Version classiqueVersion mobile

Le droit de punir

 | 
Frédéric Chauvaud

Les auteurs

Texte intégral

1Jean-Pierre Allinne est professeur d’Histoire du droit à l’université de Pau et des Pays de l’Adour et chercheur au CRAJ/UJP (Unité Jean Pinatel). Ses travaux portent depuis une quinzaine d’années sur l’histoire des politiques pénales et pénitentiaires. Il a publié à ce titre Gouverner le crime. Les Politiques criminelles françaises de la Révolution à nos jours, Paris L’Harmattan, 2 vol., 2003 et 2004 (t. I : « L’Ordre des notables », 1789-1920, 2003 ; t. II : « Le Temps des doutes », 1920-2004, 2004), L’Anthropophage des Pyrénées, le procès de Blaise Ferrage, violeur et assassin au XVIIIe siècle, Pau, Cairn, 2005, et codirigé avec Mathieu Soula Les Récidivistes, représentations et traitements de la récidive, XIXe-XXe siècle, Rennes, PUR, 2010.

2Anne-Claude Ambroise-Rendu est maître de conférences d’histoire contemporaine à Paris Ouest Nanterre la Défense, membre du Centre d’histoire culturelle des sociétés contemporaines (CHCSC) de l’université de Versailles St Quentin en Yvelines. Ses travaux portent sur l’histoire de la justice, du crime et des médias. Elle a publié Crimes et délits, une histoire de la violence en France, de la Belle Époque à nos jours, (éd. Nouveau Monde, coll. de poche, 2006) et prépare actuellement la publication d’une Histoire de la pédophilie, XIXe-XXe siècles.

3Frédéric Chauvaud, professeur d’histoire contemporaine à l’université de Poitiers, responsable de l’axe « Sociétés conflictuelles » du Gerhico-Cerhilim (Criham EA : 4 270), est spécialiste de l’histoire de la justice, de la violence et du corps. Il a notamment dirigé Corps saccagés. Une histoire des violences corporelles du siècle des Lumières à nos jours (PUR, 2009), Justices et sociétés rurales (PUR, 2011) et L’Ennemie intime (à paraître) et publié L’Effroyable crime des sœurs Papin (Larousse, 2010) et La Chair des prétoires (PUR, 2010).

4Jean-Christophe Coffin est maître de conférences en histoire des sciences à l’université Paris Descartes, membre associé du centre A. Koyré (UMR 8 560). Ses travaux portent sur l’histoire de la psychiatrie (XIXe-XXe siècles). Il a publié La Transmission de la folie (Paris, L’Harmattan, 2003) et a codirigé Le Consentement en santé mentale (Paris, Ctnerhi, 2004) et organisé la publication des actes du colloque Conceptions de la folie, pratiques de la psychiatrie autour d’Henri Ey (Perpignan, 2008). Il est le directeur de la publication ALTER. European journal on Disability Research.

5Edwige De Boer est doctorante en histoire contemporaine à l’université de Poitiers, elle prépare une thèse sous la direction de Frédéric Chauvaud portant sur le droit de grâce en France au XIXe siècle.

6Alain Ducousso-Lacaze est professeur de psychopathologie clinique à l’université de Poitiers (CAPS, EA 4 050), psychanalyste. Il développe depuis quelques années une approche clinique du discours de sujets impliqués dans des pratiques sociales contemporaines : nouvelles formes de familles, métiers de l’enfance, construction de l’intime conviction chez les magistrats. Il a co-dirigé récemment avec M.-J. Grihom un numéro de la revue Cliniques méditerranéennes (no 83, 2011) « Penser notre époque, mutation du sujet ou solutions subjectives ». Il vient de publier avec Céline Baudoin et Nicole Catheline, Crèche ou école à deux ans. EÉéments d’un débat, Paris, Philippe Duval éditeur, 2011.

7Éric Gojosso est professeur d’histoire du droit à l’université de Poitiers, doyen honoraire de la faculté de droit et directeur de l’institut d’histoire du droit (EA 3 320). Il dirige les « Cahiers poitevins d’histoire du droit » (LGDJ, no 1 2007, no 2 2009, no 3 2011). Ses travaux portent sur l’histoire du droit public de l’Ancien Régime et l’histoire de l’administration territoriale de l’Indochine française. Il a publié en co-direction avec Arnaud Vergne, « La province. Circonscrire et administrer et territoire de la République romaine à nos jours » (LGDJ, 2010). Il est membre fondateur du Réseau Interdisciplinaire Colonisation Décolonisation (RICODE).

8Marie-José Grihom est psychologue clinicienne, psychanalyste, maître de conférences en psychopathologie clinique à l’université de Poitiers (CAPS, Équipe d’Accueil 4 050). Ses travaux portent sur le lien à l’autre, l’acte transgressif ou auto-agressif et la subjectivation. Elle a exercé les fonctions de maître de conférences à l’École nationale de la magistrature et consacre une partie de ses travaux à la criminologie clinique de l’acte dans une perspective interdisciplinaire. Elle a co-dirigé avec A. Ducousso-Lacaze un numéro de Clinique méditerranéenne chez Erès (No 83, 2011), Penser notre époque, mutation du sujet ou solutions subjectives. Elle prépare avec M. Grollier la publication aux PUR de Être victime dans le couple et celle du colloque Le Sujet et la subjectivation. Rencontre entre philosophie et psychanalyse.

9Jean-Paul Jean, magistrat, est avocat général près la cour d’appel de Paris et professeur associé à l’université de Poitiers. Ancien directeur de la mission de recherche droit et justice il préside le groupe des experts du Conseil de l’Europe qui publie tous les deux ans le rapport Systèmes judiciaires européens : efficacité et qualité, enquête menée auprès de 47 pays, éd. du Conseil de l’Europe, Les études de la CEPEJ no 12, 422 p, octobre 2010. Ses publications concernent principalement les politiques publiques de la justice, en France et en Europe, les questions pénales, ainsi que l’histoire de la justice. Il est membre du bureau de l’association française pour l’histoire de la justice. Parmi ses ouvrages : Histoire de la justice en France (1715-2010), J.-P. Royer, J.-P. Jean, B. Durand, N. Derasse, B. Dubois, 4e éd. refondue, 1305 p., PUF, 2010 ; Un droit pénal postmoderne ? Mise en perspective des évolutions et ruptures contemporaines (M. Massé, J.-P. Jean et A. Giudicelli dir.), PUF, coll. « Droit et justice », 2009 ; Le Système pénal, La Découverte, coll. « Repères », 2008 ; Barbie, Papon, Touvier : des procès pour la mémoire (J.-P. Jean et D. Salas dir.), Autrement éd. (coll. « Mémoires ») 2002. Sa bibliographie complète est accessible sur le site de l’EPRED, université de Poitiers, http://isc-epred.labo.univ-poitiers.fr. Cette équipe de recherche des pénalistes poitevins travaille actuellement sur les lieux de mémoire des crimes contre l’humanité et crimes de guerre (B. Aubert, J.-P. Jean, M. Massé), notamment avec la maison des enfants d’Izieu et vient de publier La Mémoire et le crime (M. Danti-Juan dir.), Institut de sciences criminelles, université de Poitiers, Cujas, 2011.

10Michel Massé est professeur à la faculté de droit et des sciences sociales de l’université de Poitiers, co-directeur de l’équipe de recherche en sciences criminelles (EPRED, ED 1 228), responsable du master II recherche en droit pénal. http://isc-epred.labo.univ-poitiers.fr. Dernier livre paru : Un droit pénal post moderne ? Mise en perspective de certaines évolutions contemporaines, coll. « Droit et justice », PUF, 2009. Co-direction avec J.-P. Jean et A. Giudicelli.

11Michel Porret est professeur d’histoire moderne à l’université de Genève. Ses travaux portent sur l’histoire des Lumières, de la médecine judiciaire et du droit de punir sous l’Ancien Régime. Il vient de publier L’Ombre du Diable. Michée Chauderon, dernière sorcière exécutée à Genève, Genève, Georg, 2011 et (avec son équipe DAMOCLES), La Chaîne du pénal. Crimes et châtiments dans la République de Genève sous l’Ancien Régime, Genève, Georg, 2011. Il prépare la publication de deux monographies sur la dernière lettre des suicidés et sur la pratique des expertises judiciaires du corps violenté au XVIIIe siècle. Ses 180 publications sont indexées sur http://www.rero.ch/​

12Marc Renneville est maître de conférences en histoire contemporaine en situation de détachement à la direction de l’administration pénitentiaire. Chercheur associé au centre A. Koyré Histoire des sciences et des techniques (CNRS UMR 8 560), ses travaux portent sur l’histoire des sciences du crime. Il a notamment publié Crime et folie. Deux siècles d’enquêtes médicales et judiciaires (Fayard, 2003). Il est directeur éditorial de la plateforme web criminocorpus. Histoire de la justice, des crimes et des peines. http://www.criminocorpus.cnrs.fr

13Jean-Claude Vimont est maître de conférences en histoire contemporaine de l’université de Rouen, membre du Grhis. Il est spécialiste de l’histoire de la justice pénale et des prisons aux XIXe et XXe siècles. Il a publié La Prison politique en France (Anthropos, 1993), La Prison, A l’ombre des hauts murs (Gallimard, 2004), Jeunes, déviances et identités (PURH, 2005) et Sous l’œil de l’expert (en collaboration avec Ludivine Bantigny, PURH, 2010). Membre du comité de rédaction de Criminocorpus, il coordonne le pôle rouennais de l’ANR « Sciencepeine », Sciences, savoirs et exécution des peines (1911-2011).

14Jean-Jacques Yvorel, docteur en histoire, est chercheur et enseignant à l’École nationale de protection judiciaire de la jeunesse à Roubaix. Il participe à ANR Sciencepeine [Sciences, savoirs et politiques de l’exécution des peines en France. (1911-2011)]. Il est chercheur associé au Centre de recherche sur le XIXe siècle et au CESDIP. Il travaille actuellement sur l’histoire de la déviance juvénile et de son traitement. Il est co-rédacteur en chef de la Revue d’histoire de l’enfance « irrégulière ». Il a notamment codirigé Les Âmes mal nées. Jeunesse et délinquance urbaine en France et en Europe (XIXe-XXe siècles) (Presses universitaire de Franche-Comté, 2008) et Les Jeunes et la sexualité (Autrement, 2010).

© Presses universitaires de Rennes, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search