Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le catholicisme en chantiers

 | 
Bruno Dumons
, 
Christian Sorrel

Troisième partie. Institutions et pratiques

L’Église catholique comme organisation

Jean-Pierre Moisset

Texte intégral

  • 1 Michel Offerlé, Les partis politiques, Paris, PUF, 2008 (1re éd. 1987).
  • 2 Danièle Hervieu-Léger, Le pèlerin et le converti. La religion en mouvement, Paris, Flammarion, 199 (...)
  • 3 Jacqueline Lalouette, La République anticléricale (XIXe-XXesiècles), Paris, Le Seuil, 2002, p. 363 (...)
  • 4 Bruno Ballardini, Jésus lave plus blanc. Ou comment l’Église catholique a inventé le marketing, Pa (...)

1Est-il encore possible de penser une activité humaine en dehors d’un marché ? Avec le champ lexical associé (entreprise, concurrence, offre, demande, produit, etc.), la grille de lecture empruntée au monde mercantile a conquis depuis les années 1980 beaucoup de... parts de marché. La science politique l’utilise pour mieux comprendre l’activité des partis1. L’univers religieux lui-même n’est pas indemne : étant donnée la mobilité contemporaine des itinéraires des croyants2, des expressions telles que « marché religieux » ou « marché des croyances » se sont banalisées. Le phénomène est distinct de la vieille rhétorique anticléricale, laquelle stigmatisait pêle-mêle la « boutique » catholique, les « marchands de messe » et autres « marchands d’eau bénite3 ». Non que le genre ait disparu. Au contraire, il subsiste et il se renouvelle, par exemple depuis l’Italie où un publicitaire et médiologue a rédigé récemment un pamphlet réduisant l’histoire de l’Église catholique à une vaste entreprise de marketing4. Ce qui est nouveau, c’est l’extension d’un type de questionnement intellectuel usant de la métaphore du marché pour mieux comprendre les réalités sociales. L’intention polémique s’y efface devant la finalité heuristique, à moins que ce ne soit devant le simple effet de mode. Serait-il donc pertinent de s’interroger sur « l’entreprise catholique » ? Ne serait-ce pas céder à la tentation du réductionnisme marchand ? Cela ne reviendrait-il pas à mettre sur un même plan toutes sortes d’organisations religieuses, que leurs membres soient personnellement désintéressés ou qu’ils ne le soient pas (à l’instar des pasteurs de la jeune Église pentecôtiste brésilienne Renascer em Cristo dont la rémunération dépend des sommes qu’ils collectent) ? Pour ces différentes raisons, il nous paraît préférable d’envisager l’Église catholique comme une « organisation », plutôt que comme une « entreprise ».

2À l’instar d’un parti politique, d’un syndicat, d’une association, d’une administration, ou d’une entreprise, l’Église catholique est une organisation. Elle aussi se donne des objectifs à atteindre, et pour cela elle divise le travail en fonctions spécialisées, elle suit des règles de fonctionnement et elle obéit à une hiérarchie. Comme n’importe quelle organisation, elle dispose de ressources humaines et matérielles, met en œuvre une stratégie, exerce un pouvoir, connaît des conflits, sécrète des usages, entre en communication avec son environnement. Elle est donc susceptible de faire l’objet des mêmes investigations que n’importe quelle organisation afin de mettre à jour son fonctionnement interne et ses relations avec la société englobante. Naturellement, son activité quotidienne est soumise à une finalité supérieure : l’évangélisation. Cela étant, la dimension organisationnelle de l’Église catholique ne saurait être dédaigneusement repoussée pour cette raison. L’Église catholique en France, ce sont aussi des revenus, un patrimoine, des salariés et des bénévoles, une masse de contributeurs anonymes sans lesquels elle ne pourrait vivre, un mode de fonctionnement interne spécifique, des usages, etc. Les historiens du catholicisme se sont interrogés sur ces questions, mais, comme nous le verrons, de manière très inégale. Les questionnements venus de l’histoire des entreprises, de la sociologie des organisations ou de la sociologie du travail ont beaucoup à nous apprendre sur l’Église catholique depuis deux siècles. Aussi ferons-nous le point sur les acquis récents et les perspectives de la recherche en examinant successivement la question de l’argent, puis celle du patrimoine, et pour finir celle du travail.

L’argent

3Le rapport à l’argent est nécessairement délicat pour une institution tiraillée entre la dénonciation biblique de l’argent qui corrompt et la nécessité de disposer de moyens pour annoncer l’Évangile. Si saint François d’Assise refusait de toucher de l’argent, les évêques ont veillé à ce que leurs diocèses n’en manquent pas. Ainsi, le financement de l’institution a pu être assuré. Il constitue un premier objet d’enquête, tandis que les réalités ecclésiales dévoilées par la circulation de l’argent en sont un autre.

Le financement de l’institution

  • 5 Francis Messner, Le financement des Églises. Le système des cultes reconnus (1801-1983), Strasbour (...)
  • 6 Jean-Pierre Moisset, Les biens de ce monde. Les finances de l’Église catholique au XIXesiècle dans (...)
  • 7 Thierry Blot, Reconstruire l’Église après la Révolution. Le diocèse de Bayeux sous l’épiscopat de (...)
  • 8 Un exemple : Françoise Bayard, « Les comptes de la fabrique à Saint-Genis-l’Argentière (1863-1906) (...)
  • 9 Marius Faugeras, « Un aspect local de la question romaine : l’aide nantaise au Saint-Siège (1860-1 (...)
  • 10 Jean-Luc Marais, Histoire du don en France de 1800 à 1939. Dons et legs charitables, pieux et phil (...)
  • 11 Brigitte Basdevant, « Le Conseil d’État et les suppressions de traitements ecclésiastiques sous la (...)
  • 12 Jean-Michel Leniaud (dir.), Le budget des cultes, Paris, École des Chartes, 2007.

4L’originalité du financement du culte catholique au XIXe siècle réside dans sa double source, publique et privée. Sur le plan juridique, l’analyse de la législation et de la jurisprudence accomplie par Francis Messner fournit les repères indispensables pour s’aventurer dans l’histoire des finances de l’Église catholique jusqu’en 1905, et au-delà pour l’Alsace et la Moselle5. Sur le plan strictement historique, les financements du culte dans les paroisses et les diocèses ont été étudiés localement. Par exemple dans le cadre du diocèse de Paris6, ou à l’occasion d’une plongée dans la réorganisation d’un diocèse sur les décombres nés de la Révolution7, ou bien pour une paroisse donnée8. Les financements destinés au culte sont complétés par des collectes spécifiques, au bénéfice du Saint-Siège notamment9. Sur le plan national, Jean-Luc Marais a rédigé une étude sur le don qui prend en compte sa dimension religieuse10. Au sein des financements publics l’élément le plus visible et le mieux connu est le budget des cultes. Les conflits auxquels il donna lieu ont retenu l’attention des chercheurs, en particulier les suspensions de traitement destinées à sanctionner certains comportements cléricaux11. Une journée d’études a permis de faire le point sur d’autres aspects de la question, et il à noter que la publication des actes de cette journée s’accompagne d’une très utile reproduction en fac-similé du livre que rédigea sur le sujet un haut fonctionnaire de la direction des cultes sous le Second Empire12.

  • 13 Mathilde Guilbaud, L’Église catholique et la loi de séparation dans les diocèses de Meaux et de Ve (...)
  • 14 François-Xavie Stasse, Essai sur les finances de l’Église de France, thèse pour le doctorat ès sci (...)
  • 15 Jean-Pierre Moisset, « Aspect des finances diocésaines en France au XXe siècle », Cristianesimo ne (...)
  • 16 Kristell Loussouarn, « Les finances de l’Église : l’évolution économique du diocèse de Quimper et (...)
  • 17 Praxis juridique et religion a paru de 1984 à 2000 : Pierre Compagnon, « La fiscalité d’un diocèse (...)
  • 18 Catherine Maurer, Le modèle allemand de la charité. La Caritas de Guillaume II à Hitler, Strasbour (...)

5Après la séparation des Églises et de l’État, la donne financière change brutalement. Dans sa thèse récente, Mathilde Guilbaud consacre un chapitre étoffé à ces questions dans les diocèses de Meaux et Versailles13. Elle y montre comment s’opère le passage du traitement public au denier du clergé, lequel accentue les différences entre diocèses, et elle apporte un éclairage sur les caisses noires et l’usage de comptes bancaires à l’étranger par crainte de l’État « spoliateur ». D’autres études sur les placements, la dissimulation, la mobilisation de réseaux de confiance (notaires, banquiers...), seraient éclairantes. D’une manière générale, rares sont les travaux portant sur les finances de l’Église catholique au XXe siècle, surtout une fois passées les quelques années de transition consécutives au vote de la loi de 1905. Une thèse de sciences économiques étudie la situation nationale en 1973 à partir d’un échantillon de huit diocèses et de quelques exemples paroissiaux14. Un article fait le point et livre quelques résultats empruntés au cas parisien15. Des vues partielles existent dans des études locales16. Par ailleurs, le programme de recherche sur les finances des Églises développé par des canonistes strasbourgeois dans les années 1990 a débouché sur la parution de plusieurs articles dans la revue Praxis juridique et religion. Ces parutions qui abordent l’état du droit et suggèrent des évolutions en la matière sont également riches d’informations sur les aspects pastoraux et ecclésiologiques de la question financière17. Il faudrait poursuivre l’investigation portant sur la manière dont les évêchés et les institutions caritatives ont renouvelé leurs méthodes de financement au XXe siècle ; à titre de comparaison, la Caritas allemande s’est lancée dans diverses activités profanes engendrant des revenus18. En France, les Chantiers du Cardinal ont montré une voie de l’innovation dès 1931-1932 avec une campagne par voie d’affiches et un emprunt public, bien avant que ne soit lancée en 1976 la première campagne nationale en faveur du denier du culte.

  • 19 Pierre Compagnon, La vie matérielle de l’Église de France : le cas du diocèse de Saint-Claude, mém (...)
  • 20 Isabelle Jonveaux, Le monastère au travail. Le Royaume de Dieu au défi de l’économie, Paris, Bayar (...)
  • 21 En Belgique, un programme de recherche commun au KADOC de la Katholieke Universiteit Leuven et à l (...)
  • 22 Guy Bédouelle, « Comment Lacordaire a-t-il financé ses fondations dominicaines ? », Guy Bédouelle (...)
  • 23 Bernard Delpal, Le silence des moines. Les trappistes au XIXesiècle, France, Algérie, Syrie, Paris (...)

6Ce n’est pas un hasard si cette campagne visant à faire augmenter la collecte du denier coïncide avec la phase de turbulence financière dans laquelle entre l’Église catholique pendant les années 1970. En l’absence d’un accès à la comptabilité des associations diocésaines pour une période aussi récente, il est difficile de savoir dans quelle mesure ces dernières font face à leurs échéances en sacrifiant leurs actifs. Des éléments de réponse sont tout de même à glaner dans les sources imprimées, lesquelles commencent à être diffusées à partir de cette période précisément. Pour les années 1980, seul un mémoire portant sur le diocèse de Saint-Claude est fondé sur des éléments comptables auxquels l’auteur, salarié du diocèse, a eu accès19 : on y relève en particulier la croissance du portefeuille de l’association diocésaine et sa gestion pragmatique. Quant à l’économie monastique contemporaine, elle vient de faire l’objet d’une thèse de sociologie20 mais son histoire reste largement méconnue en France21. Guy Bedouelle s’est demandé comment Lacordaire était parvenu à financer la restauration de l’ordre des Frères prêcheurs en France, ce qui lui a permis de constater le rôle essentiel du travail de prédicateur de ce point de vue aussi : droits d’auteur, honoraires des prédications, et divers avantages (souscriptions, prêts ou dons avantageux) liés à son crédit spirituel. Toutefois, l’auteur concède qu’il faut aller plus loin à partir d’un dossier très complet conservé aux archives de la Province dominicaine de France22. Ce type de recherche en vaut la peine car l’économie monastique est en interaction avec les autres activités des moines et des moniales. À travers l’exemple trappiste, Bernard Delpal23 montre ainsi que la chocolaterie lancée par dom Chautard affaiblit l’observance au tournant du XIXe et du XXe siècle, favorisant les relations avec les séculiers et faisant reculer le silence. Au bout du compte, c’est l’équilibre de la communauté religieuse qui est menacé par la recherche du profit. Les logiques de l’approvisionnement, de la production et de la vente ne sont pas déconnectées du reste de la vie au monastère.

L’argent au cœur des réalités ecclésiales

  • 24 Nicolas de Brémond d’Ars, Dieu aime-t-il l’argent ? Don, piété et utopie sociale chez les catholiq (...)

7L’enjeu financier dépasse la seule question du financement. La circulation de l’argent fait l’objet de discours et de pratiques qui informent sur les aspects concrets et symboliques du catholicisme, ce que les travaux de Nicolas de Brémond d’Ars illustrent pour la sociologie24. La perception et la répartition de l’argent touchent à la liturgie, à la pastorale, à l’ecclésiologie, à la géographie religieuse, aux dévotions, plus ou moins lucratives pour le clergé, et plus ou moins sources de sacrifices financiers pour les fidèles.

  • 25 André Gueslin, « Les caisses rurales au service de l’Église catholique de France ?, XIXe-XXe siècl (...)
  • 26 Bernard Laurent, L’enseignement social de l’Église et l’économie de marché, Paris, Parole et silen (...)
  • 27 Jacques Julliard, L’argent, Dieu et le diable. Péguy, Bernanos, Claudel face au monde moderne, Par (...)
  • 28 Jean-Pierre Moisset, « L’information financière dans l’Église catholique depuis les années 1950 : (...)

8Étant donné le péril que Mammon fait courir au chrétien, le clergé n’ignore pas la question de l’argent. Il possède sa propre culture sur le sujet et la fait évoluer. Ainsi, l’antique condamnation du prêt à intérêt fut progressivement aménagée avant que le clergé ne se lance dans l’établissement de caisses rurales confessionnelles à la fin du XIXe siècle25, et tout récemment dans le fonds d’investissement Ethica proposé aux associations diocésaines depuis 2008. Ce genre d’ajustements ne modifie pas en profondeur une pensée économique caractérisée par une longue dénonciation de la domination de la sphère marchande au détriment de l’homme26. Les grands écrivains catholiques ne furent pas en reste pour vitupérer le règne de l’argent27. Paradoxalement, si les ravages de l’argent séducteur ont beaucoup fait parler d’eux dans l’Église catholique, cette institution est restée muette sur son propre argent jusqu’aux années 1970. Le voile pudique longtemps jeté sur ce sujet n’est pas sans lien avec une certaine conception de l’Église28. Il y aurait certainement beaucoup à découvrir en entreprenant cette histoire du rapport de l’Église catholique à l’argent où se mêlent doctrine, ecclésiologie, mémoire des spoliations réelles ou supposées, soutien à des réalisations concrètes (mutuelles...), et préoccupations financières.

  • 29 Michel Lagrée, Religion et cultures en Bretagne (1850-1950), Paris, Fayard, 1992, p. 107-117 et fi (...)
  • 30 Michel Lagrée, « Le versement des diocèses français à l’Œuvre de la Propagation de la Foi », Marce (...)
  • 31 Daniel Moulinet, « Un test de dynamisme pastoral : l’évolution des ressources de l’Œuvre des sémin (...)
  • 32 Pierre Foucault, « La générosité financière du clergé au XIXe siècle : l’exemple sarthois », Berna (...)
  • 33 Ludovic Laloux, Passion, tourment ou espérance ? Histoire de l’apostolat des laïcs en France depui (...)

9La circulation monétaire dans l’institution ecclésiale permet également de faire ressortir l’intensité de certains phénomènes religieux. Après d’autres (comme Gérard Cholvy pour le diocèse de Montpellier), Michel Lagrée s’en est servi pour affiner la géographie religieuse bretonne29 et nationale30. Son étude des versements à l’Œuvre de la Propagation de la Foi lui a permis de retrouver la vitalité catholique du môle de l’Ouest et de la diagonale qui court du Pays basque à la frontière du Nord-Est. Daniel Moulinet, quant à lui, a utilisé les comptes de l’Œuvre des séminaires du diocèse de Moulins sous le long épiscopat de Mgr de Dreux-Brezé (1850-1893) pour chercher dans quelle mesure le souci des clercs a été partagé par l’ensemble du peuple catholique ; en sont surtout ressortis les sacrifices personnels de l’évêque et l’implication des châtelains31. Les choix financiers indiquent des priorités, personnelles ou pastorales. Ils apparaissent dans des documents aussi divers que les testaments des ecclésiastiques32 ou les subventions épiscopales, lesquelles ont favorisé à une époque récente les mouvements d’Action Catholique33.

  • 34 Natalie Malabre, Le religieux dans la ville du premier XXesiècle. La paroisse Notre-Dame Saint-Alb (...)
  • 35 Luc Perrin, Paris à l’heure de Vatican II, Paris, L’Atelier, 1997, p. 63-66 et 194-199.
  • 36 Citation rapportée par Émile Poulat au cours d’un entretien, le 2 mars 2007.

10L’organisation financière catholique, longtemps marquée par l’opacité et l’inégalité, fut contestée et transformée par quelques précurseurs tels l’abbé Laurent Remillieux (1882-1949) dans sa paroisse populaire de la périphérie lyonnaise ; encore que la vision du « petit prêtre qui avait vaincu l’argent » était encombrée par un certain légendaire que Natalie Malabre a dissipé34. Il faut attendre la génération suivante pour que la réforme financière se mette en place comme un élément des mutations du catholicisme contemporain, ce dont Luc Perrin a souligné la signification pour le cas parisien35. Par la suite, ce sont les méthodes et les personnels venus du monde de l’entreprise qui ont pénétré les évêchés et rendu caduc ce temps où, à Paris, Mgr Pierre Giraud (1921-2006) recueillait du directeur du temporel un constat tiré de l’expérience : « Mon cher ami, la comptabilité d’un diocèse se tient avec un crayon et une gomme36. »

  • 37 Claude Prudhomme, « L’argent des missions et les enjeux de pouvoir », Michel Aubrun (dir.), Entre (...)
  • 38 Le cas du républicain Francisque Bouvet qui s’estima personnellement victime par la faute d’un con (...)
  • 39 Yvan Daniel, La religion est perdue à Paris... Lettres d’un vicaire parisien à son archevêque en d (...)

11L’aggiornamento financier des années 1960-1970 fut une réaction contre l’opacité et l’inégalité qui sévissait dans l’administration de l’argent. C’est dire que l’Église catholique, comme n’importe quelle organisation, n’est pas épargnée par les rapports de force, les litiges, les frustrations. Les luttes en vue du contrôle des dons catholiques pour des motifs nationaux ont marqué l’histoire de l’Œuvre de la Propagation de la Foi37 comme les luttes idéologiques ont laissé des traces dans celle du CCFD. L’accusation de captation d’héritage38 est non seulement un thème littéraire présent dans Le Juif errant mais encore un motif de recours en annulation de la part des héritiers s’estimant lésés, donc une source d’archives judiciaires. Le mécontentement du clergé subalterne contre les inégalités de revenu n’a donné lieu qu’à des mémoires plus ou moins anonymes dont certains ont fait l’objet d’une publication39. Longtemps encore les diocèses, les paroisses, les ecclésiastiques et les fidèles ne furent pas logés à la même enseigne. L’inégalité fut constitutive de l’organisation financière catholique jusqu’aux années 1960, depuis la tarification des cérémonies pour les fidèles jusqu’aux contrastes entre diocèses riches et pauvres que favorisait leur quasi étanchéité. Sur toutes ces questions, des mesures et des typologies seraient éclairantes. La tentation de l’argent entrava aussi des dynamiques pastorales et paroissiales. Des redécoupages paroissiaux se heurtèrent à la résistance des fabriques dont le ressort devait être amputé. D’une manière générale, les tensions occasionnées par la perception d’argent dans les diocèses sont un révélateur des pesanteurs et des blocages de l’institution.

Le patrimoine

  • 40 Philippe Boutry, « Le clocher », Pierre Nora (dir.), Les lieux de mémoire, III, Les France, 2, Par (...)
  • 41 Émile Poulat, Notre laïcité publique. « La France est une République laïque », Paris, Berg Interna (...)

12L’Église catholique est propriétaire, affectataire ou locataire de biens temporels qui lui servent principalement à rendre un culte à Dieu, à former et loger son clergé, à permettre ses activités apostoliques et caritatives auprès des hommes et des femmes. L’omniprésent clocher, associé à l’identité des villes et des villages de France40, est l’élément le plus visible de cet ensemble de biens ; à l’opposé, les placements financiers des associations diocésaines représentent la part invisible d’un ensemble caractérisé par son hétérogénéité et sa complexité. Émile Poulat a rappelé combien la propriété des lieux de culte elle-même est beaucoup moins simple qu’on ne le dit généralement41. Juridiquement complexe, la question est aussi obscurcie par les effets des disputes d’ordre matériel ayant opposé l’Église et l’État, lesquelles ont engendré du côté catholique des stratégies de dissimulation utilisant toutes les ressources du droit. D’où des zones d’ombre.

Les biens sacrés

  • 42 Frank Debié et Pierre Vérot, Urbanisme et art sacré. Une aventure du XXesiècle, Paris, Critérion, (...)
  • 43 Jacques Benoist, Le Sacré-Cœur de Montmartre de 1870 à nos jours, Paris, Éditions Ouvrières, 1992  (...)
  • 44 Revue d’Histoire de l’Église de France, numéro spécial « La construction des lieux de culte du Moye (...)
  • 45 Jean-Michel Leniaud, Les cathédrales au XIXesiècle, Paris, Economica, 1993.
  • 46 Chantal Bouchon, Ces églises du XIXesiècle, Amiens, Encrage, 1993.
  • 47 Jean-Michel Leniaud, La révolution des signes. L’art à l’église (1830-1930), Paris, Cerf, 2007.
  • 48 Jean-Michel Leniaud, « Les constructions d’églises sous le Second Empire : architecture et prix de (...)
  • 49 Arlette Auduc, « Une difficile construction d’église en banlieue : l’exemple de Sainte-Marthe des (...)
  • 50 Jeannine Charon-Bordas, Les sources de l’histoire de l’architecture religieuse aux Archives nation (...)

13Avec les historiens, les spécialistes d’autres disciplines ont profondément renouvelé nos connaissances sur les lieux de culte depuis les années 197042. Ne pouvant énumérer les nombreuses publications qui traitent de l’histoire d’un édifice cultuel ou des édifices d’une localité, nous nous contenterons de quelques références43. Sur un plan plus général, deux journées d’études ont porté sur la construction des lieux de culte du Moyen Âge à nos jours44, avec une large place pour le XIXe siècle. En 1993, deux synthèses sur la même période ont paru. La première explore le monde des cathédrales45 et la seconde fait le point sur les constructions d’églises46. Cette dernière synthèse est utilement complétée depuis peu par un livre rassemblant une trentaine d’études de Jean-Michel Leniaud47. L’attention particulière portée au XIXe siècle s’explique par le formidable élan constructeur de l’époque ainsi que par le rôle clef joué par les pouvoirs politiques locaux et nationaux. L’argent a beaucoup compté dans cette histoire, y compris du point de vue architectural puisque c’est l’argument financier qui a permis au néo-gothique de s’imposer aux dépens du néo-classique48. Et c’est l’absence croissante de soutien public sous la IIIe République qui a obligé à repenser l’effort de construction en mobilisant davantage les fidèles, à Pantin par exemple49, ce qui préparait la transition avec le siècle suivant. Il est à noter que cette histoire des églises sous le régime des cultes reconnus a engendré d’abondantes archives publiques qui ne se limitent pas à la sous-série F19, comme le rappelle opportunément un répertoire des sources disponibles aux Archives Nationales50.

  • 51 Michel Brisacier, « L’implantation des lieux de culte dans le diocèse de Paris (1871-1980) », Cahi (...)
  • 52 Olivier Chatelan, L’Église et la ville. Le diocèse de Lyon à l’épreuve de l’urbanisation (1954-197 (...)
  • 53 Nos propres travaux de recherche portent actuellement sur ce sujet.
  • 54 Jacqueline Lalouette et Christian Sorrel (dir.), Les lieux de culte en France (1905-2008), Paris, (...)
  • 55 Fañch Roudaut (dir.), Quel avenir pour nos églises ?, Brest, CRBC, 2005.

14En ce qui concerne le XXe siècle, l’effort de construction est soutenu par le développement des villes. La capitale hypertrophiée du pays est au premier rang51, mais les diocèses des grandes villes sont touchés à leur tour lorsque le formidable développement urbain des Trente Glorieuses symbolisé par le décret sur les ZUP de 1958 pousse à mettre en place de véritables politiques de construction d’églises. Olivier Chatelan s’est saisi du cas lyonnais, exemplaire52. Il reste à poursuivre l’exploration sur ce sujet qui ouvre sur la construction des communautés paroissiales, par la solidarité des fidèles qui bâtissent et qui s’ingénient à trouver des moyens pour financer la construction. Le sujet touche aussi à l’évolution de la laïcité. En effet, les pouvoirs publics ont choisi de faciliter la construction de lieux de culte en concédant diverses facilités à l’Église catholique (et aux autres cultes)53. Par exemple, la location par bail emphytéotique de terrains municipaux pour y édifier les églises du cardinal Verdier. Autres exemples, les dispositions fiscales et financières adoptées sous le gouvernement de Michel Debré (1959-1962), ou plus récemment le coup de pouce donné par Jack Lang en faveur de la cathédrale d’Évry. Il reste aussi à s’interroger sur les mutations en cours : l’effondrement de la construction vers 1970 puis les désaffectations ; la diversification des usages des lieux de culte ; le passage d’un lieu vécu comme habité par la présence de Dieu à un lieu presque comme un autre. Aujourd’hui, le sort incertain du patrimoine cultuel d’une part, et les interrogations sur la laïcité d’autre part soutiennent l’intérêt des citoyens, des pouvoirs publics, et finalement de l’historio-graphie, pour le sujet. En témoignent un colloque récent qui s’est donné pour objet les lieux de culte depuis la Séparation des Églises et de l’État54, ainsi que la collaboration québéco-bretonne sur le devenir d’un héritage de plus en lourd à assumer pour les communautés55.

Les biens profanes

  • 56 Séverine Blenner, L’évêque en son palais. Recherches sur les palais épiscopaux en France à l’époqu (...)
  • 57 Paul Airiau, « Les séminaires diocésains français (1880-1914) », Revue d’Histoire de l’Église de F (...)
  • 58 Jacques Bouquet, 1905, la séparation des Églises et de l’État dans le diocèse de Poitiers (1905-19 (...)

15Les biens autres que les églises ont moins retenu l’attention. Séverine Blenner a comblé une lacune historiographique en retraçant l’histoire du palais épiscopal et de ses usages au XIXe siècle, en s’appuyant sur des exemples choisis dans les provinces ecclésiastiques de Paris, Tours et Rouen ; son travail permet aussi de mieux connaître les revenus des évêques, en particulier la mense épiscopale56. S’agissant du XXe siècle, l’histoire des évêchés reste à écrire. Celle des séminaires petits et grands est surtout connue sous l’angle de la formation cléricale et de la vie quotidienne, quoique Paul Airiau ait fait une place à l’incertitude matérielle qui s’ouvre avec les années 188057. Les presbytères constituent un monde divers, complexe, soumis comme les palais épiscopaux et les séminaires aux turbulences des années 1906-1907 lorsque l’Église doit quitter les locaux qui lui avaient été remis. Cet épisode est traité localement, par exemple par J. Bouquet pour l’exemple poitevin. Outre la crise des Inventaires et l’établissement du denier Saint-Hilaire en remplacement des traitements publics, l’auteur y analyse les tensions suscitées par la question du logement clérical ainsi que la dévolution des biens ecclésiastiques placés sous séquestre58. Sur ces questions, les archives publiques elles-mêmes sont loin d’avoir révélé tous leurs secrets. Qu’on songe aux inventaires des biens des établissements publics du culte placés sous séquestre des Domaines que le Journal Officiel a publiés, par département, de 1908 à 1909.

  • 59 Certaines se forment contre l’avis des autorités religieuses : Jean-Pierre Chantin, « Les cultuell (...)
  • 60 Émile Poulat, Les diocésaines. République française, Église catholique : loi de 1905 et associatio (...)

16Le refus des associations cultuelles59 et la méfiance envers l’État républicain ont engendré dans l’Église catholique des habitudes de dissémination et de dissimulation du patrimoine qui ont eu la vie dure, même après la mise en place des associations diocésaines au milieu des années 1920. Il serait utile d’étudier l’une de ces associations sur une longue période pour connaître son patrimoine et pour comprendre son fonctionnement et ses ramifications (particuliers, sociétés civiles immobilières, voire sociétés anonymes). Comment les évêchés ont-ils contrôlé la situation ? L’opacité était telle que l’Assemblée plénière de l’épiscopat demanda en 1974 l’établissement dans chaque diocèse d’une commission de l’immobilier chargée de dresser l’inventaire d’un patrimoine mal connu en raison de la diversité de son statut ! Si l’on ajoute à cela les difficultés de consultation des archives, on peut être gagné par le découragement, mais certains diocèses se prêtent probablement à une investigation de ce type. Celui d’Arras, par exemple, dispose d’archives économiques complètes pour la période 1919-1944 ; provenant du chanoine Édouard Maréchal, chancelier – économe sous les épiscopats de Mgr Julien puis de Mgr Dutoit, ces archives constituent un fonds exceptionnel en cours d’inventaire. Le thème à la fois rebattu et contesté de la « spoliation » est lui aussi à étudier, avec beaucoup de précaution car il s’agit d’un sujet complexe mêlant des situations historiques diverses et faisant une large place aux réactions épidermiques ainsi qu’à la rhétorique. S’agissant du nœud constitué par les échanges de lettres entre la France et le Saint-Siège de 1923-1924 qui a ouvert la voie aux associations diocésaines, Émile Poulat vient de publier et de commenter les pièces d’un dossier complexe et longtemps mal interprété60. Documents à l’appui, Émile Poulat conclut contre d’autres à l’absence de compromis car si la République a apporté les éclaircissements et les assurances nécessaires, elle n’a pas modifié sa législation. L’État a invité l’Église catholique à tirer les conséquences du nouveau régime de libertés publiques dont nul n’avait l’expérience : ce n’est pas un compromis, mais une nouvelle culture qui fait son chemin.

  • 61 Claude Langlois, Le catholicisme au féminin. Les congrégations françaises à supérieure générale au (...)
  • 62 Bernadette Truchet, Les congrégations dans la ville. Leur patrimoine foncier et leurs fonctions à (...)
  • 63 Robert-Raymond Tronchot, Les temps de la « sécularisation » (1904-1914). La liquidation des biens (...)

17Du côté des congrégations, trois travaux ont permis de commencer à explorer un aspect de la vie religieuse sur lequel l’information manquait cruellement. Un chapitre de la thèse de Claude Langlois sur les congrégations féminines à supérieure générale au XIXe siècle suit l’expansion de l’immobilier congréganiste61. De manière plus spécifique, deux cas ont été fouillés en profondeur : une thèse porte sur les biens des congrégations lyonnaises62 ; un volume d’une collection consacrée aux Frères des Écoles chrétiennes analyse la liquidation des biens de cette congrégation, illustrant les graves irrégularités commises par certains exécuteurs des décrets (fausses factures63)... Bien des voies sont encore ouvertes pour la recherche sur ce terrain. Les Archives Nationales conservent une documentation considérable, notamment les volumes de l’enquête de 1900 sur les biens fonciers des congrégations. La liquidation des biens congréganistes au début du XXe siècle et les stratégies déployées avec le concours des laïcs pour échapper aux effets de la politique anticléricale méritent un examen approfondi. Au-delà de la crise du début du XXe siècle, les biens des congrégations restent entourés d’un épais brouillard.

Le travail

18L’Église catholique agit grâce au travail d’une multitude de personnes qui, en retour, ne manquent pas de faire évoluer l’institution à laquelle elles appartiennent. Comme ce travail quotidien touche à des éléments faisant l’objet de chapitres spécifiques dans ce livre, il ne sera examiné que succinctement et sous quelques aspects afin d’éviter les redondances. Nous nous focaliserons sur certains acteurs et sur certaines interactions au sein de l’organisation catholique, et avec son environnement extérieur.

Les acteurs

  • 64 Bruno Dumons et Daniel Moulinet (dir.), Le diaconat permanent, Paris, Cerf, 2007.

19L’Église catholique assure sa mission d’évangélisation grâce à des hommes et à des femmes qui lui consacrent tout ou partie de leur temps. En raison du lien existant entre les ressources humaines et le potentiel pastoral, les travaux historiques sur le clergé sont anciens et nombreux. De même, les pratiquants ont connu leur heure de gloire comme objet d’études. Quant aux diacres permanents que le concile Vatican II a rétablis, ils sont un des nouveaux centres d’intérêt interdisciplinaire64. Il serait utile d’observer certaines catégories d’acteurs de l’organisation catholique moins en vue.

  • 65 Mathilde Guilbaud, « Les fabriques paroissiales rurales au XIXe siècle. L’exemple des campagnes de (...)
  • 66 Jean Schlick et Marie Zimmermann (dir.), Le droit du travail dans les Églises, Strasbourg, Cerdic, (...)
  • 67 Céline Béraud, Le métier de prêtre. Approche sociologique, Paris, L’Atelier, 2006 ; Céline Béraud, (...)

20Le monde des fabriciens du XIXe siècle et leurs successeurs d’après la Séparation est connu à partir d’exemples locaux que complètent de rares études spécifiques65. Nous savons que, dans les campagnes françaises, l’existence d’un conseil de fabrique est souvent toute théorique, et que la tenue des comptes et des registres est incertaine lors même que le conseil joue son rôle. Nous n’ignorons pas que l’étroitesse du vivier d’hommes instruits et influents accentue le poids des familles châtelaines ou bourgeoises dans les fonctions fabriciennes. Une étude systématique conduite à une échelle suffisamment étendue permettrait d’aller au-delà de la vision impressionniste dont il faut se contenter. Une typologie des acteurs, des usages, des conflits, ou encore des passerelles avec les conseils municipaux serait utile, de même qu’une analyse du changement consécutif à la loi de 1905 dans la prise de décision. Y a-t-il vraiment eu une cléricalisation de l’administration temporelle ? Quoique institutionnellement entouré de laïcs, le curé n’était-il pas déjà le maître du jeu avant 1905 ? Le personnel laïque qui assure les petites tâches de la paroisse contre rémunération mérite mieux, lui aussi, que les éléments épars dont nous disposons. Dans les grandes paroisses urbaines, ce sont souvent plus d’une dizaine de personnes qui sont employées à l’une ou l’autre des tâches que requiert le service de l’église : sacristain, bedeau, organiste, maître de chapelle, chantre, sonneur, sans oublier le suisse et son accoutrement pittoresque. Ces hommes et ces femmes sont bien différents des laïcs salariés contemporains dont le nombre ne cesse d’augmenter à mesure que les rangs du clergé s’éclaircissent. Les indispensables bénévoles, eux non plus, n’ont pas fait l’objet de travaux historiques à la hauteur de leur investissement au profit de l’organisation des kermesses, de la catéchèse des enfants, du catéchuménat des adultes, de l’entretien de l’église, de la préparation au mariage... Ces divers acteurs nouent des relations en pleine évolution, notamment sous l’effet de la diminution du nombre de prêtres. Regarder ces relations avec les yeux du juriste ou du sociologue sous l’angle du travail ouvre des perspectives. La conciliation du droit du travail et de la mission des Églises a fait l’objet de journées d’études qui soulignent nombre de difficultés nouvelles66. La recomposition des rôles dans les paroisses et les aumôneries a donné lieu à des analyses sociologiques stimulantes67. Si les textes demeurent fixes, sur le terrain le métier de prêtre n’est plus le même : recherche d’une nouvelle légitimité sociale, exigence d’accomplissement personnel, accroissement du rôle des diacres permanents et des laïcs missionnés dans la division du travail religieux, nouveau rôle de modérateur joué par le prêtre doté d’une charge curiale dans le management de l’équipe qui l’entoure, etc. Une leçon d’histoire s’en dégage : derrière ce qui pourrait apparaître à certains égards comme un retour en arrière, sur le plan vestimentaire par exemple, c’est en réalité à une recomposition de l’idéal sacerdotal et non pas à sa réactivation qu’on assiste. L’évolution du métier d’évêque n’est pas en reste.

Le système

  • 68 Brigitte Basdevant-Gaudemet, Le jeu concordataire dans la France du XIXesiècle. Le clergé devant l (...)
  • 69 Hervé Yannou, « Les assemblées plénières de l’épiscopat français (1906-1907). Le pouvoir des évêqu (...)
  • 70 Félicien Machelart, Inventaire des archives de l’Assemblée des Cardinaux et Archevêques de France, (...)
  • 71 Jacques Palard, Pouvoir religieux et espace social. Le diocèse de Bordeaux comme organisation, Par (...)
  • 72 Louis Trichet, Les synodes en France aux XIXe-XXesiècles, Paris, Cerf, 2006.
  • 73 Jacques Palard (dir.), Le gouvernement de l’Église catholique. Synodes et exercice du pouvoir, Par (...)

21L’organisation générale de l’Église catholique mise en place par Napoléon avait pour but d’éviter la constitution d’un pouvoir collégial des évêques, dangereux pour l’État, tout en garantissant le pouvoir de l’évêque dans son diocèse. Ce système décentralisé à l’échelle nationale et centralisé à l’échelle diocésaine est bien connu68. Une fois le cadre concordataire évanoui, l’Église catholique disposait de la faculté de s’organiser à l’échelle nationale, mais il fallait compter avec les réticences romaines. Les circonstances exceptionnelles de l’après-Séparation permirent la réunion de trois assemblées plénières de l’épiscopat afin d’adopter une ligne de conduite69. Ensuite, il fallut du temps pour institutionnaliser un fonctionnement collectif à l’échelle nationale : le fonds Chollet conservé à Arras en conserve une trace70. Il fallut aussi du temps, et surtout le concile Vatican II, pour s’éloigner du modèle autoritaire reçu en héritage, ce qu’illustre le travail du sociologue Jacques Palard à travers l’exemple bordelais71. Nombre d’institutions ecclésiales fonctionnant jadis comme des chambres d’enregistrement (à commencer par les associations diocésaines) sont devenues des instances où le débat est possible. Autre effet du concile, le rajeunissement de l’institution synodale. Celle-ci est surtout soumise au regard savant du canoniste72, ou à celui du sociologue73 comme observatoire des recompositions de l’autorité épiscopale et de l’insertion des laïcs dans les rouages du pouvoir ecclésial.

  • 74 Émile Poulat, Notre laïcité publique..., op. cit., n. 48, p. 192.
  • 75 Suzanne K. Kaufman, Consuming Visions. Mass Culture and the Lourdes Shrine, Ithaca-Londres, Cornel (...)

22Le système catholique mêlant à la fois des éléments de centralisation et d’autonomie locale, l’analyse de ses ressources humaines et matérielles peut être conduite à différentes échelles. Sur le plan qualitatif, l’échelle nationale est pertinente. À cet égard, il serait utile de disposer d’une vision d’ensemble du fonctionnement matériel de l’agrégat que constitue l’Église catholique, tant pour le XIXe que pour le XXe siècle. En revanche, les réalités quantitatives sont locales. Que ce soit au XIXe ou au XXe siècle, il n’y a pas de budget consolidé de l’Église catholique en France. Non seulement chaque diocèse est quasiment étanche, mais encore l’extrême hétérogénéité de la nébuleuse catholique (associations diocésaines, congrégations, établissements scolaires, groupes de presse, associations caritatives, etc.) ôte par avance tout sens à une improbable addition. D’une manière générale, les structures catholiques sont davantage des vases clos que des vases communicants, même si depuis le second concile du Vatican des efforts sont accomplis pour favoriser la péréquation des ressources dans les diocèses. Il est donc parfaitement loisible de conduire des recherches locales sur des diocèses, des paroisses ou des mouvements apostoliques en les envisageant comme des organisations ayant à administrer des ressources et à faire travailler ensemble des personnes différentes. Émile Poulat a déjà signalé que la cathédrale Notre-Dame de Paris est une sorte de PME « avec plusieurs employeurs, plusieurs budgets, des services nombreux, des lieux de pouvoirs et de décision » ; « un beau sujet de thèse ! », conclut-il74. La remarque peut être étendue aux grandes paroisses urbaines telles que La Madeleine, Saint-Roch ou Saint-Sulpice à Paris. Elle vaut aussi pour les lieux de pèlerinages très fréquentés. On songe en particulier à Lourdes, lieu de convergence de pèlerins venus du monde entier et poumon de l’économie locale75.

  • 76 Olivier Landron, « L’Église et les médias depuis le concile Vatican II », Mélanges offerts à Gérar (...)
  • 77 Une réflexion d’un spécialiste québécois de la communication : Bernard Dagenais, « Les médias ont (...)

23Se déployant à différentes échelles, la communication de l’institution catholique à l’adresse de son environnement extérieur est marquée par un rapport de fascination-répulsion avec les moyens de communication modernes : outils formidables au service de l’évangélisation, mais sources de propagation d’une culture qui éloigne de la foi. Avec les méthodes du marketing, la réticence s’est effacée, comme l’atteste le recours à des agences de communication à partir des années 1980-1990, notamment pour renouveler le vivier des donateurs. Avec l’univers médiatique, le sentiment d’incompréhension, voire de rejet, perdure. Ce sentiment serait à analyser, y compris pour la période la plus récente, moins délaissée76 mais tellement riche en innovations depuis la première messe télévisée le 24 décembre 1948. Il conviendrait en particulier de dépasser les interrogations classiques (que dit l’Église catholique sur les médias ? Que disent les médias sur l’Église catholique ?) pour se demander comment les médias ont transformé l’Église catholique77. Comment l’emprise médiatique, sur le fond (structuration des valeurs), comme sur la forme (règles du jeu de la communication), a imposé ses logiques ? Comment l’Église est-elle passée d’un rapport défensif à l’information à une pastorale de l’information, puis à l’adoption de stratégies de communication pour affirmer sa présence ? Dans quelle mesure le souci de l’image a-t-il gagné du terrain au détriment des principes ?

24La connaissance historique de l’Église catholique en France sous son angle organisationnel a progressé depuis le milieu des années 1970. Des thèses récentes tout comme les événements scientifiques tenus pour le centenaire de la loi du 9 décembre 1905 y ont beaucoup contribué. Cela étant, cette dimension attire assez peu les chercheurs. Le problème n’est pas d’abord celui d’un accès difficile aux archives, même si ce frein n’est pas à négliger pour le XXe siècle dans certains diocèses où le manque de moyens comme la crainte de montrer des documents jugés sensibles peut jouer. Pour l’essentiel, l’obstacle est ailleurs. Il tient à la fois au cloisonnement du monde de la recherche et à l’histoire de l’Église catholique elle-même. La recherche historique est coupée entre les historiens du catholicisme contemporain d’un côté, et les historiens des entreprises et des organisations de l’autre. Si les premiers s’intéressent de près à l’exercice du pouvoir dans l’Église catholique, donc au fonctionnement collectif de l’institution, ils prennent rarement les ressources matérielles pour objet d’étude en soi. Le fait se vérifie tant pour l’activité cultuelle que pour les activités pédagogique et caritative. Ce relatif désintérêt résulte de la diminution de l’importance économique de l’Église catholique après 1789. La mise à la disposition de la nation des biens du clergé imposée par la Révolution a entraîné un appauvrissement brutal en valeur absolue. Par la suite, l’extraordinaire enrichissement de la société aux XIXe et XXe siècles s’est traduit par un appauvrissement ecclésial en valeur relative. Que pèse aujourd’hui une institution qui disposait à la veille de la Révolution de 6 % à 10 % des terres en moyenne et qui percevait la dîme ? Bien peu. C’est pourquoi l’intérêt pour les questions matérielles est surtout marqué chez les médiévistes et des modernistes. Si l’on franchit la frontière invisible de l’historiographie pour regarder du côté de l’histoire des entreprises et des organisations, on constate que l’Église catholique en France est ignorée. Par intériorisation d’une démarcation historiographique assignant cette organisation aux seuls historiens du religieux ? Sans doute, bien que cela ne réponde à aucune nécessité intellectuelle. Le fait porte préjudice à la compréhension de l’Église catholique en contribuant à la maintenir dans une perspective intra-catholique, nécessairement mutilante.

Notes

1 Michel Offerlé, Les partis politiques, Paris, PUF, 2008 (1re éd. 1987).

2 Danièle Hervieu-Léger, Le pèlerin et le converti. La religion en mouvement, Paris, Flammarion, 1999.

3 Jacqueline Lalouette, La République anticléricale (XIXe-XXe siècles), Paris, Le Seuil, 2002, p. 363-366.

4 Bruno Ballardini, Jésus lave plus blanc. Ou comment l’Église catholique a inventé le marketing, Paris, Liana Levi, 2006 (1re éd. en italien en 2000).

5 Francis Messner, Le financement des Églises. Le système des cultes reconnus (1801-1983), Strasbourg, Cerdic, 1984.

6 Jean-Pierre Moisset, Les biens de ce monde. Les finances de l’Église catholique au XIXe siècle dans le diocèse de Paris (1802-1905), Pessac, PUB, 2004.

7 Thierry Blot, Reconstruire l’Église après la Révolution. Le diocèse de Bayeux sous l’épiscopat de Mgr Charles Brault (1802-1823), Paris, Cerf, 1997 (voir la quatrième partie).

8 Un exemple : Françoise Bayard, « Les comptes de la fabrique à Saint-Genis-l’Argentière (1863-1906) », Bernard Plongeron et Pierre Guillaume (dir.), De la charité à l’action sociale : religion et société, Paris, CTHS, 1995, p. 275-293.

9 Marius Faugeras, « Un aspect local de la question romaine : l’aide nantaise au Saint-Siège (1860-1870) », Annales de Bretagne et des pays de l’Ouest, 1983, no 1, p. 47-72.

10 Jean-Luc Marais, Histoire du don en France de 1800 à 1939. Dons et legs charitables, pieux et philanthropiques, Rennes, PUR, 1999.

11 Brigitte Basdevant, « Le Conseil d’État et les suppressions de traitements ecclésiastiques sous la IIIe République », Études et documents du Conseil d’État, 1986, no 37, p. 239-247.

12 Jean-Michel Leniaud (dir.), Le budget des cultes, Paris, École des Chartes, 2007.

13 Mathilde Guilbaud, L’Église catholique et la loi de séparation dans les diocèses de Meaux et de Versailles (1905-1914), thèse de doctorat, Université Lille III, 2009 (voir le chapitre V).

14 François-Xavie Stasse, Essai sur les finances de l’Église de France, thèse pour le doctorat ès sciences économiques, université de Paris Panthéon-Sorbonne, 1973.

15 Jean-Pierre Moisset, « Aspect des finances diocésaines en France au XXe siècle », Cristianesimo nella Storia, 2012, no 3, p. 675-714.

16 Kristell Loussouarn, « Les finances de l’Église : l’évolution économique du diocèse de Quimper et Léon (1950-2000) », Yvon Tranvouez (dir.), Requiem pour le catholicisme breton ?, Brest, Centre de recherche bretonne et celtique, 2011, p. 223-242.

17 Praxis juridique et religion a paru de 1984 à 2000 : Pierre Compagnon, « La fiscalité d’un diocèse catholique romain en France », no 9.2, 1992, p. 194-218 ; Marie Zimmermann, « Argent et religion en France. Incidences confessionnelles sur le droit », no 10.1, 1993, p. 89-118 ; Jean Schlick, « Agir pastoral et finances d’Église. Étude de cinq diocèses français », no 12-13, 1995-1996, p. 59-150 ; Jean Schlick, « Responsabilités d’argent dans un diocèse catholique romain. L’économe diocésain, le conseil pour les affaires économiques, l’évêque », no 12-13, 1995-1996, p. 190-269 ; Jean Schlick, « Institutions de gestion pastorale des affaires temporelles. Perspectives et propositions », no 12-13, 1995-1996, p. 270-311 ; Jean-Marie Martin, « Les fondations paroissiales peuvent-elles intéresser l’Église catholique en France ? Réflexions sur l’avenir des finances des paroisses et diocèses français », no 15.2, 1998, p. 39-61 ; Jean Schlick, « Communication, transparence et compréhension des finances diocésaines », no 15.2, 1998, p. 228-344.

18 Catherine Maurer, Le modèle allemand de la charité. La Caritas de Guillaume II à Hitler, Strasbourg, PUS, 1999.

19 Pierre Compagnon, La vie matérielle de l’Église de France : le cas du diocèse de Saint-Claude, mémoire de maîtrise de droit canonique, Université Strasbourg II, 1991.

20 Isabelle Jonveaux, Le monastère au travail. Le Royaume de Dieu au défi de l’économie, Paris, Bayard, 2011.

21 En Belgique, un programme de recherche commun au KADOC de la Katholieke Universiteit Leuven et à la faculté d’histoire de la Vrije Universiteit Brussel est en cours. Il a donné lieu à un colloque les 7-8 novembre 2008 à l’université de Louvain sur le thème Patrimony, business and management of religious orders and congregations in Europe (1789-1918).

22 Guy Bédouelle, « Comment Lacordaire a-t-il financé ses fondations dominicaines ? », Guy Bédouelle (dir.), Lacordaire, son pays, ses amis et la liberté des ordres religieux en France, Paris, Cerf, 1991, p. 187-196 et remarque d’André Duval, p. 200.

23 Bernard Delpal, Le silence des moines. Les trappistes au XIXe siècle, France, Algérie, Syrie, Paris, Beauchesne, 1998, p. 210-215, 321-349 ; Bernard Delpal, « Vocation religieuse, production économique et activité sociale », Michel Aubrun (dir.), Entre idéal et réalité. Finances et religion du Moyen-Âge à l’époque contemporaine, Clermont-Ferrand, Institut d’Études du Massif Central, 1994, p. 211-229.

24 Nicolas de Brémond d’Ars, Dieu aime-t-il l’argent ? Don, piété et utopie sociale chez les catholiques en France, Paris, L’Harmattan, 2006 ; Nicolas de Brémond d’Ars, « Les catholiques et l’argent. Une approche de la paroisse par ses finances », Archives de Sciences Sociales des Religions, no 133, janvier-mars 2006, p. 67-92.

25 André Gueslin, « Les caisses rurales au service de l’Église catholique de France ?, XIXe-XXe siècles », Michel Aubrun (dir.), Entre idéal et réalité, op. cit., p. 331-343.

26 Bernard Laurent, L’enseignement social de l’Église et l’économie de marché, Paris, Parole et silence, 2007 ; Jean-Dominique Durand, « Émile Poulat, l’Église et l’économie », Valentine Zuber (dir.), Un objet de science, le catholicisme. Réflexions autour de l’œuvre d’Émile Poulat, Paris, Bayard, 2001, p. 65-73.

27 Jacques Julliard, L’argent, Dieu et le diable. Péguy, Bernanos, Claudel face au monde moderne, Paris, Flammarion, 2008.

28 Jean-Pierre Moisset, « L’information financière dans l’Église catholique depuis les années 1950 : du secret à la transparence ? », Marc Agostino, François Cadilhon, Jean-Pierre Moisset, Éric Suire (dir.), Les religions et l’information, XVIe-XXIe siècles, Pessac, PUB, 2011, p. 241-263.

29 Michel Lagrée, Religion et cultures en Bretagne (1850-1950), Paris, Fayard, 1992, p. 107-117 et figures 25 à 28.

30 Michel Lagrée, « Le versement des diocèses français à l’Œuvre de la Propagation de la Foi », Marcel Pacaut et Olivier Fatio (dir.), L’hostie et le denier. Les finances ecclésiastiques du haut Moyen Âge à l’époque moderne, Genève, Labor et Fides, 1991, p. 279-286 et figures 1-7.

31 Daniel Moulinet, « Un test de dynamisme pastoral : l’évolution des ressources de l’Œuvre des séminaires dans le diocèse de Moulins (1852-1902) », Revue d’Histoire de l’Église de France, juillet – décembre 1994, no 205, p. 263-279.

32 Pierre Foucault, « La générosité financière du clergé au XIXe siècle : l’exemple sarthois », Bernard Plongeron et Pierre Guillaume (dir.), De la charité à l’action sociale, op. cit., p. 251-262.

33 Ludovic Laloux, Passion, tourment ou espérance ? Histoire de l’apostolat des laïcs en France depuis Vatican II, Paris, De Guibert, 2003, p. 103-132.

34 Natalie Malabre, Le religieux dans la ville du premier XXe siècle. La paroisse Notre-Dame Saint-Alban d’une guerre à l’autre, thèse de doctorat, Université Lyon II, 2006.

35 Luc Perrin, Paris à l’heure de Vatican II, Paris, L’Atelier, 1997, p. 63-66 et 194-199.

36 Citation rapportée par Émile Poulat au cours d’un entretien, le 2 mars 2007.

37 Claude Prudhomme, « L’argent des missions et les enjeux de pouvoir », Michel Aubrun (dir.), Entre idéal et réalité, op. cit., p. 367-387.

38 Le cas du républicain Francisque Bouvet qui s’estima personnellement victime par la faute d’un confesseur ayant abusé de son influence est étudié dans : Philippe Boutry, Prêtres et paroisses au pays du curé d’Ars, Paris, Cerf, 1986, p. 422-433.

39 Yvan Daniel, La religion est perdue à Paris... Lettres d’un vicaire parisien à son archevêque en date de 1849 suivies d’un mémoire adressé au même, Paris, Cana, 1978.

40 Philippe Boutry, « Le clocher », Pierre Nora (dir.), Les lieux de mémoire, III, Les France, 2, Paris, Gallimard, 1992, p. 54-89.

41 Émile Poulat, Notre laïcité publique. « La France est une République laïque », Paris, Berg International, 2003, chapitre IV, « Le propriétaire magnifique. À qui appartiennent les édifices du culte ? » Évoqué par Émile Poulat, le cas très compliqué de la cathédrale d’Annecy a fait l’objet d’une mise au point récente : Christian Sorrel, « À qui appartiennent les cathédrales ? Annecy ou l’exception française », Philippe Nelidoff (dir.), Les cités épiscopales du Midi, Lyon, Musée Gadagne, 2006, p. 89-107.

42 Frank Debié et Pierre Vérot, Urbanisme et art sacré. Une aventure du XXe siècle, Paris, Critérion, 1991 ; Céline Frémaux (dir.), Architecture religieuse du XXe siècle, Rennes, PUR, 2007.

43 Jacques Benoist, Le Sacré-Cœur de Montmartre de 1870 à nos jours, Paris, Éditions Ouvrières, 1992 ; Antoine Le Bas, Des sanctuaires hors les murs. Églises de la proche banlieue parisienne, (1801-1965), Paris, CMN-Monum-Éditions du patrimoine, 2002 ; Jean-Michel Leniaud, Saint-Denis de 1760 à nos jours, Paris, Gallimard-Julliard, 1996 ; Simon Texier (dir.), Églises parisiennes du XXe siècle. Architecture et décor, Paris, Action artistique de la Ville de Paris, 1996.

44 Revue d’Histoire de l’Église de France, numéro spécial « La construction des lieux de culte du Moyen Âge à nos jours », no 190, janvier-juin 1987.

45 Jean-Michel Leniaud, Les cathédrales au XIXe siècle, Paris, Economica, 1993.

46 Chantal Bouchon, Ces églises du XIXe siècle, Amiens, Encrage, 1993.

47 Jean-Michel Leniaud, La révolution des signes. L’art à l’église (1830-1930), Paris, Cerf, 2007.

48 Jean-Michel Leniaud, « Les constructions d’églises sous le Second Empire : architecture et prix de revient », Revue d’Histoire de l’Église de France, juillet-décembre 1979, no 175, p. 267-278.

49 Arlette Auduc, « Une difficile construction d’église en banlieue : l’exemple de Sainte-Marthe des Quatre Chemins à Pantin (1875-1897) », Revue d’Histoire de l’Église de France, juillet-décembre 1999, no 215, p. 291-313.

50 Jeannine Charon-Bordas, Les sources de l’histoire de l’architecture religieuse aux Archives nationales. De la Révolution à la Séparation (1789-1905), Paris, Archives Nationales, 1994.

51 Michel Brisacier, « L’implantation des lieux de culte dans le diocèse de Paris (1871-1980) », Cahiers de l’IHTP, no 12, 1989, Région parisienne, approche d’une notion (1860-1980), p. 73-89 ; Miriam Simon, « La construction de lieux de culte sur les anciens bastions de Paris dans l’entre-deux-guerres », Revue d’Histoire de l’Église de France, juillet-décembre 2004, no 225, p. 453-479. Blaise Wilfert, Les Chantiers du Cardinal (1931-1940), mémoire de maîtrise, Université Paris X, 1994.

52 Olivier Chatelan, L’Église et la ville. Le diocèse de Lyon à l’épreuve de l’urbanisation (1954-1975), Paris, L’Harmattan, 2012.

53 Nos propres travaux de recherche portent actuellement sur ce sujet.

54 Jacqueline Lalouette et Christian Sorrel (dir.), Les lieux de culte en France (1905-2008), Paris, Letouzey et Ané, 2008.

55 Fañch Roudaut (dir.), Quel avenir pour nos églises ?, Brest, CRBC, 2005.

56 Séverine Blenner, L’évêque en son palais. Recherches sur les palais épiscopaux en France à l’époque concordataire (1802-1905), thèse de doctorat, École Nationale des Chartes, 2000.

57 Paul Airiau, « Les séminaires diocésains français (1880-1914) », Revue d’Histoire de l’Église de France, janvier-juin 2005, no 226, p. 71-89 ; Marcel Launay, Les séminaires français aux XIXe et XXe siècles, Paris, Cerf, 2003.

58 Jacques Bouquet, 1905, la séparation des Églises et de l’État dans le diocèse de Poitiers (1905-1914), La Crèche, Geste Éditions, 2004, p. 85-155 et 183-224.

59 Certaines se forment contre l’avis des autorités religieuses : Jean-Pierre Chantin, « Les cultuelles : des catholiques contre Rome ? », Jean-Pierre Chantin et Daniel Moulinet (dir.), La Séparation de 1905. Les hommes et les lieux, Paris, L’Atelier, 2005, p. 109-123.

60 Émile Poulat, Les diocésaines. République française, Église catholique : loi de 1905 et associations cultuelles, le dossier d’un litige et de sa solution (1903-2003), Paris, La Documentation Française, 2007.

61 Claude Langlois, Le catholicisme au féminin. Les congrégations françaises à supérieure générale au XIXe siècle, Paris, Cerf, 1984.

62 Bernadette Truchet, Les congrégations dans la ville. Leur patrimoine foncier et leurs fonctions à Lyon (1789-1901), thèse de doctorat d’État, Université Lyon 3, 1987.

63 Robert-Raymond Tronchot, Les temps de la « sécularisation » (1904-1914). La liquidation des biens de la Congrégation des Frères des Écoles Chrétiennes, Rome, Frères des Écoles chrétiennes, 1992.

64 Bruno Dumons et Daniel Moulinet (dir.), Le diaconat permanent, Paris, Cerf, 2007.

65 Mathilde Guilbaud, « Les fabriques paroissiales rurales au XIXe siècle. L’exemple des campagnes de Seine-et-Marne », Histoire et Sociétés rurales, 2e semestre 2007, no 28, p. 67-88. Claude Muller, L’administration temporelle des paroisses Saint-Georges et Saint-Nicolas de Haguenau (1810-1870), Strasbourg, Société Savante d’Alsace et des régions de l’Est, 1981.

66 Jean Schlick et Marie Zimmermann (dir.), Le droit du travail dans les Églises, Strasbourg, Cerdic, 1986. Plusieurs articles de la revue Praxis juridique et religion portent également sur le sujet : voir les tables du no 12-13, 1995-1996, p. 342-350.

67 Céline Béraud, Le métier de prêtre. Approche sociologique, Paris, L’Atelier, 2006 ; Céline Béraud, Prêtres, diacres, laïcs. Révolution silencieuse dans le catholicisme français, Paris, PUF, 2007.

68 Brigitte Basdevant-Gaudemet, Le jeu concordataire dans la France du XIXe siècle. Le clergé devant le Conseil d’État, Paris, PUF, 1988 ; Jacques Lafon, Les prêtres, les fidèles et l’État. Le ménage à trois du XIXe siècle, Paris, Beauchesne, 1987.

69 Hervé Yannou, « Les assemblées plénières de l’épiscopat français (1906-1907). Le pouvoir des évêques face à Rome et à la République », Alain Dierkens et Jacques Marx (dir.), La sacralisation du pouvoir. Images et mises en scène, Bruxelles, Éditions de l’Université de Bruxelles, 2003, p. 199-223.

70 Félicien Machelart, Inventaire des archives de l’Assemblée des Cardinaux et Archevêques de France, 1919-1964. Fonds J-A Chollet, archevêque de Cambrai, Villeneuve d’Ascq, PU du Septentrion, 2006.

71 Jacques Palard, Pouvoir religieux et espace social. Le diocèse de Bordeaux comme organisation, Paris, Cerf, 1985.

72 Louis Trichet, Les synodes en France aux XIXe-XXe siècles, Paris, Cerf, 2006.

73 Jacques Palard (dir.), Le gouvernement de l’Église catholique. Synodes et exercice du pouvoir, Paris, Cerf, 1997.

74 Émile Poulat, Notre laïcité publique..., op. cit., n. 48, p. 192.

75 Suzanne K. Kaufman, Consuming Visions. Mass Culture and the Lourdes Shrine, Ithaca-Londres, Cornell University Press, 2005.

76 Olivier Landron, « L’Église et les médias depuis le concile Vatican II », Mélanges offerts à Gérard Cholvy, Montpellier, Publications Université Montpellier III, 2003, p. 255-265 ; Christophe Saby, La communication de l’Église catholique en France depuis 1978, mémoire de fin d’études, IEP de Lyon, 1999 [en ligne].

77 Une réflexion d’un spécialiste québécois de la communication : Bernard Dagenais, « Les médias ont imposé une nouvelle logique à la religion », Communication et organisation, no 9, 1er semestre 1996, p. 72-108.

© Presses universitaires de Rennes, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540