Version classiqueVersion mobile

Histoire d'un nom. Les Aufidii dans la vie politique, économique et sociale du monde romain

 | 
Nicolas Mathieu

Chapitre II. Développement et promotion des Aufidii, de leur apparition dans l’histoire au début de l’empire (milieu ier s.)

Texte intégral

Corpus des Aufidii

Composition et caractéristiques

  • 1 Il s’agit de l’orthographe :

1Cinquante-huit individus connus ont assurément vécu du iie s. av. J.-C. au début de l’Empire, au milieu du ier s. ap. J.-C. (cf. tableaux n° 5 et 6), dont quarante-cinq jusqu’à l’époque du Principat (tableau n° 5). Aux neuf Aufidii postérieurs restants, on pourrait ajouter deux citoyens, notables municipaux, qui eurent une Aufidia pour mère : il s’agit de P. Sextilius Rufus (C.I.L., X, 1273, Nola ; cf. notice n° 14) et de Q. Paccius C.f. Bassus (A.E, 1983, 335, Ocriculum = A.E., 1945, 69). Plus de la moitié de ces individus est datée absolument au moins une fois par un événement auquel il a participé. La datation relative retenue pour les autres cas est fondée sur des critères variés de forme et de fond1. Avec une cinquantaine d’individus, il apparaît nettement que le corpus des Aufidii les plus anciens est faible (cf. tableau n° 5). Encore ne doit-on pas oublier que l’habitude de faire graver des inscriptions n’a pas été prise anciennement et qu’il a fallu attendre la fin du ier s. av. J.-C. pour qu’elle se répande. Que l’on connaisse donc plus d’Aufidii durant l’Empire est une conséquence à la fois d’une pratique culturelle et d’une évolution démographique et sociale. C’est l’inverse, autrement dit une surabondance d’informations pour la période républicaine, qui aurait pu être significatif d’une originalité.

2Ce corpus est abondamment documenté par des sources littéraires : un peu plus du tiers des quarante-cinq Aufidii qui vécurent jusqu’au Principat est connu par Cicéron, Pline l’Ancien, Varron ou Tite Live. Deux individus seulement sont connus par des sources numismatiques : M. Auf[idius] Rus[ticus ?], monetalis vers 150-125 av. J.-C. (C.I.L., I, 321 ; notice n° 4) et M. Auf[idius] Scaeva, officier sous les triumvirs en 37-36 av. J.-C. (Babelon, I p. 234 ; notice n° 27). Les autres individus ont en commun de ne pas avoir appartenu à l’ordre sénatorial et de ne pas être connus par des inscriptions romaines. A contrario, presque tous les Aufidii mentionnés par des sources littéraires ont été des sénateurs, ont appartenu à l’élite politique romaine ou ont côtoyé, à Rome ou dans des cités proches, ceux qui avaient le pouvoir politique et la citoyenneté romaine.

3Socialement, une observation relative aux deux groupes issus de l’ordre équestre s’impose : après le milieu du ier s. av. J.-C., nous ne connaissons plus aucun Aufidius qui appartienne au groupe sénatorial. En revanche, le nombre des chevaliers grandit. Ces différences sont sans doute le fruit des circonstances politiques troubles du ier s. av. J.-C. Elles révèlent des transformations majeures dans les lignées et les branches républicaines.

  • 2 Cf. Nicolet (Claude), in Les bourgeoisies municipales aux iie et ier s. av. J.-C., Paris, C.N.R.S. (...)

4La seconde moitié du Ier s. est capitale et charnière. Ainsi, sur les neuf Cnaei Aufidii recensés, un seul peut-être n’était pas sénateur. Ce Cn. Aufidius (C.I.L., XI, 1217, Placentia ; notice n° 26) devait pourtant être situé au sommet dans la hiérarchie sociale municipale. Ses deux petits-fils furent des magistrats municipaux. L’un d’eux, P. Aufidius L. f. (cf. stemma n° 5) était même un chevalier comme en témoigne l’exercice du tribunat militaire et de la praefiectura fabrorum. Or le grade de tribun militaire prouvait, semble-t-il, qu’on était déjà chevalier ou sénateur, sinon, son octroi par un imperator permettait de « faire » ce chevalier2. L’inscription qui nous fait connaître ce tribun et magistrat local doit être datée de la seconde moitié du ier s. av. J.-C. Si ce chevalier vécut au tout début de l’Empire, son grand-père dut vivre, quant à lui, durant la première moitié du Ier s., c’est-à-dire à une époque où il y a au sens juridique un ordre sénatorial et un ordre équestre. Ce sont les critères censitaires et la dignitas qui définissent les chevaliers et les sénateurs qui, ensemble, sont l’aristocratie.

5Le grand-père de notre chevalier appartenait donc sans nul doute à l’aristocratie municipale. Aux remarques précédentes, nous devons en effet ajouter, d’une part que la chronologie permet de le situer parmi les Cnaei Aufidii, ses contemporains qui furent sénateurs, d’autre part que Placentia avait été une colonie latine dès 218 av. J.-C. avec toutes les conséquences que ce statut avait, notamment les droits qu’il donnait à ses habitants.

6Ainsi, quoiqu’aucun lien ne puisse être établi avec certitude entre ce Cnaeus Aufidius et les sénateurs connus – d’autant qu’il est le seul à être attesté par une inscription –, nous ne considérons pas qu’il vient troubler l’homogénéité sociale exceptionnelle des Cnaei Aufidii. Mais à supposer qu’on puisse tenir compte des prénoms de son fils et de ses petits-fils : Lucius et Publius, deux remarques s’imposent : qu’il devait appartenir à une branche distincte des autres Cnaei Aufidii, utilisateurs, eux, des prénoms Marcus et Titus ; que c’est par un enracinement local et municipal que le nom a survécu.

7De la même façon les sept Titi Aufidii qui s’échelonnent entre 165 av. J.-C. et les années 20 av./ ap. J.-C. sont bien différents.

8Pour la période républicaine, trois des quatre Titi Aufidii appartiennent à l’aristocratie :

  • T. Aufidius M. f. Poblilia tribu (S.E.G., III, 1924, n° 451, Corfou ; notice n° 3) ;
  • T. Aufidius, père de Cn. Aufidius T. f. (I.G., XIV, 612, Rhegium-, notice n° 10), legatus propraetore à la fin du iie s. av. J.-C.
  • T. Aufidius (Valère Maxime, VI, 9, 7 ; notice n° 15), gouverneur de la province d’Asie et candidat au consulat en 65 pour l’année 64. C’était un homo novus.

9Seul Titus Aufidius (Caelius Aurelianus, Ac. M., II, 29, 104 ; M. Cher., I, 246-247 ; notice n° 16) fait exception. C’était un médecin connu pour avoir écrit un traité de médecine et l’on sait qu’il avait été disciple d’Asclépiade de Bithynie. Vue la rareté du prénom Titus chez les Aufidii et la localisation de ses occurrences, vu l’environnement social des Titi Aufidii des deux derniers siècles av. J.-C., on peut penser que ce médecin a été un affranchi ou le fils d’un affranchi de l’homo novus d’abord impliqué dans une société de publicains en Asie avant de devenir le gouverneur de la province. Il n’est pas impossible qu’à l’occasion de ses séjours en Asie notre sénateur ait acheté des esclaves ou qu’en Italie, nourri de sa connaissance du monde oriental, il se soit pourvu en personnel d’origine orientale.

  • 3 Cf. Demougin (Ségolène), Prosopographie des chevaliers romains julio-claudiens, Rome, E.F.R., 1992 (...)

10Après ces deux hommes, on ne connaît pour la période charnière du Principal et des débuts de l’Empire, que trois Titi Aufidii : Titus Aufidius, père de T. Aufidius T. f. Spinter Aniensi tribu, tribunus militum vers 27-19 av. J.-C. (C.I.L., III, 399, Pergame ; notice n° 30), lui-même père de T. Aufidius T. f. Balbus Aniensi tribu, tribunus militum vers 10 av./ap. J.-C. (C.I.L., III, 399, Pergame ; notice n° 34) À partir des dates connues, il pourrait être tentant, en supposant une naissance dans les années 60 av. J.-C. pour le premier T. Aufidius, de faire un rapprochement avec le gouverneur d’Asie de 66. Mais on n’en a aucune preuve. La tribu Aniensis dans laquelle étaient rangés ces citoyens était, en Asie, celle d’Alexandria Troas, colonie augustéenne. Le père de Spinter fut sans doute le premier citoyen de la lignée. Fils et petit-fils d’un ancien soldat, Spinter et Balbus ne devraient la similtude de leur prénom avec celui du gouverneur d’Asie qu’à une coïncidence3.

  • 4 Cf. Suolahtl (Jaakko), The junior Officers of the roman Army in the Republican Period. A Study on (...)

11La longue durée du service de Spinter et de Balbus abonde d’ailleurs dans ce sens. Elle s’explique par l’origine des deux citoyens et semble particulière à la région d’Alexandria Troas. Ces premiers officiers équestres issus du milieu des colons vétérans paraissent n’avoir eu que des carrières de viri militares. Ces deux Aufidii constituent un exemple de renouvellement du nom, de son extension en dehors des branches équestres traditionnelles. Les études sur les jeunes officiers dans l’armée romaine à cette époque montrent que les efforts d’Auguste pour attirer de nouveaux membres des anciennes gentes vers la carrière militaire ont été vains, sans doute en raison de l’élimination de beaucoup de jeunes hommes durant les troubles du ier s4. Jusqu’à Claude, le tribunat militaire est le premier rang équestre.

12La fréquence comparée des prénoms portés par les Aufidii par période – républicaine ou impériale – associée aux observations du contexte et à l’onomastique permet de qualifier certains prénoms de républicains (cf. tableau n° 4 H.T.).

Les localisations des Aufidii

13En Italie, la diffusion du nomen gentilicium Aufidius est nettement limitée à un espace qui comprend, pour l’essentiel, le Latium et la Campanie jusqu’à Nola au sud et le territoire des Paeligni et des Vestini au cœur des Apennins centraux au nord. Isolément trois localités ont, au nord de cet espace, accueilli des Aufidii : Placentia, Septempeda et Perusia.

14Les localités du cœur des Apennins, autour de Corfinium, sont le foyer originel connu des Aufidii. Les inscriptions de Sulmo (C.I.L., IX, 3212 : Aufidia Merope et Aufidius), de Popoli, à proximité (C.I.L., IX, 3211 : Aufidia Danais), de Secenari, à proximité d’Interpromium (C.I.L., IX 3321 : L. Aufidius L. fi Plautus), de Barzano, près de Peltuinum (C.I.L., IX, 3569 : L. Aufidius D. [fi ?]) nous révèlent, compte tenu de l’époque, de la qualité des stèles, de l’onomastique et du contexte, des notables locaux ou les rejetons de notables.

15Il en est de même et à plus forte raison de la base avec inscription votive trouvée à proximité d’Amiternum, à Collettana (C.I.L., IX, 4371) – examinée d’un point de vue phonétique et linguistique dans le chapitre I-, car la filiation indiquée sur deux générations signifie clairement l’ancienneté de la citoyenneté. Le territoire d’Amiternum faisait en effet partie de l’ager Romanus, à la différence des territoires des Vestini et des Paeligni, où l’on a rencontré les autres inscriptions les plus anciennes, qui n’étaient, eux, que des territoires des alliés dans lesquels les hommes libres n’avaient aucun droit civique ni politique et étaient même exclus de la possession de terres depuis 177 av. J.-C. Citoyenneté et possession des terres d’une part, possibilité d’accéder à la citoyenneté et à la possession de terre d’autre part ont dû faire toute la différence entre les premiers Aufidii. C’est ce que nous révèlent les inscriptions italiennes des deux derniers siècles av. J.-C. et sans doute faut-il aussi interpréter dans cette optique certaines inscriptions extra-italiennes.

  • 5 Varron, De re rustica, II, 9, 6 ; Cicéron, Ad Au., XII, 44 ; cf. notice n° 24.

16Ce n’est sans doute pas un hasard si l’on connaît dans le courant du ier s. av. J.-C. un riche éleveur de moutons, P. Aufidius Pontianus5 dans la région d’Amiternum, comme on l’a noté territoire romain depuis le milieu du iiie s. av. J.-C. Enfin, c’est sur le même territoire d’Amiternum, à Civitatomassa qu’a été découverte une stèle mentionnant une probable [A]ufidia (A.E., 1992, 414) de la seconde moitié du ier s. av. J-C., avec peut-être une formule de patronat.

17C’est à cet espace délimité par les quatre localités et leurs territoires (cf. carte n° 4 : Amiternum, Peltuinum, Corfinium, Sulmo) qu’il faut assigner les racines d’Aufidii qui, en les quittant pour s’installer ailleurs avec leur descendance, ont ainsi contribué à la dispersion du nom.

18Placentia était une colonie latine. Septempeda avait également été une cité de droit latin. Les hommes libres qui y résidaient, latins, avaient un statut intermédiaire entre celui des citoyens romains et de simples pérégrins. Ils participaient aux droits civils des citoyens romains – ius commercii et ius connubii notamment – et à une partie de leurs droits politiques. Cette situation privilégiée par rapport à celle des simples alliés dura jusqu’aux grandes lois des années 80 qui firent disparaître les différences entre les Latins et les alliés (les socii). Perusia, elle, était une de ces cités des territoires alliés. L’individu qu’on y connaît, Q. Aufidius C. f. Bucina, était inscrit dans la tribu Tromentina. C’était donc un citoyen, premier Aufidius né dans cette cité après la Guerre Sociale ou descendant d’un Aufidius natif de cette cité.

19Ces trois cités géographiquement isolées ont vraisemblablement accueilli des émigrants venus d’une des localités des Apennins centraux. Tous les Aufidii que nous y connaissons s’inscrivent dans une succession d’hommes libres et de citoyens-trois générations à Placentia, deux générations à Perusia – ou bien dans un contexte et un environnement socio-économique supérieur : aristocratie notamment équestre à Placentia, milieu des notables à Septempeda où l’affranchi M. Aufidius Lucrio (C.I.L., IX, 5623) laisse deviner l’existence d’un patron prénommé Marcus, à une époque où ce prénom est essentiellement porté par des sénateurs ou par des hommes dont l’activité et les relations se situent dans le milieu équestre et sénatorial. Il en est par exemple ainsi du premier Aufidius historiquement connu : M. Aufidius, tutelae Capitolio redemptor en 179 (Pline l’Ancien, N. H., XXXV, IV, § 14).

20À certains égards, les cités du Latium et de la Campanie où résidèrent des Aufidii ressemblent aux trois cités isolées du nord. Arpinum, où nous connaissons un affranchi, L. Aufidius G. l., lui-même patron d’une affranchie, Aufidia Secunda (C.I.L., X, 5693), était une cité de l’ager Romanus, comme Amiternum déjà évoqué. Il en était de même de Fundi et de Tarracina, deux cités proches de Rome, situées au milieu des terres les plus prisées de l’aristocratie romaine et latine. Les Aufidii qu’on y connaît y sont naturellement des citoyens et de ces notables locaux.

  • 6 Cf. A. J. N. Wilson, Emigration from Italy in the Republican Age of Rome, Manchester, 1960.Il y a (...)
  • 7 Cf. notice n° 17.

21C’est le cas de Q. Aufidius Q. f., l’un des deux édiles de Tarracina qui participa à la construction ou à la rénovation d’une porte de la cité (C.I.L., X, 6327). Or son collègue, mentionné sur la même inscription, Q. Magulnitus Q.f., appartient à une famille qui a participé aux affaires de banque à Délos au ier s. av. J.-C. tout comme les Novii ou les Fulvii6. Le milieu des negotiatores n’est donc pas éloigné. A Fundi est né et est présent Aufidius Luscus (Horace, Sat., I, 5, 34-36 ; cf. notice n° 20). Il est en outre pratiquement certain que M. Aufidius Lurco avait à Fundi une villa7 et peut-être même qu’il était originaire de cette cité. L’onomastique et les notices prosopographiques de la plupart des sénateurs du iie et du ier s. av. J.-C. laissent deviner l’existence d’un dense réseau de relations familiales et d’amitiés politiques dans le Latium, le long de la côte et de la via Appia (cf. carte n° 7).

22De proprement campanienne, il n’y a guère qu’une inscription. Quoiqu’elle soit d’époque augustéenne, elle permet de remonter, grâce aux filiations indiquées, à une génération d’Aufidii qui était probablement présente en Campanie dès la première moitié du ier s. av. J.-C. En effet, la mère de P. Sextilius Rufus (C.I.L., X, 1273), duumvir quinquennal à Pompéi et décurion de Nola, Aufidia Maxima, était la fille d’un St (atius) Aufidius. Le cumul de fonctions municipales au tout début de l’Empire ne peut être que la conséquence d’une notoriété et d’une aisance accumulée par la ou les générations antérieures. L’élection à la quinquennalité, sans avoir géré le duumvirat ordinaire peut avoir compensé un début de carrière lent. La rareté absolue du prénom Statius nous interdit tout rapprochement avec quelque autre Aufidius que ce soit. Mais la localisation géographique, l’environnement social et politique campanien au ier s. av. J.-C. et les traits principaux de la gens Aufidia à cette époque laissent supposer une ascendance dans le milieu des affaires, et peut-être précisément parmi les Aufidii qui ont participé à l’exploitation des richesses ou des besoins de l’Orient hellénique. Le seul autre Statius dont on suppose l’existence grâce à la filiation n’est-il pas le patron d’une affranchie présente à Rome, Aufidia Helena (C.I.L., VI, 17706) ?

23Les Sextilii eux-mêmes ne sont pas demeurés en Campanie. On en connaît à Ephèse au ier s. av. J.-C. Un P. Sextilius P. f. Pollio, sa femme et leurs enfants payèrent les frais de la construction d’un pons qui permettait le transport de l’eau nécessaire à l’approvisionnement de la ville en franchissant la vallée du Marnas.

24Les prénoms rares comme Spurius ou peu utilisés comme Decimus, n’ont-ils pas été portés que par des Aufidii présents dans les îles ?

25Enfin, s’il fallait élargir le champ de ces observations à tous les prénoms utilisés moins de trois fois, il serait facile de constater qu’ils n’appartiennent pas au milieu sénatorial mais qu’on les rencontre exclusivement dans les cités des Apennnins centraux.

26Pour toutes ces raisons on doit conclure que la répartition connue des Aufidii en Italie conserve la trace d’une émigration, à partir du foyer primitif, de peu antérieure à l’apparition dans l’histoire romaine en 179 av. J.-C. du premier Aufidius daté avec certitude et précision.

27Dès le iie s. av. J.-C., le nomen gentilicium est attesté hors de la péninsule, mais pour un assez faible nombre de cas : une dizaine si l’on exclut ceux des sénateurs qui n’ont pas définitivement ou très durablement résidé dans les provinces ainsi que les affranchis nommément désignés car ils ne nous donnent pas d’informations sur les antécédents de la dispersion du nomen alors qu’il s’agit ici, par l’analyse des Romains et des Italiens émigrés, de trouver les racines de la diffusion du nom dans le monde romain.

28Cinq de ces Aufidii recensés hors d’Italie résidèrent à Délos, entre 166, année où les Romains cédèrent l’île aux Athéniens et en firent un port franc, et les années 75 qui suivent les massacres de Mithridate et les guerres menées par Rome contre les pirates. Ce sont Appius Aufidius (E.F.A. – fasc. 30, n° 334), Caius Aufidius, patron supposé d’un affranchi (B.C.H. 23 (1899) n° 10), Decimus Aufidius (E.F.A. –fasc. 30, n° 489, Rhénée), Lucius Aufidius, fils de Lucius, banquier à Délos (I. G., XII, 860), dont le fils, L. Aufidius L. f. Bassus prendra la succession de son père à Ténos où il s’était installé ; et enfin, Quintus Aufidius, patron supposé d’un affranchi nommé Cassiodorus (E.F.A. – fasc. 30, n° 187 = C.I.G., II, add., 2322b 32 = I.G., IV, 136, Athènes – Rhénée). Entre une partie au moins de ces individus existaient des liens de proche parenté et des liens familiaux (cf. stemma n° 1).

29De même, l’éphèbe connu sur une liste de Naxos pour le milieu du ier s. (I.G., XII, 5, 1, 39 = B.C.H. 32 (1908)) doit pouvoir être rapproché d’un des Aufidii connus à Délos puisqu’il s’appelait Decimus Aufidius, fils de Spurius.

30L. Aufidius Bassus M. f. Maior, connu à Athènes (C.I.L., III, 7279), pourrait être, soit l’ancêtre des Aufidii Bassi qui se sont occupés de banque à Ténos avant de quitter l’île pour le Pont peut-être, soit l’ancêtre directement des Aufidii $Bassus, Baebianus et Lollianus que nous connaissons dans le Pont (Studia Pontica, III, 72a = B.C.H., 1909, Vezir Keupru, Neoclaudiopolis ; cf. notice n° 33) et dans ce cas son inscription serait plutôt d’époque impériale.

31À la même époque – dans la seconde moitié du ier s. av. J.-C. et au début du ier s. ap. J.-C. – vécurent les trois citoyens d’Alexandria Troas prénommés Titus.

  • 8 Concurremment à des affranchissements possibles, il a pu y avoir une immigration en Afrique. L’hyp (...)

32Ailleurs que dans l’Orient hellénique, et en dehors de l’Italie, on n’a aucune assurance de la présence physique d’Aufidii avant le milieu du ier s. av. J.-C. Ce n’est même qu’une simple hypothèse en Afrique aussi bien pour l’officier de Sertorius, Aufidius (Plutarque, Vies parallèles, VIII, Sertorius, 26-27 ; notice n° 21), qui participa au complot contre son chef et fut le seul à en réchapper, que pour Sex. Aufidius (Cicéron, Fam. XII, 26-1 ; 27-1 ; notice n° 25), héritier parmi d’autres de Q. Turius, recommandé en 44-43 par Cicéron au gouverneur de l’Afiica Vetus. Plus vraisemblablement P. Aufidius P.f. Aem. Cotta (C.I.L., VIII, 7223, Cirta) au ier s. av./ ap. J.-C.8, C. Aufidius Macer (I.L.T., 682, Suo) dans la première moitié du ier s. ap. J.-C. et Sex. Aufidius Sat... (I.L.Afi, 465, Thuburnica) sont les trois plus anciens Aufidii connus sur le sol africain.

33Au cours de la première moitié du ier s. ap. J.-C. et davantage sans doute dans le cours de la seconde moitié, l’Afrique et la Narbonnaise accueillirent quelques Aufidii, affranchis ou hommes libres dont on n’est pas en mesure de donner assurément l’origo ni les circonstances exactes ou les raisons de la présence. Ce sont, à Narbo, C. Aufidius (C.I.L., XII, 4645), L. (ou T.) Aufidius (id„ 4646), T. Aufidius Faustus (ibid., 4647), L. Aufidius L. f.

  • 9 Connue depuis le xvie s. cette inscription est passée de mains en mains et de lieux en lieux jusqu (...)

34nicianus Epagatinus (ibid., 4357,)9, L. Aufidius *Teucr(i l.) *Me(n)ua (ibid., 4649) et L. Aufidius L. I. Marsus (ibid., 4648). Les deux derniers individus sont les affranchis d’un patron prénommé Lucius qui pourrait bien être L. Aufidius Vinicianus Epagatinus, chevalier romain originaire de Fundi dont il fut magistrat municipal et marié à une Olia Nice. L’hypothèse est vraisemblable en raison de la contemporanéité des deux pierres des affranchis, de la localisation dans la même cité, de la coïncidence du prénom et aussi de particularités liées aux surnoms. Le surnom de l’un des deux affranchis, Marsus, peut être un indice d’une origine marse. Le témoin ou le légataire de cet affranchi s’appelle Numitorius. Or il se trouve que les Numitorii sont connus à Rome à haute époque ainsi qu’à Délos et que leur présence est probable à Pompéi, tout comme celle des Olii. Il y a donc, à la charnière du ier s. av./ ier s. ap. J.-C., sur les deux rives – italienne et narbonnaise – de la Méditerranée, des relations entre plusieurs familles dont les intérêts économiques et les niveaux sociaux étaient comparbles.

35A Arelate, sous les Julio-claudiens vraisemblablement, C. Aufidius [... ? (C.I.L., XII, add., 5815) est le plus ancien Aufidius connu.

36Plus tardivement, sous les Flaviens, il y a un couple d’affranchis ou de descendants d’affranchis à Lyon : Aufidia Antiochis et Sex. Aufidius Thiasus (A.E., 1976, 452 = I.L. T.G., 247 = Gallia 1958/1976).

37En Afrique, il y a peut-être à la même époque Aufidia Quartilla (I.L.Afi, 242, Thuburbo Maius) et Aufidia Se [...]ia (C.I.L., VIII, 11561, Ammaedara).

Condition et modes d’ascension et de promotion des Aufidii depuis leurs origines

Le contexte politique

38La question des statuts et des droits politiques des hommes libres est au cœur du processus qui a permis la promotion politique et l’ascension sociale des Aufidii. Tout se passe comme si, à la fois les Aufidii n’entraient que progressivement dans la vie politique romaine et répugnaient à couper immédiatement tous les liens avec leurs racines osques.

  • 10 Cf. notice n° 1 : Pline l’Ancien, N.H., XXXV, IV, § 14.
  • 11 Cf. notice n°2 : Tite Live, XLIII, 8.
  • 12 Tite Live, Livre XLV, ch. 8, 6-12.
  • 13 Cf. Nicolet (Claude), Rome et la conquête du monde méditerranéen. 1/Les structures de l’Italie rom (...)

39Lorsque les premiers Aufidii apparaissent sur la scène politique romaine – M. Aufidius en 179 comme adjudicataire de l’entretien du Capitole10 et, une dizaine d’années après, Cn. Aufidius comme sénateur tribun de la plèbe11 –, les territoires des Paeligni et des Vestini, où s’enracinent originellement les Aufidii, subissent une crise économique et sociale, ou en tout cas de profondes mutations dont Tite Live nous rapporte les circonstances et les conséquences : à l’occasion des élections de 177, les alliés se sont plaints au Sénat de l’émigration massive et dangereuse de leurs concitoyens à Rome12. D’une part, contraints qu’ils étaient par la formula togarum13, ils ne pourraient plus fournir les contingents de soldats que Rome leur réclamait si les cités continuaient de se vider de leur substance. D’autre part, cette émigration massive les privait des bras nécessaires à la production agricole et l’on assistait à une désertification préjudiciable alors que la population grossissait dans les cités proches de Rome et à Rome même.

  • 14 Tite Live, Livre XXII, ch. 9-5.

40Or ces territoires des Apennins centraux, qui faisaient encore partie au iie s. de ce qu’on appelle les territoires des alliés – socii – depuis que leurs habitants avaient lutté aux côtés de Rome contre les armées puniques d’Hannibal, avaient été dévastés par les troupes d’Hannibal14. La plainte de certains alliés au Sénat en 177 révèle l’ampleur de difficultés quasiment séculaires que la politique romaine semble avoir, nolens volens, entretenues. Deux possibilités s’offraient en effet aux alliés de devenir des citoyens romains, qui toutes deux se traduisaient par l’émigration.

  • 15 Tite Live, Livre XLV, ch. 8, 10-12.
  • 16 Livre XLV, ch. 9, 9-12.

41Ils avaient la possibilité de s’installer dans une colonie latine à partir de laquelle, en vertu du ius migrationis qui était reconnu aux Latins, ils pouvaient espérer postuler la citoyenneté romaine. C’est, aux dires de Tite Live, ce que firent quatre mille familles de Samnites et de Péligniens à la fin du iie ou au début du ier s. av. J.-C.15. Ils pouvaient aussi profiter d’une loi qui autorisait à devenir citoyens romains ceux des alliés qui laissaient un de leurs rejetons dans leur cité d’origine. Cette loi rendait donc théoriquement très rapide la possibilité d’une promotion politique. Mais il faut croire que ce n’était pas encore assez vite, puisque Tite Live nous dit16 que certains alliés n’hésitaient pas à vendre fictivement leurs enfants à un citoyen romain, qui les affranchissait aussitôt en en faisant donc des hommes libres bénéficiant de cette citoyenneté, au point qu’une loi finit par interdire de tels affranchissements.

  • 17 Cf. Coarelli (Filippo), « I Samniti a Fregellae », in La romanisation du Samnium aux iie et ier s. (...)

42Si l’on examine la situation des Aufidii dans ce contexte, plusieurs indices laissent penser qu’en tant qu’alliés ou latins, ils ont participé à ces modes de promotion politique et ont obtenu cette citoyenneté dont les auteurs anciens pour le iie s. et les événements politiques au début du ie s. montrent qu’elle était une aspiration et une espérance. La simultanéité de la présence d’Aufidii à Rome et dans les cités alliées ou latines au iie s. illustre probablement la loi qui obligeait les alliés à laisser un des leurs dans leur patria et qui, du même coup, fondait la division en branches. Quant à l’épisode de la fuite, avant 177 av. J.-C., de quatre mille familles à Fregellae – colonie latine qui sera détruite en 125 av. J.-C. –, si l’on ne peut pas affirmer que des Aufidii y participèrent, on ne peut pas s’empêcher de lui trouver ou des coïncidences ou des similitudes chez les Aufidii. Si l’on ne connaît en effet aucun Aufidius à Fregellae, cité du Latium remarquablement située dans la vallée du Liris, dans une zone de confluence et à proximité de la via Latina, on en a en revanche recensé plusieurs dans des cités du Latium proches et toutes situées dans un rayon d’une trentaine de kilomètres au plus de Fregellae17. Il en est ainsi aux deux derniers siècles av. J.-C. à Arpinum, à Fundi et à Tarracina (cf. carte 7). Au ier s. av. J.-C., on en trouve également à Aquinum et peut-être à Praeneste.

  • 18 Cf. Radke (Gerhard), Viae publicae romanae, Bologne, Cappelli, 1981, p. 345-346.
  • 19 C.I.L., X, Isola di Sora, près d’Arpinum : L. Aufidi Gaiae l./Aufidiae L. L Secundai Pescinniailiu (...)

43Arpinum était, de toutes ces cités, l’une des plus proches de Fregellae, à une vingtaine de kilomètres à peine au nord et directement reliée à elle par une route qui, en traversant les Apennins, rejoignait au nord la via Valeria près d’Alba Fucens. À l’époque de la fuite des quatre mille familles vers Fregellae, le territoire des Péligniens n’était certes pas encore atteint par cette via publica. Mais une route existait déjà qui traversait le Mons Imeus18.Or Arpinum était déjà au iiie s. av. J.-C. une cité de droit latin. Que cette cité ait donc été une étape dans les voies empruntées par les Aufidii pour accéder à la citoyenneté romaine n’est pas exclu, encore qu’il soit impossible de qualifier davantage cette étape aussi bien d’un point de vue chronologique que d’un point de vue social. Tout au plus savons-nous par l’inscription que l’affranchi L. Aufidius que nous y connaissons avait lui-même une affranchie19.

44Tarracina et Fundi où nous connaissons des édiles locaux nous semblent être plus des cités d’aboutissement et de consécration de la promotion politique que de simples étapes et des tremplins.

  • 20 Kajento, LC, 182.
  • 21 Cf. Salomies et Solin, « Senatori oriundi del Lazio », Studi storico-epigrafici sul Lazio antico, (...)

45Quoi qu’il en soit et avant d’examiner les statuts politiques de ces cités, il faut en venir à un autre fait troublant qui complète les observations géographiques. Deux Aufidii ont été surnommés par un adjectif tiré de la cité de Frégelles durant l’Empire : Sextus Aufidius Fregellanus mort à l’âge de sept ans, dont l’épitaphe a été découverte à Rome (C.I.L., VI, 12818) et surtout Aufidia Fregellana, veuve d’un C. Roscius Primus, à Aquinum (C.I.L., X, 5515) cité distante d’une quinzaine de kilomètres du site de Fregellae. Plus qu’une coïncidence, ne serait-ce pas le possible rappel de racines dans la cité ? Après la destruction de Frégelles, en 125 av. J.-C., Fabrateria Nova fut déduite comme colonie romaine. Or, alors que le surnom fregellanusl-ana ne semble pas commun20, il est assez fréquent à Fabrateria Nova et aux alentours21.

46À partir du moment où ils sont arrivés dans des cités géographiquement proches de Rome ou dont le statut facilitait l’accès à la citoyenneté, nos Aufidii s’y sont installés et y ont prospéré en développant, par des mariages ou des adoptions, un réseau de parentèles politiquement nécessaires et utiles. Les conditions favorables se trouvaient réunies dans la plupart des cités du Latium et de la Campanie où l’on connaissait des Aufidii :

  • Tarracina, en 329-326 av. J.-C., Minturnae, en 295 et Puteoli, en 194, étaient des colonies romaines, c’est-à-dire des communautés privées d’autonomie juridique mais avec des citoyens optimo iure, de plein droit.
  • Fundi, en 334, Formiae, en 306 et Arpinum peu après, avaient d’abord été des collectivités sine suffragio – c’est-à-dire sans le droit pour leurs citoyens d’être candidats aux honneurs à Rome – puis accédèrent au droit de cité complet au plus tard vers le début du iie s. av. J.-C. Le processus est en tout cas achevé pour ces trois municipes en 18822.
  • Capoue et Cumes avaient été acquises par Rome en 338 et l’on sait que le noyau important de citoyens romains sine suffragio se trouve à partir de ce moment-là dans les cités campaniennes. Jusqu’en 216 Capoue conserva ses institutions propres. Jusqu’à cette date au moins, le seul moyen de voter pour ces Campaniens qui avaient reçu la civitas sine suffragio était d’émigrer à Rome. Contrairement à d’autres villes parfois moins bien loties juridiquement – comme les cités italiennes ou simplement alliées –, Capoue ne fut pas toujours fidèle à Rome aux iiie et iie siècles, de sorte que son histoire fut, jusqu’à la fin de la Guerre Sociale, marquée par une succession de confiscations et de recouvrements du droit de cité. La répression conduite en 212 av. J.-C. par Rome contre les Capouans qui avaient fait sécession se solda par des exécutions et des emprisonnements nombreux qui permettent peut-être de comprendre pourquoi on n’a recensé que très peu d’Aufidii en Campanie aux deux derniers siècles avant notre ère.
  • Contrairement à et quoique les tentatives d’Hannibal pour la débaucher y aient été aussi pressantes, Nola n’a pas fait sécession et, en restant fidèle à Rome, alors qu’elle ne lui était qu’alliée, n’a pas subi de répression ou de dégradation de son statut. Sylla y fonda une colonie.
  • Quant à Puteoli, Rome en avait pris le contrôle direct à partir de 19423 avec la fondation d’une colonie maritime, c’est-à-dire une colonie romaine de citoyens de plein droit.

47La diversité des statuts des cités, les vicissitudes historiques et les conditions économiques variables permettent de mieux comprendre les nuances dans la répartition des Aufidii dans le Latium et la Campanie aux deux derniers siècles avant J.-C. Leur présence s’explique dans les deux cas par des migrations. On sait l’importance et les conséquences de l’intrusion osque en Campanie au ve s. Or, si rien en Campanie ni dans les régions osques de l’Italie centrale n’atteste l’existence d’Aufidii au ve s. et si les témoignages campaniens d’époque républicaine sont numériquement très faibles, l’abondance et la qualité des témoignages d’époque impériale peuvent laisser supposer qu’il y a eu une souche d’Aufidii ancienne en Campanie.

  • 24 Cf. Camodeca (Giuseppe), « Per una riedizione de l’archivio puteolano dei Sulpicii », in Puteoli. (...)
  • 25 Valère Maxime, VI, 9, 7 ; cf. notice n° 15.
  • 26 Telle est du moins l’hypothèse que nous jugeons la plus probable au terme de l’analyse onomastique (...)
  • 27 C.I.L.,X, 1782-1783.

48On connaît en effet à Puteoli un texte d’époque impériale qui concerne un citoyen inscrit dans la tribu Falerna. C’était l’ancienne tribu d’époque républicaine de la cité. T. Aufidius Templitanus était fils de Titus (C.I.L., X, 2130) Certes, en Campanie, la tribu Falerna était également celle de Nola où des Aufidii sont représentés sous la République (C.I.L., X, 1273) et de Capoue où nous connaissons M. Aufidius L. f. Fa [lerna tribu ?] (C.I.L., X, 4025/ Mais il n’y a aucune raison de penser que T. Aufidius Templitanus ne serait pas natif de Puteoli, surtout que c’est dans cette cité que l’on rencontre le plus grand nombre d’Aufidii prénommés Titus. Cinq Titi Aufidii sont recensés à Puteoli. Au total, il y a au moins seize Aufidii dans cette cité entre la fin du Principat et l’époque trajane24 où l’on enregistre le premier magistrat municipal. Beaucoup de ces Aufidii, notamment ceux qui ont pour prénom Titus, appartiennent au milieu des affranchis ou des descendants d’affranchis. Le terminus a quo n’est pas éloigné de l’activité du sénateur républicain qui, avant d’avoir été gouverneur de la province d’Asie, avait eu des activités spéculatives25. On peut en outre penser que le sénateur qui figure parmi les conseillers du sénatus-consulte dit de agro Pergameno et dont on ne connaît que les deux dernières lettres de la tribu –] na tribu était originaire de la Campanie et précisément de Puteoli26. Qu’on ne rencontre pas de notable parmi les Aufidii de Puteoli avant l’époque trajane n’est pas un fait dirimant : entre la fin du iie s. av. J.-C. – époque de nos sénateurs – et la fin du ier s. ap. J.-C., il y a eu, entre autres, un demi-siècle de guerre et de guerre civile qui ont ensanglanté l’Italie et entraîné une dégradation économique avec pour conséquence des déclassements sociaux. Sans doute a-t-il fallu ce temps aux Aufidii et de la persévérance pour qu’ils se hissent, comme T. Aufidius Thrasea, Ilvir27, parmi les notables.

  • 28 Cf. supra, notesl3 et 22.
  • 29 C.I.L.. X, 4025 : M. Aufidius L.f Fa [lerna tribu ?].

49L’onomastique et l’environnement économique ne s’opposent pas à un lien entre les Aufidii de l’Empire et ceux de la République. Dans le cas des Titi Aufidii de l’Empire, le chaînon manquant est probablement l’affranchissement soit à l’époque de Cn. Aufidius [T. f. Faler ?]na tribu soit à celle de T. Aufidius28, l’un et l’autre sénateurs et diversement phil- hellènes. Quant aux autres prénoms relevés : Marcus et Lucius, sur l’inscription capouane29, ils ne sont pas sans lien possible avec l’époque républicaine. Marcus a été, on le sait, l’un des prénoms de l’aristocratie républicaine chez les Aufidii et Lucius, l’un des prénoms des Aufidii qui ont émigré dans les Cyclades.

  • 30 Cf. D’Arms (j.-H.), « Puteoli in the second Century of the Roman Empire : a social and economic St (...)

50Tout cela autorise à penser que la présence des Aufidii en Campanie remonte certainement à l’époque républicaine. Car, si le cas de T. Aufidius Templitanus est le seul exemple pour la gens de citoyen rangé dans la tribu primitive de Puteoli et si l’on n’a aucun témoignage incontestable qui le rattache à un ancêtre républicain connu, on a pour d’autres gentes de Puteoli des exemples sûrs et probants dont les antécédents onomastiques sont ou bien une ancienne immigration reconnue, ou bien une présence indigène pré-romaine30.

51La proximité géographique de Rome et l’absence d’obstacle majeur dans le relief de cette région et du Latium voisin, tous deux reliés à Rome dès la fin du ive s. par la via Appia – en 312 av. J.-C. – puis par la via Latina, ont accéléré la romanisation dans cette partie de l’Italie et favorisé l’intégration aux modes politiques romains aussi bien à l’échelon local qu’au sénat de Rome. Les liens entre Rome et les Campaniens, tôt établis, se resserrèrent par des mariages entre les habitants du qui, à la différence des Campaniens et notamment des Capouans, n’eurent pas à subir les conséquences d’une trahison.

  • 31 Cf. Op. cit., supra en note 22, p. 276.
  • 32 id. p. 277-280.

52D’une façon générale, le fait d’être citoyen latin facilitait l’accès à la citoyenneté romaine. C’est sans doute par l’intermédiaire de ce statut que les Aufidii républicains entrèrent dans l’histoire. Comme à partir du iie s. av. J.-C. les Latins purent aussi obtenir le droit de cité complète en exerçant des magistratures dans leurs propres cités – dont les institutions étaient souvent proches de celles de Rome jusque dans les termes qui désignaient les magistratures –, on voit que les modes et les occasions de promotion politiques s’élargissaient et se multipliaient. Pour Claude Nicolet, le statut de citoyen sine suffragio aurait disparu au iie s. av. J.-C. par suite d’une évolution de la conception du droit de cité et il n’y aurait plus en Italie à l’époque des Gracques que des citoyens romains optimo iure, donc électeurs, des Latins et des alliés31. Ces transformations doivent concerner les Aufidii qui avaient émigré dans le Latium, en Campanie et dans les trois cités ombriennes de Placentia, Septempeda et Perusia32.

53Quant aux Aufidii demeurés dans les cités alliées des Apennins centraux, ils durent bénéficier des lois de 90 et 89 qui aboutirent à l’unification politique et juridique dans la péninsule. Avec la lex Iulia, en 90, qui accordait la citoyenneté romaine à tous les Latins et à certains alliés ; la lex Plautia-Papiria qui réglait le cas des adscripti dans un municipe dont ils n’étaient pas originaires et enfin la Lex Calpurnia qui accordait la citoyenneté romaine comme récompense individuelle et s’intéressait également à la répartition des nouveaux citoyens dans les tribus, l’accès des habitants libres de l’Italie à la citoyenneté romaine était possible.

54Ainsi, les conditions politiques de la promotion initiale des Aufidii sont complètes au début du ier s. av. J.-C. Les formes de leur ascension sociale et politique et le maintien dans la situation à laquelle ils sont parvenus ne dépendent plus guère que de la nature de leur héritage et de leur habileté à le faire fructifier.

Le contexte économique

55Il est caractérisé au iie s. av. J.-C. par des mutations sociales et des transformations économiques dans l’agriculture et par le développement des échanges. Les deux phénomènes ne sont ici distingués que dans un souci de clarté car ils participent en fait tous deux de la naissance de l’impérialisme romain.

  • 33 Tite Live, XXII, 49.

56Les difficultés agricoles sont la conséquence des guerres puniques dans la mesure où la défense de l’Italie par Rome et ses alliés avait exigé de nombreux contingents de soldats prélevés dans des populations majoritairement rurales. Or, il ne s’agissait pas de petites quantités d’hommes et les pertes étaient quelquefois très élevées. 47°000 citoyens et alliés seraient morts en 216 à la bataille de Cannes en Apulie sur les collines situées sur la rive droite de l’Aufidus33. Quarante ans plus tard, le départ de quatre mille familles, qui équivaut peut- être à plus d’une dizaine de milliers d’individus, apparaît aux Samnites et aux Péligniens comme une perte cruelle et un mal absolu.

  • 34 Cf. Gabba (Emilio), Vallet (Georges), La Sicilia antica, II, 2, La Sicila romana, Naples, 1980 ; s (...)

57L’agriculture souffrait non seulement de ce manque de bras qui entraînait ou des abandons de terre ou une stagnation dans les productions italiennes et un déclassement social faute de revenus suffisants, mais aussi de l’arrivée des productions importées de régions de la Méditerranée que Rome avait conquises ou qu’elle conquérait : la Sicile et la Sardaigne depuis le iiie s.34 ; l’Orient hellénique, l’Espagne et l’Afrique bientôt.

58Les productions de ces régions étaient non seulement massives mais diverses, de sorte que les variations des prix affectaient l’ensemble de l’agriculture italienne qui connut ainsi les mutations les plus profondes. Sont concernés les pratiques agricoles, le niveau social des agriculteurs et des ruraux donc la place de la petite propriété et de la grande propriété, et finalement les bases de la richesse qui définissent la nature des élites. Les réformes gracquiennes ou les tentatives de réformes révèlent l’ampleur et la diversité des difficultés agraires et de leurs conséquences politiques. Toutefois, quoique assez justes dans l’ensemble, ces observations n’ont qu’une valeur générale.

  • 35 Cf. Nicolet (Claude), « Economie et société (133-43 av. J.-C.) », in Rendre à César, Paris, Gallim (...)

59Au iie s. av. J.-C., alors qu’elle n’est pas encore politiquement unifiée, l’Italie est une mosaïque agricole où domine toujours largement la polyculture35. Son relief, son climat, ses sols présentent une grande diversité. Il n’y a rien de comparable entre le Latium, la Campanie et les collines ombriennes. Ici il y a des dépressions fertiles, là, les plaines côtières, notamment la plaine pontine, ont besoin d’un entretien continu des systèmes de drainage pour être productives et habitables.

  • 36 Denys d’Halicarnasse, I, 37 ; cf. Nicolet (Claude), « loc. cit. » supra.
  • 37 Cf. Tchernia (André), Le vin de l’Italie romaine, Rome, E.F.R., 1986, p. 34-35 et l’appendice II, (...)

60Au ier s. av. J.-C. le trait caractéristique de l’économie rurale de la péninsule demeure l’agriculture de subsistance. Mais se dessinent déjà quelques aires spécialisées : la Campanie devient une des riches régions agricoles arbustives36 avec ses oliviers et ses vignes dans une tradition avérée au iie s. que nous rapporte Pline l’Ancien. Les grands crus campaniens qui ont pour nom Gauranum, Cales, Falerne, Massique37 prolongent ceux du Latium voisin à Formiae, Fundi, Privernum, Setia, Velitrae, Signia et Albanum sans oublier le fameux Cécube.

  • 38 Carandini (A) et autres, Settefinestre. Una villa schiavistica nell’Etruria romana, Modène, Panini (...)
  • 39 Comme on peut notamment l’observer à travers la lecture des cartes de situation et du site, op. ci (...)

61Les plaines et les coteaux d’Etrurie étaient agricoles et viticoles. Les fouilles archéologiques de la villa de Settefinestre et les exemples connus autour de Cosa ont révélé la densité des villas38 et la réalité de l’application des conseils d’organisation des exploitations donnés par les agronomes39.

  • 40 Cf. Nicolet (Claude), « Loc. cit. » note 90 ; Segenni (Simonetta), Amiternum e il suo territorio i (...)
  • 41 Op. cit. supra, 1,7.

62Les hautes terres de l’Ombrie et les pays sabelliens deviennent des zones d’élevage où se pratique une transhumance en étroite relation avec les zones d’élevage du Bruttium et de la Lucanie40. Or, déjà au iie s., Caton indiquait dans son traité sur l’agriculture tout l’avantage qu’on pouvait tirer des pâturages41.

  • 42 Nicolet (Claude), op. cit. note 70 ; id„ Les Gracques. Crise agraire et révolution à Rome, Paris, (...)

63La concentration des terres et le développement d’une agriculture spéculative, qui se sont esquissés en certaines régions de l’Italie dès le iie s. av. J.-C., ne furent guère arrêtés par la lex Sempronia qui limitait le droit de possessio à 500 jugères par individu et prévoyait des distributions « viritanes » aux « citoyens pauvres ». Ces lots ne dépassèrent pas la trentaine de jugères42.

64Dans ce contexte, les migrations probables d’Aufidii prennent tout leur sens, de même que la présence d’Aufidii dans les territoires ombriens d’Amiternum à Perusia.

  • 43 Varron De re rustica, II, 9, 6 ; cf. notice n° 24.
  • 44 Alors même qu’il ne place qu’en cinquième position (op. cit., I, 7) une prairie, mais il est vrai (...)

65Le négociant en moutons, P. Aufidius Pontianus, qui vécut au ier s. av. J.-C.43 est un des exemples de l’orientation spéculative de l’agriculture italienne dont on percevait l’influence grandissante dès l’époque de Caton. Celui-ci considérait d’ailleurs l’élevage comme la plus lucrative des productions44.

66Les caractéristiques géomorphologiques et climatiques de cette partie des Apennins centraux étaient favorables à l’économie agro-pastorale au sens large. En d’autres termes, l’élevage ovin n’était pas le seul possible. La couverture forestière diverse était sans doute plus abondante qu’aujourd’hui, le pays était giboyeux. Les profondes vallées qui entaillaient ce pays dominé par les lignes de crête et les sommets les plus élevés de la chaîne des Apennins avaient une végétation étagée où les pâturages d’altitude étaient nombreux.

67Pour ces raisons, le territoire d’Amiternum était plus qu’un lieu de passage des troupeaux venus du nord de l’Ombrie pour s’installer sur les pâturages lucaniens. On y rencontrait une aristocratie locale de propriétaires fonciers et d’hommes d’affaires qui pratiquaient l’élevage dans la région et la transhumance et qui s’intégrait donc aux circuits de production et de vente de l’Italie du nord à l’Italie du sud et, de là, probablement aux circuits d’échanges avec l’Orient. La répartition chronologique et la localisation des témoignages épigraphiques des Aufidii abondent dans ce sens.

  • 45 Cf. Chouquer (Gérard) et Favory (François), Les arpenteurs romains. Théorie et pratique, Paris, éd (...)

68Avant l’Empire, outre le cas de P. Aufidius Pontianus à Amiternum, on en rencontre en effet à Perusia (I.L.R.R.P., 814 : surnom Bucina), à Superaequum près d’ Interpromium (C.I.L., IX, 3321 : surnom Plautus), à Peltuinum (C.I.L., IX, 3569). À ces occurrences on ajoutera pour mémoire la présence de plusieurs Aufidii à Corfinium-même ou aux alentours. Et l’on voit se dessiner ainsi nettement un axe de présence des Aufidii dans une région dont les terres étaient, d’un point de vue agronomique, propices et, d’un point de vue juridique45, suffisamment diverses pour accueillir et la propriété privée – d’Amiternum à Peltuinum par exemple – et la simple possessio, c’est-à-dire la jouissance moyennant redevance, sur les terres non cultivées de l’ager publicus comme il y en avait autour de Corfinium et de Perusia.

  • 46 Caton, De agricultura, 30.

69Dans le cadre ainsi dessiné, la lecture des inscriptions est riche d’informations. Le surnom du citoyen de Perusia, Bucina (I.L.R.R.P., 814) ne révèlerait-il pas un éleveur de bœuf ? Avant d’être une trompette, bucina désigne chez Columelle le cornet du bouvier. Quoique l’agronome vécût à l’époque des empereurs Tibère et Claude, il n’y a pas de raison pour que cette observation précise ne s’applique pas au siècle qui précédait. Il ne serait pas étonnant de trouver dans cette région quelque agriculteur qui donnerait à ses bœufs une nourriture de « feuillard, d’orme, de peuplier, de chêne, de figuier »46.

70À l’autre extrémité de notre axe, la stèle votive érigée à Hercule par L. Aufidius D. [f ?] à Peltuinum est un témoignage parmi d’autres d’un culte semble-t-il fréquent sur les parcours de la tranhumance. Des témoignages plus anciens que le nôtre sont connus à Amiternum. L’influence de la Grande Grèce où les troupeaux de moutons conduits par les pâtres paissaient et étaient finalement vendus aux foires de la côte est nette. Le fait que les deux prénoms lisibles sur l’inscription : Lucius et Decimus se rencontrent également dans les îles grecques, est un indice supplémentaire de l’ambiance économique complémentaire de l’ambiance politique analysée précédemment.

71Gravitent incontestablement autour des Aufidii, reconnus pour être des citoyens ou des Romains, un certain nombre d’esclaves ou d’affranchis en provenance d’Orient et recrutés en Italie ou à Délos. Des indices tels que les surnoms ou les cultes qu’ils pratiquent ou qu’ils célèbrent abondent dans ce sens. Mais il est souvent impossible de qualifier la nature du lien qui les unit à tel citoyen. En outre, un ingénu de parents inconnus peut très bien avoir eu des grands parents d’origine servile, achetés à Délos ou sur le marché italien, ou être le descendant d’un affranchi d’un gouverneur provincial. Pour toutes ces raisons, il faut rester prudent dans l’interprétation qu’on peut donner des témoignages épigraphiques relatifs aux cultes marqués par l’hellénisme et l’Orient. Il n’est sans doute pas souhaitable d’établir un lien étroit entre ces cultes et une éventuelle participation des Aufidii aux courants d’échanges commerciaux entre l’Italie et, par exemple, le Pont Euxin via Délos, nonobstant le fait que ces cultes jalonnent les parcours d’échanges commerciaux.

  • 47 B.C.H.. 33 (1909), n° 16 = C.I.L.. I, 2236.

72L’exemple de L. Aufidius Dorotheus Minor47, affranchi de deux Aufidii à Délos (cf. stemma 1) servira d’illustration à cette nécessaire prudence. Son nom figure sur une des grandes stèles collégiales trouvées près de la stoa hypostyle de l’agora des Italiens à Délos et consacrée au dieu protecteur des matelots, Zeus Ourios, que les Latins – car l’inscription est bilingue – ont traduit par Jupiter Secundanus.

  • 48 Cf. Morel (J.-P.), « La laine de Tarente » in Ktéma, 3, 1978, p. 93 sqq.

73Faut-il, sous prétexte que ce culte avait été apporté à Délos par des marchands du Pont Euxin, qu’il existait des routes commerciales et des échanges, portant notamment sur la laine48, entre l’Orient et l’Occident, que des Aufidii ont pratiqué l’élevage en Italie et qu’on en connaît aussi dans le Pont, faire le lien entre tous ces hommes ? C’est loin d’être sûr. D’abord parce que tous ces Aufidii ne sont pas contemporains. Ensuite, parce que L. Aufidius Dorotheus Minor n’est qu’un affranchi d’origine inconnue et qu’il n’est qu’un des magistri des différents collèges nommés par le texte en grec : les Hermaïstes, les Apolloniastes et les Poséidoniastes.

74Le lien existe donc bien avec l’Orient. Mais il est général et non pas particulier aux Aufidii. Ce détour par l’Orient permet d’apprécier comme il se doit les témoignages de l’Italie. De la Lucanie hellénophone à l’Ombrie latinophone, les déplacements des hommes pour des raisons économiques – pastorales dans le cas des Aufidii – ont contribué aux brassages de populations et à la diffusion de cultes orientaux.

Les negotiatores dans la conquête du monde méditerranéen

  • 49 Cf. notice n° 15.
  • 50 VI, 9, 7.
  • 51 Brutus, 48, § 19.
  • 52 Quintus Tullius Cicero, Commentariolum petitionis (= lettre XII, 1.1 de la correspondance de Cicér (...)
  • 53 Cicéron, Brutus, 48, 179 ; Plutarque, Sulla, X, 8.

75T. Aufidiuf49 n’était pas seulement un de ces aristocrates dont les activités ont fait fructifier le capital jusqu’à lui permettre de devenir sénateur. C’était un homme que sa culture rapprochait effectivement de la nobilitas. Les témoignages de Valère Maxime50 et de Cicéron51 se complètent sur ce point, qui reconnaissent tous deux les grandes qualités de cet homo novus. Après s’être livré avec les publicains d’Asie à des pratiques interdites aux sénateurs par la loi de 218, il mena une carrière sénatoriale somme toute brillante puisqu’elle le conduisit jusqu’au proconsulat de la riche province d’Asie. Certes, il ne fut pas consul. Il abondonna même sa candidature52. Mais sa parenté connue était sénatoriale – dans le cas de son demi-frère ou cousin M. Vergilius53 comme son environnement familial. T. Aufidius semble exemplaire de la novitas. Ses activités lui ont permis d’augmenter sa richesse qu’il a dû convertir en terres car un bien foncier était la condition sine qua non pour accéder aux classes dirigeantes.

  • 54 I.G., XII, 5, 860 ; cf. notice n° 7.
  • 55 Cf. Taylor (Lily-Ross), The Voting Districts ofthe roman Republic, Rome, American Academy, 1960.
  • 56 C.I.L, XI, 1217.
  • 57 Cf. notice n° 26.

76Le cas du banquier de Délos, L. Aufidius L. f54 est moins net et plus spécifique. Pour des raisons d’origine et de destinée, nous ne croyons pas qu’il fût jamais chevalier. Aucun indice onomastique n’est favorable : le rameau sénatorial des Aufidii qui comportait vraisemblablement deux branches55 a utilisé les prénoms Cnaeus, Titus et Marcus. Ces deux derniers étaient communs aux chevaliers et aux sénateurs. L’inscription de Placentia56, dans laquelle on voit se succéder trois générations d’Aufidii dont le grand-père se prénomme Cnaeus et l’un des deux petits-fils qui est devenu chevalier par l’exercice des milices équestres, Lucius57, ne doit pas être invoquée à l’appui de la dignité équestre des Lucii Aufidii de Délos et des Cyclades. Deux raisons s’y opposent :

  • La première est chronologique. Le banquier de Délos et son fils ne sont pas rigoureusement contemporains des Aufidii de Placentia prénommés Lucius, mais leur sont antérieurs. Le premier des Aufidii de Placentia qui se hissa à la dignité équestre le fit sans doute à l’époque augustéenne, à un moment où la trace des Aufidii de Délos est perdue. Le banquier de Délos est probablement déjà mort à cette époque et, quant à son fils, qui avait émigré à Ténos, nul ne sait où il vit encore.
  • S’oppose également à la dignité équestre une seconde raison. L’environnement social défavorable et la localisation particulière des rares Aufidii prénommés Lucius incitent plutôt à voir dans ces negotiatores et ces émigrés les rejetons d’une branche qui aurait fui l’Italie du iie s. – s’il s’agit d’hommes issus du groupe des Aufidii demeurés en Italie centrale –, ou bien qui aurait été attirée en connaissance de cause, par les nouveaux horizons de l’Orient – s’il s’agit de descendants des populations osques installées en Campanie. En faveur de la première de ces deux hypothèses, il y a les localisations des Lucii Aufidii demeurés en Italie :
  • L. Aufidius D. (f ?], à Peltuinum (Barzano), (C.I.L., IX, 3569) pour lequel existent des liens avec la culture grecque puisqu’il s’agit d’une stèle votive à Hercule ;
  • L. Ofdius L.f.Pet. n., à Colletana, sur l’Ager Amiternus (C.I.L., I2, 1852) ;
  • L. Aufidius L.f PLautus, près d’ Interpromium (C.I.L., I2, 1798) ;
  • L. Aufidius G. L., à Arpinum (C.I.L., I2, 1540) ;
  • et bien sûr, les Aufidii de Placentia.

77Que la richesse accumulée par le banquier ait été élevée est une certitude. Les sommes qu’il avait prêtées et les remises de dettes qu’il avait accordées à la cité de Ténos montrent autant sa générosité – toute relative d’ailleurs – que son aisance.

78La question à poser est moins « aurait-il pu être chevalier ? » que « pourquoi n’aurait-il pas pu l’être ? ». Dans l’état de nos connaissances sur ce dossier, la réponse peut être la suivante : alors qu’à Athènes ou dans les îles cet homme était assimilé à un Romain – Rhomaios –, qu’en tant qu’étranger il faisait corps avec ses semblables et était puissant, en Italie et à Rome même, il n’aurait peut-être pas été plus qu’un Italien, voire un allié, sans droits politiques. Sa présence à Délos se situe en effet au moment de la Guerre sociale et juste après. Le fait qu’il soit appelé Romain ne préjuge pas de sa qualité juridique : il n’était pas nécessairement un citoyen romain. Il a dû quitter l’île au début du ier s. et l’on perd sa trace. Aucun indice ne laisse penser qu’il aurait pu être présent ensuite dans la péninsule italienne. L’onomastique montre en outre qu’il y aurait été seul, sans ces relations de parenté qui font qu’à cette époque un Romain n’est jamais un individu isolé. Pour ces raisons, en plus de l’incertitude sur le devenir de sa richesse et de son niveau, il est raisonnable de ne pas le considérer comme un chevalier.

  • 58 Fam., XII, 26, 1.
  • 59 Cf. Nicolet (Claude), L’ordre équestre à l’époque républicaine, Paris, éd. de Boccard, t. II, noti (...)

79Le cas de Sex. Aufidius est plus tardif. Il est aussi plus hypothétique. Les renseignements les plus précis qu’on a sur lui sont transmis par Cicéron58 : il est un des six héritiers en 44 av. J.-C. d’un certain Quintus Turius, negotiator en Afrique, vir bonus et honestus et vraisemblablement chevalier59.

  • 60 I.L.R.R.P., 723 a.
  • 61 Op. cit., p. 1057.
  • 62 Cf. chapitre I.

80On ignore qui était exactement ce Q. Turius et quelle était son origine familiale. Parmi les Turii recensés, il y a des patrons de magistri campant60 ce qui fait dire à Claude Nicolet qu’« étant donné les liens entre l’Afrique et la Campanie, on peut penser que notre Q. Turius a quelque rapport avec cette famille »61. Un rapport analogue est malheureusement impossible à établir pour Sex. Aufidius. Néanmoins, la localisation des Aufidii prénommés ainsi, exclusivement occidentale, et les caractéristiques de leur corpus62 laissent supposer que l’héritier de Q. Turius était un riche negotiator qui avait déjà des possessions ou qui finit par en avoir en Afrique.

81Quoiqu’il soit le seul à porter ce prénom avant l’Empire, Sex. Aufidius n’est pas un homme isolé. N’étaient en effet les noms des cinq autres personnages, mentionnés dans la même lettre, tous de milieu équestre ou sénatorial, qui se partagent l’héritage de Q. Turius, les deux chaleureuses lettres de recommandation de Cicéron au gouverneur de l’Afrique en faveur de Sex. Aufidius suffiraient à le prouver.

82En apparence il y a donc plus de points communs entre T. Aufidius et Sex. Aufidius qu’entre l’un ou l’autre de ces deux hommes et L. Aufidius. Pourtant, l’absence d’information sur les origines géographiques de Sex. Aufidius, en nous interdisant de privilégier une hypothèse plutôt qu’une autre, les rend toutes également possibles. Comme pour les Aufidii des Cyclades, on ne saisit de sa vie qu’une tranche.

83Ces trois cas illustrent en réalité de manière complémentaire la participation active à l’expansion romaine de la gens Aufidia dans toutes ses composantes.

84L’impérialisme n’a pas été le fait exclusif des negotiatores, ni des chevaliers. Les sénateurs y ont pris leur part. Autant en effet T. Aufidius nous montre un cheminement qu’on pourrait qualifier de progressif et logique, où la promotion politique et l’ascension sociale vont de pair et culminent dans un proconsulat d’Asie confié à un homme que son expérience désignait comme le plus compétent, autant l’intérêt et l’action de nombre d’Aufidii sénateurs qui ont précédé T. Aufidius ont suscité, organisé et accompagné cet impérialisme romain.

85Si l’on ne se contente pas d’examiner la participation aux conquêtes romaines et à leur exploitation sous l’angle financier et spéculatif, c’est-à-dire sous l’angle des negotiatores, mais sous l’angle de la curiosité intéressée et de l’installation dans les terres conquises ou acquises, alors on peut dire que la gens est massivement impliquée. Plus de la moitié en effet des Aufidii républicains doit être prise en considération, ce qui montre l’importance du poids pris par l’Orient méditerranéen, la part prépondérante prise par les sénateurs dans l’exercice de leurs charges ou en tant que conseillers et, en fin de compte, l’impossibilité de séparer les activités commerciales de l’action politique.

86Les étapes et les modes de participation à l’impérialisme apparaissent assez clairement : la présence effective des Aufidii dans l’Orient méditerranéen est avérée pendant un peu plus d’une soixantaine d’années, entre la fin du iie s. et le milieu du ier s. Ce sont les Cnai, Decimi et autres Lucii Aufidii.

87Cette présence est encadrée par des manifestations d’intérêt de sénateurs ou de chevaliers qui diffèrent dans leur nature, selon que l’on est au iie ou au ier s., tout simplement parce qu’au iie s. Rome conquiert l’Orient alors qu’elle l’exploite ou le met en valeur au ier s. Il s’agit d’abord de concevoir l’organisation, d’en définir les cadres juridiques et politiques et ensuite, d’utiliser les instruments.

Le rôle des sénateurs

88Les trois premiers sénateurs connus sont tous trois intervenus dans des conflits entre Romains et Orientaux au moment où Rome est en train d’inventer l’« impérialisme » – dans les deux premiers cas – ou au tour début de l’exploitation de ses conquêtes. L’action des trois sénateurs se situe dans la phase politique de mise en œuvre de cet impérialisme.

89Il en est ainsi pour Cn. Aufidius (Tite Live, XLIII, 8 ; cf. notice n° 2), tribun de la plèbe avec M’Iuventius Thalna en 170 av. J.-C. au moment de l’affaire de Chalcis en Eubée pendant la troisième guerre de Macédoine. La plainte des Chalcidiens illustre un épisode de la guerre où le sénat romain a décidé d’intervenir contre Persée, le roi de Macédoine, et ses alliés qui menaçaient la Grèce. Si l’intérêt de la position extrême des deux tribuns, qui sont suivis dans leur condamnation du préteur G. Lucretius par les comices, n’apparaît pas immédiatement, on ne peut manquer de relever le parallélisme entre les progrès de la conquête romaine en Orient, dans les années qui suivent cette affaire, et les progrès de l’établissement des Aufidii dans ce même Orient méditerranéen.

90On ignore si Cn. Aufidius a eu un rôle quelconque après son tribunat. On sait en revanche que M’ Iuventius Thalna, trois ans après qu’il avait été tribun de la plèbe, fut praetor interperegrinos, donc chargé de régler les litiges entre les citoyens romains et les hommes libres de l’empire qui n’avaient pas le statut de citoyen. Il pouvait ainsi s’intéresser au monde que Rome conquérait et organisait. On sait aussi qu’il tenta, à ce moment, de pousser le peuple à déclarer la guerre à Rhodes. Son entreprise échoua mais elle ne laissa pas indifférent le Sénat qui dépouilla Rhodes de ses possessions, lui interdit le commerce du sel et du bois avec la Macédoine et livra, en 166, Délos à Athènes en en faisant un port franc. Cela eut pour double effet de ruiner définitivement le commerce rhodien et de permettre à des Romains de se livrer à un négoce fructueux.

  • 63 Hatzfeld (J.), Les trafiquants italiens dans l’Orient hellénique, Paris, de Boccard, 1919.

91A en juger par le nombre élevé et croissant des Romains qui s’installèrent à Délos à partir du milieu du iie s., en observant la diversité des noms gentilices des grandes familles italiennes qui finissent par y être présentes, on peut douter qu’il n’y ait que des coïncidences entre l’action du Sénat et l’exploitation de l’Orient par ceux que Hatzfeld a justement appelés les « trafiquants »63.

92Que les uns soient des sénateurs et n’aient agi que politiquement et juridiquement comme leur statut et les pouvoirs de leurs magistratures les y autorisaient, cependant que les autres n’étaient que des hommes libres, appartenant même à une autre branche familiale, n’empêche pas que tous sont des Aufidii qui ont un seul et même nom, un seul et même culte, une seule et même communauté d’intérêts. Qu’ils aient résidé à Délos pour les uns, à Rome pour d’autres qui étaient des sénateurs et qu’ils ne se soient probablement jamais rencontrés ne faisait pas d’eux des étrangers les uns à l’égard des autres.

93À peu près à la même époque, vers 165, un autre sénateur, T. Ofidius (S.E.G., III, 1924, n° 451, Corfou ; notice n° 3) s’est intéressé à un différend entre peuple et population des confins de l’Epire et de l’Etolie qui, depuis la fin du iiie s. balançaient entre les alliances : les Ambrakiotes et les Athamanes.

94On sait que seuls les sénateurs intéressés par la requête déposée ou la question posée participaient à la rédaction d’un sénatus-consulte. Il n’y aurait donc aucune conclusion à en tirer pour notre sénateur que cet intérêt particulier si l’on oubliait son prédécesseur au tribunat de la plèbe et le contexte politique. Plus qu’un hasard ou une coïncidence, il faut y voir ici des manifestations d’une volonté : l’Orient intéresse les Aufidii culturellement et économiquement.

95Les découvertes épigraphiques renforcent les informations des textes littéraires. S’il y a bien dans la seconde moitié du iie s. une accumulation de faits militaires ou politiques qui accroissent la taille du monde romain, les Aufidii ne se font pas faute de saisir toutes les occasions qui se présentent. À la présence active dans les Cyclades à la suite de la création du port franc de Délos, doit être ajoutée la succession des Aufidii en Asie peu de temps après que le territoire échut à Rome en 133.

96En 129 av. J.-C. ou un peu plus tard, un sénateur, Cn. Auf[idius...]na tribu (I.G.R.R.P., 262, doc. A, Adramyttium ; Athenaeum, XV, 1937, Passerini, p. 252, n° 5 ; notice n° 5) s’est intéressé en tant que membre de cette haute assemblée à un litige entre Pergaméniens et publicains. Pour autant qu’on en puisse juger, ce litige doit être interprété comme une conséquence du changement d’administration en Asie. Au-delà de l’aspect juridique et financier, il a une dimension politique puisque ce sont la nature et les formes de l’exploitation de la province qui surgissent. Avec les publicains et les promagistrats, ce sont les élites détentrices du pouvoir qui sont impliquées.

  • En 107-106 c’est précisément un de ces promagistrats qui est mentionné sur une inscription d’Adramyttiurn : le propraetor Asiae, Cn. Aufidius (notice n° 9).
  • Dans les années 70, T. Aufidius (notice n° 15) qui appartenait à l’aristocratie investit dans une société de publicains. Le plus remarquable pour ses contemporains fut qu’il poursuivit une carrière sénatoriale brillante qui faillit presque culminer avec une élection au consulat. Il ne fut que candidat, pour un temps seulement, car il abandonna la course à l’élection, de sorte que le sommet de sa carrière fut un gouvernement provincial, le plus prestigieux déjà : celui de l’Asie64.
  • À la même époque un autre sénateur, M. Aufidius Lurco (notice n° 17), qui avait des intérêts en Asie et un affranchi au moins dans cette province, obtient du Sénat une legatio libera pour recouvrer une créance.

97Les éventuels liens entre tous ces hommes demeurent obscurs en raison des lacunes de notre documentation. Mais on ne peut pas s’empêcher de remarquer qu’au fur et à mesure que les victoires et les héritages permettent l’agrandissement de l’empire, les Aufidii sont présents et actifs de toutes les manières que le leur permet leur pouvoir et que les y autorise leur condition.

98À la fois donc ils participent à l’impérialisme et ils participent de lui. La preuve nous en est donnée culturellement. Leur hellénophilie est réelle.

  • Un premier exemple concerne l’ancien préteur Cn. Aufidius, le père adoptif d’Aurelius Orestes (notice n° 8). C’était à l’évidence un fin lettré, en tout cas reconnu par Cicéron. Il était l’auteur d’une histoire écrite en grec. Or, au iie s. av. J.-C., c’est en latin que les auteurs écrivent, fussent-ils pourtant venus du sud de l’Italie, comme Ennius, originaire de Tarente, ou comme Pacuvius, de Brindes65.
  • Un autre exemple concerne à la même époque le sénateur Cn. Aufidius T. f. qui fut honoré comme proxène par la cité de Rhegium à la fin du iie s. ou au tout début du ier s. av. J.-C. (notice n° 10). Or le contexte politique et culturel de cette ancienne cité de la Grande Grèce est très net66. Cn. Aufidius T. f. est un Romain. Il s’agit sans aucun doute d’une manifestation de l’engouement pour la culture grecque, comme en avaient donné l’exemple au milieu du iie s. les Scipions et comme l’avaient montré le succès et les débats suscités par les doctrines grecques. À cela, on peut ajouter que les conquêtes avaient entraîné l’arrivée d’esclaves nombreux d’origine orientale, d’abord en Sicile puis dans le sud de la péninsule.

99Le mouvement observé en Orient n’a pas son équivalent en Occident. Certes il ne faut jamais perdre de vue que nos analyses dépendent du nombre et de la qualité des sources d’information. Mais trop de connexions existent entre les Aufidii reconnus par leurs intérêts orientaux pour qu’on puisse seulement les considérer comme des coïncidences.

  • 67 Les numéros de notices suivants : 2, 3, 5, 8, 15 et 17.
  • 68 Pline, N. H.. VIII, 24, § 64.

100Sur les neuf sénateurs et chevaliers recensés, six, soit les deux tiers ont manifesté de l’intérêt pour l’Orient67. Sur les trois individus qui restent, seul le chevalier Sex. Aufidius eut finalement des intérêts certains en Afrique. À la différence de ce que l’on observe dans les cas orientaux, ici il ne semble y avoir aucun empressement dans l’installation dans la province : un siècle s’est en effet écoulé entre la chute de Carthage – donc l’implantation administrative romaine-et l’occurrence de Sex. Aufidius. Ce long intervalle fait qu’on ne peut pas considérer le plébiscite du tribun de la plèbe Cn. Aufidius (cf. notice n° 2), qui favorisait l’importation des bêtes sauvages africaines en Italie68, comme un signe précurseur.

101Les Aufidii étaient trop engagés dans les affaires de l’Orient pour avoir la ressource humaine, financière et sans doute politique de s’engager également en Occident. De manière précisément datée, on ne leur entrevoit d’intérêt en Afrique qu’à l’occasion d’un héritage, en 45 av. J.-C., et encore s’agit-il de biens ou d’affaires qui n’étaient pas dans leur famille. Quant à leur présence sur le sol africain à l’époque augustéenne et au début du ier s. ap. J.-C., elle est probable mais ni certaine, ni précisément datée, en trois lieux éloignés les uns des autres :

  • à Suo (Henchir Merah), où une dédicace à Germanicus nous fait connaître C. Aufidius Macer (I.L. T., 682), vraisemblablement d’origine italienne ;
  • à Thuburnica (Henchir Sidi Ali bel Kassem) avec Sex. Aufidius Sat... (I.L.Af., 465) au ier s. av./ ap. J.-C ;
  • à Cirta, enfin, où vécut probablement à la même époque P. Aufidius P. f. Cotta, possible immigré d’origine italienne comme le laisse supposer sa tribu, Aemilia, qui était celle de Mevania en Ombrie et celle de Formiae et surtout Fundi dans le Latium où les Aufidii sont bien représentés au ier s. av. J.-C.

102Il faut ensuite attendre sans doute la seconde moitié du ier s. ap. J.-C. et davantage le iie s. pour recenser de nombreux Aufidii en Afrique et l’on peut considérer que la diffusion du nom y est alors bien plus la conséquence de la croissance démographique que des migrations italiennes. Celles-ci ont probablement existé à la fin de la République et à l’époque augustéenne. P. Aufidius P. f. Cotta en est un indice. Concurremment, on doit envisager l’existence d’affranchissements, en rapport peut-être avec les affaires dont hérita Sex. Aufidius en 45. Sex. Aufidius Sat..., à Thuburnica, pourrait en être un indice.

103Quelles qu’en soient les causes, la présence des Aufidii en Afrique se différencie, radicalement à l’époque, du mouvement reconnu pour l’Orient en ce que les sénateurs n’y sont pour rien et que les émigrants auraient fui, malgré eux, l’Italie à la suite de mécomptes politiques.

104L’antériorité de la conquête et de l’exploitation de l’Orient explique le développement de relations familiales et d’affaires de ces deux côtés de la Méditerranée. C’est à Délos comme à Tarracine que l’on rencontre des Aufidii et des Magulnii ; c’est dans le Latium – en particulier à Fundi – et en Asie que l’on rencontre des Aufidii et des Sestullii.

105C’est à travers l’histoire des conquêtes et de l’organisation des provinces orientales qu’on rencontre les noms de sénateurs et de chevaliers issus des grandes gentes associées, à l’occasion d’une magistrature, à un Aufidius. Il en est ainsi des Iuventi et des Fulvii.

106Et c’est en fin de compte, nous semble-t-il, la politique qui est le nœud gordien du devenir de la gens, parce qu’il est des choix néfastes et d’autres qui sont plus heureux. L’exemple du chevalier sertorien, Aufidius (cf. notice n° 21), vient à l’esprit en même temps que celui du père adoptif d’Aurelius Orestes. C’est la politique parce qu’il est des actions qu’on ne peut conduire que dans un environnement familial et social ; parce qu’il est des héritages qui servent et d’autres qui desservent.

Les Aufidii dans la vie politique jusqu’au milieu du ier s. ap. J.-C.

Le handicap de l’absence d’ascendance noble

  • 69 On ne dispose d’aucun texte littéraire ou philosophique, d’aucune correspondance qui puisse nous é (...)

107Les Aufidii sont des plébéiens d’origine osco-ombrienne. Nul ancêtre brillant n’est connu par les textes et la recherche d’indices dans les comportements familiaux et politiques reste vaine. Aucun des toponymes proches, comme l’Aufidus lucanien, la cité d’Aufidena dans les Apennins ou celle d’Aufinum, n’est révélateur de la patria ou de l’origo des Aufidii qui ne semblent pas les avoir revendiqués comme tels69.

108Les symboles reconnus sur les monnayages du vir monetalis, M. Aufidius Rus [ticus ?] n’ont pas d’originalité gentilice (cf. notice n° 4) : ce ne sont que têtes de la déesse Rome, Jupiter dans un quadrige et trières. Il n’y a rien qui ressemble au denier de P Fonteius P. f. Capito en 55 av. J.-C. (RRC n° 429) qui nous montre la villa publica et encore moins au denier de P. Porcius Laeca vers 110 av. J.-C. (RRC n° 301) où l’on voit un général en uniforme qui étend le bras vers un citoyen en toge, sur le côté droit un accensus armé de bâtons et, sous une ligne horizontale en-dessous, le mot provoco qui est sans doute une allusion aux lois Porciae de provocatione du début du iie s.

109L’histoire des sénateurs et des chevaliers des deux siècles avant J.-C. illustre bien à la fois cette modeste origine familiale sans ancêtre exemplaire, les efforts qui sont faits par les Aufidii pour se hisser au premier rang et la relative limitation consécutive de leur ascension.

110Au iie s. av. J.-C., il n’y a que d’ordinaires sénateurs, connus comme membres de l’assemblée ou tribuns de la plèbe. Les carrières ne s’étoffent et ne deviennent un peu plus brillantes qu’à partir de la fin du iie s :

  • Cn. Aufidius qui vécut longtemps et adopta un Aurelius Orestes est préteur.
  • À la même époque sont connus deux gouverneurs de province : l’un, Cn. Aufidius T. f., d’une province inconnue ; l’autre, Cn. Aufidius Cn.f., de la province d’Asie.

111L’un de ces deux propréteurs est sans doute le même que celui qui adopta Aurelius Orestes.

  • 70 Cf. les notices n° 12 et 17.

112Au ier s., nous connaissons deux autres tribuns de la plèbe (M. Vergilius et Aufidius Lurco)70, un proconsul d’Asie (T. Aufidius) et surtout un consul (Cn. Aufidius Orestes).

113L’ascension de la gens s’est effectuée en un siècle, du premier tribun de la plèbe connu en 171 av. J.-C., Cn. Aufidius, au premier consul connu, en 71, Cn. Aufidius Orestes, ce qui équivaut à quatre ou cinq générations. Mais ce premier consul est aussi le seul. L’ascension de la gens fut donc à la fois réelle, et lente et éphémère.

  • 71 En 179, M. Aufidius, l’adjudicataire de travaux sur le Capitole, Pline, N. H., XXXV, 14.
  • 72 En 171, Cn. Aufidius, le tribun de la plèbe, collègue de M’Iuventius Thalna, Tite Live, XLIII, 8.

114Du côté des chevaliers il n’y a pas à proprement parler d’ascension ou de progression dans la mesure où l’ordre équestre était à la fois le vivier de l’ordre sénatorial et le refuge des branches non sénatoriales ou des rejetons des sénateurs. Constatons que, si nous connaissons plus de sénateurs que de chevaliers au iie s., c’est l’inverse qui se produit au ie s. L’interdépendance des deux catégories de l’aristocratie romaine apparaît au début du iie s. puisque nous connaissons à une dizaine d’années d’intervalle un chevalier prénommé Marcus71 et un sénateur prénommé Cnaeui72.

115Les apparentes différences entre nombre d’individus, évolution des groupes et destinées de chacun masquent une double réalité commune aux Aufidii de la nobilitas : l’étroite dépendance dans laquelle ils se trouvent à l’égard des grandes gentes républicaines et, par contrecoup, le handicap que constitue pour eux l’absence d’ascendance noble.

  • 73 Pline, N. H., XXXV, IV, § 14.

116M. Aufidius, le premier membre connu, présent à Rome en 179, entre dans l’histoire comme redemptor73 c’est-à-dire un entrepreneur, qui a remporté, par adjudication, un marché public. C’est peut-être un publicain au sens littéral du terme. En tout cas, c’est quelqu’un de riche qu’on peut considérer comme un membre de l’ordre équestre. Dans son cas et à son époque il récolte les fruits d’un enrichissement préalablement constitué à partir de biens fonciers et d’activités industrielles connexes : carrières, manufactures, etc. Il fut en effet redemptor tutelae Capitolio au moment où des travaux de rénovation étaient entrepris sur le Capitole quarante ans à peine après la lex Claudia. Pour cette raison on a donc du mal à imaginer qu’il pût être sénateur. En revanche, il semble plus judicieux de penser que l’aisance des Aufidii et, en particulier, de celui-ci, était telle que leur notoriété dépassait le cadre osco-ombrien et, dans les cités du Latium et de la Campanie où certains étaient installés, qu’elle dépassait le seul cadre local de leurs cités. Sans doute aussi les relations familiales qu’ils commençaient d’y nouer favorisaient-elles des amitiés politiques qui ont pu hâter la promotion politique et l’ascension sociale en leur faisant franchir l’étape décisive de l’entrée à Rome.

117La présence ici de deux Aufidii en moins de dix ans d’intervalle, l’un comme chevalier avec une responsabilité avant tout technique en un lieu politiquement chargé de sens, l’autre comme sénateur tribun de la plèbe-magistrature hautement politique – dans ce même lieu en est la preuve.

  • 74 Cf. Tite Live, Livre XL, ch. XLV, § 7.
  • 75 Cf. ce qu’en dit Tite Live, Livre XL et livre XXXIX,
    ch. IV et V ; cf. Gros (Pierre), Architecture (...)

118À cette double coïncidence, géographique et temporelle, s’ajoute une autre double coïncidence : celle des gentes et des cités où on les rencontre. En effet, la gens Fulvia qui donne les consuls de l’année 179 (Q. Fulvius et L. Manlius qui n’est autre que son frère adopté par un Manlius Acidinus) donne aussi à Rome la même année l’un de ses censeurs, M. Fulvius Nobilior qui, aux dires de Tite Live, mit en adjudication de nombreux travaux74. Ceux qui ont été entrepris sur le Capitole en font peut-être partie. On observe en tout cas durant les années 180-170 une multiplication des chantiers à Rome et dans les cités du Latium dont étaient originaires ces grandes gentes et où elles avaient des villas75, à Tarracine, à Fondi, à Formies entre autres. C’est aussi dans ces cités qu’on rencontre des Aufidii.

119À Rome, parmi les hommes d’affaires, les sénateurs, les magistrats et les promagistrats, on ne rencontrait finalement que des hommes connus. Il pouvait résulter de la petitesse du cercle dirigeant, des rencontres fortuites et sans lendemain, comme des amitiés ou des affinités politiques nées de l’intérêt pour un même sujet. C’est ainsi que, dans les efforts des Aufidii pour se hisser aux meilleures places de l’aristocratie, nous interprétons des indices divers.

120On a vu précédemment l’intérêt des sénateurs et des chevaliers de la gens pour l’Orient hellénique. N’y aurait-il pas ici encore une convergence avec les Fulvii ? En effet, M. Fulvius avait été le vainqueur en 189 des Étoliens, celui qui avait fait le siège d’Ambracie et l’avait investie, celui qui avait soumis Céphallénie. Il était également l’un de ceux qui avaient rempli les édifices publics – et privés – d’œuvres d’art grecques. Sans aller jusqu’à la connivence, qu’aucun témoignage n’assure, entre les Aufidii et les Fulvii, on peut au moins parler d’influence politique de ceux-ci sur ceux-là. Parmi les sénateurs qui s’intéressèrent au litige entre Ambracie et les Athamanes figure un T. Aufidius M. f.. L’affaire se situe dans les années 175-165. Elle est proche de la victoire romaine sur les Étoliens, proche également de l’année 179. Le père de notre sénateur qui apparaît dans la filiation porte le même prénom que le chevalier de 179. T. Aufidius M. f. pourrait être son fils ou son frère. L’étroitesse des liens entre ces hommes participe d’un réseau de relations socio-politiques net.

121L’entrée des Aufidii sur la scène politique coïncide avec l’apogée des Fulvii, tout au moins de la branche surnommée Nobilior. Après le proconsulat du fils aîné du vainqueur des Étoliens en 158 et le consulat du fils cadet en 153, le rôle politique de cette branche s’estompe.

122L’existence d’une amitié politique ou de relations de dépendances entre les Aufidii et les Fulvii est une hypothèse. Elle nous semble devoir trouver une confirmation a posteriori. Après la vingtaine d’années riches qui vont de 179 aux environs de 160, l’ascension des Aufidii semble interrompue. Alors qu’ils ont réussi leur entrée à Rome et au Sénat, ils ne réussissent pas à s’y faire un nom.

  • 76 Cf. notices n° 8, 9 et 10.
  • 77 Real Encyclopädie, Aurelii, 179.
  • 78 Id., 181.

123Il faut attendre la fin du iie s. av. J.-C. pour qu’un sénateur de cette famille devienne préteur. C’est Cn. Aufidius dont la renommée était grande du temps de la jeunesse de Cicéron76. Il y a toutes les raisons de croire que la coïncidence et la complémentarité d’informations entre sources épigraphiques et littéraires traduisent, en la révélant, l’importance du rôle du sénateur qui adopta dans sa vieillesse un membre d’une grande gens patricienne : la gens Aurélia. Or dans cette gens, la branche surnommée Orestes est consulaire depuis 157 avec L. Aurelius Orestes L. f., L. n. Celui-ci avait été envoyé en Syrie comme légat en 163. En 148 il était en Grèce et à Corinthe77. En 126 il y a un autre Aurelius Orestes consul et encore un en 103, la même année que Marius78. L’adoption d’un Aurelius Orestes par Cn. Aufidius a permis aux Aufidii d’avoir leur premier consul.

124Ainsi replacé dans le contexte chronologique et dans le cadre gentilice et politique, le cas du père adoptif d’Aurelius Orestes éclaire le handicap majeur des Aufidii : plébéienne et « italienne », cette gens n’a pas de grands ancêtres.

125Les caractéristiques des sources d’informations pour la période républicaine sont telles qu’on peut être certain que Cn. Aufidius, l’ancien préteur qui adopta Aurelius Orestes, était, au moins pour la gens Aufidia, un grand sénateur. À l’inverse, on peut être sûr que les modestes tribuns de la plèbe et le monetalis qui l’ont précédé, à quelque branche qu’ils aient appartenu, n’ont jamais eu une carrière plus brillante que celle que nous leur connaissons.

126On doit être également certain que le handicap de ne pas appartenir à une grande gens, de n’avoir pas d’ancêtre consulaire est aggravé par l’absence ou la perte de relations avec elles. Les Fulvii connaissent leur apogée au milieu du iie s. Les gentes d’origine et de composition analogue aux Aufidii, comme les Octavii, les Sestullii, les Sextilii, les Vergilii et autres Magulnii, n’ont pas encore percé à cette époque ni localement, ni en Orient parce que la conquête n’est pas totalement achevée et que les conflits ne sont pas encore terminés.

127Sénateurs ou chevaliers selon leur richesse, leur activité et leurs goûts, les Aufidii se sont maintenus durant un demi-siècle. De médiocres qualités politiques ne sont pas exclues qui contrasteraient avec le père adoptif d’Aurelius Orestes. Elles n’auraient cependant pas eu que des inconvénients si l’on veut bien se souvenir que, du milieu du iie s. à la fin de la République, la présence ininterrompue au Sénat a permis aux Aufidii de se familiariser avec la gestion des affaires orientales : des Aufidii en ont examiné les aspects juridiques et politiques comme conseillers ; ils en ont peut-être mesuré l’impact sur la vie politique romaine comme témoins ou comme acteurs ; ils ont dû en apprécier enfin tous les avantages potentiels.

128La succession du tribun de la plèbe Cn. Aufidius, collègue de M’ Iuventius Thalna en 171, du sénateur T. Ofidius, conseiller pour le sénatus-consulte relatif aux Ambrakiotes et aux Athamanes dans les années 160, du sénateur Cn. Aufidius, conseiller pour le sénatus-consulte relatif aux publicains et aux Pergaméniens dans les années 120 et enfin du père adoptif d’Aurelius Orestes est éloquente.

129Une telle lecture du devenir de la gens qui privilégie la continuité, une tendance stratégique et des constantes géographiques n’entre pas en contradiction avec le constat des aléas d’une carrière ou d’une succession de générations. Elle la complète. L’intérêt pour l’Orient est en effet continu. Né au iie s., il se poursuit en s’amplifiant au ier s. où les moyens et les formes de l’action politique et économique se diversifient, et où les Aufidii comme de nombreux autres hommes récoltent les fruits d’une persévérance.

130Les aléas politiques d’un ier s. troublé alliés à une notoriété réelle mais sans prestige et à une envergure sociale et politique ordinaire rendent périlleux le maintien de ce que le iie s. a pu apporter à la gens. Être sénateur suppose une aisance financière et des liens de parentèle qui sont des liens politiques. Cela implique des choix politiques et d’assumer un héritage. Là où une relative stabilité politique permettait à un individu médiocre de se maintenir sans dilapider son héritage, la tourmente des proscriptions et des guerres civiles défait les fortunes et les hommes ou les hisse au contraire au sommet.

L’engagement politique et ses conséquences

131Quatre Aufidii du ier s. sont connus pour leur engagement politique. Ce sont M. Vergilius, tribun de la plèbe en 87 av. J.-C., son demi-frère ou cousin T. Aufidius, préteur entre 70 et 66 et proconsul d’Asie en 66, Aufidius, un des officiers de Sertorius et M. Aufidius Scaeva, sans doute officier à l’époque des triumvirs. Il convient d’ajouter à ces quatre individus Cn. Aufidius Orestes car l’ensemble des informations qui sont à notre disposition permet de connaître avec une grande vraisemblance son engagement politique. Chronologiquement, le cas de M. Aufidius Scaeva est tardif par rapport aux autres qui ont tous, peu ou prou, été anti-syllaniens.

132C’est ce que l’on déduit de l’action intentée par M. Vergilius contre Sylla en 87. Cette année-là, L. Cornélius Cinna, un marianiste, est élu consul. Il est l’un des représentants les plus vigoureux du parti opposé à Sylla. Quelque temps après, une fois Sylla parti en Asie pour combattre Mithridate, Cinna demande la mise en vigueur de la lex Sulpicia pour l’adoption de nouveaux citoyens dans les tribus.

133Aufidius, lui (cf. notice n° 21), est sertorien. Il avait en effet suivi son chef Q. Sertorius dans son exil et sa conquête en Espagne lorsque Sylla, à qui il était opposé, était revenu à Rome en 82. Comme sertorien, Aufidius fut probablement un des proscrits de 82 tout comme Sertorius d’ailleurs. La grande différence est qu’alors que leur fuite leur avait permis d’échapper aux exécutions de la proscription, Sertorius avait péri en 72 sous les glaives d’une conjuration de ses propres officiers et qu’Aufidius, l’un des conjurés, avait été le seul à survivre. Le devenir de ses biens est donc en question.

134Cn. Aufidius Orestes n’a pas d’engagement pro-syllanien connu. Consul en 71, il semble être l’un des rares consuls de cette décennie à ne pas avoir eu de relations avec Sylla, ce que son échec à l’édilité vers 80 pourrait montrer si l’on était sûr qu’il fut candidat au tout début de la décennie, c’est-à-dire alors que Sylla était encore dictateur. Dans le cas contraire, le fait que Cn. Aufidius Orestes n’ait pas été édile pourrait s’expliquer par les conséquences de la proscription qui dut frapper un autre Aufidius, l’officier de Sertorius, et par les conséquences de l’engagement anti-syllanien de M. Vergilius.

135T. Aufidius, en raison de sa parenté avec M. Vergilius et de son attachement intéressé à l’Asie comme chevalier dans les années 80 peut être soupçonné de conduite ou d’attachement à des idées opposées à celles de Sylla.

  • 79 Cf. Hinard (François), Les proscriptions de la Rome républicaine, Rome, E.F.R., 1985, ch. II, nota (...)
  • 80 Cicéron, Catilinaires, 37, 9.
  • 81 Hinard (François), ibid.

136La question de l’importance de l’engagement anti-syllanien, connu ou supposé, et des conséquences sur le devenir du nom oblige à rappeler que l’ensemble de la procédure de la proscription de 82 visait à l’éradication de familles entières79. Son abolition n’intervint qu’en 49 avec la lex Antonia de civibus restituendis qui décidait, in integrum, la restitution des droits de toutes les victimes du régime syllanien, notamment les proscrits et leurs enfants, ces derniers ayant pu revenir à Rome à la faveur de la loi de 70 sans qu’ils recouvrent la totalité de leurs droits civiques80. Cette restitution excluait les biens qui avaient été confisqués et vendus. Mais il avait fallu attendre une trentaine d’années pour que s’éteignent légalement et du simple point de vue juridique les conséquences d’une véritable épuration. Cette mesure n’en éteignait pas aussi facilement les conséquences économiques et sociales à une époque ou la solidarité familiale est encore une réalité. Jusqu’à la fin de la République, le groupe familial est très stucturé. Les héritiers sont tenus des dettes de leur père, qui sont « leurs dettes »81 dont ils devront répondre sur les biens qu’ils acquerront. En frappant massivement les familles sur leurs biens, la proscription syllanienne a sans aucun doute entraîné une déchéance économique et sociale dans de nombreuses familles.

137L’examen de la situation des Aufidii au milieu du ier s. av. J.-C. laisse apparaître d’une part des différences par rapport à la situation qui prévalait au iie s., d’autre part des différences sensibles dans la composition et les caractères des groupes que constituaient les chevaliers, les sénateurs et les notables locaux. À l’abondance des sénateurs du iie s. succède une forte représentation équestre au ier s. av. J.-C. D’autres faits autorisent à dire que les troubles des années 80 ont bouleversé la progression de la gens.

  • C’en est fini des Cn. Aufidii de l’ordre sénatorial au ier s. Le dernier à porter ce prénom meurt au milieu du siècle après avoir hissé les Aufidii jusqu’au consulat en 71 av. J.-C. On peut considérer ce Cn. Aufidius Orestes à tous les sens du mot comme un héritier : de la gens Aurelia à qui il doit, une fois son adoption par les Aufidii réalisée, son élection au consulat ; de la gens Aufidia dans laquelle il est entré par adoption et dont il assume et l’ascension et les erreurs. Héritier enfin, il l’est absolument car il ne semble pas avoir eu de descendants.
  • Les M. Aufidii, peu nombreux au total, traversent modestement les deux siècles, d’un point de vue politique s’entend. Deux d’entre eux sont assez bien connus : au iie s., M. Aufidius Rus [tiens], le monetalis ; au Ier s., M. Aufidius Lurco, le tribun de la plèbe. Beaucoup d’incertitudes obscursissent le cas de M. Aufidius Scaeva, probable officier de l’époque des triumvirs dans les années 37-36 (cf. notice n° 27). Tout comme les Cnai Aufidii, les Marci Aufidii disparaissent de l’horizon politique avec la fin de la République et l’on n’en connaît pas un seul d’envergure durant la période augustéenne.
  • Le constat est analogue pour les sénateurs prénommés Titus. Le dernier d’entre eux ne laisse de trace qu’avec sa candidature au consulat en 65 pour l’année 64.

138L’effacement des sénateurs de la vie politique romaine est donc incontestable. Il oblige naturellement à s’interroger sur ses causes car il intrigue.

  • 82 Ad Att., I,16, § 13.

139De M. Aufidius Lurco on oserait dire que la modeste carrière politique – pourtant raillée par Cicéron82 – a été compensée par la réputation qu’il s’est acquise comme éleveur de paon et comme gourmet. Mais ce n’est pas le plus important. Il avait surtout des intérêts, peut- être fonciers, en Asie.

140Or c’est aussi en Asie que commence et que finit l’action de T. Aufidius. En devenant sénateur et proconsul d’Asie aurait-il converti dans l’achat de terre la petite part qu’il avait auparavant dans une société de publicains ?

141Il semble que les deux derniers sénateurs connus de la gens ont été des propriétaires fonciers en Italie ou en Asie et probablement dans les deux territoires à la fois. La province d’Asie avait été un refuge pour certains marianistes. Des populares, notamment des proscrits de 82, y étaient présents. Faut-il alors déceler dans le comportement politique des sénateurs et des chevaliers du début du ier s., dans l’environnement et l’entourage de T. Aufidius et de M. Aufidius Lurco les causes d’un transfert de fortune en Asie ? Faut-il supposer le rachat de biens de proscrits ? C’est probable mais impossible à prouver parce que les informations sont trop ténues. Elles ne procèdent pas de renseignements directs mais des silences de nos sources et du silence même des Aufidii dans l’histoire. Le non-dit pourait en être une des clefs.

142Disparition des sénateurs dans la seconde moitié du ier s. av. J.-C ; éloignement physique de ceux-ci et des chevaliers par rapport à Rome avec pour corollaire le désintérêt des auteurs contemporains pour leur personne ; différence dans l’onomastique des Aufidii du premier tiers du Ier s. av. J.-C., tout concourt à révéler des mutations profondes et un changement d’horizon. La forte représentation équestre de l’extrême fin de la République et du début de la période augustéenne intrigue également non pas tant en raison du nombre que de certaines caractéristiques onomastiques.

  • 83 Fondateur et chef de l’école dite proculienne, animé de l’esprit républicain, membre en 18 av. J.- (...)

143Ainsi les surnoms de deux des Aufidii de cette époque : Namusa et Tucca ont une indubitable origine étrusque. Ils sonnent étrangement dans une gens que l’on sait présente dans le Latium et la Campanie pendant la République, mais pas en Etrurie. D’un point de vue social, ces deux hommes devaient être des chevaliers, mais certainement pas des sénateurs. Du moins est-ce ce qu’on peut inférer de l’environnement politique et social des deux jurisconsultes Aufidius Namusa et Aufidius Tucca. À partir du ier s. et plus précisément du milieu du ier s. av. J.-C., les juristes ne se recrutent presque plus dans l’aristocratie traditionnelle ; s’ils consentent à entrer au Sénat, ils refusent d’y poursuivre une carrière. L’attitude d’Anti- stius Labeo n’en est en quelque sorte qu’une manifestation éclatante83. Avant lui il y avait eu C. Trebatius Testa et A. Ofilius, condisciple de nos deux jurisconsultes.

  • 84 C.I.L.VIII, 7223.

144Si l’on peut se faire une idée du milieu auquel appartenaient Aufidius Namusa et Aufidius Tucca, on ne sait rien de leur vie et surtout pas d’où ils viennent ni qui sont leurs ascendants. Ils ne semblent pas avoir eu plus d’avenir que nous ne leur connaissons de passé. On cherche vainement à savoir si leurs surnoms caractéristiques trahissent réellement leur origo. Bien plus, on pourrait douter qu’ils fussent natifs d’Etrurie si l’on se référait au seul autre Aufidius qui ait porté un surnom d’origine étrusque, P. Aufidius P. f. Aemilia tribu Cotta, à l’extrême fin du ier s. av. J.-C. ou plus probablement au début du ier s. ap. J.-C. Ce citoyen, mort à Cirta en Afrique où l’inscription a été découverte84, était en effet rangé dans une tribu qui, non seulement n’était pas celle de Cirta, mais surtout est inconnue en Etrurie. Quelques indices sont néanmoins susceptibles d’éclairer les origines possibles de ces trois Aufidii au surnom étrusque.

  • 85 Cf. Nicolet (Claude), op. cit., supra, t. II, n° 324 ; Hinard (François), op. cit., supra en note (...)

145Autant le Latium et la Campanie sont connus pour avoir accueilli de nombreux Aufidii dès la République, autant les sources littéraires et épigraphiques nous renvoient de l’Etrurie de cette époque l’image d’un désert que viennent à peine troubler quelques rares inscriptions du début de l’Empire et l’hypothèse que l’officier de Sertorius lui-même et le milieu des chevaliers qui l’entouraient y avaient des racines85. Ainsi pourrait-on ici également interpréter le silence de nos sources et ce désert comme la preuve de l’efficacité des proscriptions.

  • 86 C.I.L., XI, 7131 et 7132 Clusium
  • 87 Cf. Torelli (Mario), « Ascesa al senato e rapporti con i territori d’origine italia : regio VII (E (...)

146La seule inscription un peu ancienne en provenance d’Etrurie date vraisemblablement du début de l’Empire. Elle concerne un père et son fils, C. Aufidius C. f. Vettia86. Outre le surnom, elle contient une intéressante indication. C. Aufidius C. f. Vettia fut haruspex. Or il semble que la pratique religieuse de l’haruspicina a constitué le ciment politique conservateur de l’aristocratie étrusque qui s’est ralliée avec enthousiasme à la dynastie impériale87.

  • 88 I.L.R.R.P., 814 : Q. Aufidius C.f. Tro(mentina tribu) Burina.

147De plus, la découverte des fastes de l’ordo haruspicium avec des fragments de biographie de certains membres montre que dès l’époque des guerres civiles, cet ordo existait. On peut donc se demander dans ces conditions si C. Aufidius C. f. Vettia, qui était un de ces notables, ne serait pas, au début de l’Empire, quelque témoin de l’existence d’une branche de la gens dans cette région, peut-être même dans la cité de Clusium plutôt qu’un parent quelconque des Aufidii connus à Perusia88.

148Quoi qu’il en soit, en Etrurie comme dans le Latium et la Campanie, l’acmé des Aufidii a été atteint dans le milieu du ier s. av. J.-C.

Place et rôle des Aufidii dans la vie économique du monde romain des origines de leur apparition au début du ier s. ap. J.-C.

Préliminaire

149Dès le début de leur histoire et jusqu’à la disparition du nomen dans nos sources, les Aufidii ont joué un rôle dans la vie économique du monde romain. À une époque ou à une autre, des Aufidii ont été des producteurs, des artisans – c’est-à-dire qu’ils ont transformé des productions – ou des hommes d’affaires, expression qui, on le verra, regroupe des activités variées.

150De manière diverse leur nom est associé à des productions agricoles : blé, huile, peut- être raisin ; à de l’élevage, transhumant ou spécialisé ; à des fabrications : amphores, lampes, vases, briques ; à la commercialisation : exportation de produits agricoles, contrôle des marchés, prêts bancaires.

151Des hommes de condition et de statut différents ont été impliqués dans ces activités économiques : des sénateurs, des chevaliers, des notables locaux ; des ingénus et des affranchis. Tout un ensemble d’esclaves aussi dut travailler pour ces Aufidii mais nous n’avons naturellement aucun témoignage épigraphique à leur sujet.

152Il ne faudrait cependant pas déduire de cette rapide présentation générale que le rôle des Aufidii dans la vie économique a été primordial. Nous disposons d’assez peu de documents. Moins de 8 % des entrées de l’index alphabétique des Aufidii concerne des individus directement ou certainement impliqués dans l’une quelconque des activités ci-dessus présentées. Ces documents sont en outre de qualité très variable tant par la forme que par les informations qu’ils contiennent. Ils sont dispersés géographiquement et attestent des localisations humaines ou matérielles elles aussi dispersées avec toutefois des nuances. Outre l’Italie, avec Ostie et Rome, les Cyclades, la Phrygie probablement, l’Asie et le Pont peut- être sont les lieux où l’on a le plus de traces d’une présence ou d’une activité économique des Aufidii. Enfin, ces témoignages ne recouvrent que rarement une longue durée.

153Les traits caractéristiques de cette localisation coïncidant avec ceux de la dispersion globale et des principaux pôles de présence des Aufidii, la réflexion doit porter sur les rapports entre telle participation à la vie économique et la présence globale des Aufidii.

  • 89 Il faut ensuite attendre le iie s. ap. J.-C. pour avoir de nouveau des témoignages d’ordre économi (...)

154Chronologiquement, les seuls documents sûrs à partir desquels il est possible d’analyser le rôle des Aufidii dans la vie économique du monde romain datent de la fin du iie s. av. J.-C. jusqu’au milieu du ier s. av. J.-C.89.

  • 90 Nicolet (Claude), « Economie et société (133-43 av. J.-C) », in Rendre à César, Paris, Gallimard, (...)
  • 91 Id., ibid
  • 92 Cette question est fondamentale pour la période et au centre d’un débat entre historiens. La conce (...)

155La typologie des activités est rendue difficile tant certaines sont imbriquées les unes dans les autres, tant les mécanismes économiques étaient étroitement associés chez les Anciens. Il est impossible d’adopter un classement simple parce que l’économie antique ne peut pas être étudiée « indépendamment du type de société qu’elle irrigue »90 et parce que « les hommes ne sont pas seulement des producteurs ou des consommateurs, des possesseurs de capital ou des salariés. Ils sont aussi libres ou esclaves, romains ou « alliés », [...] ils ont un « statut » social qui ne résulte pas seulement de leur place dans un processus économique mais le plus souvent [...] du rôle que leur assigne l’organisation même de la cité »91. Il est donc d’autant plus malaisé de définir la place exacte de la propriété foncière dans l’édification de la richesse et de la puissance des Aufidii92 que nous ne disposons jamais d’un ensemble documentaire complet ni homogène.

Les Aufidii et les affaires

* P. Aufidius Pontianus

  • 93 Cf. Giardina (A.), « Allevamento ed economica della selva in Italia meridionale : trasformazi e co (...)
  • 94 Il n’y a pas plus de raison de dire que la lex Claudia interdisait aux sénateurs et aux fils de sé (...)
  • 95 Valère Maxime, VI, 1, 3, mentionne un Pontius Aufidianus eques Romanus et l’on connaît un L. Ponti (...)

156Ce chevalier pratiquait l’élevage transhumant (cf. notice n° 24). Le troupeau qu’il avait acheté dans le nord-ouest de l’Ombrie fut sans doute vendu à Héraclée. Or on sait qu’il y avait dans le sud de la péninsule, notamment à Héraclée et à Tarente, des marchands qui exportaient la laine et dont certains sont connus à Délos93. L’activité de P. Aufidius Pontianus est liée à la propriété foncière et n’est pas incompatible avec son très probable statut de chevalier94 tel qu’on peut le déduire des relations avec la gens Pontia95.

  • 96 . Cf. Brunt (P. A.), Italian Manpower, 225 B.C. –A.D. 14, Oxford, 1971, p. 182.

157Son activité doit être située dans le cadre de celle des marchands de l’Italie centrale qui se réservaient, au ier s. avant J.-C., les produits de l’élevage septentrional, ce qui leur permettait de fournir des laines de qualités diverses et en quantité abondante aux marchands de l’Italie centrale96. Il y avait aussi probablement des achats de laine en Grèce. On ne peut exclure qu’une partie des productions de l’élevage ovin du Pont ait été intégrée aux circuits d’échanges entre l’Orient et l’Occident méditerranéens.

  • 97 I.G., XII, 5, 860.

158Or il est remarquable qu’à la même époque que P. Aufidius Pontianus plusieurs Aufidii aient été negotiatores dans les Cyclades. Il ne s’agit certes pas de petits marchands ni de producteurs agricoles, en tout cas pour les deux plus connus d’entre eux, L. Aufidius et son fils L. Aufidius Bassus à Délos puis à Ténos, dont les affaires consistaient en prêts bancaires97.

  • 98 C’est l’opinion de Jean Andreau avec qui nous en avions discuté au début de notre recherche et que (...)

159On ne peut pas établir de lien entre ce P. Aufidius Pontianus et les Aufidii présents dans les Cyclades, ne serait-ce qu’en raison de la différence de nature de nos sources, littéraires dans le premier cas, épigraphiques dans le second. L’objet des textes n’est pas le même, la précision et les caractères des informations non plus. En outre, la connaissance du contexte politique, économique et social ne laisse pas supposer que les Aufidii des Cyclades aient été ou soient devenus du fait de leur enrichissement des chevaliers98. Un point commun rapproche toutefois ces individus : P. Aufidius Pontianus et les Aufidii de Délos et Ténos s’inscrivent dans une phase de progrès de l’activité économique après (ou consécutive à ?) la crise qui a secoué l’Italie au iie s. et jusqu’au début du ier s. À une époque où Rome conquiert la Méditerranée, l’un comme les autres participent à l’impérialisme romain.

* M. Aufidius Lurco

  • 99 Varron, R. R, III, 6, 1 ; Tertullien, De pallio, V, 6 ; Pline, N. H., X, 20 (23), § 45 ; cf. notic (...)

160Le seul autre cas avéré d’activité agricole d’un Aufidius de la péninsule est celui de M. Aufidius Lurco, un sénateur99. Cet homme possédait des paons qu’il engraissait et dont l’élevage lui procurait un revenu considérable.

161L’élevage spécialisé qu’il pratiquait n’était pas incompatible avec son appartenance à l’ordre sénatorial. D’une part les 60 000 sesterces qu’il lui procurait étaient modestes en comparaison du million de sesterces, au moins, auquel devaient s’élever la fortune des sénateurs, d’autre part, une telle production avicole ressortissait plus à l’otium des élites qu’à une de ces activités de grande ampleur, étendues à l’ensemble du monde méditerranéen, qui mettaient en relations de très nombreux hommes, étaient fondées sur des réseaux financiers complexes et irriguaient toutes les couches de la population. Le cas de M. Aufidius Lurco est toutefois digne d’intérêt parce qu’il pose la question du lien entre activités d’affaires et propriété foncière.

  • 100 Entre autre, il y avait la nécessité d’être présent à Rome pour les séances du Sénat. On conçoit d (...)
  • 101 Cf. Andreau (Jean), « Loc. cit. » en note 92, p. 914 et note n° 6, p. 918
  • 102 Cf. D’Arms (J. H.), « Senator’s involvment in Commerce in the Late Republic : some ciceronian evid (...)

162La propriété foncière constituait la base des fortunes sénatoriales et, depuis la lex Claudia, l’agriculture la seule activité digne des sénateurs autrement dit qui ne fût pas incompatible avec les exigences de la carrière sénatoriale100. Du moins est-ce la théorie101 et ce que laissent entrevoir la plupart des textes littéraires de l’antiquité102. Nous n’avons toutefois aucun témoignage épigraphique ni archéologique direct de la propriété foncière des sénateurs de la gens Aufidia durant la période républicaine. Il n’y a pas de raison pour que, contrairement aux autres familles sénatoriales, les Aufidii n’aient pas possédé quelque terre et quelque villa dans le Latium où certains d’entre eux sont attestés épigraphiquement et où ils avaient tissé un réseau de relations familiales (cf. carte n° 7). Dans le cas de M. Aufidius Lurco se pose la question du lieu de son élevage de paons : Latium, Epire, Asie ?

* D. Au(fidius ?) atec( ?)103

  • 103 Il s’agit du dossier de l’amphore de type romain proche des Dr 1 découverte au début des années 19 (...)
  • 104 A, T et E font l’objet d’une ligature. Pour le nomen gentilicium bien d’autres restitutions sont p (...)

163La mention D. AV ATEC dans une estampille allongée à la naissance de l’épaule d’une amphore de type Dr 1, c’est-à-dire, si l’on interprète bien, D(ecimus ou -ecimi) Au(fidius ou -fidii) Atec(nos)104 peut nous mettre sur la voie d’une propriété portant de la vigne au ier s. av. J.-C.

  • 105 Le problème de la datation de cette épave paraît aujourd’hui réglé. Le matériel archéologique four (...)
  • 106 Tchernia (André), Op. cit.
  • 107 Id.

164Rien n’interdit de penser que l’amphore découverte dans l’épave du Grand Congloué à Marseille date de cette époque105. Les études menées par André Tchernia sur les amphores ont montré que les Dr 1 apparaissent un peu partout à partir du début du dernier tiers du iie s.106. Ces amphores étaient produites sur toute la côte tyrrhénienne de l’Italie centrale et peut-être plus au sud. On en trouve à Frégelles, cité détruite en 125 av. J.-C., à Entremont, détruit en 123. On connaît des noms de vins, déchiffrés sur des amphores étudiées par Dressel au xixe s : vin de Fondi, Cécube, Falerne et quelques autres107.

  • 108 Ibid, p. 69.
  • 109 C.I.L..X, 5515.

165Les indices en faveur d’une restitution du nomen gentilicium Aufidius sont peu nombreux et ténus. Après avoir remarqué qu’il était possible de rattacher le Sestius des amphores à la gens Sestia de Fregellae, Fernand Benoît notait108 que « des Aufidii avaient des rapports de parenté avec Frégelles, ainsi que nous l’apprend une inscription funéraire dédiée à son mari par Aufidia Fregellana, trouvée à Aquinum »109. Confrontant cette dernière inscription avec les observations relatives aux amphores, l’auteur retenait l’attache ancienne de la gens avec la colonie romaine.

  • 110 La restitution du nomen Aufidius était pleinement acceptable dans l’hypothèse d’une datation haute (...)
  • 111 A TEC. désignerait « sans doute l’esclave attaché au domaine ou à la figlina, vigneron ou potier A (...)
  • 112 Cf. A. Tchernia, op. cit., p. 87-89.

166Aucun témoignage direct et clair ne permet d’établir cette attache. Nous pensons néanmoins qu’elle a pu exister, sinon précisément avec Frégelles, du moins avec les cités des environs immédiats. Doivent être cependant nuancées les conclusions de Fernand Benoît sur la gens Aufidia dans la mesure où la datation haute qu’il proposait pour les amphores de type Dr 1 est abandonnée110. Les liens entre les différents éléments deviennent plus lâches en même temps que l’origine délienne de la cargaison de l’épave contenant les amphores romaines n’est plus certaine. Dès lors, le lien avec les negotiatores de cette île et avec les Decimi Aufidii présents en Mer Egée n’est plus assuré non plus. Si l’amphore – découverte en un exemplaire unique – contenait bien du vin, elle a effectivement pu provenir d’un des centres de production italiens : soit qu’il faille comprendre D. AV ATEC comme le prénom et le nom du propriétaire de l’atelier, soit qu’il s’agisse du propriétaire de la vigne111. Mais ce n’est pas à Délos ni à des Rhomaioi que le vin aurait été destiné mais à des Gaulois ou à des consommateurs présents dans ces contrées septentrionales112.

  • 113 Id. p. 119.

167Lorsqu’on ne prend en considération que le prénom, on observe que les Aufidii qui eurent Decimus pour praenomen n’ont appartenu ni à l’ordre sénatorial, ni à l’ordre équestre. Doit-on alors supposer l’existence d’un « D. Aufidius » sénateur ou chevalier qui aurait été propriétaire foncier et producteur de raisin pour expliquer ou justifier l’existence de ce prénom et de ce nom sur l’amphore ? La question mérite d’être posée car ce qui étonne ici n’est pas tant le fait qu’un sénateur ait vendu son vin. Si la lex Claudia interdisait l’activité marchande pour les sénateurs au-dessus d’une cargaison de 300 amphores, elle ne les empêchait pas d’écouler une petite quantité de leur production. André Tchernia dit avec juste raison que « c’est une chose de vendre du vin de ses domaines aux Romains résidant à Athènes, voire aux oinopolai de Délos, et de rendre service à ses amis en leur rapportant des statues ; autre chose d’aller troquer du vin contre des esclaves »113. Non, ce qui étonne dans le cas de cette estampille, c’est davantage l’isolement absolu du témoignage archéologique parmi les autres documents et dans un contexte particulier.

168Il y eut donc possiblement une propriété d’Aufidii sur laquelle poussaient quelques vignes. Le nom qui apparaît sur l’amphore se rapporte peut-être à la gens Aufidia : dans ce cas il n’est pas nécessaire d’intégrer le commerce du vin produit dans les grands circuits commerciaux du ier s. av. J.-C., ni de lier l’éventuel propriétaire ou negotiator aux Aufidii connus par ailleurs dans les Cyclades.

* Les Aufidii des Cyclades

169L’ensemble des documents qui nourrissent le dossier des Aufidii des Cyclades est sûr et clair. L. Aufidius L.f. était un banquier à Délos puis à Ténos. Son fils, L. Aufidius L. f. Bassus reprit les affaires à Ténos après la mort de son père. Il reste cependant deux inconnues dans ce dossier : d’une part l’origine exacte de la richesse et de l’aisance financière des deux hommes, d’autre part la postérité de L. Aufidius L. f Bassus et le devenir de la fortune que nous entrevoyons à Ténos.

  • 114 Nous pensons aux deux inscriptions en grec découvertes dans la région de Neoclaudiopolis qui, l’un (...)

170Peut-être le commerce des esclaves ou des productions agricoles entre l’Orient et l’Occident méditerranéen ont-ils permis l’accumulation de l’argent ? La propriété de terre en Asie, dans le Pont, dans une riche région céréalière et d’élevage ovin, pourrait bien être le fruit de ces affaires114. Ce ne sont là que des hypothèses. Les documents nous manquent et la chronologie n’est pas établie avec certitude.

* Sex. Aufidius

  • 115 Cicéron, Fam., XII, 27, 1.

171Il était l’un des six héritiers de Q. Turius qui in Africa negotiatus [erat]115. Il est très probable que les affaires de Q. Turius étaient liées à l’agriculture, au commerce de productions agricoles ou à la mise en valeur de terres. Sex. Aufidius y avait peut-être une participation financière.

  • 116 Salluste, Bellum Jugurthinum, XLVII, traduction A. Ernout, Paris, CUF : « Il y avait une ville num (...)

172Au ier s. av. J.-C., la culture du blé dominait, au moins dans les régions du Nord et de l’Est. Le développement de l’oléiculture est postérieur. Mais on sait que le commerce annonaire organisé par Rome faisait appel à des publicains. De plus, grâce au témoignage de Salluste et de l’auteur du Bellum Africum116, on sait qu’il y avait parmi les premiers Romains installés en Afrique des negotiatores.

173Le négoce précédait quelquefois la propriété foncière. Ce que nous savons de l’environnement socio-politique de Sex. Aufidius et de la présence ultérieure des Aufidii en Afrique nous incite à penser que Sex. Aufidius, par ses affaires et par l’héritage évoqué, a été l’un des jalons de l’installation d’Aufidii en Afrique et dans la dispersion du nom gentilice de ce côté de la Méditerranée.

  • 117 C.I.L., VIII, 22637 (95).

174De ce point de vue, il faut ajouter un indice d’époque augustéenne : l’inscription, lue sur le col d’une amphore trouvée à Carthage, Cae vae Aufidi117. L’individu dont on lit le nom pourrait être un exportateur ou un producteur de la fin de la République ou du début de l’Empire. L’état du vestige archéologique ne permet malheureusement pas de connaître le type d’amphore et l’on ne peut donc pas savoir si son contenu était de l’huile, du vin, ou une sauce comme le garum. La localisation carthaginoise est, à cette époque, banale. C’est à partir de l’ancienne capitale punique que les relations établies avec Rome ont commencé par se développer. De là, une partie de la colonisation et de la pénétration dans l’arrière-pays se sont effectuées en empruntant les vallées.

* T. Aufidius

  • 118 Valère Maxime, VI, 9, 7.

175Il eut une particula dans une sociéte de publicains en Asie118. C’était un homo novus dont on suit assez bien l’ascension sociale. Il fut gouverneur de la province d’Asie.

  • 119 Cf. Nicolet (Claude), (sous la direction de), Insula sacra. La loi Gabinia Calpurnia de Délos (58 (...)

176Il y a de fortes chances pour que cette particula l’ait mis en rapport avec des hommes intéressés au commerce du blé. Le Pro Flacco de Cicéron nous montre comment, à l’époque du gouvernement de T. Aufidius en Asie, fonctionnait l’entrepôt du frumentum publicum, autrement dit du blé destiné au ravitaillement et aux distributions à Rome. Dans les provinces, le blé était entreposé non pas dans des greniers publics comme il en existait à Rome et en Italie, mais chez des particuliers qui étaient indemnisés par le gouverneur de la province qui disposait de crédits à cet effet119.

177Ainsi donc, nolens volens, T. Aufidius eut à connaître d’affaires de commerce des grains, d’abord comme chevalier à titre particulier, puis comme sénateur gouverneur de la province, à titre public et juridique.

La propriété foncière en Italie

178On doit la considérer comme certaine du fait de la position sociale et du rôle politique des sénateurs et des chevaliers connus mais on a très peu d’indices qui la prouvent ou l’attestent. On peut, par exemple, la déduire de l’inscription lisible sur l’amphore de l’épave du Grand Congloué si l’attribution à la gens Aufidia est la bonne. Il ne serait pas étonnant qu’un membre de la gens ait possédé des vignes dans les plaines et sur les coteaux du Latium et de la Campanie.

  • 120 C.I.L., XIV, 3041, 1.

179En nous laissant deviner une fourniture en eau à un particulier, un fragment de conduite en plomb qui provient de Préneste120 et porte le nom de Sex. Aufidius Secundus nous révèle probablement l’existence d’une villa, propriété d’un Aufidius, dans cette cité proche de Rome.

  • 121 En tout cas elle n’est pas postérieure au iie s.

180La datation de cette conduite n’est pas certaine. Compte tenu de la relative rareté et de la localisation des occurrences du prénom Sextus, d’une part, et de la condition sociale des Sexti Aufidii connus d’autre part, nous pensons que cette conduite d’eau date du ier s. av./ ap. J.-C.121. Rome mise à part, tous les Sexti Aufidii en Italie sont des citoyens porteurs des tria nomina et inscrits dans une tribu. Or aucune d’entre ces tribus (Arnensis : Sex. Aufi- dianus Sex. f. Celer, A.E, 1968, 162 à Ocriculum ; Clustumina : Sex. Aufid[ius] L. f. Niger, C.I.L., XI, 4247 à Interamna Nahars ; Pupinia : Sex. A[u]fidtus C. f. Nepos, C.I.L., XI, 6546 à Sarsina) n’est celle de Préneste. Le témoignage prénestin concerne donc un individu et une branche distincts des autres témoignages de Sexti Aufidii, tous localisés loin au nord de Rome.

181Dans ces conditions, le concessionnaire de l’eau à Préneste pourrait bien avoir appartenu au milieu de l’aristocratie sénatoriale ou équestre de la fin du ier s. av. J.-C. qui résidait à Rome ou alentour dans le Latium, ou descendre de ceux qui appartinrent à ce milieu. Il faut aussi s’interroger sur d’éventuels liens avec le chevalier recommandé par Cicéron au gouverneur de l’Africa Vetus au milieu du ier s. av. J.-C., ou avec les nombreux hommes libres connus à Rome parmi lesquels nous retenons Sex. Aufidius Albanus (C.I.L., VI, 12824,) et Sex. Aufidius Fregellanus (C.I.L., VI, 12818,) en raison de leurs surnoms évocateurs de toponymes proches de Préneste ou situés dans le Latium : le lacus albanus pour le premier et la cité de Fregellae pour le second.

La propriété foncière dans les provinces

182En Afrique pas plus qu’en Italie, cette propriété n’est avérée pour le ier s. av. J.-C. La période qui s’étend de la fin de la République au Principal fut troublée en Afrique comme en Italie, rivalités politiques, alliances et revirements d’alliances y entraînant leur lot de morts et de proscriptions.

  • 122 Cicéron avait d’abord suivi Pompée en 49, à son retour de Cilicie. Puis, après Pharsale, en 48, il (...)
  • 123 Lassere (Jean-Marie), Ubique populus, Paris, C.N.R.S., 1977, p. 133.
  • 124 Colonica à Hippo Regius, C.I.L., VIII, 5237, par exemple.

183On ne sait à cet égard si, de la démarche particulière effectuée par Cicéron auprès du gouverneur de l’Africa Vetus, Q. Cornificius, qui avait été pendant un moment anti-césa- rien122, on peut déduire une tendance partisane précise à Sex. Aufidius. Si l’on se place non plus du point de vue ponctuel de la recommandation de Cicéron, mais dans une perspective propre au nom et à l’histoire des Aufidii, il faut élargir le cadre chronologique et politique aux années antérieures de la période syllanienne. Plusieurs Aufidii ont dû pâtir d’un engagement marianiste. Certains avaient probablement une origine « étrusque ». Or une des régions de l’Africa Vetus où nous connaissons des Aufidii – en particulier Thuburbo Maius (Aufidia Quartilla, I.L.Af., 242, épouse d’un sacerdos au ier ou au iie s.) et alentour, à Suo (C. Aufidius Macer, I.L. T., 682, dans la première moitié du ier s. ap. J.-C J – a révélé l’existence d’un domaine probablement édifié par des proscrits qui « fuyaient l’Italie dans le premier quart du ier s. aC. et plus précisément l’Etrurie lors de la lutte entre Marius et Sylla »123. C’est aussi dans cette région, avec les riches vallées de la Catada et du Bagradas (cf. cartes n° 21 et 26), que nous connaissons les plus fortes concentrations du nom durant les ier-iie s. et certains Aufidii porteurs d’un surnom à incidence agricole ou foncière124.

184Par les intérêts qu’il eut en Afrique, Sex. Aufidius a vraisemblablement rendu possible l’installation de certains Aufidii que nous connaissons dans ces vallées et régions dont quelques-unes furent l’objet de la colonisation augustéenne. À défaut d’une installation coloniale ou vétérane d’Aufidii, il faut penser à la récupération de biens par des parents de Sex. Aufidius.

  • 125 Cicéron, Pro Flacco, X, 86 ; X, 87-88.
  • 126 Id. X, 89.

185La propriété foncière en Asie est très probable. Le sénateur M. Aufidius Lurco y avait un affranchi qui représentait ses intérêts pour lesquels il avait obtenu une legatio libera)125. Sa sœur y était installée126 et mariée à un membre de la gens Sestullia bien connue pour ses nombreux intérêts économiques et financiers en Asie.

186Certes Cicéron n’indique pas de lieu de résidence particulier pour M. Aufidius Lurco, mais c’est sans doute moins par omission que pour éviter une énumération des divers établissements que ses compatriotes possédaient en Asie. Dans le cas particulier d’Aufidius Lurco, les témoignages épigraphiques sur la gens Sestullia suffisent à nous situer le sénateur et sa sœur parmi les familles de grands propriétaires ou de grands exploitants de l’Italie ou de l’Asie. En outre, ici comme en Afrique, le nom gentilice est attesté durant l’Empire.

187À partir du milieu du ier s. av. J.-C. il semble que les rameaux romains porteurs du même nom gentilice Aufidius sombrent dans les troubles et les violences d’une République finissante et meurent avec elle.

188Dans la seconde moitié du ier s. av. J.-C. et en particulier dans les années 50 ou 40, seuls cinq Aufidii semblent correspondre à ce qu’on attend d’un membre de l’aristocratie, à savoir une présence assurée ou quasi certaine à Rome ; des relations avec le cercle dirigeant ou des hommes influents qui les rendent connus des historiens ou des orateurs. Ce sont les suivants :

  • M. Aufidius Lurco, autant connu comme sénateur que comme éleveur de paons. Mais, ami de Cicéron, il a probablement passé sa vie, sinon loin des batailles politiques qui vont des proscriptions syllaniennes aux luttes d’influence entre Pompée, César et Cicéron, du moins sans y prendre part activement ;
  • Aufidius Namusa, jurisconsulte ;
  • Aufidius Tucca, également jurisconsulte.
  • P. Aufidius Pontianus, négociant en moutons, dont on ne perçoit que très sommairement l’importance économique et sociale et qui est moins comparable aux sénateurs et aux chevaliers « républicains » que ne le laissent supposer et la nature de nos sources et le lien affiché avec les Pontii.
  • Sex. Aufidius, mentionné par Cicéron comme héritier de Q. Turius, mais dont on ne connaît rien avec certitude, ni l’origine et la résidence qui pouvaient être dans le Latium à proximité de Rome, ni le devenir qui pouvait passer par des intérêts en Afrique sans qu’il y résidât jamais et sans qu’on puisse en déterminer la nature exacte.

189On ne leur connaît aucun descendant immédiat ou direct. Si l’on peut supposer, au terme de raisonnements qui tiennent compte des antécédents possibles, de l’onomastique ou de situations voisines dans des gentes contemporaines mieux connues, que Sex. Aufidius était originaire du Latium ou de la Campanie, que M. Aufidius Lurco possédait des terres dans les environs de Fundi et que les deux jurisconsultes étaient originaires d’Etrurie, nous n’en avons cependant aucune trace tangible ni aucun indice d’une survivance quelconque à l’époque augustéenne et encore moins au début de l’Empire.

190Soit à cause de la faiblesse du patrimoine constitué et hérité, soit à cause de confiscations et de ventes de biens au cours de la première moitié du ier s. av. J.-C. – à la suite de mécomptes politiques –, soit pour les deux séries de raisons cumulées, les branches sénatoriales et équestres connues pendant la République n’ont pas survécu en tant que telles après.

191L’époque augustéenne et les débuts de l’Empire voient renaître le nom en Italie loin de Rome dans des cités qui ont pu être terres d’émigration d’Aufidii issus d’un foyer originel et dans ce cas il s’agirait de branches liées par le sang à celles des sénateurs et des chevaliers républicains. Mais cette parenté n’est pas précisément identifiable.

  • 127 Cf. Keppie (Lawrence), Colonisation and Seulement in Italy. 47 - 14 B. C., 1983, p. 17 et 86 ; car (...)
  • 128 Cf Demougin (Ségolène), L’ordre équestre sous les Julio-Claudiens, Rome, 1988, p 69.

192Les notables locaux de Placentia (C.I.L., XI, 1217) : un quattuorinr et un autre qui fut quattuorvir et duumvir-, et d’Interamna Nahars (C.I.L., XI, 4183a) : un quattuorvir iure dicundo, qui ont aussi été chevaliers par l’exercice de commandements militaires illustrent un mode de promotion constitué à la faveur de la mise en place du nouveau système politique augustéen. Leur présence à Interamna Nahars, à Placentia – probablement fondation coloniale après Actium127- provient vraisemblablement d’une émigration. Les uns et les autres appartiennent à ce nouveau type de chevaliers augustéens de la même façon qu’Aufidius Spinter et Aufidius Balbus en Asie, à Alexandria Troas, colonie augustéenne et l’un des grands foyers de romanisation à cette époque128.

193Replacée dans la longue durée pluriséculaire de l’histoire du nom gentilice, la période augustéenne et des tout débuts de l’Empire apparaît comme une transition. Entre une période républicaine, diversement et assez abondamment documentée au cours de laquelle une ou deux branches d’Aufidii se sont hissées au sommet de l’aristocratie, et un apogée, au iie s. ap. J.-C., tant du point de vue de la diffusion du nom et de la dispersion des hommes que du point de vue économique et politique de certains d’entre eux, la soixantaine d’années qui vont de la reconstruction sur les décombres des guerres civiles à la fixation des règles d’un nouveau système politique est marquée d’une double originalité :

  • ni le prestige, ni les relations ne sont semblables à ceux de la période républicaine ce qui n’a pas empêché localement de belles promotions parmi les élites municipales ou l’ordre équestre.
  • Très peu nombreux en fait, les Aufidii de cette période sont les témoins d’une survivance du nom gentilice qui a dû passer soit par des branches collatérales demeurées dans des cités à l’écart des troubles politiques du ier s. av. J.-C. ou par des descendants d’affranchis des sénateurs ou des chevaliers qui ont fait l’illustration du nom depuis 179 ; soit par la reprise du nom gentilice, également connu depuis aussi longtemps dans l’Orient hellénique.

194Autant on peut considérer que la plupart des Aufidii du iie s. av. J.-C. et de la première moitié du ier s. av. J.-C. – sinon la totalité – avaient des liens de parenté, autant l’effacement de tous les indices afférents à cette solution (onomastiques, économiques et sociaux, géographiques et politiques) interdit, pour l’Empire, de parler de gens et d’envisager une histoire autre que celle d’un nom.

Notes

1 Il s’agit de l’orthographe :

  • C.I.L., I2, 1852, à Colletana (Ager Amiternus) pour L. Ofdius L.f.Pet. n. ; de la langue :
  • Vetter, Handbuch der italischcn Dialekte, I, 1953, p. 151, n° 215u = C.I.L., I2, 3237, fig. 4, à Corfinium avec [ ] Aufidis C.f. ;

de critères paléographiques qui signifient l’ancienneté :

  • C.I.L., IX, 3212, près de Sulmo, au sud-est de Corfinium : Aufidia Merope/Olus Aufidius/poseit, par exemple, ainsi que, dans la même région :
  • C.I.L., IX, 3211 (Aufidia Danais) ; C.I.L., IX, 3569, à Peltuinum (L. Aufidius D. [f ?]) –, C.I.L., IX, 3210, à Popoli (A. Aufidius et sa fille Aufidia Apamia) –, A.E., 1980, 371, à Teate Marrucinorum (Aufidia Minata obéit), C.I.L., IX, 3321, à Superaequum (L. Aufidius L.f Plautus). Il s’agit de l’absence de formule initiale ou finale :
  • C.I.L., X, 5693, à Arpinum (L. Aufidius G. l„ lui-même patron d’Aufidia Secunda L. I.)-, C.I.L., X, à Nola (Aufidia St. f. Maxima).

Il peut enfin s’agir de la présence de prénoms anciens ou rares : cf. le chapitre I.

2 Cf. Nicolet (Claude), in Les bourgeoisies municipales aux iie et ier s. av. J.-C., Paris, C.N.R.S.-Naples, Bibliothèque de l’Institut français de Naples, 1983, discussion, p. 400.

3 Cf. Demougin (Ségolène), Prosopographie des chevaliers romains julio-claudiens, Rome, E.F.R., 1992, p. 69-70 et 130.

4 Cf. Suolahtl (Jaakko), The junior Officers of the roman Army in the Republican Period. A Study on social Structure, Helsinki, 1985, Annales Academiae scientarum Fennicae, 97.

5 Varron, De re rustica, II, 9, 6 ; Cicéron, Ad Au., XII, 44 ; cf. notice n° 24.

6 Cf. A. J. N. Wilson, Emigration from Italy in the Republican Age of Rome, Manchester, 1960.Il y a un Antiochus Magulnius connu grâce à une tessère de banque datée de 61 av. J.-C. (C.I.L., I2, 912 = Herzog Tesserae nummulariae, 1919, 15-1).
À Délos on connaît un M. Magulnius M. f. (C.I.L., I2, 2232) et à Rome, un affranchi : Q. Magulnius Q. I. Eudoxus (C.I.L., VI, 33968). On ne sait pas exactement quels liens rattachent ces différents hommes aux sénateurs de cette ancienne famille originaire de Praeneste, les Magulnii surnommés Scato.

7 Cf. notice n° 17.

8 Concurremment à des affranchissements possibles, il a pu y avoir une immigration en Afrique. L’hypothèse est notamment émise par J.-M. Lassère, Ubique populus, Paris, C.N.R.S., 1977, au sujet de P. Aufidius P. f. Cotta, rangé dans la tribu Aemilia, p. 604 et 606. En effet, l’inscription provient de Cirta dont la tribu est Quirina. La tribu Aemilia n’est celle d’aucune cité africaine. En Italie, elle est en revanche celle de Mevania en Ombrie, où l’on connaît un Aufidius (C.I.L., XI, 7940 : Aufidius P[r]imigenius) : de Formiae et surtout de Fundi, dans le Latium, où les Aufidii sont bien représentés au ier s. av. J.-C.

9 Connue depuis le xvie s. cette inscription est passée de mains en mains et de lieux en lieux jusqu’à la fin du xixe siècle où elle finit par se trouver, à Narbonne « au musée, salle haute » Lebegue (Albert), Histoire générale de Languedoc, t. XV, Toulouse, 1892-1893. Cf. photographie n° 8.

10 Cf. notice n° 1 : Pline l’Ancien, N.H., XXXV, IV, § 14.

11 Cf. notice n°2 : Tite Live, XLIII, 8.

12 Tite Live, Livre XLV, ch. 8, 6-12.

13 Cf. Nicolet (Claude), Rome et la conquête du monde méditerranéen. 1/Les structures de l’Italie romaine, Paris, PUF, 1980, p. 280.

14 Tite Live, Livre XXII, ch. 9-5.

15 Tite Live, Livre XLV, ch. 8, 10-12.

16 Livre XLV, ch. 9, 9-12.

17 Cf. Coarelli (Filippo), « I Samniti a Fregellae », in La romanisation du Samnium aux iie et ier s. av. J.-C, Naples, Centre Jean Bérard, 1991, Actes du colloque des 4-5 novembre 1988, vol. IX, 2e série, Bibliothèque de l’Institut français de Naples, p. 177-185, notamment p. 180-185.

18 Cf. Radke (Gerhard), Viae publicae romanae, Bologne, Cappelli, 1981, p. 345-346.

19 C.I.L., X, Isola di Sora, près d’Arpinum : L. Aufidi Gaiae l./Aufidiae L. L Secundai Pescinniailiucund[a]i. Cf. Fabre (Georges), Libertus. Patrons et affranchis à Rome, Rome, E.F.R., 1981, p. 102.

20 Kajento, LC, 182.

21 Cf. Salomies et Solin, « Senatori oriundi del Lazio », Studi storico-epigrafici sul Lazio antico, Rome, 1996, p. 30-31.

22 Cf. Nicolet, op. cit. en note 13.

23 Cf. Keppie (Lawrence), Colonisation and Veteran Seulement in Italy. 47-14 BC, British school at Rome, Stephan Austin and sons, 1983, p. 6, liste des colonies de Pline, et p. 82.

24 Cf. Camodeca (Giuseppe), « Per una riedizione de l’archivio puteolano dei Sulpicii », in Puteoli. Studi di storia antica, IX-X, Pouzzoles, 1986, p. 37.

25 Valère Maxime, VI, 9, 7 ; cf. notice n° 15.

26 Telle est du moins l’hypothèse que nous jugeons la plus probable au terme de l’analyse onomastique et prosopo-graphique (cf. notice n° 5).

27 C.I.L.,X, 1782-1783.

28 Cf. supra, notesl3 et 22.

29 C.I.L.. X, 4025 : M. Aufidius L.f Fa [lerna tribu ?].

30 Cf. D’Arms (j.-H.), « Puteoli in the second Century of the Roman Empire : a social and economic Study », in J.R.S., LXIV, 1974, p. 109-110.

31 Cf. Op. cit., supra en note 22, p. 276.

32 id. p. 277-280.

33 Tite Live, XXII, 49.

34 Cf. Gabba (Emilio), Vallet (Georges), La Sicilia antica, II, 2, La Sicila romana, Naples, 1980 ; sur la Sardaigne, Boninu et autres, Turris Libisonis, colonia Iulia, Sassari, Gallizi, 1984 et la série des actes des colloques de Sassari : L’Africa romana.

35 Cf. Nicolet (Claude), « Economie et société (133-43 av. J.-C.) », in Rendre à César, Paris, Gallimard, 1988, p. 54 et suivantes (« Questions sur l’agriculture italienne iie-ier s. »).

36 Denys d’Halicarnasse, I, 37 ; cf. Nicolet (Claude), « loc. cit. » supra.

37 Cf. Tchernia (André), Le vin de l’Italie romaine, Rome, E.F.R., 1986, p. 34-35 et l’appendice II, p. 342-343.

38 Carandini (A) et autres, Settefinestre. Una villa schiavistica nell’Etruria romana, Modène, Panini, 3 vol., 1985 ; Esclaves et maîtres en Etrurie romaine. Les fouilles de la villa de Settefinestre, catalogue de l’exposition de la Maison des Sciences de l’Homme et Institut culturel italien, Paris, sans date.

39 Comme on peut notamment l’observer à travers la lecture des cartes de situation et du site, op. cit., t. 1, La villa nel suo insieme qui correspond de façon parfaite à Caton, De agricultura, I, 1-4.

40 Cf. Nicolet (Claude), « Loc. cit. » note 90 ; Segenni (Simonetta), Amiternum e il suo territorio in età romana, Pise, Giardini, 1985, en particulier ch. VIII, p. 77 et suivantes ; Corbier (Mireille), « La transhumance entre le Samnium et l’Apulie : continuités entre l’époque républicaine et l’époque impériale », in La romanisation du Samnium aux iie et ier s. av. J.-C., Naples, Centre Jean Bérard, 1991 (Actes du colloque de l’Institut français de Naples, 4-5 novembre 1988), p. 150-176, notamment p. 151-154 ; 155, 156 et 159.

41 Op. cit. supra, 1,7.

42 Nicolet (Claude), op. cit. note 70 ; id„ Les Gracques. Crise agraire et révolution à Rome, Paris, Gallimard, 1980, coll. Archives.

43 Varron De re rustica, II, 9, 6 ; cf. notice n° 24.

44 Alors même qu’il ne place qu’en cinquième position (op. cit., I, 7) une prairie, mais il est vrai juste avant une plaine céréalière.

45 Cf. Chouquer (Gérard) et Favory (François), Les arpenteurs romains. Théorie et pratique, Paris, éd. Errance, 1992, p. 27-30.

46 Caton, De agricultura, 30.

47 B.C.H.. 33 (1909), n° 16 = C.I.L.. I, 2236.

48 Cf. Morel (J.-P.), « La laine de Tarente » in Ktéma, 3, 1978, p. 93 sqq.

49 Cf. notice n° 15.

50 VI, 9, 7.

51 Brutus, 48, § 19.

52 Quintus Tullius Cicero, Commentariolum petitionis (= lettre XII, 1.1 de la correspondance de Cicéron, Paris, CUF) n’en parle pas à son frère Marcus. Celui-ci avait laissé entendre, dans une lettre à du 17 juillet 65 – dans laquelle il lui parlait de sa candidature au consulat et des autres candidats, qu’Aufidius et Palicanus n’étaient pas des candidats valables (AdAtt., I, 1, 1 (= lettre X, t. 1)).

53 Cicéron, Brutus, 48, 179 ; Plutarque, Sulla, X, 8.

54 I.G., XII, 5, 860 ; cf. notice n° 7.

55 Cf. Taylor (Lily-Ross), The Voting Districts ofthe roman Republic, Rome, American Academy, 1960.

56 C.I.L, XI, 1217.

57 Cf. notice n° 26.

58 Fam., XII, 26, 1.

59 Cf. Nicolet (Claude), L’ordre équestre à l’époque républicaine, Paris, éd. de Boccard, t. II, notice 368.

60 I.L.R.R.P., 723 a.

61 Op. cit., p. 1057.

62 Cf. chapitre I.

63 Hatzfeld (J.), Les trafiquants italiens dans l’Orient hellénique, Paris, de Boccard, 1919.

64 C’est très vraisemblablement sa connaissance du monde grec voire son hellénisme qui lui ont permis d’obtenir ce gouvernement provincial. On pourrait lui appliquer, par anticipation, ce jugement que Cicéron émit dans une lettre écrite, en 59 av. J.-C., à son frère Quintus, proconsul d’Asie : » [...] quand les hommes placés sous nos ordres sont d’une race qui, non contente d’être civilisée, passe pour être le berceau de la civilisation, à coup sûr ils ont droit au premier chef à ce que nous leur rendions ce que nous avons reçu d’eux. [...] Nous avons semble-t-il un devoir particulier envers la race des hommes que tu gouvernes : ils ont été nos précepteurs, il nous faut avoir à cœur de faire paraître dans nos rapports avec eux ce qu’ils nous ont appris », Cicéron, Epistulae ad Quintum fratrem et M. Brutum, 1, 1, 27-28, éd. et commentée par D. R. Shackleton Bailey, Cambridge, 1980.

65 Cf. Grimal (Pierre), Le siècle des Scipions. Rome et l’hellénisme au temps des guerres puniques, Paris, 2e éd., 1975, p. 47. Ferrary (Jean-Louis), Philhellénisme et impérialisme. Aspects idéologiques de la conquête romaine du monde hellénistique, Rome, E.F.R., 1988, pour le contexte général de la réception de l’hellénisme par les Romains et pour les nuances à apporter aux thèses radicales des « partis » favorables ou hostiles aux Grecs et à l’hellénisme ; cf. en particulier p. 517-526 et 528-530.

66 Cf. Manganaro, in Kokalos, IX, 1963, p. 208 ; Turano, « Note di epigrafia classica », in Klearchos, X, 1968, p. 100-105.

67 Les numéros de notices suivants : 2, 3, 5, 8, 15 et 17.

68 Pline, N. H.. VIII, 24, § 64.

69 On ne dispose d’aucun texte littéraire ou philosophique, d’aucune correspondance qui puisse nous éclairer sur ce sujet, contrairement au texte célèbre de Cicéron sur sa patrie d’Arpinum (De legibus, 3-5.).

70 Cf. les notices n° 12 et 17.

71 En 179, M. Aufidius, l’adjudicataire de travaux sur le Capitole, Pline, N. H., XXXV, 14.

72 En 171, Cn. Aufidius, le tribun de la plèbe, collègue de M’Iuventius Thalna, Tite Live, XLIII, 8.

73 Pline, N. H., XXXV, IV, § 14.

74 Cf. Tite Live, Livre XL, ch. XLV, § 7.

75 Cf. ce qu’en dit Tite Live, Livre XL et livre XXXIX,
ch. IV et V ; cf. Gros (Pierre), Architecture et société à Rome et en Italie centro-méridionale aux deux derniers siècles de la République, Bruxelles, 1978, collection Latomus, vol. 158, p. 12-13 ; 17-19 ;
cf. Cébeillac-Gervasoni (Mireille), « Les travaux publics à la fin de la République, dans le Latium et la Campanie du nord : la place de la classe dirigeante et des familles de notables », in Cahiers du Centre Glotz, II, 1989, p. 189-213 ;
cf. Morel (Jean-Paul), « Les manufactures, moyen d’enrichissement dans l’Italie romaine ? », in L’origine des richesses dépensées dans Les villes antiques, Université de Provence, 1985, Actes du colloque d’Aix en Provence, notamment p. 96 et suivantes.

76 Cf. notices n° 8, 9 et 10.

77 Real Encyclopädie, Aurelii, 179.

78 Id., 181.

79 Cf. Hinard (François), Les proscriptions de la Rome républicaine, Rome, E.F.R., 1985, ch. II, notamment p. 77.

80 Cicéron, Catilinaires, 37, 9.

81 Hinard (François), ibid.

82 Ad Att., I,16, § 13.

83 Fondateur et chef de l’école dite proculienne, animé de l’esprit républicain, membre en 18 av. J.-C. de la commission sénatoriale destinée à dresser la nouvelle liste du sénat, préteur en 5, il refusa le consulat suffect qu’Auguste lui proposa, ce qui, nous dit Tacite (Ann., III, 75) lui permit de garder intacte son indépendance et de jouir d’une réputation plus étendue. Sur ce juriste et d’autres, cf. Nicolet (Claude), L’ordre équestre à l’époque républicaine, t. II, n° 332, note 29 ; n° 24.

84 C.I.L.VIII, 7223.

85 Cf. Nicolet (Claude), op. cit., supra, t. II, n° 324 ; Hinard (François), op. cit., supra en note 79, catalogue des proscrits de 82, notices de Sertorius (n° 64), Perpenna (n° 57), Aufidius (n° 6).

86 C.I.L., XI, 7131 et 7132 Clusium

87 Cf. Torelli (Mario), « Ascesa al senato e rapporti con i territori d’origine italia : regio VII (Etruria) », in EOS, p. 275-299, en particulier p. 281-283.

88 I.L.R.R.P., 814 : Q. Aufidius C.f. Tro(mentina tribu) Burina.

89 Il faut ensuite attendre le iie s. ap. J.-C. pour avoir de nouveau des témoignages d’ordre économique. Il est probable que dans l’intervalle les activités ne se sont pas arrêtées. Certains textes et activités du iie s. ap. J.-C. sont la résultante d’une progression économique antérieure et d’une ascension sociale. C’est ce que laissent supposer l’archéologie, la géographie et le contexte économique et politique général. Si, avant comme après notre ère, des Aufidii ont été engagés dans des activités économiques, il y a pourtant une différence essentielle entre les deux moments. Durant la République, sénateurs et chevaliers sont représentés. Ils ne le sont plus ensuite. La première explication est démographique. C’est la disparition par extinction des branches sénatoriales et équestres dans les conditions que l’on sait. La seconde s’inscrit dans l’évolution de l’accès aux deux ordres et conduit à s’interroger sur la relation entre negotia et propriété foncière. À l’inverse, avant notre ère, le nombre des affranchis et de simples ingénus dans les affaires est moins important qu’après. Cela n’a rien d’étonnant. L’accroissement naturel et une augmentation concomitante des affranchissements existèrent

90 Nicolet (Claude), « Economie et société (133-43 av. J.-C) », in Rendre à César, Paris, Gallimard, 1988, p. 41-42

91 Id., ibid

92 Cette question est fondamentale pour la période et au centre d’un débat entre historiens. La conception que nous nous faisons des couches supérieures de la société romaine et que nous avons des ordres et des classes rejaillit naturellement sur les conclusions qu’il est possible de donner quant à l’unité d’une gens. Un résumé de ce débat et de son enjeu existe dans l’article d’Yvon Thébert, « Economie, société et politique aux deux derniers siècles de la République romaine », in Annales, E. S. C., 1980, II, p. 895-911 et dans la « Réponse à Yvon Thébert », de Jean Andreau, id, p. 912-919.
Entre autres questions essentielles rappelées par Yvon Thébert (p. 898) qui concernent ici très exactement les Aufidii, il y a celles-là : « Est-ce le producteur qui assure la commercialisation ? Ou plutôt y a-t-il séparation des activités ? ».

93 Cf. Giardina (A.), « Allevamento ed economica della selva in Italia meridionale : trasformazi e continuita », in Societa romana e produzione schiavistica, t. I, A. Giardini, A. Schiavone, Bari, 1981, p. 92 ; Morel (J-,P-), « La laine de Tarente », in Ktema, 3, 1978, p. 93-100 ; Corbier (Mireille), « La transhumance entre le Samnium et l’Apulie. Continuités entre l’époque républicaine et l’époque impériale », in La romanisation du Samnium aux iie et ier s. av. J.-C., (Colloque du Centre Jean Bérard, 1988), Naples, Institut français de Naples, 1991, p. 156.

94 Il n’y a pas plus de raison de dire que la lex Claudia interdisait aux sénateurs et aux fils de sénateurs toute activité lucrative se rapportant au commerce et à la vente des produits que d’en déduire que ces activités étaient réservées aux chevaliers ou, en d’autres termes, de confiner les sénateurs dans la propriété foncière et d’en exclure les chevaliers.

95 Valère Maxime, VI, 1, 3, mentionne un Pontius Aufidianus eques Romanus et l’on connaît un L. Pontius T.f. Quir (ina tribu) à Asculum Picenum sur un document daté de 89 av. J.-C. (C.l.L., VI, 37045).

96 . Cf. Brunt (P. A.), Italian Manpower, 225 B.C. –A.D. 14, Oxford, 1971, p. 182.

97 I.G., XII, 5, 860.

98 C’est l’opinion de Jean Andreau avec qui nous en avions discuté au début de notre recherche et que nous remercions de nous avoir conseillé sur cette question. C’est aussi l’opinion à laquelle nous sommes parvenus : cf. notices n° 7 et 11.

99 Varron, R. R, III, 6, 1 ; Tertullien, De pallio, V, 6 ; Pline, N. H., X, 20 (23), § 45 ; cf. notice n° 17.

100 Entre autre, il y avait la nécessité d’être présent à Rome pour les séances du Sénat. On conçoit dans ces conditions qu’il était difficile d’être, par exemple, marchand. Cf. à ce sujet H. Pavis d’Escurac, « Aristocratie sénatoriale et profits commerciaux », in Ktema, 2, 1977,p. 339-345, notamment p. 343-344. Cela n’interdisait pas aux sénateurs de prêter de l’argent – la correspondance et les pratiques de Cicéron le montrent bien – ni d’avoir des intérêts économiques et financiers ailleurs qu’en Italie. C’est d’ailleurs le cas de M. Aufidius Lurco

101 Cf. Andreau (Jean), « Loc. cit. » en note 92, p. 914 et note n° 6, p. 918

102 Cf. D’Arms (J. H.), « Senator’s involvment in Commerce in the Late Republic : some ciceronian evidence », The Seaborne Commerce of Ancient Rome : Studies in Archaeology and Hislory, Memoirs of the American Academy at Rome, XXXVI, éd. J. H. D’Arms et E. C. Kopff, 1980.

103 Il s’agit du dossier de l’amphore de type romain proche des Dr 1 découverte au début des années 1960 dans l’épave du Grand Congloué à Marseille : Benoît (Fernand), L’épave du Grand Congloué à Marseille, Gallia, Suppl, 14, Paris, 1961, p. 42 et suivantes

104 A, T et E font l’objet d’une ligature. Pour le nomen gentilicium bien d’autres restitutions sont possibles : Au (lius), Au (relius), Av(ianus), Av(idius), Av(illianus)

105 Le problème de la datation de cette épave paraît aujourd’hui réglé. Le matériel archéologique fourni par les fouilles de l’épave comportait des amphores de type gréco-italique et des Dr 1, de la céramique campanienne et d’autres productions. Au terme de son étude, Fernand Benoît (op. cit. en note 103) concluait (p. 198-199) de l’association dans un même vaisseau « d’amphores de Rhodes et de bois à relief hellénistique dits de Délos avec des amphores de la Campanie et probablement aussi de Sicile et de la céramique à glaçure noire de Naples » qu’elle illustre « l’histoire de la colonisation du port de Délos par des banquiers et des négociants du sud de l’Italie et de la Sicile aux iiie-iie s. avant Notre-Ere ».
Par ailleurs, il supposait un transport de Délos au port de Marseille avec une escale à Syracuse pour charger amphores et peut-être céramique campanienne et autre en baie de Naples.
Ces conclusions ont été remises en cause par André Tchernia qui, s’appuyant sur un travail inédit de Luc Long, montre qu’il y eut en réalité deux navires au Grand Congloué : Tchernia (André), Le vin et l’Italie romaine, Rome, E.F.R., 1986, p. 42-43 et suivantes.
L’une des épaves était essentiellement chargée d’amphores gréco-italiques datables du début du iie s. av. J.-C., l’autre d’amphores Dr 1 au timbre de Sestius, plus tardives. Par sa forme allongée et sa lèvre, l’amphore marquée D. AV A TEC est plus proche des Dr 1 que des gréco-italiques.

106 Tchernia (André), Op. cit.

107 Id.

108 Ibid, p. 69.

109 C.I.L..X, 5515.

110 La restitution du nomen Aufidius était pleinement acceptable dans l’hypothèse d’une datation haute du fait qu’il y avait coïncidence entre plusieurs réalités :

  • la présence à Délos et dans les Cyclades d’Aufidii dont certains étaient des negotiatores ;
  • la localisation particulière des Aufidii prénommés Decimus : sur les cinq connus, trois se trouvaient dans les Cyclades ;
  • un contexte économique et social propice : la gens est connue aussi bien à Délos qu’à Pouzzoles ou Ostie, c’est-à-dire dans les trois grands ports et centres du commerce maritime de Rome. Mais elle a en même temps conservé ses attaches rurales locales en Campanie et dans le Latium tout comme en Italie centrale.
    Bref, la découverte de l’amphore confirmait et renforçait toutes ces réalités.

111 A TEC. désignerait « sans doute l’esclave attaché au domaine ou à la figlina, vigneron ou potier ATEC (knos) qui conviendrait bien à l’ambiance hellénistique de la forme » (F. Benoit, op. cit., p. 42).

112 Cf. A. Tchernia, op. cit., p. 87-89.

113 Id. p. 119.

114 Nous pensons aux deux inscriptions en grec découvertes dans la région de Neoclaudiopolis qui, l’une (B.C.H., 1909) mentionne un soldat venu s’installer au village d’Aufid[... ? tx l’autre (Studia Pontica, III, n° 72a = B.C.H., 1909) trois Aufidii : Baebianus, Bassus et Lollianus qui offrent une dédicace à leur père, « citoyen romain » ( ?).

115 Cicéron, Fam., XII, 27, 1.

116 Salluste, Bellum Jugurthinum, XLVII, traduction A. Ernout, Paris, CUF : « Il y avait une ville numide nommée Vaga ; c’était le marché le plus important de tout le royaume ; aussi un grand nombre de nationaux italiens y avaient établi à la fois leurs résidences et leurs comptoirs. [...] Tout portait à croire que le grand nombre de trafiquants (frequentiam negotiatorum) faciliterait le ravitaillement futur de l’armée ».

117 C.I.L., VIII, 22637 (95).

118 Valère Maxime, VI, 9, 7.

119 Cf. Nicolet (Claude), (sous la direction de), Insula sacra. La loi Gabinia Calpurnia de Délos (58 av. J.-C.), Rome, E.F.R., 1980, p. 97-98.

120 C.I.L., XIV, 3041, 1.

121 En tout cas elle n’est pas postérieure au iie s.

122 Cicéron avait d’abord suivi Pompée en 49, à son retour de Cilicie. Puis, après Pharsale, en 48, il avait pressé César – sans se rallier à lui – de rétablir la légalité. En 44, il n’avait pas participé à l’assassinat de César. Cette attitude ne signifiait pas pour autant qu’il fut pro-césarien. Q. Cornificius semble quant à lui avoir été pendant un moment anti-césarien : le fils de Bocchus, Arabion, battu par César et revenu en Numidie pour assassiner P. Sittius, s’était en effet allié à lui. L’un et l’autre furent battus par le gouverneur césarien de l’Africa Nova, T. Sextius. Vaincus, sénateurs et chevaliers furent proscrits. L’insistante et chaleureuse recommandation de Cicéron à Q. Cornificius prend son ampleur dans ce contexte, soit de légitimité recherchée, soit de retour à la légalité souhaité ou de respect de cette légalité.

123 Lassere (Jean-Marie), Ubique populus, Paris, C.N.R.S., 1977, p. 133.

124 Colonica à Hippo Regius, C.I.L., VIII, 5237, par exemple.

125 Cicéron, Pro Flacco, X, 86 ; X, 87-88.

126 Id. X, 89.

127 Cf. Keppie (Lawrence), Colonisation and Seulement in Italy. 47 - 14 B. C., 1983, p. 17 et 86 ; carte n° 6, p. 78.

128 Cf Demougin (Ségolène), L’ordre équestre sous les Julio-Claudiens, Rome, 1988, p 69.

© Presses universitaires de Rennes, 1999

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search