Chambre des Comptes ; il promulgue d’autre part, en février 1748, une nouvelle ordonnance sur les foires qui témoigne d’une volonté affirmée de revivifier les foires de Mayence en concurrençant directement celles de Francfort8.

  • 9 Peter Kriedte, « Stadt und Land im frühneuzeitlichen Detailhandel », Die alte Stadt, 29, 2002, p.  (...)

8La création du Handelsstand repose sur le principe de séparation entre grand et petit commerce et est conçue comme un outil devant attirer des marchands étrangers, en leur octroyant des privilèges à la fois de nature économique, puisque la pratique du grand commerce leur est exclusivement réservée – ce qui explique que les marchands membres du Handelsstand soient dits « privilégiés » – et honorifique : le Handelsstand jouit de la préséance sur toutes les autres corporations. Le choix du terme de « Stand » est significatif de cette volonté de souligner la dignité particulière du grand commerce qui démarque ses acteurs des boutiquiers et des artisans9.

  • 10 Ricarda Matheus, « “Die sogenannten hiesigen Kaufleuthe… sind im Grunde nur Krämer ”. Mainzer Groß (...)
  • 11 F.-G. Dreyfus, Mayence, op. cit., p. 177 sq.

9Au cours de la seconde moitié du XVIIIe siècle, les effectifs de ce corps connaissent un doublement, puisque le nombre de ses membres passe de 51 en 1748, à 120 en 1785, avant de se stabiliser autour de 100 en 1792, puis dans la période 1793-1797 de rétablissement provisoire du gouvernement de l’électeur10. Une cause de cette augmentation des effectifs est l’essor des échanges et la prospérité globale qui caractérisent le commerce mayençais11. Ces marchands élisent tous les ans les trois syndics chargés de diriger le corps et de s’exprimer en son nom, la charge étant renouvelable sans limitation, tandis que les assemblées du Handelsstand sont présidées par le vicedom, ce qui souligne son insertion dans l’armature administrative de l’État mayençais.

  • 12 Bayerisches Staatsarchiv Würzburg (BStaW), Mainzer Polizeiakten, Mainzer Regierungsakten 1450.

10Ce corps est en effet habilité à donner un avis sur l’admission de nouveaux membres en son sein ; il peut ensuite formuler des plaintes et des suppliques (doléances) adressées spontanément aux autorités sur des questions précises ; il rédige enfin des avis ou des mémoires qui lui permettent de formuler des propositions de politique ou de régulation économique, parfois spontanés, parfois à la demande du gouvernement. Aux privilèges honorifiques et économiques s’ajoute donc de facto un privilège politique : la capacité à pratiquer une forme d’auto-administration et à participer à l’élaboration des mesures de politique et de régulation économique. La portée de ces privilèges politiques est loin d’être négligeable : à partir des années 1760, la commission du Commerce connaît en effet un déclin notable, qui s’explique par l’affirmation du Handelsstand comme principale instance compétente en matière de politique économique, et à partir de cette même époque, les syndics et les principaux marchands de ce corps semblent ne plus faire usage de la possibilité qui leur avait été initialement accordée de siéger dans cette commission avec le titre de « conseiller du commerce12 ».

11Ce cadre institutionnel explique que l’exercice des activités économiques soit régi par le privilège et l’autorisation : d’une part, une concession, autorisant son détenteur à pratiquer le commerce, est accordée au moment de l’admission dans le Handelsstand ou (dans la Krämerzunft) ; d’autre part, la création d’une manufacture ou d’une fabrique suppose également l’obtention d’un privilège.

Les marchands : des capitalistes ? Un capitalisme ?

  • 13 R. Matheus, « Grosshändler », op. cit., p. 183-186.

12Les activités de ces marchands mêlent à la fois commerce en propre et commerce intermédiaire (commission, expédition)13, mais ce dernier l’emporte nettement en raison de l’impulsion que lui donnent les foires et l’application à Mayence du droit d’étape. Ce grand commerce est marqué par l’importance du commerce du vin, du bois, et de toute la gamme des produits de luxe et des marchandises de mode, ce secteur connaissant un essor important en raison de la forte demande liée à la fonction de capitale de la ville. Ces marchands sont par ailleurs activement engagés dans le commerce de détail de biens importés d’outre-mer, tels que les épices, le chocolat ou café.

  • 14 Karl Schafft, Flörsheimer Fayencen, auf der Grundlage der Dissertation von Lothar de Haye – Flörsh (...)

13Contrairement à une idée reçue, ces marchands ne sont par ailleurs pas coupés du monde de la production : certains se consacrent à la création ou à la gestion de manufactures ou de fabriques, activités pour lesquelles le privilège fournit un cadre juridique fondamental. L’exemple le plus connu est celui de Mathias Joseph Weingärtner, issu de l’une des principales dynasties marchandes de la ville, spécialisé dans le commerce des épices et qui reprend en 1781 le bail de la manufacture de faïence de Flörsheim, fondée par le prince-électeur en 1765, établissement qu’il dirige pendant une dizaine d’années avec un succès certain14.

  • 15 On ne dispose pratiquement d’aucun document émanant de la pratique commerciale de ces marchands. U (...)

14Incontestablement, la diversité des produits qu’ils commercialisent et l’ancrage géographique de leurs relations d’affaires15 en font des « Distriktkaufleute », c’est-à-dire des marchands spécialisés non pas dans une gamme de produits définie, mais sur une aire géographique précise, qui englobe l’Allemagne médiane et rhénane ainsi que la Suisse et les Provinces-Unies. La place de Mayence est donc un important centre de redistribution qui bénéficie pour cela notamment d’une situation géographique favorable et qui concurrence directement d’autres places de commerce, telles que Mannheim, Strasbourg, et surtout Francfort. Les membres venus de l’extérieur occupent par ailleurs une place importante au sein du Handelsstand. Originaires d’Italie, des Pays-Bas autrichiens, de Cologne, ou de l’Est de la France, ces marchands sont attirés par les « libertés » qui leur sont octroyées par les autorités de la ville, et leur intégration dans la bourgeoisie marchande mayençaise est facilitée et accélérée à la fois par les associations commerciales et les alliances matrimoniales qui les unissent aux marchands mayençais.

  • 16 Cette somme est variable selon les corporations : elle est de 1 500 florins pour la corporation de (...)
  • 17 BStaW, Mainzer Regierungsakten, Mainzer Polizeiakten 507.

15Le terme de « capital » est relativement fréquent sous la plume de ces marchands, les occurrences étant nettement plus nombreuses dans des documents datant du dernier quart du XVIIIe siècle, et revêt plusieurs acceptions. Il s’agit d’abord de la fortune personnelle et souvent mis en relation avec l’inferendum, somme dont il fallait prouver la possession pour être admis dans une corporation ou dans le Handelsstand16. Il désigne ensuite les sommes de numéraire investies – réellement ou potentiellement – dans le commerce, le détenteur de ces sommes étant alors désigné comme « capitaliste17 ». À ces deux significations, qui sont les plus fréquentes, s’en ajoutent deux autres, beaucoup plus rares : le capital peut renvoyer aux immobilisations effectuées dans le cadre de la création de fabriques ou de manufactures, comme capital fixe ou capital circulant, ou bien aux actions dans le cadre de la création de sociétés de commerce ou de projets de manufacture de draps.

  • 18 Michel Morineau, « De Werner Sombart à Fernand Braudel : le capitalisme ininterrogé », in Gérard G (...)
  • 19 Thomas Welskopp, « Das Unternehmen als Körperschaft. Entwicklungslinien der institutionellen Bindu (...)

16De Werner Sombart à Fernand Braudel et jusqu’aux travaux récents relevant de l’histoire globale, les débats sur la notion de capitalisme ont été aigus. Si on peut considérer comme acquis le fait que Braudel se livre à un abus de langage en localisant le capitalisme là où se trouvent des capitalistes, il reste qu’il souligne bien que l’une des principales caractéristiques du capitaliste est sa liberté de mouvement, de manœuvre permanente, une liberté qui est à la fois sectorielle et géographique18. Or c’est précisément cet argument qui a récemment été mis en exergue par un spécialiste de l’histoire économique contemporaine, pour signaler que le lien unissant le capital à la sphère de la production industrielle – qui s’est noué au moment de la Révolution industrielle – s’est affaibli depuis une trentaine d’années, et qu’il devient par conséquent nécessaire de dissocier le capitalisme et l’industrie, afin de souligner que l’une des caractéristiques essentielles du capitalisme est la capacité du capital à occuper et coloniser des secteurs d’activités et des zones géographiques qui se renouvellent en permanence en raison de la mobilité propre au capital19. Même si, à la différence de F. Braudel, Thomas Welskopp met en avant la compatibilité du capitalisme et des principes de l’économie de marché, il n’en demeure pas moins que tous deux soulignent que la mobilité du capital est fondamentale pour comprendre le capitalisme, en particulier si le capital est envisagé sous sa forme monétaire.

17C’est donc à partir de cette idée d’une somme monétaire vouée à être investie dans le commerce et placée dans les mains d’un détenteur censé bénéficier d’une grande liberté qu’on partira pour aborder la question de la régulation du grand commerce et des pratiques de ses acteurs.

Le « capital » des marchands : trois points de vue

  • 20 M. Morineau, « De Werner Sombart à Fernand Braudel », art. cit., p. 56.
  • 21 Jean-Yves Grenier, L’économie d’Ancien Régime. Un monde de l’échange et de l’incertitude, Paris, A (...)

18À regarder les sources de la pratique, cette impression de liberté quasi souveraine procurée au « capitaliste » par la détention d’un capital monétaire, par la possession de « l’argent ubiquiste20 » s’estompe fortement. Car les textes émanant de la main des marchands, et dans une moindre mesure les rapports administratifs, rappellent parfois explicitement, parfois en creux, une autre caractéristique fondamentale de l’utilisation et de la valorisation du capital dans l’économie d’Ancien Régime : sa fragilité, l’incertitude permanente pesant sur elle21. Trois approches différentes peuvent être de ce point de vue distinguées.

19Un premier cas de figure met en scène un individu (pas forcément un marchand) disposant de capitaux importants qu’il a déjà investis dans des opérations commerciales, tel cet aubergiste nommé Kaltenbach qui souligne en 1757 que son activité lui a permis de nouer, notamment pendant les foires, des relations d’amitié qu’il entend mettre à profit. La rentabilisation de ces « coûts » justifie sa demande d’entrée dans le Handelsstand, et si l’argument est présent dans de nombreuses demandes individuelles, c’est bien parce que le statut juridique conféré par cette entrée contribue à minimiser les risques déjà encourus en permettant à son détenteur de participer à des activités de grand commerce placées sous le régime du privilège et du monopole collectif.

  • 22 Ibid., p. 91 sq. à propos de la formation des avances monétaires.

20Or, deuxième approche, c’est précisément le même argument qui est avancé par les marchands du Handelsstand pour repousser de telles demandes (et ici celle dudit Kaltenbach) : le statut de privilégié octroyé par l’admission dans ce corps est une compensation nécessaire aux capitaux importants que ces marchands ont également investis, et cette compensation ne peut être garantie que si le nombre de ses bénéficiaires reste contingenté. En d’autres termes, dans ces deux cas de figure, le privilège est vu comme un puissant amortisseur de l’incertitude caractéristique de la pratique du commerce à l’époque moderne, qui facilite à ce titre la mobilisation et l’investissement des capitaux dans le grand commerce22.

  • 23 Stadtarchiv Mainz (StAM), 21/132.

21Un troisième cas de figure concerne enfin des marchands « étrangers » (c’est-à-dire qui ne sont pas des ressortissants de la principauté électorale) disposant de capitaux massifs qu’ils souhaitent investir en pratiquant le grand commerce à Mayence. En 1794, un important marchand de Cologne (Bernard Boiserée), sollicite l’octroi du droit de bourgeoisie et son admission dans le Handelsstand afin de fonder à Mayence un commerce d’épices en gros23. À l’appui de sa demande, il mentionne des raisons spécifiques à son cas particulier, notamment les relations commerciales qu’il entretient avec ses frères, propriétaires d’une importante maison de commerce colonaise, et des raisons de principe, puisque l’essor de grandes maisons de commerce profite à l’ensemble de la population et renforce notamment le « crédit de l’État ». Consulté, le Handelsstand dénonce dans un mémoire ces motivations comme étant fausses et masquant l’intérêt personnel du prétendant, avant de recourir, pour demander le rejet de la demande, à l’argument classique du danger de l’évasion du numéraire vers Cologne.

22Ces différents exemples, qui sont loin d’être isolés, font donc apparaître deux visages bien différents du « capitaliste ». D’un côté, le capitaliste apparaît comme libre et la manière dont il va utiliser ces capitaux est incontrôlable : ceci implique dans l’argumentation des marchands du Handelsstand le risque qu’il utilise ces capitaux pour s’approprier et assujettir une partie du grand commerce mayençais. D’un autre côté, le « capitaliste » – qu’il soit déjà incorporé dans le Handelsstand ou qu’il aspire à l’être – a engagé des sommes parfois importantes dans le grand commerce, et il entend bénéficier d’un statut juridique permettant de réduire l’incertitude inhérente à toute avance monétaire d’ampleur dans le commerce : c’est en l’occurrence le privilège qui vient amortir ou atténuer une fragilité dont il est parfaitement conscient. Bien évidemment, il convient ici de faire la part de la tactique argumentative mise en œuvre par les marchands : le capitaliste libre et incontrôlable renvoie toujours à l’autre ou aux autres, c’est-à-dire aux concurrents potentiels ou réels, tandis que ces marchands soulignent à l’envi leur propre vulnérabilité. Mais dans tous les cas, que le « capitaliste » soit libre comme l’air et caractérisé par sa liberté de choix ou qu’il soit au contraire soumis à une incertitude fondamentale, des mesures de régulation, d’encadrement du grand commerce sont nécessaires.

Attentes et pratiques des marchands en matière de régulation

23Comme on vient de le voir, l’un des outils essentiels de cette régulation est le privilège en ce qu’il permet d’amortir l’incertitude inhérente à la pratique du grand négoce, en même temps qu’il constitue également le cadre juridique nécessaire d’exercice de la liberté économique. Mais l’importance que lui accordent les marchands mayençais s’inscrit plus généralement dans un fort besoin de règles claires.

  • 24 StAM, 21/125.

24Ce besoin est illustré exemplairement par un mémoire spontanément adressé en mars 1789 par les trois syndics du Handelsstand au gouvernement mayençais à propos de la question du courtage. Cette activité n’a en effet jamais été l’objet d’un encadrement juridique, et c’est précisément ce vide que les marchands mayençais souhaitent voir comblé, car le courtage s’étant développé parallèlement à l’essor des foires de Mayence, l’absence de toute réglementation engendre un « désordre » et des atteintes à la réputation de la place mayençaise qui sont dus en particulier à un certain nombre de pratiques déloyales24.

  • 25 StAM, 21/145.
  • 26 Ibid.

25Un second exemple concerne les conditions exigibles pour pratiquer le commerce de détail des épices dans lequel beaucoup de grands marchands sont présents. La pratique du commerce de détail relève en effet à Mayence du droit personnel et non du droit réel : en d’autres termes, l’achat d’un local dans lequel ce commerce a été pratiqué n’autorise pas le nouveau propriétaire à le pratiquer. C’est ce que rappelle une ordonnance de 1786, qui souligne que les commerçants de ces produits doivent impérativement demander une concession auprès du gouvernement. Mais les incertitudes sur les conditions en vigueur perdurent et en avril 1792, les syndics du Handelsstand réclament dans un mémoire adressé au gouvernement une ordonnance claire sur cette question, refusant que chacun puisse « utiliser les constitutions du commerce selon son bon vouloir et en fonction de son intérêt25 ». Le besoin de règles du jeu les plus claires possibles est formulé explicitement dans ce même mémoire : « Comme il serait donc souhaitable que le Handelsstand soit éclairé par une ordonnance particulière sur ses prérogatives et sur leurs limites ! Celles-ci sont encore bien trop imprécises et chancelantes pour ne pas être à l’abri de bien des interprétations erronées26. »

  • 27 StAM, 21/131.

26En 1797 cependant, Philipp Bibon, membre du Handelsstand, achète une maison au marchand Berna (également membre du Handelsstand) pour y ouvrir un commerce d’épices sans solliciter au préalable une concession. Averti par le vicedom du caractère illégal de ce commerce, il explique qu’il a en tant que membre du Handelsstand depuis longtemps exercé le privilège nécessaire au commerce de détail. Consulté par le vicedom, le Handelsstand lui donne raison, affirmant que l’ordonnance de 1751 autorise ses membres à pratiquer le commerce en gros aussi bien que le commerce de détail27. Cependant, le vicedom défend une tout autre interprétation puisque les privilèges du Handelsstand ne valent selon lui que pour le commerce en gros : par conséquent, l’appartenance à ce corps ne donne pas, par ellemême, le droit d’ouvrir une boutique pour y pratiquer le commerce de détail, même s’il ajoute de manière caractéristique qu’en vertu de ses qualités personnelles, Bibon peut néanmoins être autorisé à pratiquer le commerce des épices en détail.

27Ce cas montre non seulement le flou entourant le cadre juridique de l’exercice du commerce, mais la décision finale et ses motivations font apparaître le poids prépondérant des considérations morales individuelles pour remédier à ce flou juridique.

28Dans les faits, la régulation envisagée du point de vue des marchands repose en effet en grande partie sur la prise en compte de la moralité des acteurs du commerce et de leurs pratiques – la moralité résidant ici dans la conformité à un ensemble de valeurs, de normes ou de principes communément admis.

29En premier lieu, les marchands mobilisent très souvent l’argument typiquement caméraliste du dévouement à l’intérêt commun (« Gemeinnutz ») – en faveur duquel ils prétendent œuvrer – pour l’opposer à l’égoïsme (« Eigennutz »), à la rapacité ou à l’avidité au gain qui seraient typiques de marchands avec lesquels ils sont en conflit. Ce thème est en particulier récurrent lorsque le Handelsstand est en conflit avec des individus pratiquant le grand commerce sans y être habilités.

30Bien évidemment, il faut ici encore faire la part d’une « tactique » d’argumentation visant à emporter l’appui des autorités auxquelles ces marchands s’adressent, mais il n’en demeure pas moins que cet argument est jugé porteur, et surtout que par là, ces marchands veulent présenter leur corps comme à même d’incarner ce principe ou de favoriser sa mise en application. Et de ce point de vue, leur insertion dans l’armature institutionnelle de la principauté électorale leur permet en effet de se présenter comme les défenseurs de l’intérêt général.

  • 28 Voir par exemple le contrat unissant le marchand Stephan Borgnis à son apprenti Philipp Staudinger (...)
  • 29 Fernand Braudel, Civilisation matérielle, économie et capitalisme, Paris, Armand Colin, 1979, vol. (...)
  • 30 Laurence Fontaine, L’économie morale. Pauvreté, crédit et confiance dans l’Europe préindustrielle,(...)

31Par ailleurs, les qualités personnelles des prétendants à l’admission dans le Handelsstand sont presque toujours prises en compte dans les avis du Handelsstand, les principales étant l’honnêteté, la fidélité, un genre de vie irréprochable et l’« industrie » (« Fleiß »). Ces qualités morales sont toujours rappelées dans les certificats d’apprentissage que ceux-ci joignent à leur demande d’admission, et de manière caractéristique, les contrats signés entre un marchand et son apprenti stipulent d’ailleurs l’obligation pour le marchand de les enseigner28. Comme le rappelle F. Braudel, cette « sorte de morale marchande assez stricte29 » permet de garantir le maintien d’une relation de domination du marchand sur ses employés en même temps qu’elle génère de la confiance. L’attention aux qualités morales des marchands ne relève donc pas prioritairement de la reprise d’usages corporatifs, mais elle tient compte du caractère très personnalisé des relations d’affaires, l’attention aux qualités personnelles des acteurs du commerce venant compenser le faible degré de régulation formelle et institutionnelle de ce secteur d’activité30.

  • 31 StAM, 21/125.

32C’est ce mécanisme de compensation qui est à l’œuvre à propos des courtiers. Le mémoire déjà évoqué de 1789 mêle en effet des prescriptions d’ordre technique (la tenue des livres de compte…) et des considérations plus générales qui définissent un ensemble de « règles du jeu » qui seraient à respecter (l’interdiction de diffuser de fausses nouvelles pour faire baisser le prix des marchandises recherchées) : le courtier doit être « toujours honnête », « irréprochable », avoir une bonne connaissance du commerce, mener une vie bienséante, « ce grâce à quoi dans les affaires traitées, un plein crédit pourrait lui être attribué31 ». Et ce sont ces critères qui sont mobilisés pour justifier la liste des personnes pouvant être choisies comme courtiers assermentés par laquelle les syndics du Handelsstand achèvent leur mémoire.

  • 32 J.-P. Hirsch, Les deux rêves, op. cit., p. 60 sq.

33La moralisation se situe donc au croisement de deux attentes fondamentales du monde marchand. D’une part, il s’agit de minimiser l’incertitude inhérente au commerce et l’accent sur les qualités morales tient compte du fait que les relations d’affaires sont très personnalisées, ce qui contribue à faire de ces qualités une source de crédit, de réputation32. Si la moralisation chez les marchands n’est pas seulement un paravent dissimulant une recherche de rente, mais également un substitut, par défaut, à des outils de régulation absents ou insuffisants, il n’en demeure pas moins qu’elle leur fournit d’autre part des arguments permettant de restreindre la concurrence en la délégitimant.

34Un point essentiel qui ressort à la lecture des mémoires, pétitions et rapports du Handelsstand est la volonté de limiter la concurrence entre marchands autorisés à pratiquer le grand commerce, et d’éviter le « surnombre » résultant de l’admission d’un trop grand nombre de marchands, qui apparaît très régulièrement dans les avis rendus.

  • 33 StAM, Landesverordnung, 11 février 1751.

35Officiellement, l’admission dans le Handelsstand est soumise à trois conditions, fixées dans l’ordonnance du 11 février 175133 : d’une part, il faut être âgé d’au moins 25 ans, même si les dispenses sont fréquentes ; d’autre part, le candidat ne doit pas être soumis au régime de servitude personnelle, mais doit être de naissance honorable ; comme on l’a évoqué, il doit posséder enfin une fortune (l’inferendum) supérieure à 5 000 florins, en y incluant la dot de la fiancée ou de l’épouse – ce dernier critère expliquant que l’alliance matrimoniale avec la famille d’un marchand ou d’une personnalité établie soit un atout indéniable.

36Les syndics s’efforcent cependant de contrôler plus strictement l’admission de nouveaux membres en faisant intervenir des critères supplémentaires, cette politique restrictive étant nette à partir des années 1780. Outre la moralité des prétendants, il s’agit de la formation à la « science du commerce » : l’accomplissement d’un apprentissage chez un ou plusieurs marchands joue un rôle essentiel, alors que l’ordonnance de 1751 précise qu’une telle formation n’est pas exigible, de même que le fait de pouvoir attester de voyages accomplis dans des places de commerce étrangères est également essentiel. Ce critère est cependant parfois à géométrie variable, puisque les candidats sont parfois repoussés au motif que les relations qu’ils ont nouées avec des maisons de négoce étrangères pendant leur formation les rend suspects de travailler pour les intérêts de ces maisons, et non pour le bien commun de l’État mayençais.

  • 34 StAM, 21/130.

37Le critère confessionnel est également parfois mobilisé, les marchands du Handelsstand souhaitant réserver l’accès à ce corps aux marchands catholiques, ce qui est a priori peu étonnant dans une principauté ecclésiastique. C’est ainsi qu’en 1786, Johann Adam Ackermann, l’un des principaux marchands de la ville – il est alors syndic du Handelsstand – rédige (en son nom propre) une pétition dans laquelle il demande l’exclusion des marchands protestants du grand commerce mayençais. À l’appui de sa demande, Ackermann évoque l’exemple de la ville catholique de Cologne qui a pris cette mesure, affirme qu’une « liberté accordée sans différence » a provoqué un nombre excessif de grands marchands et agite enfin la menace d’une mainmise des marchands protestants sur le grand commerce mayençais puisque ces derniers « réservent le gain à leurs coreligionnaires34 ». En filigrane se dessine donc de nouveau la figure du « capitaliste » égoïste, difficilement contrôlable et au total menaçant pour le bien commun.

38Souci de disposer de règles claires et volonté de défendre des intérêts particuliers sont donc étroitement mêlés, ce qui pose la question de la réaction des autorités à cette « demande » de régulation formulée par les marchands, étant donné l’insertion de leur corps dans l’appareil administratif mayençais.

Les autorités face aux demandes des marchands

39Il convient tout d’abord de souligner que dans un grand nombre de cas, les autorités manifestent leur accord avec les prises de position du Handelsstand. Ce consensus concerne la question des admissions dans le Handelsstand : certes la question n’a pas été un objet de différend, lorsque de 1747 au début des années 1780, les effectifs de ce dernier ont régulièrement cru, manifestement sans réelle opposition des marchands mayençais ; mais les cas dans lesquels le vicedom aurait admis un marchand dans ce corps contre l’avis du Handelsstand sont au total relativement rares, d’autant plus qu’une solution de compromis a parfois consisté à admettre l’impétrant dans la corporation des merciers afin de lui donner la possibilité de faire ses preuves.

40Par ailleurs, les autorités sont très souvent promptes à intervenir, ne serait-ce que par des interrogatoires des personnes concernées, lorsque les marchands du Handelsstand dénoncent des pratiques contrevenant à leur monopole en matière de grand commerce.

41Cette convergence de vues se remarque également sur des questions plus générales. L’importance des qualités morales est également indéniable, puisque ce critère joue un rôle dans la décision d’attribuer ou non des privilèges aux manufacturiers et fabricants qui en font la demande. Mais au-delà de cette communauté de vues sur des principes généraux, c’est aussi le rôle du Handelsstand dans l’élaboration des mesures de régulation économique qui est reconnu. Revenons à la question des courtiers : à la suite du premier mémoire de mars 1789, deux rapports ont été rédigés, l’un en janvier 1790 par le vicedom, le second en novembre 1791 par le Hofrat. Tous deux reprennent parfois tels quels de larges extraits du premier mémoire pour affirmer la nécessité de réguler cette profession : les analyses des syndics du Handelsstand sont reprises, de même que la liste des personnes pouvant être assermentées comme courtiers. Et nulle objection n’est formulée contre la prétention du Handelsstand à contrôler la manière dont ces courtiers exerceraient leur activité. On peut penser que la conquête de la ville par les armées françaises en octobre 1792 explique que l’ordonnance prévue n’ait pas été promulguée, même si le sujet ne semble pas avoir de nouveau été évoqué entre 1793 et 1797.

42Ce cas particulier illustre en tout cas la position hybride du Handelsstand : parce qu’il est occasionnellement consulté par le gouvernement à des fins d’expertise, parce qu’il rédige et soumet spontanément des mémoires, ce dernier participe, à travers un processus de négociation avec les autorités politiques de Mayence, à l’élaboration de règles du jeu qui s’appliquent aux marchands le composant. Il s’agit donc d’un cas, fréquent dans les économies d’Ancien Régime, de confusion des rôles, entre défense d’intérêts collectifs spécifiques et définition/application de règles précises, par exemple quant à la nature des acteurs habilités à pratiquer le grand commerce.

43Le gouvernement trouve son intérêt à cette situation dans la mesure où il pense ainsi favoriser l’essor économique de l’Électorat et aussi où il dispose d’une compétence en matière d’expertise facilement mobilisable. Et plusieurs éléments montrent que jusqu’à la fin de l’Ancien Régime, ce rôle du Handelsstand n’est pas fondamentalement remis en cause.

44À partir des années 1780 cependant apparaissent parfois des divergences notables qui portent principalement sur la question de la concurrence. Un premier exemple est fourni par la réaction très hostile du vicedom à la demande d’exclusion des marchands protestants du grand commerce formulée par Ackermann. D’une part, ce dernier estime que les grands marchands mayençais défendent ici leur intérêt particulier et les accuse de ne soutenir que les mesures leur assurant un monopole ; d’autre part, il voit dans la concurrence – ce qu’il appelle une « liberté raisonnable » – le meilleur moyen de stimuler la prospérité générale, expliquant a contrario le déclin de l’économie colonaise par l’intolérance de la ville envers les marchands protestants.

  • 35 StAM, 21/131.
  • 36 StAM, 21/132.

45Le privilège apparaît donc bien ici comme un outil de régulation économique allant dans le sens d’une concurrence accrue ; mais il est aussi pour le gouvernement le moyen de sédentariser à Mayence les marchands détenteurs de capitaux importants35. C’est précisément parce que ceux-ci sont très volatiles qu’il convient d’accorder à leurs détenteurs le privilège qu’ils sollicitent – à savoir l’entrée dans le Handelsstand. Ceci est surtout vrai à la fin du XVIIIe siècle lorsque les administrateurs font le constat d’un déficit de marchands spécialisés dans le grand commerce et d’un excédent de petits marchands. Dans le rapport motivant une réponse positive à donner à la demande déjà évoquée de Bernard Boiserée en 1794, le membre du Hofrat explique que les mesures initiales des années 1747-1751 ont pour cette raison manqué leur objectif, et qu’il faut donc ne pas hésiter à user du privilège comme outil de stimulation de la concurrence36.

  • 37 Le sujet mériterait une enquête approfondie, car des monopoles sont accordés à des manufactures ou (...)

46L’enjeu central de cette négociation entre marchands et autorités ne porte pas sur l’utilité ou la nocivité des privilèges, mais plutôt sur la nécessité ou non de les utiliser pour stimuler ou restreindre la liberté économique et la concurrence, les prises de position des marchands et des autorités étant guidées moins par des raisons de principe ou d’ordre idéologique que par des considérations pratiques : la défense d’intérêts spécifiques ou la volonté de favoriser l’essor économique de l’État mayençais. Et dans ce domaine, l’une des priorités du gouvernement semble bien être de faciliter la mobilisation des capitaux, dont la difficulté lui est connue. La sensibilité des autorités mayençaises à cette question est en effet attestée à la fois par les projets de création de manufactures et de fabriques visant à procurer du travail à une population pauvre qui est en essor à la fin du XVIIIe siècle, et par l’accueil relativement bienveillant qui est fait aux demandes de privilèges et de subvention émanant d’acteurs souhaitant créer une manufacture ou une fabrique. Mais dans ce dernier domaine, les autorités restent assez souvent fidèles à leur principe de refus des privilèges exclusifs ou des monopoles37.

*

47La présence de références morales dans les discours et les argumentaires produits par les marchands renvoie moins à une « économie morale du monde du commerce » qu’elle ne constitue un moyen de régulation par défaut, qui correspond aux pratiques et aux contraintes concrètes du commerce et qui tient compte du caractère très personnalisé des relations commerciales. En insistant sur les qualités morales des acteurs du commerce, les marchands tentent ainsi de minimiser l’incertitude inhérente, dans l’économie d’Ancien Régime, à l’utilisation de leurs propres capitaux et en même temps de définir des droits d’entrée élevés contre des « capitalistes » difficilement contrôlables.

  • 38 Voir Robert Boyer, « Historiens et économistes face à l’émergence des institutions du marché », An (...)
  • 39 Gérard Marcou, « Les institutions de l’économie de marché. Le regard d’un juriste », in « Les inst (...)

48Se placer sur le terrain de la moralité leur permet en effet également de disqualifier certains concurrents ou de légitimer la défense d’intérêts spécifiques. Une telle stratégie est d’autant plus efficace qu’il n’y a pas de clivage net entre une société civile de marchands et un État qui serait en charge de la régulation. La position hybride du Handelsstand le montre : la distinction opérée par certains économistes entre institution et organisation38 n’est pas opératoire pour l’économie d’Ancien Régime, le Handelsstand correspondant plutôt au type de l’« institution-organisation39 ».

49Cette régulation par la moralisation rencontre cependant des limites, qui expliquent que d’autres procédures de régulation soient mises en œuvre, parmi lesquelles le privilège occupe une place stratégique. Ce dernier présente en effet (au moins) une double utilité : aux marchands, il fournit un cadre juridique à l’exercice d’une certaine forme de liberté économique et permet par conséquent d’amortir les risques et l’incertitude inhérents à l’investissement de capitaux dans le commerce ; aux autorités, il fournit un moyen de sédentariser dans les territoires de l’Électorat des capitaux perçus comme volatiles et difficiles à mobiliser, en même temps qu’il se révèle être, notamment dans le dernier quart du XVIIIe siècle, un outil de stimulation de la concurrence.

50Le privilège doit cependant également être envisagé dans sa dimension collective : le Handelsstand bénéficie en effet du pouvoir de délibérer sur ses propres affaires ou sur des sujets concernant ses membres. Il se trouve ainsi inséré dans l’armature institutionnelle de la principauté mayençaise, ce qui implique un processus de négociation, de confrontation des points de vue, des objectifs et des intérêts spécifiques des marchands et des autorités gouvernementales et administratives, confrontation dont résultent les mesures de régulation. Et il faut rappeler que cette confrontation est marquée par des désaccords sur certaines questions, en particulier sur la question de la concurrence, même si, jusqu’à la toute fin du XVIIIe siècle, son principe même n’est pas remis en cause ni par les autorités politiques de l’Électorat, ni par les marchands.

Note

1 Adam Smith, Recherches sur la nature et les causes de la richesse des nations (1776), Paris, rééd. Garnier-Flammarion, 1999, vol. 1, p. 82.

2 Michaël Biziou, Adam Smith et l’origine du libéralisme, Paris, PUF, 2003 ; Giovanni Arrighi, Adam Smith à Pékin. Les promesses de la voie chinoise [2007], Paris, Max Milo, 2009, p. 75-78.

3 Gérard Gayot, Les draps de Sedan 1646-1870, Paris, Éditions de l’EHESS, 1998 ; Jean-Pierre Hirsch, Les deux rêves du Commerce. Entreprise et institution dans la région lilloise (1780-1860), Paris, Éditions de l’EHESS, 1991 ; Jean-Pierre Hirsch et Philippe Minard, « “Laissez-nous faire et protégez-nous beaucoup” : pour une histoire des pratiques institutionnelles dans l’industrie française (XVIIIe-XIXe siècle) », in Louis Bergeron, Patrice Bourdelais (éd.), La France n’est-elle pas douée pour l’industrie ?, Paris, Belin, 1998, p. 135-158.

4 François-Georges Dreyfus, Sociétés et mentalités à Mayence dans la seconde moitié du dix-huitième siècle, Paris, Armand Colin, 1968, p. 155 sq.

5 Anne J. Maclachlan, « Entrepreneurship in Mainz, 1780-1860 : the contribution of smaller businessman to German industrialization », Ph. D., University of California, Irvine, 1985, p. 88 sq.

6 Karola Decker, Bürger. Kurfürst und Regierung : das Beispiel der Mainzer Schreinerzunft im 18. Jahrhundert, Mayence, Stadtarchiv, 1990.

7 Voir, sur le cas de Dresde, Christian Hochmuth, Globale Güter – lokale Aneignung. Kaffee, Tee, Schokolade und Tabak im frühneuzeitlichen Dresden, Constance, UVK, 2008, étude accordant une large place au cadre institutionnel de ce commerce.

8 Albert Kirnberger, Die Handelsmesse in Mainz in der Zeit der merkantilistischen Wirtschaftspolitik unter der Regierung der drei letzten Kurfürsten von Mainz (1743-1793), Mayence, Florian Kupferberg, 1951.

9 Peter Kriedte, « Stadt und Land im frühneuzeitlichen Detailhandel », Die alte Stadt, 29, 2002, p. 102-126, ici p. 102.

10 Ricarda Matheus, « “Die sogenannten hiesigen Kaufleuthe… sind im Grunde nur Krämer ”. Mainzer Großhändler in der zweiten Hälfte des 18. Jahrhunderts », in Michael Matheus, Walter G. Rödel (dir.), Bausteine zur Mainzer Geschichte : Mainzer Kolloquium 2000 ; mit 28 Tabellen, Stuttgart, Steiner, 2002, p. 171-196, ici p. 177-179.

11 F.-G. Dreyfus, Mayence, op. cit., p. 177 sq.

12 Bayerisches Staatsarchiv Würzburg (BStaW), Mainzer Polizeiakten, Mainzer Regierungsakten 1450.

13 R. Matheus, « Grosshändler », op. cit., p. 183-186.

14 Karl Schafft, Flörsheimer Fayencen, auf der Grundlage der Dissertation von Lothar de Haye – Flörsheimer Fayence – neu bearbeitet, Darmstadt, Eduard Roether Verlag, 1977, p. 21 sq.

15 On ne dispose pratiquement d’aucun document émanant de la pratique commerciale de ces marchands. Une exception est fournie par les livres de comptes de l’un des principaux marchands de la ville, Ernest Dumont, dont les relations d’affaires pour l’année 1767 ont été cartographiées par R. Matheus, « Grosshändler… », op. cit., p. 186-189.

16 Cette somme est variable selon les corporations : elle est de 1 500 florins pour la corporation des merciers, et de 5 000 florins pour les candidats à l’admission dans le Handelsstand.

17 BStaW, Mainzer Regierungsakten, Mainzer Polizeiakten 507.

18 Michel Morineau, « De Werner Sombart à Fernand Braudel : le capitalisme ininterrogé », in Gérard Gayot, Jean-Pierre Hirsch (éd.), La Révolution française et le développement du capitalisme. Actes du colloque de Lille, 19-21 novembre 1987, Villeneuve-d’Ascq, Revue du Nord, Hors-série Histoire no 5, 1989, p. 53 et p. 55.

19 Thomas Welskopp, « Das Unternehmen als Körperschaft. Entwicklungslinien der institutionellen Bindung von Kapital und Arbeit im 19. und 20. Jahrhundert », in Karl-Peter Ellerbrock, Clemens Wischermann (dir.), Die Wirtschaftsgeschichte vor der Herausforderung durch die New Institutional Economics, Dortmund, Arley, 2004, p. 192-215.

20 M. Morineau, « De Werner Sombart à Fernand Braudel », art. cit., p. 56.

21 Jean-Yves Grenier, L’économie d’Ancien Régime. Un monde de l’échange et de l’incertitude, Paris, Albin Michel, 1996.

22 Ibid., p. 91 sq. à propos de la formation des avances monétaires.

23 Stadtarchiv Mainz (StAM), 21/132.

24 StAM, 21/125.

25 StAM, 21/145.

26 Ibid.

27 StAM, 21/131.

28 Voir par exemple le contrat unissant le marchand Stephan Borgnis à son apprenti Philipp Staudinger en 1785 : StAM, 21/132.

29 Fernand Braudel, Civilisation matérielle, économie et capitalisme, Paris, Armand Colin, 1979, vol. 2 : Les jeux de l’échange, p. 127-128 ; voir également Stefan Gorissen, « Der Preis des Vertrauens. Unsicherheit, Institutionen und Rationalität im vorindustriellen Fernhandel », in Ute Frevert (dir.), Vertrauen. Historische Annäherungen, Göttingen, Vandenhoeck & Ruprecht, 2003, p. 90-118.

30 Laurence Fontaine, L’économie morale. Pauvreté, crédit et confiance dans l’Europe préindustrielle, Paris, Gallimard, 2008, p. 284-294.

31 StAM, 21/125.

32 J.-P. Hirsch, Les deux rêves, op. cit., p. 60 sq.

33 StAM, Landesverordnung, 11 février 1751.

34 StAM, 21/130.

35 StAM, 21/131.

36 StAM, 21/132.

37 Le sujet mériterait une enquête approfondie, car des monopoles sont accordés à des manufactures ou fabriques impliquant l’État lui-même, par exemple à la fabrique princière de faïence de Flörsheim fondée en 1765 : voir Rudolf Schäfer, Die Förderung von Handel und Wandel in Kurmainz im 18. Jahrhundert, Francfort, Otto Pfeifer, 1968, p. 62-64.

38 Voir Robert Boyer, « Historiens et économistes face à l’émergence des institutions du marché », Annales HSS, 64-3, 2009, p. 665-693, ici p. 673. Cette distinction a été formalisée par Douglass C. North, Institution, Institutional Change, and Economic Performance, Cambridge, Cambridge University Press 1990.

39 Gérard Marcou, « Les institutions de l’économie de marché. Le regard d’un juriste », in « Les institutions de l’économie de marché en Europe XVIIIe-XXe siècle. Actes de la table ronde organisée par l’URA CNRS 1020 et l’Ifresi (Université de Lille 3, 18-20 novembre 1993) », Revue du Nord, LXXVI, no 307, octobre-décembre 1994, p. 711-716, ici p. 712.

© Presses universitaires de Rennes, 2012

Condizioni di utilizzo http://www.openedition.org/6540