Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le droit de punir

 | 
Frédéric Chauvaud

Troisième partie. Sanctionner les « déviants »

De la dangerosité de Michel Foucault à la dangerosité des malades mentaux

Jean-Christophe Coffin

Texte intégral

  • 1 Denis Szabo, « Préface », dans T. Albernhe (dir.), Criminologie et psychiatrie, Paris, Ellipses, 1 (...)
  • 2 Elisabeth Roudinesco., « L’œuvre de Foucault à l’épreuve de la nouvelle psychiatrie », dans Philip (...)

1« Survint alors le temps des troubles au cours de la décennie 1970-80. Ses effets furent gravement perturbateurs. » Des auteurs tels que Michel Foucault, Pierre Bourdieu, Gilles Deleuze, Jean Lapassade ou Félix Guattari pour ne mentionner que les plus connus occupèrent le devant de la scène. Ils ont jeté de graves troubles dans l’esprit de maints chercheurs dans les sciences des comportements. Ils tentaient aussi à délégitimiser la criminologie, « pseudo-science » subordonnée aux pouvoirs simples sous produits des aléas de la procédure pénale à qui revient la responsabilité de définir, de « construire », le crime et le « criminel1 ». Tel est le constat établi à la fin du XXe siècle par le criminologue installé au Canada, Denis Szabo. Ce propos n’était pas le seul tenu par ce dernier qui n’avait pas attendu vingt ans pour exprimer tous ses motifs d’inquiétude. D’autres personnes ont pu émettre des propos similaires en tout point ou partiellement. C’est le cas par exemple, d’Elisabeth Roudinesco, qui écrivait récemment : « le discours foucaldien était décalé par rapport à la situation réelle de la psychiatrie. Foucault sapait les fondements d’une psychiatrie qui, somme toute, ne méritait pas tant d’opprobre2 ». Un commentaire qu’il convient de replacer dans le propre itinéraire d’une psychanalyste qui a dialogué avec les historiens et qui se distingue de la trajectoire de Denis Szabo. Ce dernier abordait d’ailleurs plusieurs éléments de nature diverse qui, pour cette raison, ne peuvent pas être traités de la même manière. L’influence d’un auteur est un phénomène que l’on peut chercher à constater et à mesurer tandis que critiquer le contenu de ses textes est un autre travail, où l’interprétation domine généralement. Comprendre le type d’influence que Michel Foucault ou un autre a exercé sur les lecteurs est un exercice fort ambitieux et là aussi bien distinct. Ce qui unit le propos de Denis Szabo est l’idée d’une nocivité à la fois de l’auteur et des textes de Foucault – et de quelques autres. Par l’expression de « dangerosité de Foucault », je fais donc référence à ces éléments d’influence négative que le philosophe aurait eu sur un certain nombre de champs professionnels qui ont été, à l’occasion, un point de focalisation de ses explorations et de ses analyses. On sait que la psychiatrie et la criminologie ont été en effet des secteurs traversés par Foucault au point d’ailleurs que certains représentants de ces disciplines semblent parfois penser que son œuvre est focalisée autour de la psychiatrie.

  • 3 L’importance de la notion de dangerosité a été soulignée à plusieurs reprises ; voir notamment Ch.(...)

2Imputer à Foucault une influence aussi délétère sur l’existence et le développement d’un champ professionnel est un pari bien risqué que je ne suivrai pas. Rien de très tangible ne permet en effet de l’attester. Si Szabo impute par exemple la fermeture de l’école de criminologie de l’université de Berkeley en Californie au climat de contestation évoquée ci-dessus, peut-on en attribuer la paternité au philosophe français ? On ne saurait l’envisager avec sérieux tout comme on ne peut attribuer la fermeture des hôpitaux psychiatriques italiens à la fréquentation, voire même à l’influence qu’aurait pu exercé Foucault sur le psychiatrie critique Franco Basaglia (1924-1980). On comprend cependant, à travers le propos de Szabo, à quoi cet auteur fait référence. Il n’est pas le seul loin de là à considérer que cette double décennie a été marquée par de nombreuses dérives et que les débats professionnels d’antan ont été emportés par la radicalité et un air du temps peu favorable aux discussions apaisées et en dehors de tout manichéisme. Il s’agit de souligner qu’il y aurait eu un avant et un après Michel Foucault – ce que l’on peut admettre quelle que soit notre sensibilité à l’égard de ce dernier – et en conséquence certains concepts chers à la psychiatrie ou à la criminologie n’auraient plus été traités comme avant. Parmi ceux-ci, il y a celui de dangerosité qui vient se superposer, à l’occasion, avec l’expression d’« individu dangereux » ou d’« état dangereux ». On connaît le rôle fondamental joué par cette notion3 depuis le XIXe siècle et plus encore le rôle joué par la question du danger provoqué par le malade mental depuis l’existence de la psychiatrie comme savoir constitué et organisé. On rappellera que la loi de 1838 sur la prise en charge des aliénés prévoyait très clairement qu’un malade mental puisse être dangereux. Il est à signaler que dès cette époque ce n’est pas tant la maladie qui est dangereuse mais bien la personne qui l’a contractée. Cette distinction n’est pas que d’ordre sémantique et elle fut appelée à durer dans les représentations et les définitions du malade mental.

  • 4 « Vœu », Médecine légale et dommage corporel. Journal d’expression de la Société de médecine légal (...)
  • 5 Michel Foucault, « La vérité et les formes juridiques », Dits et écrits, Paris, Gallimard, vol. II (...)
  • 6 Dans l’édition critique du cours, il est précisé parfois qu’il a fait rire l’auditoire : Michel Fo (...)
  • 7 L’expression de « savoir diffus » est employée comme un proche équivalent de savoir pré-scientifiq (...)
  • 8 Je renvoie à la dimension ubuesque mise en avant par Foucault et évoquée par Frédéric Chauvaud, «  (...)

3Michel Foucault s’investit sur les figures du danger à partir des années 1970. Inauguré par Surveiller et punir, un titre sans doute bien trouvé pour lancer l’ouvrage, il est complété par des cours dont l’audience fut amplifiée par leurs publications il y a seulement quelques années. Il faut aussi ajouter des textes d’une visibilité moindre et qui ont été rendus accessibles grâce à l’entreprise éditoriale des Dits et écrits qui a sans aucun doute beaucoup fait pour relancer, elle aussi, leur visibilité. Dangerosité et punition des malades mentaux traversent certains des écrits de Foucault mais son œuvre sur le médical et le pénitentiaire n’en traite pas exclusivement car elle a des visées plus amples. Lorsque Foucault élabore les textes les plus significatifs pour notre propos, quelle est la situation de l’expertise des auteurs d’actes violents et de la psychiatrie légale ? Bien que les institutions savantes structurant la médecine légale et la criminologie se réunissaient, que le prix Gabriel Tarde continuait de récompenser des thèses comme celle sur l’inadaptation des Tsiganes par exemple, les représentants de l’expertise médico-légale exprimaient quelques motifs d’inquiétude. En effet on s’interrogeait dans les sphères gouvernementales et parmi les doyens des facultés de médecine sur l’opportunité de faire de l’enseignement de la médecine légale une priorité. C’est par une déclaration solennelle et unanime que la Société de médecine légale et de criminologie faisait savoir son refus d’une telle orientation4 ; nous sommes en 1974 et on ne peut imputer cet état de crise à l’influence de Foucault ou d’un autre radical chic. Pour sa part, au même moment, il soulignait combien l’expertise était une mise en scène de la vérité, commentaire qui cherchait à décrire un processus dont il brossait la généalogie complexe et non pas une critique directe à l’égard de professionnels en particulier5 ; propos qui permettait d’abord de saisir l’ampleur de la tâche et l’exigence qui devait l’accompagner plutôt qu’elle ne mettait en relief les éventuelles turpitudes d’une profession. Deux années plus tard, il prononçait son cours sur les anormaux où plusieurs de ces propos apparaissaient pour le coup malicieux, moqueurs et critiques sur la profession d’expert psychiatre. Incontestablement la tonalité est autre et Michel Foucault attaque très vigoureusement la figure même de l’expert psychiatre. Cette posture ne peut s’expliquer exclusivement par la recherche de quelques effets de manche pour faire rire l’auditoire6 mais c’est néanmoins le reflet d’une approche volontairement critique de la part d’un homme extérieur à la profession. Foucault exhume des personnages et leurs textes, leur donnant une diffusion à laquelle bien peu de profanes avaient eu accès alors. On mesure, à l’occasion, le travail préparatoire effectué par le professeur au Collège de France comme par exemple celui effectué sur le personnage de Cesare Lombroso (1835-1909), un des piliers du savoir médico-criminel de la fin du XIXe siècle ; le choix de certains de ces acteurs permet d’accentuer cette tonalité critique : Lombroso apparaît alors comme un boulet pour le savoir psychiatrico-criminel contemporain. La raison expertale devient à la lumière des propos de Foucault bien irraisonnée et ce savoir des crimes et des peines semble constituer un savoir diffus7 mais peut-être plus souvent un savoir dont le caractère sérieux pourrait être pleinement interrogé8.

4Ces propos pouvaient, pour le coup, remettre en question quelques jeunes professionnels ; toutefois ce qui me paraît important de signaler n’est pas tant le contenu de ses critiques dont certaines avaient déjà été exprimées par d’autres dans des années précédentes que le fait qu’elles ne soient pas prononcées par un membre de la profession. Elles étaient jusque-là en effet le produit de psychiatres. Ce regard extérieur permet de les amplifier et permet en l’occurrence d’imprimer une teinte de critique sociale, voire une orientation politique aux propos défendus. Quelques années plus tard et dans un contexte de forte visibilité citoyenne, Foucault fait paraître un texte sur l’individu dangereux en cherchant à tracer les éléments qui ont permis à cette expression d’émerger et de se consolider dans la langue psychiatrique et criminologique. La tonalité générale du texte est plus neutre et ne dépare pas par rapport à des articles publiés dans une revue académique. Le texte en effet est publié dans une revue professionnelle nouvelle intitulée International Journal of Law and Psychiatry, dirigée par David Weisstub, un psychiatre installé également au Canada.

  • 9 Michel Foucault, Dits et écrits, op. cit., vol. II, p. 593.
  • 10 Robert Castel, « De la dangerosité au risque », Actes de la recherche en sciences sociales, 1983, (...)

5Foucault adopte une ligne critique puisque son texte contribue à déstabiliser cette expression d’individu dangereux. L’argument n’est pas nouveau ni dans l’histoire des critiques de cette expression ni dans la généalogie de ses propres textes. Sans doute le ton de son analyse a un caractère plus affirmé, voire « flamboyant » et on comprend qu’il avait adopté une position d’indignation face à la notion de dangerosité qu’il considérait quelques années plus tôt comme « scandaleuse9 ». Aux débuts des années 1980, le sociologue Robert Castel reprenait la thématique explorée par Foucault pour se concentrer plus particulièrement sur la notion de dangerosité ellemême et montrait ce que l’usage de ce mot impliquait à terme10. À son tour, il pointait les faiblesses intrinsèques de la notion et l’impasse épistémologique à laquelle elle promettait ses artisans.

6On pourrait mettre ces critiques au compte de cette ambiance de radicalité qui aurait prévalu dans les années 1970, amplifiées par les actions et les propos de Michel Foucault lui-même. Cette décennie fut marquée, en effet par des mouvements de contestation et de très vifs débats au sein de la psychiatrie sur plusieurs aspects de la pratique et dans une moindre mesure autour de certaines des notions utilisées. On ne saurait cependant réduire l’ensemble de ces événements à la tonalité antipsychiatrique qui sévissait dans certains cénacles car elle n’a pas emporté l’adhésion de la majorité des professionnels en charge des malades, et ce tout particulièrement en France. Incontestablement, il y avait un air du temps, propice aux discussions et aux débats notamment parmi ceux qui s’apprêtaient à s’engager dans le métier de psychiatre. Ne plus faire ni ne plus agir comme les maîtres l’avaient enseigné exerçait indubitablement un attrait certain parmi la nouvelle génération. Nouvelle criminologie pour certains, psychiatrie alternative pour d’autres, constituaient en effet des orientations qui semblaient à même de se développer grâce à un nombre croissant de « supporters » déclarés. Si certains entendaient Foucault c’est bien parce qu’ils y trouvaient matière à réflexion et non parce qu’ils y auraient été amenés par une sorte de force fatale.

7En publiant le texte sur l’individu dangereux dans la revue nouvelle déjà mentionnée, certains pourront voir dans cet événement la preuve que le loup était déjà dans la bergerie des psychiatres et des criminologues tandis que d’autres y verront le signe qu’un dialogue était amorcé entre un intellectuel fondant son propos à partir d’une analyse socio-historique et les interrogations de professionnels sur leurs objets de recherche. L’orientation éditoriale de cette revue n’apparaissait nullement radicale mais souhaitait promouvoir une approche pluridisciplinaire sur des sujets au carrefour de plusieurs savoirs. Les responsables de la revue avaient l’intention de renforcer l’articulation des différentes disciplines comme le titre le laissait présager. Rien de très radical dans ce programme qui a depuis suivi son propre cheminement et a acquis une légitimité aux yeux des professionnels contemporains.

  • 11 Cyrille Koupernik, « La Dangerosité en cette fin de siècle », T. Albernhe, op. cit., p. 61.
  • 12 R. Pouchet, La Dangerosité, Paris, Masson, 1987.
  • 13 Jean-Christophe Coffin, « Cesare Lombroso et les paradoxes de sa science criminelle », Essais de p (...)
  • 14 Christian Debuyst, « La Notion de dangerosité, maladie infantile de la criminologie », Criminologi (...)

8La présence de Foucault dans cette revue souligne que ce dernier n’était pas à ce point persona non grata alors même qu’à cette date on pouvait considérer Foucault dangereux étant donné que son coming out radical était amorcé depuis quelques années déjà ! Les propos de Foucault pouvaient être entendus et lus dans une revue professionnelle car ils ne constituaient pas un brûlot en soi mais abordaient une notion qui avait déjà reçu quelques critiques et entraînaient de profondes interrogations depuis plusieurs années. En d’autres termes ce n’était pas l’esprit des Mai de la révolte qui faisait vaciller la notion de dangerosité mais une activité de réflexion et le travail de recherche de professionnels qui mettaient l’accent sur les difficultés de son usage voire sur sa pertinence. Le psychiatre Cyrille Koupernik (1917-2008) se souvenait que l’arrivée de ce terme dans la langue professionnelle, qu’il datait pour sa part, de la toute fin des années 1960 ne fut pas saluée avec enthousiasme11. Les psychiatres, du moins en France, avaient encore plutôt l’habitude dans les années 1970 de parler d’état dangereux plutôt que dangerosité du malade mental. Les organisateurs de la session de 1987 du congrès de psychiatrie et de neurologie de langue française, lieu faiblement exposé aux radicalités, mirent au programme de leurs débats la dangerosité. Il revint au psychiatre Robert Pouchet de dresser un panorama selon la coutume de ce congrès ce qui tend à une certaine modération et plus encore à être relativement exhaustif sur le sujet traité. Il ne demandait pas que l’on renonce à la notion d’état dangereux mais il exprimait en revanche ses craintes face à un usage de celle de dangerosité tant cette notion lui semblait exposer à de nombreux abus12. On retrouvait à travers cette proposition une position de prudence qui s’était déjà exprimée par le passé. Lorsqu’à la fin du XIXe siècle, le magistrat Raffaele Garofalo (1852-1934) proposait l’usage des termes de péricolosité ou de témibilité, bon nombre de ses contemporains exprimèrent une réaction mitigée. En effet, cette manière de placer le malade mental et le criminel sur un même plan, cette insistance toute lombrosienne de juxtaposer folie et criminalité gênait de nombreux médecins en Italie comme en France, ne serait-ce parce que Lombroso lui-même avait plutôt soutenu l’inverse dans les premières années de sa vie professionnelle. Il y a donc fort longtemps que la dangerosité suscite des réserves de type méthodologique, voire des réserves tout court13 et c’est la raison pour laquelle Christian Debuyst a pu parler de la dangerosité comme « maladie infantile de la criminologie14 ». On voit mal dès lors des psychiatres de notre âge contemporain se précipitaient avec envie pour intégrer cette notion dans leurs pratiques. Toutefois, force est de constater que la dangerosité est bien là et peut-être plus que jamais depuis une bonne dizaine d’années. Comment l’interpréter ? Deux facteurs seront ici privilégiés. Le premier est ce que j’appellerai le retour aux réalités et l’autre concerne la question de la responsabilité en psychiatrie.

La dangerosité maintenant

  • 15 Denis Szabo, op. cit. p. 17.

« La redéfinition des problèmes, la recherche d’alternatives, la révision des “normativités”, de leur histoire tortueuse et sinueuse, voire même la dénonciation des injustices, des “affaires”, des iniquités de toute sorte, ne satisfont plus une population de plus en plus exaspérée, exigeant la restauration des conditions élémentaires de sécurité et de liberté15. »

  • 16 P. Mbanzoulou, H. Bazex, O. Razac, J. Alvarez (dir.), Les Nouvelles figures de la dangerosité, Par (...)

9Ce commentaire sur notre temps contemporain par Denis Szabo paraît bien désabusé ; surtout, il établit des liens qui m’apparaissent inattendus. Mesurer la pertinence de nos objets, évaluer les instruments dont se servent les professionnels dans leur pratique, discuter des catégories en usage dans la langue professionnelle n’ont pas pour but de saper les bases des sciences du comportement mais de les faire avancer, d’affiner ce qui a besoin de l’être. C’est ce qui se déroule par exemple lors des congrès de l’Académie internationale de droit et de santé mentale – une structure réunissant des professionnels et des chercheurs – qui abordent des sujets épineux tels que la pédophilie, les violences sexuelles, les traumatismes, la violence des malades ou les violences exercées sur les malades. Les sessions et les tables rondes sur des orientations contradictoires ne sont pas bannies et rien ne permet de penser pour autant que cette structure internationale cherche à saper les bases de son activité ! S’interroger sur ses pratiques ne signifie donc pas fuir la réalité de la complexité humaine mais plutôt tenter de l’intégrer. La dangerosité n’est donc pas une notion exclusivement critiquée par les sciences sociales qui d’ailleurs ne sont pas particulièrement dominantes en la matière. Lors d’un colloque récent, sur le sujet, il avait été retenu par les organisateurs de mêler professionnels et chercheurs de différents horizons disciplinaires, ce qui invalide l’accusation souvent sous-jacente de sciences sociales en dehors des réalités. Ce que ce collectif de chercheurs mit en exergue est combien cette catégorie de dangerosité recouvre désormais des catégories de personnes qui n’ont pas grand-chose à voir en commun, notamment d’un point de vue clinique16. Ce que ce livre démontre implicitement est l’accentuation du caractère flottant du sens attribué à la dangerosité. On demeure dans un niveau de sens commun qui n’hésite pas parfois à puiser du côté du café du commerce.

  • 17 Denis Szabo., op. cit., p. 20.
  • 18 Sauf bien sûr lorsque des acteurs le font savoir tel l’expert psychiatre Daniel Zagury reconnaissa (...)
  • 19 J. Hamilton et H. Freeman, Dangerousness : Psychiatric Assessment and Management, The Royal Colleg (...)

10Notre époque marquerait, si l’on retient l’approche incarnée par Denis Szabo, un retour du réel, la fin de la « coupure radicale avec la réalité judiciaire17 » dont on se serait rendu coupable. Retour du réel ou retour d’anciennes façons de voir, on peut l’envisager aussi de cette manière. Depuis la mort de Foucault et depuis l’actualité éditoriale qui entoure son œuvre, le temps a pu agir, de manière nocive ou de façon fructueuse selon la façon dont on apprécie la place de l’œuvre d’un intellectuel dans notre vie savante. Les débats sur l’individu dangereux ont continué leur propre destin et il n’est d’ailleurs pas aisé de bien mesurer en quoi ils sont redevables ou non à Foucault18. En revanche, plusieurs des arguments établis par ce dernier comme par Robert Castel en sont temps gardent toute leur pertinence et sont repris dans les débats actuels autour de la notion de dangerosité. Ces deux auteurs avaient bien identifié ses caractéristiques : une nocivité implicite qui place en parallèle l’individu et un produit dangereux comme pourraient l’être certains médicaments ; une culture de la prédiction qui apparente presque le trouble mental à une épidémie et enfin une culture de la sanction dont la limite n’apparaît pas clairement puisqu’elle veut punir aussi bien les actes commis que ceux à venir. Il y a dans la recherche du diagnostic de dangerosité un parfum de fatalisme qui n’est pas sans rappeler « l’héréditarisme » du XIXe siècle. La dangerosité contemporaine se caractérise par un patchwork d’idées anciennes et un langage qui emprunte aux apparences de la modernité scientifique cherchant à faire ainsi oublier ses origines ambiguës. Le débat sur le sujet piétine car précisément depuis la fin des années 1970, celles de la contestation donc, la dangerosité n’a pas cessé de connaître des critiques ou de susciter des mises en garde par tout un ensemble de professionnels, y compris dans le monde anglophone censé être mieux disposé aux travaux sur la dangerosité et aux approches dites actuarielles19.

  • 20 Tout discours qui ne vient pas conforter celui de la prise en compte exclusive des victimes semble (...)
  • 21 F. Caussé et al. « Le patient psychiatrique irresponsable, nouvel acteur de la procédure pénale »,(...)

11La consolidation de la notion de dangerosité dans l’espace public contemporain est liée au culte de la victime et à l’évolution de la notion de responsabilité du malade mental. L’agenda politique et social a fait de la sécurité des personnes et du droit des victimes l’abc de sa politique. Les événements liés à des comportements violents sont amplement médiatisés et comme toujours en pareille occasion frappent l’opinion, alimentent une émotion collective qu’il est naturellement difficile d’atténuer par les seuls discours savants. Un malade mental criminel frappe l’opinion d’autant plus que la maladie mentale suscite globalement crainte et inquiétude. La folie n’est pas toujours vue comme menaçante mais elle demeure étrange et suscite une crainte certaine. La violence liée à des actes commis par des malades mentaux raisonne sans doute d’une toute autre manière que la violence liée à l’attaque d’une banque. En outre, il est difficile de faire entendre et accepter qu’il y ait une différence entre un acte dangereux et la dangerosité. Cela paraît aux yeux de certains comme une sorte de sophisme, le reflet du politiquement correct ambiant20. Cela peut apparaître surtout fort technique et par conséquent ne parvient pas à être audible dans un espace public largement traversé par des attentes en matière de sécurité dont on sait qu’elles peuvent être l’occasion de polémiques politiciennes interminables. La demande de sécurité n’est pas strictement superposable à la crainte des violences commises par des malades mentaux mais elle vient parfois contaminer le regard et l’appréciation de cette catégorie de population. Il est par exemple, à mon sens, significatif que le terme de récidive soit employé pour des malades mentaux alors même qu’il est étroitement lié traditionnellement au vocabulaire de la criminologie et du pénitentiaire. Par ailleurs, les distinctions nécessaires ou les relations possibles entre criminels, malades mentaux, inadaptés profonds tels que les délinquants sexuels ne sont pas toujours bien saisies dans leur nécessité et apparaissent comme des catégories à problème, ce qui suffit aux yeux de certains car ce qui importe demeurent les effets sociaux de ces comportements pathologiques. Qu’il y ait des différences cliniques entre les individus appartenant à ces catégories n’importe, dans le meilleur des cas qu’aux yeux des professionnels. L’évaluation de la dangerosité est guidée par ce que le corps social est censé capable d’accepter et de tolérer. Le malade mental appréhendé comme dangereux est dès lors approché à travers ses potentialités néfastes et futures. Ce contexte qui agit si puissamment sur l’évolution en cours ne saurait être compris sans la prise en compte des transformations dans le champ de la responsabilité pénale qui se sont accélérées dans ces dernières années21.

  • 22 Cette évolution que personne ne conteste est en revanche sujette à diverses interprétations qui mé (...)

12Dans les années 1970, une bonne partie des psychiatres a cherché à taire l’idée d’une spécificité des malades mentaux au nom de la stigmatisation dont ils étaient l’objet. C’est pourquoi on refusait de penser que le malade mental puisse être fréquemment inconscient des actes qu’il commettait. Cette manière de juger le malade mental comme une sorte d’enfant apparaissait fortement paternaliste22. Il est donc devenu plus fréquemment considéré par les experts comme responsable de ces actes. Les chiffres d’irresponsabilité prononcée sont aujourd’hui extrêmement bas, autour de 0,5 % des cas discutés voire moins. Parallèlement les procédures de déclaration d’irresponsabilité apparaissaient, notamment aux yeux des familles de victimes comme traumatisantes. Les gouvernements de la présidence Sarkozy l’ont prise en compte et l’ordonnance de non-lieu n’a plus les mêmes contours qu’autrefois. Enfin certains psychiatres estiment que refuser au malade mental un procès au prétexte de son état serait renouer avec le paternalisme d’antan. Le débat n’est pas clos sur ces différents aspects mais il en résulte déjà une situation paradoxale.

  • 23 C. Webster, H. Ben-Aron, S. Hucker, Dangerousness, Cambridge, Cambridge UP, 1985, p. 20-21, « All (...)

13Puisque le malade comprend ce qu’il fait, il peut donc être tenu pour responsable et par conséquent les tribunaux les ont punis, d’où la croissance du nombre de malades mentaux dans les prisons. D’abord la peine et ensuite le soin. La situation est devenue singulièrement inextricable puisque désormais on oppose peine et soin. Le soin ou le passage vers l’hôpital est considéré parfois comme une échappatoire à la sanction. Le télescopage des notions de dangerosité et de responsabilité pénale a largement créé la situation présente, qui suscite des critiques mais on voit mal quelles issues pourront être trouvées. L’enfermement est redevenu la solution la moins mauvaise et chaque jour le consentement du malade qui était un concept dont on mesurait la difficulté d’application devient une chimère de plus en plus lointaine. Certaines voix estiment qu’il vaut mieux punir et enfermer le malade mental même si cette décision n’est pas considérée comme la plus pertinente, la plus efficace ou simplement la plus adaptée. La nouvelle défense sociale contemporaine, notion dont se réclamaient Lombroso et ses partisans il y a un peu plus de cent ans se fonde désormais sur un « principe de précaution », d’usage bien paradoxal. En effet un usage plus en accord avec les définitions qu’en donnait un de ses principaux artisans, le philosophe Hans Jonas, aurait voulu que ce principe s’appliquât aux échelles de dangerosité. Celles-ci sont toujours à la merci d’appréciations dont la variation des résultats constitue un sérieux handicap23.

14Introduire le principe de responsabilité pénale reposait sur l’idée qu’il pouvait être nécessaire que le malade mental soit jugé. La revendication de jugement pourrait bien se transformer en volonté exclusive de punir. On voit mal en quoi la punition pourrait être un acte thérapeutique à moins de céder au principe du bouc émissaire. Désormais on jugerait et punirait des malades mentaux, ce qui les placerait au même niveau que n’importe quelle autre personne. Mais cette égalité dans l’infortune est en trompe l’œil puisqu’une fois la peine accomplie, leur personnalité est utilisée pour limiter la liberté auquel ils pourraient prétendre comme n’importe quel citoyen ayant purgé sa sanction. L’ancien dispositif qui revenait à placer le malade sous l’expression, il est vrai ambiguë, de circonstances atténuantes est désormais un processus qui aboutit à des circonstances aggravantes.

  • 24 T. Jean (dir.), Faut-il juger et punir les malades mentaux ?, Toulouse, Erès, 2009.

15Au début du XXIe siècle un colloque réunissant de nombreux psychiatres s’interrogeait sur la pertinence de punir les malades mentaux24. Alors que quelques-unes de ces participants continuent aujourd’hui à estimer peu pertinent une telle évolution, d’autres confrères, des acteurs du monde politique tout comme de la société civile estiment en revanche que le point d’interrogation n’est plus de mise aujourd’hui.

Notes

1 Denis Szabo, « Préface », dans T. Albernhe (dir.), Criminologie et psychiatrie, Paris, Ellipses, 1997, p. 14.

2 Elisabeth Roudinesco., « L’œuvre de Foucault à l’épreuve de la nouvelle psychiatrie », dans Philippe Chevallier et Tim Greacen, Folie et justice : relire Foucault, Toulouse, Erès, 2009, p. 39.

3 L’importance de la notion de dangerosité a été soulignée à plusieurs reprises ; voir notamment Ch. Debuyst, F. Digneffe, J.-M. Labadie, A. Pires, Histoire des savoirs sur le crime et la peine, Bruxelles, Larcier, 2008, vol. 1, p. 30.

4 « Vœu », Médecine légale et dommage corporel. Journal d’expression de la Société de médecine légale et de criminologie de France, 1974, 7, no 2, p. 348.

5 Michel Foucault, « La vérité et les formes juridiques », Dits et écrits, Paris, Gallimard, vol. II, 2001, (le texte fut prononcé au Brésil en 73.) Le texte est par bien des points un programme de travail que Foucault développe ou reprend par la suite.

6 Dans l’édition critique du cours, il est précisé parfois qu’il a fait rire l’auditoire : Michel Foucault, Les Anormaux. Cours au Collège de France, 1974-75, Paris, Le Seuil, 1999, p. 26.

7 L’expression de « savoir diffus » est employée comme un proche équivalent de savoir pré-scientifique dans Christian Debuyst, op. cit.

8 Je renvoie à la dimension ubuesque mise en avant par Foucault et évoquée par Frédéric Chauvaud, « Leçons sur la “souveraineté grotesque” », Philippe Chevallier et Tim Greacen, op. cit., 2009, p. 49-66 ; voir aussi : Jean-Christophe Coffin, « Portraits de Lombroso en Ubu-Psychiatrico-Pénal », Savoirs sérieux, savoirs à plaisanterie dans l’histoire des sciences du psychisme, Workshop du centre Alexandre Koyré et du Cermes3-équipe Cesame. En cours d’impression (2012).

9 Michel Foucault, Dits et écrits, op. cit., vol. II, p. 593.

10 Robert Castel, « De la dangerosité au risque », Actes de la recherche en sciences sociales, 1983, vol. 47, no 1, 119-27. On se doit de signaler le caractère tout à fait lucide et perspicace de l’auteur sur cette question.

11 Cyrille Koupernik, « La Dangerosité en cette fin de siècle », T. Albernhe, op. cit., p. 61.

12 R. Pouchet, La Dangerosité, Paris, Masson, 1987.

13 Jean-Christophe Coffin, « Cesare Lombroso et les paradoxes de sa science criminelle », Essais de philosophie pénale et de criminologie, vol. 8, 2009, 111-24.

14 Christian Debuyst, « La Notion de dangerosité, maladie infantile de la criminologie », Criminologie, vol. 17, no 2, 1984, p. 7-24.

15 Denis Szabo, op. cit. p. 17.

16 P. Mbanzoulou, H. Bazex, O. Razac, J. Alvarez (dir.), Les Nouvelles figures de la dangerosité, Paris, Enap-L’Harmattan, 2008.

17 Denis Szabo., op. cit., p. 20.

18 Sauf bien sûr lorsque des acteurs le font savoir tel l’expert psychiatre Daniel Zagury reconnaissant avoir lu Foucault ce qui ne clôt pas le débat sur son influence. Voir : D. Zagury, « Pratiques et risques de l’expertise psychiatrique », dans Philippe Chevallier et Tim Greacen, op. cit., 2009, p. 87.

19 J. Hamilton et H. Freeman, Dangerousness : Psychiatric Assessment and Management, The Royal College of Psychiatrists, Londres, Gaskell, 1982 ; un des auteurs, Hugh Freeman est un psychiatre anglais fort connu, très investi dans l’histoire de sa profession et peu suspect de sympathie envers Michel Foucault, jugé comme le prototype d’une pensée continentale plutôt obscure.

20 Tout discours qui ne vient pas conforter celui de la prise en compte exclusive des victimes semble aujourd’hui voué aux pires gémonies ; est-il cependant nécessaire et fatal que le droit des victimes aille à l’encontre du droit des citoyens ? C’est la question qui vient à l’esprit lorsqu’on observe ce que vivent les malades mentaux dans notre société alors même qu’il devrait être assez peu contestable qu’ils sont bien souvent victimes plutôt qu’agresseurs.

21 F. Caussé et al. « Le patient psychiatrique irresponsable, nouvel acteur de la procédure pénale », Médecine/Sciences, 25, 2009, p. 751-755.

22 Cette évolution que personne ne conteste est en revanche sujette à diverses interprétations qui mériteraient de bien plus amples développements.

23 C. Webster, H. Ben-Aron, S. Hucker, Dangerousness, Cambridge, Cambridge UP, 1985, p. 20-21, « All the authoritative scientific statements on clinical and statistical predictions of violence say that it cannot be done with any appreciable precision. »

24 T. Jean (dir.), Faut-il juger et punir les malades mentaux ?, Toulouse, Erès, 2009.

Auteur

Maître de conférences en histoire des sciences à l’université Paris Descartes, membre associé du centre A. Koyré (UMR 8 560). Ses travaux portent sur l’histoire de la psychiatrie (XIXe-XXe siècles). Il a publié La Transmission de la folie (Paris, L’Harmattan, 2003) et a codirigé Le Consentement en santé mentale (Paris, Ctnerhi, 2004) et organisé la publication des actes du colloque Conceptions de la folie, pratiques de la psychiatrie autour d’Henri Ey (Perpignan, 2008). Il est le directeur de la publication ALTER. European journal on Disability Research.

© Presses universitaires de Rennes, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540