Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le catholicisme en chantiers

 | 
Bruno Dumons
, 
Christian Sorrel

Deuxième partie. Société et changement social

Des œuvres aux associations. Culture et engagement catholiques

Matthieu Brejon de Lavergnée

Texte intégral

  • 1 Lettres de Frédéric Ozanam, Paris, Klincksieck, 1961-1997, t. 1, no 173 : Lyon, 9 avril 1838. Synt (...)

« Que l’association, mon ami, est une merveilleuse chose... »
Frédéric Ozanam à François Lallier (1838)1.

  • 2 André Frossard, Dieu existe, je L’ai rencontré, Paris, Fayard, 1969, p. 105-108. Même complexité c (...)
  • 3 Charles Molette, L’Association Catholique de la Jeunesse française (1886-1907). Une prise de consc (...)
  • 4 Commode synthèse par Gérard Cholvy, Histoire des organisations et mouvements chrétiens de jeunesse (...)
  • 5 Gérard Cholvy, « De l’homme d’œuvres au militant : une évolution dans la conception du laïcat cath (...)
  • 6 Généalogie bien soulignée en amont par les modernistes : Louis Châtellier, L’Europe des dévots, Pa (...)
  • 7 Annie Collovald (dir.), L’humanitaire ou le management des dévouements. Enquête sur un militantism (...)

1Dans son fameux Dieu existe, je L’ai rencontré, André Frossard rapporte que son père, secrétaire général du parti communiste, se disait prêt avec ses camarades à accueillir Jésus, « s’il reviendrait... », autrement mieux que le « parti » des prêtres et des bourgeois2. Cette mention témoigne de l’étonnante survivance du Jésus ouvrier de 1848 jusque dans les milieux anticléricaux, mais aussi d’une perception de l’engagement catholique en terme de classe. De fait, l’apogée que vit le catholicisme dans les années 1920 à la conjonction du renouveau spiritualiste, du ralliement et du catholicisme social, est largement porté dans les œuvres par la bourgeoisie si ce n’est la noblesse, malgré la volonté de « mêler les rangs », à l’Association Catholique de la Jeunesse Française (1886) comme au Sillon (1899)3. La « spécialisation » qui émerge alors atteste, au sein du catholicisme, d’une même sensibilité. Avec la Jeunesse Ouvrière Chrétienne (1926), il ne s’agit plus tant d’aller au peuple que d’obéir à l’injonction guérinienne : « Nous referons chrétiens nos frères4. » L’apostolat des notables fait long feu au profit de l’apostolat du semblable par le semblable ; la figure de l’homme d’œuvres cède progressivement le pas à celle du militant5. Celles-ci, propres respectivement au XIXe et au XXe siècle, s’inscrivent dans un arc chronologique plus large où l’on peut distinguer en amont la figure du dévot, typique d’un XVIIe siècle qui lie sanctification personnelle et agir politique, et en aval, au plus près de nous, celles du bénévole ou de l’humanitaire, associées aux précarités de nos sociétés développées comme aux engagements sans frontières6. Quête du salut, question sociale, question humanitaire : ce sont aussi les paradigmes mobilisateurs du dévouement associatif qui évoluent7.

  • 8 Pour le XXe siècle, les sections LA (mouvements laïcs) et PP (dépôts personnels) du Centre Nationa (...)

2Une approche socio-historique du catholicisme social permet de décloisonner cet objet de recherche qui ne peut s’offrir le luxe de l’originalité. Sauf à empiler, aussi utiles soient-elles, biographies de militants et monographies d’œuvres au gré des versements archivistiques8, un surinvestissement méthodologique et problématique paraît nécessaire, sans crainte d’aller puiser dans les champs historiographiques étrangers à l’histoire religieuse et jusque dans les autres sciences sociales. Démarche certes coûteuse en temps et en énergie pour le chercheur, c’est à ce prix cependant qu’il peut espérer renouveler son objet d’étude et contribuer à l’histoire des sociétés marquées par l’engagement des laïcs dans la cité.

Éloge de la complexité

  • 9 Jean-Marie Mayeur, Catholicisme social et démocratie chrétienne. Principes romains, expériences fr (...)
  • 10 Jean-Baptiste Duroselle, Les débuts du catholicisme social en France (1822-1870), Paris, PUF, 1951 (...)

3Mais qu’est-ce, à proprement parler, que le catholicisme social ? Sans faire ici la généalogie d’une expression indigène – mouvante avant Rerum Novarum (1891), établie ensuite, puis contestée dans les années 1960 –, c’est plutôt le « concept opératoire » utilisé par les historiens qui nous intéresse9. Retenons, comme trois jalons historiographiques, les définitions données par Jean-Baptiste Duroselle (1951), Jean-Marie Mayeur (1972) et Denis Pelletier (2004)10.

  • 11 Jean-Baptiste Duroselle, Les débuts..., op. cit., p. 24.
  • 12 André Gueslin, L’invention de l’économie sociale. Idées, pratiques et imaginaires coopératifs et m (...)
  • 13 Jean-Pierre Rioux et Jean-François Sirinelli (dir.), Pour une histoire culturelle, Paris, Le Seuil (...)

4Pour Jean-Baptiste Duroselle, trois conditions doivent être réunies pour parler de catholicisme social : la prise de conscience d’un « problème social » nouveau, la recherche des « conditions théoriques » de sa solution, l’essai de résolution par des « réalisations pratiques11 ». L’auteur revendique une distinction forte entre les termes charitable et social, coupant arbitrairement au sein d’une nébuleuse où il est plusieurs manières, parfois confuses, d’appréhender la question sociale. C’est le reproche que l’histoire culturelle a parfois adressé à la vieille histoire des idées : celui de privilégier les corps de doctrine bien constitués, les grands textes et les auteurs reconnus, alors qu’une sensibilité politique ou religieuse doit être saisie dans toute l’épaisseur de ses expressions. « L’homme de bien qui fait construire un hôpital » n’a pas à être évacué sous prétexte qu’il ne s’attaque pas aux racines de la misère mais à ses effets seulement. C’est bien souvent parce que les hommes d’œuvres se sont occupés de pauvres qu’ils en viennent à réfléchir au paupérisme, parce qu’ils ont pratiqué la charité qu’ils inventent l’économie sociale12. Il faut d’emblée, selon l’expression de Jean-François Sirinelli, faire sien un certain « éloge de la complexité » au détriment du vieux maître13.

  • 14 Émile Poulat, Intégrisme et catholicisme intégral, un réseau secret international antimoderniste : (...)
  • 15 Jean-Marie Mayeur, Catholicisme social..., op. cit., p. 19.
  • 16 Les petits bourgeois (1843-1844), dans La Comédie humaine, VIII, Études de mœurs : scènes de la vi (...)
  • 17 Émile Poulat, Catholicisme, démocratie et socialisme, op. cit., p. 137.

5Marqué par les travaux d’Émile Poulat sur la culture intransigeante comme matrice du catholicisme social et de la démocratie chrétienne14, Jean-Marie Mayeur envisage de manière plus compréhensive la « tradition catholique sociale » comme « les écoles de pensée et les mouvements qui ont voulu résoudre la question sociale, c’est-à-dire l’ensemble des problèmes sociaux (et non pas seulement ouvriers) nés du libéralisme économique et de la révolution industrielle, à la lumière des enseignements du catholicisme15 ». Cet élargissement des horizons invite à sortir des réalisations pratiques – la litanie, monotone à la longue, des innombrables œuvres répondant à autant de misères comparées par Balzac à ces « boîtes à compartiments où l’on met les dragées par sortes16 » – mieux, à les comprendre dans leur enracinement et leur horizon religieux. La question sociale n’est qu’un aspect d’un catholicisme qui « s’est pensé, voulu et donné comme la solution intégrale à la catastrophique irréligion des temps modernes17 ».

6Denis Pelletier devait témoigner, une génération plus tard, des déplacements de l’histoire religieuse aussi bien dans la direction d’une histoire sociale du religieux que d’une histoire religieuse du social. Il définit le catholicisme social comme :

  • 18 Denis Pelletier, « Le catholicisme social... », art. cit., p. 372.

« Une configuration historiquement datée de l’engagement catholique, qui articule des pratiques collectives inscrites dans des institutions militantes caractéristiques de la société industrielle (œuvres, mouvements, syndicats), sur un projet global de société, une utopie alternative dont la doctrine sociale de l’Église constitue le cadre de référence18. »

7Pratiques collectives, institutions militantes, projet global de société, ajoutons-y le « feuilletage militant », c’est-à-dire les générations successives à l’œuvre sur le terrain social : l’ensemble forme un type d’engagement caractéristique d’une époque.

Déconstructions

  • 19 Tous deux sont nés en 1917. Henri Rollet, L’action sociale des catholiques en France (1871-1901), (...)
  • 20 André Gueslin, Les gens de rien. Une histoire de la grande pauvreté dans la France du XXesiècle, P (...)
  • 21 Sur les enjeux idéologiques de cette commémoration : Jean-Luc Mayaud, « Le centenaire de la révolu (...)
  • 22 Pour la France : Yves Ledure (dir.), Rerum Novarum en France. Le père Dehon et l’engagement social (...)

8Au lendemain de la guerre, le catholicisme social fait l’objet de deux grandes thèses soutenues en Sorbonne par Henri Rollet (1947) et Jean-Baptiste Duroselle (1949)19. Elles sont marquées par le contexte d’après-guerre. La mise en place de la Sécurité Sociale, puis le départ de croissance qui inaugure les « Trente Glorieuses » créent un climat d’espérance. Par la grâce de l’État et du plein emploi, la pauvreté, croit-on, va enfin disparaître20. C’est aussi l’époque du centenaire de la révolution de 1848 qui avait tenté, déjà, de résoudre la question sociale21. La similitude des représentations dont témoigne l’introduction des deux thèses est frappante : l’opposition est partagée entre une charité (dépassée) et une justice sociale (d’avenir) ; la périodisation exalte la IIe République et réduit le Second Empire à ses « tendances paternalistes » (Duroselle), déplaçant l’intérêt vers l’après 1870-1871 (Rollet) et la seconde démocratie chrétienne qui, dans le sillage de Rerum Novarum (1891), a beaucoup mobilisé les historiens22.

  • 23 Michel Fourcade, « L’affaire Par notre faute », Dominique Avon et Michel Fourcade (dir.), Mentalit (...)
  • 24 Bernard Grœthuysen, Origines de l’esprit bourgeois en France, t. 1, Paris, Gallimard, 1977 [1ère é (...)
  • 25 Gérard Cholvy, Frédéric Ozanam. L’engagement d’un intellectuel catholique au XIXesiècle, Paris, Fa (...)

9Cette historiographie qui lie étroitement catholicisme social et démocratie chrétienne est renforcée par la conjonction de trois tendances dans les années 1960. La première tient à l’influence de l’Histoire des catholiques français au XIXesiècle (1947) d’Henri Guillemin (né en 1903), moins histoire à vrai dire que « petit livre noir », charge univoque contre les compromissions des catholiques, les alliances contre-nature du sabre et du goupillon, l’asservissement de l’idéal évangélique aux intérêts bourgeois23. Esprit bourgeois et esprit chrétien seraient-ils contradictoires ? Vieille question posée par Bernard Grœthuysen, reprise par Émile Poulat24. De ce procès, seul le catholicisme libéral sort indemne, celui du Sillon dans lequel revivent les enthousiasmes de la génération romantique des Lacordaire et Ozanam25. Entre les deux, même parenthèse dont le Second Empire fait particulièrement les frais. Pierre Pierrard (né en 1920) s’inscrit dans cette veine. Il oppose Guillemin à Daniel-Rops qui publiait au même moment les premiers volumes de son Histoire de l’Église du Christ :

  • 26 La Croix, 10 juin 1992.

« Quand on ferme le dernier Daniel-Rops, on se demande pourquoi tous les Français ne sont pas des fils fidèles de la sainte Église ; quand on quitte Guillemin, on commence à comprendre pourquoi tant de Français ont, en fait, abandonné le catholicisme26. »

  • 27 Il revendique être « issu d’une lignée d’ouvriers » : Pierre Pierrard, Les pauvres et leur histoir (...)
  • 28 Il le confesse explicitement, après avoir rappelé ses origines géographiques (le Nord industriel) (...)
  • 29 Pierre Pierrard, L’Église et les ouvriers en France (1840-1940), Paris, Hachette, 1984.
  • 30 1848... Les pauvres, l’évangile et la révolution, Paris, Desclée, 1977, p. 242.
  • 31 D’après une formule d’un militant socialiste, Claude Jamet, en avril 1936 (Notre Front populaire, (...)
  • 32 Corinne Bonafoux, À la droite de Dieu. La Fédération Nationale Catholique (1924-1944), Paris, Faya (...)
  • 33 Guillaume Cuchet, « Nouvelles perspectives historiographiques sur les prêtres-ouvriers », Vingtièm (...)
  • 34 Ludovic Laloux, né en 1963, comme Olivier Landron, né en 1968, illustrent un renversement de persp (...)

10À la fois catholique et issu de milieu populaire27, sa grande synthèse L’Église et les ouvriers en France (1840-1940) témoigne d’une angoisse fondamentale face au divorce de ses deux enracinements, confessionnel et social28. L’ouvrage peut se comprendre comme la tentative d’éclairer par l’histoire le fameux France, pays de mission ? (1943) des abbés Henri Godin et Yvan Daniel qui a tant marqué le jeune homme. On retrouve chez Pierrard la périodisation héritée de Duroselle et Rollet, avec toujours ce goût du jugement qui le conduit à mettre en valeur la Chronique Sociale de Marius Gonin (1892), l’Action Populaire des jésuites Henri Leroy et Gustave Desbuquois (1902), les Semaines Sociales d’Henri Lorin (1904), les « abbés démocrates » puis les « prêtres sociaux », la JOC/JOCF comme la CFTC29... À l’instar de la révolution de 1848, les grèves de 1936 sont intégrées à la mythologie chrétienne. La première est le moment d’un « consensus miraculeux » entre le peuple opprimé et l’Église, bientôt suivi d’un assaut de cléricalisme30. De même, le « coude à coude au sein des usines occupées au printemps de 1936 » s’abîme dans les tentations vichystes d’une Église qui refuse d’admettre que le cœur de Jésus battait à gauche31. Aux masses combatives de la Fédération Nationale Catholique du général de Castelnau (1924) – plus récemment mise en lumière par Corinne Bonafoux (née en 1961)32 – est préférée l’expérience des prêtres-ouvriers, anti-thèse d’une Église située « à la droite de Dieu ». Elle repose sur une série de ruptures : avec la paroisse, un christianisme bourgeois, les compromissions politiques de la hiérarchie33. L’« enfouissement » devient bientôt un modèle que les communautés nouvelles, qui ne négligent pas la dimension sociale de leur foi, allaient remettre en cause au nom d’une « nouvelle évangélisation34 ».

  • 35 Denis Pelletier, La crise catholique. Religion, société, politique en France (1965-1978), Paris, P (...)

11Le marxisme est indéniablement la deuxième influence intellectuelle qui pèse sur l’historiographie du catholicisme social. La génération des chrétiens gauchistes décrite par Denis Pelletier, l’ouvrage du père Chenu sur La doctrine sociale de l’Église comme idéologie (1979), la séduction prolétarienne au sein des mouvements d’Action Catholique conduisent à une remise en cause radicale des formes d’engagement antérieures35. Au demeurant, la lutte est plus interne qu’externe. Dans une note préparatoire au Concile, Jean Rodhain, fondateur du Secours Catholique, écrit :

  • 36 André Gueslin, Les gens de rien..., op. cit., p 198. Luc Dubrulle, MgrRodhain et le Secours Cathol (...)

« Il apparaît que sous l’influence de la philosophie marxiste s’est propagée une mésestime de la charité en général et des œuvres de charité en particulier, ceci aussi bien chez certains clercs que chez les laïcs36. »

  • 37 Yves-Marie Hilaire, « Le regard du XXe siècle sur le catholicisme du XIXe siècle. Siècle mal aimé (...)

12Une série d’oppositions, qui relève aussi du regard du XXe siècle sur le XIXe siècle, achève de stigmatiser une Église-forteresse assiégée : justice contre charité, État-associations privées, prévention-assistance, lutte des classes-réformisme, libération-résignation, enfouissement-conquête37...

  • 38 Bernard Plongeron et Pierre Guillaume (dir.), De la charité à l’action sociale. Religion et sociét (...)
  • 39 Giovanna Procacci, Gouverner la misère. La question sociale en France (1789-1848), Paris, Le Seuil (...)
  • 40 Giovanna Procacci, Gouverner la misère..., op. cit., p. .
  • 41 François Ewald, Histoire de l’État providence. Les origines de la solidarité, Paris, Librairie gén (...)
  • 42 Jacques Donzelot, La Police des familles, Paris, Éditions de Minuit, 1977, p. 66.
  • 43 Elle récuse les « figures troubles de philanthropes campés aux avant-postes d’une société de surve (...)

13L’ère du soupçon post-foucaldienne a enfin achevé de ruiner, au-delà du seul catholicisme, l’ordre bourgeois dix-neuviémiste. Bernard Plongeron, sans minimiser les insuffisances du traitement charitable-philanthropique de la « question sociale », s’est insurgé contre ces critiques grevant toute initiative de « la méprisante expression faire la charité, ou encore plus odieux gouverner la misère, comme si leur était déniée toute générosité spirituelle et humaine, finalement ravalée à un moralisme bien-pensant38 ». Il vise explicitement l’ouvrage de Giovanna Procacci, sociologue italienne qui suit dans les années 1970-1980 les cours de Michel Foucault au Collège de France. Comme le rappelle Michelle Perrot, Foucault développe alors une réflexion sur les « arts de gouvernement » et la question du « social » d’où sortirent les livres de Jacques Donzelot et François Ewald39. Du contrôle social véhiculé par les pratiques charitables, on a peu à peu glissé vers un soupçon généralisé qui fait du visiteur du pauvre un « voyeur » aux fonctions « tutélaire, policière, hygiéniste tout à la fois », prenant le risque de s’interdire de penser d’autres formes de présence aux pauvres40. François Ewald ne voit dans les caisses de secours patronales que des « ruses de la charité » destinées à stabiliser la main-d’œuvre ouvrière41. Jacques Donzelot est moins inspiré encore lorsqu’il décrit « l’échange symbolique » qui fonde le don. La charité ne s’aurait « s’allumer qu’aux feux d’une extrême misère, qu’à la vue d’une souffrance spectaculaire, pour en recevoir par la consolation immédiate qu’elle lui apporte le sentiment d’une magnification du donateur42 ». Critiquer par principe toute action morale, c’est pourtant engager un débat philosophique dont rien ne dit qu’il s’épuise dans le relativisme. La morale n’est-elle que l’expression d’un ordre culturel, voire d’une classe sociale ? Hors du champ du religieux, Catherine Duprat a voulu donner un coup d’arrêt à cet « âge des soupçons, des sarcasmes, des anathèmes43 ».

Révisions

  • 44 Christiane Marcilhacy, Le diocèse d’Orléans sous l’épiscopat de MgrDupanloup (1849-1878). Sociolog (...)
  • 45 Jacques Revel, « L’histoire au ras du sol », Le pouvoir au village. Histoire d’un exorciste dans l (...)

14La grande moisson des thèses d’histoire diocésaine des années 1960-1990, à l’heure où l’histoire sociale se donnait le département pour cadre, contribue à la réévaluation du catholicisme social. De Christiane Marcilhacy (Orléans 1962) à Vincent Rogard (Morlaix 1997), cette échelle restreinte permet d’éprouver les schémas d’interprétation trop généraux44. Bien que la micro-histoire privilégie désormais de plus petits mondes, l’histoire au « ras du sol » et les jeux d’échelles45, la fécondité de l’approche diocésaine se perçoit par exemple dans la démystification de 1848 : le réveil religieux est avancé aux années 1830-1840, le Second Empire n’est plus ce no man’s land que l’on croyait.

  • 46 Religion et société au XIXesiècle. Le diocèse de Montpellier, Lille, Service de reproduction des th (...)
  • 47 Michel Lagrée, Mentalités, religion et histoire en Haute-Bretagne au XIXesiècle. Le diocèse de Ren (...)
  • 48 Religion et société..., op. cit., p. 1274.
  • 49 Florence Bourillon, « La loi du 13 avril 1850 ou lorsque la IIe République invente le logement ins (...)
  • 50 Yves-Marie Hilaire, Une chrétienté au XIXesiècle ? La vie religieuse des populations du diocèse d’ (...)
  • 51 Daniel Moulinet, Les classiques païens dans les collèges catholiques ? Le combat de Monseigneur Ga (...)

15La question, ouverte depuis Jean-Baptiste Duroselle, de l’éveil des catholiques à la question sociale, est reprise par Gérard Cholvy (Montpellier 1973)46. Mandements de carême et fondations de conférences de Saint-Vincent-de-Paul témoignent d’une sensibilité précoce à la question sociale qu’il faut lier au réveil religieux romantique. Michel Lagrée le constate aussi dans les villes bretonnes, du milieu des années 1830 à la fin des années 184047. Ces conférences sont une « une pépinière d’hommes d’œuvres, initiés à la question sociale par la pratique de la charité48 ». Le vieil argument s’en trouve ainsi dépassé : pour être insuffisante, la charité est le lieu où s’opère la prise de conscience de la question sociale. Il y avait là une pierre d’attente pour une étude des « carrières charitables » montrant le parcours qui mène de la visite à domicile des taudis à la défense de lois sociales à l’Assemblée. Armand de Melun en est l’exemple type49. Yves-Marie Hilaire insiste de son côté sur l’ancrage mennaisien du courant ultramontain50. Il souligne la conscience de la question sociale chez de jeunes prêtres qu’il ne qualifie pas encore d’intransigeants. Daniel Moulinet devait, dans sa biographie de l’abbé Gaume, fort bien qualifier cet esprit51. Le vicaire général de Nevers s’occupe de la Société de Saint-François-Xavier, société de secours mutuels et outil d’évangélisation des ouvriers. Fulminant contre la société libérale et l’ordre bourgeois issus de la Révolution, la pensée de Gaume est typique du catholicisme social d’inspiration légitimiste. Les historiens étaient désormais mieux à même de comprendre une sensibilité religieuse qui, sous l’épiscopat de Mgr Parisis, fut l’une des clefs d’explication de la vitalité du diocèse d’Arras.

  • 52 Vincent Rogard, Les catholiques et la question sociale..., op. cit., p. 74 et 81.
  • 53 Sylvie Fayet-Scribe, Associations féminines et catholicisme. De la charité à l’action sociale, (XI (...)
  • 54 Jacques-Olivier Boudon, Paris capitale religieuse sous le Second Empire, Paris, Cerf, 2001, p. 134 (...)
  • 55 L’histoire religieuse profite ici des acquis d’une histoire sociale qui a, elle aussi, démythifié (...)
  • 56 Si les sources internes se prêtent bien, au pire à une description des organigrammes, au mieux à u (...)

16À l’autre extrémité chronologique, le changement de génération des chercheurs se perçoit dans la volonté de croiser les questionnaires issus de différentes traditions historiographiques. Vincent Rogard (né en 1951) trace enfin la voie d’une histoire du catholicisme social moins soucieuse de jugement que de description des formes et des cultures de l’engagement. Le titre même de sa thèse soutenue en 1991 – La végétation touffue des œuvres. Catholiques intransigeants et démocrates-chrétiens à Morlaix (1840-1914) – témoigne du souci de ne pas trancher hâtivement dans le tissu multiforme des œuvres et de considérer tous les courants. Le succès des dames de charité, « prototype de l’œuvre interparoissiale » dans les années 1850, dit combien elle répond aux « aspirations d’une élite provinciale féminine52 ». Des engagements collectifs féminins se tissent ici, appelés par le biais des générations à être transmis de mère en fille, de la militante à la ligueuse53. Non sans provocation, Jacques-Olivier Boudon (né en 1962) n’hésite pas à se demander si le Second Empire n’est pas, tout simplement, « l’une des périodes les plus florissantes » du catholicisme social. Paris s’impose en effet comme « la plaque tournante des initiatives en matière sociale » et « le lieu d’élaboration d’une pensée renouvelée54 ». Le coup d’arrêt porté par la circulaire Persigny de 1861 à la plus importante des œuvres, la Société de Saint-Vincent-de-Paul, témoigne en creux, dans le contexte tendu de la question romaine, de la surface sociale occupée alors par le catholicisme social. Se pose toutefois la question de l’efficacité des œuvres. Une sociologie des bénéficiaires est esquissée, distinguant une relative réussite dans le petit artisanat et le monde des ouvriers-ères à domicile, et une relative imperméabilité aux œuvres du nouveau prolétariat industriel des marges de la capitale55. Cette différenciation des publics renvoie aux formes d’encadrement populaire, patronage plutôt que mutualité. L’auteur invite enfin à une sociologie des pouvoirs à l’intérieur du catholicisme social entre ses pôles clérical et laïc56.

  • 57 Philippe-Jean Hesse et Jean-Pierre Le Crom (dir.), La protection sociale sous le régime de Vichy, (...)
  • 58 Philippe Levillain, Albert de Mun. Catholicisme français et catholicisme romain du Syllabus au Ral (...)
  • 59 Jacques Benoist, Le Sacré-Cœur de Montmartre de 1870 à nos jours, Paris, Éditions Ouvrières, 1992.
  • 60 Robert Castel, Les métamorphoses de la question sociale. Une chronique du salariat, Paris, Fayard, (...)
  • 61 Catherine Duprat, Usage et pratiques de la philanthropie..., op. cit.
  • 62 Richard Drevet, Laïques de France et missions catholiques au XIXesiècle : l’Œuvre de la Propagatio (...)
  • 63 Annie Collovald, « De la défense des « pauvres nécessiteux » à l’humanitaire expert. Reconversion (...)

17Le décloisonnement chronologique du Second Empire a ses vertus, invitant à réfléchir en terme de générations sur les antécédents et les continuités, à l’instar des historiens de la protection sociale sous Vichy qui ont, après d’autres, renoncé au mythe de la parenthèse, soulignant les héritages républicains comme les legs à la Libération57. Philippe Levillain sur les cercles catholiques d’ouvriers comme Daniel Moulinet à propos des comités catholiques insistent sur les dettes du catholicisme social de l’après 1870-187158. Le terrain est déjà bien occupé et les fondateurs eux-mêmes ont pour la plupart fait leurs premières armes charitables dans les œuvres des années 1860. De même, les promoteurs de Vœu national au Sacré-Cœur sont à peu près tous issus du même vivier59. En amont, Catherine Duprat remonte des années 1840 aux années 1820 pour souligner toute l’importance de la philanthropie de la Restauration, tant par son goût pour le patronage – « utopie à rebours » qui cherche à unir riche et pauvre par des relations tutélaires plutôt que contractuelles60 – que par les prémices d’une science sociale61. Du côté des filiations institutionnelles, la Congrégation apparaît comme la matrice du réveil charitable de la monarchie de Juillet, ce que montre également pour Lyon la thèse de Richard Drevet sur la Propagation de la Foi62. D’où l’importance de ne pas rapatrier trop vite une rhétorique de la nouveauté propre aux militants sur le discours historique63.

Décloisonnements

  • 64 Yvon Tranvouez, Catholiques d’abord. Approches du mouvement catholique en France (XIXe-XXesiècles)(...)

18Quelques pistes, nullement exhaustives, peuvent être empruntées pour renouveler les approches du « mouvement » ou plutôt de la « nébuleuse » catholique sociale64.

Une histoire sociale du religieux65

  • 65 Bruno Dumons, « Histoire sociale et histoire religieuse, deux sœurs ennemies ? Un essai de relectu (...)
  • 66 Gérard Cholvy, « L’émergence d’un laïcat catholique : le premier XIXe siècle », Revue d’Histoire É (...)
  • 67 Biographies d’ecclésiastiques le plus souvent, pour d’évidentes raisons de sources, mais parfois a (...)
  • 68 Le Dictionnaire du monde religieux dans la France contemporaine (Paris, Beauchesne, 1985-2001, 10 (...)
  • 69 Bel exercice de méthode par Charles Mercier, La Société de Saint-Vincent-de-Paul. Une mémoire des (...)

19Le rôle des laïcs, à côté de celui des clercs, est un des caractères originaux du catholicisme depuis le XIXe siècle auquel le concile Vatican II est venu par la suite donner un fondement théologique66. Mais ces laïcs, hormis quelques figures exceptionnelles, sont finalement assez peu connus. L’histoire religieuse a connu son heure quantitative et sa préférence pour l’histoire des masses. Sensible aux fluctuations plus générales de l’historiographie, la biographie y connaît aujourd’hui un regain d’intérêt67, éventuellement sous forme de dictionnaires biographiques68. Mais comment étudier un phénomène de grande ampleur – l’affirmation d’un laïcat catholique – qui met en jeu des groupes et non pas seulement des individus isolés, sans l’appauvrir par sa réduction à quelques figures censées incarner tel ou tel de ses courants ? L’historien risque par ailleurs de se laisser prendre par les logiques internes d’héroïsation des fondateurs et les discours mémoriels sur les origines69.

  • 70 Jacques-Olivier Boudon, L’épiscopat français à l’époque concordataire (1802-1905), Paris, Cerf, 19 (...)
  • 71 Matthieu Brejon de Lavergnée, La Société de Saint-Vincent-de-Paul au XIXesiècle. Un fleuron du cat (...)
  • 72 État des lieux dans Jacques-Olivier Boudon, « De la biographie à la prosopographie dans l’historio (...)
  • 73 Bénédicte Havard-Duclos et Sandrine Nicourd, Pourquoi s’engager ? Bénévoles et militants dans les (...)

20La prosopographie apparaît ici comme l’outil adapté à l’étude d’un corpus raisonnable, autour de 400 à 600 individus chez les contemporanéistes, guère plus face au foisonnement des sources. Il ne saurait donc s’agir de l’appliquer à l’ensemble des militants d’un mouvement mais plutôt à ses groupes significatifs, notamment ceux qui exercent des responsabilités, en un mot aux élites. Une difficulté majeure tient cependant pour les associations de laïcs à l’absence des belles séries de dossiers personnels familières aux historiens des grands corps de l’État comme à ceux des congrégations religieuses ; pas même de registres du personnel si courants pour le clergé séculier, mais de simples listes70. Aussi à de rares exceptions près dispose-t-on plutôt de portraits de groupe que de prosopographies proprement dites71. Le XXe siècle a été mieux exploré que le XIXe siècle72 et son historiographie a davantage eu recours à une sociologie de l’engagement, attentive aux carrières militantes73.

  • 74 Synthèse de ces travaux dans Christophe Charle, Histoire sociale de la France au XIXesiècle, Paris (...)
  • 75 Jean-Pierre Chaline (dir.), Élites et sociabilités en France, Paris, Perrin, 2003.
  • 76 Claire Lemercier, « Analyse de réseaux et histoire », Revue d’Histoire Moderne et Contemporaine, no(...)
  • 77 Bruno Dumons, Les dames de la Ligue des Femmes Françaises (1901-1914), Paris, Cerf, 2006.
  • 78 Matthieu Brejon de Lavergnée, « Sociabilités catholiques. L’apport de l’analyse de réseaux à l’his (...)

21La prosopographie présente toutefois des limites. L’histoire sociale a constitué ses objets d’étude autour d’une même profession ou d’un même milieu social, surdéterminant parfois leur poids dans l’identité sociale des groupes74. L’historien des associations catholiques observe plutôt des sociabilités qui forment un champ ancien d’investigation de l’histoire des élites75. Des sociabilités aux réseaux, l’approche reste encore très artisanale ; elle peut fort bien fonctionner mais rencontre vite ses limites dès que les groupes s’étoffent76. Bruno Dumons décompose ainsi les espaces et réseaux du catholicisme intransigeant lyonnais (royalistes du quartier d’Ainay, juristes des facultés catholiques, hommes d’œuvres, jésuites) sans permettre de comparer chaque réseau et de saisir les points de contact entre eux, par exemple par des phénomènes de co-affiliation77. Poursuivre l’effort méthodologique qui a conduit à passer de la biographie à la prosopographie puis aux réseaux permettrait de reprendre à nouveaux frais des chantiers historiographiques que l’on croyait clos. Les sources relationnelles (correspondances par exemple) s’y prêtent bien (réseaux égocentrés) mais aussi les sources « pauvres », comme les listes de membres (réseaux d’affiliation), précieuses lorsque ne subsistent que des épaves d’un fonds d’archives78.

  • 79 Éric Mension-Rigau, Le donjon et le clocher. Nobles et curés de campagne de 1850 à nos jours, Pari (...)
  • 80 Philippe Levillain (dir.), « La noblesse et le catholicisme social de la Restauration à la Premièr (...)
  • 81 Il faut pourtant se garder de conclure trop vite. Les logiques de distinction sociale, et leurs tr (...)
  • 82 Paul Airiau, L’Église et l’Apocalypse, du XIXesiècle à nos jours, Paris, Berg international, 2000  (...)
  • 83 Quelques exemples : Michel Emmanuel (dir.), Histoire des associations familiales catholiques. Un s (...)
  • 84 Samuel Boussion et Mathias Gardet (dir.), Les châteaux du social (XIXe-XXesiècles), Paris, Beauche (...)

22Autre lieu de rencontre, l’histoire culturelle. Croisant histoire religieuse et histoire de la noblesse, Éric Mension-Rigau dévoile les réseaux légitimistes et charitables sur lesquels s’appuie l’abbé Vandel pour fonder l’Œuvre des Campagnes (1857)79. Mais il suscite aussi plusieurs déplacements par rapport à l’historiographie classique du catholicisme social : attention aux campagnes plutôt qu’aux villes, et surtout mise en perspective des pratiques charitables nobiliaires au sein d’une « culture d’ordre » dont il souligne les enjeux religieux mais aussi sociaux et politiques80. Le rôle des mondanités charitables dans la constitution d’une nouvelle élite est ainsi interrogé81, tout comme les imaginaires qui sous-tendent l’action sociale auxquels Paul Airiau s’est attaché82. Autant qu’aux engagements partisans, il importe d’être attentif aux cultures politiques83. Tout croisement des champs peut être fécond, ainsi d’une enquête sur les reconversions du patrimoine nobiliaire en « châteaux du social84 ».

Du comparatisme aux transferts

  • 85 Usage et pratiques..., op. cit. Voir aussi les recueils d’actes Assistance et assistés de 1610 à no (...)
  • 86 Denis Pelletier, « Les pratiques charitables françaises entre histoire sociale et histoire religie (...)
  • 87 Michèle Sacquin, L’antiprotestantisme en France de 1814 à 1870. Entre Bossuet et Maurras, Paris, É (...)
  • 88 Marie-Claire Vitoux, Paupérisme et assistance à Mulhouse au XIXesiècle, Strasbourg, PUS, 1985.
  • 89 Un exemple par Cécile Péchu, Droit au Logement, genèse et sociologie d’une mobilisation. Paris, Da (...)
  • 90 Jacques Lagroye (dir.), La politisation, Paris, Belin, 2003 ; Yann Raison du Cleuziou, « Le Secour (...)

23L’impératif catégorique de l’histoire de la protection sociale est l’étude conjointe de la pauvreté et des moyens mis en œuvre pour y remédier par l’assistance, la prévoyance ou l’assurance. Catherine Duprat en offre une magistrale illustration dans son étude tant des philanthropes que de la pauvreté parisienne85. À l’inverse, l’historiographie du catholicisme social a souvent eu tendance à s’enfermer dans une histoire « interne », coupée à la fois de l’analyse d’une société réelle conçue comme un « corps malade » sur lequel se penchent les catholiques et d’une étude comparée des pratiques militantes86. Les croyants n’ont pourtant pas le monopole de la question sociale. La comparaison charité catholique/philanthropie protestante permettrait de rendre compte de la violence de la « guerre des œuvres » au XIXe siècle87. Les discours sont hostiles mais les œuvres concurrentes révèlent une grande similitude de formes88. Au XXe siècle, les parcours militants révèlent des conflits de fidélité (catholique-ouvrière) au temps de la guerre froide, puis des frontières mouvantes entre engagements religieux et laïques, en particulier chez les « catholiques de gauche », quand les mouvements eux-mêmes ne se déconfessionnalisent pas89. La politisation, entendue comme la requalification en activités politiques d’activités auparavant pensées comme distinctes (la charité, l’humanitaire), est une voie d’entrée stimulante pour décrire le jeu permanent entre normes institutionnelles et pratiques militantes, entre le pensable et le possible, au sein du catholicisme90.

  • 91 Francis Démier, « La politique sociale de l’arrondissement le plus pauvre de Paris (1814-1860) », (...)
  • 92 Olivier Faure et Bernard Delpal (dir.), Religion et enfermements (XVIIe-XXesiècles), Rennes, PUR, (...)
  • 93 Sans famille à Paris. Orphelins et enfants abandonnés de la Seine au XIXesiècle, Paris, Centurion, (...)
  • 94 Olivier Vernier, D’espoir et d’espérance. L’assistance privée dans les Alpes-Maritimes au XIXesièc (...)
  • 95 André Gueslin et Pierre Guillaume (dir.), De la charité médiévale à la Sécurité Sociale, Paris, Éd (...)
  • 96 Henri Hatzfeld, Du paupérisme à la sécurité sociale (1850-1940). Essai sur les origines de la Sécu (...)
  • 97 « Villes et protection sociale en France du XIXe au début du XXe siècle », Bulletin d’Histoire de (...)
  • 98 Synthèse par André Gueslin, « L’évolution du bureau de bienfaisance en France jusqu’en 1914 », Jac (...)
  • 99 Christian Topalov (dir.), Laboratoires du nouveau siècle. La nébuleuse réformatrice et ses réseaux (...)
  • 100 Gilbert Vincent (dir.), La place des œuvres et des acteurs religieux dans les dispositifs de prote (...)

24Pour être fécond, le comparatisme implique une échelle relativement restreinte. Ici, elle est celle d’un espace : quartier, arrondissement, ville, département ou région91. Ailleurs, c’est plutôt un mode d’intervention qui est retenu, ainsi de l’enfermement92, ou un public cible comme l’enfance93. De tels travaux sortent les catholiques sociaux de leur « pré carré confessionnel » (Denis Pelletier). Dans les Alpes-Maritimes, ils figurent ainsi dans un large éventail qui court des loges maçonniques à la colonie russe orthodoxe et sont intégrés dans une analyse des sociabilités des hivernants sur la Côte-d’Azur94. Espaces, modes d’intervention, chronologie fine permettent de dessiner, pour le dire avec André Gueslin et Pierre Guillaume, une « histoire conjoncturelle de l’assistance95 ». Le modèle en trois temps défini par Henri Hatzfeld semble toujours pertinent : un premier XIXe siècle libéral marqué, jusque dans les années 1880, par une gestion privée et municipale de l’assistance, sans engagement véritable de l’État ; la rupture induite par les « Républicains de progrès » que caractérisent l’intervention croissante de l’État et le développement des assurances sociales ; le temps enfin de la Sécurité Sociale après 194596. Premier temps, les logiques de « communalisation de l’assistance publique » décrites par Yannick Marec97 reposent largement sur les bureaux de bienfaisance. Ceux-ci n’en recourent pas moins à des fonds privés et au dévouement des notables comme des congrégations religieuses ; leur histoire est méconnue98. La genèse de la protection sociale au XXe siècle est aussi un chantier en cours qui révèle le rôle des nombreuses institutions philanthropiques privées, longtemps opposées à la mise en place d’un système public99. Histoire immédiate, le rôle d’un secteur assistantiel qui se glisse dans les interstices d’un État-Providence qu’on ne cesse de dire en crise reste à écrire, par exemple dans sa manière de créer du lien social et de lutter contre de nouvelles formes de pauvreté (solitude par exemple)100.

  • 101 Kenneth Bertrams et Sandrine Kott (dir.), « Actions sociales transnationales », Genèses, no 71, 20 (...)
  • 102 Marie-Emmanuelle Chessel, Consommateurs engagés à la Belle Époque. La Ligue Sociale d’Acheteurs, P (...)
  • 103 Évelyne Diebolt et Nicole Fouché, Devenir infirmière en France, une histoire atlantique ? (1854-19 (...)
  • 104 Catherine Maurer, La ville charitable. Les œuvres sociales catholiques en France et en Allemagne a (...)

25L’historiographie récente privilégie toutefois l’étude des circulations, connexions et autres transferts au comparatisme, en particulier dans une perspective transnationale. La philanthropie au tournant des XIXe et XXe siècles est un de ces champs d’investigation où l’histoire des engagements confessionnels gagnerait à être mieux connue101. Entre Londres, New York et Paris, Marie Chessel a pu montrer comment les hommes et les femmes de la Ligue Sociale d’Acheteurs, d’inspiration catholique sociale, se sont appropriés le modèle des consumers’ leagues, nées dans des milieux protestants ou juifs102. Le milieu de la réforme sociale est particulièrement propice à une histoire croisée comme le montre l’enquête en cours sur la nébuleuse réformatrice et ses réseaux conduite par Christian Topalov (EHESS/ENS). La profession d’infirmière se professionnalise au XXe siècle sur le modèle anglo-américain de la nurse sans que soit encore suffisamment mis en évidence le rôle des « bonnes sœurs » dans ces circulations103. D’autres espaces d’échanges et de confrontations sont aussi l’objet d’enquêtes, l’Allemagne en particulier104.

Une histoire sans « genre » est-elle encore possible ?

  • 105 L’étude de cette « incompatibilité » est à mener. Deux journées d’études témoignent néanmoins d’un (...)
  • 106 Jean-Noël Luc, L’invention du jeune enfant au XIXesiècle. De la salle d’asile à l’école maternelle(...)
  • 107 Carol E. Harrison, “Zouave Stories : Gender, Catholic Spirituality, and French Responses to the Ro (...)
  • 108 Carol E. Harrison, The Bourgeois Citizen in Nineteenth-Century France. Gender, Sociability and the (...)
  • 109 Paul Airiau, « Le prêtre catholique : masculin, neutre, autre ? Des débuts du XIXe siècle au milie (...)
  • 110 Anne-Marie Sohn, « Sois un homme ! » La construction de la masculinité au XIXesiècle, Paris, Le Se (...)

26Genre et histoire religieuse ne font pas encore – du moins dans l’historiographie française qui accuse ici un sérieux retard – bon ménage105. Loin d’être un simple épigone de l’histoire des femmes, les gender studies se jouent plutôt dans une dialectique attentive à la construction sexuée des identités et à la distribution des rôles hommes-femmes. Jean-Noël Luc a ainsi montré que les œuvres ont permis aux dames patronnesses de subvertir les figures de maternité et de compassion traditionnellement accolées aux femmes pour les réinvestir dans l’espace public106. Mais les inversions de rôles peuvent aussi jouer dans l’autre sens, ainsi des femmes fortes et fils souffrants de Carol E. Harrison107. L’étude des « masculinités » est elle aussi à peu près inexistante sauf chez les historiens anglo-saxons qui s’intéressent à la France108. Si les prêtres ont déjà suscité quelques travaux109, les laïcs sont nettement en retrait alors que tout reste à décrypter : choix du célibat par certains hommes-femmes d’œuvres, engagements de couple ou au contraire dimorphisme militant, transmission familiale d’une sensibilité sociale et alliances matrimoniales formant des « familles d’œuvres », direction de conscience – homme/homme ou homme/femme, avec éventuellement des ménages à trois : le prêtre, sa dirigée et son mari –, partage sexué des visites charitables – on évitera de confier la visite d’une femme pauvre à un jeune confrère de Saint-Vincent-de-Paul mais on enverra de préférence des hommes mûrs dans les taudis mal famés où la misère le dispute à la prostitution –, distribution des rôles au sein d’associations mixtes, ou qui le deviennent – quels sont par exemple les enjeux de la fusion des deux branches SSVP-Louise de Marillac en 1969 ? –, réveil religieux masculin à l’heure romantique qui voit les jeunes gens communier contre tout « respect humain » ou encore affirmation d’un catholicisme sportif et viril dans l’entre-deux-guerres – ici pourrait être interrogée la thèse de la féminisation du catholicisme ; à l’inverse, peut-on penser le catholicisme comme un « marqueur de masculinité110 » ?

  • 111 Thomas Buerman et Tine Van Osselaer, “Feminisation thesis : a survey of international historiograp (...)
  • 112 Bonnie Smith, Ladies of the leisure class. The bourgeoises of Northern France in the nineteenth ce (...)
  • 113 Nancy Christie, « Introduction : Family, Community, and the Rise of Liberal Society », Households (...)
  • 114 Bruno Dumons, Les dames..., op. cit. ; Magali Della Sudda, « Les femmes catholiques à l’épreuve de (...)
  • 115 Rebecca Rogers, Les Bourgeoises au pensionnat. L’éducation féminine au XIXesiècle, Rennes, PUR, 20 (...)

27Pour développer sommairement un exemple, on a longtemps associé sécularisation, séparation des sphères publiques-privées et féminisation du religieux111. La sécularisation du monde moderne entraînerait un rapatriement du religieux dans l’espace domestique dévolu à des femmes confinées dans les tâches de reproduction. À l’inverse, les hommes investiraient un espace public affranchi du religieux, lieu de modernité économique et politique. Bonnie Smith transpose cette stricte séparation dans le domaine des œuvres charitables : les femmes y projettent leur conception du monde fondée sur la famille et sa fonction reproductrice (salles d’asile, œuvres pour les femmes en couches, etc.) tandis que les hommes s’attèlent à la résolution de la question sociale qui est aussi un problème politique112. Cette thèse est aujourd’hui largement nuancée113. Bruno Dumons comme Magali Della Sudda ont mis en évidence les voies de la conquête de l’espace politique – et pas seulement social – par les femmes de la bourgeoisie catholique au tournant des XIXe et XXe siècles114. On s’est moins intéressé en revanche au mouvement inverse produit par les réveils religieux : le réinvestissement par les hommes de l’espace domestique où ils entendent assumer un rôle religieux. Leur fonction d’époux et de père chrétiens devient un élément essentiel de leur autorité familiale. Elle pose la question de la distribution des rôles religieux à l’intérieur de familles bourgeoises où la séparation des éducations fille-garçon a longtemps été de règle115. Elle invite aussi à se demander comment s’articulent espaces familial et social (household-community). Quels sont ainsi les effets sociaux de la fabrication domestique d’un catholicisme au masculin ? Les biographies de « saints laïcs » écrites par de pieux ecclésiastiques au XIXe comme la vogue croissante des pèlerinages de « pères de famille » au XXIe siècle permettraient aussi de poser la question d’éventuelles stratégies « genrées » de reconquête des milieux masculins par l’Église.

Notes

1 Lettres de Frédéric Ozanam, Paris, Klincksieck, 1961-1997, t. 1, no 173 : Lyon, 9 avril 1838. Synthèses sur la question par Gérard Cholvy, « Les associations de laïcs en France (XIXe-XXe siècles). Un état de la recherche », Benoît Pellistrandi (dir.), L’histoire religieuse en France et en Espagne, Madrid, Casa de Velázquez, 2004, p. 295-319 et dans les volumes de l’Histoire du christianisme, Paris, Desclée, 1990-2001 : Jacques Gadille, « La question sociale », t. 11, p. 35-43 ; Étienne Fouilloux, « L’apostolat catholique », t. 12, p. 215-231 ; Jean-Marie Mayeur, « Clercs et laïcs dans l’Église catholique », t. 13, p. 229-237. Bien que notre propos ne concerne ici que la France, une approche transnationale est particulièrement féconde, tant le phénomène associatif est partagé : Émile Lamberts (dir.), The Black International. L’internationale noire (1870-1878). Le Saint-Siège et le catholicisme militant en Europe, Kadoc, Leuven University Press, 2002 ; Frédéric Meyer et Sylvain Milbach (dir.), Les échanges religieux entre l’Italie et la France (1760-1850). Regards croisés. Chambéry, Université de Savoie, 2010.

2 André Frossard, Dieu existe, je L’ai rencontré, Paris, Fayard, 1969, p. 105-108. Même complexité chez un Marcel Cachin qui dénonce le « parti militaire, parti prêtre, parti capitaliste, trois partis qui en réalité n’en font qu’un » (L’Humanité, 3 mai 1921), tandis qu’Henri Barbusse confesse dans Jésus (1927) son admiration pour le fondateur, athée et communiste [sic], du christianisme.

3 Charles Molette, L’Association Catholique de la Jeunesse française (1886-1907). Une prise de conscience du laïcat catholique, Paris, Colin, 1968 ; Jeanne Caron, Le Sillon et la démocratie chrétienne (1894-1910), Paris, Plon, 1967 ; Jean-Marie Mayeur (dir.), « Le Sillon de Marc Sangnier et la démocratie sociale », Annales Littéraires de l’Université de Franche-Comté, no 807, 2006.

4 Commode synthèse par Gérard Cholvy, Histoire des organisations et mouvements chrétiens de jeunesse en France (XIXe-XXe siècles), Paris, Cerf, 1999, à compléter pour la bibliographie par Alain-René Michel, Catholiques en démocratie, Paris, Cerf, 2006 (sur l’ACJF des années 1920 à 1956). Les papiers scientifiques de Gérard Cholvy ont été déposés aux Archives Départementales du Val-de-Marne.

5 Gérard Cholvy, « De l’homme d’œuvres au militant : une évolution dans la conception du laïcat catholique en France au XIXe siècle », Miscellanea historiae ecclesiasticae, t. 7, Congrès de Bucarest, Bibliothèque de la Revue d’Histoire Écclésiastique, Bruxelles-Louvain, 71, 1985, p. 215-242.

6 Généalogie bien soulignée en amont par les modernistes : Louis Châtellier, L’Europe des dévots, Paris, Flammarion, 1987 ; Stefano Simiz, Confréries urbaines et dévotion en Champagne (1450-1830), Villeneuve-d’Ascq, PUS, 2002 ; Jean-Pierre Gutton, Dévots et société au XVIIe siècle. Construire le ciel sur la terre, Paris, Belin, 2004.

7 Annie Collovald (dir.), L’humanitaire ou le management des dévouements. Enquête sur un militantisme de « solidarité internationale » en faveur du Tiers-Monde, Rennes, PUR, 2002 ; Bruno Duriez (dir.), Les ONG confessionnelles. Religions et action internationale, Paris, L’Harmattan-AFSR, 2007 ; Axelle Brodiez et Bruno Dumons, « Faire l’histoire de l’humanitaire », Le Mouvement Social, no 227, 2009, p. 3-8. Parmi d’autres, la FIDESCO, organisation de solidarité internationale fondée en 1981 par la Communauté de l’Emmanuel, attend son historien.

8 Pour le XXe siècle, les sections LA (mouvements laïcs) et PP (dépôts personnels) du Centre National des Archives de l’Église de France (Issy-les-Moulineaux) sont une mine sous-exploitée. Les Archives Nationales du Monde du Travail (Roubaix) conservent aussi de très nombreux fonds d’origine privée, qu’il s’agisse d’archives d’organisations ou de papiers personnels.

9 Jean-Marie Mayeur, Catholicisme social et démocratie chrétienne. Principes romains, expériences françaises, Paris, Cerf, 1986, p. 9.

10 Jean-Baptiste Duroselle, Les débuts du catholicisme social en France (1822-1870), Paris, PUF, 1951 ; Jean-Marie Mayeur « Catholicisme intransigeant, catholicisme social, démocratie chrétienne », Annales ESC, no 2, 1972, p. 483-499, repris dans Catholicisme social et démocratie chrétienne..., op. cit. ; Denis Pelletier, « Le catholicisme social en France (XIXe-XXe siècle). Une modernité paradoxale », Benoît Pellistrandi (dir.), L’histoire religieuse..., op. cit., p. 371-387.

11 Jean-Baptiste Duroselle, Les débuts..., op. cit., p. 24.

12 André Gueslin, L’invention de l’économie sociale. Idées, pratiques et imaginaires coopératifs et mutualistes dans la France du XIXe siècle, Paris, Économica, 1998.

13 Jean-Pierre Rioux et Jean-François Sirinelli (dir.), Pour une histoire culturelle, Paris, Le Seuil, 1996, p. 433 et s.

14 Émile Poulat, Intégrisme et catholicisme intégral, un réseau secret international antimoderniste : la « Sapinière » (1909-1921), 1969 ; Catholicisme, démocratie et socialisme : le mouvement catholique et Mgr Benigni, de la naissance du socialisme à la victoire du fascisme, 1977 ; Église contre bourgeoisie. Introduction au devenir du catholicisme actuel, 1977 (tous trois chez Casterman).

15 Jean-Marie Mayeur, Catholicisme social..., op. cit., p. 19.

16 Les petits bourgeois (1843-1844), dans La Comédie humaine, VIII, Études de mœurs : scènes de la vie parisienne, Paris, NRF, Gallimard, 1977, p. 62.

17 Émile Poulat, Catholicisme, démocratie et socialisme, op. cit., p. 137.

18 Denis Pelletier, « Le catholicisme social... », art. cit., p. 372.

19 Tous deux sont nés en 1917. Henri Rollet, L’action sociale des catholiques en France (1871-1901), Paris, Boivin, 1951.

20 André Gueslin, Les gens de rien. Une histoire de la grande pauvreté dans la France du XXe siècle, Paris, Fayard, 2004 ; Bruno Valat, Histoire de la Sécurité Sociale (1945-1967). L’État, l’institution et la santé, Paris, Économica, 2001 ; Bruno Béthouart, Le Ministère du travail et de la Sécurité Sociale, de la Libération au début de la Ve République, Rennes, PUR, 2006.

21 Sur les enjeux idéologiques de cette commémoration : Jean-Luc Mayaud, « Le centenaire de la révolution de 1848 en France : unité et éclatement », Revue d’Histoire du XIXe siècle, no 14, 1997, numéro spécial « Cinquante ans de recherches sur 1848 ».

22 Pour la France : Yves Ledure (dir.), Rerum Novarum en France. Le père Dehon et l’engagement social de l’Église, Paris, Éditions Universitaires, 1991 : Raymond Mengus (dir.), Cent ans de catholicisme social en Alsace. De l’encyclique Rerum Novarum (1891) à la fin du XXe siècle, Strasbourg, PUS, 1991 ; « Cent ans de catholicisme social dans la région du Nord », Revue du Nord, no 73, 1991, p. 227-521 ; Jean-Dominique Durand (dir.), Cent ans de catholicisme social à Lyon et en Rhône-Alpes, Paris, Éditions Ouvrières, 1992 ; Marc Agostino (dir.), Tempéraments aquitains et nouveauté religieuse. Rerum Novarum et l’enseignement social de l’Église dans le Sud-Ouest de la France, Talence, PUB, 1993 ; Rerum Novarum. Écriture, contenu et réception d’une encyclique, Rome, EFR, 1997.

23 Michel Fourcade, « L’affaire Par notre faute », Dominique Avon et Michel Fourcade (dir.), Mentalités et croyances contemporaines. Mélanges d’histoire religieuse offerts au professeur Gérard Cholvy, Montpellier, Université Montpellier III, 2003, p. 151-168.

24 Bernard Grœthuysen, Origines de l’esprit bourgeois en France, t. 1, Paris, Gallimard, 1977 [1ère éd. 1927] ; « Catholicisme et bourgeoisie. Bernard Grœthuysen », Cahiers du Centre de Recherches Historiques, no 32, 2003 ; Émile Poulat, Église contre bourgeoisie..., op. cit.

25 Gérard Cholvy, Frédéric Ozanam. L’engagement d’un intellectuel catholique au XIXe siècle, Paris, Fayard, 2003 ; Anne Philibert, Lacordaire et Lamennais (1822-1832). La route de la Chênaie, Paris, Cerf, 2009.

26 La Croix, 10 juin 1992.

27 Il revendique être « issu d’une lignée d’ouvriers » : Pierre Pierrard, Les pauvres et leur histoire, de Jean Valjean à l’abbé Pierre, Paris, Bayard, 2005, p. 12.

28 Il le confesse explicitement, après avoir rappelé ses origines géographiques (le Nord industriel) et sociales (ouvrières), dans un essai d’ego-histoire : « J’ai toujours été comme fasciné, obsédé par le fossé séparant la classe ouvrière, le mouvement ouvrier, de l’Église catholique, en France » : Pierre Pierrard, Chemins de traverse. Mon itinéraire de chrétien historien, Paris, DDB, 1993, p. 125.

29 Pierre Pierrard, L’Église et les ouvriers en France (1840-1940), Paris, Hachette, 1984.

30 1848... Les pauvres, l’évangile et la révolution, Paris, Desclée, 1977, p. 242.

31 D’après une formule d’un militant socialiste, Claude Jamet, en avril 1936 (Notre Front populaire, journal d’un militant (1934-1939), Paris, La Table ronde, 1977) : Pierre Pierrard, L’Église et les ouvriers..., op. cit., p. 541.

32 Corinne Bonafoux, À la droite de Dieu. La Fédération Nationale Catholique (1924-1944), Paris, Fayard, 2004.

33 Guillaume Cuchet, « Nouvelles perspectives historiographiques sur les prêtres-ouvriers », Vingtième Siècle, no 87, 2005, p. 179-187.

34 Ludovic Laloux, né en 1963, comme Olivier Landron, né en 1968, illustrent un renversement de perspective chez les universitaires catholiques. Ils n’hésitent pas à brûler ce que d’autres avaient adoré avant eux : Ludovic Laloux, Passion, tourment ou espérance ? Histoire de l’apostolat des laïcs en France depuis Vatican II, Paris, De Guibert, 2002 ; Olivier Landron, Les communautés nouvelles. Nouveaux visages du catholicisme français, Paris, Cerf, 2004.

35 Denis Pelletier, La crise catholique. Religion, société, politique en France (1965-1978), Paris, Payot, 2002 ; Paul Airiau, « La contestation française de l’engagement social catholique et ses fondements », Christian Sorrel (dir.), L’engagement social des croyants : lignes de forces, expériences européennes, itinéraires alsaciens, Strasbourg, ERCAL-Publications, 2004, p. 89-99 ; Denis Pelletier et Jean-Louis Schlegel (dir.), À la gauche du Christ. Les chrétiens de gauche en France de 1945 à nos jours, Paris, Le Seuil, 2012.

36 André Gueslin, Les gens de rien..., op. cit., p 198. Luc Dubrulle, Mgr Rodhain et le Secours Catholique, Paris, DDB, 2008.

37 Yves-Marie Hilaire, « Le regard du XXe siècle sur le catholicisme du XIXe siècle. Siècle mal aimé ou siècle refondateur ? », Revue d’Histoire de l’Église de France, no 86, 2000, p. 341-346.

38 Bernard Plongeron et Pierre Guillaume (dir.), De la charité à l’action sociale. Religion et société, Paris, CTHS, 1995, p. 8.

39 Giovanna Procacci, Gouverner la misère. La question sociale en France (1789-1848), Paris, Le Seuil, 1993 ; Jacques Donzelot, L’invention du social. Essai sur le déclin des passions politiques, Paris, Fayard, 1984 ; François Ewald, L’État providence, Paris, Grasset, 1986.

40 Giovanna Procacci, Gouverner la misère..., op. cit., p. .

41 François Ewald, Histoire de l’État providence. Les origines de la solidarité, Paris, Librairie générale française, 1996, p. 212-220.

42 Jacques Donzelot, La Police des familles, Paris, Éditions de Minuit, 1977, p. 66.

43 Elle récuse les « figures troubles de philanthropes campés aux avant-postes d’une société de surveillance tentaculaire, toute de tactiques inquisitoriales et disciplines à domicile », Usage et pratiques de la philanthropie. Pauvreté, action sociale et lien social à Paris, au cours du premier XIXe siècle, Paris, Association pour l’Étude de l’Histoire de la Sécurité Sociale, 1996, p. 9.

44 Christiane Marcilhacy, Le diocèse d’Orléans sous l’épiscopat de Mgr Dupanloup (1849-1878). Sociologie religieuse et mentalités collectives, Paris, Plon, 1962 ; Vincent Rogard, Les catholiques et la question sociale, Morlaix (1840-1914). L’avènement des militants, Rennes, PUR, 1997.

45 Jacques Revel, « L’histoire au ras du sol », Le pouvoir au village. Histoire d’un exorciste dans le Piémont du XVIIe siècle, Paris, Gallimard, 1989 ; Jacques Revel (dir.), Jeux d’échelles. La micro-analyse à l’expérience, Paris, Le Seuil-Gallimard, 1996. Revenant sur sa thèse, Alain Corbin – mais ses remarques pourraient être transposées à l’histoire religieuse – trouve ainsi qu’une si large échelle géographique (le Limousin) et chronologique (une génération, 1845-1880) l’a conduit à traiter trop sommairement certains aspects : « Le plus utile, aujourd’hui, serait sans doute des études moins amples qui viseraient la verticalité et la profondeur. Seules des enquêtes monographiques permettent, en effet, de saisir la texture des relations interpersonnelles et le déploiement des réseaux de solidarité, de percevoir la configuration des conflits et de détecter les modalités de leur résolution », Archaïsme et modernité en Limousin au XIXe siècle (1845-1880), Limoges, PUL, 1999 [1re éd. 1975], 2 vol., p. XII-XIII.

46 Religion et société au XIXe siècle. Le diocèse de Montpellier, Lille, Service de reproduction des thèses, 1973.

47 Michel Lagrée, Mentalités, religion et histoire en Haute-Bretagne au XIXe siècle. Le diocèse de Rennes (1815-1848), Paris, Klincksieck, 1977, p. 338-347 ; Brigitte Waché (dir.), Militants catholiques de l’Ouest. De l’action religieuse aux nouveaux militantismes (XIXe-XXe siècles), Rennes, PUR, 2004.

48 Religion et société..., op. cit., p. 1274.

49 Florence Bourillon, « La loi du 13 avril 1850 ou lorsque la IIe République invente le logement insalubre », Revue d’Histoire du XIXe siècle, no 20-21, 2000, p. 117-134.

50 Yves-Marie Hilaire, Une chrétienté au XIXe siècle ? La vie religieuse des populations du diocèse d’Arras (1840-1914), Villeneuve d’Ascq, Publications de l’Université de Lille, 1977.

51 Daniel Moulinet, Les classiques païens dans les collèges catholiques ? Le combat de Monseigneur Gaume (1802-1879), Paris, Cerf, 1995.

52 Vincent Rogard, Les catholiques et la question sociale..., op. cit., p. 74 et 81.

53 Sylvie Fayet-Scribe, Associations féminines et catholicisme. De la charité à l’action sociale, (XIXe-XXe siècles), Paris, Éditions Ouvrières, 1990.

54 Jacques-Olivier Boudon, Paris capitale religieuse sous le Second Empire, Paris, Cerf, 2001, p. 134 et 161.

55 L’histoire religieuse profite ici des acquis d’une histoire sociale qui a, elle aussi, démythifié la classe ouvrière au profit d’un « monde du travail » plus diversifié : Alain Dewerpe, Le monde du travail en France (1800-1950), Paris, Colin, 1989.

56 Si les sources internes se prêtent bien, au pire à une description des organigrammes, au mieux à une sociologie des organisations, le statut juridique, civil comme canonique, des associations est moins étudié.

57 Philippe-Jean Hesse et Jean-Pierre Le Crom (dir.), La protection sociale sous le régime de Vichy, Rennes, PUR, 2001.

58 Philippe Levillain, Albert de Mun. Catholicisme français et catholicisme romain du Syllabus au Ralliement, Rome, EFR, 1983 ; Daniel Moulinet, Laïcat catholique et société française. Les comités catholiques (1870-1905), Paris, Cerf, 2008.

59 Jacques Benoist, Le Sacré-Cœur de Montmartre de 1870 à nos jours, Paris, Éditions Ouvrières, 1992.

60 Robert Castel, Les métamorphoses de la question sociale. Une chronique du salariat, Paris, Fayard, 1995, p. 259.

61 Catherine Duprat, Usage et pratiques de la philanthropie..., op. cit.

62 Richard Drevet, Laïques de France et missions catholiques au XIXe siècle : l’Œuvre de la Propagation de la Foi, origines et développement lyonnais (1822-1922), thèse de doctorat d’histoire, Université Lyon II, 2002.

63 Annie Collovald, « De la défense des « pauvres nécessiteux » à l’humanitaire expert. Reconversion et métamorphoses d’une cause politique », Politix, no 56, 2001, p. 135-161.

64 Yvon Tranvouez, Catholiques d’abord. Approches du mouvement catholique en France (XIXe-XXe siècles), Paris, Éditions Ouvrières, 1988 ; Denis Maugenest (dir.), Le mouvement social catholique en France au XIXe siècle, Paris, Cerf, 1990 ; Philippe Portier, Le mouvement catholique français à l’épreuve de la pluralité. Enquêtes autour d’une militance éclatée, Rennes, PUR, 2002.

65 Bruno Dumons, « Histoire sociale et histoire religieuse, deux sœurs ennemies ? Un essai de relecture historiographique pour la France contemporaine », Revue d’Histoire de l’Église de France, no 86, 2000, p. 561-572.

66 Gérard Cholvy, « L’émergence d’un laïcat catholique : le premier XIXe siècle », Revue d’Histoire Écclésiastique, no 3, 2000, p. 274-288 ; Bernard Minvielle, L’apostolat des laïcs à la veille du Concile (1949-1959). Histoire des congrès mondiaux de 1951 et 1957, Fribourg, Éditions Universitaires, 2001 ; Claire Toupin-Guyot, « Théologie du laïcat, théologie et laïcat (1962-1975) », Dominique Avon et Michel Fourcade (dir.), Un nouvel âge de la théologie (1965-1980), Paris, Karthala, 2009, p. 165-180.

67 Biographies d’ecclésiastiques le plus souvent, pour d’évidentes raisons de sources, mais parfois aussi de laïcs quand l’accès à des fonds privés le permet : Laurent Ducerf, François de Menthon. Un catholique au service de la République (1900-1984), Paris, Cerf, 2006 ; Jérôme Grondeux, Georges Goyau (1869-1939). Un intellectuel catholique sous la IIIe République, Rome, EFR, 2007 ; Aurore Deglaire, Jean Guiraud (1866-1953). De l’affaire Dreyfus à Vichy, itinéraire d’un militant catholique intransigeant, thèse de doctorat, Université Paris-Sorbonne, 2013.

68 Le Dictionnaire du monde religieux dans la France contemporaine (Paris, Beauchesne, 1985-2001, 10 volumes parus), sous la direction de Jean-Marie Mayeur et Yves-Marie Hilaire, retient les figures marquantes de la vie religieuse dans un espace particulier ou selon un regroupement thématique. Ces dictionnaires n’ont malheureusement guère donné lieu à des études prosopographiques à l’instar de l’enquête sur les patrons du Second Empire ou encore sur le personnel parlementaire de la IIIe République qui proposent, d’une région à l’autre, une étude beaucoup plus homogène. Le Dictionnaire Biographique du Mouvement Ouvrier (le Maitron), est une source incontournable, de même que Geneviève Poujol, Madeleine Romer (dir.), Dictionnaire biographique des militants (XIXe-XXe siècles). De l’éducation populaire à l’action culturelle, Paris, L’Harmattan, 1996 ; Évelyne Diebolt (dir.), Dictionnaire biographique. Militer au XXe siècle. Femmes, féminismes, Églises et sociétés, Paris, Houdiard, 2009 ; Anne Cova et Bruno Dumons (dir.), Destins de femmes. Religion, culture et société (France, XIXe-XXe siècles), Paris, Letouzey et Ané, 2011.

69 Bel exercice de méthode par Charles Mercier, La Société de Saint-Vincent-de-Paul. Une mémoire des origines en mouvement (1833-1914), Paris, L’Harmattan, 2006.

70 Jacques-Olivier Boudon, L’épiscopat français à l’époque concordataire (1802-1905), Paris, Cerf, 1996 ; Séverine Blenner-Michel, Une élite dans la France du XIXe siècle. Les évêques concordataires face au modèle romain (1802-1906), thèse de doctorat d’histoire, Université Paris-Sorbonne, 2006.

71 Matthieu Brejon de Lavergnée, La Société de Saint-Vincent-de-Paul au XIXe siècle. Un fleuron du catholicisme social, Paris, Cerf, 2008 ; Daniel Moulinet, Laïcat catholique..., op. cit.

72 État des lieux dans Jacques-Olivier Boudon, « De la biographie à la prosopographie dans l’historiographie religieuse contemporaine », Benoît Pellistrandi (dir.), L’histoire religieuse..., op. cit., p. 121-135.

73 Bénédicte Havard-Duclos et Sandrine Nicourd, Pourquoi s’engager ? Bénévoles et militants dans les associations de solidarité, Paris, Payot, 2005 ; Axelle Brodiez, Le Secours Populaire Français (1945-2000). Du communisme à l’humanitaire, Paris, Presses de Sciences Po, 2006.

74 Synthèse de ces travaux dans Christophe Charle, Histoire sociale de la France au XIXe siècle, Paris, Le Seuil, 2001 [rééd.]. Voir les critiques de Maurizio Gribaudi, « Les discontinuités du social. Un modèle configurationel », Bernard Lepetit (dir.), Les formes de l’expérience. Une autre histoire sociale, Paris, Albin Michel, 1995, p. 187-225.

75 Jean-Pierre Chaline (dir.), Élites et sociabilités en France, Paris, Perrin, 2003.

76 Claire Lemercier, « Analyse de réseaux et histoire », Revue d’Histoire Moderne et Contemporaine, no 52, 2005, p. 88-112.

77 Bruno Dumons, Les dames de la Ligue des Femmes Françaises (1901-1914), Paris, Cerf, 2006.

78 Matthieu Brejon de Lavergnée, « Sociabilités catholiques. L’apport de l’analyse de réseaux à l’histoire religieuse », Revue d’Histoire Écclésiastique, no 1, 2009, p. 138-171 ; « Mythes politiques et analyse de réseaux. La Congrégation à Paris sous la Restauration », Histoire et Mesure, no 1, 2009, p. 157-188.

79 Éric Mension-Rigau, Le donjon et le clocher. Nobles et curés de campagne de 1850 à nos jours, Paris, Perrin, 2003.

80 Philippe Levillain (dir.), « La noblesse et le catholicisme social de la Restauration à la Première Guerre mondiale », Bulletin de l’Association d’Entraide de la Noblesse Française, juin 1992 ; Claude-Isabelle Brelot, « Noblesse et évergétisme urbain en France, 1840-1914 », Yannick Marec et Jacques-Guy Petit (dir.), Le social dans la ville en France et en Europe (1750-1914), Paris, L’Atelier, 1996, p. 179-188.

81 Il faut pourtant se garder de conclure trop vite. Les logiques de distinction sociale, et leurs traductions spatiales, ne se laissent pas aisément réduire. Pour l’exemple parisien : Matthieu Brejon de Lavergnée, « Ville et charité. Une sociologie des hommes d’œuvres au XIXe siècle (Paris, 1840-1870) », Revue d’Histoire de l’Église de France, no 94, 2008, p. 63-104 ; Matthieu Brejon de Lavergnée, « Culture blanche et œuvres de charité. Le faubourg Saint-Germain à Paris au XIXe siècle », Bruno Dumons et Hilaire Multon (dir.), Blancs et contre-révolutionnaires. Espaces, réseaux, cultures et mémoires (fin XVIIIe-début XXe siècle). France, Italie, Espagne, Portugal, Rome, EFR, 2012, p. 133-160.

82 Paul Airiau, L’Église et l’Apocalypse, du XIXe siècle à nos jours, Paris, Berg international, 2000 ; L’antisémitisme catholique aux XIXe et XXe siècles, Paris, Berg international, 2002.

83 Quelques exemples : Michel Emmanuel (dir.), Histoire des associations familiales catholiques. Un siècle d’action civique et sociale, Paris, De Guibert, 2003 ; Robert Beck et Matthieu Brejon de Lavergnée (dir.), « Combats autour du repos hebdomadaire (XIXe-XXe siècles) », Histoire, Économie et Société, no 3, 2009 ; Claude Langlois et Christian Sorrel (dir.), Le catholicisme en congrès (XIXe-XXe siècles), Lyon, Chrétiens et Sociétés-Documents et Mémoires, no 8, 2009 ; Martin Dumont, Le Saint-Siège et l’organisation politique des catholiques français aux lendemains du Ralliement (1890-1902), Paris, Honoré Champion, 2012.

84 Samuel Boussion et Mathias Gardet (dir.), Les châteaux du social (XIXe-XXe siècles), Paris, Beauchesne, 2010.

85 Usage et pratiques..., op. cit. Voir aussi les recueils d’actes Assistance et assistés de 1610 à nos jours (97e Congrès National des Sociétés Savantes), Paris, Bibliothèque Nationale, 1977, t. 1 ; André Gueslin et Dominique Kalifa (dir.), Les exclus en Europe (1830-1930), Paris, L’Atelier, 1999.

86 Denis Pelletier, « Les pratiques charitables françaises entre histoire sociale et histoire religieuse. Essai d’historiographie critique », Isabelle Von Bueltzingsloewen et Denis Pelletier (dir.), La charité en pratique. Chrétiens français et allemands sur le terrain social (XIXe-XXe siècles), Strasbourg, PUS, 1999, p. 33-47. La pratique de l’enquête dans les mouvements catholiques, et ses dettes leplaysiennes, reste encore mal connue, Matthieu Brejon de Lavergnée (dir.), « Le Play et le monde catholique », Les Études Sociales, no 149-150, 2009.

87 Michèle Sacquin, L’antiprotestantisme en France de 1814 à 1870. Entre Bossuet et Maurras, Paris, École des Chartes, 1998, p. 183-189.

88 Marie-Claire Vitoux, Paupérisme et assistance à Mulhouse au XIXe siècle, Strasbourg, PUS, 1985.

89 Un exemple par Cécile Péchu, Droit au Logement, genèse et sociologie d’une mobilisation. Paris, Dalloz, 2006. Sur le syndicalisme chrétien et ses transformations : Michel Launay, La CFTC. Origines et développement (1919-1940), Paris, Publications de la Sorbonne, 1986 ; Franck Georgi, L’invention de la CFDT (1957-1970). Syndicalisme, catholicisme et politique dans la France de l’expansion, Paris, L’Atelier-CNRS, 1995 ; Nicolas Defaud, La CFDT (1968-1995). De l’autogestion au syndicalisme de proposition, Paris, Presses de Sciences-Po, 2009 ; Bruno Béthouart, Des syndicalistes chrétiens en politique (1944-1962). De la Libération à la Ve République, Villeneuve-d’Ascq, PUS, 1999.

90 Jacques Lagroye (dir.), La politisation, Paris, Belin, 2003 ; Yann Raison du Cleuziou, « Le Secours Catholique et les forums sociaux : une politisation incrémentale (2003-2010) », Critique Internationale, no 1, 2011, p. 73-89.

91 Francis Démier, « La politique sociale de l’arrondissement le plus pauvre de Paris (1814-1860) », Yannick Marec (dir.), Villes en crise ? Les politiques municipales face aux pathologies urbaines (fin XVIIIe-fin XXe siècle), Grâne, Créaphis, 2005, p. 547-566 ; Yannick Marec, Bienfaisance communale et protection sociale à Rouen (1796-1927). Expériences locales et liaisons nationales, Paris, La Documentation française, 2002 ; Sandrine Kott, Des philanthropies aux politiques sociales. Solutions françaises et allemandes à la question sociale en Haute-Alsace (1850-1914), thèse de doctorat d’histoire, Université Paris VII, 1991.

92 Olivier Faure et Bernard Delpal (dir.), Religion et enfermements (XVIIe-XXe siècles), Rennes, PUR, 2005.

93 Sans famille à Paris. Orphelins et enfants abandonnés de la Seine au XIXe siècle, Paris, Centurion, 1989 ; Enfance abandonnée et société en Europe (XIVe-XXe siècles), Rome, EFR, 1991 ; Christian Carlier, La prison aux champs. Les colonies d’enfants délinquants du nord de la France au XIXe siècle, Paris, L’Atelier, 1994 ; « Enfances en difficultés », Le Mouvement Social, no 209, 2004.

94 Olivier Vernier, D’espoir et d’espérance. L’assistance privée dans les Alpes-Maritimes au XIXe siècle (1814-1914), Nice, Serre, 1993.

95 André Gueslin et Pierre Guillaume (dir.), De la charité médiévale à la Sécurité Sociale, Paris, Éditions Ouvrières, 1992, p. 15.

96 Henri Hatzfeld, Du paupérisme à la sécurité sociale (1850-1940). Essai sur les origines de la Sécurité Sociale, Nancy, PUN, 1989 ; Colette Bec, Assistance et république : la recherche d’un nouveau contrat social sous la IIIe République, Paris, L’Atelier-Éditions Ouvrières, 1994 ; De l’État social à l’État des droits de l’homme ?, Rennes, PUR, 2007.

97 « Villes et protection sociale en France du XIXe au début du XXe siècle », Bulletin d’Histoire de la Sécurité Sociale, 2005-2006, no spécial du 60e anniversaire de la Sécurité Sociale, p. 88-102.

98 Synthèse par André Gueslin, « L’évolution du bureau de bienfaisance en France jusqu’en 1914 », Jacques-Guy Petit et Yannick Marec (dir.), Le social dans la ville..., op. cit., p. 239-249 ; Christian Felkay, « Les bureaux de bienfaisance et les hôpitaux parisiens de 1796 à 1860 », Claire Barillée et Francis Démier (dir.), Les maux et les soins. Médecins et malades dans les hôpitaux parisiens au XIXe siècle, Paris, Action Artistique de la Ville de Paris, 2007.

99 Christian Topalov (dir.), Laboratoires du nouveau siècle. La nébuleuse réformatrice et ses réseaux en France, Paris, EHESS, 1999.

100 Gilbert Vincent (dir.), La place des œuvres et des acteurs religieux dans les dispositifs de protection sociale. De la charité à la solidarité, Paris, L’Harmattan, 1997.

101 Kenneth Bertrams et Sandrine Kott (dir.), « Actions sociales transnationales », Genèses, no 71, 2008/2.

102 Marie-Emmanuelle Chessel, Consommateurs engagés à la Belle Époque. La Ligue Sociale d’Acheteurs, Paris, Presses de Sciences Po, 2012.

103 Évelyne Diebolt et Nicole Fouché, Devenir infirmière en France, une histoire atlantique ? (1854-1938), Paris, Publibook, 2011. Nous nous permettons de renvoyer à notre enquête en cours dont le premier tome est paru : Histoire des Filles de la Charité. La rue pour cloître (XVIIe-XVIIIe siècle), Paris, Fayard, 2011.

104 Catherine Maurer, La ville charitable. Les œuvres sociales catholiques en France et en Allemagne au XIXe siècle, Paris, Cerf, 2013.

105 L’étude de cette « incompatibilité » est à mener. Deux journées d’études témoignent néanmoins d’un frémissement, l’une organisée par le LARHRA à Lyon (UMR CNRS 5190), l’autre par l’Association Française d’Histoire Religieuse Contemporaine, mars et septembre 2011.

106 Jean-Noël Luc, L’invention du jeune enfant au XIXe siècle. De la salle d’asile à l’école maternelle, Paris, Belin, 1997, p. 182 ; Sarah A. Curtis, « Charitable ladies : gender, class and religion in mid nineteenth-century Paris », Past and Present, no 177, 2002, p. 121-156 ; Caroline Ford, Divided Houses. Religion and Gender in Modern France, Ithaca, Cornell University Press, 2005.

107 Carol E. Harrison, “Zouave Stories : Gender, Catholic Spirituality, and French Responses to the Roman Question”, The Journal of Modern History, no 79, 2007, p. 274-305.

108 Carol E. Harrison, The Bourgeois Citizen in Nineteenth-Century France. Gender, Sociability and the Uses of Emulation, Oxford, Oxford University Press, 1999.

109 Paul Airiau, « Le prêtre catholique : masculin, neutre, autre ? Des débuts du XIXe siècle au milieu du XXe siècle », Régis Revenin (dir.), Hommes et masculinités de 1789 à nos jours. Contributions à l’histoire du genre et de la sexualité en France, Paris, Autrement, 2007, p. 192-207 ; Paul Airiau, « Le prêtre catholique. Une virilité problématique et incertaine (1775-1914) », Alain Corbin et Georges Vigarello (dir.), Histoire de la virilité, t. 2, Paris, Le Seuil, 2011, p. 241-254.

110 Anne-Marie Sohn, « Sois un homme ! » La construction de la masculinité au XIXe siècle, Paris, Le Seuil, 2009. L’ouvrage ignore la question religieuse.

111 Thomas Buerman et Tine Van Osselaer, “Feminisation thesis : a survey of international historiography and a probing Belgian groups”, Revue d’Histoire Écclésiastique, no 2, 2008, p. 497-544.

112 Bonnie Smith, Ladies of the leisure class. The bourgeoises of Northern France in the nineteenth century, Princeton, Princeton University Press, 1981 [trad. fr. 1989].

113 Nancy Christie, « Introduction : Family, Community, and the Rise of Liberal Society », Households of Faith. Family, Gender and Community in Canada (1760-1969), Montreal, McGill-Queen’s University Press, 2001, p. 3-33.

114 Bruno Dumons, Les dames..., op. cit. ; Magali Della Sudda, « Les femmes catholiques à l’épreuve de la laïcité : la Ligue Patriotique des Françaises ou la première mobilisation féminine de masse (1902-1914) », Patrick Weil (dir.), Politiques de la laïcité au XXe siècle, Paris, PUF, 2007, p. 123-143.

115 Rebecca Rogers, Les Bourgeoises au pensionnat. L’éducation féminine au XIXe siècle, Rennes, PUR, 2007.

Auteur

Maître de conférences à l’université catholique de l’Ouest.

© Presses universitaires de Rennes, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540