Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le catholicisme en chantiers

 | 
Bruno Dumons
, 
Christian Sorrel

Deuxième partie. Société et changement social

Villes et territoires

Olivier Chatelan

Texte intégral

  • 1 Marc Spindler, Pour une théologie de l’espace, Neufchâtel, Delachaux et Niestlé, 1968 ; Harvey Cox(...)
  • 2 Un état des lieux a été dressé : Bruno Dumons, « Villes et christianisme dans la France contempora (...)

1Le catholicisme français contemporain paraît à première vue peu marqué par une réflexion sur la ville, et sur l’espace en général. Rares sont les théologiens qui ont pris pour objet de leur recherche le territoire en tant que tel, alors même que l’Église entend évangéliser la totalité du monde habité et que se pose par conséquent le problème de la connaissance et de l’appropriation d’espaces dont l’autorité religieuse doit pouvoir apprécier l’étendue et le degré d’adhésion à la foi. Il faut attendre la fin des années 1960 pour que des travaux théologiques voient le jour sur ces questions, mais ils sont réalisés hors de France (le jésuite belge Joseph Comblin écrit depuis le Brésil, Harvey Cox enseigne à Harvard) et souvent par des théologiens protestants (Harvey Cox, Jacques Ellul, Marc Spindler)1. Cette absence apparente d’intérêt a eu de fortes incidences sur l’historiographie française du catholicisme des XIXe et XXe siècles : peu de travaux universitaires ont été exclusivement consacrés en France à l’étude des rapports des catholiques à la connaissance, à la maîtrise et à l’appropriation proprement spatiales de leur « présence au monde ». Bien que peu visibles, les questions de la ville et des territoires en général n’ont pourtant pas été délaissées par les historiens du religieux contemporain2. La réflexion sur l’espace du catholicisme s’est construite depuis les années 1960 par le biais de deux cadres privilégiés d’enquête : la paroisse et le diocèse.

  • 3 Philippe Boutry, « Paroisses et clergé paroissial en France », Benoît Pellistrandi (dir.), L’histo (...)

2L’intérêt porté à l’échelon paroissial tient à plusieurs facteurs qu’il convient de rappeler brièvement : cellule élémentaire de la vie communautaire, territoire canonique à partir duquel s’organise et se structure, par son maillage, l’emprise de l’Église, la paroisse se prête aisément à des études monographiques par un recours commode à l’archive qui lui est attachée. Elle a également bénéficié de l’héritage de la sociologie religieuse encouragée par Gabriel Le Bras et le chanoine Fernand Boulard : cette production intellectuelle collective du clergé français3 a accordé une grande importance à la démarche géographique dans la tradition française des études d’André Siegfried. Outil dynamique (par ses corrections et ajouts successifs) essentiellement au service de la pastorale, la « carte Boulard » élaborée en 1947 est le symbole de cette approche quantitative qui passe par l’enregistrement et le traitement statistique de la pratique religieuse. Par son ancrage territorial, l’échelon paroissial a permis plus généralement de rendre compte de deux siècles d’histoire du catholicisme. L’étude de l’amenuisement ou de l’extension du réseau des églises est en effet un bon indicateur de la rupture révolutionnaire, des restaurations religieuses qui l’ont suivie du Premier au Second Empire, ou encore du choc de la loi de Séparation de 1905, sans parler des multiples biais par lesquels l’histoire du clergé paroissial peut être interrogée : cycles des vocations sacerdotales, différenciation des comportements politiques (serment de 1791), réception des directives conciliaires ou épiscopales, innovations liturgiques.

  • 4 Christian Sorrel, « Échelles et espaces : le diocèse. Réflexions sur l’historiographie française c (...)

3De même, la monographie diocésaine a permis sur le plan historiographique de saisir l’essentiel des mutations du catholicisme contemporain, tant le diocèse offre un cadre doté d’une forte plasticité : ouvert au traitement de questions spécifiques (enseignement catholique, mouvements de jeunes et d’adultes, poids des événements politiques et religieux), il reste un outil commode et pertinent de vérification des hypothèses. Il limite ainsi le risque de montée en généralité trop hâtive et offre également la possibilité de prendre en compte tous les niveaux d’analyse : textes officiels, mises en œuvre et résistances du clergé et des fidèles, poids des réalités et des personnalités locales4.

  • 5 Claude Langlois, « Le catholicisme à la rencontre de la ville. Entre après-guerre et Concile », Ur (...)
  • 6 Matthieu Brejon de Levergnée, La Société Saint-Vincent-de-Paul au XIXesiècle. Un fleuron du cathol (...)
  • 7 Paul Chopelin, Ville patriote et ville martyre. Lyon, l’Église et la Révolution (1788-1805), Paris (...)
  • 8 Bruno Dumons et Bernard Hours (dir.), Ville et religion en Europe du XVIeau XXesiècle. La cité rée (...)

4Dès lors, si la paroisse et le diocèse sont des échelles traditionnellement mobilisées par les historiens du catholicisme, d’où vient l’impression de désintérêt des historiens du religieux pour une approche qui privilégie l’espace et plus spécifiquement l’espace urbain5 ? Dans bien des cas, le territoire s’apparente à un cadre d’analyse au service d’une compréhension de la vie religieuse d’une population. La grande ville en particulier se prête avec bonheur à l’étude des réseaux de sociabilité6 ou à celle des effets des traumatismes politiques et religieux7. Mais il s’agit rarement d’en faire l’objet même de la recherche. Depuis quelques années pourtant, des chercheurs venus de l’histoire religieuse ou de l’histoire urbaine ont proposé l’instauration d’un dialogue entre spécialistes des deux champs historiographiques8. Car les chantiers susceptibles de croiser les deux approches sont nombreux. Le choix a été fait ici de les rassembler autour de deux questions : d’une part, celle des circulations des discours et des savoirs sur les villes des XIXe et XXe siècles ; d’autre part, celle de la diversité des approches du territoire, pensé à la fois comme espace aménagé et comme lieu du pouvoir et de la critique sociale.

La circulation des discours et des savoirs sur la ville contemporaine

5Partir des représentations catholiques de la ville permet de saisir la diversité des approches sur la ville que l’historien du religieux peut faire entrer dans son champ d’étude. La question des savoirs urbains et de l’expertise semble toutefois caractériser plus spécifiquement plusieurs travaux récents.

Les maux et les mots de la ville

  • 9 Christian Topalov, Laurent Coudroy de Lille, Jean-Charles Depaule et Brigitte Marin (dir.), Trésor (...)
  • 10 Catherine Maurer, La ville charitable. Les œuvres sociales catholiques en France et en Allemagne a (...)
  • 11 Philippe Boutry et André Encrevé (dir.), La religion dans la ville, Bordeaux, Bière, 2003 ; Lucine (...)

6Bien que la ville n’ait pas constitué de façon explicite un objet de réflexion en soi chez les catholiques français au cours des XIXe et XXe siècles, l’urbanisation et ses conséquences souvent jugées désastreuses pour la foi et pour l’individu ont interrogé les milieux ecclésiaux à l’époque contemporaine. Par quels canaux et par quels mots passent ces préoccupations sur les maux de la métropole moderne ? Comment parle-t-on de la ville ? La question du lexique est primordiale, car elle donne à voir les champs différenciés dans lesquels s’inscrit l’élaboration de savoirs urbains9. Appeler au logement décent des ouvriers comme le font plusieurs encycliques, n’est-ce pas déjà parler de la ville ? Construire de nouvelles églises, délimiter le périmètre d’une paroisse nouvellement créée, sacraliser l’espace par la plantation de croix ou le déplacement de foules pèlerines sont autant de moments ou de pratiques qui révèlent une appropriation du territoire urbain par l’Église. Catherine Maurer démontre qu’au XIXe siècle les villes françaises comme allemandes sont le lieu d’un fort investissement catholique par l’action caritative et sociale d’œuvres dynamiques10. Plusieurs colloques récents ont également permis de relativiser l’apparent silence des milieux ecclésiaux sur le fait urbain11. À l’appui de travaux publiés ces dernières années, on peut proposer ici deux axes d’investigation prenant pour objet les discours catholiques sur la ville.

  • 12 Éric Mension-Rigau, Le donjon et le clocher. Nobles et curés de campagne de 1850 à nos jours, Pari (...)
  • 13 Danièle Hervieu-Léger, Catholicisme, la fin d’un monde, Paris, Bayard, 2003, p. 90-131.
  • 14 Arnaud Bauberot et Florence Bourillon (dir.), Urbaphobie. La détestation de la ville aux XIXeet XX(...)

7L’urbaphobie ou « détestation de la ville » est un premier discours traditionnellement attribué aux milieux cléricaux. Des historiens du religieux ont analysé de façon fine, au ras des pratiques charitables ou des représentations des élites aristocratiques, comment la ville structure un imaginaire en négatif, fait de désordres, de corruption et d’instabilité. Ainsi, l’Œuvre des Campagnes fondée en 1857 à l’initiative du père Jean-Marie Vandel et de la comtesse Auguste de La Rochejaquelein dénonce sans relâche le péril urbain dans son Bulletin et condamne pendant un siècle l’attrait pour la grande ville d’une partie de la noblesse, que l’Œuvre s’efforce au contraire de mobiliser en faveur de la rechristianisation des paroisses rurales12. Cet exemple est symptomatique de ce que Danièle Hervieu-Léger décrit en sociologue comme une « affinité élective entre le catholicisme et le modèle français de la “ruralité”13 » : de ces représentations davantage pressenties que réellement étudiées, qui courent sur toute l’époque contemporaine, il faudrait délimiter précisément les contours, et identifier la généalogie. Un colloque s’y est employé récemment, montrant que la défiance de la ville perçue comme tombeau de la religion est à replacer dans un contexte culturel et intellectuel plus large de dénonciation de la modernité, qui se nourrit à la fois d’utopies antiurbaines et de l’hygiénisme des ingénieurs réformateurs, des projets thérapeutiques pour sortir de la ville comme de la pédagogie ruraliste de certains mouvements de jeunesse14. Ce travail mériterait d’être poursuivi et systématisé, afin de mettre en évidence certaines circulations dans les représentations antiurbaines.

  • 15 Annie Fourcaut, La banlieue en morceaux. La crise des lotissements défectueux en France dans l’ent (...)
  • 16 Raymond Jouve, La conquête d’une banlieue : Croix-Luizet, Paris, Bloud et Gay, 1931.
  • 17 Annie Fourcaut, Emmanuel Bellanger et Mathieu Flonneau (dir.), Paris-banlieues. Conflits et solida (...)
  • 18 Olivier Chatelan, « Les catholiques et les grands ensembles. Apports théoriques et engagements mil (...)
  • 19 Frédéric Gugelot, « De l’enquête à la fiction, les catholiques et la banlieue parisienne dans les (...)

8Un deuxième axe porte sur le reportage missionnaire en banlieue, incarné dans l’entre-deux-guerres par les sermons radiophoniques du jésuite Pierre Lhande. Ce genre littéraire à part entière attend encore une véritable mise en perspective historique, esquissée de façon très suggestive par Annie Fourcaut15. Les ressorts de ce type de récit qui mêle hagiographie, analyse sociologique et description pittoresque des paysages de la « zone » ont à coup sûr un intérêt pour l’historien du religieux, car ils sont caractéristiques d’une littérature des années 1930 qui fait de l’envoi de curés dans les marges des grandes agglomérations une épopée missionnaire qui a de fortes analogies avec l’apostolat d’outre-mer16. Ce genre participe non seulement de l’édification du mythe de la « ceinture rouge » entourant Paris17, mais il est aussi révélateur avant l’heure de ce que les catholiques nommeront après guerre la « civilisation urbaine », entrée privilégiée de la compréhension de la ville dans les milieux d’Église18. De façon similaire, les fictions romanesques et cinématographiques des années 1950 sur le thème de la banlieue représentent un très riche corpus documentaire à exploiter pour rendre compte de la façon dont le monde catholique, et notamment ses écrivains, imaginent le monde de la ville au début des Trente Glorieuses. À la fois enquêtes et témoignages, ces œuvres qui ont parfois connu de très gros succès dans les salles de cinéma ou dans les librairies présentent la banlieue comme le lieu des audaces apostoliques avant la reprise en main par Rome de l’expérience des prêtres-ouvriers19. Là encore, c’est en les insérant dans un contexte culturel et intellectuel plus large, pour ensuite mieux mesurer la spécificité de la variable confessionnelle, que ces chantiers doivent être poursuivis et approfondis. La construction des savoirs urbains, par les échanges intellectuels qu’elle suppose et par la diversité des terrains dans laquelle elle s’inscrit, constitue de ce fait, autant que les discours savants ou pastoraux eux-mêmes, une piste de recherche prometteuse.

Les modes de construction des savoirs urbains

  • 20 Le site Métropolitiques [www.metropolitiques.eu], animé par des spécialistes d’histoire urbaine, d (...)
  • 21 Denis Pelletier, Économie et Humanisme. De l’utopie communautaire au combat pour le tiers-monde (1 (...)
  • 22 « Christiana. De l’urbanisme au développement : des militants d’origine chrétienne dans la fabriqu (...)
  • 23 Olivier Chatelan, L’Église et la ville. Le diocèse de Lyon à l’épreuve de l’urbanisation (1954-197 (...)

9Il n’est pas envisageable de recenser ici l’ensemble des travaux récents qui peuvent intéresser l’historien du catholicisme sur la question de l’élaboration des savoirs sur la ville20. On peut cependant suggérer quelques pistes, qui prolongent des recherches récentes ou en cours. Les méthodes de prélèvement des connaissances offrent une première prise pour l’historien. Il faudrait s’interroger en particulier sur l’importance de la procédure d’enquête dans le monde catholique, dans la lignée du travail de Denis Pelletier sur l’association « Économie et Humanisme21 ». D’inspiration leplaysienne, massivement utilisée au sein des mouvements de jeunes et d’adultes de l’Action Catholique spécialisée depuis les années 1930 (première étape du « voir, juger, agir » de la JOC), elle est aussi le mode d’acquisition des informations dans le cadre des recensements de la pratique dominicale au cours des années 1950-1960, avant de céder la place à des synthèses et des tentatives d’interprétation des résultats à partir du milieu des années 1960. Cette tradition d’enquête s’enrichit des avancées méthodologiques et technologiques du temps, comme le prouve le recours aux services de l’INSEE pour le dépouillement des enquêtes de type « Boulard » dans les diocèses les plus urbanisés. C’est donc sous l’angle de l’hybridation et de l’acculturation que se pose la question des modes d’élaboration des savoirs sur la ville. Ceci est particulièrement vrai pour la seconde moitié du XXe siècle qui reste relativement peu explorée par les historiens du catholicisme : au croisement du militantisme et de l’aménagement urbain porté par la planification d’État se fixe une grande partie des études urbaines portées par des catholiques engagés en tant que responsables associatifs, étudiants en sociologie ou professionnels de l’urbanisme dans le diagnostic et le traitement des dysfonctionnements de la ville (ségrégations sociospatiales, mal-logement, désindustrialisation de l’espace urbain22)... Les « forums » catholiques tels que les Semaines Sociales confirment la porosité des frontières confessionnelles et disciplinaires en matière de réflexion sur la ville contemporaine : les conférenciers viennent d’horizons professionnels et intellectuels très différents, de la haute fonction publique à la recherche universitaire en passant par le ministère épiscopal ou encore l’architecture, comme ce fut le cas par exemple lors de la Semaine de Brest en juillet 1965 consacrée à « l’homme et la révolution urbaine23 ».

  • 24 Ce fut l’objet d’une journée d’étude que nous avons organisée L’expertise urbaine dans le monde ca (...)
  • 25 Pierre Lassave, Les sociologues et la recherche urbaine dans la France contemporaine, Toulouse, PU (...)
  • 26 Jean-Philippe Warren, L’engagement sociologique. La tradition sociologique du Québec francophone ( (...)
  • 27 Pierre Lebrun, Le temps des églises mobiles. L’architecture religieuse des Trente Glorieuses, Pari (...)
  • 28 Franck Debié et Pierre Vérot, Urbanisme et art sacré. Une aventure du XXesiècle, Paris, Critérion, (...)

10De fait, les réseaux d’experts au sein du monde catholique et sur ses marges mériteraient à eux seuls des recherches aujourd’hui à peine esquissées24. Car la trajectoire de ces spécialistes de l’urbain – professeurs de séminaires ou d’instituts catholiques, évêques, sociologues actifs au sein de structures comme la Conférence internationale de sociologie religieuse – peut être identifiée par le biais de revues académiques, permettant ainsi la reconstitution de pôles, de réseaux et d’espaces de circulation des savoirs entre diocèses et entre organismes universitaires. Dans les travaux portant sur l’histoire de la sociologie urbaine en France est rarement évoqué le rôle des réseaux confessionnels ou celui de la formation chrétienne (comme pour Henri Coing ou Paul-Henri Chombart de Lauwe25), alors que des livres importants existent pour d’autres pays26. Pierre Lebrun a certes proposé une première approche pour la France du deuxième tiers du XXe siècle, en analysant les débats d’une avant-garde religieuse et artistique proche de la revue L’Art Sacré, mais l’étude est envisagée seulement sous l’angle de la construction d’églises démontables27. De même, en croisant architecture, urbanisme et questions pastorales à l’échelle nationale, Franck Debié et Pierre Vérot ont brossé un tableau très stimulant des catholiques confrontés au défi de l’urbanisation mais les réseaux intellectuels et confessionnels qui sous-tendent cette « aventure du XXe siècle » apparaissent comme une nébuleuse dont on connaît encore mal les lignes de force28. Par voie de conséquence, la question des usages de ces savoirs sur la ville au sein du monde catholique est relativement neuve. On peut ici suggérer quelques éléments de réflexion en proposant une entrée par les territoires, qui présente le double intérêt de fédérer un certain nombre de recherches et de servir de points de contact avec d’autres champs historiographiques.

De l’aménagement à la gouvernance

11L’emprise spatiale du catholicisme passe d’abord par la structuration et l’aménagement d’un territoire. Si les hommes qui sont à l’origine de cette appropriation commencent à peine à être identifiés, c’est que les usages normatifs ou critiques des savoirs urbains sont une question que les historiens défrichent également depuis peu de temps.

La construction de lieux de culte comme aménagement du territoire

  • 29 Jean-Pierre Moisset, Les biens de ce monde. Les finances de l’Église catholique au XIXesiècle dans (...)
  • 30 Pierre-Yves Saunier, « L’Église et l’espace de la grande ville au XIXe siècle : Lyon et ses parois (...)

12Au XIXe siècle, le renforcement du maillage paroissial par l’édification de nouveaux lieux de culte dans les faubourgs des principales cités, notamment industrielles, est une pratique récurrente dans les diocèses. Si cet aménagement du territoire urbain répond souvent à des préoccupations politiques et religieuses de restauration et de reconquête, il peut aussi s’analyser en termes économiques et financiers, au moment où la capitale en particulier connaît une forte croissance spatiale et démographique29. Cette politique d’équipement cultuel a également été interprétée comme la marque d’une sensibilité proprement spatiale chez certains évêques soucieux d’appréhender en termes quasiment géographiques le territoire dont ils portaient la responsabilité pastorale30.

  • 31 Frédéric Le Moigne et Dominique-Marie Dauzet (dir.), Dictionnaire des évêques de France au XXesièc (...)
  • 32 Olivier Chatelan, « L’évêque bâtisseur au XXe siècle : vue d’ensemble et perspectives de recherche (...)
  • 33 Georges Henry Laffont, L’adaptation du service de l’Église catholique à la recomposition du territ (...)
  • 34 Jacqueline Lalouette et Christian Sorrel (dir.), Les lieux de culte en France (1905-2008), Paris, (...)
  • 35 Michel Brisacier, « L’implantation des lieux de culte dans le diocèse de Paris (1871-1980) », Cahi (...)
  • 36 Jacques-Olivier Boudon, Paris capitale religieuse sous le Second Empire, Paris, Cerf, 2001.
  • 37 Bruno Dumons, « L’évêque et ses collaborateurs », Frédéric Le Moigne et Christian Sorrel (dir.), L (...)

13Pour le siècle suivant, le récent Dictionnaire des évêques de France au XXesiècle31 montre que plusieurs membres de l’épiscopat se sont intéressés aux problèmes d’aménagement urbain parce qu’ils se sont trouvés confrontés à la nécessité de construire de nouvelles églises. L’esquisse d’une première généalogie des évêques bâtisseurs à l’échelle nationale a pu prouver que les objectifs, les moyens à disposition et les débats que ces constructions suscitent ont fortement changé au cours du siècle, passant d’une logique de défense religieuse après la loi de Séparation de 1905 à des stratégies de reconquête (de l’entre-deux-guerres au début des années 1970) puis d’effacement (années 1970) avant de regagner en visibilité dans l’espace public depuis le pontificat de Jean-Paul II et la « nouvelle évangélisation32 ». D’une façon plus générale, les recompositions des territoires diocésains (modification des limites d’archiprêtrés, création des « secteurs », fondations ou regroupements des paroisses) peuvent servir de révélateurs des dynamiques sociales et religieuses telles qu’elles sont perçues par les responsables pastoraux, comme le montrent des recherches récentes en géographie33. De ce point de vue, les services diocésains en prise directe avec le patrimoine religieux urbain – chancellerie, offices chargés des nouvelles paroisses – ou les œuvres suscitées par l’autorité religieuse pour assurer une véritable veille territoriale aux confins de la ville – comme les Chantiers du Cardinal ou l’Œuvre du Christ dans la banlieue – restent peu connus, même si des pistes de recherche ont récemment été proposées34. Il semble qu’un nombre limité d’ecclésiastiques (plus rarement des personnalités laïques) choisis pour leur dévouement, leurs compétences juridiques et leur polyvalence ait porté dans chaque diocèse la prise en charge de l’équipement cultuel. Ce recensement reste cependant à faire pour une large part. Le cas parisien est emblématique de l’ampleur de la tâche à accomplir pour connaître plus rigoureusement les hommes qui ont pensé l’adaptation du maillage religieux à la croissance urbaine : si le chanoine Touzé est souvent cité comme cheville ouvrière des Chantiers du Cardinal dans le diocèse de Paris, il n’existe pas à ce jour d’étude scientifique sur ce collaborateur de l’ombre et, plus largement, sur l’histoire de cette œuvre à l’origine de la construction de plus d’une centaine d’églises dans et autour de la capitale35, alors que la période du Second Empire est désormais bien connue36. De fait, les collaborateurs de l’évêque constituent une population dont l’étude plus systématique pourrait utilement contribuer à la compréhension de la gouvernance du territoire diocésain37.

Gouverner et réformer la ville

  • 38 Jacques Palard, Pouvoir religieux et espace social. Le diocèse de Bordeaux comme organisation, Par (...)
  • 39 Nicolas Champ, La religion dans l’espace public. Catholiques, protestants et anticléricaux en Char (...)

14Le territoire entendu comme lieu de pouvoir et de régulation est une approche classique en histoire religieuse contemporaine. L’étude déjà ancienne de Jacques Palard sur le diocèse de Bordeaux avait montré comment l’histoire religieuse pouvait s’enrichir d’une réflexion sociologique qui croise recompositions territoriales, jeux d’acteurs et institutions ecclésiales de type synodal38. La thèse récente de Nicolas Champ démontre avec force toute la fécondité que l’historien peut tirer de l’analyse d’un territoire comme espace public où se côtoient et entrent en concurrence communautés catholiques et protestantes et administrations publiques. Les marqueurs religieux dans l’espace (églises, écoles, cimetières, pèlerinages) sont interrogés du point de vue de la pluralité confessionnelle qu’ils concourent à mettre en œuvre et contribuent par conséquent à livrer une lecture nuancée de la sécularisation : dans l’espace étudié par Nicolas Champ, celle-ci tient moins à un retrait du religieux qu’à la croissance de l’État et de ses prérogatives scolaires et au renforcement des identités communales39.

  • 40 « Les travaux du Concile. Le schéma sur les évêques et le gouvernement des diocèses », La Document (...)

15Bien des questions restent cependant en suspens. Dans quelle mesure une étude des représentations spatiales dans le clergé peut-elle enrichir l’histoire de la gouvernance au sein du catholicisme contemporain ? Les évêques en particulier font-ils un usage de savoirs urbains ? Il serait par exemple intéressant de saisir ce qu’historiquement le « métier » d’évêque a pu recouvrir dans l’aménagement urbain, à l’échelle du diocèse certes, mais également à l’échelle nationale, voire européenne pour les prélats les plus influents. Ainsi, le cardinal-archevêque de Bologne Giacomo Lercaro (1891-1976) fait figure de modèle de l’évêque bâtisseur en Europe dans les années 1950 et plusieurs publications émanant des diocèses français et belges évoquent son travail de prélat soucieux d’urbanisme religieux. Lors du concile Vatican II (1962-1965), l’archevêque espagnol de Vitoria Francisco Peralta y Ballabriga se fait le défenseur d’une connaissance et d’une utilisation accrue des « lois sociologiques » afin de rendre plus efficace l’encadrement des fidèles dans les grandes villes, notamment en Europe40. Ces deux exemples sont-ils significatifs d’une attention particulière d’une partie au moins de l’épiscopat aux questions territoriales, bien que les débats et les textes conciliaires évoquent peu l’espace en général et la ville en particulier ?

  • 41 Olivier Chatelan, L’Église et la ville..., op. cit.
  • 42 Patrick Le Galès, « Gouvernance », Jacques Lévy et Michel Lussault (dir.), Dictionnaire de la géog (...)
  • 43 Gabriel Matagrin, Le chêne et la futaie. Une Église avec les hommes de ce temps. Entretiens avec C (...)
  • 44 Jean-Michel Vasquez, La cartographie missionnaire en Afrique. Science, religion et conquête (1870- (...)

16Les dispositifs de « pastorale d’ensemble » et de « pastorale urbaine » que tentent de mettre en place certains diocèses au cours des années 1960-1970 témoignent en tout cas de tentatives pour proposer une gestion neuve du territoire diocésain, faite de coordination, d’échanges « horizontaux » d’informations, de prise d’initiatives des différents acteurs et de régulation de la part de l’autorité religieuse, plus que d’imposition d’une politique normative sur un mode « vertical41 ». Bien que ce concept s’applique habituellement aux États ou aux organisations supranationales, l’usage du terme « gouvernance42 » paraît donc non seulement légitime mais également fécond pour le second XXe siècle. Pourtant, ces dispositifs restent peu étudiés malgré des témoignages récents d’évêques43, alors que les logiques territoriales qu’ils dévoilent sont révélatrices de la gestion des carrières ecclésiastiques, des stratégies de prise en charge des fidèles ou d’une attention aigüe pour certaines questions sociales et économiques – par exemple l’attraction exercée par le complexe industriel chimique dans le cas de la zone pastorale interdiocésaine de la vallée du Rhône créée en 1967. À cet égard, les documents cartographiques (plans, cartes à différentes échelles, croquis) utilisés dans les chancelleries des évêchés restent peu exploités pour la période contemporaine. Jean-Michel Vasquez a montré dans un ouvrage récent la richesse analytique que l’historien peut tirer des cartes missionnaires, pour la période d’apogée de l’apostolat outre-mer (1870-1930). Loin de constituer une simple illustration d’un récit ou d’une politique, la carte témoigne d’un espace approprié, aménagé, voire rêvé44. Elle aussi donnerait sans aucun doute à voir des processus d’acculturation de savoirs et de savoir-faire géographiques, par exemple lors des regroupements de paroisses ou pour les recensements de la pratique religieuse dans les diocèses.

  • 45 René Schoonbrodt, Vouloir et dire la ville. Quarante années de participation citoyenne à Bruxelles(...)
  • 46 Eddy Cherki et Dominique Mehl (dir.), Contre-pouvoirs dans la ville : enjeux politiques des luttes (...)
  • 47 Viviane Claude, Faire la ville. Les métiers de l’urbanisme au XXesiècle, Paris, Parenthèses, 2006, (...)

17Enfin, l’entrée par le territoire permet de saisir les usages militants de l’expertise : dans sa dimension critique, la réforme urbaine n’est pas absente de l’histoire de certains mouvements ou associations qui revendiquent une proximité plus ou moins forte avec le catholicisme. Le cas bruxellois est de ce point de vue emblématique des réseaux à mettre au jour et peut servir d’exemple. Acteur déterminant dans la mise en œuvre de dispositifs de participation et de concertation, l’Atelier de recherche et d’action urbaines (ARAU) est une association d’habitants fondée en 1969, très active dans l’aménagement de Bruxelles jusqu’à aujourd’hui. Cette structure naît de la rencontre entre trois personnalités engagées dans l’Église qui refusent les politiques urbaines menées dans la capitale belge : un jeune sociologue de l’Université catholique de Louvain, membre actif du Mouvement ouvrier chrétien, René Schoonbrodt ; le curé de la paroisse bruxelloise des Marolles, Jacques Van der Biest, qui a soutenu une thèse sur la pastorale urbaine aux Facultés catholiques de Lyon ; un avocat spécialisé en droit social, Philippe de Keyser. Tous trois, avec d’autres sociologues et théologiens, ont fait connaissance dans un « Groupe urbanisme » lors de la préparation de la rencontre « Berlaymont IV » entre membres du clergé et responsables laïcs proposée par l’épiscopat bruxellois dans l’élan de l’aggiornamento de Vatican II45. Les débuts de cet organisme laïc, très avancé sur les questions de démocratie locale et d’habitat social, sont donc directement liés à un terreau catholique, qui nourrit bon nombre de ses adhérents. Des cas semblables existent en France (le Comité VDL 14 à Paris, les comités de quartier de Villejean à Rennes) et ont parfois été mis en lumière par les sociologues spécialistes des luttes urbaines46, mais ils sont encore trop rarement au cœur de travaux historiques, alors même que ces réseaux issus du militantisme catholique croisent aisément histoire religieuse et histoire sociale. D’une façon similaire, la nébuleuse des bureaux d’études qui accompagne la planification et le développement de la recherche urbaine en France sous l’égide de l’État47 est également le lieu d’une participation des catholiques à la fabrique de la ville contemporaine au sein d’associations issues d’une matrice catholique (Économie et Humanisme, Adels) ou de syndicats (CFDT), dans un contexte de professionnalisation et de politisation de la recherche urbaine.

18Le détour par le territoire et par la ville offre à l’historien du catholicisme des espaces de recherche aux problématiques renouvelées depuis quelques années, qui viennent compléter l’acquis précieux des monographies diocésaines. Au contact d’autres historiographies (l’histoire urbaine notamment) et en ne refusant pas le dialogue avec des sciences sociales voisines (sociologie, géographie), les nouveaux chantiers de l’histoire religieuse qui prennent l’urbain comme objet témoignent d’un dynamisme certain. Ils contribuent à mettre en perspective des tensions qui traversent l’histoire du catholicisme aux XIXe et XXe siècles. On se contentera ici d’en évoquer succinctement deux. La première tension porte sur le couple cité-ville qui, dans les représentations catholiques, ne renvoie que partiellement à des réalités identiques. Si le premier terme est porté par une tradition patristique (d’Augustin à Thomas d’Aquin) et revient fréquemment dans les encycliques romaines comme idéal à la fois politique et religieux, le second est plus délicat à appréhender : la ville est certes un élément structurant de discours ruralistes critiques à l’égard de la modernité mais elle est aussi le cadre de pratiques sociales toujours plus nombreuses du fait d’une urbanisation croissante de la société française à l’époque contemporaine. La deuxième tension a un rapport direct avec l’échelle de perception du phénomène urbain dans le monde catholique. Dans les milieux d’Église, deux représentations de la ville dominent : d’une part, une conception abstraite et universelle qui fait de l’urbain une nouvelle civilisation porteuse d’un mode de vie original qu’il s’agit de comprendre et de moraliser ; d’autre part, une vision très resserrée de la ville, qui considère le local (le quartier, la paroisse) comme l’échelon fondamental de l’action. Entre les deux, la grande ville peine à être retenue comme un niveau d’analyse particulièrement significatif. Peut-être n’y a-t-il là qu’une illusion d’optique liée au nombre encore limité d’études croisant histoire urbaine et histoire religieuse à l’échelle des métropoles. Gageons que les chantiers qui viennent d’être évoqués permettent à l’avenir de mieux connaître cette dimension spatiale du catholicisme contemporain.

Notes

1 Marc Spindler, Pour une théologie de l’espace, Neufchâtel, Delachaux et Niestlé, 1968 ; Harvey Cox, La cité séculière. Essai théologique sur la sécularisation et l’urbanisation, Paris, Casterman, 1968 ; Joseph Comblin, Théologie de la ville, Paris, Éditions Universitaires, 1968 ; Jacques Ellul, Sans feu, ni lieu, Paris, Gallimard, 1975.

2 Un état des lieux a été dressé : Bruno Dumons, « Villes et christianisme dans la France contemporaine. Historiographies et débats », Histoire Urbaine, 13, 2005, p. 155-166.

3 Philippe Boutry, « Paroisses et clergé paroissial en France », Benoît Pellistrandi (dir.), L’histoire religieuse en France et en Espagne, Madrid, Casa de Velásquez, 2004, p. 175-200, citation p. 177.

4 Christian Sorrel, « Échelles et espaces : le diocèse. Réflexions sur l’historiographie française contemporaine », Benoît Pellistrandi (dir.), L’histoire religieuse en France et en Espagne, op. cit., p. 225-247.

5 Claude Langlois, « Le catholicisme à la rencontre de la ville. Entre après-guerre et Concile », Urbanité et liens religieux, Annales de la Recherche Urbaine, 96, octobre 2004, p. 17-23 ; « Les champs délaissés », Revue d’Histoire de l’Église de France, 86, juillet-décembre 2000, p. 757-769.

6 Matthieu Brejon de Levergnée, La Société Saint-Vincent-de-Paul au XIXe siècle. Un fleuron du catholicisme social, Paris, Cerf, 2008 ; Nicolas Lyon-Caen, La boîte à Perrette. Le jansénisme parisien au XVIIIe siècle, Paris, Albin Michel, 2010.

7 Paul Chopelin, Ville patriote et ville martyre. Lyon, l’Église et la Révolution (1788-1805), Paris, Letouzey et Ané, 2010.

8 Bruno Dumons et Bernard Hours (dir.), Ville et religion en Europe du XVIe au XXe siècle. La cité réenchantée, Grenoble, PUG, 2010 ; Olivier Chatelan, « Les catholiques et l’urbanisation de la société française », Vingtième Siècle, 111, juillet-septembre 2011, p. 147-158.

9 Christian Topalov, Laurent Coudroy de Lille, Jean-Charles Depaule et Brigitte Marin (dir.), Trésor des mots de la ville. Dictionnaire historique plurilingue, Paris, Robert Laffont, 2010.

10 Catherine Maurer, La ville charitable. Les œuvres sociales catholiques en France et en Allemagne au XIXe siècle, coll. « Histoire religieuse de la France », Paris, Cerf, 2012.

11 Philippe Boutry et André Encrevé (dir.), La religion dans la ville, Bordeaux, Bière, 2003 ; Lucine Endelstein, Sébastien Fath et Séverine Mathieu (dir.), Dieu change en ville. Religion, espace, immigration, Paris, L’Harmattan, 2010.

12 Éric Mension-Rigau, Le donjon et le clocher. Nobles et curés de campagne de 1850 à nos jours, Paris, Perrin, 2003.

13 Danièle Hervieu-Léger, Catholicisme, la fin d’un monde, Paris, Bayard, 2003, p. 90-131.

14 Arnaud Bauberot et Florence Bourillon (dir.), Urbaphobie. La détestation de la ville aux XIXe et XXe siècles, Bordeaux, Bière, 2009.

15 Annie Fourcaut, La banlieue en morceaux. La crise des lotissements défectueux en France dans l’entredeux-guerres, Grâne, Créaphis, 2000, p. 152-166.

16 Raymond Jouve, La conquête d’une banlieue : Croix-Luizet, Paris, Bloud et Gay, 1931.

17 Annie Fourcaut, Emmanuel Bellanger et Mathieu Flonneau (dir.), Paris-banlieues. Conflits et solidarités, historiographie, anthologie, chronologie (1788-2006), Paris, Créaphis, 2007, p. 194.

18 Olivier Chatelan, « Les catholiques et les grands ensembles. Apports théoriques et engagements militants, du début des années 1950 au milieu des années 1970 », Annie Fourcaut et Patrick Harismendy (dir.), Grands ensembles, intentions et pratiques (1850-1970), Rencontres urbaines de Mazier de novembre 2010, Ville de Saint-Brieuc, 2011, p. 163-180.

19 Frédéric Gugelot, « De l’enquête à la fiction, les catholiques et la banlieue parisienne dans les années 1950 », Colloque international « Regards catholiques sur les capitales : Rome, Québec, Bruxelles, Paris aux XIXe et XXe siècles », université Libre de Bruxelles-université Concordia, Belspo, Bruxelles, 22-23 mars 2012 (à paraître).

20 Le site Métropolitiques [www.metropolitiques.eu], animé par des spécialistes d’histoire urbaine, donne par exemple un aperçu précieux des avancées de la recherche et des convergences possibles.

21 Denis Pelletier, Économie et Humanisme. De l’utopie communautaire au combat pour le tiers-monde (1941-1966), Paris, Cerf, 1996.

22 « Christiana. De l’urbanisme au développement : des militants d’origine chrétienne dans la fabrique de la ville des années 1960 à nos jours (France-Belgique) », programme de recherche pluridisciplinaire coordonné en 2009-2011 par Maryvonne Prévot.

23 Olivier Chatelan, L’Église et la ville. Le diocèse de Lyon à l’épreuve de l’urbanisation (1954-1975), Paris, L’Harmattan-AFSSR, 2012.

24 Ce fut l’objet d’une journée d’étude que nous avons organisée L’expertise urbaine dans le monde catholique francophone au XXe siècle (Laboratoire de Recherche Historique Rhône-Alpes), Lyon, 7 février 2013 (actes en préparation).

25 Pierre Lassave, Les sociologues et la recherche urbaine dans la France contemporaine, Toulouse, PU du Mirail, 1997.

26 Jean-Philippe Warren, L’engagement sociologique. La tradition sociologique du Québec francophone (1886-1955), Montréal, Boréal, 2003.

27 Pierre Lebrun, Le temps des églises mobiles. L’architecture religieuse des Trente Glorieuses, Paris, Infolio, 2011.

28 Franck Debié et Pierre Vérot, Urbanisme et art sacré. Une aventure du XXe siècle, Paris, Critérion, 1991.

29 Jean-Pierre Moisset, Les biens de ce monde. Les finances de l’Église catholique au XIXe siècle dans le diocèse de Paris (1802-1905), Bordeaux, PUB, 2004, p. 177-191.

30 Pierre-Yves Saunier, « L’Église et l’espace de la grande ville au XIXe siècle : Lyon et ses paroisses », Revue Historique, 584, octobre-décembre 1992, p. 321-348.

31 Frédéric Le Moigne et Dominique-Marie Dauzet (dir.), Dictionnaire des évêques de France au XXe siècle, Paris, Cerf, 2010.

32 Olivier Chatelan, « L’évêque bâtisseur au XXe siècle : vue d’ensemble et perspectives de recherche », Frédéric Le Moigne et Christian Sorrel (dir.), Les évêques français de la Séparation au pontificat de Jean-Paul II, Paris, Cerf, 2013, p. 247-262.

33 Georges Henry Laffont, L’adaptation du service de l’Église catholique à la recomposition du territoire de l’agglomération stéphanoise, thèse de doctorat de géographie, université Lyon II, 2005.

34 Jacqueline Lalouette et Christian Sorrel (dir.), Les lieux de culte en France (1905-2008), Paris, Letouzey et Ané, 2008.

35 Michel Brisacier, « L’implantation des lieux de culte dans le diocèse de Paris (1871-1980) », Cahiers de l’IHTP, 12, 1989, p. 73-89.

36 Jacques-Olivier Boudon, Paris capitale religieuse sous le Second Empire, Paris, Cerf, 2001.

37 Bruno Dumons, « L’évêque et ses collaborateurs », Frédéric Le Moigne et Christian Sorrel (dir.), Les évêques français de la Séparation au pontificat de Jean-Paul II..., op. cit., p. 203-220.

38 Jacques Palard, Pouvoir religieux et espace social. Le diocèse de Bordeaux comme organisation, Paris, Cerf, 1985 ; du même auteur : « Les recompositions territoriales de l’Église catholique entre singularité et universalité », Archives de Sciences Sociales des Religions, 107, juillet-septembre 1999, p. 55-75.

39 Nicolas Champ, La religion dans l’espace public. Catholiques, protestants et anticléricaux en Charente-Inférieure au XIXe siècle, Bordeaux, Fédération historique du Sud-Ouest, 2010.

40 « Les travaux du Concile. Le schéma sur les évêques et le gouvernement des diocèses », La Documentation Catholique, 1414, 15 décembre 1963, p. 1716-1717.

41 Olivier Chatelan, L’Église et la ville..., op. cit.

42 Patrick Le Galès, « Gouvernance », Jacques Lévy et Michel Lussault (dir.), Dictionnaire de la géographie et de l’espace des sociétés, Paris, Belin, 2003, p. 418-422.

43 Gabriel Matagrin, Le chêne et la futaie. Une Église avec les hommes de ce temps. Entretiens avec Charles Ehlinger, Paris, Bayard, 2000.

44 Jean-Michel Vasquez, La cartographie missionnaire en Afrique. Science, religion et conquête (1870-1930), Paris, Karthala, 2011.

45 René Schoonbrodt, Vouloir et dire la ville. Quarante années de participation citoyenne à Bruxelles, Bruxelles, Archives d’architecture moderne, 2007.

46 Eddy Cherki et Dominique Mehl (dir.), Contre-pouvoirs dans la ville : enjeux politiques des luttes urbaines, Paris, Autrement, 1993 ; Dominique Mehl, « Les voies de la contestation urbaine », Les Annales de la Recherche Urbaine, 6, janvier 1980, p. 26-62.

47 Viviane Claude, Faire la ville. Les métiers de l’urbanisme au XXe siècle, Paris, Parenthèses, 2006, p. 168-173.

Auteur

Agrégé de l’université.

© Presses universitaires de Rennes, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540