Version classiqueVersion mobile

Histoire d'un nom. Les Aufidii dans la vie politique, économique et sociale du monde romain

 | 
Nicolas Mathieu

Chapitre III. La fortune des Aufidii au iie s. ap. J.-C.

Texte intégral

1Chapitre III. La fortune des Aufidii au iie s. AP. J.-C.

2Le iie s. ap. J.-C. marque indiscutablement l’apogée onomastique des Aufidii tant du point de vue numérique des occurrences du nom que de la puissance et de la position qu’on leur connaît. Si l’on ne peut pas parler d’hiatus dans l’utilisation du nom entre le Principal et ce iie s., il y a en tout cas un affaiblissement réel dans la documentation pendant plus d’un demi siècle dans le courant du ier s. ap. J.-C. Moins d’une quinzaine d’inscriptions en effet sont datables de cette période. On ne rencontre le nom que très localement et pour quelques rares individus en Narbonnaise, en Afrique, en Achaïe et en Asie, en plus de l’Italie (cf. carte n° 19). Le contraste est frappant avec le iie s. (cf. carte n° 20).

3De la fin du ier s. ap. J.-C. – la décennie 80 pour être précis – jusqu’à la fin du iie s. ap. J.-C., on recense huit chevaliers ou sénateurs certains, auxquels peuvent être ajoutés deux autres individus de datation moins précise à la fin du iie ou au début du iiie s.

4Deux sénateurs sont connus dans la première moitié du iiie s.

  • 1 La seule occurrence postérieure du nomen Aufidius date du milieu du ve s. et ne peut pas être cons (...)

5Sur la longue durée, ce sont donc douze représentants des deux ordres qui sont recensés de la fin du ier s. au milieu du iiie s. Après 249, on ne connaît plus aucun sénateur ou chevalier porteur du nomen gentilicium Aufidius1.

6L’aristocratie municipale est quant à elle représentée par une quinzaine d’Aufidii de la fin du ier s. au milieu du iiie s., dont treize pour le seul iie s.

7A ces chiffres doivent être ajoutés les individus restants de la plèbe.

8Durant ce iie s., sénateurs, chevaliers et notables municipaux présentent quelques différences. La puissance des premiers, parmi lesquels se décèle une lignée, est inséparable de la dynastie antonine et survit jusqu’au début du règne des Sévères. Les Aufidii de l’ordre équestre ont été aussi bien des Italiens que des provinciaux. Certains furent aussi des notables municipaux. À la différence de ce que l’on sait pour les sénateurs, on n’a ici aucune lignée sûre. Quant aux notables municipaux, ils constituent à eux seuls un groupe aussi nombreux que celui des deux ordres supérieurs réunis mais plus hétérogène encore, plus dispersé et plus enraciné localement. Parmi eux figure l’un des plus puissants et influents Aufidii de son temps du point de vue économique : P. Aufidius P. f. Quirina tribu Fortis à Ostie (C.I.L., XIV, 303 = 4620-4621 ; cf. notice n° 59).

Sénateurs et chevaliers au iie s. ap. J.-C. ou l’apogée d’un nom

9Les sénateurs du iie s. recueillent les fruits d’un double héritage. D’une part, ils tirent avantage d’un enracinement local ancien savamment élargi à l’ensemble de l’Ombrie qui leur offre un vaste réseau de relations familiales parmi les grandes familles sénatoriales – dont certaines sont issues de la République – et, d’autre part, ils exploitent peut-être dans la mémoire collective le souvenir des Aufidii sénatoriaux républicains dans des conditions rendues favorables sous le règne des Antonins et au début du règne des Sévères, caractérisées après la mort de Domitien par une volonté affichée – mais pas toujours respectée – de laisser au Sénat ses prérogatives et son prestige.

Les mailles des relations familiales

10C’est en Ombrie que se trouvent les racines du groupe le plus important d’Aufidii des deux ordres et de l’aristocratie municipale au iie s.

  • 2 Cf. notice n° 42.

11Parmi les sénateurs, le premier à retenir pourrait être Q. Orfitasius Aufidius Umber/Umbrus (Numismatische Zeitschrifi, 1911, p. 128 et A.E., 1979, 620)2 avant tout connu comme un Aufidius. Quoique les sources ne nous renseignent que sur sa carrière en Orient, son surnom, le gouvernement de Galatie-Cappadoce, sa date et sa durée – de 100 à 102 – nous incitent à penser qu’il pourrait être un ascendant de la prestigieuse lignée des Aufidii Victorini de cœur du iie s., natifs de Pisaurum.

  • 3 Son étendue est la conséquence d’une réorganisation administrative récente.
  • 4 A.E., 1934, 155 = C.R.A.I., 1956, Pflaum (H.-G.), « la carrière de C. Aufidius Victorinus, condisc (...)
  • 5 Cf. Raepsaet-Charlier (Marie-Thérèse), Prosopographie des femmes de l’ordre sénatorial (ieriie (...)
  • 6 Gallus est probablement le surnom d’un sénateur c(larissimus) v(ir), leg(atus) de la province de D (...)
  • 7 On raisonne par analogie faute de renseignements sur les Aufidii et leur entourage. Le cas des gen (...)

12En effet, le vaste territoire sur lequel il exerça son autorité3 témoigne de la confiance que l’empereur Trajan, de son nom M. Ulpius Traianus, véritable vir militaris, adopté par Nerva, devait avoir. Or, C. Aufidius Victorinus, né en 122 et mort en 186, consul en 155, praefectus Urbis vers 179-182 avant d’être consul bis en 183, fit un abondant usage de noms de grandes gentes. Sa dénomination complète révèle en effet plus d’une dizaine de noms : C. Aufidius Victorinus Mul[vius ? (ou M. Ul[pius...) Marc]ellinus Rhesius Pel[... Nu] m[i] sius Rufus Arrius Paul[inus ?... Camil] lus ( ?) (ou... Procul] lus) Iust[us Co]cceius Gall[us]4. L’apparition du nomen Cocceius incite à faire un rapprochement avec la famille impériale, notamment Nerva qui, de son vivant, avait fait de Trajan son associé. Il est en outre possible que Cocceia Gallia, clarissima femina de la seconde moitié du iie s., ait été apparentée à C. Aufidius Victorinus5. On ne peut certes pas exclure que la polyonymie de C. Aufidius Victorinus soit artificielle6 et que les relations supposées établies avec de grandes familles soient fictives. Mais rien ne s’oppose non plus à ce qu’il ait rappelé le souvenir du gouverneur de Galatie-Cappadoce du début du siècle et de la dynastie antonine de la même façon qu’on peut penser que la reconnaissance par l’empereur des compétences de Q. Orfitasius Aufidius Umber a facilité l’entrée des Aufidii dans le cercle des grandes familles dirigeantes7.

13La dénomination complète de C. Aufidius Victorinus est l’illustration probable d’un aboutissement : celui de liens tissés depuis quelque temps déjà.

  • 8 Cf. carte n° 3, p. 761 de notre thèse.

14Outre Cocceius, et peut-être M. Ulpius, C. Aufidius Victorinus portait le nom Arrius, nomen qui apparaît à Pisaurum-même chez L. Arrius Plarianus Aufidius Turbo (C.I.L., XI, 6332,), préteur désigné et patron de la colonie. Il apparaît aussi parmi les noms de l’empereur Antonin, l’un des plus riches sénateurs du iie s. ap. J.-C., dont la famille avait d’importantes propriétés en Ombrie. Or la gens Arria est l’une de celles qui comptent au iie s. L’ascension et le rôle politique des Aufidii se déroulent dans des conditions proches de celles des Arrii : large éventail de relations familiales, protection ou soutien des empereurs, propriétés ou présence en Ombrie8. Arria Sabina (C.I.L., XI, 6203, P.I.R. (2), A, 1121), petitefille de L. Arrius Plarianus Aufidius Turbo (C.I.L., XI, 6332, Pisaurum), était originaire d’Aesis, localité ombrienne située au sud de Pisaurum.

  • 9 Parmi ce réseau de relations familiales, les Arrii sont les plus intéressants : Arria Sabina, la p (...)

15Les nombreuses ramifications dues aux mariages et adoptions et à la descendance propre à chaque famille leur permettent d’avoir simultanément ou presque plusieurs consulaires9 cependant que la carrière d’un autre membre est accélérée ou orientée par la faveur impériale. La relative stabilité politique, favorisée par l’attitude des empereurs qui se succédèrent de Nerva à Trajan – promesse de ne pas mettre à mort des sénateurs, assiduité aux séances de l’assemblée, ce qui témoignait de leur considération pour le Sénat – explique que les Aufidii aient pu conquérir en un siècle et demi les plus hautes positions.

Les Aufidii Victorini et le cercle des empereurs

16Au sommet de cette ascension figure C. Aufidius Victorinus, exemplaire, comme homme et par sa carrière, des liens qui pouvaient unir l’aristocratie sénatoriale à un empereur.

17C. Aufidius Victorinus avait suivi l’enseignement de M. Cornelius Fronto, le précepteur de Marc Aurèle et de Commode. Consul en 155, C. Aufidius Victorinus devint membre du conseil du prince auquel les réformes d’Hadrien avaient donné un rôle juridique bien affirmé par son successeur Antonin puis par Marc Aurèle. La liste des membres de ce consiliumprincipis telle qu’elle apparaît pour la séance du 6 juillet 177 dans la tabula banasitana mentionne quatre sénateurs qui avaient été consuls entre 150 et 160 et devinrent proconsuls d’Asie ou d’Afrique, c’est-à-dire des deux provinces de tout temps les plus prestigieuses.

18Un cinquième sénateur, consul dans la décennie 160, fut ensuite légat de Dalmatie. Deux autres sénateurs avaient été des chevaliers. Parmi les autres membres on trouvait deux préfets du prétoire et un futur préfet de l’annone.

19Les différentes fonctions exercées par C. Aufidius Victorinus montrent la confiance de l’empereur dans ses compétences. En deux occasions au moins, compétence et amitié marquèrent de leur empreinte sa carrière : lorsqu’il prit en 163-165 le gouvernement de Germanie Supérieure ; puis lorsqu’il fut gouverneur des provinces d’Espagne Citérieure et de Bétique réunies en 171-172. Être legatus Augustipropraetore Germaniae Superioris n’était pas en soi une grande récompense. Mais les circonstances et la durée de ce gouvernement le teintent d’un certain prestige, puisqu’il s’agissait de contenir les Chattes au-delà du Rhin au moment où Marc Aurèle était parti en Orient pour lutter contre les Parthes et au moment où les Germains et où tout le limes rhéno-danubien étaient menacés par d’autres Germains.

  • 10 Cf. notice n° 56.

20Le gouvernement de l’Espagne témoigne lui aussi de circonstances et de conditions remarquables bien plus exceptionnelles que dans le cas de la Germanie10. La réunion de deux provinces de la péninsule ibérique sous un commandement unique est la conséquence de la menace maure ; le choix impérial, la conséquence du rôle joué par C. Aufidius Victorinus en Germanie et pendant les deux années où il accompagna l’empereur le long du Danube comme cornes.

  • 11 C.I.L. XI, 6334, Pisaurum.
  • 12 Dans cette inscription, M. Aufidius C.f. Fronto, le dédicant, se dit consul. On peut donc dater l’ (...)

21Il arrive un moment où l’accumulation des expériences et des missions auprès de l’empereur facilite la propulsion, non seulement de l’individu lui-même vers les plus hautes charges, mais aussi de ses descendants. Ainsi, C. Aufidius Victorinus devint proconsul d’Afrique – l’un des deux plus prestigieux gouvernements sénatoriaux –, légat d’une autre province puis, finalement, praefectus Urbi avant le consulat ordinaire bis en 183. La mort de Marc Aurèle le 17 mars 180 n’a pas empêché sa carrière de parvenir à son sommet. Mais l’engagement aux côtés de la dynastie antonine explique sans doute la forme prise par l’inscription funéraire que son fils a fait graver sur le sarcophage de son propre fils – donc le petit-fils de C. Aufidius Victorinus11. M. Aufidius C. f. Fronto, consul en 199, n’honore pas seulement la mémoire de son fils M. Aufidius M. f. Fronto mort jeune au tout début du iiie s.12.

22Le consul de 199 honore son fils comme l’arrière petit-fils du rhéteur Fronto, consul, maître des empereurs Lucius Verus et Antonin – c’est-à-dire Marc Aurèle, imp(erator) Caes(ar) L(ucius) Aurel(ius) Verus Aug(ustus) et de son vrai nom M. Annius Verus, et son père adoptif Antonin. De même, il l’honore comme petit-fils d’Aufidius Victorinus préfet de la Ville et consul deux fois. Dans le cas de C. Aufidius Victorinus il n’était pas nécessaire de mentionner les deux empereurs. Les hommes se souvenaient et de Marc Aurèle et de Commode.

  • 13 Mennella (Giovanni), « Lo sfondo politico dell’epigrafe di M. Aufidius Frontone », in Civilta clas (...)

23Entreprise par Giovanni Mennella13, l’analyse du contexte historique de la dédicace de M. Aufidius Fronto montre comment, en rappelant le souvenir de la dynastie antonine, M. Aufidius Fronto exalte la dynastie sévérienne. Il faut en effet se souvenir que Septime.

24Sévère ne devint seul maître de l’Empire qu’à partir de 197, soit après cinq années de lutte contre plusieurs prétendants. Mais, dès 195, les inscriptions le nomment « fils de Marc Aurèle, frère de Commode, petit-fils d’Antonin, arrière petit-fils d’Hadrien, descendant de Trajan au quatrième degré, de Nerva au cinquième degré ». La volonté d’ancrer sa légitimité en se faisant l’héritier des Antonins et le continuateur de la dynastie se marque aussi dans le nom qu’il donne à son fils Septimius Bassianus en 196 : M. Aurelius Antoninus.

25Il y a autant de nécessité pour Septime Sévère d’asseoir une légitimité et un pouvoir fragiles dans une période de crise politique sur une dynastie stable que pour le descendant d’une gens étroitement associée aux Antonins de donner par opportunisme des gages au nouvel empereur. Pour que le rang de la lignée et du nom soit maintenu et que son prestige ne s’effrite pas, M. Aufidius Fronto saisit l’occasion de la mort de son fils au début du règne du nouvel empereur pour tirer avantage de la recherche de légitimité de ce dernier. Or on sait que Septime Sévère, dès la fin du iie s., en tout cas entre 197 et 204, n’a plus autant besoin de se référer aux Antonins pour légitimer son pouvoir. Dès 197 en effet il désigne officiellement Caracalla et Géta, ses deux fils, comme ses successeurs. La dynastie est fondée.

  • 14 l’intérêt matrimonial et patrimonial. Voir Mathieu (Nicolas), « Les Aufidii de Pisaurum et la mémo (...)

26Aussi l’allégeance de M. Aufidius Fronto après 199 – ou au mieux l’année même de son consulat – pourrait-elle paraître futile. Si son frère C. Aufidius C. f. Victorinus fut consul en 200, aucun autre des Aufidii de cette lignée ne fut plus consul au iiie s. Cette disparition des Aufidii de la scène politique peut être interprétée comme la conséquence de leur implication auprès des Antonins et comme un échec de l’exaltation indirecte des Sévères. Comme Giovanni Mennella nous pensons que les Aufidii ont en fait choisi un compromis qui leur permettait de préserver l’intérêt familial14 tout en manifestant publiquement par l’intermédiaire d’un témoignage privé le haut rang auquel était parvenu leur ancêtre.

27La fin politique des Aufidii de Pisaurum est consommée dans le premier tiers du iiie s. Proconsul d’Afrique par tirage au sort en 217, sous Macrin, M. Aufidius Fronto ne put prendre possession de son gouvernement pour une raison que nous ignorons. L’origine lepcitaine de Septime Sévère et la montée en puissance au début du iiie s. de sénateurs provinciaux – africains notamment – ont-elles pesé sur un membre de l’aristocratie sénatoriale italienne ? C’est possible. En remplacement, M. Aufidius Fronto eut la province d’Asie, tout aussi prestigieuse. Mais après lui, aucun Aufidius sénatorial italien n’ira aussi loin dans le cursus honorum. Les rares membres de l’ordre sénatorial ne sont connus que dans les provinces orientales.

28C’est donc en Ombrie que semblent se retirer les derniers membres de la lignée du iie s. Leur prestige reste acquis à Pisaurum jusqu’au milieu du iiie s. au moins, comme le montre le grand texte du collegium fabrum de la cité, daté de 256 et qui mentionne la présence de Petronius Aufidius Victorinus, de son épouse Iusta ainsi que de Petronius Aufidius Victorinus Iunior, leur fils, et de complures (C.I.L., XI, 6335). Ce grand texte illustre une ancienne et puissante famille.

Sénateurs et chevaliers dans les provinces

29Au cours de ce iie s. long, les provinces sont le centre de gravité de la puissance des chevaliers et des sénateurs. Ils y ont tous exercé des responsabilités parfois très importantes et plusieurs en sont originaires.

30Natifs de cités de la péninsule italienne, nous ne connaissons que le chevalier L. Aufidius Panthera (C.I.L., XVI, 76 ; VII, 18. Cf. notice n° 50) de Sarsina et la lignée des Aufidii de Pisaurum.

  • 15 Pour l’Afrique il faudrait ajouter le cas de M. Aufidius arn. Honoratus (C.I.L., VIII, 8937, Salda (...)
  • 16 Cf. Quass (Friedmann), « Zur politischer Tätigkeit der munizipalen Aristokratie des griechischen O (...)

31Provinciaux étaient assurément le chevalier C. Aufidius C. f. Maximus (C.I.L., VIII, 7079, Cirta. Voir notice n° 44) rangé dans la tribu Quirina qui était celle de Cirta dont il fut pontifex15 ; et probablement le sénateur Aufidius Coresnius Marcellus (I.G.R.R.P., III 367, Adadae et 357, Sagalassus : notice n° 69) que la cité de Sagalassus honore comme son bouleute et son bienfaiteur au milieu du iiie s. ap. J.-C., indiscutable témoignage de reconnaissance pour un engagement qui se comprend mieux s’il s’agit de la patria du sénateur. Or on sait l’importance que pouvait avoir, au moins dans l’esprit sous la forme du dévouement et de la générosité, la tradition de l’évergésie dans les provinces orientales16. Plaide en outre, à cette époque, en faveur d’une origine provinciale la carrière orientale du sénateur, légat du proconsul de Lycie-Pamphylie dans les années 220 (I.G.R.R.P., III, 357 et 367 ; C.I.G., 4379d) et gouverneur de Thrace en 246-247 (A.E., 1927, n° 75 = I.G. Bulg., II, 732 ; A.E., 1975, Discoduraterae). C’est très vraisemblablement un de ses parents, L. ou C. Aufidius Marcellus (C.I.L., III, 7195 = T.A.M., V, II, 871, Thyatira, notice n° 69), qui fut proconsul d’Asie en 220-221. En Orient est encore connu un autre Aufidius, le chevalier Aufidius Iulianus (C.I.G., 4037f = I.G.R.R.P., III, 168, Ancyra, notice n° 67), procurateur financier de la province de Galatie.

32Seules les origines du sénateur Auf(idius) Gall(us), légat en 179 d’une province qui pourrait être la Dalmatie (C.I.L., III, 8663, suppl. Salona, notice n° 64) sont inconnues et indéterminables.

33La particularité de ce iies. long, en ce qui concerne les Aufidii, réside dans l’épanouissement provincial, non seulement bien sûr pour les sénateurs et les chevaliers du fait de leurs carrières – puisqu’elles les conduisaient à circuler dans l’empire – mais parce qu’ils sont nés dans des provinces. En cela, ce siècle et les hommes doivent être distingués de ceux qui les précédèrent. Ce trait est davantage affirmé pour les élites municipales.

Les élites municipales et les hommes libres ou les bénéfices de la stabilité

  • 17 Dans l’ordre chronologique, il s’agit de :

34De l’extrême fin du ier s. au milieu du iiie s., les Aufidii ont un pays : l’Empire romain (voir cartes n° 19 à 21). La dispersion des hommes est alors considérable, la diffusion du nom la plus grande. Les trois premiers ensembles régionaux ou provinciaux pour les notables municipaux sont l’Orient méditerranéen hellénophone, l’Afrique et la péninsule Ibérique. Le premier ensemble nous a fourni cinq exemples de notables municipaux dont quatre pour la seule cité d’Ephèse – trois hommes certains17 et une femme – et un pour la province de Thrace, à Deultum (I.G.Bulg. (9), 2239) C. (ou Cl.) Au[f]idiu[s].

35Cinq notables sont connus en Afrique, trois dans la péninsule Ibérique. Les autres se répartissent, en Italie pour quatre d’entre eux, et en Dalmatie et en Mésie pour les deux restants du corpus. Il n’y a aucun lien de parenté entre ces différents notables, exception faite à Ostie pour P. Aufidius Fortis et son fils (C.I.L., XIV, 4620 et 4622) et à Burgillos pour C. Aufidius Vegetus et son fils (C.I.L., II, 5354), et l’on ne décèle aucune logique ni continuité chronologique ou géographique particulière d’autant que les différents notables ne sont pas tous précisément datés. Le seul point commun entre eux tous est ou bien un enracinement local dont témoigne la présence d’autres Aufidii dans les provinces ou les cités dont ils sont notables, ou bien une promotion consécutive à leur service dans la légion.

36Dans un contexte favorable de stabilité politique et de pax romana, certains hommes ont pu se construire une haute position dans leur cité.

De la puissance des notables municipaux

37Italie mise à part, ce sont peut-être, entre toutes les cités des provinces où nous en connaissons, les notables éphésiens qui ont été les plus considérables compte tenu des charges qu’ils avaient à supporter, obligatoires ou plus ou moins volontaires : liturgies, agônes, évergésie.

  • 18 I. von Ephesos, IV, 1171.

38Au sommet figuraient les asiarques. Ce fut le cas de T. Aufidius Mindius Polychronius (I. von Ephesos, I, 815) dans la première moitié du iie s. et d’Aufidius Euphemus (Id., IV, 1711) dont on sait qu’à l’occasion de son asiarchat il a dû organiser des jeux puisqu’une inscription émane de ses gladiateurs18. Aufidia Quintilla (JOe. A.I., II, 968-71, p. 3840) prêtresse et flaminique des temples à Ephèse était l’épouse d’un important notable éphésien dont elle partage la dignité : Tiberius Claudius Aelius Crispus, « asiarque des temples à Ephèse et agonothète de la Grande Ephèse, secrétaire du peuple et secrétaire de la boulé, qui [avait] exercé à ses frais toutes les autres liturgies avec empressement ».

  • 19 Debord (Pierre), Aspects sociaux et économiques de la vie religieuse dans lAnatolie gréco-romaine,(...)

39Qu’il s’agisse d’un sacerdoce du culte impérial, comme ici pour l’asiarchat, ou des magistratures civiles – que certains d’entre eux ont seulement (C. Aufidius Silvanus, I. von Ephesos, I, 27 (1. 104)) ou aussi (Aufidius Euphemus, Id., II, 435 ; III, 3001) exercées – on sait que ces charges exigeaient des fortunes considérables19 et qu’elles pesaient parfois plus lourd que le prestige que pouvaient en tirer les familles qui les exerçaient.

40Il y a eu à Ephèse un noyau d’Aufidii puissants et riches, membres à part entière de l’aristocratie de cette cité. Lorsqu’ils n’ont pas, à notre connaissance, exercé de magistrature ou revêtu de sacerdoce, les Aufidii témoignent des liens qui les unissaient à cette aristocratie. Aufidius Proclus (I. von Ephesos, I, 709) était le cousin germain de Cn. Pompeius Hermippus Aelianus, questeur et tribun de la plèbe (B.C.H., I, 1877, p. 293 n° 85 et Forschungen in Ephesos, III, n° 36) et peut être également épimélète (Id., IV, 1, n° 13). C. Aufidius, dont le nom apparaît sur une inscription fragmentaire de l’Artémision (I. von Ephesos, 1395), était peut-être un notable. Aufidia Truphosa et Aufidius Theo (dorus ?) dont les noms se lisent sur une tombe à environ deux kilomètres et demi au nord-est d’Ephèse (I. von Ephesos, 2216a, Ajasoluk-Selçuk) sont un père et une fille ou un couple qui travaillait sur un domaine appartenant à des Aufidii de l’aristocratie éphésienne. Le terme d’oïkos figure en effet sur l’inscription fragmentaire.

41Ce milieu municipal est très lié, dans ses éléments supérieurs, à l’ordre équestre.

42À Cirta, C. Aufidius C. f Quirina tribu Maximus (C.I.L., VIII, 7079), préfet de la IVe cohorte des Bracares en Judée avant 139, puis tribun militaire de la première légion Fulminata en Cappadoce a, sans doute au retour de son tribunat, revêtu le sacerdoce pontifical. À l’occasion de son pontificat, il a fait des dons. Moins que la construction d’un portique et de ses niches décoratives, c’est peut-être l’offre de 10000 sesterces qui importe ici car il a été le premier à le faire, primus dédit.

43À la fin du siècle, le 25 janvier 197, à Saldae, c’est M. Aufidius M. f. Arnensis tribu Honoratus (C.I.L., VIII, 8937), decurio coloniae, qui est dit eq(uo)pub(lico) ornatus sur une inscription dédiée par son oncle paternel et beau-père, C. Aufidius Honoratus, fils de Lucius, et sa mère Sellia Satura, et l’on peut penser que c’est à la suite de la disparition du père de Marcus alors mineur que son oncle Caius a épousé Sellia pour assurer au fils la transmission du cheval public.

  • 20 Etienne (Robert), Le culte impérial dans la péninsule ibérique, Paris, 1958, p. 157.

44C’est à ce milieu aisé que devait également appartenir L. Aufidius Q. f. Velina tribu Secundus (C.I.L., II, 4197 = R.I.T., 260), originaire de Palma, qui a revêtu tous les honneurs municipaux puis a été flamine provincial de l’Espagne Citérieure. Comme lui, plus de la moitié des flamines provinciaux connus ont été des magistrats municipaux20. Certains eurent une carrière équestre, ce qui, pour autant que nous le sachions, n’a pas été son cas.

45Les deux autres Aufidii magistrats municipaux que nous connaissons dans la péninsule Ibérique, en Bétique eux, G. Aufidius G. f. Galeria tribu Vegetus et son fils, G. Aufidius G.f. Galeria tribu Avitus (C.I.L., II, 5354, Conventus Hispalensis, Burgillos) au milieu du iie s. sont moins faciles à cerner. Leur origine nous est inconnue. La tribu Galeria est bien attestée en Bétique. Quant à la puissance et à l’aisance de ces deux citoyens, elle ne peut guère être supposée que par deux indices : le couple-même – simultané ou successif – du père et du fils, respectivement duumvir iterum et duumvir designatus, le père ayant été en outre curator-, et leur action pour le conventus. En effet, à l’occasion de ses responsabilités, le père a édifié un bain et à l’occasion de la dédicace, des jeux du cirque ont été organisés.

46Au-delà de cette puissance, parfois considérable, est remarquable l’enracinement local de ces élites dont on perçoit quelquefois aussi bien l’ascension et la promotion que leurs conséquences.

De l’enracinement des élites

  • 21 En marge de cette observation, comme illustration de la prudence nécessaire dans les conclusions à (...)

47Cet enracinement est indubitable à Ephèse comme le montrent le nombre important d’Aufidii connus, eux-mêmes membres de l’aristocratie municipale ou gravitant autour d’elle, et le tissu de relations familiales qu’on leur sait21. L’Afrique nous offre deux cas révélateurs d’une ascension ou d’une promotion sans doute étroitement liées à un enracinement dans un contexte favorable.

  • 22 Sutunurca est une cité pérégrine. Le père et le grand-père d’Aufidius Felix avaient un nom unique. (...)
  • 23 Cf. Jacques (François), Le privilège de liberté. Politique impériale et autonomie municipale dans (...)

48À Sutunurca, le citoyen nouveau Aufidius Felix, fils de Felicio, petit-fils de Pax (C.I.L, VIII, 24003), décurion, exerça une curatèle dans sa cité en 14622 et fut flamine. À la troisième génération donc, la plus haute position est acquise dans cette cité de la Proconsulaire sise dans la basse vallée de la Catada où le nom gentilice a été beaucoup diffusé. L’inscription, lacunaire, ne permet pas d’éclairer totalement l’originalité de ce notable. Ce n’était sans doute pas un curator rei publicae23 et il n’est pas certain qu’on puisse lui attribuer le don en sesterces qui est mentionné sur l’inscription. Mais le flaminat revêtu est un indice de sa notoriété et, s’il s’accompagnait d’obligations, le prestige qui rejaillissait sur le nom permet de comprendre quelle fierté il pouvait y avoir à indiquer une filiation de non-citoyens, désignés par des termes aussi courants en Afrique que Pax ou Felicio, dérivé de Felix.

  • 24 Cela ne signifie pas pour autant qu’il y eut une tradition punique pour les Aufidii. Si un certain (...)
  • 25 Cf. Pflaum (H.-G.), « Remarques sur l’onomastique du Castellum Tidditanorum », in Bulletin archéol (...)

49Semblable enracinement apparaît un siècle plus tard à Thibilis avec le cas du magistrat P. Aufidius Buturicus (I.L.Alg., II, 4521 = C.I.L., VIII, 18832) le 31 mars 235. Romanisé, son surnom n’en est pas moins d’origine punique24. On peut sans doute le rapprocher du surnom Butura relevé au Castellum Tidditanorum25. On peut en outre se demander si ce n’est pas son fils qui serait connu par une inscription de Thibilis consacrée aux dieux Mânes avec les indications suivantes : « C. Aufidius Buturicus, fils de Publius, de la tribu Quirina, vécut quatre ans, trois mois et dix jours » (I.L.Alg., II, 4889).

  • 26 Cf. Mrozek (Stanislas), « Les bénéficiaires des distributions privées d’argent et de nourriture da (...)
  • 27 Stemma n° 9. Cf. C.I.L., XI, 6335, Pisaurum.

50En Italie, C. Aufidius C.f. Camilia tribu Verus (C.I.L., XI, 6360), citoyen de Pisaurum, est le plus enraciné localement des quatre Aufidii notables du iie s. ap. J.-C. Pontife, questeur, duumvir quinquennal, il a ainsi parcouru la plupart des étapes possibles du cursus honorum civil et religieux d’une colonie. Le jour de l’inauguration du monument en son honneur, érigé grâce à une souscription de la plèbe urbaine, il a fait preuve de largesses un peu extraordinaires comparativement aux deux cents autres cas connus en Italie26 et au regard du développement des Aufidii en Italie au cours du siècle. Ce ne sont pas tant les distributions aux décurions (40 sesterces à chacun) ni aux augustales (20 sesterces à chacun) que celles qu’il a faites à la plèbe (12 sesterces) qui semblent supérieures à la moyenne. Ces dernières peuvent tout à la fois être le résultat de sa position de notable et l’indice d’un désir de reconnaissance marquée de la part du peuple de Pisaurum, au point qu’il faut se demander si C. Aufidius Verus ne serait pas l’ancêtre de la lignée des Aufidii sénatoriaux qui connaît son apogée dans la seconde moitié du iie s. et au début du iiie27 et sera toujours fidèle à sa cité d’origine.

51À l’inverse, T. Aufidius Thrasea, à Puteoli (C.I.L., X, 1782 et 1783), duumvir dans la cité soit à l’époque trajane soit à l’époque sévérienne, pourrait être l’ultime témoin d’une renaissance de notabilité. Plusieurs Aufidii sont en effet connus à Puteoli durant l’Empire, parmi lesquels un citoyen, T. Aufidius Templitanus, inscrit dans l’ancienne tribu d’époque républicaine de la cité, la tribu Falerna (C.I.L., X, 2130). Sans doute a-t-il fallu une relative prospérité économique générale pour qu’à travers la succession des générations se reconstituent humainement et matériellement les fondements d’une certaine puissance.

52Des conditions analogues doivent être envisagées pour la Dalmatie. Le seul Aufidius décurion qu’on y ait recensé est L. Aufidius Epictetus à Salona (C.I.L., III, 2076). Il n’est pas certain qu’il ait vécu au cours du iie s. ou au début du iiie s. On le suppose cependant compte tenu du contexte de la cité. Aux ier-iie s. vécurent en effet à Salona Aufidia [Rus] tica (C.I.L., III, 2078,) et Aufidia Soteris (ou Soteridis) (Id.), respectivement fille et épouse d’un décurion du nom d’Aurelius Severianus.

53Le bouleute de la colonie de Deultum, en Thrace, K. Aufidius (I.G. Bulg. (9), 2239, Gjuesovo,) au iie s. ap. J.-C. est certes le seul dans cette localité. Mais les Aufidii étaient présents plus au nord, dans la province, et y avaient des intérêts ou possédaient des biens fonciers comme l’indiquent plusieurs textes.

  • 28 C’est le cas des mines de plomb argentifères de l’Osogovska Planina – massif montagneux situé sur (...)

54Une inscription de Zeleningrad (I.G. Bulg. (9), 2111), datable du iie s. ap. J.-C., mentionne l’oïkos des Aufidii. Une belle stèle à fronton triangulaire et demi palmettes avec un buste de profil mentionne un L. Aufidius à Butroinci (I.G. Bulg. (9), 2109). À Bessap ara près de Philippopolis, il est question de jeux équestres et de danses sur l’inscription de L. Aufidius Heraclianus (I.G. Bulg. (6), 1329 = S.E.G., III, 564 = S.E.G., I, 318). Or, les Aufidii signalés ici sont tous localisés dans cette partie occidentale de la province connue pour ses mines de plomb argentifère28. Il est possible qu’ils aient eu des intérêts financiers ou économiques liés soit à l’exploitation du minerai soit à son transport. Les surnoms, la langue grecque et les dédicaces témoignent dans la plupart des cas d’une origine et d’un enracinement orientaux.

  • 29 Cf. Mocsy (Andras), « Untersuchung zur Geschichte der römischen Provinz Moesia Superior », in Acta (...)

55Il en va différemment pour la Mésie Supérieure limitrophe où les Aufidii qui ont appartenu aux élites municipales sont issus des légions. C’est ainsi le cas à Scupi où, parmi les décurions de la fin du ier ou du début du iie s. recrutés parmi les vétérans29, on trouve L. Aufidius L.f. Celer (L.M.S., VI, 49 = C.I.L., III, 8194).

Des negotia aux praedia, ou l’ubiquité de la présence des Aufidii

56Le rôle des Aufidii dans la vie économique n’a pas été négligeable, car ils se sont intéressés, inégalement et différemment selon les époques et les lieux, à toutes les formes d’activités. Mais c’est de toute évidence la terre qui a constitué l’origine de la production et de l’accumulation de richesse. Elle a été l’outil de leur participation active à l’essor économique du monde romain, qu’ils ont accompagné et dont ils ont tiré les profits. Sans doute est-ce sur la terre qu’est fondée la richesse des puissants notables que nous connaissons dans l’Orient hellénique. Mais c’est l’Occident méditerranéen qui a fourni le plus de témoignages économiques directs.

57La proximité géographique par rapport à l’Italie ainsi que la facilité de la colonisation de territoires, moins urbanisés au départ que l’Asie mais au relief et aux conditions climatiques plus propices, expliquent sans doute l’essor de la diffusion du nomen gentilicium en Afrique et la fréquence des cas de propriétés, de propriétaires ou de simples agriculteurs sur de grandes propriétés. Des Aufidii ont été parmi les familles puissantes d’origine italienne qui ont mis en valeur l’Afrique et l’on exploitée pour le compte de Rome. Au iie s., cette puissance arrive à maturité comme en témoignent les cas de P. Aufidius P. f Quirina tribu Fortis à Ostie et en Afrique, ou celui de Sex. Aufidius en Bétique. La permanence du nom à cette époque et jusqu’au milieu du iiie s. aussi bien dans les régions de romanisation ancienne densément peuplées – vallée du Bagradas, région de Mateur (A.E., 1975, 883, Bou Assid) – que dans des communautés rurales plus isolées – sud de la Numidie, à Lamasba, en lisière sahélienne – montre la vigueur de l’enracinement africain.

Propriété foncière et exploitation agricole en Afrique : ubique Aufidii

58Les témoignages archéologiques et épigraphiques directs sont géographiquement et chronologiquement dispersés. Il est impossible de faire le lien entre eux et sans doute n’y en avait-il pas vraiment au sens où ce n’est probablement pas une même lignée qui aurait tout possédé ou été à l’origine de tout : propriétés, esclaves, affranchis.

59Quatre témoignages ou groupes de témoignages nous indiquent que des Aufidii ont dû être propriétaires ou ont exploité des terres en Maurétanie aux environs de Caesarea-, en Proconsulaire entre Catada et affluent du Bagradas à Zenan-ez-Zaytouna (Fundus Tapp...) au début du iiie s. ap. J.-C. ; en Numidie à Lamasba-, dans les grandes plaines et les vallées de la Seybouse.

* À Césarée de Maurétanie

  • 30 Cf. Leveau (Philippe), Caesarea de Maurétanie. Une ville romaine et ses campagnes, Rome, E.F.R., 1 (...)
  • 31 Op. cit., supra, p. 113. Cependant, des deux autres documents qui attestent la présence des Aufidi (...)
  • 32 Cf. Leveau (Philippe), « Paysanneries antiques du pays Béni-Ménager », in B.C.T.H., 1978, 8, p. 3- (...)
  • 33 Leveau (Philippe), Caesarea de Maurétanie, p. 23. Contra, Lassere (Jean-Marie), Ubique populus, qu (...)
  • 34 L’épigraphie relative aux Aufidii, pauvre on l’a vu, n’apporte malheureusement pas d’indications s (...)

60Le nom n’y apparaît qu’une fois parmi les inscriptions de la ville (C.I.L., VIII, 21422). Mais il figure aussi sur un fragment d’inscription découvert dans les ruines d’une villa de l’arrière-pays qui devait leur appartenir30. Le site de propriété – sur un replat orienté au nord, à 300-320 mètres d’altitude – se trouve au sud-ouest de Césarée, à la tête du bassin de l’oued el-Hammam dans l’Atlas de Cherchel, et occupe un vallon d’une superficie de 100 à 150 hectares. Il est possible que ce site n’ait correspondu qu’à une partie d’un domaine qui pouvait s’étendre à l’est, au-delà d’une croupe, ou à l’ouest où l’on a découver les vestiges d’une huilerie. L’inscription est indatable31. Il ne reste donc que des hypothèses fondées sur le contexte. Sur le site, qui comportait un terroir en pente, on cultivait le blé et peut-être l’olivier dès le ier s. ap. J.-C. On sait en outre qu’il a dû être abandonné au ive s. Plus généralement, on sait qu’autour de Césarée l’apogée de l’activité agricole – notamment les huileries – eut lieu aux iie et iiie s. et que le déclin commença au ive s.32, mais surtout que la présence romaine et la romanisation de cette région seraient contemporaines des tout débuts de l’Empire33, à partir d’une émigration d’époque augustéenne. Des liens se seraient ainsi tissés entre des Romains et des Caesarienses34.

* À Lamasba

  • 35 Pavis d’Escurac (Henriette), « Irrigation et vie paysanne dans l’Afrique du nord antique », in Kté (...)
  • 36 Lamasba était à l’écart des grands foyers de peuplement du début de l’Empire. C’était un petit cen (...)
  • 37 Au sujet de ce règlement, cf. F.-G. de Pachtère, « Le règlement d’irrigation de Lamasba », in Méla (...)

61Si l’existence d’une propriété foncière ayant appartenu à un Aufidius est possible, il s’agirait non pas d’un fundus35 mais d’une petite propriété libre directement mise en valeur par son propriétaire, paysan indigène ou vétéran36. Le centre rural qu’était Lamasba devait être composé de coloni, comme le laisse entrevoir le règlement de la circulation des eaux entre propriétaires ou exploitants agricoles, daté de début du iiie s. entre 218 et 222, où apparaît le nom de Manilius Aufidianus (C.I.L, VIII, 4440 et 18587)37. Dans le contexte, le surnom Aufidianus et la proximité des trois parcelles d’un propriétaire nommé Manilius laissent supposer qu’un Aufidius fut un petit ou un moyen exploitant à Lamasba avant que, pour une raison inconnue, sa terre ne passe entre les mains de ce Manilius Aufidianus. Ce surnom peut en effet correspondre à une parenté quelconque, peut-être par la mère, à une adoption ou bien à un achat ou à un héritage d’une terre qui a appartenu à un Aufidius.

* En Proconsulaire, à Zenan-ez-Zaytouna

  • 38 I.L. T., 629, province Proconsulaire (Zenan-ez-Zaytouna).
  • 39 L’expression manciane cultor a été discutée. Cf. Saumagne (Charles), « Inscriptions de Zenan-ez-Za (...)

62C. Aufidius Utilis38 était un cultivateur mancien (manciane cultor) au début du iiie s.39. Il cultivait soit des terres soumises en totalité aux clauses de la lex Manciana (cultor (legs) Mancian(a)e), soit seulement une parcelle soumise à cette loi (cultor (partis) Mancian(a)e).

  • 40 I.L. T., 628 = Zemeb Benzina ben Abdallah, Catalogue des inscriptions latines païennes du Musée du (...)

63Mais c’était en tout cas un cultivateur dans une région agricole assez riche où de nombreux Aufidii ont dû résider ou travailler si l’on en juge par la documentation recueillie en Proconsulaire. L’inscription ne nous indique pas le lieu exact de l’exploitation. Il n’est pas impossible que C. Aufidius Utilis ait été un des possessores du fundus Tapp [...] connu par un autre texte40

* Un semis d’Aufidii en relation avec l’exploitation de la terre

64Nombre d’indices laissent penser que la présence des Aufidii et la diffusion du nom en Afrique sont inséparables de la terre.

  • 41 Dans tout ce nord-est de l’Afrique, céréaliculture et oliveraies étaient abondamment développées : (...)

65Ainsi, la quasi totalité des inscriptions où l’on relève les noms d’ Aufidia Colonica (C.I.L., VIII, 5237 = I.L.Alg., I, 41, Hippo Regius), Aufidia Fundana (C.I.L., VIII, 5308 = I.L.Alg, I, 201, Calama), Aufidius Arator (I.L.Alg., II, 4390-4391, el Haffaf, entre Cirta et Thibilis), Aufidius Messor père et fils (I.L.Alg., I, 3564, Tebessa, à l’ouest de Theveste), Aufidius Rusticus (C.I.L., VIII, 12688) a été trouvée dans un espace délimité par les vallées agricoles riches et densément peuplées de l’oued Siliane et de l’oued Medjerda, d’une part, et par la côte septentrionale et orientale de l’Afrique, d’autre part, aisément accessible à la commercialisation et aux échanges de produits de l’agriculture ou de l’artisanat et favorables aux déplacements des hommes (cf. cartes n° 21 et 26)41. À l’inverse d’ailleurs, la présence des Aufidii se fait beaucoup moins nombreuse dans le sud des provinces africaines que dans le nord. Au-delà donc, il faut s’interroger sur les pratiques commerciales, car les Aufidii ne sont pas seulement intéressants par les spécificités de leur existence au iie s. dans trois zones de prédilection : Rome et Ostie ; le nord et l’est de l’Afrique (c’est-à-dire essentiellement la province de Proconsulaire) ; sans doute la vallée du Baetis en Bétique. Ils le sont aussi parce que leur puissance a dû se jouer sur le terrain des échanges et de l’approvisionnement de Rome.

La primauté de la commercialisation des produits

66Il en est ainsi de P Aufidius Fortis dans la seconde moitié du iie s. (C.I.L., XIV, 4620, Ostie), important notable d’Ostie connu pour avoir de nombreux affranchis (C.I.L., XIV, 161, Ostie), magistrat municipal, patron de plusieurs corporations et decurio adlectus Afiricae Hipponis Regii.

67Au milieu du iie s., P. Aufidius Fortis fut l’un des hommes les plus puissants d’Ostie moins par sa carrière politique locale, quoiqu’elle fût brillante, que par son rôle économique. Il fut en effet président honoraire des marchands de blé (quinquennalis perpetuus corporis mercatorum frumentariorum). Deux de ses affranchis en furent respectivement, l’un quaestor : P. Aufidius Epictetus (C.I.L., XIV, 161,) ; l’autre, quinquennalis : P. Aufidius Faustianus (Id.). Il fut aussi patron de la corporation des mesureurs de grains (les mensores) et des plongeurs chargés de repêcher les marchandises coulées (les urinatores). Ces deux métiers étaient d’une importance essentielle. Le grain était en effet la denrée vitale de la foule urbaine de Rome et les marchandises, la richesse des negotiatores. Or le patronat n’était pas seulement une charge honorifique. Il comportait des obligations et les associations professionnelles veillaient à ce que les patrons choisis eussent assez d’influence et de puissance auprès des autorités municipales et politiques romaines pour qu’ils les en protègent ou qu’ils facilitent le règlement de différends ou d’affaires. Par ces deux charges économiques, P. Aufidius Fortis dominait donc le commerce et la manutention du blé à l’arrivée au port.

  • 42 Cf. Villedieu (Françoise), « Relations commerciales établies entre l’Afrique et la Sardaigne du ii(...)
  • 43 Cf. Villedieu (Françoise), « Relations commerciales établies entre l’Afrique et la Sardaigne du ii(...)

68La présence quasi certaine d’un affranchi de P. Aufidius Fortis : P. Aufidius [ ?] parmi les hommes qui élèvent en 173 une dédicace au nom des domini navium Afrarum universarum [item] Sardorum au patron du corpus curatorum navium marinarum (C.I.L., XIV, 459) laisse supposer que P. Aufidius Fortis a pu être propriétaire d’une flotte42. Au rôle qu’il jouait à Ostie à l’arrivée des marchandises s’ajouterait alors un rôle dans le transport. Les navicularii étaient souvent des propriétaires fonciers que l’administration impériale avait encouragés à acheter des navires pour exporter le produit de leurs terres. Or si aucune inscription ne nous apprend que P. Aufidius Fortis aurait été un naviculaire ou un propriétaire foncier, tous les témoignages épigraphiques qui le concernent directement ou indirectement sont des indices concordants très favorables. Ne fut-il pas decurio adlectus d’Hippo Regius, importante cité portuaire pour l’exportation des blés, au débouché de la Seybouse, en bordure de riches plaines côtières et commandant un arrière-pays où le nomen Aufidius est attesté ? Le blé contrôlé à Ostie par P. Aufidius Fortis venait d’Afrique, peut-être aussi de Sardaigne, mais sans la moindre certitude, dans ce dernier cas, d’un quelconque intérêt de P. Aufidius Fortis43.

  • 44 L’appellation officielle sur les inscriptions est oleum exprovincia Baetica.
  • 45 Cf. Ponsich (M.), « Nouvelles perspectives sur l’olivier du bas Guadalquivir dans l’antiquité », i (...)
  • 46 SEX. AUFIDIF ? sont les caractères fins, presque filiformes, de type β qui apparaissent sur la par (...)
  • 47 Ce terme de negotiator semble préférable à celui de mercator selon Patrick Le Roux, « L’huile de B (...)

69C’est sans doute vers la même époque que celle où P. Aufidius Fortis dominait les relations commerciales entre Ostie et l’Afrique qu’un Sex. Aufidius fit de l’exportation d’huile de la Bétique44. L’huile en provenance de cette province était principalement récoltée dans les oliveraies de la rive gauche du Baetis et dans la vallée du Singilis, entre trois colonies romaines qui devinrent les capitales de conventi : Hispalis, Corduba et Astigi45. L’huile était transportée dans des amphores caractéristiques – les Dr 20 – de la Bétique à Ostie et à Rome. Sex. Aufidius46, que nous connaissons grâce à une inscription en position β sur une amphore de ce type était vraisemblablement un negotiato47, c’est-à-dire un marchand en gros, un intermédiaire qui avait la propriété du produit contenu dans l’amphore pour en assurer la commercialisation. C’était en Bétique que Sex. Aufidius devait négocier les contrats avec les gros propriétaires terriens.

  • 48 La lecture de la fin de l’inscription peinte sur l’amphore est trop incertaine pour qu’on puisse s (...)

70En dehors de l’homonymie, l’existence de liens entre Sex. Aufidius et P. Aufidius Fortis n’est pas avérée48 même si l’on sait qu’entre la Bétique ou l’Afrique et Ostie, via la Sardaigne parfois, existaient d’étroites relations.

Patronat et autres honneurs : consécration de la puissance et illustration du prestige

71Il est plusieurs signes indubitables du prestige social et de la force politique. Le patronat sur les collectivités publiques – ou l’adlectio – en est un. Au iie s. ap. J.-C., les Aufidii ont de ce point de vue récolté les fruits de leur puissance dans deux cas : celui de la lignée sénatoriale de Pisaurum et celui de P. Aufidius Fortis.

72M. Aufidius Fronto, consul en 199, proconsul d’Asie en 218 fut patron de la colonie de Formiae (A.E., 1971, 79), cité dont sa femme, Cassia Cornelia Prisca – honorée par les habitants de Formiae comme prêtresse d’Augusta –, devait être native. Nul doute qu’ici le choix fait par la cité de Formiae révèle la haute position des Aufidii et l’influence que M. Aufidius Fronto pouvait avoir. Avant lui, mais pour une autre cité, son père avait été proposé par M. Cornélius Fronto. Dans les années 150 ou 160 en effet, le célèbre rhéteur cirtéen, déclinant une offre de ses concitoyens – parce qu’il la jugeait un peu tardive ? – leur recommanda très chaleureusement trois sénateurs parmi lesquels son gendre, C. Aufidius Victorinus dont il connaissait les compétences et la carrière bien avancée et encore prometteuse. Après lui, récoltera les fruits de ce prestige à Pisaurum, Petronius Aufidius Victorinus iunior (C.I.L., XI, 6335), clarissimus iuvenis, devenu patronus du collegium fabrum de la cité. Les membres de la cité le décrivent comme gloriosus.

  • 49 C’est en effet en ces termes que Faustianus, Epictetus, Euphrosynus et Januarius, les affranchis d (...)

73Un type semblable de relations apparaît dans le cas de P. Aufidius Fortis où se mêlent tout à la fois en s’accumulant charges municipales, responsabilités économiques et honneurs. Il fut en effet (C.I.L., XIV, 4620) admis comme décurion par décret des décurions d’Ostie, duumvir, questeur du trésor d’Ostie quatre fois, mais aussi patron de la corporation des préposés à la mesure du blé et des plongeurs, et admis au rang des décurions d’Hippone. Comme dans le cas des Aufidii de Pisaurum, l’exemple d’Ostie est révélateur de l’étroitesse des liens qui pouvaient unir une cité, une corporation à un homme puissant, et en même temps de la brièveté de ces liens. Ainsi, le fils de P. Aufidius Fortis n’a pas, à notre connaissance, repris les activités de son père. Mais la richesse et la puissance que celui-ci avait accumulées lui ont sans doute permis d’être le notable municipal que nous connaissons (C.I.L., XIV, 4622). Ne reste vivace du prestige du père que le souvenir qu’en gardent ses affranchis, dédicants d’une inscription à « P. Aufidius Fortis, fils de Publius, de la tribu Quirina, fils du patron des corporations Aufidius Fortis »49.

74Le patronat est un honneur qui oblige. Signe de prestige, il est aussi devoir d’action, à quelque type de patronat qu’on ait à faire.

75Dès le milieu du iiies. le nombre des Aufidii – qui ont connu leur plus grand développement au cours du iie s. – se réduit et les lieux où se rencontre le nomen se raréfient (cf. carte n° 21). De même, politiquement et socialement il y a un net repli.

  • 50 Outre l’ancien légat du proconsul, Aufidius Coresnius Marcellus (I.G.R.RP., III, 357), il n’y a gu (...)
  • 51 A.E., 1981, 483, Turris Libisonis, inscription provenant d’un important hypogée funéraire datable (...)
  • 52 A Interamna Nahars. C.I.L., XI, 4331 : Aufidius.
    À Lorium, C.I.L., XI, 3740, sur un tuyau de plomb (...)

76Dans les provinces orientales, selon nos sources, deux ou trois individus durent peut-être vivre après le milieu du iiie s50. Dans les provinces africaines, ils furent peut-être le double. On n’en a pas de trace dans les provinces de la péninsule ibérique. En Sardaigne, le nom est connu au iiie ou au ives.51. Dans la péninsule italienne enfin, il n’y a guère que cinq inscriptions qui puissent être assignées au iiie s. ou au-delà52

77Un faisceau de raisons probables explique cette disparition assez rapide, au nombre desquelles on doit pouvoir retenir l’extinction naturelle par absence de descendance, des modifications politiques entraînant moins une déchéance immédiate et brutale analogue à celle de la fin de la République qu’un repli dans la cité d’origine sans l’éventail des relations familiales antérieures, et enfin des difficultés économiques.

78C’est en pensant à cette dernière raison comme vecteur possible des autres qu’on peut analyser la localisation des Aufidii les plus tardifs et les formes de la survivance du nom, par exemple en Afrique dans les régions de romanisation ancienne densément peuplées – vallée du Bagradas, région de Mateur – ou dans des communautés rurales plus isolées – en lisière sahélienne.

79À Calama en Afrique Proconsulaire, le fils d’un curateur de la cité mentionné sur un document daté de 364 ap. J.-C. porte un surnom qui témoigne d’un souvenir d’une époque plus faste pour les Aufidii : Basilus Maximus Aufidianus (I.L.Alg., I, 256,). À Sufetula, un flamen perpetuus du iiie s. s’appelle Caecilius Donatus Aufidianus (C.I.L., VIII, 11340).

  • 53 C.I.L., VIII, 21634 pour la première inscription. Pour les autres, voir Mandouze (André), Prosopog (...)

80Après, le nomen, plus probablement repris que continué sans qu’on en ait conservé la trace, apparaît aux ive et ve s. quatre fois53 :

  • Aufidius Pe[q]uarius, [Aufidius] Secundus et Aufidius Bassurius en 372-373, à Arbal, en Maurétanie Césarienne. C’est l’inscription « païenne » datée la plus tardive.
  • Victor Aufidi [us ?], mentionné sur le procès-verbal du 19 mai 303 comme faisant partie du personnel qui a assisté Munatius Felix, flamen perpetuus, curator coloniae Cirtensium, chargé d’exécuter l’ordre de saisie des livres saints et des biens d’église lors de la persécution de Dioclétien ;
  • Aufidius, episcopusplebis Tignicensis, évêque catholique, 152e signataire du mandatum de son parti, présent à la conférence de Carthage en 411 et rival de l’évêque donatiste Iulianus ;
  • Aufidius, episcopus Suristensis, évêque catholique qui figure sur les états de l’église d’Afrique en 484 et occupe le 38e rang sur la liste de la province de Maurétanie sitifienne.

81En ce qui concerne plus spécifiquement les notables, les chevaliers et les sénateurs, l’abondance reconnue pour le iie s. est inséparable de la prospérité et de la paix. Seuls les sénateurs ont été assez nombreux pour nous permettre de déceler sur une longue durée un comportement politique et social et, partant, de comprendre certaines racines d’une extinction.

82Il y a eu chez les Aufidii de l’ordre sénatorial coïncidence au iie s. entre une stratégie familiale repérable dans l’onomastique et une dynastie impériale qui n’a pas bouleversé les fondements économiques et sociaux de la puissance de cet ordre. Or la stabilité qui en est résulté est modifiée à la charnière des iie et iiie s. avec la dynastie sévérienne. Septime Sévère est à l’origine de la multiplication des bureaux impériaux et de la naissance de la prépondérance équestre. Dans cette période où se dessinent les traits d’une société dans laquelle les relations avec l’empereur et les rapports de force politique ne sont plus les mêmes, le souci des Aufidii a été de durer. Pendant quelques années, au début du iiie s., la gloire sénatoriale des Aufidii fait encore illusion. Mais la réduction des pouvoirs du Sénat et la provincialisation des élites finissent par en avoir raison. Avec les Petronii Aufidii Victorini s’éteignent pour l’Italie les derniers feux de la lignée.

  • 54 Cf notice n°56.

83Le nom lui-même, illustre, ne réapparaît à Rome qu’au ve s., en pleine époque de domination ostrogothique, avec le préfet de l’annone Flavius Splendidonius Aufidius à Portus Romae (A.E., 1975, 138,). On n’est pas en mesure de dire pourquoi ou comment. Faut-il y voir un emprunt – qui n’aurait d’autre raison d’être qu’en souvenir, soit du notable d’Ostie, P. Aufidius Fortis, soit du sénateur C. Aufidius Victorinus qui avait été praefectus Urbi et dont une statue se trouvait sur le forum54 ? Ou signifie-t-il réellement un lien avec des Aufidii par adoption ou par mariage et donc intégration dans la parenté sans qu’on puisse déterminer les étapes ?

Notes

1 La seule occurrence postérieure du nomen Aufidius date du milieu du ve s. et ne peut pas être considérée autrement que dans un rapport d’homonymie. C’est l’inscription de Portus Romae (A.E., 1975, 138) qui mentionne un prae- fectus annonae, v(ir) c(larissimus) et spect [abilis], com(es) primi ord(inis), du nom de Flavius Splendidonius Aufidius.

2 Cf. notice n° 42.

3 Son étendue est la conséquence d’une réorganisation administrative récente.

4 A.E., 1934, 155 = C.R.A.I., 1956, Pflaum (H.-G.), « la carrière de C. Aufidius Victorinus, condisciple de Marc Aurèle », p. 189-200.

5 Cf. Raepsaet-Charlier (Marie-Thérèse), Prosopographie des femmes de l’ordre sénatorial (ieriie s.), Louvains, Aedibus Peters, 1987, Académie royale de Belgique, n° 262 = P.I.R. (2), C, 1233.

6 Gallus est probablement le surnom d’un sénateur c(larissimus) v(ir), leg(atus) de la province de Dalmatie après 179 (C.I.L., III, 8663, suppl., Salona). Cf. notice n° 64.
Quant à la restitution de [Marc]ellinus, elle procède plutôt, nous semble-t-il, d’un rapprochement avec Marcellus, surnom porté par deux Aufidii de l’ordre sénatorial au IIIe s. probablement d’origine orientale : L. ou C. ?.Aufidius Marcellus (TA.M., V, II, 871 = C.I.L., III, 7195, Thyatira peut-être. Cf. notice n° 68), proconsul d’Asie vers 220-221 et consul bis ordinaire vers 226.
À moins qu’il ne s’agisse d’un rapprochement avec Aufidius Coresnius Marcellus (I.G.R.R.P., III, 367, 357 ; C.I.G., 4379d ;A.E, 1927, 75 et 1975, 765 ; C.I.L., XIII, 8035. Cf. notice n° 69), légat de la legio 1 Minervia en 222 après avoir été légat du proconsul de Lycie-Pamphylie à une date inconnue Sur les aspects onomastiques cf. Dondin-Payre (Monique), « La stratégie symbolique de la parenté sous la république et l’Empire romain », in Parenté et stratégies, 1990, ainsi que Corbier (Mireille) « Les comportements familiaux de l’aristocratie romaine (iie s. av. J.-C. – iiie s. ap. J.-C.) », id., p. 225-249.
Sous le même titre, cet article était précédemment paru dans les Annales, E.S.C., 1987, p. 1282 et suivantes.

7 On raisonne par analogie faute de renseignements sur les Aufidii et leur entourage. Le cas des gendres de Marc Aurèle, Cn. Claudius Severus, Ti. Claudius Pompeianus, M. Peducaeus Plautius Quintillus, M. Petronius Sura Mamertinus et L. Antistius Burrus, étudié par H.-G. Pflaum, « Les gendres de Marc-Aurèle », in Journal des savants, 1964, p. 28-41, peut servir de repère et comparaison. À propos de Ti. Claudius Pompeianus, H.-G. Pflaum écrit : « Si l’Empereur tenait tant à nouer des liens de parenté avec son meilleur général, c’était pour pouvoir le promouvoir rapidement, mais aussi pour s’assurer de son loyalisme et de sa fidélité envers la dynastie des Antonins » (p. 32).

8 Cf. carte n° 3, p. 761 de notre thèse.

9 Parmi ce réseau de relations familiales, les Arrii sont les plus intéressants : Arria Sabina, la petite-fille de L. Arrius Plarianus Aufidius Turbo était originaire d’Aesis, localité ombrienne située au sud de Pisaurum. Arria Plaria Vera Priscilla, possible fille ou sœur de L. Arrius Plarianus Aufidius Turbo, préteur désigné sous les Flaviens, elle-même flaminique de Pisaurum, était l’épouse de M. Acilius Glabrio (cf. M.-Th. Raepsaet-Charlier, op. cit. en note 5).

10 Cf. notice n° 56.

11 C.I.L. XI, 6334, Pisaurum.

12 Dans cette inscription, M. Aufidius C.f. Fronto, le dédicant, se dit consul. On peut donc dater l’inscription et la mort de son jeune fils de 199 au plus tôt, année de son consulat.

13 Mennella (Giovanni), « Lo sfondo politico dell’epigrafe di M. Aufidius Frontone », in Civilta classica e christiana, 2, 1981, p. 159-165.

14 l’intérêt matrimonial et patrimonial. Voir Mathieu (Nicolas), « Les Aufidii de Pisaurum et la mémoire de Cornélius Fronto », in Mélanges offerts à Raymond Chevallier, vol. I., « Présence des idées romaines dans le monde d’aujourd’hui », Bulletin des Antiquités luxembourgeoises, 23, 1994, p. 301-312.

15 Pour l’Afrique il faudrait ajouter le cas de M. Aufidius arn. Honoratus (C.I.L., VIII, 8937, Saldae. Cf. notice n° 65), eq(uo) pub(lico) ornatus, natif de Saldae, membre de l’ordo decurionum de cette colonie.
Depuis la fin du Ier s. ap. J.-C., provinces et cités de l’Afrique ont été des lieux de prédilection pour les Aufidii des deux ordres supérieurs. On ne mentionne, pour mémoire, que le beau-père de C. Aufidius Victorinus, le célèbre rhéteur cirtéen M. Cornelius Fronto, et le cas de Q. Gargilius Macer Aufidianus (C.I.L., II, 4120 ; A.E., 1979, 373 = R.I. T., note p. 469J dont l’environnement familial possible du côté des Aufidii pourrait se situer en Afrique Proconsulaire : cf. Mireille Corbier, « Les familles clarissimes d’Afrique Proconsulaire », in Tituli, 5, II, Epigrafia e ordine senatorio.

16 Cf. Quass (Friedmann), « Zur politischer Tätigkeit der munizipalen Aristokratie des griechischen Ostens », in Historia, XXX, 1982, p. 188-213.

17 Dans l’ordre chronologique, il s’agit de :

  • C. Aufidius Silvanus, I. von Ephesos, I, 27 (1. 144), vers 104 ap. J.-C. ;
  • T. Aufidius Mindius Polychronius, Id., I, 815, première moitié du iie s ;
  • Aufidia Quintilla, JOe. A.I., IL, 1968-71, « Neue Inschriften aus Ephesos », II, p. 3840, prétresse et flaminique des temples à Ephèse entre 128 et 215, épouse d’un asiarque ;
  • Aufidius Euphemus, I. von Ephesos, II, 435 ; III, 872, 3001 et 3087 ; IV, 1171, entre 198 et 213.

À ces quatre individus on n’a pas ajouté le nom de M. Aufidius, bouleute et prytane dont on ne sait rien d’autre, la datation pouvant aller du ier au iiie s. (I. von Ephesos, I, 1070).

18 I. von Ephesos, IV, 1171.

19 Debord (Pierre), Aspects sociaux et économiques de la vie religieuse dans lAnatolie gréco-romaine, Leiden, 1982, notamment p. 275 et suivantes. Veyne (Paul), Le pain et le cirque, Paris, Le Seuil, 1976, p. 230-232 et p. 256 ; p. 272 et suivantes. Liebenam (W.), Städteverwaltung im römischen Kaiserreiche, Leipzig, 1900.

20 Etienne (Robert), Le culte impérial dans la péninsule ibérique, Paris, 1958, p. 157.

21 En marge de cette observation, comme illustration de la prudence nécessaire dans les conclusions à tirer de l’onomastique il faut mentionner ici le cas d’un notable municipal recensé en Afrique durant cette période faste pour le nomen Aufidius : celui de C. Aufidius Victorinus (C.I.L, VIII, 9062 et 9063, Auzia), aedilis coloniae Septimiae Aure- liae Auziae en 231 ap. J.-C. qui, vu les distances et les temps qui les en séparent, ne peut être qu’un homonyme des sénateurs de la lignée de Pisaurum.

22 Sutunurca est une cité pérégrine. Le père et le grand-père d’Aufidius Felix avaient un nom unique. Si l’on peut dire, en se désignant comme « fils de [...] fils », Aufidius Felix montre qu’il est le premier citoyen de sa famille.

23 Cf. Jacques (François), Le privilège de liberté. Politique impériale et autonomie municipale dans les cités de l’Occident romain (161-244), Rome, 1984 ; Les curateurs des cités dans l’Occident romain, Paris, 1983 : Aufidius Felix Felicionis Pacis filius n’y est jamais mentionné parmi les curateurs des cités.
Bassignano (Maria-Silva), Il flaminato nelle province romane dell’Africa, Rome, « L’Erma » di Bretschneider, 1974, p. 207-209, déjà, restait prudente sur le point de savoir s’il avait exercé une curatèle particulière ou s’il avait été curateur dans la cité.

24 Cela ne signifie pas pour autant qu’il y eut une tradition punique pour les Aufidii. Si un certain nombre de surnoms portés par des Aufidii dans les différents lieux de l’Afrique du Nord comme Concessa, Crescens, Dativa, Donata/Donatus, Euthicia, Exoratus, Extricatus, Faustus, Felix, Rogatus sont théophores et équivalent à des noms de divinités puniques qu’ils traduisent (Cf. Gilbert-Charles Picard, in Karthago, VII, 1957, p. 91-112 notamment), nous n’avons relevé que cinq surnoms puniques pour un total de 144 à 154 individus dans les provinces africaines. À Buturicus, il convient d’ajouter Bacuarius (C.I.L., VIII, 8704, Castellum Dianense, à 18 km au sud de Sétif, sur un inscription tardive,), Iasau (I.L.Alg., II, 4555 = C.I.L., VIII, 18841, entre Cirta et Thibilis sur une inscription datée de 218 ap. J.-C), Zabulius (C.I.L., VIII, 3504, 3373, UmbèseJ et Barigbal sur deux inscriptions d’Auzia (C.I.L., VIII, 9085 et 9086) qui nous font connaître trois générations successives d’Aufidii aux iieiiie s. Aufidius Barig- bal, le dédicant, a fait graver une inscription pour Aufidia Marisa, sa mère, Aufidius Verna, son père, mort à 80 ou 90 ans, et Aufidius Verna iunior, son fils, mort à 18 ans.

25 Cf. Pflaum (H.-G.), « Remarques sur l’onomastique du Castellum Tidditanorum », in Bulletin archéologique du C.H.T.S., n. s., 1974-75, fasc. B., Afr. du Nord, Paris, B. N., 1977, p. 27.

26 Cf. Mrozek (Stanislas), « Les bénéficiaires des distributions privées d’argent et de nourriture dans les villes italiennes à l’époque du Haut-Empire », in Epigraphica, XXXIV, 1972, p. 30-54.

27 Stemma n° 9. Cf. C.I.L., XI, 6335, Pisaurum.

28 C’est le cas des mines de plomb argentifères de l’Osogovska Planina – massif montagneux situé sur la rive droite du cours de la Struma (l’antique Strymon) – où a été découverte l’inscription du bouleute Cl(audius) ou C(aius) Aufidius, et des mines d’argent de la cuvette de Tran près des sources de la Nisava où a été trouvée l’inscription mentionnant l’oïkos des Aufidii.
Ces deux ensembles montagneux d’orogénèse alpine étaient riches en minerais. Dans la partie occidentale située en Mésie Supérieure, plusieurs mines importantes sont connues : Metalla Ulpiana, Metalla Dardanica, Metalla Aeliana Pincensia et Metalla Aureliana. Cf. Mocsy (Andras), Parinonia and Uper Moesia. À History of the Middle Danube Province of the Roman Empire, Londres et Boston, Routledge, 1974, p. 113-134.

29 Cf. Mocsy (Andras), « Untersuchung zur Geschichte der römischen Provinz Moesia Superior », in Acta archaelo- gica Academiae scientiarum Hungaricae, t. II, 1959.

30 Cf. Leveau (Philippe), Caesarea de Maurétanie. Une ville romaine et ses campagnes, Rome, E.F.R., 1984, p. 121 et suivantes.

31 Op. cit., supra, p. 113. Cependant, des deux autres documents qui attestent la présence des Aufidii à Césarée, l’un, C.I.L., VIII, 21422, semble tardif si l’on prend en considération l’invocation initiale, bona memoria. L’autre, C.I.L., VIII, 9487, ne laisse pas supposer une haute extraction. En tout cas, Aufidius n’apparaît que comme surnom d’un Iulius. Cela peut signifier qu’un parent de cet individu fut, lui, un Aufidius.

32 Cf. Leveau (Philippe), « Paysanneries antiques du pays Béni-Ménager », in B.C.T.H., 1978, 8, p. 3-26.

33 Leveau (Philippe), Caesarea de Maurétanie, p. 23. Contra, Lassere (Jean-Marie), Ubique populus, qui estime que cette romanisation est postérieure à Claude.

34 L’épigraphie relative aux Aufidii, pauvre on l’a vu, n’apporte malheureusement pas d’indications sur ces éventuels liens avec des gentes connues à Césarée et dans ses environs comme les Messii ou les Caecillii.

35 Pavis d’Escurac (Henriette), « Irrigation et vie paysanne dans l’Afrique du nord antique », in Ktéma, 5, 1980, p. 183-185.

36 Lamasba était à l’écart des grands foyers de peuplement du début de l’Empire. C’était un petit centre rural proche des camps comme Lambèse et de la colonisation vétérane. Sur les soixante-trois noms que comporte le texte du règlement des eaux de Lamasba (C.I.L., VIII, 4440 et 18587), il y a quatre vétérans.

37 Au sujet de ce règlement, cf. F.-G. de Pachtère, « Le règlement d’irrigation de Lamasba », in Mélanges d’archéologie et d’histoire (=M.E.F.H), XXVIII, 1908, p. 373-400 ; H. Pavis d’Escurac, « Loc. cit. » en note 35 ; Brent D. Shaw, « Lamasba : an ancient irrigation community », in Antiquités africaines, 18, 1982, p. 61-104, tableau, p. 101.

38 I.L. T., 629, province Proconsulaire (Zenan-ez-Zaytouna).

39 L’expression manciane cultor a été discutée. Cf. Saumagne (Charles), « Inscriptions de Zenan-ez-Zaytouna », in C.R.A.I., 1937, p. 292 et suivantes et la discussion de Carcopino, p. 300-301. L’inscription est datable entre 202 et 208. C’est une stèle votive.
Au dessus de l’inscription sont sculptés en relief les corps de deux personnages, debout, dont l’identification n’est pas résolue. Celui de droite est nu. S’agit-il de Mercure ? Celui de gauche est vêtu d’une tunique courte. On discerne derrière lui, sur sa gauche, l’extrémité de deux lances ou javelots. À la droite de ce personnage vêtu, il y a un agneau ou un mouton.

40 I.L. T., 628 = Zemeb Benzina ben Abdallah, Catalogue des inscriptions latines païennes du Musée du Bardo, n° 323. Sur le fonctionnement du système d’exploitation des terres, cf. G.-Ch. Picard, La civilisation de l’Afrique romaine, Paris, Etudes augustiniennes, 1990, 2e éd. mise à jour, p. 63-65.

41 Dans tout ce nord-est de l’Afrique, céréaliculture et oliveraies étaient abondamment développées : cf. Salluste, Bellum Iugurthinum, XLVIII : erat in eaparte Numidiae, [...]flumen oriens a meridie, nomine Muthul, a quo aberat mons ferme milia passuum uiginti, tractu pari, uastus ab natura et humano cultu. Sed, ex eo medio quasi collis orieba- tur, in inmensum pertigens, uestitus oleastro ac murtetis aliisque generibus arborum quae humi arido atque harenoso gignuntur. Media autem planities deserta penuria aquae praeter flumini propinqua loca ; ea consita arbustis pecore atque cultoribus frequentabantur.
Aujourd’hui encore, les rendements agricoles y sont élévés en raison d’une bonne répartition des pluies – entre 350 et 400 mm – sur sept ou huit mois et en raison d’un relief dont la platitude des fonds de vallée est le trait majeur (cf. Ahmed Kassab, L’évolution de la vie rurale dans les régions de la moyenne Medjerda et de Béja-Mateur, Publications de l’université de Tunis, 1979 ; Dennis P. Kehoe, The Economies of Agriculture on Roman Impérial Estates in north Africa, in Hypomnemata, 89, 1988, p. 8 et p. 14-18). Les sols sont variés. Une bonne partie, de type rendzina, ne permettait pas autrefois une céréaliculture intensive (Jean Despois, L’Afrique du Nord, Paris, PUF, 1949, d’une façon générale sur les conditions climatiques et pédologiques, et en particulier, p. 3-25 et 73-95). Mais il y avait aussi des alluvions et certaines terrasses fluviales étaient comme aujourd’hui périodiquement inondées donc enrichies (Jean Despois et R. Raynal, Géographie de l’Afrique du nord-ouest, Paris, Payot, 1967, p. 217-222).

42 Cf. Villedieu (Françoise), « Relations commerciales établies entre l’Afrique et la Sardaigne du iie au vie siècle », in L’Africa romana, Atti del III convegno di studi Sassari, 13-15 décembre 1985, Attilio Mastino, Gallizi, 1986, p. 321- 332 ; Boninu (A.), Le Glay (M.), Mastino (A.), Turris Libisonis, colonia Iulia, Sassari, Gallizi, 1984 ; De Salvo (Lietta), « I navigularii di Sardegna e d’Africa nel tardo impero », in L’Africa romana, Atti del VI convegno di studi Sassari, 1988, Attilio Mastino, Sassari, éd. Gallizi, 1989, p. 750-751 et 754.

43 Cf. Villedieu (Françoise), « Relations commerciales établies entre l’Afrique et la Sardaigne du iie au vie siècle », in L’Africa romana, Atti del III convegno di studi Sassari, 13-15 décembre 1985, Attilio Mastino, Gallizi, 1986, p. 321- 332 ; Boninu (A.), Le Glay (M.), Mastino (A.), Turris Libisonis, colonia Iulia, Sassari, Gallizi, 1984 ; De Salvo (Lietta), « I navigularii di Sardegna e d’Africa nel tardo impero », in L’Africa romana, Atti del VI convegno di studi Sassari, 1988, Attilio Mastino, Sassari, éd. Gallizi, 1989, p. 750-751 et 754.

44 L’appellation officielle sur les inscriptions est oleum exprovincia Baetica.

45 Cf. Ponsich (M.), « Nouvelles perspectives sur l’olivier du bas Guadalquivir dans l’antiquité », in Produccion y comercio del aceite en la Antiguëdad, Madrid, 1980 (Primer congreso internacional), p. 47-56 ; id., « Le facteur géographique dans les moyens de transport de l’huile de Bétique », in ibid., Madrid, 1982 (Segundo congresso internacional), p. 101-113, notamment carte p. 111.

46 SEX. AUFIDIF ? sont les caractères fins, presque filiformes, de type β qui apparaissent sur la partie supérieure du ventre d’une amphore découverte dans les fouilles du Mont Testaccio à Rome (cf. Rodriguez-Almeida (E.), « Monte Testaccio : i mercatores dell’olio della Betica », M.E.F.RA., 91, 1979, p. 873-875).

47 Ce terme de negotiator semble préférable à celui de mercator selon Patrick Le Roux, « L’huile de Bétique et le prince : sur un itinéraire annonaire », in Hommage à Robert Étienne, Publications du Centre Pierre Paris, Paris, 1988, p. 249 et p. 260.

48 La lecture de la fin de l’inscription peinte sur l’amphore est trop incertaine pour qu’on puisse supposer un F. qui serait l’initiale d’un surnom comme Fortis.

49 C’est en effet en ces termes que Faustianus, Epictetus, Euphrosynus et Januarius, les affranchis de P. Aufidius Fortis nomment son fils dans une grande inscription au moment de son flaminat de Rome et d’Auguste.

50 Outre l’ancien légat du proconsul, Aufidius Coresnius Marcellus (I.G.R.RP., III, 357), il n’y a guère qu’Aufidius Maximus (S.E.G., XXX, 1980, 556, Beroea, Macédoine,). Les autres cas sont très hypothétiques puisqu’il s’agit d’inscriptions dont la datation relative est large du ier au iiie s. On ne les retient donc pas ici.

51 A.E., 1981, 483, Turris Libisonis, inscription provenant d’un important hypogée funéraire datable par l’archéologie entre le début du iie et ie ive s. qui mentionne Aufidia Lucretia, morte à cinquante-cinq ans, six mois et vingt- deux jours.

52 A Interamna Nahars. C.I.L., XI, 4331 : Aufidius.
À Lorium, C.I.L., XI, 3740, sur un tuyau de plomb figure quatre fois la marque Aufidii orfaei.
À Pisae, C.I.L., XI, 1458, Aufidia Victoria sur une épitaphe consacrée aux dieux Mânes.
À Rome, C.I.L., XV, 7398, Aufidia Comelia Valentilla, concessionnaire de l’aqua Roma.
Dans quelques autres cas, tout comme en Orient, on se heurte aux incertitudes de la date qui conduit à envisager des datations relatives larges du ier au iiie s.

53 C.I.L., VIII, 21634 pour la première inscription. Pour les autres, voir Mandouze (André), Prosopographie chrétienne du Bas-Empire, 1, Afrique, (303-533), n° 1-2, à Aufidius.

54 Cf notice n°56.

© Presses universitaires de Rennes, 1999

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search