Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le catholicisme en chantiers

 | 
Bruno Dumons
, 
Christian Sorrel

Première partie. Politique et culture

Catholicisme et politique (XXe siècle)

Frédéric Le Moigne

Texte intégral

  • 1 Essentiellement, les concepts « intransigeance », « intégralisme » et « catholicisme libéral ». Po (...)
  • 2 Denis Pelletier « 1905-2005. Un siècle d’engagements catholiques », Bruno Duriez (dir.), Les catho (...)
  • 3 Le soutien à Pétain qui n’entre pas dans le cadre républicain n’est pas longuement abordé ici. Bie (...)

1La commémoration du centenaire de la loi de 1905 n’a que trop confirmé, aux yeux de certains, la lecture d’un XXe siècle français qui s’ouvre par son chapitre de fin sur la question du rapport entre catholicisme et politique. Aussi peut-il sembler pertinent de conjuguer la chronologie politique de la Séparation du mode passif, souvent employé avec la validation des concepts hérités de la Révolution française et du XIXe siècle1, au mode actif. Cette démarche est par exemple celle de Denis Pelletier lorsqu’il réfléchit sur l’évolution des espaces de l’engagement catholique et décrypte le passage d’une « République du quotidien » au moment de la Séparation à une « République de l’intime2 » après 1968. Dans cet itinéraire de laïcisation qui tend à la privatisation du religieux au sein de l’espace public, il convient cependant d’entrouvrir une fenêtre d’expression particulière du catholicisme français, assez peu perçue dans son ensemble, donnant sur la « République du nombre ». Trois « moments » politiques sont ainsi admis, qui voient les catholiques français s’imposer par leur concentration, soit par la mobilisation militante – la campagne contre le Cartel des gauches de 1924-1925, celle pour l’enseignement privé de 1984 – soit par le vote partisan – la force éphémère de la démocratie-chrétienne avec le MRP sous la IVe République3. Il convient donc de questionner cette chronologie répartie sur le siècle non pour présenter une « contre-histoire » glorieuse d’un catholicisme ponctuellement « gagnant » ou réévalué sur le terrain politique, mais au contraire pour lier toutes les périodes entre elles. Puisque ce temps démocratique est celui des masses, il s’agit autant de construire que de déconstruire le fait majoritaire catholique à l’intérieur de l’Église comme dans le champ républicain en l’associant aux étapes de la défense religieuse, de la construction partisane, de la culture du ralliement puis du pluralisme et enfin de la déconfessionnalisation.

Le temps des masses de la défense catholique (1901-1944)

2La mobilisation de 1924-1925 constitue un observatoire indiqué pour qui cherche à regarder le premier quart de siècle et à scruter l’horizon des années 1930 et de l’Occupation. Rejeu apparent de la coupure révolutionnaire et de la « guerre des deux France », l’événement s’inscrit dans un cycle générationnel plus court lié aux affirmations laïques de la IIIe République (1880-1904-1924). La défense catholique, pour une fois sortie victorieuse du combat en 1925, annonce au contraire, et malgré la parenthèse du second Ralliement et de la condamnation de l’Action Française, la continuité puis la clôture de ce cycle en 1940 avec Vichy. Mais auparavant, c’est bien du côté de la Séparation qu’il faut aller pour esquisser une comparaison entre les deux mobilisations catholiques. Le changement d’échelle et de nature est patent.

  • 4 Bruno Dumons, Les Dames de la Ligue des Femmes Françaises (1901-1914), Paris, Cerf, 2006 ; Magali (...)
  • 5 Claire Andrieu, Gilles Le Béguec, Danielle Tartakowsky (dir.), Associations et champ politique. La (...)
  • 6 Le catholicisme est reconnu comme la religion de la « très grande majorité des Français » dans le (...)

3Un des apports majeurs de l’historiographie du catholicisme est en effet d’interroger le temps politique de la Séparation par son effervescence militante. En lisant le récent travail historiographique sur les deux ligues féminines du début du siècle à l’effectif millionnaire avant 19144, on est bien tenté de souligner l’absence d’une structuration masculine collective aussi massive dans le cadre associatif républicain issu de la loi de 19015. Cette inversion de la prédominance traditionnelle du genre, dans la continuité du « catholicisme au féminin » du XIXe siècle, a des conséquences importantes en termes de visibilité politique. D’un point de vue symbolique, la Séparation, qui efface la construction majoritaire du catholicisme national6, consacre, avec cette structure de représentation majoritairement féminine, une étape de minoration supplémentaire.

  • 7 Tout au long du XXe siècle, la fréquence de la pétition issue du monde catholique en régime républ (...)
  • 8 Yves Déloye, Les voix de Dieu. Pour une autre histoire du suffrage électoral. Le clergé catholique (...)

4D’un point de vue pratique, cette évaluation est naturellement à préciser. Ainsi doit-on faire remarquer que le militantisme féminin participe au contraire à une dynamisation de l’espace politique par les catholiques (initiatives des quêtes pour des candidats et surtout des pétitions nationales adressées aux parlementaires7), avec une inventivité et des formes d’expression traditionnelles qui renvoient paradoxalement à la période révolutionnaire. Cette mobilisation, qui s’exprime dans l’adversité à la politique anticléricale à partir d’une géographie catholique des bastions, s’arrête certes à l’isoloir et à la sacralité du vote entretenue par les clercs8 mais non aux structures partisanes, comme le montrent les liens, en particulier familiaux, des élites de la Ligue Patriotique des Françaises avec l’appareil de l’Action Libérale Populaire (ALP) du rallié Jacques Piou entre 1902 et 1907, liens qui peuvent être comparés avec ceux entretenus avec l’Association Catholique de la Jeunesse Française (ACJF) ou, de manière opposée, avec l’Action Française liée à la Ligue des Femmes Françaises.

  • 9 Léon XIII refuse la constitution d’un parti catholique à Albert de Mun en 1885-1886. De même en 19 (...)
  • 10 Ceci dans le cadre d’une Action Catholique générale et des unions catholiques qui n’ont pas les ef (...)

5Cet investissement défensif apparaît ainsi comme le révélateur et non comme le remède de la division politique structurelle des catholiques français. Ligues (Action Française ; Jeune République issue du Sillon en 1912) ou parti (ALP) témoignent bien davantage que d’une divergence organisationnelle, c’est la nature même d’un catholicisme français profondément divisé que n’a jamais voulu reconnaître la papauté9. Cela prouve également que le militantisme catholique que l’on a souvent perçu comme investissant le terrain social en réponse à la Séparation a été également politique, sans parvenir à s’imposer dans le jeu démocratique de la représentation parlementaire et gouvernementale à cause de la frontière religieuse posée par les radicaux. L’exemple le plus abouti reste celui de l’ACJF, première organisation de jeunesse avant 1914 (140 000 membres), à la fois structure de masse gonflant par collatéralisme les adhésions à l’ALP et lui offrant ses principaux leaders, mais sans parvenir à influer plus que la Ligue Patriotique des Françaises sur les résultats électoraux. Au vu de ceux-ci (une trentaine de députés ALP en 1902), malgré ses régions d’élection et, d’une manière plus générale, l’influence intellectuelle du nationalisme catholique et la force du catholicisme social, les catholiques restent bien une minorité politique sous la IIIe République, ce qui ne les éloigne collectivement pas tant que ça de la représentation que les Républicains accordent aux femmes. Les discours épiscopaux peuvent bien vanter pour leur part le « concordat du peuple et de l’Église10 », cette opposition qui tient de l’artifice rhétorique entre le pays réel et la situation républicaine ne trouve cependant un dépassement honorable qu’au sortir de la Première Guerre mondiale.

  • 11 Ce que Michel Lagrée a qualifié de conscience « multitudinaire » : Religion et cultures en Bretagn (...)
  • 12 Seul le camp nationaliste ne rentre pas dans ce schéma puisque son échec aux élections de 1919 tra (...)

6Celle-ci introduit un changement notable en ce sens qu’elle inscrit le catholicisme masculin dans le temps des masses11, celui de la représentation démocratique12. Au moment des débats sur le vote des femmes auquel s’oppose le Sénat radical, on quitte ici complètement l’analogie avec le stade féminin envisagé avant-guerre. À cela correspondent deux éléments antinomiques mais qui, combinés, deviennent déclencheurs. Le premier tient à la reconnaissance altérant la conscience obsidionale qui enfermait les catholiques depuis le début du siècle, ce que René Rémond a résumé sous le terme de « Second Ralliement ». La reconnaissance nationale issue de l’Union Sacrée (Denys Cochin au gouvernement entre 1915 et 1917), la communauté du sacrifice reconnue aux « diverses familles spirituelles » de la France (Maurice Barrès), puis les dividendes de la sortie de guerre perçus sous le haut patronage de Jeanne d’Arc avec le rétablissement des relations diplomatiques avec le Saint-Siège y contribuent fortement.

  • 13 Mathias Bernard, La dérive des modérés. La Fédération Républicaine du Rhône sous la IIIeRépublique(...)
  • 14 Jean Vavasseur-Desperriers, République et liberté. Charles Jonnart, une conscience républicaine (1 (...)

7La recomposition majeure est due à la nouvelle combinaison issue des élections de 1919, bien différente de celles de 1914, donnant une majorité à la droite – le Bloc National –, créant un groupe parlementaire de modérés allant des laïques aux cléricaux et structurant la Fédération Républicaine d’Auguste Isaac13 et de Louis Marin sous le drapeau du libéralisme et sans la frontière religieuse fondamentale qui séparait avant-guerre les modérés entre eux. C’est dans ce cadre, le centre-droit des gouvernements Millerand et Poincaré, qu’est menée une stratégie de rapprochement avec le Saint-Siège14 et une politique familiale sous un angle conservateur contre les socialistes.

  • 15 Jacques Prévotat, Les catholiques et l’Action Française. Histoire d’une condamnation (1899-1939), (...)
  • 16 Christian Sorrel, La République contre les congrégations. Histoire d’une passion française (1899-1 (...)

8La campagne des législatives de 1924 recrée la situation binaire du début du siècle en réimposant la frontière de la laïcité et la question religieuse comme sujet « majoritaire » de clivage électoral. La victoire du Cartel des Gauches installe de nouveau les catholiques dans leur position traditionnelle de boucs émissaires de la IIIe République et donc de minorité dans laquelle beaucoup se complaisent derrière l’Action Française en situation de domination interne15. Mais cela reste en porte-à-faux avec la situation créée par la Grande Guerre. D’où la réaction explosive. Les professions de foi cartellistes font un mauvais programme de gouvernement dès lors que la légitimité du vote ne clôt pas le débat de la campagne électorale en laissant s’exprimer désormais dans la rue une légitimité majoritaire concurrentielle. Les laïques ont commis deux erreurs d’appréciation majeures dans cette conjoncture. La première tient à leur jacobinisme qui lit mal la situation périphérique française issue de la guerre. En voulant effacer l’identité particulière de l’Alsace-Moselle avec la remise en cause du cadre concordataire, le Cartel oublie que le mécanisme de la guerre, celui de la mobilisation des petites patries pour l’effort national, reste toujours respecté. Cela génère la solidarité des espaces de chrétienté français (Ouest, sud du Massif Central dont est issu Castelnau) avec l’Est. Contrairement à la période 1901-1906, ceux-ci sortent ainsi collectivement de leur situation d’isolats, avec l’assentiment de l’opinion et surtout des ramifications désormais nationales. La seconde erreur cartelliste tient au fait que les religieux, victimes potentielles et désignées d’une politique anti-congréganiste anachronique16, restent protégés par leur identité d’anciens combattants qui constitue encore la meilleure protection politique des années 1920.

  • 17 Christian Sorrel, « Les congrès diocésains et la mobilisation des catholiques après la Séparation  (...)
  • 18 Sara Teinturier, L’enseignement privé dans l’entre-deux-guerres. Socio-histoire d’une mobilisation (...)
  • 19 Corinne Bonafoux-Verrax, À la droite de Dieu. La Fédération Nationale Catholique (1924-1944), Pari (...)

9Si le mécontentement génère la mobilisation dans ce qui est aussi alors une République de l’émotion du fait de l’exacerbation de la mémoire de la Grande Guerre, il lui faut s’ajouter à une structuration militante préexistante pour pouvoir fructifier. L’avant-guerre doit ici être convoqué car s’y sont joués sous le couvert de la « première Action Catholique » de grands enjeux d’organisation et de visibilité dans le cadre de l’espace public issu de la Séparation, encore contraint mais néanmoins plus libre que l’espace concordataire17. Reste que seules la Grande Guerre et l’identité « anciens combattants » permettent l’agrégation de tout le mouvement catholique si hétéroclite (des ligues féminines aux sociétés de gymnastique, des association familiales aux amicalistes de l’enseignement privé18, des ligues de jeunesses nationalistes naissantes au scoutisme débutant, des démocrates-chrétiens du PDP à l’ACJF...), derrière une association neuve, la Fédération Nationale Catholique (FNC)19, forte de deux millions d’adhérents, qui génère pétitions et conférences publiques.

  • 20 Michel Lagrée, Religion et cultures..., op. cit., p. 195.
  • 21 Claude Langlois, « La fin des guerres de religion. La disparition de la violence religieuse en Fra (...)
  • 22 Nicolas Rousselier, Le Parlement de l’éloquence. La souveraineté de la délibération au lendemain d (...)
  • 23 « Déclaration de l’Assemblée des Cardinaux et Archevêques de France sur les lois dites de laïcité (...)

10Un tel poids s’exprime surtout par la manifestation de masse, presque inédite dans sa dimension catholique, au sein d’un espace totalement contrôlé des villes et avec une scénographie politique martiale qui mérite certainement d’être interrogée à l’échelle européenne. Il témoigne autant de la discipline nouvelle des ruraux dans le cadre urbain que de la modernisation catholique20. À l’image de la FNC, ordonnatrice du Ralliement qui accepte le régime mais dénonce ses lois selon la distinction de Léon XIII, la démonstration témoigne de l’intégration nationale des catholiques. La Marseillaise est chantée au milieu des cantiques et des drapeaux tricolores. L’identité spectatrice des femmes symbolise leur position dans l’espace politique de la sortie de guerre. Reste que la manifestation, avec sa réalité subversive, même encadrée, se fait bien contre le vote. La totalisation masculine n’est pas sans violence. Sans effacer totalement un héritage conflictuel subi ou provoqué21 (les deux morts de Marseille), elle renvoie davantage à une symbolique de « brutalisation » (George Mosse) issue de la Grande Guerre. La gravité des visages, la virilité des défilés, la force sacrée des discours martiaux, qui fait de la FNC une autre école de l’éloquence22, en témoignent. Les catholiques se distinguent alors essentiellement par leur nombre. Dans les années du vide démographique, c’est une rhétorique qui fait sens d’autant que la manifestation porte également les morts de la guerre abondamment convoqués, les enfants spectateurs et les jeunes présents en dignes héritiers des Pères revendiquant le vote familial. Certes, les « patriarches » (évêques, décorés, orateurs) guident hiérarchiquement mais c’est surtout la colonne du cortège qui, telle la phalange hoplitique, conduit à une démocratie du mouvement, de la force et de l’ordre. Seul le nombre finit par faire sens dans le récit catholique notamment face à la faiblesse des contre-manifestants, ce qui interroge naturellement sur la mobilisation. Est-ce un moyen ou une fin en soi ? De même, à force de célébrer le manifestant, notamment comme héritier d’un passé héroïque de résistance (du « croisé » au « zouave pontifical »), n’en fait-on pas un contre-modèle de l’électeur, surtout catholique, qui se disperse dans ses votes et que l’on ne distingue pas. La manifestation est la reproduction de la société rêvée – unitaire, majoritaire, autoritaire et disciplinée, en une phase « plus militante et plus énergique23 ». On touche là les ambiguïtés de la FNC, groupement civique de type associatif et non parti politique, ce qui bénéficie à la Fédération républicaine qui gonfle alors ses adhérents dans un mouvement induit de masse qui associe également l’Union nationale des combattants, mais sans pouvoir naturellement s’exprimer directement dans l’élection.

  • 24 « Mais il est sûr que les manifestations extérieures, bien préparées, impressionneront la foule en (...)

11La victoire de la rue catholique24 qui défait le projet cartelliste est loin d’être anodine dans une tradition française du modèle performatif révolutionnaire. Cependant, dans le déroulement même du mouvement, le discours politique déployé est déjà anachronique. Certes il s’adapte à la rhétorique vieillie – quoique percutante chez Herriot – du radicalisme mais il n’apporte aucune nouveauté depuis les interventions de la Séparation. Aussi peut-on lire les discours de la FNC et de la hiérarchie catholique comme le chant du cygne d’une certaine forme d’intransigeantisme issue de Pie X. La déclaration emblématique de l’ACA contre le laïcisme témoigne du décalage avec le Second Ralliement puisqu’elle vient à critiquer maladroitement et la politique du Saint-Siège et les modérés qui ont négocié avec lui :

  • 25 Ibid.

« [La persécution religieuse] favorise ces hommes qui, oscillant perpétuellement entre le laïcisme et le catholicisme, sont prêts à toutes les concessions pour gagner des voix à droite et à gauche [...]. On dira qu’une attitude de conciliation nous a valu quelques faveurs particulières. Petits avantages quand on songe à l’immense courant d’erreur et de mal qui envahit les âmes et les entraîne à l’apostasie25. »

  • 26 Jacques Prévotat (dir.), Pie XI et la France : l’apport des archives du pontificat de Pie XI à la (...)
  • 27 De Philippe Henriot à Ernest Pezet, en passant par l’abbé Bergey,

12L’anachronisme est signifié par Pie XI26 lui-même, mécontent de cette déclaration de combat. Dès la fin de la radicalisation cartelliste, il décide d’achever le Second Ralliement. La diplomatie de Gasparri reprend ses droits sur les démonstrations de masse. La hiérarchie épiscopale doit être changée en conséquence. La condamnation de l’Action Française qui enlève les forces vives conservatrices à la FNC, sans décimer toute son élite engagée en politique27, accompagne un changement de cap vers une inflexion de stratégie (l’affirmation du pacifisme pontifical contre le nationalisme de Castelnau, l’Action Catholique spécialisée par milieux contre son modèle général).

  • 28 Jean-Claude Delbreil, Centrisme et Démocratie-chrétienne en France. Le Parti démocrate populaire d (...)
  • 29 Alain-René Michel, Catholiques en démocratie, Paris, Cerf, 2006.
  • 30 Petit manuel des questions contemporaines. [...] la question civique, Paris, Office des Œuvres, 193 (...)
  • 31 Christian Sorrel, « Les Semaines Sociales et l’épiscopat français (1904-1973) », Jean-Dominique Du (...)

13La conjoncture qui bénéficie en conséquence aux démocrates-chrétiens – le PDP28 obtient son meilleur score, de 18 députés, lors des législatives de 1928 – clôt cependant un temps civique. Incontestable pour « le politique d’abord » de l’Action Française, le mouvement vaut également pour la « génération civique » de l’ACJF29 et la défense catholique de la FNC. Ce retrait du politique signifié par le « catholique d’abord » fixe les catholiques, et en premier lieu l’épiscopat, dans une posture de naïveté subie. Ceci ne tient pas du jugement de valeur sur un discours parfois très compétent (cardinal Verdier30, Semaines Sociales31, distinction de Jacques Maritain), mais relève d’une posture de retrait difficile à tenir face aux enjeux cruciaux des idéologies du temps. Les années 1930, pourtant très politiques, ne favorisent pas la clarté des lignes de clivage catholiques. La crise pousse à l’affrontement tout en soustrayant à l’espace politique les questions directement religieuses favorisant l’unité catholique. Il faut cependant considérer le pacifisme comme une frontière majeure. C’est cette question qui détermine par exemple la nouvelle génération épiscopale de Pie XI, en particulier contre les journaux de droite de François Coty, pendant la campagne électorale de 1932.

  • 32 Albert Kechichian, Les Croix-de-feu à l’âge des fascismes, Paris, Champ Vallon, 2006.
  • 33 Frédéric Le Moigne, Les évêques français de Verdun à Vatican II. Une génération en mal d’héroïsme, (...)

14La montée des ligues dans les années 1934-1935 apparaît comme un cas d’école. Alors que les historiens du politique se divisent sur cette question, le champ catholique n’est peut-être pas suffisamment interrogé par eux32. Il révèle une séduction manifeste pour les ligues, signe d’une tendance autoritaire en son sein qui n’est pas morte en 1927. D’ailleurs certains évêques, soit au nom de la sociabilité combattante, soit par connivence idéologique contre la contagion révolutionnaire et communiste, soutiennent ces mouvements. La ligne majoritaire est cependant de vouloir préserver la jeunesse d’Action Catholique du « politique d’abord » dans la logique de la condamnation maurassienne33. Reste une dernière lecture très révélatrice. Faut-il considérer la ligue comme apolitique au nom de son identité sociale et civique (Mgr Du Bois de La Villerabel) ? Cette lecture autorise l’adhésion. Doit-on au contraire considérer la ligue comme pire que le parti car elle trompe sur ses intentions et divise davantage (cardinal Liénart) ?

15La lecture de 1936 est également ambivalente. Le Front populaire marginalise les catholiques étrangers, sauf à sa marge, à ce « moment » de gauche de l’histoire nationale. La peur d’une contagion révolutionnaire, lue davantage à la lumière espagnole ou par rapport aux questions économiques, s’installe alors que l’anticléricalisme n’est pas une réalité de ce gouvernement. Les évêques, d’ailleurs, modèrent leur propos et montrent, à l’instar des cardinaux Verdier et Liénart, des signes de bienveillance. Pour signifier que 1936 n’est plus 1925, ils participent activement au 10e anniversaire de la JOC qui, dans sa scénographie et son message, témoigne du passage entre l’esprit de défense religieuse et celui de conquête ouvrière.

  • 34 Philippe Dazet-Brun, Auguste Champetier de Ribes, un catholique social en République (1882-1947), (...)

16Dès avant Vichy, la République autoritaire de Daladier apparaît comme une période importante et dévoile la nature d’un soutien empressé des catholiques sous l’œil bienveillant des radicaux pour mieux tourner la page du Front Populaire. Ce n’est donc pas la mise à pied de la République qui est saluée durant l’été 1940, même si Rome avait déjà levé l’index contre l’Action Française alors qu’un démocrate-chrétien était au gouvernement34. Avec Pétain, le lien est de type charismatique et plonge ses racines dans l’adhésion générationnelle des anciens combattants trempée dans l’acier de Verdun. À ce titre, l’unanimisme vécu en 1940, défendu par la hiérarchie en 1941 puis par la suite contre toute dissidence, révèle une naïveté politique déjà perçue et s’insère non pas dans une nostalgie Action Française, sauf pour une minorité de revanche dopée par les événements, mais bien dans la sociabilité politique évoquée précédemment et un apolitisme de bonne conscience et à terme dangereux. Les grandes cérémonies de zone sud, légionnaires et provinciales, masculines et populaires nous ramènent immanquablement aux manifestations de 1924-1925. Il faudra attendre la Libération pour tourner cette page de séduction charismatique et de symbolique de masse durant laquelle les catholiques ont semblé ponctuellement majoritaires en dehors du système partisan.

De l’exclusivisme au pluralisme catholique en politique (1945-1972)

  • 35 Frédéric Gugelot, « Pluralité et changements au sein du catholicisme français (XIXe-XXe siècles) » (...)
  • 36 Est transposé au XXe siècle le modèle de François Furet qui clôt la Révolution en 1880 lorsque la (...)
  • 37 « Radiomessage de S.S. Pie XII (24 décembre 1944) », La Documentation Catholique, no 927, 7 janvie (...)
  • 38 « Déclaration de l’épiscopat français sur la personne humaine, la famille, la société », La Docume (...)
  • 39 « Élection en France », La Documentation Catholique, no 1096, 3 juin 1951.

17Les processus de mobilisation ainsi que le « Second Ralliement », retardé par Vichy, consacrent l’entrée en République des catholiques35, dès lors que l’onction du vote vient à la Libération signifier ce passage36. Les suffrages massifs, tant masculins que féminins, en faveur des démocrates-chrétiens (premier ou deuxième parti de France selon les scrutins) consacrent l’intégration républicaine des catholiques après les impasses des tentations monarchiste et autoritaire, ainsi qu’une courte période de guerre civile. On l’associera aux discours de Pie XII en faveur de la démocratie37 et de l’ACA acceptant la laïcité sans laïcisme38. Naturellement, la situation cache davantage de complexité. Il semble ainsi pertinent d’analyser le « moment MRP » à la lumière d’un fait bien connu. Au milieu du siècle, l’année même de la mort de Pétain qui clôt un cycle d’adhésion catholique, L’Osservatore Romano, l’organe de presse du Vatican, s’invite de manière inédite dans la campagne des Législatives de juin 1951 en publiant un article de son rédacteur Federico Alessandrini qui appelle fermement les catholiques de France à voter MRP39.

  • 40 Le gallicanisme n’est pas mort au cours des années 1950 dans le cercle socialiste de Guy Mollet. I (...)

18Une première lecture – instinctive et gallicane40 –, serait tentée de considérer ce trait de cléricalisme romain comme maladroit tant il semble étranger à la tradition française caractérisée par la dispersion du vote catholique, voire sa dilution dans le jeu partisan de la droite ou du centre et marginalement de la gauche. Cette critique s’inscrit comme une réaction à une chronologie d’interventionnisme durant laquelle Rome plaque sur la situation française la situation italienne et ses référents – ici le modèle unitaire partisan de la Démocratie Chrétienne italienne (DC) qu’elle contrôle, là bientôt la situation des aumôniers dans l’affaire des prêtres-ouvriers – sur fond d’anticommunisme récurent.

  • 41 Jean-Marie Mayeur, Des partis catholiques à la Démocratie chrétienne, Paris, Colin, 1980.
  • 42 Jean-Dominique Durand, L’Europe de la Démocratie Chrétienne, Bruxelles, Complexe, 1995 ; Jean-Domi (...)
  • 43 Bruno Béthouart, « Le MRP et la question sociale », Revue d’Histoire Écclésiastique, 2000, t. xcv, (...)

19La tribune, qui en dirait plus sur la situation transalpine que sur la France, aurait au moins le mérite d’inciter au comparatisme européen, avec les grands pays de la démocratie-chrétienne41 (Italie, Allemagne, Belgique, Autriche) et les États autoritaires (Espagne, Portugal), dans lesquels les influences catholiques et donc Rome peuvent réellement et puissamment peser sur le jeu politique. Cette mise à l’écart française ne tient cependant pas dans cette grande période de « l’Europe vaticane42 ». Le MRP connaît une évolution entre le large mouvement non exclusivement confessionnel de 1945 et le parti démocrate-chrétien qui se dessine à partir de 1948. Le MRP perd certes progressivement militants et électeurs, ce qui l’empêche de pouvoir être comparé à la DC italienne, mais il reste un grand « parti » de gouvernement, avec ses deux présidents du Conseil (Bidault et Schuman), ses nombreux ministres et parlementaires, sa politique familiale et sociale43. La stratégie de Rome ne tient pas de l’investissement audacieux mais de la thésaurisation logique du grand capital démocrate-chrétien en danger de faillite depuis 1947 à cause de la concurrence à droite d’un RPF bien moins « confessionnel ».

  • 44 Dans la continuité d’un cycle, les arguments des démocrates-chrétiens contre le RPF accusé de mett (...)
  • 45 Le journal de Wladimir Ormesson montre une intervention personnelle de Robert Schuman par l’interm (...)

20L’étrangeté périphérique de l’article de L’Osservatore Romano est donc remplacée par les codes de la centralité romaine tels qu’ils s’expriment systématiquement sous Pie XII. Sans être parole magistérielle, l’article, qui n’a pu paraître sans l’aval de la Secrétairerie d’État et marque l’influence de la stratégie montinienne favorable à la DC, rappelle l’augustinisme politique et la doctrine consalviste du respect du pouvoir établi. Sans remonter à Léon XIII, elle rappelle le réalisme de la période Pie XI, condamnant d’une main l’Action Française44 dans la logique du second Ralliement et sacrifiant de l’autre Sturzo dans celle des Accords du Latran. L’autoritarisme pacellien, à son acmé durant ces années 1950-1951, est traduit sur le terrain politique français par les démocrates-chrétiens, eux-mêmes au faîte de leur puissance institutionnelle de parti de gouvernement. Ce sont bien eux, en net rapprochement avec le Saint-Siège depuis 1948 (sous l’influence de Robert Schuman), qui demandent son intervention pour les élections cruciales de juin 195145.

  • 46 Les archevêques Roques et Richaud avaient d’ailleurs demandé de retarder l’assemblée pour ne pas l (...)

21Il y a donc nécessité de quitter le seul niveau du discours pour chercher les coulisses de l’intervention en tenant compte de la fermeture des archives vaticanes. Illustration en est faite avec l’épiscopat français. La presse, dont l’étude est classique dans l’évaluation politique, s’est ainsi étonnée de l’absence de prise de position sur la question scolaire lors de l’Assemblée plénière d’avril 1951 (la première depuis 1907), rendant cette réunion peu présente dans la campagne électorale46. La raison en est claire : les évêques, et en premier lieu les cardinaux Roques et Gerlier, ont préféré éviter la surenchère demandée par le RPF pour ne pas gêner le MRP et le gouvernement Pleven. Malgré les apparences, il n’existe donc pas de contradiction fondamentale entre la réserve de la hiérarchie catholique française et l’intervention tapageuse du quotidien du Saint-Siège.

  • 47 René Rémond, « Laïcité et question scolaire dans la vie politique française sous la IVe République (...)
  • 48 David Bensoussan, Combats pour une Bretagne catholique et rurale. Les droites bretonnes dans l’ent (...)
  • 49 Cazaux, évêque du CALS, réseau d’activisme de la défense scolaire, n’hésite pas à soutenir clairem (...)
  • 50 Bruno Béthouart, Des syndicalistes chrétiens en politique (1944-1962), Villeneuve d’Ascq, Septentr (...)

22Il s’agit d’utiliser sans plus attendre la principale clé de compréhension de toute cette affaire : la question scolaire. Depuis la Libération en effet, celle-ci constitue le principal adjuvant du « réveil » des droites (PRL puis RPF) face à un MRP certes attaché à la liberté scolaire mais soucieux de ne pas rompre le pacte scolaire qui maintient le tripartisme puis la troisième force47. Dès 1945, dans l’Ouest principalement, une opposition s’est structurée, notamment lors d’un référendum d’initiative populaire puis, dès l’année suivante, lors d’une mobilisation multiforme (grands rassemblements, conférences multiples, grèves des mairies et des écoles...). L’Ouest, de tradition agraire48 et où le militantisme qui a initialement bénéficié au MRP tend à se radicaliser avec l’APEL, le CALS et le RPF, constitue une terre de fermentation politique particulière. Cet espace qui met en opposition deux modèles d’évêques influents – Mgr Cazaux et le cardinal Roques49 – diffère en cela du Nord où la culture syndicale alimente la culture de troisième force50. Elle fait également contraste avec les Cévennes où l’APEL, représentée par Philippe de Las Cases qui proteste en 1948 contre la nationalisation des écoles houillères, n’a pas l’intention d’engager une épreuve de force nationale.

  • 51 Nicolas Delalande s’intéresse ainsi au mouvement poujadiste sans citer la mobilisation de 1950 : L (...)
  • 52 Il faut voir dans cette manœuvre une tentative de déstabilisation de Lionel de Tinguy du Pouët (al (...)
  • 53 Letourneau et Tinguy du Pouët sont reçus au Vatican, de même que Cazaux qui rencontre Tardini et P (...)
  • 54 Mgr Roncalli ne s’est pourtant jamais résolu à accorder sa confiance au seul MRP. La tactique hasa (...)

23La grande affaire de la grève de l’impôt, dans l’air depuis 1946 mais lancée en avril 1950, symbolise cela. La résistance fiscale est malheureusement peu questionnée dans son cadre catholique51. Vieux serpent de mer de la contestation évoquée sans suite en 1925, elle remet en cause une politique de légalisme respectée par les autorités catholiques depuis la Grande Guerre et qui s’exprime par un relais appuyé en faveur des différents emprunts. Cette stratégie est une expression du Ralliement à prendre en compte. Un an avant les Législatives de 1951, lors du rassemblement de Saint-Laurent-sur-Sèvre qui synthétise, plus qu’une identité régionale, la survivance de l’héritage catholique multitudinaire évoqué en 1925 (100 000 manifestants), périphérique (la subversion antijacobine), intransigeant et frondeur (la contre-révolution et l’antifiscalisme), Mgr Cazaux lance donc cette campagne contre le gouvernement Bidault. Pourquoi donc s’opposer à un démocrate-chrétien, certes pourfendeur des évêques à la Libération, si ce n’est pour pouvoir l’influencer davantage qu’un socialiste ou un radical ? Cette opération, conseillée par les activistes du CALS proches des milieux RPF et des Indépendants qui cherchent à peser contre des personnalités du MRP originaires de l’Ouest52 se retourne contre l’évêque de Vendée. Bidault réagit fortement et tue le mouvement dans l’œuf en intervenant au Vatican53 et en faisant jouer contre l’évêque de Luçon rien moins que le nonce54, Mgr Feltin et le cardinal Roques.

  • 55 Il manque une étude sur ce groupe de pression, le plus représenté du Parlement, ainsi que sur Édou (...)
  • 56 Laurent Ducerf, « Le MRP face au RPF, un traumatisme mal surmonté », Gilles Richard et Jacqueline (...)

24L’Osservatore Romano est dans la même logique de compensation du MRP avec son article. Mais on peut considérer que l’indication de vote du Saint-Siège est plus subtile qu’il n’y paraît. Ce n’est pas tant le seul MRP qui est valorisé dans une stratégie exclusive que le principal acteur de l’Association parlementaire pour la liberté de l’enseignement55 créée en avril 1951 par Édouard Lizop, dans la logique des apparentements. Le Saint-Siège n’attend pas du MRP qu’il redevienne un mouvement de masse comme la DC italienne, mais qu’il reste un parti de gouvernement. Les élections de 1951 confirment ce souhait. Le MRP perd la moitié de ses électeurs par rapport à 1946, mais le mouvement échappe à la menace d’extinction du RPF56. Non seulement la droitisation favorise la constitution d’une nouvelle majorité scolaire (MRP, Indépendants, RPF et radicaux) qui aboutit aux lois d’allocations Marie et Barangé mettant fin à la troisième force, mais elle permet de maintenir le MRP au gouvernement sans le RPF qui se délite d’ailleurs ensuite.

  • 57 Robert Lecourt, Entre l’Église et l’État. Concorde sans concordat (1952-1957), Paris, Hachette, 19 (...)
  • 58 Crise du pouvoir et crise du civisme, Paris, Chronique Sociale de France, 1954.
  • 59 Laurent Ducerf, « Les évêques français et les partis politiques des années 1930 aux années 1960 », (...)
  • 60 Roques soutient ainsi la municipalité rennaise du MRP Henri Fréville qui gouverne en 1953 avec les (...)

25La décennie 1950 consacre donc la fin des temps de masse mais non celui du cléricalisme. Elle regarde encore davantage vers Rome puisqu’il y a une négociation concordataire qui implique MRP et SFIO57. Les logiques se croisent. Le début de ces tractations coïncide avec le voyage des parlementaires de l’APLE au Vatican, conduits par le cardinal Roques auprès des substituts Tardini et Montini en décembre 1952. En 1954, les discours épiscopaux eux aussi s’adaptent, tant celui du cardinal Roques à la 31e session des Semaines Sociales de Rennes58 que celui du cardinal Feltin à la messe de rentrée des parlementaires qu’il a contribué à créer à Sainte-Clotilde. Dès avant Matagrin, ils respectent le pluralisme politique des catholiques59, ce qu’ils appliquent d’ailleurs dans les faits60, à la réserve près que cela se fasse dans le cadre du compromis parlementaire républicain de la IVe.

  • 61 Étienne Fouilloux, « Les catholiques mendésistes (1953-1956) », François Bédarida et Jean-Pierre R (...)
  • 62 Yvon Tranvouez, Catholiques et communistes. La crise du progressisme chrétien (1950-1955), Paris, (...)
  • 63 Tangi Cavalin et Nathalie Viet-Depaule Nathalie, Une histoire de la Mission de France, Paris, Kart (...)
  • 64 Denis Pelletier, « Intellectuels catholiques ou dreyfusistes chrétiens ? Histoire d’un écart », Mi (...)
  • 65 Ce que traduit François Mauriac dans L’Express du 21 décembre 1954 : « Comment nos évêques ne souh (...)
  • 66 Marcel Launay, Robert Buron, Paris, Beauchesne, 1993.
  • 67 Bernard Barbiche et Christian Sorrel (dir.), La Jeunesse Étudiante Chrétienne (1929-2009), Lyon, C (...)

26L’expérience Mendès, dont la lecture est étrangère à cette dynamique tant scolaire que concordataire61, consacre, dix ans après les espoirs de la Libération qui avaient paru réunir une élite marchante catholique, les scissions en son sein. À l’heure des condamnations romaines contre le progressisme62, le courant missionnaire63 et les théologiens français, elle réveille l’insatisfaction d’une minorité active, les « dreyfusistes chrétiens64 », qui trouve après la Résistance et les combats idéologiques de l’après-guerre, et avant l’Algérie, une tribune d’expression de ses insatisfactions et aspirations65. Ce temps politique interrogé par rapport aux défections du MRP66 qui construisent un travaillisme difficile à imposer peut être relié à l’histoire du militantisme, en particulier de la jeunesse catholique, bien mieux balisée par l’historiographie67.

  • 68 Jean-Marie Mayeur, « Guy Mollet, l’Église, l’École », Un camarade en République, Lille, PUL, 1987, (...)
  • 69 Étienne Fouilloux, Les chrétiens français entre guerre d’Algérie et mai 68, Paris, Parole et Silen (...)
  • 70 Bruno Poucet (dir.), La loi Debré : paradoxes de l’État éducateur ?, Amiens, CRDP Picardie, 2001.
  • 71 La Fondation Charles de Gaulle (Charles de Gaulle, chrétien, homme d’État, Paris, Cerf, 2011) semb (...)

27Le Front républicain de Guy Mollet issu des élections de 1956 doit quant à lui être associé à l’intensification des négociations concordataires et au réveil de la question scolaire68. Il n’aboutit ni à l’un ni à l’autre, évitant les grandes manifestations catholiques un temps envisagées. Dans une période qui génère peu de synthèses69, le rapport des catholiques au pouvoir gaulliste manque également de travaux d’ensemble. Les jalons sont cependant posés avec précision sur bien des aspects (loi Debré70, Algérie, relations avec le Saint-Siège hors du cadre concordataire, vote catholique, jeu des démocrates-chrétiens jusqu’à la candidature Lecanuet). Alors que l’historiographie religieuse est peut-être moins convoquée par l’histoire générale politique71, une chronologie simple de l’adhésion des catholiques (du référendum de 1958 à la mort du général de Gaulle) aiderait non seulement à mieux percevoir les décrochages (antigaullisme catholique, réveil intégriste) et les complexités régionales et municipales, mais aussi le rôle catholique dans l’entretien du mythe gaullien en lien avec ce qui a été fait sur le maréchalisme. En fonction de l’accès aux archives, la lecture de la relation des grands commis de l’État (René Brouillet) avec les autorités catholiques (Julien Gouet au secrétariat de l’épiscopat, Mgr Elchinger...) est attendue. La remarque vaut autant pour la période Pompidou, marquée par des incompréhensions réciproques entre l’épiscopat et le pouvoir (la fameuse passe d’arme entre Mgr Riobé et l’amiral de Joybert sur la force de frappe nucléaire en 1973), mais aussi des liens objectifs forts (affaire Touvier, sensibilité traditionaliste du président face à la « crise catholique »).

  • 72 Claire Toupin-Guyot, « Les catholiques et l’impératif politique. Cléricalisme et déconfessionnalis (...)
  • 73 Politique, Église et foi. Lourdes 1972, Paris, Centurion, 1972.
  • 74 Denis Pelletier, « La politique, entre déni et engagement », Projet, septembre 2004, no hors-série (...)
  • 75 Denis Pelletier et Jean-Louis Schlegel (dir.), À la gauche du Christ. Les chrétiens de gauche en F (...)

28Il est vrai que l’historiographie religieuse s’intéresse aux sixties et aux seventies moins par le prisme directement politique du rapport au régime que par celui des conséquences larges du concile Vatican II, de 1968, et de la « crise catholique72 ». On comprend aisément que face à de tels enjeux, elle ne se contente pas d’une lecture étroite du rapport au politique, d’autant que cette période constitue désormais une priorité des chercheurs. Dans ce cadre, le rapport Matagrin Pour une pratique chrétienne de la politique de 197273 constitue un repère incontournable. Celui-ci clôt un cycle de dépolitisation ouvert après la condamnation de l’Action Française74. La suspicion du politique et l’affirmation du « catholique d’abord » se sont en effet cumulés dans le discours hiérarchique comme dans la pratique de l’Action Catholique. La déclaration Matagrin est également un texte de sortie du gaullisme en ce sens que la hiérarchie accepte, à un moment de faiblesse de la démocratie-chrétienne (disparition du MRP en 1967) et de moindre enjeu de la question scolaire, de reconnaître la pluralité des opinions catholiques en politique, sans aller bien sûr jusqu’au marxisme récusé de nouveau en 1976, mais favorisant ou accompagnant alors implicitement le déplacement d’une minorité plus conséquente de catholiques vers la gauche75, mouvement que favorisait par ailleurs l’ouvriérisme manifesté par l’Église de France depuis de longues années.

  • 76 Jean-Marie Donegani, La liberté de choisir, pluralisme religieux et pluralisme politique dans le c (...)
  • 77 Bruno Dumons, Catholiques en Politique. Un siècle de Ralliement, Paris Desclée de Brouwer, 1993, p (...)
  • 78 La hiérarchie répond en octobre 1975 à cette politisation avec la fin du mandat accordé aux mouvem (...)
  • 79 Quelques mois après la déclaration Matagrin, les Semaines sociales s’arrêtent de manière paradoxal (...)
  • 80 Jean-Pierre Delannoy, Les religions au parlement français. Du général de Gaulle (1958) à Valéry Gi (...)

29La reconnaissance du pluralisme de la part du Magistère vient dans la logique de Vatican II76, à l’heure où de nombreux catholiques ont mis la politique avant l’institution dans un processus de déconfessionnalisation77, amorcé sur le front syndical et militant78, et de survalorisation idéologique (marxisme, gauchisme) totalement incontrôlable pour l’épiscopat. Cela se fait à l’échelle de l’affirmation des individus et des corps contre l’Autorité et la Tradition, de l’enfouissement voire de la sortie de religion et de la perte de moyens de l’institution ecclésiale79. À rebours de ce mouvement, la déclaration Matagrin donne à l’Église de France un espace de liberté nouveau de critique du pouvoir, ce qu’elle ne se prive pas de faire sur la politique familiale libérale de Valéry Giscard d’Estaing80 comme sur la gestion scolaire de François Mitterrand.

L’épilogue du nombre : 1984

  • 81 Danielle Tartakowsky, Les manifestations de rue en France (1918-1968), Paris, Publications de la S (...)

30Trois ans après l’élection de ce dernier à laquelle a également contribué le glissement catholique vers la « deuxième gauche », les manifestations de 1984 semblent remettre une apparence d’ordre dans le camp catholique. Au fond, c’est comme si la majorité se reformait, celle des électeurs catholiques majoritairement à droite mais minoritairement représentés par les élus de la nation en 1981. Comme soixante ans plus tôt contre le Cartel, la visibilité millionnaire des défilés de 1984 est la réponse différée à l’échec électoral tout en contribuant à influer sur les échéances contemporaines (élections européennes). L’espace symbolique occupé par les catholiques surprend car il est le plus important à l’échelle du siècle, dans un contrôle de la manifestation par la gauche, exception faite du 6 février 1934 ou du 30 mai 196881. La plus grande mobilisation depuis la Libération s’oppose en cela à un espace catholique qui s’est lui-même pensé comme fortement minoritaire depuis la crise des années 1970 et son enfouissement dans la pâte humaine, celui de l’Action Catholique tel qu’il s’exprime encore en 1980 lors de la réception de Jean-Paul II au Bourget. En cela 1984 est le symptôme d’une réaffirmation de la visibilité catholique, la « nouvelle évangélisation », portée par Mgr Lustiger, incontournable durant cette période, et annonciatrice d’autres rassemblements de cristallisation pérégrine (JMJ, voyages du pape), voire de démonstrations familiales, qui contrastent avec la sécularisation générale.

31Le but n’est pas de tenter de qualifier les manifestations totalisantes de 1984. Elles ne sont pas exclusivement catholiques en ce sens que les « cathos de gauche », sincèrement engagés dans l’enseignement public, dans l’université et au sein des syndicats du privé favorables à l’intégration, s’estiment trahis par la hiérarchie. L’épiscopat lui-même, bien que très enclin à soutenir la cause de l’enseignement « libre », n’est pas uni dans l’affaire et certains évêques de la génération conciliaire sont soucieux de ne pas trop s’inféoder à la cause majoritaire contre des ouailles actives dans l’Action Catholique et le courant missionnaire. Les évêques sont d’ailleurs considérés par les militants les plus virulents de l’APEL comme trop mous, moins d’ailleurs dans la conjoncture active de 1983-1984 qu’en référence à la décennie 1970. Le succès de la manifestation proprement dite n’est pas dû à son identité catholique, mais au fait qu’elle témoignait de l’adhésion de l’opinion française à une valeur, celle de la liberté de l’enseignement, particulièrement respectée dans ces années 1980 de l’individualisme triomphant. Tous les manifestants sont ainsi loin d’être des catholiques pratiquants, à l’image de l’évolution de l’enseignement privé. Mais force est de constater que l’école, seule institution catholique qui conserve sa puissance durant la « crise catholique », mobilise encore.

  • 82 Jean-Marie Mayeur, « La guerre scolaire, ancienne ou nouvelle histoire ? », Vingtième Siècle, 1985 (...)
  • 83 On pense aux récentes grandes manifestations sur le terrain de la morale familiale.

32La complexité des manifestations, ici trop rapidement exposée, convainc de dépasser une simple résurgence de la guerre des deux France82, même s’il convient de faire remarquer qu’en France comme dans l’Espagne voisine83, c’est la division binaire héritée de l’histoire qui est le ressort permettant aux catholiques de réagir en masse. En même temps, la sociologie de la démonstration colle au plus près au paysage politique français. La « manif » du 24 juin voit ainsi le premier grand défilé du Front national, comme une résurgence de toute une identité catholique intégriste active depuis l’Algérie et composante historique du mouvement lepéniste. Il ne faudrait cependant pas réduire la manifestation à cette entité que l’Église récuse avec force tant sur le terrain mémoriel que sur celui de sa proximité avec les populations immigrées.

  • 84 Réhabiliter la politique, Paris, Centurion-Cerf-Fleurus-Mame, 1999.

33Elle donne plus largement l’occasion à l’Église de France de jouer un rôle proprement politique dans la visibilité comme dans la négociation. Peut-être est-ce d’ailleurs son dernier moment véritablement politique dans le siècle alors que son investissement se fait surtout sur le terrain culturel, commémoratif, éthique ? Malgré son intensité, 1984 ne remet cependant en cause ni le pacte républicain ni la doctrine Matagrin : un des derniers textes de l’épiscopat avant l’an 2000 le prouve84, tandis qu’en 2005, l’épiscopat défend la loi de Séparation.

Vers une « dépolitisation de la foi » ?

  • 85 Ce n’est pas un hasard si plusieurs chercheurs étrangers s’intéressant à la France politique intèg (...)
  • 86 Émile Baumann, Intermèdes, « L’esprit de triomphe dans l’Église », référence utilisée par Yvon Tra (...)
  • 87 Sur ces questions, nous renvoyons aux travaux de Fabrice Bouthillon.

34La lecture du siècle ainsi proposée renvoie à une interrogation sur le renversement constant du rapport entre majorité et minorité, évolution qui n’est d’ailleurs pas propre au catholicisme français (il en est ainsi du protestantisme dans la construction de la IIIe République ou du judaïsme dans celle du terrain mémoriel à partir des années 1970). Si l’on conçoit aisément qu’une différence de focale, ici le gros plan catholique, introduise une photographie différenciée du champ politique français, on plaidera fortement pour que le catholicisme soit pris en compte dans la lecture globale de ce paysage. Le comparatisme, en particulier européen, s’il souligne bien des différences et une exception française de neutralité et de laïcité parfois modélisée, peut également inciter les chercheurs à prendre davantage au sérieux la dimension religieuse en politique85. Les moments « triomphants86 » repérés et ainsi associés, dont on a vu qu’ils ne conduisent jamais à trancher entièrement entre une lecture de l’exception et de la règle, de la publicité et du secret, relèvent de cette trajectoire de traverse qui témoigne qu’une autre lecture symbolique républicaine est possible. Celle-ci ne peut bien sûr pas prétendre renverser le mouvement de fond qui voit le XXe siècle achever le processus de transfert du religieux vers le politique – la foi dans le politique, la religiosité ou la théologie du politique –, inversion extrême provoquée par les totalitarismes87 qui a contribué par réaction et par libéralisme à « dépolitiser la foi » pour prolonger la réflexion de Bruno Dumons dans le chapitre précédent. C’est donc également, vu du catholicisme français, l’achèvement de la phase de séparation du politique et du religieux qui impose naturellement de ne pas faire de la loi de 1905 la fin de l’histoire politique catholique en France mais son basculement.

35Contrairement en effet au XIXe siècle, la dissociation se fait au détriment d’une dynamique religieuse. Les épisodes du siècle (condamnation de l’Action Française, acceptation du pluralisme catholique...) viennent conforter ce changement de cap en laissant les divisions internes au catholicisme toujours aussi vives. Reste également entière la question de l’évaluation de l’engagement, selon une dialectique qui opposerait la figure du militant morte après 1968 à celle de l’apôtre triomphant dans la « nouvelle évangélisation » du cardinal Lustiger et de Jean-Paul II (Jean-Luc Marion). Au fond, seul l’apôtre garderait une place dans l’Église après l’échec d’une anthropologie religieuse et des expériences temporelles conduisant à terme à la déconfessionnalisation. Plutôt vrai pour l’Action Catholique et le catholicisme de gauche, ce modèle peut-il s’appliquer au môle intégriste qui n’en a pas fini, malgré les apparences, avec le « politique d’abord » ? Les distinctions de l’agir maritanien semblent garder leur pertinence à l’échelle individuelle mais ne pèsent plus collectivement, ce qui pousse l’affrontement vers des frontières de plus en plus floues et intimes. Le politique comme le religieux occupent certes des espaces complexes et instables (bioéthique, écologie, justice, géopolitique, médias) qui requièrent compétences et réactions rapides. La question qui se pose est de savoir si, sur ce terrain de l’expertise, sans parler de la tribune, l’Église catholique dispose encore des moyens de se faire entendre.

Notes

1 Essentiellement, les concepts « intransigeance », « intégralisme » et « catholicisme libéral ». Pour une mise en perspective des travaux d’Émile Poulat et de René Rémond : Philippe Portier, « Catholicisme et politique dans la France contemporaine. Un état de la recherche », Benoît Pellistrandi (dir.), L’histoire religieuse en France et en Espagne, Madrid, Casa de Velasquez, 2004, p. 77-106.

2 Denis Pelletier « 1905-2005. Un siècle d’engagements catholiques », Bruno Duriez (dir.), Les catholiques dans la République (1905-2005), Paris, Atelier, 2005, p. 49.

3 Le soutien à Pétain qui n’entre pas dans le cadre républicain n’est pas longuement abordé ici. Bien que les catholiques constituent un groupe privilégié de l’adhésion vichyste, celle-ci n’est pas réductible à ce soutien.

4 Bruno Dumons, Les Dames de la Ligue des Femmes Françaises (1901-1914), Paris, Cerf, 2006 ; Magali Della Sudda, « L’invention de la femme politique moderne. La LPDF, les élections, la République », Bruno Dumons et Anne Cova (dir.), Femmes, genre et catholicisme, Lyon, Chrétiens et Sociétés. Documents et mémoires, no 17, 2012, p. 39-53.

5 Claire Andrieu, Gilles Le Béguec, Danielle Tartakowsky (dir.), Associations et champ politique. La loi de 1901 à l’épreuve du siècle, Paris, Publications de la Sorbonne, 2001.

6 Le catholicisme est reconnu comme la religion de la « très grande majorité des Français » dans le texte concordataire.

7 Tout au long du XXe siècle, la fréquence de la pétition issue du monde catholique en régime républicain mérite d’être soulignée et exigerait une étude d’ensemble. Elle peut être considérée comme un acte de vote par substitution ou complément.

8 Yves Déloye, Les voix de Dieu. Pour une autre histoire du suffrage électoral. Le clergé catholique français et le vote (XIXe-XXe siècles), Paris, Fayard, 2006.

9 Léon XIII refuse la constitution d’un parti catholique à Albert de Mun en 1885-1886. De même en 1901, il considère que la démocratie-chrétienne doit rester un mouvement et non un parti ; Pie X empêche ensuite la formation du « Plus Grand Sillon ».

10 Ceci dans le cadre d’une Action Catholique générale et des unions catholiques qui n’ont pas les effectifs escomptés.

11 Ce que Michel Lagrée a qualifié de conscience « multitudinaire » : Religion et cultures en Bretagne (1850-1950), Paris, Fayard, 1992, p. 192.

12 Seul le camp nationaliste ne rentre pas dans ce schéma puisque son échec aux élections de 1919 tranche avec son magistère intellectuel.

13 Mathias Bernard, La dérive des modérés. La Fédération Républicaine du Rhône sous la IIIe République, Paris, l’Harmattan, 1998.

14 Jean Vavasseur-Desperriers, République et liberté. Charles Jonnart, une conscience républicaine (1857-1927), Villeneuve d’Ascq, Septentrion, 1996.

15 Jacques Prévotat, Les catholiques et l’Action Française. Histoire d’une condamnation (1899-1939), Paris, Fayard, 2001 ; Michel Leymarie et Jacques Prévotat (dir.), L’Action Française. Culture, société, politique, Villeneuve d’Ascq, Septentrion, 2008.

16 Christian Sorrel, La République contre les congrégations. Histoire d’une passion française (1899-1914), Paris, Cerf, 2003.

17 Christian Sorrel, « Les congrès diocésains et la mobilisation des catholiques après la Séparation », Vingtième Siècle, 2005, no 87, p. 85-100.

18 Sara Teinturier, L’enseignement privé dans l’entre-deux-guerres. Socio-histoire d’une mobilisation catholique, thèse de doctorat, Université Rennes I, 2013.

19 Corinne Bonafoux-Verrax, À la droite de Dieu. La Fédération Nationale Catholique (1924-1944), Paris, Fayard, 2004.

20 Michel Lagrée, Religion et cultures..., op. cit., p. 195.

21 Claude Langlois, « La fin des guerres de religion. La disparition de la violence religieuse en France au XIXe siècle », French Historical Studies, vol. 21, 1998, p. 3-25.

22 Nicolas Rousselier, Le Parlement de l’éloquence. La souveraineté de la délibération au lendemain de la Grande Guerre, Paris, Presses de Sciences Po, 1997.

23 « Déclaration de l’Assemblée des Cardinaux et Archevêques de France sur les lois dites de laïcité et sur les mesures à prendre pour les combattre », La Documentation Catholique, 21 mars 1925, no 282, col. 709.

24 « Mais il est sûr que les manifestations extérieures, bien préparées, impressionneront la foule en lui donnant l’idée, qu’elle n’a pas, de notre nombre, de notre unité, de notre puissance et de la volonté inébranlable où nous sommes de revendiquer nos droits jusqu’à la victoire », La Documentation Catholique, col. 711.

25 Ibid.

26 Jacques Prévotat (dir.), Pie XI et la France : l’apport des archives du pontificat de Pie XI à la connaissance des rapports entre la France et le Saint-Siège, Rome, EFR, 2010.

27 De Philippe Henriot à Ernest Pezet, en passant par l’abbé Bergey,

28 Jean-Claude Delbreil, Centrisme et Démocratie-chrétienne en France. Le Parti démocrate populaire des origines au MRP (1919-1944), Paris, Publications de la Sorbonne, 1990.

29 Alain-René Michel, Catholiques en démocratie, Paris, Cerf, 2006.

30 Petit manuel des questions contemporaines. [...] la question civique, Paris, Office des Œuvres, 1935.

31 Christian Sorrel, « Les Semaines Sociales et l’épiscopat français (1904-1973) », Jean-Dominique Durand (dir.), Les Semaines Sociales de France (1904-2004), Paris, Parole et Silence, 2006, p. 199-226.

32 Albert Kechichian, Les Croix-de-feu à l’âge des fascismes, Paris, Champ Vallon, 2006.

33 Frédéric Le Moigne, Les évêques français de Verdun à Vatican II. Une génération en mal d’héroïsme, Rennes, PUR, 2005, p. 65-73.

34 Philippe Dazet-Brun, Auguste Champetier de Ribes, un catholique social en République (1882-1947), Biarritz, Séguier, 2008.

35 Frédéric Gugelot, « Pluralité et changements au sein du catholicisme français (XIXe-XXe siècles) », Archives de Sciences Sociales des Religions, no 140, octobre-décembre 2007, p. 125.

36 Est transposé au XXe siècle le modèle de François Furet qui clôt la Révolution en 1880 lorsque la République s’installe avec le suffrage universel.

37 « Radiomessage de S.S. Pie XII (24 décembre 1944) », La Documentation Catholique, no 927, 7 janvier 1945.

38 « Déclaration de l’épiscopat français sur la personne humaine, la famille, la société », La Documentation Catholique, no 955, 6 janvier 1946.

39 « Élection en France », La Documentation Catholique, no 1096, 3 juin 1951.

40 Le gallicanisme n’est pas mort au cours des années 1950 dans le cercle socialiste de Guy Mollet. Il est incarné par François Méjan (Le Vatican contre la France d’Outre-Mer ?, Paris, Fischbacher, 1957) qui est toujours resté en négociation avec le MRP.

41 Jean-Marie Mayeur, Des partis catholiques à la Démocratie chrétienne, Paris, Colin, 1980.

42 Jean-Dominique Durand, L’Europe de la Démocratie Chrétienne, Bruxelles, Complexe, 1995 ; Jean-Dominique Durand, « Le Mouvement Républicain Populaire ou la démocratie chrétienne à la française », Familles politiques en Europe occidentale au XXe siècle, Rome, EFR, 2000, p. 247-267.

43 Bruno Béthouart, « Le MRP et la question sociale », Revue d’Histoire Écclésiastique, 2000, t. xcv, p. 136-187.

44 Dans la continuité d’un cycle, les arguments des démocrates-chrétiens contre le RPF accusé de mettre le « politique d’abord » peuvent être bien entendus au Vatican. Il ne faudrait cependant pas faire de la condamnation de l’Action Française de 1926-1927, bien atténuée en 1939, la seule ligne de lecture du Saint-Siège.

45 Le journal de Wladimir Ormesson montre une intervention personnelle de Robert Schuman par l’intermédiaire d’Alfred Michelin qui contourne même l’ambassadeur de France près le Saint-Siège : Angelo Roncalli, Journal de France II (1949-1953), (éd.) Étienne Fouilloux, Paris, Cerf, 2008.

46 Les archevêques Roques et Richaud avaient d’ailleurs demandé de retarder l’assemblée pour ne pas la soumettre aux enjeux politiques de la campagne : Archives CNAEF, compte-rendu de la séance de l’ACA du 28 février 1951.

47 René Rémond, « Laïcité et question scolaire dans la vie politique française sous la IVe République », La laïcité, Paris, PUF, 1960, p. 381-400 ; Arthur Plaza, « Paix ou guerre scolaire ? Les divisions du Mouvement Républicain Populaire (1945-1960) », Politiques de la laïcité..., op. cit.

48 David Bensoussan, Combats pour une Bretagne catholique et rurale. Les droites bretonnes dans l’entre-deux-guerres, Paris, Fayard, 2006.

49 Cazaux, évêque du CALS, réseau d’activisme de la défense scolaire, n’hésite pas à soutenir clairement le PRL en 1946 puis le RPF et s’est construit une relation de type charismatique qui s’apparente au gaullisme et le met en contradiction avec le cardinal Roques. Prélat des réseaux démocrates-chrétiens (Teitgen, Colin, Ouest France), du légalisme et de la diplomatie, ce dernier préfère agir en coulisse et récolte une forte impopularité, entretenue par les militants du RPF. C’est presque le modèle d’opposition de la fin du XIXe siècle décelé par Yves Déloye entre Mgr Freppel et Mgr Guilbert.

50 Bruno Béthouart, Des syndicalistes chrétiens en politique (1944-1962), Villeneuve d’Ascq, Septentrion, 1999.

51 Nicolas Delalande s’intéresse ainsi au mouvement poujadiste sans citer la mobilisation de 1950 : Les batailles de l’impôt, Paris, Le Seuil, 2011.

52 Il faut voir dans cette manœuvre une tentative de déstabilisation de Lionel de Tinguy du Pouët (alors secrétaire d’État aux Finances) par son « ennemi » vendéen indépendant Armand de Baudry d’Asson. Elle vise également les autres ministres MRP de l’Ouest (Teitgen, Letourneau, Buron, Ihuel) et leurs soutiens au Parlement (Barangé, Colin).

53 Letourneau et Tinguy du Pouët sont reçus au Vatican, de même que Cazaux qui rencontre Tardini et Pie XII en mai 1951.

54 Mgr Roncalli ne s’est pourtant jamais résolu à accorder sa confiance au seul MRP. La tactique hasardeuse jusqu’en 1951, comme en témoigne son instrumentalisation par Pierre de Gaulle immédiatement après l’article de l’Osservatore Romano (Journal de France, op. cit.), s’avère payante ensuite.

55 Il manque une étude sur ce groupe de pression, le plus représenté du Parlement, ainsi que sur Édouard Lizop, son fondateur, issu du Secrétariat d’Études pour la Liberté d’Enseignement.

56 Laurent Ducerf, « Le MRP face au RPF, un traumatisme mal surmonté », Gilles Richard et Jacqueline Sainclivier (dir.), La recomposition des droites en France à la Libération (1944-1948), Rennes, PUR, 2004, p. 229-239.

57 Robert Lecourt, Entre l’Église et l’État. Concorde sans concordat (1952-1957), Paris, Hachette, 1978.

58 Crise du pouvoir et crise du civisme, Paris, Chronique Sociale de France, 1954.

59 Laurent Ducerf, « Les évêques français et les partis politiques des années 1930 aux années 1960 », Frédéric Le Moigne et Christian Sorrel (dir.), Les évêques français de la Séparation au pontificat de Jean-Paul II, Paris, Cerf, 2013, p. 263-277.

60 Roques soutient ainsi la municipalité rennaise du MRP Henri Fréville qui gouverne en 1953 avec les socialistes tandis que Feltin est proche d’Édouard Frédéric-Dupont qui permet, avec d’autres RPF contre l’avis de Charles de Gaulle, l’investiture de Pinay en mars 1952. L’échelon municipal des relations doit généralement mieux être pris en compte.

61 Étienne Fouilloux, « Les catholiques mendésistes (1953-1956) », François Bédarida et Jean-Pierre Rioux (dir.), Mendès et le mendésisme. L’expérience gouvernementale (1954-1955), Paris, Fayard, 1985, p. 71-86.

62 Yvon Tranvouez, Catholiques et communistes. La crise du progressisme chrétien (1950-1955), Paris, Cerf, 2000 ; Yvon Tranvouez, Catholicisme et société dans la France du XXe siècle. Apostolat, progressisme et tradition, Paris, Karthala, 2011.

63 Tangi Cavalin et Nathalie Viet-Depaule Nathalie, Une histoire de la Mission de France, Paris, Karthala, 2007.

64 Denis Pelletier, « Intellectuels catholiques ou dreyfusistes chrétiens ? Histoire d’un écart », Michel Leymarie et Jean-François Sirinelli (dir.), L’histoire des intellectuels aujourd’hui, Paris, PUF, 2003, p. 327-340.

65 Ce que traduit François Mauriac dans L’Express du 21 décembre 1954 : « Comment nos évêques ne souhaiteraient-ils pas que toute la jeune génération catholique, que ses syndicats deviennent l’un des pôles de cette nouvelle gauche antilibérale et antimarxiste qui se reconstitue en ce moment même ? », Bloc-notes (1952-1957), Paris, Flammarion, 1958, p. 147.

66 Marcel Launay, Robert Buron, Paris, Beauchesne, 1993.

67 Bernard Barbiche et Christian Sorrel (dir.), La Jeunesse Étudiante Chrétienne (1929-2009), Lyon, Chrétiens et Sociétés. Documents et mémoires, no 12, 2011.

68 Jean-Marie Mayeur, « Guy Mollet, l’Église, l’École », Un camarade en République, Lille, PUL, 1987, p. 401-411.

69 Étienne Fouilloux, Les chrétiens français entre guerre d’Algérie et mai 68, Paris, Parole et Silence, 2008.

70 Bruno Poucet (dir.), La loi Debré : paradoxes de l’État éducateur ?, Amiens, CRDP Picardie, 2001.

71 La Fondation Charles de Gaulle (Charles de Gaulle, chrétien, homme d’État, Paris, Cerf, 2011) semble peut-être vouloir compenser la récente enquête de l’IHTP (« Les Français et la politique dans les années soixante ») sans guère d’attention au catholicisme.

72 Claire Toupin-Guyot, « Les catholiques et l’impératif politique. Cléricalisme et déconfessionnalisme chez les militants et intellectuels catholiques français (1955-1972) », Gilles Richard et Jacqueline Sainclivier (dir.), Les partis et la République. La recomposition du système partisan (1956-1967), Rennes, PUR, 2007, p. 263-273 ; Yvon Tranvouez, « La configuration bretonne de la crise catholique (1965-1975) », Christian Bougeard (dir.), L’Ouest dans les années 1968, Rennes, PUR, 2012, p. 103-116.

73 Politique, Église et foi. Lourdes 1972, Paris, Centurion, 1972.

74 Denis Pelletier, « La politique, entre déni et engagement », Projet, septembre 2004, no hors-série « Le catholicisme social européen », p. 15-20.

75 Denis Pelletier et Jean-Louis Schlegel (dir.), À la gauche du Christ. Les chrétiens de gauche en France de 1945 à nos jours, Paris, Le Seuil, 2012.

76 Jean-Marie Donegani, La liberté de choisir, pluralisme religieux et pluralisme politique dans le catholicisme français contemporain, Paris, Presses de la FNSP, 1993.

77 Bruno Dumons, Catholiques en Politique. Un siècle de Ralliement, Paris Desclée de Brouwer, 1993, p. 139.

78 La hiérarchie répond en octobre 1975 à cette politisation avec la fin du mandat accordé aux mouvements d’Action Catholique : Tangi Cavalin, « Les évêques et l’Action Catholique », Frédéric Le Moigne et Christian Sorrel (dir.), Les évêques français..., op. cit., p. 295-296.

79 Quelques mois après la déclaration Matagrin, les Semaines sociales s’arrêtent de manière paradoxale. Christian Sorrel, « Les Semaines Sociales et l’épiscopat français (1904-1973) », op. cit., p. 225.

80 Jean-Pierre Delannoy, Les religions au parlement français. Du général de Gaulle (1958) à Valéry Giscard d’Estaing (1975), Paris, Cerf, 2005.

81 Danielle Tartakowsky, Les manifestations de rue en France (1918-1968), Paris, Publications de la Sorbonne, 1997.

82 Jean-Marie Mayeur, « La guerre scolaire, ancienne ou nouvelle histoire ? », Vingtième Siècle, 1985, no 5, p. 101-110.

83 On pense aux récentes grandes manifestations sur le terrain de la morale familiale.

84 Réhabiliter la politique, Paris, Centurion-Cerf-Fleurus-Mame, 1999.

85 Ce n’est pas un hasard si plusieurs chercheurs étrangers s’intéressant à la France politique intègrent bien la dimension catholique (l’américain Arthur Plaza, l’italien Michele Marchi). De ce dernier lire en particulier, Alla ricerca del cattolicesimo politico. Politica e religione in Francia da Pétain a de Gaulle, Soveria Mannelli, Rubbettino, 2012.

86 Émile Baumann, Intermèdes, « L’esprit de triomphe dans l’Église », référence utilisée par Yvon Tranvouez, « Un paradoxe, l’esprit de triomphe dans le catholicisme au lendemain de la Séparation des Églises et de l’État : l’exemple de Mgr Duparc », Émile Poulat (dir.), La Séparation et les Églises de l’Ouest, Paris, L’Harmattan, 2006, p. 197.

87 Sur ces questions, nous renvoyons aux travaux de Fabrice Bouthillon.

Auteur

Maître de conférences à l’université de Bretagne occidentale-CRBC.

© Presses universitaires de Rennes, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540