Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le catholicisme en chantiers

 | 
Bruno Dumons
, 
Christian Sorrel

Quatrième partie. Circulations et connexions

Le catholicisme hors de France

Claude Prudhomme

Texte intégral

1La multiplication des études historiques consacrées par des universitaires aux missions chrétiennes est le fruit d’une profonde mutation historiographique. Le passage par le site de l’agence bibliographique de l’enseignement supérieur (sudoc.abes) est un point de départ efficace pour mesurer le chemin parcouru depuis les années 1950 à travers les occurrences du terme missionnaire dans les titres de thèse. La plus ancienne, soutenue à Lyon en 1942 par Guillaume de Vaumas, a longtemps fait figure d’ouvrage fondateur et d’exception : L’éveil missionnaire de la France : d’Henri IV à la fondation du Séminaire des Missions Étrangères. Elle est suivie en 1946 d’un second travail bien connu, soutenu à Rennes en 1946 par le spiritain Joseph Michel, L’activité missionnaire de la Bretagne de 1800 à 1940. La liste demeure ensuite vierge jusqu’à 1966. Mais la collecte des références reste maigre dans les années qui suivent : deux thèses soutenues en 1966 et 1967, deux en 1970 et 1973, une en 1971 et 1977. Les résultats changent radicalement à partir de l’année 1979 avec une quinzaine de titres jusqu’à la fin des années 1980, davantage pour les deux décennies suivantes.

2La requête à partir du mot mission est elle aussi instructive. On trouve dès les années de l’entre-deux-guerres des travaux qui comportent le terme mission mais ils sont consacrés à l’étude des représentants en mission envoyés par la République au temps de la Révolution. Puis il faut attendre 1966 pour voir figurer le mot mission dans le titre de la thèse de Catherine Coquery-Vidrovitch, consacrée à... Brazza, et 1968 pour trouver la thèse de troisième cycle de Marc Michel consacrée à la mission... Marchand. Ainsi le terme mission, inventé et défini par le catholicisme tridentin, apparaît d’abord sous ses acceptions sécularisées. C’est seulement en 1972 que Wencelsas Mvogo soutient dans une université française la première thèse faisant explicitement référence à la mission catholique : La mission de l’Église catholique au Cameroun en général et chez les Betis en particulier de 1890 à 1961. On observera cependant qu’il a trouvé l’hospitalité à Strasbourg dans la section des sciences religieuses. Par la suite, un nombre important de thèses affiche le mot mission mais il s’applique de plus en plus souvent à une mission séculière (humanitaire, médicale, scientifique).

L’entrée de la mission dans l’espace universitaire

3Ces observations, bien que superficielles, nous mettent sur la voie de la première mutation intervenue en cinquante ans, la plus importante de notre point de vue. La mission religieuse est devenue en France un objet d’étude pour les historiens universitaires, avec tous les effets et déplacements que cela suppose dans la manière de l’aborder et de l’étudier.

4Il existe en effet une tradition ancienne d’histoire des missions qui relève de la narration, de la chronique, du récit des actes missionnaires. Elle donne dans les années de l’entre-deux-guerres et de l’immédiat après-guerre plusieurs « histoires des missions catholiques » dont l’expression la plus achevée est l’Histoire universelle des missions catholiques en quatre volumes sous la direction de Mgr Delacroix. Le dernier volume, publié en 1958, illustre la modernité du projet dans le soin apporté à la présentation (cartes, photos, croquis), la rigueur des données fournies et le recours à des spécialistes issus de différents pays. Mais la perspective dans laquelle elle se place reste de l’ordre de la démonstration et s’inscrit dans la conviction d’une histoire sainte dont l’Église catholique connaît le sens et la fin. Comme l’écrit le cardinal Feltin, archevêque de Paris, dans la préface du volume :

« L’histoire des missions – c’est son grand bienfait – nous fait voir comment l’assiste invisiblement, d’étape en étape, la présence dont Jésus-Christ, son fondateur, lui a fait la promesse, avant d’envoyer ses disciples témoigner de lui à Jérusalem, en Samarie, et jusqu’aux extrémités de la terre. »

  • 1 « Il vit le ciel ouvert, et un objet semblable à une grande nappe attachée par les quatre coins, q (...)

5Les grandes périodes de l’histoire sont d’ailleurs divisées en aires géographiques dans lesquelles le lecteur assiste au déploiement progressif du catholicisme, sans masquer les reculs et les échecs, mais avec la certitude qu’ils sont passagers. L’arrière-plan de la guerre froide qui risque à tout moment de dégénérer en conflit nucléaire, les persécutions en Chine, les menaces que font peser certains mouvements de décolonisation poussent à trouver dans l’histoire des raisons d’espérer et des moyens d’échapper à la pression du contexte immédiat. D’une certaine manière, les missions donnent au catholicisme l’assurance d’un progrès continu et d’avoir l’avenir pour lui. L’histoire est le lieu de vérification des textes fondateurs de la congrégation Propaganda fide en 1622, ce que suggère Mgr Celso Costantini, secrétaire de la congrégation, dans la préface du premier volume. L’histoire des missions nous fait assister à la réunion progressive par la papauté des quatre coins de la nappe que Pierre a vue à Joppé1, vision qui symbolise, selon la constitution Inscrutabili de 1622, la mission confiée au pape de réunir toute l’humanité au sein de l’Église catholique romaine.

6La première condition à remplir pour entrer dans l’âge universitaire était de renoncer à une perspective téléologique pour accepter de regarder l’histoire des missions comme un objet parmi d’autres. L’opération était rendue difficile par les conditions qui entouraient la décolonisation et portaient à polémiquer plutôt qu’à observer les faits. À une histoire édifiante ou catéchétique risquait de succéder une contre-histoire militante et démystificatrice qui n’était finalement que l’envers de la première. On pourrait citer ici une série de travaux qui ont été à leur manière une autre histoire sainte, celle de la marche irrésistible des peuples vers la liberté et le progrès, et pour lesquels la mission était uniquement la légitimation idéologique et le bras civilisateur de la colonisation. Sans doute inévitable, parce qu’elle permettait de s’émanciper de la tradition des lettres édifiantes et de rompre avec toute apologétique, cette nouvelle instrumentalisation de l’histoire missionnaire n’a finalement pas fourni de travaux durables et fondateurs.

7La voie qui s’est révélée la plus féconde en France a eu pour centre névralgique un lieu et un homme. C’est à Lyon, au cours des années 1970, que s’ébauche un réseau dont la tête est Jacques Gadille (1927-2013), professeur d’histoire contemporaine à l’Université de la ville. Au moment où l’histoire religieuse a le vent en poupe, commence à occuper des positions solides grâce à des équipes de recherche reconnues par le CNRS et l’Université, Jacques Gadille consacre l’essentiel de ses efforts à la prise en compte, au sein de l’histoire religieuse, de la dimension missionnaire. Il accueille et encourage les jeunes chercheurs, français ou francophones, qui s’engagent dans un chantier peu porteur en terme de notoriété et de carrière. Cet engagement d’un historien reconnu est d’autant plus important que l’état des lieux n’incline pas à l’optimisme. Jean-Claude Baumont, enseignant de l’université de Lyon, engagé dans une thèse d’État sur l’Œuvre de la Propagation de la Foi, est chargé en 1975 par Jean-Marie Mayeur de faire le point sur la recherche en histoire des missions. Il établit un constat qui en dit long :

  • 2 Voir la contribution de Jean-Claude Baumont sur « les missions » dans Jean-Marie Mayeur (dir.), L’ (...)

« L’histoire des missions reste un secteur largement marginal par rapport à l’histoire religieuse de la France et par rapport à l’histoire générale. N’est-il pas significatif de voir dans la plupart des histoires de l’Église les missions religieuses dans un chapitre à part, sans lien avec les autres aspects de la vie religieuse, comme si elles ne constituaient qu’une activité supplémentaire et isolée2. »

  • 3 Jean Leflon, Eugène de Mazenod, 3 vol., Paris, Plon, 1957.
  • 4 Claude-Hélène Perrot, Les Sotho et les missionnaires européens au XIXesiècle, Dijon, Daronthère, 1 (...)

8La bibliographie de 475 titres qui figure à la fin de l’ouvrage est tout aussi révélatrice. La mission y figure au titre des Histoires des missions évoquées plus haut, cite les travaux de Georges Goyau, une exception pour sa génération, quelques biographies de fondateurs de sociétés missionnaires comme celle consacrée à Mgr Mazenod par Jean Leflon (trois volumes publiés de 1957 à 19653). Les travaux proprement universitaires, publiés dans un cadre universitaire, sont très rares : une étude sur les Lazaristes en Éthiopie (Chete Aleme), l’étude consacrée aux Sotho de Claude-Hélène Perrot4 (1970), un article de Françoise Raison sur le catholicisme malgache (1970), la thèse de Louis Wei Tsing-Sing sur la politique missionnaire de la France en Chine (1957).

  • 5 Guy Duboscq et André Latreille (préface de), Les réveils missionnaires en France au Moyen-Âge à no (...)

9Pourtant, c’est bien la décennie 1970 qui est décisive pour l’intégration des missions dans l’histoire religieuse universitaire. Et c’est au terme de celle-ci que se tient à Lyon le premier colloque universitaire d’histoire suivi d’une publication des actes5. Ce changement de climat intellectuel n’est pas le fruit du hasard. On le doit d’abord à l’état d’esprit qui commence à se diffuser au sein des congrégations missionnaires et qui est sans doute un des effets du climat post-conciliaire. Le choc de la décolonisation surmonté, et la solidité des Églises nées de la mission vérifiée, les congrégations missionnaires masculines détentrices des fonds documentaires les plus importants amorcent une ouverture aux chercheurs dont on mesure mal aujourd’hui la révolution culturelle qu’elle supposait. Dans un moment où fleurissaient les écrits mettant en cause les conséquences de la mission et où la critique marxiste dominait le paysage universitaire, on pouvait craindre un repli frileux. On a peine à imaginer l’inquiétude que pouvaient éprouver les archivistes des congrégations missionnaires devant l’arrivée de jeunes historiens formés à la fin des années 1960 et déterminés à promouvoir une histoire critique des missions. Les archivistes qui, ont ouvert leurs fonds en France, chez les spiritains, les lazaristes, les Missions étrangères de Paris, à Rome chez les pères des Missions Africaines de Lyon, les pères blancs, les jésuites, méritent la reconnaissance des chercheurs. On peut regretter que les congrégations féminines aient manifesté une résistance qui retardera l’éclosion simultanée d’une histoire missionnaire au féminin.

10Si l’histoire n’existe pas sans archives, il lui faut évidemment des historiens. La décennie 1970 a, là aussi, été décisive. On le sait, l’idée missionnaire connaît au cours des années 1970 une crise profonde qui se traduit dans la jeunesse étudiante européenne par sa dévalorisation rapide. Spontanément associée à la domination coloniale, version Hergé ou marxiste, et peut-être encore davantage assimilée aux prétentions de l’Occident à imposer sa civilisation au prix de la destruction de celle des autres, la mission est perçue comme un anachronisme malfaisant. Il était donc a priori improbable de voir surgir des vocations laïques d’historiens de la mission.

11Pourtant ces pronostics allaient être démentis par une autre donnée. On assiste en effet au même moment au développement de la coopération française avec les jeunes États. Elle se traduit par l’envoi, surtout en Afrique et à Madagascar, de jeunes enseignants, dont un bon nombre avaient une formation en histoire, au titre du service militaire ou de la coopération civile. Sans doute conviendrait-il ici de faire une enquête précise sur l’itinéraire des chercheurs engagés dans l’étude de ces aires culturelles autour des années 1970. Des conversations informelles laissent néanmoins deviner la révélation que fut pour ces jeunes enseignants la découverte d’autres sociétés où le rôle des missions était trop évident pour qu’on l’ignore. Le regard qu’ils portaient était souvent très critique, et leurs interrogations nombreuses face aux essais missionnaires de construction de chrétientés si contraires à leurs propres modèles de sociétés laïcisées. Mais cela ne les empêchait pas de constater l’importance du fait missionnaire. Et cette expérience allait marquer durablement beaucoup d’entre eux. Qu’ils reviennent en France à la fin de leur contrat ou poursuivent leur séjour durant plusieurs années, ils auront en commun la volonté d’appliquer aux réalités religieuses de l’outre-mer les approches, les méthodes, les outils que leur fournissait la recherche universitaire. D’abord à travers des mémoires, puis des thèses de troisième cycle, enfin des thèses d’État, conformément à la hiérarchie du temps, une génération d’historiens de la mission, ou prenant en compte la mission, émergeait, hors de l’espace ecclésiastique et congréganiste.

  • 6 François Renault, Lavigerie, l’esclavage africain et l’Europe (1868-1892), Paris, De Boccard, 1971
  • 7 Paul Coulon, François Libermann (1802-1852). Relecture historique et théologique de l’itinéraire d (...)
  • 8 Jean Comby, Deux mille ans d’évangélisation, Paris, Desclée, 1992.

12Il en résulta un véritable transfert dans l’écriture de l’histoire missionnaire. Désormais la légitimité scientifique était donnée par l’Université. Les historiens de la mission appartenant à des congrégations religieuses n’avaient pas disparu. Mais ils acceptaient de se conformer aux normes et aux règles de l’histoire académique, menaient leurs recherches sous la direction de professeurs d’université ou de directeurs du CNRS, préparaient et soutenaient des doctorats, intégraient la communauté universitaire quand bien même ils la trouvaient parfois encombrée de prénotions anti-missionnaires quelque peu primaires. Les thèses du père blanc François Renault sur Lavigerie6 et la lutte antiesclavagiste, celle de son confrère Joseph-Roger de Benoist sur Église et pouvoir colonial au Soudan français, le doctorat du spiritain Paul Coulon sur Libermann7 sont les exemples les plus connus de cette petite révolution. Ces clercs entrés en histoire universitaire ont produit des thèses ou des ouvrages de vulgarisation de grande qualité (ainsi Bruno Hübsch pour Madagascar ou Jean Comby8 à Lyon). Ils ont joué un rôle considérable dans le décloisonnement voulu par Jacques Gadille. Ils ont assuré la communication entre les historiens laïcs et les archives des sociétés missionnaires et contribué à faire reculer les préventions des uns et des autres.

  • 9 Jean Comby (dir.), Diffusion et acculturation du christianisme (XIXe-XXesiècles). Vingt-cinq ans d (...)
  • 10 Ibid., p. 681.

13La convergence de facteurs favorables à un décollage de l’histoire des missions n’aurait peut-être pas débouché sur une synergie sans la création du CREDIC (Centre de Recherche et d’Étude sur la Diffusion et l’Inculturation du Christianisme) en 1979 à Lyon, autour de Jacques Gadille, Jean Comby, Marc Spindler et quelques autres. Son histoire en a été faite récemment et il est inutile d’y revenir9. Cette modeste association eut en effet l’idée féconde de s’attaquer à l’histoire des missions... en faisant l’économie du terme mission dont l’usage aurait alors fait fuir la quasi-totalité des historiens laïcs. En déplaçant l’approche du côté de l’acculturation et de l’inculturation, le CREDIC invitait les chercheurs à aller jusqu’au bout d’une émancipation intellectuelle nécessaire. Mais c’était aussi le préalable indispensable à la réappropriation de l’objet missionnaire, en dehors de toute lecture prédéterminée par une adhésion confessionnelle, non pas par incompatibilité de principe entre rigueur scientifique et option religieuse du chercheur, mais pour permettre de penser autrement l’expérience missionnaire. Et il convient ici de souligner l’importance qu’a eue ce réseau pour encourager les chercheurs, maintenir la flamme et surtout ouvrir systématiquement la recherche à toutes les approches et à tous les questionnements. Réunir, même pour une courte session, d’anciens missionnaires et des historiens critiques, par-delà les engagements militants et les clivages idéologiques, n’allait pas de soi. Comme le met en évidence l’ouvrage publié pour le vingt-cinquième anniversaire10, la liste des thèmes abordés dans les colloques d’été, et dont les actes ont été publiés, suffit pour illustrer le chemin parcouru par l’histoire des missions à partir des années 1980.

14Ajoutons enfin que l’histoire a besoin de visibilité pour exister et que la question récurrente des travaux scientifiques reste celle de leur édition. Or l’émergence de l’histoire des missions a bénéficié dans le même moment de la fondation des éditions Karthala qui marquent elles aussi un tournant. Même si l’objectif est beaucoup plus large, Robert Ageneau savait l’importance du facteur religieux et lui accorda d’emblée une place de choix parmi ses publications. Il accueillit ainsi de multiples travaux universitaires qui purent accéder aux rayons des libraires et figurent désormais sur des catalogues. La proportion des thèses d’histoire religieuse et missionnaire qui ont trouvé un débouché éditorial a même de quoi rendre jaloux les chercheurs engagés sur le front de l’histoire économique et sociale. Et la perspective d’atteindre un public plus vaste que celui réuni le jour de la soutenance d’un doctorat constitue un stimulant incontestable. Karthala accepta aussi de se faire le diffuseur de la revue d’histoire Mémoire Spiritaine qui laissa la place à une revue trimestrielle plus ambitieuse en 2007 intitulée Histoire et Missions Chrétiennes. Cette dernière a élargi son champ et s’est transformée en 2013 en Histoire, Monde et Cultures religieuses.

Le temps de la récolte

  • 11 La liste des principales thèses, en particulier celles dont nous citons l’auteur dans le texte, fi (...)

15Dresser un tableau systématique des travaux qui arrivent à terme depuis les années 1980 serait fastidieux11. C’est pourquoi, nous avons choisi de faire figurer en annexe une liste de thèses, après avoir résumé les résultats obtenus en France et dégagé les principales tendances des recherches. Une première entrée, géographique, permet de repérer les zones étudiées et celles qui sont délaissées. Une seconde, thématique, met en évidence les types d’approches qui ont été privilégiés par les chercheurs dans l’étude du fait missionnaire. L’une et l’autre ont en commun la volonté d’aborder l’histoire des missions dans le cadre d’une histoire globale qui fait de la mission un élément essentiel de l’histoire du christianisme.

Le rôle des acteurs12

  • 12 Ce paragraphe a été rédigé par Patrick Cabanel que je remercie.
  • 13 Un chiffre : en 1904, la congrégation des Frères des Écoles Chrétiennes (fondée en 1684) compte pl (...)
  • 14 Les sœurs de Saint-Joseph de Cluny et celles de Saint-Joseph de l’Apparition (fondées par Émilie d (...)
  • 15 Avec une série de monographies publiées de 1922 à 1930 par Letouzey et Ané (« Les grands ordres re (...)
  • 16 Claude Langlois, Le catholicisme au féminin. Les congrégations françaises à supérieure générale au (...)
  • 17 Sa thèse d’État, Une forme de l’expansion française. Les congrégations religieuses féminines hors (...)
  • 18 Sont déjà parus chez Brepols (Turnhout, Belgique) : Claire Laux (dir.), Les écritures de la missio (...)
  • 19 Christian Sorrel, La République contre les congrégations. Histoire d’une passion française (1899-1 (...)
  • 20 Missions Étrangères de Paris, Spiritains, Pères blancs, Missions Africaines de Lyon...
  • 21 Patrick Cabanel et Jean-Dominique Durand (dir.), Le grand exil des congrégations religieuses franç (...)
  • 22 Dans des travaux menés principalement par Jean-Marc Delaunay pour la première, par Guy Laperrière (...)

16Une première série de travaux a pour objet l’histoire des congrégations missionnaires. Cette désignation cache en réalité des itinéraires différents selon qu’il s’agit de congrégations missionnaires par destination première, ou venues à la mission extérieure dans divers contextes, une internationalisation liée à un dynamisme propre13, des incitations issues du monde colonial14, ou des exils imposés par les lois anticongréganistes. Ici encore, on est passé d’une histoire écrite de l’intérieur des congrégations15, parfois avec des objectifs hagiographiques explicites (obtenir la canonisation d’un supérieur général, d’un fondateur de mission, d’un martyr), à une histoire proprement universitaire. La voie a été ouverte par Claude Langlois pour les congrégations religieuses féminines dans leur ensemble16, puis par Élisabeth Dufourcq pour ce qu’elle a appelé la « diaspora » de ces religieuses hors de France17. Pascale Cornuel a renouvelé l’étude des fondatrices avec la thèse qu’elle a consacrée à l’itinéraire d’Anne-Marie-Jabouhey, fondatrice des sœurs de saint Joseph de Cluny, en prenant en compte à la fois l’histoire de l’abolition de l’esclavage, la dimension du genre et le rôle de la mystique. Des revues spécialisées, de facture scientifique, comme Mémoire Dominicaine ou Mémoire Spiritaine, mettent à contribution les riches archives de ces instituts masculins tandis que l’anthologie de textes missionnaires, dirigée par Chantal Paisant, puise largement dans ces mêmes archives pour des volumes géographiques (outre-mer insulaire, Extrême-Orient, Afrique) ou thématiques (la mission au féminin, les exils congréganistes, la mission en terre musulmane)18. Hasard des commémorations au début du XXIe siècle, la part des exils religieux dans l’aventure missionnaire a été beaucoup scrutée depuis une dizaine d’années19. Le décret pris par Jules Ferry en mars 1880, visant les jésuites, et surtout les lois de juillet 1901 et juillet 1904, imposant à toute congrégation non autorisée (c’était le cas de la plupart) d’en faire la demande officielle (de telles demandes sont rejetées en bloc en 1902), puis interdisant tout enseignement aux congrégations, ont entraîné quelques dizaines de milliers de religieux et religieuses en exil dans les pays limitrophes mais aussi aux quatre coins de la planète. Paradoxalement, la République a tenu à protéger les instituts ou congrégations explicitement missionnaires20, dans lesquelles elle voyait autant de vecteurs de l’influence culturelle et linguistique française. Ce sont les autres congrégations, surtout enseignantes, qui ont dû envoyer leurs membres en exil, renforçant des implantations existantes et entraînant la création de plusieurs dizaines d’autres. Les actes d’un colloque, Le grand exil des congrégations religieuses, et une anthologie de la série citée ci-dessus, Lettres d’exil 1901-190921, se sont efforcés de montrer comment des réfugiés au contentieux très vif avec la République laïque sont devenus, bon gré mal gré, des missionnaires de l’idée chrétienne autant que de la culture française... Alors que les conditions et les conséquences de l’arrivée des congréganistes ont été scrutées pour l’Espagne et surtout pour le Québec22, tant du point de vue de la société locale que de son catholicisme, les chantiers restent à entreprendre pour des espaces à dimension plus proprement missionnaire, du Levant à l’Amérique latine et au Japon.

La mission sur le terrain : petite géographie des territoires étudiés

  • 23 Nous laissons de côté l’Amérique bien qu’elle ait été l’objet de thèses importantes.
  • 24 Les chrétiens du Proche-Orient au temps de la Réforme catholique, Rome, EFR, 1994.
  • 25 Vue d’ensemble dans Bernard Holzer (dir.), L’aventure assomptionniste, Lyon, Recherches assomption (...)
  • 26 Dans l’ordre chronologique et pour les années récentes : Bernard Delpal, Bernard Hours et Claude P (...)
  • 27 Patrick Cabanel (dir.), Une France en Méditerranée. Écoles, langues et cultures françaises (XIXe-X (...)

17L’espace qui a été l’objet de la majorité des recherches universitaires correspond pour l’essentiel à celui de l’ancien domaine colonial français et de congrégations missionnaires en majorité françaises23. Rien de surprenant à cela puisque ce sont aussi les pays dans lesquels existent des centres de recherche et où la coopération s’est déployée, favorisant à la fois l’investissement d’historiens français dans l’étude des pays où ils étaient en poste et l’investissement de chercheurs autochtones initiés à la recherche par les premiers. Les pays du Proche-Orient, avec Beyrouth, Damas et Jérusalem pour centres du dispositif de recherche, ont bénéficié de travaux méthodiques. Dans le sillage de la thèse de Bernard Heyberger reprenant le dossier des confessions chrétiennes au Proche-Orient à l’époque moderne24, plusieurs thèses d’histoire contemporaine ont renouvelé l’approche des relations entre pouvoirs politiques et missions (par exemple Dominique Trimbur pour la Palestine et Yann Bouyrat pour les relations entre la France et les Maronites), l’étude des congrégations (Chantal Verdeil pour les jésuites au Liban) ou celle du rôle des écoles missionnaires (Jérôme Bocquet pour la Syrie). D’autres régions de l’Empire ottoman ont aussi été l’objet de travaux consacrés aux missions assomptionnistes25. Simultanément des colloques dédiés à l’espace méditerranéen et oriental ont confirmé l’importance des missions, catholiques, mais aussi protestantes, orthodoxes (Elena Astatfieva), juives et laïques dans une aire culturelle devenue à la fin du XIXe siècle un véritable laboratoire pour l’étude des échanges et des confrontations entre cultures et religions26. Ils ont rappelé que la mission en tant que diffusion d’un message universel a cessé d’être une spécificité chrétienne après la fondation à Paris de l’Alliance Israélite Universelle en 1860 puis de la Mission laïque en 190227. Cette dernière trouve dans l’Empire ottoman son principal champ d’intervention, à côté des écoles des congrégations, des missions protestantes et de l’Alliance israélite universelle.

  • 28 Bruno Hübsch (dir.), Madagascar et le christianisme. Histoire œcuménique, Paris, Karthala, 1993.

18Le parcours parmi les travaux scientifiques vérifie le lien étroit entre présence culturelle française et études historiques menées par des historiens francophones. Au sein de l’ancien monde colonial, Madagascar apparaît particulièrement bien traitée, avec une succession remarquable de travaux universitaires à partir de 1970, au point qu’une synthèse a pu être proposée sous la direction de Bruno Hübsch28 dès 1993. Rédigé par ces chercheurs malgaches et étrangers, protestants ou catholiques, coédité à Madagascar et en France, aidé par l’Agence de coopération culturelle, l’ouvrage symbolise l’ambition d’une histoire scientifique supranationale et supra-confessionnelle.

  • 29 Didier Colson, L’Église à l’Ile Maurice. Une Église en Ile de France (1640-1895), thèse de 3e cycl (...)

19À la périphérie de Madagascar, les Mascareignes sont aussi des îles bien documentées. La présence d’une université à la Réunion a permis un rapide développement des travaux à partir du début des années 1980 sous l’impulsion de Prosper Ève. Le caractère universitaire est moins affirmé à Maurice où la thèse de Didier Colson29 n’a pas eu les effets espérés. Mais les données réunies par des érudits et ecclésiastiques locaux constituent une base solide pour des approches davantage problématisées qui ont été précisées dans un colloque tenu à Saint-Denis de la Réunion, Missiologie dans l’Océan Indien, en mai 2007.

20Si l’on se porte du côté de l’Afrique, le Cameroun y constitue le territoire le mieux étudié pour des raisons assez proches de celles observées à Madagascar. Dans un premier temps, au moins dans les ouvrages historiques, l’approche politique domine et reste marquée par l’histoire dramatique des affrontements armés qui accompagnent la montée des revendications nationalistes. Les thèses plus récentes dessinent un renversement de la tendance au profit de l’anthropologie (Philippe Laburthe-Tolra) et de l’étude des réactions autochtones ou des modes d’africanisation du christianisme. Les autres pays de la zone n’ont pas bénéficié d’une égale attention. Le Centre-Afrique, le Congo Brazzaville et le Gabon disposent cependant depuis quelques années de thèses de valeur. De son côté, l’Afrique occidentale, où l’action missionnaire, au-delà de la faible proportion de conversions, a joué un rôle majeur dans les changements sociaux et culturels, a été l’objet d’une thèse d’État (Joseph-Roger de Benoist). Plusieurs thèses ont porté sur le Burkina Faso, la Côte d’Ivoire, le Mali, le Dahomey (Bénin) et le Sénégal mais les conditions matérielles semblent freiner le développement des études locales. Au final, l’Afrique attend la synthèse qui prendra en compte l’ensemble de ces travaux. L’opération a été amorcée dans les tomes 11, 12 et 13 de l’Histoire du christianisme publiés sous la direction de Jacques Gadille et Jean-Marie Mayeur pour la période contemporaine. Mais le retard reste sensible en comparaison des histoires anglophones du christianisme africain (Hastings, Baur).

  • 30 Il n’est pas le seul mais sa recherche a pu se développer dans le temps grâce à son statut univers (...)

21Parfois l’activité planifiée d’un chercheur permet à une région de trouver en quelques années la place qui lui manquait. C’est ainsi que l’histoire du catholicisme dans les Caraïbes est méthodiquement explorée, principalement grâce aux travaux de Philippe Delisle, depuis sa thèse de troisième cycle jusqu’à son habilitation à diriger des recherches30. Ses ouvrages font aussi la démonstration que les séquelles d’un passé tragique marqué par l’esclavage doivent être assumées. L’époque récente est à son tour objet de travaux, en particulier grâce à la thèse de Tatiana Duau pour la période 1912-1972. Tous ces travaux attestent la possibilité d’une histoire dépassionnée sans être complaisante dans des sociétés où la demande de mémoire reste forte.

22L’aire Pacifique ne pouvait être ignorée car elle est peut-être celle qui a été le plus profondément transformée par les missions catholiques ou protestantes. Ces îles ont constitué un lieu d’expérimentation idéal pour la construction des sociétés chrétiennes dont rêvaient les missionnaires. Comme les îles créoles, elles sont un révélateur exceptionnel. Frédéric Angleviel pour Wallis et Futuna, Claire Laux avec l’étude des théocraties des mers du sud, Yannick Essertel à travers la figure atypique de Mgr Pompallier, fondateur de la mission parmi les Maoris, ont donné à la recherche, initiée par des religieux maristes, un caractère universitaire qui devrait se développer grâce à l’activité des universités françaises locales.

  • 31 Jean-Pierre Duteil, Le rôle des jésuites en Chine et au Dai-Viet, de la mort de François-Xavier à (...)
  • 32 Gita Dharampal, Étude sur le rôle des missionnaires européens dans la formation première des idées (...)
  • 33 La thèse de Jean-Marie Julia sur l’abbé Monchanin n’a malheureusement pas eu d’effet d’entraînemen (...)

23Ce rapide bilan révèle aussi des lacunes. Les missions asiatiques restent trop peu étudiées, surtout si l’on pense à leur poids démographique. Quelques thèses ont cependant ouvert la voie au renouvellement et à l’élargissement des connaissances. C’est Alain Forest qui a inauguré une nouvelle historiographie en 1997 avec sa thèse d’État consacrée aux missionnaires du Tonkin et du Siam aux XVIIe et XVIIIe siècles. Dans le cadre moins ambitieux des « nouvelles thèses », les travaux ont longtemps privilégié l’action des jésuites à l’époque moderne (Jean-Pierre Duteil31) avant que le champ ne s’élargisse à l’école catholique dans la République chinoise (Martine Raibaud) et au rôle des jésuites à Taïwan (Alexandre Chen). L’étude des immenses territoires délégués aux MEP, pourtant facilitée par un fonds d’archives accessible parfaitement classé, se limitait jusqu’il y a peu à l’espace tibétain (Laurent Deshayes). Trois thèses fondées sur les archives des MEP (Patary, Ragot, Weber) ont en peu de temps prouvé la fécondité d’une approche des pratiques missionnaires, à travers l’usage des imprimés et des journaux missionnaires pour la Chine, ou à propos de l’histoire dans la longue durée du grand séminaire international de Penang en Malaisie. L’Inde est pratiquement délaissée en dehors d’incursions ponctuelles par ailleurs remarquables32. L’ouverture de l’ancienne Indochine, en particulier du Vietnam, laisse espérer de prochaines initiatives en vue de lancer une étude méthodique du christianisme dans ces pays33.

Nouvelles approches

  • 34 Annie Lenoble-Bart, Afrique nouvelle. Un hebdomadaire catholique dans l’Histoire (1947-1987), Bord (...)
  • 35 En témoignent les actes du colloque du CREDIC Femmes en mission tenu en 1990 et publié par l’Unive (...)
  • 36 Aux thèses citées en annexe (Élisabeth Dufourcq, Geneviève Nemo), s’ajoutent désormais des travaux (...)

24Si l’histoire doit prendre en compte les demandes identitaires, car chaque peuple a plus que jamais besoin de se définir et se situer dans un espace mondialisé, si les histoires particulières des Églises locales sont nécessaires pour construire la communauté des croyants et réfléchir à la place du christianisme dans la nation depuis son introduction par les missions, l’histoire des missions ne peut subordonner ses objectifs aux attentes des nations et des Églises. Elle participe d’une histoire beaucoup plus vaste qui concerne la société dans son ensemble. C’est pourquoi les travaux universitaires s’appliquent à articuler la connaissance des faits missionnaires avec l’interprétation des effets de la mission sous l’angle politique, économique, social et culturel. Certaines études de cas auxquelles nous avons fait référence plus haut ont choisi de privilégier la dimension politique, par exemple les relations entre État colonial, missions chrétiennes et mouvement national au Sénégal (Joseph-Roger de Benoist) ou en Angola (Didier Péclard). Même si elle n’est pas au centre de la démarche, cette approche est nécessairement abordée dans beaucoup de travaux de sciences et d’histoire politiques, et il n’est pas possible de les énumérer. Beaucoup s’interrogent aussi sur le rôle des missions dans l’introduction de la modernité occidentale, par exemple à travers la presse (Annie Bart34). Une tendance lourde tend à donner la priorité à la réception du christianisme d’un point de vue social et culturel. Longtemps reléguée au dernier rang ou réservée à quelques numéros spéciaux des revues missionnaires et missiologiques, l’étude des femmes connaît depuis les années 1990 un profond renouvellement35. Elle n’intéresse pas seulement les historiens de la mission mais tout le courant historiographique qui se rattache à l’histoire du genre. La nouvelle historiographie s’efforce de transcender les cloisonnements anciens et de proposer de nouvelles grilles de lecture36.

Priorité au croisement de l’histoire et de l’anthropologie

25Les thèses soutenues en France par des chercheurs issus des pays de mission sont particulièrement attentives à l’étude des structures sociales et mentales des populations touchées par la mission. Il en résulte un double déplacement. L’histoire des missions doit désormais beaucoup à l’anthropologie et passe du côté des destinataires pour comprendre comment ils ont reçu ou refusé l’offre missionnaire, ce qu’ils ont repris à leur compte et ce qu’ils ont transformé. L’entreprise est difficile parce qu’elle suppose de réunir des sources fiables. Les enquêtes orales ne fournissent pas la réponse à toutes les questions posées et les archives conservées ne témoignent qu’indirectement de la réception autochtone et de l’action des « auxiliaires indigènes ». La reconstruction des mécanismes d’appropriation doit souvent procéder par analogie et se référer à des situations contemporaines, au risque d’anachronismes. Néanmoins, des travaux fondateurs ont démontré la possibilité de mobiliser les outils et les concepts de l’anthropologie pour aller au cœur de l’action des missions et des réactions qu’elles suscitent. Dès 1979, le Canadien Lucien Laverdière avait déplacé le point de vue classique en s’interrogeant sur la perception de la mission et des missionnaires par les populations évangélisées. Mais l’entrée par les représentations a ses limites et ne permet pas d’entrer au cœur des contacts concrets, au quotidien, pour reconstituer et interpréter les logiques qui sont mises en mouvement. Il faut donc que l’historien soit capable d’exploiter des sources multiples et surtout de les lire autrement. La grande thèse consacrée aux missions de Madagascar par Françoise Raison-Jourde est à nos yeux l’exemple le plus abouti et doit servir de référence, même si elle s’intéresse aux missions protestantes. Elle montre comment les archives disponibles – manuscrits, imprimés, chants, iconographie – permettent de reconstituer la trajectoire sociale (deuxième partie) et la trajectoire culturelle (troisième partie) du christianisme à Madagascar.

26Nombreux sont les travaux qui confirment la fécondité du croisement de l’histoire et de l’anthropologie. Le passage par l’anthropologie s’est imposé comme une priorité dans l’étude des sociétés créoles, aux Mascareignes, dans les Antilles, au Brésil, là où le catholicisme joue manifestement un rôle moteur dans la genèse des cultures. Il apparaît comme une évidence aux chercheurs issus des anciens pays de mission qui ont eux-mêmes vécu la tension entre tradition et modernité chrétienne et européenne. Il n’est donc plus envisageable aujourd’hui d’aborder l’action missionnaire sans s’interroger sur la culture des populations christianisées pour comprendre leurs réactions à la mission. Ce travail d’investigation, que les missionnaires faisaient empiriquement dans leurs rapports et leur correspondance (et dont les anthropologues se servent abondamment), suppose de connaître les travaux des ethnologues à propos de l’acculturation. On peut citer pour la recherche francophone les travaux de Jean Benoist sur les sociétés créoles, Jean-François Baré sur le Pacifique, René Bureau, Philippe Laburthe-Tolra et André Mary sur l’Afrique subsaharienne. La thèse soutenue en 2006 par le Congolais (Congo Kinshasa) Flavien Nkay Malu, La chèvre et la croix, prouve la fécondité de cette approche d’autant qu’elle refuse de faire de l’anthropologie un simple préalable à travers la description de la tradition comme état des lieux à la veille de l’arrivée des missionnaires. L’auteur préfère lui consacrer une seconde partie qui met en relation action missionnaire et réaction autochtone. Ce choix présente l’avantage de ne pas figer la tradition des ancêtres dans un passé immobile mais de la montrer à un moment décisif, en train de se réinventer face à l’irruption des missionnaires et de la colonisation. L’exercice est évidemment délicat car il suppose que le chercheur possède une double compétence. Mais il est une bonne manière de compenser le déséquilibre de sources qui, massivement produites par les missionnaires, ont longtemps laissé penser que le missionnaire est le seul ou le principal acteur de la transformation. Toutes les thèses récentes, en particulier celle de Jean-Marie Bouron pour la Haute-Volta et le nord Ghana, soulignent au contraire que son efficacité est dépendante de relais autochtones : chefs, instituteurs, interprètes, catéchistes ; sans compter la part encore trop peu étudiée des femmes, missionnaires ou indigènes, dans le processus de christianisation. En somme, tous ces travaux privilégient les mécanismes de l’appropriation autochtone du christianisme.

La construction des représentations missionnaires

  • 37 Cette voie doit beaucoup aux travaux pionniers des historiens belges, en particulier de Jean Pirot (...)

27Le filon anthropologique peut aussi se décliner du point de vue de la culture des missionnaires et des sociétés qui les envoient. L’étude des représentations missionnaires de l’autre, à travers les périodiques et les correspondances37, a débouché sur une série de travaux de qualité depuis la thèse de Bernard Salvaing en 1980. L’utilisation conjuguée du texte et de l’image, comme l’a pratiquée Frédéric Garan pour la Chine, met en lumière la complexité et l’évolution des représentations diffusées par les milieux missionnaires, bien loin de la vulgate à laquelle certains veulent réduire la vision européenne en s’appuyant sur les seuls zoos humains et les villages indigènes donnés lamentablement en spectacle dans les expositions coloniales. Laurick Zerbini montre de son côté, avec une patience qui commence à porter ses fruits, que les missionnaires ont aussi joué un rôle considérable dans la construction des musées ethnographiques, la perception des arts, qualifiés maladroitement de primitifs puis de premiers, et elle attire notre attention sur ces musées missionnaires menacés de disparition. Une jeune historienne coréenne (Kim) a pour sa part procédé à une relecture des discours missionnaires français en Corée au XIXe siècle. Le succès d’une histoire culturelle tournée vers l’étude des représentations se vérifie donc dans l’histoire des missions. Attentive aux discours produits par le contact des hommes et des cultures, elle souligne la nécessité d’aborder les représentations de l’autre de manière croisée, interactive, comme le démontre Oissila Saaïdia quand elle met en regard la perception de l’islam par les missionnaires catholiques et celle du christianisme par des intellectuels musulmans sunnites.

Diversité nécessaire des approches

28Le courant dominant qui porte les historiens de la mission vers l’histoire culturelle ne doit cependant pas leur faire oublier l’importance d’autres approches inspirées des sciences politiques et de la sociologie. Les combinaisons possibles sont nombreuses. La thèse que Yannick Essertel a consacrée aux missionnaires lyonnais apparaît relativement isolée dans notre panorama. Elle se distingue pourtant nettement du travail du père Joseph Michel par sa méthode et ses perspectives. Elle illustre la possibilité de renouveler des approches classiques grâce à de nouveaux questionnements et aux outils statistiques que fournit l’informatique.

29Le recours à la sociologie aboutit parfois à adopter des lectures en rupture avec l’historiographie commune. La mission peut s’étudier comme une entreprise religieuse qui tente d’occuper un marché concurrentiel. La déréglementation de ce marché, dès lors qu’il est ouvert à toutes les offres religieuses, a été un facteur décisif dans la diffusion du christianisme. Le constater ne signifie pas forcément évacuer la spécificité de la mission chrétienne mais proposer une autre entrée qui met à jour un autre pan de cette histoire. La démonstration en a été faite par la thèse de Giuseppe Buffon consacrée aux franciscains et à la custodie de Terre Sainte. Mais cette tentative reste isolée. De la même manière, la dimension juridique de l’action des missions, exceptionnellement traitée par des historiens du droit, demeure un parent pauvre. Sa prise en compte est pourtant indispensable, pour comprendre les mécanismes de régulation de la compétition entre missions et religions, le rapport des missions aux pouvoirs autochtones ou coloniaux, ou encore les effets du transfert du droit canon chez les catholiques.

Propositions

  • 38 Paul Coulon et Paule Brasseur (dir.), Libermann (1802-1852). Une pensée et une mystique missionnai (...)

30L’histoire des missions comporte le risque de voir l’historien s’en tenir à des études de cas et perdre de vue le système missionnaire global dans lequel les missions s’inscrivent. L’étude des institutions et du système missionnaire qui paraît aux jeunes chercheurs très austère, semble moins attractive. Prendre pour point de départ d’une recherche une société missionnaire reste pourtant une voie qui mérite d’être explorée. Elle implique, à notre sens, d’être attentif à la pensée et à la spiritualité de la congrégation, approche dont Paul Coulon et Paule Brasseur avaient donné l’exemple en 1988 avec le gros ouvrage collectif Libermann, une pensée et une mystique missionnaires38. Pascale Cornuel a confirmé la pertinence de cet intérêt à propos d’Anne-Marie Javouhey. La difficulté réside ensuite dans l’articulation de la mécanique institutionnelle avec le point de vue des acteurs. La solution semble résider dans la mise en évidence des modèles missionnaires qui permettent à un moment donné de traduire dans les faits une théologie et une spiritualité. Car ces modèles ne cessent d’évoluer avec la société et la culture de leur temps. La mission n’est pas hors de la modernité mais bien une dimension de celle-ci, parmi beaucoup d’autres. L’analyse des situations missionnaires a d’ailleurs mis en évidence que l’opposition modernité-christianisme, censée caractériser l’époque contemporaine, occulte à quel point le catholicisme est étroitement lié à cette modernité, y compris quand il la combat. Ce n’est pas un hasard si le milieu du XIXe siècle, l’époque de Libermann et de Lavigerie, fut le moment où la mission comme aventure personnelle (Mgr de Solages à Madagascar) laissa la place à l’aventure planifiée sous l’autorité romaine au sein d’une congrégation. L’utopie s’incarnait pour devenir efficace. Mais en négociant avec le réel, c’est-à-dire la colonisation, elle court les risques de concessions et de confusion inhérents à une telle négociation. C’est pourquoi on doit souhaiter que des travaux, individuels ou collectifs, reprennent et renouvellent l’étude des sociétés missionnaires pour comprendre comment elles naissent puis évoluent, s’adaptent à de nouvelles demandes sociales et contribuent à inventer de nouvelles réponses. Plusieurs colloques récents organisés par les spiritains ou les assomptionnistes ont jeté les jalons de ces histoires particulières. Il leur faut maintenant entrer dans un cadre général qui en propose une interprétation d’ensemble.

  • 39 Claude Prudhomme (dir.), Une appropriation du monde. Mission et missions (XIXe-XXesiècles), Paris, (...)
  • 40 Isabelle Heullant-Donat, Missions impossibles. Essai sur les franciscains et leurs martyrs (XIIIe- (...)

31Longtemps associée au christianisme, l’idée missionnaire a de longue date débordé le domaine religieux. On s’intéresse désormais à la sécularisation progressive du modèle missionnaire, depuis les missions jésuites du XVIe siècle aux missions humanitaires des French doctors, en passant par les missions diplomatiques et scientifiques39. Le moment semble venu de réintégrer définitivement la dimension missionnaire dans l’histoire de la culture européenne. Elle constitue une entrée privilégiée pour analyser le rapport de l’homme occidental à l’autre, la puissance d’attraction exercée par la légitimation de la colonisation au nom de la mission civilisatrice, mais aussi pour comprendre comment cette expérience a été une manière de nouer des liens et a débouché sur la critique des certitudes acquises, fut-ce au prix d’une mauvaise conscience et d’actes de repentance dont on peut discuter la signification profonde. L’idée missionnaire dont une recherche en histoire médiévale a décrit l’émergence du XIIIe au XVe siècle, avant qu’elle puisse s’affirmer tout à fait, est sans aucun doute intimement liée à l’histoire de la pensée européenne40.

32Parallèlement à son inscription dans l’histoire culturelle « globale » de l’Europe (et de l’Amérique du nord), l’histoire des missions catholiques doit enfin assumer son caractère catholique et en tirer les conséquences. Les missions catholiques, depuis 1622 et la fondation de la congrégation romaine Propaganda fide, constituent un système triangulaire dont la compréhension passe par la prise en compte de ses trois dimensions : action de sociétés missionnaires – intervention sur un territoire délimité – reconnaissance de l’autorité de la papauté. L’intérêt des premiers historiens, membres de sociétés missionnaires, s’est porté spontanément sur leurs instituts, pour en faire la promotion plutôt que l’analyse scientifique. Il s’est focalisé ensuite sur l’expérience du terrain missionnaire et la formation des Églises qui s’y sont développées. Les chercheurs ont éprouvé davantage de difficultés à se placer au centre du système, c’est-à-dire à intégrer le rôle de Rome. Sans doute faut-il y voir, pour partie, une tradition intellectuelle française qui sous-estime l’importance du centre romain, le perçoit avant tout comme un juge qui légifère ou qui sanctionne. Beaucoup d’études de cas passent ainsi sous silence le rapport à Rome qui est pourtant essentiel dans la mission catholique. La papauté, à travers la congrégation Propaganda Fide, assure la régulation du système, dispose d’une autorité efficace, même si elle n’est pas absolue. Elle n’a presque jamais l’initiative mais presque toujours le dernier mot parce qu’elle est source de légitimité. Elle n’est pas immobile et sa doctrine missionnaire épouse les évolutions de la base tout en s’appuyant sur le socle d’instructions rédigées dès 1659. Mais observer la mission à partir de Rome, c’est aussi comprendre comment se joue le lien entre mission et politique, notamment dans les relations complexes entre la Propagande et la Secrétairerie d’État, et comment le catholicisme gère son internationalisation progressive. L’enjeu historiographique est donc majeur. L’ouverture des archives vaticanes pour l’entre-deux-guerres devrait stimuler des recherches. Le pontificat de Pie XI (1922-1939), marqué par une série d’initiatives missionnaires décisives, mérite manifestement qu’on y regarde de plus près pour comprendre l’évolution après la Deuxième Guerre mondiale. L’ouverture actuelle des archives de cette période est un appel à s’y plonger.

  • 41 Jean-Marie Mayeur et coll., Histoire du christianisme, t. 13, Crises et renouveau, Paris, Desclée, (...)
  • 42 David Bosch, Dynamique de la mission chrétienne. Histoire et avenir des modèles missionnaires, Par (...)

33Le bilan qu’on peut établir en 2013, comparé à celui que dressait Jean-Claude Baumont en 1975, montre combien, en une génération, l’histoire des missions a changé de statut. À lire le tome 13 de l’Histoire du christianisme41, on voit même qu’elle tend à devenir centrale, reflétant en cela le déplacement du centre de gravité du catholicisme vers les Églises issues de la mission. Maintenant bien installée dans l’histoire universitaire, l’histoire des missions a enfin besoin de synthèses, certes provisoires, mais indispensables car elles permettent d’atteindre un public plus vaste et de susciter des vocations de chercheur. Or, la réforme des thèses a favorisé le développement de recherches ciblées et limitées qui attendent d’être intégrées dans une perspective d’ensemble. Pourtant la richesse des études rend possible une réflexion systématique sur l’histoire de la mission, de son invention, de ses mutations, de ses mises en œuvre, de ses héritages. On attend le pendant historique de la synthèse théologique osée par le Sud-africain David Bosch : Dynamique de la mission chrétienne42. Cet ouvrage s’inscrit en outre dans une vision œcuménique qui oblige l’historien des missions catholiques à s’interroger sur les limites d’une approche confessionnelle, ici catholique, et sur la possibilité d’aboutir à une autre écriture de l’histoire missionnaire prenant en compte la diversité des acteurs. La mise en œuvre d’un tel projet n’est cependant pas aisée si elle ne veut pas se limiter à une juxtaposition de points de vue confessionnels. Pour l’heure, les travaux envisagent de manière ponctuelle la manière dont les différentes missions chrétiennes ont vu les autres missions ou ont été perçues par celles-ci. Et ils tendent à gommer les compétitions qui ont opposé sur le terrain les différents acteurs, d’autant qu’elles semblent aujourd’hui peu acceptables. La reconnaissance de ces différences, jusque dans leur concurrence la plus âpre, paraît pourtant nécessaire pour comprendre comment les missions ont participé sur le terrain à l’élaboration d’identités spécifiques marquées par les adhésions religieuses. Elles constituent aujourd’hui une donnée de la recomposition des sociétés dans de nombreux pays d’Afrique, du Pacifique, parfois d’Asie, et une entrée possible, ce qui ne veut pas dire suffisante, encore moins déterminante, mais sans nul doute nécessaire, pour comprendre certaines évolutions dans le champ politique et social.

Annexes

Annexe

Choix de thèses d’histoire contemporaine soutenues dans les universités françaises depuis 1980. Pour les travaux universitaires entre 1960 et 1980, on se reportera à : Jean Comby, Jacques Gadille, Claude Prudhomme, Bibliographie d’Histoire religieuse contemporaine. Acculturation du christianisme hors d’Europe, Lyon, Université Lyon III, 1981.

Angleviel Frédéric, Wallis et Futuna (1801-1888). Contacts, évangélisations, inculturations, thèse de doctorat, université Montpellier III, 1989.

Astafieva Elena, L’Empire russe et le monde catholique : entre représentations et pratiques (1772-1905), thèse EPHE, 2006, à paraître sous le titre : Entre le tsar et le pape. L’empire russe et le monde catholique (1772-1905).

Babot Christiane, Les missions jésuites et assomptionnistes en Anatolie à la fin de l’Empire ottoman et au début de la République turque, thèse de doctorat, université Strasbourg II, 2000.

Benoist Joseph-Roger, Les Relations entre l’administration coloniale et les missions catholiques au Soudan français et en Haute-Volta de 1885 à 1945, thèse de doctorat d’État, université Paris VII, 1985, publiée par Karthala en 1987 sous le titre Église et pouvoir colonial au Soudan français. Administrateurs et missionnaires dans la boucle du Niger (1885-1945).

Bocquet Jérôme, Le collège Saint-Vincent des pères lazaristes de Damas : l’enseignement français en Syrie (1864-1967), thèse de doctorat, université Paris I, 2002.

Bouyrat Yann, Naissance d’une relation privilégiée dans l’Orient ottoman. Le rapprochement entre la France et les Maronites du Liban (1831-1861), thèse de doctorat, université de Bordeaux, 2011.

Bouron Jean-Marie, Évangélisation parallèle et configurations croisées. Histoire comparative de la christianisation du Centre-Volta et du Nord-Ghana (1945-1960), thèse de doctorat, université de Nantes, 2013.

Cornuel Pascale, Une utopie chrétienne. Mère Javouhey (1779-1851) fondatrice de Mana, Guyane française, thèse de doctorat, université Lumière Lyon II, 2012.

Deau Tatiana, Les diocèses de la Martinique et de la Guadeloupe de la Séparation à « l’émancipation ». Le catholicisme aux Antilles françaises de 1912 à 1972 sous l’administration de la Congrégation du Saint-Esprit, thèse EPHE, 2009.

Delisle Philippe, Renouveau missionnaire et société esclavagiste. La Martinique (1815-1848), thèse de doctorat, université Lyon III, 1995, publiée par Publisud en 1997.

Deshayes Laurent, La mission du Tibet (1846-1952). Des pionniers, des prêtres, des Français entre Chine et Tibet, thèse de doctorat, université de Nantes, 2001.

Drevet Richard, Laïques de France et missions catholiques au XIXe siècle : L’œuvre de la Propagation de la Foi, origines et développement lyonnais (1822-1922), thèse de doctorat, université Lyon II, 2002.

Dufourcq Élisabeth, Une forme de l’expansion française. Les congrégations religieuses féminines hors d’Europe de Richelieu à nos jours. Histoire naturelle d’une diaspora, thèse de doctorat d’État, IEP Paris, 1993, publiée sous ce titre par la Librairie de l’Inde, 1993.

Essertel Yannick, L’aventure missionnaire lyonnaise (1815-1962) de Pauline Jaricot à Jules Monchanin, Paris, Cerf, 2001 (titre original : Lyon et les missions lointaines à l’époque contemporaine 1815-1962)

Essono Mezui Hervé, Église catholique, vie politique et démocratisation au Gabon (1945-1995), thèse de doctorat, université Lyon II, 2006.

Forest Alain, Les missions françaises au Tonkin et au Siam (XVIe-XVIIe siècles). Analyse comparée d’un relatif succès et d’un échec, thèse de doctorat d’État, université Paris VII, 1997, publiée en trois volumes à L’Harmattan, 1998.

Fouellefak Kana épouse Dongmo Célestine Colette, Le christianisme occidental à l’épreuve des valeurs religieuses africaines : le cas du catholicisme en pays bamileke au Cameroun (1906-1995), thèse de doctorat, université Lyon II, 2005.

Garan Frédéric, Itinéraires photographiques, de la Chine aux « Missions catholiques » (1880-1940), thèse de doctorat, université Lyon II, 1999.

Ilboudo Jean, Le christianisme du Moogo (1899-1949). L’ébranlement des structures : un point de vue indigène, thèse 3e cycle, université Lyon II, 1985.

Julia Jean-Marie, L’œuvre missionnaire de l’abbé Jules Monchanin en Inde (1938-1957), thèse 3e cycle, université Lyon III, 1983.

Kim Eun-Young, Le discours des missionnaires français en Corée (1831-1886). Correspondances et relations, thèse de doctorat, EHESS, 2008.

Laux Claire, Les théocraties missionnaires en Polynésie durant le premier XIXe siècle, thèse de doctorat, université Bordeaux III, 1998, publiée aux éditions L’Harmattan, 2000.

Lenoble-Bart Annie, La Presse au Rwanda : production, diffusion et lecture depuis le début du siècle, thèse de doctorat, université Bordeaux III, 1982.

Lupo Pietro, Contribution à l’histoire du catholicisme à Madagascar à la fin du XIXe siècle. L’Église confiée aux laïcs d’après l’histoire-journal de Paul Rafiringa (1894-1895), thèse de doctorat, université Paris I, 1981, publiée par les éditions du CNRS en 1990.

M’Berio Albert, Identité culturelle et enseignement catholique en Centrafrique (1930-1978), thèse de 3e cycle, université Lyon III, 1982.

Mouyoula Prosper, Crises et mutations politiques au Congo-Brazzaville. Radioscopie et interprétation d’une histoire complexe (1946-1996), thèse de doctorat, université Lyon II, 2004.

Muhemu Sibao Sitone Matthieu, Naissance et croissance d’une Église locale (1896/97-1996). Le cas du diocèse de Butembo-Beni au Congo Kinshasa (RDC), thèse de doctorat, université Lyon II, 2006.

Nemo-Lecuir Geneviève, Femmes et vocation missionnaire, permanence des congrégations au Sénégal de 1919 à 1960 : adaptation ou mutation ? Impact et insertion. thèse de doctorat, université Paris I, 1995.

Nkay Malu Flavien, La Croix et la chèvre : les missionnaires de Scheut et les Jésuites chez les Ding orientaux de la République Démocratique du Congo (1885-1933), thèse de doctorat, université Lyon II, 2006.

Ortolland Christelle, Les chrétiens français et l’apartheid en Afrique du Sud (1948-1990), thèse de doctorat, université Lyon II, 2009.

Ouassongo Olivier, Mgr Augouard et les missions catholiques du Congo français de 1878 à 1921, thèse de doctorat, université de Provence, 2002.

Patary Bernard, Homo Apostolicus. La formation du clergé indigène au Collège général des Missions Étrangères de Paris, à Penang (Malaisie), 1808-1968 : institution et représentations, thèse de doctorat, université Lyon II, 2009.

Péclard Didier, État colonial, missions chrétiennes et nationalisme en Angola, 1920-1975 : aux racines sociales de l’UNITA, thèse de doctorat, IEP Paris, 2005.

Prudhomme Claude, La Réunion (1815-1871), un essai de chrétienté, thèse de 3e cycle, université Lyon III, 1980, publiée en partie sous le titre : Histoire religieuse de la Réunion, Paris, Karthala, 1984.

Stratégie missionnaire du Saint-Siège sous le pontificat de Léon XIII. Centralisation romaine et défis culturels, thèse de doctorat d’État, université Lyon III, 1989, publiée (sauf un chapitre) sous ce titre par l’École Française de Rome, De Boccard, 1994.

Ragot-Delcourt Véronique, L’Imprimerie au service de la mission : Les Missions Étrangères et l’Apostolat par le livre (années 1770-1880), thèse de doctorat, université Strasbourg II, 2008.

Raibaud Martine, L’enseignement catholique en Chine sous la République de 1912 à 1949, thèse de doctorat, université Paris VII, 1997.

Raison-Jourde Françoise, Construction nationale, identité chrétienne et modernité. Le premier XIXe siècle malgache, thèse de doctorat d’État, université Lyon III, 1989, publiée sous le titre : Bible et pouvoir à Madagascar au XIXe siècle. Invention d’une identité chrétienne et construction de l’État, Paris, Karthala, 1991.

Ratongavao Charles Raymond, D’une Église missionnaire à une Église locale : l’épiscopat de Mgr Xavier Thoyer de 1936 à 1962 : Fianarantsoa-Madagascar, thèse de doctorat, histoire et théologie, université Lyon III et Facultés Catholiques de Lyon, 1993.

Roussé-Grosseau Christiane, Méthodes d’évangélisation et modèles culturels. Les missions africaines de Lyon au Dahomey (1861-1928), thèse de 3e cycle, université Lyon II, 1989, publiée sous le titre : Mission catholique et choc des modèles culturels en Afrique : l’exemple du Dahomey (1861-1928), Paris, L’Harmattan, 1992.

Saaïdia Oissila, Catholiques et musulmans sunnites, Discours croisés (1920-1950). Approche historique de l’altérité religieuse, thèse de doctorat, université Lyon II, 2001, publiée sous le titre : Clercs Catholiques et Oulémas Sunnites dans la première moitié du XXe siècle. Discours croisés, Paris, Geuthner, 2004.

Saaïdia Oissila, « Entre orient et occident : religions et politiques au XIXe et au XXe siècles », mémoire d’habilitation (HDR), université Lyon II, 2011.

Salvaing Bernard, L’image du noir chez les missionnaires et les voyageurs de la côte des esclaves du pays Yoruba(1841-1891), thèse de 3e cycle, université Paris VII, 1980, publiée sous le titre : Les missionnaires à la rencontre de l’Afrique au XIXe siècle, Paris, L’Harmattan, 1995.

Sene Diegane, Évolution et limites de la christianisation en pays Sérère (1880-1995), thèse de doctorat, université Lyon III, 1997.

Sesmaisons François, Un missionnaire breton en Chine au siècle des missions : Jean de Guébriant (1860-1935), thèse de doctorat, université Paris-IV, 2005.

Thibault Agnès, Rôle et action de l’Église catholique en Guadeloupe après l’abolition de l’esclavage (1848-1911), thèse de doctorat, université Paris VII, 1994.

Turpin Éric, L’Église catholique et les pouvoirs dans le diocèse de Saint-Denis de la Réunion des années 1911 aux années 1970, thèse de doctorat, université de La Réunion, 2010.

Verdeil Chantal, Les jésuites de Syrie. Une mission auprès des chrétiens d’Orient au début des réformes ottomanes (1831-1864), thèse de doctorat, université Paris IV, 2003.

Wang Jiyou Paul, Mise en œuvre en Chine du droit canonique missionnaire : le cas du premier concile chinois de 1924, thèse d’histoire du droit, université Paris XII, 2009.

Weber Anne, Missionnaires et chrétientés en Chine au XVIIIe siècle. L’exemple de la mission du Sichuan (années 1730-1760). Autour du journal du prêtre chinois André Li et de la correspondance missionnaire, thèse de doctorat, université Paris VII, 2010.

Zorn Jean-François, Le grand siècle d’une mission protestante. La Mission de Paris de 1822 à 1914, thèse de doctorat, université Paris-IV, 1992, publiée aux éditions Karthala et Les Bergers et les Mages, 1993.

Zossou Julien, La formation du clergé du Dahomey-Bénin de 1914 à nos jours, thèse de doctorat, université Paris IV, 2011.

Zoungrana Albert, Des communautés nouvelles et la nouvelle évangélisation en Côte d’Ivoire. Fondation et histoire de quatre Communautés Nouvelles, leurs activités de nouvelle évangélisation en Côte d’Ivoire (1970-2002), thèse de doctorat, université de Strasbourg, 2009.

Notes

1 « Il vit le ciel ouvert, et un objet semblable à une grande nappe attachée par les quatre coins, qui descendait et s’abaissait vers la terre » (Actes, 10, 12).

2 Voir la contribution de Jean-Claude Baumont sur « les missions » dans Jean-Marie Mayeur (dir.), L’histoire religieuse de la France (XIXe-XXe siècles). Problèmes et méthodes, Paris, Beauchesne, 1975, p. 137. Sa mise au point ne compte d’ailleurs que sept pages sur un total de 230.

3 Jean Leflon, Eugène de Mazenod, 3 vol., Paris, Plon, 1957.

4 Claude-Hélène Perrot, Les Sotho et les missionnaires européens au XIXe siècle, Dijon, Daronthère, 1970.

5 Guy Duboscq et André Latreille (préface de), Les réveils missionnaires en France au Moyen-Âge à nous jours, Paris, Beauchesne, 1984. On notera le délai de quatre ans entre le colloque et la publication des actes.

6 François Renault, Lavigerie, l’esclavage africain et l’Europe (1868-1892), Paris, De Boccard, 1971.

7 Paul Coulon, François Libermann (1802-1852). Relecture historique et théologique de l’itinéraire d’un fondateur missionnaire, thèse conjointe en histoire des religions, anthropologie religieuse (Université Paris IV) et en théologie (Institut Catholique de Paris), 2001. Ce doctorat porte sur un ensemble de contributions scientifiques.

8 Jean Comby, Deux mille ans d’évangélisation, Paris, Desclée, 1992.

9 Jean Comby (dir.), Diffusion et acculturation du christianisme (XIXe-XXe siècles). Vingt-cinq ans de recherches missiologiques par le CREDIC, Paris, Karthala, 2005.

10 Ibid., p. 681.

11 La liste des principales thèses, en particulier celles dont nous citons l’auteur dans le texte, figure en annexe.

12 Ce paragraphe a été rédigé par Patrick Cabanel que je remercie.

13 Un chiffre : en 1904, la congrégation des Frères des Écoles Chrétiennes (fondée en 1684) compte plus de 15 000 religieux répartis en 1 563 maisons ; plus de 4 000 frères et 400 maisons se trouvent déjà à l’extérieur des frontières.

14 Les sœurs de Saint-Joseph de Cluny et celles de Saint-Joseph de l’Apparition (fondées par Émilie de Vialar), les Frères de l’Instruction Chrétienne de Ploërmel, notamment, ont accompagné de manière presque organique l’expansion coloniale française.

15 Avec une série de monographies publiées de 1922 à 1930 par Letouzey et Ané (« Les grands ordres religieux ») puis de 1929 à 1959 par Grasset (« Les grands ordres monastiques et instituts religieux »).

16 Claude Langlois, Le catholicisme au féminin. Les congrégations françaises à supérieure générale au XIXe siècle, Paris, Cerf, 1984.

17 Sa thèse d’État, Une forme de l’expansion française. Les congrégations religieuses féminines hors d’Europe de Richelieu à nos jours. Histoire naturelle d’une diaspora (IEP, 1993) a été publiée sous ce titre à la Librairie de l’Inde ; condensée dans Les aventurières de Dieu. Trois siècles d’histoire missionnaire française, Paris, Lattès, 1993.

18 Sont déjà parus chez Brepols (Turnhout, Belgique) : Claire Laux (dir.), Les écritures de la mission dans l’outre-mer insulaire (2007) ; Catherine Marin (dir.), Les écritures de la mission en Extrême-Orient. Le choc de l’arrivée (XVIIIe-XXe siècles) ; Chantal Paisant (dir.), La mission au féminin. Témoignages de femmes au fil d’un siècle (1818-1918) (2009) ; pour les Lettres d’exil, voir infra.

19 Christian Sorrel, La République contre les congrégations. Histoire d’une passion française (1899-1904), Paris, Cerf, 2003 ; Jacqueline Lalouette et Jean-Pierre Machelon (dir.), 1901. Les congrégations hors la loi ?, Paris, Letouzey et Ané, 2002.

20 Missions Étrangères de Paris, Spiritains, Pères blancs, Missions Africaines de Lyon...

21 Patrick Cabanel et Jean-Dominique Durand (dir.), Le grand exil des congrégations religieuses françaises (1901-1914), Paris, Cerf, 2005 ; Patrick Cabanel (dir.), Lettres d’exil (1901-1909). Les congrégations françaises dans le monde après les lois laïques de 1901 et 1904, Turnhout, Brepols, 2008.

22 Dans des travaux menés principalement par Jean-Marc Delaunay pour la première, par Guy Laperrière pour le second ; bibliographie dans Patrick Cabanel, « Les congrégations religieuses », Benoît Pellistrandi (dir.), L’histoire religieuse en France et en Espagne, Madrid, Casa Velazquez, 2004, p. 249-269.

23 Nous laissons de côté l’Amérique bien qu’elle ait été l’objet de thèses importantes.

24 Les chrétiens du Proche-Orient au temps de la Réforme catholique, Rome, EFR, 1994.

25 Vue d’ensemble dans Bernard Holzer (dir.), L’aventure assomptionniste, Lyon, Recherches assomptionnistes, 2006.

26 Dans l’ordre chronologique et pour les années récentes : Bernard Delpal, Bernard Hours et Claude Prudhomme (dir.), France-Levant, De la fin du XVIIe siècle à la Première Guerre mondiale, Paris, Geuthner, 2005 ; Jean-Pierre Luizard (dir.), Le choc colonial et l’Islam. Les politiques religieuses des puissances coloniales en terre d’islam, Paris, La Découverte, 2006 ; Voisinages fragiles. Les relations interconfessionnelles dans le Sud-Est européen de la Méditerranée orientale (1854-1923). Contraintes locales et enjeux internationaux, Athènes, EFA, (à paraître).

27 Patrick Cabanel (dir.), Une France en Méditerranée. Écoles, langues et cultures françaises (XIXe-XXe siècles), Grâne, Creaphis, 2006.

28 Bruno Hübsch (dir.), Madagascar et le christianisme. Histoire œcuménique, Paris, Karthala, 1993.

29 Didier Colson, L’Église à l’Ile Maurice. Une Église en Ile de France (1640-1895), thèse de 3e cycle, Université Paris IV, 1983.

30 Il n’est pas le seul mais sa recherche a pu se développer dans le temps grâce à son statut universitaire.

31 Jean-Pierre Duteil, Le rôle des jésuites en Chine et au Dai-Viet, de la mort de François-Xavier à la dissolution de la compagnie de Jésus (1552-1773), thèse de doctorat, Université Paris I, 1993, publiée sous le titre : Le mandat du ciel. Le rôle des jésuites en Chine, Paris, Arguments, 1994.

32 Gita Dharampal, Étude sur le rôle des missionnaires européens dans la formation première des idées sur l’Inde, thèse de 3e cycle, Université Paris III, 1980. On trouvera une liste des travaux universitaires dans Catherine Clémentin-Ojha (dir.), Renouveaux religieux en Asie, Paris, EFEO, 1997, p. 243-246.

33 La thèse de Jean-Marie Julia sur l’abbé Monchanin n’a malheureusement pas eu d’effet d’entraînement. L’action des missionnaires est soulignée par Laurent Burel, Le contact protocolonial francovietnamien en Centre et Nord Vietnam (1856-1883), Université Paris VII, 1997.

34 Annie Lenoble-Bart, Afrique nouvelle. Un hebdomadaire catholique dans l’Histoire (1947-1987), Bordeaux, MSH Aquitaine, 1996.

35 En témoignent les actes du colloque du CREDIC Femmes en mission tenu en 1990 et publié par l’Université Jean Moulin de Lyon en 1991 (diffusion Karthala).

36 Aux thèses citées en annexe (Élisabeth Dufourcq, Geneviève Nemo), s’ajoutent désormais des travaux marqués par l’influence de l’histoire du genre déclinée en France (Pascale Cornuel pour Mère Javouhey à Mana ; Isabelle Denis pour les sœurs de Cluny à Mana) et dans l’historiographie américaine (présentation par Sarah A. Curtis (dir.), Histoire et Missions chrétiennes, 2010, no 16, « L’autre visage de la mission : les femmes » et dans Anne Cova et Bruno Dumons (dir.), Femmes, genre et catholicisme. Nouvelles recherches, nouveaux objets (France, XIXe-XXe siècles), Lyon, Chrétiens et Sociétés, Documents et Mémoires no 17, 2012).

37 Cette voie doit beaucoup aux travaux pionniers des historiens belges, en particulier de Jean Pirotte.

38 Paul Coulon et Paule Brasseur (dir.), Libermann (1802-1852). Une pensée et une mystique missionnaires, Paris, Cerf, 1988.

39 Claude Prudhomme (dir.), Une appropriation du monde. Mission et missions (XIXe-XXe siècles), Paris, Publisud, 2004.

40 Isabelle Heullant-Donat, Missions impossibles. Essai sur les franciscains et leurs martyrs (XIIIe-XIVe siècles), mémoire d’habilitation (HDR), université Lyon II, 2006.

41 Jean-Marie Mayeur et coll., Histoire du christianisme, t. 13, Crises et renouveau, Paris, Desclée, 2000.

42 David Bosch, Dynamique de la mission chrétienne. Histoire et avenir des modèles missionnaires, Paris-Karthala, Lomé-Haho, Genève-Labor et Fides, 1995.

© Presses universitaires de Rennes, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540