Version classiqueVersion mobile

Histoire d'un nom. Les Aufidii dans la vie politique, économique et sociale du monde romain

 | 
Nicolas Mathieu

Introduction

Texte intégral

1« Transmettre à nos descendants les actions et la façon de vivre des hommes célèbres est une très ancienne pratique, et notre temps, bien qu'il se préoccupe peu des siens, n'y a pas manqué », écrit Tacite au tout début de La vie de Cn. Julius Agricola (I, 1).

2Cette remarque aurait pu servir de prétexte à l'élaboration d'une histoire d'un nom comme celui des Aufidii. Pour preuve de la justesse du propos de Tacite, les informations que les auteurs de l'Antiquité nous ont laissées sur les Aufidii et les inscriptions que ceux-ci ont eux-mêmes fait graver de leur vivant ou par leurs héritiers, ou dont les ont honorés leurs contemporains, ne nous ont-elles pas permis de connaître aujourd'hui nommément six cent soixante-sept individus, nombre relativement élevé qui ne pourra que s'accroître au fur et à mesure des découvertes ?

3Aussitôt qu'elle est faite, cette remarque appelle une première question : comment transmettre ? Et dès lors qu'à sa suite, pour y répondre, commence l'enquête, toutes sortes d'autres questions surgissent. Lorsqu'on aura essayé d'y répondre, peut-être l'enquête sera-t-elle devenue une histoire. Car les Aufidii que l'on connaît grâce à toutes sortes de textes, s'échelonnent entre le début du iie s. av. J.-C. et le ve s. ap. J.-C. En moyenne cela fait une centaine d'individus par siècle, ce qui est peu compte tenu de la taille du monde romain et demeure très théorique. En réalité, la répartition dans le temps et la dispersion géographique sont très inégales de sorte que le seul lien qui semble unir a priori tous ces individus risque d'être uniquement le nom gentilice. Dans une intervention au colloque consacré aux bourgeoisies municipales italiennes aux iie-ier s. av. J.-C., en 1981, Claude Nicolet disait : «... pour ces rapprochements au niveau du gentilice, j'ai tendance à être très prudent, sauf quand on est sûr d'avoir fait une enquête absolument pertinente. Sans doute, entre des marchands de Délos, qui sont des Italiens, et des Italiens ou des Romains, les rapprochements s'imposent-ils (...). Mais lorsque, pour le ier s. av. J.-C., parce qu'on trouve en divers endroits un gentilice, sans rapport de prénom, et avec des variétés de cognomina différentes, on établit un rapport et on dit « c'est la même gens », qu'est-ce que cela signifie ? » (p. 391).

4La présente recherche est née du désir de savoir si les Aufidii Victorini, sénateurs ombriens du iie s. ap. J.-C., alliés au rhéteur cirtéen Fronto et proches des empereurs de la dynastie antonine, notamment Marc Aurèle, appartenaient à la même gens que les sénateurs connus sous la République, dont l'un, Cn. Aufidius Orestes fut consul en 71 av. J.-C. ; si le chevalier L. Aufidius Panthera, commandant la flotte de Bretagne dans les années 130 ap. J.-C. (C.I.L., VII, 18, Portus Lemanae ; notice n° 50) pouvait être rapproché du tribun de la plèbe Cn. Aufidius qui, en 170 av. J.-C. (Pline l'Ancien, H. N., VIII, 24, § 64 ; notice n° 2), avait fait casser un vieux sénatus-consulte qui interdisait l'importation en Italie de bêtes fauves originaires d'Afrique, celles que les Anciens appelaient Africanae (bestiae), parmi lesquelles on peut compter les panthères ; si les nombreux individus qu'on rencontre à Délos et dans les îles de l'Orient méditerranéen pendant la République sont, à l'instar d'un certain nombre d'autres Italiens ou Romains connus à la même époque dans les mêmes lieux, apparentés aux sénateurs et aux chevaliers qui, en Italie, portent le même nom qu'eux.

5Répondre à ces questions suppose d'abord que soit précisé le vocabulaire de la famille et de la parenté. Pour dire et représenter celle-ci, les Romains ont plusieurs mots, au sens juridique précis. Ce sont d'abord gens et familia. Par gens, les Romains entendaient un groupe de famille dont les chefs descendaient d'un ancêtre commun. Cela définit une généalogie patrilinéaire. Aufidius sera donc considéré comme un non gentilice (nomen gentilicium) dans la mesure où les textes où apparaît une filiation permettent de rattacher entre eux des individus porteurs du même nom et de reconstituer ainsi au sens gentilice des lignages ou des lignées. C'est sur cette base qu'ont pu être établis, par exemple, l'arbre généalogique (stemma) d'une lignée d'Aufidii à Placentia (Plaisance) au ier s. av. J.-C. (stemma n° 5) ; celui des Aufidii d'Alexandria Troas et Pergame, liés par mariage à la famille du philosophe Kratippos à la charnière du ier s. av. – ier s. ap. J.-C. (stemma n° 6) ; celui de M. Aufidius Honoratus à Saldae à la fin du iie s. ap. J.-C. (stemma n° 10). En ce sens étroit, la gens est un groupe pyramidal composé des hommes et des femmes qui, nés du même nom que lui, sont sous la puissance (potestas) du chef de famille. Au fil des générations, la gens s'étoffe, se divise et se subdivise, mais demeure primordiale la parenté par les mâles (les agnats). C'est l'indication de la filiation, donc l'association au nom gentilice d'un prénom, qui nous permet de remonter le temps et de reconstituer ainsi avec certitude ou par hypothèse la généalogie. L'onomastique est ici le fondement de la prosopographie. À ce groupe strictement défini patrilinéairement, doivent être ajoutés les parents par parenté bilatérale ou par alliance : les cognats et les adfines. Dans les cas les plus simples, au sens strict, ils ne sont pas considérés comme partie de la gens, puisque leur ancêtre est autre. En revanche, ils sont un élément de la familia, définie comme le groupe placé sous la puissance du père de famille. Par leur mariage, les femmes quittent la potestas paternelle, perdent leur lien avec leur famille d'origine – au sens étroit gentilice ou large « familial » – et entrent dans celle de leur mari où elles se trouvent juridiquement soumises à sa puissance. La situation de l'adopté est comparable, tout comme celle des affranchis. Dans le cas de l'adopté, la trace de ce changement est perceptible dans la dénomination : en règle générale, l'adopté prend le nom gentilice du père adoptif cependant que son ancien nom gentilice devient un surnom, soit inchangé, soit prolongé d'un suffixe en – anus. Les affranchis affirment quant à eux leur parenté – et leur statut – en prenant pour nom celui de leur ancien maître devenu leur patron, en adoptant aussi très souvent son prénom. Ce qui tient lieu de filiation et signifie donc la généalogie et l'appartenance familiale est le mot l(ibertus) précédé du prénom abrégé du patron. Ces règles étant fixées et suivies, le prosopographe peut mener l'enquête avec d'autant plus de facilité que les documents sont abondants et prolixes. Sinon, comme dans bien des cas, il faut diversifier les angles d'attaque du problème en élargissant l'enquête aux aspects sociaux, économiques, ou en confrontant des sources différentes lorsqu'elles existent (cf. tableau n° 10 H.T. : « les Aufidiani »).

6S'il n'est pas toujours possible de combler les lacunes, du moins peut-on, pour quelques générations, aboutir, comme dans le cas des Aufidii Bassi à un stemma qui représente un groupe au sens gentilice et familial (stemma n° 1). La grande inscription de Ténos (I.G., XII, 860) mentionne à la fois L. Aufidius L. f et son fils L. Aufidius L. f. Bossus. Sur la foi de l'indication de la filiation, on est légitimenent fondé à déduire pour ces deux individus un ascendant prénommé Lucius, qui est donc respectivement leur père et grand-père. Une inscription bilingue d'Athènes (C.I.L., III, 7279), datable de la fin du iie s. av. J.-C., mentionne, en latin, L. Aufidius Bossus M. [f.] Maior (notice n° 6). La combinaison des critères chronologique et onomastiques laisse supposer que ce personnage correspond à celui que l'inscription de Ténos (/.G., XII, 860) ne nous fait connaître que par le prénom Lucius, abrégé dans la filiation de L. Aufidius L. f. De la même façon qu'avec celui-ci, on peut, grâce à la filiation de L. Aufidius Bassus Maior, déduire à la génération précédente un [M. Aufidius]. Cependant, comme aucune inscription ne vient confirmer cette hypothèse, ce personnage est mentionné entre crochets. Du point de vue gentilice, on a donc restitué, à partir de ces deux inscriptions, quatre générations.

7Aucun texte ne nous renseigne ici sur les parentés par alliance. En revanche, deux textes nous renseignent sur des affranchis : I.G., III, 3403, inscription attique en grec, mentionne Λευκaoç Αευκιος ΑυΦιδιος Φιλερος qui est vraisemblablement, compte tenu de la datation et du surnom grec mais du nom gentilice latin –, un affranchi de L. Aufidius Bassus Maior. L'inscription C.I.L., I, 2236 (= I.L.R.R.P., 760), à Délos, mentionne, sur une dédicace bilingue à Zeus Ourios-Jupiter Secundanus, parmi d'autres noms, celui de L. Aufidius L. C. l(ibertus) Doroteus Minor. C'est par une série d'observations et de déductions qu'on peut situer cet individu par rapport aux Aufidii : sa « filiation » nous désigne un patron prénommé Lucius. Son second surnom, Minor, nous le situe par rapport à un Aufidius « Maior ». Il est en outre co-affranchi par quelqu'un qui se prénomme C(aius), inconnu comme tel mais qui pourrait être un frère d'un des Aufidii connus, eux. L'existence de cet individu – nécessairement homme libre – est d'autant plus vraisemblable qu'une inscription attique d'époque romaine (I.G., III, 3208) mentionne un Γα[ιος] ΑυΦ[ιδιος] Ικεσ[ιος] selon toute probabilité un affranchi lui aussi.

8Si l'on a pu étoffer le stemma des Aufidii Bassi et l'élargir à une partie au moins de sa dimension familiale, c'est parce que la documentation nous donne des indications qui représentent une réalité juridique : filiation, affranchissement, prénoms viennent renforcer la donnée première que constitue le nomen gentilicium. Une proximité géographique seule, d'inscriptions au nom Aufidius, sans autre indication – du type filiation ou affranchissement –, ne suffit pas à établir la relation gentilice ou familiale, à la qualifier. Un surnom identique ne suffit pas non plus. C'est par raisonnement et déduction que nous pouvons proposer une hypothèse. Il en est ainsi dans le cas des Aufidii Bassi pour les trois individus surnommés Baebianus, Bassus et Lollianus (Studia Pontica, III, n° 72a, Neoclau-diopolis) : tout un ensemble de considérations chronologique, géographiques, sociales et économiques font penser que celui des trois Aufidii surnommé Bassus descend des Aufidii Bassi connus dans l'Orient hellénique depuis la fin du iie s. av. J.-C. et qu'on peut donc, avec les deux autres, l'englober dans le groupe familial (notice n° 33). Si l'on additionne tous les personnages connus directement ou déduits, on arrive au total d'une dizaine, résultat à la fois honorable au regard du nombre d'inscriptions disponibles – cinq – et faible au regard des centaines d'Aufidii recensés.

9Le cas des Aufidii Bassi montre donc l'intérêt d'une telle enquête, puisqu'elle donne des résultats. Il n'est pas unique : la douzaine de stemmata proposés montre qu'il est possible de tisser des liens gentilices et familiaux. Mais il est aussi exemplaire des limites de l'enquête : avec un tel arbre généalogique on n'a guère relié entre eux qu'un et demi pourcent des Aufidii connus. Même en considérant la totalité des Aufidii mentionnés dans tous les stemmata on n'atteindrait pas 10 % du total avec, entre les différents groupes ainsi reconstitués, des hiatus chronologiques rédhibitoires pour prétendre parler de gens Aufidia pour tous les individus porteurs de ce nom du iie s. av. au iiie s. ap. J.-C.

10S'il est illusoire d'espérer restituer, pour les Aufidii, une histoire d'une gens, il n'est pas interdit de raisonner à rebours sur l'histoire d'un nom, puisque cinq siècles durant au moins, tant d'individus ont porté le même nom. Pour quelles raisons et dans quelles conditions l'ont-ils porté ? Comment sa transmission et sa diffusion se sont-elles effectuées ? Quelle part de conscience ou de volonté, ou au contraire de simple conséquence biologique ou juridique cette diffusion – au sens de l'accroissement ou de la dispersion géographique – reflète-t-elle ? Telles sont les questions auxquelles je m'efforce de répondre en trois chapitres, en renvoyant, si nécessaire aux documents fournis dans les notices prosopographiques notamment où l'accent est mis sur les éléments d'information techniques et les justifications des interprétations.

11Avant d'en venir là, il convient de préciser les conditions d'une telle enquête, du point de vue méthodologique (sources et critères de la recherche) et du point de vue de la prosopographie, et d'exposer la problématique générale sur l'étude du nom.

Les sources

12Les sources littéraires ne concernent directement qu'un faible nombre des individus des notices prosopographiques : moins de vingt des soixante-douze notices sont directement documentées grâce à ces sources. La quasi totalité des textes littéraires concerne les Aufidii de la période républicaine. Il n'y a guère qu'une exception notable. Elle concerne le groupe familial des Aufidii Victorini qui vécurent au iie s. ap. J.-C. et qui étaient liés au rhéteur cirtéen Fronton par la fille de celui-ci, Cornelia Cratia, épouse de C. Aufidius Victorinus (notice n° 56).

13Les sources littéraires ne nous informent donc que sur une élite : ceux d'entre les Aufidii, hommes ou femmes, qui ont pris une part à des événements importants de l'histoire de Rome, ou du moins reconnus comme tels par ceux qui écrivent alors, et qui ont contribué à forger cette histoire. Encore doit-on faire remarquer qu'outre leur nombre réduit, ces témoignages sont variés car ils émanent d'historiens, de juristes, de poètes pas toujours contemporains des Aufidii qu'ils mentionnent. Vérifier leurs informations s'impose donc, mais est rendu difficile à cause de l'absence fréquente de sources épigraphiques parallèles. Aussi devons-nous, le plus souvent, nous contenter d'un faisceau de présomptions.

14Les sources épigraphiques sont les plus nombreuses et les plus variées. Elles sont aussi très dispersées et inégalement réparties entres les siècles : les deux tiers des documents épigraphiques sont datables des ie et iie s. ap. J.-C. Dès le milieu du iiie s. ap. J.-C., le nombre des textes décroît, ce qui entraîne un appauvrissement absolu de notre information et rend problématiques les hypothèses sur le devenir du nom et des hommes. Si l'on peut essayer de retrouver les origines et les racines d'une gens, d'un nomen gentilicium (cf. chapitre I), on ne peut établir avec certitude quand meurent les familles. On ne saurait dire, par exemple, ce que les textes du ive et du ve s. nous révèlent de la permanence, de la survivance ou de la réappropriation du nom des Aufidii ; s'ils ne sont qu'un souvenir, le vestige d'une image ou la partie émergée d'une chaîne ininterrompue et d'un dense groupe d'individus qui appartiennent à une famille au sens le plus large du terme.

15L'abondance des textes des ie et iie s. ap. J.-C. est, à l'inverse, loin de signifier la richesse d'informations. Pour une inscription qui nous renseigne sur plusieurs générations comme à Pergame (C.I.L., III, 399 ; stemma n° 6 ; notices n° 30 et 34), sur des parentés collatérales, comme à Placentia (C.I.L., XI, 1217 ; stemma n° 5 ; notice n° 26) ou sur des remariages, comme à Saldae (C.I.L., VIII, 8937 ; stemma n° 10 ; notice n° 65), combien de textes complets où n'apparaissent qu'un prénom et un nom, qu'un nom et un surnom, ou de textes fragmentaires où seul demeure lisible Aufidi sans qu'on puisse dire si c'est un pluriel ou un génitif singulier.

16L'abondance du corpus sur lequel nous avons travaillé ne doit pas faire illusion : trois cents individus différents seulement sur les presque sept cents constituent, parce qu'ils ont pu être datés, des jalons et des repères intéressants par la richesse d'informations, susceptibles de fonder des analyses, qu'ils apportent.

17Les sources numismatiques sont rares : sept pièces nous renseignent sur trois Aufidii différents. Quatre de ces pièces attestent un monetalis du milieu du ier s. av. J.-C., M. Auf[idius] Rus[ticus] (notice n° 4) ; une autre pièce, un probable officier de l'armée d'Octave au milieu du ier s. av. J.-C., M. Auf[idius] Scaeva (notice n° 27) ; enfin, deux pièces concernent le gouverneur de Galatie du début du iie s. ap. J.-C., Aufidius Umber, également connu par un texte épigraphique sous le nom de Q. Orfitasius Aufidius Umbrus (notice n° 42).

18Les sources papyrologiques sont encore plus rares puisqu'elles se réduisent à deux occurrences. Encore ne s'agit-il dans un cas que de relever le nom du consul de 200 ap. J.-C., C. Aufidius Victorinus, ce qui ne nous apporte pas d'information plus significative que pour n'importe quel autre texte épigraphique daté d'un consulat, et dans l'autre cas de nous renseigner sur le passage – mentionné par l'épigraphie (C.I.L., III, 399) – d'un tribun équestre de la XXIIe légion stationnée à Alexandrie (B.G.U., IV, 1104) (cf. notice n° 34).

Remarques de méthode sur la prosopographie

19La tâche la plus impérieuse a consisté à dater, ne serait-ce que relativement, tous les textes épigraphiques. Les études sont nombreuses, qui nous ont permis d'obtenir d'assez bons résultats pour notre corpus puisque plus de la moitié des individus a pu être située chronologiquement. Pour des raisons éditoriales, il n'a pas été possible de reprendre la soixantaine de pages de tableaux synoptiques du volume III de la thèse où figuraient les indications recueillies. Le lecteur intéressé s'y reportera, pages 793-857. Il convient de relever ici que les résultats sont globalement meilleurs pour l'ensemble des provinces que pour Rome elle-même qui a pourtant fourni à elle seule près de la moitié des textes du corpus (cf. tableau n° 1 hors texte (désormais H.T.) : « répartition des Aufidii dans le monde romain »). Cette situation n'a rien de paradoxal car la plupart des inscriptions romaines émanent d'affranchis ou d'ingénus qui n'ont pas eu une vie remplie et riche selon les critères de l'historien avide de renseignements économiques, sociaux, politiques ou culturels. Ces inscriptions sont un témoignage, simple, que des hommes ont vécu. Elles n'ont pas de fonction biographique.

20Du point de vue chronologique, les caractéristiques majeures du corpus sont les suivantes : absence de continuité et inégale répartition dans le temps. Sur les 708 occurrences, moins d'une cinquantaine sont datables de la période républicaine (cf. tableau n° 5 H.T., « corpus des Aufidii connus jusqu'au Principal »), et l'on peut à peine en ajouter une dizaine pour aller jusqu'à notre ère, ce qui ne représente pas 10 % du total des occurrences. À l'autre extrémité, il y a peu de textes datables du iiie s. ap. J.-C. Certes, ces disproportions sont inséparables d'une part de l'habitude progressivement prise par les Romains de graver des textes et d'autre part de la croissance démographique. Mais malgré cela, nous n'avons jamais, ni pour la période républicaine, ni pour le Haut-Empire, de série épigraphique dans un même lieu ou de texte épigraphique isolé qui donne une succession de plus de deux générations.

21Les différences quantitatives et qualitatives entre corpus « républicain » et corpus « impérial » montrent qu'alors que, durant la République, les Aufidii, déjà divisés en au moins trois branches quand ils apparaissent dans l'histoire, peuvent être encore socialement et familialement proches les uns des autres, il n'en est plus rien sous l'Empire quand les moyens de diffusion du nom et de dispersion des hommes sont multiples et que le brassage démographique et géographique commencé dès le iie s. av. J.-C. est accru par le nombre au point de rendre à jamais inextricable l'écheveau complexe des parentés par mariages, adoptions et affranchissements.

22Les notices prosopographiques données en annexe ont été constituées en tenant compte des trois critères suivants expliqués ci-après : la datation, l'onomastique, et les statuts et condition sociale.

  • datation. Les notices sont présentées dans un ordre chronologique qui tient compte d'abord d'une date absolue (exercice d'une magistrature datée, mention d'un individu sur un document officiel daté par exemple d'un consulat, etc.), puis d'une datation relative qui permet de situer naissance ou mort, d'intégrer un individu dans une période.
  • Onomastique. La dénomination des individus dans tous ses aspects et sous toutes ses formes, c'est-à-dire en étant aussi attentif à la filiation et à la tribu, peut éclairer les origines de l'individu concerné par une inscription ou permettre de formuler des hypothèses sur ses origines et celles des porteurs de mêmes prénom ou surnom. Aussi les notices prosopographiques portent-elles trace de la détermination ou de l'indétermination des origines et des relations familiales. Celles-ci font notamment l'objet de douze stemmata.
  • Statut et condition. La plupart des notices prosopographiques concernent des sénateurs, des chevaliers, des notables locaux, bref, les élites politiques et économiques, parce que ce sont elles qui ont laissé le plus de témoignages écrits et que la dignitas, le souci du rang de ces individus, les a portés à le faire savoir ou les a conduits à participer activement à une vie politique qui les a mis au cœur des guerres civiles, des affaires plaidées en justice, des cercles littéraires ou tout simplement des rouages administratifs. Mais il n'y a pas qu'eux. Quelques hommes ou femmes libres – de naissance ou par affranchissement – ont été retenus dans les notices parce que leur existence même, à telle époque (critère de datation) ou avec telle origine (critère onomastique), constituait un jalon dans la diffusion et la dispersion du nom. Il en est ainsi de L. Aufidius Bassus M. f. Maior à Athènes à la fin du iie s. av. J.-C. (C.I.L., III, 7279 ; notice n° 6) ; de T. Aufidius, médecin du milieu du ie s. av. J.-C. en Sicile (Caelius Aurelianus, Ac. M, II, 29, 104 ; M. Cher., I, 246-247 ; notice n° 16) ; de M. Aufidius M. 1., peut-être d'origine orientale, affranchi de M. Aufidius Lurco (Cicéron, Pro Flacco, X, 87-88 ; notice n° 18) ; d'Aufidia, sœur de M. Aufidius Lurco (Cicéron, Pro Flacco, X, 89 ; notice n° 19) ; des trois fils d'un citoyen romain inconnu, les Aufidii Baebianus, Bassus et Lo[l]lianus, d'origine inconnue, sur une inscription de Neoclaudiopolis (Studia Pontica, III, n° 72a ; notice n° 33) ; de C. Aufidius Silvanus, à Ephèse au iie s. ap. J.-C. (/. von Ephesos, I, 27, ligne 444 ; notice n° 48) ; d'Aufidia, en Afrique Proconsulaire dans le premier tiers du iie s. ap. J.-C. (A. E., 1983, 956 ; notice n° 51).

La problématique d'ensemble sur le nom

23Ce qui m'intéressait, je l'ai signalé, était de savoir si, ou dans quelle mesure, les Aufidii appartenaient à une même gens, s'ils avaient conscience d'appartenir à une même gens, ou de porter le même nom et de s'inscrire dans un temps commun où résonneraient les échos de faits et gestes de certains d'entre eux.

24Une fois le corpus constitué, une fois établie une trame solide prenant appui sur la centaine de documents qui nourrissent les notices et jalonnent la chronologie sûre de la République au début du ie s. ap. J.-C. et – de-ci, de-là – celle du iie ou du iie s., pouvait-on combler les vides entre les hommes, donner un sens à l'histoire du nom à travers des indices parfois très ténus concernant une multitude d'individus dispersés dans un vaste territoire ? La réponse – dont le lecteur jugera est nuancée car si les lacunes de la documentation sont réelles et limitent par conséquent les conclusions, le hasard n'est pas sélectif. Une partie des conclusions repose sur des observations statistiques et des tableaux dans le texte et hors texte. Certains d'entre eux ont parfois été moins volontairement constitués qu'ils ne se sont imposés pour mettre en évidence une originalité ou faciliter une interprétation. Il en est de même pour les cartes et les graphiques.

25le cas des Aufidii et de l'armée romaine illustre un des aspects de la diffusion du nom et la complémentarité, du point de vue de la méthode, entre tableaux, cartes, graphiques et textes. La carte n° 6 permet, en un seul regard, de visualiser la localisation des Aufidii qui ont eu, à un moment de leur vie, une activité militaire. La comparaison avec les tableaux n° 8 et 9 H.T. ainsi qu'avec le graphique n° 2 montre que si le nomen Aufidius a été présent presque partout dans l'empire romain, il est des lieux où, sans le cantonnement ou le passage d'une légion, nous pourrions croire que ce nom n'a jamais existé. C'est le cas en particulier de tout le sud-est du bassin méditerranéen : en Egypte, en Syrie, en Judée. Dans les provinces du limes rhéno-danubien il en va presque de même. La plupart des occurrences du nomen sont celles de soldats...ou d'anciens soldats dans le cas des vétérans. Il en est ainsi, en Mésie supérieure, de C. Aufidius C.f....[Pu]dens, vétéran de la legio VII, installé à Ratiaria à la fin du ier ou au début du iie s. (D. Dimitrov, 49, Nadronite ploci ot rimsko vreme v severna Balgarija, Sofia, 1942, Detschew, GHM, 6, 1932-1934, 54, N° 13 : mentionné ainsi par Mocsy, 1970, Gesellschaft (voir en bibliographie) qui est le seul à citer cette inscription qui ne figure dans aucun corpus). À Barovo, à cinq kilomètres au sud-ouest de Scupi, c'est aussi à une légion qu'on doit la présence du nomen : L. Aufidius L. f Celer (I.M.S., VI, 49 [= C.I.L., III, 8194]), vétéran de la legio VII Claudia Pia Fidelis, fut décurion de la colonie de Scupi. L'inscription est datable de la fin du ier s. ap. J.-C. ou du début du iie s. Le surnom de ce décurion laisse supposer une origine plutôt occidentale. Il est en tout cas attesté six fois à Scupi et pas dans le nord de la province (cf. Mocsy, 1970 « Onomasticon... »). On ne va pas au-delà dans l'enquête, faute d'éléments : son prénom, Lucius, est le même que celui qui est indiqué dans la filiation. Mais on ignore qui était ce Lucius à qui il doit son prénom. En Mésie supérieure, aucun autre Aufidius prénommé Lucius n'est attesté à ce jour. Ce vétéran est-il né ailleurs qu'en Mésie ? Doit-on supposer l'existence d'un officier commandant de la légion du nom d'Aufidius et s'agirait-il d'une naturalisation ? Questions et remarques analogues existent pour la Mésie inférieure. Parmi une liste d'environ trois cents vétérans porteurs de noms romains (I.S.M., V, 137 [= C.I.L., III, 6178]) à Troesmis, figure celui d'Aufidius Iulianus. Comme les autres vétérans de l'inscription, il a dû être enrôlé en 108 ou 109. Il reçut son honesta missio en 134, comme on le sait grâce au nom du gouverneur de la province, Sextus Iulius Maior, et à celui du légat de la légion, Plotius Iulianus. On peut se demander s'il ne devrait pas son surnom au légat précisément. Mais alors Aufidius ? Si l'on connaît un autre Aufidius Iulianus, c'est sans rapport puisqu'il s'agit d'un chevalier procurator provinciae Galatiae entre 209 et 211 (notice n° 67).

26À l'autre extrémité du bassin méditerranéen, en Afrique, une part non négligeable de la diffusion du nomen Aufidius est due à la légion, en l'occurrence la IIIe Auguste stationnée à Lambèse : pour quinze d'entre ces Aufidii, l'appartenance à cette légion est sûre ; pour seize autres elle est probable. Le recrutement et le service s'échelonnent du milieu du iie à la fin du iiie s. ap. J.-C.

27Pas plus que dans les exemples évoqués précédemment on n'est en mesure de déterminer l'origine de la diffusion du nomen. La légion n'est ici qu'un moyen.

28Dans la quasi totalité des cas, si attribution ou adoption du nom il y a, on ignore pour quel motif et dans quelle circonstance. Chronologiquement et géographiquement, on peut rapprocher le père de T. Aufidius T. f. Spinter, chevalier qui a vécu dans la seconde moitié du ier s. av. J.-C. (C.I.L., III, 399, Pergame. Cf. notice n° 30) de T. Aufidius, homo novus de la première moitié du ier s. av. J.-C. qui dut être gouverneur d'Asie en 66 (notice n° 15) : une série d'arguments onomastiques (chapitre I) et socio-économiques et politiques (chapitre II) plaident en faveur de cette hypothèse. Mais le chaînon manque pour assurer la chaîne.

29Dans les Germanies, on ne connaît que trois Aufidii. Deux sont datés de façon absolue : C. Aufidius Victorinus, originaire de Pisaurum, consul bis en 183, fut légat des Augustes propréteur en 163-165 en Germanie pour repousser l'attaque des Chattes (Vita Marci, VIII, 8 ; notice n° 56). Aufidius Coresnius Marcellus fut, quant à lui, légat de la 1er légion Minervia, stationnée à Bonna (Bonn), en 222 (C.I.L., XIII, 8)035 ; cf. notice n° 69, note 2). Le troisième Aufidius connu en Germanie, Aufidius Martialis (C.I.L., XIII, 8)071), dut être un soldat de cette même 1er légion dans la seconde moitié du iie s. ou peut-être au début du iiie s. Son surnom, à la signification redondante par rapport à ce que l'on sait de sa qualité, et la coïncidence de la légion laissent envisager un lien avec le légat de la légion de 222. Mais on ignore de quelle nature. C. Aufidius Victorinus, après avoir été propréteur en Germanie, obtint un gouvernement exceptionnel en 171-172 : celui des provinces d'Espagne Citérieure et de Bétique réunies. Il semblerait que son passage soit à l'origine, par un procédé qui nous échappe, de la dénomination d'un C. Aufidius Victorinus (C.I.L., II, 4448, Tarraco) qualifié par la dédicante de l'inscription, Fabia Lyde, d'amicus simplicissimus et incomparabilis.

30Tous ces exemples témoignent de la diffusion du nom. Bien peu sont une preuve de la conscience d'une communauté gentilice. Du moins nous aident-ils à comprendre ce qu'il peut y avoir d'aléatoire dans la diffusion des noms lorsqu'on quitte le domaine de l'expansion biologique. Mais en même temps, les aléas de la diffusion sont tout relatifs puisqu'ils existent dans un espace particulier, un contexte économique, social et politique caractéristique. C'est toujours dans une analyse qui va et vient de l'inscription examinée à l'ensemble des autres du même site, de la même province, d'un même nom, etc. qu'on approchera d'une explication satisfaisante. Ainsi, que beaucoup des inscriptions d'Aufidii connus dans les provinces du limes rhéno-danubien aient un rapport avec l'armée, durant le Haut-Empire, est inséparable du faible nombre des Aufidii qu'on y connaît et de leur arrivée tardive dans ces régions. Cela tient au fait que ce furent des régions tardivement conquises, lointaines par rapport aux foyers d'origine des Aufidii ou de leur enracinement pour des raisons économiques, avec une expansion biologique ou familiale. Le contexte permet de comprendre l'aléa miltaire et, conséquemment, la faible expansion par génération. Des causes inverses, mais une même chaîne de raisonnement, peuvent permettre de comprendre le grand nombre des Aufidii dans l'armée en Numidie Proconsulaire : l'ancienneté de la province, la stabilité durable de la legio III Augusta, une prospérité économique certaine au iie et iiie siècles, une population abondante... et aussi un grand nombre d'Aufidii civils, sont les éléments d'un contexte favorable.

31Outre le service dans la légion durant le Haut-Empire, l'affranchissement a sans nul doute constitué le facteur de plus grande diffusion du nom. Il est aussi celui dont les conséquences sur la compréhension globale que nous pouvons avoir sur la signification d'un nom sont les plus lourdes. Ainsi, P. Aufidius P. f. Fortis, puissant notable d'Ostie du milieu du iie s. ap. J.-C. (C.I.L., XIV, 4620 et 4621 ; notice n° 59) dont il fut le patron, admis au rang des décurions d'Hippo Regius, et son fils homonyme (C.I.L., XIV, 4622 ; notice n° 60) eurent, comme nous l'apprennent plusieurs inscriptions (outre les trois dédicaces mentionnées : C.I.L., XIV, 251, 256 et 1324 ; 4142 et 459), de nombreux affranchis : P. Aufidius Faustianus, Epictetus, Euphrosynus et Ianuarius sont sûrs et certains car ils sont les auteurs, désignés comme tels, des dédicaces aux deux notables. P. Naevius Auf(idius) Hygianus (C.I.L., XIV, 251), P. Aufidius [ ?] (C.I.L., XIV, 4142 et 459) et [P. ?] Aufidius Victor (C.I.L., XIV, 256 et 1324) sont probables compte tenu de la datation, du contexte économique et social et de l'onomastique. Ainsi, pour deux citoyens connus – auxquels on peut ajouter du fait de l'indication de la filiation l'ascendant [P. Aufidius] , on a sept affranchis certains ou probables soit au total dix porteurs du même nomen. Trois d'entre eux s'inscrivent dans une succession chronologique au titre de la lignée ; sept assurent une large mais ponctuelle diffusion du nom et rien ne nous permet de dire si, grâce à eux, le nom s'est ensuite diffusé de génération en génération. Conduire une étude sur les Aufidii en la limitant aux seuls éléments caractéristiques d'une gens ou d'une transmission patrilinéaire du nom nous priverait de pans entiers de l'histoire du nom et serait une grossière caricature.

32Aucun élément constitutif d'une familia ne doit être négligé pour une enquête de ce type, étroitement dépendante des découvertes épigraphiques et qui conduit fondamentalement à raisonner sur des artefacts. Sans les hasards de la découverte, à Lyon, en 1957, du bel autel funéraire d'Aufidia Antiochis, fait par son époux Sex. Aufidius Thiasus (A.E., 1976, 452 ; photographie n° 6) que pourrions-nous dire de la présence du nomen Aufidius dans la vallée du Rhône sinon qu'en dehors de la Narbonnaise où on le rencontre six fois, à Narbonne même, au début de l'Empire, il n'est recensé que quatre fois grâce à trois inscriptions (C.I.L., XIII, 1811, 2070 et 2071) ; n'y apparaît que tardivement, à partir de la seconde moitié du iie s. ; qu'une des trois inscriptions (C.I.L., XIII, 2071) fournit à elle seule deux occurrences : Aufidia Felicula, mère ou nourrice de Sex. Aufidius Marcus ; qu'une autre (C.I.L., XIII, 2070), disparue depuis la fin du xixe s., nous fait connaître un Aufidius Militaris mort accidentellement à vingt-deux ans en traversant la Saône ; qu'enfin la troisième et plus tardive inscription (C.I.L., XIII, 1811) ne nous apprend rien sur l'enracinement et la diffusion du nom en Lyonnaise puisqu'il s'agit d'un texte daté du consulat bis d'Aufidius Marcellus en 226, comme on en a retrouvé neuf autres ailleurs (cf. références dans la notice n° 68) ?

33L'autel funéraire d'Aufidia Antiochis enrichit notre connaissance sur les Aufidii dans cette région de l'empire et fait évoluer l'interprétation de l'histoire et de la diffusion du nom. La datation de cet autel, par Marcel et Yves Burnand (Gallia, 34, 1976, p. 29 3-310), de l'époque flavienne, vient combler le vide entre les Aufidii de Narbonnaise et les deux inscriptions lyonnaises de la fin du IIe s. L'analyse stylistique de l'autel et l'interprétation sociale du monument et de son inscription permettent de situer les deux individus dans le milieu des affranchis aisés et d'affirmer l'existence de relations entre Rome et Ostie d'une part et la vallée du Rhône et Lyon d'autre part. Au regard des Aufidii, c'est une observation que l'on pouvait déjà faire au tout début de l'Empire avec L. Aufidius L. f. Aem(ilia tribu) Vinicianus Epagatinus (C.I.L., XII, 4357, Narbo ; notice n° 31). Au regard d'une histoire d'un nom, l'inscription illustre les difficultés et les limites des conclusions et invite à la prudence : « Aux dieux Mânes d'Aufidia Antiochis. Sextus Aufidius Thiasus, à son épouse très chère ». Ces deux individus ne sont ni frère, ni sœur, ni dans un rapport de parent à enfant. Ils accroissent le nombre des porteurs connus du nomen autrement que biologiquement mais sans qu'on puisse dire s'ils appartiennent ou non à une même génération ; sans qu'on sache rien de l'Aufidius, citoyen ou ingénu, ou de l'Aufidia, femme de citoyen ou ingénue, qui est à l'origine de leur nomen ; sans qu'on puisse rien dire (de précis) du statut et de l'origine géographique du patron. Ce document ne nous autorise pas non plus à dire quoi que ce soit d'ordre chronologique ou temporel : depuis quand le nomen Aufidius est-il présent à Lyon ? Nous devons donc raisonner autant par défaut que par rapprochement, utiliser les indices internes et externes au document, croiser les observations et les techniques. Dans ce cas précis, à toutes les observations déjà faites, on n'oubliera pas d'ajouter des remarques sur le prénom Sextus (chapitre I), peu fréquent dans les provinces gauloises mais abondant en Afrique dans les espaces ruraux, fréquent à Rome aux ie-iie s. dans un milieu vraisemblable d'affranchis dont plusieurs portent un surnom à connotation orientale (cf. tableau du « corpus des Sexti Aufidii », chapitre I).

34Les surnoms constituent un utile critère d'interprétation. Mais il doit être manié avec précaution, surtout en ce qui concerne les surnoms à incidence géographique. Tous les individus surnommés Chius ne sont pas des Chiotes (notice n° 38). De même, tous les individus surnommés Galaticus (C.I.L., VI, 12819, Rome), Gallicus (C.I.L., VIII, 18368, Lambèse), Gallus (C.I.L., III, 8663, Salona (Dalmatie) ; C.I.L., VIII, 18368, Lambèse ; I.L.Alg, II, 4892, Thibilis) n'ont pas nécessairement une origine ou un ancêtre gaulois. Il est impossible de dire ce que signifie, par exemple, le fait qu'à Lambèse (C.I.L., VIII, 18368) Aufidius Gallus, son père, consacre aux dieux Mânes une inscription à son fils Q. Aufi(dius) Gallicus qui vécut sept ans. Le surnom du fils est évidemment intimement lié à celui du père dont il dérive. Qu'en est-il de l'origine du surnom du père ? D'où vient cet individu sans prénom ? Nous n'en savons rien. La preuve de la nécessaire prudence en ce domaine pourrait être donnée avec le cas de Sex. Aufidius Sex. f. Gallus (I.L.Alg., II, 4892), Quirina tribu à... Thibilis. Ce citoyen est vraisemblablement originaire de Thibilis dont il a la tribu. Quant à Aufidianus, on ne peut pas toujours expliciter son rapport avec le nomen Aufidius (cf. tableau n° 10 H.T.).

35D'une façon générale, la tribu est un indice complémentaire très utile. Sur les onze Aufidii porteurs d'une tribu recensés en Afrique, deux seulement ont une tribu étrangère à la localité où est située leur inscription. Au cas précédemment mentionné doit être ajouté celui de P. Aufidius Cotta (C.I.L., VIII, 7223, Cirta)qui dut vivre entre la fin du ier s. av. J.-C. et la fin du ier s. ap. J.-C. Il est dit Aemilia tribu, ce qui ne correspond à aucune cité africaine. Dans ce cas, l'interprétation du surnom et l'analyse du contexte politique et social conduisent à le considérer comme un immigrant en provenance du Latium ou de l'Ombrie (cf. chapitre I et notice n° 32).

36L'ensemble des thèmes évoqués ici et illustrés de quelques cas doit permettre de comprendre l'impossibilité où l'on se trouve de tisser un lien entre tous les individus porteurs d'un même nomen. S'il est « banal de constater que le système onomastique romain est conçu de sorte à exprimer la parenté, et même à en nuancer les degrés » (Monique Dondin-Payre, in Parenté et stratégies, Rome, 1990, p. 61), il ne nous livre pas toutes les réponses aux questions que nous nous posons. Au ier s. ap. J.-C., Asconius (Piso, 10) le disait déjà : Socrus Pisonis quae fuerit invenire non potui, videlicet quod auctores rerum non perinde in domibus ac familiis feminarum, nisi illustrium, ac virorum nomina tradiderunt. « Je n'ai pas pu identifier la belle-mère de Pison, sans doute parce que les auteurs n'ont pas transmis pour les maisons et les lignées les noms des femmes aussi bien que ceux des hommes, sauf dans le cas de femmes illustres ». Ce court passage est exemplaire de la conscience qu'avaient les Anciens des lacunes du système. Il nous permet aussi de comprendre toutes les nuances dans les façons de transmettre, en quoi celles-ci peuvent être l'illustration d'une volonté de se dire et de représenter son nom, et donc, en quoi le nom est porteur d'un sens. Parler, comme Pison, à propos des femmes, de celles qui sont illustres, signifie l'existence d'une hiérarchie interne – à usage strictement familial – autant qu'externe – à usage social. Il s'agit de (se) représenter.

37Lorsque M. Aufidius M. f. Fronto, promis à une belle carrière (il est le futur consul ordinaire de 199 ap. J.-C.), né dans la décennie 160, fait graver l'épitaphe de son fils mort jeune (C.I.L, XI, 6334), à Pisaurum en Ombrie dont il est originaire, il ne le situe pas dans la généalogie par rapport à lui et à son épouse – Cassia Cornelia Prisca, connue par une autre inscription à Formiae (A.E., 1971, 79) – mais par rapport à son arrière grand-père... maternel (stemma n° 9). La raison en est simple : l'arrière grand-père était le rhéteur cirtéen M. Cornelius Fronto, consul et maître des empereurs Marc Aurèle et Lucius Verus. Et M. Aufidius, le petit-fils, porte le surnom de son grand-père. Quant à son prénom, Marcus, il est le même que celui de son père... parce que son père avait le prénom du rhéteur. A Pisaurum le texte de l'inscription du sarcophage du jeune M. Aufidius Fronto avait ainsi une valeur d'exemple à la fois du nomen Aufidius et du nomen Cornelius, et le passant comprenait bien qu'il ne s'agissait ni de n'importe quels Aufidii, ni de n'importe quels Cornelii.

38Une telle conscience de la valeur d'un individu et du nom qu'il porte apparaît à Ostie au iie s. ap. J.-C. parmi les Aufidii qui s'activèrent dans le port. P. Aufidius Fortis, père et fils, ont été de nombreuses fois honorés (notices n° 59 et 60 ; photographies 1, 2, 3), en particulier par leurs affranchis qui manifestent ainsi leur reconnaissance. Les plaques et les bases inscrites sont de belle facture. Elles sont certes à la hauteur de la puissance de leurs patrons qui sont de grands notables. Mais que dire alors de l'inscription d'Aufidius Epicte-tus (C.I.L., XIV, 636), placée sous l'invocation initiale « aux dieux Mânes » et consacrée finalement « aux dieux Mânes d'Aufidius », qui indique l'âge du défunt qui « a vécu 77 ans, 5 mois, 15 jours » et contient, après, le long texte suivant : « Et voilà qu'est ici enseveli cet homme qui jadis surpassait tous les gens de la terre, estimé à la fois pour sa gloire et sa vie. Il était plus chanceux que tout chanceux au monde, simple, bon et heureux. Jamais il n'était sombre, et rayonnait partout sa joie, sans, comme les vieillards, aspirer à bientôt mourir. Au contraire, il craignait la mort et il ne pensait pas qu'il mourrait un jour. C'est lui que son épouse a déposé en terre, éplorée d'un chagrin cruel, abandonnée qu'elle est d'un mari aussi cher ». Il n'est pas sûr qu'on doive trouver à ce long texte qui sort des cadres habituels de l'hommage rendu au défunt – sans être pour autant un cas unique : cela fait partie des carmina bien connus – une raison autre que le chagrin de l'épouse. Mais comme, compte tenu de la datation, du lieu, du surnom, ce P. Aufidius Epictetus a toutes les chances d'être un affranchi du puissant notable P. Aufidius Fortis, on ne peut pas s'interdire de mettre en parallèle ces deux hommes différents et les façons dont leurs vies ont été représentées. À Ostie, un passant pouvait-il ignorer en lisant ce long hommage la grandeur et la gloire...du notable d'Ostie ?

39En cela, symboliquement, les noms (aussi bien le nomen proprement dit qu'un cognomen propre à une branche d'une gens) peuvent être porteurs de sens ou finir par l'être.

40Mais cette symbolique, lorsqu'elle existe, revêt des formes différentes qui peuvent résulter de la volonté consciente – à l'origine ou à un moment donné – d'individus porteurs du nom, ou au contraire leur échapper complètement, tomber en quelque sorte dans le domaine commun, public. Par l'image et la légende, les monnaies disent la gens, la famille ou la parenté : sur les monnaies des Caecilii Metelli, l'éléphant rappelle la capture des éléphants d'Hasdrubal en 250 av. J.-C. par L. Caecilius Metellus, à Panormos (Polybe, Histoire, livre I, I, 40). Il peut en être de même sur un monument. En 193 av. J.-C., à Délos, sur un décret de proxénie décerné à L. Cornelius Scipio (I.G., XI, 4, 712) – c'est-à-dire Scipion l'Africain –, a été figuré un bâton, scipio en latin : « les Grecs connaissaient les emblèmes familiaux et de surcroît, σĸιπιωv existe en grec » (Marie-Françoise Basiez, « La première présence romaine à Délos », Athènes, 1996). Dans ces deux cas, il s'agit d'une symbolique volontaire. On n'en a pas trouvé d'exemple probant chez les Aufidii. Mais si les motifs et les légendes utilisés par le monetalis M. Auf[idius] Rus[ticus] (notice n° 4), dans la seconde moitié du iie s. av. J.-C., sont apparemment d'une grande banalité, n'est-ce pas parce qu'ils sont d'une grande évidence et simplicité ?

41Il se peut qu'involontairement ou à la suite d'un fait réel – peut-être lointain mais véhiculé par l'inconscient collectif – soit née une symbolique comprise par les Anciens. Pour le comprendre, il faut faire un détour par l'étymologie latine varronienne. Dans le livre V du De lingua latina, 66, Varron explique que « selon Aelius < Stilo >, Dius Fidius représente Diovis filius (le fils de Jupiter) (... et qu') à son idée Dius Fidius s'identifie avec le personnage appelé Sancus chez les Sabins et Hercule chez les Grecs ». Importé à Rome, selon la tradition (Ovide, Fastes, VI, 213), par les Sabins de Titus Tatius, cette divinité doit être rapprochée de Fides dont elle semble dérivée sous la forme adjective. Dans sa forme latinisée (cf. chapitre I), le gentilice Aufidius peut être rapproché, pour sa partie finale, de cette divinité. Rien ne nous permet toutefois d'affirmer qu'au-delà de l'homophonie les Anciens percevaient un sens particulier dont il resterait d'ailleurs à mesurer les nuances en interprétant correctement le début du nom. Doit-on voir dans la représentation de Jupiter sur le revers des monnaies connues de M. Auf[idius] Rus[ticus] (notice n° 4) une allusion à Diovis filius ? Ce n'est pas sûr, car cela semble un peu forcé.

42En fait, en partant des observations de Varron, un seul indice, très ténu toutefois, pourrait nous mettre sur la voie de la fabrication d'un sens figé autour du nomen et de son utilisation devenue en quelque sorte proverbiale, dont témoigneraient Martial et Juvénal. Au livre V, 61, des Epigrammes de Martial, il est question, de manière plaisante, de l'empressement d'Aufidius Chius, son procurateur privé, auprès de la femme d'un dénommé Maria-nus (notice n° 38). Dans une satire de Juvénal (IX, 25), le nom d'Aufidius est associé à un adultère (notice n° 36). Au féminin, Aufidia est utilisé, dans une autre épigramme de Martial (livre III, 70), pour décrire également un adultère. On ignore quelle part de véracité révèlent ces textes, et s'il faut rapprocher entre eux certains épisodes d'un procès évoqué par Quintilien (Institution oratoire, IV, 2, 106 ; VI, 1, 20 ; X, 1, 22) – dans lequel fut impliquée une Aufidia, autrefois, peut-être au ier s. av. J.-C.

43Aucun texte littéraire, aucun texte épigraphique, aucune monnaie ne nous éclairant directement sur la signification même du nomen Aufidius, cette interprétation restera une conjecture. En revanche, le nombre et la diversité des textes étant des preuves de l'existence des Aufidii, je commencerai cette étude en essayant de cerner l'étymologie primordiale et l'origine ethnique et géographique des porteurs de ce nom, connu en latin comme Aufidius, avant d'examiner comment ils ont prospéré au cours du temps, en deux chapitres distincts dont la légitimité tient à la nature et à la qualité des sources.

© Presses universitaires de Rennes, 1999

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search