Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le coût des études

 | 
Jean-François Condette

Troisième partie. Le coût des études et ses implications sociales : enjeux de la gratuité et finalités paradoxales des bourses d’études

De la scolarisation des enfants de « familles honorables » aux nouveaux externats jésuites : l’apostolat éducatif de la Compagnie de Jésus et le coût des études secondaires (1850-1960)

Philippe Rocher

Texte intégral

1L’étude historique du coût des études jésuites peut couvrir quatre siècles. Limitée ici aux seuls XIXe et XXe siècles, elle montre déjà l’évolution du rapport de la Compagnie de Jésus à sa tradition éducative. Un échange s’établit en effet entre les religieux de l’ancienne Compagnie de Jésus, organisés de 1540 à 1773, et ceux de la nouvelle, rétablie en 1814. Dans l’histoire de l’Ordre fondé par Ignace de Loyola et ses compagnons l’apostolat éducatif a un coût, lié à une rétribution en contrepartie d’une pratique d’enseignement. Ce coût, c’est le prix pour les familles des études de leurs enfants « chez les jésuites ». Combien faut-il payer pour être élève dans un collège jésuite ? Existe-t-il une uniformité des prix dans le réseau de leurs collèges ? Quelles sont les causes et les conséquences de l’augmentation du coût des études ? Ce coût est cependant aussi celui de ces études pour les jésuites car enseigner et éduquer a un coût pour la Compagnie de Jésus. Elle en fait, pour partie, reposer le poids sur les familles. Mais ce prix oblige à des choix qui sont des options apostoliques : enseigner demande des maîtres qu’il faut rétribuer, l’entretien d’un pensionnat ou d’un externat. Un spectre « hante » la période : celui de la gratuité. Les jésuites enseignent a priori gratuitement car ils sont, comme religieux, « en mission ». Dès l’origine de l’Ordre, ce principe de gratuité est inscrit dans le projet d’enseigner, y compris pour les « externes », c’est-à-dire pour ceux des élèves qui ne sont pas jésuites et n’envisagent pas au départ de le devenir. Mais comment respecter, au XIXe siècle, ce principe de gratuité, particulièrement lorsque les jésuites proposent des pensionnats ? Comment, au XXe siècle, faire face à la concurrence de la gratuité du lycée d’État ? Le coût et le financement des études orientent les collèges jésuites vers un certain public, certains élèves. L’incidence du coût des études jésuites n’a pas peu d’importance dans les finances de la Compagnie de Jésus et les orientations de son apostolat scolaire aux XIXe et XXe siècles. Dans cette histoire, deux périodes peuvent être distinguées : celle de la scolarisation des enfants de « familles honorables » puis celle des nouveaux externats avec la recherche d’un moindre coût des études pour le renouvellement de l’apostolat jésuite.

La scolarisation des enfants de « familles honorables » : les études, leur coût et l’héritage de l’apostolat scolaire jésuite

  • 1 Voir Dominique Avon et Philippe Rocher, Les jésuites et la société française, XIXe-XXe siècle, Des (...)

2Le début du XIXe siècle, avec les « restaurations » monarchique et catholique, est marqué par la restauration de la Compagnie de Jésus1. Dès 1814, année du rétablissement universel de la Compagnie de Jésus, l’activité éducative des jésuites reprend. Avec une reprise de la « demande », le Pape confie à l’Ordre d’Ignace de Loyola la mission de relever par l’éducation ce que la Révolution a ruiné. Comme la tradition éducative jésuite est ancienne, c’est forte de ce « capital » que la Compagnie reçoit nombre de demandes pour l’ouverture d’établissements. Les autorités jésuites, recteur de collège, provincial et préposé général, observent d’ailleurs toujours avec attention les effectifs, gage de prospérité des collèges.

L’expérience des petits séminaires et des collèges d’exil

  • 2 Joseph Burnichon, La Compagnie de Jésus en France, Histoire d’un siècle, 1814-1914, Paris, Beauche (...)
  • 3 Roger, Chartier, Dominique Julia et Marie-Madeleine Compère, L’éducation en France du XVIe au XVII (...)
  • 4 Luce Giard (dir.), Les jésuites à la Renaissance. Système éducatif et production du savoir, Paris, (...)

3En France, pour contribuer à la restauration catholique, les jésuites prennent dès 1814 la direction de petits séminaires. Ils répondent ainsi à l’appel des évêques, mais aussi parfois d’une ville2. A priori, ces établissements sont réservés à la formation de futurs clercs. Dans la réalité, ils constituent le plus souvent pour les familles un contournement du monopole universitaire qui réserve au lycée la scolarisation secondaire. Enseignants, les jésuites sont conscients de la diversité des publics auxquels ils ont à faire. Parmi les classes sociales, les enfants de l’aristocratie et une partie de la grande bourgeoisie, l’une d’esprit contre-révolutionnaire et l’autre convaincue du discrédit du lycée public, forment la majorité des rangs des élèves. Cette nouvelle demande sociale qui s’exprime jusqu’en 1828 au travers des petits séminaires, avec leur formation et leur organisation au sein du diocèse, ne s’accorde pas complètement avec les usages de la tradition éducative de la Compagnie. Au XVIe siècle, le projet des jésuites a pris corps dans les prémisses de la « contre-réforme catholique », comme une œuvre d’éducation et d’enseignement3. Avec leur « entrée dans le monde de la culture » par le biais des collèges et des universités4, les jésuites ont déjà été confrontés à la question du coût des études pour les scolastiques jésuites, mais aussi pour la formation d’élèves non jésuites. Le système des « dotations » faisait que les externats jésuites étaient dotés par des bienfaiteurs et mécènes ou que les pères étaient appelés par les municipalités qui mettaient à leur disposition des locaux et moyens divers. Ce système qui permettait la gratuité de la scolarité et donc l’accueil de populations scolaires plus ou moins fortunées s’était toutefois déjà modifié sous l’Ancien Régime avec la mise en place des internats, en grande partie sous l’influence du modèle éducatif des écoles militaires.

4Au XIXe siècle, la reprise de l’apostolat pose à nouveau le problème du coût des études. En l’absence de leur gratuité, elle établit une contradiction avec la tradition de la Compagnie. Dans les faits, les petits séminaires ne sont pas tous florissants. S’ils paraissent satisfaire les familles aristocratiques et bourgeoises, la population de leurs élèves reste parfois insuffisante pour leur permettre de vivre. La nécessité d’équilibrer les comptes de l’établissement explique le coût élevé des études. Le prix ordinaire de la scolarité, pas toujours déterminé par les seuls jésuites, comprend le logement, les repas et les leçons ordinaires. Il faut ajouter les abonnements aux leçons « accessoires », comme les langues vivantes étrangères, et aux « arts d’agréments », comme la musique ou l’escrime. À des tarifs d’emblée trop élevés ont parfois succédé des prix minorés, plus adaptés à la clientèle locale.

Sainte-Anne d’Auray
Forcalquier
Dôle
Montmorillon
Saint-Acheul
Bordeaux
Aix

450 francs / an
620 puis 450 francs
630 puis 472 francs
525 (moyenne) francs
600 francs (jusqu’à 700 à 720 avec abonnements)
600 francs (jusqu’à 700 à 720 avec abonnements)
600 francs (jusqu’à 700 à 720 avec abonnements)

Tableau XLIII. – Prix des études dans les petits séminaires dirigés par la Compagnie de Jésus vers 1878-1879 (source : J. Burnichon, Histoire d’un siècle...).

  • 5 Philippe Rocher, « Des « corbeaux » au service d’un complot. La caricature de « l’éducation jésuit (...)
  • 6 Jacques Cretineau-Joly, Histoire religieuse, politique et littéraire de la Compagnie de Jésus, Com (...)
  • 7 Philippe Rocher, « Des « corbeaux » au service d’un complot.. », art. cit.

5Pour ne pas réserver leurs établissements aux seuls enfants des classes sociales très favorisées, et ainsi demeurer fidèles à leur tradition de gratuité des études, les jésuites accordent aussi des remises substantielles aux familles. En 1828, à Bordeaux, seuls 120 élèves sur les 230 paient ainsi pension complète, 31 sont scolarisés gratuitement. Le montant total des remises équivaut à 46 000 francs. La Ville se réserve le droit d’affecter 10 pensionnaires reçus gratuitement. À Forcalquier, où le prix de la pension oscille entre 400, 300 puis 200 francs, le pourcentage des boursiers est notable. En règle générale, la situation financière des petits séminaires n’est pas brillante et, le plus souvent, la dette ouverte pour leur installation n’est pas encore éteinte lorsque les décrets de 1828 obligent leur fermeture et l’ouverture hors des frontières françaises de collèges d’exil. En Suisse et Belgique, à Fribourg et Brugelette, les collèges constituent de nouveaux « laboratoires » pour la pédagogie jésuite. Ces établissements naissent du choix des familles de scolariser leurs enfants dans des établissements dirigés par la Compagnie de Jésus, malgré l’interdiction établie en France. Issu de ce choix radical, le recrutement reste peu important ce qui a pour conséquence d’élever le coût des études. Dans ces deux pensionnats, la formation est « totale ». Le modèle du collège de l’Ancien Régime n’est toutefois pas abandonné, car des élèves et de jeunes jésuites, les scolastiques, sont formés en même temps. Alors que la campagne contre les jésuites, déjà très forte pendant la Restauration, redevient virulente durant la monarchie de Juillet avec les attaques contre « l’éducation jésuite » de l’antijésuitisme universitaire et savant, une défense de la Compagnie de Jésus s’organise. Face au déchainement de haine5, Jacques Crétineau-Joly insiste sur les différents aspects de l’éducation jésuite et sa véritable « tradition éducative » : l’externat et sa gratuité. L’ouvrage est édité en 18456. Depuis 1830, les catholiques revendiquent la liberté de l’enseignement secondaire contre le monopole de l’Université. L’éducation jésuite, au centre d’une vive polémique, fait l’objet de caricatures7. Ce climat de tensions s’apaise momentanément avec la Révolution de 1848.

Le dilemme de la loi Falloux (1849-1850)

  • 8 Les politiques de l’éducation en France de la maternelle au baccalauréat, textes rassemblés et prés (...)
  • 9 Jean-Pierre Moisset, Les biens de ce monde : les finances de l’Église catholique au XIXesiècle dan (...)

6Le « moment 1848 » ne dure pas. Face à la crise sociale, la IIe République conservatrice favorise la liberté de l’enseignement avec la loi du 15 mars 1850, dite « loi Falloux8 », débattue à partir de juin 1849. Comme d’autres congrégations religieuses, les jésuites sont concernés par l’ouverture de collèges. Un dilemme s’ouvre toutefois : enseignement gratuit ou payant ? La réflexion s’amorce dès 1849 au sein de la Compagnie alors que les autorités de l’Église catholique interviennent. À Avignon, par exemple, un comité de pères de familles s’organise pour la « fondation » d’un collège et un enseignement gratuit. Le provincial de Lyon, Louis Maillard, est d’accord avec cette option qui permet d’accueillir « toutes les classes ». Il l’écrit au préposé général de la Compagnie de Jésus mais signale toutefois l’opposition des évêques à un prix de pension modérée. Est-ce la volonté de limiter le recrutement des élèves des jésuites aux seules familles fortunées ? Sinon, s’agit-il d’éviter la concurrence des collèges avec les petits séminaires ? Si les jésuites offraient un enseignement à moindre coût, les familles aux revenus modestes pourraient choisir leurs collèges pour leurs enfants. Avec un prix élevé, elles choisiront les petits séminaires. Quand perdure peut-être la rivalité entre séculiers et religieux, la formation des séminaires est à la charge des familles et de l’État au travers de bourses ou de demi-bourses. Or, si les gouvernements accordent de nombreuses aides, leurs montants sont peu élevés9. Le débat est en tout cas réel au sein de la Compagnie de Jésus : faut-il ouvrir des pensionnats ou des externats ? Quelle place doit-on faire dans les collèges aux différentes classes sociales ? À Vannes et Saint-Acheul, le provincial Rubillon fait part de son souhait d’un externat, selon l’ancien usage. À Amiens, malgré l’opinion de l’évêque, le comité pour l’ouverture d’un établissement choisit cette option. Comme la question de la rétribution scolaire est posée et que cette nouveauté est en infraction avec les règles de la Compagnie de Jésus, le provincial de Paris soumet la question au préposé général.

  • 10 Joseph Burnichon, La Compagnie de Jésus en France..., op. cit., t. 3, p. 383.

« Sans doute, un jésuite ne peut recevoir de salaire pour ses leçons, pas plus que pour ses prédications ou tout autre acte de son ministère ; mais, dans les mœurs actuelles, la rétribution scolaire est devenue une nécessité ; sans elle, un externat est impossible ; les collèges ne sont plus fondés comme ils l’étaient autrefois. D’ailleurs les familles n’enverraient pas leurs enfants dans des classes gratuites. Au surplus, c’est la société des actionnaires qui serait chargé de percevoir la rétribution et de fournir l’entretien des maîtres, qui aurait ainsi l’équivalent des revenus d’une fondation10. »

  • 11 Ibid., Lettre du préposé général Roothaan 17 mai 1850.
  • 12 Ibid., p. 384. Joseph Burnichon conclut : « Une fois de plus la démonstration était faite que, au t (...)

7Le préposé général Roothaan ne donne pas d’autorité la dispense avant d’avoir interrogé le pape. « Le Souverain Pontife que j’ai fait consulter sur ce sujet [la rétribution scolaire] a déclaré que nous pouvions la recevoir, vu les circonstances11. » À Amiens, la rétribution scolaire est fixée à 72 francs pour l’externat. Il est entendu que ce chiffre ne doit pas être dépassé pour rester au niveau du prix du lycée. Ce choix creuse cependant le déficit budgétaire. Dans la suite, après un demi-pensionnat, l’établissement deviendra un pensionnat plus rémunérateur12. Depuis Rome, le père de Villefort, assistant, fait part de son point de vue dans une lettre de l’été 1850. Il explique que c’est par fidélité à la tradition éducative de l’Ordre que les enfants des familles aristocratiques sont scolarisés. Si les enfants des classes les moins aisées sont laissés à d’autres congrégations religieuses, c’est pour éviter la « mixité sociale » dans les collèges. Un tel choix est également dicté par le fait qu’il n’existe plus, sauf à de très rares exceptions et de fait partiellement, de collèges « fondés ». Huit ans plus tard, dans une lettre du 21 octobre, il reviendra sur ce sujet. Les externats « nous conviennent mieux que les pensionnats, c’est clair, par l’Institut et par l’expérience. Appuyé sur cela, le provincial de Paris appuyé de tous ses consulteurs en 1850 s’obstina à ne vouloir que des externats quand on fût aux prises avec la question pratique ».

  • 13 Archives romaines de la Société de Jésus (ARSI), Lettre du préposé général à M. Ducrey, 1860.

8Les opinions ont aussi divergé sur la fonction des internats, jugés par certains en 1849 comme peu efficaces pour la formation apostolique. Pour d’autres, forts de l’expérience des petits séminaires et des collèges d’exil, les pensionnats servent au contraire une éducation totale, protégée contre l’esprit du siècle et sa « corruption ». Les collèges sont causes de dépenses importantes pour la Compagnie de Jésus : dépenses d’investissement pour leur construction ; dépenses de fonctionnement pour l’entretien général et le paiement des personnels, les domestiques, et des fournisseurs. Mais ils permettent d’offrir des internats, même à prix élevé, aux élites bourgeoises, enjeux de la « restauration catholique » car jugées sensibles aux idées « voltairiennes ». Si les remises existent, la gratuité, demandée parfois au préposé général, est rare, compte tenu de la situation financière des établissements. Un père de famille en fait l’expérience en 1860. « Je désirerais pouvoir adopter l’interprétation que vous me proposez au sujet de l’admission gratuite de votre fils dans un collège de la Compagnie ; mais l’état financier de nos collèges en France où nous avons eu tout à créer, ne me permet pas de leur imposer en sus de la pension alimentaire, la fourniture des vêtements et la charge des autres frais accessoires13. » Dans leurs collèges, comme à Saint-Étienne, les jésuites reçoivent les enfants de « familles honorables » et entendent dispenser un enseignement de valeur, digne de la réputation de haute science des premiers religieux de la Compagnie.

  • 14 Archives françaises de la Société de Jésus (AFSI), fonds Prat, imprimé, « Aux familles catholiques (...)

« Nous désirons donc que les familles honorables qui voudront bien nous confier ce qu’elles ont de plus cher, leurs enfants, sachent que nous qui avons si constamment combattu, avec tant d’autres vrais amis de la Religion, de la jeunesse et de la France, pour cette liberté d’enseignement si libéralement octroyée, si noblement maintenue, nous n’avons jamais oublié en même temps que c’était pour nous un devoir impérieux de travailler à nous rendre dignes et capables [...] ; qu’en conséquence les maîtres plus ou moins jeunes qui, par vocation, corps et âme, à l’éducation, ne sont admis à la fonction aussi pénible qu’utile et honorable du professorat, qu’après avoir été suffisamment éprouvés, sous des Mentors expérimentés que ne désavoueraient ni les Porée, ni les Jouvency, ni les Rollin, dans nos Écoles Normales, à nous, appelées Juvénats ; et même que plusieurs spécialement ceux qui sont destinés à l’enseignement des hautes sciences, sont allés, pendant un temps convenable, perfectionner leurs connaissances sous la direction de professeurs, devenus pour eux comme des pères, et dont personne ne contestera la haute capacité, puisque ce sont des maîtres de la science dans les grands établissements scientifiques de Paris, capitale des sciences peut-être plus encore que de la France14. »

  • 15 Philippe Rocher, « Albéric de Foresta », dans Guy Avanzini et al. (dir.) Dictionnaire historique d (...)

9Par voie de conséquence, cette scolarisation des enfants de « familles honorables » restreint les vocations à certains milieux sociaux. Pour les familles modestes, le père Foresta fonde, en 1860, l’École apostolique. Les parents donnent ce qu’ils peuvent contre l’engagement d’une vocation missionnaire de leurs enfants15.

Les nouveaux externats de la défaite bouleversés par les épreuves (1870-1920)

10Consécutifs aux événements survenus en 1870-1871, le climat politique et religieux ouvre l’ère d’une nouvelle floraison de collèges jésuites. De nouveau, la question de l’internat ou de l’externat fait débat. Elle suscite de nombreux rapports. L’auteur d’un copieux manuscrit dresse la liste des inconvénients d’un internat en comparaison du « gain » qu’il peut procurer.

  • 16 AFSI, fonds Prat, manuscrit, « Raisons générales pour lesquelles la compagnie de Jésus semblerait (...)

« 1) Avances considérables de fonds avec risques de grosses pertes ; 2) Nécessité d’un pensionnat nombreux [...] ; 3) Administration difficile par l’étendue et la complication des détails, par la diversité des talents qu’elle exige, par la rareté des sujets qui en sont pourvus ; 4) Succès très douteux par la multitude des obstacles de tous genres ; 5) Chances nombreuses de désagréments dans les cas où il faut renvoyer des pensionnaires ; 6) Embarras de toute sorte étrangers à la vie religieuse et ruineux pour l’esprit intérieur ; 7) Contact avec les pensionnaires fréquemment nuisibles aux habitudes religieuses (modestie, silence, etc) ; 8) Tort à la compagnie dont un bon nombre de membres sont retardés et même arrêtés dans leur développement scientifique par mille nécessités inhérentes à la vie des pensionnats, sans compter encore les sujets qui perdent dans les pensionnats leur santé ou leur vocation ; 9) Dangers pour ceux des nôtres qui sont employés au maniement du matériel, de se laisser envahir et dominer comme des séculiers par l’esprit d’intérêt, décoré de la spécieuse apparence d’intérêt de la maison, d’intérêt de la province, etc. L’occasion de gagner, et de gagner beaucoup est ordinairement si belle ! Gain par le moyen des spéculations sur les approvisionnements ; gain par les économies sur le régime de la table ; gain sur les fournitures que l’on est dans le cas de faire aux pensionnaires ; gain sur les arts d’agrément ; gain par le moyen des congrégations dont les chapelles doivent, dit-on, être meublées, décorées, et entretenues par les congréganistes, bien qu’ensuite, le pensionnat doive reste propriétaire de tous ces meubles et objets de décoration qu’on s’est procuré par des impositions particulières, quêtes, loteries, etc. ; gain encore par le moyen des industries particulières à chacun, etc ; 10) De ce danger pour les particuliers, il en résulte un autre pour la Compagnie, qui est de voir sa glorieuse et précieuse réputation de désintéressement compromise et souillée en plusieurs localités par d’imprudentes et sales spéculations ; 11) Désavantage notable pour la jeunesse d’être élevée hors du monde où elle doit passer sa vie. Ne peut-on comparer les jeunes gens élevés dans les pensionnats aux arbres destinés à croître au milieu des glaces, et que l’on commencerait à élever en serre-chaude ? [...]. 12) Tort aux populations que la nécessité de concentrer beaucoup de sujets sur un même point prive de la part qu’elles pourraient avoir aux secours de la compagnie par le moyen des collèges16. »

11Dans un autre rapport, son auteur s’interroge sur la pertinence du pensionnat.

  • 17 AFSI, fonds Prat, « Objections à ceux qui prétendent que même abstraction faite des lois qui écart (...)

« La grande raison alléguée en faveur des pensionnats, contre les collèges, est la corruption du siècle qui est, dit-on, si générale et si « grande aujourd’hui qu’il y a témérité réelle à compter sur quelques succès dans l’éducation d’une jeunesse laissée au contact journalier avec le monde. Est-il bien sûr que toute compensation faite à la corruption du siècle soit plus générale et plus grande aujourd’hui qu’elle ne l’était au temps où nos Pères avaient un grand nombre de collèges et fort peu de pensionnats ? Les temps où le protestantisme et le philosophisme fermentaient offraient-ils aux maîtres de la jeunesse beaucoup plus de sécurité que la nôtre17 ? »

12Après le débat, le choix est général. Les nouveaux établissements sont des externats. Ils participent de la plus grande implication des familles dans l’éducation de leurs enfants. La trentaine de collèges qu’administrent et animent désormais environ 900 religieux scolarise plus de dix mille élèves, pour la plupart des garçons de la bourgeoisie. Le coût très élevé de la pension fait de certains établissements l’apanage de familles aisées, même si l’externat permet d’accueillir une clientèle moins fortunée.

Collèges des provinces jésuites

Champagne

Lyon

Paris

Toulouse

Effectifs des élèves

1916

2746

3591

2569

Nombre de religieux

0151

0204

0277

0183

Total des collèges par province

5

9

8

7

Départements concernés

14

22

26

24

Tableau XLIV. –Les collèges jésuites des quatre provinces de l’assistance de France en 1879 (source : AFSI, Fonds Prat, Lettres d’Aix, p. 242).

13Cette « stratégie » en direction des « élites sociales », avec pour but la christianisation des futurs hommes de pouvoir, est pour partie la cause de la lutte des républicains laïques contre l’Ordre de saint Ignace. Au sein de la Compagnie de Jésus, un équilibre financier s’établit entre pensionnats et externats. La « richesse » des premiers, liée aux prix des rétributions et des pensions, sert à soutenir les seconds dont les revenus, issus du seul prix de la scolarité, sont moindres. En 1877, par exemple, les « surplus » de revenus du collège de Mongré, car il n’est pas question de bénéfice, servent à aider les missions. L’année suivante, ils permettent de financer l’externat de Lyon et de procurer des remises aux familles.

Collèges

Pension

Demi-pension

Avignon

700 francs/an

360 francs/an

Amiens

1000

450

Bordeaux

900

550

Boulogne

800

500

Dijon

500

Le Mans

1000

450

Marseille

800

Lille

600

Lyon

800

Montauban (petit séminaire)

560

260

Mont-Roland (Dole)

750

350

Mongré (Villefranche-sur-Saône)

800

Tableau XLV. – Tarifs des pensions et demi-pensions dans quelques collèges jésuites en 1879 (source : AFSI, Fonds Prat).

  • 18 AFSI, Fonds Prat, prospectus du collège de Cantorbery.
  • 19 Ibid.,

14Cet équilibre est bousculé par le temps des épreuves qui s’ouvre en 1880 avec les « décrets » de Jules Ferry contre l’enseignement jésuite. Pour continuer à enseigner, la Compagnie de Jésus doit, comme entre 1828 et 1850, faire vivre hors de France des collèges doublés de pensionnats. Le collège d’exil de Sainte-Marie est ainsi ouvert à Cantorbery. « Les Pères de la Compagnie de Jésus croient répondre au désir d’un certain nombre de familles en ouvrant à proximité de la France un collège destiné exclusivement à des élèves français [en note : Cantorbéry se trouve sur le chemin direct de Paris à Londres, à deux heures de Calais]. Cette fondation a pour but de leur assurer au sein d’une tranquillité complète, avec les avantages d’une instruction solide, le bienfait d’une éducation religieuse18. » La pension coûte 200 francs par mois (8 livres sterling). Le prospectus précise que sont compris : livres classiques (excepté les dictionnaires), honoraires du médecin, du chirurgien et du dentiste [en note : les consultations, les opérations et les frais extraordinaires d’infirmerie sont à la charge des familles], blanchissage du linge, raccommodage, habits, souliers, fourniture de lit, non compris draps, entretien de la bibliothèque des élèves, papier, plumes, encre. « Les prix des répétitions, des leçons d’art d’agrément, des leçons facultatives de langues vivantes se paie en sus de la pension, ainsi que les autres frais extraordinaires, par une somme à valoir soldée d’avance aux mêmes époques. On n’accepte que la monnaie anglaise ou des valeurs recouvrables à Cantorbery, sans frais de change ou d’aucune autre sorte [...]. On prie les parents d’assigner à leurs enfants une petite rente hebdomadaire [...]. Il n’y a pas d’uniforme ; on prend la liberté de recommander aux parents la simplicité des habits19. »

15Les élèves sont cependant moins nombreux qu’espéré. Pour l’année scolaire 1880-1881 il faut réviser le prix de la pension, fixée à 1800 francs (72 livres sterling) par an. « Ce prix n’est définitif que pour la première année. On espère l’abaisser si le nombre croissant des élèves ou d’autres circonstances allègent par la suite les charges de l’établissement. » La pension se paie par semestre et d’avance soit 1 200 francs (43 livres sterling) à la rentrée pour le 1er semestre, et 800 (32 livres sterling) le 1er mars pour le 2e semestre. « Dans ces sommes ne sont pas compris le prix des répétitions, des leçons d’agrément, des leçons facultatives de langues vivantes et autres frais extraordinaires, pour lesquels une somme à valoir devra être payée d’avance en même temps que le prix de la pension. »

  • 20 ARSI, Lettre du préposé général au RP Monnot, 25 août 1882.
  • 21 ARSI, Lettre de Louis Deschamps au préposé général, décembre 1913.

16En France, les établissements qui demeurent sans les jésuites affrontent aussi des difficultés. En 1882, « le collège de Mongré est en baisse pour les études et les finances20 ». De leur côté, ses consulteurs notent que « les maux liés à la dispersion perdurent ». La situation se redresse toutefois, comme constaté fin 1884. À Lyon, « l’école de Gigord », fondée suite à la demande des quatre provinciaux réunis à Paris pour la préparation aux concours des grandes écoles, est « prospère » en 1886. Elle peut venir en aide au collège. Lorsqu’un « bénéfice » se forme, les jésuites constituent d’abord une réserve au-delà de laquelle des sommes sont allouées aux bonnes œuvres. En 1898, alors que la lutte contre les congrégations a conduit à la création de sociétés civiles pour administrer les collèges dont les jésuites n’assurent plus la direction, des craintes s’expriment à l’égard de leur pouvoir. Les autorités jésuites rappellent que les collèges doivent être établis dans des conditions de liberté, soit « toute l’indépendance que permettent les circonstances à l’égard des laïques ». La lutte de la République contre les congrégations, avec l’aggravation de la proscription de la Compagnie de Jésus entre 1904 et 1914, affaiblit considérablement l’enseignement jésuite. Les perquisitions sont nombreuses, les « prête-noms » sont débusqués dans les sociétés civiles immobilières avec conseil d’administration et les sociétés d’enseignement. De nouveaux collèges d’exil sont ouverts. Chacune des quatre provinces jésuites a le sien. Fait nouveau, l’État n’hésite pas, malgré les sociétés civiles, à saisir les biens de la Compagnie de Jésus. Les mises aux enchères obligent les anciens élèves à racheter les bâtiments pour permettre ainsi à des ecclésiastiques et des enseignants laïcs, nouvellement recrutés et qu’il faut bien rétribuer, de poursuivre l’œuvre éducative. Le coût élevé de ces rachats oblige à former des sociétés dotées d’importants capitaux. La propriété réelle des collèges échoit aux anciens élèves. En 1911, le collège de Mongré, mis sous scellés, doit quitter Villefranche-sur-Saône pour Yzeure, près de Moulins. Moins attractif, l’enseignement jésuite connaît une forte diminution de ses effectifs. En 1913, le collège de Mongré est de retour à Villefranche-sur-Saône. Jadis si important, il est exsangue. En décembre, le recteur, Louis Deschamps, dresse un tableau sombre : « 12 professeurs acceptent d’être que très peu payés. Suivent à peu près la méthode du Ratio. 44 élèves dont 28 pensionnaires, 1 seul élève en humanités21. » Dix ans après la proscription des jésuites, la République laïque semble avoir pratiquement triomphé de l’éducation jésuite. Le décret Malvy qui suspend l’interdiction des congrégations permet le retour de religieux dans les collèges. La guerre n’améliore cependant pas leur situation, loin s’en faut, alors qu’en plus de la mobilisation de ses personnels, le prix de leurs pensions augmente avec l’inflation.

Nouveaux externats et moindre coût pour le renouvellement de l’apostolat jésuite

  • 22 Philippe Rocher, « Une reconquête éducative catholique par le livre : les éditions SPES (1922-1960 (...)

17Les crises du lendemain de la Première Guerre mondiale prolongent ces difficultés. Elles conduisent à renouveler la réflexion des jésuites sur leur apostolat éducatif. Politiquement, l’intention du Cartel des gauches pour imposer le retour à la proscription des religieux mobilise les catholiques. Les revendications des tenants de la laïcité, syndicats enseignants et mouvements de la Libre Pensée, suscitent l’intransigeance de certains jésuites22. Le coût des études est au centre du débat sur « l’École unique ». Alors que les crises économiques se succèdent, la dépression sociale qu’elles provoquent contribue au renouvellement de l’apostolat éducatif jésuite avec le renouveau des externats.

L’influence du débat sur l’École unique

  • 23 Marc Dubruel, Le Règne des Pédagogues, L’École Unique, Paris, Spes, 1926 (reprise d’articles publi (...)
  • 24 Ibid., p. 13.
  • 25 Ibid., p. 14.

18Le manifeste pour « l’École unique » suggère l’idée d’un lycée gratuit. Dans cette campagne pour la « démocratisation du mérite » que permettrait d’opérer « l’École unique » par la fusion des « trois ordres de l’enseignement », certains visent « l’école confessionnelle » et particulièrement le collège jésuite, contre-modèle d’une école sous la responsabilité de l’État. Parmi les défenseurs intransigeants de l’école confessionnelle, le jésuite Dubruel analyse les différents aspects de la question23. Selon lui, « l’École unique » comporte des « aspects séduisants » dont la gratuité est un des arguments d’importance. Considérant qu’« en ces jours de malaise financier elle n’est peut-être pas au premier plan des préoccupations publiques24 », il recommande la prudence et conseille d’éviter l’opposition radicale. « Il faut bien se garder de mal poser le problème et d’engager les catholiques en des voies de résistance sans issue, sans grandeur, sans vues d’avenir, sans justice, comme aussi de les précipiter sur les pentes qui aboutissent à l’abîme ». Pour lui, les partisans de l’École unique souhaitent simplement une « identité de formation intellectuelle pour tous les enfants de France, au début de leur carrière scolaire, quels que soient les établissements auxquels les parents confient leurs fils et filles. Son but : mettre à égalité de chances à leur point de départ les esprits qui vont courir la carrière de la vie25 ».

  • 26 Ibid., p. 15.
  • 27 Ibid., p. 31.
  • 28 Ibid., p. 33.

19Selon le jésuite, lycées et collèges sont « encombrés d’une multitude de non-valeurs ou de médiocres, dont l’éducation coûte fort cher à l’État et aux familles, épuise en vain le talent et les efforts de maîtres qui réussiraient tout autrement auprès de meilleurs élèves... et ce sont ces médiocres qui occuperont, au grand dam de la société, les places en vue, les places de dirigeants26 ». Face à une telle situation, il propose d’« organiser scientifiquement cette sélection. Au point de départ une formation commune, au bout de quelques années, on verra comment chaque enfant en aura profité ; on orientera vers les études secondaires ou supérieures les esprits capables de ces disciplines ; aux autres on ménagera le supplément d’instruction ou d’éducation technique qu’ils sont susceptibles d’utiliser ». Mais loin de permettre cela, l’École unique l’empêche à cause de la pédagogie qu’elle soutient. « L’École unique ne vise donc [...] qu’au renouvellement du personnel de ce que nous avons appelé l’éternelle bourgeoisie. Elle ne tend qu’à élargir le recrutement de cette bourgeoisie pour l’opérer dans la masse populaire entière, et non plus dans une partie de la Nation, privilégiée par l’hérédité. » Finalement, le projet de l’École unique constitue une illusion de servir la démocratie27. « Le fossé entre classes sociales approfondi, le peuple appauvri de toutes ses valeurs intellectuelle, la bourgeoisie s’en sera enrichie à ses dépens28. » L’École unique revient à la destruction de la famille, au rejet théorique et pratique de la notion d’autorité, à « l’infiltration » et à de « l’individualisme égalitaire », à une « fiscalité rapace ».

  • 29 Ibid., p. 42.
  • 30 Ibid., p. 44.
  • 31 Ibid., p. 45.
  • 32 Ibid., p. 47.
  • 33 Ibid., p. 63.

20Le père Dubruel réclame que soit laissée aux familles aisées la possibilité de payer pour des établissements dans lesquels leurs enfants seraient scolarisés après avoir échoué dans les lycées de l’État. « De quel droit interdirait-on de payer cette éducation, après même que ce rejeton aura échoué lamentablement aux examens organisés par l’État29 » ? L’appartenance des familles à la bourgeoisie et par là leur inscription dans un réseau d’influence suffira à pallier l’insuffisance des résultats scolaires. « Il faut déclarer qu’entre deux jeunes gens de mérite intellectuel et moral égal, le jeune homme pistonné présente une supériorité sociale, dont il est juste de tenir compte : il a des relations dont la valeur est indéniable30 ». Les « avantages que la situation sociale de la famille, ses relations, sa fortune, peuvent fournir à un jeune homme pour accomplir au bénéfice de son pays, plus utilement qu’un autre, d’intelligence égale, mais moins bien pourvu de ces prérogatives sociales la fonction de serviteur de la collectivité31 ». La promotion sociale d’enfants de familles à revenu modeste par l’école est périlleuse, l’obtention d’un diplôme n’assurant pas un emploi. « Il est dangereux de donner à un esprit la formation qui le destine à un rôle bourgeois, s’il ne trouve pas dans le monde où il doit vivre, préparées par sa famille, les relations, et par son hérédité familiale, les réactions du milieu bourgeois. » Pour éclairer ce déterminisme social, le jésuite risque un parallèle entre existence humaine et sélection dans l’ordre animal. « La sélection rêvée par les promoteurs de l’École Unique est donc anti-scientifique ; dans l’élevage de l’animal humain, elle ne tient pas compte du facteur qui domine toute la zootechnie et donc la pédagogie : l’hérédité des adaptations fonctionnelles32. » Et pour finir de discréditer le projet de l’École unique, le père Dubruel désigne les courants qui l’influencent : Lumières, franc-maçonnerie, laïcisme. En une manière de revanche, elle n’est soutenue que par des boursiers qui « ont souffert d’être des privilégiés de la charité sociale » et qui souhaitent par cette réforme éviter à leurs successeurs « l’humiliation d’être des secourus33 ». Le propos de Marc Dubruel illustre l’intransigeance d’une partie des catholiques et, parmi eux, des jésuites français. Point de vue conservateur de certains religieux influencés par l’Action française, il marque le refus du projet d’éducation populaire partagé par le catholicisme social et son goût pour l’égalité et la démocratie.

L’ombre de la crise économique et sociale

  • 34 Philippe Rocher, « Une reconquête éducative catholique par le livre : les éditions SPES (1922-1960 (...)
  • 35 Archives françaises de la Compagnie de Jésus, prospectus de Notre dame de Mongré, années 1926, 193 (...)

21Cette stricte intransigeance est difficilement tenable. La reprise de l’apostolat scolaire jésuite s’effectue au lendemain de la guerre dans un nouveau contexte économique et social qui oblige à une accommodation qui concerne la pratique et les idées pédagogiques34. Au tournant des années 1930, les crises économiques et sociales se succèdent. Sous l’effet de la crise américaine, les difficultés s’accentuent à partir de 1931. Quand les établissements scolaires sont touchés, des jésuites s’engagent dans la revendication d’une subvention par l’État de toutes les écoles : la Répartition proportionnelle scolaire (RPS). L’attente est d’autant plus pressante que les familles bourgeoises sont affectées par la crise. Le budget des pensionnats jésuites devient déficitaire. Le coût des dépenses de fonctionnement augmente. Il oblige (inflation) au relèvement du prix de la pension. Mais les familles peinent à payer. Face à la « séduction du lycée gratuit », il est proposé aux familles des réductions en cas de scolarisation de plusieurs enfants. Cependant, les réductions consenties peuvent être peu intéressantes. L’exemple du grand collège de Mongré, à Villefranche-sur-Saône, en témoigne. Il lui faut bien tenir compte des effectifs et améliorer « l’offre » tout en tentant de « tenir le budget ». En 1931, on crée une classe de mathématiques élémentaires. La huitième est supprimée puis rétablie. Il en est de même avec la série B (latin langues). Les prix doivent être rapidement majorés. Les modifications apportées au prospectus portent ainsi uniquement sur les prix. Pour continuer à tirer parti du stock de documents, il faut ajouter sans cesse de nouveaux correctifs. De 1 000 francs la pension, tarif unique, vers 1926 (500 francs pour les demi-pensionnaires et 300 francs pour les externes), on passe en 1931-1932 à 1 100 francs de prix de pension, de la 7e inclus à la 4e inclus (550 francs pour les demi-pensionnaires et 350 francs en externe) puis à 5 000 francs pour la pension en classe de mathématique élémentaire (2 500 francs en demi-pensionnaires et 1 600 francs en externes). L’institution distingue de plus en plus selon les âges et institue le principe de réductions substantielles. En 1931-1932, de la septième à la quatrième, le fait de scolariser deux enfants permet de bénéficier d’un tarif de pension de 800 francs, qui passe à 1 350 francs pour trois enfants scolarisés et à 2 000 francs pour quatre. Dans les classes de troisième à philosophie, le fait de scolariser deux enfants donne un rabais de 10 % et de 15 % s’ils sont quatre35.

  • 36 AFSI, Mly 174, Consulte provinciale du 16 mars 1931.

22Cette stricte orthodoxie budgétaire, avec l’accroissement des prix lié à l’augmentation du coût de revient, ne suffit pas. Mongré n’est sans doute pas le seul collège concerné. Dès lors, les « consultes provinciales » discutent de solutions plus adaptées à une crise qui devient structurelle. La situation du collège de Mongré est évoquée en mars 1931. « Mongré : très bonne impression. Le père Jacquet fait un excellent recteur ; les études sont en progrès ; la communauté est délicieuse mais la question financière, en déficit, inquiète : très mauvaise administration, et diminution régulière du nombre des internes ; aussi a-t-il été décidé d’améliorer la qualité des études, d’ouvrir un cours de mathématiques élémentaires et d’organiser une publicité convenable. » Les consulteurs et le provincial résument : « L’ensemble des collèges donne l’impression qu’il faut faire actuellement pour eux un gros effort, pour préparer du personnel et insister sur notre vie religieuse36. »

Une importance réflexion sur la gratuité

  • 37 AFSI, Mly 174, Consulte provinciale du 29 avril 1931.
  • 38 AFSI, « L’œuvre Saint-Louis-de-Gonzague. Son adaptation à la situation présente de l’enseignement (...)

23Un mois plus tard, la réflexion progresse avec l’idée d’un système pour maintenir le niveau de revenu des professeurs, gage d’un recrutement d’enseignants de qualité. Le provincial Christophe de Bonneville l’a exposé lors d’une réunion des préfets des études à Yzeure : une caisse commune aiderait les collèges pour le paiement des professeurs auxiliaires. L’idée connexe de fonder des bourses en vue de l’externat gratuit, par exemple pour les premiers de classe, est aussi à étudier37. En mai 1935, le projet s’organise autour de la réorientation de l’œuvre Saint-Louis-de-Gonzague, fondée en 1915 pour permettre aux orphelins de guerre d’étudier dans une « maison catholique38 ». Le père de Bonneville présente les nouveaux buts de cette œuvre en regard de la situation des collèges jésuites. « L’éducation chrétienne de nos fils est menacée ». Trois faits s’imposent. « La crise de pauvreté de la classe bourgeoise, celle qui a besoin, pour tenir son rang, d’une éducation secondaire donnée par des maîtres chrétiens. Cette bourgeoisie chrétienne est la clientèle traditionnelle des collèges chrétiens et notamment des collèges de la Compagnie. Or, l’éducation des Collèges chrétiens, celle des Collèges de la Compagnie, se paye et coûte cher ». Ce coût élevé résulte de causes liées à l’histoire des jésuites au début du siècle. « Il y a les frais de premier établissement qui ont dû se renouveler maintes fois par le fait de spoliations répétées, et qu’il faut amortir d’une façon ou d’une autre ». Le provincial fait allusion au capital financier qu’il a fallu reconstituer après la confiscation des biens jésuites consécutive à la proscription des religieux. Le collège de la Trinité de Lyon a été ainsi perdu et avec lui tout l’investissement consenti dans les dernières années du XIXe siècle. Le collège de Mongré a dû être racheté grâce au concours de ses anciens élèves, mais une société civile immobilière avec un conseil d’administration est devenue propriétaire du terrain et des bâtiments. Elle les loue à une société d’enseignement qui l’attribue aux jésuites pour leur enseignement, salarie les maîtres et assure ainsi des cours aux élèves en contrepartie des frais de scolarité.

24Pour le père de Bonneville, le second fait, c’est « la sollicitation exercée par le lycée gratuit, non plus seulement sur la classe bourgeoise appauvrie, mais sur les classes populaires ». Le lycée gratuit génèrera une « surproduction de diplômés et, dans la plupart des cas, des déçus, des déclassés », mais aussi « l’accès aux postes de direction de la cité, d’hommes d’origine modeste. Or, ces hommes devront leur élévation au lycée dans lequel ils auront reçu strictement une éducation laïque ». Le provincial dessine l’action désormais nécessaire qui est aussi le rappel d’une tradition. « Nous devons avoir le souci de discerner nous-mêmes [de vraies] valeurs et de tirer du réservoir des masses populaires ceux qui sont promis à une destinée marquante, afin de leur donner une éducation chrétienne. Cette politique est de tradition chrétienne. Elle est aussi de simple sagesse. » Il cite le discours du général de Castelnau, de la Fédération nationale catholique, au congrès des syndicats de l’enseignement chrétien sur l’ouverture « aux divers degrés à tous les enfants qui s’en rendent dignes par leur intelligence et leur travail » et la nécessité de « puiser dans le grand réservoir des classes populaires tous les éléments capables de constituer des élites qui sont plus nécessaires encore dans une démocratie que dans une autocratie ». Le troisième aspect du problème, c’est « la grande pitié des collèges catholiques [...] assez généralement ignorée ».

  • 39 Ibid.,

« Les collèges secondaires n’inspirent pas la pitié. Ils passent facilement, sinon pour faire de bonnes affaires, du moins pour faire leurs affaires. En réalité, ils vivent à grand’peine, même en demandant des rétributions scolaires ou des pensions élevées. Ils ont à faire face à des loyers réels qui varient de 50 000 à 100 000 francs, aux impôts, aux réparations immobilières, à l’entretien et au renouvellement du matériel ; ils devraient organiser leurs cabinets de physique et leurs salles de manipulation. Ils doivent servir aux professeurs des traitements dont le bloc annuel fait un chiffre qui va de 250 à 450 0000 francs. Or, il faut dire que très souvent les immeubles sont trop petits et incommodes, que les cabinets de physique ne sont pas au point (quand ils existent) et ne peuvent pas être tenus à jour, enfin et surtout que les professeurs reçoivent des traitements misérables. Ces traitements ne leur permettent ni de se consacrer exclusivement à leur tâche, ni d’occuper dans la société le rang que devraient y avoir des éducateurs ; ils ne récompensent pas, certainement, à leur valeur, les services rendus ; enfin leur médiocrité nous empêche de retenir dans l’enseignement catholique, pour qu’ils s’y fassent une carrière honorable, les hommes éminents qu’il faudrait39. »

  • 40 AFSI, Ad rectores collegiorum, Lyon, le 30 juin 1935.

25Face à cette situation, le provincial considère que l’Œuvre Saint-Louis-de-Gonzague, « en créant des bourses pour payer l’éducation des enfants que leurs parents ne peuvent faire instruire à leurs frais selon leurs désirs », résout, pour une part, le problème de l’enseignement catholique. Elle permet « d’élever dans les collèges catholiques des enfants de la bourgeoisie chrétienne dont les parents rencontrent des difficultés de fortune ou de situation [...], de donner avec un juste discernement une éducation classique chrétienne à des enfants bien doués d’origine modeste qui seraient, autrement, au grande dommage de la nation, les victimes d’une éducation laïque. En augmentant le nombre des élèves des collèges catholiques, elle améliore la situation financière de ces collèges ; et cette mesure tient son rang dans un ensemble plus vaste qui devrait comporter pour les collèges des dotations importantes ». Le 30 juin, le provincial revient sur le problème de la gratuité et de la qualité de l’enseignement jésuite. « La gratuité de l’enseignement, en tant qu’il est un ministère de la Compagnie, est un des points de l’Institut [...]. Nous ne sommes dispensés, dans une certaine mesure, de la gratuité, et autorisés à recevoir, en compensation des fondations déficientes, des rétributions scolaires et des pensions qu’en raison de la nécessité des temps. Mais il nous faut revenir, au moins graduellement, à la forme idéale d’établissement de nos collèges selon l’Institut. La “nécessité des temps” suggère aujourd’hui une [sic] opportunité plus pressante de revenir à la gratuité prévue et voulue par l’Institut. En face de la gratuité d’État, notre gratuité se présente comme le moyen d’assurer l’indépendance du recrutement de notre clientèle et de nous réserver l’éducation des “meilleurs”, de ceux dont peut attendre le plus à raison de leurs qualités intellectuelles, de leur tempérament moral, de leurs prévenances de grâce. Elle permet que ne soit exclu d’une éducation chrétienne, à cause de sa pauvreté, nul de ceux qui peuvent d’ailleurs raisonnablement aspirer à une éducation secondaire classique40. »

  • 41 Le père de Bonneville a déjà proposé, en juillet 1931, que ce pourcentage corresponde à 20 % des t (...)
  • 42 Ibid., p. 4.

26La gratuité immédiate, impossible du fait de l’importance du capital à mobiliser pour cela, le provincial recommande la fondation de bourses. « Dès l’exercice 1er octobre 1935-30 septembre 1936, tous les Collèges commenceront de constituer en Province (de préférence et sauf contrindications locales) un capital de fondation de bourses ». Ce capital est constitué d’un pourcentage sur les rétributions scolaires, d’un pourcentage prélevé sur les traitements reçus par les jésuites enseignant dans les collèges41, des attributions faites par le Provincial sur des sommes dont il disposerait, des sommes recueillies par l’Œuvre Saint-Louis-de-Gonzague et des donations ou legs. Par l’intermédiaire de sa circulaire, le père de Bonneville demande à ses recteurs de lui faire connaître comment ils prélèveront le pourcentage sur les rétributions, sans que les parents soient informés et sans que les tarifs soient modifiés. Par l’attribution de ces bourses, la gratuité, selon le Provincial, se fera « au mérite ». « Le premier de chaque classe puis, progressivement, au fur et à mesure de chaque classe, seraient exempts de rétribution scolaire. » La gratuité pourra aussi être attribuée « au concours », comme au collège d’Avignon, pour l’entrée en sixième qui se fait par un examen. « Restent à déterminer les conditions auxquelles la faveur accordée au début sera continuée tout au cours des classes42. » Pour finir, le Provincial précise que cette gratuité ne peut s’entendre qu’en regard de la qualité de l’enseignement dispensé par les collèges jésuites, soit un niveau d’excellence auquel doivent parvenir les élèves. « Cette notion [de qualité] me paraît plus juste et plus compréhensive que l’idée de sélection. Elle l’implique. La qualité que l’on doit attendre de nous doit être non seulement morale et religieuse, mais aussi strictement pédagogique. » Le Provincial est conscient de l’affaiblissement des collèges. « La solution concrète du problème est à rechercher dans le recrutement, la formation, la direction pédagogique et spirituelle de nos auxiliaires. » Le montant de leur traitement est l’un des aspects du problème et le père de Bonneville entend être ferme sur leur rétribution.

  • 43 Ibid., p. 6.

« Veuillez noter qu’il n’est pas nécessaire qu’ils aient la même situation que dans l’Université pour avoir une situation désirable. Ici, intervient une notion de vocation et de dévouement à la cause catholique, dont il ne faut pas abuser, mais qu’il ne faut pas négliger. Pour établir votre barème, évitez soigneusement de tenir compte de ce que votre Collège peut faire, de ses ressources. Cette méthode qui consiste à considérer les moyens avant les fins, pour adapter les fins aux moyens, est détestable, et tout-à-fait contraire, non seulement à l’esprit de Saint-Ignace mais au sens juste des affaires ; elle débilite la plupart de nos œuvres en France ; il faut y renoncer franchement. Mettez-vous au point de vue des auxiliaires, et voyez ce qu’ils doivent être payés pour avoir le goût de travailler chez nous avec la possibilité d’élever décemment une famille43. »

  • 44 Diverses réponses, non signées, dactylographiées dans le dossier relatif à l’Œuvre Saint-Louis-de- (...)
  • 45 AFSI Mly 174, Consulte provinciale du 26 décembre 1936.

27Dans leurs réponses, les recteurs reviennent souvent sur le problème du pourcentage à prélever sur les rétributions scolaires, le traitement des religieux, mais aussi sur l’attribution de la gratuité qui aurait surtout pour effet de diminuer les recettes sans que croissent significativement les « aumônes à la caisse » des « familles riches bénéficiaires des bourses d’excellence ». L’un d’entre eux fait remarquer que l’augmentation du traitement des auxiliaires provoquerait, au contraire du but escompté, le net renchérissement du prix de la pension44. Ce débat sur la gratuité des études secondaires, stimulé par le projet de « l’École unique » et les incidences de la crise économique, fait naître un groupe de travail au sein de la province jésuite de Lyon. Au début de l’année 1933, un conseil pédagogique est ainsi réuni pour trouver des solutions aux trois grands problèmes de l’heure : la qualité des études, le recrutement et la valeur des professeurs, la gratuité de l’enseignement. Les années qui suivent ne font que confirmer leur urgence. Pendant la consulte de la fin de l’année 1936, c’est la situation de l’ensemble des établissements scolaires jésuites qui est abordée. La discussion porte sur « la situation financière assez inquiétante de certains collèges par suite d’une grande difficulté d’y faire rentrer les pensions ; l’examen des moyens à employer ». Les participants décident de « faire appel plus souvent au CA » [conseil d’administration], et d’instaurer avec ce dernier une « collaboration plus importante45 ».

Réorienter l’apostolat éducatif, réduire le nombre des collèges et revenir à l’externat (après 1940)

28Malgré ces efforts, le coût des études en particulier et plus généralement la question financière des collèges continuent d’influer sur l’apostolat éducatif des jésuites. Ils ajoutent des arguments à un débat qui s’ouvre durant ces mêmes années avec l’essor de l’Action catholique. Des jésuites favorables à l’ouverture de l’apostolat éducatif, commencent à préférer, plutôt que l’enseignement jésuite, des institutions plus ouvertes, comme les mouvements de jeunesses de l’Action catholique spécialisée. Outre la difficulté à recruter des élèves à cause du coût des études, les vocations sont moins importantes qu’auparavant dans les collèges et sont plus nombreuses à partir des mouvements de jeunesse. L’engagement de la Compagnie de Jésus dans ses collèges, particulièrement les internats, reste très coûteux en termes humains mais ne constitue plus le vivier de vocations attendu en retour. Or, sauf à recruter davantage de professeurs laïcs, les collèges qui réclament déjà le service de nombreux jésuites risquent d’en entraîner d’autres loin de missions apostoliques adaptées aux changements en cours au sein de la société française. En mars 1937, la consulte provinciale de Lyon dresse un constat. Le nombre des collèges est trop important. Si une décision de fermer un internat doit être prise, le choix doit porter sur les établissements d’Avignon ou de Lyon Trinité. Au Provincial est confiée la tâche d’étudier les difficultés à résoudre et les obstacles à surmonter avant une telle décision. Les Consulteurs pensent que le courage dicterait la réduction devant une extension devenue démesurée. Mais à leurs yeux, le maintien d’un seul externat à Avignon ne constitue pourtant pas la solution : le mieux serait de passer ce collège à une autre congrégation.

  • 46 Philippe Rocher, « De l’enseignement à l’éducation jésuite en région lyonnaise (1850-1950) », dans (...)

29Parmi les jeunes jésuites, l’idée d’un retour à la pratique initiale, soit l’externat plutôt que l’internat, participe d’un questionnement non seulement sur le coût des études, mais aussi sur la forme de l’apostolat jésuite : faut-il toujours autant de collèges et surtout des collèges qui soient des pensionnats ? La guerre « facilite » la prise des décisions envisagées à la fin des années 193046. Le collège de Mongré, fermé en 1940, n’est pas rouvert en 1945, malgré les pressions des anciens élèves de la Société immobilière. Les enfants des familles les plus fidèles à l’internat jésuite se rendent à Avignon, finalement maintenu. Mongré demeure un scolasticat jésuite avant l’ouverture de celui de Chantilly. À Lyon, le projet de fusion des deux collèges Saint-Joseph et la Trinité n’est pas réalisé. La Compagnie de Jésus conserve seulement l’établissement de la rue Sainte-Hélène. Les professeurs laïcs réclament une rétribution équivalente à celles des professeurs de l’enseignement public. Au seuil des années 1950, l’apostolat des collèges souffre de désaffection : les jeunes jésuites délaissent l’enseignement et préfèrent d’autres ministères. Au temps du « retour de la mission », ils souhaitent faire disparaître l’image d’internats réservés à une élite fortunée. Ce choix apostolique, les autorités jésuites l’entérinent malgré de fréquents rappels à la tradition de l’Ordre. Elles privilégient des externats en moins grand nombre et qui sont moins « coûteux » en hommes dans lesquels les religieux seraient cependant nombreux.

  • 47 François de Dainville, « Avenir de l’enseignement libre », Études, mars 1960, p. 299.

30En décembre 1959, l’acceptation des dispositions de la loi Debré est très discutée au sein de l’enseignement libre. Si elle n’apporte que davantage de moyens financiers aux établissements, certains catholiques pensent qu’elle ne permettra pas la nécessaire ouverture des écoles catholiques à la société moderne. Dans le bilan qu’il dresse en 1960, statistiques à l’appui, le père de Dainville relève ce risque. La « rénovation » à laquelle il appelle est liée aux changements au sein de la société française. L’enseignement libre doit par nécessité affronter la question de l’orientation scolaire en vue de l’orientation professionnelle. Il doit pour cela refaire la carte scolaire et mettre fin à la « ségrégation sociale » qui touche surtout les collèges dont les effectifs ne reflètent pas toutes les classes sociales. « Leur recrutement se ressent fatalement des frais de scolarité plus élevés à ce niveau d’enseignement. Il en allait de même dans l’enseignement secondaire public avant l’instauration, en 1930-36, de la gratuité47. » L’enseignement féminin cultive particulièrement cette « sélection sociale », ce qui est, selon François de Dainville inadmissible d’un point de vue chrétien et en regard de la tradition éducative jésuite.

  • 48 Ibid., p. 300.

« Pareille ségrégation, indéfendable sur le plan pratique, n’est pas admissible sur le plan moral. Dans un pays où les classes supérieures sont encore trop fermées aux mentalités des classes plus modestes, combien il apparaît important que l’Enseignement libre prenant toute sa dimension chrétienne devienne le creuset où les jeunes chrétiens, surmontant les incompréhensions, puissent faire l’apprentissage d’une véritable vie selon le Christ, dans une compréhension, une estime, un enrichissement mutuels. Pareil idéal n’est pas une utopie, il est conforme à la plus authentique tradition. Qu’on permette à un historien de l’éducation dans l’Ancienne France, de souligner ce fait, ou malhonnêtement refusé, que les collèges d’autrefois étaient largement ouverts aux enfants du peuple et de la petite bourgeoisie aptes aux études ; ils y étaient souvent la majorité et plus48. »

  • 49 Ibid., p. 301.
  • 50 Ibid., p. 302.

31Participant d’un courant de réforme qui s’affirme avec le Concile récemment ouvert, le père de Dainville fait aussi remarquer le risque d’individualisme et de repli que pourrait aggraver la nouvelle loi en offrant des moyens financiers supplémentaires aux établissements de l’Enseignement libre, souvent en manque de ressources. « Second obstacle : l’individualisme des institutions, ici plus fréquent sans doute dans le secondaire que dans le primaire. Il découle pour une part de l’impécuniosité ; chaque directeur est absorbé par les problèmes d’équilibre budgétaire, de recrutement de personnel [...]. Mais il est d’autres causes. C’est une tentation de l’autorité en France, à quoi n’échappent pas toujours les clercs, que de se vouloir autonome49. » Pour éviter un tel écueil, le jésuite recommande que l’Enseignement libre s’organise dans un cadre national, dans le respect des spécificités de chaque établissement, tout cela pour éviter le gâchis d’énergie et d’argent. « Il importe que les responsables de l’Enseignement libre en France mesurent à leur tour la disproportion entre les résultats obtenus et les ressources dont ils disposent jusque dans leur pauvreté ; des milliers d’établissements, 75 000 maîtres, la générosité des milliers de prêtres qui ont renoncé pour ce service à des ministères plus directs, et des religieuses, la disponibilité de près de 50 000 laïcs, les sacrifices énormes consentis par 800 000 familles, 75 milliards d’hier, chaque année ! Comment n’éprouver pas le sentiment accablant d’une déperdition de force, d’un gaspillage fait à la fois d’étroitesse dans les perspectives, de dispersion dans les efforts et de particularismes ! Il leur faut situer leur mission d’éducation chrétienne à sa place dans la pastorale d’ensemble, repenser l’action qu’ils dirigent en coopération étroite avec les autres, avec les autres organismes et œuvres de l’Action catholique sans doute, mais d’abord avec les autres établissements qui œuvrent à la même tâche50. »

  • 51 Jean Seguy, « Les sociétés imaginées : monachisme et utopie », Annales ESC, no 2, 1971, p. 328-354

32L’apostolat éducatif de la Compagnie de Jésus et le coût des études secondaires, entre 1850 et 1960, témoignent de profonds changements. Après l’histoire d’un accommodement et d’une manière de s’assurer de la fidélité des familles aristocratiques et bourgeoises, au XIXe siècle, s’écrit l’histoire d’une confrontation des pédagogues jésuites aux changements économiques, sociaux, culturels et politiques, religieux aussi, alors que s’exprime leur souhait d’un retour aux sources pédagogiques de l’Ordre. En rappelant le principe de la gratuité, les jésuites n’entendent pas renoncer à l’éducation et, plus précisément, à l’enseignement. Durant ces années 1930, l’idée d’une gratuité « au mérite » n’établit cependant pas de lien entre le niveau d’études des élèves et leur origine sociale, l’une des causes bien identifiée de discrimination des élèves à partir des années 1960. Les implications scolaires, sociales et politiques du coût des études posent aux XIXe et XXe siècles la question de « l’utopie51 », quand sont distinguées dans l’apostolat jésuite « charisme » et « institution ». À l’origine de la Compagnie de Jésus se trouve le charisme ignatien. Le « projet » ou dessein de la Compagnie de Jésus s’inscrit à l’origine dans le cadre de la Contre-Réforme entendue comme projet d’une contre société. L’éducation jésuite est d’abord née du projet de formation des seuls jésuites. Mais l’accommodement a été nécessaire avec l’intégration d’élèves « externes », extérieurs à la Compagnie de Jésus. Dans les villes le système des fondations issu de cet accommodement permet de conserver le charisme éducatif avec la gratuité qu’il suppose. Une telle concession s’est révélée inévitable avec l’accroissement de la demande éducative. Le Ratio studiorum, non seulement méthode d’enseignement mais aussi « manière de procéder » (nostro modo de proceder selon Nadal), permet par sa souplesse de conserver des caractéristiques propres alors que les collèges évoluent de l’externat vers le pensionnat, soit une tension entre « charisme » et « institution ». Reprise pour partie au XIXe siècle, ce dilemme naît du souhait de reconstituer un système éducatif en opposition au collège royal puis au lycée. Si le projet semble pouvoir prendre corps avec la liberté accordée par la loi Falloux en 1850, la première difficulté résulte d’une transaction obligée : l’institution cléricale limite « l’utopie scolaire » jésuite d’un externat voire d’un pensionnat abordable. L’institutionnalisation contredit pour partie le charisme, ce qui fait débat au sein de la Compagnie de Jésus. Il en résulte que les collèges jésuites sont assimilés à des établissements de « caste » pour la bourgeoisie fortunée, le lieu d’un enseignement réservé aux élites. La seconde difficulté, d’apparition plus lente, car le mouvement est ralenti par la résistance des jésuites, est issue de la conciliation du Ratio studiorum avec les programmes scolaires qu’impose peu à peu l’État à toutes les institutions scolaires. Il ne reste aux collèges qu’à préparer au baccalauréat une jeunesse « choisie ». Cette double difficulté qui devient un double accommodement fait l’objet durant l’entre-deux-guerres d’une contestation au sein de la Compagnie de Jésus quand s’oppose au charisme fondateur la pratique héritée du XIXe siècle. Les jeunes jésuites réclament le retour à un externat jésuite rendant possible l’accompagnement de la démocratisation scolaire. Un système de bourse doit sinon permettre de maintenir le collège en contresociété éducative. Mais la concurrence de la gratuité de l’enseignement d’État et la difficulté financière récurrente des établissements jésuites conduisent inexorablement à l’acceptation du financement public offert par la loi Debré et à son corollaire, l’obligation de respecter les programmes de l’État. Pour maintenir le charisme, l’option est alors claire pour certains jésuites : il faut abandonner l’institution scolaire.

Notes

1 Voir Dominique Avon et Philippe Rocher, Les jésuites et la société française, XIXe-XXe siècle, Des humanités à un nouvel humanisme chrétien, Toulouse, Privat, 2001.

2 Joseph Burnichon, La Compagnie de Jésus en France, Histoire d’un siècle, 1814-1914, Paris, Beauchesne, 1914-1922.

3 Roger, Chartier, Dominique Julia et Marie-Madeleine Compère, L’éducation en France du XVIe au XVIIIe siècles, Paris, SEDES-CDU, 1976.

4 Luce Giard (dir.), Les jésuites à la Renaissance. Système éducatif et production du savoir, Paris, PUF, 1995. Voir aussi Philippe Rocher, Le goût de l’excellence, quatre siècles d’éducation jésuite en France, Paris, Beauchesne, 2001, 438 p.

5 Philippe Rocher, « Des « corbeaux » au service d’un complot. La caricature de « l’éducation jésuite » au XIXe siècle (1814-1914) », dans Dominique Avon (dir.), La caricature face à l’autorité temporelle et spirituelle, Rennes, PUR, 2010.

6 Jacques Cretineau-Joly, Histoire religieuse, politique et littéraire de la Compagnie de Jésus, Composée sur les documents inédits et authentiques, Paris, Paul Mellier, Lyon, Guyot, 1845-1846, 6 vol.

7 Philippe Rocher, « Des « corbeaux » au service d’un complot.. », art. cit.

8 Les politiques de l’éducation en France de la maternelle au baccalauréat, textes rassemblés et présentés par Martine Allaire et Marie-Thérèse Frank, Paris, La documentation française, 1995, p. 84 et suiv.

9 Jean-Pierre Moisset, Les biens de ce monde : les finances de l’Église catholique au XIXe siècle dans le diocèse de Paris, 1802-1905, Pessac, Presses universitaires de Bordeaux, 2004.

10 Joseph Burnichon, La Compagnie de Jésus en France..., op. cit., t. 3, p. 383.

11 Ibid., Lettre du préposé général Roothaan 17 mai 1850.

12 Ibid., p. 384. Joseph Burnichon conclut : « Une fois de plus la démonstration était faite que, au temps où nous vivons, le système de l’internat s’impose en règle générale aux collèges libres, comme condition d’existence. »

13 Archives romaines de la Société de Jésus (ARSI), Lettre du préposé général à M. Ducrey, 1860.

14 Archives françaises de la Société de Jésus (AFSI), fonds Prat, imprimé, « Aux familles catholiques », Saint-Étienne, 15 août 1854.

15 Philippe Rocher, « Albéric de Foresta », dans Guy Avanzini et al. (dir.) Dictionnaire historique de l’éducation chrétienne d’expression française, Paris, éditions Don Bosco, 2010.

16 AFSI, fonds Prat, manuscrit, « Raisons générales pour lesquelles la compagnie de Jésus semblerait ne devoir jamais ouvrir de pensionnat que malgré elle, et pour ainsi dire à son corps défendant », p. 517-519.

17 AFSI, fonds Prat, « Objections à ceux qui prétendent que même abstraction faite des lois qui écartent la compagnie de l’éducation, la saison des collèges, selon son institut est passée en France, et qu’il n’y a plus moyen d’y élever la jeunesse autrement que dans les pensionnats », p. 520-522.

18 AFSI, Fonds Prat, prospectus du collège de Cantorbery.

19 Ibid.,

20 ARSI, Lettre du préposé général au RP Monnot, 25 août 1882.

21 ARSI, Lettre de Louis Deschamps au préposé général, décembre 1913.

22 Philippe Rocher, « Une reconquête éducative catholique par le livre : les éditions SPES (1922-1960) », dans Jean-François Condette (éd.), Éducation, religion, laïcité (XVIe-XXe siècle), Continuités, tensions et ruptures dans la formation des élèves et des enseignants, Villeneuve d’Ascq, CEGES, Lille 3, 2010, p. 479-507.

23 Marc Dubruel, Le Règne des Pédagogues, L’École Unique, Paris, Spes, 1926 (reprise d’articles publiés en 1924).

24 Ibid., p. 13.

25 Ibid., p. 14.

26 Ibid., p. 15.

27 Ibid., p. 31.

28 Ibid., p. 33.

29 Ibid., p. 42.

30 Ibid., p. 44.

31 Ibid., p. 45.

32 Ibid., p. 47.

33 Ibid., p. 63.

34 Philippe Rocher, « Une reconquête éducative catholique par le livre : les éditions SPES (1922-1960) », dans Jean-François Condette (éd.), Éducation, religion, laïcité (XVIe-XXe siècle)..., art. cit., p. 479-507.

35 Archives françaises de la Compagnie de Jésus, prospectus de Notre dame de Mongré, années 1926, 1931-1932, etc.

36 AFSI, Mly 174, Consulte provinciale du 16 mars 1931.

37 AFSI, Mly 174, Consulte provinciale du 29 avril 1931.

38 AFSI, « L’œuvre Saint-Louis-de-Gonzague. Son adaptation à la situation présente de l’enseignement libre. Communication du RP provincial », 14 mai 1935, 4 p. dactylographiées.

39 Ibid.,

40 AFSI, Ad rectores collegiorum, Lyon, le 30 juin 1935.

41 Le père de Bonneville a déjà proposé, en juillet 1931, que ce pourcentage corresponde à 20 % des traitements reçus par les religieux, déduction faite de la pension alimentaire quand celui-ci est à la charge de la communauté. En 1935, il demande que cette contribution ne soit plus versée à une caisse commune des collèges, mais au fond de capitalisation propre à chaque collège.

42 Ibid., p. 4.

43 Ibid., p. 6.

44 Diverses réponses, non signées, dactylographiées dans le dossier relatif à l’Œuvre Saint-Louis-de-Gonzague.

45 AFSI Mly 174, Consulte provinciale du 26 décembre 1936.

46 Philippe Rocher, « De l’enseignement à l’éducation jésuite en région lyonnaise (1850-1950) », dans Étienne Fouilloux et Bernard Hours (dir.), Les jésuites à Lyon : XVIe-XXe siècle, Paris, ENS-Éditions, 2005, p. 113-130, et « Un dictionnaire de pédagogie catholique pour le XXe siècle ?, Histoire d’un projet franco-belge », dans Revue d’histoire ecclésiastique, no 3-4, 2001, p. 391-426.

47 François de Dainville, « Avenir de l’enseignement libre », Études, mars 1960, p. 299.

48 Ibid., p. 300.

49 Ibid., p. 301.

50 Ibid., p. 302.

51 Jean Seguy, « Les sociétés imaginées : monachisme et utopie », Annales ESC, no 2, 1971, p. 328-354.

© Presses universitaires de Rennes, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540