Version classiqueVersion mobile

Histoire d'un nom. Les Aufidii dans la vie politique, économique et sociale du monde romain

 | 
Nicolas Mathieu

Chapitre I. Un nom et des hommes : les origines des Aufidii

Texte intégral

1La faiblesse du nombre des témoignages épigraphiques aux deux extrémités de la péninsule italienne met en évidence a contrario le nombre élevé de documents recensés en Italie centrale. La quasi totalité des inscriptions a en effet été découverte dans un espace compris entre deux lignes allant, pour l'une, au nord, de Pisae à Pisaurum et pour l'autre, au sud, de Nola et Beneventum à Corfinium et Teate Marrucinorum (cf. carte n° 1)

2À l'intérieur de cet espace, il faut distinguer deux ensembles :

  • les territoires qui, du nord au sud (de Sarsina – Pisaurum à Corfinium – Teate Marrucinorum) correspondent aux Apennins et à leur versant adriatique sur la rive gauche du Tibre ;
  • les plaines côtières de la Mer Tyrrhénienne dans le sud du Latium et le nord de la Campanie.

3Au semis plus ou moins dense et régulier d'inscriptions du premier ensemble s'oppose la dispersion du second. Sans doute les caractéristiques du relief : grande simplicité des plaines et faible compartimentage expliquent-elles ici la dispersion alors que dans le premier ensemble les hommes ont dû éviter de nombreux obstacles. Il en est résulté des lieux de découvertes d'inscriptions qui coïncident souvent soit avec la proximité d'un axe naturel de communication, comme les fleuves, soit avec une des grandes viae qui partaient de Rome et pénétraient dans le cœur des Apennins.

4Quoi qu'il en soit, les collines qui précèdent la dorsale des Apennins constituent indiscutablement la limite entre les deux ensembles qui paraissent littéralement se tourner le dos. En effet, au premier des deux ensembles, composé des inscriptions «  montagnardes » et des inscriptions des piémonts orientaux, s'oppose le secteur homogène du Latium et de la Campanie nettement tourné vers la Mer Tyrrhénienne. Si l'on ajoute aux sources épigraphiques les quelques mentions littéraires relatives à Fundi, on renforce cette impression.

5Le dénombrement, non plus des inscriptions, mais des individus connus, confirme cette disposition générale en y apportant toutefois des nuances : si les Aufidii sont surtout présents dans les Apennins centraux, les régions littorales – adriatique et tyrrhénienne – les ont vus plus nombreux que le cœur de la montagne elle-même.

6À l'exception notable de la région de Corfinium et d'Amiternum – sans doute parce que la vallée de l'Aternus entaille profondément les Apennins et qu'elle donnait à la région les caractères d'un petit «  pays » –, il semblerait dans l'état actuel des connaissances, que la montagne proprement dite n'ait guère attiré les Aufidii qui se sont surtout adossés à ses versants alors que les plaines côtières nous renvoient l'image d'une plus grande faveur et abondance. Cela est particulièrement vrai de Sarsina à Asculum, c'est-à-dire au cœur de l'Ombrie et du Picenum, et dans le Latium et la Campanie (cf. cartes n° 1 et 2).

  • 1 Cf. A. Schulten, « Italische Namen und Stämme », in Klio, II, 1902, pp. 167-193 ; 440-465 ; Klio, (...)

7Ainsi se trouve ponctuellement confirmée l'analyse effectuée par A. Schulten au début du xxe siècle dans l'étude consacrée à la répartition et à l'origine des noms en -edius, -idius, et -iedus1. L'auteur y relevait que parmi ces trois finales, celle en -idius était la plus fréquente dans les régions littorales. Mais si, dans ce groupe-ci, les Aufidii sont les plus nombreux et s'il est vrai que l'on connaît dès le ie s. av. J.-C. des Aufidii déjà installés en Méditerranée orientale et au iie s. ap. J.-C. de nombreux Aufidii en Campanie, on se gardera bien de conclure que les montagnes sont un milieu hostile. Tous les Aufidii qui sont attestés en Campanie n'ont pas vécu à la même époque. Il semble qu'il y en ait eu peu sous la République et il est impossible de faire le lien entre eux et les quelques Aufidii contemporains de l'Orient méditerranéen.

8L'examen de la répartition chronologique des individus et des inscriptions (cf. carte n° 3) permet d'apporter d'indispensables corrections aux observations nées des seuls dénombrements généraux. Le centre de gravité primitif des Aufidii en Italie apparaît alors plus centro-méridional que centro-septentrional. Des deux régions qui ont accueilli par prédilection les Aufidii : les territoires osco-ombriens de l'Italie centrale d'une part et le Latium et la Campanie d'autre part, seule la première nous a livré les documents épigraphiques les plus anciens (cf. carte n° 4). C'est donc ici et non pas dans les territoires latins qu'il faut essayer de découvrir le foyer d'origine des Aufidii comme nous y invitent d'ailleurs la phonétique et la linguistique.

Recherches sur l'étymologie du nomen gentilicium

  • 2 Lejeune (Michel), « Notes de linguistique italique, XXI. Les notations de F dans l'Italie ancienne (...)
  • 3 Idem

9La langue latine ne présentait pas à l'origine de [f] intérieur, «  exception faite des formes à redoublement (comme fefelli) et des composés (comme ignifer) »2. Le nomen gentilicium Aufidius n'entre dans aucune de ces exceptions. C'est un anthroponyme emprunté à un autre dialecte que le latin mais latinisé. Parmi les dialectes parlés dans l'Italie ancienne, deux connaissaient ce phonème, aussi bien en position initiale qu'à l'intérieur d'un mot et le notaient [f] : le falisque3 et l'osco-ombrien.

Témoignages épigraphiques du territoire falisque (cf. carte n° 4)

10Le territoire du falisque – parler dialectal de type latin – était situé sur la rive droite du Tibre, dans son cours moyen, avant qu'il ne s'écoule vers l'ouest. La population falisque, qui avait réussi à se soustraire aux attaques et à la domination étrusques, fut soumise par Rome vers le milieu du iiie s. av. J.-C.

11Si des textes en écriture falisque ont livré, entre autres noms propres, Aufilo, Aufi[lio], Oufilio, aucun à ce jour n'atteste un anthroponyme comme *Aufidio. L'épigraphie latine quant à elle est pauvre : les Aufidii ne sont connus dans le territoire falisque que par deux inscriptions, à Caere (C.I.L., XI, 3582,) et à Sutrium (C.I.L., XI, 3265).

12Le premier texte mentionne un soldat, Aufidius, de la 8e cohorte prétorienne probablement, qui servit pendant onze ans. Mais ce n'est pas un texte ancien et il ne nous aide pas à déterminer les origines des Aufidii.

13Le second texte quant à lui signale, sur une inscription fragmentaire, un Aulfidius L. f. Nepos qui vécut seize ans. La partie gauche du texte est manquante. Cependant, la disposition générale autorise à penser qu'il n'y avait aucune lettre entre le f. de filius à la fin de la première ligne et Nepos, sur la deuxième. Nepos doit donc être considéré comme le cognomen. Pas plus cependant que le précédent texte celui-ci ne présente de particularité orthographique susceptible d'éclairer l'origine de la gens.

Témoignages épigraphiques du domaine osco-ombrien (cf. carte n° 4)

14Contrairement à ce qui se passe pour le falisque, il y a quelques documents épigraphiques latins anciens dans le territoire osco-ombrien.

  • 4 Vetter, (E) Handbuch der italischen Dialekte, Heidelberg, C. Winter Verlag, I, 1953, p. 151, n° 21 (...)

15À Corfinium, région de dialecte osque, et plus précisément de parler pélignien, a été retrouvée une inscription mentionnant un [ ] Aufidis C. f4

  • 5 Lejeune (Michel), L'anthroponymie osque, Paris, Les Belles Lettres, 1970, § 110
  • 6 Lejeune (M.), op. cit., supra

16Aufidis peut être ici considéré comme une survivance osque dans l'épigraphie latine. À la finale -is au nominatif, ancien suffixe indigène -*yo, n'a pas encore été substituée la finale latine de la deuxième déclinaison -ius au nominatif5. Cette finale était obtenue par le rétablissement dans cette langue, de la voyelle thématique -u- devant s- syncopée en osque6. Dans ce texte, l'orthographe du nom gentilice marque un état antérieur à l'intégration dans le système de la flexion latine. La finale latine était en effet dissyllabique. Ainsi, quelle que soit la distinction opérée par l'osque entre les dérivations -is ou iis, le latin se terminait en -ius. De sorte qu'on peut probablement exclure tout lien direct ou étroit entre le nomen gentilicium Aufidius et le toponyme Aufidus dont la finale latine correspond à une finale dialectale différente de celle de l'anthroponyme, ce qui ne signifie pas pour autant qu'ils soient totalement étrangers l'un à l'autre.

17À une quarantaine de kilomètres au nord-nord-ouest de Corfinium, dans la même vallée de l'Aternus sur le territoire dit Ager Amiternus à proximité d'Amiternum, a été découverte une autre inscription ancienne susceptible de renforcer l'idée d'une origine non latine des Aufidii.

  • 7 Cf. photographie in C.I.L., I2, pars II, fasc. IV, 2, tab. 95, fig. n° 1

18L'inscription, qui figure dans le C.I.L., I, 1287, pour la première édition, et 1852 pour la seconde, est assez courte. Le texte est gravé sur deux lignes sur une base en forme de pyramide tronquée. Nous donnons le texte d'après la seconde édition7 :

19L.OFDIVS L F

20PET N DL.M

21soit : L(ucius) Ofdius [= Aufidius] L(ucii) f(ilius)/ Pet[ronis ?] n(epos ?) d(at) l(ibens)

22m(erito).

23Plusieurs caractéristiques formelles laissent penser que l'inscription date du ier s. av. J.-C. :

  • Les lettres sont de gravure assez grossière et de taille inégale. Deux ou trois d'entre elles : S, N, et M conduisent à voir peut-être dans la maladresse apparente du dessin une survivance de lettres osco-ombriennes, «  sinistroverse » pour le S, et «  dextroverse » pour le N. À défaut, cette apparence de maladresse trahit l'ancienneté du texte.
  • L'alignement assez aléatoire du texte vient renforcer cette idée : on est loin des textes régulièrement composés et alignés qui caractérisent la seconde moitié du ier s. av. J.-C. et les siècles suivants. On peut penser que le graveur, malhabile, n'était pas encore très au fait de la technique, du moins dans ses règles romaines.
  • En elle-même, la pierre ainsi conçue et présentée pourrait être d'un notable, d'un des premiers parmi les Aufidii.
  • L'orthographe même du nomen gentidicium de cette inscription mérite un examen particulier d'abord à cause de la graphie OF du début du nom, ensuite à cause de l'absence de i entre les deux consonnes f et d.
  • 8 Ernout (Alfred), Les éléments dialectaux du vocabulaire latin, Paris, Champion, 1909, p. 52

24En ce qui concerne le début du nom, nous ne connaissons à ce jour que deux exemples. Outre cette inscription de l'Ager Amiternus, il y a le sénatus-consulte de Corfou (S.EG., III, 1924, n° 451 ; cf. notice n° 3), daté des années 170-160 av. J.-C. où figure le nom de Τ.ΩΦιδιος Π.υ.Πο[-]. Tous les autres documents attestent en latin la forme Aufidius, et en grec la forme ΑυФιδιος. Dans le cas de l'inscription en grec de Corfou, cette graphie particulière doit vraisemblablement être expliquée par la double difficulté de la transcription alphabétique et de l'existence en grec de deux voyelles : omicron et oméga. Or, si l'on sait grâce aux auteurs anciens, notamment Cicéron et Quintilien, que les Romains avaient «  le sentiment de la distinction entre au et o »8, distinction fondée sur des différences dialectales attestées par des textes épigraphiques non latins ou bilingues, il n'est pas sûr que cette distinction correspondît rigoureusement à celle que faisaient les Grecs entre O et

25En tout cas, dans l'Orient hellénique, à partir du dernier quart du iie s. av. J.-C. et au début du ier s. av. J.-C., les textes en grec qui mentionnent les Italiens résidant à Délos (B.C.H., XXXVI, 1912) font la distinction, par exemple, entre ΑυΦιος (= Aufidius) et ΟΦελλιος (= Ofellius), calquant ainsi la graphie grecque sur les lettres utilisées dans l'alphabet latin. La particularité de la graphie ΩΦιδιος dans le texte de Corfou semble d'autant plus compréhensible qu'à la haute époque où vécut ce sénateur, les Aufidii, encore peu nombreux dans la sphère politique, sont sans doute totalement inconnus dans les territoires hellénophones. Pour toutes ces raisons, on peut penser qu'à travers son originalité, la graphie ΩΦιδιος trahit l'origine non latine du nom du sénateur.

26L'inscription latine de l'Ager Amiternus qui mentionne L. Ofdius reflète certainement cette réalité : la réduction de la diphtongue au à o se produit dans les parlers du Latium – notamment le falisque – et dans le dialecte ombrien. Elle semble cependant étrangère à l'osque proprement dit. La réduction de la diphtongue est un phénomène qui s'est accompli de manière partielle.

  • 9 Cf. Cagnat, Cours d'épigraphie latine, Paris, 4e édition 1914, p. 24.

27Dans la suite du nom, l'absence de i entre les deux consonnes f et d est remarquable. Il faut exclure une faute du lapicide qui aurait oublié la voyelle : outre que l'étroit espace entre le F et le D ne permet pas de penser à la moindre hésitation de sa part, la forme de ce D est analogue à celle du deuxième D du texte à la ligne suivante. Il en est de même pour la forme du premier F comparable à celle du second. De la sorte, il faut aussi exclure une ligature sur le F ou le D. On sait en effet que la lettre F se prêtait à deux sortes de ligatures9 avec I. L'une consistait en une haste au-dessus de la hampe de la lettre : F ; l'autre, en une barre verticale au bout de la petite barre horizontale de la lettre : F. Or le texte ne présente nulle trace de ces caractères ou particularités. Quant à une ligature avec la lettre D, elle ne pourrait consister qu'en la haste D puisque le I manquant est ici celui qui précède la consonne.

  • 10 Babelon, Description historique et chronologique des monnaies de la République romaine, I, Paris, (...)

28À date haute, et, en tout état de cause, avant l'Empire, l'usage des ligatures est très réduit. Les seules ligatures connues concernant des Aufidii ont été trouvées sur des monnaies, mais elles ne portent pas sur ce I dans le nom. Il s'agit toujours d'une ligature des deuxième et troisième lettres du nomen gentilicium : VF =V. Il en est ainsi du nom du monetalis, Aufidius, sur une monnaie du ie s. av. J.-C.10.

  • 11 Lejeune, Op. cit., §111
  • 12 Cf. Deveto (Giacomo), Il lingguagio d'Italia. Storia e strutture linguistiche italiane dalla preist (...)

29Il reste donc à considérer l'hypothèse la plus probable : la syncope du phonème [i] dans la partie suffixale du nom. Ce type de syncope est parfaitement connu dans le monde osque : par exemple Fufdis qui, latinisé, devient Fufidius11. Il est attesté aussi dans le monde ombrien : par exemple cedre, en latin caedere12

De la nécessaire distinction entre Alfidii et Aufidii

30S'il n'y avait pas certains textes littéraires ou épigraphiques qui entretiennent un doute ou une confusion, la question de l'inclusion ou de l'exclusion des Alfidii pourrait être évitée.

  • 13 Schulze (W.), in Zur Geschichte lateinischer Eigennamen, Berlin, 1904 [réédition, Weidemann, 1991] (...)
  • 14 Lejeune, Op. cit. en note 6, § 110-111

31Linguistiquement et phonétiquement la confusion entre Alfidius et Aufidius est impossible13. Tout comme Aufidius, Alfidius est le résultat d'une latinisation, et quant à la finale du nom, le processus est le même que pour Aufidius. Mais là s'arrêtent les similitudes. Pour la partie non finale du mot en revanche, il y a eu élimination d'une voyelle osque d'anaptyxe développée entre liquide et consonne non dentale14. L'exemple du nom gentilice osque connu en alphabet grec sous la forme Alaphiom, devenu en latin Alfius, permet de formuler l'hypothèse qu'Alfidius vient d'une racine *alaf... plus probablement que d'une transformation à partir d'un mot comme *auf[i]dyo. Le passage de l à «  ou, inversement, de u à l n'est ni simple, ni naturel. Dans le cas d'Aufidius, il pourrait s'agir du phénomène d'altération bien connu en latin de ab- devant f, sans rapport donc avec une racine comme *alaf.

  • 15 Caligula, 23 et Tibère, 5
  • 16 Sous le n° 22 des Aufidii dans la Real Encyclopädie, dans une notice non signée, alors que la noti (...)
  • 17 C.I.L., X, 5578, Fabrateria Nova ; C.I.L., VI, 1978, Rome ; I.G., XIV, I, 748 = C.I.G., 5805, Neap (...)

32Ce sont les sources littéraires qui introduisent la confusion entre Alfidius et Aufidius et laissent supposer qu'une contamination du nomen gentilicium Alfidius par Aufidius serait possible. C'est ce que fait Suétone à propos de la mère de Iulia Augusta15 en prétendant qu'elle était une Aufidia, alors que deux textes épigraphiques sûrs, à Samos (I.G.R.R.P., 983) et à Marsi Marruvium (C.I.L., IX, 3661), la désignent comme une Alfidia. Or la certitude et la «  vérité » nous semblent devoir venir des textes épigraphiques, autant en raison de leur nombre que du fait des règles qui régissaient la pratique épigraphique. Il n'y a pas de cas où la source épigraphique mentionne Aufidius pour un Alfidius attesté comme tel par une source littéraire. C'est l'inverse qui en réalité existe : alors qu'un rescrit impérial du iie s. ap. J.-C mentionnerait un Aufidius Herennianus16, les textes épigraphiques ne nous font connaître qu'un Alfidius Herennianus17, et il n'y a pas d'Aufidius Herennianus.

  • 18 Cf. liste des Alfidii en appendice

33De nombreuses autres raisons s'opposent à l'identité entre Aufidii et Alfidii. Statistiquement d'abord, le nomen gentilicium Alfidius n'est connu qu'en cinquante-six occurrences sûres dont vingt-six occurrences d'individus qu'on peut qualifier de Romains18. Géographiquement, ensuite (cf. carte n° 5), le nomen gentilicium Alfidius est assez précisément localisé : l'essentiel des inscriptions provient de la péninsule italienne (42 occurrences sur 56, soit 75 %) et plus précisément de Rome (26 occurrences sur les 42 Italiennes soit plus de 44 %). Viennent ensuite la péninsule Ibérique (9 occurrences) et l'Afrique (5 occurrences). Les Gaules, la Narbonnaise et la Bretagne n'ont fourni chacune qu'un texte.

  • 19 Parce que les inscriptions romaines ne permettent pas de préciser l'origine ni des Alfidii ni des (...)

34L'ensemble de ces observations montre que les uns et les autres, Alfidii et Aufidii, ont des racines osques. Mais ce ne sont pas les mêmes. Au ier s. av. J.-C., Rome mise à part19, le plus grand nombre des Alfidii de la péninsule est localisé dans le Latium méridional et en Campanie, c'est-à-dire dans le territoire de l'osque central, alors que le plus grand nombre des Aufidii les plus anciens est localisé sur le versant adriatique des Apennins et appartient à l'aire de l'osque septentrional, voire à l'aire ombrienne.

  • 20 Suétone, Op. cit., supra-, N. Mathieu, « Comment avoir une parenté illustre ? Alfidii et Aufidii a (...)

35Aussi nous semble-t-il nécessaire de distinguer entre Alfidii et Aufidii quant à l'origine. Il n'est pas impossible qu'ensuite, au cours de l'histoire des iiie et iie s. av. J.-C, quand s'opérèrent le bilinguisme et les déplacements des hommes avec le poids grandissant de Rome, Alfidii et Aufidii se soient rapprochés. Ainsi pourrait être mieux comprise la confusion chez Suétone qui nous retrace des événements du ier s. av. J.-C.20 alors qu'on sait que des Aufidii ont joué un rôle à Rome dès le premier tiers du iie s. av. J.-C. Que des Aufidii et des Alfidii se soient trouvés à Rome ou dans le Latium au ier s. av. J.-C., à la fin de la République ou au début de l'Empire, n'est pas étonnant en soi. La plupart des nouveaux sénateurs d'origine non latine entrés au Sénat après la fin de la Guerre sociale, étrangers au Latium proprement dit, durent s'installer à Rome ou à proximité, par exemple à Fundi. Qu'ils y aient des attaches ne signifie pas que ce sont leurs racines originelles. Cette distinction étant faite, il convient d'examiner à travers les toponymes d'autres éventuels indices d'un enracinement local.

Autour du nomen gentilicium : l'apport de la toponymie et de l'hydronymie

  • 21 Cf. Pline l'Ancien, N. H., XXXV, IV, § 14. Ce M. Aufidius fut tutelae Capitolio redemptor.

36Les toponymes tels que Aufinum (au sud-est de l'Ager Amiternus dans le territoire des Vestini), Aufida (au nord-est d'Asculum dans le territoire des Picentes) et Aufidena (sur la rive droite du Sagrus, au cœur des Apennins) ne sont pas très excentrés par rapport au territoire osco-ombrien. Ce sont indubitablement des noms locaux dérivant d'une même racine, tous situés dans un rayon de vingt à quatre-vingts kilomètres à partir du foyer des inscriptions les plus anciennes connues au sujet des Aufidii (cf. carte n° 4). On est aussi assuré grâce à Tite Live (X, 12, 9) que la cité d'Aufidena existait vers 228 av. J.-C., soit un demi-siècle avant l'apparition du premier Aufidius connu dans l'histoire avec précision, à Rome en 179, M. Aufidius21. La proximité géographique et chronologique constituent ici un indice supplémentaire dans la détermination du foyer d'origine des Aufidii. Mais on doit aussi s'interroger sur le lien qui pourrait exister entre l'hydronyme Aufidus ΑυΦιος et l'anthroponyme.

37L'absence totale de document épigraphique d'époque républicaine dans le Samnium et la grande distance qui sépare le foyer d'origine probable des Aufidii dans la vallée de l'Aternus du fleuve Aufidus – 200 km en ligne droite – nous autorisent-elles à nier une dérivation de l'anthroponyme à partir de l'hydronyme ?

38Sous le nom d'Aufidus-ΑυΦιος sont en réalité nommés par les auteurs anciens deux cours d'eau situés dans des régions différentes de l'Italie. Strabon, Géographie, V, 3, 6, désigne ainsi du nom ΑυΦιοun petit fleuve côtier du Latium qui prend sa source entre Velitrae et Cora et se jette dans la mer Tyrrhénienne entre Circeii et Tarracina. Mais il est le seul à parler ainsi de ce cours d'eau que tous les autres auteurs appellent en latin Ufens et que l'on nomme aujourd'hui Uffente. Strabon ne commet pas forcément une faute. Ufens comme ΑυΦιος témoignent d'une origine non latine. L'intervocalique f provient d'une langue osco-ombrienne. Il s'agit vraisemblablement d'un cas de doublet dont on pourrait trouver la preuve dans l'appellation italienne actuelle de l'autre cours d'eau que les Anciens connaissaient sous le non d'Aufidus-ΑυΦιος : l'Ofanto. Toutefois, comme toutes les sources latines ne désignent le cours d'eau du Latium que comme l'Ufens – mot à la prononciation très éloignée d'Aufidus-ΑυΦιος –, cet hydronyme-là ne permet pas d'éclairer les origines des Aufidii.

39Que penser de l'autre cours d'eau, l'Aufidus, aujourd'hui Ofanto, bien connu depuis l'antiquité parce que, dans sa vallée et la plaine circonvoisine de son cours inférieur, s'y livra, en 216 av. J.-C., la bataille de Cannes ?

40Il est attesté sous ce nom autant par les auteurs latins (Horace, Odes, III, 30, 10 ; IV, 9, 2 ; 14, 25 ; Satires, I, 1,58 ; Tite Live, XXII, 44, 2 ; Pomponius Mela, Chorographie, II, 66 ; Pline l'Ancien, Histoire naturelle, III, 102 ; Silius Italicus, Punica, X, 170 et XI, 510) que grecs (Polybe, III, 110, 9 ; IV, 1, 2 ; Strabon, VI, 3, 9 ; Plutarque, Fab., 15 et Ptolémée, III, 1, 15). Naturellement, parmi eux il ne faut retenir que les auteurs les plus anciens, en l'occurrence, Horace, Polybe, voire Strabon. Les autres n'ont souvent fait que reprendre leurs aînés ou déformer les informations antérieures.

  • 22 Un cours d'eau est toujours désigné dès sa source dans nos contrées
  • 23 Strabon, Géographie, V, 4, 12

41Considéré à juste raison par Horace – natif de Venusia à une quinzaine de kilomètres au sud – comme un fleuve d'Apulie, l'Aufidus marque une limite à la fois topographique, hydrologique, linguistique et humaine (cf. carte n° 4). Prenant sa source à une vingtaine de kilomètres à l'ouest-nord-ouest de Compsa dans les Apennins méridionaux, là où cette dorsale montagneuse s'infléchit vers le sud-ouest, c'est-à-dire du côté de la mer Tyrrhénienne, il coule finalement vers l'est-nord-est pour se jeter dans l'Adriatique. Il est d'ailleurs l'ultime grand cours d'eau de ce bassin versant. Ce cours d'eau et l'hydronyme doivent s'apprécier autant comme limite, par le tracé jusqu'à l'embouchure, que comme origine, par la localisation de la source ainsi nommée22. Or, si géographiquement il ne fait pas de doute que les territoires situés plus au sud – sur la rive droite, au-delà – sont un autre «  pays », un autre monde, étranger à celui qui semble être originellement propre aux Aufidii, d'un point de vue linguistique et humain, le cours supérieur de l'Aufidus borne l'avancée extrême des langues du groupe osco-ombrien et des populations osco-ombriennes dont les Samnites sont l'élément le plus méridional23. Les foyers de ces populations sont donc primitivement situés en-deçà. Seule cette observation permet de rattacher l'anthroponyme à l'hydronyme, mais à condition de considérer que celui-là serait une dérivation adjective de celui-ci et en ne raisonnant qu'à partir du latin.

42Aucun document ne vient prouver ce lien. Aucun Aufidius n'est connu à haute époque dans la région bornée par l'Aufidus. Ce cours d'eau nous donne sans doute la limite méridionale de l'aire primordiale des Aufidii. Un ensemble d'indices convergents du point de vue linguistique nous met sur la voie d'une origine osco-ombrienne que la localisation des documents les plus anciens circonscrit au cœur des Apennins centraux. À ces indices viennent s'ajouter des signes de la romanisation des Aufidii dans le courant du iie s. av. J.-C., qui confirment leur origine non latine.

La latinisation et la romanisation vues à travers l'onomastique

Les dénominations dans les textes anciens de Corfinium et d'Amiternum

43Les deux textes épigraphiques anciens de Corfinium et de l'Ager Amiternus présentent des caractéristiques susceptibles d'éclairer le processus de latinisation et de romanisation.

  • 24 Lejeune (Michel), « La romanisation des anthroponymes indigènes d'Italie », in l'onomastique latin (...)

44Du point de vue du système gentilice, les dénominations témoignent d'une certaine pénétration de la romanité. Dans l'histoire de l'institution et de l'expansion du système gentilice, on distingue habituellement trois phases24 : après l'élaboration dans le monde étrusque (phase 1), puis son extension dans l'Italie centrale – où habitent entre autres les populations osco-ombriennes – sous l'influence de l'Etrurie (phase 2), Rome acheva dans le dernier tiers du millénaire av. J.-C. l'extension du système en Italie (phase 3), mais sous sa forme latine, en éliminant progressivement les autres traditions. Dans le système gentilice latin, le prénom – toujours abrégé – est suivi du nom gentilice puis de la filiation marquée par l'initiale d'un prénom toujours suivi de filius sous une forme plus ou moins abrégée. L'inscription de Corfinium mentionnant [ ] Aufidis C. f. tout comme celle de l'Ager Amiternus avec L. Ofdius L. f. correspondent au modèle latin alors que la tradition osque de la dénomination était un peu différente. Dans le système gentilice osque en effet, le prénom – souvent abrégé – était suivi du nom gentilice puis de la filiation marquée par un prénom souvent abrégé au génitif, mais sans être suivi du terme de «  fils de ».

Un processus possible de latinisation et de romanisation

  • 25 C.I.L.,X ,1273
  • 26 Cela est vrai plus tardivement et en d'autres lieux que la péninsule italienne : c'est le cas de c (...)

45Une inscription de Nola25 datable du ier s. av. J.-C., nous fait connaître une Aufidia St. f. Maxima. Ici, le gentilice a, contrairement au cas d'Aufidis C. f. de l'inscription de Corfinium, adopté la désinence latine : celle de la première déclinaison, puisqu'il s'agit d'une femme. Les différences qui apparaissent lorsqu'on confronte ces trois textes épigraphiques parmi les plus anciens, montrent que le processus de romanisation n'est pas simple. Les interprétations doivent être nuancées26.

46Il est permis de penser que l'inscription de Nola correspond à une plus forte romanisation que celle de Corfinium. C'est d'abord par le nom gentilice que s'affichait la latinité d'une famille. Pour les Aufidii comme pour d'autres familles, la latinisation du nom de la gens a dû constituer une étape préalable, sinon l'étape essentielle sur la voie de l'intégration et de l'ascension politique et sociale. En d'autres termes, on a le droit de supposer qu'il était de moins grave conséquence de porter un prénom rare du type Statius ou Stennius – qui pouvait n'être qu'un simple rappel, un clin d'œil – accompagné d'un nom gentilice latinisé, plutôt que d'afficher ouvertement son origine étrangère en conservant à son nom gentilice sa forme traditionnelle. À cet égard, il est intéressant de noter que les orthographes archaïsantes ou locales du nomen gentilicium, voire des prénoms, n'ont jamais été recensées en ce qui concerne les Aufidii à Rome ou parmi les membres de l'aristocratie équestre ou sénatoriale.

  • 27 L'inscription de Nola est datable du milieu du Ier s. av. J.-C
  • 28 En particulier The Roman Révolution, Oxford, 1938, toujours cité dans la traduction française, La (...)

47Bien que l'inscription de Nola soit sans doute postérieure à celle de Corfinium27, les principes de la démonstration doivent demeurer. Il est établi que le bilinguisme latino- osque est allé croissant du ive au ie s. av. J.-C., puis a diminué dès le ier s. av. J.-C., époque à laquelle la romanisation du monde osque fut précipitée et achevée par la transformation de la vie politique locale. Les études de Ronald Syme28 ont montré qu'en dépit de cette latinisation nécessaire, on discernait aisément les étapes de l'intégration des gentes non latines dans le Sénat romain par exemple. Jusqu'à la fin du ii e s. av. J.-C., ces noms n'apparaissent qu'occasionnellement dans la hiérarchie gouvernementale et la plupart de ceux qui les portent n'ont pas dépassé les premiers échelons de la carrière des honneurs.

  • 29 C.I.L., I, 898, 899, 900 ; X, 3783, Capua (I, 575) ; 720, Rome ; Cicéron, De domo, 35 ; Pro Cn. Pl (...)

48Parmi la dizaine d'Aufidii sénatoriaux de la République, le seul consul connu est un homme qui fut adopté par un membre de la gens Aufidia et qui n'était donc pas né Aufidius. C'est Cn. Aufidius [Cn. f] Orestes [Aurelianus]29. Des neuf autres individus, trois seulement à notre connaissance sont parvenus à la préture et deux ou trois ne sont connus que comme tribuns de la plèbe, magistrature qui indique bien l'origine plébéienne des Aufidii et non pas, ici, une volonté ou une stratégie politique.

49L'inscription d'Ager Amiternus est en revanche difficile à situer exactement dans le processus de romanisation par rapport aux deux autres textes examinés. La fin du nom gentilice orthographié -ius montre l'intégration au système de la flexion latine. On peut considérer que c'est un signe de romanité. L'orthographe du début du nom gentilice, Ofid-, révèle l'ancrage local et la survivance de l'origine alors qu'à la même époque d'autres Aufidii avaient déjà quitté leurs cités de naissance et le berceau familial, ou s'apprêtaient à le faire, pour s'installer à Rome et aux alentours et gravir les échelons du cursus, en abandonnant à cette occasion les signes extérieurs les plus apparents de leur ascendance non latine.

50En même temps que s'opérait cette romanisation au fil des générations et de l'augmentation des individus, le nom gentilice se diffusait de plus en plus largement. La question qui doit alors être posée, compte tenu de l'aire de diffusion, de la durée d'utilisation et des informations ou des silences des sources, est de savoir si tous les porteurs du nom gentilice Aufidius ont réellement eu des liens de parenté, s'il est pertinent de parler de gens Aufidia et à quelle époque.

Éléments pour une histoire du nom

L'onomastique des Aufidii

51Trois cent soixante-huit individus différents porteurs d'un prénom ont été recensés du iie s. av. J.-C. au iiie s. ap. J.-C. Ce corpus fait apparaître une quinzaine de prénoms différents qu'on peut ranger dans deux catégories (cf. tableau n° 2 hors texte).

  • 30 . Appius et Spurius : à Délos (B.C.H., 34, 1910, n° 75) et à Naxos (Hatzfeld, Les trafiquants ital (...)

52La première comporte huit prénoms. Six d'entre ces prénoms ont été rarement rencontrés. C'est le cas d'Appius, Aulus, Olus, Petro, Spurius – qui peut-être la marque de la bâtardise – et Statius qui n'ont jamais été recensés chacun plus de deux fois. Au total, ces six prénoms n'ont été portés que huit fois. Cela équivaut à 2,1 % du corpus, soit un très faible pourcentage30. Deux autres prénoms ne semblent pas avoir été d'un usage fréquent : Cnaeus et Decimus. Nous les avons relevés moins d'une dizaine de fois chacun. Cnaeus est certain dans neuf cas – ce qui équivaut à 2,3 % du total – et Decimus, six fois – soit près de 1,6 % du total.

53La seconde catégorie comporte les sept prénoms restants suivants : Caius, Lucius, Marcus, Publius, Quintus, Sextus et Titus, recensés chacun plus d'une vingtaine de fois et portés par trois cent cinquante-cinq individus, ce qui correspond à 93,9 % des occurrences.

  • 31 Cf. Nicolet (Claude), « L'onomastique des groupes dirigeants sous la République », in L'onomastiqu (...)

54S'il est possible de tirer des seuls résultats statistiques et de l'étude des prénoms de nombreux enseignements utiles à la connaissance d'un nom, c'est en les croisant avec un ensemble d'observations onomastiques, chronologiques et sociales31. Cette concentration indiscutable dans le choix de quelques prénoms n'est cependant pas toujours assimilable à un signe distinctif proprement gentilice. Ici, elle n'est pas la marque d'une ou de plusieurs lignées d'Aufidii. Quant aux huit prénoms utilisés de façon marginale au regard de notre corpus, ils ne sont pas, à l'inverse, un indice que ceux qui les portèrent n'avaient avec les autres Aufidii qu'un rapport d'homonymie et non de parenté.

  • 32 Celles-ci s'appuient sur des cas de l'aristocratie urbaine. Nous pensons ici à Die römischen Vomam (...)

55Par comparaison avec ce que l'on sait de la fréquence et de l'usage des prénoms chez les Romains grâce aux recherches d'Olli Salomies32 on peut faire deux observations générales (cf. tableau n° 2 H.T.) :

  • il existe une grande similitude entre les pourcentages des prénoms les plus fréquents recueillis chez les Aufidii connus et ceux qui ont été portés le plus souvent par les Romains en général ;
  • dans trois cas distincts, des écarts existent entre ce que l'on observe chez les Aufidii et ce que l'on constate pour les Romains33.

56La similitude des pourcentages entre Aufidii et Romains apparaît bien pour les prénoms les plus courants : Caius, Lucius, Publius, Quintus, voire Marcus. Lorsqu'il y a des écarts, ils sont très faibles. Les Aufidii ne semblent pas avoir fait preuve d'originalité. Ce peut être un indice de leur intégration à la tradition latine et romaine.

57Dans les seuls cas des prénoms Cnaeus, Sextus et Titus, les écarts entre les Aufidii et les Romains sont grands. Mais ces cas sont remarquables et riches de renseignements en ce qui concerne les Aufidii.

  • 34 La même remarque s'impose si l'on fait une comparaison non plus avec les données d'Olli Salomies, (...)

58Le faible nombre des Aufidii prénommés Cnaeus constitue une originalité majeure à un double titre. D'une part la fréquence de ce prénom est deux fois et demie plus faible chez les Aufidii que dans le corpus romain qui nous sert de référence34 et confine à la rareté. D'autre part la totalité des Aufidii connus ainsi prénommés vécut avant notre ère (cf. tableaux n° 3 et 4 H.T.), ce qui revient à dire, en l'état actuel de notre connaissance des porteurs du nom Aufidius, soit qu'après la République ce prénom ne fut plus à la mode, soit plutôt que ceux d'entre les Aufidii chez qui il était un signe distinctif ne survécurent pas à la République et aux troubles qui la virent disparaître. En effet, le dénombrement des Cnaei Aufidii – rendu difficile par la diversité des sources et les incertitudes qui les accompagnent (cf. tableau ci-dessous du corpus des Cnai Aufidii) – laisse nettement apparaître les caractéristiques particulières de ce groupe de neuf individus composé de sept citoyens nés Aufidius – dont cinq sénateurs documentés par des sources littéraires ou épigraphiques-, d'un affranchi probable de l'un de ces citoyens et d'un adopté, qui, tous, ont été attachés à deux pôles exclusivement du monde romain : l'Italie et les bords de la Mer Egée. Dans ces territoires, c'est en outre presque toujours dans une aire hellénique qu'on relève leur passage ou leur présence.

CORPUS DES CNAEI AUFIDII

  • Cn. Aufidius, tribunus plebis, premier sénateur connu, en 171-170 av. J.-C. (Tite Live, XLIII, 8, 2), notice n° 2.
  • Cn. Auf[idius...]na, sénateur, vers 129e av. J.-C. (I.G.R.R.P., IV, 262 [A.E, 1935, 173]), notice n° 5.
  • Cn. Aufidius [T. f. (I.G., XIV, 612, Rhegium) ou Cn. f. (I.G., XII, 5, 722,Andros)], préteur, vers 94 av. J.-C. et père adoptif d'Aurelius Orestes, notice n° 8.
  • Cn. Aufidius Cn. f., gouverneur d'une province inconnue, mais probablement l'Asie, à la fin du iie s. av. J.-C., notice n° 9 (I.G., XII, 5, 722, Andros).
  • Cn. Aufidius T. f., gouverneur d'une province inconnue à la fin du iie ou au début du ier s. av. J.-C. (I.G., XIV, 612, Rhegium), notice n° 10.
  • Cn. Aufidius [Cn. f.] Orestes [Aurelianus], préteur urbain, consul en 71 av. J.-C. (Cicéron, Pro Cn. Plancio, XXI, 52 ; Eutrope, VI, 7, 6 ; Valère Maxime, VII, 7, 6-7), notice n° 13.
  • Cn. Aufidius, père de L. Aufidius Cn. f. et grand père de L. Aufidius L. f., quattuorvir et de P. Aufidius L. f., quattuorvir, duumvir, trib. mil. et praef. fabr. A Placentia. ier s. av. J-C. (C.I.L., XI, 1217, Placentia), notice n° 26.
  • [Cn. Aufidius], patron d'Aufidia Cn. I. Tyrannis (C.I.L., XIV, 3389, Praeneste), à date haute.

59Se dessinent ainsi les contours d'un groupe original d'Aufidii qui peuvent être distingués des autres Aufidii du triple point de vue onomastique, chronologique et social.

60En effet, si Cnaeus est un prénom globalement plutôt rare dans l'aristocratie romaine, chez les magistrats du Latium et de la Campanie, et chez les Aufidii sous la République comme durant l'Empire, il est cependant l'un des trois prénoms les plus fréquents des Aufidii porteurs d'un prénom avant notre ère. Chronologiquement nos neuf individus s'échelonnent entre le début du iie s. av. J.-C., avec le tribun de la plèbe Cn. Aufidius en 170 (Tite Live, XLIII, 8 ; notice n° 2) et, soit le milieu du ier s. av. J.-C. avec la mort de Cn. Aufidius Cn. f. Orestes Aurelianus (Cicéron, Pro Plancio, XXI, 52 ; notice n° 13), soit le début de l'Empire pour le patron ou le père de L. Aufidius Cn. [f. ou l. ?] (C.I.L., VI, 445, Rome,). Socialement enfin, on note qu'à défaut d'avoir été exclusivement sénatorial, ce prénom fut, pour les Aufidii, l'apanage d'une élite : cinq Cnaei Aufidii furent sénateurs ; un ou deux furent père d'un sénateur ; un fut le grand-père, à Placentia, de notables locaux : Cn. Aufidius, père de L. Aufidius, lui-même père de L. Aufidius, quattuorvir à Placentia et de P. Aufidius, quattuorvir, duumvir, tribunus militum et praefiectus fabrum (C.I.L., XI, 1217 ; notice n° 26).

61Recensé vingt-six fois, le prénom Sextus offre, lui, des caractères très différents, mais néanmoins intéressants. Dans l'état actuel de notre documentation, c'est un prénom exclusivement occidental et essentiellement romain. Après Rome, où vécurent (ou moururent) onze individus – pour ne retenir que les témoignages directs –, le second pôle est africain, avec sept occurrences et la cité de Thibilis a, semble-t-il, accueilli le plus grand nombre de Sexti Aufidii (cf. tableau ci-dessous du corpus des Sexti Aufidii).

CORPUS DES SEXTI AUFIDII

62ier siècle av. J.-C.

  • Sex. Aufidius (Cicéron, Fam, XII). Recommandé par Cicéron auprès du gouverneur de l'Africa vetus, Cornificius, en 45-44 (notice n° 25).

63iersiècle av./ ier siècle ap. J.-C.

  • Sex. Aufidius Sat [―] (I.L.Af, 465) Thuburnica. datation haute envisagée par J.-M. Lassère, Ubique populus.

64Début de l'Empire

  • Sex. Aufidius Secundus (C.I.L., XIV, 3041, 1), Préneste. Fragment de tuyau de plomb.
  • Sex. Aufidius Thiasus (I.L.T.G., 247 [= A.E., 1976, 452]), Lyon. Époux d'Aufidia Antiochis. Epoque flavienne, milieu des affranchis aisés. Cf. photographie, n° 6.

65Haut-Empire. ier-iie siècles. Non datés

  • Sex. Aufi[dius] (C.I.L., VI, 3164), Rome, mais de provenance incertaine. Mil(es) cla(ssis).
  • Sex. Aufidius C. f. (C.I.L., XI, 4595 + A.E., 1985, 362), Carsulae-Tuder.
  • Sex. Aufidius Albanus (C.I.L., VI, 12824), Rome. Père de Sex. Aufidius Maximus et mari d'Aufidia Exorata, dédicants.
  • Sex. Aufidius Maximus (C.I.L., VI, 12824), Rome. D.M. Mort à 9 ans, 9 mois, 7 jours ; fils de Sex. Aufidius Albanus et d'Aufidia Exorata.
  • Sex. Aufidius Chrestus [C.I.L., VI, 12815), Rome. Sarcophage. Sans formule initiale ; sur la même inscription Aufidia Saturnina et Sex. Aufidius G. G. 1. Saturninus.
  • Sex. Aufidius G. G. 1. Saturninus (C.I.L., VI, 12815) Rome. Sarcophage d'un enfant mort à 4 ans, 6 mois, 3 jours.
  • [Sex. Aufidius, père du suivant].
  • Sex. Aufiidius] Sex. fi[l] Commodus (I.L.Alg., II, 4890), Thibilis. Peut-être iers. ap.J.-C. ?
  • Sex. Aufidius Donatus (C.I.L., VIII, 5162 = I.L.Alg., I, 896), Thagaste.
  • Sex. Aufidius Euhodus (C.I.L., VI, 3835 = 31743), Rome. Sur la même inscription, Sex. Aufidius Primigenius. Affranchi.
  • Sex. Aufidius Primigenius (id.), Rome. Affranchi.
  • Sex. Aufidius Fregellanus (C.I.L., VI, 12818), Rome. Mort à 7 ans.
  • [Sex. Aufidius, père du suivant].
  • Sex. Aufidius Sex. f. Quir. Gallus (I.L.Alg., 4892), Thibilis. Vraisemblablement originaire de Thibilis dont c'est la tribu. Fin ier s. ap. J.-C. ou iie s ?
  • Sex. Aufidius Glyco (C.I.L., VI, 12822), Rome. D.M.
  • Sex. Aufid[ius] L. f. Clus. Niger (C.I.L., XI, 4247), Interamna Nabars. Citoyen originaire de cette cité.
  • Sex. Aufidius Phi[l]e[t]us (C.I.L., VI, 12826), Rome. D.M. de la part de sa femme Iannuaria.
  • un [Sex. Aufidius] père d'un M. Aufidius Q(uirina tribu) Rufinu[s] (I.L.Alg., II, 4895), Thibilis.
  • Sex. Aufidius Threp[ius] (C.I.L., VI, 339), Rome. Curateur du collège d'Hercule Salutaris de la 1er cohorte.
  • Sex. Aufidius Venustus (C.I.L., VI, 12831), Rome. D.M. Mon à 40 ans. B.M. de la part de sa femme Helpis.

66Haut-Empire. Seconde moitié du iie s.

  • Sex. Aufidius Marcus (C.I.L., XIII, 2071) Lyon.
  • Sex. Aufidi(us) E ou F. ? (M.E.F.R.A., 91, 1979), Monte Testaccio. Titulus pictus ß sur une amphore Dr. 20. Mi-iie s.
  • 35 Avant J.-C., Sex. Aufidius (Cicéron, Fam., XII, 26, 1 sqq. ; 27, 1 sqq. Notice n° 25) mentionné pa (...)
  • 36 Cf. infra chapitres II et III

67La chronologie des Sexti Aufidii est difficile à établir. Six individus seulement sur vingt- six peuvent être datés35. Mais, grâce aux localisations, l'exemple des Sex Aufidii nous renseigne utilement sur ce que pourrait être une histoire du nom en éclairant les modes de dispersion des Aufidii36. On retiendra ici que la répartition des Sexti Aufidii est exclusivement occidentale et qu'elle coïncide avec des zones économiquement riches ou aisément accessibles. Socialement, il faut relever qu'un certain nombre de ces individus sont des affranchis ou, si l'on en juge par les surnoms, des descendants probables d'affranchis.

68Des éléments intéressants peuvent aussi être tirés du corpus des Titi Aufidii dont le nombre est quasiment identique à celui des Sex. Aufidii. La localisation du prénom Titus est presque exclusivement septentrionale avec deux pôles principaux : l'Asie Mineure et la péninsule italienne (cf. tableau ci-dessous du corpus des Titi Aufidii). Le contingent le plus élevé des Titi Aufidii se trouve en Italie. À la différence du prénom Sextus, le centre de gravité est ici situé en Campanie, à Puteoli, et non plus à Rome. On doit aussi relever qu'à ce jour aucun Titus Aufidius n'est connu sur le sol africain ni dans la péninsule Ibérique.

CORPUS DES TITI AUFIDII

69iie- ier s. av. J.-C.

  • T. ΩΦιδιος Π.υ.Πο [–] (S.E.G., III, 451), Corfou, sénateur. Première moitié du iie s. av. (notice n° 3).
  • [T. Aufidius], père de Gn. Aufidios T. f. (I.G., XIV, 612), Rhegium. iie-ier s. av. J.-C. (notices n° 8 et 10).
  • T. Aufidius, homo novus (Valère Maxime, VI, 9, 7 ; Cicéron). Première moitié du ier s. av. J.-C. (notice n° 15).
  • T. Aufidius, Siculus, médecin (Caelius Aurelianus, Ac. M., II, 29, 104 ; M. Cher. I, 246-247.) Milieu du ier s. av. J.-C. (notice n° 16).
  • [T. Aufidius] père du suivant.
  • T. Aufidius T. f. Spinter, père du suivant (C.I.L., III, 399), Pergame. Seconde moitié du ier s. av. J.-C. Chevalier (notice n° 30).

70ier s. av. - ier s. ap. J.-C.

  • T. Aufidius T. f. Ani. trib. Balbus (C.I.L., III, 399), Pergame. Fils du précédent. ier s. av. - ier s. ap. J.-C. Chevalier (notice n° 34).

71Haut-Empire. ier s. ap. J.-C.

  • T. Aufidius Félix (.A.E., 1988, 331 a), Pompéi : 16 fév. 61 ap. J.-C. Parmi des tablettes relatives à des prêts d'argent ou à des garanties.
  • T. ou L. ? Aufidius (C.I.L., XII, 4646) Narbo. ier s. ap. J.-C.
  • T. Aufidius Faustus (C.I.L., XII, 4647), Narbo. Courant du ier s. ap. J.-C.

72ier-iie s. ap. J.-C. Indéterminé.

  • un [T. Aufidius], patron possible du suivant.
  • T. Aufidius T. 1. Alexa (C.I.L., VI, 34580), Rome.
  • T. Aufidius Alexander (C.I.L., X, 2125), Puteoli. Pas D.M. Vécut 85 ans. Sur la même plaque, Aufidia T. f. Procula, morte à 26 ans : voir ci-dessous.
  • [T. Aufidius], père d'une Aufidia Procula (C.I.L., X, 2125), Puteoli, morte à 26 ans, dont le nom figure sur la même plaque que T. Aufidius Alexander, lui aussi mort. Lien de parenté indéterminé. Les dédicants des deux défunts sont Aufi(dius) Cornelianus et Lucia Aufidiana.
  • T. Aufidius Dida (C.I.L., IX, 5205), Asculum Picenum. ier ou iie s. Plaque collective pour un caveau de seize pieds de long. Sur l'inscription figurent également les noms suivants :
  • T. Aufidius Hilarus (C.I.L., IX, 5205), Asculum Picenum.
  • T. Aufidius Pothus (C.I.L., IX, 5205), Asculum Picenum.
  • T. Aufidius Saturnin (us) (C.I.L., X, 2128), Puteoli. Vécut 12 ans. Pas D.M.
  • [T. Aufidius], père du suivant :
  • T. Aufidius T. f. Templitanus, Fal. trib. (C.I.L., X, 2130), Puteoli. A vécu 19 ans. Fils d'une affranchie : Aufidia G. 1. Euphrosyne.
  • T. Aufidius Thrasea (C.I.L., X, 1782-1783), Puteoli. Duumvir.
  • [T. Aufidius], père du suivant :
  • T. Aufidius T. f. Venustus (C.I.L., VI, 12832), à Rome. D.M. Epitaphe faite selon sa volonté par ses héritiers.
  • [T. Aufidius], père d'une Aufidia T. f. Titulla (C.I.L., V, 7509), Aquae Statiellae.

73Pas D.M. Epouse d'un M. Poilus Certus, affranchi.

  • [T. Aufidius], père d'une Aufidia Procula (C.I.L., VI 12848), Rome. Pas D.M.

74A vécu 35 ans. Rien d'autre sur l'inscription.

  • T. Aufidius Priscus (C.I.L., XI, 4215), Interamna Nahars. D.M. ; B.M. Milieu probable des affranchis.
  • T. Aufidius Proclus (C.I.L., X, 2127), Puteoli. D.M. Vécut 7 ans, 2 mois. Epi

75taphe faite par ses héritiers Neria Qartilla (sic) et Neria Successa. iie s. ?

  • T. (Aufidius) C. f. (A.E., 1990, 385), Aquileia. Notable local avec C. Aufidius

76C. f. Sur la même inscription, M. Aufidius C. f.

77Transition ier-iie s. et iie s.

  • T. Visulanius Aufidius Trebius Clemens (C.I.L., XI, 709), Bononia. Père d'un chevalier romain du ier-iie s. ap. J.-C. (notice n° 41).
  • P. Iuventius P. f. Velina (tribu) Celsus T. Aufidius Hoenius Severianus (A.E., 1978, 282), Sentinum. Un adopté. Consul bis en 129 (notice n° 47).
  • T. ΑυΦιδιος Mιvδιος Πολυχροvιος (I. von Ephesos, 818), Ephèse. Première moitié du iie s.
  • T. Aufidius Antiochus (inscription inédite d'Ostie : n° 11270), Ostie. iie s. ap. J.-C. ?

78À certains égards, la répartition des Titi Aufidii rappelle celle des Cnaei Aufidii : absence en Afrique, intérêt pour l'Asie Mineure sinon présence en Asie Mineure. Mais les similitudes s'arrêtent là, car la majorité des Titi Aufidii vécut durant l'Empire alors que la plupart des Cnaei Aufidii vécurent à l'époque républicaine et qu'aucun des textes les concernant ne peut être formellement daté après notre ère. En Italie-même, les Titi Aufidii sont concentrés à Puteoli, et il y en a très peu en dehors de cette cité.

  • 37 T. Ofidius M. f. Poblilia tribu (S.E.G., III, 451, Corfou,), sénateur, vers 165 av. J.-C. ; Cn. Au (...)
  • 38 T. Aufidius T.f. Ani. Balbus et T. Aufidius T.f. Ani. Spinter son père (C.I.L., III, 399 Pergame).
  • 39 Falerna est l'ancienne tribu républicaine de Puteoli. En Italie même, les Titi Aufidii sont nombre (...)

79Chronologiquement, deux groupes doivent être distingués : les Titi Aufidii qui vécurent durant la République ou le tout début de l'Empire, à la charnière entre le ier s. av. et le ier s. ap. J.-C. ; ceux qui vécurent au iie s. ap. J.-C. Entre les deux, il y a solution de continuité. En outre, la distinction n'est pas seulement d'ordre chronologique. Socialement en effet, alors que presque tous les Titi Aufidii de l'époque républicaine furent des citoyens connus pour être des sénateurs37 ou des chevaliers38, la majorité de ceux qui vécurent durant le Haut-Empire était de condition plus modeste et n'est documentée que pour une génération, sans indication de filiation à deux exceptions près : T. Aufidius T. f. Venustus à Rome (C.I.L., VI, 12832) ; et T. Aufidius T. f. Falerna tribu Templitanus à Puteoli (C.I.L., X, 2130). Ce dernier était sans doute natif de Puteoli39. Toute tentative pour restituer un lien entre ces hommes et ces époques est vaine.

80Par comparaison avec les trois prénoms qui viennent d'être évoqués du fait de leur originalité, on a indiqué que, statistiquement, l'utilisation du prénom Quintus chez les Aufidii connus ne présentait pas de grande différence par rapport à son utilisation par les Romains en général (cf. tableau n° 4 H.T.). Toutefois, le corpus des Quinti Aufidii mérite d'être donné.

CORPUS DES QUINTI AUFIDII

81Fin du iie s. av. - ier s. av. J.-C.

  • Κουιvος ΑυΦιδιος Κασσιοδορος (I.G., IV, 136), Rhénée. Affranchi entre 110 et 88 av. J.-C. Probablement marié à Sabeis, fille de Pyrrhos d'Apamée.
  • Un patron supposé pour cet affranchi en Orient.
  • [Q. Aufidius], père du suivant :
  • Q. Aufidius Q. f. (C.I.L., I2, 1554 [= C.I.L., X, 6327 = I.L.R.R.P., 673]), Tarracina. Homme libre, très probable magistrat local avant la Guerre sociale.
  • [Q. Aufidius], père du suivant :
  • Q. Aufidius Iustus (C.I.L., 4622), Cascia (près de Nursia), possible notable local avant la Guerre sociale : haruspex, octovir, praefectus iure dicundo.
  • Q. Aufidius C. f. Tro(mentina tribu) Bucina (C.I.L., I2, 2642 = I.L.R.R.P., 814), Perusia. ier s. av. J.-C. ?

82Ier s. av. /ier s. ap. J.-C. ?

  • Κουιφvτος ΑυΦιδιος Σοσιας Σπουριου υιοv (I.G., IV, 1434), Messène.

83Haut-Empire. ier-iie s. indéterminés

  • Q. Aufidius Philargurus (C.I.L., IX, 4527), Ager Amiternus. Pas D.M.
  • Q. Aufidi[us Is]idorus (C.I.L., XIV, 638), Ostie. Qualifié d''homo probus sur l'inscription mutilée qui comporte l'indication d'un patron (patron [– ?]).
  • [Le patron possible du précédent].
  • [Q. Aufidius], père d'une Aufidia Q. f. et d'une Aufidia Q. f. Secunda (A.E., 1985, 401 [= A.E., 1961, 257 et 153]). La fille aînée est la femme d'un sévir augustal du nom d'A. Appaeus Agricola, qui fut légat à Classis.
  • [Q. Aufidius], père d'une Aufidia Q. f. Quinta, morte à 6 ans (I.L.Alg., II, 4899), Thibilis.
  • Q. Aufidiu[s] (I.L.Af., 374, e, 5), Carthage, mais lieu précis de la découverte incertain. Parmi d'autres noms de soldats de la première cohorte.
  • Q. Aufidius Fil [–] us (I.L.Alg., I, 486) Thabarbusis (Ain Nechma, aux environs de Calama), Numidie Proconsulaire.
  • Q. Aufidius Félix (C.I.L., VIII, 18087,1. 26), Lambèse. Est Kart (hago), eq(ues).
  • [Q. Aufidius], père de C. Aufidius Tiburt(inus ?), Horatia tribu (C.I.L., VIII, 25750 a), Thiburnica.

84Haut-Empire. Epoque indéterminée. Inscriptions avec formule initiale ou finale

  • Q. Aufi(dius) [Ex]tric[atus] (C.I.L., VIII, 18367) Civitas Lambaesitana. D.M.
  • Q. Aufidius Galaticus (C.I.L., VI, 12819), Rome. D.M. Mort à 4 ans, 8 mois, 28 jours. Aucun des dédicants ne porte le nomen Aufidius.
  • Q. Aufidius Generosus (C.I.L., VI, 12821), Rome. D.M. Mort à 2 ans, 3 mois, 28 jours. Enfant d'Aufidia Verecunda.
  • Q. Aufidius Ruf[i]nus (A.E., 1972, 707), Sitifis. D.M.S.
  • Q. Aufidius Saturninus (C.I.L., VIII, 16925 [= I.L.Alg., I, 587], près de Thubursicu Numidarum (Bou Atfane). H.S.E. Mort à 80 ans.

85Fin du ier s. ap. J.-C. - iie s. ap. J.-C.

  • [Q. Aufidius], père de L. Aufidius Q. f. Velina (tribu) Secundus (C.I.L., II, 4197 = I.L.E.R., 1605), Tarraco. Magistrat municipal et flamine d'Espagne Citérieure entre 120 et 180. Originaire de Palma (notice n° 52).
  • Q. Gargilius Macer Aufidianus (C.I.L., II, 4120), Tarraco. Homo novus, peut-être d'origine africaine ; leg. iuridicus Augustorum Hispaniae Citerions vers 81, 96 ou 98 ap. J.-C. (notice n° 40).

86Géographiquement la répartition des Aufidii prénommés Quintus est équilibrée en deux régions du bassin méditerranéen : la péninsule italienne et l'Afrique. Ce sont aussi les deux lieux où l'on connaît le plus de Sexti Aufidii, mais contrairement à eux, les Quinti Aufidii sont plus dispersés dans ces deux régions. On doit observer, à la différence des Sexti Aufidii, une plus grande fréquence d'occurrences républicaines ou du début du Principat, en Italie, avec des notables locaux. C'est aussi pour cette période que les inscriptions nous renseignent sur deux générations, fait inséparable de la qualité d'ingénu ou de citoyen attestée par la filiation ou la tribu, voire les deux dans le cas de Q. Aufidius C. f. Tro(mentina tribu) Bucina, à Perusia.

87C'est précisément dans cette diversité de statuts, cette répartition géographique équilibrée entre l'Italie (onze occurrences) – où Rome est minoritaire (deux occurrences) – et l'Afrique (dix occurrences) et cet étalement dans le temps qu'il faut voir une des limites de l'analyse à partir d'un seul catalogage onomastique.

  • 40 Nicolet (Claude), « Loc. cit. » en note 31, p. 51
  • 41 Cf. les remarques introductives et méthodologiques de Mireille Corbier, « Les comportements famili (...)
  • 42 Annales, 3, 48.

88Compte tenu des caractéristiques du corpus documentaire il est aisé de comprendre la difficulté – voire l'impossibilité – de démontrer l'existence d'une gens Aufidia sur la longue durée, de la fin de la République au iie siècle de l'Empire. Les quatre exemples relatifs aux Cnaei, Sexti, Titi et Quinti Aufidii le montrent. Mais, comme le rappelle Claude Nicolet, «  le nom crée des liens parce qu'il exprime la parenté (...). Le nom, parce qu'il est illustre, devient porteur de signification sociale »40. Le seul fait qu'on rencontre le nom Aufidius dans des inscriptions en Afrique, en Grèce ou ailleurs ne signifie évidemment pas que les hommes qui le portèrent étaient parents. Qu'on trouve quinze prénoms différents pour les quarante-cinq individus seulement d'époque républicaine ou cinq prénoms différents pour les neuf individus tenus pour avoir vécu entre la fin de la République et le début du ier s. ap. J.-C. (tableaux n° 5 et 6 H.T.) montre assez qu'ils n'appartenaient pas tous à une seule et même lignée. Enfin, au-delà de ces considérations statistiques, il faut aussi penser à la conscience que les hommes pouvaient avoir d'appartenir ou non à une même famille, d'être parents ou non41. Ainsi Tacite indique que «  nihilad veterem et patriciam Sulpiciorum familiam Quirinus pertinuit, orbis apud municipium Lanuvium »42. Tel est le cadre dans lequel s'inscrit nécessairement la réflexion sur la parenté.

Gens, familia, lignée, homonymie : le problème de la parenté

  • 43 Cf. Corbier (Mireille), « loc. cit. » supra. Il s'agit de lignées agnatiques. Une même lignée peut (...)

89Durant la République, il était habituel d'utiliser deux ou trois prénoms qui se transmettaient de génération en génération. Il n'y a guère que les sénateurs, voire ponctuellement des notables municipaux, dont on puisse reconstituer les arbres généalogiques, identifier les lignées et l'appartenance à une gens parce que les filiations sont indiquées et que les sources abondantes ou diverses corroborent les hypothèses43. Certains silences, des lacunes ou des hiatus sont quelquefois très révélateurs eux aussi.

90Si tous les sénateurs républicains porteurs du nomen Aufidius ne se prénommèrent pas Cnaeus et si l'on ne peut pas dire que tous les Cnaei Aufidii furent sénateurs, en revanche, on peut affirmer qu'à l'époque républicaine, il y a eu, au sens agnatique, une lignée de sénateurs ainsi prénommés. Nous ne connaissons plus, en effet, aucun Cnaeus de l'ordre sénatorial après 55 av. J.-C. et un Cnaeus Aufidius au moins de l'ordre sénatorial est lui-même fils d'un Cn. Aufidius (I.G., XII, 5,722, Andros, propraetor vers 107-106,). Cette lignée de sénateurs républicains est connue pour avoir utilisé deux autres prénoms : Marcus et Titus.

  • 44 Cf. chapitre II.

91Au iie s. de l'Empire on connaît aussi une lignée de sénateurs : les Aufidii Victorini (cf. stemma n° 9). Les deux prénoms qu'ils utilisaient sont Caius et Marcus. Qu'on retrouve ici le prénom Marcus, en usage à l'époque républicaine, n'est pas un signe que les sénateurs impériaux sont de lointains descendants de ceux de la République. Le trou dans la chronologie est de plus d'un siècle. Or on sait que les grands noms du dernier siècle de la République se sont presque tous éteints et les Aufidii étaient à cette époque loin de pouvoir être comparés par leur nombre et leur richesse à ces grands noms. La disparition dans les sources de la lignée sénatoriale républicaine résulte très vraisemblablement d'une extinction biologique, fût-elle précipitée par des événements politiques44. En effet, au terme d'un siècle de présence sur la scène politique sénatoriale et républicaine, le souci des Cn. Aufidii fut de se hisser au consulat. Ce fut chose faite par l'adoption. Cn. Aufidius [Cn. fi] Orestes [Aurelianus] devient consul en 71 av. J.-C. L'apogée politique de la lignée est atteint grâce à cette adoption. Cn. Aufidius Orestes est le seul Aufidius consul avant longtemps. Deux siècles après, en 155 ap. J.-C., un autre Aufidius devient consul : C. Aufidius Victorinus (C.I.L., XI, 6334, Pisaurum ; VI, 2086, Rome ; notice n° 56). Mais ni celui-ci ni ses fils ne revendiquent jamais la moindre parenté avec les sénateurs républicains. La gloire de la lignée, c'est dans le beau-père du consul de 155, le rhéteur cirtéen M. Cornelius T. f. Fronto, consul suffect en 143, qu'ils la trouvent (C.I.L., XI, 6334, Pisaurum). Quant à la polyonymie du consul de 155 (A.E., 1934, 155 ; cf. notice n° 56), on n'y trouve pas trace d'un rappel républicain.

  • 45 Cf. Pro Sex. Roscio Amerino, VI, 18-25. Traduction H. de la Ville de Mirmont, Paris, C.U.F., 1934, (...)
  • 46 Idem.

92On peut considérer comme certaine l'existence de lignées chez les Aufidii. Durant la République, une partie au moins de ceux qui sont connus- en l'occurrence les Cnaei Aufidii – dut appartenir à une même lignée. Durant l'Empire, il existe une courte lignée d'Aufidii originaires de Pisaurum qui appartiennent à l'ordre sénatorial. Entre les uns et les autres, on ne peut évoquer que des rapports d'homonymie. De nombreux exemples illustrent la richesse de cette notion et parallèlement la complexité du problème de la gens dont avaient conscience les Anciens. Dans le Pro Sex. Roscio Amerino, de 80 av. J.-C, Cicéron expose que des individus malintentionnés réussissent à tirer profit de la complexité du système gentilice et familial : son client, Sex. Roscius, fils de Sextus, était citoyen du municipe d'Amérie45. Or, dit-il, «  il y avait de vieilles inimitiés entre lui et deux autres Roscius, également d'Amérie (...). L'un a pour surnom Capito ; l'autre (...) s'appelle Magnus ». Que les uns, le client de Cicéron et son père, se fussent prénommés Sextus et résidassent à Amérie cependant que les autres avaient des prénoms différents, un surnom donné par Cicéron, et étaient à Rome, n'a pas empêché ceux-ci, après l'assassinat de Sex. Roscius le père, de se livrer à des combinaisons jusqu'à ce que «  T. Roscius (promène) sa jactance de seigneur et maître dans les domaines de Sex. Roscius »46.

93Sur ce problème on n'évoquera ici que deux cas : celui des Sexti Aufidii et celui des Decimi Aufidii.

  • 47 Ce sont en particulier les surnoms suivants : Eubodus, Glyco ou Glycon, Pbiletus, Tbrepius à Rome (...)

94Les premiers l'ont déjà été mais de façon statistique et générale. Un examen plus approfondi met sur la voie de distinctions sociales. Si la majorité des Sexti Aufidii est répertoriée à Rome, on y trouve bien peu de citoyens. La plupart sont des affranchis ou des descendants d'affranchis, si l'on en juge par le grand nombre des surnoms d'origine gréco-orientale47. L'analyse des six documents relatifs à des citoyens assurés ou très probables permet de mieux cerner les caractères originaux des porteurs de ce prénom par rapport aux autres Sexti Aufidii : ils appartenaient aux élites, comme le laisse deviner le contexte social, soit à travers la succession des générations de citoyens révélée par les filiations ou les rapports entre dédicants et dédicataires, soit à travers la nature du témoignage (cf. ci dessous, tableau des notabilités prénommées Sextus).

Les notabilités prénommées Sextus

  • Sex. Aufidius (Cicéron, Fam., XII), milieu du ier s. av. J.-C, notice n° 25. Origine inconnue. Était vraisemblablement un chevalier.
  • Sex. Aufidius Secundus (C.I.L., XIV, 3041, 1, Préneste). Fragment de tuyau de plomb qui peut laisser supposer la propriété d'un bien immobilier.
  • Sex. Aufidius L. f. Niger (tribu Clustumina) (C.I.L., XI, 4247, Interamna Nahars), époque inconnue. La pierre, très mutilée, ne comporte aucun autre renseignement.
  • Sex. Aufidius Sex. fil. Commodus (I.L.Alg., II, 4890, Thibilis), époque inconnue. Epitaphe d'un jeune garçon mort à l'âge de dix ans. Compte tenu de l'impossibilité de dater absolument cette inscription, on peut hésiter sur la signification à donner à la mention de la filiation chez un jeune garçon. Le texte est au nominatif et le dédicant n'est pas nommé en tant que tel. On suppose que c'est le père indiqué dans la filiation. L'inscription est d'époque impériale et vraisemblablement de la fin du ier s. ap. J.-C. Outre les noms et âge du défunt, ne figure sur la stèle, à fronton arrondi, que la formule finale : H. S. E.
  • Sex. Aufidius Sex. f. Gallus (tribu Quirina) (I.L.Alg., II, 4892, Thibilis), époque inconnue. Cette epitaphe est de même type et probablement de même époque que la précédente. Y figurent les noms du défunt, son âge – 91 ans – et une formule finale : H. S. E. On peut se demander si Sex. Aufidius Gallus et Sex. Aufidius Commodus ne seraient pas des parents proches, soit linéairement, soit latéralement. Sex. Aufidius Gallus est un citoyen qui a peut-être vécu au iie s. ap. J.-C.
  • Sex. Aufidius, père d'un M. Aufidius Sex. f. Rufinus (tribu Quirina) (I.L.Alg., II, 4895, Thibilis), époque inconnue. Il vécut 61 ans. Les caractéristiques de cette inscription sont les mêmes que celles des deux documents précédents.
  • Sex. Aufidianus Sex. f. Celer (tribu Arnensis) (A.E., 1968, 162, Ocriculum), ier s.ap- J.-C.Mentionné ici quoiqu'il ne soit pas né Aufidius parce que nous connaissons une Aufidia dans cette cité (A.E., 1983, 335) et que les Aufidii sont bien attestés dans cette région. Il fut magistrat municipal et a peut-être accédé à l'ordre équestre (notice n° 45).

95Pourtant, il n'y a aucune parenté identifiable entre tous ces Sexti Aufidii. La seule suivante suffit à le montrer : trois Sexti Aufidii étaient inscrits dans une tribu dont un en Italie et deux en Afrique. Pour ces trois individus, il y a deux tribus différentes : Clustumina pour l'Italie ; Quirina pour l'Afrique (tableau ci-dessus). Si on ajoute le cas de Sex. Aufidianus Sex. f. Celer, d'Ocriculum, on ajoute une nouvelle tribu. Quant au chevalier probable mentionné par Cicéron (Fam., XII, 26, 1 ; 27, 1), Sex. Aufidius, parmi les héritiers, vers 45-44 av. J.-C., d'un homme d'affaires en Afrique, nous n'en connaissons pas la tribu. Relever qu'il y eut après lui en Afrique de nombreux Sexti Aufidii n'autorise guère qu'à se demander s'il aurait pu être, par le biais d'affranchissements, à l'origine de la diffusion sur le sol africain de ce prénom et de ce nom. Faire un rapprochement avec le tuyau de plomb découvert à Préneste (inscrit au nom de Sex. Aufidius Secundus), indice de la propriété d'un bien immobilier, est plausible dans le contexte économique et social de la recommandation de Cicéron et dans celui des Aufidii du Latium aux ier s. av./ier s. ap. J.-C. Pour séduisant que ce soit, cela demeure une hypothèse. Ainsi donc, même en essayant de tirer le meilleur parti de tous ces indices, on obtient peu de résultats. Tout au plus estimera-t-on, par utilisation de témoignages directs et par déductions, que c'est en Afrique qu'on trouve le plus de Sexti Aufidii enracinés au sol.

  • 48 D. Aufidius Hygianus et D. Aufidius Higyanus. Inscription de la corporation des bateliers en 192.
  • 49 D. Aufidius, en grec. L'inscription pourrait dater de 61/60 av. J.-C

96Le cas des Decimi Aufidii est encore plus net. Six individus ont été recensés. Trois d'entre eux sont antérieurs à l'Empire et ont en commun l'Orient. Il s'agit du père ou du patron de L. Aufidius D. [f. ou l.] (C.I.L., IX, 3569). Celui-ci a érigé une stèle votive à Hercule probablement au iie s. av. J.-C., à Barzano. Le deuxième cas est celui de D. Aufidius, connu par l'urne en bronze qui porte son nom, découverte à Rhénée, et qui était vraisemblablement un résident de Délos vers la fin du iie s. av. J.-C. et le début du ier s. (E.F.A., fasc. 30, 489 = B.C.H., 36 (1912), n° 2). Enfin, il y a D. Aufidius, fils de Spurius ou enfant naturel (I.G., XII, 5-1, 39) qui était éphèbe à Naxos au milieu du ier s. av. J.-C. Hors ces témoignages républicains, trois autres textes nous font connaître des Decimi Aufidii. Deux d'entre eux appartiennent au milieu des affranchis et des ingénus actifs dans le port d'Ostie à la fin du iie s. ap. J.-C. (C.I.L., XIV, 25l)48 et sont donc de très loin postérieurs aux cas républicains. Le troisième apparaît sur une liste de magistrats athéniens, non datée mais possiblement du milieu du ier s. av. J.-C. (I.G., III, 1015)49. Si tel était le cas, elle viendrait renforcer la présence en Orient et donnerait une homogénéité géographique plus grande sans qu'il soit pour autant permis de voir autre chose qu'une homonymie entre tous ces hommes.

Le rôle respectif du surnom et du nom comme signe de distinction sociale

97De la même façon, on l'a vu, que certains prénoms (par exemple Cnaeus, mais aussi Sextus, voire Titus) suffisaient à faire l'illustration d'une position sociale, certains surnoms peuvent être signe de distinction sociale.

  • 50 Op. cit., en note 32.

98Bassus est un surnom typique de la fin de la République et du début de l'Empire pour Olli Salomies qui le qualifie de cognomen individuel (comprendre «  qui individualise »), comme Cicero par exemple50. Peut-être a-t-il été anciennement un prénom. Chez les Aufidii, on rencontre ce surnom quatre fois : L. Aufidius Bassus M. f. M. à Athènes (I.G., III, 181d ; cf. notice n° 7), L. Aufidius L.f Bassus à Ténos (I.G., XII, 5, 860 ; cf. notice n° 11), un Aufidius Bassus à Neoclaudiopolis dans le Pont au début de l'Empire (Sudia Pontica, III, n° 72a ; cf. notice n° 33) et l'historien Aufidius Bassus (Quintilien, Institution oratoire, X, 1, 103 ; cf. notice n° 35).

99Les deux premières occurrences de ce surnom sont datées entre la fin du iie et le milieu du ier s. av. J.-C. et concernent des Romains qui résidaient à l'étranger. La troisième occurrence pourrait être celle d'un descendant des deux précédents hommes. La dernière se situe au plus tard, avec la mort de l'historien Aufidius Bassus, en 60 ap. J.-C. L'originalité des trois premiers Aufidii Bassi tient dans leur localisation et leur résidence attestée dans l'Orient hellénique, à Délos, Ténos et Neoclaudiopolis. L'homogénéité apparente du groupe vient de ce que ce surnom a été porté par quatre générations différentes sur un peu plus d'un siècle et de préférence dans le bassin oriental de la Méditerranée. Chez les Aufidii, c'est un surnom qui pourrait nous révéler une branche.

  • 51 The Latin cognomina, Helsinki, 1965 p. 244 : « Bassus and derivatives have been excluded, because (...)
  • 52 Ernout (Alfred), Meillet (Antoine), Dictionnaire étymologique de la langue latine, Paris, Klincksi (...)

100L'origine du surnom Bassus est incertaine, d'après Kajanto51 qui ne le mentionne pas parmi les surnoms latins. A. Ernout et A. Meillet52 pensent qu'il pourrait avoir une origine osque et notent que les premiers porteurs de ce surnom sont campaniens. Si l'on examine le contexte économique et géographique en cette fin de la République, c'est une hypothèse séduisante : on sait en effet que beaucoup des negotiatores rencontrés dans l'Orient hellénique avaient une origine campanienne ou des liens avec la Campanie et ses ports. Certes, les racines originelles des Aufidii ne sont pas campaniennes. Mais à partir d'un foyer primitif osco-septentrional a très bien pu naître une branche qui se serait installée en Campanie. Si l'on ne peut raisonnablement faire de lien entre les trois Aufidii Bassi de l'Orient hellénique ni avec la Campanie, ni avec l'historien Aufidius Bassus, on doit en tout cas relever comme un exemple assez exceptionnel et homogène la succession dans un court temps, hors de la péninsule, dans cet Orient des «  trafiquants italiens », de trois Aufidii aisés surnommés de la même façon. Quoique leurs générations ne se suivent pas sans interruption et que nos informations à leur sujet soient lacunaires ou fragmentaires, on peut affirmer qu'il y a entre eux des liens de parenté.

101Certains surnoms indiquent des alliances ou révèlent la succession des générations. Parmi ces surnoms, Nepos-nepos tient une place particulière dans la mesure où son sens et sa fonction sont très clairs et redondants. Ils affirment la lignée et sont donc distinctifs. Nepos apparaît dans trois inscriptions anciennes d'individus qui portent les tria nomina Dans l'inscription de Sutrium dans le territoire falisque (C.I.L., XI, 3265), il est cognomen : l'inscription, fragmentaire, mentionne un Au]fidius L. Nepos qui vécut seize ans. On se demande si ce n'est pas le même individu qui est connu par une inscription romaine (C.I.L., VI, 12825) qui mentionne un L. Aufidius Nepos, inscrit dans la tribu Pomptina, qui vécut seize ans. Dans l'inscription déjà examinée de l'Ager Amiternus (C.I.L., I2, 1852A il est utilisé pour son sens commun : L. Ofidius, fils de Lucius, est petit-fils de Petro.

102Deux autres Aufidii d'époque républicaine ont un surnom qui nous révèle des liens de parenté par alliance : Cn. Aufidius Orestes (Cicéron, De domo, 35 ; Eutrope, VI, 7, 6 ; cf. notice n° 13) et P. Aufidius Pontianus (Varron, De re rustica, II, 9, 6).

103Orestes est un surnom étranger aux Aufidii, à la lignée sénatoriale et républicaine de la gens. C'est un surnom de la gens Aurélia où il a été porté de nombreuses fois dans une de ses branches. Chez les Aufidii, il n'est recensé qu'une fois. Cn. Aufidius Orestes est né Aurelius et a été adopté par l'ancien préteur de 94 av. J.-C., Cn. Aufidius (Cicéron, De domo, XIII, 35 ; notice n° 28).

104Sans épuiser la question des parentés entre Aufidii à l'époque républicaine, ces exemples aident à mieux comprendre les limites permises à l'utilisation du terme de gens et la réalité pratique qu'il pouvait recouper.

  • 53 « Loc. cit. » in L 'onomastique latine, p. 59.
  • 54 Cf. notices n° 23 et 22 : connus par des mentions dans le Digeste, I, 2, 2, 44 notamment.

105Claude Nicolet dit que «  c'est l'histoire ou la fonction qui fait le nom »53.On le voit bien dans le cas des Aufidii prénommés Cnaeus. Que nous ne connaissions aucun d'entre eux avec un surnom – sauf, on l'a vu Aufidius Orestes mais qui justement n'est pas né Aufidius – n'est pas dû à une lacune des sources : les recoupements possibles entre sources littéraires et épigraphiques montrent que le prénom Cnaeus suffisait à lui seul à faire l'illustration des Aufidii sénatoriaux, n'eussent-ils pas eu une carrière exceptionnelle. À l'inverse, on ne peut manquer de relever l'originalité, aux deux derniers siècles av. J.-C., des juristes de renom qui portent chacun un surnom unique et particulier, étrusque : Aufidius Tucca et Aufidius Namusa54.

106L'analyse linguistique, les particularités de l'onomastique, la date des textes et la localisation des inscriptions permettent donc de dire que les racines originelles des Aufidii sont centro-septentrionales. Les étapes de la diffusion du nom et les aires de dispersion des hommes conduisent à faire des observations qui distinguent gens et nomen.

  • 55 De ce point de vue, Shakespeare, dans son drame Coriolan a contribué à nourrir l'hypothèse d'un fo (...)

107L'apparition des premiers Aufidii dans l'histoire, dans le courant du premier tiers du iie s. av. J.-C., en 179, est relativement tardive. À cette époque il y a sans doute déjà un début de dispersion des individus et il est illusoire d'espérer remonter à un hypothétique membre fondateur d'une gens55.

  • 56 C'est très probable pour ne pas dire certain en ce qui concerne la Campanie. Pour l'Etrurie, faute (...)

108Phonétique, linguistique, onomastique d'une part, et histoire, géographie et politique d'autre part, une fois conjuguées, nous apprennent que les Aufidii ont essaimé vers et la Campanie à partir d'un berceau situé dans les Apennins56. Aussi est-il probable qu'à cette époque, les individus qu'on y rencontre appartiennent à des branches distinctes.

109À l'exception des trois inscriptions isolées et éloignées, de Septempeda (C.I.L., I2, 1925 = IX, 5623) Perusia (C.I.L., I2, 2642 = I.L.R.R.P., 814) et Placentia (C.I.L., XI, 1217), l'ensemble des documents datés de la République ou relatifs à des individus nés dans cette période, a été trouvé dans un territoire compris entre les marges du Latium adiectum et la Campanie, d'une part, et le cœur des Apennins centraux au nord du lac Fucin dans les terres autrefois habitées par les Paeligni et les Vestini, d'autre part. Lorsqu'on ne retient que les documents les plus anciens, c'est cette dernière région qui reste.

110Aussi faut-il sans doute expliquer la présence des Aufidii dans le Latium et la Campanie par des migrations dont les causes économiques et politiques seront examinées dans le chapitre suivant. Une explication analogue doit vraisemblablement être donnée en ce qui concerne les Aufidii présents dans l'Italie septentrionale.

  • 57 « Loc. cit. » en note 1.
  • 58 « Loc. cit. » en note 2 et cf. l'introduction de ce chapitre.

111Il n'y a pas de dérivation de l'anthroponyme à partir du toponyme. En cela, Schulten avait raison57 même si l'explication qu'il donne de l'origine de l'anthroponyme n'est pas forcément bonne. Celle de M. Lejeune est plus convaincante58.

112Si l'on parle de gens pour les deux siècles avant notre ère, c'est par référence au faible nombre d'individus qui vécurent dans des régions géographiquement circonscrites à l'Italie centrale et qui, d'un point de vue onomastique et social, sont identifiés en lignées ou branches. Les juristes, aux surnoms étrusques, et les sénateurs sont dans ce cas.

113Mais dès cette époque, la diversité des prénoms, la dispersion géographique et l'absence de séries ou la discontinuité dans nos sources invitent à la prudence et plutôt que d'identifier tous les Aufidii comme membres ou éléments d'une même gens, à en parler comme des membres d'une familia. Pour l'Empire, on s'interdit de parler de gens Aufidia. Concernant les Aufidii seule l'histoire d'un nom est envisageable.

Notes

1 Cf. A. Schulten, « Italische Namen und Stämme », in Klio, II, 1902, pp. 167-193 ; 440-465 ; Klio, III, 1903, p. 235-267. Sur les limites de la méthode, voir Nicolet (Claude), « L'onomastique des groupes dirigeants sous la République », in L'onomastique latine, Colloques internationaux du C.N.R.S., n° 564, Paris, 1977, p. 45-58, en particulier, p. 52-53.

2 Lejeune (Michel), « Notes de linguistique italique, XXI. Les notations de F dans l'Italie ancienne », in R.E.L., 44, 1967, p. 141-181, § 13-14

3 Idem

4 Vetter, (E) Handbuch der italischen Dialekte, Heidelberg, C. Winter Verlag, I, 1953, p. 151, n° 215u. Cf. photographie in C.I.L., I2, pars II, fasc. IV, 2, tab. 81, fig. 4. Cf. Buonocore (M.), « Iscrizioni inedite da Corfinium », in L'Antiquité classique, LIV, 1985, p. 295, qui ne retient pas de prénom pour cet Aufidius, contrairement à Vetter qui donnait l'initiale C. D'après la photographie, on ne distingue pas de prénom. Nous adoptons donc la prudence

5 Lejeune (Michel), L'anthroponymie osque, Paris, Les Belles Lettres, 1970, § 110

6 Lejeune (M.), op. cit., supra

7 Cf. photographie in C.I.L., I2, pars II, fasc. IV, 2, tab. 95, fig. n° 1

8 Ernout (Alfred), Les éléments dialectaux du vocabulaire latin, Paris, Champion, 1909, p. 52

9 Cf. Cagnat, Cours d'épigraphie latine, Paris, 4e édition 1914, p. 24.

10 Babelon, Description historique et chronologique des monnaies de la République romaine, I, Paris, 1895

11 Lejeune, Op. cit., §111

12 Cf. Deveto (Giacomo), Il lingguagio d'Italia. Storia e strutture linguistiche italiane dalla preistoria ai nostrigiorni, Rizzoli, Milan, 1974

13 Schulze (W.), in Zur Geschichte lateinischer Eigennamen, Berlin, 1904 [réédition, Weidemann, 1991], p. 104, lie Alfidius à Albius. N. Mathieu, « Les Alfidii dans le monde romain (fin iie s. av J.-C. – début iiie s. ap.) : étude d'un nom », A.B.P.O., 1998,2.
Les noms comme Alfedia (C.I.L., IX, 3389, à Aufinum : AlfediaP. f.), Afidius (C.I.L., XI, 6546, à Sarsina : C. Afidius Sex.f. Geminus et son père, Sex. Afidius C.f. Nepos) ou Aufiena peuvent être exclus. Le cas d'Aufidianus est plus délicat dans la mesure où il peut s'agir ou bien d'un surnom – qui ne traduit pas toujours une appartenance aux Aufidii ou bien d'un nomen gentilicium dont les porteurs, étrangers aux Aufidii doivent être écartés. Nous avons relevé seize inscriptions qui font apparaître Aufidianus (cf. tableau H.T. n° 10). Dans trois cas il est impossible de savoir s'il s'agit d'un dérivé d'Aufidius, et donc d'un cognomen, ou s'il s'agit du nomen : inscription fragmentaire, nom isolé, ou survivance dans un toponyme d'un cognomen ou du nomen. À plus forte raison, nous excluons les formes comme Aufidenus (C.I.L., XI, 4776, Tuder : C. Aufidenus C.f.Frensula) ; Aufidinus (I.M.S. suppl, II, 11, Viminacium, en Mésie supérieure : Aufidinus Victor, sur une inscription tardive du iiie s. ap. J.-C.). Ces formes peuvent s'expliquer par les influences dialectales réciproques qu'ont dû subir les noms propres dans cette mosaïque linguistique et humaine que constituaient l'Italie ancienne d'abord puis les provinces où des particularismes indigènes ont pu subsister

14 Lejeune, Op. cit. en note 6, § 110-111

15 Caligula, 23 et Tibère, 5

16 Sous le n° 22 des Aufidii dans la Real Encyclopädie, dans une notice non signée, alors que la notice n° 1 de la liste des Alfidii signée par P. V. Rohden, consacrée à Alfidius Herennianus ne mentionne naturellement pas de rescrit et ne renvoie pas au n° 22 des Aufidii

17 C.I.L., X, 5578, Fabrateria Nova ; C.I.L., VI, 1978, Rome ; I.G., XIV, I, 748 = C.I.G., 5805, Neapolis, Campanie ; A.E., 1988, 986, Independanta, Mésie inférieure

18 Cf. liste des Alfidii en appendice

19 Parce que les inscriptions romaines ne permettent pas de préciser l'origine ni des Alfidii ni des Aufidii

20 Suétone, Op. cit., supra-, N. Mathieu, « Comment avoir une parenté illustre ? Alfidii et Aufidii au ier s. av. J.-C. », à paraître in B.S.N.A.F., 1998 [communication, le 19 février 1997]

21 Cf. Pline l'Ancien, N. H., XXXV, IV, § 14. Ce M. Aufidius fut tutelae Capitolio redemptor.

22 Un cours d'eau est toujours désigné dès sa source dans nos contrées

23 Strabon, Géographie, V, 4, 12

24 Lejeune (Michel), « La romanisation des anthroponymes indigènes d'Italie », in l'onomastique latine, Paris, C.N.R.S., 1977, p. 34-41

25 C.I.L.,X ,1273

26 Cela est vrai plus tardivement et en d'autres lieux que la péninsule italienne : c'est le cas de certains Aufidii d'Afrique. À Auzia, en Maurétanie Césarienne, deux inscriptions (C.I.L., VIII, 9085 et 9086) nous font connaître un père nommé Aufidius Verna et son fils, Aufidius Barigbal, qui porte un surnom punique

27 L'inscription de Nola est datable du milieu du Ier s. av. J.-C

28 En particulier The Roman Révolution, Oxford, 1938, toujours cité dans la traduction française, La révolution romaine, Paris, Gallimard, 1967, p. 95 et notes

29 C.I.L., I, 898, 899, 900 ; X, 3783, Capua (I, 575) ; 720, Rome ; Cicéron, De domo, 35 ; Pro Cn. Plancio, XXI, 52 ; Valère Maxime, VII, 7, 6-7 ; Eutrope, VI, 7, 6

30 . Appius et Spurius : à Délos (B.C.H., 34, 1910, n° 75) et à Naxos (Hatzfeld, Les trafiquants italiens dans l'Orient hellénique, Paris, De Boccard, 1919, p. 86).
Aulus (C.I.L., 1,2 éd., 1780) et Olus (id, 1781) dans des lieux proches les uns des autres dans la vallée de l'Aternus. Statius, sur une inscription romaine (C.I.L., I2, 1303 = C.I.L., VI, 17706 : Aufidia Statii L Helena) et sur une inscription campanienne, à Nola : Aufidia St. f. Maxima (C.I.L., X, 1273). Le prénom Statius fait partie de ces prénoms anciens (cf. Varron, Lib. depraenomen., § 3) non latins ou sans équivalent latin, raison pour laquelle ils finirent par tomber en désuétude bien qu'ils aient été latinisés. C'est en effet « par l'abandon quasi immédiat des prénoms indigènes dépourvus de correspondants latins » (Lejeune, L'anthroponymie osque, § 113) que les populations non latines se sont intégrées, alors que leurs noms gentilices ont survécu, quitte à être latinisés. La survivance du prénom St (...) dans l'inscription campanienne de Nola peut vraisemblablement être considérée comme le témoignage d'une origine osque.
Petro, prénom qu'on ne rencontre guère ailleurs que dans la région osque septentrionale, notamment à Corfinium (C.I.L., I2, 3233 ; ainsi qu'à Amiternum (id., 1851 et 1859) sur des inscriptions et qu'une seule fois comme prénom dans les sources littéraires (Dion Cassius, 4, 57, 1), figure sur l'inscription déjà examinée de l'Ager Amiternus qui mentionne L. Ofdius L.f. Pet [ronis ?] n[epos ?] (C.I.L., I2, 1852) Si le développement du texte est bien celui que nous avons indiqué – c'est-à-dire « petit-fils de Petro » -, alors Petro pourrait être la survivance d'un simple idionyme ou être l'idionyme lui-même de la fin du iiie s. ou du début du iie s. av. J.-C. (cf. Lejeune, Op. cit., § 117)

31 Cf. Nicolet (Claude), « L'onomastique des groupes dirigeants sous la République », in L'onomastique latine, notamment p. 46-49 : « le système onomastique romain est un véritable code des rapports sociaux. (...) la nomenclature à proprement parler (...) constitue une part essentielle (mais non la totalité) des renseignements codifiés qui vont définir avec une très grande exactitude la place d'un individu dans la cité ».

32 Celles-ci s'appuient sur des cas de l'aristocratie urbaine. Nous pensons ici à Die römischen Vomamen. Studien zur rômischen Namengebung, Helsinki, 1987

33 A la comparaison avec les Romains pourrait être ajouté pour la période qui s'étend des Gracques à Auguste l'article de Mireille Cébeillac-Gervasoni, « Les magistrats des cités du Latium et de la Campanie », in Epigrafia (Actes du colloque en mémoire de (sic) Attilio Degrassi), Rome E.F.R., 1991, p. 189-207

34 La même remarque s'impose si l'on fait une comparaison non plus avec les données d'Olli Salomies, mais avec celles de Mireille Cébeillac-Gervasoni, « loc. cit. » supra : en Campanie, Cnaeus n'y a été relevé que huit fois (soit 5,8 %) et dans le Latium que deux fois (soit 1,3 %).

35 Avant J.-C., Sex. Aufidius (Cicéron, Fam., XII, 26, 1 sqq. ; 27, 1 sqq. Notice n° 25) mentionné parmi les héritiers d'un homme d'affaires en Afrique dans une lettre datée de 45. À la charnière du Ier s. av./ier s. ap., Sex. Aufidius Sat[–] (I.LAf, 465) à Thuburnica.
Après J.-C., Sex. Aufidius Secundus (C.I.L., XIV, 3041, 1), dont le nom figure sur un tuyau de plomb à Préneste, peut vraisemblablement être situé au ier s. ap. J.-C. ; Sex. Aufidius Thiasus (A.E., 1976, 452) à Lyon, à l'époque fla- vienne ; Sex. Aufidius Marcus (C.I.L., XIII, 2071) à Lyon, au iie s ; Sex. Aufidius [ ?] (M.E.F.R.A., 91, 1979), probable exportateur d'huile de Bétique, au iie s., dont le nom apparaît sur une amphore découverte lors de fouilles entreprises sur le Mont Testaccio à Rome. On n'ose y ajouter Sex. Aufidianus Sex. f. Amen. Celer (A.E., 1968, 162) notable municipal d'Ocriculum au ier ou au iie s

36 Cf. infra chapitres II et III

37 T. Ofidius M. f. Poblilia tribu (S.E.G., III, 451, Corfou,), sénateur, vers 165 av. J.-C. ; Cn. Aufidius [T. f. ?... (C.I.G., XII, 5, 722 = C.I.G., 2349b, Andros), gouverneur d'une province inconnue ; Cn. Aufidius T. f. (I.G., XIV, 612, Rhegium) ; T. Aufidius (Valère Maxime, VI, 9, 7 ; Cicéron, Pro Flacco, XIX, 45 ; Ad. Att., I, 1, 1) ; T. Aufidius (Caelius Aurelianus, Ac. M, II, 29, 104 ; M. Cher., I, 5, 246-247).

38 T. Aufidius T.f. Ani. Balbus et T. Aufidius T.f. Ani. Spinter son père (C.I.L., III, 399 Pergame).

39 Falerna est l'ancienne tribu républicaine de Puteoli. En Italie même, les Titi Aufidii sont nombreux et concentrés dans cette cité.

40 Nicolet (Claude), « Loc. cit. » en note 31, p. 51

41 Cf. les remarques introductives et méthodologiques de Mireille Corbier, « Les comportements familiaux de l'aristocratie romaine (iie s. av. J.-C. - iiie s. ap. J.-C) », in Parenté et stratégies familiales dans l'antiquité romaine, Rome, E.F.R., 1990, p. 225-246, notamment p. 225-227.
En outre, l'idée de conscience de parenté, comme en témoignent de nombreux exemples infra est double : des liens réels peuvent exister sans que les différents individus en aient conscience ou inversement, il peut y avoir absence de liens réels entre individus mais conscience d'appartenir à un même groupe. Ce sont des phénomènes connus des anthropologues. Pour l'antiquité coexistaient des situations extrêmes : de la conséquence d'une proscription ou d'une damnatio memoriae qui rend étrangers les uns aux autres des hommes qu'unissent pourtant les liens du sang, à une parenté fictive qui, au fil des générations, se métamorphose en parenté réelle en conscience.

42 Annales, 3, 48.

43 Cf. Corbier (Mireille), « loc. cit. » supra. Il s'agit de lignées agnatiques. Une même lignée peut user de plusieurs prénoms, en nombre très réduit. Une même gens peut être divisée en plusieurs branches à l'intérieur desquelles les mêmes prénoms peuvent être en usage.

44 Cf. chapitre II.

45 Cf. Pro Sex. Roscio Amerino, VI, 18-25. Traduction H. de la Ville de Mirmont, Paris, C.U.F., 1934, éd. revue et corrigée par J. Humbert.

46 Idem.

47 Ce sont en particulier les surnoms suivants : Eubodus, Glyco ou Glycon, Pbiletus, Tbrepius à Rome (C.I.L., VI, 3835, 31743, 12822, 12826 et 339) et Thiasus en Gaule (A.E., 1976,452).

48 D. Aufidius Hygianus et D. Aufidius Higyanus. Inscription de la corporation des bateliers en 192.

49 D. Aufidius, en grec. L'inscription pourrait dater de 61/60 av. J.-C

50 Op. cit., en note 32.

51 The Latin cognomina, Helsinki, 1965 p. 244 : « Bassus and derivatives have been excluded, because the word is not latin ».

52 Ernout (Alfred), Meillet (Antoine), Dictionnaire étymologique de la langue latine, Paris, Klincksieck, 1939 p. 105.

53 « Loc. cit. » in L 'onomastique latine, p. 59.

54 Cf. notices n° 23 et 22 : connus par des mentions dans le Digeste, I, 2, 2, 44 notamment.

55 De ce point de vue, Shakespeare, dans son drame Coriolan a contribué à nourrir l'hypothèse d'un fondateur mythique à partir du cycle romain hérité des auteurs de l'antiquité, Plutarque en tête.
Dans le drame de Shakespeare cn effet, Tullus Aufidius, par qui périt finalement Coriolan, voit son rôle amplement développé. Shakespeare en fait l'un des personnages clé de l'action belliqueuse et politique, doté qui plus est de qualités diverses que les sources anciennes esquissent à peine. Tullus Aufidius est l'anti-héros. Il a ses mouvements d'humeur et ses élans du cœur. Progressivement, le conflit qui oppose Coriolan au général des Volsques, Tullus Aufidius, monte « jusqu'à l'exaspération de la haine et de l'envie pour (...) basculer dans le crime, seule issue d'une rivalité qui s'achève avec la mort sans gloire de la victime [Coriolan] vouée au poignard des conjurés » (Henri Fluchère, Introduction à Coriolan, Paris, Aubier, collection bilingue). Or, bien des traits qui donnent épaisseur et vie à Tullus Aufidius dans le drame shakespearien sont une création du dramaturge lui-même. Sans doute celui-ci dépendit-il de la traduction en anglais par North de l'œuvre de Plutarque et de celle d'Amyot pour la langue française. L'essentiel de ce que nous connaissons de la vie de Coriolan – pour partie légendaire d'ailleurs – est raconté par Plutarque. Cnaeus Marcius Coriolanus, général romain du début du ve s. av. J.-C., battit les Volsques à plusieurs reprises et leur prit Corioles, cité sise au sud-est de Rome, en 493. Ce fait militaire lui valut son cognomen. Il fut candidat malheureux au consulat et attaqua dès lors les plébéiens et les tribuns de la plèbe. Il fut condamné à l'exil en 491 et passa chez les Volsques. À leur tète il engagea la guerre contre les Romains dont il fit le siège. Ce n'est qu'en se laissant attendrir par sa mère qu'il accepta de lever le siège. Sans doute a-t-il été mis à mort par les Volsques pour cette seconde trahison. Tullus Aufidius fut-il le héros volsque que nous décrit Shakespeare, cet homme qui, après avoir fait mettre à mort Coriolan, pose son pied sur le cadavre que tirent les conjurés ? L'examen des sources directes et premières conduit à douter moins de l'existence mi-légendaire, mi-réelle d'un conjuré parmi d'autres, que de son nom. En effet, dans la Vie de Coriolan, 22, Plutarque écrit simplement qu'il y avait un homme de la ville d'Antium qui, en raison de sa richesse, de son courage et de l'illustration de sa famille, était honoré comme un roi chez les Volsques : il s'appelait Tullus Attius » (traduction Flacelière et Chambry, Paris, C.U.F., 1964). Deux autres auteurs ont pu servir de source à Plutarque : Tite Live, II, 35, 6-8 qui parle d'Attius Tullius, et Denys d'Halicarnasse, 8, 1, qui écrit Tullus Attius. A priori rien n'indique donc l'existence du moindre Aufidius. Celle-ci est en fait née de corruptions intervenues dans les manuscrits à partir de lauble tradition antique Tullus Attius-Attius Tullius où prénom et nom se sont à la fois inversés et modifiés do. La corruption des manuscrits porte sur Attius, que l'on trouve transformé en Autidius (manuscrit de tradition bipartite des œuvres de Plutarque : Matritensis 4685, N 55) et en Amphidius (manuscrit de tradition tripartite : Vaticanus, gr 138 ; Parisinus, gr 1671). Les traductions d'Amyot, en français et de North, en anglais (cette dernière eut quatre éditions en 1579, 1595, 1603 et 1612 que Shakespeare put connaître), fondées sur des textes déjà corrompus, ont offert à Shakespeare la structure du drame et des personnages assez nombreux qu'il ne restait plus qu'à étoffer. Le passage d'Autidius ou d'Amphidius à Aufidius n'est pas le plus difficile. La gens Aufidia n'était certes pas l'une des plus illustres de l'antiquité romaine, mais il ne devait pas être impossible pour des traducteurs et des auteurs modernes pétris de classicisme de croire à l'existence d'un Tullus Aufidius. Il existait suffisamment d'occurrences connues du nomen gentilicium Aufidius chez Cicéron ou Tite Live, Tacite ou Varron, de récits faisant l'illustration de ce nom à l'époque républicaine pour que l'existence d'un Aufidius fut plausible. Quant au prénom Tullus, il était ancien et rare et pouvait parfaitement s'accorder avec ce ve siècle lointain. Là où la légende et le mythe sembleraient rejoindre l'histoire, c'est lorsque l'archéologie et l'épigraphie nous révèlent l'existence d'une Aufidia Coriol[ana] à Rome (C.I.L., VI, 12836)

56 C'est très probable pour ne pas dire certain en ce qui concerne la Campanie. Pour l'Etrurie, faute de témoignages suffisamment nombreux, c'est plus difficile à dire. Jean Andreau serait plus nuancé, qui, au cours de conversations sur ce sujet, nous fait remarquer par comparaison avec les époques médiévale et moderne, qu'il n'y a peut-être pas qu'un seul berceau, qu'un même nom peut apparaître en même temps dans des lieux différents et éloignés les uns des autres.

57 « Loc. cit. » en note 1.

58 « Loc. cit. » en note 2 et cf. l'introduction de ce chapitre.

© Presses universitaires de Rennes, 1999

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search