Version classiqueVersion mobile

Histoire d'un nom. Les Aufidii dans la vie politique, économique et sociale du monde romain

 | 
Nicolas Mathieu

Conclusion

Texte intégral

1Cinq siècles durant le nomen Aufidius a laissé des traces sur le sol du monde romain. Cette recherche a permis de suivre les étapes et les progressions géographiques, politiques, économiques et culturelles des Aufidii de l'Italie à Rome et aux provinces.

  • 1 D'une manière générale sur cette question, cf. Parenté et stratégies, Rome, 1990 ainsi que Dixon ( (...)

2Point de départ et fil conducteur, le nomen gentilicium Aufidius n'est souvent resté qu'un nom. Entendons qu'il n'y a pas d'éléments suffisamment nombreux et probants relatifs à ces cinq siècles pour justifier un titre comme « La gens Aufidia dans la vie politique, économique et sociale du monde romain du iie s. av. J.-C. au iiie s. ap. J.-C. ». Ni chronologiquement, ni géographiquement, ni socialement n'ont pu être mis en évidence des caractéristiques propres à un vaste groupe d'individus qui, par une communauté et une homogénéité, puissent tout à la fois permettre de dire que c'est sans discontinuer une gens, que tels et tels individus porteurs du nomen sont parents, alliés ou appartiennent au lignage et à la lignée agnatique, ou n'ont au contraire que des rapports d'homonymie1.

3Cela ne signifie toutefois pas que ni l'idée de gens, ni la réalité même d'une gens n'ont existé à un moment donné. Mais nous n'en avons aucune certitude. Les origines du nom et les premiers Aufidii eux-mêmes se perdent dans des temps reculés. Le caractère aléatoire des découvertes archéologiques ne les éclaire qu'épisodiquement et partiellement. À cela on doit ajouter le fait que les sources écrites sont rares. Cela étant relevé, on ne sache pas que les Aufidii aient jamais revendiqué le moindre ancêtre fondateur. Les quelques monnaies avec Jupiter dans un quadrige, tenant un sceptre et lançant la foudre, sont plus conformes à des modèles et des types romains qu'à une symbolique rattachant les Aufidii à Dius Fidius, c'est-à-dire Diovis filius, le fils de Jupiter.

  • 2 « Le passage des citoyennetés locales à la citoyenneté romaine et la construction de clientèles », (...)
  • 3 « Loc. cit. », p. 270.
  • 4 Id., p. 277.

4Ils ont accédé à la citoyenneté romaine sans doute de différentes façons et à des moments différents. On sait que l'accès à la citoyenneté romaine résulte toujours d'une loi, souvent précédée d'un sénatus-consulte. Les lois du début du ier s. av. J.-C. ont sans doute eu les conséquences les plus importantes sur le nombre des citoyens romains à l'échelle de la péninsule entière. Avant comme après elles, l'octroi de la citoyenneté romaine à titre individuel a existé pour récompenser de hauts faits militaires, pour des raisons religieuses, ou au moment de la création d'une colonie. Elizabeth Deniaux a montré2, en partant du cas d'Ennius, premier étranger devenu citoyen lors de la déduction coloniale de Pisaurum en 184, que les magistrats chargés d'appliquer la loi disposaient d'une « part d'initiative qui leur permettait d'offrir une partie des terres à leurs amis »3 et que « de larges possibilités d'interaction existaient dans les cités entre les notables et les hommes qu'ils voulaient favoriser ainsi qu'avec les hommes qui avaient le pouvoir, à Rome, de proposer l'attribution de la citoyenneté. L'inscription sur les registres du census peut alors s'insérer dans un système de relations clientélaires »4.

  • 5 À cet égard, Mireille Corbier, « Les comportements familiaux de l'aristocratie romaine (iie s. av. (...)
  • 6 Cf. Rawson (Beryl), The Family in Ancient Rome, Londres-Sidney, 1986, notamment chapitre 1, « The (...)

5Du fait qu'ils étaient italiens – c'est-à-dire ni latins, ni romains – et plébéiens, les Aufidii ont essayé de tisser des liens de parenté et de clientèle avec de grandes gentes comme celle des Aurelii ou des Fulvii qui favoriseraient leur ascension politique ou renforceraient une position sociale et économique. Avec ceux-ci, au iie s. av. J.-C., il s'est agi à l'évidence d'une alliance politique, par nature éphémère 5. Avec les Aurelii, il s'est agi d'une adoption. L'adoption, faut-il le rappeler, était un moyen pour des hommes sans enfant ou dont les enfants étaient morts avant d'arriver à l'âge adulte de compenser l'absence de descendance6.

6Par leurs caractères originaux, révélés par l'onomastique, par leurs comportements politiques, par ce qu'ils nous laissent entrevoir de modes de vie, les Aufidii de la période républicaine peuvent être considérés comme les éléments d'une gens. En revanche, parce que, des mêmes points de vue – onomastiques, politiques, économiques, sociaux et culturels – ce ne sont plus les mêmes types d'individus qu'on rencontre au iie s. av. et au iie s. ap. J.-C., en Italie et dans les provinces africaines ou anatoliennes, dans les provinces entre elles, parce que les modes de diffusion du nomen et la dispersion des hommes ont beaucoup évolué, on ne peut plus parler pour l'Empire que d'un nom et réfléchir qu'en terme d'une histoire d'un nom.

7Contrairement à ce que la composition du corpus, peu documenté pour la République, abondant pour les ier et iie s. ap. J.-C. et rétréci au iiie s., aurait pu laisser croire, il n'y a pas un mouvement ternaire avec naissance et ascension d'abord puis maturité et apogée et enfin déclin des Aufidii à travers ces cinq siècles, mais bien plutôt des périodes distinctes et des lieux divers où un tel rythme ternaire exista ponctuellement.

8La prosopographie et les analyses qui en résultent dans les trois chapitres mettent en évidence deux caractéristiques :

  • une nette distinction entre Aufidii de la République et Aufidii de l'Empire ;
  • une progressive individualisation de deux mondes géographiques durant l'Empire.

9De la sorte, Aufidius apparaît comme un nomen qui recouvre des réalités et des perceptions complexes à travers les temps et les lieux, générales ou particulières, conscientes ou inconscientes.

* Une distinction nécessaire entre République et Empire

10La seconde moitié du ier s. av. J.-C. constitue la charnière entre les deux périodes qui ne sont pas seulement distinctes par le changement d'échelle numérique et géographique (cf. cartes n° 18 et 20). C'est tout le tissu des parentés, le statut des individus qui sont transformés.

11Deux causes majeures expliquent vraisemblablement ces changements, politique et sociale, mais étroitement liées.

  • Des Aufidii ont payé le prix de leurs engagements politiques au cours de la première moitié du ier s. av. J.-C. De là sans doute la confiscation de biens et le passage de certains autres à des branches collatérales7. La conséquence fut la disparition partielle des bases et de la richesse et de la position sociale mais aussi la renaissance du nom dans d'autres lieux en prenant autant de temps qu'il en avait fallu aux premiers Aufidii pour se hisser au sommet de la société durant la République. Cette renaissance a pu être la conséquence d'une diffusion du nom par des affranchissements : les affranchis auraient été, à leur tour, à l'origine d'une descendance d'hommes libres et ingénus. Elle peut aussi avoir été la conséquence de naturalisations et d'octroi de la citoyenneté à titre individuel. C'est peut-être ce qui s'est passé en Asie à la fin de la République avec les Aufidii d'Alexandrin Troas et de Pergame.
  • On ne doit pas exclure le passage de biens à des branches collatérales par suite de testaments. Mais ici, on manque de témoignages directs aussi bien pour la République que pour l'Empire. Sans doute peut-on inférer du grand nombre d'Aufidii connus en Afrique à partir de l'Empire, de l'importante activité économique qu'ils y ont déployée, qu'ils y avaient des intérêts et des biens fonciers primitivement détenus par un membre de l'aristocratie à la fin de la République. On sait en effet qu'« un testateur songeait moins à transmettre ses biens à ses fils qu'à faire en sorte que ses biens passent à un des siens (agnats ou cognats) qui en soient dignes ; les liens du sang comptent beaucoup moins que les liens d'élection : d'où la fréquence des adoptions »8. Transmettre la fortune à des proches parents, à ses propres enfants ou à des enfants adoptifs était un choix. L'Afrique illustre possiblement la richesse des conséquences que cela induisait dans l'extension, la dispersion et la diffusion d'un nomen. De ce souci de transmettre un bien à un proche parent nous avons d'ailleurs un exemple à Saldae avec M. Aufidius Honoratus (C.I.L., VIII, 8937), orné du cheval public et décurion de la colonie au iie s. ap. J.-C.9

* Une progressive individualisation de deux mondes durant l'Empire

  • 10 Le Roux (Patrick), « Eléments de réflexion », in Tituli, 5, Epigrafie e ordine senatorio, 1982, p. (...)

12Alors que le lien physique, si ténu fut-il, n'est pas rompu entre les provinces et l'Italie au iie s. av. J.-C., voire encore à l'extrême fin du ier s. av. J.-C., il a pour ainsi dire disparu sous l'Empire dans la plupart des cas. Qu'on parte localement des Aufidii pour essayer de retrouver leurs racines ; qu'on envisage la dispersion des Aufidii et qu'on l'analyse dans les rapports entre Rome et les provinces ; qu'on observe et analyse des groupes sociaux à travers tout le monde romain, on aboutit toujours à la conclusion suivante : les Aufidii paraissent constituer des agrégats divers qui, dans des lieux différents, ont parfois chacun leur homogénéité. C'est sans doute ici que la question des mentalités et la question socio-culturelle, c'est-à-dire, pour reprendre les remarques de Patrick Le Roux, de « l'acculturation définie comme le passage d'un modèle culturel au sens large à un autre modèle culturel devenu dominant et dominateur » est essentielle10. Si ce qui est décisif dans ce processus porte effectivement sur deux ou trois générations, alors tout s'est joué vite dans le courant du ier s. ap. J.-C.

13Le modèle dominant et dominateur italien et romain a fait l'extension du nom dans le bassin méditerranéen, mais sans jamais uniformiser ni unifier. Dans le courant du ier s. ap. J.-C., en raison de la disparition des élites républicaines, le nom, présent dans les provinces, s'y ancre et le processus d'acculturation joue. Au regard du nomen Aufidius, le bassin occidental de la Méditerranée s'individualise de plus en plus aux ier-iie s. ap. J.-C. Au iiie s., le bassin oriental est un monde, lui, radicalement autre.

  • 11 C.I.L., 111,399.

14Les différences et l'individualisation entre les deux mondes, oriental et occidental, sont aussi, dans le cas des Aufidii, le résultat de la rencontre entre Rome et l'hellénisme. L'action individuelle, l'existence de personnalités ont été primordiaux. À Pergame nous connaissons certes des membres de grandes familles indigènes comme les Cratippi qui se romanisent. L'alliance matrimoniale entre Tullia M. f. et un Aufidius de l'ordre équestre11, les sacerdoces revêtus par des Tullii (prêtre de Rome et Salus ; flamine de Rome et d'Auguste) et enfin la gravure en latin, de son vivant, par Tullia M. f., d'une grande épitaphe qui honore sa famille avec ses ascendants et ses descendants directs et collatéraux en fait foi. Mais pour un seul exemple de ce type, combien d'inscriptions qui témoignent des particularismes locaux ?

15Dans le monde oriental, ce ne sont durant l'Empire qu'Aufidii devenus asiarques, prêtres des temples et des divinités autochtones, bouleutes, grammateus pour ce qui est des élites ; que surnoms orientaux – Epictetos, Euphemos, Polychronios, Sosimos, Theodoros ; Apphia, Thugater, Truphosa.

  • 12 Cinq en tout seulement. Cf. note n° 24.
  • 13 Demougin (Ségolène), L'ordre équestre sous les Julio-Claudiens, Rome, 1988, chapitre VIII.
  • 14 Les deux inscriptions d'Auzia (C.I.L., VIII, 9085 et 9086) sont instructives. Aufidius Verna a un (...)

16Dans le monde occidental, en Afrique, si l'on dénombre très peu de surnoms puniques12 on ne doit pas à l'inverse déduire de la fréquence des surnoms latins qu'ils illustrent la romanisation profonde. Ils ne sont souvent que le simple équivalent dans cette langue d'un surnom mystique ou théophore punico-libyque. Ségolène Demougin dit qu'en Orient les hommes et les femmes ne cherchent pas forcément à copier les « modes » romains13. Il en est de même en Afrique. Ces modes ne sont pas aussi dominants qu'une simple lecture statistique pourrait le laisser croire14

17Originaires des territoires osco-ombriens des Apennins centraux vers la fin du iiie s. av. J.-C., ou le début du iie s. av. J.-C., les Aufidii ont eu de manière permanente et durant les cinq siècles où on les connaît un centre politique d'attache italien et romain. L'Urbs, sans doute une partie de la Campanie, le Latium et probablement l'Etrurie ont été les lieux de leur enracinement, de leur enrichissement et de leur ascension politique aux deux derniers siècles avant notre-ère.

  • 15 Dans l'ordre chronologique :
  • 16 Outre le cas de C. Aufidius Victorinus on retiendra le cas de P. Iuventius Celsus T. Aufidius Hoen (...)

18L'Ombrie, c'est-à-dire l'Italie septentrionale et adriatique, se substitue au versant tyrrhénien au cours du ier s. ap. J.-C. et, en devenant le foyer majeur des élites parmi les Aufidii, est le principal pôle de rayonnement du nom en Italie15. Y sont nouées de nombreuses relations de parenté qui renforcent les liens avec les dynasties impériales et les grandes gentes16.

* Processus et étapes de la dispersion et de la diffusion du nom

19Sous la République se constitue une tête de pont de la dispersion des Aufidii et de la diffusion du nom dans le bassin oriental de la Méditerranée, dans la Grèce et les îles proprement dites et en Asie Mineure.

20À l'initiative des sénateurs, par curiosité intellectuelle, intérêt économique ou exercice de magistrature et à l'initiative des chevaliers et des hommes d'affaires, cette dispersion fonde désormais deux modes parallèles de diffusion du nomen :

  • un mode autonome et autochtone d'une part, consécutif à la possession de biens fonciers et aux intérêts financiers que les aristocrates ont pu avoir dans les provinces ;
  • un mode exogène, d'autre part, résultat de la permanence, de l'universalité et de la mobilité des magistrats et des fonctionnaires équestres et sénatoriaux. Parmi eux, il est clair que les chefs militaires ont pu contribuer à l'extension de la diffusion du nom.
  • 17 Tite Live, XLIII, 8.

21La constitution d'une tête de pont en Africa à la fin de la République est possible, mais pas avérée. Outre qu'elle serait postérieure à ce qui se réalisa en Orient, elle ne semble pas avoir emprunté rigoureusement les mêmes canaux. Mis à part le plébiscite du tribun de la plèbe Cn. Aufidius vers 170 av. J.-C.17, aucun sénateur ne s'est, de près ou de loin, intéressé à cette rive du bassin méditerranéen contrairement à ce qui s'est passé pour l'Orient. C'est pourtant dans les provinces africaines et dans tout le bassin occidental de la Méditerranée que se trouve le centre de gravité des Aufidii durant l'Empire.

22Les raisons de la nombreuse et dense présence des Aufidii dans les provinces africaines sont multiples. Elles font appel à l'anthropologie, aux sciences sociales et économiques seules susceptibles d'éclairer des évolutions que l'onomastique et la prosopographie constatent et que les textes épigraphiques reflètent.

23Nul doute que dans un contexte géographique et agricole propice, parmi une population qui croît peut-être plus que celle des autres provinces, les exploitations céréalières et oléicoles ont fixé de très nombreux individus et que des affranchissements par un ou plusieurs patrons primitivement propriétaires au tout début de l'Empire ont jeté les bases d'un important foyer de dispersion. Il n'y a pas de doute non plus que l'acculturation n'a pas été la même en Afrique que dans les provinces hellénophones où existait une culture qui avait les moyens de concurrencer l'impérialisme romain ou d'y résister sans être marginalisée. Dans les provinces africaines, la fréquence des duo nomina et des surnoms latins théophores témoigne de cette acculturation. Encore faut-il éviter de prendre le résultat pour le moyen.

24Deux autres réalités ont joué en faveur du poids de l'Afrique dans la localisation des Aufidii : la proximité de Rome et de l'Italie d'une part et le rôle de l'armée d'autre part.

25Au iie s. ap. J.-C., à l'acmé de leur nombre, les Aufidii sont présents dans toute l'étendue de l'Empire sauf dans les territoires syro-palestiniens et en Egypte. Le monde des Aufidii prend en écharpe tout le limes rhéno-danubien et le nord de la Bretagne. Du mur d'Hadrien aux bouches du Danube, la circulation des hommes dans les pas des légions et les brassages de population ont été intenses. Or la comparaison entre la localisation des Aufidii issus des légions ou connus grâce à un document officiel en rapport avec les légions (cf. carte n° 6) et le recensement des occurrences du nomen à la fin du iie s. ap. J.-C. (cf. carte n° 20) met nettement en évidence la dispersion diffuse des Aufidii le long du limes, qui contraste avec quelques pôles de nombreux Aufidii sur les côtes ou à l'intérieur des provinces.

26Les légions ont accéléré ou développé la diffusion du nomen, mais selon des processus qui nous échappent. La trace de la présence d'Aufidii résulte souvent du passage ou du stationnement d'une légion : les surnoms latins que portent des soldats ne signifient pas partout ni toujours la même chose, à savoir une origine locale et pérégrine ou une autre origine géographique que le lieu où a été trouvée l'inscription. Liens de clientèle ou naturalisations restent indéterminés. Les légions ne sont qu'un des maillons de la chaîne de l'extension des Aufidii à travers le monde romain. Ce n'est qu'à partir du moment où ils sont devenus des vétérans et où ils s'enracinent au sol, qu'à partir du moment où les légions stationnent durablement dans un camp parfois à proximité d'un foyer urbain indigène, qu'à partir du moment où la densité rurale est forte et qu'existent des échanges entre populations civiles et légions que le nombre des Aufidii grossit dans un lieu donné.

27Le cas de Lambèse et des provinces africaines semble révélateur de ces effets cumulatifs. Il en va de même à une bien moindre échelle dans les provinces balkaniques et danubiennes. Les différences entre le Noricum et les Pannonies ou surtout les Mésies confirment à la fois le rôle des légions et l'importance de la terre. Le Noricum fut pratiquement démilitarisé jusqu'aux guerres contre les Marcomans, contrairement aux Pannonies dont les populations indigènes n'avaient pas eu que des contacts pacifiques avec les Romains, dès le règne de Tibère. Alors que tout au long du Danube, les légions avaient pour mission caractéristique d'être tournées vers l'ennemi extérieur, l'ancienneté variable selon les provinces de la présence et de la familiarité des légions avec le lieu de cantonnement, la fréquence des contacts avec les populations indigènes et l'apport massif ou faible de colons ont constitué des substrats inégalement propices à la diffusion, à la permanence et à l'extension du nomen Aufidius.

  • 18 C'est le cas du fundus Aufidianus, situé entre Biha Bilta et Thizica, connu par un texte du iiie s (...)

28La proximité de Rome a sans doute permis de maintenir plus longtemps et profondément les liens entre l'Italie et les provinces de l'Occident, notamment les provinces d'Afrique. L'existence de tels liens est avérée au iie s. ap. J.-C. Elle est primordiale dans le domaine économique durant l'Empire. La richesse foncière et les richesses produites par la terre ont assuré la pérennité de la puissance des Aufidii dans le bassin occidental de la Méditerranée. Le souvenir de leur nom survit aussi tardivement dans l'usage qu'il en est fait postérieurement à eux, soit par réappropriation du nomen, soit dans le nom d'un fundus18.

Notes

1 D'une manière générale sur cette question, cf. Parenté et stratégies, Rome, 1990 ainsi que Dixon (Susan), The Roman Family, Baltimore-Londres, 1992 et Rawson (Beryl), Marriage, Divorce and Chitdren in Ancient Rome, Camberra-Oxford, 1991, notamment les chapitres 5 (Susan Dixon, « The sentimental Ideal of the Roman Family », p. 99-115) et 6 (Emiel Eyben, « Fathers and Sons »).

2 « Le passage des citoyennetés locales à la citoyenneté romaine et la construction de clientèles », in Les « bourgeoisies municipales » italiennes aux iie et ier siècles av. J.-C., Paris-Naples, 1983, p. 267-277.

3 « Loc. cit. », p. 270.

4 Id., p. 277.

5 À cet égard, Mireille Corbier, « Les comportements familiaux de l'aristocratie romaine (iie s. av. J.-C. - iiie s. ap. J.-C.) », in Parenté et stratégie, Rome, 1990, p. 225-249 rappelle que « les carrières républicaines, avec leurs élections et la lutte permanente pour le pouvoir, impliquaient de véritables alliances politiques – susceptibles de se nouer ou de se dénouer – entre familles (ou individus) affronté(e)s ou pour un temps solidaires. La pratique impériale pousse à des comportements plus feutrés, à un réseau plus discret de patronage et d'amitiés permettant d'accéder à la faveur du prince, mais peut-être aussi à plus de stabilité de ce même réseau » (p. 238-239).

6 Cf. Rawson (Beryl), The Family in Ancient Rome, Londres-Sidney, 1986, notamment chapitre 1, « The Roman Family » (Beryl Rawson), p. 2-57.

7 Cf. Hinard (François), « Solidarités familiales et ruptures à l'époque des gueres civiles et de la proscription », in Parenté et stratégies, Rome, 1990 qui rappelle la difficulté d'analyser globalement l'évolution des familles, certaines ayant été frappées en totalité avec damnatio memoriae réduisant à néant jusqu'au souvenir du nom, alors que d'autres n'étaient que divisées. Cf. Bruhns (Hinnerk), « Parenté et alliance politique à la fin de la République romaine », op. cit. supra (p. 571-594) complémentairement à notre propos, insiste sur le fait que « la solidarité familiale pouvait jouer pleinement sans être dominante ou exclusive » (résumé de la communication) et qu'il faut éviter de poser comme principe l'existence de factions reposant sur des mariages entre familles et l'intangibilité des alliances politiques ou familiales (cf. p. 590-591).

8 Veyne (Paul), La société romaine, Paris, Le Seuil, 1991, p. 89.

9 Il n'y avait quasiment aucune interdiction institutionnelle ou biologique dans le monde romain. Le mariage était fondé sur le consentement mutuel et n'était pas indissoluble. Les liens de parentés sont donc quelquefois compliqués. Le Pro Cluentio de Cicéron nous donne (7, 21) un exemple d'union entre enfants nés de lits différents d'époux remariés. Cf. Moreau (Philippe), « De quelques termes de parenté chez Tacite », in Mélanges à la mémoire de Pierre Wuilleumier, Paris, Les Belles Lettres, 1980, p. 238-250 Quant au mariage pour transmettre un patrimoine – voire d'abord pour l'élargir avant de le transmettre –, nous en avons un exemple avec le couple constitué par Camelia Cratia, fille de M. Cornelius Fronto, et C. Aufidius Victorinus. Dans sa correspondance, Fronton écrit à son gendre qu'il fonde de grands espoirs dans une descendance : «... et mihifilium et tibi uxorem ut recteproveniat, favebunt et familiam nostram liberis ac nepotibus augebunt et eos, qui ex te geniti sunt eruntque, tui similes praestabunt » (Ad amicos, I, 12, éd. C. R. Haines, 1963, coll. Loeb). Cornelia Cratia était la fille unique de M. Cornelius Fronto. Au moment de ses fiançailles et de son mariage, dans les années 156-160, son père et son futur époux sont tous deux parvenus au sommet du cursus honorum sénatorial ou presque. L'alliance matrimoniale s'effectue donc entre familles de même rang mais d'origines géographiques différentes puisque l'une, la gens Cornelia, était provinciale, tandis que l'autre, celle des Aufidii était italienne, sa patria se trouvant en Ombrie, à Pisaurum (cf. C.I.L., XI, 6334, 6335 et peut-être 6360). Mais les deux hommes avaient en commun, outre leur rang sénatorial qui leur faisait obligation de se rendre ou de demeurer à Rome, des relations privilégiées avec l'empereur et la cour impériale, qui étaient aussi des relations d'amitié. M. Cornelius Fronto avait été le précepteur du jeune Marc Aurèle. C. Aufidius Victorinus avait suivi les cours de rhétorique de M. Cornelius Fronto à cette époque. Aussi peut-on considérer que le mariage entre Cornelia Cratia et M. Aufidius Fronto renoue sur un nouveau plan ces relations.

10 Le Roux (Patrick), « Eléments de réflexion », in Tituli, 5, Epigrafie e ordine senatorio, 1982, p. 787.

11 C.I.L., 111,399.

12 Cinq en tout seulement. Cf. note n° 24.

13 Demougin (Ségolène), L'ordre équestre sous les Julio-Claudiens, Rome, 1988, chapitre VIII.

14 Les deux inscriptions d'Auzia (C.I.L., VIII, 9085 et 9086) sont instructives. Aufidius Verna a un surnom latin, certes, qui rend d'ailleurs peut-être compte d'une ancienne condition. Mais son fils est surnommé Barigbal, ce qui confirme vraisemblablement les origines de la condition paternelle.

15 Dans l'ordre chronologique :

  • T. Visulanius Aufidius Trebius Clemens (C.I.L., XI, 709), Italie septentrionale ;
  • Q. Orfitasius Aufidius Umber (A.E., 1979, 620), d'origine ombrienne probable ;
  • L. Arrius Plarianus Aufidius Turbo (C.I.L., XI, 6332, Pisaurum), d'origine inconnue ;
  • C. Aufidius C.f. Cam(ilia tribu) Verus (C.I.L., XI, 6360, Pisaurum) ;
  • L. Aufidius Panthera (C.I.L., XVI, 76) est Sarsinate ;
  • C. Aufidius Victorinus (C.I.L., XI, 6334), Pisaurum.

16 Outre le cas de C. Aufidius Victorinus on retiendra le cas de P. Iuventius Celsus T. Aufidius Hoenius Severianus (A.E., 1978, 292, Sentinum).

17 Tite Live, XLIII, 8.

18 C'est le cas du fundus Aufidianus, situé entre Biha Bilta et Thizica, connu par un texte du iiie s. ap. J.-C. (cf. Peyras (J.), « Le fundus Aufidianus. Étude d'un grand domaine romain de la région de Mateur (Tunisie du Nord) », in Antiquités africaines, 9, 1975, p. 181-222).

© Presses universitaires de Rennes, 1999

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search