Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le coût des études

 | 
Jean-François Condette

Troisième partie. Le coût des études et ses implications sociales : enjeux de la gratuité et finalités paradoxales des bourses d’études

La destination savante d’un étudiant pauvre méritant. Expériences et réflexions fichtéennes sur le coût des études

Jean-François Goubet

Texte intégral

1Le philosophe allemand Johann Gottlieb Fichte (1762-1814) fut porté par l’idée de destination savante de l’être humain autant qu’il en fut porteur. Issu d’une famille d’artisans ruraux, il devint un Gelehrter, un savant, convaincu de son mérite personnel. Sa propre philosophie, notamment en ce qui concerne la réforme à mener de l’Université, reflète également son parcours personnel en tenant compte du frein que pourrait constituer le coût des études dans la formation d’une élite sociale et politique. Dans le présent propos, je souhaiterais distinguer deux moments principaux. Dans un premier temps, je compte porter le regard sur la façon dont la situation économique de Fichte a conditionné son parcours étudiant et ses réflexions personnelles sur la société et le pouvoir politique de son temps. Dans un second temps, je m’intéresserai davantage au projet de réforme de l’Université prussienne suite à l’effondrement de 1806. Les plans fichtéens de création universitaire à Berlin datés de 1807 portent la marque du parcours personnel et ne manquent pas d’en tirer des conséquences institutionnelles, sociales et politiques se voulant universelles. En conclusion, je donnerai quelques indications sur la postérité des réflexions fichtéennes, notamment en ce qui concerne la question sociale de l’institution éducative lors du débat allemand sur l’école unique.

Le parcours académique de Fichte en tant qu’étudiant pauvre

2De condition pauvre, Fichte était a priori exclu de l’accession à une position sociale plus élevée grâce à une formation académique. Ayant eu la chance de bénéficier du patronage d’un noble de sa région de naissance, il put tout de même fréquenter, en tant qu’élève, la célèbre Schulpforta puis pendant un temps, en tant qu’étudiant, l’Université d’Iéna. Il y fit l’expérience douloureuse de la barrière pécuniaire le séparant de la réussite sociale via l’obtention de titres universitaires lorsque, suite à des manquements, il fut soudainement privé de subsides. La nomination à l’Université d’Iéna du magister Fichte en 1794 tint dès lors très largement du miracle dans ces conditions. L’historien Antony J. La Vopa, auteur d’une biographie du philosophe, donne en ces termes un résumé sommaire mais efficace du curriculum de ce dernier :

  • 1 Antony J. La Vopa, « Doing Fichte. Reflections of a sober (but unrepentent) Contextual Biographer  (...)

« Il naquit dans une famille villageoise de tailleurs, dans une famille résolument luthérienne, en 1762. La charité d’un noble lui permit d’échapper à la vie de tailleur dans son enfance et d’obtenir une éducation académique. Les sept années après avoir quitté l’université, alors qu’il cherchait une opportunité de carrière, il endura les privations et les indignités du préceptorat. En 1794, à l’âge de trente-deux ans, il reçut une nomination convoitée à Iéna, La Mecque de la révolution philosophique kantienne1. »

3De façon plus élégante, Claudio Cesa donne un descriptif concordant de l’élévation fichtéenne au-dessus de sa condition initiale :

  • 2 Claudio CESA, Introduzione a Fichte, Bari, Laterza, 1998, p. 3.

« Il avait fait ses études de lycée dans la célèbre « école » de Pforta, mais, à l’université, il avait mené la vie désordonnée et pauvre du clerc vagabond, inscrit à la faculté de théologie sans pour autant, d’après ce que lui-même en a dit, en cultiver les disciplines spécifiques. Quand se sont amenuisées les subventions pour rester à l’université, il fut contraint d’être précepteur, en Allemagne et en Suisse. Il avait, au moins en ces années-là, de grandes ambitions, intellectuelles également, mais nourries de lectures contemporaines plus que de la pratique des classiques2. »

La pauvreté comme frein au parcours académique

4À bien des égards, le parcours de Fichte est exemplaire de celui d’un étudiant pauvre. Il était auditeur en faculté de théologie, laquelle, si elle payait habituellement le mieux ses professeurs, réclamait le moins d’argent pour y être inscrit. Il dut, à plusieurs reprises, être précepteur (en Suisse ou en Prusse orientale) ou répétiteur (comme à Leipzig en 1790) pour gagner son pain. Il n’accompagna certes pas un jeune noble à l’Université pour l’aider à y faire ses études mais était conscient de cette opportunité. Les étudiants pauvres, en effet, se saisissaient souvent de cette opportunité, comme l’écrit Ludwig Fertig :

  • 3 Ludwig Fertig, Die Hofmeister. Ein Beitrag zur Geschichte des Lehrerstandes und der bürgerlichen I (...)

« Les précepteurs nobles n’avaient pas, la plupart du temps, à faire cours eux-mêmes dans le lieu universitaire mais devaient superviser les études de sorte qu’il leur restait souvent du temps pour leurs propres occupations [...]. L’accompagnement des étudiants à l’université était également prisé car on pouvait désormais rattraper ce que, par exemple, on avait manqué en tant qu’étudiant pauvre de théologie3. »

5Fichte, qui rêvait d’être le conseiller d’un prince pour avoir une large sphère d’action, était ramené par sa condition sociale initiale, condition dont il n’avait su s’extraire en manquant de sérieux, aux perspectives les moins souriantes puisque même le pastorat ne pouvait s’ouvrir à lui. Au total, le parcours universitaire de Fichte est exemplaire de l’incidence du coût des études sur leur poursuite et leur achèvement. Sans donateur extérieur, il lui était impossible d’obtenir les grades universitaires qui, au mieux, l’auraient très vraisemblablement mené à des fonctions sociales inférieures. La pauvreté sur le long terme, qui l’obligea un temps à vendre ses vêtements sauf, tout de même, ceux qu’il portait, le conduisit même au bord du suicide. Comme le rappelle Antony J. La Vopa, le philosophe est représentatif de ce qu’étaient en général les étudiants pauvres dans l’Allemagne des Lumières :

  • 4 Antony J. La Vopa, Grace, Talent, and Merit. Poor students, clerical careers, and professional ide (...)

« Étudiants en théologie, ils s’engageaient dans des carrières cléricales, y compris la branche enseignante. Ils devaient leur première instruction à la charité en ses formes variées, et étaient tous des produits de l’impulsion réformatrice qu’avait soutenue le luthéranisme depuis ses débuts [...]. Ils se distinguaient de leurs plus riches Kommilitonen [camarades auditeurs] par le fait qu’ils prenaient leurs repas à des “tables libres” dans des réfectoires et des tavernes locales, par leur besoin de gagner de l’argent en tant que tuteurs dans les maisons privées et par leur manteau usé jusqu’à la corde et leur chemise souillée. En y regardant de plus près, l’espèce se scinde en exclus et en inclus. Pour les exclus, l’instruction académique était un saut spectaculaire mais dangereux dans un monde étranger. Elevés dans les sphères “inférieures” de l’agriculture et des arts manuels, ils pouvaient s’attendre à être relégués à la cave du domaine instruit – comme pasteurs de village ou de petites villes et comme enseignants dans les écoles latines. Toutefois, on compte parmi les exceptions quelques-uns des personnages stellaires de la vie intellectuelle du XVIIIe siècle ; sont issus des profondeurs plébéiennes Johann Joachim Winckelmann et Christian Gottlob Heyne, deux des géants de la renaissance des études classiques, et les trois hommes – Christian Wolff, Immanuel Kant, et Johann Gottlieb Fichte – qui expliquent largement le renom de l’Allemagne du XVIIIe siècle en matière de philosophie académique4. »

Répercussions sur les représentations sociales

6Lors d’une nuit d’insomnie en Suisse, quelques mois avant le début de la Révolution française, Fichte a jeté sur le papier quelques considérations réformistes sur la société. Ces dernières sont nourries de la lecture du Lienhard und Gertrud de Pestalozzi. Lesdites considérations portent également la trace de l’expérience personnelle. Le grand biographe français de Fichte, Xavier Léon, écrivait, il y presque cent ans, à ce sujet les choses suivantes :

  • 5 Xavier Leon, Fichte et son temps, t. 1, Paris, Armand Colin, 1922, p. 65.

« Fichte dénonce les superstitions et la corruption morale des classes privilégiées, l’ignorance des classes populaires ; il déplore les injustices de la société ; il est avide de réformes, il n’a pas attendu, pour formuler son désir, d’y être sollicité par les événements du dehors ; ses réflexions datent du mois de juillet 17885. »

7Il importe de déterminer plus précisément ce que recouvre en fait le terme de classes privilégiées. Le philosophe ne désigne pas uniquement la noblesse et ses droits héréditaires, comme il continuera d’ailleurs de le faire sa vie durant, mais il s’en prend aussi à la fortune en tant que, de facto, elle introduit une fracture entre roturier capable d’ascension sociale et homme de peu incapable de promotion intergénérationnelle. Ce que Fichte déplore, c’est la fracture existant entre le peuple, à comprendre en son acception de classe dépourvue de propriété et d’instruction, et les riches en titres, innés ou acquis. La véritable ligne de séparation qu’il dénonce ne se situe ainsi pas tant au niveau du hiatus entre la noblesse et le reste qu’entre ceux qui ont capital économique ou culturel d’un côté, et ceux qui en sont réellement privés de l’autre. La pauvreté a sans doute fait sentir à Fichte plus qu’à un autre ce que pouvait être une inégalité réelle, et non seulement formelle, entre citoyens.

Fichte était-il destiné à être jacobin ?

8Dans ces conditions concrètes d’existence, Fichte était-il appelé à devenir révolutionnaire, voire à se faire jacobin, comme une tradition exégétique française l’a souvent laissé entendre ? Xavier Léon inclinait plutôt dans ce sens :

  • 6 Ibid., p. 173-174. Sur la critique de la lecture républicaine française du parcours fichtéen, voir (...)

« Il est, en tout cas, remarquable que Fichte ait attendu, pour prendre parti et pour affirmer publiquement ses opinions, l’heure même où la Révolution devient populaire, démocratique, jacobine... et sanglante, l’heure où l’inspiration de Rousseau deviendra prédominante, l’heure où la plupart de ceux qui l’avaient accueillie comme une délivrance vont se détourner d’elle avec une sorte d’horreur6. »

  • 7 Je reprends l’expression à l’historien allemand Horst Möller dans Fürstenstaat oder Bürgernation. (...)
  • 8 Sur le jacobinisme dans les pays de langue allemande, voir Helmut Reinalter, Der Jakobinismus in M (...)
  • 9 Je renvoie sur ce point à mon édition de J. G. Fichte, Revendication de la liberté de penser, Pari (...)

9Le maintien de fait, suite à l’échec universitaire, dans une situation de relégation sociale associée à un idéal égalitaire de réalisation de soi par la liberté aurait très bien pu faire de Fichte un révolutionnaire impénitent. Deux réserves méritent cependant d’être posées. La première est que l’Allemagne fut globalement « le pays sans révolution7 », le pays dans lequel ne pouvait matériellement naître un mouvement de sans-culottes convergeant un moment avec une bourgeoisie porteuse d’aspirations libérales ; l’appellation de jacobin, dans ces conditions, tient plus du dénigrement par des adversaires que d’un positionnement politique assumé8. La seconde réserve tient au fait que la radicalité fichtéenne ne lui fut pas intégralement insufflée par les événements politiques hexagonaux ; sa défense de la liberté de penser auprès des princes de l’Europe qui l’ont opprimée inclut des motifs proprement luthériens, et elle se comprend par suite en grande partie en référence à un contexte de censure religieuse purement allemand9. La défiance vis-à-vis de la Révolution française, suite à l’avènement de Napoléon Ier, amènera d’ailleurs Fichte à prôner une voie réformiste, éducative, de renouveau politique, ou, pour mieux dire, une régénération politique de la nation défaite par la mise sur pied d’un système scolaire unifié, dans lequel, d’ailleurs, la question des études et de leur coût est expressément traitée. Attitudes révolutionnaire ou réformiste ne sont pas des finalités en elles-mêmes mais des moyens en vue de la venue au jour de l’Idée, de ce qui doit être. On comprend dès lors que, au gré des circonstances, les options du philosophe aient pu changer relativement à ce qui était à faire, pourvu que le but, identique, soit atteint.

Le plan de 1807 pour la création de l’université de Berlin

10L’expression la plus célèbre du plan d’éducation nationale fichtéen se trouve dans les Discours à la nation allemande. C’est toutefois sur le texte contemporain moins connu de Plan déductif pour la création d’un établissement universitaire à Berlin (1807) que je voudrais m’arrêter. La ville de Halle n’étant plus prussienne suite à la défaite contre Napoléon, il fallait trouver un expédiant pour continuer de fournir à l’État sa technostructure. À cette occasion, Fichte fait acte non seulement d’innovation institutionnelle mais il prend encore fait et cause contre les privilèges inhérents à la naissance et plaide nettement pour une République des Allemands.

La question pécuniaire et l’institution universitaire

  • 10 Voir l’introduction d’Alain Renaut à sa traduction de J. G. Fichte, Fondements du droit naturel, P (...)
  • 11 Il faut se rappeler que Fichte s’est aliéné son auditoire de Königsberg en se montrant trop rigide (...)
  • 12 Cf. Deduzierter Plan, FW VIII 180-181 ; traduction française par Alain Renaut sous le titre de Pla (...)
  • 13 Xavier Leon, Fichte et son temps, t. 2, Paris, Armand Colin, 1927, p. 144.

11Même si on laisse ici de côté son aspect spéculatif, la radicalité déductive de la pensée de Fichte ne se laisse pourtant pas balayer d’un revers de main10. On pourrait la résumer aisément à l’aide d’une formule simple : qui veut la fin doit en même temps réaliser les moyens ; l’Idée commande qu’on descende dans les moindres détails de son effectuation. On ne s’étonnera donc pas de voir Fichte en venir explicitement au cas des étudiants pauvres ou, plus généralement, de le voir penser la gratuité des études universitaires pour les plus doués. Car qui veut faire progresser la raison doit vouloir que les plus talentueux soient les mieux instruits pour, depuis la position sociale acquise, élever les autres à leur tour. La contingence de la richesse et de la pauvreté doit donc être surmontée. Au paragraphe 55 de son plan berlinois, Fichte imagine comment les étudiants pourraient payer un honoraire et obtenir un billet d’entrée pour venir écouter le cours11. Des détails pratiques sont donnés, notamment sur l’emploi d’un placeur. Et le philosophe d’ajouter que ce dernier placeur pourrait donner sans contrepartie financière la contremarque due aux futurs étudiants d’élite, appelés « réguliers », puis que, dans le cas des étudiants sans le sou, des bourses ou des repas gratuits devraient être institués12. C’est l’essence même de l’université, à savoir être un lieu de production libre de science et d’excellence, qui implique des correctifs économiques. Promouvoir d’un côté l’idée d’université et se désintéresser de l’autre du droit réel à étudier, ici du coût des études, serait faire preuve d’une légèreté coupable. La même leçon se tirait déjà quelques pages auparavant, lorsque Fichte en venait à décrire pour la première fois la vie académique des étudiants les plus talentueux, dits « réguliers ». Au paragraphe 30, on apprend, pour reprendre une nouvelle fois les termes de Xavier Léon, que ces derniers « auraient habitation et vie communes et seraient défrayés de tout par l’État qui leur fournirait même les livres13 ». Pour le dire avec le philosophe allemand lui-même :

  • 14 Fichte, Deduzierter Plan, FW VIII, p. 143 ; traduction française citée, p. 203.

« Ils pénètrent ensemble au sein de ce qui ne forme qu’une grande famille, logent et se nourrissent en commun, sous une surveillance convenablement libérale. Tout ce dont ils ont besoin, sans aucune exception, y compris livres, vêtements, matériel d’écriture, etc., leur est fourni en nature par l’économat, et, abstraction faite de la gestion d’une somme modérée d’argent de poche, pour laquelle un maximum pourrait être fixé, ils n’ont pendant leurs années d’étude à s’occuper d’aucune autre question économique14. »

12La vie studieuse à laquelle les meilleurs sont appelés ne doit pas leur être refusée par les hasards de la naissance et les caprices de la fortune.

Société de privilèges ou société ouverte ?

13La question du coût des études universitaires est, dans le plan déductif de 1807, en prise directe avec celle du modèle de société, ouvert ou fermé, que l’on promeut. Fichte ne se contente pas d’envisager la gratuité pour les plus démunis puisqu’il plaide en fait pour une justice distributive plus large : les nobles pourraient payer le double de frais d’inscription, et les fils de famille roturière le quart, la moitié ou les trois-quarts en fonction de l’état de leur fortune. Et le philosophe d’épingler au passage la noblesse : pour prouver que ce n’était pas l’interdiction de la concurrence qui lui a, jusqu’ici, donnée son rang et sa préséance devant la bourgeoisie, celle-ci devrait saluer les mesures préconisées :

  • 15 Ibid.

« Il est à espérer que nos riches maisons, dont, sinon, l’éclat, du fait des orientations qui seraient prises ainsi, s’éteindraient dans leur postérité, recherchent assidûment l’accès parmi nos réguliers, et que particulièrement notre noblesse saisisse cette occasion avec joie pour montrer que ce n’était pas seulement l’interdiction de la concurrence qui la maintenait dans le rang occupé jusqu’ici, mais qu’elle pouvait prétendre au même rang dans le cadre d’une concurrence librement ouverte avec la bourgeoisie. Il serait possible en même temps d’établir que les comtes s’acquittent d’un double paiement, comme cela a été jusqu’ici fixé pour les honoraires des collèges ; d’autres nobles encore verseraient en supplément la moitié du quantum complet15. »

  • 16 Ibid., p. 175 ; traduction française citée p. 229.

14Les bourses ne devraient pas nécessairement être des bourses complètes, vu qu’une famille qui ne pourrait vraiment supporter la totalité de ces frais peut pourtant en supporter éventuellement une partie. Il peut donc y avoir « des quarts, des moitiés, des trois-quarts de bourse, selon les possibilités de la famille16 ». L’ironie est nette : la véritable noblesse est celle de l’honneur et de la réalisation de soi par sa propre initiative, et ne tient pas à un quelconque titre hérité. Quelques lignes plus bas, le critère de la compétence, par opposition avec celui de la naissance, était ainsi clairement mis en avant.

  • 17 Fichte, Deduzierter Plan, FW VIII, p. 174 ; traduction française citée, p. 228.

« De même que du point de vue des places régulières le principe est établi en général que tout individu apte à une telle place et la demandant doit l’obtenir, de même du point de vue du paiement le principe est établi que qui peut payer, doit payer, mais qui ne le peut pas, occupe cette place de façon parfaitement gratuite, dans la mesure où il ne peut pas payer. Ce n’est pas le paiement qui fait l’aptitude, mais ce que par ailleurs on est capable d’accomplir17. »

  • 18 Ibid., paragraphe 1s, FW VIII, p. 97 et suiv.
  • 19 Sur les relations tendues entre le philosophe et les cercles cultivés de Berlin, voir par exemple (...)
  • 20 Sur le prototype de l’homme instruit par opposition au modèle plus désuet du savant universitaire, (...)

15À première vue, Fichte se réclame d’une bourgeoisie prise en bloc pour dénoncer les privilèges indus de la noblesse. La société se partagerait donc en deux états opposés, et la lutte pour le progrès, via la réforme universitaire, viserait à supprimer cette scission. Ce serait toutefois méconnaître une autre ligne de fracture qui parcourt le texte même si, il est vrai, elle n’entre pas en résonance avec la prise en charge thématique du coût des études. Je veux parler de la charge contre le monde de l’édition savante, la culture du livre en tant que fleuron de la participation aux affaires et aux idées de l’élite bourgeoise instruite. Lorsque Fichte, dès l’abord, s’en prend à la communication écrite de la vérité pour prôner sa diffusion orale, ce sans quoi l’université se détruirait elle-même dans son concept18, la charge contre des gens comme Friedrich Nicolai, libraire à Berlin et homme de lettres influent, fait encore saillie19. Il y a un conflit de légitimité intellectuelle entre, d’une part, celui qui se veut encore un Gelehrter, un homme de science qui revendique l’exclusive du droit à inaugurer des mutations sociales, et, de l’autre, les Gebildeten, les gens instruits acquis à l’idée de popularité du savoir et entendant s’exprimer sur les affaires publiques20.

La communauté académique comme modèle de la future République

  • 21 Fichte, Deduzierter Plan, FW VIII, p. 151.

16Fichte a-t-il donc voulu remplacer une élite par une autre, voire mettre en avant un nouvel ordre de privilégiés par rapport à un autre ? Si le premier point ne suscite guère de question, le second soulève du moins quelques interrogations. Il apparaît en effet que les « réguliers », les étudiants de pointe que le philosophe voulait voir venir s’établir dans le nouvel établissement berlinois, devaient se voir élevés au-dessus des lois communes. N’y aurait-il donc pas eu rétablissement d’une forme d’absolutisme, de déliement par rapport à l’obligation juridique, au profit d’une nouvelle communauté ? Regardons de plus près ce que propose Fichte au paragraphe 37. Les étudiants « réguliers » sont comme une famille qui, globalement, est certes soumise à la police de l’État mais qui, prise dans son détail, use pour se conduire de biais éducatifs bien plus que de la contrainte21. Les étudiants réguliers entrent ainsi dans une communauté de vie dédiée au savoir et forment une unité organique placée au-dessus de l’espoir et de la crainte, c’est-à-dire un ensemble dans lequel c’est la seule morale qui tient lieu de principe d’action. Est-ce là cependant un privilège, une entorse aux règles communes ? L’excellence en savoir et les devoirs envers le peuple qui y ressortissent offrent-elles en contrepartie un statut d’exception ? La réponse doit plutôt être négative, car ce dont jouissent les étudiants « réguliers » est ce dont doivent jouir dans un avenir idéal tous les étudiants puis tous les citoyens, pour peu qu’ils y auront été éduqués : l’autonomie comme obéissance à la loi qu’on s’est soi-même prescrite. La coercition politique vise à sa propre suppression, et si elle n’est déjà plus de mise pour certains, ici les « réguliers », c’est que ceux-ci ont déjà perçu l’idée d’un monde meilleur et futur, idée qu’ils sont capables, entre eux, de faire advenir dans les faits. La conclusion politique est tirée par Fichte lui-même à la toute-fin de son opuscule, soit dans le paragraphe 67, où il est dit que l’université nouvelle est le modèle dont doit s’inspirer l’homme politique pour régénérer l’État. C’est par l’éducation nationale que se fera l’avènement graduel de la République des Allemands que Fichte appelle de ses vœux.

17Sans doute ne pouvons-nous plus reprendre inconditionnellement ce modèle de fusion intime entre éducation et politique. Les errances du siècle passé nous ont rendu sensibles les impasses auxquelles mène la volonté de faire advenir à tout prix l’homme nouveau. Dès 1935, un pédagogue comme Hermann Nohl voit très bien la tentative national-socialiste de résorber la pédagogie dans le politique. Sa mise en avant de la seule voie pédagogique pour réformer la société est la réponse à la volonté d’améliorer l’homme sans tomber dans le dévoiement de son siècle. Pour le dire avec ses mots :

  • 22 Hermann Nohl, Die pädagogische Bewegung in Deutschland und ihre Theorie, Frankfurt, Klostermann, 1 (...)

« Il y a deux voies pour configurer un peuple. Ce qui est exposé dans ce livre est l’histoire de l’effort passionné de notre nation, depuis qu’elle connaît la crise de la culture, pour résoudre sur la voie pédagogique le problème de son nouveau devenir-peuple. Cet essai n’a pas été couronné de succès – chaque prémice s’est achevée par la scission en partis, scission qui devait justement être surmontée, et la politique a finalement repris la tâche entre ses mains22. »

  • 23 Comme le rappelle par exemple Eduard Spranger dans son Wilhelm von Humboldt und die Reform der Bil (...)

18Même si les plans fichtéens pour l’Université de Berlin n’ont pas réussi à s’imposer et si le gouvernement prussien a opté pour une autre option23, il n’en demeure pas moins que la postérité de ses réflexions pédagogiques ne fut pas nulle. Ses propos ne doivent pas, en outre, être taxés de totalitarisme au bénéfice d’une lecture rétrospective de l’histoire. Il serait ainsi simplificateur de rejeter absolument l’idéal fichtéen d’éducation nationale. Du moins les partisans allemands de l’école unique, qui savaient bien que la question scolaire est toujours en même temps une question sociale et politique, ne l’ont-ils pas fait. On peut penser au philosophe social-démocrate Paul Natorp ou au pédagogue plus centriste Georg Kerschensteiner. Le premier se réclame de la radicalité philosophique de Fichte pour prôner l’école unique, allant de l’institution populaire, élémentaire, jusqu’aux établissements supérieurs. Dans le même souffle où il évoque le nom de son devancier, Natorp s’inscrit résolument dans l’action et plaide pour que la communauté scolaire soit le creuset de la communauté politique :

  • 24 Paul Natorp, Religion innerhalb der Grenzen der Humanität. Ein Kapitel zur Grundlegung der Sozialp (...)

« De nos jours, dans la patrie de Fichte, on ne peut exiger de la philosophie qu’elle mette ses soins à éviter les questions vitales posées par la science sociale, et on ne peut guère lui pardonner si elle le fait. Car, là où ce ne sont pas la raison et la science qui dirigent les destinées humaines, ce sont les instincts qui s’en font maîtres et les entraînent aussitôt sur les voies les plus funestes ; et avec le calme d’une spéculation qui s’est détournée de l’agitation du monde, c’en est bientôt tout à fait fini également. Les questions sont-elles posées radicalement par la situation de l’époque ? C’est qu’on a alors besoin de réponses radicales, partant de la science, mais non de celle-ci ou de celle-là, plutôt de la science radicale : la philosophie24. »

19Le second, quant à lui, voit dans la communauté de travail fichtéenne le modèle de la formation personnelle, sociale et cosmopolite de l’homme. Il va de soi dans son esprit qu’en réformant aussi l’éducation élémentaire, ce ne sera pas uniquement le peuple comme classe inférieure de la société qui en tirera profit mais l’ensemble de la nation :

  • 25 Georg Kerschensteiner, Der Begriffder Arbeitsschule, Ph. Gonon (Hg.), Darmstadt, Wissenschaftliche (...)

« Aucune pensée n’est toutefois demeurée plus étrangère au système scolaire allemand que celle de la communauté bénévole de travail. Ce n’est que dans un petit nombre d’écoles du peuple et d’écoles supérieures que cette pensée a trouvé une réalisation consciente, que ce soit dans les mesures instructives proprement dites, dans les mesures donnant forme à la discipline scolaire ou dans le travail bénévole des élèves au profit du fonctionnement de l’école. Et pourtant nous possédons depuis presque cent ans les propositions excellentes qu’a faites Fichte dans ses Discours à la nation allemande, œuvre dans laquelle il recommande les communautés économiques de travail en tant que facteurs éducatifs essentiels pour la génération à venir25. »

20Que des penseurs circonspects de la pédagogie aient eu à cœur d’incorporer dans leurs réflexions la possibilité concrète de la scolarité pour tous, possibilité afférant également au coût des études, n’a en soi rien d’étonnant. Car la prise en compte des conditions réelles d’exercice du droit à l’éducation ne peut laisser insensible quiconque se veut républicain, en quelque lieu ou quelque temps que ce soit.

Notes

1 Antony J. La Vopa, « Doing Fichte. Reflections of a sober (but unrepentent) Contextual Biographer » dans Hans Erich Bödeker (dir.), Biographie schreiben, Göttingen, Wallstein, 2003, p. 109-171, (ici p. 116). Ici et ailleurs, lorsque nous n’indiquons pas de traduction française, c’est nous qui transposons.

2 Claudio CESA, Introduzione a Fichte, Bari, Laterza, 1998, p. 3.

3 Ludwig Fertig, Die Hofmeister. Ein Beitrag zur Geschichte des Lehrerstandes und der bürgerlichen Intelligenz, Stuttgart, Metzler, 1979, p. 53.

4 Antony J. La Vopa, Grace, Talent, and Merit. Poor students, clerical careers, and professional ideology in eighteenthcentury Germany, Cambridge, Cambridge University Press, 1988, p. 1-2.

5 Xavier Leon, Fichte et son temps, t. 1, Paris, Armand Colin, 1922, p. 65.

6 Ibid., p. 173-174. Sur la critique de la lecture républicaine française du parcours fichtéen, voir les premières pages d’Anthony J. La Vopa, Fichte. The Self and the Calling of Philosophy, 1762-1799, Cambridge, Cambridge University Press, 2001.

7 Je reprends l’expression à l’historien allemand Horst Möller dans Fürstenstaat oder Bürgernation. Deutschland (1763-1815), Berlin, Siedler, 1998, p. 522 et suiv.

8 Sur le jacobinisme dans les pays de langue allemande, voir Helmut Reinalter, Der Jakobinismus in Mitteleuropa. Eine Einführung, Stuttgart/Berlin/Mainz/Köln, W. Kohlmann, 1981.

9 Je renvoie sur ce point à mon édition de J. G. Fichte, Revendication de la liberté de penser, Paris, Livre de poche, 2003.

10 Voir l’introduction d’Alain Renaut à sa traduction de J. G. Fichte, Fondements du droit naturel, Paris, PUF, 1986.

11 Il faut se rappeler que Fichte s’est aliéné son auditoire de Königsberg en se montrant trop rigide sur ce dernier point : loin d’autoriser ce que les Québécois nomment le « maganisage » (das Hospitieren en allemand), le fait de venir écouter quelques cours librement avant de s’inscrire ou non comme auditeur, le philosophe souhaitait qu’en tout lieu, sur le modèle d’Iéna, on s’acquittât aussitôt du prix de sa place.

12 Cf. Deduzierter Plan, FW VIII 180-181 ; traduction française par Alain Renaut sous le titre de Plan déductif d’un établissement d’enseignement supérieur à fonder à Berlin dans l’ouvrage collectif Philosophies de l’Université, Paris, Payot, 1979, p. 233.

13 Xavier Leon, Fichte et son temps, t. 2, Paris, Armand Colin, 1927, p. 144.

14 Fichte, Deduzierter Plan, FW VIII, p. 143 ; traduction française citée, p. 203.

15 Ibid.

16 Ibid., p. 175 ; traduction française citée p. 229.

17 Fichte, Deduzierter Plan, FW VIII, p. 174 ; traduction française citée, p. 228.

18 Ibid., paragraphe 1s, FW VIII, p. 97 et suiv.

19 Sur les relations tendues entre le philosophe et les cercles cultivés de Berlin, voir par exemple Erich Fuchs, „Fichte und die Berliner Aufklärung“, dans Carla de Pascale, Erich Fuchs, Marco Ivaldo und Günter Zöller (Hg.), Fichte und die Aufklärung, Hildesheim/Zurich/New York, Olms, 2004, p. 53-68.

20 Sur le prototype de l’homme instruit par opposition au modèle plus désuet du savant universitaire, voir Hans Erich Bödeker „ Prozesse und Strukturen politischer Bewußtseinsbildung der deutschen Aufklärung“, dans H.-E. Bödeker und U. Hermann (Hg.), Aufklärung als Politisierung, Politisierung der Aufklärung, Hamburg, Meiner, 1987, p. 10-31.

21 Fichte, Deduzierter Plan, FW VIII, p. 151.

22 Hermann Nohl, Die pädagogische Bewegung in Deutschland und ihre Theorie, Frankfurt, Klostermann, 1988.

23 Comme le rappelle par exemple Eduard Spranger dans son Wilhelm von Humboldt und die Reform der Bildungswesens, Tübingen, Max Niemeyer, 1960, p. 204, c’est de Schleiermacher que le célèbre ministre prussien était en fait le plus proche dans sa conception de l’Université à fonder.

24 Paul Natorp, Religion innerhalb der Grenzen der Humanität. Ein Kapitel zur Grundlegung der Sozialpädagogik, Tübingen, Mohr/Siebeck, 1908, p. IV.

25 Georg Kerschensteiner, Der Begriffder Arbeitsschule, Ph. Gonon (Hg.), Darmstadt, Wissenschaftliche Buchgesellschaft, 2002, p. 48.

© Presses universitaires de Rennes, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540