Version classiqueVersion mobile

Histoire d'un nom. Les Aufidii dans la vie politique, économique et sociale du monde romain

 | 
Nicolas Mathieu

Propos liminaire

Texte intégral

1Aux origines lointaines de ce livre, il y a des recherches commencées en 1986 en vue d'un doctorat d'histoire. Préparée sous la direction de Marcel Le Glay et soutenue en novembre 1992 en Sorbonne devant un jury présidé par André Chastagnol, et composé de Monsieur Jean-Pierre Martin, rapporteur, de Madame Ségolène Demougin et de Monsieur Jean Andreau, ma thèse avait pour titre Les Aufidii dans la vie politique, économique et sociale du monde romain (iie s av. J.-C. – iiie s. ap. J.-C.). Ce titre montrait les limites chronologiques et l'esprit de la recherche, compte tenu de la documentation disponible.

2Les textes littéraires donnaient le terminus a quo : Pline l'Ancien (N.H., XXXV, IV, § 14) nous apprend qu'en 179 av. J.-C., un M. Aufidius fut tutelae Capitolio redemptor. Tite Live, quant à lui (XLIII), nous fait connaître un tribunus plebis de l'année 170 av. J.-C. : Cn. Aufidius. Le terminus ad quem fut fourni par les sources épigraphiques. Mais, contrairement au point de départ, le point d'arrivée n'est pas unique : il correspond en effet à un relatif épuisement et à une raréfaction des sources, et il n'y a pas une date mais une période apparemment terminale de l'utilisation du nomen Aufidius.

3Sur les six cent soixante-seize occurrences sur lesquelles j'avais travaillé pour la thèse, moins de dix pouvaient être sûrement datées de la première moitié du iiie s. ap. J.-C. :

  • en Afrique Proconsulaire, Aufidius Victoria [nus], vexillarius à Bézereos, en 209-211 (I.L.Af, 27,1, 50) ;
  • dans la même province, Caecilius Donatus Aufidius, flamen perpetuus à Sufetula au iiie s. (C.I.L.VIII, 11340) ;
  • dans la province d'Asie, un proconsul en 220-221, consul bis ordinaire en 226, du nom d'Aufidius Marcellus (T.A.M., V, II, 871) ;
  • et un asiarque d'Ephèse dans la première moitié du iiie s : T. Aufidius Mindius Polychronius (I. von Ephesos, 815) ;
  • dans la province de Thrace, le gouverneur Aufidius Coresnius Marcellus, entre 244 et 249 (I.G.R.R.P., III, 367, 357 ; C.I.G., 4379 d.).
  • À Rome est connue une Aufidia Cornelia Valentilla, concessionnaire de l'aqua Roma, vraisemblablement dans le courant de la première moitié du iiie s. (C.I.L., XV, 7398).
  • Deux Aurelii Aufidiani (S.E.G., 1987, 1085) dans la province de Pont-Galatie, & Amisus, avaient été retenus pour des raisons onomastiques et de contexte géographique et historique.

4À ce faible nombre d'inscriptions datées avec précision, quelques autres pouvaient être ajoutées, notamment en Afrique parmi des légionnaires de la troisième légion Augusta, plus rarement ailleurs, comme en Italie septentrionale à Pisaurum ou à Pisae. Au total, et compte tenu de l'incertitude chronologique, une quarantaine d'occurrences pouvaient être retenues.

5Mais, de postérieures au iiie s., il n'y a que cinq inscriptions connues dont trois sont des témoignages épigraphiques chrétiens des années 303, 411 et 484, en Afrique (André Mandouze, Prosopographie chrétienne du Bas-Empire, 1, Afrique, n° 1-2, à Aufidius). Les deux autres proviennent respectivement d'Afrique et de Rome. Une inscription, datée absolument, de 372-373, à Arbal, en Maurétanie Césarienne (C.I.L., VIII, 21634) nous faisait connaître à elle seule quatre individus dont trois Aufidii : Aufidius Pe[q]uarius et [Aufidius] Secundus ainsi qu'Aufidius Bassurius, le quatrième étant Aurélia Marita. Enfin, la dernière inscription concerne un préfet de l'annone du nom de Flavius Splendidonus Aufidius à l'époque de la domination ostrogothique (A. E., 1975, 138).

6Le nombre important d'occurrences du nomen Aufidius masque en réalité de grandes inégalités et disparités : la première d'entre elles réside dans la faiblesse numérique des sources littéraires. C'est à peine s'il y a un document littéraire pour vingt ou trente documents épigraphiques. La seconde tient à l'absence de continuité dans l'information et à l'inégale répartition dans le temps des textes qui constituent le corpus. Aussi la prudence dans l'analyse et l'interprétation s'impose-t-elle. Si près de 10 % seulement des individus du corpus vécurent avant notre ère, et donc 90 % après, cela ne signifie d'abord et avant tout rien d'autre qu'une habitude prise par les Romains de graver des textes et cela coïncide avec une croissance démographique. En outre, on n'est pas mieux renseigné sur la vie de ces individus des deux premiers siècles de l'Empire que sur ceux qui vécurent avant notre ère. Fragmentaires, lacunaires, concises, brèves ou au contraire longues, loquaces ou complètes, il arrive aux inscriptions de déformer la réalité autant que les textes littéraires.

7Cet ensemble de caractéristiques du corpus documentaire détermina la forme et la nature de la prosopographie qui constituait le ciment et la légitimité de la thèse : je retins donc soixante-douze occurrences du nom dans la première partie. Ces soixante-douze notices correspondaient aux individus chronologiquement situés – soit absolument, soit relativement -, bien attestés par une ou plusieurs sources – de même nature ou non – qui, par les informations qu'elles contiennent : date, lieu, vie d'un individu (son déroulement, les actes, les faits et gestes, les relations familiales), étaient susceptibles d'éclairer la connaissance globale que nous avons des Aufidii, de constituer une trame à leur histoire et de comprendre ainsi la diffusion, l'expansion et le devenir de ce nomen gentilicium. C'est dans cet esprit et, conséquemment, en seconde partie, qu'était présentée, en six chapitres, cette histoire des Aufidii du iie s. av. au iiie s. ap. J.-C.

8Six années se sont écoulées depuis la soutenance d'une thèse dont procède finalement ce livre. Mais celui-ci n'est pas la thèse. Il en diffère parce que le corpus documentaire s'est étoffé depuis 1992 et qu'à la familiarité acquise avec les seuls Aufidii au cours de ma recherche, sont venues s'ajouter une expérience et une réflexion historique nourries de l'enseignement et de la recherche dans le Supérieur, de lectures et de conversations variées. Il en diffère aussi parce que, pour des raisons éditoriales, bien des descriptions ont été supprimées et des analyses synthétisées avec le souci de préserver, voire d'augmenter, leur clarté. Les imperfections qu'il contient me sont totalement imputables.

9S'il présente en revanche quelque mérite et procure quelque satisfaction à la lecture, ce livre les doit à tous ceux qui, depuis 1992, par leurs questions et observations, n'ont cessé de me stimuler, par leurs conseils, de m'encourager et de me soutenir. Que trouvent ici pour ces raisons l'expression de ma profonde gratitude, les membres du jury de ma thèse. En les remerciant en premier lieu, je voudrais aussi évoquer la mémoire d'André Chastagnol à qui je dois le goût pour la prosopographie et l'onomastique auxquelles il m'initia en licence et en maîtrise.

10De séminaires en colloques, de Rome à Rennes, en de nombreuses circonstances et dans de nombreuses villes et universités, ma dette est grande à l'égard de collègues, historiens ou non, qui m'ont donné des informations inédites, évité de m'orienter dans de mauvaises directions, fait bénéficier de leur expérience, signalé ou procuré tel article récent ou peu accessible. Qu'ils soient tous assurés, bien que je ne les nomme pas ici, de ma reconnaissance.

11Sans la lecture attentive, les conseils précieux et le soutien bienveillant du Professeur Patrick Le Roux, l'accueil de cet ouvrage dans les collections des PUR n'aurait pas été possible. Qu'il trouve ici l'expression de ma vive gratitude.

12Last but not least, que mes proches et tous mes amis qui, durant ces (trop) nombreuses années, ne se sont pas lassés et m'ont accompagné avec patience et fidèle affection trouvent ici leur raison d'espérer et découvrent sous un jour agréable le talent des Aufidii.

© Presses universitaires de Rennes, 1999

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search