Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La gloire de l’industrie

 | 
Corine Maitte
, 
Matthieu de Oliveira
, 
Philippe Minard

Première partie. Entrepreneurs et institutions

Introduction. Entrepreneurs et institutions

Serge Chassagne et Jean-Pierre Hirsch

Texte intégral

  • 1 Karl Polanyi, La Grande Transformation. Aux origines politiques et économiques de notre temps [194 (...)
  • 2 Gérard Gayot, Les draps de Sedan (1646-1870), Paris, Éditions de l’EHESS/Terres ardennaises, 1998, (...)

1Au milieu des soubresauts de la crise qui secoue l’économie mondiale et suscite tant de propos sur la « gouvernance », rappelons comment, depuis une trentaine d’années, des historiens se sont préoccupés d’analyser les règles du jeu industriel et commercial. Ils n’étaient pas sans grands ou très grands devanciers : sans remonter plus haut, et entre autres, dans des registres différents, Karl Polanyi, Fernand Braudel ou Richard Kuisel1. Mais dans les années 1980, l’air du temps, et une nouvelle vulgate sécrétée par des économistes, popularisée par une nouvelle race de politiciens, en partie infusée parmi certains historiens de l’économie, en ont conduit d’autres à réexaminer les rapports divers qu’entretient l’économie de marché avec les formes multiples de l’intervention et de l’encadrement institutionnels. Il était bon alors de rappeler, de restaurer le caractère nécessairement contradictoire de ces rapports et de combattre le retour en force d’une conception simpliste selon laquelle les entrepreneurs n’aspiraient qu’à la liberté face à des administrations avides de réglementation. En ce temps-là, l’inanité de ce schéma n’allait pas de soi. Gérard Gayot, qui travaillait alors sur la longue durée de l’industrie drapière sedanaise, nous a laissé une de ces simples formules dont il savait aussi émailler son enseignement : « Le discrédit des règlements commença avec les règlements. » Et il nous proposait « de lire la manière dont ils furent sans cesse condamnés, déjoués, mis à profit ou sollicités par les fabricants pour la plus grande réussite de la manufacture de Sedan ou, de plus en plus, pour la réussite des plus forts ou des plus malins2 ».

  • 3 Alain Plessis (dir.), Naissance des libertés économiques. Le décret d’Allarde et la loi Le Chapeli (...)
  • 4 Denis Woronoff, L’industrie sidérurgique en France pendant la Révolution et l’Empire, Paris, Éditi (...)
  • 5 Serge Chassagne, Le coton et ses patrons, France, 1760-1840, Paris, Éditions de l’EHESS, 1991.
  • 6 Jean-Pierre Hirsch, Les deux rêves du commerce. Entreprise et institution dans la région lilloise,(...)

2Si l’enquête de Gérard Gayot balayait plus de deux siècles, bien des raisons l’ont conduit à privilégier le tournant des XVIIIe et XIXe siècles et particulièrement la séquence de la Révolution et de l’Empire. Là se situent la majorité de ses travaux, comme un grand nombre des recherches de ceux qui, avec lui, en même temps que lui, à Lille et ailleurs, se sont préoccupés des mêmes questions. À cela plusieurs raisons : la première, qui n’est pas la moindre, tient à l’importance de ce moment pour un autre débat, qui passionna un peu plus d’une génération : il sera question plus loin de la proto-industrialisation, des lumières apportées à ce sujet par l’étude des empires lainiers de Sedan ou de Verviers. Quant à l’interrogation sur les règles du jeu, elle se trouva ravivée à l’heure du bicentenaire de la Révolution française : non que, dans le flot des colloques et célébrations, on ait d’emblée consacré beaucoup d’énergie aux aspects économiques et sociaux du processus. Mais finit par émerger l’idée qu’après tout, la notion de liberté d’entreprise, de liberté industrielle, trouvait son origine en ce moment révolutionnaire et que cela méritait examen, notamment pour essayer de démêler comment s’articulaient sur ce point discours et pratiques. La question fut traitée dans une série de rencontres donnant lieu à des publications collectives3. Elle court à travers un certain nombre des grandes études consacrées aux principaux secteurs de l’économie française au cours de la même période, qui trouvaient à ce moment leur achèvement : sur l’industrie sidérurgique4 ou sur l’industrie cotonnière5. Analysée dans la même chronologie, la relation des négociants et fabricants lillois aux règlements et à la toute neuve liberté d’entreprendre se révélait éminemment contradictoire6.

  • 7 Jean-Pierre Hirsch et Philippe Minard, « “Laissez-nous faire et protégez-nous beaucoup”, Pour une (...)
  • 8 Philippe Minard, La fortune du colbertisme. État et industrie dans la France des Lumières, Paris, (...)
  • 9 Claire Lemercier, Un si discret pouvoir. Aux origines de la chambre de commerce de Paris 1803-1853 (...)
  • 10 Gérard Gayot, « De nouvelles institutions pour les villes et les territoires industriels de la Gra (...)

3On vit ensuite ce champ d’études s’étoffer, la réflexion débordant désormais les temps de la Révolution et de l’Empire7. Elle s’approfondit aussi en examinant de plus près et avec de nouvelles archives les deux faces de la question. Du côté de l’État et de son administration, les travaux se sont multipliés sur les institutions spécifiques du « Commerce », comme on désignait, jusqu’au début du XIXe siècle, l’ensemble des activités industrielles et commerciales et leurs praticiens : le dossier de l’inspection des manufactures permit de revoir complètement la notion de colbertisme, outrageusement galvaudée dans les débats français8. Les chambres de commerce ont trouvé à leur tour leurs historiens9. Dans l’article qu’on lira plus loin, Guillaume Foutrier revisite le moment très particulier où, sur les ruines apparentes des institutions du Commerce, escamotées dans le naufrage de l’Ancien Régime, vont bientôt apparaître ou réapparaître chambres de commerce et chambres consultatives des arts et manufactures, sous l’impulsion de Chaptal, moment de suspens qui précède donc ce que Gérard Gayot a aimé appeler la « chaptalisation » des institutions économiques10. G. Foutrier s’intéresse à l’« Association libre du Commerce », née dans cette parenthèse. La surprise vient de sa persistance après le rétablissement de la chambre de commerce en 1802.

  • 11 De Robert Salais et Michael Storper, Les mondes de production. Enquête sur l’identité économique d (...)

4L’explication nous ramène nécessairement à l’autre face de la question : l’étude fine du monde des entreprises, qui ne peut être envisagé comme un bloc, un milieu homogène engagé dans des revendications unanimes, mais qui ne constitue pas non plus une masse inorganisée, livrée à une concurrence généralisée. Derrière cette « double voix » du Commerce se profilent divergence des intérêts, des opinions mais aussi alternance, voire combinaison de la compétition avec la collaboration et l’entente. Et les historiens ont progressé de ce côté tant par de nouvelles monographies qu’en interrogeant la notion même d’entreprise. Ils ont alors tiré un grand bénéfice des dialogues noués avec des juristes et avec cette part des économistes, dits hétérodoxes, qui acceptaient ou souhaitaient cette confrontation11.

  • 12 Rainer Diaz-bone, Robert Salais (éd.), « Conventions and institutions from a historical perspectiv (...)
  • 13 Alessandro Stanziani (éd.), La qualité des produits en France (XVIIIe-XXe siècles), Paris, Belin, (...)
  • 14 Dominique Margairaz et Philippe Minard (éd.), L’information économique XVIe-XIXe siècles, Paris, C (...)
  • 15 Gabriel Galvez-Behar, La République des inventeurs, propriété et organisation de l’innovation en F (...)
  • 16 Matthieu de Oliveira, Les routes de l’argent, Réseaux et flux financiers de Paris à Hambourg (1789 (...)

5Du rapport des entreprises aux institutions, les historiens ont été ainsi conduits à travailler sur la production des normes, sur leurs vicissitudes et leur contournement. Bien des questions posées désormais permettent d’entrer naturellement dans ce jeu interactif12. On sépare d’autant moins deux faces du problème qu’on ne doute plus du rôle des entrepreneurs comme demandeurs et créateurs de lois et règlements. Ainsi en est-il de la qualité des produits, de leur circulation, qu’on s’intéresse à la règlementation ou, inséparablement, aux modalités de sa violation13. On aborde de la même façon l’information économique14, l’invention et l’innovation15. Et peut-on, en ces temps d’« autorégulation » de la finance mondiale, aborder autrement l’étude du monde des financiers ou celle du financement de l’industrie16 ?

  • 17 Jean-Pierre Hirsch, Gérard Gayot, Nadine Malle-Grain, Didier Terrier (éd.), « Les institutions de (...)
  • 18 Patrick Verley, L’échelle du monde, essai sur l’industrialisation de l’Occident, Paris, Gallimard, (...)
  • 19 Corine Maitte, La trame incertaine, Le monde textile de Prato XVIIIe-XIXe siècles, Villeneuve d’As (...)

6Certes franco-française, l’équipe lilloise qui fut celle de Gérard Gayot ne s’interdisait pas de regarder au-delà des frontières. Elle en vint à poser la question des règles du jeu, non seulement aux juristes et aux économistes, mais à un certain nombre d’historiens européens qu’elle invita à confronter en 1993 leurs analyses17. Elle s’alimenta à une réflexion ambitieuse sur la première industrialisation qui articulait de façon neuve marchés locaux et marchés internationaux18. Le dossier s’enrichit de travaux sur l’Arte della Lana à Prato ou d’une remise en cause frontale de la classique opposition de la libérale Angleterre à la France bureaucratique et maniaque des règlements19.

7Mais c’est avec l’Allemagne que G. Gayot entretint les liens les plus étroits et c’est dans ce champ que se situent deux des textes qui suivent. Guillaume Garner nous fait profiter ici d’un double matériau découvert à Mayence : disposant d’archives tant de la corporation négociante que de l’administration, il nous démontre bien qu’il ne s’agit pas d’une relation régulant/régulé mais bien de deux demandes de régulation qui peuvent ou non s’accorder. De son côté, Stefen Sammler observe la diversité des conceptions du patronat saxon quant aux règles du jeu et s’efforce de reconstituer ses cheminements intellectuels aux premiers temps de l’industrialisation. Entre les entrepreneurs qui rêvent du modèle anglais (qu’ils voient monarchiste et libre-échangiste) et ceux qui préfèrent une régulation à la française, quelle part doit être faite à la diversité des positions et des intérêts, quelle part à la différence des analyses, des tempéraments, et finalement des choix… ?

  • 20 Guillaume Garner, État, économie, territoire en Allemagne, L’espace dans le caméralisme et l’écono (...)
  • 21 Luc Boltanski et Eve Chiapello, Le nouvel esprit du capitalisme, Paris, Gallimard, 1999. Jean-Pier (...)
  • 22 Dominique Margairaz, François de Neufchâteau, biographie intellectuelle, Paris, Publications de la (...)
  • 23 David Todd, L’identité économique de la France, libre-échange et protectionnisme 1814-1851, Paris, (...)
  • 24 Sylvie Vaillant-Gabet, « Sur le fonctionnement et l’esprit du capitalisme : entreprises d’industri (...)

8On touche là aux phénomènes les plus délicats à manier, à ce qui se passe dans les têtes, celles des entrepreneurs saxons avec Sammler ou, avec Guillaume Garner dans l’ouvrage que prolonge l’article qui suit20, celles des caméralistes et des initiateurs de l’économie politique qui eurent un rôle majeur dans l’organisation de l’espace économique en Allemagne. Où l’on retrouve la grande interrogation, dans un énoncé venu lui aussi d’Allemagne : l’esprit du capitalisme ? La question nous occupa, dans ce qui fut les dernières années de Gérard Gayot. D’autant plus qu’on en venait, chez les sociologues, à attribuer les profonds changements en cours à l’apparition d’un nouvel esprit du capitalisme, ce qui provoquait le désir bien naturel de nous mettre d’accord sur ce qu’était l’ancien21. Ce difficile travail a pu passer par l’analyse d’un itinéraire intellectuel, celui de François de Neufchâteau, responsable de l’administration industrielle et commerciale en un moment stratégique22. Les coulisses du grand affrontement du premier XIXe siècle entre libre-échange et protectionnisme valaient aussi la visite23. Restent des têtes qui ne travaillaient pas moins : celles des négociants, commerçants et industriels et, pour peu qu’on puisse accéder à leurs archives, leurs correspondances, le tableau peut se préciser24. Arnaud Bartoloméi nous emmène, lui, à Cadix auprès de marchands français qui s’y trouvent en pleine crise de la place. Il nous pose une question troublante : pourquoi restent-ils à Cadix alors qu’ils y font de mauvaises affaires ? La réponse se situe, à le suivre, dans le domaine des représentations, d’un outillage mental qui sans doute inclut le calcul des coûts, du risque et du profit, mais ne s’y réduit pas. Compter mais aussi penser, c’est en quoi ces métiers avaient à voir avec le nôtre.

Notes

1 Karl Polanyi, La Grande Transformation. Aux origines politiques et économiques de notre temps [1944], Paris, Gallimard, 1983 ; Fernand Braudel, Civilisation matérielle, économie et capitalisme XVe-XVIIIe siècle, surtout t. 2 Les jeux de l’échange, Paris, Armand Colin, 1979 ; Richard F. Kuisel, Le capitalisme et l’État en France. Modernisation et dirigisme au XXe siècle [1981], Paris, Gallimard, 1984.

2 Gérard Gayot, Les draps de Sedan (1646-1870), Paris, Éditions de l’EHESS/Terres ardennaises, 1998, p. 75.

3 Alain Plessis (dir.), Naissance des libertés économiques. Le décret d’Allarde et la loi Le Chapelier, Paris, Institut d’Histoire de l’Industrie, 1993. Question également traitée, plus ou moins largement, dans Gérard Gayot, Jean-Pierre Hirsch (éd.), La Révolution française et le développement du capitalisme, Villeneuve d’Ascq, Revue du Nord, Hors série Histoire, no 5, 1989, ou dans État, finances et économie pendant la Révolution française, Paris, Comité pour l’Histoire Économique et Financière de la France, 1991.

4 Denis Woronoff, L’industrie sidérurgique en France pendant la Révolution et l’Empire, Paris, Éditions de l’EHESS, 1984.

5 Serge Chassagne, Le coton et ses patrons, France, 1760-1840, Paris, Éditions de l’EHESS, 1991.

6 Jean-Pierre Hirsch, Les deux rêves du commerce. Entreprise et institution dans la région lilloise, Paris, Éditions de l’EHESS, 1991.

7 Jean-Pierre Hirsch et Philippe Minard, « “Laissez-nous faire et protégez-nous beaucoup”, Pour une histoire des pratiques institutionnelles dans l’industrie française, XVIIIe-XIXe siècles », in Louis Bergeron et Patrice Bourdelais (éd.), La France n’est-elle pas douée pour l’industrie ?, Paris, Belin, 1998, p. 135-158 ; Steven L. Kaplan et Philippe Minard (éd.), La France, malade du corporatisme ? XVIIIe-XXe siècles, Paris, Belin, 2004 ; Dominique Margairaz et Philippe Minard (éd.), « Le marché dans son histoire », Revue de synthèse, t. 127, 2006/2, numéro spécial.

8 Philippe Minard, La fortune du colbertisme. État et industrie dans la France des Lumières, Paris, Fayard, 1998.

9 Claire Lemercier, Un si discret pouvoir. Aux origines de la chambre de commerce de Paris 1803-1853, Paris, La Découverte, 2003 ; Christophe Bouneau, Eric Bussière, Francis Démier et al., La chambre de commerce et d’industrie de Paris 1803-2003, Genève, Droz, 2003. Cf. aussi la Revue d’histoire consulaire.

10 Gérard Gayot, « De nouvelles institutions pour les villes et les territoires industriels de la Grande Nation en 1804 », in Jean-François Eck et Michel Lescure (éd.), Villes et districts industriels en Europe occidentale XVIIe-XXe siècles, Tours, université François-Rabelais, Centre d’histoire de la ville moderne et contemporaine, 2002, p. 161-182.

11 De Robert Salais et Michael Storper, Les mondes de production. Enquête sur l’identité économique de la France, Paris, Éditions de l’EHESS, 1993, aux collègues « institutionnalistes » lillois, avec lesquels Gérard Gayot avait travaillé dans ses dernières années (cf. Nicolas Postel et Richard Sobel, « Institutionnalism as the way of unification of heterodox theories », The Journal of Philosophical Economics, III-1, 2009, p. 47-77). On peut apprécier les résultats de ces collaborations dans Alessandro Stanziani (éd.), Dictionnaire historique de l’économie-droit XVIIIe-XXe siècles, Paris, LGDJ, 2007.

12 Rainer Diaz-bone, Robert Salais (éd.), « Conventions and institutions from a historical perspective », Historical Social Research/Historische Sozialforschung, no 138, 2011, numéro spécial.

13 Alessandro Stanziani (éd.), La qualité des produits en France (XVIIIe-XXe siècles), Paris, Belin, 2003 ; A. Stanziani, Histoire de la qualité alimentaire XIXe-XXe siècle, Paris, Le Seuil, 2005 ; Silvia Marzagalli, Les boulevards de la fraude, le négoce maritime et le Blocus continental 1806-1813, Villeneuve-d’Ascq, Presses universitaires du Septentrion, 1999 ; Gérard Béaur, Hubert Bonin et Claire Lemercier (éd.), Fraude, contrefaçon et contrebande de l’Antiquité à nos jours, Genève, Droz, 2006.

14 Dominique Margairaz et Philippe Minard (éd.), L’information économique XVIe-XIXe siècles, Paris, Comité pour l’Histoire Économique et Financière de la France, 2008.

15 Gabriel Galvez-Behar, La République des inventeurs, propriété et organisation de l’innovation en France (1791-1922), Rennes, PUR, 2008.

16 Matthieu de Oliveira, Les routes de l’argent, Réseaux et flux financiers de Paris à Hambourg (1789-1815), Paris, Comité pour l’Histoire Économique et Financière de la France, 2011 ; Jean-Luc Mastin, « Capitalisme régional et financement de l’industrie, région lilloise, 1850-1914 », doctorat, Université Lille 3, 2007, à paraître aux éditions de l’EHESS.

17 Jean-Pierre Hirsch, Gérard Gayot, Nadine Malle-Grain, Didier Terrier (éd.), « Les institutions de l’économie de marché en Europe XVIIIe-XXe siècle », Revue du Nord, LXXVI, no 307, octobre-décembre 1994, numéro spécial.

18 Patrick Verley, L’échelle du monde, essai sur l’industrialisation de l’Occident, Paris, Gallimard, 1997.

19 Corine Maitte, La trame incertaine, Le monde textile de Prato XVIIIe-XIXe siècles, Villeneuve d’Ascq, Presses universitaires du Septentrion, 2001 ; Philippe Minard, « France “colbertiste” versus Angleterre “libérale” ? Un mythe du XVIIIe siècle », in Jean-Philippe Genet, François-Joseph Ruggiu (éd.), Les idées passent-elles la Manche ? Savoirs, représentations, pratiques, France-Angleterre, Xe-XXe siècles, Paris, Presses de l’Université Paris-Sorbonne, 2007, p. 197-210; id., « Facing uncertainty: markets, norms and conventions in the eighteenth century », in Perry Gauci (dir.), Regulating the British Economy 1660-1850, Aldershot, Ashgate, 2011, p. 177-194.

20 Guillaume Garner, État, économie, territoire en Allemagne, L’espace dans le caméralisme et l’économie politique 1740-1820, Paris, Éditions de l’EHESS, 2005.

21 Luc Boltanski et Eve Chiapello, Le nouvel esprit du capitalisme, Paris, Gallimard, 1999. Jean-Pierre Hirsch, « Retour sur l’ancien esprit du capitalisme », Revue d’histoire du XIXe siècle, no 23, 2001-2, p. 87-104.

22 Dominique Margairaz, François de Neufchâteau, biographie intellectuelle, Paris, Publications de la Sorbonne, 2005.

23 David Todd, L’identité économique de la France, libre-échange et protectionnisme 1814-1851, Paris, Grasset, 2008.

24 Sylvie Vaillant-Gabet, « Sur le fonctionnement et l’esprit du capitalisme : entreprises d’industries lainières en France et en Belgique au XIXe siècle », doctorat, Université Lille 3, 2006.

© Presses universitaires de Rennes, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540