Version classiqueVersion mobile

Histoire d'un nom. Les Aufidii dans la vie politique, économique et sociale du monde romain

 | 
Nicolas Mathieu

Notices

Texte intégral

1. M. AUFIDIUS

1iie s. av. J.-C. 179 av. J.-C. Origine inconnue.

2– Tutelae Capitolio redemptor.

3R.E., II, 2, 1896, Aufidius, n° 8 (Klebs), C. 2289, cité désormais comme suit : R.E., A, n° 8 (Klebs), C. 2289.

4Örjan Wikander, « Senators and Equités. I/The Case of the Aufidii », in Opuscula romana, XV, 14, 1985, p. 155-163, n° 21, cité désormais comme suit : n° 21, liste Ö. W.

5Pline l'Ancien, N. H., XXXV, IV, § 14 :

6Maiorum quidem n° trorum tanta securitas in ea re adnotatur, ut L. Manlio, Q.Fuluis cos. Anno urbis DLXXV, M. Aufidius tutelae Capitolio redemptor docuerit patres argenteos esse clupeos, qui pro aeris per alquot iam lustra adsignabantur.

  • 1 Traduction Christian Gouillart, Paris, C.U.F., 1986, ainsi que les autres citations de cette notic (...)

7« Il est d'ailleurs remarquable que n° ancêtres avaient si peu de souci à cet égard que, sous le consulat de L. Manlius et de Q. Fulvius, en l'an 575 de Rome, M. Aufidius qui avait la responsabilité du gardiennage du chantier du Capitole, informa les sénateurs que les boucliers et les écussons, répertoriés depuis quelques lustres déjà, comme étant faits en bronze, étaient en argent »1.

8Les noms des deux consuls et la date ab Urbe condita permettent de situer le fait décrit en 179 av. J.-C. M. Aufidius est ainsi le premier membre de la gens attesté par la littérature, et, toutes sources confondues, le plus ancien dans la chronologie absolue.

  • 2 Tite Live, Livre XL.

9Le rôle de M. Aufidius, qui apparaît clairement à travers les trois mots essentiels du texte de Pline : tutelae Capitolio redemptor, peut être explicité grâce à un passage de Tite Live qui décrit l'activité des deux censeurs de l'année 179. L'un d'eux, M. Aemilius Lepidus, « construisit une digue près de Tarracine, réalisation qui fut critiquée car il possédait des propriétés à cet endroit, et avait fait supporter une dépense privée par la collectivité. Il construisit un théâtre et une scène près du temple d'Apollon, il mit en adjudication le ravalement à la chaux du temple de Jupiter sur le Capitole et de la colonnade qui l'entoure ; il enleva de ces colonnes les statues qui semblaient fâcheusement placées devant elles, et en fit ôter les boucliers et les enseignes militaires de toutes sortes qui y étaient accrochées »2 Le second censeur, M. Fulvius Nobilior, mit quant à lui en adjudication des travaux plus nombreux et plus utiles, nous dit Tite Live.

10Dans l'un comme dans l'autre cas, Tite Live utilise le verbe loco. L'un des sens de ce verbe, « mettre en adjudication » renvoie explicitement au verbe redimo.

  • 3 Daremberg, Saglio, Dictionnaire des antiquités grecques et romaines, Paris, Hachette, 1873, s. v. (...)

11Les locationes engagées par les censeurs de 179 ne peuvent être que du type locatio conductio operis faciendi, c'est-à-dire un louage d'ouvrage pour un travail à effectuer par une entreprise contre une certaine somme d'argent (merces). Emportait théoriquement le marché, l'entreprise qui, lors des enchères, demandait la merces la moins élevée3. En droit public, l'entrepreneur était désigné par le terme de redemptor.

  • 4 Babelon (Ernest), Description historique et chronologique des monnaies de la République rom (...)

12Il faut donc en conclure que M. Aufidius ( Capitolio) redemptor du texte de Pline l'Ancien est en fait le conductor désigné à l'issue de la locatio du censeur Lepidus. Donc la tutela dont il avait la charge aux dires de Pline n'est pas une garde proprement dite du temple de Jupiter Capitolin, mais plutôt la tutelle, c'est-à-dire l'autorité que l'adjudication lui a juridiquement donnée sur le Capitole pendant la durée de travaux, qui ressortissaient vraisemblablement à l'entretetien du Capitole. Peut-être est-ce pour l'ensemble de ces raisons que Babelon fit de M. Aufidius un architecte, conservateur du Capitole4.

13C'est à l'occasion de ses responsabilités que M. Aufidius découvrit que les boucliers et les écus ornant le temple, suspendus à ses colonnes, étaient en argent et non en bronze.

  • 5 Tite Live, XLIII, 8. Cf. notice n° 2.

14On ignore l'origine de M. Aufidius. Très peu d'années après lui, est attesté en 170 av. J.-C. le premier sénateur de la gens : Cn. Aufidius5. Rien ne permet de savoir quel lien de parenté unissait ces deux hommes. Au mieux ils ont pu être frères, au pire appartenir à deux branches différentes de la gens. Entre les deux, toutes les hypothèses sont envisageables, y compris l'appartenance, dans une même branche, à deux générations. Le sénateur Cn. Aufidius, qui était tribun de la plèbe, pouvait avoir au moins trente ans et être de la génération qui aurait suivi celle de l'entrepreneur peut-être plus âgé.

  • 6 S.E.G., III, 1924, 451. Cf. notice n° 3.

15À peu près à la même époque on connaît un autre sénateur : T. Ofidius, fils de Marcus, dont le nom figure, en grec, sur un sénatus-consulte et la lettre qui l'accompagnait, trouvés à Corfou6. La filiation seule n'autorise cependant pas à soutenir avec assurance que ce sénateur était le fils du redemptor de 179.

16Il est remarquable qu'en moins d'une vingtaine d'années trois Aufidii aient joué un rôle dans des lieux et des organes chargés de symboles : le Capitole et le Sénat. C'est en effet dans le temple de Jupiter Capitolin que se tenait traditionnellement la premiètre séance annuelle du sénat. C'est sous sa protection que vivaient les Romains. Ainsi donc, si le fait d'avoir enlevé le marché peut résulter d'une simple supériorité technique, on peut néanmoins se demander s'il n'y avait pas aussi l'espoir d'en tirer prestige et honneur.

  • 7 RE, F, n° 91.
  • 8 Tite Live, Livre XL, ch. XLV, § 7.
  • 9 Tite Live, Livre XXXIX, IV et V. Sur le contexte politique de l'affaire d'Ambracie, cf. bonnefond-(...)

17L'éventuelle dimension politique de la question s'inscrit en effet dans un contexte particulier. Des deux censeurs de l'année 179, M. Aemilius Lepidus était le princeps senatus. L'autre était M. Fulvius Nobilior7. Entre l'un et l'autre de ces personnages existait, nous rapporte Tite Live, « une inimitié qui s'était souvent manifestée, tant au sénat que devant le peuple, dans de nombreuses et violentes querelles »8 M. Aemilius Lepidus avait par exemple vainement essayé, par tribun interposé, d'empêcher que M. Fulvius Nobilior obtînt le triomphe après sa victoire sur les Etoliens – notamment Ambracie – et Céphallénie9. Le jour même de leur élection, chacun des deux hommes se plaignit de l'autre. M. Fulvius Nobilor reprocha à M. Aemilius Lepidus d'avoir organisé un défi judiciaire contre lui. Inversement, M. Aemilius Lepidus se plaignit que M. Fulvius l'ait écarté à deux reprises du consulat. Tite Live nous dit ensuite que les deux censeurs se sont réconciliés. Mais lorsqu'il présente les travaux que chacun des deux entreprit avec la somme élevée qu'ils reçurent, c'est pour opposer ceux, utiles, de M. Fulvius, à ceux de M. Aemilius.

  • 10 m. Fulvius Nobilior fut à l'origine de l'édification de la basilique située sur le bord septentrio (...)

18Les constructions conduites par les deux censeurs furent nombreuses10. Elles étaient un moyen pour ces gentes de gagner des suffrages. Il faut se demander dans quelle mesure les entrepreneurs adjudicataires n'en tiraient pas un avantage quelconque.

19La même année où M. Fulvius Nobilior fut censeur, deux autres membres issus de la gens furent les consuls : Q. Fulvius Flaccus et son frère Lucius, depuis son adoption par un Manlius Acidinus, L. Manlius Acidinus Fulvianus. D'un certaine manière, l'année 179 marque l'apogée de la branche de la gens Fulvia surnommée Nobilior. Elle semble aussi marquer le début d'une ascension politique de la gens Aufidia. Toutefois, le faible nombre de documents les concernant pour cette période ne permet que de poser trois observations ou questions :

  1. Les grandes entreprises et d'une façon générale toute activité lucrative ayant été interdite aux sénateurs par la lex Claudia en 218, faut-il en conclure que M. Aufidius appartenait à l'ordre équestre ou était un notable d'origine locale suffisamment riche pour être introduit dans le milieu sénatorial romain ?
  2. Le sénatus-consulte retrouvé à Corfou est relatif à une ambassade d'Ambracie et des Athamanes qui demande l'arbitrage du Sénat dans les années 175-165 av. J.-C. Il s'agissait d'une affaire vraisemblablement consécutive à la victoire des Romains sur les Etoliens dans laquelle les Fulvii jouèrent un rôle. Est-ce une simple coïncidence si, parmi les sénateurs qui s'intéressèrent à l'affaire, figure un T. Ofidius M. f. ?
  3. Le premier sénateur connu, Cn. Aufidius, en 170, fut tribun de la plèbe. Cette charge confirme a posteriori l'origine plébéienne du redemptor de 179.
  • 11 Ross-Taylor (Lily), The Voting Districts in the Roman Republic, Rome, American Academy, 196 (...)

20L'étude onomastique ne montre pas de lien direct entre le premier membre connu de la gens et le premier tribun. L'absence de filiation est, pour les deux personnages, un obstacle insurmontable. Mais on sait par ailleurs que dès le iie s. av. J.-C., la gens Aufidia fut vraisemblablement divisée en deux branche11, l'une qui utilisait le prénom Cnaeus, l'autre, le prénom Titus, mais qu'elles avaient en commun le prénom Marcus.

2. CN. AUFIDIUS

21iies. av. J.-C. 170 av. J.-C. Origine inconnue.

22– tribunus plebis.

23R.E., A, n° 4 (Klebs), c. 2288 et R.E., A, n° 5 (Klebs), c. 2288-2289. N 7 et 8, liste Ö. W.

24Tite Live, XLIII, 8 (= RE., n° 4), 170 av. J.-C. :

25Accersere in senatum Lucretium placuit, ut disceptaret coram purgaretque SC. Ceterum multo plura praesens audiuit, quam inabsetem iacta erant ; et grauiores potentioresque accessere accusatores duo tribuniplebis, M'iuventius Thalna et Cn. Aufidius. Ii non in senatu modo eum lacerarunt, sed in contionem etiam pertracto multis obiectis probis diem dixerunt. [...] C. Lucretium, ubi dies, quae dicta erat, venit, tribuni ad populum accusarunt multamque decies centum milium aeris dixerunt. Comitiis habitis omnes quinque et triginta tribus eum condemnarunt.

26« On décida de faire venir Lucretius au sénat, afin qu'il pût participer au débat en personne et tenter de se justifier. Or, une fois présent, il eut à entendre des reproches beaucoup plus nombreux que ceux qui lui avaient été adressés en son absence : des accusateurs plus influents et plus puissants vinrent même s'ajouter aux autres, à savoir deux tribuns de la plèbe, M’Juventius Thalna et Cn. Aufidius. Ceux-ci ne se contentèrent pas de le déchirer au sénat, mais, après l'avoir traîné devant l'assemblée du peuple et l'avoir accablé de reproches de toutes sortes, ils le citèrent en jugement. [...] Quand vint le jour fixé pour le procès de Lucretius, celui-ci fut accusé par les tribuns de la plèbe et condamné à une amende d'un million d'as. Une fois les comices rassemblés, les trente. cinq tribus le condamnèrent à l'unanimité ».

27Pline, N. H., VIII, 24, § 64 (RE. n° 5), date inconnue.

28Senatus consultum fuit uetus, ne liceret Africanas in Italiam aduehere. Contra hoc tulit ad populum Cn. Aufidius tribunus plebis, permisitque circensium gratia importare. Primus autem Scaurus aedilitate sua uarias CL uniuersas misit, dein Pompeius Magnus CCCCX, Diuus Augustus CCCCXX ».

29« Un vieux sénatus-consulte interdisait d'amener des fauves d'Afrique en Italie. Le tribun de la plèbe Cn. Aufidius le fit casser par l'assemblée du peuple et permit d'en importer pour les jeux du cirque. Mais ce fut Scaurus qui, pendant son édilité, fut le premier à en faire venir cent cinquante, toutes celles qui sont dites bigarrées, puis Pompée le Grand en produisit quatre cent-dix, le divin Auguste quatre cent vingt ».

  • 12 Cf. Tite Live, XLIII, 4 : «...la guerre menée en Grèce par le consul Licinius et le préteur Lucret (...)

30Le tribun de la plèbe Cn. Aufidius est le premier sénateur connu de la gens. On ignore tout de ses origines. Le préteur Lucretius s'était cruellement conduit pendant la campagne de Grèce12. Sa mention est importante pour le contexte relatif aux Aufidii et à Cn. Aufidius en particulier. Il est très probable que c'est le même homme qui fut à l'origine d'un plébiscite qui autorisait, contrairement à un sénatus-consulte, l'importation à Rome d'animaux sauvages d'Afrique pour les uenationes.

  • 13 Leges publicae populi romani, Milan, 1912, p. 420.

31Le texte de Pline a donné lieu à des interprétations différentes qui aboutissent à des datations fort éloignées les unes des autres. Pour Giovanni Rotondi13, le plébiscite de Cn. Aufidius se placerait vers 103 av. J.-C. L'édition française du texte de Pline dans la collection des Universités de France en 1952 propose une datation proche en donnant en note l'indication suivante à propos de Cn. Aufidius : « tribun de la plèbe en 670 (c'est-à-dire en 84-83) dont il est question dans Cic., Tusc., V, 28-11 ». Cette datation ne peut pas être retenue. Le Cn. Aufidius des Tusculanes est de toute évidence le préteur de 108 qui adopta dans sa vieillesse un Orestes. il ne peut donc pas avoir été tribun de la plèbe... 25 ans après.

32Le texte de Cicéron extrait des Tusculanes concerne bien un Cn. Aufidius, mais différent de celui du texte de Pline. La date du personnage évoqué dans ce dernier texte n'est, sans aucun doute, ni celle proposée par l'éditeur de la traduction française, ni celle proposée par Giovanni Rotondi dont l'affirmation est fondée sur l'opposition entre un « vieux sénatus-consulte » et le plébiscite de Cn. Aufidius qui ne peut donc lui être que très postérieur.

  • 14 La gladiature en Occident, des origines à la mort de Domitien, p. 54-55 et note 142.
  • 15 Pline, N. H., VIII, 6, § 17.
  • 16 Tite Live, XXXIX, 22, 2 : venatio data leonum et pantheram.
  • 17 Tite Live, XLIV, 18, 8, qui relève d'ailleurs le contexte : Et iam magnificentia crescente notatum (...)
  • 18 Vers 1011-1012, Milphion, à Agorastoclès, à propos du Carthaginois Hannon : Non audis mures africa (...)
  • 19 Cf. G. Ville, op. cit., p. 55. Cette puissance ne s'apprécie pas seulement militairement dans le c (...)

33Georges Ville14 apporte les arguments les plus justes pour la datation du plébiscite de Cn. Aufidius au début du iie s. av. J.-C., rapprochant en cela l'auteur de ce plébiscite du Cn. Aufidius qui fut tribun de la plèbe en 170. Le plébiscite doit en effet être replacé dans la chronologie des uenationes. La première mention d'un combat à Rome date de 252 av. J.-C. comme nous l'apprend Pline15. En 186 av. J.-C. est signalée une véritable uenatio à l'occasion des fastueux jeux votifs de M. Fulvius Nobilior : Tite Live dit qu'on y donna une chasse au lion et à la panthère16. Il y en eut aussi en 169 av. J.-C. aux jeux du cirque donnés par les édiles curules P. Cornélius Scipion Nasica et P. Lentulus avec 63 Africanae (bestiae), 40 ours et éléphants17. Au début du iie s. av. J.-C. il devait y avoir déjà des importations d'animaux en provenance d'Afrique, grâce à Carrhage, si l'on comprend bien un passage du Poenulus de Plaute18. Les progrès de la uenatio durent provoquer l'arrivée massive de ces bêtes d'origine africaine dont une décision du Sénat interdit l'importation en Italie. Comme la première mention chiffrée d'une importation assez élevée de ces animaux est datée de 169 av. J.-C., et qu'elle est le fait de deux édiles curules, on peut penser que le plébiscite qui autorisait à nouveau leur importation datait de peu auparavant. Les causes de l'interdiction par le Sénat ne sont pas connues. Georges Ville en propose trois : la peur du danger, la lutte contre la puissance rivale carthaginoise19, le souci d'éviter la brigue et l'ambition des magistrats éditeurs de ces uenationes. Quoi qu'il en soit, il est plus logique et vraisemblable, pour un tribun de la plèbe, d'engager le combat contre l'interdiction du Sénat au moment où ce type de spectacle se met en place que lorsqu'il est déjà bien ancré dans les mœurs et s'est banalisé. De plus, rien ne prouve que ce plébiscite ait été un affront volontaire envers le Sénat.

  • 20 Certes, il faut noter que les sources sont lacunaires et que la production de bêtes sauvages lors (...)
  • 21 Cf. chapitre Ier, III/, 1/ le handicap de l'absence d'ascendance noble.

34On pourrait contester la datation proposée par Georges Ville. En effet, comme l'édilité de Scaurus se place sans ambiguïté en 58 av. J.-C. et comme Pline indique qu'après le plébiscite d'Aufidius, Scaurus fut le premier à faire venir 150 bêtes en Italie, il pourrait paraître étonnant que se soit écoulé plus d'un siècle entre la possibilité retrouvée, grâce à Cn. Aufidius, de faire venir des bêtes sauvages d'Afrique, et la présentation de 150 d'entre elles20. Mais cet argument n'est pas dirimant et la datation de 170 est d'autant plus vraisemblable que les premiers Aufidii connus comme sénateurs ou chevaliers apparaissent dans l'histoire au cours des années 180-170 av. J.-C. qui sont celles d'une intense activité politique des Fulvii21.

  • 22 C.I.L.XVI, 76 et VII, 18 ; R.E., A, 33 (P. v. Rohden), c. 2296 ; R.E., P, 2, c. 776.

35Le tribun de la plèbe Cn. Aufidius, auteur du plébiscite, fut peut-être, lui-même ou l'un de ses affranchis, à l'origine du surnom Panthera porté par un Aufidius dans la première moitié du II' s. ap. J.-C., originaire de Sarsina et chevalie22.

3. T ΩΦIΔΟΣ Π υ Πο [---] = [T. AUFIDIUS M. f. Po(plilia tribu)]

36iie s. av. J.-C. Entre 175 et 165 av. J.-C. Origine inconnue. Origine possible : Anagnia ?

37– sénateur.

38N 29, liste Ö. W.

39S.E.G., III, 1924, n° 451 (p. 98-99) = B.C.H., XLVIII, 1924 (p. 381 et suivantes), Corfou.

40Ποπλιος Κορ[νη] λιος / Γαιος νιος Βλασιων στρατηγος χαιρειν / λεγει αρχουσι // τε Κορκυαιων πρεσβευ ται Αμβρακιω /ται και /Αθαμανες εμοι προσ ηλθσαϖ ιν αντοις συγ / κλητονδω. Εγω αυτοις// συγκλητον εδωκα. / Σνγκλητου δογμα το/δε εστιν. ¯ Προημερων/ τριων Νωνων Κοιγτι/λιων εγκομερων γρα// Φομενον παρησαν/ Γναιος Εγνατιος Γαι/ ου υιος Στηλατινας, Τι/τοςΩΦιδιος Μαρκου υι/ ος Ποπιλιας, ΓαιοςΣεμ//βρωϖιος Λεικιου υι[ος/---].

41Publius Cornélius Blasio, fils de Caius, (pro) préteur [vous] souhaite le bonjour. Des ambassadeurs des Ambrakiotes et des Athamanes se sont adressés à moi afin que je les introduise auprès des sénateurs. Moi, je leur ai donné l'accès au Sénat. D'autre part, l'arrêt du sénat est [le suivant] : « le 3e jour avant les nones de Quintilios, il a été décidé ce qui suit en présence de Cnaius Egnatius, fils de Caius, de la tribu Stelatina, Titus Ofidius, fils de Marcus, de la tribu Poplilia, Caius Sembronius, fils de Lucius...

42L'inscription, écrite en grec, trouvée à Corfou, comporte le commencement d'une lettre écrite par le préteur P. Cornélius Blasio aux magistrats et au peuple de Corcyre (1. 1-12), accompagnée de la transcription du sénatus-consulte voté par le sénat en réponse à la requête. De ce sénatus-consulte nous n'avons que le tout début des dispositions où sont nommés les sénateurs témoins de l'acte. C'est une partie de ce texte qui est citée en référence.

  • 23 Broughton (T. Robert S.), The Magistrates of the Roman Republic, New York, American Philolo (...)

43Ce document pourrait être daté entre 175 et 160 av. J.-C.23

  • 24 Cf. Taylor (Lily Ross), VD.
  • 25 I.G.R.R.P., IV, 262, Adramyttium et Athenaeum, XV, 1937, Passerini, p. 252, n° 5, Smyrna. C (...)
  • 26 Kubitschek, Imperium Romanum Tributim descriptum et Ross-Taylor, op. cit., p. 159-161.
  • 27 Seule Verona nous a fourni un document où est attesté le nomen Aufidius. Encore ne s'agit-il que d (...)

44Cette orthographe du nom gentilice est unique24. L'intérêt de la mention de ce sénateur est sa dénomination complète avec filiation et tribu. Il est l'un des deux sénateurs républicains de la gens dont nous connaissions la tribu. L'autre, Cn. Auf [idius..,]na (tribu)25 a une tribu et un prénom différents. Son nom figure sur un document daté de la seconde moitié du iie s. av. J.-C. Nous avons ainsi la preuve qu'il existait au moins deux branches chez les Aufidii sénatoriaux à cette époque. Quant à la tribu « Pop(l)ilia », c'est-à-dire Poblilia, elle n'est connue qu'en Italie et peu de cités y étaient rangées26. Parmi elles, dans le Latium, se trouvaient Aletrium, Anagnia, Ferentinum et Cales ; dans la Ligurie, Album Ingaunum et dans la Vénétie, Verona27.

  • 28 Ces trois cités sont proches les unes des autres, sur la via Latina ou à sa proximité immédiate et (...)
  • 29 C.I.L., X, 5515, Aufidia Fregellana épouse d'un Cn. Roscius Primus. Mais l'inscription semb (...)

45Le Latium étant l'une des régions de la péninsule italienne qui a fourni le plus de documents sur les Aufidii et où il existe de fortes présomptions pour que plusieurs d'entre ceux qui vécurent sous la République, sénateurs, chevaliers ou simples notables en fussent originaires, c'est sans doute dans l'une des trois premières cités du Latium mentionnées qu'habitait T. Ofidius M. f. Poblilia Tribu28. Les parentèles connues des Aufidii de la République sont relativement nombreuses dans le Latium. On en connaît à proximité des trois cités inscrites dans la tribu Poblilia, à Aquinum29

  • 30 Pour ce qui est des Aufidii, Tarracina a révélé trois inscriptions C.I.L., X, 6327, Q. Aufidius . (...)

46Aletrium, Anagnia et Ferentinum apparaissent idéalement situées au centre d'une toile tissée par des relations familales au sens large (cf. carte n° 7). Des trois cités, Anagnia est la plus probable parce que, tout comme Fundi, Formiae, Minturnae et Tarracina, elle comptait des citoyens avant la Guerre Sociale et qu'un grand nombre de sénateurs en furent natifs sous la République30.

4. M. AUF [IDIUS] RUS [TICUS ?]

47iie s. av. J.-C. Vers 150-125 av. J.-C. Origine inconnue.

48– monetalis.

Sources et bibliographie

  1. Babelon, Description historique et chronologique des monnaies de la République romaine, t. I, Paris, 1885 (= Bab.). Cf. Mommsen, Geschichtedes romischen Munzwesens, Berlin, 1860 (= RM. W.S.) ; Grueber, Coins of the Roman Republic in the British Muséum (= BMC – BMCRR) ; Bahrfeldt, Nachtràge und Berichtigungen zur Munzkunde der romischen Republik (=Bahrf).
  2. C.I.L., I, 321.
  3. Grant (Michael), From Imperium to Auctoritas, Cambridge, 1946 (=FITA).
  4. Crawford (Michael H.), Roman Republican Coinage, I, Introduction and catalogue, Cambridge, University Press, 1974 (=RRC).
  5. Banti (Alberto), CorpusNummorun Romanorum, Monetazione republicana, Florence, A. Banti, 1980 (= CNR).

Le corpus monétaire

49n° 1. Denier = Bab., 1 ; RRC., 227, la ; CNR., 2. Cf. photographies n° 9 et 10.

  • À l’avers, tête de la déesse Rome à droite avec casque ailé ; au-dessous de son menton, à droite : RVS = Rus [ticus] ; en bas à gauche, derrière elle : XVI ; points autour.
  • Au revers : Jupiter dans un quadrige au galop à droite ; tenant un sceptre et les rênes dans la main gauche, et lançant la foudre avec la droite ; au-dessus du quadrige (à droite) : M. AVF., ces trois dernières lettres en une ligature ; en exergue : Roma. Ligne de bordure.

50n 2. Denier = RRC., 227, lb ; CNR., 1.

  • Semblable au précédent.
  • Semblable, mais : M. AVF. seul.

51n 3. Denarius = RRC., 227, le ; BMCRR., Rome, 924 ; CNR., 3.

  • Semblable mais en haut à gauche : XVI.
  • Semblable.

52n 4 Denarius : RRC., 227, ld (planche XXXV) ; BMCRR, Rome, 925 ; CNR., 4.

  • Semblable, mais en haut à gauche IVX.
  • Semblable.
  • 31 Cf. Zehnacker (Hubert), Moneta. Recherches sur l'organisation et l'art des émissions monétaires de (...)

53M. Aufidius Rusticus est le seul monetalis sûr de la gens. Les monnaies n° 1 à 4 permettent de savoir que M. Aufidius fut l'un des quatre monetales qui frappèrent des deniers à la nouvelle valeur, XVI, au lendemain de la réforme monétaire qui suivit l'action politique et financière de Ti. Gracchus. Le style de ces monnaies correspond aux années 140-130 av. J.-C.31

54La symbolique classique de ces monnaies – tête casquée de la déesse Roma, quadrige de Jupiter avec ses attributs, (photograhie n° 10) – ne traduit vraisemblablement rien d'autre que l'« intégration » des Aufidii à Rome, à l'État et à ses institutions. C'est en effet dans ce courant du iie s. av. J.-C. qu'apparaissent les premiers Aufidii à Rome, comme sénateurs ou proches du milieu sénatorial. Dans ce contexte, le cas de M. Aufidius Rusticus s'insère bien : la charge de triumvir monetalis, l'une des charges préliminaires pour les sénateurs et les chevaliers et le surnom supposé s'accordent avec un homme d'origine italienne dont la famille s'est sans doute depuis peu rapprochée de Rome, ce qui n'exclut pas pour autant qu'elle ait acquis une certaine richesse et qu'elle ait conservé des attaches dans son foyer primitif.

55Le prénom Marcus a été porté par six Aufidii au moins durant la République, dont deux sont contemporains, à une génération près, de M. Aufidius Rusticus.

  • Le plus ancien est M. Aufidius, connu comme redemptor de la garde du Capitole au moment des travaux qui y furent faits en 17932. Il est probable que cet Aufidius n'était qu'un chevalier. Babelon se demande si le monetalis du milieu du iie s. ne serait pas son fils33. Rien ne s'y oppose chronologiquement ni socialement. Mais aucun indice ne vient corroborer cette hypothèse.
  • Un autre personnage pourrait être rapproché du monetalis : T. Ofidius, fils de Marcus, inscrit dans la tribu Poblilia, mentionné sur le sénatus-consulte des Ambrakiotes et des Athamanes34, qui pourrait être son frère.

5. CN. AUF[IDIUS……]NA TRIBU

56iie s. av. J.-C.

57Origine inconnue. Origine possible : campanienne. Puteoli Tribu Falerna ?

58– sénateur.

59« Senatus consultum de agro Pergameno » :

  • doc. À, Adramyttium, I.G.R.R.P., IV, 262, complété par...
  • doc. B, Smyrna, A.E., 1935, 173 (p. 153-154) avec commentaire in Athenaeum, XV, 1937, Passerini, p. 252-271, notamment, 51, p. 271 : Γναιος ΑνΦ[---] να (ι).
  • 35 La restitution Auf[idius] est incertaine. Ce pourrait aussi bien être Auf[eius], nom gentilice att (...)
  • 36 Pour une présentation commode des documents connus sous ce nom, il convient de consulter le recuei (...)
  • 37 La très abondante bibliographie citée dans le recueil de Robert K. Sherk (Op. cit., supra) en fait (...)
  • 38 L'ensemble des fragments provient de deux cités, Adramyttium et Smyrna. Le texte provenant de la p (...)
  • 39 Par exemple, dans les deux textes d'Adramyttium et de Smyrne, le prénom Marcus est orthographié av (...)

60Le début du nom gentilice35 et la fin d'une tribu figurent au cinquante et unième rang parmi les noms des sénateurs qui ont contribué au sénatus-consulte dit de agro Pergameno36.L'ensemble des fragments de textes étudiés sous ce nom posent de très nombreux problèmes de date37. 129 et 101 sont les deux dates proposées. La datation est rendue très difficile par les nombreuses lacunes des textes38 et les particularités orthographiques liées à une gravure en grec39.

  • 40 L'ensemble des hypothèses et des analyses possibles est fourni dans notre thèse, p. 34-43.

61La filiation du sénateur M. Auflidius..,]na est inconnue. N'ont été conservées à la suite que les deux dernières lettres d'une tribu en -na. L'espace compris entre la fin du nomen restitué Aufidius et ces deux dernières lettres de la tribu pourrait correspondre à une dizaine de lettres, ce qui limite le choix des restitutions possibles40 en tenant compte qu'en grec la filiation est indiquée par le prénom du père seul au génitif. Les tribus Falerna, Quirina et Velina sont les trois possibles. Quoiqu'aucune ne puisse être écartée, il semble que seules la tribu Falerna et la tribu Velina doivent être retenues et sont plausibles.

  • 41 C.I.L., IX, 5623. le critère de datation est ici la graphie ei pour ii dans les verbes. L'i (...)

62Parmi les cités dont les citoyens étaient inscrits dans la tribu Velina, seule Septempeda nous a livré une inscription d'époque républicaine d'un affranchi : M. Aufidius M. I. Lucrio41. Du point de vue des Aufidii, seul Q. Aufidius Q. f. Secundus (CIL., II, 4197, Tarraco. Notice 52), originaire de Palma et qui vécut entre 120 et 180 ap. J.-C. est inscrit dans la tribu Velina. Il est impossible d'en tirer la mondre conclusion pour le cas qui nous intéresse ici.

63La tribu Falerna quant à elle était représentée dans le Latium et surtout en Campanie, notamment avec les cités de Capua, Nola et Puteoli qui ont respectivement fourni les noms de deux, un et douze Aufidii. Mais aucun d'entre eux n'est datable du iie s. av. J.-C. et la seule inscription qui pourrait nous faire connaître un citoyen du ier s. av. J.-C. (C.I.L., X, 4025), ne contient pas les indices onomastiques favorables à un rapprochement avec le sénateur du sénatus-consulte. En effet, le citoyen de Puteoli, M. Aufidius Fal(erna) (tribu) est L(ucii) fiilius). C'est l'ensemble constitué par le groupe prénom du père-début du nom de la tribu qui ne trouverait pas sa place dans l'espace lacunaire du sénatus-consulte. À cela on pourrait ajouter qu'aucun des sénateurs ni des chevaliers républicains connus de la gens ne porte le prénom Lucius. Néanmoins le contexte économique et culturel campanien conviendrait davantage à notre sénateur que celui des cités correspondant à la tribu Velina.

64Il faut aussi tenir compte de la chronologie. Trois hypothèses doivent être examinées selon que l'on retient la date de 129 ou celle de 101.

  • 42 I.G., XII, 722. Cf. notice n° 9.
  • 43 Cf. la notice n° 9 le concernant.

651 - Cn. Auf[idius...]na tribu pourrait-il être le même homme que Cn. Aufidius Cn. f., gouverneur de l'Asie vers 108-106 av. J.-C.42 Si l'on retient la date de 129, l'identité est possible et plausible dans la mesure où le gouverneur de 108 pouvait déjà être sénateur dans les années 120. Toutefois, cela signifierait qu'il aurait exercé sa fonction prétorienne à un âge avancé. Une telle carrière se développant lentement conviendrait à un sénateur d'origine plébéienne qui n'a pas de relations exceptionnelles. Mais la date proposée pour ce gouvernement d'Asie est elle-même très incertaine43 et sous-entend pratiquement son identité avec un autre sénateur : le père adoptif de Cn. Orestes.

66Si le sénatus-consulte de agro Pergameno date de 101, deux questions se posent. Est-il concevable que Cn. Aufidius, qui avait été gouverneur de cette province en 108, c'est-à-dire peu de temps avant que ne surgisse la difficulté entre publicains et Pergaméniens n'ait pas été confronté à un tel problème Et surtout, pourquoi, après avoir été le gouverneur de la province ne figure-t-il qu'au 51e rang, parmi les tout derniers sénateurs ?

  • 44 I.G., XIV, 612. Cf. notice n° 10.

672 - Une deuxième identification peut être proposée. Elle concerne Cn. Aufidius T. f. honoré par la cité de Rhegium pour sa conduite de grande valeur44. Lui aussi était gouverneur de province. Le texte de Rhegium est daté, sans plus de précision, de la fin du iie s., voire du tout début du ier s. Cette datation large est compatible avec le sénatus-consulte de agro Pergameno.

  • 45 Cf. notice n° 8 : Cicéron, De domo, XIII, 35 ; De finibus, V, 54.
  • 46 Cicéron, Tusc., V, 38, 112 : Cn. Aufidius, praetorius, et in senatu sententiam dicebat, nec amicis (...)

683 - La dernière hypothèse concerne Cn. Aufidius, père adoptif d'Orestes. Comme il est connu par des sources littéraire45, seul son prénom nous est parvenu ce qui rend possibles toutes les filiations. Il fut préteur dans les années 108 et n'atteignit jamais le consulat. Il a cependant pu exercer une fonction prétorienne comme gouverneur de province. En confrontant tous les textes de Cicéron qui le décrivent, on sait que le père adoptif d'Orestes vécut longtemps et qu'il était sans doute déjà un homme mûr du temps de la jeunesse de Cicéron. De telle sorte, sans forcer les textes, il est possible de l'identifier avec le sénateur du sénatus-consulte de agro Pergameno aussi bien pour 129 que pour 101. Les implications pour l'interprétation de sa carrière sont relativement simples. Membre du consilium en 129, il serait en début de carrière. Membre du consilium en 101, il remplirait honnêtement son rôle de sénateur expérimenté. Cicéron dit qu'il « donnait son avis au sénat, était toujours prêt à venir en aide à ses amis dans leurs délibérations »46.

69L'hypothèse la plus séduisante serait la suivante : Cn. Auf[idius...]na tribu sénateur, conseiller en 129 av. J.-C., préteur vers 108, gouverneur de province à la fin du iie s., fait proxène par Rhegium, ou bien Cn. Aufidius, préteur en 108, gouverneur de province à la fin du iie s., fait proxène par Rhegium et conseiller en 101 av. J.-C.. Un tel personnage porterait le nom de Cn. Aufidius T. f. Falerna tribu ou Velina tribu.

  • 47 Broughton (T. Robert S.), MRR, vol. I., p. 551 et note 2, p. 552 ; p. 553 ; vol. II, p. 488 (...)

70Cependant on n'est pas obligé de rapprocher tous les textes. Si cette hypothèse est plausible, elle n'est pas forcément la meilleure. Pour Broughton47, Cn. Auf]idius...]na tribu du sénatus-consulte de agro Pergameno est le même que Cn. Aufidius T. f. de l'inscription de Rhegium, mais est différent du Cn. Aufidius père adoptif d'Orestes.

  • 48 Manganaro (Giacomo), in Kokabs, IX, 1963, p. 208.

71Pour Manganaro48, Cn. Aufidius père adoptif d'Orestes est le même que le gouverneur de l'inscription de Rhegium, Cn. Aufidius T. f., mais est différent du Cn. Auf]idius...]na tribu du sénatus-consulte de agro Pergameno.

72Pour des raisons onomastiques, chronologiques, d'environnement économique et culturel, c'est la tribu Falerna, avec la cité de Puteoli que nous jugeons la plus probable. Quant à la filiation, inconnue, il y a autant de raisons d'opter pour Cn. f. que pour T. f. C'est un choix impossible. Un sénateur du nom de Cn. Aufidius T. f. Falerna tribu serait idéalement intégré en Campanie et parmi les Aufidii.

6. L. AUFIDIUS BASSUS M. f. MAIOR

73iie s. av. J.-C. Origine inconnue.

74– Résident à Athènes. Citoyen romain vers 125-120 av. J.-C. ?

75C.I.L., III, 7279, et I.G., III, 181 d Athènes : 1. 1 à 4, en grec :σ]τρατηγουν[τος]/ επι ουςοπλειτ[ας]/ θεοπαιθου[ς].

761. 5 à 7 en latin (après un interligne plus large) : L(ucius) Aufidius Bassus M(arci) [f(ilius)]/Maior/Aesculapio et Valetudin[i].

  • 49 Cf. notice n° 7.
  • 50 La descendance entre L. Aufidius M. f. Bassus à Athènes et L. Aufidius L. f. [Minor ] qui fut banq (...)

77L. Aufidius Bassus Maior, fils de Lucius, pourrait être le père de L. Aufidius L. f. qui pratiquait la banque à Délos49. Parmi les affranchis de celui-ci est connu un L. Aufidius Dorotheus Minor dont le second surnom provient peut-être de son patron50. Minor et Maior sont en effet des indices relatif à la génération (Cf. stemma 1).

  • 51 Studiapontica, III, n° 72a.

78Le premier surnom de ce personnage, Bassus, se retrouve sur une inscription de Neoclaudiopolis51 qui ne semble pas chronologiquement très éloignée des inscriptions des Aufidii de Délos et Ténos. La reconstitution généalogique est fondée sur les surnoms eux-mêmes et leur transmission. Elle est certes critiquable. Le banquier de Délos n'est pas nommément désigné comme L. Aufidius Bassus et il n'est donc pas certain que la succession des générations soit aussi simple et parfaite que le suggèrent le contexte géographique et socio-économique.

  • 52 En dehors de cette inscription on n'en connaît qu'une autre, de même époque apparemment : I.G., II (...)

79Selon toute vraisemblance, L. Aufidius Bassus Maior avait un affranchi, une inscription attique d'époque romaine (I.G., III, 3403) portant en effet la mention en grec Lucius/Aufidius/Phileros52.

7. L. AUFIDIUS L. f.

80Mi iie s. av. J.-C.

81Origine inconnue.

82Délos puis Ténos.

83– Banquier, romain ou italien (rhomaios). R.E., A, n° 16.

84N° 16, liste Ö. W. (mort vers 90/80 av. J.-C.).

  • I. G., XII, 860, Ténos (concerne également son fils, L. Aufidius L. f. Bassus, notice n° 11).
  • B.C.H., 36, 1912, p. 212, n° 32, Délos. Graffito dans une chambre de la maison du lac : Lucius Aufidius, deux fois.
  • B.C.H., 34, 1910, p. 398-399, n° 44, Délos. Deux fragments de marbre blanc qui se raccordent et forment un orthostate de base.

85Document qui indique que L. Aufidius L. f. s'occupait de banque.

  • B.C.H., 34, 1910, p. 398-399, n° 45. Orthostate d'une base en marbre blanc. Peut-être un élément de plaque à rattacher au précédent document.
  • B.C.H., 33, 1909, n° 16 = CH., I, 2236 = I.G.R.R.P., 760. Bloc de marbre blanc.

86Inscription bilingue avec mention d'un affranchi de L. Aufidius et C. Aufidius.

  • B.C.H., 36,1912, p. 19-20, n° 3 = I.G., 89, Rhénée.

87Stèle funéraire en marbre blanc.

88Possible mention d'un affranchi du banquier.

  • 53 Cette question est discutée par Roland Etienne, Ténos et les Cyclades du milieu du iv (...)

89L. Aufidius s'occupait de banque à Délos d'une part (B.C.H., 34, 1910, n° 44 et 45) et à Ténos d'autre part (I.G., XII, 5, 860)53.

  • 54 Cf. Hatzfeld (J.), « Les Italiens résidant à Délos », in B.C.H., 36, 1912, p. 19-20, n° 4 qui dit (...)

90L'affranchi qui l'honore d'une statue à Délos dit qu'il « a fait » des opérations de banque – aoriste –, ce qui signifie probablement qu'il n'était plus là lorsque la dédicace a été faite, non qu'il soit mort, mais bien plutôt parce qu'il avait dû quitter l'île et qu'il était désormais à Ténos comme nous l'apprend la grande inscription de cette cité qui honore son fils, L. Aufidius L. f. Bassus54.

  • 55 La bibliographie récente fondamentale repose essentiellement sur Migeotte (Léopold), L'emprunt pub (...)

91La grande inscription honorifique de Ténos situe l'aide de L. Aufidius L. f. au moment de la « guerre commune » et des incursions continuelles des pirates. L'interprétation de ces faits divise les historiens55. Ce koinos polemos est soit la guerre contre Mithridate, soit la piraterie d'avant 66. L'inscription honorifique de Ténos n'indique pas si L. Aufidius L. f. se rendît jamais à Ténos, contrairement à son fils L. Aufidius L. f. Bassus.

92On ignore quand est né L. Aufidius L. f., mais on peut inférer du texte de Ténos qui nous présente les prêts qu'il accorda et les délais successifs de remboursement, qu'il mourut vers le milieu du ier s. av. J.-C. Sans doute est-il déjà mort au moment de la consécration de la base qui fait l'objet du long texte honorifique de Ténos. Il est donc probable qu'il naquit dans le dernier tiers du iie s. av. J.-C.

  • 56 B.C.H., 36, 1912, p. 212, n32.
  • 57 Sur la pratique du double surnom, cf. Fabre (Georges), Libertus. Patrons et affranchis à Rome, Rom (...)
  • 58 E.FA. – fasc. 30, n° 333 (I.G., IV, 89 = B.C.H., 36, 1912, n° 3).

93À Délos où il avait une banque avant 88 av. J.-C., il séjourna peut-être dans la maison du lac56. Dans cette île il avait au moins deux affranchis, et peut-être un troisième. Le premier est celui qui lui consacra une statue et le nomma patron et bienfaiteur (B.C.H., 34, 1910, n° 44). Un autre affranchi, L. Aufidius Dorotheus Minor (B.C.H., 33, 1909, n° 16)57 qui dut son affranchissement à la fois à L. Aufidius et à un autre individu, possiblement Aufidius, prénommé Caius. Enfin, une inscription provenant selon toute vraisemblance de Rhénée, île proche de Délos et de Ténos, mentionne un L. Aufidius Damas58.

  • 59 Tout cela est d'ailleurs relatif. Le ton laudatif est propre à ce genre de texte. Le contexte juri (...)
  • 60 Migeotte (Léopold), op. cit., p. 228.

94La richesse et la puissance de L. Aufidius L. f. apparaissent dans le texte de Ténos. Les sommes importantes qu'il a prêtées, sa patience dans l'attente des remboursements, les remises et réductions d'intérêts qui ont été consenties59, tout suggère l'aisance financière. Sans doute se serait-il montré « moins conciliant et moins généreux s'il n'avait pas disposé d'une grosse fortune personnelle : les banquiers et les hommes d'affaires travaillant avec les fonds de leurs mandataires ou dépositaires ne pouvaient courir tant de risques »60.

95L'origine et l'importance exacte de cette fortune et de cette richesse se laissent à peine et difficilement deviner. L'inscription honorifique des Athéniens, des Romains et de tous les autres étrangers à Délos (B.C.H., 34, 1910, n° 44) est faite à la fois par les marchands, les armateurs et « ceux qui travaillent dans la banque ». Sachant l'importance de Délos au début du ier s. av. J.-C. comme plaque tournante du commerce oriental et comme grand marché d'esclaves, il faut voir dans l'intervention simultanée de ces trois groupes non seulement le signe de leur évidente complémentarité, mais aussi un indice de la part prise par L. Aufidius L. f. dans ces affaires. Peut-être une partie de sa richesse résultait-elle du commerce.

  • 61 B.C.H., 6, p. 343, n° 57 ; p. 457, n° 5 ; p. 328, n° 22 ; B.C.H., 32, p. 426, n° 32 ; B.C.H (...)
  • 62 Aufidius Baebianus, Aufidius Bassus et Aufidis Lo[l]-lianus, Studia Pontica, III, n° 72a. Cf. noti (...)

96L'un de ses affranchis, L. Aufidius Dorotheus Minor, figure sur une inscription collective des Hermaïstes, des Apolloniastes et des Posidoniastes consacrée à Zeus Ourios, dieu protecteur des matelots, dont le sanctuaire était situé à Hiéron près de Chalcédoine. Son culte, bien attesté à Délos par plusieurs inscriptions61, semble avoir été apporté dans l'île par des marchands du Pont-Euxin. Certes, il ne s'agit pas d'une dévotion particulière de L. Aufidius Dorotheus Minor à cette divinité, et le cosmopolitisme délien est tel que l'hypothèse ici suggérée par ce rapprochement semble faible. Néanmoins, l'éventualité d'un lien quelconque entre la richesse de L. Aufidius L. f. et le commerce du Pont-Euxin ou du moins de l'Asie ne doit pas être exclue. On connaît trois Aufidii à Neoclaudiopolis à la fin du ier s. av. J.-C. ou au début du ier s. ap. J.-C. qui pourraient être des descendants des deux Aufidii (Bassi) de Délos et Ténos62. L'un de ces Romains ou Italiens y porte en effet le surnom Bassus (cf. stemma n° 1).

8 CN. AUFIDIUS [T. f. (1*) ou CN. f. (2*)]63

  • 63 Le cas de cet individu est l'un des plus délicats de tout le corpus. En effet, si le préteur Cn. A (...)

97iie s. av. J.-C. - années 90 av. J.-C. Origine inconnue.

  • Préteur vers 94 av. J.-C. et père adoptif d'Aurelius Orestes.
  • Gouverneur de l'Asie vers 107-106 av. J.-C.
  • R.E., A, n° 6 (Klebs), c. 2289, le père adoptif d'Aurelius Orestes = n° 12, liste Ö. W.
  • RE., A, n° 7 (Klebs), c. 2289, praetor, propraetor Asiae : 107-106 av. J.-C. = n° 11, liste Ö. W.

98Cicéron, De finibus, V, 54 :

99Equidem e Cn. Aufidio, praetorio, erudito homine, oculis capto, saepe audiebam, cum se lucis magis quam utilitatis desiderio moueri diceret.

100« Pour moi, je me souviens d'avoir souvent ouï dire à Cn. Aufidius, homme très savant, ancien préteur, qui était devenu aveugle, que ce dont le regret l'affectait surtout, c'était la lumière elle-même plutôt que son utilité ».

101Cicéron, Tusc., V, 38, 112 :

102Pueris nobis, Cn. Aufidus praetorius et in senatu sententiam dicebat nec amicis deliberantibus decrat et graecam scribebat historiam et uidebat in litteris.

103« Dans mon enfance, Cn. Aufidius, ancien préteur, donnait son avis au Sénat, était toujours prêt à venir en aide à ses amis dans leurs délibérations, écrivait une histoire en grec et était clairvoyant dans ses travaux littéraires ».

104Cicéron, De domo, XIII, 35 :

105Non aetas eius qui adoptabat est quaesita, ut in Cn. Aufidio, M. Pupio, quorum uterque n° tra memoria summa senectute alter Orestem, alter Pisonem adoptauit ; quas adoptiones, sicut alias innumerabiles, bereditates nominis, pecuniae, sacrorum secutae sunt.

106« On n'a pas demandé l'âge du père adoptif, comme pour Cn. Aufidius et M. Pupius, que nous avons vus adopter dans une extrême vieillesse, l'un Orestes, l'autre Pison ; adoptions qui, comme une infinité d'autres, ont entraîné le droit de succéder au nom, à la fortune et au culte ».

107I.G., XIV, 612, Rhegium. Cn. Aufidius y est dit strategos.

108Еπι πρυτανιος Νικαδρου του Νικοδαμου, βουλας προστατεοντος Σωσιπολιος του Δαματριου Χιωι Ιππιου δυοδεκαι εδοξε ται αλια / καθαπερ ται εσκλητωι και ται βουλαι. επει οστραταγος των Ρωμαιων Γναιος ΑυΦιδιοςτιτου υιος ευνους υπαρχει ται αμα πολει, αξιος Φαινομενος / τας αυτουκαλοκαγαθιας, δεδοχθαι Γναιον ΑυΦιδιον Τιτου υιον σταρταγον Ρωμτοις Αθανιοις ελαια(ς) στεΦα/ νω και προξαονκαι ενεκεν ας εχωι διατελει εις τον δαμον των Ρηγι/ νων ταν δε βουλαν το αλιασμα κολἁαμεμναν εις χαλκωματα δισσα το μεν αναθεμεί εις το μεν αναθεμεί εις το βουλευτηριον. το δε αποστειλαι Γναιου ΑυΦιδιου.

109I.G., XII, 5, 722, Andros. Cn. Aufidius y est dit, 1. 6., antistrategos sur un décret daté υπο Γναιου ΑυΦιδιου Γναιου υοναντιστρατηγου (cf. Le Bas, Expédition de Morée, III, 1838, 12sqq.).

  • 64 Cicéron, Pro Cn. Plancio, XXI, 52. Cf. notice n° 13.

110Cn. Aufidius fut préteur à la fin du iie s. av. J.-C. C'est la seule certitude concernant sa carrière. Nous savons également qu'il adopta dans sa vieillesse Aurelius Orestes qui, devenu Cn. Aufidius Orestes, sera consul en 71 av. J.-C64. De l'homme public nous savons encore, toujours grâce à Cicéron, qu'il était écouté de ses pairs, vraisemblablement en raison à la fois de ses connaissances et de l'expérience que son âge lui donnait.

  • 65 Quintilien, Institution oratoire, X, &, 103. Cf. notice n° 35.

111Connaissances et expérience rassortissent aussi bien à l'homme public qu'à l'homme privé qui écrivait une histoire en grec dont Cicéron est le seul à parler et qui n'a laissé aucune trace. Cn. Aufidius n'a d'autre point commun avec l'historien Aufidius Bassus que le nom gentilice65.

112L'homme privé n'est connu que par un détail. Il était aveugle. On ignore à partir de quand.

113La confrontation de toutes les informations recueillies dans les trois textes de Cicéron permet de situer la préture de Cn. Aufidius dans la dernière décennie du iie s. av. J.-C. Dans les Tusculanes, Cicéron parle de l'ancien préteur-praetorius – en disant « dans mon enfance », pueris. Ce terme désignait le jeune homme jusqu'à 17 ans. Cicéron étant né en 106, c'est avant cette date que Cn. Aufidius fut préteur ou au tout début de l'enfance de Cicéron. Dans le De finibus, il rapporte qu'il se souvient « d'avoir souvent ouï dire à Cn. Aufidius [...] ancien préteur » devenu aveugle, quelque chose sur la lumière. Le souvenir en question renvoie à un passé relativement éloigné pour la cécité et encore plus pour le rang de préteur.

  • 66 Valère Maxime, VII, 7, § 6-7.

114Une confirmation de cette interprétation semble pouvoir se déduire grâce à un passage de Valère Maxime où l'on apprend que le fils adoptif de Cn. Aufidius, « Cn. Aufidius Orestes, préteur de la Ville » eut à connaître d'une affaire de succession66. En désignant dans ce passage le préteur urbain de 77 par le prénom Cnaeus, Valère Maxime indique sans doute qu'il est déjà adopté. En effet, il n'y a pas d'Aurelii prénommés Cnaeus à cette époque. Orestes est donc ici Cn. Aufidius Orestes [Aurelianus]. Si le préteur de 77 a exercé sa magistrature suo anno, cela signifie qu'il est né au plus tard en 107. Comme le but de son adoption par Cn. Aufidius dans sa vieillesse était à l'évidence l'espoir d'assurer à la gens un consul, il faut penser que Cn. Aufidius attendit d'être certain de ne jamais être lui-même consul, et de trouver une famille dont l'un des fils pourrait lui assurer de parvenir à cette magistrature suprême.

  • 67 Cf. Waddington (W. H.), Fastes des provinces asiatiques de l'Empire romain, Paris, 1872, n° 26.

115Les années 107-106 sont donc déterminantes. Elles semblent constituer le terme ultime pour placer la préture de Cn. Aufidius. Et c'est à partir de cette observation sans doute67 qu'a été proposée la date de 108 pour la préture, reprise depuis par tous les historiens comme une certitude.

116L'existence de deux documents épigraphiques approximativement datés de la fin du iie s. ou du début du ier s. av. J.-C. vient compléter ce dossier. Ils ont en commun de présenter chacun un Cn. Aufidius manifestement hellénophile ou hellénophone. Les deux inscriptions, en grec, désignent un gouverneur de province.

  • 68 Cela est visible à travers le texte (1*) I.G., XIV, 612, dans la structure du gouvernement de la c (...)
  • 69 (2*) I.G., XII, 5, 722.

117Le premier document provient de Reggio, cité d'origine grecque dont elle a conservé les marques de la civilisation68. Le second provient de l'île d'Andros et consiste en un décret des habitants d'Adramyttium, cité de la côte d'Asie Mineure69.

  • 70 Cf. Wiseman (T. P.), « practice and Theory in Roman Historiography », History, LXV1, 218 (1981), p (...)
  • 71 Cf. Marrou (Henri-Irénée), Histoire de l'éducation dans l'antiquité, Paris, 1948, notamment, dans (...)

118Il est tentant d'identifier Cn. Aufidius, préteur, avec un gouverneur de province de rang prétorien. Cicéron dit en effet de l'ancien préteur qu'il était un homme savant qui écrivait une histoire en grec, indices clairs de sa connaissance de la langue et de la civilisation grecques, caractéristiques des élites aristocratiques romaines : écrire l'histoire politique et des resgestae est une activité de prédilection pour un homme public70. Une telle identité conviendrait71.

  • 72 Broughton (T. Robert S.), MRR, vol. II, p. 551-553.
  • 73 Syme (Ronald), « Missing Senators », in Historia, IV, 1955, p. 52-71.
  • 74 Ross-Taylor (Lily), VD, IIe partie, « The Tribes of Republican Senators », p. 170-176 et 19 (...)

119Broughton72 date le gouvernement de Cn. Aufidius Cn. f. (2*) en Asie des environs de 106 et l'identifie au Cn. Aufidius de Cicéron, préteur en 107 av. J.-C., regroupant ainsi les n° 6 et 7 de la Realencyclopàdie. Syme ne propose aucune identification particulièr73. En revanche, Ross-Taylor74 identifie le préteur Cn. Aufidius comme le fils du sénateur Cn. Aufidius mentionné sur le sénatus-consulte de agro Pergameno. Dans ce cas, Cn. Aufidius T. f. (1*) et Cn. Aufidius Cn. f. (2*) n'ont aucun rapport avec le préteur mentioné par Cicéron.

  • 75 La difficulté de l'identification s'inscrit dans une perspective plus vaste ; celle de l'existence (...)

120Aucune de ces solutions n'est satisfaisante. La documentation ne permet pas de trancher. L'hypothèse la plus plausible est celle qui fait de Cn. Aufidius T. f. de l'inscription de Rhegium le même sénateur que l'ancien préteur de Cicéron parce que les renseignements multiples fournis par Cicéron, bref son portrait du préteur, correspondent au profil supposé d'un sénateur romain, gouverneur de province, honoré par une cité d'origine grecque comme proxène et évergète75.

9. CN. AUFIDIUS CN. f.

121ier s. av. J.-C.

122Origine inconnue.

123– gouverneur de province : antistrategos, probablement dAsie.

124I.G., XII, 5, 722, Andros (C.I.G., 2349b).

125RE., A, n° 7 (Klebs), c. 2289 = n° 11, liste Ö. W.

  • 76 L'éditeur du texte indique que la date est postérieure à 133 av. J.-C., ce qui, s'agissant d'une v (...)
  • 77 Waddington, Fastes des provinces asiatiques de l'Empire romain, Paris, 1872.

126Cette inscription est un décret des habitants d'Adramyttium en l'honneur d'un juge et de son greffier envoyés par la ville d'Andros sous le gouvernement de Cn. Aufidius fils de Cnaeus76. Waddington77 propose de l'identifier avec le préteur mentioné par Cicéron en s'appuyant sur deux arguments : le titre du gouverneur, antistrategos, qui désigne clairement un gouverneur propréteur de rang prétorien, et le fait que dans la jeunesse de Cicéron, soit à l'extrême fin du iie s., l'ancien préteur était déjà aveugle, ce qui suggère qu'il avait dû exercer ses magistratures et fonctions sénatoriales avant sa cécité. Cette identité entre les deux personnages des sources littéraires et épigraphique n'est pas imposssible. Il est certain que le gouvernement de la province asiatique récemment organisée par Rome conviendrait à un sénateur très savant qui connaissait le grec.

127La datation proposée par Waddington est presque trop précise et restrictive en ce sens qu'elle est la conséquence d'une idée de principe à savoir que ce gouverneur ne peut pas être Cn. Aufidius Orestes.

128En dernier lieu, Orjan Wikander a proposé 107-106.

10. CN. AUFIDIUS T. f.

129Fin du iie s. av. J.-C. Origine inconnue.

130– Gouverneur de province : strategos (= praetore)

131I.G., XIV, 612, Rhegium (texte en grec présenté avec la notice n° 8).

132« Nicandros, fils de Nicodamos, étant prytane ; Sosipolis, fils de Damatrios du dème de Chio, étant président de la boulé, le douze du mois d'Hippios, décision a été prise par l'assemblée du peuple, par l'assemblée par convocation et par la boulé (ce qui suit) : puisque le bienveillant préteur des Romains commande l'ensemble des villes en se montrant d'une conduite exemplaire (<de grande valeur>) de couronner Cn. Aufidius, fils de Titus, propréteur, d'une couronne d'olivier en présence des premiers Athéniens et de le faire proxène et évergète du peuple de Reggio lui et ses descendants à cause de la bienveillance qu'il a pour le peuple de Reggio ; et la boulé a décidé de faire figurer ce décret sur deux vases de bronze l'un mis dans le bouleuterion, et l'autre, d'autre part, envoyé à Cn. Aufidius ».

  • 78 La datation repose essentiellement sur l'analyse de la structure politique de la cité telle qu'ell (...)
  • 79 Manganaro (Ciacomo), in Kokalos, IX, 1963, p. 208.

133Ce décret de proxénie du peuple de Reggio en l'honneur du propréteur Cn. Aufidius T. f. date probablement de la fin du iie s. ou du début du ier s. av. J.-C78. On ne sait si la proxénie a été décidée parce que Cn. Aufidius pouvait s'occuper à Rome des intérêts de la fédération de Rhegium ou bien si c'était simplement un honneur envers un bienfaiteur et une manifestation de magnificence. Manganaro79 penche pour la première hypothèse car il estime qu'à la fin du iie s. av. J.-C., Reggio est une des cités de l'ancienne Grande Grèce qui a conservé le mieux les caractères de la vie politique et diplomatique sous la domination romaine. La proxénie, autrement dit l'hospitium, s'inscrirait donc dans le phénomène romain de la clientèle.

134Pour l'identification du sénateur honoré on retiendra que, dans les deux cas – soit rapport de clientèle, soit simple manifestation de magnificence –, il ne peut s'agir que d'un sénateur ayant suffisamment de poids politique à Rome et qui connaissait le grec ou d'un sénateur hellénophile. Dans les deux hypothèses, il a été préteur avant, vers la fin du iie s. av. J.-C.

  • 80 Dans ce contexte culturel hellénique, on doit ajouter qu'un Titus Aufidius, médecin grec originair (...)
  • 81 Cicéron, Tusc., V, 38, 112.
  • 82 Les exemples ne manquent pas, notamment dans le Pro Flacco, XIX, 45, à propos du gouverneur de la (...)

135Cela rend plausible et séduisante l'identification avec le préteur Cn. Aufidius, homme savant et aveugle, auteur d'une histoire en grec, bien connu de Cicéron80. Cette identification est d'autant plus probable que Cicéron décrit le préteur comme un homme serviable81. L'objection selon laquelle Cicéron n'en parle que comme d'un sénateur « prétorien » – n'est pas contradictoire. Cicéron désigne les sénateurs par leur rang dans la carrière et non pas, comme sur les textes épigraphiques, par la fonction que leur rang a pu leur procurer82. Quant au terme de praetorius, ancien préteur, plutôt que praetor, préteur, il nous indique que Cn. Aufidius ne fut jamais consul mais vécut longtemps après sa préture. C'est donc comme prétorien qu'il était au Sénat et conseillait.

136Peut enfin venir renforcer l'idée d'une identité entre les deux personnages le fait que Cn. Aufidius, ancien préteur, a adopté dans sa vieillesse Aurelius Orestes, issu d'une gens patricienne, qui avait déjà plusieurs consuls parmi ses ancêtres. Il faut voir dans cette adoption le signe que les Aufidii, d'origine plébeienne, ont atteint une certaine puissance et qu'il est temps de franchir la dernière étape, celle qui leur permettra de figurer parmi les familles consulaires.

137Replacés dans le cadre politique et culturel de l'Italie de la fin du iie s. et du début du ier s. av. J.-C., ces éléments rendent quasi certaine l'identité entre Cn. Aufidius fils de Titus et Cn. Aufidius, ancien préteur. On ne connaît aucun autre sénateur que celui-ci susceptible d'avoir été ainsi honoré par Rhegium.

11. L. AUFIDIUS L.f. BASSUS

138ier s. av. J.-C.

139Origine : italienne par son père. Délos ?

140– a repris les affaires de son père, banquier, à Ténos.

141I.G., XII, 5, 860 (= C.I.G., 2335), Ténos.

142RE., A, n° 16 (Klebs), c. 2291 = n° 33, liste Ö. W.

  • 83 Depuis sa découverte, ce long texte a fait l'objet de nombreux articles. Pour traduction et biblio (...)
  • 84 Andreau (Jean), « Activité financière et liens de parenté en Italie romaine », in Parenté e (...)

143L. Aufidius Bassus, fils du banquier de Délos a peut-être hérité son « métier » de son père. Le long décret honorifique en l'honneur de L. Aufidius Bassus83 insiste en effet sur les différentes manifestations de dévouement du fils après avoir succédé à son père, sur l'argent qu'il a donné au peuple, sur les remises qu'il a faites, mais il ne dit pas explicitement que le fils a été « trapézite ». Peut-être que « fidèle à l'activité financière, il ne l'aurait pas exercée sous la même forme que son père »84. Jean Andreau ne croit pas que les Aufidii Bassi aient été ni des sénateurs, ni des chevaliers. En tout cas, il est remarquable qu'aucun texte les concernant ne parle d'évergétisme ni de charges municipales qu'ils auraient exercées en Italie par exemple. De leur vie on ignore tout, mise à part cette courte séquence à Délos et Ténos.

  • 85 Migeotte (L.), op. cit., p. 64, suivi par Etienne (R.), op. cit., p. 138.

144Plus encore dans le cas du fils que dans celui du père, il faut s'interroger sur les sources de sa richesse. Ce texte est le seul document qui atteste la présence de L. Aufidius Bassus dans les Cydades, à Ténos ou ailleurs. Lorsque la cité de Ténos l'honore, dans la seconde moitié du ier s. au plus tard85, Aufidius Bassus n'est peut-être déjà plus dans l'île.

  • 86 Cf. Studia Pontica, III, 72a. Cf. notice n° 33.

145Le mystère qui entoure la vie de L. Aufidius Bassus conduit à s'interroger sur le rapport qu'il y a entre lui et les trois Aufidii de Neoclaudiopolis, fils d'un romanos et dont l'un est surnommé Bassus86.

12. M. VERGILIUS

146ier. s. av. J.-C. Origine inconnue.

  • Triumvir monetalis ?
  • Tribunus plebis en 87 av. J.-C.

147Cicéron, Brutus, 48, 179.

148T. Aufidius, qui vixit ad summam senectutem, volebat esse similis horum eratque et bonus vir et innocens, sed dicebat parum ; nec sa, e plus frater eius M. Vergilius qui tribunus plebis L. Sullae imperatore diem dixit. Eius collega P. Magius in dicendo paulo tamen copiosior.

149Pour Titus Aufidius, qui a vécu jusqu'à une extrême vieillesse, il aspirait à leur ressembler. C'était un homme honnête et irréprochable, mais il parlait trop peu en public ; son frère, M. Vergilius, ne parlait guère davantage. C'est lui qui, comme tribun de la plèbe, cita en justice Lucius Sylla, alors à la tête de l'armée <d'Asie>. Magius, collègue de Vergilius, avait un peu plus d'abondance oratoire.

150Plutarque, Sulla, X, 8.

151RE,V, n° 4.

  • 87 Nec saneplus Jrater eius M. Vergilius, indique Cicéron à propos de T. Aufidius. Le terme de(...)

152On a peu d'informations sur cet homme présenté par Cicéron comme le demi-frère ou le cousin de T. Aufidius87 (Cf. stemma 2).

  • 88 Carrière qui n'a probablement pas existé, parce que le peu de succès rencontré par cette accusatio (...)

153M. Vergilius n'est connu avec certitude que comme tribun de la plèbe, en 87 av. J.-C. parce qu'il intenta une action sans doute de maiestate contre Sylla, à l'instigation de Cinna, consul cette année. Mais aux dires de Plutarque, cette affaire tourna court, vraisemblablement du fait des piètres qualités d'orateur du tribun de la plèbe si l'on se fie à Cicéron. On ignore tout d'une hypothétique carrière après ce tribunat88.

  • 89 Hinard (François), Les proscriptions de la Rome républicaine, 1985, catalogue des proscrits (...)
  • 90 Id. ibid., catalogue des proscrits de 82 : Aufidius.

154F. Hinard fait un rapprochement entre ce M. Vergilius89, T. Aufidius et l'officier de Sertorius, Aufidius, qui participa au complot contre son chef et fut peut-être proscrit en 82 av. J.-C.90. Il y a de fait entre ces individus une commune hostilité à Sylla : c'est à l'instigation du démocrate Cinna que M. Vergilius assigne Sylla. Quant à Sertorius, il était attaché au parti de Marius, lui aussi démocrate. En outre, la plupart de ces hommes, Aufidii compris, étaient d'origine équestre. Les conséquences de ces attitudes anti-syllaniennes furent plutôt défavorables au groupe Aufidii-Vergilius.

  • 91 Cf. Schulze, Zur Geschichte lateinischer Eigennamen, 1904, p. 100-101. Une origine étrusque le rap (...)

155Le nomen Vergilius serait étrusque91.

13. CN. AUFIDIUS [CN. f.] ORESTES [AURELIANUS]

156Fin du iie s. av. J.-C. Mort en 55 av. J.-C. Né Aurelius, adopté par Cn. Aufidius.

  • Préteur urbain.
  • Consul en 71 av. J.-C.

157Cicéron, De domo, 35 :

158« On n'a pas demandé l'âge du père adoptif comme pour Cn. Aufidius et M. Pupius, que nous avons vus adopter dans une extrême vieillesse l'un Orestes et l'autre Pison ; adoptions qui, comme une infinité d'autres, ont entraîné le droit de succéder au nom, à la fortune et au culte ».

159Cicéron, Pro Cn. Plancio, XXI, 52 :

160Sed qui ego aedilicias repuisas conligo [...] Tribunus militum L. Philippus, summa nobilitate et eloquentia, quaestor C. Caelius, clarissimus ac fortissimus adulescens, tribuni plebis P. Rutilius Rufus, C. Fimbria, C. Cassius, Cn. Orestes facti non sunt, quos tamen omnis consules factos scimus esse.

161« Mais pourquoi dresser la liste des échecs à l'édilité [...]. Le tribun des soldats L. Philippus, homme de la plus haute noblesse et de la plus grande éloquence, le questeur C. Caelius, jeune homme particulièrement brillant et énergique, les tribuns de la plèbe P. Rutilius Rufus, C. Fimbria, C. Cassius, Cn. Orestes n'ont pas été élus édiles et pourtant nous savons que tous sont devenus consuls.

162Valère Maxime, VII, 7, 6-7 :

163« Que d'équité dans ce décret du consul Mamercus Emilius Lepidus ! Un certain Genucius, prêtre de Cybèle, avait obtenu de Cn. Orestes, préteur de la Ville, la restitution des biens de Naevianus, qui lui en avait transmis la possession par testament. Surdinus, dont le testateur était l'affranchi, en appela au tribunal de Mamercus, qui annula la décision du préteur, par la raison que Genucius s'étant dépouillé, par une mutilation volontaire, des organes de la génération ne devait compter ni parmi les hommes, ni parmi les femmes. Arrêt digne de Mamercus, digne d'un chef du sénat [...].

164Metellus se montra, dans la préture de Rome, bien plus sévère que ne l'avit été Orestes ». (Traduction, M. Nisard).

165Eutrope, VI, 7, 6 :

166Sexcentesimo octogesimo primo Urbis conditae antio P. Cornelio Lentulo et Cn. Aufidio Oreste consulibus, duo tantum gravia bella in imperio romano erant, Mithridaticum et Macedonicum.

167« L'an 681 de la fondation de Rome, sous le consulat de P. Cornélius Lentulus et de Cn. Aufidius Orestes, il n'y avait plus, dans l'empire romain, que deux guerres importantes, celle de Mithridate et celle de Macédoine ». (Traduction, M. Rat).

168Cicéron, De ojficiis, II, 58 :

169...ut Oresti nuperprandia in semitis decumae nomine magno honori fuerunt.

170«... C'est ainsi que récemment les repas d'Orestes, dans le rues, sous le nom de dîme, lui valurent une grande considération ».

171C.I.L., I, 898, tessère consulaire (Paris, Musée du Louvre, ex coll. Durant), 899, id., Capoue, amphithéâtre (= C.I.L., X 8070), 900 (= C.I.L., X, 720), tessère consulaire, Rome.

172C.I.L., X, 3783 [= C.I.L., I, 573], Capua, daté du consulat.

  • 92 Texte mentionné en référence. Cf. F. X. Ryan, « The aedilship of Cn. Aufidius Orestes », in Hermès (...)
  • 93 Cf. M. Gwyn Morgan, « Three notes on Varro's logistirici », in Muséum Helveticum, 31, 1974, p. 125 (...)

173Cn. Aufidius Orestes est le premier et seul consul républicain de la gens. Sa carrière est relativement bien connue, ce qui est rare pour les sénateurs de cette famille. Elle culmine avec le consulat exercé la même année que P. Cornélius Lentulus, en 71 av. J.-C. comme l'attestent cinq textes épigraphiques et le récit d'Eutrope. Grâce à Valère Maxime, on sait que Cn. Aufidius Orestes fut préteur urbain en 77 av. J.-C. Dans le Pro Cn. Plancio, Cicéron rapporte que Cn. Aufidius Orestes échoua à l'élection à l'édilité, une année inconnue mais que l'on peut supposer aux alentours de 80 av. J.-C. Il n'est pas sûr qu'il ait jamais obtenu l'édilité, et si ce fut le cas, il ne semble pas que ce soit à cette occasion qu'on doive placer « les repas d'Orestes » que mentionne Cicéron dans le De Ojficiis92.Les textes littéraires et épigraphiques ne nous apprennent rien d'autre directement sur la carrière de Cn. Aufidius Orestes. Mais un logistiricus portant le titre d'Orestes de insania, relatif à l'affaire du testament de Sempronius Tuditanus relatée par Valère Maxime (VII, 8, 1), laisse penser que l'Orestes éponyme du logistiricus n'est autre que Cn. Aufidius Orestes Aurelianus93 Cette affaire, qui doit se placer dans les années 80 av. J.-C. et qui fut plaidée devant le tribunal centumviral normalement présidé par un questeur, pourrait avoir été examinée par un Orestes. Cn. Aufidius Orestes put être questeur dans cette décennie.

  • 94 Broughton (T. Robert S.), MRR, vol. II, p. 93-96 et note 4, p. 96. Curieusement dans son to (...)

174Sa carrière serait donc la suivante. Après avoir échoué à l'élection pour l'édilité vers 80, il devient préteur urbain en 77. À partir de 76, il put exercer les fonctions prétoriennes. Broughton suggère qu'il fut gouverneur propréteur de Gaule Transalpine ou de Gaule Cisalpine94, En 71, il est consul. L'intervalle de cinq ans entre ses deux magistratures laisse supposer qu'il n'a pas exercé son consulat suo anno. En effet, l'âge minimum pour la préture était 30 ans et celui du consulat 33 ans, soit un intervalle de deux ans. Dans le cas de Cn. Aufidius, les cinq années laissent la place à plusieurs fonctions prétoriennes. Il en résulte en tout cas qu'il devait être âgé de plus de 33 ans en 71 av. J.-C. au moment de son consulat. Sa naissance pourrait donc avoir eu lieu antérieurement à 103 av. J.-C., soit à la fin du ier s., période qui convient assez avec ce que nous savons de son origine : il n'est pas né Aufidius, mais Aurelius. Au regard de la gens Aufidia cette adoption est importante car elle signifie l'introduction en son sein d'un homme issu d'une gens patricienne et consulaire. Elle donne d'ailleurs le premier consul à notre gens plébéienne.

  • 95 Cf. Gruen, The last Génération of the Roman Republic, Los Angeles, 1974, p. 126-127.
  • 96 Encore resterait-il à déterminer la part respective qu'ont eus dans son élection son origine famil (...)

175Politiquement, dans le contexte des années soixante-dix et dans le contexte familial des Aufidii, le consulat de Cn. Aufidius Orestes semble faire exception. Il n'y aurait eu que trois consuls dans ces années à ne pas avoir eu de relations avec Sylla95, dont Cn. Aufidius Orestes. Or la famille dans laquelle il est entré par adoption semble plutôt anti-syllanienne. Si cela n'a pas empêché son élection au consulat96, force est aussi de constater qu'aucun autre après lui ne le sera.

14. AUFIDIA ST. f. MAXIMA

176ier s. av. J.-C.

177Nola

178– Mère de P. Sextilius Rufus, aed(ilis) iterum, Ilvir quinq(ennalis), decurio adlectus.

179C.I.L., X, 1273, Nola.

180P(ublius) Sextilius P(ublii) fiilius) Fal(erna tribu)/Rufus/aid(ilis) iterum, duumvir quinq(uennalis) Pompeis ( )/decurio adlectus ex veterib(us) Nola(e)/Aufidiae St(atii) fiiliae) Maximae/matri,/L(ucio) Petronio L(ucii) fiilio) Fal(erna tribu) Vero vitrico/decurioni Nola./Ex testamenio (sic) H. S. MMMM arbitratu fidi l.

181Publius Sextilius Rufus, de la tribu Falerna, fils de Publius, édile deux fois, duumvir quinquennal à Pompéi ( ), décurion agrégé à partir des anciens de Nola (ou à Nola ?). À Aufidia Maxima, fille de Statius, sa mère, et à Lucius Petronius Verus son beau-père, fils de Lucius, de la tribu Falerna, décurion à Nola. Par testament, 4000 sesterces. Fait selon leur voeu ( ).

  • 97 C.I.L., X, 2125 à 2131, 2445, 3121, 1782 et 1783.
  • 98 Varron, Lib. Depraenom.

182Cette inscription est la seule qui mentionne le nomen Aufidius à Nola. Puteoli, cité proche, a fourni plus d'une dizaine d'inscriptions avec ce nom97, dont la plupart sont cependant postérieures à cette inscription qui, comme le laissent deviner l'absence de formule initiale (pas de Diis manibus), le prénom rare et archaïque St(atius) déjà tombé en désuétude du temps de Varron98, est d'époque augustéenne au plus tard.

183Plusieurs Petronii sont recensés à Herculanum mais aucun à Nola. Quant aux Sextilii, on en connaît plusieurs à Puteoli : Sextilius Rufus et son fils Sextilius Sentianus (C.I.L., X, 3070) ; L. Sextilius Menothenus et L. Sextilius Taurus (C.I.L., X, 2955) pour la période républicaine. Rien ne permet toutefois de dire si le Sextilius Rufus connu à Puteoli pour être le père de Sextilius Sentianus est le même que P. Sextilius Rufus, fils de Publius et d'Aufidia Maxima ou un proche parent.

  • 99 Le cumul de fonctions et honneurs municipaux de P. Sextilius Rufus témoigne de cet enracinement. C (...)

184La mère de P. Sextilius Rufus était remariée à L. Petronius Verus qui n'était donc pas le père du notable. Selon toute probabilité elle était originaire d'une des cités campaniennes d'où venaient et où étaient notables les Sextilii et Petronii99. D'après les exemples connus, la distance entre les villes où étaient exercées les mêmes fonctions municipales était d'une cinquantaine de kilomètres tout au plus.

15. T. AUFIDIUS

185ier s. av. J.-C. Origine inconnue.

186Homo novus certain.

  • T(itus) Aufidius cum Asiatici publici exiguam admodum particula habuisset,
  • postea totam Asiam proconsulari imperio obtinuit (Valère Maxime, VI, 9, 7).
  • T. Aufidio praetore (Cicéron, Pro Flacco, XIX, 45).
  • « De Aufidio et de Palicano non puto te » expectare dum scribam (Cicéron, Atticus, I, 1, 1) à propos de la candidature de T. Aufidius au consulat.
  • Nam T. Aufidius, qui vixit ad summam senectutem volebat esse similio horum eratque et bonus vir et innocens (Cicéron, Brutus, 48, 21, § 179).
  • Probablement le demi-frère de M. Vergilius, tribun de la plèbe en 87 av. J.-C.

187R.E., A, n° 12 (Klebs) c. 2289-2290 = n° 30, liste Ö. W.

  • 100 in L'ordre équestre à l'époque républicaine, 312-43 av. J.-C., t. II, Prosopographie des chevalier (...)

188Titus Aufidius est l'un des rares homines novi de la gens Aufidia. Valère Maxime le présente comme l'un des « hommes qui osèrent élever leurs espérances au-dessus de leur condition ». Après avoir eu une petite part dans une société de publicains en Asie, il fut en effet gouverneur de cette province. En d'autres termes, avant d'être sénateur, il fut très certainement un chevalier. Cette appartenance à l'ordre équestre a été amplement discutée par Claude Nicolet100 dont l'étude prosopographique a montré qu'aucun des publicani ou des redemptores connus ne fut sénateur tant qu'il était intéressé à la ferme. On ignore à quelle date Titus Aufidius eut une particula dans une société de publicains. L'expression même utlisée par Valère Maxime ne signifie pas qu'il était publicain lui-même, mais comme il eut à défendre devant le tribunal du gouverneur d'Asie des actions des publicains, on peut supposer qu'il jouait un rôle relativement important dans la société. L'exposé de Valère Maxime signifie en tout cas qu'à défaut d'avoir résidé de manière permanente en Asie, il y séjourna lors de missions. C'est à cette occasion qu'il noua des relations avec les populations de la province qui « ne se crurent pas humilié[e]s d'obéir « ensuite au même homme devenu leur magistrat.

  • 101 Cicéron procède ainsi tout au long du Pro Flacco. Flaccus, qui fut gouverneur d'Asie, n'est jamais (...)
  • 102 Cf. Quintus Tullius Cicero, Commentariolum petitionis (= lettre XII du tome I de la correspondance (...)
  • 103 Cf. supra et les observations de D. R. Shackleton-Bailey, Cicero's Letters, p. 291.
  • 104 Brutus, 48, § 179.

189La carrière de Titus Aufidius culmina avec ce gouvernement provincial, sans doute en raison de sa qualité d'homo novus. Dans le Pro Flacco, qui date de 59 av. J.-C., Cicéron désigne en effet uniquement son gouvernement d'Asie et utilise le terme de praetor, se référant ainsi à son échelon dans le cursus bonorum et non au titre exact de la fonction, proco(rt)sul, de rang prétorien depuis la lex Cornelia101. Son gouvernement provincial se place au plus tard en 65 av. J.-C. puisqu'à cette date il est candidat au consulat102. Présentant à son ami Atticus, dans une lettre écrite peu avant le 17 juillet 65, ses compétiteurs possibles à l'élection consulaire de 64, Cicéron estimait la candidature de Titus Aufidius négligeable et très peu sûre. De fait, un an après, Titus Aufidius ne figure plus parmi les candidats cités par Quintus Cicero, le frère de Cicéron, dans son Commentariolum petitionis103.C'est moins son intégrité qui était en cause – Cicéron ne le présentait-il pas lui-même comme un « homme honnête et irréprochable »104 ? – que la médiocrité de son ascendance et de ses talents oratoires : Cicéron dit en effet qu'il « parlait trop peu en public » comme son demi-frère Marcus Vergilius.

  • 105 Dates proposées par la plupart des historiens : Gruen (Erich), The last Génération of Roman Republ (...)

190En remontant le temps, les étapes de la carrière de T. Aufidius sont donc les suivantes. Candidat temporaire au consulat en 65 pour l'année 64, il avait été gouverneur de la province d'Asie en 66. Auparavant il dut être préteur, en 68 ou 67105. La questure pourrait se situer vers le milieu des années soixante-dix, plutôt qu'en 84, date avancée on ne sait pourquoi par Gaffiot dans l'édition du Pro Flacco. Il dut donc avoir une petite part dans la société de publicains en Asie dans les années 80.

  • 106 La question du fonctionnement des sociétés de publicains est délicate, notamment en ce qui concern (...)

191C'est logiquement avant la questure qu'il défendit les intérêts des publicains devant le tribunal du gouverneur de l'époque. Il semble en effet normal que ce soit comme associé de la société, donc comme chevalier, qu'il ait défendu les publicains plutôt que comme questeur car il aurait été alors juge et partie. Dans cette société, on ne peut exclure qu'il n'ait participé que quelques années, moins que la durée du bail106.

  • 107 Gruen, op. cit.
  • 108 Ces faits suggèrent que, sénatoriale, cette gens, avait plusieurs branches. Il n'est pas certain q (...)

192La carrière de T. Aufidius est exemplaire. D'après les listes des magistrats et sénateurs connus pour la période allant de 78 à 49 av. J.-C.107, on sait que les homines novi représentaient 22,5 % de ceux qui devinrent préteurs et qu'ils ne sont plus que 1,5% de ceux qui devinrent consuls. À tous les échelons du cursus bonorum c'étaient naturellement les familles consulaires qui fournissaient les contingents les plus élevés. Les Aufidii en témoignent qui nous donnent en peu de temps à la fois l'exemple d'un abandon dans la compétition au consulat avec T. Aufidius, homo novus, et l'élection du premier Aufidius au consulat en la personne de Cn. Aufidius [Cn. f.] Orestes [Aurelianus] en 71 av. J.-C., né Aurelius et adopté par un Aufidius108.

16. T. AUFIDIUS

193Milieu du ier s. av. J.-C ?.

194Origine sicilienne ?

195– Médecin.

196Caelius Aurelianus, Ac. M., II, 29, 104 ; M. Cher. I, 246-247.

197RE„ A, n° 13 (Wellmann), c. 2290.

  • 109 Cf. Rawson (E.), Intellectual Life in the late Roman Republic, Londres, 1985, p. 84-85.

198La notice de la Realencyclopàdie indique que T. Aufidius était un médecin grec. Ce n'est pas certain109, même si la plupart des médecins du ier s. av. J.-C. étaient grecs. Le lieu où il écrivit est, lui, conforme à ce que nous savons de l'installation de beaucoup de médecins à cette époque.

  • 110 Prusias ad mare, aujourd'hui Gemlik, à 65 kilomètres au sud-sud-est d'Istambul, au fond du (...)

199T. Aufidius était un disciple du médecin Asclépiades de Bithynie, originaire de Pruse ou de Kios110 qui avait fondé une école rassemblant beaucoup d'élèves – dont un certain nombre de Grecs provenant de régions différentes – et qui s'était acquis une grande réputation auprès de l'aristocratie romaine.

200La mort d'Asclépiades quelque temps avant 91 av. J.-C. oblige à retenir pour son disciple T. Aufidius, une date qui ne soit pas trop basse au ier s. av. J.-C., vraisemblablement la première moitié de ce siècle.

  • 111 I.G., XIV, 612. Cf. notice n° 10.
  • 112 Cf. notice précédente, n° 15.

201Les sources ne nous permettent pas d'être plus précis. D'un point de vue onomastique, cet homme est le seul Titus Aufidius originaire de cette île ou y ayant résidé. Vers la fin du iie s. av. J.-C. le peuple de Rhegium honore un Cn. Aufidius T. f111, gouverneur de province, en le faisant proxène. Il est impossible d'établir un lien entre le père de ce gouverneur de province, tel qu'il apparaît dans la filiation, et le médecin de Sicile. Chronologiquement un rapprochement serait plus heureux avec l'homo novus de la première moitié du ier s., T. Aufidius112, chevalier puis sénateur qui connaissait l'Asie et y séjourna. Il n'est pas impossible que le médecin T. Aufidius fût un affranchi de ce sénateur ou un pérégrin qui aurait été un client de T. Aufidius du temps où il était chevalier ou après, lorsqu'il revint comme gouverneur de province.

17. M. AUFIDIUS LURCO

202ier s. av. J.-C.

203Origine inconnue. Origine probable ; Latium (Fundi ?)

  • Tribunus plebis en 61 av. J.-C.
  • Eleveur de paons et gourmet.
  • Possesseur de biens fonciers ou d'intérêts en Asie.
  • 113 Cet examen et cette analyse reposent, entre autres, sur un article essentiel de Linderski (Gerzy), (...)

204Sont examinés dans cette notice quatre numéros différents de la Realencyclopàdie (24, 25, 26 et 27) que l'examen critique des sources et l'analyse historique conduisent à regrouper113. Afin de faciliter la lecture de cette notice, après avoir présenté les sources relatives aux « différents » individus d'après les références de la Realencyclopàdie, c'est aux numéros de cette dernière qu'il sera fait référence.

205* R.E., A, n° 24 (Klebs), c. 2293 : Aufidius Lurco.

206Suétone, Calig., 23 :

207... cum publicis monumentis certum sit Aufidium Lurconem Romae honoribus fùnctum.

208Passage qui tend à faire d'Aufidius Lurco l'aïeul maternel de Iulia Augusta.

209* RE. A, n° 25 (Klebs), c. 2293 : Lurco = n° 36, liste Ö. W.

210Cicéron, Ad Att., I, 16, § 13 : Lurco autem tribunus plebis, qui magistratum simulcum lege Aelia iniit, solutus est et Aelia et Fufia ut legem de ambitu ferret, quam ille hono auspicio claudus homo promulgavit.

211Cicéron, AdAtt., I, 18, §3 : Quantum hoc vulnus ! facto s. c. de ambitu, de indiciis, nulla lex perlât a exagitatus senatus alienati équités Romani [quod erat qui ob rem indicandam]. Lettre de fin juin ou juillet 1961 qui fait allusion à un s. c. de ambitu.

212R.E., A, n° 26 (Klebs), c ? 2293 : M. Aufidius Lurco = n° 35, liste Ö. W. Varron, R. R, III, 6, 1 :... » On peut maintenant parler des paons tout à son aise [...]. On dit que M. Aufidius Lurco tire des siens plus de 60000 sesterces par an ».

213Tertullien, Depallio, V, 6 : Praecidam gulam, qua Hortensius orator primus pavum sibi causa potuit occidere qua Aufidius Lurco primus sagina corpora vitiavit et coactis alimentis in adulterinum provexit saporem.

214D'après ces deux auteurs, Pline, N.H., X, 20 (23), §45 :

215Saginare primus instituit circa novissimum piraticum bellum M. Aufidius Lurco, exque eo quaestu reditus HS. sexagena milia habuit.

216En marge des auteurs précédents, Horace, Satires, livre II, n° IV, 24 :

217Aufidius forti miscebat mella Falerno mendose quoniam vacuis committere venis nil nisi Une decet.

218R E„ A, n° 27 (Klebs), c. 2293 : M. Lurco. Cicéron, Pro Flacco, X, 86-89.

  • 114 Linderski, op. cit. supra, remarque, note 30, p. 469-470, qu'on ne connaît que deux autres (...)

219Seul Varron – et Pline, mais celui-ci se contente de reprendre l'information – donne des tria nomina. Les autres auteurs ne nous donnent qu'un groupe nomen + cognomen ou bien praenomen + cognomen voire le cognomen seul. Combinées, ces différentes dénominations peuvent sensément donner le nom d'un M. Aufidius Lurco. Tous les auteurs en effet utilisent le surnom rare de Lurco114 et décrivent des événements contemporains. Pour ces raisons il semble difficile d'imaginer qu'aient vécu à la même époque plusieurs « Lurcones » et de gentilices différents.

220Le supposé aïeul maternel de Iulia Augusta (RE., n° 24), compte tenu de la date de mariage de la mère de Iulia Augusta avec Livius Drusus Claudianus en 59 av. J.-C., pourrait être né au début du ier s. av. J.-C., vers 95. Pour être tribun de la plèbe en 61 av. J.-C., Lurco (RE., n° 25) a dû naître vers 95-90 av. J.-C. C'est « au temps de la dernière guerre des pirates » – c'est-à-dire vers 67-62 – que M. Aufidius Lurco (RE., n° 26) engraissait des paons. II est loisible d'observer que cet homme est un contemporain de la première moitié du ier s. av. J.-C. Quant au sénateur M. Lurco qui a obtenu une legatio libéra (R.E., n° 27), Cicéron nous dit lors du procès de 59 av. J.-C. (Pro Flacco, § 86), qu'elle lui fut accordée « il n'y a pas si longtemps », vers 62.

  • 115 Mathieu (Nicolas), « Les Alfidii... », ABPO, 105, 1998-1, p. 7-33.
  • 116 Cf. Gascou (Jacques), Suétone historien, Rome, 1984, p. 532.

221Il n'y a donc pas une grande différence chronologique entre les quatre individus. Le seul qui semble un peu plus éloigné ou un peu plus vieux est Aufidius Lurco dont parle Suétone. Mais ce n'est pas une raison suffisante pour l'éliminer tout au moins en tant qu'Aufidius Lurco. D'une part l'essai de reconstitution chronologique le concernant est en fait fondé sur un aspect erroné de l'affirmation de Suétone : ce n'est pas un Aufidius Lurco qui fut l'aïeul maternel de Iulia Augusta115. D'autre part, du texte de Suétone intéressant ce dossier des « Aufidii Lurcones », ne doit être prise en considération que la seconde partie : cum publicis monumentis certum sit Aufidium Lurconem Romae honoribus functum, qui présente à l'évidence un sénateur. Les monumenta publica auxquels se réfère l'historien antique ne peuvent être que les inscriptions contenant le cursus honorum de ce personnage116, ce qui n'est pas incompatible avec une origo municipale.

  • 117 Eleveur et gourmet. Tertullien en effet ne parle pas d'Aufidius Lurco comme d'un simple éleveur, m (...)
  • 118 La seule critique qui pourrait être faite à la démonstration de G. Linderski concerne un point de (...)

222Socialement et culturellement, si l'on se place du point de vue de la (re)connaissance par les contemporains, transmise par les textes, deux types de personnalités coexisteraient : celle du sénateur et celle de l'éleveur et gourmet117. Elles ne sont ni exclusives ni contradictoires. La conclusion de Linderski à l'issue d'analyses chronologiques et onomastiques doit être retenue. La rareté du surnom Lurco rendrait étonnante ou troublante la coïncidence de deux contemporains ayant le même surnom, qui seraient plus connus par leur surnom que par leur nom alors qu'ils mériteraient cette reconnaissance pour des raisons différentes : l'un pour ses talents culinaires ou d'éleveur, l'autre pour ses échecs ou ses difficultés politiques118.

223Il n'y a qu'un seul et même M. Aufidius Lurco, tribun de la plèbe, sénateur qui s'adonnait à l'élevage de paons dont il tirait quelques revenus, soucieux de gérer ses intérêts, et gourmet.

224Nous ignorons la patria de cet homme. Plusieurs indices autorisent à penser qu'il était originaire du Latium, peut-être de Fundi.

  • 119 Cf. notice n° 19. Cicéron, Pro Flacco, X, 89.
  • 120 C.I.L., X, 6273 ; cf. carte n° 7.
  • 121 Cf. « Le sénatus-consulte de Panamara », in B.C.H., 1887, p. 225-238. Le nom du sénateur lisible a (...)
  • 122 C.I.L., X, 5535, par l'affranchie Vergiliae M. I. Secundae.

225Sa sœur était mariée à un Sestullius119. La gens Sestullia est attestée à Fundi avec P. Sestullius P. I. Salvius120. On connaît aussi un P. « Sestullius » P. f. de la tribu Oufentina ou Tromentina121 qui apparaît comme témoin sur un décret du sénat daté de 39 av. J.-C. Les Sestullii étaient une famille aux intérêts financiers importants en Asie, notamment en Phrygie. L'alliance contractée à l'occasion du mariage de la sœur d'Aufidius Lurco avec les Sestullii confirme l'intérêt des Aufidii pour l'Asie, leurparticipation au développement des territoires de l'Orient hellénique et leur implantation. À la même époque que M. Aufidius Lurco vécut T. Aufidius, gouverneur d'Asie qui y eut des intérêts dans une société de publicains et avait pour demi-frère ou cousin M. Vergilius dont le nom gentilice est attesté par l'épigraphie à Aquinum122 cité proche de Fundi. Il apparaît nettement que cette région du Latium a été le creuset de relations familiales diverses.

226L'origine et la condition sociale de M. Aufidius Lurco ne se laissent que faiblement entrevoir à travers la multitude des sources.

  • 123 L'expression bonus vir a en fait un sens très général. Cicéron l'utilise par exemple à propos de t (...)
  • 124 Cf. Hellegouarc'h (J.), Le vocabulaire latin des relations et des partis politiques sous la Républ (...)

227Faut-il arguer de la similitude chronologique et économique existant entre lui et T. Aufidius, qui fut gouverneur d'Asie, pour en faire tout comme lui un homo novus, ou faut-il ne considérer que les informations de Cicéron qui nomme un tribun de la plèbe et un sénateur ? Les deux hommes n'appartenaient pas à une même branche. Le vocabulaire qui les qualifie est différent. Dans le Brutus (48, § 179), Cicéron parle de T. Aufidius comme d'un bonus vir et innocens ce dernier terme se rapportant manifestement au gouverneur d'Asie, alors que l'expression bonus vir convient également au personnage public et à son comportement privé123. Dans le Pro Flacco, Cicéron parle de la dignitas de M. Lurco, terme qui qualifie nettement quelqu'un de rang sénatorial. Cicéron en parle aussi comme d'un vir optimus, meus familiaris (§ 86). La première expression signifie l'appartenance à l'ordre sénatorial et suggère que M. Lurco possédait une fortune au moins suffisante pour assurer son maintien124. Le terme a chez Cicéron une valeur à la fois politique et morale, un peu comparable à bonus vir quoiqu'un peu plus limitée et plus expressive. Alors qu'un bonus vir peut n'être qu'intéressé au maintien du régime sénatorial qui lui assure le maintien de sa fortune, peut-être récente, l’optimus lui, est d'origine sénatoriale. Quant à familiaris (qu'à l'origine on peut rapprocher de familia), le mot exprime une relation d'amitié plutôt fondée sur la fréquence que sur un sentiment d'affection. En d'autres termes, il est probable que M. Lurco et Cicéron se rencontraient – et discutaient – assez souvent, meus indiquant que c'est Lurco qui fréquentait, chez lui, Cicéron.

228Pour conclure, T. Aufidius et M. Aufidius Lurco n'appartiennent pas à la même branche de la gens et n'ont pas la même origine. L'indubitable appartenance de M. Aufidius Lurco à l'ordre sénatorial n'est pas incompatible avec le fait d'engraisser des paons et d'en tirer des revenus. Les 60000 sesterces évoqués sont faibles au regard de ce que devait être la fortune des membres de l'ordo senatorius. Cet élevage, tout comme d'autres activités agricoles, ressortit aux activités de l'aristocratie sénatoriale.

18. * M. AUFIDIUS M. 1.

229Milieu du ier s. av. J.-C.

230Origine inconnue. Orientale ?

  • Affranchi de M. Aufidius Lurco.
  • Mis en cause dans une affaire criminelle en Asie et condamné par Flaccus.

231Cicéron, Pro Flacco, X, 87-88.

232...Lurconem [...] iratum Flacco esse vidisti. [...] questus est libertum suum Flacco praetore esse damnatum. (88) Litteras misit de vilico P. Septimi, hominis ornati qui vilicus caedem fecerat ; Septimium ardentem iracundia videre potuistis. In Lurconis libertum iudicium ex edicto dédit ; hostis est Lurco. Quid igitur Hominum gratiosorum splendido-rumque libertis fuit Asia tradenda An simultates nescio quas cum libertis vestris Flaccus exercet, an vobis in vestus vestrorumque causos severitas odio est, candem laudatis, cum de nobis iudicatis ?

233«... Lurco vous a néanmoins laissé voir qu'il en voulait à Flaccus [...]. Il s'est plaint que son affranchi eût été condamné sous la préture de Flaccus. (88) Flaccus a envoyé une notification concernant le fermier d'un citoyen distingué, P. Septimius. Ce fermier avait commis un meurtre. Vous avez pu voir ce fermier enflammé de colère. Flaccus a accordé une action judiciaire, en vertu de son édit, contre l'affranchi de Lurco ; Lurco est son ennemi. Quoi donc Fallait-il livrer l'Asie aux affranchis des gens influents et de haute situation La sévérité qui vous est odieuse, quand il s'agit de vous et des vôtres, vous paraît-elle louable lorsque vous décidez de notre sort ».

  • 125 A son entrée en fonction tout gouverneur provincial prenait un édit définissant les conditions dan (...)
  • 126 Fabre (Georges), Libertus. Patrons et affranchis à Rome, Rome, 1981, p. 351, note 334.

234L'affranchi de M. Lurco a été condamné en vertu de l'édit de L. Flaccus, propréteur d'Asie en 62 av. J.-C.125. Le passage du discours de Cicéron n'indique pas la raison de la condamnation de l'affranchi de M. Lurco. Mais cette condamnation dut gêner ou léser plus le patron et ses intérêts que l'affranchi lui-même. Ce point a été mis en évidence par G. Fabre126 qui note avec justesse la vive irritation de Lurco envers Flaccus. Cicéron dit en effet au sujet de cette affaire que le ressentiment de Lurco apparaît malgré ses qualités de modération et son noble caractère : quamquam pro suo dignitate moderatus est in testimonio dicendo orationi suae. D'autre part, en demandant s'il fallait « livrer l'Asie aux affranchis des gens influents et de haute situation », Cicéron montre clairement l'un des modes d'exploitation des provinces par les Romains. Sur place se trouvait un personnel d'affranchis qui avaient la confiance de leurs patrons, sénateurs et chevaliers principalement qui résidaient à Rome ou en Italie, venant quelquefois dans la province pour régler des affaires délicates ou pressantes. Tel fut bien le cas de M. Lurco. La mission honoraire qu'il avait obtenue ne laisse planer aucun doute, si ce n'est sur la nature exacte des intérêts qui l'avaient rendue nécessaire. On ignore cependant s'il est allé en Asie.

235Le nom des Aufidii n'est pas seulement représenté en Asie par cet affranchi. La sœur de M. Lurco y était mariée à un Sestullius.

19. AUFIDIA

236Milieu du ier s. av. J.-C.

237Origine inconnue. Origine probable : Latium (Fundi ?).

  • Sœur de M. Lurco.
  • Mariée à un Sestullius. Vivait en Asie. Cf. stemma n° 4.
  • 127 D'après Mitchell (Stephan), « A Roman Family in Phrygia », in Anatolian Studies, 29, 1979 p. 13-22 (...)

238Cicéron, Pro Flacco, X, 89 : Decisionis arbiter C. Caecilius fuit, quo splendore vir, qua fide, qua religionel Obsignator C. Sextilius127, Lurconis sororis, filius homo et pudens et constans et gravis.

239« Cette affaire a été arbitrée par C. Caecilius. Voilà un homme distingué, loyal et scrupuleux ! L'acte a été contresigné par C. Sestullius, fils de la sœur de Lurco, homme plein d'honneur, de fermeté et de sérieux ».

  • 128 Sextilius Andron dans le texte. Nous adoptons le nom de Sestullius : cf. note précédente.

240La mention de la sœur de Lurco intervient à l'occasion de l'une des plaintes contre Flaccus. Celui-ci est accusé de s'être illégalement approprié l'héritage d'un certain Sestullius Andron128 qui était un affranchi de la gens Sestullia. Or cette affaire avait été arbitrée et le fils de la sœur de Lurco, C. Sestullius (cf. stemma n° 4), avait contresigné l'arbitrage.

241L'affaire Sestullius Andron s'est déroulée en Asie, province où il est pratiquement certain que devait résider la sœur de Lurco. Celle-ci devait être âgée d'une trentaine d'années à l'époque. En effet, au moment où se déroulent les événements évoqués au cours du procès – pour être large, le milieu des années 60 av. J.-C. –, c'est le fils d'Aufidia qui contresigne l'arbitrage, ce qui suppose qu'il avait sa majorité. Si M. Lurco a bien été le tribun de la plèbe de 61 av. J.-C., il faut penser que sa sœur était plus âgée que lui.

242Le contexte politique et familial est intéressant. M. Lurco avait lui-même un affranchi en Asie poursuivi par le gouverneur de la province, L. Flaccus. Son patron, M. Lurco, semble en avoir éprouvé du ressentiment à l'encontre du gouverneur. De ce point de vue il existe une similitude entre la situation des deux couples « patron-affranchi » Aufidius d'un côté, Sestullius de l'autre, que vient renforcer Aufidia, sœur de Lurco et femme d'un Sestullius.

  • 129 « Loc. cit. », note 1.

243Face à de telles analogies, Stephan Mitchell129, qui relève par ailleurs le nom d'un P. Sestullius, questeur, la même année où Lurco avait été tribun de la plèbe, estime qu'« involontairement » Flaccus était empêtré dans un imbroglio familial compliqué et l'on peut se demander s'il ne s'agirait pas d'un exemple de stratégie familale.

244Avec cet exemple on a une illustration de liens familiaux, économiques – fondés sur une convergence d'intérêts pour l'Asie et en Asie –, géographiques – en Asie et probablement à Fundi entre des branches degentes que rapprochait le rang dans la société romaine.

20. AUFIDIUS LUSCUS

245ier s. av. J.-C. Origine : Fundi.

246– « Praetor » de Fundi.

247R.E., A, n° 28 (Klebs), c. 2293-2294 = n° 38, liste Ö. W.

248Horace, Sat., I, 5, 34-35.

249Fundos Aufidio Lusco praetore libenter/linquimus, insani ridentes praemia scribae,/praetextam et latum clavom prunaeque vatillum.

250« Nous quittons sans regret Fundi sous la ptéture d'Aufidius Luscus, riant des insignes dont se pare la folle vanité de cet ancien scribe, de sa prétexte, de son laticlave, de sa cassolette à braise ».

251Aufidius Luscus n'est connu que par ce court passage des Satires d'Horace. Cela suffit cependant à dater ce personnage du milieu du ier s. av. J.-C. puisque la satire V est la relation du voyage effectué en 37 av. J.-C. de Rome à Brindes par Horace et quelques amis de Mécène qui accompagnaient Cocceius, Fonteius Capito et Mécène envoyés par Octavien pour négocier avec Antoine une réconciliation afin de lutter contre Sextus Pompée.

  • 130 Cette équivoque s'inscrit dans le vaste et compliqué dossier des Aufidii/Alfidii et de leurs sourc (...)

252Dans le passage cité, Horace raille Aufidius Luscus qui, vêtu de sa prétexte, se fait passer pour praetor. Plusieurs interprétations sont possibles qui, toutes, s'articulent autour de la dénomination et du pouvoir de la magistrature désignée. Horace laisserait ainsi entendre qu'il pourrait y avoir volonté d'entretenir l'équivoque entre deux qualités et charges extrêmement différentes, celle de sénateur et celle de magistrat municipal130.

  • 131 Sur ces questions, cf. Galsterer (Hartmunt), Herrschaft und Verwaltung im republikanischen Italien (...)
  • 132 Toute la difficulté est de faire le partage, dans ce texte, entre la licence poétique, et la rigue (...)
  • 133 Cf. Laaksonen (Hannu), « Ordo et populus Formianus », in Studi storico-epigrafici sul Lazio, Rome, (...)

253Le terme de praetor pour désigner un aedilis semble une survivance des dénominations du passé. Deux exemples le montrent. Les magistrats des grandes colonies fondées au iiie s. av. J.-C. comme Bénévent et Arminium ont longtemps porté le titre de consul. Sans doute n'y eut-il jamais d'interdiction officielle à l'utilisation de ce terme, mais la différence entre la réalité simplement municipale et ce titre finalement prétentieux était telle que, devant cet anachronisme, les magistrats finirent par abandonner eux-mêmes ce titre. Il en est de même à Capoue dont les magistrats de rang supérieur créés par Cinna prirent le titre de praetores. Cicéron, dans le De lege agraria (2, 92), s'irrite de cette suffisance des Campaniens131. C'est la même suffisance qui aurait conduit Aufidius Luscus à vouloir se faire passer pour un préteur ou à simplement vouloir se faire appeler ainsi. Mais on ne doit pas négliger non plus l'éventuel désir d'Aufidius Luscus de plaire à ses hôtes romains depassage ou de leur faire honneur132. Cette prétention ou ce souci réside vraisemblablement dans le fait que Fundi est la ville natale, entre autres Aufidii, des sénateurs du iie s. av. J.-C. L'intérêt d'Aufidius Luscus aurait donc été dans ces circonstances de se faire plutôt passer pour préteur, rappelant en cela l'honneur de contemporains ou d'ancêtres homonymes, que pour l'un des trois édiles de sa cité comme il y en avait à Formiae (CIL., X, 6105 et 6108) ou Arpinum133.

  • 134 Id, op. cit. supra, d'une façon générale.
  • 135 Cette hypothèse m'a été suggérée par Patrick Le Roux que je remercie de ses nombreuses observation (...)
  • 136 Cf. CébeillacGervasoni (Mireille), Les magistrats des cités italiennes, Rome, 1998, p. 179 (...)

254Comme on sait qu'à cette époque des familles avaient simultanément des branches municipales et d'autres romaines et sénatoriales134, il n'est pas douteux qu'Aufidius Luscus cité par Horace fut un magistrat municipal et non pas un sénateur. Mais il pouvait parfaitement être un riche et puissant notable municipal. Le territoire de Fundi est situé au coeur d'un des plus riches terroirs viticoles italiens de la fin de la République : celui du Cécube, un des grands crus les plus réputés. Or on connaît un chevalier originaire de Fundi, dont il a la tribu et où il a exercé ses magistratures, L. Aufidius L. f. Vinicianus Epagatinus, à la charnière du ier s. av./ier s. ap. J.-C. qui pourrait être un descendant d'un affranchi d'Aufidius Luscus135. Tant du point de vue chronologique qu'économique et social, ce rapprochement est acceptable136.

21. AUFIDIUS

255ier s. av. J.-C.

  • 137 Proposition de François Hinard, Les proscriptions de la Rome républicaine, Rome, 1985, p. 125.

256Origine inconnue. Origine possible : Etrurie137

  • Officier de Sertorius.
  • Un des conjurés de celui-ci en 72 av. J.-C.

257R.E., A, n° 1 (Klebs), c. 2288 = n° 1, liste Ö. W.

258Plutarque, Vies parallèles, VIII, Sertorius, 26-27, spécialement 26, 3 et 27, 7.

259Το δε μειρακιον ετερω τινι των εκΦιδιω ΑυΦδιω μαλλον προσπεπονθος εκΦερει τον λογν. Ακουσας δ ο ΑυΦιδιος εξεπτωριον η και γαρ αυτος μετεχε της επι Σεπτωριον σύωμοσιας, ου μετειχε της επι Παλλιον εγινωσκε μετεχοντα.

260« Mais le jeune garçon, qui lui préférait un autre de ses amants, Aufidius, rapporte à celui-ci le propos. En l'entendant, Aufidius fut stupéfait, car lui aussi faisait partie du complot contre Sertorius, et pourtant, il ignorait que Manlius en était ».

261ΔιΦυγε δ ουδεις πλην ΑυΦιδος ο του Παλλιου αντεγαστνς. ουτος δ η λαθων ηπαραμεληθεις εν τινι βαρβαρω κωμη πενος και μισουμενος κατεγηρασεν.

262« Aucun n'échappa, sauf Aufidius, le rival de Manlius : soit qu'on ignorât le lieu de sa retraite, soit qu'on ne se souciât pas de lui, il vieillit pauvre et haï dans un village de barbare ».

263Cet officier de Sertorius est l'un des plus mal connus des Aufidii. Il est possible qu'il fut déjà aux côtés de Sertorius avant 82 et il compta probablement parmi les proscrits de Sylla en 82.

  • 138 Cf. Pavis-d'EscuraC (Henriette), « Province et guerre civile : le cas de Sertorius », Le dernier s (...)

264Ce que l'on sait des compagnons de Sertorius et des caractéristiques des Aufidii incite à penser qu'il était d'origine équestre et démocrate. Le rapprochement avec M. Vergilius, demi-frère de T. Aufidius laisse penser qu'il était, sinon marianiste, du moins anti-syllanien. Des recherches entreprises sur la signification de la Guerre Sociale, au terme de laquelle tous les Italiens devinrent des citoyens, semblent montrer qu'elle a connu des prolongements dans l'action de Sertorius. Autrement dit, la guerre menée par Sertorius s'ancre dans le passé de Rome et constitue une séquelle de la Guerre Sociale138.

  • 139 C.I.L., II, 815, D(is) M(uni bus). /P(ublio) Aufidio P(ublii) fîilio) omn(ibus) in Rep(ubli (...)
  • 140 Ce type d'affirmation constitue plutôt une généralité et un lieu commun.

265On ne peut rien dire de plus sur Aufidius. Il n'est pas interdit de s'interroger sur les conséquences de son engagement d'abord aux côtés de Sertorius, ensuite dans le complot contre celui-ci. Une inscription de Lusitanie139, d'époque impériale, mentionne un P. Aufidius, fils de Publius, qui a rempli toutes les charges dans sa cité. Th. Mommsen y voyait un témoignage du passage d'Aufidius en Lusitanie et faisait le rapprochement avec le texte de Plutarque : « il vieillit pauvre et haï dans un village de barbare »140 seul survivant après l'assassinat de Sertorius. Les autres témoignages épigraphiques d'Aufidii en Lusitanie consistent essentiellement en inscriptions de notables du iiie s. ap. J.-C. et ne sont d'aucune utilité pour éclairer le devenir de l'ancien officier de Sertorius.

  • 141 Hinard (François), op. cit., note 1.
  • 142 A l'occasion de la défense des intérêts des publicains. Cf. Cicéron, Pro Flacco, XIX, 45.

266Les mêmes interrogations et doutes existent en ce qui concerne les biens d'Aufidius. F. Hinard se demande s'il n'y a pas un lien de parenté entre lui et T. Aufidius qui aurait permis le transfert de la fortune de l'officier sertorien sur l'associé dans une société de publicains141. Outre les considérations politiques et le contexte familial il faut se souvenir qu'il existait une présence de marianistes en Asie. Or T. Aufidius avait des relations en Asie, sans doute depuis les années 80 et il y séjourna142.

22. AUFIDIUS NAMUSA

267Milieu du ier s. av. J.-C.

268Origine inconnue. Origine possible : étrusque.

269Juriste romain du ier s. av. J.-C.

270R.E., A, n° 31 (Jôrs), c. 2294-2295.

271Pomponius, Digeste, I, 2, 2, 44 : Ab hoc [Servio Sulpicio Rufo] plurimi profecerunt, fere tamen hi libros conscripserunt : Alfenus Varus [Gaïus], Aulus Ofilius, Titus Caesius, Aufidius Tucca, Aufidius Namusa, Flavius Priscus, Gaïus Ateius, Pacuvius Labeo [Antistius] Labeonis Antistii pater, Cinna, Publi [ci] us Gellius. Ex his decem libros octo conscripserunt, quorum omnes qui fuerunt libri digesti sunt ab Aufidio Namusa in centum quadraginta libros.

272De nombreux autres passages du Digeste comportent des allusions à l'oeuvre de Namusa, citent isolément son nom, soit Aufidius, soit Namusa, ou encore les Servii auditores, au nombre desquels figure Aufidius Namusa :

  • Digeste, XXXIII, 4, 6, 1 (= De dote praelegata, Labeo)143
  • Id, XVII, 2, 52, 18 (= Ulpianus, Adedictum, livre XXXI, § 18) ;
  • Id, XXXIII, 5, 20 (= De dote praelegata, Labeo) ;
  • Id, XIII, 6, 5, 7 (= Ulpianus, Ad edictum, livre XXVIII, § 7) ;
  • Id, XXXIII, 7, 12, 6 (= Ulpianus, AdSab-,) ;
  • Id, XXXIX, 3, 1, 6 (= Ulpianus, Ad edictum, livre LUI) ;
  • Id, XXXIX, 3, 2, 6 (= Paul, Adedictum, 49) ;
  • Id, XXXV, 1, 40, 3 (= Labeo).
  • 144 Cf. notice suivante, n23.
  • 145 Krueger (P.), Histoire des sources du droit romain, Paris, 1894, p. 89.

273L'abondance des références est trompeuse. Aufidius Namusa n'est pas mieux connu que son contemporain Aufidius Tucca144. D'après Pomponius, il aurait produit un ouvrage de droit – vraisemblablement une compilation – en 140 livres. D'après Krueger145, cet ouvrage aurait été constitué d'un recueil des écrits des disciples de Servius Sulpicius cités juste auparavant. L'opposition établie dans les différents textes qui rapportent cette tradition entre les servii auditores ou les plurimi, et la mention explicite d'Alfenus Varus et d'Ofilius ont fait supposer que ces deux jurisconsultes, cités eux aussi parmi les dix élèves de Servius Sulpicius, n'étaient pas compris dans le recueil de Namusa.

274Ulpien ne cite Namusa qu'à propos de responsa ou de sujets très vagues (17, 2, 52, § 18 ; 13, 6, 5, § 57). S'il semble que, de la dizaine d'élèves qu'eut Servius Sulpicius, ce soit Namusa qui est encore le plus cité à l'époque sévérienne par Ulpien, il ne faut pas en déduire que son œuvre fut magistrale. La fortune d'une œuvre ne reflète pas nécessairement son importance qualitative et quantitative.

  • 146 Priscianus, Inst., VIII, 18, P. Aufidius si quis alio vocitatur nomine tum cum lis constestatur at (...)

275Il existe un bref témoignage du grammairien Priscianus sur le style d'un des auditores de Servius Sulpicus146 nommé P. Aufidius mais on ignore s'il a un rapport avec Namusa.

  • 147 L'odre équestre..., t. I, p. 444.

276Aucun témoignage épigraphique ni littéraire ne nous éclaire sur l'origine sociale et l'éventuelle carrière politique d'Aufidius Namusa. Claude Nicolet pense que c'était un chevalier147, tout comme Aufidius Tucca. Servius Sulpicius Rufus qui était sénateur descendait d'un chevalier.

  • 148 Cf. Schulze (W.), Zur Geschichte lateinischer Eigen-name, Berlin, 1904, cité dans la 2e éd., 1932.
  • 149 Cela est vivement contesté par Alfoldy (A.), « Les cognomina des magistrats de la République romai (...)

277L'étude onomastique n'apporte guère de renseignements. Il semble que le surnom appartienne à un ensemble de noms et surnoms d'origine étrusque proches de < hamusa148. Ce serait même un cognomen de morphologie étrusque caractéristique149.

  • 150 P. Aufidius L. f (C.I.L., XI, 1217, Placentia), notable local et membre de l'ordre équestre. Cf no (...)

278Quoi qu'il en soit, Namusa – tout comme Tucca – est un hapax dans la gens. Sans doute y a-t-il des liens de parenté entre les deux jurisconsultes, mais ils sont indéterminables. Quant au prénom Publius, mentionné dans le texte de Priscianus, il ne nous éclaire pas plus. On notera que c'est un prénom rarement attesté chez les Aufidii de la République150.

23. AUFIDIUS TUCCA

279Milieu du ier s. av. J.-C.

280Origine inconnue. Origine possible : Etrurie.

281– Juriste romain du ier s. av. J.-C.

282RE., A, n° 39 (Jôrs), c. 2296.

283Pomponius, Digeste, I, 2, 2, 44 (cf. citation, notice n° 22).

284Aufidius Tucca était un juriste romain, élève de Servius Sulpicius Rufus, dont on ignore tout de la vie et de l'œuvre. Le passage de Pomponius ne permet pas de savoir de quelle nature étaient ses écrits : ouvrage de compilation, responsa, digestat ?

  • 151 Gaudemet (Jean). Institutions de l'antiquité, Paris, 1967, p. 589.
  • 152 Nicolet (Claude), L'ordre équestre..., t. I, p. 444.

285On ignore son statut. Autant les premiers jurisconsultes du iie s. av. J.-C. se recrutaient le plus souvent dans les vieilles familles sénatoriales, autant « la fin de la République marque un changement dans le recrutement des juristes [...]. Les carrières juridiques s'ouvrent aux chevaliers, aux Italiens des municipes, voire à des affranchis »151. Claude Nicolet estime que c'est un chevalier152 tout comme Aufidius Namusa.

  • 153 Cf. Schulze (W.), Zur Geschichte lateinischer Eigennamen, Berlin, 1904, cité dans la 2e éd., 1932, (...)
  • 154 C.I.L., XI, 3071, 3383, 3498, 3613.
  • 155 Cf. Giacomelli (Gabriella), La lingua falisca, Florence, 1963,1, p. 225.

286Le surnom Tucca dériverait d'un nom d'origine étrusque avec élargissement en –a153. Il est sûr que le surnom Tucca apparaît dès le iiie s. av. J.-C., porté par le consul C. Servilius Tucca, mais son sens demeure obscur. Le surnom Tuccius apparaît quatre fois dans les indices du C.I.L.154. Dans le parler falisque, on connaît Tuconu mais on ignore s'il s'agit d'un gentilice ou d'un surnom et le cas. En raison de sa position isolée dans le parler falisque, ce mot est d'interprétation difficile. La terminaison autoriserait à le classer dans les gentilices ou les surnoms d'origine étrusques. La proximité des territoires étrusque, falisque et latin ainsi que les événements historiques qui ont entraîné des interpénétrations humaines et linguistiques pourraient permettre de confronter la forme falisque Tuconu aux formes latines comme Tucca et Tucerius155.

24. P. AUFIDIUS PONTIANUS

287ier s. av. J.-C. Origine : Amiternum.

  • Négociant en moutons.
  • Chevalier ?

288RE., A, n° 34 (Klebs), c. 2296 = n° 42, liste Ö. W.

289Varron, De re rustica, II, 9, 6 : P. Aufidius Pontianus Amiterninus, cum greges ovium emisset in Umbria ultima, quibus gregibus sine pastoribus carres accessissent, pastores ut deducerent in metapontinos saltus et Heracleae emporium, inde cum domum redissent qui ad locum deduscerant, e desiderio hominum diebus pancis postea canes sua sponte, cum dierum multorumvia interesset, sibi ex agris cibaria praebuerunt atque in Umbriam ad pastores redierunt.

290« P. Aufidius Pontianus d'Amiternum avait acheté des troupeaux de moutons au fond de l'ombrie et, dans l'achat de ces troupeaux étaient compris les chiens, mais non les bergers, et il était stipulé que les bergers devaient les conduire jusqu'aux pacages de Métaponte et à la foire d'Héraclée ; quand ceux qui les avaient conduits à destination furent rentrés chez eux, les chiens, par regret des hommes, peu de jours après et de leur propre mouvement, bien qu'il y eût un trajet de plusieurs jours, s'étant procuré de la nourriture dans les champs, revinrent en Ombrie auprès des bergers ».

  • 156 Cf. Grenier (A.), « La transhumance des troupeaux en Italie et son rôle dans l'histoire romaine », (...)
  • 157 On connaît un Pontius Aufidianus, eques Romanus, sans doute à la même époque, mentionné par Valère (...)
  • 158 Cf. Nicolet (Cl.), L'ordre équestre..., t. II, n° 45.

291P. Aufidius Pontianus appartenait à l'aristocratie comme autorisent à le penser plusieurs indices. La mention de chiens et de bergers par Varron laisse supposer un assez grand troupeau156. En outre, de la richesse très probable qui en découle et des liens qui unissaient cette branche d'Aufidii avec la gens Pontia157 on déduit que P. Aufidius Pontianus était eques Romanus158

  • 159 C.I.L.. IX, 4241.
  • 160 C.I.L.. IX, 4361, 4371, 4468, 4527, 4405, 4406, 3569.
  • 161 En témoigne l'ancienneté des inscriptions, en particulier C.I.L.. IX, 4371 : L(ucius) Ofdius L(uci (...)

292Si Amiternum n'a fourni qu'une seule inscription attestant un Aufidius159,1 Ager Amiternus en a révélé sept160. Cette région est l'un des foyers les plus anciens des Aufidii161. Non seulement on y connaît des Aufidii de naissance, mais aussi des affranchis. L'existence d'une familia ne peut s'expliquer que par une présence durable de la gens ou par les intérêts qu'elle pouvait avoir dans la région. On ne sait s'il faut rapprocher une Aufidia P. I. (A.E., 1988, 527, à Fulginia ou Hispellum), dont l'inscription a été découverte en Ombrie, de ce négociant en moutons. La distance d'une centaine de kilomètres entre les deux sites ombriens n'est pas forcément incompatible : non seulement les troupeaux, mais le personnel se déplaçaient sur de longues distances. La difficulté vient de la datation de l'inscription, qu'on situe entre la fin du ier s. av. et le début du ier s. ap. J.-C. Le rapprochement n'est donc acceptable qu'avec une date haute pour l'inscription.

  • 162 Cf. Maire-Vigueur (J--C.), « La tranzumansa del bestiame tra l'Umbria e il patrimonio alla fine de (...)
  • 163 C.I.L., XI, 6494 : L. Aufidius Pup(inia tribu) Pastor, peut-être postérieure au ier(...)
  • 164 Pro Cluentio, 161.

293P. Aufidius Pontianus avait acheté un troupeau de moutons dans la partie la plus reculée de l'Ombrie. Il est difficile de savoir exactement où, à partir du terme latin ultima. S'agit-il de la partie la plus éloignée par rapport à Amiternum, lieu d'origine de l'acheteur Dans ce cas il faudrait comprendre « au nord ». Ou bien devons-nous traduire l'adjectif par « reculée » et comprendre les hautes vallées, les montagnes-mêmes162 ? L'Ombrie, par sa nature montagneuse, était connue pour son rôle dans l'économie pastorale. C'était une région qui offrait des pâturages frais et gras, dans laquelle nous savons que vécurent des Aufidii dont l'un portait le surnom révélateur de Pastor163. Aussi n'est-il pas exclu que I'Ombrie ait accueilli des Aufidii éleveurs dès le ier s. av. J.-C., à moins que l'installation de la gens ou la présence du nomen gentilicium en Ombrie ne soit une des conséquences de l'activité de P. Aufidius Pontianus. Il est certain en tout cas, comme en témoigne Cicéron164 que cette activité existait au ier s. av. J.-C. Amiternum.

25. SEX. AUFIDIUS

294ier s. av. J.-C. 44-43 av. J.-C.

295Origine inconnue.

  • Héritier de Q. Turius qui in Africa negotiatus est.
  • Chevalier probable.

296Cicéron, Fam., XII, 26, 1 sqq. ; Fam., XII, 27, 1 sqq.

297RE„ A, n° 11 (Klebs), c. 2289 = n° 27, liste Ö. W.

  • 165 Cf. Deniaux (Elizabeth), Clientèles et pouvoir à l'époque de Cicéron, Rome, 1993, p. 458-460.
  • 166 Sex. Aufidius et observantia, qua me colit, accedit ad proximos et splendore equiti Romano (...)

298Cité par Cicéron dans une lettre de 45 av. J.-C. parmi les héritiers de Q. Turius qui faisait des affaires en Afrique au milieu du ier s., chaleureusement recommandé vers la même époque au gouverneur de l'Africa vêtus Cornificius dans une lettre spéciale165, Sextus Aufidius était vraisemblablement un chevalier comme le laisse penser le terme de splendor utilisé166.

  • 167 Cicéron, Fam., XII, 27, 1. À noter que Cicéron, dans le Pro Flacco, X, 86, parle de M. [Aufidius] (...)
  • 168 C.I.L, XIV, 3041.

299L'origine de Sex. Aufidius est inconnue. Cicéron le compte parmi ceux qu'il appelle proxim167. Le terme ressortit au vocabulaire de l'amicitia de manière métaphorique. Il est probable que la communauté d'intérêt des différents héritiers de Q. Turius a fait de Sex. Aufidius un proximus de Cicéron. L'épigraphie ne nous éclaire pas davantage sur ce point. Si l'on a retrouvé à Praeneste un tuyau de plomb avec la mention Sex. Aufidius Secundus168 qui témoigne d'une présence sénatoriale ou équestre et si l'on sait que le gouverneur Cornificius était originaire de Lanuvium, à proximité de Rome et de Praeneste, on ne doit pas en déduire l'origine de Sex. Aufidius. Comme on ignore aussi en quoi consistaient les affaires de Q. Turius, il est difficile de situer géographiquement et socialement Sex. Aufidius par rapport aux sénateurs, aux chevaliers et aux notables ses contemporains.

  • 169 Sur les 23 documents, dix sont des inscriptions romaines : C.I.L., VI, 3164, 12831, 3835 et 31743, (...)

300D'un point de vue onomastique, 23 documents attestent le prénom Sextus, exclusivement dans l'occident latinophone (cf. tableau du « corpus des Sexti Aufidii », ch. I). La plupart illustrent le milieu des affranchis ou des descendants d'affranchis mais aucun n'est indiscutablement datable du ier s. av. J.-C.169.

301Le fait que plusieurs de ces Sex. Aufidii soient recensés en Afrique ou à Rome dans le milieu des affranchis peut laisser croire que l'héritier de Q. Turius aurait été l'un des premiers Aufidii à posséder des terres en Afrique.

26. P. AUFIDIUS L. f.

302Seconde moitié du ier s. av. J.-C. 20 av. J.-C.

303Origine : Placentia.

  • IIII vir,
  • II vir,
  • tr(ibunus) milit(um),
  • praefiectus) fabr(um).

304n° 19 (20 et 24), liste Ö. W.

305C.I.L., XI, 1217 :

306P(ublius) Aufidius L(ucii) fiilius) quattuorvir, duumvir,/tr(ibunus) milit(um), praefiectus) fabr(um) sibi et/L(ucio) Aufidio Cn(aei) fiilio) patri et/Fadienae P(ublii) fiiliae) matri et/L(ucio) Aufidio L(ucii) fiilio) fratri, quattuorlvir(o), et/Salviae Cilae fratris uxori et/Libumiae L(ucii) fiiliae) consobrianae./Factum ex testamento HS (.). Arbitratu C(ai) Annisidi C(ai)f(ili) Rufi.

307Publius Aufidius, fils de Lucius, quattuorvir, duumvir, tribun des soldats, préfet des ouvriers, pour lui et pour Lucius Aufidius, fils de Caius, son père, et Fadiena, fille de Publius, sa mère, et Lucius Aufidius, fils de Lucius, son frère, quattuorvir, et Salviae Cila, la femme de son frère, et Liburnia, fille de Lucius, sa cousine. Fait par testament. Sesterces [...]. Par l'arbitrage de Caius Annisidus Rufus, fils de Caius.

  • 170 C.I.L.. XI, 1270.
  • 171 C.I.L.. XI, 402.
  • 172 L'ordre équestre sous les Julio-Claudiens, Rome, 1988, p. 70.

308Cette inscription est la seule qui atteste la présence des Aufidii à Placentia, mais elle montre qu'ils y avaient tissé des relations familiales locales. Si le nom de la mère de P. Aufidius L. f. est inconnu dans la région, en revanche celui de sa belle-soeur, Salvia Cila, est connu par des affranchis170. Il en est de même du nom de la cousine, Liburnia, puisqu'un duumvir est attesté à Ariminum171. S. Demougin pense qu'il s'agit d'une cousine du côté maternel172. Peut-être le frère de P. Aufidius était-il l'aîné, puisqu'il porte le prénom du père (cf. stemma 5). Quant au prénom du grand-père du dédicant, Cnaeus, il évoque le prénom caractéristique des sénateurs tribuns de la plèbe et préteurs du iie s. (cf. notices n° 2, 5, 9 et 13).

  • 173 Cf. Demougin (Ségolène), op. cit. supra, p. 70-71.

309La carrière de P. Aufidius commence avec deux charges municipales dont la dénomination et l'ordre ont été discutés173. Le frère de P. Aufidius fut lui aussi quattuorvir, mais il ne semble pas avoir exercé d'autre magistrature municipale et encore moins de milice équestre, sinon, il ne fait pas de doute que P. Aufidius l'aurait indiqué puisqu'aussi bien parenté et parentèle sont signalées.

  • 174 Cf. Degrassi (A.), « Quattuorviri in colonie romane e in municipi netti da duoviri », in Mem. Acc. (...)

310Cette inégalité entre la carrière des deux frères peut être un indice de la présence relativement ancienne de la famille à Placentia. Le changement de nom de la magistrature a été interprété comme le signe d'une fondation coloniale à Placentia174.

311Il exerça ensuite deux charges de début de carrière équestre : le tribunat dans une légion puis la préfecture des ouvriers, qui vinrent couronner une ascension sociale commencée dans la cité comme on en rencontre souvent à l'époque augustéenne.

27. M. AUF[IDIUS] SCAEVA

312Seconde moitié du ier s. av. J.-C. 37-36 av. J.-C. Origine inconnue.

313– Officier sous les triumvirs, à Lipara ?

314RE, A, n° 37 (Klebs), c. 2296.

Sources et bibliographie

  1. Babelon, Description historique et chronologique des monnaies de la République romaine, Paris, 1885,1.1, p. 234 Bab.).
  2. Grant (Michael), From Imperium toAuctoritas, Cambridge, 1946, p. 52-54 (= FITA.).
  3. Crawford (M.), RRC, 1974,1, p. 547-548, n° 20.
  4. Banti (Alberto), Corpus Nummorum Romanorum. Monetazione republicana, Florence, A. Banti, 1980 (=CNR.).

Corpus monétaire

315n 1. Once = Bab., 4, dessin ; CNR., sn. 13, photo : douteux.

  • Tête casquée de la déesse Rome, à droite. SCAEVA – avec ligature de A et E – devant elle à droite, du menton au casque. Ligne de points en bordure.
  • Centaure courant à droite ; MA VF en monogramme. Ligne de points en bordure.
  • 175 Deux arguments sont donnés pour justifier ce rejet : la possibilité d'un grand nombre d'autres res (...)

316Il faut être très prudent quant à l'attribution de cette pièce dont Babelon dit avec juste raison qu'« aucun texte ne vient confirmer l'attribution [...] à un membre de la famille Aufidia » et que Mickael Grant rejette175. Mickael Crawford, lui, la rejette de son corpus en considérant qu'elle n'est pas d'époque républicaine.

317Cette pièce appartient à un ensemble monétaire méridional de l'armée d'Octave, très homogène par l'originalité des figures, mais qui ne peut pas être attribué précisément parce que les pièces qui le composent sont rares, mal conservées ou insignifiantes.

  • 176 On a attribué à ces pièces Lipara comme origine géographique. C'était une base navale d'Octave et (...)
  • 177 Dans la seconde moitié du ier s. av. J.-C., on ne connaît guère que le centurion de César (...)

318Le personnage, quel qu'il soit, dont le nomen et le praenomen sont inscrits en abrégé sur le revers de cette pièce, est plutôt un officier d'Auguste qu'un monetalis176. Les décors de l'avers et du revers diffèrent de ceux des monnaies des ateliers romains de la République. Quant à l'origine de l'individu, elle est incertaine. Si le prénom et le nom ne sont pas indésirables dans le corpus des Aufidii des deux derniers siècles av. J.-C., le surnom, lui, est d'interprétation délicate177.

28. [...] AUFIDIUS

319ier s. av. J.-C. ? Epoque augustéenne.

320Origine : Interamna Nahars

  • [I]IIIvir i (ure) d (icundo),
  • [praef (ectus) co]hortis [...],
  • trib (unus) mil (itum) leg(ionis) [...e]t Legioni[s...].

321C.I.L., XI, 4183a

322Aufidi [us ?/I] IIIvir i(ure) d(icundo)/[praefiectus) c]ohortis/trib(unus) mil(itum) leg(ionis) [ ? / e]t legioni [s ?].

323... Aufidius, quattuorvir iure dicundo, préfet de la cohorte [ ], tribun des soldats de la légion [ ] et de la légion [ ].

324Cf. H. Devijver, M.E., A, 194.

  • 178 Les autres Aufidii sont les suivants :
  • 179 Cf. Demougin (Ségolène), L'ordre équestre sous les Julio-Claudiens, Rome, 1988, notice n° 39, p. 7 (...)
  • 180 Cf. notice n° 26.

325L'inscription, très mutilée, ne comporte pas d'autres indications. Elles permettent de cataloguer cet Aufidius parmi les très rares notables locaux dece nom qui ont accédé à l'ordre équestre en remplissant des milices178, à l'époque augustéenne pour ce qui le concerne179. Parmi les Aufidii à' Interamna Nahars, il est le seul dans cette situation. Du point de vue de la carrière, son cas est proche de celui de P. Aufidius L. f. de Placentia (C.I.L., XI, 1217)180.

29. AUFIDIUS

32620 av. J.-C.

327Origine : Patras ?

328– Vainqueur à la course aux jeux olympiques en 20.

329RE., A, n° 2 (Kirchner), c. 2288.

330Eusebius, Chron., I, 190 ; 213.

  • 181 I.G., XII, 5, 860.
  • 182 .I.G., XII, 5, 1,39.

331S'il faut considérer l'origine de l'Aufidius indiquée dans cette référence comme un ethnique, ce personnage qui remporte une course en 20 av. J.-C. serait le seul Aufidius dans cette région de la Grèce. Les seuls Aufidii connus à cette époque dans le monde hellénique résident dans les îles de la Mer Egée, à Ténos181, pour ce qui est de L. Aufidius L. f. Bassus, et à Naxos182, pour ce qui est de D. Aufidius Sp. [f.] connu par une liste éphébique de 51/50 av. J.-C.

332Il est aussi difficile de supposer un lien quelconque entre ce vainqueur olympique et les Aufidii de l'« Orient méditerranéen » qu'entre lui et les rares Aufidii qui ont eu des attaches avec l'Italie méridionale ou qui y ont séjourné, alors même que Patras était un point de passage entre cette partie de l'Italie et la Grèce.

333Sa participation aux jeux olympiques incite à le considérer comme un autochtone, peut-être descendant d'un affranchi des nombreux Aufidii qui eurent au iie s. av. J.-C. des intérêts dans ces régions.

30. T. AUFIDIUS T. f. ANI. SPINTER

334Seconde moitié du ier s. av. J.-C.

335Origine : Alexandria Troas.

  • Résident, avec sa famille, à Pergame.
  • tr(ibunus) mil(itum) in Hispania leg(ionis) IIII, an(nis) V, entre 27 et 19 av. J.-C.

336C.I.L., III, 399, Pergame :

337Tullia M(arci) f(ilia)/viva fecit sibi et suis :/M(arco) Tullio M(arci) f(ilio) Cor(nelia tribu) Cratippo/fratri suolsacerdoti Romae et Salutis,/T(ito) Aufidio T(iti) fiilio) Ani(ensi tribu) Balbo f(ilio) suo/tr(ibuno) mil(itum) Alexandr(eae) ad Aegypt(um)/leg(ionis) XXII ann(is) VIIII,/T(ito) Aufidio T(iti) f(ilio) Ani(ensi tribu) Spinteri viro suoltr(ibuno) mil(itum) in Hispania/leg(ionis) IIII an(nis) V.

338Tullia, fille de Marcus a, de son vivant, fait ériger cette épitaphe pour elle et les siens : pour Marcus Tullius Cratippus, fds de Marcus, de la tribu Cornelia, son frère, prêtre de Rome et Salus ; pour Titus Aufidius Balbus, fils de Titus, de la tribu Aniensis, son fils, tribun militaire de la XXIIe légion (stationnée) à Alexandrie près de l'Egypte, pendant neuf années ; pour Titus Aufidius Spinter, fils de Titus, de la tribu Aniensis, son mari, tribun des soldats, en Espagne, de la IVe légion, pendant cinq ans.

Bibliographie

339Devijver (H.), M.E., A, 199 + pars quarta, I, id.

340Devijver (H), B.A.R., 297 (1986), n° 11 ;

341LeRoux (Patrick), L'armée romaine, p. 305, n° 5 ;

342Brunt (P. A.), » C. Fabricius Tuscus and an Augustan Dilectus », in Z.P.E., 1974, 13, p. 173, 185.

343Demougin (Ségolène), Prosopographie des chevaliers romains julio-claudiens, Rome, E.F.R, 1992, coll. E.F.R., 153, p. 69-70, notice 57 ; p. 130 ; L'ordre équestre sous les Julio-Claudiens, Rome, E.F.R., 1988, coll. E.F.R., 108, p. 539.

344Habicht (Christian), Altertiimer von Pergamon, VIII, 3, Die Inschrifien des Asclepieions, Berlin, 1969, p. 164-165.

345Titus Aufidius Spinter, tribun angusticlave, a dû passer dans la IVe légion Macedonica vraisemblablement entre 27 et 19 av. J.-C.. Il prit ainsi part durant cinq années aux campagnes ibériques d'Auguste.

346Son épouse, Tullia, était la fille du philosophe stoïcien Kratippos qui avait obtenu la cité de César grâce à l'entremise de son ami Cicéron dont il prit les prénom, nom et tribu. C'est elle, de son vivant, qui fait graver l'épitaphe du tombeau familial (cf. stemma 6).

  • 183 L'ordre équestre sous les Julio-Claudiens, Rome, 1988, p. 310 et suivantes, p. 550 ; Proso (...)
  • 184 Birley (E.), « Septimius Severus and the Roman Army », in E S., 8, 1969, p. 79.

347Du point de vue du statut social, on observe une lignée équestre du côté des Aufidii. Le fils est chevalier tout comme le père et il est remarquable que tous deux aient été tribuns dans la légion. Pour Ségolène Demougin il s'agit d'une nouvelle lignée dont le fondateur serait T. Aufidius Spinter183. Du père de celui-ci on ne connaît, par déduction, que le prénom Titus. La tribu Aniensis dans laquelle étaient inscrits Spinter et son fils Balbus, était celle d'Alexandria Troas. On a supposé pour cette raison que ces Aufidii en étaient originaires. E. Birley pense qu'ils étaient originaires de Pergame184

  • 185 Valère Maxime, VI, 9, 7. Cf. notice n° 15.

348L'inscription donne un exemple de transmission d'un même prénom sur trois générations successives. Or il s'agit d'un prénom peu courant chez les Aufidii, recensé une seule autre fois en Asie avec T. Aufidius, homo novus qui finit sa carrière comme gouverneur de la province d'Asie en 66 av. J.-C. après avoir eu des intérêts dans une société de publicains au même endroit185.

  • 186 Cf. Suolahti (Jaakko), The Junior Officiers of the Roman Army in the Republican Period. À Study on (...)

349Dans ces conditions on doit se demander si le père de T. Aufidius Spinter aurait pu avoir un lien avec ce sénateur ou si, comme le philosophe Kratippos, dont il devait être le contemporain, il aurait reçu le droit de cité à titre individuel. Si la plupart des tribuns militaires que nous connaissons pour cette période de la fin de la République et du début de l'Empire sont de naissance équestre – comme ce sera d'ailleurs et logiquement le cas pour T. Aufidius Balbus –, il en est aussi qui appartenaient à des gentes locales et d'autres qui doivent leur dignité à Auguste qui récompensait ainsi la fidélité dont ils avaient fait preuve186.

350Le surnom porté par le mari de Tullia est d'origine grecque.

  • 187 Cf. Habicht (Christian), Altertiimer von Pergamon, VIII, 3, p. 164-165.
  • 188 Demougin (S.), op. cit., p. 668.

351Cette lignée équestre n'a pas connu d'ascension sociale fulgurante et nous perdons sa trace après Aufidius Balbus, mais le tombeau familial porte assurément la marque d'une famille de l'aristocratie locale. L'épouse de T. Aufidius Spinter était la sœur d'un prêtre de Rome et de Salus peu avant 29 av. J.-C.187. De telles alliances semblent peu nombreuses sous les Julio-Claudiens mais cela témoigne des « excellentes relations entre les notabilités locales et les membres de l'ordre équestre, du moins dans sa strate inférieure ; ceux-ci se marient dans le milieu qui leur est le plus proche et assurent en même temps à leurs épouses le premier rang dans les cités de l'empire, et une place enviable dans la hiérarchie sociale »188

31. L. AUFIDIUS L. f. Aem. VINICIANUS EPAGATINUS

352Seconde moitié du ier s. av. J.-C. - début du Principat.

353Origine : Fundi.

354Photographie n° 8.

  • Praef(ectus) fabr(um),
  • trib(unus) mil (itum),
  • aed(ilis) bis,
  • quinq(uennalis) bis.

355C.I.L., XII, 4357, Narbo :

356L(ucio) Aufidio L(ucii) f(ilio) Aem(ilia tribu)/Viniciano Epagatino/praef(ecto) fabr(um), trib(uno) mil(itum)/aed(ili) bis, quinq(uennali) bis, Fundis/et Oliae L(ucii) l(ibertae) Nice, uxori.

357À Lucius Aufidius Vinicianus Epagatinus, fils de Lucius, de la tribu Aemilia, tribun militaire, préfet des ouvriers, édile deux fois, quinquennalis deux fois, de Fondi, et à Olia Nice, affranchie de Lucius, sa femme.

  • 189 Cette inscription a fait l'objet d'une communication intitulée « A propos d'une inscription de Nar (...)
  • 190 À Narbonne, C.I.L., XI, 5030 ; 5031, avec deux affranchis : Olia Q. 1. Iucun [da] et Q. Olius Q. I (...)
  • 191 Vinicii : C.I.L., XII, 5237, 4417 qui mentionne un notable local, édile et duumvir du nom d (...)
  • 192 L'hypothèse de l'adoption semble toutefois moins probable à cette époque que durant la République. (...)
  • 193 CIL. XII, 4417. Il est citoyen de Narbonne dont il a la tribu. Il fut édile, duumvir et que (...)
  • 194 C.I.L., XIII, 969.
  • 195 Comme tel, Epagatinus est inconnu dans les indices du CIL, X. Epagathus ou Epacathus existent, eux (...)

358Datable par la paléographie et la forme des points séparatifs (voir photographie n° 8) du début du Principat, l'inscription de L. Aufidius Vinicianus Epagatinus nous fait connaître un de ces nombreux chevaliers par l'exercice de milices équestres qui ont également été des magistrats municipaux. Son originalité réside dans le fait qu'originaire de Fundi, dont il a la tribu et où il a exercé ses magistratures, L. Aufidius Vinicianus Epagatinus s'est retiré et installé en Gaule Narbonnaise où il a épousé une affranchie189. Olius est un nomen connu à Narbo et dans d'autres cités de la province190. Ses deux surnoms évoquent des noms eux aussi bien connus à Narbo191. La terminaison caractéristique avec le suffixe -anus du premier de ses deux surnoms peut révéler une adoption ou des liens familiaux créés par des mariages192. Il y a à Narbo un M. Vinicius Astragalus semble-t-il affranchi d'un Epagatinus et surtout des Vinicii qui furent des magistrats municipaux. C'est le cas de P. Vinicius P. f. Papir(ia tribu)193 et de Vinicius Pap(iria tribu) Secundus qui, après avoir parcouru tout le cursus municipal, s'en vint mourir à Périgueux194. Mais ce nomen est aussi connu en Campanie, à Cales notamment, où cette famille a donné des sénateurs dès le milieu du ier s. av. J.-C. En revanche on rencontre assez peu de Vinicii dans la région de Fundi. L'étude onomastique relative au second surnom du personnage est moins riche mais ne contredit pas les observations déjà faites195. Tout concourt à dessiner un milieu aisé et une ambiance économique où les échanges de produits agricoles, notamment le vin, avaient de l'importance. On rappellera ici que Fundi et Cales sont deux cités situées au cœur de riches terroirs viticoles, respectivement celui du Cécube et celui du Falerne. Un tel contexte économique et social rend envisageable un rapprochement avec l'autre édile de Fundi, connu par Horace, Aufidius Luscus (notice n° 20), dont il pourrait être un descendant d'affranchi. Devenu riche et chevalier, installé à Narbonne peut-être parce que sa femme y avait des propriétés, il y acquit une position notable dont témoigne cette inscription de belle facture, légèrement incurvée, qui devait appartenir à un mausolée circulaire.

32. P. AUFIDIUS P. f. Aem. COTTA

3592de moitié du ier s. av. J.-C.

360Origine inconnue. Latium ou Ombrie, possible.

361C.I.L., VIII, 7223, Cirta. Cippe, H ; 0,67 x 1. 0,38 m.

362P(ublius) Aufidius/P(ublii) fiilius) Aem(ilia tribu) Cottalh(ic) s(itus) e(st). V(ixit) a(nnis) XL V.

363Publius Aufidius Cotta, fils de Publius, de la tribu Aemilia repose ici. Il a vécu 45 ans.

364P. Aufidius P. f. Aem. Cotta est le premier citoyen porteur du nomen Aufidius connu sur le sol africain. C'était un Italien d'origine. En effet, la tribu de Cirta, comme celle des cités de la confédération ou qui en dépendaient, était notoirement la tribu Quirina et aucune cité d'Afrique n'est connue pour avoir été rangée dans la tribu Aemilia.

  • 196 Cf. Pflaum (H.-G.), « Remarques sur l'onomastique de Cirta », in Limes, Bâle, 1959. L'importance d (...)

365Cirta fut l'un des centres importants de diffusion de la romanité en Numidie en raison de l'ancienneté de la romanisation de la cité, commencée à la fin de la République, poursuivie à l'époque augustéenne et achevée sous les Flaviens196.

366P. Aufidius Cotta était un immigrant selon toute probabilité, d'origine italienne si, dans le contexte relatif aux Aufidii, on considère sa tribu, connue à Formiae, Fundi et Mevania. Qui plus est, son surnom se rapproche des surnoms d'origine étrusque terminés en -a comme Tucca et Namusa portés par deux juristes du milieu du ier s. av. J.-C. Mais il est impossible de savoir exactement quand P. Aufidius Cotta se trouva en Afrique, à Cirta, entre le milieu du ier s. av. J.-C. et la fin du ier s. ap. J.-C. De même on ignore s'il fut véritablement le premier Aufidius à Cirta ou s'il n'était que le descendant d'un immigré. L'ambiance familiale et politique incite cependant à penser que les origines de la présence de cet individu remontent à la fin de la République et à l'époque augustéenne, propices à bouleversements sociaux, transferts de fortunes sur des branches collatérales et migrations à la faveur de décisions politiques.

33. AUFIDIUS BAEBIANUS AUFIDIUS BASSUS AUFIDIUS LO [L]LIANUS

367ier s. av./ier s. ap. J.-C. Origine inconnue

368Neoclaudiopolis

369– Trois fils d'un citoyen romain (polites).

370Studia Pontica, III, n° 72a, Neoclaudiopolis – Vezir-Keupru = B.C.H., 1909.

371ΑυΦιδιωι .../..........] πο[λιτηι] / Ρωμα [ιωι] / βιωσαντι σ[ε]/ μνως ΑυΦι/ διοι Βαιβια/ νος, Βασσος, / Λο[λ]ιανς/ τω[πατ]ρι μνη/ μης χαριν.

372[À Aufidius...] citoyen romain ( ?) qui a vécu dignement. Les Aufidii Baebianus, Bassus, Lollianus, à leur père. À la bonne grâce de [sa ?] mémoire.

373Cette inscription a été publiée pour la première fois dans le Bulletin de correspondance hellénique, en 1909, à la suite d'une inscription trouvée elle aussi à Vezir-Keupru qui nous fait connaître un soldat, peut-être originaire de la région, venu s'installer au village d'Aufid[ ? après avoir servi dans la légion comme primipile au camp de Mélitène sur la frontière d'Arménie. Le nom exact du lieu où s'est installé ce soldat semble se déduire de l'inscription qui mentionne Baebianus, Bassus et Lollianus.

  • 197 Grégoire (H.), « Rapport sur un voyage d'exploration dans le Pont et en Cappadoce », in B.C (...)

374Les deux inscriptions sont accompagnées d'un commentaire qui fait d'Aufidioï (1. 5-6 du texte) un locatif provenant d'Aufidion et qui suppose que ce nom désignait une localité rurale voisine, sise à deux kilomètres au nord-ouest de Vezir-Keupru, du nom d'Audan : « Bien que je n'aie pu obtenir aucun renseignement précis sur la provenance [de cette inscription], je n'hésite pas à identifier Audan et Aufidion. L'origine du nom antique n'est pas facile à trouver. Un grand personnage romain, un légat de Galatie, ou peut-être un procurateur fut le fondateur éponyme d'Aufidion »197

  • 198 Strabon, Géographie, livre XII, 3, 38 ; et plus généralement, 3, 12-13.

375La localisation exacte de l'origine de cette inscription aurait été bien utile à la découverte des racines des trois Aufidii. Vezir-Keupru, ou une localité voisine, se trouve à proximité d'une rivière sous-affluent de rive droite de l'antique Halys, dans son cours inférieur. La ville et les campagnes environnantes sont situées à environ quatre-vingts kilomètres de la côte dans un relief de collines. C'était une riche région agricole dans l'antiquité, une « terre productive de blé » comme l'appelle Strabon198. L'abondance des fragments antiques retrouvés témoigne de la densité de la population dont un bon nombre vivait sans doute dans une certaine aisance si l'on en juge par le beau marbre blanc des petits monuments funéraires. La région était également située sur les grandes routes commerciales du nord de l'Asie Mineure. Cela permet de comprendre la prospérité économique durable et la richesse d'habitants parmi lesquels on comptait fréquemment des cives Romani.

376Les trois personnages cités dans le texte portent chacun un surnom, mais on ne leur connaît pas de prénom. Le nomen gentilicium n'apparaît qu'aux quatrième et cinquième lignes lisibles de la pierre. La mise en commun du nom gentilice laisse supposer que Baebianus, Bassus et Lollianus sont frères. Il est probable qu'ils avaient le statut de cives romani, mais ce n'est pas certain.

  • 199 L'index du C.I.L. comporte 50 occurrences de ce nomen au masculin et 13 au féminin.
  • 200 Il s'agit respectivement de C.I.L., XI, 6348 à Pisaurum-, 6512, 6522 et 6553a, à Sarsina, 4679 à T (...)

377Le surnom Baebianus suggère un lien de parenté avec des Baebii, non gentilice que l'on rencontre un peu partout et particulièrement en Ombrie199, et dans quatre cités où nous connaissons aussi des Aufidii : à Pisaurum, Sarsina, Tuder et Mevania200.Pour la Campanie et le Latium doit être retenue une inscription de Minturnae (C.I.L., X, 6013) qui mentionne une Aufidia mariée à un notable de Teanum Apulum du nom de P. Baebius Iustus.

  • 201 I.G.. XII, 5, 860. Cf. notices n° 6, 7 et 11.

378Le surnom Bassus rappelle les Aufidii de Délos et Ténos201 qui vécurent au ier s. av. J.-C. et l'historien Aufidius Bassus qui vécut lui à la charnière des ier s. av./ap. J.-C. Des premiers on ignore en réalité sur quoi était fondée leur richesse et quel fut le devenir du fils du banquier de Délos qui avait repris les affaires de banque de son père à Ténos.

379Aucune explication satisfaisante de l'origine des Aufidii Baebianus, Bassus et Lollianus ne peut être donnée. La Phrygie et le centre de l'Anatolie ont vu plusieurs Aufidii à des époques différentes et rien ne permet de les rattacher à quelque chevalier ou sénateur.

34. T. AUFIDIUS T. f. Ani. BALBUS

380ier s. av./ier s. ap. J.-C.

381Origine : Alexandria Troas.

  • Résident avec sa famille à Pergame.
  • tr(ibunus) mil(itum) Alexandr(eae) ad Aegyptum leg(ionis) XXII, ann(is) VIIII.

382C.I.L., III, 399, Pergame : cf. texte notice n° 30.

Bibliographie :

383Cf. notice n° 30 ; Demougin (Ségolène), Prosopographie des chevaliers romains julio-claudiens, Rome, E.F.R., 1992, coll. E.F.R.-153, p. 130, notice 130.

  • 202 Cf. Devijver (Hubert), « Suétone, Claude, 25, et les milices équestres », in Ancient Society, 1, 1 (...)
  • 203 Cf. Demougin (Ségolène), L'ordre équestre sous les Julio-Claudiens, Rome, E.F.R., 1988, Prosopogra (...)

384Titus Aufidius Balbus, fils de Titus Aufidius Spinter, appartient comme son père à l'ordre équestre. Il fut comme lui tribun angusticlave de légion, mais, à la différence de celui-ci dans la légion XXII stationnée à Alexandrie près de l'Egypte. La durée de son service fut longue – neuf ans – et sans mobilité apparemment. De telles caractéristiques se rencontrent sous Tibère202. Son séjour en Egypte se place sous Auguste203.

385La carrière de T. Aufidius Balbus est comparable à celle de son père (notice n° 30).

  • 204 C.I.L., III, 6627. Deux pierres carrées. Sur l'une : C(aius) Aufidius C(ai) flilius) Pol(l (...)
  • 205 B.G.V., IV, 1104. Il est très peu probable que le T. Aufidius dont le nom apparaît sur ce (...)

386On ne doit pas attribuer le nom de deux légionaires appartenant à la légion XXII et à la légion III, stationnées en Egypte, qui apparaissent sur une inscription trouvée à Coptos204 au tribun militaire Aufidius Balbus. Cette inscription date en effet de la fin du ier s. av. J.-C. L'hypothèse d'un phénomène identique est posée pour le cas de T. Aufidius dont le nom apparaît sur un contrat avec un simple soldat daté de 8 av. J.-C.205

35. AUFIDIUS BASSUS

387Fin du ier s. av. J.-C. – 60 ap. J.-C.

388Origine inconnue.

389– Historien.

390P.I.R. 2, A, 1381.

391Quintilien, Institution oratoire, X, 1, 103 :

392Quam paulum aetate praecedens eum Bassus Aufidius, egregie, utique in libris belli Germanici, praestitit genere ipso, probabilis in omnibus sed in quibusdam suis ipse uiribus minor.

393« [En revanche, l'historiographie n'a pas à le céder aux Grecs (101) [...]]. (103) Cette autorité on la trouve à un degré hors de pair dans son genre chez Aufidius Bassus, qui vécut peu avant [Servilius Nonianus], surtout dans ses livres sur la guerre de Germanie ; estimable partout, il a été inférieur à lui-même dans certaines de ses œuvres ».

394Sénèque, Epist., livre IV, lettre 30, notamment :

395Bassum Aufidium, uirum optimum, uidi quassum aetati obluctantem. Sed iam plus ellim degrauat quam quodpossit adtolli : magno senectus et uniuerso pondéré incubuit » etc.

396« Je viens de voir Bassus Aufidius, cet excellent homme ; je l'ai trouvé cassé, luttant contre l'âge. Mais la charge est trop lourde aujourd'hui pour être soulevée. La vieillesse pèse sur lui et l'accable de toute part » etc.

397Le nom d'Aufidius Bassus apparaît également chez Pline le Jeune, Epist., III, 5, 6, chez Tacite, DiaL, 23 et chez Sénèque le Père, Suas, 6, 18, 23, parmi d'autres noms d'historiens ou d'écrivains et dans des discussions sur les styles.

  • 206 Cf. Bayet (Jean), Histoire de la littérature latine, Paris, A. Colin, 3e éd., 1965, p. 266.

398D'après Quintilien nous savons qu'Aufidius Bassus était un peu plus âgé que Servilius Nonianus qui fut consul en 35 ap. J.-C. et mourut en 59. Dans la lettre de Sénèque, qui date à peu près de 60, Aufidius Bassus est âgé mais encore plein d'esprit et de bonne humeur. Il semblerait aussi que dans sa jeunesse, Aufidius Bassus se serait lié au poète Properce, originaire d'Ombrie206. Aufidius Bassus est donc probablement né dans le dernier tiers du ier s. av. J.-C.

399Nous ignorons tout de sa vie publique et ce que disent ses contemporains ou les auteurs qui se sont référés à lui pour écrire des Histoires soulève plus de questions que cela n'éclaire sa vie, ses origines ou ses sources. Grâce à Sénèque, nous savons qu'à la fin de sa vie, Aufidius ne s'occupait que de philosophie et que ses préférences allaient à l'épicurisme. Tous les autres auteurs le présentent comme un historien qui s'intéressa à des événements politiques et militaires.

  • 207 Cf. Bardon (Henri), La littérature latine inconnue, Paris, 1952, t. II, p. 164.

400Deux œuvres sont attribuées à Aufidius Bassus : Les guerres de Germanie et probablement des Histoires207. Le premier ouvrage racontait les luttes de Tibère, Drusus et Germanicus. Dans le second, nous savons par Pline le Jeune dont l'onde avait écrit une suite, et par Pline l'Ancien lui-même, qu'Aufidius Bassus décrivait la mort de Cicéron. Sans doute les Histoires commençaient-elles avec les proscriptions.

  • 208 Tacite, Annales, III, 22.

401La valeur des informations d'Aufidius Bassus et la qualité de son style ont été reconnues par tous. Quintilien estime surtout Les guerres de Germanie. Sénèque donne à ses propres Histoires le nom de Suite à Aufidius Bassus. Dans son Dialogue des orateurs, Tacite loue le style moderne de l'historien et dépend peut-être de lui dans le passage des Annales relatif au procès d'Aemilia Lepida208.

  • 209 Hypothèse émise par Gascou (Jacques), Suétone historien, Rome, note 6, p. 253.

402Il est difficile de déterminer la nature et la part d'influence qu'a pu avoir Aufidius Bassus sur ceux qui l'on suivi. Suétone pourrait en avoir été tributaire209.

  • 210 Op. cit., p. 166.
  • 211 Id., ibid., p. 161.
  • 212 Cn. Aufidius. Cf. notice n° 8.

403Compte tenu de la qualité des informations qui ont servi à Suétone et Tacite, on s'est demandé si Aufidius Bassus aurait été sénateur et aurait participé aux délibérations du Sénat. Henri Bardon estime qu'il « appartenait à l'opposition qui groupe tant de philosophes et d'historiens »210 affirmation d'une possibilité qui n'est pas démontrée. Certes, « écrire l'histoire reste [...] une des occupations littéraires les plus aimées »211 et parmi les Aufidii nous connaissons un sénateur prétorien, plus âgé que Cicéron, qui écrivit une histoire en grec212 mais le portrait politique et humain d'Aufidius Bassus reste une vague esquisse que l'onomastique ne permet pas de préciser.

  • 213 Cf. les notices n° 6, 7, 11 et 33.

404Les quatre autres Aufidii Bassi sont exclusivement attestés dans l'Orient méditerranéen et, qui plus est, pour au moins deux d'entre eux dans le milieu des negotiatore213. Comme les sources littéraires ne mentionnent pas le prénom de l'historien, aucune hypothèse sur des liens familiaux ne doit être émise.

36. AUFIDIUS

405ier s. ap. J.-C ?

406Origine inconnue et indéterminable.

407R.E., A, n° 3 (P. v. Rohden), c. 2288.

408Juvénal, Satires, IX, 25 :

409[...] Nuper enim, ut repeto, fanum Isidis et Ganymedem/Pacis et aduectae sécréta Palatia matris/et Cererem (nam quo non prostat femina templo ?)/notior Aufidio moechus scelerare solebas/quodque taces, ipsos etiam inclinare maritos.

410« [Tu me sembles donc avoir changé ton plan d'existence et aller au rebours de ta vie antérieure]. Naguère en effet, je m'en souviens, dans le sanctuaire d'Isis, près du Ganymède qu'abrite le temple de la paix, au Palatin, où se célèbrent les mystères de la Grande Mère depuis son importation chez Cérès (quel est le temple en effet où les femmes ne se prostituent pas ), c'était ton habitude de profaner le lieu, adultère plus fameux qu'Aufidius et (mais tu ne t'en vantes point) de faire plier les maris eux-mêmes ».

411Nous ne savons pas qui était cet Aufidius. Peut-être était-ce un contemporain de Juvénal et du personnage raillé par le poète, ce qui expliquerait l'expression utilisée par Juvénal et la simple désignation de l'adultère par son nom.

  • 214 Martial, Epigrammes, livre V, 61. Cf. notice n° 38.
  • 215 Id., livre III, 70 : « Te voici l'amant d'Aufidia, Scaevinus, toi qui fut jadis son mari : (...)

412Les sources ne nous ont naturellement transmis aucun cas précis d'adultère parmi les Aufidii mais ce nom se rencontre également chez Martial dans des situations qui doivent plus à la licence poétique, tout comme Juvénal, qu'à un témoignage rigoureux : Aufidius Chius, l'homme d'affaires de la femme de Marianus est vraisemblablement son amant214 et une autre épigramme de Martial cite une Aufidia dont le mari et l'amant inversèrent leur situation215. De sorte qu'on peut se demander si ce nom n'aurait pas pris chez les auteurs satiriques un sens figé, comme une expression proverbiale.

37. AUFIDIUS MODESTUS

413ier s. ap.J.-C. ?

414Origine inconnue.

415– Grammairien latin.

416RE„ A, n° 30 (Goetz), c. 2294 ; P.I.R. 2, 1390.

417Plutarque, Quaest. conv., livre II, question 1, § 5 :

418Και κυητου του ημετερου, μεμνησαι γαρ, εγ εν αοθενειαι τασ χειρας εχειν ᾽υχρας λεγοντος, ΑυΦιδιος Μοδεστος “Αλλα μην” εΦη “θερμας απο της επαρχιαςκεκομικας αυτας”.

419« Tu te souviens aussi de la réflexion d'Aufidius Modestus à notre ami Quinctus qui disait, au cours d'une maladie, qu'il avait les mains froides : » et pourtant, tu les as ramenées chaudes de ta province ! » ; cela fit rire Quinctus et le mit en gaîté, alors que pour un proconsul malhonnête, c'eût été une accusation et une injure ».

420Trois autres références concernent un Modestus possiblement Aufidius :

  • Plutarque, op. cit., livre I, question 2, § 6.

421Ωσπερ Σωσικλνς ουτος και Μοδεστος ενταυθα συνερειδοντες επος παρ < εποςανα > ζωπυρειν Φλογα μεγαλην κινδυνευουσιν τα καλλιστα.

422« Voyez Sosiclès là-bas et Modestus : ils sont en train de s'opposer propos contre propos et risquent bel et bien de faire jaillir des flammes ».

  • Martial, Epigramme, X, 21, 1.

423Scribere te quae vix intellegat ipse Modestus/[...] quid rogo, Sexti iuvat ?

424« À écrire des pages qui seraient une énigme pour Modestus lui-même [...], quel plaisir, dis-le moi, Sextus, peux-tu trouver ».

  • Cod. vatic., 3317. manuscrit des Géorgiques de Virgile.

425L'identité entre la grammairien cité dans le manuscrit des Géorgiques de Virgile (Cod. Vatic., 3317) et le Modestus de Martial est très probable.

426Plus aléatoire est en revanche l'identité entre ce grammairien et l'Aufidius Modestus du livre II des Propos de tables de Plutarque. Le Modestus cité comme sophiste dans le livre I pourrait bien s'accorder avec le Modestus du manuscrit des Géorgiques et l'épigramme de Martial. Mais toute la question est de savoir si les trois occurrences de Modestus seul sont assimilables à Aufidius Modestus. Il existe en effet un Iulius Modestus, affranchi et disciple du grammairien Hygin, contemporain d'Auguste. Cette période semble toutefois un peu ancienne pour convenir à un homme qui, d'après les textes, semble avoir été contemporain de Martial et de Plutarque.

427Chez les Aufidii ce surnom n'apparaît qu'une seule autre fois, sur une inscription romaine où est mentionnée Aufidia Modesta (C.I.L., VI, 15711). Aucun indice n'est par ailleurs susceptible d'autoriser à accepter ou refuser cet Aufidius Modestus comme grammairien et comme homme parmi les Aufidii.

38. AUFIDIUS CHIUS

428ier s. ap. J.-C.

429Origine : orientale ?

430– Jurisconsulte ?

431RE, A, n° 17 (Jôrs), c. 2292 ; P.I.R. 2, 1382.

432Vaticana fragmenta, 77 = Ulpien :

433Contra quam Atilicinum respondisse Aufidius Chius refiert.

434Maniai, Epigrammes, livre V, 61 : [...] » Vocoris res agit » inquis/ » iste mea ».

435– sane, certus et asper homo est,/procuratorem voltu qui praeferat ipso :/accrior hoc Chius non erit Aufidius.

  • [« Qui est donc ce petit frisé que l'on voit toujours collé aux côtés de ta femme, Marianus [...]]
  • « C'est, dis-tu, l'homme d'affaires de ma femme ».
  • Oui-da, c'est bien-là l'homme de confiance, au rude aspect, dont le visage suffit à dénoter le procurateur : Aufidius de Chio ne se montrera pas plus âpre que lui ».
  • 216 C'est la raison pour laquelle c'est moi qui traduis la dernière réplique, alors que H. J. Isaac tr (...)

436Ce personnage est très mal connu. L'identité entre les individus des deux sources est probable. Dans le texte de Martial, Aufidius semble être un contemporain du poète. Quant à son activité, le terme de procurator sert à désigner un gérant ou un agent, ou encore un mandataire ou un comptable. Qu'il s'agît d'affaires privées ou des mandataires de l'empereur, le mot s'appliquait à tous ceux qui étaient chargés d'affaires financières. Il y a, dans ce portrait vif, un jeu de mot sur l'ardeur du personnage à la fois auprès de la femme de Marianus et pour les affaires qu'il gère216.

437Le surnom Chius n'est exclusivement connu que parmi les affranchis. Il est donc très probable qu'Aufidius était dans ce cas. Cela n'est pas incompatible avec la possibilité d'être jurisconsulte. Dès la fin de la République les carrières juridiques se sont ouvertes à des affranchis. Quant à l'origine du personnage, elle est indéterminable. La fréquence du surnom Chius parmi les affranchis ne signifie pas qu'ils étaient tous originaires de Chio. La faiblesse des informations sur cet homme ne permet pas de le situer davantage par rapport aux Aufidii.

39. L. (ou M.) AUFIDIUS FRONTO L. f.

438Milieu du ier s. ap. J.-C.

439Origine inconnue.

440Attique (Athènes ?).

441– Ingénu.

442B.C.H., 51, 1927, p. 271, n° 37 (en complément de I.G., III, 859)

443Ο δημο[ς/...] ου ΑυΦιδιον Λε[υκιου/ Φροντω]να αρετης ε[νεκεν/κα]ι ευνοιας.

444Le peuple [honore]... [L. ou M.] Aufidius Fronto ( ), fds de Lucius, pour sa vertu et sa bonne prévoyance.

  • 217 B.C.H., 51, 1927, cité en référence : « Inscriptions attiques d'époque romaine ». Il s'agit (...)

445Cette inscription honorifique et publique soulève beaucoup plus de questions qu'elle n'offre de réponses. D'absolument sûrs il n'y a que le nom gentilice et le prénom du père. Paul Graindor, l'éditeur du texte217 notait avec justesse qu'on peut hésiter entre deux prénoms, l'un comme l'autre usités chez les Aufidii. En revanche, contrairement à Graindor et à la P.I.R. 2, A, nous ne croyons pas que « selon toute probabilité » cet Aufidius soit un des ascendants de « M. Aufidius Fronto, fils de Marcus, consul en 199 et de son fils M. Aufidius Fronto (P.I.R. 1, 1150 et 1151) », pour trois raisons :

  • la restitution du surnom à l'accusatif à partir des trois dernières lettres de l'inscription est aléatoire.
  • Le surnom Fronto est fréquent dans tout le monde romain et l'hypothèse de la restitution repose sur un rapprochement anachronique. Comment peut-on être sûr que parce qu'un « descendant » porte tel surnom, un ascendant le portait obligatoirement Le cas des Aufidii Bassi d'Athènes et des Cyclades au ier s. av. J.-C. devrait inciter à la prudence (cf. stemma 1) qui ne montre jamais explicitement à travers les inscriptions la transmission du même surnom à chaque génération.
  • Ce rapprochement avec le consul de 199 est d'autant plus hasardeux que celui-ci doit son surnom à son grand-père maternel, M. Cornélius Fronto, célèbre rhéteur, qui fut consul en 143. On en est certain grâce aux lettres de M. Cornélius Fronto – c'est-à-dire Fronton – à son gendre C. Aufidius Victorinus, père de M. Aufidius Fronto, en qui il se plait à reconnaître ses goûts d'enfant.

446Ce serait donc tout au plus une curieuse et commode coïncidence si l'Aufidius honoré sur cette inscription attique portait le même surnom qu'un... arrière arrière petit-fils.

447Les Aufidii sont peu nombreux dans la Grèce continentale au milieu du ier s. ap. J.-C. et sans doute s'agit-il ici d'un simple Romain installé ici mais dont l'origine est inconnue.

40. Q. GARGILIUS MACER AUFIDIANUS

448Fin du ier s. ap. J.-C., début du iie s. ap. J.-C.

449– Origine : africaine.

450A.E, 1979, 373, Tarraco = C.I.L., II, 4120, Tarraco, de lecture erronée : A[c]idinus, révisé par G. Alfôldy.

451Q(uinto) Gargilio Q(uinti) f(ilio)/Arn(iensi tribu) Macro Aufidiano,/IIIvir(o) cap(itali),/trib(uno) mil(itum) leg(ionis)/X gem(inae), quaest(ori) urb(ano),/trib(uno) pleb(is),/praet ori), proco(n)s(uli) prov(inciae) Cret(ae) et Cyrcn(arum),/leg(ato) A[u]g(ustorum) [H(ispaniae)] citer(ioris), Apronia L(uci) f(ilia) Iusta, uxor.

452À Quintus Gargilius Macer Aufidianus, fils de Quintus, de la tribu Arniensis, triumvir capitalis, tribun des soldats de la légion 10 Gemina, questeur urbain, tribun de la plèbe, préteur, proconsul de la province de Crête et de Cyrénaïque, légat des Augustes en Espagne Citérieure, Apronia Iusta, fille de Lucius, sa femme.

Bibliographie :

  • Alföldy (Geza), « der Senator Q. Gargilius Macer Aufidianus und seine Verwandten », in Chiron, 8, 1978, p. 361-377 ;
  • Id., Die romischen Inschrifien von Tarraco, p. 469 en note.
  • Corbier (Mireille), « Les familles clarissimes d'Afrique proconsulaire », in Tituli, 5, II, Epigrafia e ordine senatorio.
  • 218 C.I.L., 11,4320

453Cet homo novus n'est mentionné ici que pour des raisons onomastiques dans la mesure où l'un de ses cognomina le rapproche des Aufidii. Si l'on s'en tient aux dates de la génération de ce sénateur, soit les deuxième et troisième tiers du ier s. ap. J.-C., la quête d'un membre de la gens Aufidia de l'ordre équestre ou sénatorial reste vaine. Mais on sait que des Aufidii ont entretenu des relations entre l'Afrique d'une part et aussi bien la péninsule Ibérique que la péninsule italienne. C'est ainsi précisément le cas d'Aufidia Prima, domo Cirta, que nous connaissons à Tarraco par une inscription218, indice évident de l'existence d'une mobilité géographique une émigration – parmi les couches moyennes de la population, qui ne devait sans doute rien à une charge ou une fonction administrative ou militaire comme on en connaît par ailleurs.

454L'environnement familial de Gargilius Macer Aufidianus situe le sénateur au début d'une ascension sociale. C'est dans ce cadre que doivent être supposées les alliances familiales dont le nom conserve sa trace. En ce qui concerne les Aufidii, les sources de leur richesse et leur ascension politique et sociale, tout semble les prédisposer à un lien avec les Gargilli. Connus et présents en Afrique, sans doute à la fin de la République, par la possession de terres et la présence d'affranchis, ils y prospèrent à partir de la fin du ier s ap. J.-C. et il est possible qu'une femme se soit ainsi unie au membre d'une famille qui entamait une ascension.

41.T. VISULANIUS AUFIDIUS TREBIUS CLEMENS

455ieriie s. ap. J.-C.

456Origine inconnue.

457Bononia.

  • Père de T. Visulanius Crescens, chevalier romain qui fut :
  • Praef(ectus) fab(rum) bis,
  • Praef(ectus) cohort(is) I <I> Gallorum [14 août 99],
  • trib(unus) mil(itum) cohort(is) I civium Romanor(um) [equitatae],
  • praef(ectus) equitum alae Moesicae,
  • censor Germ(aniae) Infierior(is) [vers 110].

458C.I.L., XI, 709, Bononia.

459D(iis) M(anibus). V(otum) fiecit).IT(iti) Visulanio/Aufidio/Trebio Clementi/T(itus) Visulanius Crescens/praefiectus) fabr(um) bis, praefiectus)/cohort(is) I Gallor(um), trib(unus) mil(itum) cohort(is) civiumlRomanor(um)/praefiectus) equitum alae/Moesicae, /censor germ(aniae) Inferior(is), patri optimo.

460Aux dieux mânes. Il a accompli son vœu. À Titus Visulanius Aufidius Trebius Clemens. Titus Visulanius Crescens, préfet des ouvriers deux fois, préfet de la deuxième cohorte des Gaulois, tribun militaire de la cohorte des citoyens romains, préfet de l'aile des cavaliers de Mésie, censeur de la Germanie inférieure. À son père très bon.

  • 219 C.I.L., XI, 759, Bononia : D(is) M(anibus)/Furfan/ae C(aii) fliliae)/Paulin/ae coniugi/ra(r (...)

461C'est le fils qui fait ériger le monument pour son père mort. L'ensemble des noms de son père laisse deviner sinon un réseau de relations familiales denses, du moins quelques alliances. Si l'on s'en tient au nom du fils, il faut croire que le père n'est pas né Aufidius, mais ce n'est pas certain. Le fils est un Visulanius. Ce nomen gentilicium ne semble attesté, en Italie, qu'à Bononia où un affranchi du nom de T. Visulanius T. 1. Apollonius dédie une inscription à son épouse d'une conduite exemplaire219. L'inscription date du ier-iie s. et confirme la présence de ce nom à Bononia puisqu'on y retrouve le prénom Titus.

  • 220 C.I.L., XI, 6088, Urvinum Mataurense, sur le territoire de Pisaurum – où de nombreux Aufidi (...)
  • 221 C.I.L., XI, 708.

462Ce prénom est étranger aux Trebii attestés par les inscriptions, plus nombreuses dans le C.I.L., XI220. À Bonoma même, une seule inscription mentionne ce nom gentilice avec C. Trebius L. f. Longus, vétéran de la seconde cohorte prétorienne à une date inconnue221

463Ces maigres indices interdisent quelque rapprochement que ce soit avec des Aufidii précis, mais renforcent l'idée d'une origine locale du père du chevalier dans l'Italie du nord et donnent ainsi la possibilité de poser un jalon dans l'expansion et la dispersion des Aufidii...

42. Q. ORFITASIUS AUFIDIUS UMBER (/ UMBRUS)

464Mi ier s. ap. – mi iie s. ap. J.-C.

465Origine inconnue. Origine ombrienne possible.

466– Légat d'Auguste pro-préteur en Galatie en 100-102 ap. J.-C.

467P.I.R 2, A, 1395. Rémy, Carrières, p. 197-198, n° 161.

468RE. Suppl., VI, 1935, 44a (Groag), c. 18.

469Numismatische Zeitschrifi, 1911, p. 128, Neocaesarea :

470– Dr : Αυτ. Καισ. Νερ. Τραιανος Σεβ. Γερμ.

471Tête laurée à dr. de Trajan.

  • Rv. : Επι ΑυΦι[διου] Ουμβερος [πρεβευ. και] αντισρα (τηγος) τουΣεστου Νεοκαισαρειας ετους λη.

472Chiron, 9, 1979, p. 378, Caesarea :

  • Dr : Αυτ. Και. Νερ.Τρ] αιανος Σεβ. Γερμ.Δακ.

473Tête laurée à dr. de Trajan.

  • Rv. : Επι Ουμβρου Ετ.Φ.

474Anatolian Studies, 28, 1978, Stephen Mitchell, « A latin Inscription from Galatia », trouvée au village de Fele, entre les cités antiques d'Antiochia et Parlais = A.E., 1979, 620 :

475Imp(erator) Caes(ar) Nerva divi/Ncrvac fiilius), Traianus Aug(ustus) Ger(manicus) pontifiex) max(imus) trib(unicia) pot(estate) co(n) s(ul) ////, p(ater) p(atriae). Q(uintus) Orfitasius/Aufidius Umbr[er]us ou Umb[r]us leg(atus) Aug(usti) propr(aetore)/tabernam cum porticibus a novo fecit.

476« L'empereur César Nerva Trajan, fils du divin Nerva, Auguste, Germanique, grand pontife, dans sa puisance tribunicienne, consul pour la quatrième fois, père de la patrie. Quintus Orfitasius Aufidius Umbrus, légat d'Auguste pro-préteur a construit en totalité un magasin avec des portiques ».

  • 222 Cf. Mitchell (Stephan), « Loc. cit. » en références, in Anatolian Studies, 28, 1978, p. 93-96.
  • 223 Kajanto, The latin cognomina : C.I.L., XI, 5130, 5409, 5626. Parmi les gouverneurs de Galat (...)
  • 224 Je suis d'accord avec OlliSalomies, adoptive and Polyonymous Nomenclature in the Roman Emp (...)

477La dénomination exacte de ce gouverneur de Galatie au début des années 100 soulève quelques difficultés, mais pas son appartenance aux Aufidii. Sur les monnaies en effet seul ce nom gentilice apparaît, sans prénom. Quant aux autres éléments patronymiques, Orfitasius n'offre aucun parallèle dans les inscriptions et les sources littéraires222. Le seul nom qui s'en rapproche est Orfitus, d'origine étrusque. Le dernier nom – qui est un surnom – est lisible sur les monnaies en grec au génitif sous la forme Umberos ce qui suggère la forme nominative Umber, répertoriée par Kajanto qui cite cinq inscriptions dont trois en Ombrie223. En revanche, le texte de l'inscription latine au nominatif ne semble pas autoriser cette forme. Seules les trois premières lettres VMB sont certaines, suivies, après un petit espace de V.S. Stephen Mitchell exclut que ces deux dernières lettres aient pu correspondre à l'abréviation v(ir) s(pectabilis) qui n'est pas attestée à cette époque. Le prénom Quintus n'est plus attesté dans le monde romain oriental chez les Aufidii depuis le ier s. av. J.-C. Pour toutes ces raisons, il faut penser qu'Aufidius Umber/Umbrus a été adopoté par un Q. Orfitasius224.

478Q. Orfitasius Aufidius Umbrus n'est connu que par la fonction consulaire de légat d'Auguste propréteur remplie en Galatie deux ans durant de

479100 à 102, au cours de laquelle il participa au programme de construction de routes et d'amélioration des commodités de circulation sur les nouvelles lignes établies dans les provinces orientales sous les Flaviens puis Nerva et Trajan. C'est ainsi une mission importante qui lui est confiée par l'empereur. S'il a antérieurement exercé son consulat à l'âge requis de 33 ans, dans les années 90, il a dû naître vers le milieu des années 60. Dans ce cas, nature des fonctions, conditions politiques, origine géographique supposée, tout concourt à l'intégrer dans le tissu familial des Aufidii.

43. L. AUFIDIUS MASCULI f. CELER MASCULINUS Quir.

480Entre 70 et 80 ap. J.-C.

481Origine : Flavia Augusta

482– Flamen désignatus.

483C.I.L., II, 4196 (= D. 6938) = Alfôldy, R.I.T., n 259, Tarraco.

484L(ucio) Aufidio Mascu/li fiilio) Celeri Mas/culino Quir(ina tribu)/Flaviaugustanojfiamini designato,/p(rovinciae) H(ispanias) c(iterioris),/r(es) p(ublica) s(ua) d(ecreto) d(ecurionum).

485À Lucius Aufidius Celer Masculinus, fils de Masculus, de la tribu Quirina, de Flavia Augusta, flamine désigné de la province d'Espagne citérieure. Sa cité, par décret des décurions.

  • 225 Cf. Alföldy, op. cit. en référence qui indique que, dans les inscriptions de Tarraco, le nom du gr (...)

486La dénomination du flamine a soulevé quelques difficultés225. On note que le second surnom est dérivé du surnom du père. On ignore où était situé l'oppidum désigné comme la patria de L. Aufidius Celer Masculinus.

487Il n'est pas sûr qu'il ait effectivement revêtu son sacerdoce. L'inscription le dit flamen designatus. En outre, la base de la statue et la statue elle-même ont été offertes par ses compatriotes. Il est donc logique de penser que L. Aufidius mourut avant d'être flamine. La plupart des inscriptions honoraient des notables qui avaient effectivement exercé le sacerdoce et l'on ne connaît pas de cas où un notable ait été honoré deux fois : d'abord en raison de sa désignation et ensuite en raison de l'exercice du sacerdoce.

  • 226 C.I.L., II, 4197, Tarraco. Cf. notice n° 52. Cf Alföldy (Geza), Flamines, n° 8, p. 64.

488Il y a un Aufidius, prêtre du culte provincial à Tarraco mais originaire de Palma comme l'indique sa tribu226.

44. C. AUFIDIUS C. f. Q. MAXIMUS

489Fin du ier s. – début du iie s. ap. J.-C.

490Origine : Cirta.

  • Praef(ectus) cohort(is) IIII Bracaraugustanorum in Iudea.
  • Trib(unus) milit(um) leg(ionis) XII Fulminatae in Cappadocia.
  • Pontifex Cirtae.

491Devijver, M.E., A, 197.

492C.I.L., VIII, 7079, Cirta :

493C(aius) Aufidius, C(aii) fil(ius) Q(uirina tribu) Maximus/praef(ectus) cohort(is) IIII Bracarum/in Iudea, trib(unus) mil(itum) leg(ionis) XII Fulminatae in Kappadocia, porticum et zothecas ob hono/rem pontificatus inlatis rei/publicae legitimus HS X num-mum/primus dédit idem(que) dedicavit.

494Caius Aufidius Maximus, fils de Caius, de la tribu Quirina, préfet de la IVe cohorte des Bracares en Judée, tribun militaire de la XIIe légion Fulminata en Cappadoce, a donné un portique et des niches, (et a) le premier versé 10000 sesterces pour l'honneur du pontificat conformément aux lois de la République et a fait cette dédicace.

  • 227 A propos de cette dénomination de Syria-Palestina, cf. le commentaire dans les I.L.Alg., II, 671.

495Caius Aufidius Maximus est un chevalier qui a rempli deux milices équestres de base à la fin du ier s. et au début du iie sans doute. La datation est donnée par le lieu où il a servi comme préfet de cohorte. En 88 ap. J.-C. la cohorte IIII des Bracares est encore en Syrie (C.I.L., XVI, 35) et en 139 elle est transférée en garnison en Syrie-Palestine, dénomination donnée à la province de Judée après la révolte de 132-135227. Sa seconde fonction l'a mené en Cappadoce.

496C'est sans doute au retour de son tribunat qu'il revêtit le pontificat. Appartenant à l'élite locale du double point de vue de son rang équestre et de son origine, il s'est distingué à l'occasion de l'honneur de pontificat en faisant des dons. Les niches qu'il a fait construire devaient être décoratives et probablement placées sous le portique. La somme qu'il a versée en sesterces ne semble pas très élevée comparée à d'autres connues, cependant dans son cas, il a été le premier à manifester ainsi sa générosité.

  • 228 C.I.L., VIII, 18943 =I.LAlg.. II, 4894.

497C'est peut-être lui qui vécut jusqu'à 70 ans comme l'indique une inscription trouvée à Annuna près de Thibilis228. Car, si plusieurs Aufidii ont porté ce surnom, deux inscriptions seulement concernent un Caius Aufidius inscrit dans la tribu Quirina et les deux inscriptions ont été découvertes dans des lieux relativement proches.

  • 229 I.L.Alg., II, 4442, entre Hencher el ksar et la grotte du Taya.

498Il est impossible de savoir quel lien existait entre C. Aufidius Maximus et Aufidia Maxima – si jamais il y en eut un – morte à 65 ans connue par une stèle découverte entre Cirta et Tbibilis229.

45. SEX. AUFIDIANUS SEX. f. Arn. CELER

499ieriie s. ap. J.-C.

500origine : Ocriculum.

  • Praef(ectus) fiabrum.
  • Quattuorvir aedilis.
  • Quattuorvir iure dic(undo).
  • Quattuorvir quinq(uennalis).
  • Quaestor IIII.

501A.E., 1968 n° 162 = C.I.L., XI, 4081 et XIV, 381, Ocriculum.

502Fortunae Augustae./Sex(tus) Aufidianus Sex(ti) fiilius), Arn(iensi tribu)/Celer, praefiectus) fiabrum,/IlIIvir, aedilis, IIIIvir/iur(e) dic(undo) IIII-vir quinq(ennalis),/questor IIII. De suo/dedit locus.ZD(atus) d(ecreto) d(ecurionum). Ob dedicationem eius mulsum et/crustulum populo dédit.

503À la fortune Auguste. Sextus Aufidianus Celer, fils de Sextus, de la tribu Arniensis, préfet des ouvriers, quattuorvir, édile, quattuorvir iure dicundo, quattuorvir quinquennal, questeur quatre fois. Il a fait de lui-même. Lieu donné par décret des décurions. Il a donné au peuple, pour cette dédicace, du vin miellé et des friandises.

504Bien qu'il ne s'agisse pas d'un Aufidius, cette inscription est ici présentée parce que la dénomination du notable – qui a eu une carrière municipale complète et longue couronnée par une préfecture des ouvriers vraisemblablement équestre – laisse entrevoir une parenté avec des Aufidii, soit qu'elle conserve la trace d'une adoption antérieure, soit qu'il s'agisse d'une ascendance maternelle.

505Sextus Aufidianus Celer était en tout cas originaire d'Ocriculum : la tribu Arnensis était celle de la cité.

  • 230 .A.E., 1983, 335. Il fut quattuorvir aedilis.

506On connaît un autre notable de cette cité, indubitablement parent, lui, des Aufidii. C'est Q. Paccius C. f. Arn (ensis tribu) Bassus dont la mère était une Aufidia230. C'est un indice supplémentaire d'une implantation des Aufidii dans cette région durant le Haut-Empire.

46. L. ARRIUS PLARIANUS AUFIDIUS TURBO

507ier-iie s. ap. J.-C.

508Origine inconnue.

  • Praetor designatus.
  • Patronus coloniae [Pisaurensis].

509C.I.L., XI, 6332, Pisaurum

510L(ucio) Arrio L(ucii) f(ilio) [P]om(ptina tribu)/Atilio Sabino/patrono coloniale]./L(ucii) Arri(i) Plariani Aufidi(i) Turbonis/praetoris designati,/patroni coloniae,/filio.

511À Lucius Arrius Atilius Sabinus, fils de Lucius, de la tribu Pomptina, patron de la colonie. De Lucius Arrius Plarianus Aufidius Turbo, préteur désigné, patron de la colonie, à son fils.

512La polyonymie de ce personnage et celle de son fils L. Arrius Atilius Sabinus de la tribu Pomptina incitent à dater cette inscription funéraire du ier ou du milieu du iie s. ap. J.-C. La tribu du fils, patron comme son père de la colonie de Pisaurum, indique que ni lui ni son père n'étaient originaires de la cité de Pisaurum qui avait pour tribu Camilia. L'un et l'autre sont des Arrii, mais on peut supposer quelque lien familial ou de clientèle avec des familles de Pisaurum comme motif de leur patronat, sans exclure des intérêts fonciers.

513À l'exception du nomen Turbo qui n'apparaît pas dans le volume XI du C.I.L. – ni dans l'index des nomina ni dans celui des cognomina – les trois autres noms gentilices sont répertoriés dans ce volume.

  • 231 C.I.L., XI, 6333.
  • 232 C.I.L., XI, 6360.Cf. notice n° 49.
  • 233 C.I.L., XI, 6405.

514Le nom gentilice Arrius et le surnom Plarianus dénotent vraisemblablement des liens avec Arria Plaria Vera Priscilla, épouse du consul M’Acilius Glabrio en 152 ap. J.-C.231. Il est impossible de déterminer la nature du lien qui pouvait unir L. Arrius Plarianus Aufidius Turbo à lu gens Arria : s'agissait-il d'une adoption d'un Plarius par la gens Arria ou du rappel du nom d'une aïeule Le réseau des relations familiales entre ces différentes gentes est un écheveau aux mailles serrées. On ne sait s'il faut voir une simple coïncidence dans la similitude entre le troisième nom de l'épouse du consul de 152, Vera, et le fait que dans le courant du iie s. un notable municipal de Pisaurum – né Aufidius porta le surnom Verus232. Des liens ont existé entre les Aufidii et les Arrii. À Pisaurum même une inscription non datée comporte les deux noms portés par des affranchis sans doute233.

47. P. IUVENTIUS CELSUS T. AUFIDIUS HOENIUS SEVERIANUS Velina tribu

515iie s. ap. J.-C.

516Origine ? Ombrie.

  • Consul bis en 129.
  • Proconsul en 130.

517RE, X-2, I, n° 13 (Diehl), c. 1363-1364 ; P.I.R. 2, I, 882.

518La présence du nom gentilice Aufidius dans la dénomination de ce grand sénateur juriste, consul ordinaire en 129 et fils du célèbre juriste du temps de Vespasien Iuventius Celsus, justifie sa mention ici. Les nombreuses parentés réelles ou fictives ne sont pas toutes déterminables (cf. stemma 7). On ne peut exclure ni l'une ni l'autre avec les Aufidii.

  • 234 C'est à Sentinum qu'a été découverte une inscription relative à P. Iuventius Celsus T. Aufidius Ho (...)

519Il est probable que les Iuventii, qui n'en étaient pas originaires, ont possédé à Sentinum ou dans les environs des biens fonciers234 tout comme les Coccei dont on trouve le nom dans la longue liste des noms du consul de 155 C. Aufidius Victorinus. Ces trois noms ne sont pas cités par hasard. Il y a une nette concentration de quelques familles liées matrimonialement et politiquement dans cette région de l'Ombrie.

48. C. AUFIDIUS SILVANUS

520iie s. ap. J.-C. 104 ap. J.-C.

521Origine : Ephèse.

522– notable éphésien, sans doute « secrétaire du peuple ».

523I. von Ephesos, I, 27, ligne 444 :

524Γ.ΑυΦιδος Σιλουανος,Φιλοσεβαστος, δεδογματογραΦηκα.

525Moi, Caius Aufidius Silvanus, fidèle aux Augustes, je suis responsable de la rédaction du décret.

  • 235 (48) Cf. Demougin (Ségolène), L'ordre équestre sous les Julio-Claudiens, Rome, 1988, p. 107, note (...)

526Le nom de C. Aufidius Silvanus, vraisemblablement secrétaire du peuple, apparaît sur la grande inscription de la donation du chevalier C. Vibius Salutaris en 104 ap. J.-C.235.

527Quoiqu'il puisse paraître d'un intérêt marginal pour le cas des Aufidii et de celui-ci en particulier, ce document est un indice supplémentaire de la concentration des charges religieuses et municipales entre les mains de quelques familles. Des Aufidii l'illustrent à Ephèse dans la seconde moitié du iie s : Aufidia Quintilla, prêtresse et flaminique des temples (JOe A. I., IL, 1968-71, p. 3840) et L. Aufidius Euphemus, secrétaire du peuple et asiarque (notice n° 63).

49. C. AUFIDIUS C. f. Cam. VERUS

528iie s. ap. J-C.

529Origine : Pisaurum.

  • Pont(ifex).
  • Q(uaestor).
  • Duumvir q(uin)q(uennalis).

530C.I.L., XI, 6360, Pisaurum.

531C(aio) Aufidio C(ai) fiilio) Cam(ilia tribu)/Vero, pont(ifici), q(uaestori)fduo) vir(o) q(uin) q(uennali)/plebs urbana ob merit(a) eius/ex aere conlato, cuius dicatione/dedit decurionibus singul(is) (sestertium) n(ummum) (quadraginta), augustal(ibus) (sestertium) n(ummum) (viginti), plebei(sestertium) n(ummum) (duodecim) adiecto/pane et vino, item oleum in balineis. L(ocus) d(atus) d(ecreto) d(ecurionum).

532À Caius Aufidius Verus, fils de Caius, de la tribu Camilia, pontife, questeur, duumvir quinquennal, la plèbe urbaine a donné [ce monument] par souscription en raison de ses mérites. [Le jour] de son inauguration, il a donné aux décurions, à chacun, 40 sesterces, aux [sévirs] augustaux 20 sesterces, à la plèbe, 12 sesterces, auxquels il a été ajouté du pain et du vin, et aussi de l'huile pour les bains.

  • 236 Cresci-Marrone (G.), Mennela (G.), Pisaurum, I, Le iscrizioni délia colonia, Pise, 1984, p. (...)
  • 237 Op. cit., supra, p. 35-42.
  • 238 Ce terme de questeur s'explique vraisemblablement par le fait que Pisaurum fut fondée comme coloni (...)

533La plaque est partie intégrante d'un monument en l'honneur de Caius Aufidius Verus236 qui a parcouru la plupart des étapes possibles d'un cursus municipal et religieux dans une cité du type des colonies237. Il a notamment été duumvir au moment de la révision des listes des membres de l'ordo decurionum et, comme questeur238, géra la trésorerie municipale.

  • 239 Cf. Mrozek (Stanislas), « Quelques remarques sur les inscriptions relatives aux distributions priv (...)
  • 240 Cf. Mrozek (Stanislas), « Les bénéficiaires des distributions privées d'argent et de nourriture da (...)
  • 241 C. Vesnius C. f. Stelflatina tribu) Vindex, qui fut pontifex, quattuorvir viarum curandarum, tribu (...)

534Les largesses dont a fait preuve C. Aufidius Verus ne se distinguent guère par leur nature et le formulaire utilisé des autres exemples connus239. En revanche, les sommes distribuées permettent de situer le donateur socialement et dans la lignée sans doute des Aufidii Victorini. Qu'il s'agisse de la somme versée aux décurions, de celle offerte aux Augustales ou de celle offerte à la plebs urbana, ses distributions figurent parmi les plus hautes et les plus rares à l'intérieur des 200 textes épigraphiques de même nature connus en Italie240. Pour les 80 cas connus de dons aux décurions, six seulement correspondent à un montant égal ou supérieur aux 40 sesterces que C. Aufidius Verus a distribués. Pour les Augustales sur les 51 distributions dont le montant est connu, huit sont comparables aux siennes et trois autres seulement supérieures. Enfin, sur les 70 inscriptions concernant le peuple un seul autre notable a donné une somme comparable à ce qu'a fait C. Aufidius Verus241. Les individus qui ont distribué des sommes comprables aux siennes avaient quelquefois une position sociale plus élevée. Mais force est aussi de constater que les distributions plus élevées que les siennes les dépassaient de beaucoup puisque l'écart va du simple au décuple.

535Les largesses de C. Aufidius Verus peuvent donc être considérées comme un geste de générosité volontaire, tout à la fois résultat de son rang de notable et peut-être signe d'un désir de reconnaissance marquée de la part du peuple de Pisaurum. En somme, après avoir été distingué par les siens grâce à l'exercice de magistratures, il a pu chercher à se distinguer. Ce ne sont pas tant ses distributions aux décurions et aux Augustales qui sont supérieures à la moyenne, que celles à la plèbe.

536Il est donc permis de se demander si C. Aufidius Verus, citoyen de Pisaurum dont il a la tribu, ne serait pas l'un des fondateurs du rameau d'Aufidii qui connaît son apogée dans la seconde moitié du iie s. et au début du iiie après une alliance matrimoniale avec la gens de l'orateur Fronton (cf. stemma 9).

  • 242 C.I.L., XI, 6335.
  • 243 C'est le cas des Arrii et des Plarii. Cf. notices n° 46 et 47.

537Borman242 avait émis l'hypothèse que C. Aufidius Verus pourrait être le père de l'aïeul de C. Aufidius Victorinus, consul en 183. Cette hypothèse, au demeurant invérifiable, n'est pas contredite par les observations faites sur la générosité de C. Aufidius Verus. Il est certain que la cité de Pisaurum est le berceau d'une lignée d'Aufidii de rang sénatorial, parmi les plus élevés de cet ordre à cette époque, mais Pisaurum fut aussi le creuset de relations familiales complexes entre des Aufidii et des gentes importantes243.

50. L. AUFIDIUS PANTHERA (/ PANTERA)

538iie s. ap. J.-C.

539Origine : Sarsina.

  • Praef(ectus) alae I Ulpiae contariorum milliariae, en 133.
  • Praef(ectus) classis britannicae.

540R.E., A, n° 33 (P. v. Rohden), c. 2296 et Devijver, M.E., A, 198 + pars quarta.

541RE, P (anthera), n° 2, c. 776.

542C.I.L., XVI, 76 = C.I.L., III, XLVII (2 juillet 133) :

543... [praef(ectus)] alae I Ulpiae conta(riorum miliariae) cuipraest. L(ucius) Aufidius Panthera Sassin(a).

544... préfet de la première aile ulpienne des piquiers. Lucius Aufidius Panthera, de Sarsine.

545C.I.L., VII, 18, Portus Lemanae (Britannia Inferior) :

546... [Nep]tu [no ] / aram/[L(ucius)] Aufidiu[s]/ Pantera praefect(us)/clas(sis) Brit(annicae).

547... autel [consacré à Neptune]. Lucius Aufidius Pantera, préfet de la flotte britannique.

548Cf. Birley (A. R.), The Fasti of Roman Britain, At Clarendon Press, Oxford, 1981, p. 306.

549Les deux inscriptions sont relatives au même personnage bien que l'orthographe du surnom diffère.

  • 244 Pflaum (H.-G.), Les carrièresprocuratoriennes équestres sous le Haut-Empire romain, Paris, (...)
  • 245 Birley (E.), The Durham University Journal, 1943, p. 16.

550L. Aufidius Panthera est un chevalier. On ne connaît de sa carrière qu'une milice équestre, lorsqu'il fut préfet de la première aile ulpienne des piquiers en garnison en 133 à Arrabona. À une date inconnue, il fut ensuite commandant de la flotte de Bretagne, poste centenaire244 auquel il accéda en vertu de sa quarta militia245 quelque temps après.

  • 246 C.I.L., XI, 6546, 6550, 6551, 6552, 6553 (ces trois dernières concernant la même « famille  (...)

551Comme l'indique le diplôme du 2 juillet 133, L. Aufidius Panthera était Sarsinate. Sa ville natale, située en Ombrie, a révélé huit inscriptions d'Aufidii246 qui nous font connaître onze individus parmi lesquels deux seulement portent les tria nomina et indiquent leur filiation et leur tribu.

  • 247 Cf. notice n° 2.

552Son surnom fait penser au tribun de la plèbe Cn. Aufidius qui, en 170, a fait casser un sénatus consulte interdisant l'importation de bêtes sauvages, et notamment des panthères, en Italie247. Aucun élément ne permet de déterminer le lien entre ces deux hommes que séparent les siècles.

51. AUFIDIA

553ier tiers du iie s. ap. J.-C.

554Origine : Africa Proconsularis.

555A.E., 1983, 956, Apisa Maius ou Apisa Minus ou Vicus Haterianus :

556Dis Ma[nibus]/sacrum/Aufidia [...]dia/pia mater/vixit annis/LX.

557« Consacré aux dieux Mânes. Aufidia [...] dia mère pieuse vécut soixante ans ».

  • 248 Cf. Ferchou (Naïdé), « Grandes stèles à décor architectural de la région de Bou Arada (Aradi) en T (...)

558Cette stèle fait partie d'un ensemble de stèles provenant d'une région dépendant de l'ancien territoire de Carthage, dans un rayon de vingt-cinq kilomètres autour d'Aradi248.

  • 249 « Loc. cit. », p. 148.
  • 250 C.I.L., VIII, 12688, Carthage.

559De cette Aufidia elle-même, on ne connaît rien. Naïdé Ferchou pense que ses ancêtres pourraient être « des colons arrivés au ier s. av. J.-C. en Africa Vêtus et dans les lieux de peuplement ancien, comme justement Thuburnica et la vallée de l'oued Miliane qui offraient de bonnes terres agricoles, bien arrosées et à peu de distance de la côte »249 De fait, les Aufidii sont particulièrement nombreux dans la région. La vallée de l'oued Miliane ainsi que celle de l'oued Medjerda, au nord, avaient une vocation agricole. Certains Aufidii portaient des surnoms caractéristiques, comme Rusticus250.

560La stèle d'Aufidia représente d'ailleurs une femme vêtue d'une stola. De son bras gauche levé, elle tient une corbeille de vannerie recouverte d'un voile qui tombe sur son côté droit cependant que le bras droit est tendu en oblique vers le bras gauche et que la main semble tenir un couteau. Ce type de représentation est proche de ceux qu'on trouve sur les autels de Cérès ou de Dea Calestis. Le couteau et la corbeille sont deux des objets des canistrarii et des canistrariae, personnel subalterne de ces cultes. La corbeille portée par ces jeunes gens et ces jeunes filles recélait les objets sacrés et les offrandes nécessaires au sacrifice. D'où l'on peut penser que la défunte était attachée au culte d'une de ces divinités.

52. L. AUFIDIUS Q. f. Velina SECUNDUS

561120 à 180 ap. J.-C.

562Origine : Palma

  • Omnib(us) honor (ibus) in re public(a) sua functus.
  • Flam(en) P(rovinciae) H(ispaniae) C(iterioris).

563C.I.L., II, 4197, Tarraco = R.I.T., n° 260. Cf. Alföldy, Flamines, n° 9.

564L(ucio) Aufidio Q(uinti) f(ilio) Velina (tribu) Secundo/Palmensi/omnib(us) honor(ibus)/in re public(a)/sua functo,/flam(ini) P(rovinciae) H(ispaniae) C(iterioris). P(rovincia) H(ispania) C(iterior) ?

565À Lucius Aufidius Secundus, fils de Quintus, de la tribu Velina, originaire de Palma, qui a revêtu tous les honneurs dans sa cité, flamine de la province d'Espagne Citérieure. La province d'Espagne Citérieure.

566L'inscription est datable de la fin du ier s. au iie s. ap. J.-C., peut-être plus précisément entre 120 et 180, compte tenu de la formule utilisée aux lignes deux à quatre. L. Aufidius Secundus est l'un des 25 flamines sur les 112 répertoriés qui ont eu une carrière municipale.

  • 251 Un seul des 87 prêtres provinciaux connus n'était pas citoyen. Dans 71% des autres cas, la citoyen (...)

567Comme l'immense majorité des prêtres provinciaux, L. Aufidius Secundus était un citoyen romain251. Il porte les tria nomina, son surnom est latin, sa filiation est indiquée ainsi que sa tribu. Il ne déroge pas non plus à la règle en ayant exercé les magistratures municipales. C'est le cas de plus de la moitié des flamines provinciaux connus (48 sur 87).

568Le fait qu'il ait exercé toutes les magistratures est un signe de son appartenance à l'élite municipale. Son flaminat provincial confirme sa position, en lui conférant un prestige supplémentaire. Il était originaire de Palma et ce peut être une illustration de la vitalité économique et humaine de l'une des îles Baléares qui faisaient partie de la Tarraconnaise.

53. VERATIA AUFIDIA

569iie s. ap. J.-C.

570Origine : Volaterrae ?

571– Epouse d'un eq(ues) R(omanus).

572A.E., 1982, 328, Volaterrae.

573[Sex (tus)] Marius L(ucii) fiilius) Sab(atina tribu)/Montanus, eq(ues) R(omanus)/Veratia C(aii) f(ilia) Aufidia uxor,/C(aius) Marius Sex(ti) f(ilius) Aufidianus, e(quo) p(ublico),/vix(it) ann(is) XIIII.

574« Sextus Marius Montanus, fds de Lucius, de la tribu Sabatina, chevalier romain. Veratia Aufidia, fille de Caius, son épouse. Caius Marius Aufidianus, fils de Sextus, orné du cheval public, vécut quatorze ans ».

575Cette inscription est la seule de Volaterrae qui mentionne le nom Aufidius. Il est toutefois difficile de déterminer s'il est ici cognomen ou un second nomen. Veratia Aufidia porte les duo nomina des femmes libres citoyennes. Sa filiation est indiquée. Le fait que son mari, Sextus Marius Montanus, soit inscrit dans la tribu Sabatina, qui est la tribu de Volaterrae, ne prouve pas que Veratia Aufidia était, elle aussi, originaire de cette cité. On remarque que le fils a adopté un surnom dérivé de l'un des deux noms portés par sa mère.

576La dignité équestre n'est pas désignée de la même façon pour le père et le fils, mais on considère en général que ces titres sont équivalents. Il est certain en tout cas qu'il s'agit bien de deux générations de chevaliers : le père a transmis sa dignité équestre à son fils et c'est peut-être justement en raison de sa mort survenue alors qu'il était adolescent que nous le savons.

54. AUFIDIUS PROCLUS

577ier ou iie s. ap. J.-C.

578Origine : Ephèse.

579– Cousin germain d'un notable éphésien et sénateur ?

580I von Ephesos, 709 :

581[......] / τον συνκλητον τε, αρξαντα/ την των εικοσι αρχην ταμιαν, δημαρχον/ τον δημου του Ρωμαιων/ η πατις, ποιησα μενου την αναστασιν/ εκ των ιδιων ΑυΦιδιου Προκλου/ του ανἐιου αυτου.

582[...] l'érection de la statue sera faite de façon privée de la part d'Aufidius Proclus, son cousin germain.

  • 252 Connu par deux fragments d'inscriptions qui complètent celui qui figure en référence : B.C.H., I 1 (...)
  • 253 Cf. Forschungen in Ephesos, IV, 1, n° 13.

583Aufidius Proclus est le cousin germain de Cn. Pompeius Hermippus Aelianus252, questeur et tribun de la plèbe – plutôt à Ephèse qu'à Rome – et est aussi connu comme épimélète253.

584On ne connaît rien d'Aufidius Proclus si ce n'est cette parenté qui témoigne de la vitalité des aristocraties locales et des liens culturels avec le modèle romain. Les noms de Cn. Pompeius Hermippus Aelianus sont évocateurs.

55. [ ?] [AU] FIDIUS HELIUS

585ier moitié du iie s. ap. J.-C.

586Origine : Amorium (domo Amorio).

587Aricescu (Andrei), « Un nouveau document épigraphique des Aufidii au Bas-Danube », in Actes de la XIIe conférence internationale dEtudes classiques Eirene, 2-7 octobre 1972, p. 695-698.

588Id., « Notes sur l'inscription de Helius découverte à Topologu », in Pontica, IV, 1973, p. 105-110.

589[D(iis) M(anibus)]/[ ?Au]/fidius/ Helius/ domo/ Amurio/vivo sibi/fiaciendum) c(uravit).

590[Aux dieux Mânes.] [...Aujfidius Helius, originaire d'Amurium, a fait faire de son vivant [cet autel] pour lui.

591Cette inscription découverte aux environs de Topologu, en Mésie Inférieure, où il y a des traces d'un habitat romain, est tout ce qui reste d'un autel funéraire, cassé semble-t-il dès l'antiquité pour être utilisé dans la construction d'un encadrement dans un mur dont il porte la trace.

592L'origo indiquée ici est une cité de Phrygie très éloignée du lieu de découverte de l'inscription. C'est en Mésie Inférieure que l'auteur de l'inscription est venu finir ses jours.

  • 254 Cf. Aircescu, « Un nouveau document épigraphique... », notes 11 et 12. Ce surnom est attesté par u (...)

593La restitution du nom Au]fidius est la plus probable et n'est pas incompatible avec une origine phrygienne. Le surnom est indubitablement hellénique et n'est pas inconnu dans la région254.

594Il est impossible de deviner les raisons de la présence d'Aufidius Helius dans cette région. Ce qui reste de l'autel laisse supposer un monument funéraire soigné et une appartenance d'Aufidius Helius à l'élite. Ce n'est pas le seul Aufidius de cette région du Bas-Danube : il y a un Aufidius Aq[uila] à Noviodunum (A.E., 1980, 839) au iie s. ap. J.-C. ; un vétéran du nom d'Aufidius Iulianus en 134 ap. J.-C. à Troesmis (I.S.M., V, 137) et un C. Auf(idius) Sen[eca, soldat ou officier de la Ve légion Macedonica au iie s. probablement, époux de Pompeia S[abi]na, à Tomis (A.E., 1963, 181).

56. C. AUFIDIUS VICTORINUS

595env. 122-186 ap. J.-C.

596– Origine : Pisaurum.

597C.I.L., XI, 6334, Pisaurum :

598M (arco) Aufidio Frontoni/pronepoti M(arci) Corneli/Frontonis, oratoris/consulis, magistri/imperatorum Luci/et Antonini, nepoti/Aufidi Victorini, /praefiecti Urbi[s], bis consulis,/Fronto, consul,/filio dulcissimo.

599À Marcus Aufidius Fronto, arrière petit-fils de Marcus Cornélius Fronto, rhéteur, consul, maître des empereurs Lucius (Verus) et (Marcus Aurelius) Antoninus, petit-fils d'Aufidius Victorinus préfet de la Ville (et) consul bis. Fronto, consul, à son très cher fils.

600C.I.L., XIII, 11808, Mogontiacum (Gcrmania Supcrior) :

601I (ovi) O (ptimo) M(aximo)/C(aius) Aufidius/Victor [inus]/legat [us]/Augusto [rum]/pr(o) pr(actore).

602À Jupiter Optimus Maximus. Caius Aufidius Victorinus légat des Augustes propréteur.

603Toute une série d'inscriptions sont datables ou datées de son consulat :

604C.I.L., VI, 2086 (consulat suffect en 155), 2099 (consulat bis en 183) ; C.I.L., XIII, 11792 (Stockstadt, Germanie Sup., consulat bis en 183) ; C.I.L., VI, 32524 (consulat bis en 183, à moins qu'il s'agisse de celui de son fils en 200).

605A.E., 1934, 155 = C.R.A.I., 1956, H.-G. Pflaum, « La carrière de C. Aufidius Victorinus, condisciple de Marc Aurèle », p. 189-200 : cinq fragments trouvés sur le forum de Trajan divinisé, à partir desquels sont restitués les différents noms du consul ; = A.E, 1957, 121 =A.E, 1958, 26 = H.-G. Pflaum, Les sodales antoniniani, p. 181-187.

606C.I.L., VI, 1546 : cf. H.-G. Pflaum, Les sodales antoniniani, p. 183, que l'auteur rattache à la carrière de C. Aufidius Victorinus :

  • leg (atus) Aug(ustorum) d'une province inconnue ;
  • i]tem Germ[aniae] Super[ioris
  • c) urator aed(ium) sa [crarum et operum publicorum]
  • sodalis anto [ninianus...
  • [leg(atus) quinjque fiasc(es) reg(ionis) [Transpadanae]
  • [leg (atus) legfionis) V] II Cl. P f
  • praetor.

607Vita Marci, III, 8 (SHA) :

608« (Marcus Antoninus) fréquenta les écoles publiques des déclamateurs et, parmi ses condisciples, il eut une affection particulière pour Séius Fuscianus et Aufidius Victorinus, de l'ordre sénatorial ». (Traduction, H. Bardon, 1964)

609Id., VIII, 8 :

610« La guerre était en outre imminente en Bretagne, et les Chattes avaient fait une irruption dans la Germanie et dans la Rhétie. Calpurnius Agricola fut envoyé contre les Bretons, et Aufidius Victorinus contre les Chattes ». (Traduction, M. Nisard)

611Fronto, Correspondance, Adamicos, I, 12 ; I, 13 (où l'on apprend que C. Aufidius était originaire d'Ombrie) ; I, 14 et I, 7.

612Dion Cassius, LXXIII, 11, 1 à 4 notamment : sur le caractère de l'homme et sur la statue qui fut construite pour lui après sa préfecture de la Ville.

  • 255 Cf. Christol (Michel), REA., 1971, p. 140.
  • 256 Cf. Alfoldy (Géza), Pasti hispanienses. Senatorische Reichsbeamte und Offiziere in den spanischen (...)

613La carrière de C. Aufidius Victorinus n'est connue avec certitude que partiellement. En 163-165, au moment de l'attaque des Chattes, il est en Germanie Supérieure comme légat des Augustes propréteur. Ce gouvernement est un poste de premier échelon auquel on accédait peu après le consulat255. Sa deuxième légation le conduisit dans la péninsule ibérique. En 171-172 il fut à la tête des provinces d'Espagne Citérieure et de Bétique réunies256. Le danger d'invasion du sud de la péninsule, représenté par les Maures, exigeait un commandement homogène. Le choix de C. Aufidius Victorinus correspond, comme cela se passait depuis les Flaviens, à un homme d'expérience. Sans doute faut-il y voir la reconnaissance impériale après les trois années passées en Germanie et les deux années où il suivit les empereurs en tant que cornes sur le front du Danube. À cette occasion il reçut les dona militaria. L'amitié de C. Aufidius Victorinus avec Hadrien d'abord, dans leur jeunesse, puis avec Marc Aurèle et Fronton marque la carrière du sénateur.

  • 257 Passage dont on trouve une trace épigraphique curieuse à Tarraco où une inscription est ainsi libe (...)

614Fait suite au gouvernement des provinces ibériques257 celui d'Afrique avec le titre de proconsul, au plus tard en 175. La dernière des fonctions consulaires exercées par Victorinus, la préfecture de la Ville, était la plus prestigieuse. Un statue fut érigée en son honneur sur le forum. Aux iie et iiie s. cette fonction était généralement attribuée à un sénateur qui avait parcouru l'ensemble de la carrière, très structurée, après le consulat suffect. Les grands proconsulats – d'Afrique et d'Asie intervenaient une quinzaine d'années après le consulat ; la préfecture urbaine, une vingtaine. Cette dernière fonction était souvent associée au consulat ordinaire qui est ici un consulat itéré.

  • 258 Cf. Becatti (G.), « Il relievo délia Liberalitas di Marco Aurelio », in Arch. Class., XXIV, 1972, (...)
  • 259 Cf. Palmer (R. E. A.), « The excusatio magisteri and the Administration of Rome under Commodus », (...)

615S'il faut en croire les études archéologiques récentes, le personnage représenté à l'extrémité droite sur l'attique de l'arc de Constantin – comme on sait partiellement construit avec des matériaux de remploi – serait le praefectus Urbi(s) C. Aufidius Victorinus258 (photographie n° 5). En effet, il est probable que lorsqu'il fut praefectus Urbi(s), C. Aufidius Victorinus chercha à freiner le goût démesuré de Commode pour les venationes259

616C. Aufidius Victorinus recueille les fruits de son engagement politique aux côtés de la dynastie antonine. Conseiller de Marc Aurèle qu'il connaissait depuis longtemps, C. Aufidius Victorinus a aussi sans doute trouvé dans le réseau de parentèle qui était le sien les sources de sa puissance et de sa fidélité. La dénomination complète du sénateur révèle plus d'une dizaine de noms, pas tous identifiés, mais pour la plupart de familles sénatoriales : C. Aufidius Victorinus Mul [vius... ( ou M. Ul [pius...) Marc] ellinus Rhesius Pel [... Nu] m [i]sius Rufus Arrius Paul [inus... Camil] lus ( ) ou Procul] Lus Iustfus Cojcceius Gall [us].

  • 260 Cf. Alfoldy (G.), op. cit., note 181.
  • 261 Cf. notice n° 64.
  • 262 Cf. notice n° 46.

617Le nom de Numisius Rufus se réfère peut-être à celui du légat de la légion XVI entre 69 et 70260. Parmi les autres noms, celui de la gens Cocceia est important puisque c'est celui de l'empereur Nerva. Gallus est un surnom porté par un autre Aufidius, légat de Dalmatie en 179261. Le surnom Arrius est connu à Pisaurum même avec L. Arrius Plarianus Aufidius Turbo, patron de la colonie262.

618L'éventail très large de ces relations familiales est renforcé par son mariage avec la fille de M. Cornélius Fronto, Cornelia Cratia.

619Fictives ou réelles, ces relations lisibles dans la polyonymie permettaient à un sénateur d'illustrer le renom d'une lignée en intégrant ses ascendants paternels et maternels.

57. AUFIDIA QUINTILLA

620Seconde moitié du iie s. ap. J.-C. (avant 215)

621Origine : Ephèse.

622– Prêtresse et flaminique des temples à Ephèse.

623JOe. A. /., IL, 1968-71, « Neue Inschriften aus Ephesos, II, c. 38-40, photo n° 14 (cf. I. Ephesos, 637) :

624Η βουλη κ[αι ο δημος] / ο ΕΦεσιων τ[ηςπρ]ω[ης/ κ]αι μ[εγισ]της μητροπ ολεως της Ασιας και δις ν[ε]/ ωκορου των Σεβαστων/ ετειμησεν Τι. Κλαυδιον Αιλιο[ν]/Κρισπον τον α[σ]ιαρχην να[ων/τ] ων εν ΕΦεσωι και αγωνοθετη[ν/ τ] ω νμεγαλων ΕΦεσηων και γρα [μ]/ ματεα του δημου και γραμματ[ε]/ α της βουλης, καιγραμματ[ε]/ α της βουλης, κα αλλας / δε λειτουργιας παας εκτε/[ν]ως την τειμη[ν] / αναστησασης ΑυΦιδιας Κυ[ι]ν/ τιλιας ιερης και αρχιερειας ν[α]/ ων των εν ΕΦεσωι της γυνα[ι]/ κος αυτου.

625La boulé et le peuple d'Ephèse, la première et très grande cité mère (métropole) de l'Asie et deux fois néocore des Augustes, a honoré Tiberius Claudius Aelius Crispus, l'asiarque des temples à Ephèse et agonothète de la grande Ephèse, (et) secrétaire du peuple et secrétaire de la boulé (et) qui a exercé à ses frais toutes les autres liturgies avec empressement dans sa propre cité, de la statue érigée par sa femme Aufidia Quintilla prêtresse et flaminique des temples à Ephèse.

626Cette inscription honorifique de la cité d'Ephèse pour la base d'une statue offerte par une femme de l'aristocratie éphésienne à son mari, magistrat de la cité, date, semble-t-il, de la seconde moitié du iie s. ap. J.-C.

  • 263 La cité d'Ephèse a fourni 14 occurrences du nomen Aufidius. Parmi celles-ci (I. von Ephesos, 4360, (...)

627Aufidia Quintilla porte deux noms d'origine italienne. Le gentilice Aufidius est bien attesté en Asie, notamment à Ephèse, où les citoyens appartiennent tous à l'aristocratie locale263.

  • 264 Cf. Robert (Louis), Les gladiateurs dans l'Occident grec, Paris, Champion, 1940, chapitre III ; Ro (...)

628Il ne fait pas de doute qu'il s'agit ici d'une épouse d'un membre de l'aristocratie éphésienne. Parmi les quatre charges indiquées figurent deux liturgies coûteuses : l'asiarchat et l'agonothétie. La première était un sacerdoce du culte impérial dans les provinces, auquel étaient toujours associés des munera, comme par exemple des combats de gladiateurs264. S'il n'a pas eu l'occasion d'organiser ce type de manifestation comme asiarque, la seconde charge mentionnée lui a fourni l'occasion de subventionner jeux, concours et spectacles.

  • 265 Les Aufidii d'Ephèse font partie de ce milieu, indiscutablement : T. Aufidius Mindius Polychronius (...)

629L'inscription dit qu'il s'est acquitté de ses liturgies « avec empressement ». Ce n'est pas une simple formule. Ces liturgies étaient coûteuses et la générosité dont a fait preuve Ti. Claudius Aelius Crispus témoigne sans aucun doute de son appartenance à l'aristocratie locale tout comme sa femme. Les milieux sont les mêmes265. L'origine de ces deux notables est inconnue. Le nom du mari peut indiquer la descendance d'une famille qui aurait obtenu le droit de cité d'un empereur julio-daudien.

58. G. AUF(IDIUS) G. f. G[al]. AVITUS

630Mi-iie s. ap. J.-C.

631Origine inconnue.

632– (duum)vir désignants.

633C.I.L., II, 5354, Convenais Hispalensis, Burgillos (Baetica).

58. bis G. AUF (IDIUS) G. f. Gal. VEGETUS

634Mi iie s. ap. J.-C. Origine inconnue.

  • duumvir iterum
  • curat(or).

635C.I.L., II, 5354, Conventus Hispalensis, Burgillos (Baetica) :

636In hon(orem) dom(us) divinae/Gfaius) Aufiidius) G(aii) fiilius) Galferia tribu) Vegetus/(duum) vir iterum, curat(or) balineu(m)/aedific(avit) et G(aius) Aufiidius) G(aii) fiilius) G[al(eria tribu)]/Avitus f(ilius)(duum) vir designatus/d(e) s(ua) p(ecunia) d(edit)/et editu circens(ibus) [ded(icavit)]

637En l'honneur de la domus divina. Gaius Aufidius Vegetus, fils de Gaius, de la tribu Galeria, duumvir, curateur, a édifié un bain et Gaius Aufidius Avitus, fils de Gaius, de la tribu Galeria, duumvir désigné a donné à ses frais et, pour la dédicace, a donné des jeux du cirque.

638Ces deux Aufidii sont les deux seuls notables locaux de Bétique. L'inscription nous les fait connaître à l'occasion d'une manifestation de générosité pendant l'exercice de leur charge ou en raison de l'honneur de la désignation au duumvirat. Ce sont deux notables ordinaires que seul distingue le surnom. Leur parenté exacte, qui n'est pas indiquée, est vraisemblablement très proche. Sans doute est-ce un père et son fils.

639La tribu Galeria est attestée en Bétique, mais on ne sait pas si le conventus Hispalensis Burgillos en faisait partie.

59. P. AUFIDIUS P. f. Quirina tribu FORTIS

640iie s. ap. J.-C.

641Origine : Ostie ? Hippo Regius ?

  • decurio adlectus (Ostiae)
  • duumvir
  • quaestor aerari Ostiensium V
  • praefectus fabrum tignuariorum Ostis
  • patronus corporum mensorum et urinatorum
  • quinquennalis perpetuus corporis mercatorum frumentariorum
  • probablement dominas navium afrarum
  • decurioni adlectus Africae Hippone Regio.

642A plusieurs affranchis :

  • P. Aufidius Epictetus, quinquennalis corporis mercatorum frumentariorum,
  • P. Aufidius Faustianus, id.,
  • [P. Aufidius] [Eu] phrosynus,
  • [P. Aufidius] Ianuarius,
  • peut-être un [P.] Aufidius Victor, membre du corpus fabrum navalium.

643A un fils :

  • P. Aufidius P. f. Quir (ina tribu) Fortis Aufidi Fortis p(atroni) c(oloniae plutôt que c(orporis)) fil(ius).

644Cf. notice suivante.

645C.I.L., XTV, 4620, Ostie (répertoriée une première fois de manière incomplète au C.I.L., XIV, 303), actuellement sur la place des Corporations à Ostie. Cf. photographie n° 1.

646À Publius Aufidius Fortis, de la tribu Quirina, fils de Publius, admis au rang des décurions, par décret des décurions, questeur du trésor d'Ostie pour la quatrième fois, préfet des ouvriers charpentiers d'Ostie, patron de la corporation des préposés à la mesure (du blé) et des plongeurs. Admis décurion d'Hippone. La corporation des marchands de blé au (magistrat) quinquennal perpétuel.

647C.I.L., XIV, 4621, Ostie :

648P(ublio) Aufidio !P(ublii) fil(io) Quir(ina tribu)/Forti,/[duum]vir(o), q(uaestori) aer(ari) Ostiensium VJp(atrono) c(oloniae),/[Fa]ustianus, Epictetus,/Euphrosynus Ianuarius/patrono/indulgentissimo.

649À Publius Aufidius Fortis, fils de Publius, de la tribu Quirina, duumvir, questeur du trésor d'Ostie pour la cinquième fois, patron de la colonie. Faustianus, Epictetus, Euphrosynus, Ianuarius à leur très bon patron.

Inscriptions concernant ses affranchis et qui éclairent son rôle :

650C.I.L., XIV, 161, Ostie (base de marbre, trouvée au théâtre, près de la place des corporations) et relative à deux de ses affranchis. Cf. photographie n° 3.

651À Quintus Calpurnius Modestus, fils de Caius, de la tribu Quirina, procurateur des Alpes, procurateur d'Ostie pour l'annone, procurateur de Lucanie. La corporation des marchands de blé, par (l'intermédiaire de) Marcus Aemilius Saturus et Publius Aufidius Faustianus, ses (magistrats) quinquennaux. Par décret des membres de la corporation, Marcus Licinius Victoris et Publius Aufidius Epictetus étant questeurs. Lieu donné officiellement par décret des décurions.

652C.I.L., XIV, 636, Ostie :

653D(is) M(anibus)/P(ublii) Aufidi(i) Epic/teti/vixit annis/LXXVII, m(en) si(bus)/V, die bus XVJD(ts) Aufidi M(anibus).

654Aux dieux Mânes de Publius Aufidius Epictetus (qui) vécut 77 ans, 5 mois, 15 jours. Aux dieux Mânes d'Aufidius.

655C.I.L., XIV, 4142 et 459, Ostie, théâtre :

656M(arco) Iunio M(arci) fiilio) Pal(atina tribu)/Fausto/decurioni adlecto/flamini divi Titi, duumviro./mercatori frumentario ! q(uaestori) aerari, flamini Romae/ et Aug(usti), patrono corfpj(oris)/ curatorum navium marinar [um],/domini navium afrarum/ universarum [item]/sardorum/l(oco) d(ato) d(ecreto) d(ecurionum) p(ublice).

657Sur le côté, l'inscription suivante (=C.I.L., XIV, 459) :

658[Dedic. XII kal(endas) octobres/Severo II e]t Pompeiano II, co(n)s (ulibus)/[cura a]gentibus P(ublio) Aufidio/[,]o, M. Clodio Fortuna/[tiano P] udente L(ucio) Tadio Fel(ice )/IIII XV.

659À Marcus Junius Faustus, fils de Marcus, de la tribu Palatina, admis parmi les décurions, flamine du divin Titus, duumvir, marchand de blé, questeur du trésor, flamine de Rome et d'Auguste. Les armateurs de navires pour toute l'Afrique et la Sardaigne au patron de la corporation des réparateurs de navires. Lieu donné officiellement par décret des décurions.

660Dédicace du 12 des kalendes d'octobre sous le consulat de Severus et de Pompeius pour la deuxième fois, par les soins de Publius Aufidius ( ), Marcus Claudius Fortunatianus Pudens et Lucius Tadius Félix.

661Cette dernière inscription date de 173 ap. J.-C. Elle est peut-être postérieure à la mort d'Aufidius (cf. Fasciato (Micheline), in R.E.L., XXVIII, 1949, p. 34).

662L'abondante documentation épigraphique relative à P. Aufidius Fortis permet d'étudier trois aspects complémentaires du personnage : le notable local, magistrat municipal ; le puissant et influent homme d'affaires ; le représentant un peu exceptionnel d'un nomen simultanément présent à cette époque en Italie et en Afrique.

  • 266 Cf. Meiggs (Russel), Roman Ostia, Oxford, 1960, p. 185.
  • 267 Cf. Meiggs (R.), op. cit. supra, p. 203.

663Le notable fut admis au rang des décurions d'Ostie, a été duumvir et questeur municipal d'Ostie – et non questeur romain d'Ostie. Sa carrière municipale fut brillante et indiscutablement liée à sa puissance et à ses compétences économiques et financières. La questure municipale semble avoir été située à l'origine entre l'édilité et le duovirat266, c'est-à-dire en début de carrière. Dans le cas d'Aufidius Fortis, cette charge fut exercée en fin de carrière, et cinq années durant. Nul doute que l'expérience acquise dans les affaires et dans la gestion des finances municipales a contribué au renouvellement de la confiance à son égard. Ce n'est pas un hasard si nous connaissons les 4' et 5' années d'exercice de cette charge : P. Aufidius Fortis était parvenu à l'apogée de sa puissance et de son influence lorsqu'il a été honoré. L'histoire d'Ostie suggère un déclin ou au moins une stagnation de la prospérité de la cité portuaire dans la seconde moitié du iies. ap. J.-C.. C'est dans cette période en effet que la questure municipale est exercée en fin de carrière et confiée à des magistrats expérimentés comme l'imposait la situation. Or la dédicace en l'honneur de P. Aufidius Fortis, patron de la colonie, daterait de 146 ap. J.-C.267, c'est-à-dire une période clé de l'évolution de la situation économique.

664Plusieurs autres éléments confirment la grande qualité de la carrière politique de P. Aufidius Fortis. Ainsi, immédiatement après son admission dans Vordo decurionum, il fut duumvir puis questeur. Il n'y a pas de mention de l'édilité, contrairement à ce qui se passe pour son fils. Or compte tenu du grand nombre de détails qui figurent sur l'inscription, il n'y a aucune raison de soupçonner un oubli : c'est une charge qu'il n'a pas remplie.

665L'origine de P. Aufidius Fortis est inconnue. Toutefois son inscription dans la tribu Quirina indique qu'Ostie n'était pas sa patria. Il fallait donc qu'il eût des qualités particulières pour être admis dans l’ordo decurionum, exercer des magistratures municipales et être honoré du patronat de la colonie. Cet éminent personnage de la vie politique était cependant avant tout un puissant homme d'affaires.

666Il a en effet exercé des responsabilités dans plusieurs collèges et corporations d'Ostie. certaines étaient honorifiques, mais d'autres lui créaient des obligations.

  • 268 Cf. Fasciato (Micheline), « Les associations professionnelles romaines du ier au iii (...)
  • 269 La corporation des charpentiers d'Ostie, contrairement aux corporations de même nature dans d'autr (...)

667Alors qu'il n'était encore questeur que pour la quatrième fois, il fut praefectus fabrum tignuariorum Ostis, c'est-à-dire préfet du collège des ouvriers charpentiers en même temps qu'il était patron de la corporation des mesureurs du blé et des plongeurs. La simultanéité de ces responsabilités montre le rôle économique essentiel de P. Aufidius Fortis. La corporation des charpentiers d'Ostie était la seule à se dire collegium et non corpus. Elle avait été créée en 62 av. J.-C.268. Elle ne semble pas avoir eu de patron mais les préfets que nous lui connaissons ont tous été des hommes importants dans le gouvernement municipal et n'ont apparemment eu aucune relation d'affaires directes avec les charpentiers. Toutefois il n'est pas douteux que les activités des charpentiers à Ostie, donc la construction navale, se développaient en étroite symbiose avec celle des armateurs et des marchands de blé269.

668P. Aufidius Fortis fut quinquennalis perpetuus de la corporation des marchands de blé. L'honorariat de ce titre montre assez la nature des activités et la source économique de la puissance du notable. Il n'est pas sûr qu'Aufidius fut membre de la corporation, mais deux de ses affranchis en faisaient partie avec chacun une responsabilité différente : P. Aufidius Faustianus, quinquennalis et P. Aufidius Epictetus, questeur. Or l'inscription qui nous les fait connaître honore le procurateur d'Ostie pour l'annone. Il est donc certain que P. Aufidius Fortis avait des intérêts liés à la commercialisation du blé importé à Ostie par navire. Qu'il fut choisi comme patron de la corporation des préposés à la mesure du blé et des plongeurs en est un indice supplémentaire.

  • 270 C.I.L., XIV, 4142. Dans le cas de P. Aufidius Fortis, il n'est pas sûr qu'à « toute l'Afri (...)

669Une inscription postérieure à celle de la corporation des marchands de blé laisse supposer que P. Aufidius Fortis était propriétaire de navires. En 173 ap. J.-C., nous apprenons que, par les soins de leurs représentants, les « armateurs de navires pour toute l'Afrique et la Sardaigne » ont honoré le patron de la corporation des réparateurs de navires270. L'un de ces représentants est un P. Aufidius [ ]. Il est probable que ce représentant fut P. Aufidius Fortis et qu'il compta parmi les domini navium.

  • 271 Fasciato (M.), « loc. cit. » en note 3.
  • 272 C.I.L., XIV, 251. Cf. notice n° 60.
  • 273 Deux autres Aufidii sont répertoriés sur cette inscription : D. Aufidius Higyanus (1. 16, 5e colon (...)

670« Production, transport et commerce du blé semblent donc avoir été concentrés entre les mains » d'Aufidius Fortis, parmi d'autres personnages importants271. Les différentes corporations d'Ostie, dont la complémentarité évidente traduisait le dynamisme du port, regroupaient des individus très puissants et non pas seulement des affranchis. Sénateurs, chevaliers et simples plebeii en faisaient partie. Une grande inscription de la corporation des bateliers en 192 ap. J.-C.272 le montre. Nous y rencontrons dans le dernier groupe cité trois Aufidii, parmi lesquels un P(ublius) Naevius Auf(idius) Hygian(us) qui a peut-être un rapport avec P. Aufidius Fortis273.

671L'importance du personnage explique sa carrière politique, l'imbrication étroite entre politique et rôle économique et finalement présence de part et d'autre de la Méditerranée. Outre ses magistratures, P. Aufidius Fortis devint patron de la colonie ou l'année de son cinquième mandat de questeur, ou après. Mais avant même d'être honoré ainsi par Ostie, il avait été admis comme décurion d'Hippo Regius.

672Ce second décurionat était honoraire. Comme il est cité à la fin de l'inscription, après toutes les magistratures et les honneurs des corporations, il faut supposer qu'il a été proposé par les décurions d'Hippo Regius en raison de l'influence acquise par P. Aufidius Fortis à Ostie. Cet honneur se justifie peut-être aussi par l'origine africaine du notable. Si la tribu Quirina est la plus représentée de celles qui sont relevées à Ostie, c'est aussi celle dans laquelle étaient rangées le plus de cités africaines parmi lesquelles Hippo Regius. On ne peut affirmer que P. Aufidius Fortis était originaire de cette cité, mais il y de fortes présomptions en faveur de cette hypothèse :

  • plusieurs Aufidii sont connus dans la région, à Calama, avec Aufidia Fundana274 et à Hippo Regius même, avec Aufidia Colonica275. Ces deux surnoms trahissent une origine rurale ou une attache à la terre, ainsi qu'une origine locale dans le milieu des affranchis.
  • Dans un rayon d'une trentaine de kilomètres à peine autour d'Hippo Regius, plusieurs Aufidii sont attestés en milieu rural, dans des cités situées dans la vallée agricole de l'actuel oued Medjerda, l'antique Bagradas276.

673Bien que toutes ces inscriptions ne datent pas du iie s. ap. J.-C., leur nombre et, partant, la densité des individus autour d'Hippo Regius, laissent supposer une propriété foncière dans cette partie de l'Afrique ainsi que dans les vallées afïluentes ou proches de l'oued Siliane et de l'oued Miliane (cf. cartes n° 16 et 17). Il y a tout lieu de penser que P. Aufidius Fortis, connu à Ostie pour ses intérêts liés à la production et à la commercialisation agricoles, était en relation avec l'Afrique Proconsulaire, soit qu'il possédât lui-même des biens fonciers, soit qu'il fut chargé du transport et de la vente de productions appartenant à d'autres Aufidii. Dans les deux cas son activité à Ostie lui a valu d'entrer en relations avec la plupart des agents économiques voire politiques de la cité. Lorsque deux de ses affranchis font une dédicace au procurateur d'Ostie pour l'annone (C.I.L., XIV, 161), on ne peut s'empêcher de penser que P. Aufidius Fortis a lui-même dû être en rapport avec ce fonctionnaire équestre. C'est évidemment à ce titre que la corporation des marchands de blé – dont sont membres deux affranchis de P. Aufidius Fortis lui érige une statue.

60. P. AUFIDIUS P. f. Quir. FORTIS AUFIDI FORTIS P. C. FIL.

674Seconde moitié du iie s. ap. J.-C.

675Origine : Ostie ?

  • (duum) vir
  • q(uaestor)
  • Aedil(is)
  • flam(en) Romae et Aug(ustae)
  • flam(en) divi Titi.

676A des affranchis qui sont ceux de son père :

  • [P. Aufidius] Faustianus
  • « Epictetus
  • « Euphrosynus
  • « Ianuarius et
  • peut-être, vu la date tardive de 192, a-t-il un lien avec P. Naevius Auf (idius ) Hygianus.

677C.I.L., XIV, 4622, Ostie, apposée sur un mur de la rue principale, à proximité du théâtre. Cf. photographie n° 2. :

678P(ublio) Aufidio P(ublii) fil(io) Quir(ina fribu)/Forti, Aufidi Fortis/p(atroni) c(oloniae ou – orporis ) fil(io) Ilvir(o), q(uaestori) aedil(i)/fiam(ini) Romae et Aug(usti)/flam(ini) divi Titi./Faustianus, Epictetus/Euphrosynus, Ianaurius,/liberti.

679À Publius Aufidius Fortis, fils de Publius, de la tribu Quirina. Au fils du patron de la colonie [plutôt que : des corporations] Aufidius Fortis, duumvir, questeur, édile, flamine de Rome et dAuguste, flamine du divin Titus. Faustianus, Epictetus, Euphrosynus, Januarius (ses) affranchis.

680C.I.L., XIV, 251, Ostie :

681inscription datée de 192 ap. J.-C., Imperatore Caesare Augusto P. Helvio Pertinace II cos., faite par Xordo corporatorum lenunculariorum tabulariorum auxilarium ostiensium qui comporte la liste des patr(oni), senat(orii), equit(es) Rom(ani) et pleb(ei).

682À la ligne 13, 3e colonne, parmi le groupe plebs : (P.) Naevius Auf (idius ?) Hygian (us).

683Publius Aufidius Fortis est le fils du décurion, magistrat municipal d'Ostie et patron ou membre de nombreuses corporations, admis dans l'ordre des décurions d'Hippo Regius.

  • 277 C.I.L., XIV, 4621. Cf. notice n° 59.

684Contrairement au père, les inscriptions ne révèlent pour le fils que des magistratures et sacerdoces locaux. Aucune participation à la vie économique n'est explicitement signalée. La mention des quatre affranchis, co-auteurs de l'inscription honorifique, qui sont les affranchis de son père, n'implique nullement qu'il a continué les activités de son père. Le père étant sans doute mort, le fils est devenu le chef de la fiamilia. Les affranchis prennent bien soin d'indiquer non seulement la filiation du fils, mais en plus, dans une formule redondante pour la filiation, la qualité du père, patron de la colonie. C'est comme cela que ces quatre mêmes affranchis honorèrent P. Aufidius Fortis lorsqu'il était questeur municipal d'Ostie pour le trésor public pour la cinquième fois277.

685La carrière municipale de P. Aufidius Fortis junior est ordinaire mais complète. Elle consiste en trois charges civiles complétées par deux sacerdoces. Elle est la preuve de l'aisance de cette lignée qui s'est bien intégrée à la vie municipale et compte parmi les notables.

686On peut se demander s'il existe un lien direct entre P. Aufidius Fortis junior et le plébéien répertorié sur l'inscription de la corporation des bateliers datée de 192. La date relativement tardive du document est sans aucun doute postérieure à la mort du père de P. Aufidius Fortis junior et inciterait donc à rapprocher P. Naevius Auf (idius) Hygianus de celui-ci. Mais comme il n'apparaît pas que P. Aufidius Fortis junior ait poursuivi les activités de son père il peut paraître plus logique de rattacher ce P. Naevius Auf (idius) Hygianus au père. En effet, cette liste n'implique pas que les membres de la corporation connus en 192 n'en faisaient pas déjà partie avant. En tout cas son prénom, l'un de ses noms et son activité ne sont pas étrangers au monde des Aufidii.

687Nous ne connaissons aucune descendance ostienne à P. Aufidius Fortis junior. Avec son père il est le seul Aufidius de la colonie à être inscrit dans une tribu.

  • 278 Cf. C.I.L, XIV, 4142 et 459.
  • 279 C.I.L., XIV, 635 : D(is) [M(anibus)]/P(ublius ?) qui v[ixit]/P. Aufiidius ?) d(edit ?). (...)
  • 280 C.I.L., XIV, 1807.

688En dehors des affranchis connus et nommément désignés de P. Aufidius Fortis junior ou de son père, seules trois occurrences d'Aufidii prénommés Publius ont été relevées à Ostie : P. Aufidius [ ] sur une inscription de 173 – qui agit manifestement au nom d'un dominus navium afrarum universarum et se trouve donc être certainement un représentant du père278 ; un P. Auf (idius ?)279 et un P. Aufidius Saturninus dont le surnom trahit manifestement une origine africaine280. Dans ce dernier cas, l'inscription, qui comporte la mention des dieux Mânes ainsi que l'âge de l'épouse défunte, est sans doute de datation proche de celle des autres Publii Aufidii. Tous ces textes sont relatifs à des affranchis ou, mieux, à des descendants d'affranchis que l'on peut sans risque inclure dans la fiamilia des Aufidii Fortes.

  • 281 C.I.L., XIV, 5120.

689Un doute subsiste pour un seul cas :... Aufidius P. f. Lucret[ianus]281 L'inscription semblerait du iie-iiie s., si l'on s'en tient au surnom de la femme mentionnée en même temps que l'homme : Severa. Mais elle est trop fragmentaire pour qu'on puisse émettre une proposition certaine.

61. M. AUFIDIUS FRONTO

690iie-iiie s. ap. J.-C.

691Origine : Pisaurum.

  • co(n)s(ul) ordinarius, en 199 ap. J.-C.
  • proco(n)s(ul) d'Afrique par tirage au sort sous Macrin en 217, il ne put prendre possession de son gouvernement.
  • proco(n)s(ul) Asiae en 218 sous Elagabal.
  • Epoux de Cassia Cornelia C. f. Prisca et père de M. Aufidius Fronto mort jeune.
  • Pontifex.
  • Patronus col(oniae) (Formiarum).

692R.E., A, n° 19 (P. v. Rohden), c. 2292 ; P.I.R., 2, A, 1385.

693RE, suppl., XIV, 1974, (v. Eck), c. 67.

694Inscriptions datées de son consulat, exercé en même temps qu'An ullinus :

695C.I.L., VI, 220, Rome ; 1352, id. ; 1982-1983, id. ; 2270, id.

696C.I.L., XI, 3871, Capena. C.I.L., VIII, 2618b, Lambèse ; 12549, Carthage ; 14583, Simitthus.

697C.I.L., XIV, 39, Ostie ; 4254, Tibur.

698C.I.L., XI, 6334, Pisaurum. Cf. notice n° 56 : « À Marcus Aufidius Fronto, arrière petit-fils de Marcus Cornélius Fronto, rhéteur, consul, maître des empereurs Lucius (Verus) et (Marcus Aurelius) Antoninus, petit-fils d'Aufidius Victorinus préfet de la Ville (et) consul bis. Fronto, consul, à son très cher fils ».

699A.E., 1971, 79, Formiae \ Cassiae/Corneliae/C(ai) fiiliae) Priscae c(larissimae) fieminae) Aufidi Frontonis co(n)s(ulis)/pontificis, proco(n)s(ulis)/Asiae,/patroni col(oniae) uxoril-sacerdoti Augustae/etpatriae, Formiani/publice pro splendore/munificantiae cuius.

700« À Cassia Cornelia Prisca, fille de Caius, femme clarissime d'Aufidius Fronto, consul, pontife, proconsul d'Asie, patron de la colonie, à son épouse, prêtresse d'Augusta et de la patrie. Les habitants de Formies (ont fait cette dédicace) à titre officiel pour l'éclat de sa générosité ».

701Dion Cassius, LXXVIII :

702Ce texte nous apprend que M. Aufidius Fronto, après avoir été désigné comme proconsul d'Afrique par tirage au sort sous l'empereur Macrin, aurait été empêché de prendre possession de son gouvernement par les habitants de la province et qu'il aurait refusé le proconsulat d'Asie que l'empereur lui avait offert en compensation.

  • 282 Fronton, Correspondance, Ad amicos, I, 12. Cf. Saller (R. P.), « Familia, domus and the Roman Conc (...)

703L'inscription de Pisaurum permet de situer M. Aufidius Fronto, consul en 199, dans la généalogie des Aufidii originaires de cette cité ombrienne au iie s. (cf. stemma n° 9). Il est le fils de C. Aufidius Victorinus et de Cornelia Cratia, elle-même fille unique du rhéteur, consul et maître cirtéen M. Cornélius Fronto. Cet illustre ancêtre est donc son grand-père maternel dont il porte les prénom et surnom. Une telle pratique montre l'importance réservée par les Aufidii à la mémoire généalogique de la famille. Ce consul est en effet l'un des trois fils issus du mariage entre Cornelia Cratia et C. Aufidius Victorinus. L'un des deux autres a pris les tria nomina de son père. Le troisième est mort en bas-âge. Dans une lettre de 164 adressée à son père, M. Cornélius Fronto formait le vœu que la faveur accroisse « fiamiliam n° tram – non pas domus – liberis ac nepotibus »282. Il reconnaissait ainsi comme sienne la descendance des Aufidii. La perpétuation de son prénom et de son surnom réalisa ainsi son vœu.

  • 283 Cf. Mennella, « La sfondo politico dell'epigrafe di m. Aufidio Frontone », in Civilta class. e Cri (...)

704L'étude du sarcophage du fils de M. Aufidius Fronto ainsi que la formulation de l'épitaphe montrent comment cette lignée a intégré comme son patrimoine les talents littéraires, l'enfance et la vie publique de M. Cornélius Fronto283 et comment s'est effectué le ralliement d'une partie de l'élite sénatoriale au nouvel empereur Septime Sévère.

  • 284 Cf. Giuliano (A.), « Il sarcofago di Marco Aufidio », in La parola del passato, XXVII, 1972, p. 27 (...)

705En effet, les reliefs du sarcophage284 – d'un côté l'enfant chevauchant un mulet précédé par un autre enfant, de l'autre, l'enfant en aurige monté sur un petit char que tire un mulet – peuvent être rapprochés des récits de M. Cornélius Fronto sur sa propre enfance (Ad amicos, 1, 12). Quant à la généalogie, elle indique deux aspects complémentaires mais essentiels de la vie de M. Cornélius Fronto. Il est d'abord orator et magister des empereurs et c'est à l'occasion de l'exercice de ces talents que s'est nouée la première rencontre entre M. Cornélius Fronto et celui qui deviendra plus tard son gendre, C. Aufidius Victorinus, le père du dédicant de l'inscription de Pisaurum. Le lien est évident entre l'enfance des Aufidii et M. Cornélius Fronto. L'inscription insiste d'autre pan sur le rang sénatorial de cette lignée puisqu'il est fait mention pour chacun des trois ascendants du jeune mort de leur consulat.

  • 285 Cf. LeGlay (Marcel), « Sénateurs de Numidie et des Maurétanies », in Tituli, 5, II, Epigra (...)

706Le consul de 199 rappelle ainsi habilement l'appartenance de sa famille au cercle de Fronto, qui était autant littéraire que politique. Les trois quart des sénateurs de Numidie connus sont cirtéens. L'influence de M. Cornélius Fronto persista sous plusieurs empereurs. Apprécié d'Hadrien, il fut aussi précepteur de Marc Aurèle et de Lucius Verus comme l'indique l'épitaphe de Pisaurum qui exalte ainsi la dynastie sévérienne régnante285.

707L'épitaphe et le sarcophage de M. Aufidius Fronto transmettent habilement, dans la cité de Pisaurum, dont ils étaient originaires, les fastes de la famille. Mais le dédicant reste discret sur sa carrière dont on ne connaît que le consulat de 199 et grâce à Dion Cassius les difficultés qui entourèrent son proconsulat.

  • 286 Cf. Beschaouch (Azedine), « Une hypothèse sur la date du vice-proconsulat en Afrique de Q. Aradius (...)
  • 287 Cf. Zamballi (M.), in Epigrapbica, XXXII, 1970, p. 72.

708L'inscription de Formiae confirme indirectement la première partie du récit de Dion Cassius : M. Aufidius ne rejoignit pas son poste à Carthage et c'est un proconsulat en Asie qui lui fut proposé. Non seulement le titre du gouvernement est mentionné, mais il est possible d'interpréter le sacerdoce de sa femme comme un indice qu'elle l'a suivi dans la province286. Cassia était vraisemblablement originaire de Formiae. On peut se demander s'il faut appliquer patria à la colonie de Formies dont l'hommage a dû s'adresser à Cassia Cornelia à l'occasion de l'honneur du patronat fait à son mari287.

62. C. AUFIDIUS VICTORINUS

709iie-iiie s. ap. J.-C.

710Origine : Pisaurum.

711– co(n)s(ul) ord(inarius) en 200 ap. J.-C.

712RE., A, n° 42 (P. v. Rohden), c. 2297-2298 ; P.I.R. 2, 1394.

713Nombreuses inscriptions datées de son consulat :

714C.I.L., VI, 220, Rome ; 1054, id. ; 1982-1983, id. ; 2004, id. ; XIV, 252, Ostie ; 2393, id. ; III, 3967, Siscia (Pannonia Sup.)-, 4268, Mursella (id.) ; 8237, Blatsche (Moesia Sup.) ; VIII, 2618, Lambèse.

715Caius Aufidius Victorinus fut consul ordinaire en 200. Il est l'un des trois fils de C. Aufidius Victorinus, consul bis ordinaire en 183, époux de Cornelia Cratia, la fille du sénateur de Cirta, M. Cornélius Fronto.

716On ignore quand et avec qui il s'est marié, mais il est probablement le grand-père de Petronius (Aufidius) Victorinus qui est présent à une réunion du collegium fabrum de Pisaurum en 256 C.I.L., XI, 6335.

717Son frère M. Aufidius Fronto fut consul l'année précédant la sienne, en 199. On ignore quelle a été la carrière de C. Aufidius Victorinus.

63. L. AUFIDIUS EUPHEMUS

718Fin du iie s. – début du iiie s. ap. J.-C.

719Origine : Ephèse ?

720– Secrétaire du peuple et asiarque.

721I.von Ephesos, VII, 3087,1. 5 :

722« Aux empereurs Césars L. Septimius Severus, pieux, Pertinax, Auguste, Arabique, Adiabenicus, très grand Partique et à Marcus Aurelius Antoninus, Auguste, [et à Lucius Septimius Geta, César], et à Julia Domna, Auguste, mère des camps, L. Aufidius Euphemus... ».

723I. von Ephesos, II, 435 ;

724« À l'empereur César Lucius Septimius Severus Pertinax, pieux, et à l'empereur César Marcus Aurelius Antoninus (i. e. Caracalla) et à l'empereur César Publius Septimius Geta et à Julia Domna impératrice et à toute la maison impériale et à la ville deux fois néocore d'Ephèse, Tiberius Flavius Menandros, l'asiarque devenu greffier du peuple pour les affaires privées, a construit l'hydreion pour le bien-être de la patrie. Tiberius Flavius Lucius Hierax, « philosebaste », étant prytane, L.Aufidius Euphemus étant secrétaire du peuple ».

725I. von Ephesos, III, 872 (fragment d'une base honorifique) :

726........./ πα [? επιμελησα]/ μενου πα[ ρεαυτου Λ. ΑυΦιδ]/διου ΕυΦημου α[σιαρχου] / καθως εν τω δημ[ω υπε]σχετο.

727«... Lucius Aufidius Euphemus, asiarque ».

728I. von Ephesos, VII, 3001, I. 2 : L. Aufidius Euphemus y est dit asiarque et grammateus.

729...επι της Λ. αυΦιδιου ΕυΦη]μου ασιαρ[χου γραμματ] ειας.

730I. von Ephesos, IV, 1171 :

731μονομαχοι/ λουκιου/ ΑυΦιδιου/ ευΦημου/ ασιαρχου.

732« Les gladiateurs de Lucius Aufidius Euphemus, asiarque ».

733L'ensemble de ces textes d'époque sévérienne peut être daté en 193 et 213 ou après. Les inscriptions disant que L. Aufidius Euphemus est asiarque ne sont pas antérieures à 212 semble-t-il. Il est probable que sur la première citée (3087), il n'était encore que secrétaire du peuple entre 198 et 210.

734L. Aufidius Euphemus est un notable, porteur de tria nomina dont le surnom est grec. Il appartient à l'aristocratie locale, a exercé une charge municipale – celle de grammateus c'est-à-dire secrétaire du peuple – et a revêtu un sacerdoce impérial : l'asiarchat.

  • 288 Cf. Robert (Louis), Les gladiateurs dans l'Orient grec, Paris, 1940, ch. IV, p. 281-293 sur le rec (...)

735La dernière inscription témoigne de la liaison existant entre le culte impérial et les combats de gladiateurs : c'est comme asiarque que les gladiateurs l'honorent. Nous ignorons si ceux-ci faisaient partie de sa familia ou s'il les avait achetés à son prédécesseur, le temps de s'acquitter de son munus, avant de les vendre à son tour au suivant288.

64. AUF(IDIUS) GALL(US)

736iies. ap. J.-C. 179 ap. J.-C.

737Origine inconnue.

  • leg(atus) [provinciae Dalmatiae, ?]
  • c(larissimus) v(ir).

738R.E., A, n° 21 (P. v. Rohden), c. 2292 ; P.I.R. 2, A, 1387.

739C.I.L., III, 8663, suppl., Salona (Dalmatie). Inscription de lecture très incertaine :

740Her(cule) Aug(usto) [sac(rum)]. Val(erius) Val(ens) v[et(eranus)] ex(centurione) limite[m] pub(licum)...aperuit... im(peratore) Com(m)o [doni] et Mar[tio] Vero [II] co(n)s(ulibus) VI [kal(endas)] Ma[i(as)].

741Monument consacré à Hercule Auguste. Valerius Valens centurion vétéran... Auf(idius) Gall(us), vir clarissimus, son légat, pour sa sortie de charge. Sous le deuxième consulat de Commode et de Marcus Verus.

742La date de l'inscription, fournie par les consulats impériaux, est 179. Aufidius Gallus est clarissimus vir. C'est donc un sénateur. Il semble avoir été légat d'Auguste propréteur de la province de Dalmatie. Sa carrière est inconnue.

743Le surnom indique peut-être son origine. Ce surnom apparaît dans le polyonyme C. Aufidius Victorinus consul suffect en 155 puis consul ordinaire en 183. Il n'est pas impossible que l'identité d'époque puisse en faire un parent.

65. M. AUFIDIUS M. f. ARN. HONORATUS

744Fin du iie s. ap. J.-C ? – 197 ap. J.-C.

745Origine : Saldae.

  • eq(uo) pub(lico) ornatus
  • dec(urio) col(oniae).

746C.I.L., VIII, 8937, Saldae (Mauretania Sitifensis).

747M(arco) Aufidio, M(arci) fil(io)/Am(ensis tribu) Honoratojeq(uo) pub(lico) ornato, dec(urioni)/ col(oniae), C(aius) Aufidius L(ucii) fiilius) Arn(msis tribu) Honoratusjpatruus idemque/vitricus et Sellia/Qfuinti) fiilia) Satura ma/terfilio piissimo/secundum volunt/tem (sic) eius statu/am posuerunt/dedica-verunt/que. Dedicata VIIII kal(endas)/Ianuarias, T(ito) Sextio Laterano, C(aio) Cuspio/Rufinio co(n) s(ulibus) a. p. CLVIII ob cuius dedicatio/nem sportulae datae sunt. L(oco) ab or(dine)/sanc(tissimo) accepto.

748À Marcus Aufidius Honoratus, fils de Marcus, de la tribu Arnensis, orné du cheval public, décurion de la colonie, Caius Aufidius Honoratus fils de Lucius, de la tribu Arnensis, son oncle paternel et beau-père, et Sellia Satura sa mère, fille de Quintus, ont fait sa statue selon sa volonté pour leur fils très pieux et l'ont dédiée. Dédiée le 9e jour des kalendes de janvier (le 25 janvier), Titus Sextius Lateranus et Caius Crespius Rufinus étant consuls, l'année 158 de la province. Des sportules sont données à l'occasion de sa dédicace. Lieu accepté par le très saint or do.

  • 289 Outre l'appartenance à la tribu Arnensis qui est celle de Saldae, il convient de relever le surnom (...)
  • 290 En dehors de cette inscription, les Sellii – qui n'apparaissent pas dans l'index du C.I.L., VIII – (...)

749Ce texte fait connaître l'un des très rares Aufidii de l'ordre équestre en Afrique, le seul à être désigné ainsi. Il n'y a aucune indication de carrière, mais on sait que M. Aufidius Honoratus appartenait à l’ordo decurionum. C'est sans doute un membre d'une famille de notables originaire d'Afrique289. En tout cas, M. Aufidius Honoratus et son oncle étaient inscrits dans la tribu de Saldae. La femme de l'oncle était elle aussi issue d'une famille de citoyens. Elle porte les duo nomina et sa filiation est indiquée290.

750C. Aufidius Honoratus, le dédicant, est à la fois l'oncle paternel et le beau-père de M. Aufidius Honoratus, le dédicataire. Plusieurs renseignements peuvent être tirés de ce double lien de parenté : le père du chevalier est sans doute mort ou a quitté sa femme. Il n'apparaît pas autrement sur l'inscription que dans la filiation. C'est sans doute pour assurer au fils la transmission du cheval public que son oncle a épousé Sellia Satura. On ignore l'âge de M. Aufidius Honoratus, mais on doit raisonnablement penser que Caius Aufidius Honoratus a épousé Sellia Satura à cause de la minorité de Marcus. Plus tard, en l'honneur du décurionat de celui-ci, son oncle et sa mère rédigèrent l'inscription (Cf. stemma n° 10).

66. AUFIDIUS SEVERIANUS

751Fin iie-début iiies. ap. J.-C.

752Origine inconnue.

753Proco(n)s(ulis) en 198-200.

754R.E., A, n° 38 (P. v. Rohden), c. 2296 ; P.I.R, 2, A, 1392.

755Digeste, I, 16, 4, § 1 = Ulpien, livre I De officio proconsulis :

756Observare autem proconsulem oportet, ne in hospitiis praebendis onoret provinciam : ut imperator n° ter cum pâtre Aufidio Severiano rescripsit.

757« Il convient aussi de prendre garde à ce que le proconsul ne récompense pas [sa] province par des largesses amicales : c'est ce qu'a répondu notre empereur à Aufidius Severianus ».

758On suppose qu'Aufidius Severianus fut proconsul entre 198 et 209, intervalle durant lequel Septime Sévère est le seul emperur. Ulpien indique en effet que la réponse a été donnée par imperator n° ter, au singulier donc. On ne connaît rien d'autre sur la carrière de ce proconsul. Son surnom est trop fréquent par ailleurs pour qu'on puisse le rapprocher avec qui que ce soit comme P. Iuventius Celsus T. Aufidius Hoenius Severianus ou avec un dérivé de Severus, surnom de L. Septimius devenu empereur en février 197.

67. AUFIDIUS IULIANUS

759Fin iie – début iiie s. ap. J.-C. (209-211)

760Origine inconnue.

761Procurator (Galatiae).

762RE, A, n° 23 (P. v. Rohden.), c. 2293 ; P.I.R., 2, A, 1388.

763Plusieurs inscriptions honorifiques et d'affranchis « à Aufidius Iulianus, son excellence, procurateur de n° trois empereurs » ou « gouverneur et évergète » ou « supérieur et évergète » en poste à Ancyra :

764C.I.G., 4037f = I.G.R.RP., III, 168, Ancyra (Galatia) ; id., 4038 = 170, id.-, I.G.R.R.P., III, 169, id. ; S.E.G., VI, 11 ; A.E, 1924, 88.

  • 291 Cf. Pflaum (H.-G.), Les carrières procuratoriennes équestres sous le Haut-Empire romain, Paris, 19 (...)

765Les trois empereurs sont Septime Sévère, Caracalla et Géta. Aufidius Iulianus était procuratorpro-vinciae Galatiae. Il appartenait donc à l'ordre équestre. À l'époque de Septime Sévère, la Galatie était un poste centenaire291. Son origine orientale n'est pas impossible.

68. [C. ou L.] AUFIDIUS MARCELLUS

766Fin iie-iiie s. ap. J.-C.

767Origine inconnue.

  • Proco(n)s(ul) Asiae en 220-221
  • Co(n)s(ul) bis ord(inarius) en 226.

768R.E., A, n° 29 (P. v. Rohden), c. 2294 ; P.I.R, A, 1389.

769T.A.M., V, 871 (= C.I.L., III, 7195 = I.G.R, IV, 1206), Thyatira (Lydie) :

770B(ona) F(ortuna)./Imp(eratori) Caes(ari) M(arci) Aur(elio)/[Ant]o[nin]o piolfel(ici) Aug(usto) co(n)s(uli) III, p(atri) p(atriae). H λαμπροτατη / θυατερηνηνων πο/ λιςκατεσεκευα/ σεν τας οδους επι / ανθυπατου ΑυΦι/διου Μαρκελλου./ Μ.Α.

771À la Bonne Fortune. À l'empereur César Marcus Aurelius Antoninus, pieux, heureux, auguste, consul pour la troisième fois, père de la patrie. La magnificence de la ville de Thyatire ayant équipé les voies publiques sous le proconsul Aufidius Marcellus. Un mille.

772Inscriptions datées du consulat : C.I.L., VI, 266 et 267, Rome ; XIV, 2393, Bovillae = VI, 1991 ; III, 3270, Teutoburgium (Pannonie Inférieure), 5575, Bedaium (Norique), 8173, Ulpiana (Mésie Supérieure) ; XVI, 143 = III, p. 1999 : C. Aufidius Marcellus ; A.E., 1966, 602, Volubilis et 1971, 282, Bonna (Germanie).

773Plusieurs lois conservées par le Code Justinien sont datées de ce consulat :

774Cod., II, 4, 4 ; 19, 2 ; 36, 2 ; 51, 1 ; Cod., VI, 46, 6 ; 49, 7 ; 53, 5 ; Cod., VIII, 30, 1 etc.

775La carrière d'Aufidius Marcellus est très partiellement connue. L'inscription d'Asie retrouvée sur la route de Thyatire à Sardes et Smyrne est datée grâce au troisième consulat d'Elagabal en 220-221. Aufidius Marcellus fut donc proconsul d'Asie soit en 219-220, soit en 220-221, soit en 221-222. Ce gouvernement était l'un des deux grands proconsulats, l'autre étant celui d'Afrique.

776Partant de ce proconsulat, il est possible de supposer qu'Aufidius Marcellus fut consul vers 205. Il s'agissait en l'occurrence d'un consulat suffect puisque nous savons par une dizaine d'inscriptions qu'il revêtit un second consulat, ordinaire, avec l'empereur Sévère Alexandre en 226. De ce point de vue, sa carrière est typique de celle de bien des sénateurs plébéiens ou patriciens membres du parti sévérien qui voient couronner leur engagement politique par le consulat ordinaire. Cette charge leur conférait un surcroît de prestige au sein du groupe des sénateurs.

777Nous ignorons l'origine d'Aufidius Marcellus. Peut-il être un parent d'Aufidius Coresnius Marcellus, légat de Thrace sous Sévère Alexandre (cf. notice n° 69) comme le laissent supposer la proximité géographique et chronologique et leurs carrières Dans ce cas, il serait probablement d'origine asiatique.

  • 292 S.E.G., XX, 742.
  • 293 Id., XXIV, 1969, n° 200. Datations : 164/165 ou 181/182 ou 184/185.

778Deux inscriptions grecques de la seconde moitié du iie s. ap. J.-C. montrent que le surnom Marcellus a été utilisé par des Aufidii : à Cyrène, sur une liste éphébique de 161292 et sur un document de localisation et de datation incertaines293.

69. AUFIDIUS CORESNIUS MARCELLUS

779iiie s. ap. J.-C.

780Origine : Sagalassus.

  • Leg(atus) leg(ionis) I Minerviae, à Bonna en 222ap. J.-C.
  • leg(atus) (proconsulis) pr(o)pr(aetore) Lyciae et Pamphiliae,
  • leg(atus) Aug(usti) pr(o)pr(aetore) Thraciae.

781R.E., A, n° 18 (P. v. Rohden), c. 2292 ; P.I.R., 2, A, 1383. Rémy, Carrières, p. 332, n° 292.

782I.G.R.R.P., III, 367 (= I.L.S., 8838), Adadae : Z μινθι[ον?]. / Τον Λαμπροτατον / πρεσβευτην και / αντιστρατηγον / / ΑυΦιδιον Κορεσνι/ον Μαρκελλον η πολις.

783Au légat clarissiine Coresnius Marcellus, dit Zminthius. La très splendide cité des Sagalasséens l'honore comme son propre bouleute et bienfaiteur. Fait sous l'archontat d'Aurelius Diomedianus Macedonianus Rhodon.

784I.G.RRP., III, 357, Sagalassus :

785[Τον] κρατστον / πορεσβευτην / και αντιστρα/τηγον/ / Κορεσνιον / Μαρκελλον / η λαμπροτα/ τη Σαγαλασ/ σεων πολις/ / τον ιδιον / βουλευτην / και ευργε/ την / εγενετο αρ/ / χης της περι / Αυρ. διομηδι/ ανον Μακε/ δονιανον Ροδω/ να.

786Au légat clarissime Coresnius Marcellus. La très splendide cité des Sagalasséens à son propre bouleute et bienfaiteur. Fait sous le gouvernement d'Aurelius Diomedianus Macedonianus Rhodon.

787C.I.G., 4379d, Adada (Pisidie) :

788Τον λαμπροτατον / πρεσβευτην και / αντιστραηγον / Αυρελιον Κορεσ[ιν (sic)] / ον Μαρκελλον. / Η πολις.

789La cité au légat clarissime Coresnius Marcellus.

790C.I.L., XIII, 8035, Dedekirchen, près de Bonna (Germanie Inférieure) :

791Victoriae Aug(ustae)./C(aius) Publicius C(ai) filius Septimia/Siscia Priscilianus, p(rimus) p(ilus)/leg(ionis)(primae) M(inerviae) [Alexandrianae] p(iae) fielicis), d(ono) d(ato) dedicante FL(avio) Apro/Comodiano, leg(ato) Aug(usti) pr(o) pr(aetore)/et Aufidio Coresnio Marceli/leg(ato) leg(ionis) eiusd[em XII k]al. Maias/d(ono) d(ato) Severo Alexandro Aug(usto) co(n)s(ule).

792À la Victoire Auguste. Caius Publicius Priscilianus, originaire de (Septimia) Siscia, fils de Caius, primipile de la 1" légion Minervia [Alexandriana], pieuse, fidèle, fait don et dédie (cette dédicace), Titus Flavius Aper Commodianus étant légat dAuguste propréteur, Aufidius Coresnius Marcellus, légat de la même légion. Le 7 (ou le 8) avant les kalendes de mai. Notre maître Sévère Alexandre Auguste étant consul.

793A.E., 1927, n° 75 – dont la lecture de la ligne 2 est révisée par Mihaïlov dans I.G.Bulg., Il, 732 : nous donnons cette lecture entre crochets et soulignée dans la traduction –, près de Gostilitza (pierre provenant de l'emporium Diskodurateraé) :

794ΑΓΑΘΗ ΤΨΧΗ. [Ιουλιαν Μαμμαιανσεβ. μετερα] κα/ στρων βουλη και ο δημος της Τραιανεων τον αυτης κτιστην εν τωι / ηγεμονευοντου. της Θρακον ε/ παρχειας Κορεσνιου Μαρκελλου.

795« À la Bonne Fortune... [Otacilia Severa] mère des camps. (La) boulé et le peuple de Traiana (honore) la restauration elle-même de l'emporium de Diskodurateraé. Sous le gouvernement d'[Aufidius] Coresnius Marcellus ».

796Αγαθηι τυχηι./ Μ(αρκον) Ιουιον Φιλιππον το(ν) αυ/ τοκατορα Παρθικον Αδιαβη/ νικοννΣεβ(αστον) <Σεβ(αστον)> η βουλη και ο δη/ μος της Τραιανεων (πολεως) τον αυτης κτι/ στην εν τωι ηγεμονευοντος / της Θρακων επαρχειας Κορεσνι/ ου Μαρκελλου.

797« À la Bonne Fortune. Marcus Julius Philippus, Imperator, Parthicus, Adiabenicus, Auguste. La boulé et le démos de la cité de Traiana (honore) le restaurateur lui-même de l'emporium de Diskoduraterae. Sous le gouvernement d'[Aufidius] Coresnius Marcellus, gouverneur de Thrace ».

  • 294 L'empereur qui porte les titres triomphaux de Parthique et Adiabénique, jusque-là inconnus, est Ph (...)

798Le dernier texte est situé dans les années 244-249294. [Aufidius] Coresnius Marcellus semble être ainsi le successeur du gouverneur de Thrace Sex. Furnius Publianus (P.I.R., 2, III, 593) attesté entre février-mars et août 244. Dans ce cas, le gouvernement thrace d'Aufidius Coresnius Marcellus se situerait en 246-247 ap. J.-C.

  • 295 La nouvelle lecture de l'inscription de Diskodurateraé (A.E. 1975, 765, citée en référence) propos (...)

799Il faut donc se demander si c'est le même homme qui fut commandant de la 1ère légion Minerva en 222. Une vingtaine d'années se sont en effet écoulées entre cette légation de rang prétorien et le gouvernement thrace de rang prétorien ou consulaire295. Trois hypothèses sont possibles : disgrâce liée aux vicissitudes politiques, sénateurs différents qui auraient porté les mêmes surnoms, ou succession de générations, le gouverneur de Thrace de 246-247 étant alors le fils du légat de légion de 222.

800Il faut se souvenir que celui-ci, connu par la seule inscription latine du dossier, avait précédemment été légat du proconsul de Lycie-Pamphilie à une date inconnue comme l'indiquent les inscriptions grecques de Sagalassus et Adada. Le gouvernement thrace d'Aufidius Coresnius Marcellus s'expliquerait mieux si ce personnage était bien le fils du légat du proconsul honoré comme bouleute et bienfaiteur. À cette époque la tendance fut en effet de confier les gouvernements provinciaux en fonction de l'origine géographique des sénateurs.

  • 296 Cf. Quass (Friedmann), « Zur politischen Tatigkeit der munizipalen Aristokratie des griechischen O (...)

801Aufidius Coresnius Marcellus est honoré comme bouleute et bienfaiteur. Cette indication laisse penser qu'il était originaire de Sagalassus, ou du moins de la province. On sait que l'engagement des sénateurs envers leur patria était grand, surtout dans les provinces orientales où la tradition de l'évergésie subsistait, n'était-ce que sous la forme du dévouement et de la générosité296.

802L'origine orientale de ce personnage autoriserait un rapprochement avec le consul bis ordinaire de 226 qui fut gouverneur d'Asie en 220-221 (notice n° 68).

70. AUFIDIA CORNELIA VALENTILLA

8031er moitié du iiie s.

804Origine inconnue.

805– concessionnaire de Yaqua Roma.

806C.I.L, XV, 7398, Rome, tuyau de plomb.

807Cf. R.E., IV-1, 1900, Cornélius, n° 461 (Groag), c. 1602 ; P.I.R, 2, A, 1396.

808Aufidia Cornelia Valentilla appartenait à une grande famille sénatoriale. La fistula aquaria qui nous la fait connaître signifie que c'est à Rome même ou dans ses environs proches qu'elle devait habiter avec sa famille ou tenir son rang. Les obligations juridiques et sociales des sénateurs rendaient nécessaire leur présence à Rome.

  • 297 Cf. à ce sujet BA.A., 3, 1968, p. 313-338.
  • 298 Groag (E.), Die romischen Reichsbeamten von Achaïa bis aufDiokletian, Vienne-Leipzig, 1939, (...)

809Les parentés et alliances de cette femme sont incertaines. L'hypothèse avait été émise qu'elle pourrait être l'épouse du légat de Numidie Q. Cornélius Valens297, mais cette parenté est remise en cause dans la P.I.R, 2 et les fastes d'Achaïe298.

  • 299 C.I.L., XV, 7438 : M. Cornélius Fronto et Q. Cornélius Quadratus. Ils étaient tous deux frè (...)
  • 300 Cf. notice n° 61 et stemma 9.

810Il est possible que le nom gentilice indique une parenté avec la gens Cornelia établie en Afrique à Cirta et qui était alliée aux Aufidii Victorini originaires de Pisaurum. On connaît à Rome un tuyau de plomb au nom de la gens Cornelia299 qui montre que cette famille provinciale était aussi présente à Rome. Mais une autre hypothèse est permise : l'épouse de M. Aufidius Fronto, le consul de 199, petit-fils de M. Cornélius fronto, était Cassia Cornelia Prisca300.

71. P. AUFIDIUS BUTURICUS

811iiie s. ap. J.-C.

812Origine : Thibilis,

813– magister Thibilitanorum le 31 mars 235.

814I.L.Alg., II, 4521 (= C.I.L., VIII, 18832), entre Cirta et Thibilis (grotte de Taya) :

815Severo et Quintia/no co(n)s(ulibus) pr(idie)/-kal(endas) Apri(les) B(acaci) Aug(usto) s(acrum). P(ublius) Aufidius/Buturicus et [----] Caecilianus-Ìmag(istri) Thib(ilitanorum).

816« Sous le consulat de Severus et de Quintianus, la veille des kalendes d'avril. Publius Aufidius Buturicus et [ ] Caecilianus, magistrats de Thibilis ».

  • 301 Pflaum (H.-G.) » « Remarques sur l'onomastique du Castellum Tidditanorum », in Bulletin arc (...)

817L'inscription est précisément datée du 31 mars 235. Le surnom d'Aufidius, Buturicus, est vraisemblablement un surnom d'origine punique traduit. On connaît un surnom d'origine punique assez proche au Castellum Tidditanorum en particulier : Butura301.

818Thibilis dépendait de Cirta sous le Haut-Empire. Elle était le chef-lieu d'un pagus formant une quasi commune. Il est possible que ce soit la raison du terme magistri Thibilitanorum : à la fois parce que Thibilis se trouvait à la tête d'un pagus et parce qu'elle dépendait de Cirta. La confédération cirtéenne et ses magistrats portèrent le titre de duumvirs puis de triumvirs.

819Du fait de sa dépendance de Cirta, Thibilis était rangée dans la tribu Quirina. Or une autre inscription de Thibilis (I.L.Alg., II, 4889) mentionne le père du jeune enfant C. Aufidius Buturicus, mort à 4 ans, 3 mois et 10 jours, comme P. Aufidius Buturicus, de la tribu Quirina. Ce pourrait être le même homme que le magistrat de 235. L'invocation aux Dieux Mânes et les précisions sur l'âge du défunt incitent à placer le texte aux iie-iiie s.

72. P. MAMMIUS AUFIDIUS PRISCINUS

820Fin iie ou iiie s. ap. J.-C.

821Origine : Corfinium.

822Eq(ues) R(omanus).

823C.I.L., IX, 3180 :

824Mammiae/Aufidiae P(ublii) fiiliae), P(ublii) nep(oti)/P(ublii) pron(epoti) Titeciae Ma/riae honestae puel/lae filiae P(ublii) Mammi/Aufidi Priscini eq(uitis) R(omani)/huic ob bengnitatem/patris quem circa ur/biculi secundi sevirum/augustalium honorent/[f] ecerit statuant ex suaJpecunia posuerunt/l(oco) dato) d(ecurionum) d(ecreto).

  • 302 Cf. Demougin (Ségolène), L'ordre équestre sous les Julio-claudiens, Rome, E.F.R., 1988, p. 632 et (...)

825L'expression honesta puella est portée par la fille d'un eques romanus. On sait que le prédicat à'honestus était fréquemment donné à partir de la fin du iie s. aux épouses et filles de chevaliers302.

826La présentation de la filiation qui mentionne deux fois que Mammia Aufidia est fille de Publius met semble-t-il l'accent sur deux faits importants : l'ancienneté, c'est-à-dire l'enracinement à Corfinium, puisque Mammia Aufidia remonte sa filiation jusqu'à son arrière grand-père et la qualité de membre de l'ordre équestre du père.

827De ce point de vue il faut peut-être rapprocher cette inscription d'une autre de Corfinium (C.I.L., IX, 3160), table de patronat décernée à un certain Mammius et à ses enfants liberi eius equestris dignitatis pueri. Le père de notre Mammia Aufidia était peut-être l'un de ces enfants.

828Le rôle de ce P. Mammius Aufidius Priscinus à Corfinium n'est pas très clair. Les raisons de l'érection de la statue non plus.

CIL XIV, 4620. OSTIE, Place des corporations.

CIL XIV, 4622. OSTIE, maison à droite sur le cardo maximus entre le théâtre et le forum.

CIL XIV, 161. OSTIE, Place des corporations.

4. LUCIUS AUFIDIUS L. f. 1. D[...].

4. LUCIUS AUFIDIUS L. f. 1. D[...].

AE 1981, 151. ROME, de provenance incertaine mais probablement romaine. Architrave remployé comme épitaphe dans un mausolée ; 58 x 177 x 29 cm. Actuellement dans le Musée national des Thermes.

5. Attique de l'arc de Constantin. Côté nord

5. Attique de l'arc de Constantin. Côté nord

Congiaire de Marc Aurèle, assis. Derrière lui, à droite, le praefectus Urbis Caius Aufidius Victorinus

6. AE 1976, 452 = ILTG, 247 = Gallia, 1958/ 1976, LYON.

6. AE 1976, 452 = ILTG, 247 = Gallia, 1958/ 1976, LYON.

Autel de marbre, datable de l'époque flavienne, découvert en 1957.

Cette inscription est très usée. Le CIL indique le prénom Caius à la dernière ligne. En réalité, la pierre est si usée sur les bords qu'on ne peut pas proposer de prénom.

8. CIL XII, 4357. NARBONNE.

8. CIL XII, 4357. NARBONNE.

Musée archéologique de Narbonne. La localisation originelle de cette inscription est inconnue.

9-10. M. AUFIDIUS RUSTICUS, RRC, 227. (DR/R. macro x 3)

9-10. M. AUFIDIUS RUSTICUS, RRC, 227. (DR/R. macro x 3)

17/14 AILLY 4948

« Rien n'égale la beauté d'une inscription latine votive ou funéraire : ces quelques mots gravés sur la pierre résument avec une majesté impersonnelle tout ce que le monde a besoin de savoir de nous. »

829Hadrien

830Marguerite Yourcenar, Mémoires d'Hadrien, p. 45.

1. Les Aufidii dans le monde romain localisation des cités de la péninsule italienne (av.-ap. J.-C.)

1. Les Aufidii dans le monde romain localisation des cités de la péninsule italienne (av.-ap. J.-C.)

2. Les Aufidii en Italie localisation et répartition globales

2. Les Aufidii en Italie localisation et répartition globales

3. Les Aufidii en Italie : essai de répartition chronologique

3. Les Aufidii en Italie : essai de répartition chronologique

4. Aux origines de la gens Aufidia

4. Aux origines de la gens Aufidia

5.Les Aufidii dans le monde romain

5.Les Aufidii dans le monde romain

6.Les Aufidii et l’armée romaine

6.Les Aufidii et l’armée romaine

7. Les Aufidii aux 2 derniers siècles av. J.-C.

7. Les Aufidii aux 2 derniers siècles av. J.-C.

8. Les Aufidii dans les provinces septentrionales et occidentales localisation et répartition globales

8. Les Aufidii dans les provinces septentrionales et occidentales localisation et répartition globales

9. Les Aufidii dans la péninsule Ibérique

9. Les Aufidii dans la péninsule Ibérique

10.Les Aufidii des provinces africaines :localisation et répartition globales

10.Les Aufidii des provinces africaines :localisation et répartition globales

11. Les Aufidii en Afrique : détail du nord-est

11. Les Aufidii en Afrique : détail du nord-est

12.Les Aufidii dans l’Orient méditerranéen localisation et répartition globales

12.Les Aufidii dans l’Orient méditerranéen localisation et répartition globales

13.Les Aufidii dans l’Orient méditerranéen iie-ier s.av J.-C.

13.Les Aufidii dans l’Orient méditerranéen ii      e-i      er s.av J.-C.

14. Les Aufidii dans l’Orient méditerranéen ier-iiie s.ap J.-C.

14. Les Aufidii dans l’Orient méditerranéen i      er-iii      e s.ap J.-C.

15.Les Aufidii dans les provinces balkaniques et danubiennes

15.Les Aufidii dans les provinces balkaniques et danubiennes

16.Les Aufidii et la terre en Afrique :milieu géographique et environement économique

16.Les Aufidii et la terre en Afrique :milieu géographique et environement économique

17. Les Aufidii dans la vie économique essentiellement durant l’Empire

17. Les Aufidii dans la vie économique essentiellement durant l’Empire

18.Dispersion connue des Aufidii aux iie-ier s av J.-C.

18.Dispersion connue des Aufidii aux ii      e-i      er s av J.-C.

19. Dispersion connue des Aufidii aux ier s av J-C et ier s ap J.-C.

19. Dispersion connue des Aufidii aux i      er s av J-C et i      er s ap J.-C.

20.Diffusion du nomen Aufidius situation à la fin du iie s ap J.-C.

20.Diffusion du nomen Aufidius situation à la fin du ii      e s ap J.-C.

21.Dispersion connue des Aufidii durant le iiie s ap J.-C.

21.Dispersion connue des Aufidii durant le iii      e s ap J.-C.

Stemma 1 Les Aufidii Bassi

Stemma 1 Les Aufidii Bassi

Stemma 2 M Vergilius et T Aufidius 1er s av J-C.

Stemma 2 M Vergilius et T Aufidius 1er s av J-C.

Stemma 3 Les parentèles des Alfidii au 1er s av J.-C.

Stemma 3 Les parentèles des Alfidii au 1er s av J.-C.

Stemma 4 Aufidii et Sestullii 1er s av J.-C.

Stemma 4 Aufidii et Sestullii 1er s av J.-C.

Stemma Les Aufidii de Placentia au 1er s av J.-C.

Stemma Les Aufidii de Placentia au 1er s av J.-C.

Stemma 6 Aufidii et Tullii Cratipii à Pergame Fin du 1er s av J.-C. et 1er s ap J.-C.

Stemma 6 Aufidii et Tullii Cratipii à Pergame Fin du 1er s av J.-C. et 1er s ap J.-C.

Stemma 7 P luventius Celsus T Aufidius Hoenius Severianus

Stemma 7 P luventius Celsus T Aufidius Hoenius Severianus

Stemma 8 Aufidius Proedus et Cn Pompeius Hermippus

Stemma 8 Aufidius Proedus et Cn Pompeius Hermippus

Stemma 9 Aufidius Victorinus ; les Aufidii Victorini et Frontines et leurs parentèles

Stemma 9 Aufidius Victorinus ; les Aufidii Victorini et Frontines et leurs parentèles

Stemma 10 M Aufidius M F Honoratus Fin du iie s ap J.-C.

Stemma 10 M Aufidius M F Honoratus Fin du ii      e s ap J.-C.

Stemma 11 Les Aufidii de Sarsina

Stemma 11 Les Aufidii de Sarsina

Stemma 12 Les Aufidii Barigbal et Verna, à Auzia iie-iiie s ap J.-C.

Stemma 12 Les Aufidii Barigbal et Verna, à Auzia ii      e-iii      e s ap J.-C.

Notes

1 Traduction Christian Gouillart, Paris, C.U.F., 1986, ainsi que les autres citations de cette notice. Sauf indication contraire, les textes utilisés sont ceux de la Collection des Universités de France. Les références exactes figurent en fin d'ouvrage dans les sources et bibliographie.

2 Tite Live, Livre XL.

3 Daremberg, Saglio, Dictionnaire des antiquités grecques et romaines, Paris, Hachette, 1873, s. v. locatio, p. 1284-1285. Berger (Adolf), Encyclopedic Dictionnary of roman Law, The American philosophical Society, Philadelphie, 1953.

4 Babelon (Ernest), Description historique et chronologique des monnaies de la République romaine, Paris, 1885,1.1, p. 232-233.

5 Tite Live, XLIII, 8. Cf. notice n° 2.

6 S.E.G., III, 1924, 451. Cf. notice n° 3.

7 RE, F, n° 91.

8 Tite Live, Livre XL, ch. XLV, § 7.

9 Tite Live, Livre XXXIX, IV et V. Sur le contexte politique de l'affaire d'Ambracie, cf. bonnefond-Coudry (Marianne), Le sénat de la République romaine, Rome, 1989, p. 394 sqq.

10 m. Fulvius Nobilior fut à l'origine de l'édification de la basilique située sur le bord septentrional du forum, contre les tabernae novae. Cf. Gros (Pierre), Architecture et société à Rome et en Italie centro-méridionale aux deux derniers siècles de la République, Collection Latomus, vol. 156, Bruxelles, 1978, notamment p. 11-21.

11 Ross-Taylor (Lily), The Voting Districts in the Roman Republic, Rome, American Academy, 1960, p. 197, désormais abrégé VD.

12 Cf. Tite Live, XLIII, 4 : «...la guerre menée en Grèce par le consul Licinius et le préteur Lucretius avait été conduite avec [...] cruauté et [...] cupidité ». Les plaintes des ambassadeurs envoyés par différentes cités de Grèce arrivèrent en même temps à Rome. Furent reprochées à Lucretius toutes sortes d'exactions : d'avoir dépouillé les temples de Chalcis de leurs ornements, d'avoir emmené en esclavage des hommes libres.Cf. Toynbee (A J.), Hannibal's legacy. The Hannibalic War's Effect on Roman Life, vol. II, Rome and heir Neighbours after Hannibal's Exit, Londres, 1965, p. 640, n° 17.

13 Leges publicae populi romani, Milan, 1912, p. 420.

14 La gladiature en Occident, des origines à la mort de Domitien, p. 54-55 et note 142.

15 Pline, N. H., VIII, 6, § 17.

16 Tite Live, XXXIX, 22, 2 : venatio data leonum et pantheram.

17 Tite Live, XLIV, 18, 8, qui relève d'ailleurs le contexte : Et iam magnificentia crescente notatum est ludis circensibus... Les africanae bestiae étaient les panthères, les lions, les léopards (et les tigres, quoiqu'ils proviennent d’Asie). À l'époque de Tite Live, les panthères sont connues depuis plus d'un siècle et un terme désigne spécifiquement cet animal. Ce n'est pas le cas à l'époque de Plaute dont une pièce, Poenulus, contemporaine du début du iie s. av. J.-C. et sans doute de peu antérieure aux jeux votifs de M. Fulvius Nobilior, mentionne cet animal jusqu'alors inconnu à Rome sous le nom de mures africani, v. 1011. Cf. note suivante.

18 Vers 1011-1012, Milphion, à Agorastoclès, à propos du Carthaginois Hannon : Non audis mures africanos praedicat/In pompam ludis dare se velle aedilibus. La pièce de Plaute a peut-être été jouée pour la première fois en 189 ou en tout cas peu de temps après la victoire romaine de Zama : cf. Maurice Sznycer, Les passages puniques en transcription latine dans le « Poenulus » de Plaute, Paris, 1967.

19 Cf. G. Ville, op. cit., p. 55. Cette puissance ne s'apprécie pas seulement militairement dans le contexte de la fin de la deuxième guerre punique, mais aussi et surtout économiquement et commercialement : cf. Robert E. A. Palmer, Rome and Carthage at Peace, Historia, Einzelschriften, 113, 1997, ch. III, p. 31-52, notamment p. 40-45.

20 Certes, il faut noter que les sources sont lacunaires et que la production de bêtes sauvages lors des spectacles connus de nous ne suivit pas une courbe ascendante régulière, même s'il est vrai que globalement la magnificence des spectacles de chasse dans l'amphithéâtre ne cessa de croître de la République à l'Empire.

21 Cf. chapitre Ier, III/, 1/ le handicap de l'absence d'ascendance noble.

22 C.I.L.XVI, 76 et VII, 18 ; R.E., A, 33 (P. v. Rohden), c. 2296 ; R.E., P, 2, c. 776.

23 Broughton (T. Robert S.), The Magistrates of the Roman Republic, New York, American Philological Association, vol. II, cf. p. 494 et 596 ; Broughton, suppl. p. 44, désormais abrégé MRR ;Taylor (Lily Ross), VD, p. 196-197.
Badian (E.), « Notes on Roman Senators of the Republic », in Historia, 12, 1963, p. 132.
Pour une datation plus tardive, cf. Crawford, Roman republican Coinage, I, Introduction and Catalogue, p. 233-240 qui s'appuie sur le monnayage noté P. Bios roma (planche XXX, T. II, 189/1) de l'atelier de Rome daté de 169-158 av. J.-C. qu'il suppose attribuable à P. Cornélius P. f. Blasio. On ne sait trop pour quelles raisons il indique : « la préture peut être datée de la fin de 140 ». Page 262, à propos du monnayage de M. Aufidius Rusticus, daté de 140 av. J.-C., il indique que cet individu est peut-être un frère de T. Ofidius M. f. Pop. du sénatus-consulte de Ambrakiotibus et Athamanibus.

24 Cf. Taylor (Lily Ross), VD.

25 I.G.R.R.P., IV, 262, Adramyttium et Athenaeum, XV, 1937, Passerini, p. 252, n° 5, Smyrna. Cf. notice n° 5.

26 Kubitschek, Imperium Romanum Tributim descriptum et Ross-Taylor, op. cit., p. 159-161.

27 Seule Verona nous a fourni un document où est attesté le nomen Aufidius. Encore ne s'agit-il que d'une mention sur une lampe.

28 Ces trois cités sont proches les unes des autres, sur la via Latina ou à sa proximité immédiate et, tout comme à Praeneste, on sait qu'y résidèrent des gentes dont un membre monta à Rome ; Cébeillac-Gervasoni (Mireille), « Problématique de la promotion politique pour les notables des cités du Latium à la fin de la République », in Ktéma, 3, 1978, p. 227-242, notamment la carte p. 229. Cales est un peu excentrée par rapport aux trois autres cités retenues comme par rapport à l'ensemble des cités du Latium où les Aufidii ont noué des relations familiales.

29 C.I.L., X, 5515, Aufidia Fregellana épouse d'un Cn. Roscius Primus. Mais l'inscription semble dater du Haut-Empire.

30 Pour ce qui est des Aufidii, Tarracina a révélé trois inscriptions C.I.L., X, 6327, Q. Aufidius .Q. f., notable : qui dut vivre dans la première moitié du ier s. av. J.-C. ; C.I.L., X, 6350, C. Aufidius C. I. Stab [... ; C.I.L., X, 8400, Aufidius Vema. Cette dernière inscription est d'époque impériale.

31 Cf. Zehnacker (Hubert), Moneta. Recherches sur l'organisation et l'art des émissions monétaires de la République romaine (289 – 31 av. J.-C.), Rome, 1974, ch. IV, III, p. 447-476, et précisément p. 447-448.

32 Cf. notice n° 1.

33 Op. cit. en référence supra.

34 Cf. notice n° 3.

35 La restitution Auf[idius] est incertaine. Ce pourrait aussi bien être Auf[eius], nom gentilice attesté par la lex Aufeia.

36 Pour une présentation commode des documents connus sous ce nom, il convient de consulter le recueil de Robert K. Sherk, Roman Documents from the Greek East, J. Hopkins Press, Baltimore, 1969, [n 12, p. 63-73], qui contient une bibliographie complète jusqu'en 1966. Une traduction anglaise du texte grec se trouve éditée par le même auteur dans Rome and the GreekEast to the Death of Augustus, Cambridge University Press, 1984, n° 45, p. 47-48. L'article le plus récent est paru en 1983 : Francesco de Martino, « Il senatus consultum de agro Pergameno », in La parola delpassato, CCX, p. 161-190.

37 La très abondante bibliographie citée dans le recueil de Robert K. Sherk (Op. cit., supra) en fait foi. Tout semble s'être passé comme si, depuis la découverte et l'édition des textes dans la première moitié du xxe s., la proposition de dater leur contenu de 129 av. J.-C., d'hypothèse qu'elle était au départ, s'était transformée en certitude à partir de laquelle on procédait à l'identification des personnages incertains en raison d'homonymies ou en raison des lacunes. Deux historiens ont cependant critiqué cette date : Magie, in Roman Rule in Asia Minor, 1950, p.1055 et Mattingly (Harold B.), « The Date of the Senatus Consultum de agro Pergameno », in Amer. Journ. Phil., 1972, p. 412 et suivantes. Pour ces deux historiens, il faut dater ce sénatus-consulte de 101 av. J.-C. C'est à cette dernière date que se range Francesco de Martino (« Loc. cit. », supra) en utilisant une démarche et des arguments cependant un peu différents de ceux de ses deux prédécesseurs. Il part des noms des personnages incertains pour tenter d'aboutir à un éventail de dates possibles et ne retenir que l'hypothèse la plus plausible.

38 L'ensemble des fragments provient de deux cités, Adramyttium et Smyrna. Le texte provenant de la première des deux cités est une délibération du consilium sous la forme d'une lettre du magistrat qui devait la notifier à la cité ; l'autre est une partie du sénatus-consulte proprement dit avec, lui aussi la liste des sénateurs présents. Au total on relève 55 individus.

39 Par exemple, dans les deux textes d'Adramyttium et de Smyrne, le prénom Marcus est orthographié avec deux a. De cette pratique il faut naturellement tenir compte lorsqu'on essaie de restituer des lettres manquantes en mesurant les espaces possibles. Dans le cas qui nous intéresse, Robert K. Sherk [1969] indique une lacune d'environ dix lettres.

40 L'ensemble des hypothèses et des analyses possibles est fourni dans notre thèse, p. 34-43.

41 C.I.L., IX, 5623. le critère de datation est ici la graphie ei pour ii dans les verbes. L'inscription est intéressante en ce que le prénom utilisé est le même que celui du personnage figurant sur le sénatus-consulte de agro Pergameno et en ce que l'existence d'un affranchi porteur de ce prénom suppose un patron ainsi prénommé.

42 I.G., XII, 722. Cf. notice n° 9.

43 Cf. la notice n° 9 le concernant.

44 I.G., XIV, 612. Cf. notice n° 10.

45 Cf. notice n° 8 : Cicéron, De domo, XIII, 35 ; De finibus, V, 54.

46 Cicéron, Tusc., V, 38, 112 : Cn. Aufidius, praetorius, et in senatu sententiam dicebat, nec amicis deliberantibus decrat.

47 Broughton (T. Robert S.), MRR, vol. I., p. 551 et note 2, p. 552 ; p. 553 ; vol. II, p. 488 et vol. III, supplément, 1986, p. 29.

48 Manganaro (Giacomo), in Kokabs, IX, 1963, p. 208.

49 Cf. notice n° 7.

50 La descendance entre L. Aufidius M. f. Bassus à Athènes et L. Aufidius L. f. [Minor ] qui fut banquier à Délos et père de L. Aufidius L. f. Bassus présent à Ténos repose sur ce fait que nous connaissons un affranchi du banquier de Délos, L. Aufidius Dorotheus qui a pour second surnom Minor. À la suite de Hatzfeld (B.C.H., 33, 1909, n° 16 et Trafiquants), les historiens ont considéré que le surnom Minor se référait au patron de l'affranchi.

51 Studiapontica, III, n° 72a.

52 En dehors de cette inscription on n'en connaît qu'une autre, de même époque apparemment : I.G., III, 3208 : Caius/Aufidius/Hikesius, peut-être affranchi d'un Caius qui serait le même que le Caius qui avait affranchi Aufidius Dorotheus Minor. On se souvient que celui-ci avait deux patrons, Caius et Lucius.

53 Cette question est discutée par Roland Etienne, Ténos et les Cyclades du milieu du ive s. av. J.-C. au milieu du iie s. ap. J.-C., Athènes, E.F.A., 1990, [Ténos II], injra.

54 Cf. Hatzfeld (J.), « Les Italiens résidant à Délos », in B.C.H., 36, 1912, p. 19-20, n° 4 qui dit que le L. Aufidius L. f. honoré à Délos n'est sans doute pas à distinguer de L. Aufidius L. f., père de L. Aufidius honoré par la cité de Ténos. Cette identité est incontestable.

55 La bibliographie récente fondamentale repose essentiellement sur Migeotte (Léopold), L'emprunt public dans les cités grecques, Québec-Paris, 1984, p. 224 et notes 307-308, qui donne la traduction complète du texte, et sur Etienne (Roland), Ténos II, p. 138-142, en particulier les notes 6 et 7, p. 141.

56 B.C.H., 36, 1912, p. 212, n32.

57 Sur la pratique du double surnom, cf. Fabre (Georges), Libertus. Patrons et affranchis à Rome, Rome, 1981, p. 107. Sans doute Dorotheus est-il ici le surnom propre de l'affranchi et Minor marque-t-il l'origine de son affranchissement. Cf. le cas de L. Aufidius M. f. Bassus Maior (C.I.L., III, 7279).

58 E.FA. – fasc. 30, n° 333 (I.G., IV, 89 = B.C.H., 36, 1912, n° 3).

59 Tout cela est d'ailleurs relatif. Le ton laudatif est propre à ce genre de texte. Le contexte juridique oblige à nuancer l'enthousiasme de la cité de Ténos. Cf. Migeotte, op. cit. et Etienne, Id., p. 142.

60 Migeotte (Léopold), op. cit., p. 228.

61 B.C.H., 6, p. 343, n° 57 ; p. 457, n° 5 ; p. 328, n° 22 ; B.C.H., 32, p. 426, n° 32 ; B.C.H., 33, p. 510, n° 26 qui pourrait dater de la fin du iie s. ou du début du ier s. av. J.-C. (fragment d'un autel circulaire trouvé près de la grande base des Hermaïstes, des Apolloniastes et des Posidoniastes).

62 Aufidius Baebianus, Aufidius Bassus et Aufidis Lo[l]-lianus, Studia Pontica, III, n° 72a. Cf. notice n° 33.

63 Le cas de cet individu est l'un des plus délicats de tout le corpus. En effet, si le préteur Cn. Aufidius est bien connu par les sources littéraires grâce à Cicéron, nous ignorons sa filiation. Or des sources épigraphiques révèlent l'existence, à la même époque, avec des magistratures et des fonctions sénatoriales chronologiquement compatibles avec celles de notre préteur, de deux Aufidii prénommés comme lui Cnaeus, dont l'un est dit T(iti)flilius) = ((1*) I.G., XIV, 612, Rhegium), et l'autre Cn(aei) flilius) = ((2*) I.G., XII, 5, 722, Andros). Aussi, pour des raisons de clarté et parce qu'il est impossible de trancher définitivement et d'identifier absolument les personnages, seront présentés les trois individus dans leurs différentes réalités en trois notices n° 8, 9 et 10.

64 Cicéron, Pro Cn. Plancio, XXI, 52. Cf. notice n° 13.

65 Quintilien, Institution oratoire, X, &, 103. Cf. notice n° 35.

66 Valère Maxime, VII, 7, § 6-7.

67 Cf. Waddington (W. H.), Fastes des provinces asiatiques de l'Empire romain, Paris, 1872, n° 26.

68 Cela est visible à travers le texte (1*) I.G., XIV, 612, dans la structure du gouvernement de la cité (base démocratique, magistrats dont le nom est éponyme, nom des assemblées), le rappel des liens avec Athènes, le calendrier propre à la cité, le nom des fêtes.

69 (2*) I.G., XII, 5, 722.

70 Cf. Wiseman (T. P.), « practice and Theory in Roman Historiography », History, LXV1, 218 (1981), p. 377 [repris dans Roman Studies, p. 248].

71 Cf. Marrou (Henri-Irénée), Histoire de l'éducation dans l'antiquité, Paris, 1948, notamment, dans la troisième partie, le chapitre II, « Rome adopte l'éducation grecque », p. 329-344 [p. 331-332] et le chapitre III, « La question des langues : grec et latin », p. 345-358 : « un Romain cultivé le sera dans les deux langues... » (p. 345).

72 Broughton (T. Robert S.), MRR, vol. II, p. 551-553.

73 Syme (Ronald), « Missing Senators », in Historia, IV, 1955, p. 52-71.

74 Ross-Taylor (Lily), VD, IIe partie, « The Tribes of Republican Senators », p. 170-176 et 196-197.

75 La difficulté de l'identification s'inscrit dans une perspective plus vaste ; celle de l'existence assurée de deux branches au moins d'Aufidii sous la République qui ont utilisé trois prénoms en tout : Cnaeus, Marcus, Titus (cf. Ross-Taylor, op. cit. supra).

76 L'éditeur du texte indique que la date est postérieure à 133 av. J.-C., ce qui, s'agissant d'une ville dépendant de la province d'Asie, est une évidence. Mais surtout le commentaire qui suit le texte précise que « l'époque, l'âge de l'inscription sont donnés par la qualité des lettres et la mention du propréteur Aufidius Bassus ». On ne voit pas, ni dans le texte, ni dans les autres sources relatives à la gens sur quoi l'éditeur du texte dans les I.G. se fonde pour attribuer ce surnom au gouverneur Cn. Aufidius Cn. f.

77 Waddington, Fastes des provinces asiatiques de l'Empire romain, Paris, 1872.

78 La datation repose essentiellement sur l'analyse de la structure politique de la cité telle qu'elle apparaît dans le décret. Cf. Turano, « Note di epigrafia classica », in Klearchos, X, 1968, p. 100-105.

79 Manganaro (Ciacomo), in Kokalos, IX, 1963, p. 208.

80 Dans ce contexte culturel hellénique, on doit ajouter qu'un Titus Aufidius, médecin grec originaire de Sicile ou y résidant, vécut dans la seconde moitié du ier s. av. J.-C. Cf. notice n° 16. On connaît également des Titi Aufidii en Asie ainsi qu'à Puteoli.

81 Cicéron, Tusc., V, 38, 112.

82 Les exemples ne manquent pas, notamment dans le Pro Flacco, XIX, 45, à propos du gouverneur de la province d'Asie en 66, T. Aufidius, ou de Flaccus.

83 Depuis sa découverte, ce long texte a fait l'objet de nombreux articles. Pour traduction et bibliographie récente, il convient de se reporter à Migeotte (Léopold), L'emprunt public et les cités grecques, 1984 ainsi qu'à Etienne (Roland), Ténos et les Cyclades du milieu du ive s. av. J.-C. au milieu du lit s. ap. J.-C., 1990, [Ténos II] p. 136-138.

84 Andreau (Jean), « Activité financière et liens de parenté en Italie romaine », in Parenté et statégie familiales dans l'antiquité romaine, 1990, p. 515-516.

85 Migeotte (L.), op. cit., p. 64, suivi par Etienne (R.), op. cit., p. 138.

86 Cf. Studia Pontica, III, 72a. Cf. notice n° 33.

87 Nec saneplus Jrater eius M. Vergilius, indique Cicéron à propos de T. Aufidius. Le terme de jrater i une valeur très générale et sert à désigner un parent par le sang, quel que soit le degré de parenté : ainsi, Cicero frater n° ter, cognatione patruelle, amore germanus signifie « Cicéron, notre frère, cousin de père par le sang, frère germain par l'affection ». M. Vergilius et Titus Aufidius, qui ne portent pas le même nom gentilice ne sont donc que demi-frères ou cousins.

88 Carrière qui n'a probablement pas existé, parce que le peu de succès rencontré par cette accusation et le contexte familial et politique ont dû compromettre ses chances. L'hypothèse a été émise par Wiseman (T. P.), « Prosopographical Notes », in Numismatic Chronicle, 1964, qu'il aurait été triumvir monetalis, charge préliminaire à l'entrée effective au sénat qui n'était pas réservée aux membres de l'ordre sénatorial. On notera ici que le seul Aufidius triumvir monetalis assuré est M. Aufidius Rusticus (cf. notice n° 4).

89 Hinard (François), Les proscriptions de la Rome républicaine, 1985, catalogue des proscrits de 82 av. J.-C. : Aufidius, note 5.

90 Id. ibid., catalogue des proscrits de 82 : Aufidius.

91 Cf. Schulze, Zur Geschichte lateinischer Eigennamen, 1904, p. 100-101. Une origine étrusque le rapprocherait de Sertorius (cf. Hinard (F.), ibid., Sertorius), voire de quelques Aufidii : les deux jurisconsultes Tucca (cf. notice n° 23) et Namusa (cf. notice n° 22).

92 Texte mentionné en référence. Cf. F. X. Ryan, « The aedilship of Cn. Aufidius Orestes », in Hermès, 124, 1996, 2, p. 253-254.

93 Cf. M. Gwyn Morgan, « Three notes on Varro's logistirici », in Muséum Helveticum, 31, 1974, p. 125 et suivantes, dont les conclusions, en raison de la complexité de la question, sont très prudentes. En dehors de Cn. Aufidius Orestes, l'auteur note que le seul autre membre de la gens Aurélia attesté avec ce surnom pour la période républicaine est la femme de Catilina, Aurélia Orestilla (RE„ A, II, c. 2544). Pour le iie s. av. ].-C., plusieurs Aurelii de cette branche sont connus : le consul de 157, L. Aurelius L. f. L. n. Orestes ; le consul de 126, homonyme, son frère C. Aurelius Orestes ; le consul de 103 enfin, L. Aurelius Orestes.

94 Broughton (T. Robert S.), MRR, vol. II, p. 93-96 et note 4, p. 96. Curieusement dans son tome II, l'auteur fait de Cn. Aufidius Orestes un édile en 79, alors que Cicéron le cite parmi ceux qui n'ont pas été édile et que l'on n'a aucun indice favorable ni encore moins de preuve qu'il l'ait été.

95 Cf. Gruen, The last Génération of the Roman Republic, Los Angeles, 1974, p. 126-127.

96 Encore resterait-il à déterminer la part respective qu'ont eus dans son élection son origine familiale – des nobiles : or 60 des 80 consuls élus dans ces années du ier s. av. J.-C. appartenaient à des familles dont un ancêtre au moins avait été consul – et le fait que son père adoptif avait suffisamment de prestige auprès de ses concitoyens (Cicéron, Tusc., V, 38, 112).

97 C.I.L., X, 2125 à 2131, 2445, 3121, 1782 et 1783.

98 Varron, Lib. Depraenom.

99 Le cumul de fonctions et honneurs municipaux de P. Sextilius Rufus témoigne de cet enracinement. Cf. Mrozek (Stanislas), « Le cumul de certaines fonctions municipales en Italie au Haut-Empire », in Mélanges Pierre Lévêque, 3, 1989, p. 278-283 et Cébeillac-Gervasoni (Mireille), « Le mariage dans l'aristocratie dirigeante des cités du Latium et de la Campanie à la fin de la République et sous Auguste », Id., p. 69-87.

100 in L'ordre équestre à l'époque républicaine, 312-43 av. J.-C., t. II, Prosopographie des chevaliers romains, n 44, et 1.1, p. 328 et 342.

101 Cicéron procède ainsi tout au long du Pro Flacco. Flaccus, qui fut gouverneur d'Asie, n'est jamais désigné autrement que comme praetor.

102 Cf. Quintus Tullius Cicero, Commentariolum petitionis (= lettre XII du tome I de la correspondance de Cicéron, C.U.F.) qui est en fait une lettre de conseils que Quintus adresse à son frère Marcus au début de l'année 64.

103 Cf. supra et les observations de D. R. Shackleton-Bailey, Cicero's Letters, p. 291.

104 Brutus, 48, § 179.

105 Dates proposées par la plupart des historiens : Gruen (Erich), The last Génération of Roman Republic, Berkeley, 1974, appendice i ; Wiseman (t. p.), New Men in the Roman Senate, 139 BC-AD 14, Oxford, 1971 ; Broughton (T. Robert S.), MRR, 1952 et suppl., 1960. Magie (D.), Roman Rule, Princeton, 1950, note 47, p. 1228, situe la préture de T. Aufidius vers le milieu des années soixante-dix. Cette date nous semble un peu lointaine même en tenant compte de la réforme syllanienne qui avait renforcé l'ordre du cursus honorum par des délais plus longs entre chaque magistrature (deux ans jusqu'au consulat : cf. Appien, Guerres civiles, I, 100) et même en tenant compte de l'origine équestre de T. Aufidius qui pourrait à la rigueur expliquer une carrière lente.

106 La question du fonctionnement des sociétés de publicains est délicate, notamment en ce qui concerne tous les membres associés ou non, les partes. Cf. Nicolet (Claude), « Deux remarques sur l'organisation des sociétés de publicains à la fin de la République romaine », in Points de vue sur la fiscalité antique, Paris, 1979, p. 65-95 ; id„ « Economie et société, 133-43 av.J.-C. », in Rendre à César. Economie et société dans la Rome antique, Paris, 1988, p. 41-116 pour le contexte et spécialement p. 92 et suivantes ; Cimma (Maria-Rosa), Ricerche sulle societa di publicani, Milan, Dot. A. Giuffia editore, 1981, Université de Rome, Institut de droit romain, LIV, ch. 10 notamment, « le problème des partes dans la structure interne des sociétés de publicains ».T. Aufidius n'était vraisemblablement pas un publicain à part entière.

107 Gruen, op. cit.

108 Ces faits suggèrent que, sénatoriale, cette gens, avait plusieurs branches. Il n'est pas certain que T. Aufidius ait appartenu à une « branche déchue » (Jean-Michel David, Le Patronat judiciaire au dernier siècle de la République romaine, Rome, 1992, p. 723).

109 Cf. Rawson (E.), Intellectual Life in the late Roman Republic, Londres, 1985, p. 84-85.

110 Prusias ad mare, aujourd'hui Gemlik, à 65 kilomètres au sud-sud-est d'Istambul, au fond du golfe du même non. Sur Asclépiades, cf. RE, A, 39. Il est mentionné par Strabon (XII, 4, 9) parmi les hommes originaires de Bithynie célèbres pour leur savoir.

111 I.G., XIV, 612. Cf. notice n° 10.

112 Cf. notice précédente, n° 15.

113 Cet examen et cette analyse reposent, entre autres, sur un article essentiel de Linderski (Gerzy), « The Mother of Livia Augusta and the Aufidii Lurcones of the Republic », in Historia, XXIII, 1974, p. 463-480. La complexité du dossier d'Aufidius Lurco est aggravée du fait de confusions volontaires ou non des auteurs antiques avec des Alfidii. Cf. Nicolas Mathieu, « Les Alfidii dans le monde romain (fin iies. av. – début iiie s. ap. J.-C.) : étude d'un nom », in ABPO, 105, 1998, p. 7-33.

114 Linderski, op. cit. supra, remarque, note 30, p. 469-470, qu'on ne connaît que deux autres personnages avec ce surnom : A. Petronius Lurco, consul suffect en 58 av. J.-C. (C.I.L, VI, 2041) et M. Petronius Lurco, mentionné en 45 av. J.-C. parmi les curatores tabularum publicarum (C.I.L., VI, 31201).

115 Mathieu (Nicolas), « Les Alfidii... », ABPO, 105, 1998-1, p. 7-33.

116 Cf. Gascou (Jacques), Suétone historien, Rome, 1984, p. 532.

117 Eleveur et gourmet. Tertullien en effet ne parle pas d'Aufidius Lurco comme d'un simple éleveur, mais comme de quelqu'un qui s'efforçait de faire « progresser la saveur des mélanges par des aliments recherchés ». Aussi doit-on penser que l'Aufidius d'Horace (RE., 26) cité à propos d'un exposé de règles gastronomiques est le même que celui de Tertullien.

118 La seule critique qui pourrait être faite à la démonstration de G. Linderski concerne un point de détail : la différence de ton sous la plume de Cicéron selon qu'il s'agit de Lurco tribun de la plèbe (R.E., 25) ou de Lurco cité au cours du procès de Flaccus (RE., 27). Ici il est dit « grand homme de bien et mon ami intime » tandis que là, l'action du tribun de la plèbe est dénigrée (Ad Att., I, 18, 3) ou tournée en dérision (Ad Att., I, 16, § 13). Les différences s'expliquent par les circonstances. La liberté de ton permise dans la correspondance avec Atticus ne l'est plus dans un procès où il est le défenseur et où il doit convaincre.

119 Cf. notice n° 19. Cicéron, Pro Flacco, X, 89.

120 C.I.L., X, 6273 ; cf. carte n° 7.

121 Cf. « Le sénatus-consulte de Panamara », in B.C.H., 1887, p. 225-238. Le nom du sénateur lisible au neuvième rang a été corrigé en P. Sestullius P. f. Ouf. par sherk (Robert k.), Roman Documents from the Greek East, Baltimore, 1969.

122 C.I.L., X, 5535, par l'affranchie Vergiliae M. I. Secundae.

123 L'expression bonus vir a en fait un sens très général. Cicéron l'utilise par exemple à propos de tous ceux qui ont obtenu une legatio libera comme M. Lurco : an legationes sumere liberas exigendi causa, sicut et tu ipse nuper et multi viri boni saepe fecerunt, rectum est. Ici sont opposés aux « viri boni » ceux qui se seraient livrés à des irrégularités ou à des malversations.

124 Cf. Hellegouarc'h (J.), Le vocabulaire latin des relations et des partis politiques sous la République, Paris, 1963.

125 A son entrée en fonction tout gouverneur provincial prenait un édit définissant les conditions dans lesquelles il exercerait la justice dans sa province.

126 Fabre (Georges), Libertus. Patrons et affranchis à Rome, Rome, 1981, p. 351, note 334.

127 D'après Mitchell (Stephan), « A Roman Family in Phrygia », in Anatolian Studies, 29, 1979 p. 13-22, il s'agit, comme en témoignent les textes épigraphiques non pas de Sextilii, mais de Sestullii. Cf. en outre Badian (E.), « A fundus at Fundi », in American Journal of Philology. 1980, p. 470-478.

128 Sextilius Andron dans le texte. Nous adoptons le nom de Sestullius : cf. note précédente.

129 « Loc. cit. », note 1.

130 Cette équivoque s'inscrit dans le vaste et compliqué dossier des Aufidii/Alfidii et de leurs sources. L'ambiguïté est ici entretenue par les surnoms à consonnances proches, Luscus et Lurco ; des allusions pour la plupart uniquement compréhensibles par les contemporains et par des interférences entre des personnages à peu près contemporains vraisemblablement tous originaires de Fundi et appartenant à deux branches encore très proches l'une de l'autre.

131 Sur ces questions, cf. Galsterer (Hartmunt), Herrschaft und Verwaltung im republikanischen Italien, Munich, 1976, p. 122 A et note 37.

132 Toute la difficulté est de faire le partage, dans ce texte, entre la licence poétique, et la rigueur et la véracité du narrateur. Voir à ce sujet Philippe Heuzé, « En repartant pour Brindes », in Présence d'Horace, éd. par Raymond Chevallier, Tours, 1985, p. 117-121, pour contrebalancer l'idée selon laquelle, par exemple, Horace ignorerait la situation juridique exacte des cités et des magistratures.

133 Cf. Laaksonen (Hannu), « Ordo et populus Formianus », in Studi storico-epigrafici sul Lazio, Rome, 1996, p. 132-133.

134 Id, op. cit. supra, d'une façon générale.

135 Cette hypothèse m'a été suggérée par Patrick Le Roux que je remercie de ses nombreuses observations enrichissantes sur ce personnage, à la suite de la présentation que j'en avais faite en séminaire de DEA à l'université de Rennes.

136 Cf. CébeillacGervasoni (Mireille), Les magistrats des cités italiennes, Rome, 1998, p. 179 et note 22.

137 Proposition de François Hinard, Les proscriptions de la Rome républicaine, Rome, 1985, p. 125.

138 Cf. Pavis-d'EscuraC (Henriette), « Province et guerre civile : le cas de Sertorius », Le dernier siècle de la République romaine et l'époque augustéenne, Strasbourg 1978, p. 29-43 ; Gabba (E.), « Le origine délia guerra sociale e la vita politica romana dopo l'anno 89 A. C. », in Athenaeum, n. s., XXXII, 1954, p. 41-114.

139 C.I.L., II, 815, D(is) M(uni bus). /P(ublio) Aufidio P(ublii) fîilio) omn(ibus) in Rep(ublica)/hon(oribus) func(to) Martia C(aii) flilia) con(iugi) b(ene) m(erita).

140 Ce type d'affirmation constitue plutôt une généralité et un lieu commun.

141 Hinard (François), op. cit., note 1.

142 A l'occasion de la défense des intérêts des publicains. Cf. Cicéron, Pro Flacco, XIX, 45.

143 Toutes les références sont données à partir de Lenel, Palingenesia iuris civilis, avec entre parenthèses les références de la source correspondante.

144 Cf. notice suivante, n23.

145 Krueger (P.), Histoire des sources du droit romain, Paris, 1894, p. 89.

146 Priscianus, Inst., VIII, 18, P. Aufidius si quis alio vocitatur nomine tum cum lis constestatur atque olim vocita-batur ; contestatur passive posuit. Mais ce fragment glose contestatur et est trop peu significatif. La notice n° 10 de la R.E. qui correspond à ce P. Aufidius indique que « s'il y a quelque rapport avec les juristes [Aufidius Chius, Aufidius Namusa et Aufidius Tucca], cela reste quelque chose de douteux ».

147 L'odre équestre..., t. I, p. 444.

148 Cf. Schulze (W.), Zur Geschichte lateinischer Eigen-name, Berlin, 1904, cité dans la 2e éd., 1932.

149 Cela est vivement contesté par Alfoldy (A.), « Les cognomina des magistrats de la République romaine », in Mélanges Piganiol, Paris, 1966, vol. II, p. 709-722, qui écrit que Schulze « borne son analyse à la morphologie grammaticale » (p. 711).

150 P. Aufidius L. f (C.I.L., XI, 1217, Placentia), notable local et membre de l'ordre équestre. Cf notice n° 26 ; P. Aufidius Pontianus, connu grâce à Varron (R.R., II, 9, 6) comme négociant en moutons, appartenait vraisemblablement à l'ordre équestre et était plutôt originaire de l'Ombrie que de l'Etrurie. Il y a très peu de chances que ces deux individus aient le moindre lien avec les juristes.

151 Gaudemet (Jean). Institutions de l'antiquité, Paris, 1967, p. 589.

152 Nicolet (Claude), L'ordre équestre..., t. I, p. 444.

153 Cf. Schulze (W.), Zur Geschichte lateinischer Eigennamen, Berlin, 1904, cité dans la 2e éd., 1932, p. 375.

154 C.I.L., XI, 3071, 3383, 3498, 3613.

155 Cf. Giacomelli (Gabriella), La lingua falisca, Florence, 1963,1, p. 225.

156 Cf. Grenier (A.), « La transhumance des troupeaux en Italie et son rôle dans l'histoire romaine », in M.E.F.R., 25, 1905, p. 293-328 ; Gabba (Emilio), Strutture agrarie e alLevamento transumante nel l'Italia Romana (III-I sec. a. C.), Pise, 1979, en particulier le pages 112-113 et 143-145 (Marinella Pasquinucci).

157 On connaît un Pontius Aufidianus, eques Romanus, sans doute à la même époque, mentionné par Valère Maxime (VI, 1, 3) ainsi qu'un L. Pontius T. f. Quir(ina tribu) (C.I.L., VI, 37045, Asculum Picenum) en 89 av. J.-C.

158 Cf. Nicolet (Cl.), L'ordre équestre..., t. II, n° 45.

159 C.I.L.. IX, 4241.

160 C.I.L.. IX, 4361, 4371, 4468, 4527, 4405, 4406, 3569.

161 En témoigne l'ancienneté des inscriptions, en particulier C.I.L.. IX, 4371 : L(ucius) Ofdius L(ucii) fîilius)/Pet[ronis ] n(epos') d(at) l(ibens) m(erito) qui date sûrement du ier s. av. J.-C. et conserve les traces de l'origine osco-ombrienne du personnage dans la syncope du phonème [i] entre le f et le d. Cf. Lejeune (Michel), L'anthroponymie osque, Paris, Les Belles Lettres, 1976.

162 Cf. Maire-Vigueur (J--C.), « La tranzumansa del bestiame tra l'Umbria e il patrimonio alla fine del medievo », in Orientamenti di una regione attraverso i secoli : scambi, rapporti, influsi storici nella struttura dell'Umbria, Pérouse, 1978, p. 131-139.

163 C.I.L., XI, 6494 : L. Aufidius Pup(inia tribu) Pastor, peut-être postérieure au ier s. av. J.-C. De même, C.I.L., XI, 6554, à Sarsina : Aufidius Montanus.

164 Pro Cluentio, 161.

165 Cf. Deniaux (Elizabeth), Clientèles et pouvoir à l'époque de Cicéron, Rome, 1993, p. 458-460.

166 Sex. Aufidius et observantia, qua me colit, accedit ad proximos et splendore equiti Romano nemini cedit écrit Cicéron. Cf. Nicolet (Cl.), L'ordre équestre..., t. II, n° 43.

167 Cicéron, Fam., XII, 27, 1. À noter que Cicéron, dans le Pro Flacco, X, 86, parle de M. [Aufidius] Lurco « grand homme de bien et mon ami intime », viroptimus, meus familiaris. Cf. notice n° 17.

168 C.I.L, XIV, 3041.

169 Sur les 23 documents, dix sont des inscriptions romaines : C.I.L., VI, 3164, 12831, 3835 et 31743, 12818, 12822, 12824, 12826, 12815-52, 339. On n'a pas retenu dans le dénombrement des documents relatifs aux Sexti Aufidii CIL. VI, 12817, inscription fragmentaire et mutilée de lecture et restitution très incertaines :...] Aufidius [.../...] Sex(tusï) G(aiae) l(ibertus>)/[F] elix.

Parmi les autres, plusieurs sont d'origine africaine, notamment à Thuburnica (I.LAf, 465 ; C.I.L., VIII, 25750a, 25751), située sur le bord septentrional de la moyenne vallée du Bagradas où l'on soupçonne que les Aufidii avaient des terres. En amont de cette vallée, à Thagaste, dans une riche région agricole (céréaliculture et oléiculture), vécut l'affranchi Sex. Aufidius Dona-cus (C.I.L., VIII, 5161).

170 C.I.L.. XI, 1270.

171 C.I.L.. XI, 402.

172 L'ordre équestre sous les Julio-Claudiens, Rome, 1988, p. 70.

173 Cf. Demougin (Ségolène), op. cit. supra, p. 70-71.

174 Cf. Degrassi (A.), « Quattuorviri in colonie romane e in municipi netti da duoviri », in Mem. Acc. Lincei, ser. 8, ii (1949), p. 294 ; Keppie (L.), Colonisation and Vétéran Seulement in Italy 47-14, British School at Rome, 1983, p. 107.

175 Deux arguments sont donnés pour justifier ce rejet : la possibilité d'un grand nombre d'autres restitutions pour le nomen qu'Auf(idius), parmi lesquelles Auficius et Aufius ; l'inhabituelle combinaison sur la monnaie d'un nomen et d'un cognomen. Il nous semble que s'il doit y avoir un doute sur l'identité du responsable de la frappe de ce type de pièce, il porte plutôt sur le cognomen et sur lui seul ; En effet, autant MAVF, ligaturé, est identique à ce qu'on relève sur les pièces d'Aufidius Rusticus (Cf. notice n" 4), autant Scaeva, attesté avec certitude sur le dessin de la pièce présenté par Babelon et repris par Grant est en réalité pratiquement illisible car très effacé comme on peut le constater sur la photographie présentée par Banti.

176 On a attribué à ces pièces Lipara comme origine géographique. C'était une base navale d'Octave et un municipe depuis 37 av. J.-C. qui servirent pour les campagnes de 36 av. J.-C.. L'importante concentration de forces militaires juste en face de Lipara au nord-est de la Sicile explique que des émissions monétaires aient continué après 36.

177 Dans la seconde moitié du ier s. av. J.-C., on ne connaît guère que le centurion de César (Cassius) Sceva dont Lucain, De bello civili, X, Pharsalia, conte l'héroïsme durant la guerre civile en 49. Se fondant sur cette occurrence, Patrick Le Roux penche pour une origine celtique. Un autre Sceva est connu, lui, par Horace, Satires, livre II, I, où il est présenté comme un débauché. Kajanto, Latin cognomina, ne le retient pas parmi les surnoms latins, contrairement à Solin, Die stadtrômischen Sklavennamen. Ein Namenbuch, Stuttgart, 1996, 1, p. 57.

178 Les autres Aufidii sont les suivants :

  • L. Aufidius Vinicianus Epagatinus, de Fundi (C.I.L., XII, 4357, Narbonne). Cf. notice n° 31 ;
  • M. Aufidius Honoratus (C.I.L., VIII, 8937, Saldae) ;
  • P. Aufidius L. f., de Placentia (C.I.L., XI, 1217).

179 Cf. Demougin (Ségolène), L'ordre équestre sous les Julio-Claudiens, Rome, 1988, notice n° 39, p. 71-72.

180 Cf. notice n° 26.

181 I.G., XII, 5, 860.

182 .I.G., XII, 5, 1,39.

183 L'ordre équestre sous les Julio-Claudiens, Rome, 1988, p. 310 et suivantes, p. 550 ; Prosopographie des chevaliers romains julio-claudiens, Rome, 1992, notice n° 57, p. 69-70.

184 Birley (E.), « Septimius Severus and the Roman Army », in E S., 8, 1969, p. 79.

185 Valère Maxime, VI, 9, 7. Cf. notice n° 15.

186 Cf. Suolahti (Jaakko), The Junior Officiers of the Roman Army in the Republican Period. À Study on social Structure, Helsinki, 1955, t. 97, p. 95 et suivantes.

187 Cf. Habicht (Christian), Altertiimer von Pergamon, VIII, 3, p. 164-165.

188 Demougin (S.), op. cit., p. 668.

189 Cette inscription a fait l'objet d'une communication intitulée « A propos d'une inscription de Narbonne relative à la gens Aufidia (CIL, XII, 4357) » à la SFER, le 15 juin 1996 : résumé avec discussion dans les Cahiers du Centre C. Glotz, 8, 1997, p. 312-313. L'étude complète et détaillée devrait être publiée dans la RAN.

190 À Narbonne, C.I.L., XI, 5030 ; 5031, avec deux affranchis : Olia Q. 1. Iucun [da] et Q. Olius Q. I. Phila [rgyrus] ; 5029,... Olius P. f. Mater [... ; 5140 avec Olia Prima et enfin, n° 79 de l'appendice épigraphique (p. 219) de la Carte archéologique de la Gaule romaine, fasc. XII, Aude, Grenier (Albert), Paris, C.N.R.S., 1959 À Arles, C.I.L., XII, 85.3 ;

191 Vinicii : C.I.L., XII, 5237, 4417 qui mentionne un notable local, édile et duumvir du nom de P. Vinicius M. f. Legio. Enfin, n° 60 de l'appendice épigraphique, op. cit. supra, p. 216.

Epagatini : outre l'inscription mentionnée supra (C.I.L., XII, 5238) il y a peut-être un autre individu qui porta ce nom : C.I.L.,XII, 5247, Epagat [...

192 L'hypothèse de l'adoption semble toutefois moins probable à cette époque que durant la République. Jean Andreau et Marie-Thérèse Raepsaet-Charlier s'accordent pour estimer que la parenté doit être retenue (cf. « loc. cit. » supra en note 1).

193 CIL. XII, 4417. Il est citoyen de Narbonne dont il a la tribu. Il fut édile, duumvir et questeur de la colonie.La pierre est au musée de Périgueux mais provient sans doute de Narbonne.

194 C.I.L., XIII, 969.

195 Comme tel, Epagatinus est inconnu dans les indices du CIL, X. Epagathus ou Epacathus existent, eux, autour de Fundi et surtout à Puteoli : CIL, X, 2343 et 2384 pour Epagathus à Puteoli ; 3701 à Cumes ; 3992 à Capua et 1335 à Nola. Epacathus est le surnom d'un Aulus Dentrius kAquinum (CIL, X, 5406).

196 Cf. Pflaum (H.-G.), « Remarques sur l'onomastique de Cirta », in Limes, Bâle, 1959. L'importance de Cirta a semble-t-il beaucoup dépassé le cadre de la confédération : « Cirta et la confédération cirtéenne paraissent avoir joué un rôle particulier dans [le] mouvement de population qui a fourni à Mactar la majorité de ses immigrants romains » (Ahmed M’Charek, Aspects de l'évolution démographique et sociale à Mactaris aux iie et iiie s. ap. J.-C., Tunis, 1982, p. 151).

197 Grégoire (H.), « Rapport sur un voyage d'exploration dans le Pont et en Cappadoce », in B.C.H., 1909, p. 14.

198 Strabon, Géographie, livre XII, 3, 38 ; et plus généralement, 3, 12-13.

199 L'index du C.I.L. comporte 50 occurrences de ce nomen au masculin et 13 au féminin.

200 Il s'agit respectivement de C.I.L., XI, 6348 à Pisaurum-, 6512, 6522 et 6553a, à Sarsina, 4679 à Tuder mais pour une inscription du iie s. Enfin, à Mevania, la même inscription, C.I.L., XI, 5040, mentionne parmi d'autres affranchis deux Baebii et un Aufidius.

201 I.G.. XII, 5, 860. Cf. notices n° 6, 7 et 11.

202 Cf. Devijver (Hubert), « Suétone, Claude, 25, et les milices équestres », in Ancient Society, 1, 1970, p. 69-81.

203 Cf. Demougin (Ségolène), L'ordre équestre sous les Julio-Claudiens, Rome, E.F.R., 1988, Prosopographie des chevaliers romains julio-claudiens, n° 130, p. 130 Cf. Ainsworth O'Brien Moore, « M. Tullius Cratippus Priest of Rome », in Yale Classical Studies, VIII, 1942, p. 48.

204 C.I.L., III, 6627. Deux pierres carrées. Sur l'une : C(aius) Aufidius C(ai) flilius) Pol(lia tribu) cast(ris)/eoh(ortis) VII : dans la centurie de Galba, il appartenait à la légion III qui a dû stationner à Alexandrie dans le même camp que la légion XXII dont faisait partie l'autre légionnaire de cette inscription : C(aius) Aufidius C(ai) flilius) Polflia tribu) Gal(atia)/coh(ortis)VI (sur l'autre pierre), qui appartenait à la centurie Gavisia. La tribu Pollia était celle où étaient inscrits les soldats obtenant la citoyenneté romaine (cf. Kutitschek). Le premier Aufidius était fils de légionnaire « né dans le camp » ; le second originaire de Galatie. On constate que sur les 36 légionnaires qui figurent sur cette inscription – avec 24 noms gentilices différents –, les prénoms des soldats sont toujours identiques à ceux des pères indiqués dans la filiation. D'où l'idée, notamment émise par Mommsen, que ces prénoms étaient fictifs et adoptés au moment de l'établissement de la liste de ceux qui recevaient le droit de cité. Cf. l'analyse d'Ainsworth O'Brien Moore, « loc. cit. » supra.

205 B.G.V., IV, 1104. Il est très peu probable que le T. Aufidius dont le nom apparaît sur ce papyrus soit le tribun T. Aufidius Balbus : « il n'est pas pensable qu'un tribun ait pu être associé à un simple grrgarius dans une transaction financière ; et d'un autre côté, un gregarius n'a pas pu s'être élevé au tribunat à l'époque augustéenne » (O’Brien Moore, « loc. cit. », p. 37).

206 Cf. Bayet (Jean), Histoire de la littérature latine, Paris, A. Colin, 3e éd., 1965, p. 266.

207 Cf. Bardon (Henri), La littérature latine inconnue, Paris, 1952, t. II, p. 164.

208 Tacite, Annales, III, 22.

209 Hypothèse émise par Gascou (Jacques), Suétone historien, Rome, note 6, p. 253.

210 Op. cit., p. 166.

211 Id., ibid., p. 161.

212 Cn. Aufidius. Cf. notice n° 8.

213 Cf. les notices n° 6, 7, 11 et 33.

214 Martial, Epigrammes, livre V, 61. Cf. notice n° 38.

215 Id., livre III, 70 : « Te voici l'amant d'Aufidia, Scaevinus, toi qui fut jadis son mari : ton rival d'alors est aujourd'hui son époux. Pourquoi l'aimes-tu quand elle est à un autre, la femme que tu n'aimes pas quand elle est à toi î Te faut-il des inquiétudes pour révéler ta virilité » (Traduction H. J. Izaac, Paris, C.U.F., 1930).

216 C'est la raison pour laquelle c'est moi qui traduis la dernière réplique, alors que H. J. Isaac traduit procuratorem par « agent d'affaires » et acerior par « plus actif ».

217 B.C.H., 51, 1927, cité en référence : « Inscriptions attiques d'époque romaine ». Il s'agit de fragments de marbre de l'Hymette, gravés, qui se rattachent à une base quadrangulaire moulurée.

218 C.I.L., 11,4320

219 C.I.L., XI, 759, Bononia : D(is) M(anibus)/Furfan/ae C(aii) fliliae)/Paulin/ae coniugi/ra(rissimi) ex(empli)-/T(itus) Visuk/nius T(iti) l(ibertus)/Apollo/ni.

220 C.I.L., XI, 6088, Urvinum Mataurense, sur le territoire de Pisaurum – où de nombreux Aufidii sont connus – : Trebia Cn. f. Secunda ; 5549, Asisium, entre Tuder et Pisaurum : Trebius Severus 3497, Tarquinii : Trebia Sex. f., qui vécut 13 ans et, au même endroit, 3496 : Trebia P. f., qui vécut 73 ans ; 3221, Nepet : C. Trebi]us Sergianus qui pourrait être le consul de 132 ap. J.-C.

221 C.I.L., XI, 708.

222 Cf. Mitchell (Stephan), « Loc. cit. » en références, in Anatolian Studies, 28, 1978, p. 93-96.

223 Kajanto, The latin cognomina : C.I.L., XI, 5130, 5409, 5626. Parmi les gouverneurs de Galatie de la période d'Auguste à Vespasien, vers 54, il y eut un Q. Petronius Umber.

224 Je suis d'accord avec OlliSalomies, adoptive and Polyonymous Nomenclature in the Roman Empire, Helsinki, 1992, p. 97.

225 Cf. Alföldy, op. cit. en référence qui indique que, dans les inscriptions de Tarraco, le nom du grand père n'est jamais donné et que Celer doit être ici considéré comme l'un des deux surnoms du flamine. Dans ces conditions, cette inscription serait un exemple de filiation par le cognomen du père. On en connaît deux autres cas à Tarraco : C.I.L., II, 6093 et 4206. Cf. Holder (Paul A.), The Auxilia from Augustus to Trajan, BAR International sériés, p. 52 et note 9 p. 56.

226 C.I.L., II, 4197, Tarraco. Cf. notice n° 52. Cf Alföldy (Geza), Flamines, n° 8, p. 64.

227 A propos de cette dénomination de Syria-Palestina, cf. le commentaire dans les I.L.Alg., II, 671.

228 C.I.L., VIII, 18943 =I.LAlg.. II, 4894.

229 I.L.Alg., II, 4442, entre Hencher el ksar et la grotte du Taya.

230 .A.E., 1983, 335. Il fut quattuorvir aedilis.

231 C.I.L., XI, 6333.

232 C.I.L., XI, 6360.Cf. notice n° 49.

233 C.I.L., XI, 6405.

234 C'est à Sentinum qu'a été découverte une inscription relative à P. Iuventius Celsus T. Aufidius Hoenius Severianus (A.E., 1978, n° 292).

235 (48) Cf. Demougin (Ségolène), L'ordre équestre sous les Julio-Claudiens, Rome, 1988, p. 107, note 183.

236 Cresci-Marrone (G.), Mennela (G.), Pisaurum, I, Le iscrizioni délia colonia, Pise, 1984, p. 272.

237 Op. cit., supra, p. 35-42.

238 Ce terme de questeur s'explique vraisemblablement par le fait que Pisaurum fut fondée comme colonie de citoyens romains pour la première fois en 184 av. J.-C., à une époque où les termes désignant les magistratures ont dû être calqués sur ceux de Rome.

239 Cf. Mrozek (Stanislas), « Quelques remarques sur les inscriptions relatives aux distributions privées de l'argent et de la nourriture dans les municipes italiens aux ier, iie et iiie s. de notre ère », in Epigraphica, XXX, 1968, p. 156-171 ; Cresci-Marrone et Mennela, op. cit., en note 1 ; duncan-jones (R.), The Economy of Roman Empire, Cambridge, 1974, p. 238-287.

240 Cf. Mrozek (Stanislas), « Les bénéficiaires des distributions privées d'argent et de nourriture dans les villes italiennes à l'époque du Haut-Empire », in Epigraphica, XXXIV, 1972, p. 30-54.

241 C. Vesnius C. f. Stelflatina tribu) Vindex, qui fut pontifex, quattuorvir viarum curandarum, tribunus militum legionis VIIIAugustae et quaestor désignants (C.I.L., XI, 6053, Urvinum Mataurense).

242 C.I.L., XI, 6335.

243 C'est le cas des Arrii et des Plarii. Cf. notices n° 46 et 47.

244 Pflaum (H.-G.), Les carrièresprocuratoriennes équestres sous le Haut-Empire romain, Paris, 1961, p. 319-320.

245 Birley (E.), The Durham University Journal, 1943, p. 16.

246 C.I.L., XI, 6546, 6550, 6551, 6552, 6553 (ces trois dernières concernant la même « famille »), 6554, 6508 = A.E„ 1972, 171 bis : nouvelle lecture ; 6494.

247 Cf. notice n° 2.

248 Cf. Ferchou (Naïdé), « Grandes stèles à décor architectural de la région de Bou Arada (Aradi) en Tunisie », in Mitteilungen des deutschen archaeologischen Instituts. Romische Abteilung, 88, 1981, p. 141-189.

249 « Loc. cit. », p. 148.

250 C.I.L., VIII, 12688, Carthage.

251 Un seul des 87 prêtres provinciaux connus n'était pas citoyen. Dans 71% des autres cas, la citoyenneté ne fait aucun doute. Il reste moins de 30% de cas où la citoyenneté non explicite est probable.

252 Connu par deux fragments d'inscriptions qui complètent celui qui figure en référence : B.C.H., I 1877, 293, n° 85, Ancona et Forschungen in Ephesos, III, n° 36.

253 Cf. Forschungen in Ephesos, IV, 1, n° 13.

254 Cf. Aircescu, « Un nouveau document épigraphique... », notes 11 et 12. Ce surnom est attesté par une inscription d'Ulmetum et par deux autres à Capidava (Cf. Florescu (Gr), Florescu (R.) et Diaconu (P.), Capidava, I, Bucarest, 1958, p. 104-105, n25 et 26).

255 Cf. Christol (Michel), REA., 1971, p. 140.

256 Cf. Alfoldy (Géza), Pasti hispanienses. Senatorische Reichsbeamte und Offiziere in den spanischen Provinzen des romischen Reiches von Augustus bis Diocletian, Wiesbaden, 1969, p. 39-42.

257 Passage dont on trouve une trace épigraphique curieuse à Tarraco où une inscription est ainsi libellée ; C(aio) Aufidio/Victorino/Fabia Lyde/amico simpli/cissimo et incomparabili (C.I.L., II, 4448 = RI. T., 453). Sans doute une descendante d'affranchie ou une affranchie elle-même en est l'auteur. Soit coïncidence – la naissance de son fils intervenant au moment où le gouverneur était dans la cité – soit reconnaissance, le père aurait donné ce nom à son fils.

258 Cf. Becatti (G.), « Il relievo délia Liberalitas di Marco Aurelio », in Arch. Class., XXIV, 1972, p. 59-74.

259 Cf. Palmer (R. E. A.), « The excusatio magisteri and the Administration of Rome under Commodus », in Athenaeum, LIII, 1975, p. 57-87.

260 Cf. Alfoldy (G.), op. cit., note 181.

261 Cf. notice n° 64.

262 Cf. notice n° 46.

263 La cité d'Ephèse a fourni 14 occurrences du nomen Aufidius. Parmi celles-ci (I. von Ephesos, 4360, 221-a, 1754, 2216, 2216a, 2216b, 1629 ; 1070, 1395, 27-444, 3087, 815), cinq (indiquées en caractères gras) sont celles de notables : Aufidius Proclus, notice n° 54 ; G. Aufidius, vraisemblable notable ; G. Aufidius Silvanus, notice n° 48 ; L. Aufidius Euphemus, notice n° 63 ; T. Aufidius Mindius Polychronios, asiarque.

N.B. : les numéros des inscriptions sont donnés dans l'ordre du tableau XV/6. de notre thèse.

264 Cf. Robert (Louis), Les gladiateurs dans l'Occident grec, Paris, Champion, 1940, chapitre III ; Rossner (Margaret), « Asiarchen und Archiereis Asias », in Studii Classice, XVI, 1974, p. 101-111.

265 Les Aufidii d'Ephèse font partie de ce milieu, indiscutablement : T. Aufidius Mindius Polychronius est asiarque à une époque pas très éloignée. Ce sont toujours les mêmes familles qui sont en quelque sorte contraintes par ces liturgies.

266 Cf. Meiggs (Russel), Roman Ostia, Oxford, 1960, p. 185.

267 Cf. Meiggs (R.), op. cit. supra, p. 203.

268 Cf. Fasciato (Micheline), « Les associations professionnelles romaines du ier au iiie s. d'après les inscription d'Ostie », in M.E.F.R., t. LXI, 1949, p. 237-241.

269 La corporation des charpentiers d'Ostie, contrairement aux corporations de même nature dans d'autres villes d'Italie et des provinces occidentales ne semble pas avoir été utilisée comme brigade du feu (Meiggs, op. cit., p. 320). Cela confirme la raison profonde des relations entre elle et P. Aufidius Fortis.

270 C.I.L., XIV, 4142. Dans le cas de P. Aufidius Fortis, il n'est pas sûr qu'à « toute l'Afrique » doive s'ajouter « la Sardaigne ». On ne connaissait aucun Aufidius en Sardaigne jusqu'à une découverte à Turris Libisonis en 1981 (A.E., 1981, 483) d'une inscription mentionnant une Aufidia Lucretia qui semble dater du iiie ou du ive s. et est donc tardive.

271 Fasciato (M.), « loc. cit. » en note 3.

272 C.I.L., XIV, 251. Cf. notice n° 60.

273 Deux autres Aufidii sont répertoriés sur cette inscription : D. Aufidius Higyanus (1. 16, 5e colonne) et D. Aufidius Paulinianus (1. 26, 3e colonne).

274 C.I.L., VIII, 5308.

275 I.LAlg., I, 41 (=C.I.L. VIII, 5237).

276 I.L.Af, 425, à Thubumica ; C.I.L., VIII, 25750a, id. ; 25751, id. ; 5162, à Thagaste ; I.L.Alg., 1419 à Thubursicu Numidarum ; I.L.A., 587 (= C.I.L., VIII, 16925), à Bou Atfane, tout à côté de Thubursicu Numidarum ; I.L.Alg., 486 à Ain Nechma, à quatre kilomètres au sud de Calama.

277 C.I.L., XIV, 4621. Cf. notice n° 59.

278 Cf. C.I.L, XIV, 4142 et 459.

279 C.I.L., XIV, 635 : D(is) [M(anibus)]/P(ublius ?) qui v[ixit]/P. Aufiidius ?) d(edit ?).

280 C.I.L., XIV, 1807.

281 C.I.L., XIV, 5120.

282 Fronton, Correspondance, Ad amicos, I, 12. Cf. Saller (R. P.), « Familia, domus and the Roman Conception of the Family », in Phoenix, 38, 1984, p. 336-355.

283 Cf. Mennella, « La sfondo politico dell'epigrafe di m. Aufidio Frontone », in Civilta class. e Crist., II, 2, 1981, p. 159-165.

284 Cf. Giuliano (A.), « Il sarcofago di Marco Aufidio », in La parola del passato, XXVII, 1972, p. 271-275, illustrations.

285 Cf. LeGlay (Marcel), « Sénateurs de Numidie et des Maurétanies », in Tituli, 5, II, Epigrafia e ordine senatorio, p. 755-781.

286 Cf. Beschaouch (Azedine), « Une hypothèse sur la date du vice-proconsulat en Afrique de Q. Aradius Rufinus Optatus Aelianus », in Tituli, 5,1, p. 473.

287 Cf. Zamballi (M.), in Epigrapbica, XXXII, 1970, p. 72.

288 Cf. Robert (Louis), Les gladiateurs dans l'Orient grec, Paris, 1940, ch. IV, p. 281-293 sur le recrutement des gladiateurs et en particulier, p. 282-283.

289 Outre l'appartenance à la tribu Arnensis qui est celle de Saldae, il convient de relever le surnom africain traduit (Cf. LeGlay (Marcel), Saturne africain, Histoire, Paris, 1966, p. 381-382 ; Lassere (J.-M.), Ubique populus, Paris, 1977, p. 341). La même remarque est valable pour la mère, Sellia Satura. L'origine africaine de ces deux familles est très probable.

290 En dehors de cette inscription, les Sellii – qui n'apparaissent pas dans l'index du C.I.L., VIII – sont connus par un texte découvert à Choba en Maurétanie Sitifensis, sur le golfe en face de Saldae (A.E, 1963, 16). Ce texte mentionne un M. Sellius L. f. Arn(ensis tribu) Honoratus, domo Choba, ex Provincia Mauretania Caes(ariensi), préfet de l'aile militaire II Flavia Hispanorum C. R. Ce texte daterait de l'époque d'Hadrien. Sellia Satura pourrait être une descendante de cet individu.

291 Cf. Pflaum (H.-G.), Les carrières procuratoriennes équestres sous le Haut-Empire romain, Paris, 1961, t. II, cité dans l'index des procurateurs de la Galatie entre 198 et 211 (p. 1075-1076), et dans Abrégé des procurateurs équestres, Paris, 1974.

292 S.E.G., XX, 742.

293 Id., XXIV, 1969, n° 200. Datations : 164/165 ou 181/182 ou 184/185.

294 L'empereur qui porte les titres triomphaux de Parthique et Adiabénique, jusque-là inconnus, est Philippe l'Arabe : cf. Loriot (Xavier), « Chronologie du règne de Philippe l'Arabe », in A.N.R.W., II, 1975, p. 789-797. Cette inscription confirme la lecture de Mihaïlov d'Otacilia Severa. Celle-ci est en effet l'épouse de Philippe Ier l'Arabe.

295 La nouvelle lecture de l'inscription de Diskodurateraé (A.E. 1975, 765, citée en référence) proposée par Mihaïlov interdit en effet de considérer qu'un seul et même homme exerça ces différentes responsabilités. Cf. également Bernard Rémy, Les Carrières sénatoriales dans les provinces romaines d'Anatolie au Haut-Empire, Istambul, 1987, p. 333.

296 Cf. Quass (Friedmann), « Zur politischen Tatigkeit der munizipalen Aristokratie des griechischen Ostens », in Historia, XXX, 1982, p. 188-213.

297 Cf. à ce sujet BA.A., 3, 1968, p. 313-338.

298 Groag (E.), Die romischen Reichsbeamten von Achaïa bis aufDiokletian, Vienne-Leipzig, 1939, col. 124.

299 C.I.L., XV, 7438 : M. Cornélius Fronto et Q. Cornélius Quadratus. Ils étaient tous deux frères. M. Cornélius Fronto était le beau-père de C. Aufidius Victorinus, lui aussi sénateur. Cf. eck (Werner), « Die fistulae aquariae der Stadt Rom zum Einfluss des sozialen Status auf administratives Handeln », in Tituli, 4,1, p. 212.

300 Cf. notice n° 61 et stemma 9.

301 Pflaum (H.-G.) » « Remarques sur l'onomastique du Castellum Tidditanorum », in Bulletin archéologique du C.H.T.S., n. s., 1974-1975, fasc. B, Afr. du Nord, Paris, B.N., 1977, qui dresse la liste des surnoms puniques et libyques, p. 27.

302 Cf. Demougin (Ségolène), L'ordre équestre sous les Julio-claudiens, Rome, E.F.R., 1988, p. 632 et suivantes.

Table des illustrations

Légende CIL XIV, 4620. OSTIE, Place des corporations.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/11416/img-1.png
Fichier image/png, 2,0M
Légende CIL XIV, 4622. OSTIE, maison à droite sur le cardo maximus entre le théâtre et le forum.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/11416/img-2.png
Fichier image/png, 1,6M
Légende CIL XIV, 161. OSTIE, Place des corporations.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/11416/img-3.png
Fichier image/png, 1,7M
Titre 4. LUCIUS AUFIDIUS L. f. 1. D[...].
Légende AE 1981, 151. ROME, de provenance incertaine mais probablement romaine. Architrave remployé comme épitaphe dans un mausolée ; 58 x 177 x 29 cm. Actuellement dans le Musée national des Thermes.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/11416/img-4.png
Fichier image/png, 1,4M
Titre 5. Attique de l'arc de Constantin. Côté nord
Légende Congiaire de Marc Aurèle, assis. Derrière lui, à droite, le praefectus Urbis Caius Aufidius Victorinus
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/11416/img-5.png
Fichier image/png, 1,3M
Titre 6. AE 1976, 452 = ILTG, 247 = Gallia, 1958/ 1976, LYON.
Légende Autel de marbre, datable de l'époque flavienne, découvert en 1957.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/11416/img-6.png
Fichier image/png, 4,0M
Légende Cette inscription est très usée. Le CIL indique le prénom Caius à la dernière ligne. En réalité, la pierre est si usée sur les bords qu'on ne peut pas proposer de prénom.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/11416/img-7.png
Fichier image/png, 1,8M
Titre 8. CIL XII, 4357. NARBONNE.
Légende Musée archéologique de Narbonne. La localisation originelle de cette inscription est inconnue.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/11416/img-8.png
Fichier image/png, 2,2M
Titre 9-10. M. AUFIDIUS RUSTICUS, RRC, 227. (DR/R. macro x 3)
Légende 17/14 AILLY 4948
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/11416/img-9.png
Fichier image/png, 1,1M
Titre 1. Les Aufidii dans le monde romain localisation des cités de la péninsule italienne (av.-ap. J.-C.)
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/11416/img-10.png
Fichier image/png, 1,0M
Titre 2. Les Aufidii en Italie localisation et répartition globales
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/11416/img-11.png
Fichier image/png, 1,1M
Titre 3. Les Aufidii en Italie : essai de répartition chronologique
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/11416/img-12.png
Fichier image/png, 1,1M
Titre 4. Aux origines de la gens Aufidia
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/11416/img-13.png
Fichier image/png, 1012k
Titre 5.Les Aufidii dans le monde romain
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/11416/img-14.png
Fichier image/png, 840k
Titre 6.Les Aufidii et l’armée romaine
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/11416/img-15.png
Fichier image/png, 731k
Titre 7. Les Aufidii aux 2 derniers siècles av. J.-C.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/11416/img-16.png
Fichier image/png, 1,0M
Titre 8. Les Aufidii dans les provinces septentrionales et occidentales localisation et répartition globales
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/11416/img-17.png
Fichier image/png, 1,3M
Titre 9. Les Aufidii dans la péninsule Ibérique
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/11416/img-18.png
Fichier image/png, 1,1M
Titre 10.Les Aufidii des provinces africaines :localisation et répartition globales
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/11416/img-19.png
Fichier image/png, 539k
Titre 11. Les Aufidii en Afrique : détail du nord-est
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/11416/img-20.png
Fichier image/png, 1021k
Titre 12.Les Aufidii dans l’Orient méditerranéen localisation et répartition globales
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/11416/img-21.png
Fichier image/png, 1,0M
Titre 13.Les Aufidii dans l’Orient méditerranéen iie-ier s.av J.-C.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/11416/img-22.png
Fichier image/png, 1,1M
Titre 14. Les Aufidii dans l’Orient méditerranéen ier-iiie s.ap J.-C.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/11416/img-23.png
Fichier image/png, 643k
Titre 15.Les Aufidii dans les provinces balkaniques et danubiennes
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/11416/img-24.png
Fichier image/png, 750k
Titre 16.Les Aufidii et la terre en Afrique :milieu géographique et environement économique
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/11416/img-25.png
Fichier image/png, 878k
Titre 17. Les Aufidii dans la vie économique essentiellement durant l’Empire
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/11416/img-26.png
Fichier image/png, 1,3M
Titre 18.Dispersion connue des Aufidii aux iie-ier s av J.-C.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/11416/img-27.png
Fichier image/png, 629k
Titre 19. Dispersion connue des Aufidii aux ier s av J-C et ier s ap J.-C.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/11416/img-28.png
Fichier image/png, 906k
Titre 20.Diffusion du nomen Aufidius situation à la fin du iie s ap J.-C.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/11416/img-29.png
Fichier image/png, 1,2M
Titre 21.Dispersion connue des Aufidii durant le iiie s ap J.-C.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/11416/img-30.png
Fichier image/png, 1,1M
Titre Stemma 1 Les Aufidii Bassi
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/11416/img-31.png
Fichier image/png, 382k
Titre Stemma 2 M Vergilius et T Aufidius 1er s av J-C.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/11416/img-32.png
Fichier image/png, 219k
Titre Stemma 3 Les parentèles des Alfidii au 1er s av J.-C.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/11416/img-33.png
Fichier image/png, 894k
Titre Stemma 4 Aufidii et Sestullii 1er s av J.-C.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/11416/img-34.png
Fichier image/png, 292k
Titre Stemma Les Aufidii de Placentia au 1er s av J.-C.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/11416/img-35.png
Fichier image/png, 251k
Titre Stemma 6 Aufidii et Tullii Cratipii à Pergame Fin du 1er s av J.-C. et 1er s ap J.-C.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/11416/img-36.png
Fichier image/png, 567k
Titre Stemma 7 P luventius Celsus T Aufidius Hoenius Severianus
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/11416/img-37.png
Fichier image/png, 615k
Titre Stemma 8 Aufidius Proedus et Cn Pompeius Hermippus
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/11416/img-38.png
Fichier image/png, 443k
Titre Stemma 9 Aufidius Victorinus ; les Aufidii Victorini et Frontines et leurs parentèles
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/11416/img-39.png
Fichier image/png, 765k
Titre Stemma 10 M Aufidius M F Honoratus Fin du iie s ap J.-C.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/11416/img-40.png
Fichier image/png, 334k
Titre Stemma 11 Les Aufidii de Sarsina
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/11416/img-41.png
Fichier image/png, 233k
Titre Stemma 12 Les Aufidii Barigbal et Verna, à Auzia iie-iiie s ap J.-C.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/11416/img-42.png
Fichier image/png, 186k

© Presses universitaires de Rennes, 1999

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search