Version classiqueVersion mobile

Crime et justice en Savoie

 | 
Hervé Laly

Première partie. Refondation d’un État indépendant

Chapitre I. Contenir les forces centrifuges

Texte intégral

1À l’époque moderne, le duché de Savoie est un État singulier. Son caractère d’État-tampon, entre la France et l’Italie, où l’influence espagnole est forte, fait qu’il lui est impossible d’échapper au jeu des alliances. La situation est encore plus difficile pour la partie savoyarde du duché, de plus en plus marginalisée au cours de la période. Cependant, malgré les difficultés, un territoire relativement homogène se dessine.

La Savoie, aux marges du duché

2Le processus d’« italianisation » du duché entraîne une certaine marginalisation de la Savoie, accentuée par l’absence d’une véritable armature urbaine et par les calamités qui la frappent.

La pression française et l’« italianisation » du duché

3Il faut attendre 1713 pour que les grandes puissances du temps acceptent d’élever Victor Amédée II (1675-1730) à la dignité de roi, de Sicile dans un premier temps, puis de Sardaigne en 1718. Le double mouvement de l’histoire savoyarde est ici résumé. D’une part, le statut de la Savoie ainsi que celui de son chef dépendent du bon-vouloir des puissances extérieures. D’autre part, à partir de la seconde moitié du XVIe siècle, le poids du Piémont devient progressivement prépondérant. Par la suite, les souverains se montrent plus préoccupés par l’Italie que par la Savoie. Le titre de roi de Sardaigne, en 1718, ne fait qu’institutionnaliser une évolution amorcée 150 ans plus tôt.

4Les ducs subissent plus qu’ils n’influencent le jeu des alliances. Ceci se vérifie par exemple sous le règne de Charles III (1504-1553) qui aboutit au démembrement du duché, victime du conflit entre François Ier et Charles Quint. Le duc ayant pris le parti de ce dernier, ses territoires sont occupés par les troupes françaises à partir de 1536. Il ne reste au malheureux Charles III que Nice et Verceil. Le duché de Savoie dans son ensemble est aux mains des Français tandis que le Chablais subit le joug bernois.

5En 1559, Emmanuel-Philibert (1559-1580) doit en grande partie la restitution de ses terres à ses faits d’armes et à son dévouement au service de son oncle, Charles-Quint. C’est parce qu’il s’est illustré dans des campagnes militaires aux Pays-Bas, dont il fut un temps le gouverneur (1555-1559), qu’il voit ses droits reconnus au traité de Cateau-Cambrésis. Le duc avait cette fois choisi la bonne alliance.

6Cent ans plus tard, la situation internationale est différente. Le traité des Pyrénées (1659) consacre la prépondérance française en Europe et la fin de la domination espagnole. Le tort de Charles-Emmanuel Ier (1580-1630) fut de ne pas l’avoir prévu. Roger Devos stigmatise ses volte-face et son machiavélisme « souvent relevé par ses contemporains, qui finit par lui aliéner tous ses alliés d’un jour, destinés à devenir ses ennemis du lendemain

  • 1 Roger Devos, Bernard Grosperrin, La Savoie de la Réforme à la Révolution française, Rennes, Ouest- (...)
  • 2 Yves-Marie Bercé, La Naissance dramatique de l’absolutisme, 1598-1661, Paris, Seuil, 1992.

71 ». Sans doute était-il à la poursuite de chimères, mais, à sa décharge, il devait faire face à une situation diplomatique beaucoup plus complexe. Le lent déclin de l’Espagne ne s’accompagne pas de l’émergence franche de la puissance française, du moins celle-ci n’est-elle pas clairement lisible à l’époque. Pour caractériser cette période, Yves-Marie Bercé parle de « la naissance dramatique de l’absolutisme2 », au sens où la puissance du roi de France naît d’une lutte dont l’issue paraissait sans doute incertaine aux contemporains. La situation internationale est plus confuse qu’au temps de Charles III ou d’Emmanuel-Philibert.

  • 3 Victor de Saint-Genis, Histoire de Savoie d’après les documents originaux depuis les origines les (...)

8Le duc de Savoie essaie de tirer son épingle du jeu au traité de Lyon en 1601, mais il doit renoncer à un agrandissement de son territoire vers l’Ouest et céder à la France toutes ses possessions au-delà du Rhône, c’est-à-dire la Bresse, le Valromey, le Bugey et le pays de Gex. Occupée par les troupes françaises à deux reprises, en 1600 puis en 1630, la Savoie se réduit donc, grosso modo, aux deux départements actuels, ce qui fait dire à Victor de Saint-Genis après la perte de Genève en 1536 : « La Savoie n’existait plus ; d’État souverain, elle tombait à la condition vulgaire de simple dépendance du Piémont3. » Il faut attendre le règne de Victor-Amédée II (1675-1730) pour que l’hégémonie française soit remise en cause. En s’opposant à Louis XIV lors de la guerre de Succession d’Espagne, le duc gagne aux traités d’Utrecht (1713) et de Rastatt (1714) une partie du Milanais, les hautes vallées du Chisone et de la Doire Ripaire et surtout, grâce à l’Angleterre, la Sicile avec le titre de roi.

  • 4 Roger Devos, Bernard Grosperrin, op. cit., p. 412.
  • 5 Ibid., p. 45.

9L’évolution de la titulature des souverains, de duc de Savoie à roi de Sardaigne, est éloquente. Au début du XVIIIe siècle, l’Europe a intégré le fait que le duché de Savoie se réduit au Piémont. La population proprement savoyarde ne représente plus alors qu’un sixième de la population totale4. C’est le résultat d’une évolution qui a commencé dès 1560. Visitant le Piémont, Emmanuel-Philibert avait déjà fait, à cette date, le choix de Turin comme capitale. Il dut attendre le 7 février 1563 pour y faire son entrée solennelle. L’installation dans cette ville des organes de décision et de la cour, qui met fin à son itinérance, est la première manifestation « d’un déséquilibre qui ira en s’accentuant au détriment de la Savoie, réduite au rôle de province quelque peu excentrique et, éventuellement, de monnaie d’échange5 ». En 1578, ce processus est confirmé symboliquement et avec éclat par la translation à Turin du précieux Saint-Suaire, à la demande de Charles Borromée. Au traité de Lyon en 1601, la perte des territoires les plus occidentaux et le gain de Saluces accentuent encore cette tendance. Dès lors, les ducs s’emploient à transformer Turin pour en faire une capitale digne de ce nom. Chambéry et la Savoie ne bénéficient pas du même traitement. En mai 1696, lors du traité de Pignerol-Turin qui met fin à la participation de Victor-Amédée II à la Ligue d’Augsbourg, il est même question de céder la Savoie à la France en échange du Milanais.

10La carte et le schéma ci-dessous permettent de visualiser cette évolution. Ce dernier n’a pas d’autre prétention que de représenter les dynamiques spatiales à l’œuvre au cours de la période, les tendances qu’il est possible de repérer. En 1559, malgré la restitution à Emmanuel-Philibert de ses terres, la France conserve cinq places fortes piémontaises, dont Turin, ainsi que le marquisat de Saluces. Au fil du temps, la Savoie devient la portion congrue du duché. Son affaiblissement, symbolisé par des pointillés, est le résultat de la promotion de Turin au rang de capitale, dont la conséquence est la marginalisation de Chambéry, et de la pression française. Celle-ci se manifeste à la fois par des occupations militaires et la perte de la Bresse, du Bugey, du Valromey et du pays de Gex. L’occupation par les troupes espagnoles en 1742, à l’occasion de la guerre de succession d’Autriche, apparaît comme une péripétie sans lendemain. Cet affaiblissement s’explique aussi par ce que nous avons appelé des fronts de croissance, effectifs ou potentiels (Sardaigne au sud ; duché de Milan à l’est et au nord), qui déséquilibrent le duché au profit du Piémont. Les Alpes ne deviennent une frontière « naturelle », c’est-à-dire évidente et discriminante, que sous l’effet de ce double mouvement, pression française et « italianisation » du duché conjuguées. Pour la même raison, le mot « naturel » est écrit entre guillemets, le caractère physique des Alpes ne devenant progressivement prégnant que sous l’effet des événements.

Carte I. Le duché de Savoie vers 1600. La carte m’a été fournie par Laurent Périllat que je remercie chaleureusement.

Graph. I. – Schéma de l’évolution territoriale du duché de Savoie entre le XVIe siècle et le XVIIIe siècle.

L’absence de métropole

11Conjuguée avec la faiblesse de l’État, l’absence d’une grande métropole capable de polariser l’espace savoyard se fait cruellement sentir.

  • 6 Paul Guichonnet (dir.), Nouvelle histoire de la Savoie, Toulouse, Privat, 1996, p. 178.
  • 7 Philippe Paillard, André Palluel-Guillard, Histoire des communes savoyardes, Savoie, Roanne, Horva (...)

12Chambéry compte 4700 habitants en 15526, 9 755 en 1776 et 11 621 en 17877. Quant aux bourgs environnants, la plupart d’entre eux doivent attendre la fin du XVIIIe siècle pour atteindre 2 000 habitants. Sur le plan politique et culturel, Chambéry a peu de rayonnement. Elle est avant tout une cité administrative, peuplée de religieux, d’officiers et de notaires. La présence du gouverneur, de la Chambre des comptes et du Sénat la rend cependant attractive et lui confère un certain prestige. Encore doit-elle compter avec le dynamisme d’Annecy, au moins jusque dans la première moitié du XVIIe siècle.

  • 8 Paul Guichonnet (dir.), Histoire d’Annecy, Toulouse, Privat, 1987, p. 143.
  • 9 Sur ce sujet consulter Laurent Périllat, L’Apanage de Genevois aux XVIe et XVIIe siècles. Pouvoirs (...)

13Celle-ci exerce son influence sur la Savoie du Nord. Elle est peuplée de 2755 habitants en 1561 et environ 4500 en 1635. Cas particulier en Savoie, elle récupère vite de la saignée des pestes, preuve d’un dynamisme qui ne se dément pas jusqu’au milieu du XVIIe siècle. Ensuite la population stagne : 4 700 âmes en 1726, 4650 en 17438. Capitale d’un apanage constitué le 14 août 1514 par le duc Charles III, « Annecy devient donc le siège d’une petite cour dans le style de la Renaissance9 », puis, sous l’impulsion de François de Sales, un bastion de la Contre-Réforme. Le culte qui se développe dès la mort du saint en fait un centre religieux renommé d’autant plus que l’ordre de la Visitation en est aussi originaire. À cela s’ajoutent l’Académie Florimontane et le Conseil présidial, cour d’appel de toutes les juridictions du Genevois, du Faucigny et du mandement de Beaufort. Fondée en 1606 par François de Sales et le juriste Antoine Favre, l’Académie Florimontane devient une société savante renommée, mais périclite après le départ d’Antoine Favre pour Chambéry en 1610. La présence du Conseil présidial et de la Chambre des comptes contribue au dynamisme d’Annecy par les fonctions administratives et judiciaires qu’elles induisent et le commerce et l’artisanat qu’elles stimulent.

14La seconde moitié du XVIIe siècle marque cependant le déclin de la ville. Le 14 janvier 1659, lorsqu’Henri II de Genevois-Nemours meurt sans héritier, l’apanage est supprimé ainsi que le Conseil présidial et la Chambre des comptes. La cour d’appel est rétablie le 10 décembre 1675, mais ce n’est qu’un répit. En 1713, elle disparaît définitivement. Annecy est ravalée au rang d’une ville subalterne, simple chef-lieu de la province de Genevois.

  • 10 Cet évènement est devenu un marqueur de l’identité genevoise, toujours fêté de nos jours.

15À défaut d’une capitale qui se dérobe, la Savoie aurait pu être dynamisée par Genève, qui fut savoyarde. Cette dernière était en principe sous l’autorité d’un prince-évêque, nommé par le duc, qui devait cependant composer avec les bourgeois de la ville. Les souverains savoyards y effectuaient traditionnellement des séjours prolongés. Mais leur tutelle est remise en cause dès le début du XVIe siècle, puis la Réforme s’impose dans les années 1530. Alors qu’à son avènement en 1504, Charles III était en position de force, trente ans après Genève lui échappe. Désormais une ligne de fracture la sépare de la Savoie même si les ducs, particulièrement Charles-Emmanuel Ier, ne se résignent pas à la défaite. L’échec de l’Escalade, dans la nuit du 11 au 12 décembre 1602, achève le processus de sécession. Au traité de Saint-Julien en 1603, le duc de Savoie, contraint et forcé, reconnaît l’indépendance de la République10. Désormais, Genève suit un destin séparé.

16La Savoie s’en trouve pénalisée. Elle ne profite que marginalement du dynamisme de sa voisine protestante. Sur le plan démographique, les troubles religieux européens entraînent une émigration qui alimente une croissance démographique non négligeable. De 10 000 habitants en 1537, Genève passe à 13 000 au début du XVIIe siècle, 18 500 en 1711 pour arriver à 25 000 personnes autour de 1760. Sans être une très grande métropole, elle fait bonne figure dans l’Europe du temps. Aucune ville de Savoie ne souffre la comparaison.

17Sur le plan économique, les partenaires privilégiés des négociants genevois sont d’abord les Italiens, dans le premier tiers du XVIIe siècle, puis les Allemands et les Hollandais. La Savoie se trouve à l’écart des grands courants commerciaux qui partent de Genève.

  • 11 Paul Guichonnet (dir.), Histoire de Genève, Lausanne, Payot, 1974, p. 149.
  • 12 Ibid., p. 250.
  • 13 Michel Porret, Le Crime et ses circonstances. De l’esprit de l’arbitraire au siècle des Lumières s (...)

18Quant au rayonnement intellectuel et culturel, il est manifeste sous Calvin. Selon William E. Monter, 1559 « marque le point haut de la Genève calviniennne. Le Réformateur publie son édition définitive de l’Institution chrétienne [...], l’immigration des réfugiés, de France et d’ailleurs, atteint à son maximum11 », l’Académie est officiellement inaugurée et les missions en France battent leur plein. Par rapport à la Savoie proche, la vie intellectuelle y est sans commune mesure. Jacques Godefroy (1587-1652) crée sa célèbre école de droit. Surtout, dès la fin du XVIIe siècle, le démarrage des Lumières est perceptible. Pierre Bayle s’en fait l’écho lors de son arrivée à Genève en 1670. Au XVIIIe siècle, les voyageurs sont étonnés du degré d’instruction de la population. « La bourgeoisie cultivée est en relation avec toute l’Europe scientifique et philosophante12. » « En matière de droit commun la justice pénale de la République est “peut-être la plus sage de l’Europe” après celle de l’Angleterre13. » Genève, devenue la Rome calviniste, est passée d’un statut de centre régional à celui d’une ville internationale à vocation européenne.

  • 14 Roger Devos, Bernard Grosperrin, op. cit., p. 77-78.
  • 15 Paul Guichonnet (dir.), op. cit., p. 205.

19Roger Devos résume ainsi le préjudice causée à la Savoie par la perte de Genève : « On ne dira jamais trop combien la perte de Genève, capitale naturelle et économique de la Savoie du Nord, a été dramatique pour toute cette région14... » Certes, les échanges régionaux perdurent, mais ils sont d’une faible ampleur. À propos de la Savoie, Anne-Marie Piuz a ces mots : « Peu de gens, beaucoup de misérables, peu à vendre et encore moins de disponibilités pour se procurer les marchandises que transportent les Genevois15... »

  • 16 A.D.S, B0 3643, 1756, fo 3 ro .

20Au moment de la Réforme protestante et au XVIIe siècle, quand l’État savoyard entend affirmer son entité territoriale, les crispations sont palpables de part et d’autre d’une frontière plus étanche. Au XVIIIe siècle, les relations sont plus apaisées, mais demeurent ambivalentes. Quelques procédures judiciaires en donnent un aperçu. En 1756, afin de « se pouvoir procurer les thrésors des abimes de Lysbonne16 », des hommes veulent organiser une cérémonie sacrificielle. Mais ils ont besoin de livres de magie, en l’occurrence le grand et le petit Agrippa. L’accusé principal, un dénommé Paris, explique à son complice :

  • 17 Ibid., f° 52 v°.

« J’ay parlé à un homme qui est Genevois qui scait bien les affaires et qui a les moyens de faire sa fortune et celle de bien d’autres s’il avoit de l’argent pour se procurer des livres qui lui sont nécessaires pour cela17. »

  • 18 Jean Nicolas, op. cit., p. 940.

21Nous savons, par un contrat passé devant notaire, qu’ils se rendent à Genève où ils achètent les deux livres en question pour 155 livres 19 sols. Spontanément, Paris voit en Genève le seul lieu où il peut trouver des livres interdits. L’image permissive de la cité, stigmatisée par Mgr Biord en 178218, est partagée par le commun. L’intermédiaire genevois, quant à lui, apparaît comme celui qui connaît toutes les arcanes. Les protagonistes de ce procès l’admettent comme étant dans la logique des choses. Le rustre Savoyard ne peut que s’en remettre au savant citadin genevois.

  • 19 A.D.S., B0 1371, 1766, f° 15 v°.
  • 20 Ibid., f° 26 v°.
  • 21 Ibid., 2B 13012.

22Dix ans plus tard, les défenseurs d’un imprimeur annécien, poursuivi pour avoir imprimé des brochures critiquant ces Messieurs de Genève, rappellent que « l’on imprime impunément chez eux toutes sortes d’impertinences et d’obscénités19 », précisant un peu plus loin que « l’on imprime et l’on débite publiquement chez eux tout ce que l’on peut imaginer de plus insultant à la religion, aux crimes, et notamment à nos augustes souverains ; et l’on peut entre-autres citer ici quelques-uns des ouvrages de monsieur de Voltaire20... » On ne peut plus clairement dénoncer à la fois le laxisme des autorités genevoises et la philosophie des Lumières. Dans le même temps, la collaboration entre les deux États est entière, à un moment où l’oligarchie aristocratique qui dirige Genève est en butte à une contestation populaire. Le 22 juillet 1766, monsieur Tronchain, premier député du Conseil de Genève, assiste en personne à l’interrogatoire de l’imprimeur chez l’intendant. Les autorités de la ville font parvenir au Sénat tous les témoignages accablants qu’elles ont recueillis. Les querelles de frontière n’ont pas disparu au XVIIIe siècle. Mais l’intérêt mutuel bien compris favorise la coopération pour étouffer tout envenimement des relations et mieux contrôler le crime, source de désordre, comme le montre encore l’exemple du seigneur de Copponex, François Collomb de Battine. Véritable tyranneau local qui terrorise la population, il est poursuivi devant le Sénat pour coups et blessures en 176821. L’année suivante, il est arrêté par le châtelain d’Avully, en territoire suisse. Enfermé dans une grange, il est libéré par un commando d’une dizaine d’hommes venus de la Savoie. Loin d’approuver l’action, le Sénat instruit une procédure criminelle. Le motif d’inculpation est : « Complot pour l’enlèvement d’un prisonnier en pays étranger. » Neuf d’entre eux sont finalement condamnés à la peine de la chaîne pour une durée de trois mois à un an. Collomb de Battine finit ses jours en prison à Genève. Il y meurt en 1791 après 14 ans de détention.

Une situation aggravée par les calamités

23Les fléaux qui touchent toute l’Europe n’épargnent pas la Savoie, désavantagée par des conditions naturelles particulièrement rudes et perçue comme une contrée frustre, à l’écart de la modernité.

24Les douze années de guerres sur le sol du duché et les deux occupations totales par la France, en 1600 et 1630, ont entraîné dévastations et pillages, tandis que les épidémies de peste se succèdent. La Savoie est particulièrement touchée dans les années 1560-1640, l’épidémie la plus meurtrière se produisant de 1629 à 1632. L’inquiétude des autorités se lit dans un procès attenté pour négligence à un châtelain de Châtelard-en-Bauges, Pierre Mugnier, qui n’a pas respecté les recommandations d’Antoine Figon, secrétaire général du Conseil de la santé. La liste des exigences en dit long sur la gravité de l’épidémie telle que la perçoivent les contemporains :

  • tuer les chiens et les chats ;
  • consigner dans un premier temps les pestiférés dans les maisons et leur interdire de sortir sous peine d’une amende de 100 livres et d’être « arquebusés » ;
  • rejeter les personnes contaminées au-delà de la rivière avec interdiction de s’éloigner des huttes de plus de 20 pas ;
  • élever des barricades sur les grands chemins ;
  • les faire garder de jour comme de nuit ;
  • désinfecter les objets avec du vinaigre puis les jeter « dans les braises ardentes » ;
  • faire passer le bétail 7 ou 8 fois « à travers d’une rivière abondante en eau22 ».

25Au chapitre des dépenses destinées à juguler la contagion, on trouve, dans les livres de compte de Pierre Mugnier, 40 livres de soufre à 2 florins la livre et 5 livres d’encens à 8 florins la livre. Après 1640, le danger semble écarté, le duché n’étant pas atteint par la peste venue de Provence en 1720.

  • 23 Ibid., B0 6597, 1707-1708, Samoëns.

26S’y ajoutent les calamités naturelles qui prennent une tournure spécifique dans un pays alpin et entraînent des disettes. L’économie de subsistance qui caractérise la Savoie rend les données physiques particulièrement contraignantes. Les populations, mais aussi les autorités, n’ont pas les moyens de contrecarrer les effets d’un environnement montagnard hostile. Une procédure de 1707-1708 suffit à le montrer. À six heures du soir, le 26 février 1707, un nommé Desmillières est blessé mortellement d’un coup de fusil tiré par Joseph Veisy et son frère. L’affaire ayant été portée devant le Sénat, le lieutenant de justice, accompagné d’un huissier et de trois soldats de justice à pieds, se rend à Samoëns le 14 février 1708 pour arrêter les coupables. Ils veulent emprunter le chemin de Megève, mais ne le trouvent pas à cause de « la grosse quantité de neige qu’il y avoit ». Ils essuient ensuite quatre jours de pluie sans discontinuer et évoquent dans leur rapport le « grand danger de péril par la grande inondation des eaux et par la grosseur des rivières » qui les obligent à de nombreux détours. À Combloux, il leur est impossible de passer sans guide, la neige atteignant le cou des chevaux, selon leurs dires. Ils parviennent enfin à Megève malgré le froid qui les met « hors d’estat de passer outre ». À Flumet, la neige est encore plus abondante et les chemins impraticables, « particulièrement à un lieu nommé les pierres d’Héry, d’où nous eûmes une très grande peine de tirer nos chevaux du bourbier, craignant même un précipice qui s’y rencontre, les chemins estant fort estroit23 ». Le procureur général, excédé, dénonce l’impunité du crime perpétré en avançant quelques explications : « Les officiers du lieu n’ont faits aucunes informations, soit parce que leur authorité est peu cogneue dans ledit endroit, soit parce que les témoints scavants du fait ne veulent déposer s’aidant les uns les autres à couvrir leurs iniquités, soit à cause de l’éloignement de la justice du Sénat qui rend les habitants dudit lieu plus audacieux, à mesure des séditieux ». Même si ces officiers exagèrent, l’impuissance de la justice, instrument privilégié du pouvoir central, est flagrante.

  • 24 Geoffrey Parker, Europe in crisis, 1598-1648, Brighton, The Harvester Press, 1980, p. 21.

27Or, le petit âge glaciaire, qui se caractérise par des hivers plus rudes et des étés plus frais et plus humides, fait alors sentir ses effets. La crue des glaciers atteint des niveaux records, « extending farther than any time since the last major glaciation, 15 000 years before24 ». L’abaissement de la température moyenne d’un ou deux degrés qui en résulte aggrave les aléas habituels du climat montagnard. La vallée de Chamonix est particulièrement concernée. Le premier septembre 1560, une grande quantité de neige recouvre les récoltes de blé, de fèves et de chanvre ; les vaches sont coincées dans les alpages. En 1639, le procureur de Chamonix s’adresse à la Chambre des comptes de Chambéry pour obtenir un allègement des impôts :

  • 25 A.D.H.S., série E dépôt Chamonix, HH5.

« Dès environ douze ans en caz, la treiziesme partie des meillieurs et plus précieux fondz de la paroisse de Chamonix se treuve avoir esté inondé et soubmergé par le débordement d’eau ont été tellement furieuses que les suppliants sont en espérance que jamais lesdictes terres puissent estre remises et cultivées25... »

  • 26 Ibid., 1643.

28Sur ordre du Sénat, une enquête est menée par sept « preudhommes » qui constatent « estre perdue et ruinée la cinquiesme part des biens de laditte paroisse26 ». Le 4 mai 1644, l’évêque, accompagné de 300 personnes, doit bénir les cinq grands glaciers que les touristes admirent de nos jours, mais qui menacent alors les habitations :

  • 27 Ibid., 1644.

« Au lieu dict le Boye sur le village duquel lieu est imminent et menassant de ruyne totale ung grand et espouvantable glacier poussé du hault de la montagne où nous avons faict la bénédiction solennement [...] puis en continuation à une lieue des là, avons de mesme bénit ung glacier tout proche du village l’Argentière, puis ung aultre demy lieue encore ung aultre horrible glacier sur le village dict La Tour et ce jourdhuy nous avons avec la mesme solennité bénit ung quattriesme et cinquiesme glacier au lieu dict de Bossons27. »

  • 28 Ibid., 1664.
  • 29 Geoffrey Parker, op. cit., p. 21.

29Vingt ans après, les Chamoniards se plaignent d’une nouvelle crue, ajoutant « qu’il y a aussi plusieurs torrens et ruisseaux quy par leurs desbordements et ravages inondent si fortement les possessions que l’on diroit y avoir quelque maléfice28 ». Selon G. Parker, la période la plus rude se situe entre 1640 et 166029.

  • 30 A.D.S., B0 374, 1548-1551.
  • 31 À l’origine notaire de la curie, le curial est chargé de conduire les interrogatoires lors de caus (...)
  • 32 A.D.S., B0 374, 1548-1551.
  • 33 Ibid., Il s’agit de la ville de Bonneville.

30Dans une certaine mesure, les particularismes et la tradition communautaire s’en trouvent consolidés ou au moins préservés. Les conditions de circulation, dans un pays montagneux, aggravent encore l’éloignement et font de chaque village une périphérie difficile à conquérir. En 1548, vers la fête de Saint-Martin, Pierre Moctier, aidé de complices, tue Pierre Folliguier des Nants, hameau de Chamonix30. Le dimanche 5 décembre, le curial31, Guillaume de la Ravoyre, parvient à l’arrêter et veut le conduire en lieu sûr. Mais, en chemin « seroient venus dame Pellicier et consorts accompagnés de grand multitude de peuple pourtans armes qui hauroient osté ledict prisonnier par force des mains de la justice disants qu’on ne le debvoyt prendre ni constitué prisonnier dedans le cymetière de l’église attendu qu’il estoyst en franchises32 ». Aux prétentions de la justice, la communauté oppose ses privilèges et n’hésite pas à utiliser la force, obligeant le curial, bien seul, à battre en retraite. L’instruction ne reprend qu’en février 1551, trois ans après les faits. Le curial est accusé de ne pas avoir tenté une nouvelle arrestation. Un notaire est envoyé pour vérifier la véracité de la « force et viollence par ledict curial alléguée ». Mais l’affaire traîne, car personne ne veut se « transporter de la bonne ville au lieu de Chamonix33 ». Finalement, en juillet 1551, Claude de Janniller, « bachellier en loix », finit l’instruction et propose, dans son réquisitoire, la condamnation d’Aymé et Jean Pellicier à une amende honorable. Emprisonnés, les accusés récusent les témoins et dénoncent les irrégularités de la procédure. Ils affirment qu’ils auraient dû être « eslargi moyennant caution suivant leurs franchises et libertés et néanmoings hauroient estés détenus prisonniers par long espace de temps ». Le procès est porté en appel devant le parlement de Chambéry, irrité par la longueur de l’information et les erreurs commises par les juges subalternes. Pour leur défense, ces derniers font remarquer à la cour les difficultés auxquelles ils sont confrontés, « attendu l’ostérité dudict lieu qui est entre montaignes au plus hault auprès des glaciers, auquel l’on ne se trouveoyt homme gradué qui volut aller demeurer ». « N’estant en lieu commode », ajoutent-ils, l’affaire a été jugée « contre toute disposition de droict ».

31Les obstacles à l’exercice de l’autorité sont bien résumés par ce procès, qui se situe au début de la période. La centralisation judiciaire réussit à modifier quelque peu le rapport de forces, surtout à partir de la seconde moitié du XVIIe siècle. Néanmoins, la tradition communautaire résiste.

  • 34 Max Bruchet, La Savoie d’après les anciens voyageurs, Annecy, Imprimerie Hérisson frères, 1908. La (...)
  • 35 Ibid., p. 173.
  • 36 Cité par Arlette Farge, La Vie fragile. Violence, pouvoirs et solidarités à Paris au XVIIIe siècle (...)

32Dans de telles circonstances, la pauvreté n’en est que plus visible et ne manque pas d’interpeller les nombreux voyageurs, certains illustres, qui traversent le territoire. Un huguenot français, qui passe par Modane en 1568, voit un « peuple rude et grossier et pauvre pays34 ». Seul Chambéry trouve grâce à ses yeux. Quelques années plus tard, alors que les méfaits de la guerre ont épuisé les habitants, le voyageur Simon Contarini affirme en 1601, année du traité de Lyon, que les Savoyards envient les sujets du roi de France en raison des charges écrasantes et continuelles établies par leur duc. Selon lui, même les privilégiés sont pauvres et beaucoup de gentilshommes n’ont pas 3 à 400 florins de revenu. Au début du XVIIe siècle, lors d’un premier voyage qu’il fait à 30 ans, l’Anglais Coryate s’étonne des toits de Chambéry construits en tavaillons et des carreaux des fenêtres en papier. Il ajoute : « On voit beaucoup d’enflures parmi les Savoyards », dues selon lui à l’eau de fonte35. La plupart des voyageurs confirment l’existence répandue des goitres. Sébastien Locatelli, prêtre bolonais qui traverse les Alpes en mai 1664 parle lui aussi d’une « misère sordide ». Tous les voyageurs s’accordent sur la rudesse du milieu physique et la noire pauvreté des populations, qui alimentent nombre de préjugés négatifs. À la fin du XVIIIe siècle à Paris, une femme lance à son mari, dans la chaleur de la dispute, qu’elle « le fera cocu serait-ce avec un savoyard36 ».

33Pourtant, aucune grande jacquerie ne vient remettre en cause l’ordre établi. La seule révolte d’importance n’est pas le fait du peuple, mais des princes de sang qui s’opposent à leur frère, le duc Victor-Amédée Ier et contestent son épouse, devenue régente en 1637. Le mémorialiste Samuel Guichenon caractérise ainsi la situation en 1633 :

  • 37 Samuel Guichenon, Histoire genealogique de la maison royale de Savoye, Roanne, éditions Horvath, 3 (...)

« Mais lors que le Piemont paroissoit estre dans le repos, & commençoit à respirer après tant de calamités, & que son Altesse Royale s’attachoit entierement à reparer les desordres que la guerre avoit fait dans ses Estats, & à soulager ses sujets accablés sous le faix des miseres passées ; l’on vid naistre dans la famille de son Altesse Royale une division qui, quoy que legere au commencement, & de peu de consequence en apparence, fut si funeste par sa suite, que l’Estat en demeura long-temps ébranlé37. »

34Plus loin, il considère que cette contestation virulente des prérogatives de la régente, au moment où la France de Richelieu se montre agressive en Italie et presse le duché de s’abandonner à elle, a failli causé sa perte :

  • 38 Ibid., p. 917.

« Neantmoins l’ambition du commandement qui est naturelle à tous les Princes, & la division de la famille royale, armerent les Sujets conte leur Souverain, attirerent les François et les Espagnols en Italie, & causerent tant de maux & de desastres à cét Estat, que l’on peut conter pour un miracle qu’il n’ayt pas succombé sous le faix de tant de ruines & de miseres38. »

  • 39 Ibid., p. 977.

35Dès 1633, le prince cardinal Maurice, alors à Rome, se déclare partisan de la maison d’Autriche tandis que son frère, le prince Thomas, rejoint ouvertement le camp espagnol, au grand dam du duc qui privilégie l’alliance française. À la mort de celui-ci en 1637, la contestation prend l’allure d’une guerre civile. Les princes se révoltent contre la régente Christine de France, dite Madame Royale, sœur de Louis XIII, qui doit dans le même temps résister aux exigences de Richelieu. Le prince Thomas réussit à se rendre progressivement maître du Piémont et s’empare de Turin en 1639, contraignant Madame Royale à trouver refuge à Chambéry. Après bien des péripéties et des tergiversations, un compromis est finalement trouvé le 14 juin 1642. La confiance n’est cependant pas de mise. En 1648, la publication d’un almanach contenant « des predictions de changements tragiques, de disgraces & chatiments de Ministres, & mesme de la mort de S. A. R. sous mots couvers39 » implique un religieux de l’ordre de St Bernard et deux complices qui ont été au service du Prince Thomas. Ce dernier n’est pas mêlé à ce que Guichenon appelle une conspiration, mais cette affaire de magie est révélatrice du climat délétère qui règne alors. Finalement, moyennant quelques concessions, les intérêts de Charles-Emmanuel II sont préservés. La seule guerre civile de l’histoire savoyarde s’achève. Il a fallu plus de dix ans.

  • 40 René Favre de La Valbonne, Le Bien public pour le fait de la justice, Annecy, 1646.

36Mais, l’autorité de la régente reste très fragile. Aux agissements de ses beaux-frères s’ajoute une opposition parlementaire qui se cristallise lors de la parution du livre du sénateur René Favre de la Valbonne40, fils du célèbre juriste Antoine Favre.

  • 41 Ibid., p. 104.
  • 42 Ibid., p. 114.

37En 1646, le Sénat refuse d’accepter en son sein un dénommé Trichard, choisi par la régente. En lui annonçant la décision de la cour, le premier président, d’Oncieu, l’informe par la même occasion de la saisie du livre de Favre de la Valbonne. Le Sénat juge le livre outrageant à son égard et attentatoire aux édits ducaux. Or, la régente l’a préfacé, ce qui vaut en principe approbation et le dispense de la censure. Loin de se soumettre, le Sénat ouvre une procédure et fait même procéder à l’incarcération de Favre de la Valbonne. D’Oncieu fait valoir à Madame Royale qu’en qualifiant les sénateurs de « larrons publics, ignorants, sots, muets, hebetés, & de tirannique coustume41... », l’ouvrage risque de ternir la réputation de la souveraine et compromettre sa diplomatie. Ses ministres risquent d’être « injustement censurés dans les cours & provinces estrangieres », ajoute-t-il habilement. Or, la situation diplomatique est pour le moins difficile. Favre de la Valbonne est finalement désavoué, son livre « biffé & laceré au Greffe criminel de ceans, avec injonction que luy sont faites d’i rapporter tous les exemplaires42 ».

  • 43 Roger Devos, Bernard Grosperrin, op. cit., p. 34-35.
  • 44 Ibid., p. 148.
  • 45 Jean Nicolas, op. cit., t. 1, p. 12.

38Les effets de toutes ces difficultés sont difficilement évaluables. On comprend mieux pourquoi les sources sont lacunaires pour la première moitié du XVIIe siècle. Sur les bases du recensement de 1561 pour la gabelle du sel, Roger Devos estime la population savoyarde entre 400 000 et 450 000 habitants, dans les limites des deux départements actuels, ajoutant que « la Savoie atteint alors un maximum démographique qui ne sera dépassé qu’au XIXe siècle43 ». En 1635, un « recensement des mâles pour la milice » permet une comparaison avec celui de la gabelle du sel pour une vingtaine de paroisses. Les résultats doivent donc être considérés avec circonspection. Ils indiquent une diminution de la population d’environ 35 %44. En 1700, les pertes n’ont pas été récupérées puisque l’hypothèse de 320 000 habitants est retenue par Jean Nicolas45. Aux maux décrits s’ajoutent les effets de l’émigration qui s’amplifie au XVIIe siècle. Cependant, si celle-ci puise dans les forces vives du duché, elle présente aussi l’avantage d’apaiser les tensions sociales et d’enrichir certaines paroisses de montagne. Sans doute est-elle une des explications au relatif calme des campagnes, à la différence de la France marquée par les révoltes populaires de plus grande ampleur.

Délimitation d’un territoire

39Paradoxalement, le duché de Savoie ne disparaît sous l’effet des forces centrifuges qui viennent d’être décrites. En développant une politique de nature absolutiste, ses souverains successifs ont assurément contribué à en faire un territoire, au sens d’espace approprié délimité par des frontières. Parmi eux se détachent les personnalités d’Emmanuel-Philibert (1550-1580) et Victor-Amédée II (1675-1730). Sous le règne du premier sont mis en place les principaux organes de gouvernement, notamment le Sénat et la Chambre des comptes. Victor-Amédée II parachève l’organisation du duché en menant une politique autoritaire. Mais leur œuvre est maintenant bien connue.

40L’accent est plutôt mis ici sur le processus d’appropriation de l’espace et sur le facteur d’unité culturelle que représentent la religion et l’art baroque.

L’appropriation de l’espace

  • 46 Charles-Emmanuel Deville, op. cit., Chambéry, 1674, p. 2.

41Dans les années 1657-1658, Le duc donne l’ordre d’établir le plan de toutes les villes du Piémont. En 1672, la commande est étendue à la partie savoyarde du duché. Dans son livre, Deville s’en fait l’écho, louant les réalisations de Charles-Emmanuel II avec emphase. Ne s’est-il pas efforcé de « maintenir la paix dans ses Estats, au milieu des combustions de toute l’Europe ; de fortifier ses places, d’agrandir ses villes, & d’aplanir les montagnes en faveur du commerce, avec des magnificences qui font honte à l’ancienne Rome46 » ?

  • 47 Anne Weigel, http://www.sabaudia.org/v2/dossiers/theatrum/scientifique16.php, p. 16.

42La régente Marie-Jeanne Baptiste n’est pas en reste et poursuit le même objectif. En même temps qu’elle encourage l’activité réglementaire, elle œuvre à l’exaltation de la maison de Savoie. Elle demande à Tommaso Borgognio (1620-1691) de réaliser une immense généalogie de la dynastie savoyarde depuis Bertold en l’an 1000 jusqu’à Victor-Amédée II. On ne peut pas affirmer plus nettement la légitimité de la maison de Savoie après une époque troublée. Elle fait inscrire son nom au frontispice de l’œuvre. En 1681, le même artiste avait confectionné une immense carte de Savoie, toujours visible au musée savoisien de Chambéry. En 1682, les graveurs Blaeu d’Amsterdam lui livrent deux volumes en latin, le Theatrum Sabaudiae qui rassemble dessins, portraits et commentaires célébrant la Maison de Savoie. Cinq éditions destinées à un public plus large paraissent entre 1693 et 1725 : trois parutions néerlandaises (1693, 1697 et 1725), deux françaises (1700 et 1725). La principauté y est présentée comme prospère. Les origines antiques et médiévales sont mises en relief ; les campagnes sont riantes. Selon Anne Weigel, cette vision idéalisée a pour objectif « d’exalter le berceau de la dynastie des Humbertiens47 », de glorifier la dynastie savoyarde afin d’obtenir le titre de roi tant convoité. Sans doute, mais elle concourt aussi à restaurer l’autorité ducale, à établir la cohésion du territoire après une période pour le moins troublée.

  • 48 Gaspard Bally, Recueil des édits et reglement de Savoye. Depuis Emmanuel-Philibert, jusques à prés (...)
  • 49 Joël Cornette et Henri Méchoulan, L’État classique, 1652-1715, Paris, Vrin, 1996, p. 25.

43Après 1650, l’État reprend l’initiative. La politique de prestige menée par Charles-Emmanuel II rappelle, toutes proportions gardées, celle de Louis XIV. Sa résolution de construire un réseau routier fiable répond certes à des objectifs économiques, mais s’accompagne aussi d’une volonté de contrôle social. Le 20 décembre 1655, un édit est placardé « aux lieux habituels », stipulant que chaque communauté doit non seulement entretenir les grands chemins, mais encore fournir une escorte de vingt hommes armés à qui le demande48. Quant au Theatrum Sabaudiae, il participe d’un besoin d’informations qui présente bien des analogies avec la décision de Louvois, après 1668, de constituer une série de plans-reliefs des villes de France, miniaturisation de la réalité matérielle du royaume pour mieux l’appréhender49.

  • 50 Mis de Lannoy de Bissy, L’Histoire des routes de Savoie, Chambéry, 1930, p. 182.

44L’appropriation du territoire passe aussi par une politique routière ambitieuse et volontariste, initiée par Charles-Emmanuel II. En 1667 les travaux d’amélioration de la route du Pont-de-Beauvoisin à Saint-Jean-de-Maurienne sont relancés. Elle est élargie pour faciliter la circulation des charrettes. Le tracé choisi, par les Échelles, obligent les ingénieurs à « faire sauter à la poudre 13 000 m3 de rocher, construire 6 000 m3 de maçonnerie, damer et régulariser la rampe, établir des cunettes, des canaux et des parapets50 ». L’architecte François Cuénot est responsable de la construction de plusieurs ponts en pierre. En 1665, il dirige la construction d’un pont sur l’Arve à Étrembières. En même temps, il termine les travaux de deux nouveaux ponts sur l’Isère, à Montmélian et à Fréterive.

  • 51 Les cartes exploitées sont celles de l’ouvrage d’Étienne Bourdon, Le Voyage et la connaissance des (...)

45Un autre indice de cette « mise en territoire » se manifeste à travers la cartographie de la Savoie. Il est significatif que les relevés de la carte de Savoie réalisée par Tommaso Borgognio aient commencé dès 1673, un an après la fixation de la frontière avec le Dauphiné. Grâce au tableau ci-dessous, il est possible d’en déterminer les grandes étapes. Les chiffres proposés sont approximatifs, le comptage des localités cartographiées51 s’avérant difficile, mais ils donnent des indications sur les moments forts lors desquels elles sont répertoriées.

Localités

1492-1590

1590-1650

1650-1713

Chablais

4

80

19

Faucigny

3

34

55

Genevois

1

16

61

Savoie propre

Une dizaine

11

Véritable pullulement

Maurienne

16

12

Environ 65

Tarentaise

2

8

Plus d’une centaine

Tableau I. – Progrès de la cartographie des lieux entre 1492 et 1713.

46La seconde moitié du XVIIe siècle se caractérise par une augmentation significative du nombre de lieux cartographiés, en comparaison avec les périodes précédentes. Pour la Savoie propre, c’est-à-dire la région de Chambéry, il s’est avéré impossible de les compter, tant elles sont nombreuses. Pour la période 1590-1650, le nombre élevé de localités cartographiées dans le Chablais correspond aux missions de Saint François de Sales, et plus généralement, à la reconquête catholique d’une région passée au protestantisme.

  • 52 Volume Bally, édits ducaux, op. cit., p. 505.
  • 53 Daniel Nordmann, Frontières de France, de l’espace au territoire, XVIe-XIXe siècle, Paris, Gallima (...)
  • 54 Ibid., p. 11.

47Ajoutée aux arrêts qui régulent les relations avec Genève, la politique routière et cartographique renforce le processus de territorialisation. Au même moment, un long édit ducal retrace avec force détails la fixation de la frontière avec le Dauphiné (1672). Il s’intitule : « Teneur de reglement et articles du Roy pour les confins entre la Savoye & le Dauphiné52. » En 1576, un acte de délimitation entre le Dauphiné et la Savoie avait déjà été établi, mais il ne figure dans aucune des compilations réglementaires consultées. En outre, fait remarquable selon Daniel Nordmann53, en 1672 une carte aurait été dressée pour l’occasion. En fait, Charles-Emmanuel II s’en remet à Louis XIV pour résoudre la question des « limites de Belle Combe & Chaparellan en Dauphiné, & d’Appremont, Fransin & des Marches en Savoye ». Pour autant, le duc de Savoie a son mot à dire. Comme l’écrit Daniel Nordmann : « Il faut dans tous les cas une convention, une décision, commune à tous les voisins intéressés, pour que la frontière, perceptible dans paysage, soit enfin acceptée comme telle54. » En voici le contenu :

  • 55 Volume Bally, op. cit., édits ducaux, p. 506-507.

« Que la voye montagniere qui faisoit separation des mandemens de belle Combe & d’Appremont commencera à la cime de la Montagne de Grenier, tirant droit à l’endroit où estoit cy-devant la Croix d’entremont, dans le bois de la serre, au-dessus de la ruine, laissant le prez de l’Echau du costé de Savoye ; auquel endroit il sera planté une borne dans laquelle du costé de belle Combe, seront gravées les armes du Dauphiné, & du costé d’Appremont celles de Savoye, que de cet endroit ladite voye montagniere continuera, & descendra à droite ligne au molard du Colombier, & dud. Molard, droit au roch, appellé Pierre Archer, qui demeurera la part du Dauphiné : & que depuis lad. Croix d’entremont jusqu’audit Pierre Archer, il sera planté des bornes pareilles à celles cy-dessus, de distance en distance de celle-cy.
Que dudit Pierre Archer il sera tiré une ligne droite jusqu’au coing du bois de Bassuie ; appelé Musard, à la teste du prés Paschalis, conformément au Reglement provisionnel, de mil cinq septente six, lequel demeurera definitif, bien entendu que le grand sac appellé le sac de Mery, dont le tiers, suivant cet alignement et ledit Reglement de mille cinq cens septante six, devoit demeurer du côté de Savoye, sera reputé à l’avenir estre entierement du Dauphiné : le long de laquelle ligne il sera aussi planté des limites de distance en distance.
Et quand à la prairie des Mortes que directement au milieu d’icelle, entre le pont de Glandon & Lorme, & des Mortes, il sera posé une borne, qui servira de limite : de laquelle borne il sera tiré deux lignes droites, l’une du côté de la riviere d’izère qui finira à ladite riviere, & l’autre du côté qui regarde le bois de Bassuie, laquelle finira au bout de lad. prairie & aboutira aux terres qui devoient demeurer du costé de la Savoye par led. traité provisionnel, que du bout de lad. ligne, il en sera tiré une jusqu’à la borne qui sera plantée à la teste du prés Paschalis : & que ce qui sera en deçà desd. lignes de Chaparrellant & belle Combe, sera reputé de Dauphiné, & ce qui sera en delà desdites lignes sera de la Savoye, bien entendu que le Fort bâty par le Comte Aymond en l’endroit où il estoit, demeurera dans la partie de la Savoye ; le long desquelles lignes, il sera pareillement posé des bornes de distance en distance55. »

  • 56 Voir Daniel Nordmann, op. cit., p. 129.

48Le tracé de la frontière est élaboré en trois grandes étapes : du sommet du Mont Granier à une pierre appelée Archer ; de cette pierre au bois de la Bassuie ; du milieu de la prairie des Mortes à l’Isère d’une part et au bois de la Bassuie, d’autre part. Les repères choisis sont topographiques et physiques, des lieux précis sont identifiés, entre lesquels des lignes sont tirées. Les appellations locales sont omniprésentes. Parmi les quatre modèles frontaliers déterminés par Daniel Nordmann56, on reconnaît le modèle pyrénéen/alpin. Malgré le relief accidenté, une forme de spatialité constituée de lieux et de lignes se dessine. Elle repose sur la volonté de simplifier la réalité géographique en construisant un territoire géométrique. Elle s’appuie sur le précédent de 1576 et, vraisemblablement, sur une carte, car le tracé est proposé a priori et non après des relevés sur le terrain pour déterminer sa faisabilité. En même temps, la région concernée est un « confins », au sens d’espace encore flou, en grande partie indifférencié. Car l’édit de 1672 ne concerne qu’une partie de la frontière Sud, celle qui court du Mont Granier à l’Isère. À l’Est de la rivière, elle est déjà fixée et ne pose pas problème. Or, la deuxième moitié du XVIIe siècle inaugure une nouvelle forme de territorialité caractérisée par la régularisation systématique des confins :

  • 57 Ibid., p. 526.

« À la filiation des titres, qui laissent subsister de larges béances spatiales, fait suite le compromis géographique, qui sécrète un territoire constitué d’unités microscopiques contiguës, continues et tout d’un tenant du point de vue macroscopique57. »

49En articulant tracé rectiligne et régularisation des confins, se constitue de proche en proche une frontière ininterrompue.

  • 58 Volume Bally, Édits ducaux, op. cit., p. 511.

50Reste à l’inscrire physiquement dans le paysage. Le duc ordonne à ses deux conseillers d’État d’exécuter l’édit et aux deux chambres, le Sénat et la Chambre des Comptes, de l’entériner, ce qui est fait le 13 août 1672. Sa matérialisation nécessite le concours de nombreux agents qui se mettent au travail le 17 octobre. Un procès-verbal de huit pages détaille leurs procédures et les difficultés rencontrées. Du 17 octobre au 8 novembre, les arpenteurs commencent par établir la ligne qui va de la prairie des Mortes au Mollard du Colombier. Ensuite, pendant deux semaines, jusqu’au 22 novembre, ils font marquer tous les endroits où doivent être implantées des bornes dans des trous de la profondeur d’un pied et demi, à « l’exception de ceux qui se sont rencontrés au lieu appellés les habismes qui n’ont aucuns confins ny denomination particuliere d’aucuns possesseurs58 ». En attendant les bornes, ils y font planter des piquets tenus par des pierres. Du 22 novembre au 3 décembre, ils fixent la limite entre le Mollard du Colombier et la croix d’Entremont.

  • 59 Ibid., p. 516.

51Le procès-verbal donne des informations précises sur les techniques employées. Les Français utilisent le compas tandis que les Savoyards préfèrent le cordeau. Du 4 au 15 décembre, la commission contrôle tous les piquets plantés. Pour indiquer les lignes droites, les bornes sont des pierres taillées « en long-quarré ». Elles sont taillées en angle pour « faire connoistre les flections59 ». Le rapport est envoyé aux cours le 15 juin 1673.

  • 60 Ibid., p. 511.
  • 61 Voir René Deblache, « La frontière de 1672 dans les environs de Montmélian », L’Histoire en Savoie (...)

52Au détour du rapport, quelques phrases évoquent les obstacles auxquels a été confrontée la commission. Certains sont dus à la configuration du terrain montagneux, que l’ordonnance de Saint Germain du 27 avril 1672 ne pouvait pas prendre en compte. Ainsi a-t-il été impossible de mesurer les distances en haut du Colombier, ni au compas ni au cordeau, « tant à cause de l’inaccessibilité des lieux, que de la quantité des bois, épines, precipices & autres marests, qui se sont rencontrés sur ladite ligne60 ». Mais l’obstruction principale vient des populations elles-mêmes. Elle tient essentiellement à une pratique de l’espace qui n’est pas en adéquation avec le projet territorial étatique. Le décalage conceptuel est contenu dans les remarques incidentes des agents royaux et ducaux qui déplorent « la contrarieté des indications faites par les habitans desdites Communautés, tant de Dauphiné que de Savoye » ou la disparition d’un des deux gros chênes du pré de Paschalis, « brûlé par les Bergers menant paistre leur bestail à ladite prairie ». Certes, l’entreprise d’arpentage suscite méfiance et mauvaise volonté chez les paysans, mais elle est aussi étrangère à leur univers spatial. Les autorités veulent mettre en mots, en points et en lignes un espace que les communautés pratiquent empiriquement, sans avoir besoin de le dire. À un territoire formalisé et figé, elles opposent un territoire vécu et fluctuant. Aussi n’est-il pas étonnant que les piquets et les bornes disparaissent comme le constate la commission lors de la tournée d’inspection. Au-delà d’une opposition sourde, l’intrusion de la conception étatique du territoire attise les litiges agraires et les revendications, au point que toutes les bornes sont arrachées vers le milieu du siècle suivant61.

Un territoire baroque

53Le territoire n’est pas seulement un espace approprié, matérialisé par des limites. Le sentiment d’appartenance en est aussi une composante essentielle. Est-il repérable dans la Savoie moderne ? En 1581 déjà, Montaigne, lors d’un voyage, notait le culte du pays natal et l’admiration que les Savoyards vouaient à leur duc. La préservation et la défense de la confession catholique, qui s’expriment notamment à travers l’art baroque à partir de la seconde moitié du XVIIe siècle, participent à la construction de l’État savoyard en lui donnant une certaine unité culturelle, au-delà des particularismes.

  • 62 Voir sur ce sujet Hubert Wyrill, Réforme et Contre-Réforme en Savoie, 1536-1679, Lyon, Réveil Publ (...)

54Si les circonstances et les choix diplomatiques des ducs varient au cours de la période, il existe dans le domaine religieux une remarquable continuité qui se traduit par un travail de fond visant à enraciner la foi catholique dans le cœur des Hommes. Dès la fin du XVIe siècle, les canons du concile de Trente sont mis en œuvre par l’évêque d’Annecy, Claude de Granier (1578-1602), qui promulgue des Constitutions synodales. Son successeur n’est autre que François de Sales, évêque de 1602 à 1622, qui emploie des méthodes persuasives, veille à la qualité du clergé, visite chacune des paroisses de son diocèse et enseigne lui-même le catéchisme aux enfants d’Annecy. Son œuvre est poursuivie par son frère puis son neveu, qui lui succèdent à l’évêché d’Annecy-Genève. Dans les campagnes, les capucins, qualifiés par Denis Richet de « piétaille de la Contre Réforme », labourent le terrain. Par des mises en scène impressionnantes, ils s’efforcent d’emporter l’adhésion des foules. Ainsi en est-il des fameuses cérémonies des Quarante heures. Du 7 au 9 septembre 1597, le Père Chérubin en organise une à Annemasse, en présence de François de Sales. Environ 30 000 personnes participent aux fastes du culte catholique qui mettent en valeur le Saint-Sacrement. Une église est érigée en plein air, ornée de magnifiques tapisseries et d’argenterie. Une grande croix recouverte de fer blanc, fabriquée à Annecy, est dressée face à Genève62. Plus discrets, les barnabites et les lazaristes n’en sont pas moins efficaces, n’hésitant pas à séjourner des semaines voire des mois entiers auprès des plus pauvres des campagnes et des villes. Dans ces dernières, la première moitié du XVIIe siècle est marquée par la création de nombreux ordres religieux nouveaux. Après 1650 l’élan régulier s’essouffle, mais le relais est pris par des évêques réformateurs qui s’inscrivent dans le droit fil de leurs illustres prédécesseurs.

  • 63 Voir Monique Fillion, « Bienheureux Pierre Fabre (1506-1546) : pèlerin et missionnaire dans l’Euro (...)
  • 64 Christian Regat, L’Hôtel de Bagnoréa, Académie Salésienne, Annecy, 2004, p. 11.

55Le duché de Savoie entretient en outre des liens privilégiés avec Rome. On note la présence de Savoyards à la cour pontificale ou dans les instances de la Contre-Réforme. Lors de l’acte de naissance de la compagnie des Jésuites sur la colline de Montmartre, le 15 août 1534, Ignace de Loyola est entouré de six compagnons, dont Pierre Favre, premier prêtre jésuite ordonné. Né au Villaret en 1506, près du Grand-Bornand, Pierre Favre participe ensuite au concile de Trente et meurt à Rome en 154663. Après lui, d’autres compatriotes se rendent à Rome, comme les de Regard. Le fils aîné, Janus, est prévôt de la cathédrale Saint-Pierre de Genève dans les années 1530, ce qui le place en deuxième position dans la hiérarchie ecclésiastique, juste après le Prince-évêque. Son frère cadet, Gallois de Regard, est à son tour nommé chanoine du même chapitre, vraisemblablement après son ordination en 1535, avant d’être appelé à la cour pontificale en 1555, au moment où la papauté est renforcée. « Il y reçut les charges de procureur des Contredictes, dataire, référendaire de la Double signature, et premier théologien du pape. Il portait en outre les titres de familier et commensal perpétuel du souverain pontife64. » Il est aussi chanoine de Saint-Pierre de Rome et devient de fait un familier des papes Paul IV (1555-1559) et surtout Pie IV (1559-1565), au cœur de l’effervescence tridentine, fréquentant aussi bien Michel Ange, que Philippe Neri, fondateur de l’Oratoire, ou encore Charles Borromée, qui incarne le modèle du parfait prélat tridentin. Tout en continuant de résider à Rome, Gallois de Regard est ensuite nommé évêque de Bagnoréa en 1563. En 1568, il renonce à toutes ses charges à la cour pontificale et transmet sa stalle de chanoine à son frère aîné, Janus, qui la conserve jusqu’à sa mort en 1572. De retour à Annecy en 1570, il se fait construire un hôtel particulier dans la rue Sainte-Claire, appelé à devenir la résidence d’Antoine Favre, puis des évêques d’Annecy, et une maison des champs à Clermont pour y séjourner l’été. Loin de se retirer de la vie publique, il participe à la vie religieuse et politique du duché en se rendant utile au duc et au nouvel évêque de Genève en tant qu’évêque auxiliaire. Emmanuel-Philibert l’honore d’ailleurs du titre de gentilhomme ordinaire de sa Chambre. Ces deux exemples démontrent l’existence de relais, voire de réseaux romains sur lesquels pouvaient s’appuyer les ducs de Savoie, dont les intérêts et les convictions étaient d’être d’intelligence avec la cour pontificale.

  • 65 Dominique Peyre (dir.), Savoie baroque, Montmelian, La Fontaine de Siloé, F.A.C.I.M., 1998, p. 116
  • 66 Marie-Agnès Robbe, Les Retables de bois sculpté en Tarentaise aux XVIIe et XVIIIe siècles, Chambér (...)
  • 67 Ibid.

56Le tableau serait incomplet sans la dimension artistique qui prend en Savoie la figure de l’art baroque. Quoi de plus persuasif que cet art visuel ? Les populations pouvaient-elles rester insensibles aux ors, angelots, colonnes torses qui se dévoilaient à elles au fond du chœur dès qu’elles franchissaient la porte de l’église ? Dans le duché de Savoie, « le passage d’un univers encore médiéval à celui de la modernité conciliaire se fait souvent brutalement65 ». Conformément aux stipulations très strictes du Concile de Trente en matière d’art religieux, les évêques réformateurs ordonnent d’appliquer ses dispositions avec rigueur. Germonio écrit à son clergé : « Les peintures et les statues doivent convenir à la dignité et au décorum de ceux qu’elles représentent, de peur que, si elles sont ineptes, elles ne provoquent le rire ou le dégoût de ceux qui les voient. C’est pourquoi, s’il en existe de telles, qu’elles soient effacées ou brûlées ou enterrées au cimetière » ; « à l’avenir, nous défendons de placer dans les églises des images ou des statues en bois, pierre ou autre matière, sans qu’elles soient vues et approuvées par nous ou par notre Vicaire général66 ». En 1610, François de Sales, lors d’une visite pastorale, ordonne de détruire toutes les statues « difformes », c’est-à-dire de style roman ou gothique. Vingt-cinq cas d’enlèvement ou de destruction ont été relevés dans les procès-verbaux de ses visites pastorales. « Il y eut donc à cette époque une destruction voulue, et préméditée67 » des œuvres médiévales. Mais, si les recommandations de François de Sales et de Germonio ont entraîné des dommages irréparables, elles ont aussi permis l’éclosion d’un art nouveau que l’on peut globalement qualifier de baroque. Dès ses débuts, celui-ci ne se résume pas à une esthétique. Il est en quelque sorte le bras visuel et émotionnel de l’Église dans sa mission de prédication à un moment où elle connaît un nouvel élan et où l’absolutisme progresse.

  • 68 Voir Robert Soldo, L’Église Notre-Dame de chambéry, de l’église des jésuites à l’église paroissial (...)
  • 69 Luciano Zeppegno, I rioni di Roma, Newton Compton Édition, 1978, seconde édition, 1984, p. 626.

57La construction entreprise en 1599 de l’église du collège des jésuites de Chambéry, seule construction religieuse de la Compagnie de Jésus en Savoie, inaugure le tout premier baroque, « caractérisé par une “discrète élégance”, par une majestueuse gravité et aussi par des réminiscences très nettes de l’art de la Renaissance et du maniérisme68 ». À la demande des P. de Coudret et Possevino, Emmanuel-Philibert autorise les jésuites à créer un collège, bâti entre 1599 et 1608. L’église, encore inachevée, est ouverte au culte en 1635 et terminée en 1646. Elle est édifiée selon les plans du célèbre architecte de la Compagnie, le frère Étienne Martellange qui s’est sans doute inspiré de l’église Santa Maria dei Monti à Rome, elle-même copie réduite et simplifiée du Gesù. Minutieusement codifiés par Charles Borromée, encore appelé « l’homme des jésuites », les éléments architecturaux et décoratifs modélisés par l’église du Gesù et repris par ses avatars matérialisent le programme de la Contre-Réforme. Luciano Zeppegno en résume en huit points les principales caractéristiques. Aucune nef secondaire, aucun pilastre ni colonne ne doivent gêner la vue ou la circulation. Il est donc indispensable de recourir à la nef unique, ample et spacieuse. Les fidèles peuvent ainsi voir l’autel de partout, ce qui oblige à construire un transept court et large. Les chapelles latérales sont destinées au culte des saints, en particulier des martyrs, quand elles ne sont pas dédiées à la Vierge Marie. Les œuvres d’art, rigoureusement mystiques, doivent exalter la gloire de Dieu, de la Vierge et des saints avec beaucoup d’épisodes édifiants et de scènes de martyr. La croix latine est de rigueur, mais, en de rares cas, le plan basilical est toléré. Les voûtes en berceau sont privilégiées. Enfin, la croisée du transept doit être surmontée d’une coupole69. Avec des nuances, ces grands principes se retrouvent dans l’église du collège des jésuites de Chambéry ou même dans de petites églises de montagne comme à Cordon ou à Saint-Nicolas de Véroce. L’architecture et l’ornementation sont mises au service du programme tridentin. Le plan à nef unique, équipée de grandes fenêtres à vitraux clairs, met en valeur l’autel qui donne une importance nouvelle au tabernacle placé au centre. Le dogme de la présence réelle du corps et du sang du Christ dans l’hostie et le vin consacrés est ainsi affirmé avec vigueur. Les espèces saintes étaient jusque-là conservées dans un placard. Elles sont désormais mises à l’abri, sacralisées. Lors de la visite pastorale, c’est d’ailleurs la première chose qu’examine l’évêque : le tabernacle se doit d’être propre, beau voire somptueux et surtout fermer à clé pour écarter tout risque de sacrilège.

  • 70 Dominique Peyre (dir.), op. cit., p. 231.
  • 71 Ibid.
  • 72 Dominique Fernandez, La Perle et le croissant, l’Europe baroque de Naples à Saint-Petersbourg, Par (...)
  • 73 Dominique Peyre (dir.), op. cit., p. 235.

58La vigueur de l’art baroque est encore plus manifeste dans la partie piémontaise du duché. « Le transfert par Emmanuel-Philibert de la capitale de ses États de Chambéry à Turin entraîna le Piémont dans une dynamique politique et artistique inespérée qui métamorphosa – en l’espace de deux siècles – la nouvelle capitale et la plaine du Pô en véritable sanctuaire de l’architecture et de l’urbanisme baroques70. » Le phénomène concerne aussi bien Turin que le plus petit hameau de montagne voire les cascines (vastes fermes) de la plaine padane. Dominique Foussard ajoute : « Il n’est sans doute pas une seule agglomération qui ait échappé à cet aggiornamento baroque71. » Des artistes comme Guarino Guarini (1624-1683), puis Juvarra (1676-1736) bouleversent l’image monumentale de la capitale. Le premier est loué par Dominique Fernandez en ces termes : « Guarino Guarini, s’il est le disciple de Borromini par la rigueur mathématique de ses plans, dépasse son maître par l’envol de son imagination72. » De fait, les contemporains sont émerveillés par la coupole à huit pointes formée d’arcs entrecroisés de l’église Saint-Laurent dont le prototype serait la grande mosquée de Cordoue. La coupole de la chapelle du Saint-Suaire est encore plus exceptionnelle. Elle « dresse dans une atmosphère raréfiée et funéraire renforcée par l’emploi des marbres noirs et gris une incroyable cheminée d’arcs surbaissés et squelettiques – comme la charpente mise à nue d’une coupole invisible – sans précédents réels73 ». Juvarra est l’architecte de la très belle basilique Superga, commencée en 1717 et inaugurée en 1731.

  • 74 Raymond Oursel, Art en Savoie, Grenoble, Arthaud, 1975.
  • 75 Fernand Roulier, Un Art retrouvé, Marseille, Rossat Mignod, 2001, t. 1, p. 6.

59Le contraste entre les deux provinces du duché est saisissant, la partie savoyarde apparaissant comme le parent pauvre. Cependant, celle-ci profite indirectement de la vitalité piémontaise et d’artistes venus du Val Sesia, développant un baroque « rural » fait de mouvement et de spontanéité, pour reprendre les mots de Raymond Oursel74. La chronologie des constructions est synchrone pour tout le duché de Savoie. La multiplication des églises paroissiales, des chapelles de hameau ou des oratoires s’étale de la seconde moitié du XVIIe siècle jusque dans les années 1730-1740. Mais, dans la partie proprement savoyarde, l’art baroque est essentiellement rural et paysan. Il est surtout présent dans les zones de montagne, moins dans l’avant-pays, les montagnards étant plus riches et plus libres que les « planans ». Il serait ainsi « le seul véritable art populaire religieux de la Savoie, non par son esthétique et ses modèles, venus de l’extérieur, mais parce que ses créations ont été voulues et réalisées par les gens du pays75 ». Comment expliquer un tel dynamisme ?

  • 76 Abbé Lucien Chavoutier, « Des Moines cisterciens aux paysans savoyards », L’Histoire en Savoie, ju (...)
  • 77 Sur ce sujet, voir Hélène Viallet, Les Alpages et la vie d’une communauté montagnarde : Beaufort d (...)

60Alors que le modèle agraire de l’Europe médiévale est fondé sur une production céréalière dominante associée à un élevage extensif, les régions montagneuses développent un système agro-pastoral, qualifié par les géographes et les ethnologues de « civilisation de la vache ». Lucien Chavoutier a étudié comment, dès la fin du XIIe siècle, l’accroissement du cheptel oblige l’abbaye de Tamié à prospecter des prairies vers les hauteurs76. Un véritable patrimoine communal se crée à la faveur de cette conquête des alpages dont l’exploitation se développe encore à l’époque moderne. Repérable en Suisse dès la fin du XIVe siècle, la « révolution des alpages », caractérisée par une quasi-disparition de l’élevage ovin au profit de l’élevage bovin, gagne la Savoie qui se lance à son tour dans la fabrication du gruyère dans les années 1630-164077, outre les petits fromages comme la tomme et le reblochon, destinés avant tout à une consommation familiale. Que ce soit les albergements collectifs, même si l’exploitation est individuelle en certains endroits, ou la fabrication du gruyère, qui nécessite la collaboration de plusieurs familles, tout concourt au renforcement des communautés d’altitude. Les contrats avantageux qu’elles obtiennent au Moyen Âge ont favorisé l’indivision des faisant feu qui paient globalement les redevances, à charge ensuite pour la communauté de répartir l’impôt entre les familles. Aujourd’hui encore, près de 80 % du terroir de certaines communes de haute Tarentaise ou haute Maurienne ont un statut communal. La moindre pression seigneuriale est encore atténuée par le fait que les contrats d’albergement sont conclus in aeternum, sans possibilité pour le seigneur d’augmenter fortement les charges. Celui-ci a donc tout intérêt à proposer le rachat du contrat pour pouvoir se tourner vers des investissements plus fructueux, d’où la multiplication des affranchissements communaux dans les hautes vallées au XVIIe et surtout au XVIIIe siècle. L’édit de 1771 étend cette proposition à tout le territoire savoyard.

  • 78 Nous ne faisons que reprendre certaines informations de l’ouvrage de Chantal et Gilbert Maistre, C (...)

61Non seulement les paroisses d’altitude bénéficient de l’ensemble de ces conditions, mais elles sont aussi plus riches que les basses vallées. La spécialisation beurrière et fromagère les pousse à entrer dans une logique marchande, globalement ignorée par les basses régions du duché jusqu’à la fin des Temps modernes. Surtout, elles recueillent sous différentes formes la manne des émigrés, que l’émigration soit saisonnière ou définitive78. Le pécule des colporteurs, des cochers ou des maçons de Samoëns, qui émigrent à la morte-saison, permet avant tout d’assurer la subsistance des familles, mais il contribue aussi, parfois, au financement d’une petite école ou du chantier communal. À Noël 1683, dix marchands émigrés au Luxembourg offrent à leur village natal de Séez, dans la vallée de la Tarentaise, une croix d’autel et six chandeliers en argent repoussé, ciselé et massif. Pour un montant de 5 000 florins, Claude Benoît, marchand fixé à Sandigliano dans le Piémont, finance par voie testamentaire en 1699 le retable du maître-autel de Peisey (Tarentaise). En 1723, la chapelle du hameau des Chattrix, paroisse de Saint-Nicolas-de-Véroce (Faucigny), est reconstruite et richement agrémentée grâce aux dons des frères Génamy, marchands bourgeois de Vienne. S’ils sont suffisamment fortunés et habiles, ils peuvent parfois réussir à fonder une paroisse, c’est-à-dire assurer aussi bien le coût de la construction de l’église et du presbytère que le bénéfice du curé. Ainsi Claude-Joseph Poncet réussit-il à faire de son hameau natal de la Frasse, près de Cluses, une paroisse à part entière en 1730. Marchand en Hongrie puis à Vienne, il a d’abord fondé une école dont il a assumé seul le financement. L’émigration permet à la fois d’apaiser les tensions sociales et de souder les communautés autour d’un projet commun rendu possible grâce à l’apport financier des émigrés les plus riches.

  • 79 Dominique Peyre (dir.), op. cit., p. 120.

62Tout cela se traduit par la transformation ou la construction d’églises de montagne conformes aux directives borroméennes, par exemple leur édification sur un lieu surélevé à l’écart des habitations. Outre les églises paroissiales, les chapelles, situées le long des voies de communication ou dans les alpages, se comptent par dizaines. « Marquant le paysage comme des sentinelles de la foi, églises, chapelles, oratoires et croix forment un réseau protégeant le territoire paroissial79 » et propagent la foi tridentine, pourrait-on ajouter.

63Les habitants ne sont pas de simples spectateurs de cet élan baroque. Ils y participent pleinement par leur contribution financière, si modeste soit-elle, ou par l’intermédiaire des confréries comme le montrent certains prix-faits. Pour ne donner qu’un exemple, à Bellentre (Tarentaise), le recteur prieur et les procureurs de la confrérie du Rosaire demandent au fils du sculpteur et doreur François Bernard de construire un retable pour l’église paroissiale Saint-André. Le 23 mai 1684, l’acte stipulant les obligations de l’artiste est passé devant notaire en ces termes :

  • 80 Marie-Agnès Robbe, op. cit., p. 110.

« De faire à neufs un retable en la chapelle dudict rozaire dudit Bellentre de la hautteur de 20 pieds et de largeur de proportion à colombes rouges entorsses et pampres de rozes et oyzeaux avec les dorures et enjolliveures à proportion de celluy de la chappelle de saint Joseph par le dit Me Bernard80. »

  • 81 Ibid., p. 111.

64Les commanditaires apparaissent soucieux d’une certaine harmonie respectant les proportions et l’ensemble des autres constructions de l’église. Le coût de l’opération est estimé à 950 florins de Savoie « et en oultre le susdit prix sera permis audit M. Bernard de faire une queste dans toutte la parroisse dans la susdite année81 ». L’émulation entre les paroisses est telle qu’elles se copient sans vergogne en surenchérissant sur la quantité et la qualité des prestations.

  • 82 Dominique Peyre (dir.), op. cit., p. 147.

65Dans le cas de Bellentre, les artistes, François Bernard et son fils, sont originaires de Thonon, dans le Chablais. Ils ne bénéficient pas de la même notoriété que des personnalités comme François Cuénot (1618-1686), à la fois architecte et sculpteur, capable aussi bien de construire des ponts ou des routes que des retables baroques tels ceux de Moûtiers (1648) et de Beaufort (1657). En 1659, Cuénot publie même un Livre d’architecture dans lequel il explique, entre autres, comment réaliser une colonne torse. En 1663, il est chargé d’exécuter des monuments éphémères pour le mariage de Charles-Emmanuel II, selon les plans du père jésuite Ménestrier. Mais en Savoie du Nord et en Tarentaise, la plupart des sculpteurs viennent de la Val Sesia, vallée située au pied du Mont Rose. C’est dans cette vallée, à Varallo, que saint Charles Borromée se retire à plusieurs reprises et conçoit un itinéraire de dévotion d’un kilomètre et demi en pleine nature, conduisant de l’évocation du péché originel à la Rédemption. Chantier permanent auprès duquel des générations d’artistes et surtout d’artisans se sont formés à toutes les techniques, Varallo constitue aussi un modèle idéologique. Munis de carnets de croquis, les artistes de la Val Sesia proposent leurs services aux paroisses savoyardes qui les sollicitent. Mais ils ne bénéficient pas d’une entière liberté de création, le clergé fixant les règles strictes du discours iconographique. Pour Dominique Peyre, ceci expliquerait le caractère plus artisanal qu’artistique des réalisations, « mais l’extraordinaire vitalité qui habite les œuvres montre que leurs auteurs se situent au-delà du stade de la simple exécution82 ».

  • 83 Roger Devos, Bernard Grosperrin, op. cit., p. 73.

66Cette influence à la fois esthétique et idéologique de l’Église par le truchement de l’art baroque est renforcée par l’enseignement religieux intensif dispensé dans les « petites écoles » dont les fondations, par des curés ou des émigrants enrichis, participent à l’acculturation des campagnes. Certes, elles n’existent pas partout. Les régions de montagne, précisément celles qui édifient une église baroque, sont les mieux pourvues. Les deux cartes sont presque superposables remarque Bernard Grosperrin qui conclut : « Ainsi, par de multiples voies, la foi des Savoyards se renforçaitelle83. » Au-delà des particularismes, des cloisonnements, une certaine unité culturelle, fondée sur la prégnance de l’Église post-tridentine, se dessine. Elle est visible dans les zones montagneuses, elle doit exister a fortiori dans les régions où les obstacles physiques sont moindres. Pour Roger Devos, l’intériorisation du sentiment religieux chez les élites ne fait aucun doute. Elle est plus difficile à établir pour le peuple, mais elle est probable.

67Aussi n’est-il pas si surprenant que le duché de Savoie soit un véritable territoire, traversant les vicissitudes du temps pour finalement devenir un royaume. Le jeu des alliances, la configuration physique du pays, la perte définitive de Genève les atermoiements de Charles-Emmanuel Ier, une guerre civile et les calamités auraient pu concourir à sa disparition et, a fortiori, à celle de sa partie savoyarde. Celle-ci est d’autant plus fragilisée que l’« italianisation » du duché en fait au mieux une périphérie, au pire une monnaie d’échange.

  • 84 Joël Cornette, L’Affirmation de l’État absolu 1515-1652, Paris, Hachette, 1993, p. 179.
  • 85 Bruno Berthier dans Dominique Peyre (dir.), op. cit., p. 93-94.

68Cette tendance lourde à la décomposition est cependant contrariée par un processus politique interne de nature absolutiste, inspiré de la France voisine, mais aussi mis en œuvre par nécessité. La seconde moitié du XVIe siècle voit ainsi la mise en place des principales institutions que le XVIIe siècle se charge de faire fonctionner. À partir des années 1650, la politique ducale prend même un caractère plus systématique qui s’accentue sous le règne de Victor-Amédée II (1675-1730). Malgré les incertitudes et les malheurs du temps, elle ne rencontre pas d’opposition frontale alors qu’elle est accompagnée d’une pression fiscale accrue. Contrairement à sa voisine, l’État savoyard ne connaît pas les « révoltes populaires qui éclatèrent en France, pratiquement continuellement, depuis les années 1620 jusqu’au milieu des années 167084 ». Ce paradoxe a déjà été évoqué et il n’est pas question ici d’apporter une réponse définitive. À la suite de Bruno Berthier85, l’hypothèse retenue est que l’articulation du processus interne absolutiste avec la promotion de la Réforme tridentine et de l’art baroque qui lui est associé est une sorte d’entreprise d’acculturation, favorisant une certaine cohésion culturelle et sociale. Les différentes Missions sont couronnées de succès. Les fastes baroques des Quarante Heures rencontrent un large écho. La multiplication des ordres religieux et des confréries, l’offensive doctrinale et réglementaire de l’Église contribuent à façonner une identité catholique qui n’est pas formelle.

69L’un des indices d’une foi intériorisée est la participation volontaire des communautés à la construction des édifices baroques qui n’auraient peutêtre pas vu le jour sans la contribution financière des émigrants. Dans un pays pauvre, l’émigration a permis à beaucoup de familles de subsister. Elle a été un moyen de desserrer les tensions sociales. Mais elle a aussi indirectement entretenu le culte du pays natal, pour pasticher Montaigne.

Notes

1 Roger Devos, Bernard Grosperrin, La Savoie de la Réforme à la Révolution française, Rennes, Ouest-France, 1985, p. 82.

2 Yves-Marie Bercé, La Naissance dramatique de l’absolutisme, 1598-1661, Paris, Seuil, 1992.

3 Victor de Saint-Genis, Histoire de Savoie d’après les documents originaux depuis les origines les plus reculées jusqu’à l’annexion, Chambéry, Bonne, Conte-Grand et Ce, éditeurs, MDCCCLXIX, t. II, p. 227.

4 Roger Devos, Bernard Grosperrin, op. cit., p. 412.

5 Ibid., p. 45.

6 Paul Guichonnet (dir.), Nouvelle histoire de la Savoie, Toulouse, Privat, 1996, p. 178.

7 Philippe Paillard, André Palluel-Guillard, Histoire des communes savoyardes, Savoie, Roanne, Horvath, 1982, p. 19.

8 Paul Guichonnet (dir.), Histoire d’Annecy, Toulouse, Privat, 1987, p. 143.

9 Sur ce sujet consulter Laurent Périllat, L’Apanage de Genevois aux XVIe et XVIIe siècles. Pouvoirs, institutions, société, Annecy, Académie Salésienne, 2006, 2 t., p. 131.

10 Cet évènement est devenu un marqueur de l’identité genevoise, toujours fêté de nos jours.

11 Paul Guichonnet (dir.), Histoire de Genève, Lausanne, Payot, 1974, p. 149.

12 Ibid., p. 250.

13 Michel Porret, Le Crime et ses circonstances. De l’esprit de l’arbitraire au siècle des Lumières selon les réquisitoires des procureurs généraux de Genève, Genève Droz, 1995, avant-propos, p. XXVIII-XXIX.

14 Roger Devos, Bernard Grosperrin, op. cit., p. 77-78.

15 Paul Guichonnet (dir.), op. cit., p. 205.

16 A.D.S, B0 3643, 1756, fo 3 ro .

17 Ibid., f° 52 v°.

18 Jean Nicolas, op. cit., p. 940.

19 A.D.S., B0 1371, 1766, f° 15 v°.

20 Ibid., f° 26 v°.

21 Ibid., 2B 13012.

22 Ibid., B0 912, 1630-1632.

23 Ibid., B0 6597, 1707-1708, Samoëns.

24 Geoffrey Parker, Europe in crisis, 1598-1648, Brighton, The Harvester Press, 1980, p. 21.

25 A.D.H.S., série E dépôt Chamonix, HH5.

26 Ibid., 1643.

27 Ibid., 1644.

28 Ibid., 1664.

29 Geoffrey Parker, op. cit., p. 21.

30 A.D.S., B0 374, 1548-1551.

31 À l’origine notaire de la curie, le curial est chargé de conduire les interrogatoires lors de causes civiles et de rédiger les actes notariés. Ici, c’est un officier de justice.

32 A.D.S., B0 374, 1548-1551.

33 Ibid., Il s’agit de la ville de Bonneville.

34 Max Bruchet, La Savoie d’après les anciens voyageurs, Annecy, Imprimerie Hérisson frères, 1908. Laffitte reprints, Marseille, 1981, p. 97.

35 Ibid., p. 173.

36 Cité par Arlette Farge, La Vie fragile. Violence, pouvoirs et solidarités à Paris au XVIIIe siècle, Paris, Hachette, 1986, p. 111.

37 Samuel Guichenon, Histoire genealogique de la maison royale de Savoye, Roanne, éditions Horvath, 3 t., 1977, t. II, p. 898. Reprise de l’édition de 1660.

38 Ibid., p. 917.

39 Ibid., p. 977.

40 René Favre de La Valbonne, Le Bien public pour le fait de la justice, Annecy, 1646.

41 Ibid., p. 104.

42 Ibid., p. 114.

43 Roger Devos, Bernard Grosperrin, op. cit., p. 34-35.

44 Ibid., p. 148.

45 Jean Nicolas, op. cit., t. 1, p. 12.

46 Charles-Emmanuel Deville, op. cit., Chambéry, 1674, p. 2.

47 Anne Weigel, http://www.sabaudia.org/v2/dossiers/theatrum/scientifique16.php, p. 16.

48 Gaspard Bally, Recueil des édits et reglement de Savoye. Depuis Emmanuel-Philibert, jusques à présent, fait ensuite des ordres de Mme Royale, heureusement régente, Chambéry, 1679, A.D.S., BH 921, p. 303.

49 Joël Cornette et Henri Méchoulan, L’État classique, 1652-1715, Paris, Vrin, 1996, p. 25.

50 Mis de Lannoy de Bissy, L’Histoire des routes de Savoie, Chambéry, 1930, p. 182.

51 Les cartes exploitées sont celles de l’ouvrage d’Étienne Bourdon, Le Voyage et la connaissance des Alpes occidentales en France et en Italie de la fin du XVe siècle au début du XVIIIe siècle (1492-1713), thèse inédite sous la direction de Bertrand Gilles, université de Grenoble, 2006.

52 Volume Bally, édits ducaux, op. cit., p. 505.

53 Daniel Nordmann, Frontières de France, de l’espace au territoire, XVIe-XIXe siècle, Paris, Gallimard, 1998, p. 354.

54 Ibid., p. 11.

55 Volume Bally, op. cit., édits ducaux, p. 506-507.

56 Voir Daniel Nordmann, op. cit., p. 129.

57 Ibid., p. 526.

58 Volume Bally, Édits ducaux, op. cit., p. 511.

59 Ibid., p. 516.

60 Ibid., p. 511.

61 Voir René Deblache, « La frontière de 1672 dans les environs de Montmélian », L’Histoire en Savoie, Frontières de Savoie, Chambéry, 19 septembre 1984.

62 Voir sur ce sujet Hubert Wyrill, Réforme et Contre-Réforme en Savoie, 1536-1679, Lyon, Réveil Publications, 2001, p. 110-114.

63 Voir Monique Fillion, « Bienheureux Pierre Fabre (1506-1546) : pèlerin et missionnaire dans l’Europe de la Renaissance », dans La Savoie et ses voisins dans l’histoire de l’Europe, Actes du 43e congrès des sociétés savantes de Savoie, Annecy, 11-12 septembre 2010, p. 71-81.

64 Christian Regat, L’Hôtel de Bagnoréa, Académie Salésienne, Annecy, 2004, p. 11.

65 Dominique Peyre (dir.), Savoie baroque, Montmelian, La Fontaine de Siloé, F.A.C.I.M., 1998, p. 116.

66 Marie-Agnès Robbe, Les Retables de bois sculpté en Tarentaise aux XVIIe et XVIIIe siècles, Chambéry, Dardel, 1939, p. 14-15.

67 Ibid.

68 Voir Robert Soldo, L’Église Notre-Dame de chambéry, de l’église des jésuites à l’église paroissiale : histoire, architecture et ornementation, Société Savoisienne d’Histoire et d’Archéologie, Chambéry, 1997, et l’article « l’église des Jésuites de Chambéry : la force du modèle », Dominique Peyre (dir.), op. cit., p. 174.

69 Luciano Zeppegno, I rioni di Roma, Newton Compton Édition, 1978, seconde édition, 1984, p. 626.

70 Dominique Peyre (dir.), op. cit., p. 231.

71 Ibid.

72 Dominique Fernandez, La Perle et le croissant, l’Europe baroque de Naples à Saint-Petersbourg, Paris, Terre humaine, Plon, 1995, p. 189.

73 Dominique Peyre (dir.), op. cit., p. 235.

74 Raymond Oursel, Art en Savoie, Grenoble, Arthaud, 1975.

75 Fernand Roulier, Un Art retrouvé, Marseille, Rossat Mignod, 2001, t. 1, p. 6.

76 Abbé Lucien Chavoutier, « Des Moines cisterciens aux paysans savoyards », L’Histoire en Savoie, juin 1977.

77 Sur ce sujet, voir Hélène Viallet, Les Alpages et la vie d’une communauté montagnarde : Beaufort du Moyen Âge au XVIIIe siècle, préface par Yves-Marie Bercé, Mémoires et documents publiés par l’Académie salésienne, t. XCIX, Annecy, 1993.

78 Nous ne faisons que reprendre certaines informations de l’ouvrage de Chantal et Gilbert Maistre, Colporteurs et marchands savoyards dans l’Europe des XVIIe et XVIIIe siècles, Mémoires et Documents de l’Académie salésienne, Annecy, 1992.

79 Dominique Peyre (dir.), op. cit., p. 120.

80 Marie-Agnès Robbe, op. cit., p. 110.

81 Ibid., p. 111.

82 Dominique Peyre (dir.), op. cit., p. 147.

83 Roger Devos, Bernard Grosperrin, op. cit., p. 73.

84 Joël Cornette, L’Affirmation de l’État absolu 1515-1652, Paris, Hachette, 1993, p. 179.

85 Bruno Berthier dans Dominique Peyre (dir.), op. cit., p. 93-94.

Table des illustrations

Légende Carte I. Le duché de Savoie vers 1600. La carte m’a été fournie par Laurent Périllat que je remercie chaleureusement.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/114047/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 174k
Légende Graph. I. – Schéma de l’évolution territoriale du duché de Savoie entre le XVIe siècle et le XVIIIe siècle.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/114047/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 45k

© Presses universitaires de Rennes, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search