Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le catholicisme en chantiers

 | 
Bruno Dumons
, 
Christian Sorrel

Première partie. Politique et culture

Écritures catholiques

Frédéric Gugelot

Texte intégral

1Dans l’ouvrage dirigé par Jean-Marie Mayeur, la partie consacrée à la « vie intellectuelle et vie spirituelle », rédigée par Claude Savart, se divise en trois chapitres intitulés « La pensée religieuse et les courants théologiques », « La diversité des spiritualités » et « Affrontements et conflits ». On ne peut qu’être frappé des changements d’orientation et de la vivacité de la recherche par rapport au programme proposé et des champs nouveaux ou abandonnés qui ont depuis dominé les études sur cet aspect du catholicisme. Belle leçon d’humilité et d’espérance pour ce texte qui va tenter de cerner quelques apports récents et ouvrir quelques perspectives. Les écritures sont un reflet de ce catholicisme complexe, traversé par des clivages, des courants et des débats permanents, loin d’une identité figée mais en incessante recomposition.

2La diversité des chantiers est immense, qu’ils soient transversaux en étudiant un moment, un groupe, une lignée, une pensée ou qu’ils soient monographiques ou biographiques. Des archives deviennent accessibles, autant à Rome (Saint-Office) qu’en France avec entre autres la mise en place des Archives de l’Église de France mais aussi nombre de mouvements ou de personnes (Semaines Sociales, Marc Sangnier, Papiers Stanislas Fumet, Henri Ghéon, René Rémond...). Une approche renouvelée des imprimés peut se révéler extrêmement féconde.

Une écriture bourgeonnante

Une écriture commandée

3Le christianisme appartient aux religions du Livre, c’est une foi de mots qui, dans de nombreuses situations quotidiennes, sacramentelles et imaginaires, va accorder une grande place à l’écrit. Le Livre manifeste le Verbe de Dieu. Les « saintes lettres » justifient les « belles lettres » et la recherche par l’homme de la pensée de Dieu. Néanmoins l’articulation entre littérature et catholicisme est sans cesse confrontée aux logiques propres de ces deux ensembles, comment concilier le dogme et la liberté créatrice de plus en plus revendiquée par l’art ? La littérature d’inspiration catholique ne peut se séparer d’enjeux théologiques ou apostoliques puisqu’elle porte avec elle une vue du monde, un rapport à la vie et à la mort qui participe du projet d’écriture.

4Le premier des traits d’une écriture catholique est qu’elle se situe entre apologétique et propagande sur un modèle issu de la tradition évangélique. Le second est qu’elle est abondante. Pas un ordre religieux, pas un évêché, pas une paroisse, pas une école, pas un champ de la fiction, de l’écriture même savante non plus qui n’ait ses ouvrages, son journal, sa revue, ses feuilles volantes. L’écriture apparaît comme le mode d’expression naturel de sa foi, de ses espérances, de ses combats. Cette profusion tant spirituelle, romanesque, politique qu’informative valorise l’écrit, le diffuse et lui accorde une place essentielle dans l’éthos catholique.

  • 1 Claude Savart, Les catholiques en France au XIXesiècle. Le témoignage du livre religieux, Paris, B (...)
  • 2 Frédéric Gugelot, La conversion des intellectuels au catholicisme en France (1885-1935), Paris, CN (...)

5L’écriture catholique est l’expression de l’expérience religieuse, qui a besoin des mots pour la cerner. De nombreux libelles, ouvrages de piété, petits livres à deux sous, toute une frange de la littérature religieuse apparaissent de consommation courante, même encore au XXe siècle1. Claude Savart a montré que la production pieuse domine le champ éditorial au milieu du XIXe siècle avant de s’effondrer quantitativement. Lui succède une littérature plus personnelle, plus intime, celle de cheminement de foi, d’aventures spirituelles singulières. Ainsi le récit de conversion devient une des formes d’expression de la foi2. Des catholiques accompagnent leur réflexion spirituelle et leurs lectures de carnets ou cahiers de citations. Ces prises de notes sont une pratique très courante, présente déjà dans la formation religieuse des enfants. Cette forme très personnelle de réflexion spirituelle, parfois de prière, laisse peu de traces archivistiques, mais montre la prégnance de l’écriture dans une spiritualité vécue.

6L’écriture catholique possède ses propres enjeux comme le montre le débat sur l’existence même d’un roman catholique dès le XIXe siècle, Louis Veuillot affirme alors l’existence d’une vocation spécifique de l’écrivain catholique :

  • 3 Louis Veuillot, « Vocation de l’écrivain catholique », Revue littéraire et critique, février 1842.

« Le très glorieux apôtre saint Paul prononce dans son épître aux Romains [...] des paroles qui sont pour nous un titre précieux : “Puisque nous avons des dons différents, employons-les comme chacun de ces dons le demande... Que celui qui a le talent d’enseigner les autres les enseigne avec application et modestie... Que celui à qui Dieu a donné la grâce d’exhorter les autres aux bonnes mœurs et à la piété, le fasse pareillement avec humilité...” Voilà ce qui nous permet d’écrire, écrivains catholiques, c’est-à-dire de parler à nos frères, de les enseigner, de les exhorter. Il est de droit, il est de devoir pour nous d’user des dons du Seigneur3. »

7Barbey d’Aurevilly réplique dans sa préface à L’Ensorcelée (1854) puis dans celle à Une vieille maîtresse, parue en 1865, où il pose cette tension créatrice entre esthétique et foi qui va hanter la littérature d’inspiration catholique pendant le siècle qui suit :

« Ce qu’il y a moralement et intellectuellement de magnifique dans le catholicisme, c’est qu’il est large, compréhensif, immense ; c’est qu’il embrasse la Nature humaine toute entière et ses diverses sphères d’activité... Le catholicisme n’a rien de prude, de bégueule, de pédant, d’inquiet... Le catholicisme aime les arts et accepte, sans trembler, leurs audaces. Il admet leurs passions et leurs peintures, parce qu’il sait qu’on peut en tirer des enseignements... Quand le catholicisme a-t-il interdit de raconter un fait de passion si affreux, si criminel qu’il fût, d’en tirer des effets pathétiques, d’éclairer un gouffre dans le cœur de l’homme, quand même il y aurait au fond du sang et de la fange ; enfin d’écrire du roman, c’est-à-dire de l’histoire possible quand elle n’est pas réelle, c’est-à-dire en d’autres termes, de l’histoire humaine ?... Nulle part ! »

8Il dévoile la tension intime, fondatrice du « roman catholique » : enseigner et exhorter d’un côté ; peindre, comprendre, interpréter de l’autre. D’où les contradictions historiques de l’accession tardive, toujours fragile et menacée par le magistère, de la sphère littéraire d’origine catholique à une certaine autonomie qui explique l’existence de deux veines : une littérature des « bons livres », dite parfois de « sacristie », et une littérature qui ne s’interdit pas, à la lumière de l’intelligence de la foi chrétienne, d’explorer aucun aspect de la condition humaine.

9Être chrétien est une tension entre ce qui est de Dieu et ce qui est de l’homme, ce qui est de la grâce et ce qui est du monde. La vision eschatologique du christianisme domine lors des phases antimodernes comme lors de la deuxième moitié du XIXe et le début du XXe siècle, puis s’estompe au profit de l’idée d’Incarnation avant de réapparaître dans les années 1940, pour reprendre un cours souterrain dans les années 1960 et connaître une résurgence après 1975 dans les suites de la crise catholique (Denis Pelletier) qui est aussi le temps de l’exculturation du catholicisme (Danièle Hervieu-Léger).

10Deux types d’écrivains se distinguent, ceux qui promeuvent un ordre et une morale inspirés par l’Église et ceux qui cherchent dans la foi un ordre éthico-esthétique. La première veine veut renforcer les défenses chrétiennes, la seconde veut sortir des remparts pour gagner du public au-delà des seuls chrétiens et ainsi restaurer la place de l’Église dans la société.

  • 4 Pierre Colin, L’audace et le soupçon. La crise du modernisme dans le catholicisme français (1893-1 (...)
  • 5 Maurilio Guasco, Le modernisme. Les faits, les idées, les hommes, Paris, Desclée de Brouwer, 2007.

11Cette fécondité de l’écriture catholique se heurte à un obstacle majeur, celui de la perte de sens qui affecte les mots du catholicisme au XXe siècle alors que la sécularisation de la société atteint un stade avancé. L’approche des écritures catholiques se déploie selon quatre axes : la confrontation à l’institution, en particulier sur la question du modernisme, de l’historicité des Écritures, les nouveautés théologiques (Pierre Colin4, Maurilio Guasco5, Étienne Fouilloux), de l’autonomie du champ (Gisèle Sapiro, Hervé Serry), le travail sur la norme (Philippe Chenaux).

Une écriture rayonnante

12L’écriture catholique se définit comme une écriture bourgeonnante à partir de l’Écriture d’origine. Elle se déploie sous de multiples formes dont des pans entiers restent ignorés ou obscurs. Des secteurs apparaissent forts : les ouvrages de piété et de spiritualité, la presse, la littérature de jeunesse, les revues. Les formes de la spiritualité, les dévotions au Sacré-Cœur ou au Saint-Sacrement, le culte de la Vierge, la promotion des pèlerinages (voir les livrets et carnets de pèlerinage), même le culte du Pape engendrent une abondante littérature. L’attirance pour Rome multiplie les livres, plaquettes et productions sur les origines du christianisme, renouvelant le martyrologue chrétien, favorisant le légendaire catholique. Le catholicisme est aussi une tradition dans laquelle les mouvements, les clercs et les fidèles puisent selon leurs besoins. Les éditions et rééditions méritent des études plus précises, plus bibliométriques, pour déceler tel ou tel changement de dévotion. Le succès au XIXe siècle de la médiévale, Imitation de Jésus-Christ montre bien que le destin d’une œuvre est de longue haleine.

  • 6 Anne Philibert, Lacordaire et Lamennais. La route de la Chênaie (1822-1832), Paris, Cerf, 2009.
  • 7 Journal intime inédit de Charles de Montalembert, 8 t., Paris, Honoré Champion, 1990-2009 ; Jean-N (...)
  • 8 Étienne Fouilloux, Au cœur du XXesiècle religieux, Paris, Éditions, Ouvrières, 1993, p. 219-230.
  • 9 Pierre Vallin, « Études. Histoire d’une revue. Une aventure jésuite. Des origines au Concile Vatic (...)
  • 10 Indéniablement la revue la mieux couverte sur le plan historique. Au classique de Michel Winock, i (...)
  • 11 Christus, témoin de la vie spirituelle de notre temps (1954-2004).

13Les revues, les maisons d’édition, la presse sont des institutions bien vivantes du catholicisme français qui participent de sa reconnaissance globale mais aussi des luttes internes. Pas un moment du catholicisme, une interrogation, un débat qui n’ait trouvé un débouché médiatique. Nombre d’épisodes restent à défricher. Dès le XIXe siècle, la presse catholique possède ses titres : Le Correspondant, L’Univers, créé par l’abbé Migne, en 1833 ouvre ses colonnes à Veuillot avant d’être supprimé en 1860 par le régime impérial. Même si l’aventure de L’Avenir lancé en 1830 par Lamennais, Lacordaire6 et Montalembert7 est mieux connue, bien des aspects restent ignorés. Que dire de nombre de revues tel le Bulletin des professeurs catholiques de l’Université fondé par Joseph Lotte ou La vie spirituelle8 fondée en 1919 par le P. Marie-Vincent Bernadot, fondateur dix ans plus tard des éditions du Cerf. Les numéros spéciaux anniversaire des revues Études9, Esprit10, Christus11 montrent la voie à d’autres recherches. Bien des auteurs et rédacteurs restent largement méconnus, tant dans le milieu des journalistes catholiques, clercs ou non, que chez les prêtres écrivains.

  • 12 René Rémond et Émile Poulat (dir.), Cent ans d’histoire de La Croix (1883-1983), Paris, Le Centuri (...)

14La Croix garde bien des mystères12, même si les grandes phases du journal et l’action de certains journalistes sont connues. René Rémond explique la longévité du journal par l’appui d’une congrégation et l’existence d’un public constitué, nombreux et fidèle, malgré des crises récurrentes qui sont souvent d’origine romaine (ralliement, condamnation de l’Action Française) mais peu de travaux ont été consacrés à ces deux aspects.

  • 13 Régis Ladous, Monsieur Portal et les siens (1855-1926), Paris, Cerf, 1985, p. 352.
  • 14 Pierre Riché, Henri-Irénée Marrou, Paris, Cerf, 2003. Voir aussi Cahiers Marrou, 2008-2011.
  • 15 Aline Coutrot, Sept, un journal, un combat, Paris, Cana, 1982.

15La floraison des années 1920-1930 est mieux connue. Le développement du militantisme social catholique voit les laïcs intervenir au nom du catholicisme et desserrer l’étau ecclésial tant au sein des Semaines sociales, de la FNC que dans le groupe de l’abbé Portal13. La floraison de l’Action Catholique s’accompagne de la naissance de nombreuses revues. En 1928 naît La Vie intellectuelle fondée par les dominicains avec le soutien de quelques intellectuels catholiques tels Étienne Borne ou Henri-Irénée Marrou14. Toujours dans le sillage dominicain, l’hebdomadaire Sept apparaît en 1934 comme une des premières manifestations de la volonté de distinguer l’Église des forces conservatrices depuis la condamnation du Sillon en 191015. Il revendique d’être « l’hebdomadaire du temps présent » et éclairer l’actualité politique, sociale et économique grâce à l’enseignement de l’Église avec des collaborateurs aux noms prestigieux, tels François Mauriac, Jacques Maritain, Pierre-Henri Simon. Accusé d’être un journal de « rouges chrétiens », il cesse de paraître en 1937. Aline Coutrot insiste sur la volonté d’être un journal religieux avant d’être politique, les directeurs du journal étaient mus en premier lieu par un souci d’apostolat aux méthodes modernes : la presse est un moyen privilégié d’atteindre la masse.

  • 16 Michel Winock, « Esprit », des intellectuels dans la cité (1930-1950), Paris, Le Seuil, 1996.
  • 17 Yvon Tranvouez, Catholiques et communistes. La crise du progressisme chrétien (1950-1955), Paris, (...)
  • 18 Denis Pelletier, Économie et humanisme de l’utopie communautaire au combat pour le tiers-monde (19 (...)

16L’aspiration à refonder une chrétienté exige l’avènement d’une nouvelle civilisation communautaire. Une revue, une fois de plus, marque cette évolution. La naissance d’Esprit d’Emmanuel Mounier en 1932 permet l’expression des non-conformistes chrétiens qui rejettent autant l’individualisme des Lumières que la démocratie chrétienne au profit d’une troisième voie, « personnaliste16 ». De même l’épisode progressiste des années 1947-1955 s’identifie aussi à des revues telles La Quinzaine condamnée par le décret du Saint Office du 3 février 195517 ou Économie et Humanisme18.

  • 19 Voir les textes de Claude Savart et Jean Glénisson, dans Histoire de l’édition française, t. 3, Pa (...)
  • 20 Jacqueline Sauvageot, Ella Sauvageot. L’audace d’une femme de presse (1900-1962), Paris, L’Atelier (...)

17Les éditeurs font l’objet de trop rares travaux à l’exemple de la maison Mame de Tours19. Que dire du Cerf, de Bayard ? Une approche à la fois économique et spirituelle serait d’une grande fécondité d’autant que l’impact de ces éditeurs dépasse largement le champ catholique francophone. Deux exemples récents permettent d’approcher l’intervention des chrétiens dans l’opinion20. Temps Présent prouve l’émancipation des laïcs face à une Église intransigeante, même si ses positions restent souvent prudentes. Ainsi sur la Guerre d’Espagne, alors que de nombreux auteurs rejettent l’idée de croisade développée par la droite catholique, la revue prône plutôt la non-intervention. Dès la Libération, Temps Présent reparaît avec succès puisque l’hebdomadaire tire jusqu’à 110 000 exemplaires, mais la rédaction a profondément changé. L’orientation à gauche est nettement plus affirmée et auteurs et lecteurs se divisent sur les rapports avec le communisme.

18Les acteurs de cette histoire de la presse chrétienne restent sans historien. Ella Sauvageot a fait l’objet d’une biographie de sa fille mais rien sur Georges Montaron. Nombre de journaux ne possèdent pas encore d’histoire, ainsi la Vie catholique, Témoignage chrétien ou Télérama. Les archives sont souvent inaccessibles ou inexistantes.

  • 21 « En guise de manifeste », Les Quatre Fleuves, no 1 ; Témoignage de Marie-Josèphe Rondeau, Bulleti (...)
  • 22 Luc Perrin, « Dans le paysage catholique français (1975-1985) », Revue des Deux Mondes, mai 1996, (...)

19La fertilité des revues catholiques ne s’interrompt pas avec la « crise » catholique. Des mutations importantes apparaissent de la sécularisation d’Esprit à la naissance de nouvelles revues. Au début de 1973, naît Les quatre fleuves avec les signatures d’Henri-Irénée Marrou, Paul Vignaux, Michel Meslin et Marie-Josèphe Rondeau, puis de Charles Pietri et Georgette Vignaux. Ils affirment l’autonomie d’une parole de laïques qui reconnaissent que « l’eschatologie n’appartient pas seulement au futur ; nous professons qu’elle a déjà commencé et qu’elle transfigure notre présent21 », mais affirme une volonté d’ouverture œcuménique et de dialogue avec le monde moderne dans la ligne du Concile qui les sépare du projet soutenu par Hans Urs von Balthasar. La création de l’édition française de Communio en septembre 1975 « exprime bien le catholicisme intégral antérieur au concile et assumé par lui [...] l’attaque principale concerne les valeurs libérales de la modernité, qui est systématiquement critiquée et réfutée22 ».

20Ces revues sont encore mal connues alors même qu’elles jouent un rôle décisif dans les réorientations postconciliaires.

  • 23 « Cette presse voulut « porter au peuple des sentiments honnêtes », c’est-à-dire faire la morale, (...)
  • 24 Daniel Compère (dir.), Dictionnaire du roman populaire francophone, Paris, Nouveau Monde éditions, (...)

21Quant à la littérature enfantine chrétienne23, sa précocité rencontre l’aval d’une société en quête d’une littérature pour les enfants aux valeurs morales affirmées. D’autres héros se substituent au prêtre, le roman d’aventure se développe. Le succès d’une collection comme le Signe de Piste de 1937 à 1970 répond à la naissance d’un nouveau public, celui de l’adolescence. L’identification avec les héros est rendue possible à la fois par leur âge, celui des lecteurs, par les situations vraisemblables bien qu’extraordinaires, par le choix de sujets variés. Les valeurs du scoutisme, l’amitié et la solidarité, y sont promues, les héros se révèlent loyaux, courageux, débrouillards, dévoués et généreux24.

  • 25 Une première base, le numéro du centenaire : Frères prêcheurs, une vocation universitaire (1907-20 (...)
  • 26 Étienne Fouilloux et Frédéric Gugelot (dir.), Jésuites et littérature (XIXeet XXesiècles), Lyon, R (...)
  • 27 Émile Goichot, Henri Bremond, historien de la « faim de Dieu », Grenoble, Jérôme Millon, 2006.
  • 28 François Dosse, Michel de Certeau, le marcheur blessé, Paris, La Découverte, 2002.

22Les ordres religieux réalisent d’abondantes productions. Mais le prisme de leur apport reste inconnu à l’exemple des dominicains ou des jésuites dont l’active participation à la créativité du catholicisme français reste à cerner. Nous savons encore bien peu sur la Revue des Sciences Philosophiques et Théologiques25, dominicaine, ou sur Recherches de Science Religieuse, jésuite. Ainsi, l’écriture jésuite apparaît attentive au monde, mais rarement fictionnelle. Dans Études, la critique jésuite existe durant tout le siècle (André Blanchet, Paul Varillon, Xavier Tilliette) ; au début du siècle, le point de vue moral l’emporte souvent sur la valeur littéraire alors qu’après la Seconde Guerre mondiale, une attention au sens esthétique de la production française est plus vive26. D’autres jésuites, souvent aux marges de l’ordre (Henri Bremond27, Michel de Certeau28...), restaurent la littérature spirituelle du XVIIe siècle et obtienne une reconnaissance savante. Il faudrait renouer les liens de toutes ces productions.

  • 29 Frédéric Gugelot, « Naissance et mort d’un mythe romanesque. La messe sur la table de cuisine », J (...)

23C’est une écriture croisée où enquêtes pastorales, essais, productions apostoliques et romans se répondent à l’exemple de la floraison romanesque des années 1950. Ces œuvres façonnent un imaginaire partagé grâce à des scènes destinées à frapper le lecteur29.

Une écriture encadrée

  • 30 Étienne Fouilloux, « Intellectuels catholiques ? », Vingtième Siècle, no 53, janvier-mars 1997, p. (...)
  • 31 Denis Pelletier, « Les intellectuels catholiques et la modernisation républicaine. De l’affaire Dr (...)

24Les XIXe et XXe siècles correspondent à la lente conquête d’une autonomie de l’écriture. L’institution ne revient jamais sur la distinction Église enseignante (clercs) et Église enseignée (laïcs) qui explique sa défiance envers les intellectuels30. L’Église catholique réclame de ses fidèles obéissance et fidélité et se méfie des développements de l’esprit critique. La prise d’autonomie est une tension incessante de l’époque contemporaine31. D’autant que l’orthodoxie catholique n’est pas un vain mot pendant toute la période et même si l’intensité des procédures de répression a pu varier, le Saint-Siège est resté le gardien vigilant du dogme.

  • 32 Loïc Artiaga, Des torrents de papier. Catholicisme et lectures populaires au XIXesiècle, Limoges, (...)

25Le catholicisme a dès le début du XIXe siècle tenté de répondre à l’avènement d’une littérature industrielle de masse en offrant à une production populaire orthodoxe et en condamnant les mauvais livres32. Ainsi l’abbé Louis Bethléem s’érige au début du XXe siècle en censeur de la littérature :

  • 33 Louis Bethléem, Romans à lire, romans à proscrire, Paris, Édition de la Revue des Lectures, 1928, (...)

« Les exigences de l’âme passent avant celle de l’art... Oui, la littérature est indépendante de la morale, en ce sens qu’elle a son objet et son domaine à elle. Mais en tant qu’elle est l’œuvre d’un homme, et qu’elle s’adresse à des hommes, elle relève des lois qui régissent l’homme même [...] elle n’a pas le droit de se mettre à la traverse sur le chemin que l’homme doit parcourir pour atteindre sa fin... si elle n’a pas pour mission essentielle de psalmodier ou de catéchiser, il lui est rigoureusement interdit de blesser, d’aveugler, et surtout de souiller et d’égarer33. »

  • 34 Anne-Marie Chartier et Jean Hébrard, « L’abbé Bethléem et son Guide général de lectures », Discour (...)
  • 35 Anne-Marie Thiesse, Le roman du quotidien, Paris, Le Seuil, 2000, p. 214-215 : « Ces auteurs de ro (...)
  • 36 Yves Poncelet, Pierre l’Ermite (1863-1959). Prêtre, journaliste à La Croix et romancier. Présence (...)

26Son ouvrage de 1904, Romans à lire et romans à proscrire, dépasse les 120 000 exemplaires. Le relais de la presse confessionnelle et des bulletins paroissiaux amplifie son impact. Le but est double : permettre aux fidèles de trier dans la production imprimée de plus en plus surabondante et constituer un groupe de pression pour peser a priori sur la production34. Les romans édifiants, les récits pieux, les adaptations d’épisodes bibliques ont sa faveur. Beaucoup d’auteurs sont des femmes, ou des prêtres35 au capital symbolique et même matériel plus faible. Un exemple est maintenant bien connu grâce à l’excellente thèse d’Yves Poncelet sur Pierre l’Ermite36.

  • 37 Jésus Martinez de Bujanda, Index librorum prohibitorum 1600-1966, Genève, Librairie Droz, 2002.
  • 38 Jean-Baptiste Amadieu, « La littérature française du XIXe siècle à l’index », Revue d’Histoire Lit (...)

27L’institution reste étrangement absente alors qu’elle pèse d’un poids si lourd. Rien sur la Congrégation pour la doctrine de la foi (Sacrée congrégation du Saint-Office) même si l’Index, qui disparaît en 1966, est maintenant mieux connu37. Les condamnations du XIXe siècle se fondent sur des motifs moraux, doctrinaux et l’anticléricalisme38. La vision développée par les censeurs ecclésiaux est largement binaire : bon/dangereux, vrai/faux. D’où une vive attention à l’effet de la littérature sur les lecteurs. Le groupe des censeurs reste méconnu.

Entre autonomie, encensements et affrontements

Intellectuels et écrivains catholiques

  • 39 En voici quelques exemples : Danièle Hervieu-Léger, « Les intellectuels catholiques dans le contex (...)
  • 40 Alain Dierkens, Frédéric Gugelot, Fabrice Preyat, Cécile Vanderpelen-Diagre (dir.), La croix et la (...)

28Les historiens et sociologues de la religion ont aussi développé de larges pans de recherche autour de la figure de l’intellectuel. Ces travaux partaient d’un constat simple, les principaux ouvrages des autres spécialistes n’abordaient le camp catholique que par le biais de leur engagement politique. Or, les intellectuels catholiques possèdent leur propre temporalité et leurs propres enjeux39. Une approche socio-historique a permis de dégager d’autres aspects. L’identité des écrivains catholiques a été longtemps envisagée sous l’angle d’un engagement personnel unissant foi et littérature. Le destin des trajectoires institutionnelles d’auteurs et l’analyse esthétique et textuelle de leur production montrent que, depuis le XVIIe siècle, l’écrivain catholique est à la fois une perception et une représentation. L’examen des stratégies de reproduction et de réception (statut du texte, options thématiques...) et du fonctionnement des réseaux permet de cerner les processus de construction des identités collectives. La figure revendicative d’écrivain catholique n’existe que dans un cadre de large sécularisation40. Ce qui unifie les écrivains catholiques est un idéal commun. Ils doivent témoigner et convertir. Tous sont mobilisés pour la défense, l’illustration et la promotion de la foi.

29Le fonctionnement des réseaux reste inséparable de cette démarche, en particulier au sein de l’articulation entre les formes d’agrégation (salons, revues, parrainages) et les modes de financement (mécénat, clientélisme, privé vs. public, officiel contre non officiel). La figure de l’écrivain catholique dès le début du XIXe siècle est associée à l’idée de défense de la religion dans la postérité d’écrivains catholiques souvent polémistes du XIXe siècle tels Chateaubriand ou Veuillot. Elle triomphe au XXe siècle avec des auteurs comme Bernanos, Claudel ou Mauriac qui acquièrent dans le champ littéraire une réelle autonomie pour disparaître rapidement au profit de celle des intellectuels catholiques laïcs.

  • 41 Chateaubriand, Génie du christianisme, Paris, Gallimard, 1978, p. 787. Si on discute justement de (...)

30Une première renaissance catholique répond aux désastres de la Révolution au moment où le catholicisme n’est plus que la « religion de la majorité des Français ». Le romantisme veut exprimer toute l’âme et inscrire le sentiment religieux dans la littérature. C’est une génération, le vicomte de Chateaubriand41, le comte Joseph de Maistre, le vicomte Louis de Bonald, Montalembert et Lacordaire, qui mettent leurs plumes au service du catholicisme. Elle s’identifie à René, ce héros déchiré par le sentiment tragique de l’absence de sens dans un monde déserté par Dieu et par l’emportement des désirs et des passions.

31Cette littérature d’affirmation religieuse est écrite par des laïcs.

  • 42 Joseph de Maistre, « Discours préliminaire », Du Pape (1819), Genève, Droz, 1966, p. 15.

« Il pourrait paraître surprenant qu’un homme du monde s’attribue le droit de traiter des questions qui, jusqu’à nos jours, ont semblé exclusivement dévolues au zèle et à la science de l’ordre sacerdotal... puisque notre ordre s’est rendu, pendant le dernier siècle, éminemment coupable envers la religion, je ne vois pas pourquoi le même ordre ne fournirait pas aux écrivains ecclésiastiques quelques alliés fidèles qui se rangeraient autour de l’autel pour écarter au moins les téméraires, sans gêner les lévites42. »

32De Maistre ajoute un argument pour justifier son intervention qui reviendra souvent sous la plume des écrivains catholiques :

  • 43 Ibid., p. 17.

« Le mécréant se défie moins de l’homme du monde, et s’en laisse assez souvent approcher sans la moindre répugnance43. »

  • 44 Jacques Julliard et Michel Winock (dir.), Dictionnaire des intellectuels français, Paris, Le Seuil (...)

33La « renaissance catholique » du début du XXe siècle n’est pas sans proximité avec cette première vague. Au tournant du XIXe siècle, la naissance de l’intellectuel promeut des hommes qui appliquent à l’ordre politique une notoriété acquise ailleurs par une activité de créateur, de penseur ou de médiateur44. L’intellectuel catholique réagit en tant qu’intellectuel lié au mouvement des idées mais aussi en fonction d’une foi et d’une conception de la société et du devenir humain, régie par une institution, l’Église, face à laquelle il doit se définir sur un spectre qui va de la fidélité à la contestation.

  • 45 Dinah Ribard et Nicolas Schapira, « Histoire du livre, histoire par le livre », Revue de Synthèse, (...)

34Des approches plus sérielles ou selon l’angle de l’établissement des normes, de la réception ou de la répression pourraient les cerner plus globalement. Une étude économique des éditeurs, des collections, des auteurs apporterait beaucoup. Cette réflexion ne peut se départir d’un examen comparatif centré sur la réception et le statut du texte, de son contenu, de sa légitimité, des options thématiques et génériques qui le constituent. Les livres45 et revues sont les moyens par lesquelles la pensée atteint un large public. On peut donc distinguer plusieurs niveaux de recherche possible : le producteur (auteur, éditeur...), le récepteur (critiques, lecteurs...) et le support (livres, revues...).

  • 46 Renaud Sainsaulieu, « Les intellectuels catholiques comme mouvement social », Revue de l’Institut (...)

35Le temps des intellectuels catholiques est bref. Ils émergent lors de la crise de la Séparation (1905), ils sont publiquement reconnus pendant quelques décennies entre la condamnation romaine de l’Action Française (1926) et l’aggiornamento conciliaire (milieu des années 1960), pour s’effacer après46. C’est un temps de visibilité, non qu’à d’autres moments n’existent pas des écrivains, des artistes ou des intellectuels d’inspiration catholique mais ils ne disposent plus d’un relais public qui leur assure une représentation sociale large.

  • 47 Philippe Chenaux, « La seconde vague thomiste », Pierre Colin (dir.), Intellectuels chrétiens et e (...)
  • 48 Serge-Thomas Bonino (dir.), Saint Thomas au XXesiècle, Colloque du centenaire de la « Revue thomis (...)
  • 49 Hervé Serry, Naissance de l’intellectuel catholique, op. cit., p. 292.
  • 50 Corinne Bonafoux, À la droite de Dieu. La Fédération Nationale Catholique (1924-1944), Paris, Faya (...)

36La visibilité acquise par ces écrivains et intellectuels catholique a permis d’évoquer une « renaissance littéraire catholique ». Certains catholiques voient dans leur foi le pendant spirituel d’une réaction antilibérale et contrerévolutionnaire dont le pendant politique est le nationalisme virulent de Maurras, qui aspire à un « retour à l’ordre » politique et social47, appuyé sur un renouveau thomiste48. Celui-ci promeut la reconnaissance de l’intervention des laïcs. La création de la Semaine des écrivains catholiques en 1921 prouve l’émergence d’un milieu laïque d’intellectuels catholiques, qui, tout en affirmant leur soumission à l’Église, prennent la parole49. La Fédération Nationale Catholique n’est pas qu’un groupe de pression catholique, elle déploie aussi un pan culturel de la politique de visibilité catholique50.

  • 51 « Vous n’imaginez pas combien j’ai peu de relations dans le monde catholique et combien j’y suis p (...)

37Il est, pour eux, impossible de séparer politique, social, culture et théologique. Chez les écrivains, les figures symboliques de Péguy et de Claudel sont exemplaires. C’est que la validation littéraire ne vaut pas validation catholique et inversement. La reconnaissance acquise dans le milieu des écrivains pèse sur l’institution ecclésiale, mais entraîne plus de méfiance que de soutiens. Au moment où les œuvres des deux poètes s’élaborent, seuls quelques fervents, au comportement presque sectaire, diffusent leurs textes. Les catholiques restent longtemps réfractaires51. La mort précoce de Péguy au début de la Grande Guerre l’auréole du statut de martyr. Son destin devient le lieu d’un combat entre les courants du catholicisme. Dans les années 1930, il est le poète de l’espérance. Puis Vichy le revendique. Il retrouve une nouvelle faveur de prophète dans les années 1950 avant de disparaître. En 1981, dans L’idéologie française, Bernard-Henri Lévy le condamne comme une des sources de l’antisémitisme français. Une histoire du « péguyisme » est à écrire, des fidèles du début, de sa famille lentement conquise par le catholicisme, des réseaux qui le revendiquent, des disputes de sa mémoire, des moments de ferveur et des moments de disparition. Son retour à la fin du siècle et l’attachement de quelques plumes d’opinion (comme Jacques Julliard) marquent sa pérennité et sa résonance.

  • 52 Claude Langlois, « La naissance de l’intellectuel catholique », op. cit., p. 228.

38L’émergence de la figure d’intellectuel au sein des ordres religieux traditionnels reste impossible52 comme le prouvent l’exil chinois de Teilhard de Chardin et son long silence officiel. Ses travaux scientifiques ne sont pas en cause mais les déductions que ses lecteurs en tirent sur le magistère. Ses écrits sont recopiés, diffusés sous le manteau avant d’obtenir la consécration publique mais au Seuil, un éditeur laïc indépendant de l’Église. Le teilhardisme mérite largement d’être étudié.

  • 53 Véronique Auzépy-Chavagnac, Jean de Fabrègues et la jeune droite catholique. Aux sources de la Rév (...)
  • 54 Bernard Comte, L’honneur et la conscience. Catholiques français en résistance, Paris, L’Atelier, 1 (...)
  • 55 Étienne Fouilloux, La collection « Sources Chrétiennes ». Éditer les Pères de l’Église au XXesiècl (...)

39Étudier ces respirations de la culture catholique dessinerait une carte des réseaux et milieux de sa production, de sa diffusion et des courants qui l’habitent. Des intellectuels catholiques se divisent profondément pendant la Seconde Guerre mondiale. Certains se reconnaissent dans Vichy à l’exemple de Jean de Fabrègues53, Gustave Thibon, Jacques Chevalier. D’autres participent à la résistance, souvent plus intellectuelle qu’armée54 : un des traits majeurs est la prise de parole, la volonté de témoigner dans une recherche de concordance entre les convictions et les actes. Ces divisions, ces débats sur la légitimité du pouvoir et le devoir d’obéissance ne peuvent être sans répercussions sur l’autorité dans et de l’Église. Le refus des évêques de s’engager, même par le texte ou la parole, durant toute la guerre, le rejet de toute interprétation du message chrétien hors d’eux, conduisent nombre de catholiques à s’interroger tant sur l’ecclésiologie que sur le discours théologique sous-jatent. La recherche d’un catholicisme régénéré, se développe selon le mode classique du retour aux sources que concrétise l’émergence de la collection Sources Chrétiennes55.

  • 56 Claire Guyot, Les intellectuels catholiques dans la société française. Le Centre Catholique des In (...)
  • 57 Denis Pelletier et Jean-Louis Schlegel (dir.), À la gauche du Christ, Paris, Le Seuil, 2012.
  • 58 Charles Mercier, René Rémond, Nanterre et l’Université, les enfantements de 68 (1968-1976), thèse (...)
  • 59 Pierre Riché, Henri-Irénée Marrou. Historien engagé, Paris, Cerf, 2003.
  • 60 Yves-Marie Hilaire, De Renan à Marrou. L’histoire du christianisme et les progrès de la science hi (...)
  • 61 Carnets posthumes, Paris, Cerf, 2006.
  • 62 Deux numéros pour l’instant ; Jean-Pierre Rioux, « Henri-Irénée Marrou et René Rémond, historiens (...)
  • 63 Jacques Prévotat, Les catholiques et l’Action Française. Histoire d’une condamnation (1899-1939), (...)

40Le catholicisme transigeant, qui tente de réconcilier la pensée moderne et le catholicisme au moment où triomphe la modernité économique et technique des Trente Glorieuses, est mieux connu grâce aux travaux par exemple de Claire Guyot56 et à l’ouvrage sur les chrétiens de gauche57. Parmi les intellectuels engagés à la fois dans le monde et dans leur Église, deux historiens chrétiens font l’objet de recherches : René Rémond58 et Henri-Irénée Marrou révélé par une biographie59, un colloque60, la parution d’inédits61 et de cahiers62. Jacques Prévotat avait déjà montré pour l’Action Française ce qui vaut pour les chrétiens de gauche, le théologique irrigue le politique63.

  • 64 Jean-Louis Schlegel, « Intellectuels catholiques : silences contraints, silences voulus », op. cit (...)

41La crise des intellectuels catholiques, qui se déploie autour de 1965, est progressive. Raison et foi ne peuvent se concilier au moment où l’Église renoue avec son temps parce que tant la psychanalyse, les philosophies du soupçon que le structuralisme jettent un doute indépassable sur l’expérience croyante. La pensée contemporaine s’éloigne de l’humanisme. L’institution est disqualifiée alors qu’elle reste centrale dans la validation de l’identité catholique ; une forme d’indifférence permet à certains de s’éloigner sans rupture bruyante64. Les évolutions post-conciliaires heurtent les grandes signatures catholiques du temps. Dès 1966, Maritain et Green condamnent les conséquences imprévues du concile. Le fondement est aussi théologique. Les combats de nombreux catholiques à gauche se fondent sur l’idée que

  • 65 Danièle Léger, De la mission à la protestation. L’évolution des étudiants chrétiens en France (196 (...)

« tout engagement prend un caractère prophétique puisqu’il doit réaliser le Royaume... Ainsi, l’utopie politique apparaît à la fois et inséparablement comme la version sécularisée du projet messianique et la version sacralisée du projet politique65 ».

42La crise affecte aussi bien l’exercice de l’autorité que les courants théologiques dominants, le rôle des clercs, la pratique des fidèles. Le silence des intellectuels catholiques rejoint celui des intellectuels non croyants, fondé sur le sentiment de déclin de l’idée universelle.

La pensée religieuse et les courants théologiques

  • 66 Étienne Magnin, Un demi-siècle de pensée catholique, Paris, Bloud et Gay, 1937.
  • 67 Maurice Nédoncelle, Cinquante ans de pensée catholique, Paris, Fayard, 1955.

43Les grands moments de pensée religieuse ont souvent été l’occasion de bilan d’étape. En 1937, le livre de E. Magnin s’intitule Un demi-siècle de pensée catholique66, en 1955, celui de Maurice Nédoncelle porte le titre Cinquante ans de pensée catholique67. Ensuite la « crise catholique » est aussi une crise de la pensée catholique. Pourtant auteurs, parutions, collections existent durant tout le siècle.

44Claude Savart avait déjà signalé l’inégale vitalité de l’activité théologienne et de la pensée religieuse avec des moments d’intense fermentation intellectuelle, et d’autres de reflux. La théologie apparaît comme un bon baromètre pour apprécier comment le catholicisme parvient ou ne parvient pas à penser le monde. Après la guerre, Vatican II apparaît comme la réalisation de la théologie française. Surtout des catholiques français deviennent des auteurs spirituels reconnus. Certains voient leurs écrits complets progressivement édités, maintenant une actualité éditoriale réelle, ainsi Charles de Foucauld, Teilhard de Chardin, Simone Weil et Thérèse Martin. Ils suscitent de plus une littérature connexe (hagiographique ou étude scientifique) et de vifs débats.

  • 68 Et les cinq articles de Jacques Le Goff, Jean Jolivet, Jean-Claude Schmitt..., « Le Père Marie-Dom (...)
  • 69 Georges Chantraine, Henri de Lubac, t. 1, Paris, Cerf, 2007 ; Henri de Lubac, t. 2, Paris, Cerf, 2 (...)
  • 70 Édition d’une partie de ses journaux personnels.
  • 71 Françoise Jacquin, Histoire du Cercle Saint Jean-Baptiste. L’enseignement du Père Daniélou, Paris, (...)
  • 72 Étienne Fouilloux, François Varillon, Paris, Desclée de Brouwer, 2007.

45De même, les théologiens phares des années 1930-1960 sont repris et republiés dans un contexte tout différent : Marie-Dominique Chenu68, Henri de Lubac69, Yves Congar70. Pour les jésuites, Yves de Montcheuil, Jean Daniélou71 ou des figures de clercs dont l’influence est plus souterraine mais essentielle à la diffusion de toute une spiritualité72. Il faut alors mêler l’histoire d’une âme, d’une influence et d’une aventure spirituelle pour dégager les évolutions intérieures du catholicisme.

  • 73 Dominique Avon et Michel Fourcade (dir.), Un nouvel âge de la théologie (1965-1980), Paris, Kartha (...)
  • 74 Jean-Dominique Durand (dir.), Histoire et théologie, Paris, Beauchesne, 1994.
  • 75 Pierre Lassave, L’appel du texte. Sociologie du savoir bibliste, Rennes, PUR, 2011.

46Vatican II rend visible le travail de tous ses théologiens, dorénavant mobilisés par les textes issus du concile et les voies officialisées par lui. Ce bouillonnement semble éclater la théologie, l’unité s’estompe au profit des contacts, combats et interrogations. L’ouvrage dirigé par Dominique Avon et Michel Fourcade prouve qu’une théologie francophone existe après le Concile et fait le lit du couple infernal crise/renouveau pour démontrer la pérennité des interrogations, la diversité des réponses et leur fécondité face à un temps de profondes mutations73. Une approche historique de la théologie est possible et mérite d’attirer bien des attentions74. Néanmoins, certains courants n’ont pas fait l’objet d’étude d’ensemble ainsi que les lieux de diffusion, de réception et de promotion. Le milieu des théologiens reste lui encore largement ignoré tandis que celui des exégètes est mieux connu75.

  • 76 Philippe Levillain, Philippe Boutry et Yves-Marie Fradet (dir.), 150 ans au cœur de Rome. Le Sémin (...)
  • 77 Jacques-Olivier Boudon, L’épiscopat français à l’époque concordataire (1802-1905), Paris, Cerf, 19 (...)
  • 78 Frédéric Le Moigne, Les évêques français de Verdun à Pétain, Rennes, PUR, 2005.
  • 79 Dominique-Marie Dauzet et Frédéric Le Moigne (dir.), Dictionnaire des évêques de France au XXesièc (...)
  • 80 Jacques-Olivier Boudon, Paris, capitale religieuse sous le Second Empire, Paris, Cerf, 2001.
  • 81 Bruno Neveu, Les facultés de théologie catholique de l’Université de France (1808-1885), Paris, Kl (...)

47Les grands séminaires sont les grands absents. Seul le Séminaire Français de Rome a fait l’objet d’un double travail, la thèse de Paul Airiau dont on regrette qu’elle ne soit pas encore éditée et un ouvrage collectif76. L’histoire a peu prêté attention à la formation des clercs. Celle des évêques est un peu mieux connue, le croisement des ouvrages de Jacques-Olivier Boudon77, de Frédéric Le Moigne78 et du Dictionnaire des évêques de France79 permet d’en dégager les grandes lignes. La formation pastorale semble toujours l’emporter sur la formation intellectuelle. Les tentatives de restauration d’un pôle intellectuel au catholicisme français ont un faible impact au milieu du XIXe siècle80, et les facultés de théologie81 œuvrent avec difficulté, un lent déclin est perceptible.

  • 82 Claude Langlois et François Laplanche, La science catholique. L’« Encyclopédie théologique » de Mi (...)

48Les tentatives d’une « science catholique » pour faire front à l’esprit des Lumières sont mieux connues82. Lamennais espérait répondre aux insuffisances intellectuelles du clergé français, Jacques-Paul Migne reprend le projet et crée maison d’éditions et collections pour vulgariser les connaissances scientifiques. Mais qu’en est-il ensuite ?

  • 83 Claude Langlois (dir.), « Thérèse de Lisieux et les missions », Histoire et Missions Chrétiennes, (...)

49Les figures saintes s’inscrivent ou se réinscrivent dans l’imaginaire contemporain à l’exemple de Thérèse de Lisieux83 ou François d’Assise. Les différentes facettes de ce dernier au XXe siècle, le croisé ou plutôt l’anti-croisé que certains ont tenté de promouvoir en opposant croisade et mission, le pauvre, l’humble, le saint, l’ami des bêtes, l’écologiste..., montrent que l’étude de la recharge des figures héroïques, inspiratrices et normatives, du catholicisme au siècle de la modernité est un chantier renouvelé. Ces figures du saint ont été investies par différentes idéologies – chrétiennes ou non – qui ont traversé un siècle obsédé par la recherche et la création de mythes.

  • 84 Claude Savart et Jean-Noël Aletti (dir.), Le monde contemporain et la Bible, Paris, Beauchesne, 19 (...)
  • 85 François Laplanche, La crise de l’origine. La science catholique des Évangiles et l’histoire au XX(...)
  • 86 Pierre Lassave, Bible, la traduction des Alliances. Enquête sur un événement littéraire, Paris, L’ (...)

50La diversité des spiritualités laisse de nombreux aspects en friche. La place de la Bible dans la piété, les pratiques et les lectures des catholiques sont mieux connus84. Les travaux de François Laplanche permettent de cerner la lente « décrispation » de l’Église sur la question des origines de la Bible85. On passe d’une exégèse spirituelle à une historico-critique. Il cerne une double conversion, celle des exégètes aux méthodes modernes de la critique, ils inclurent dans leurs travaux les apports d’une science des religions en plein essor, et celle, plus lente, de l’Église, à leurs découvertes. La publication en 2001 de la Bible. Nouvelle traduction, aux éditions Bayard en France et Médiaspaul au Canada, montre l’attrait renouvelé pour les textes bibliques86.

Affrontements et conflits

51Si le catholicisme apparaît comme le terrain d’affrontement de plusieurs courants, l’écriture catholique témoigne de la pluralité des niveaux auxquels se déroule ce conflit. Les tensions héritées ou nouvelles, gallicans/ultramontains et transigeants(libéraux)/intransigeants s’articule autour d’un certain nombre de conflits qu’ils posent la question politique du ralliement ou non, ou culturelle du choix du « modernisme » ou non. Trois courants cohabitent : un catholicisme social et démocrate chrétien, un courant de défense catholique et un de recherche de nouvelles perspectives (rapport avec le monde moderne, avec la République, avec le monde ouvrier et le communisme...) alternent pour irriguer ce champ immense des écritures catholiques.

  • 87 Pierre Colin, L’audace et le soupçon. La crise moderniste dans le catholicisme français (1893-1914 (...)
  • 88 Maurilio Guasco, Le modernisme : les faits, les idées, les hommes, op. cit.
  • 89 Émile Goichot, Alfred Loisy et ses amis, Paris, Cerf, 2002.

52Les intransigeants semblent moins connus : Louis Veuillot, Gustave Thibon, Michel de Saint-Pierre mais aussi collaborateurs et amis, proches et lointains, modestes et hauts placés. Les livres d’Émile Poulat, des recherches sur l’antimaçonnisme, l’antisémitisme favorisent par ce biais leur approche. La question du modernisme est indéniablement celle qui a connu parmi les plus forts développements grâce à l’immense travail réalisé par Pierre Colin87, Maurilio Guasco88 et Émile Goichot89.

53Le modernisme est dénoncé par la papauté, il désigne ceux qui transigent avec le monde moderne et tentent d’acclimater les apports des sciences. L’extrême plasticité de l’accusation permet de poursuivre tout azimut. Des clercs sont réduits au silence et/ou quittent l’Église. La fonction d’intellectuel critique devient impossible, écrivains, penseurs et artistes catholiques s’expriment dans une fonction de mobilisation des militants catholiques, en marge de la République, tant dans la défense de la citadelle assiégée que dans un projet de reconquête de la société, fonder une nouvelle chrétienté. Hors de ce cadre, la prise de parole est difficile, les « générations perdues » le dévoilent.

  • 90 Anne Philibert, Lacordaire et Lamennais (1822-1832). La route de la Chênaie, Paris, Cerf, 2009.
  • 91 Jérôme Grondeux, La religion des intellectuels français au XIXesiècle, Toulouse, Privat, 2002 ; Jé (...)

54Les grandes figures continuent d’engendrer travaux et ouvrages mais aux interrogations et approches renouvelées. Que ce soit l’étude d’un moment où se cristallisent les débats du temps comme pour Lamennais et Lacordaire90 tandis que le rapport à la hiérarchie et la soumission du sens personnel hantent déjà les discussions entre les deux hommes mais aussi des hommes pivot comme Montalembert ou d’autres91.

  • 92 Marie-Thérèse Perrin, La jeunesse de Laberthonnière : printemps d’une mission prophétique, Paris, (...)
  • 93 Marie-Odile Germain (dir.), Stanilas Fumet ou la présence au temps, Paris, Cerf, 1999.
  • 94 Jacotte Lucet et Thérèse Boespflug (dir.), Pierre-Henri Simon, Paris, Cerf, 1999.
  • 95 Michel Fourcade, Feu la modernité ? Maritain et les maritainismes, thèse de doctorat, Université M (...)
  • 96 Jean-Hugues Soret, Philosophies de l’Action Catholique. Blondel-Maritain, Paris, Cerf, 2007.
  • 97 Frédéric Gugelot, Cécile Vanderpelen et Jean-Philippe Warren (dir.), L’engagement créateur. Écritu (...)

55Celles du XXe siècle émergent progressivement et le biais biographique est un moyen d’étudier plus largement l’élaboration d’une pensée, un milieu, une influence. Blondel, Laberthonnière92 font l’objet d’études et de recherches. Les grandes figures des années 1930-1960 sont abordées à l’exemple de Fumet93 ou de Simon94. Le plus fort renouvellement est venu des travaux sur l’une des figures phares, Jacques Maritain. On connaît mieux son trajet personnel, intellectuel, ses milieux, son influence et ses limites95. Des travaux cernent les « matrices intellectuelles » des engagements catholiques96 et les mouvements inspirateurs tel le personnalisme97.

56Les années 1950-1960 restent largement à défricher. Si la question des prêtres ouvriers et du progressisme est maintenant bien dévoilée, des recherches sur les acteurs des années 1960 ouvrent de nouveaux champs (pour proposer quelques exemples : Robert Davezies, Serge Bonnet, Louis Salleron, Pierre Debray). Le travail historique est moins avancé en ce qui concerne le passage du camp intransigeant du XIXe aux intégristes de la fin du XXe siècle.

  • 98 Une première approche : Frédéric Gugelot, « Conversions fin de siècle (1980-2000) », Béatrice Bakh (...)

57Le catholicisme le plus récent n’est pas sans travaux à l’exemple de la thèse de Corinne Valasik. Mais ici aussi bien des éléments restent dans l’ombre et des figures peu abordées (Maurice Clavel, José Cabanis, Claude Geffré...). Il n’existe pas non plus de synthèse sur les « recommençants », ces intellectuels qui renouent publiquement avec le catholicisme comme Jean-Claude Guillebaud, Patrick Kéchichian et bien d’autres98.

58En ces siècles contemporains, les écritures catholiques demeurent fécondes, inscrites dans une tension renouvelée entre le monde et l’au-delà. Le converti Max Jacob le justifie ainsi :

  • 99 Max Jacob, Lettres à Marcel Jouhandeau, Genève, Droz, 1979, p. 59.

« Le devoir moderne, le devoir actuel, presque notre seul devoir est celui de l’apostolat par l’exemple ; quand nous avons un peu d’influence, affichons nos sentiments religieux, manifestons. Le temps n’est plus des fleurs d’ombre dans les églises noires mais c’est le siècle de la publicité. Ferons-nous moins pour l’Art et pour la Foi que Cadum pour son savon99 ? »

59Ce qui laisse à l’historien bien des champs d’études.

Notes

1 Claude Savart, Les catholiques en France au XIXe siècle. Le témoignage du livre religieux, Paris, Beauchesne, 1985 ; Philippe Martin, Une religion des livres (1640-1850), Paris, Cerf, 2003.

2 Frédéric Gugelot, La conversion des intellectuels au catholicisme en France (1885-1935), Paris, CNRS Éditions, 2010.

3 Louis Veuillot, « Vocation de l’écrivain catholique », Revue littéraire et critique, février 1842.

4 Pierre Colin, L’audace et le soupçon. La crise du modernisme dans le catholicisme français (1893-1914), Paris, Desclée, 1997.

5 Maurilio Guasco, Le modernisme. Les faits, les idées, les hommes, Paris, Desclée de Brouwer, 2007.

6 Anne Philibert, Lacordaire et Lamennais. La route de la Chênaie (1822-1832), Paris, Cerf, 2009.

7 Journal intime inédit de Charles de Montalembert, 8 t., Paris, Honoré Champion, 1990-2009 ; Jean-Noël Dumont (dir.), Montalembert et ses contemporains, Paris, Cerf, 2012.

8 Étienne Fouilloux, Au cœur du XXe siècle religieux, Paris, Éditions, Ouvrières, 1993, p. 219-230.

9 Pierre Vallin, « Études. Histoire d’une revue. Une aventure jésuite. Des origines au Concile Vatican II », Revue d’Histoire de l’Église de France, t. 87, janvier-juin 2001, p. 247-248.

10 Indéniablement la revue la mieux couverte sur le plan historique. Au classique de Michel Winock, il faut ajouter le supplément à Esprit, no 282, février 2002 rédigé par Daniel Lindenberg, Olivier Mongin, Marc-Olivier Padis, Joël Roman et Jean-Louis Schlegel puis le livre de Bernard Comte et celui de Goulven Boudic, Esprit (1944-1982). Les métamorphoses d’une revue, Paris, IMEC, 2005.

11 Christus, témoin de la vie spirituelle de notre temps (1954-2004).

12 René Rémond et Émile Poulat (dir.), Cent ans d’histoire de La Croix (1883-1983), Paris, Le Centurion, 1988 ; Danielle Delmaire, Antisémitisme et catholiques dans le Nord pendant l’Affaire Dreyfus, Villeneuve-d’Ascq, PUL, 1991.

13 Régis Ladous, Monsieur Portal et les siens (1855-1926), Paris, Cerf, 1985, p. 352.

14 Pierre Riché, Henri-Irénée Marrou, Paris, Cerf, 2003. Voir aussi Cahiers Marrou, 2008-2011.

15 Aline Coutrot, Sept, un journal, un combat, Paris, Cana, 1982.

16 Michel Winock, « Esprit », des intellectuels dans la cité (1930-1950), Paris, Le Seuil, 1996.

17 Yvon Tranvouez, Catholiques et communistes. La crise du progressisme chrétien (1950-1955), Paris, Cerf, 2000.

18 Denis Pelletier, Économie et humanisme de l’utopie communautaire au combat pour le tiers-monde (1941-1966), Paris, Cerf, 1996.

19 Voir les textes de Claude Savart et Jean Glénisson, dans Histoire de l’édition française, t. 3, Paris, Fayard-Le Cercle de la Librairie, 1985. Un colloque s’est tenu sur ce sujet en 2010. Voir aussi le catalogue Mame : Angers – Paris – Tours, deux siècles du livre, Tours, 1989.

20 Jacqueline Sauvageot, Ella Sauvageot. L’audace d’une femme de presse (1900-1962), Paris, L’Atelier, 2006 ; Martine Sevegrand, « Temps présent », une aventure chrétienne, Paris, Éditions du Temps Présent, 2007.

21 « En guise de manifeste », Les Quatre Fleuves, no 1 ; Témoignage de Marie-Josèphe Rondeau, Bulletin des amis du cardinal Daniélou, no 29, 2003, p. 8-10.

22 Luc Perrin, « Dans le paysage catholique français (1975-1985) », Revue des Deux Mondes, mai 1996, p. 111.

23 « Cette presse voulut « porter au peuple des sentiments honnêtes », c’est-à-dire faire la morale, tout en contribuant à toute évangélisation. Christianiser tout en moralisant, moraliser en évangélisant : trouver l’équilibre durable ne fut pas évident ». Jean-Pierre Rioux, « Conclusion », Thierry Crépin et Françoise Hache-Bissette (dir.), Les presses enfantines chrétiennes au XXe siècle, Arras, Artois Presses Université, 2008, p. 251.

24 Daniel Compère (dir.), Dictionnaire du roman populaire francophone, Paris, Nouveau Monde éditions, 2007.

25 Une première base, le numéro du centenaire : Frères prêcheurs, une vocation universitaire (1907-2007), t. 92, juillet-septembre 2008.

26 Étienne Fouilloux et Frédéric Gugelot (dir.), Jésuites et littérature (XIXe et XXe siècles), Lyon, RESEA-Chrétiens et sociétés, 2011.

27 Émile Goichot, Henri Bremond, historien de la « faim de Dieu », Grenoble, Jérôme Millon, 2006.

28 François Dosse, Michel de Certeau, le marcheur blessé, Paris, La Découverte, 2002.

29 Frédéric Gugelot, « Naissance et mort d’un mythe romanesque. La messe sur la table de cuisine », Judith Lyon-Caen et Marie-Bénédicte Vincent (dir.), « Histoire et roman », Vingtième Siècle, no 112, octobre-décembre 2011, p. 27-40.

30 Étienne Fouilloux, « Intellectuels catholiques ? », Vingtième Siècle, no 53, janvier-mars 1997, p. 18.

31 Denis Pelletier, « Les intellectuels catholiques et la modernisation républicaine. De l’affaire Dreyfus à la Guerre d’Algérie », Marie-Emmanuelle Chessel et Bruno Dumons (dir.), Catholicisme et modernisation de la société française (1890-1960), Cahiers du Centre Pierre Léon, Lyon, 2003, p. 117.

32 Loïc Artiaga, Des torrents de papier. Catholicisme et lectures populaires au XIXe siècle, Limoges, PU de Limoges, 2007.

33 Louis Bethléem, Romans à lire, romans à proscrire, Paris, Édition de la Revue des Lectures, 1928, p. 9-11.

34 Anne-Marie Chartier et Jean Hébrard, « L’abbé Bethléem et son Guide général de lectures », Discours sur la lecture (1880-2000), Paris, Fayard, 2000, p. 53.

35 Anne-Marie Thiesse, Le roman du quotidien, Paris, Le Seuil, 2000, p. 214-215 : « Ces auteurs de roman populaire, contrairement aux écrivains catholiques prestigieux, ne fréquentent guère les milieux littéraires et se contentent de participer aux corporations de publicistes chrétiens. »

36 Yves Poncelet, Pierre l’Ermite (1863-1959). Prêtre, journaliste à La Croix et romancier. Présence catholique à la culture de masse, Paris, Cerf, 2011.

37 Jésus Martinez de Bujanda, Index librorum prohibitorum 1600-1966, Genève, Librairie Droz, 2002.

38 Jean-Baptiste Amadieu, « La littérature française du XIXe siècle à l’index », Revue d’Histoire Littéraire de la France, no 2, 2004, p. 395-422.

39 En voici quelques exemples : Danièle Hervieu-Léger, « Les intellectuels catholiques dans le contexte culturel, quelques propositions d’interprétations », Revue de l’Institut Catholique de Paris, no 38, avril-juin 1991 ; Renaud Sainsaulieu, « Les intellectuels catholiques comme mouvement social », Revue de l’Institut Catholique de Paris, no 38, avril-juin 1991 ; Philippe Chenaux, « Les intellectuels français face au Concile », Étienne Fouilloux (dir.), Vatican II commence. Approches francophones, Louvain, 1993 ; Étienne Fouilloux, « Intellectuels catholiques ? », Vingtième Siècle, art. cit. ; Claude Langlois, « La naissance de l’intellectuel catholique », Pierre Colin (dir.), Intellectuels chrétiens et esprit des années 1920, Paris, Cerf, 1997 ; Pierre Colin, L’audace et le soupçon. La crise du modernisme dans le catholicisme français (1893-1914), op. cit. ; Étienne Fouilloux, Une Église en quête de liberté, Paris, Desclée, 1998 ; Philippe Chenaux, Entre Maurras et Maritain. Une génération intellectuelle catholique (1920-1930), Paris, Cerf, 1999 ; Denis Pelletier, « Le “silence” des intellectuels catholiques français », Revue d’Histoire Écclésiastique, 2000 no 3, p. 289-304 ; Jean-Louis Schlegel, « Intellectuels catholiques : silences contraints, silences voulus », Esprit, mars-avril 2000, p. 86-102 ; Denis Pelletier, « Les intellectuels catholiques et la modernisation républicaine. De l’Affaire Dreyfus à la Guerre d’Algérie », op. cit. ; Hervé Serry, Naissance de l’intellectuel catholique, Paris, La Découverte, 2004.

40 Alain Dierkens, Frédéric Gugelot, Fabrice Preyat, Cécile Vanderpelen-Diagre (dir.), La croix et la bannière. Pour une définition de l’écrivain catholique en francophonie (XVIIe-XXe siècles), Bruxelles, Éditions de l’Université de Bruxelles, 2007.

41 Chateaubriand, Génie du christianisme, Paris, Gallimard, 1978, p. 787. Si on discute justement de la sincérité de la conversion de Chateaubriand (H. Guillemin), l’œuvre acquit très vite une vie propre. Dès 1803, il existe une édition catholique abrégée pour la jeunesse de l’ouvrage. Ibid., p. 1625-1626.

42 Joseph de Maistre, « Discours préliminaire », Du Pape (1819), Genève, Droz, 1966, p. 15.

43 Ibid., p. 17.

44 Jacques Julliard et Michel Winock (dir.), Dictionnaire des intellectuels français, Paris, Le Seuil, 1996, p. 12.

45 Dinah Ribard et Nicolas Schapira, « Histoire du livre, histoire par le livre », Revue de Synthèse, no 1-2, 2007, p. 19-25.

46 Renaud Sainsaulieu, « Les intellectuels catholiques comme mouvement social », Revue de l’Institut Catholique de Paris, no 38, avril-juin 1991, p. 88-99.

47 Philippe Chenaux, « La seconde vague thomiste », Pierre Colin (dir.), Intellectuels chrétiens et esprit des années 1920, Paris, Cerf, 1997, p. 167.

48 Serge-Thomas Bonino (dir.), Saint Thomas au XXe siècle, Colloque du centenaire de la « Revue thomiste », Paris, Saint-Paul, 1994.

49 Hervé Serry, Naissance de l’intellectuel catholique, op. cit., p. 292.

50 Corinne Bonafoux, À la droite de Dieu. La Fédération Nationale Catholique (1924-1944), Paris, Fayard, 2004.

51 « Vous n’imaginez pas combien j’ai peu de relations dans le monde catholique et combien j’y suis profondément ignoré », Lettre de Paul Claudel à André Gide le 18 novembre 1910, Correspondance Claudel-Gide, Paris, Gallimard, 1949, p. 155.

52 Claude Langlois, « La naissance de l’intellectuel catholique », op. cit., p. 228.

53 Véronique Auzépy-Chavagnac, Jean de Fabrègues et la jeune droite catholique. Aux sources de la Révolution Nationale, Villeneuve d’Ascq, Septentrion, 2002. L’histoire d’un groupe de penseurs catholiques qui sont, au catholicisme de droite, l’équivalent de Mounier et Esprit à celui de gauche : des « non conformistes » invitant à une mutation des mentalités dans un monde en crise.

54 Bernard Comte, L’honneur et la conscience. Catholiques français en résistance, Paris, L’Atelier, 1998.

55 Étienne Fouilloux, La collection « Sources Chrétiennes ». Éditer les Pères de l’Église au XXe siècle, Paris, Cerf, 1995.

56 Claire Guyot, Les intellectuels catholiques dans la société française. Le Centre Catholique des Intellectuels Français (1941-1976), Rennes, PUR, 2002.

57 Denis Pelletier et Jean-Louis Schlegel (dir.), À la gauche du Christ, Paris, Le Seuil, 2012.

58 Charles Mercier, René Rémond, Nanterre et l’Université, les enfantements de 68 (1968-1976), thèse de doctorat, Université Paris I, 2011 ; Marie-Odile Germain (dir.), René Rémond, un historien dans le siècle, Paris, Fayard-BNF, 2009.

59 Pierre Riché, Henri-Irénée Marrou. Historien engagé, Paris, Cerf, 2003.

60 Yves-Marie Hilaire, De Renan à Marrou. L’histoire du christianisme et les progrès de la science historique, Villeneuve d’Ascq, Septentrion, 1999.

61 Carnets posthumes, Paris, Cerf, 2006.

62 Deux numéros pour l’instant ; Jean-Pierre Rioux, « Henri-Irénée Marrou et René Rémond, historiens chrétiens », Revue Historique, 2010, no 654, p. 427-439.

63 Jacques Prévotat, Les catholiques et l’Action Française. Histoire d’une condamnation (1899-1939), Paris, Fayard, 2001.

64 Jean-Louis Schlegel, « Intellectuels catholiques : silences contraints, silences voulus », op. cit., p. 91.

65 Danièle Léger, De la mission à la protestation. L’évolution des étudiants chrétiens en France (1965-1970), Paris, Cerf, 1973, p. 287.

66 Étienne Magnin, Un demi-siècle de pensée catholique, Paris, Bloud et Gay, 1937.

67 Maurice Nédoncelle, Cinquante ans de pensée catholique, Paris, Fayard, 1955.

68 Et les cinq articles de Jacques Le Goff, Jean Jolivet, Jean-Claude Schmitt..., « Le Père Marie-Dominique Chenu médiéviste », Revue des Sciences Philosophiques et Théologiques, t. 81, no 3, juillet 1997, p. 369-437 ; Marie-Dominique Chenu, Une école de théologie, le Saulchoir, Paris, Cerf, 1985 ; Marie-Dominique Chenu, Notes quotidiennes au Concile : journal de Vatican II (1962-1963), édition critique et introduction par Alberto Melloni, Paris, Cerf, 1995 ; Joseph Doré et Jacques Fantino (dir.), Marie-Dominique Chenu. Moyen Âge et modernité, Paris, Centre d’Études du Saulchoir-Cerf, 1997.

69 Georges Chantraine, Henri de Lubac, t. 1, Paris, Cerf, 2007 ; Henri de Lubac, t. 2, Paris, Cerf, 2009.

70 Édition d’une partie de ses journaux personnels.

71 Françoise Jacquin, Histoire du Cercle Saint Jean-Baptiste. L’enseignement du Père Daniélou, Paris, Beauchesne, 1987.

72 Étienne Fouilloux, François Varillon, Paris, Desclée de Brouwer, 2007.

73 Dominique Avon et Michel Fourcade (dir.), Un nouvel âge de la théologie (1965-1980), Paris, Karthala, 2009.

74 Jean-Dominique Durand (dir.), Histoire et théologie, Paris, Beauchesne, 1994.

75 Pierre Lassave, L’appel du texte. Sociologie du savoir bibliste, Rennes, PUR, 2011.

76 Philippe Levillain, Philippe Boutry et Yves-Marie Fradet (dir.), 150 ans au cœur de Rome. Le Séminaire Français (1853-2003), Paris, Karthala, 2004.

77 Jacques-Olivier Boudon, L’épiscopat français à l’époque concordataire (1802-1905), Paris, Cerf, 1996.

78 Frédéric Le Moigne, Les évêques français de Verdun à Pétain, Rennes, PUR, 2005.

79 Dominique-Marie Dauzet et Frédéric Le Moigne (dir.), Dictionnaire des évêques de France au XXe siècle, Paris, Cerf, 2010.

80 Jacques-Olivier Boudon, Paris, capitale religieuse sous le Second Empire, Paris, Cerf, 2001.

81 Bruno Neveu, Les facultés de théologie catholique de l’Université de France (1808-1885), Paris, Klincksieck, 1998.

82 Claude Langlois et François Laplanche, La science catholique. L’« Encyclopédie théologique » de Migne (1844-1873) entre apologétique et vulgarisation, Paris, Cerf, 1992 ; Arnaud Hurel, L’abbé Breuil, Paris, CNRS Éditions, 2011.

83 Claude Langlois (dir.), « Thérèse de Lisieux et les missions », Histoire et Missions Chrétiennes, no 15, septembre 2010.

84 Claude Savart et Jean-Noël Aletti (dir.), Le monde contemporain et la Bible, Paris, Beauchesne, 1985.

85 François Laplanche, La crise de l’origine. La science catholique des Évangiles et l’histoire au XXe siècle, Paris, Albin Michel, 2006 ; La Bible en France entre mythe et critique (XVIe-XIXe siècles), Paris, Albin Michel, 1994.

86 Pierre Lassave, Bible, la traduction des Alliances. Enquête sur un événement littéraire, Paris, L’Harmattan, 2005.

87 Pierre Colin, L’audace et le soupçon. La crise moderniste dans le catholicisme français (1893-1914), op. cit.

88 Maurilio Guasco, Le modernisme : les faits, les idées, les hommes, op. cit.

89 Émile Goichot, Alfred Loisy et ses amis, Paris, Cerf, 2002.

90 Anne Philibert, Lacordaire et Lamennais (1822-1832). La route de la Chênaie, Paris, Cerf, 2009.

91 Jérôme Grondeux, La religion des intellectuels français au XIXe siècle, Toulouse, Privat, 2002 ; Jérôme Grondeux, Georges Goyau (1869-1939) : un intellectuel catholique sous la IIIe République, Rome, EFR, 2007.

92 Marie-Thérèse Perrin, La jeunesse de Laberthonnière : printemps d’une mission prophétique, Paris, Beauchesne, 1979.

93 Marie-Odile Germain (dir.), Stanilas Fumet ou la présence au temps, Paris, Cerf, 1999.

94 Jacotte Lucet et Thérèse Boespflug (dir.), Pierre-Henri Simon, Paris, Cerf, 1999.

95 Michel Fourcade, Feu la modernité ? Maritain et les maritainismes, thèse de doctorat, Université Montpellier III, 2000 ; Bernard Hubert et Yves Floucat, Jacques Maritain et ses contemporains, Paris, Desclée, 1991 ; Olivier Compagnon, Jacques Maritain et l’Amérique du Sud. Le modèle malgré lui, Villeneuve-d’Ascq, PU du Septentrion, 2003 ; Florian Michel, La pensée catholique en Amérique du Nord, Paris, Desclée de Brouwer, 2010.

96 Jean-Hugues Soret, Philosophies de l’Action Catholique. Blondel-Maritain, Paris, Cerf, 2007.

97 Frédéric Gugelot, Cécile Vanderpelen et Jean-Philippe Warren (dir.), L’engagement créateur. Écritures et langages des personnalismes chrétiens au XXe siècle, COnTEXTES, no 12, 2012 [http://contextes.revues.org/5429].

98 Une première approche : Frédéric Gugelot, « Conversions fin de siècle (1980-2000) », Béatrice Bakhouche, Isabelle Favier et Vincente Fortier (dir.), Dynamiques de conversions. Modèles et résistances, Paris, Bibliothèque de l’École des Hautes Études, 2012, p. 43-54.

99 Max Jacob, Lettres à Marcel Jouhandeau, Genève, Droz, 1979, p. 59.

© Presses universitaires de Rennes, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540