Version classiqueVersion mobile

Crime et justice en Savoie

 | 
Hervé Laly

Troisième partie. Les justiciables et la loi à partir de la seconde moitié du XVIIe siècle

Les justiciables et la loi à partir de la seconde moitié du XVIIe siècle

Texte intégral

1Dans les chapitres précédents, le versant institutionnel a été privilégié afin de cerner les grandes lignes de la politique criminelle sénatoriale. La dernière partie voudrait opérer un déplacement vers les justiciables en essayant de comprendre comment se noue le pacte social à l’échelle des communautés et des individus, quand le dispositif judiciaire devient plus répressif.

2Le traitement statistique des procédures et des arrêts sur pièces vues a mis en relief l’obsession disciplinaire des autorités, fondée sur la répression des violences. La criminalisation des mœurs et des atteintes à la religion apparaît moins manifeste que dans le royaume de France voisin. Cependant, quelques procès laissent entrevoir une volonté de moraliser les populations, analysée dans le chapitre vi. La pression judiciaire seule ne suffit pas. Encore faut-il qu’elle soit relayée à tous les échelons. Dans un deuxième temps, l’attention est portée sur les réseaux de relations et de pouvoirs, stimulés à l’occasion d’affaires criminelles. Enfin, si la Savoie n’a pas connu de révoltes retentissantes, la résistance à la loi n’est pas inexistante, loin s’en faut. Elle se manifeste sous différentes formes, objet du dernier chapitre.

3L’approche privilégiée dans cette dernière partie est de nature qualitative. La réflexion s’appuie sur des études de cas qui se veulent représentatifs de la politique criminelle menée dans la seconde moitié du XVIIe siècle et au début du XVIIIe siècle.

© Presses universitaires de Rennes, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search