Version classiqueVersion mobile

Le coût des études

 | 
Jean-François Condette

Troisième partie. Le coût des études et ses implications sociales : enjeux de la gratuité et finalités paradoxales des bourses d’études

Gratuité des études et fait du prince : le cas de Saint-Cyr (1686-1793)

Dominique Picco

Texte intégral

  • 1 Voir les écoles de charité parisiennes pour filles étudiées par Martine Sonnet dans L’éducation de (...)
  • 2 Voir Dominique Picco, « L’éducation des demoiselles de Saint-Cyr (1686-1719) », dans Anne Defrance(...)

1L’historiographie de la IIIe République est à l’origine d’un certain nombre d’idées reçues sur l’éducation dans la France d’Ancien Régime, dont celle qui pose que du temps de la monarchie absolue les études étaient toutes payantes. Or, il existait des écoles de charité qui prenaient entièrement en charge la scolarité des enfants pauvres grâce aux généreuses donations de pieux catholiques imprégnés des conceptions tridentines qui voyaient là un moyen d’assurer leur propre salut tout en contribuant à préserver les « bons pauvres » des péchés générés par l’ignorance et du protestantisme1. Une autre idée reçue veut qu’en dehors des déclarations royales de 1698 et 1723, affirmant la nécessité de doter chaque paroisse d’une école et d’y scolariser les enfants jusqu’à quatorze ans, jamais l’État monarchique ne créa d’établissements scolaires. Parmi les institutions qui contredisent ces affirmations figure la Maison royale de Saint Louis, installée non loin de Versailles, à Saint-Cyr. En effet, à l’initiative de Louis XIV, elle assure, à partir de 1686 et un siècle durant, l’éducation de plus de trois mille fillettes issues de la noblesse pauvre du royaume. Admises entre sept et douze ans, elles bénéficient pendant environ dix ans d’une éducation complète alliant des enseignements adaptés, selon les conceptions du temps, à leur sexe – instruction religieuse et morale, lecture, écriture et calcul, travaux d’aiguille – et d’autres plus originaux comme l’histoire, la géographie, le chant, la musique ou encore le théâtre2. Saint-Cyr, création monarchique tournée vers l’éducation de filles nobles dont la scolarité était financée par l’État, constitue donc un exemple de gratuité des études issue de la volonté du prince, une expérience dont l’utilité sociale demeura reconnue jusqu’aux premières années de la Révolution. À partir de plusieurs types de sources – textes normatifs, livres de compte, écrits de Mme de Maintenon, du personnel de l’établissement et témoignages de contemporains – cette étude propose de décrypter les objectifs poursuivis à travers cette institution par le monarque fondateur et ses successeurs, le mode de financement permettant la prise en charge par l’État de la longue scolarité des élèves mais aussi d’estimer le coût des études.

Un projet original et durable

  • 3 Lettre de Mme de Maintenon à Mme de Brinon (vers le 18 mai 1686) dans Lettres de Madame de Mainten (...)

2Peu de temps après l’ouverture de Saint-Cyr, Mme de Maintenon rappelle à Mme de Brinon, première supérieure de l’établissement : « Il n’y a point d’exemple d’une Maison aussi grande que la nôtre et dont l’obligation soit de n’être occupée que de l’éducation3. »

Une fondation pérennisée dans son existence et dans ses objectifs

  • 4 Philippe Cocâtre-Zilgien, Bruno Neveu, « Saint-Cyr, institut religieux et fondation royale », Revu (...)
  • 5 Lettre de Mme de Maintenon à Mme de Brinon (1er septembre 1683) dans Lettres de Madame de Mainteno (...)
  • 6 Ibid., lettre de Mme de Maintenon à Mme de Brinon (vers décembre 1684), p. 561.
  • 7 François de la Chaize d’Aix (1624-1709), jésuite, confesseur de Louis XIV de 1675 à 1709. Voir Geo (...)

3La Maison royale de Saint-Louis naît de la volonté de Louis XIV affirmée par Lettres patentes du 18 juin 1686. Néanmoins les historiens s’accordent à lire dans ce projet et dans sa réalisation la convergence d’objectifs différents incarnés en plusieurs individus : le roi bien sûr mais aussi son confesseur le père de La Chaize, Mme de Maintenon sans oublier Louvois4. Les préoccupations éducatives de Françoise d’Aubigné, issue d’une famille noble désargentée qui négligea son éducation, sont anciennes. Dès 1669, elle élève secrètement les enfants du roi et de Mme de Montespan. Par charité, elle œuvre également à l’éducation de filles pauvres, nobles ou gueuses, par l’intermédiaire d’amies religieuses à Rueil puis à Montmorency. « Je vous envoie 244 livres, pour le mois de nos filles » écrit-elle à Mme de Brinon en 16835. Une étape supplémentaire est franchie avec la création d’une première maison d’éducation, en février 1684, au château de Noisy, acquisition récente du monarque. Rapidement, celui-ci souhaite donner une autre dimension à cette fièvre éducative, comme le signale, dès le mois de décembre 1684, la marquise à Mme de Brinon : « il est fort question présentement de l’établissement de Saint-Cyr6 ». Quant au père de La Chaize, il partage avec les milieux dévots la volonté de mieux éduquer les filles afin d’enraciner la foi dans les familles7. Pour les plus misérables, il s’agit aussi de leur donner quelques rudiments de formation professionnelle afin de leur éviter de tomber dans la délinquance ou la prostitution et donc de les maintenir parmi les « bons pauvres ».

  • 8 Bibliothèque nationale de France (BNF) Ms. fr. 14029, Ms. fr. 23824, NAF 7489, Lettres Patentes du (...)
  • 9 Bruno Neveu, « Du culte de Saint-Louis à la glorification de Louis XIV : la Maison royale de Saint (...)

4D’après les textes fondateurs, il s’agit pour Louis XIV de « pourvoir à l’éducation des demoiselles d’extraction noble, surtout pour celles dont les pères étant morts dans le service ou s’y étant épuisés par les dépenses qu’ils y auraient faites, se trouveraient hors d’état de leur donner les secours nécessaires pour les faire bien élever8 ». En accordant à ses officiers le privilège de faire élever leurs filles à Saint-Cyr, le souverain cherche certes à les soulager du coût de leur éducation mais également à fidéliser des familles durement atteintes dans leur chair par les choix du souverain. Venir en aide à une noblesse frappée par de longues années de guerre paraît également indispensable à Louvois. Dans le même registre, le roi a d’ailleurs déjà créé en 1670 les Invalides puis, quelques années plus tard, les compagnies de cadets gentilshommes ce qu’il ne manque pas de rappeler dans le préambule des Lettres patentes de 1686. Mais la Maison royale, placée sous la protection de Saint Louis, est aussi une fondation pieuse où fillettes et religieuses doivent prier chaque jour pour le repos de l’âme des membres de la famille royale, Marie-Thérèse en particulier, morte depuis peu. Plus tard, elles uniront dans leurs prières le couple fondateur Louis XIV et Mme de Maintenon. Cette dernière, épouse cachée, pourrait également, si besoin est, trouver en ces lieux refuge et sépulture9.

  • 10 BNF, Ms. fr. 11674 et 22290, Lettres patentes de 1694.
  • 11 BNF, Ms. fr. 11674, Lettres patentes de 1718.
  • 12 Lettres patentes du 1er juin 1763 citées dans Théophile Lavallee, Histoire de la Maison Royale de S (...)
  • 13 Voir Mme Campan, Mémoires, Paris, Mercure de France, 1988, p. 95.

5Si des modifications structurelles sont apportées au moment où, en 1692, Saint-Cyr, institut séculier, est transformée par volonté royale en communauté régulière rattachée à l’ordre de St Augustin, les objectifs demeurent identiques10. Les successeurs du roi soleil confirment régulièrement l’existence de l’institution et en pérennisent les objectifs11. Même si, en 1763, Louis XV décide de réserver dorénavant les places de demoiselles aux filles de militaires, il ne fait qu’officialiser une pratique déjà bien installée12. Cependant, à la différence de leur glorieux ancêtre, Louis XV et Louis XVI se rendent rarement à Saint-Cyr. Marie Leszinska, très attachée à l’institution, y installe un temps ses parents, mais ne parvient pas à convaincre son époux d’y faire élever leurs filles, celui-ci préférant Fontevraud. Marie-Antoinette s’intéresse peu à cette école même si elle apprécie, dit-on, la compagnie de jeunes filles qui en sortent13. Le centenaire de la fondation fut célébré avec faste, mais n’attira ni les souverains ni les princes ou princesses de la famille royale. L’établissement, relativement coupé du monde par la clôture, subit néanmoins les critiques des Lumières sur l’éducation conventuelle.

La prise en charge de la scolarité par l’État

  • 14 Bibliothèque municipale de Versailles (BM de Versailles), G 351 à 353, Mémoires de Manseau. Publié (...)
  • 15 Mme de Maintenon l’avoue à son frère Charles : « Je vous dis en confidence, que je prends des demo (...)
  • 16 Quelques mois plus tard à Mme de Villette, la marquise écrit : « Vous aurez peut-être entendu dire (...)
  • 17 Archives départementales des Yvelines, D 104.

6Aucun texte d’époque n’évoque en ces termes une prise en charge par l’État de la scolarité des élèves, pourtant il s’agit bien de cela. À Noisy, expérience préalable à Saint-Cyr, non seulement le roi est propriétaire des locaux où il entreprend d’importants travaux14 mais, à partir de mars 1684, il se substitue à Mme de Maintenon qui, jusque-là, payait la pension des élèves en finançant discrètement15 puis ouvertement16 sur ses aumônes la scolarité de cent demoiselles. L’implication du monarque est bien plus importante au moment de la fondation de Saint-Cyr. Après avoir déterminé que l’établissement devait être installé à proximité, mais pas trop, de la résidence royale, les regards du monarque se tournent vers l’abbaye bénédictine de Saint-Cyr qui refuse de quitter les lieux malgré la somme proposée. En avril 1685, le marquis de Saint Brisson, seigneur de Saint-Cyr, accepte quant à lui de vendre pour 91 000 livres son domaine au maréchal de la Feuillade qui, quelques semaines plus tard, l’échange contre des biens du domaine royal situés en Limousin17. Le roi confie le chantier à Jules Hardouin Mansart ; en quinze mois, celui-ci démolit l’ancien château et construit les nouveaux bâtiments pour un total de 1,4 millions de livres prises sur le trésor royal. Viennent s’ajouter les dépenses pour le mobilier, le linge et les hardes, soit 150 000 livres.

  • 18 Lettres patentes du 1er juin 1763 citées dans Théophile Lavallee, Histoire de la Maison Royale..., (...)
  • 19 AD des Yvelines, D 333. En 1719, les frais de dossier de preuves sont compris entre 25 et 69 livre (...)
  • 20 « Il ne faut présenter aucune demoiselle qui ait des difformités ou des infirmités d’esprit et de (...)
  • 21 Trente et un cas sur les 1887 destins connus. Voir Dominique Picco, « De Saint-Cyr à la “vie de ch (...)
  • 22 Dix cas sur les 1887 destins connus.

7D’après les Lettres patentes de 1686, non seulement les « jeunes filles issues de familles nobles » mais le personnel d’encadrement – trente-six Dames de Saint Louis et vingt-quatre sœurs converses – sont « entretenues gratuitement » à Saint-Cyr, mais il est défendu de « souffrir qu’il soit reçu ni exigé aucune somme de deniers, rentes ou autres choses pour l’entrée dans la maison [...] sous quelques prétextes que cela puisse être18 ». Pour les nouvelles recrues, rien n’est donc laissé à la charge des familles, ni le coût du voyage, ni l’élaboration du dossier de preuves de noblesse par le généalogiste royal d’Hozier, directement rétribué par la Maison royale selon un barème précis19. Cette règle n’est cependant pas valable si le dossier n’est pas conforme (noblesse trop récente ou manque de pièces justificatives) ou si la fillette présente une disgrâce physique ou une maladie interdite par les règlements20. En sus de la prise en charge des frais d’admission, de scolarité, de soins et d’entretien quotidien, la monarchie assure à chaque demoiselle sortante, à l’âge de vingt ans, une dot de 3 000 livres afin de pourvoir à son établissement dans le monde ou dans un couvent. De plus elle reçoit un trousseau évalué à 300 livres sans compter une somme pour couvrir ses premiers besoins et ses frais de retour au domicile parental. Si pour des raisons de santé, une fillette doit quitter l’institution avant le terme de sa scolarité21, sa famille se voit attribuer une pension de 150 livres jusqu’à ses vingt ans avant de recevoir la dot. Seules les élèves renvoyées pour raisons disciplinaires ne bénéficient ni de la pension, ni de la dot22.

  • 23 Marthe Marguerite le Vallois de Villette-Mursay (1673-1729), arrière petite-fille d’Agrippa d’Aubi (...)

8Cette totale gratuité qui répond à un objectif politique et religieux résulte aussi du milieu social des élèves : leur noble famille doit être pauvre et fournir une attestation de l’évêque du diocèse de résidence. Cependant, la réputation de la maison – sa proximité du pouvoir monarchique bien plus que la qualité de l’éducation délivrée – fait que de nombreux nobles sont prêts à faire leurs preuves de pauvreté pour permettre la réception d’une de leurs filles. Situation bien perçue par certains contemporains de Mme de Maintenon telle sa nièce, Mme de Caylus23, qui l’évoque dans ses Souvenirs :

  • 24 Souvenirs de Madame de Caylus, Paris, 1986, Mercure de France, p. 92.

« On sait que, pour entrer à Saint-Cyr, il faut faire également preuve de noblesse et de pauvreté ; et s’il s’y glisse quelquefois des abus dans un de ces deux points, ce n’est ni la faute des fondateurs, ni celles des dames religieuses de cette maison. Le généalogiste du Roi fait les preuves de noblesse, l’évêque et l’intendant de la province certifient la pauvreté : si donc ils se laissent tromper, ou qu’ils le veuillent bien être, c’est que tout est corruptible, et que la prévoyance humaine ne peut empêcher les abus qui se glisseront dans les établissements les plus solides et les plus parfaits24. »

9Selon le cardinal de Bernis, de telles pratiques perdurent au siècle suivant :

  • 25 Correspondance du cardinal de Bernis avec M. Paris-Duverney, Londres, 1790. Cité par Daniel Roche, (...)

« Sous Madame de Maintenon, on prétendait que les preuves de pauvreté qu’il fallait faire pour entrer à Saint-Cyr en écarteraient la noblesse ; et aujourd’hui la noblesse aisée n’a pas honte de se dire pauvre, pour y faire admettre ses filles25. »

  • 26 AD des Yvelines, 3Q80. Voir Dominique Picco, « Le retour en province des demoiselles de Saint-Cyr (...)

10Jamais cette prise en charge par l’État n’a été remise en question au cours du siècle d’existence de la maison, au point qu’en 1793, lors de la fermeture de l’établissement, la Convention reprit même à son compte une partie des engagements de la monarchie. Ses biens saisis et mis en vente au printemps, l’ancienne maison royale ne pouvait plus faire face, faute de moyens, ni aux dépenses quotidiennes ni doter les sortantes. Les familles avaient été sollicitées pour venir chercher les fillettes ; les Dames devenues de simples institutrices avaient procédé au partage du linge et des hardes entre elles, tandis que l’administration du district de Versailles avait assuré le remboursement du voyage de retour au taux de 20 sols par lieu26.

Des spécificités perçues par les contemporains

11Si les contemporains ont conscience que la fondation de Saint-Cyr résulte de la volonté et de la générosité royales, certaines formules révèlent qu’ils ont également saisi les avantages découlant de la gratuité pour les familles. Ainsi, le poète et académicien Régnier des Marais (1632-1713) célèbre à travers cette création la grandeur et la bonté de Louis XIV, mais perçoit également la situation délicate d’une partie de la noblesse et l’opportunité que représente, en termes financiers et éducatifs, cette institution :

  • 27 Séraphin Regnier des Marais, Histoire de Louis XIV en vers. Cité par Théophile Lavallee, Histoire (...)

« Sous des toits chancelants, mille nobles familles/Avec peine, élevaient d’aimables jeunes filles/Et dans ce triste état voyaient avec douleur/Du sang de leurs aïeux la honte et le malheur/Toi, de leur mauvais sort réparant la disgrâce/Dans le superbe enclos où ta bonté les place/Tu les fais élever par de savantes mains27. »

12Plus fine est l’analyse de Mme de Caylus des différents bienfaits que peuvent tirer les familles des largesses du monarque : éducation gratuite, dot assurée mais également retombées sur toute une parenté d’une éducation de qualité :

  • 28 Souvenirs de Madame de Caylus, op. cit., p. 92-93.

« Quel avantage n’est-ce point pour une famille aussi pauvre que noble, et pour un vieux militaire criblé de coups, après s’être ruiné dans le service, de voir revenir chez lui une fille bien élevée, sans qu’il lui en ait coûté pendant treize années qu’elle a pu demeurer à Saint-Cyr, apportant même encore un millier d’écus qui contribuent à la marier, ou à la faire vivre en province. Mais ce n’est là que le moindre objet de cet établissement : celui de l’éducation que cette demoiselle a reçue, et qu’elle répand ensuite dans une famille nombreuse, est vraiment digne des vues et de l’esprit de Mme de Maintenon28. »

13L’éloge du souverain fondateur paru dans le Mercure galant de septembre 1686 associe étroitement Saint-Cyr aux Invalides et aux compagnies de cadets :

  • 29 BNF, 8° Lc-2-33 et 33B.

« Quel bonheur, pour nous aussi bien que pour les Français qui nous suivront, que Dieu nous ait donné un monarque qui, outre un nombre infini de grandes choses qu’il a faites pour la gloire de ses peuples et pour leur utilité, en a fait trois si dignes de sa grandeur et en même temps si surprenantes, que tous les souverains de la terre auraient peine à imaginer et plus encore à exécuter l’une de ces trois choses. Vous les trouverez dans l’établissement des Invalides, dans celui des compagnies de jeunes gentilshommes qu’on instruit en plusieurs villes comme en des académies, et dans celui de Saint-Cyr. Ces trois établissements font la grandeur de sa Majesté, puisque, en récompensant la noblesse qui a servi, ils donnent encore le moyen de continuer à ceux qui en ont encore la force. [...] Quant à l’établissement de la Maison de Saint-Cyr, il donne aussi lieu à la noblesse de servir le roi, puisque les pères qui auront des filles dans cette communauté, étant déchargés de la dépense à laquelle les engagerait l’obligation de les faire instruire selon leur naissance, seront plus en pouvoir de servir le roi avec leurs fils29. »

14À en croire ce journal, la prise en charge par l’État de la scolarité d’une ou plusieurs filles permet donc aux familles nobles de consacrer une plus large part de leurs ressources à l’établissement de leurs fils dans les armées royales, analyse qui ne peut que sensibiliser l’historien aux problématiques de genre internes aux fratries.

  • 30 Pétition de la municipalité de Saint-Cyr à la Convention du 27 floréal an II.

15Quant à certains écrits de la période révolutionnaire, ils établissent clairement un lien entre l’Église catholique et Saint-Cyr, allant jusqu’à qualifier l’institution de « caverne impure de la superstition et du fanatisme30 ». En revanche, il n’est pas certain que la population locale ait perçu les objectifs de la monarchie ni l’importante de son implication financière. Ainsi peut-on lire dans une pétition de mai 1793 :

  • 31 Cité par Théophile Lavallee, Histoire de la Maison Royale de Saint-Cyr..., op. cit., p. 255.

« Il est de notoriété publique que feu Capet, sa femme et ses tantes versaient fréquemment dans cette maison d’importantes aumônes, dont la distribution était confiée à la sagesse des citoyennes qui dirigeaient la maison de Saint-Cyr31. »

16À cette même date, du côté de l’institution, l’argument de la gratuité d’une école dorénavant ouverte à toutes les filles quelque soit leur origine sociale est brandi par l’intendant de la maison, Astruc, pour essayer d’éviter la fermeture de l’établissement. Dans un rapport adressé à la Convention, il précise que

  • 32 AD des Yvelines, 3Q80, Mémoire donné au Ministre de l’intérieur par le citoyen Astruc Intendant de (...)

« les élèves sont reçues, nourries et entretenues dans tous leurs besoins tant en santé qu’en maladie aux dépens de la fondation depuis l’âge de sept ans jusqu’à vingt ans accomplis ; à ce terme de leur sortie, la Maison leur fournit un trousseau, leur donne 150 livres pour leur frais de voyage, une légère gratification aussi en argent et on leur délivre trois mille livres de dotation32 ».

17Astruc avance un autre argument cher à la pensée des Lumières, et auquel les membres de la Convention ne pouvaient qu’être sensibles, celui de l’utilité sociale :

  • 33 Ibid.

« La Maison de St-Cyr est un établissement national, qui par l’objet de sa fondation mérite considération puisqu’il est un moyen de récompenser les enfants des parents qui ont bien mérité de la patrie ; l’organisation de cette Maison est un chef d’œuvre dans son genre, les institutrices réunissent à la vertu la plus pure et à la plus grande modestie, tous les talents utiles et d’agrément, elles seules ignorent leur mérite ; l’éducation y est aussi variée et aussi complète qu’on peut le désirer pour des mères de famille dans quelque position quelles[sic] se trouvent, tout y retrace l’ordre l’union, l’égalité et la fraternité, la simplicité et l’économie en sont le piédestal : tels sont les titres de cet intéressant établissement dégagé de son ancienne prérogative de noblesse33. »

Les ressources financières de Saint-Cyr

18Avant même l’inauguration de la Maison royale, Louis XIV se préoccupe de son avenir et cherche à lui assurer de solides revenus lui permettant d’être autonome financièrement. Début 1686, alors que le chantier n’est pas encore achevé, ce souci est déjà présent sur la liste, écrite de sa main, de tout ce à quoi il faut songer avant l’ouverture de la maison :

  • 34 AD des Yvelines, D 93. Le texte intégral a été publié dans Arnaud Ramiere de Fortanier (dir.), Les (...)

« Biens à donner pour la fondation [...], provisions par avance pour que rien ne manque au premier juillet jour que les demoiselles entreront à St Cyr [...], proposition de donner plus de revenus qu’il ne faut pour l’entretien de la maison qu’on pourrait avoir [...], voir à peu près l’état où la dépense ira [...], défendre tout présent [...], défendre qu’on acquière plus de biens34. »

Revenus primitifs

19En filigrane se profile la solution envisagée par le monarque pour financer la maison, à savoir la doter d’un capital foncier qui rapportera suffisamment pour couvrir à l’avenir tous ses besoins. Ainsi l’indépendance de Saint-Cyr serait-elle garantie et l’institution n’aurait aucunement à dépendre de la générosité des uns ou des autres. Les Lettres patentes de 1686 affirment nettement le principe – déjà sous-jacent dans le pense-bête de 1686 – d’interdire toute donation en dehors de celles des souverains.

  • 35 Lettres patentes du 1er juin 1763 citées dans Théophile Lavallee, Histoire de la Maison Royale..., (...)

« Défendons expressément à ladite maison et communauté de Saint-Cyr de recevoir ni accepter à l’avenir aucune augmentation de dotation et fondation de quelque nature de biens que ce puisse être, si ce n’est de la part des rois nos successeurs ou des reines de France, ou de faire aucune acquisition de fonds, legs ni obligation, sous quelques prétextes que ce soit même à titre de confrérie35. »

  • 36 Voir Théophile Lavallee, Histoire de la Maison Royale de Saint-Cyr..., op. cit., p. 36.
  • 37 AD des Yvelines, D 502.
  • 38 Voir Lucette Peter, Le temporel de la congrégation des dames de Saint-Cyr, doctorat de troisième c (...)
  • 39 Ibid., p. 53-54. En 1789, la terre de Saint-Cyr comprend 103 hectares de terres et 2 hectares de bo (...)

20Si, tout au long de l’existence de l’établissement la première partie de cette interdiction a été respectée, il n’en a pas été de même pour la seconde. Les revenus initiaux de la communauté de Saint-Cyr comprennent en premier lieu ceux qu’elle tire de la seigneurie éponyme. En effet, la transaction faite entre le souverain et le marquis de Séguier de Saint-Brisson par l’intermédiaire du maréchal de La Feuillade comprend, en sus du château, un domaine incluant « parc, bois, fermes, terres, le tout de la contenance de trois cents arpents36 ». À elle seule, la ferme, dont les bâtiments ont été conservés, contient 250 arpents qui sont affermés comme du temps du marquis jusque dans le premier quart du XVIIIe siècle37. Ce domaine rapporte environ 1 500 livres par an à la fin du XVIIe siècle, 3 000 livres au milieu du siècle suivant et 5 300 livres à la veille de la Révolution38, une somme certes en augmentation en raison de plusieurs agrandissements39 et d’une conjoncture économique favorable, mais qui ne saurait suffire à couvrir les besoins d’une communauté regroupant au moins 350 personnes dont 250 élèves et une centaine de religieuses et personnels de service.

  • 40 AD des Yvelines, D 93.
  • 41 AD des Yvelines, D 94.
  • 42 Lucette Peter, Le temporel de la congrégation des dames de Saint-Cyr, op. cit., p. 12-13.

21La manse abbatiale de l’abbaye de Saint Denis constitue le fleuron de la générosité royale. Par brevet du 2 mai 1686, le titre abbatial de Saint Denis, vacant depuis la mort, en 1679, de son dernier titulaire le cardinal de Retz, est supprimé par le roi et tous les revenus afférant sont transférés à la communauté séculière de Saint-Cyr40. En pleine affaire de la régale, quelques années après la déclaration des quatre articles de Bossuet (1682), cette sécularisation de biens d’Église constitue un point de désaccord supplémentaire entre Louis XIV et le souverain pontife. Le conflit entre les deux parties dure six ans et oppose le monarque à trois papes successifs. Sous le pontificat d’Innocent XII, grâce à l’intervention personnelle de Madame de Maintenon et à l’action de l’avocat de la Maison royale, Nouët, les deux parties parviennent à un accord. Le roi cède sur la transformation de la maison en communauté régulière et le pape consent à fulminer la Bulle d’union de la manse, le 23 janvier 169241. Composée de terres situées dans un rayon d’une soixantaine de kilomètres autour de la capitale dans les diocèses de Paris, Chartres, Orléans, Tours, Meaux, Senlis, Laon, Beauvais et Rouen, la manse rapporte environ 110 000 livres à la fin du XVIIe siècle et 250 000 à la veille de la Révolution soit environ la moitié des revenus de la communauté42.

  • 43 AD des Yvelines, D 96.
  • 44 AD des Yvelines, D 97.
  • 45 AD des Yvelines, D 98, Décharge du droit d’enregistrement des acquisitions faites et à faire sur l (...)

22En 1686, le roi offre également à l’institution 50 000 livres de rente à tirer d’un patrimoine restant à acquérir – soit un capital foncier potentiel d’un million de livres. Un peu plus de la moitié de ce capital est constitué du duché de Chevreuse dont les terres, presque toutes situées entre la Bièvre et l’Yvette, sont peu éloignées de Saint-Cyr. L’acquisition principale se fait en deux temps. Le 1er février 1692, le roi achète ce domaine au duc de Luynes et de Chevreuse ainsi qu’à son épouse Jeanne Marie Colbert43, tandis que la communauté de Saint-Cyr, elle, se porte acquéreur des seigneuries de Buc, Villiers le Bretonneux, Guyancourt et Villeroy avant de les échanger en juillet 1693 contre ledit duché, avec entrée en jouissance un an plus tard. Courant 1693, quelques achats, soit directement au duc de Luynes pour cent arpents oubliés dans la transaction précédente, soit à Charles Piet, contrôleur général des guerres pour les terres et seigneuries de Rhodon, Gomberville et Magny l’Essart44, permettent de compléter le domaine. Cet ensemble foncier, estimé à 22 800 livres de revenus en 1692, affermé 20 000 livres à la fin du siècle et 80 000 livres un siècle plus tard, constitue la seconde source de revenus de la Maison royale. Par ailleurs, dans les premières années d’existence de celle-ci, de nombreux privilèges sont consentis par le roi dont certains offrent des avantages fiscaux non négligeables45.

Donations royales

  • 46 AD des Yvelines, D 99, 104, 450 et 456.
  • 47 Ibid.

23Les dernières années du siècle sont marquées par une série d’achats permis par la générosité du roi et visant à compléter les biens-fonds parmi lesquels, en 1696, le fief Foucault à Colombes, acquis pour 7 000 livres et fournissant une rente annuelle de 300 livres46. Un an plus tard, le roi donne 18 000 livres pour aider à l’achat d’une ferme à Cormeilles en Vexin dont le revenu est évalué à 900 livres par an47. Faute d’acquisitions foncières suffisantes, le reste des 50 000 livres de rentes promises par le roi – soit un peu plus de 20 000 livres – ne proviendra jamais de revenus tirés de la terre mais d’une rente annuelle en numéraire assignée sur les Domaines de la généralité de Paris. Or, son montant reste identique jusqu’à la Révolution ce qui, dans une conjoncture de hausse des prix, suscite les plaintes des Dames et de leur gestionnaire.

24En 1698, un revenu annuel supplémentaire, alloué par lettres patentes du souverain augmente la dotation de la communauté d’une rente prise sur les revenus de la recette générale de la généralité de Paris. Le monarque justifie son geste par la situation de la noblesse au lendemain de la guerre de la ligue d’Augsbourg :

  • 48 AD des Yvelines, D 98.

« Les services qu’elle nous a rendus dans la dernière guerre dans laquelle ils n’ont épargné ni leurs biens ni leurs vies pour soutenir la gloire de notre état, nous engagent encore plus fortement à procurer à leurs enfants tous les secours dont ils auront besoin pendant qu’ils seront dans ladite maison [...] et pour mettre cette communauté en état, par une nouvelle marque de notre libéralité, en augmentant notre fondation, de soutenir à l’avenir sa dépense et ses revenus. Nous avons résolu d’y pourvoir par un nouveau fonds48. »

  • 49 Ibid.
  • 50 Ibid., D 96.

25La même année, au mois de juillet, un texte du même type établit une rente de 60 000 livres visant à financer « un revenu annuel fixe qui ne puisse être employé qu’à doter des Demoiselles49 ». Cette somme est servie deux fois par an, à Noël et à la Saint-Jean, sur les revenus du domaine royal de la généralité de Paris, chapitre des fiefs et aumônes. Contrairement à ce que suggérait le pense-bête royal de 1686 et à ce qu’avaient institué les lettres patentes de fondation, les revenants-bons annuels ne suffisent donc pas à couvrir les dépenses de dotation alors que, douze ans après l’ouverture de la Maison, les sorties commencent à se multiplier. Les dernières années du règne de Louis XIV sont également marquées par deux dons directs du souverain. Le premier concerne les terres dépendant du prieuré royal de Chevreuse, très imbriquées à l’intérieur du duché du même nom appartenant à Saint-Cyr. En 1698, après avoir obtenu l’accord de l’abbé de Saint-Pierre de Bourgueil, dont le prieuré dépend, et celui du pape, des lettres patentes déclarent le titre de prieur éteint et l’union des « domaine, justice, censives et rentes en dépendant » à la communauté de Saint-Cyr50. En 1713, le roi se dessaisit également au profit des Dames d’une maison située à Fontenay-le-Fleury dans le parc de Versailles, qui ne rapporte rien, mais sert de résidence secondaire aux prêtres lazaristes desservants de la Maison royale.

  • 51 AD des Yvelines, D 100 et 108.
  • 52 Théophile Lavallee, Histoire de la Maison Royale de Saint-Cyr..., op. cit., p. 334.
  • 53 AD des Yvelines, D 438 à 444.
  • 54 Lettres patentes de 1686, citées dans Théophile Lavallee, Histoire de la Maison Royale..., op. cit.

26La générosité de Louis XV et Louis XVI est sans commune mesure avec celle de leur aïeul. On doit certes au premier d’importants travaux rendus nécessaires par l’état de délabrement d’une partie des bâtiments en raison de l’humidité des lieux et des problèmes d’infiltration induits, mais en matière de revenu, il se limite au don du prieuré de La Saussaye-les-Villejuif. Cette ancienne léproserie de fondation royale devenu prieuré n’abrite plus alors que onze religieuses et six pensionnaires, toutes très âgées. Or, les biens attenants situés non loin de Saint-Cyr dégagent un revenu annuel d’environ 19 000 livres. Les négociations menées avec l’évêque d’Orléans aboutissent à une donation royale en août 1769 « portant extinction et suppression du prieuré de La Saussaye-les-Villejuif et l’union de tous les biens et revenus en dépendant à la Maison royale de Saint Louis à Saint-Cyr51 » à charge pour les Dames de verser une pension viagère aux religieuses qui ont accepté de se retirer dans des couvents parisiens. Concernant la dernière donation royale, celle du Prieuré de Troarn en 1789, les sources assez pauvres : en s’en tenant aux dires de Théophile Lavallée, l’initiative du projet de rattachement de ce prieuré situé près de Caen, dégageant un revenu annuel de 14 000 livres et peuplé d’une poignée de religieux, reviendrait à la reine Marie-Antoinette52. L’objectif était d’ériger ce prieuré en chapitre de chanoinesses et d’en réserver l’accès aux anciennes demoiselles. La procédure, coûteuse pour les finances de la Maison royale, est engagée en 1786 auprès des religieux du prieuré mais également à Rome53. Elle aboutit en 1789 à la bulle de sécularisation de la communauté et à l’union, par Louis XVI, du prieuré à Saint-Cyr ; néanmoins les circonstances font que jamais les Dames n’ont joui de cette nouvelle source de revenus. Quant aux reines de France et à Mme de Maintenon qui étaient autorisées par les textes primitifs54 à faire des dons – sous forme de biens fonciers ou de dotation en argent –, elles n’ont jamais, d’après les sources, usé de ce droit.

Acquisitions

  • 55 Ibid., Lettres patentes du 1er juin 1763.
  • 56 AD des Yvelines, D 99, 450 et 456.
  • 57 AD des Yvelines, D 104.
  • 58 BNF, Ms. fr. 11674 et AD des Yvelines, D 827.

27En contradiction avec les intentions exprimées par le fondateur – « défendre que l’on acquière plus de biens55 » – et avec les textes réglementaires, la Maison royale de Saint Louis accroît ses possessions par des acquisitions dont les états triennaux, établis à la fin du mandat d’une supérieure, portent la trace56. Ces agrandissements résultent de divers procédés qui tous ne transgressent pas totalement les règles établies. Ainsi, lors de procès, des échanges très favorables, en particulier avec les religieux de Saint-Denis, permettent d’acquérir de belles fermes contre des ruines, de bonnes terres contre des terrains de chasse57. La perception de droits et d’indemnités de différentes natures, découlant du pouvoir seigneurial exercé par les Dames sur leurs terres – tel le droit de mainmorte sur les héritages – offre de dégager de petites sommes réinvesties sous forme de biens fonciers de taille modeste : arpent de terre, maison, moulin, etc. En 1695, au Perray, au sud de Trappes, l’opération est déjà plus importante : deux fermes et quatre maisons acquises grâce aux 18 000 livres réglées par le roi pour des terres de la seigneurie de Trappes nécessaires à l’agrandissement du parc de Versailles. En 1719, peu de temps après la mort de Madame de Maintenon, les Dames s’écartent totalement de la règle imposée par Louis XIV en tournant leur regard vers des fiefs de la Châtellenie de Rueil enclavés dans leurs terres et sources de nombreux litiges. Détenus par un jeune duc de Richelieu criblé de dettes et pressé par ses créanciers, ils sont mis à prix 100 000 livres. Sans attendre les expertises et malgré l’opposition de leur avocat qui leur rappelle qu’elles ne peuvent acquérir, les Dames portent les enchères à 116 000 livres en comptant obtenir l’aide du Régent. Celui-ci ne répondant pas à leur requête, il leur faut, pour signer le contrat d’achat le 20 septembre, puiser dans leur fond de réserve à hauteur de 60 000 livres58.

28Soixante ans plus tard, une nouvelle acquisition constitue une opération d’une tout autre envergure. À l’origine, elle résulte du conflit opposant la communauté au Prince de Conti à propos de la seigneurie d’Auvers en Vexin détenue par les Dames et située au milieu des chasses du Prince. En 1743, ce dernier obtient la conservation du droit de chasse sur ladite terre ce qui suscite de la part des Dames moult plaintes liées aux ravages du gibier. Au début des années 1770, exaspérées par ces dévastations, les Dames exigent de recouvrir le droit de chasse ; en réponse, le Prince propose d’acquérir la seigneurie. Des négociations s’ouvrent, un échange est envisagé, le roi lui-même propose différents biens peu éloignés de Saint-Cyr, tous refusés par les Dames dont les exigences sont grandes et justifiées par la supérieure Mornay dans une lettre adressée en 1773 au directeur du conseil intérieur d’Ormesson :

  • 59 Archives nationales, 144 AP 45 : archives de la famille d’Ormesson.

« Nous sommes obligées en conscience de nous conserver des biens dont nous ne sommes que les économes, que nous ne pouvons aliéner sans des causes légales de nécessité ou d’évidente utilité ; de nécessité il n’y en a certainement pas de notre part nous avons au contraire les plus puissants motifs de conserver une terre qui [...] d’utilité évidente, c’est à Monsieur le Prince de Conti à la procurer59. »

  • 60 AD des Yvelines, D 431, Discours préliminaire au compte général de 1779.
  • 61 AD des Yvelines, D 98. Une déclaration royale du 3 mars 1694 rendait obligatoire l’octroi de lettr (...)
  • 62 AD des Yvelines, D 430 à 434. Philippe Nicolas Pia, ancien échevin de la ville de Paris pour 228 0 (...)

29Les Dames finissent par accepter l’échange de la terre d’Auvers, estimée à 260 000 livres, contre une autre valant au moins 800 000 livres. Leur choix se porte sur le comté de Charny en Bourgogne, « quoique dans un grand éloignement60 » de Saint-Cyr, mis en vente 850 000 livres par Louise de Rohan, comtesse de Brionne, veuve de Charles de Lorraine, et dégageant un revenu annuel de 40 000 livres (contre 4 000 pour Auvers). La différence est importante et l’opération ne peut être menée sur les ressources propres de la maison. La communauté, qui ne peut acquérir de biens-fonds, espère un temps que le roi participe à la transaction au nom du capital promis par Louis XIV. Louis XVI se limite à autoriser par lettres patentes de juillet 1778, les Dames à emprunter le complément, soit 528 000 livres61. Quatre emprunteurs seulement s’avèrent nécessaires pour réunir une telle somme, preuve de la confiance accordée à la gestion des Dames62. En ajoutant intérêts, droits divers et frais de notaires, le comté de Charny aura coûté presque 900 000 livres.

  • 63 Cité par Lucette Peter, Le temporel de la congrégation des dames de Saint-Cyr..., op. cit., p. 183 (...)
  • 64 Chapitre de Notre Dame de Paris, 540 000 livres ; archevêché de Strasbourg, 500 000 livres.
  • 65 Cité par Lucette Peter, Le temporel de la congrégation des dames de Saint-Cyr..., op. cit., p. 184

30La Maison royale de Saint-Louis est donc à la tête d’un capital évalué par Lucette Peter à environ huit millions de livres, reposant essentiellement sur 6 000 hectares de terres situés pour l’essentiel dans un rayon de 50 kilomètres63. Ils dégagent, dans les années 1780, un revenu annuel de plus de 400 000 livres, ce qui situe Saint-Cyr à un niveau moyen au sein des grosses fortunes aristocratiques mais parmi les plus hauts revenus ecclésiastiques64 et bien au-dessus du plus riche établissement conventuel féminin, l’abbaye de Fontevraud qui jouit à la même époque de 100 000 livres de revenus. En un siècle, le poids des rentes en numéraire n’a cessé de diminuer (de 22 à 11 % entre 1720 et 1780) compte tenu de la hausse de 136 % de la rente foncière dans la même période. On comprend mieux les reproches faits au pouvoir royal de ne pas avoir respecté l’ensemble de ses engagements initiaux ; si les 50 000 livres de revenus annuels « avaient été convertis en fonds de terre, ainsi que Louis XIV en avait le projet, il est certain que le produit en serait aujourd’hui doublé, c’est une perte évidente et considérable65 ». Point d’évocation ici de la finalité éducative de l’institution, les Dames ne raisonnent qu’en gestionnaires d’un patrimoine foncier considérable.

Le coût de l’éducation des filles nobles

31Les sommes attribuées par Louis XIV lors de la création de l’institution n’ont pas été fixées arbitrairement mais sont fondées sur une estimation des besoins, comme le souhaitait le roi dans la formule – « voir à peu près l’état où la dépense ira » – utilisée dans son pensum de 1686. Il s’agit d’évaluer le coût de l’entretien des élèves, de leur encadrement et de la maison tout entière.

Des besoins estimés aux réalités

32L’intendant Manseau affirme dans ses Mémoires que, dès 1685, le roi

  • 66 Abbé Manseau, Mémoires de Manseau, op. cit., p. 14.

« ordonna à Mme de Maintenon de faire travailler à des projets de dépense pour la subsistance de deux cent cinquante pensionnaires et trente-six dames professes et vingt-quatre converses pour le service de la maison. On [lui] fit l’honneur de [s’] en charger ; et dans les instructions que Mme de Maintenon [lui] donna [elle lui], dit de [se] jeter dans tous les détails possibles et d’y marquer jusques aux moindres bagatelles, d’y garder une modération sans frugalité, afin d’y trouver la peinture d’une vie aisée sans superflu, et de faire autant de cahiers qu’il y aurait de dépenses différentes66 ».

33Voilà donc le fidèle serviteur de la marquise au travail :

  • 67 Ibid, p. 18.

« Je commençai par la sacristie, la nourriture, le vêtement, le chauffage, le blanchissage, charges domestiques et passai ensuite à tous les autres genres de dépenses, détaillant chaque chose par les plus petites circonstances ; le tout exécuté, j’assemblai tous les cahiers et mis le bordereau général sur le tout qui se montait à environ cent mille livres67. »

34Ce souci du détail le conduit à envisager différentes possibilités en particulier dans le domaine alimentaire :

  • 68 Ibid, p. 17.

« Par exemple si le Roi veut que les demoiselles de Saint Louis aient à dîner un potage, du bouilli, une entrée et du fruit [...] cela ira par jour à tant ; par mois et par an à tant ; et toute la communauté ensemble à tant par an68. »

35À la même époque, Mme de Maintenon consulte également Mme de Brinon :

  • 69 Lettre de Mme de Maintenon à Mme de Brinon (vers le 2 mars 1686), dans Lettres de Madame de Mainte (...)

« Vous me feriez plaisir de faire un état de ce que vous croyez qu’il faudrait pour la nourriture et l’entretien de 300 personnes. N’entrez en aucun détail et mettez seulement : je crois que 300 filles coûteront tant à nourrir, tant à entretenir, tant pour le chauffage, tant pour l’entretien de la Maison, tant pour les gages des domestiques, tant pour les deux chapelains, deux tourières, le médecin, le chirurgien, etc.69. »

36La réponse de la religieuse, non conservée, ne tarde pas puisque quelques jours plus tard la marquise affirme :

  • 70 Ibid., Lettre de Mme de Maintenon à Mme de Brinon (vers le 9 mars 1686), p. 610-611.

« Votre projet, pour la dépense, vous ferait voir comme nous pensons souvent de même, car il n’y a pas un sou de différence, à la plupart des articles. Ce que vous demandez en prenant les choses au mieux, se monte à 89 700 livres. J’ai ajouté 2 000 livres pour l’entretien de la maison, que vous n’avez pas réglé : cela fait 91 700 livres. Ainsi je crois que, faisant la fondation de 100 000 livres de rente, on sera à l’aise, si vous leur inspirez de l’économie, dont il ne faut pas se relâcher, quoique cela paraisse grand, car il y a bien des extraordinaires dans une maison où il aura 320 personnes70. »

37Les deux femmes sont donc d’accord sur une somme correspondant à l’estimation faite par Manseau qui, rapportée au nombre de personnes vivant dans la Maison, équivaut à une dépense annuelle de 312 livres par personne, élèves et personnel confondus. En suivant les dires de l’intendant, sa proposition est soumise au roi :

  • 71 Abbé Manseau, Mémoires de Manseau, op. cit., p. 17.

« À quoi Sa Majesté n’ajouta ni ne diminua en rien, sinon à l’article des draps, où par retenue, je ne lui en marquais que deux paires par chaque lit, où il mit à la marge, de sa main, trois paires71. »

  • 72 Ibid, p. 21.
  • 73 BNF, Ms. fr. 11674. Voir en particulier l’État détaillé des revenus et des dépenses de la Maison d (...)

38Louvois, consulté en ces matières, juge quant à lui que 100 000 livres ne peuvent suffire et penche plutôt pour 200 000. « Après tous ces devis » indique Manseau, « le roi prit son parti et dota la maison de 150 000 livres de rente et plus72 » soit une somme correspondant au montant de la donation de 1686, 50 000 livres de rente auxquels viennent s’ajouter les revenus de la manse abbatiale de Saint Denis estimés à au moins 100 000 livres. Il n’est à noter que, dans ces estimations, il n’est jamais question de la nécessité de prendre en compte immédiatement, ou presque, le coût de la dot des sortantes. Or, un certain nombre des premières admises à Saint-Cyr sont d’anciennes pensionnaires de Noisy ; déjà adolescentes, elles vont quitter rapidement l’établissement qui devra leur verser les 3 000 livres prévues. Signalons aussi qu’aucune dépense à caractère strictement éducatif n’a été envisagée dans les estimations. En réalité, tout au long du siècle vit sous les toits de la Maison royale de Saint Louis un groupe d’environ 350 personnes composé généralement comme suit : 250 demoiselles, 80 religieuses (Dames de Saint Louis et converses), douze filles gagées (servantes, couturières, etc.) et de l’autre côté de la clôture, un économe, deux boulangers, un cuisinier, un portier, un cocher, un garçon à tout faire73. En rapportant cet effectif non plus aux estimations des années 1685-1686 mais aux revenus effectifs de la maison et une fois déduites de multiples charges fort onéreuses, le ratio individuel est d’environ 600 livres à la veille de la Révolution contre à peine 400 à la fin du siècle précédent. Cette moyenne ne révèle pas un train de vie éblouissant puisqu’elle est proche de la portion congrue tant en valeur qu’en évolution.

Répartition des dépenses par postes

  • 74 Les valeurs indiquées, valables pour le début du XVIIIe siècle, sont tirées de l’État de Mauduyt, (...)
  • 75 AD des Yvelines, D 250 à 455.

39Parmi les dépenses de l’institution, il est malaisé, voire impossible dans certains cas, de distinguer ce qui ne concerne que les pensionnaires. On peut certes exclure facilement la fiscalité (décimes sur les biens d’église), les aumônes, les frais de gestion du temporel (gages de l’intendant, de l’avocat, terriers, procès et actes notariés). Il reste alors la dépense dite intérieure qui regroupe l’ordinaire (frais de bouche) et extraordinaire (réparations et autres frais). Certaines de ces dépenses sont communes aux élèves et aux adultes. Les services des chapelains et confesseurs (7 000 lt), organiste (600 lt), médecin et chirurgien (1 500 lt), domestiques (3 000 lt) sont utiles à l’ensemble de la collectivité, même chose pour les frais de blanchissage (2 500 lt) ou d’apothicairerie (1 500 lt)74. Par ailleurs, les factures de dentiste, de corsets ou encore de lunettes, conservées parmi les pièces justificatives des comptes annuels ne font jamais la différence entre les dames et les demoiselles75.

  • 76 Daniel Roche, Les Républicains des Lettres. Gens de culture et Lumières au XVIIIesiècle, Paris, Fa (...)
  • 77 AD des Yvelines, D 446.
  • 78 Voir Martin Bruegel et Jean-Michel Chevet, « Prix, goût ou diététique : expliquer les permanences (...)
  • 79 AD des Yvelines, D 267.
  • 80 BNF, NAF 10678, Mémoire de ce qui s’observe dans la royale Maison de Saint Louis [à Saint-Cyr] fon (...)
  • 81 Voir Willem Frijhoff et Dominique Julia, « L’alimentation des pensionnaires à la fin de l’Ancien R (...)

40Quant aux frais alimentaires, communs à tous et dont la ventilation et l’évolution ont été étudiées par Daniel Roche76, ils constituent toujours à peu près la moitié de la dépense intérieure, un montant qui augmente peu au cours du siècle malgré la hausse des prix grâce à une gestion très rigoureuse marquée par la réduction de certaines consommations. Tout au long de la période, les céréales représentent un peu plus du quart des frais de bouche offrant une ration quotidienne de pain d’environ 800 grammes par personne. À partir des années 1735-1740, l’institution n’achète plus de céréales et vit exclusivement sur les récoltes de ses terres ce qui limite les coûts au transport et à la meunerie. L’approvisionnement en viande résulte de contrats passés avec des bouchers de Saint-Cyr ou de Versailles, Lemoine par exemple qui s’engage à fournir en septembre 1762, au prix unique de 6 sols 6 deniers la livre, « toute la viande dont elles auront besoin [...], savoir bœuf, veau, mouton [...]. Il sera chargé de faire toute la dépense tant pour la livraison que pour la conservation de la viande77 ». Malgré la hausse des prix, la part de la viande passe de 40 à 35 % des dépenses dans la seconde moitié du siècle, ce qui induit une baisse de la consommation. Dans le même temps, celle des produits laitiers (lait, beurre, œufs et fromages) ne cesse d’augmenter pour atteindre 17 % des dépenses à la veille de la Révolution78. Les autres denrées, boissons (vin et cidre) et sucre comptent chacune pour 5 %. En 1786, la maison règle 7 320 livres pour plusieurs livraisons de vin de Bourgogne79 destiné aux Dames, comme ceux de Champagne, de Cahors et de Provence mais fait rentrer aussi du vin ordinaire pour les domestiques. À partir de ces données, Daniel Roche estime la ration journalière moyenne à plus de 4000 calories réparties ainsi : pain 2663 ; viande 330 ; vin 416 ; poisson 165 ; lait 131 ; beurre 112 ; huile 81 ; sucre 76 ; œufs 41, auxquels il convient d’ajouter les fruits et les légumes qui produits sur place, n’apparaissent pas dans les comptes. Un tel mode de calcul présente un certain nombre d’inconvénients : il ne distingue pas les enfants des adultes, mêle jours gras et jours maigres et ne prend pas non plus en compte le caractère très exceptionnel de la consommation de vin80. Le régime alimentaire défini pour l’ensemble de la maisonnée est cependant typique de la surabondance alimentaire propre aux communautés religieuses à vocation éducative de l’époque81, la frugalité invoquée par Mme de Maintenon n’est donc en rien nutritionnelle.

Gestion Alimentation
Dotation
Vêtements
Chauffage et éclairage
Plumes, papier, livres

31 %
25 %
24 %
11 %
4 %
0,1 %

Divers

5 %

Tableau XXIII. – Coût annuel de l’éducation d’une demoiselle de Saint-Cyr (1716-1720).

  • 82 Daniel Roche, Les Républicains des Lettres. Gens de culture et Lumières au XVIIIesiècle, op. cit., (...)
  • 83 Quatre décès par an, en moyenne, en un peu plus d’un siècle.

41Qu’en est-il de la ventilation des dépenses pour les seules demoiselles ? Daniel Roche a tenté de répondre à cette question à partir des registres comptables couvrant la période 1716-1720 et proposé, à travers l’exemple de Saint-Cyr, un « coût d’ensemble d’une éducation féminine nobiliaire82 » de 700 livres par an. Ce montant comprend 210 livres de frais de gestion et de personnel (31 %) et 170 livres correspondant à la ventilation annuelle de la dot (24 %). Il reste donc 320 livres pour la nourriture, les vêtements et leur entretien, le chauffage et l’éclairage, des charges diverses dont sans doute les frais médicaux et les dépenses en matériel scolaire (plumes, papier et livres). La somme affectée à la répartition annuelle du coût de la dot paraît sous-estimée car les scolarités sont rarement supérieures à dix ans. En effet si, en théorie, les fillettes sont admises entre sept et douze ans, elles entrent en moyenne à dix ans. De plus même si certaines dots n’ont pas été versées, en particulier aux jeunes filles entrées dans des couvents où des places de régales leur étaient réservées et à celles qui sont décédées avant l’âge de vingt ans83, cela ne saurait compenser. À côté de cette remarque purement technique sur l’estimation du coût annuel de l’assurance d’une certaine sécurité pour l’avenir, il faut noter le poids colossal des charges, l’importance des frais alimentaires et du vêtement par rapport aux dépenses éducatives. Pour cette noblesse appauvrie, le couvert assuré, la sécurité du lendemain et la possibilité de paraître dans des vêtements de qualité, compte tout autant sans doute que les apprentissages intellectuels.

  • 84 Martine Sonnet, L’éducation des filles à Paris au siècle des Lumières, op. cit., p. 84-100 et figu (...)
  • 85 Ibid, p. 44-59 et tableau 1, p. 51.

42Pour pouvoir comparer le coût de l’éducation dispensée à Saint-Cyr avec les prix pratiqués dans les internats féminins de l’époque, il faut retrancher les frais liés à la dot puisqu’elle n’existe pas ailleurs. Le résultat obtenu, soit une pension de 530 livres, place la Maison royale dans la bonne moyenne des établissements parisiens. Entre 1760 et 1789, chez les ursulines de la rue Saint-Jacques ou de la rue Ste Avoye il en coûte aux familles entre 400 et 600 livres ; à la Visitation, rue du Bac, la pension varie entre 400 et 750 livres par an84. Cependant la comparaison est malaisée car, dans ces institutions, les prix sont variables en fonction des prestations (type d’alimentation, de logement, ameublement) et des services (vin, chandelle, blanchisserie) choisis par les familles. Néanmoins, lorsque les sources existent, une comparaison peut être tentée sur la part de l’alimentation dans la pension. Martine Sonnet a réuni des informations sur les dépenses alimentaires pour trois établissements parisiens, les Filles de Saint Thomas (525 livres de pension en 1749), la Congrégation Notre Dame (entre 250 et 280 livres en 1784 et 1786) et les chanoinesses de Picpus (425 livres en 1790)85. Pour les trois, la dépense alimentaire annuelle globale par personne varie entre 231 et 283 livres mais pour des années différentes. Dans le premier, en 1749, plus de 59 % de la pension est absorbée par l’alimentation. Dans le second, la fourchette varie de 67,5 % à 75,5 % entre 1784 et 1786. Et à Picpus, les frais de bouche représentent 54,5 % de la pension. Compte tenu des différences de date avec les données établies par Daniel Roche pour Saint-Cyr et de l’augmentation des prix au cours du siècle, il est impossible de comparer les valeurs absolues. En pourcentage, il apparaît clairement qu’avec un tiers de la pension consacrée à l’alimentation (170 livres) Saint-Cyr est bien en deçà des pensionnats parisiens. L’explication réside sans doute très largement dans le fait qu’il s’agit d’une communauté riche en terres, proches de la frugalité du monde rural où les habitudes incitent à l’économie.

Faiblesse des dépenses éducatives

  • 86 BNF, Ms. fr. 11674. Voir en particulier l’État détaillé des revenus et des dépenses..., op. cit.
  • 87 AD des Yvelines, D 111, fol. 328, Inventaire général des meubles trouvés à Saint-Cyr en 1686.
  • 88 AD des Yvelines, D 115 à 141.
  • 89 AD des Yvelines, D 115 à 141.
  • 90 Voir Hélène Jacquemin, Livres et jeunes filles nobles. L’exemple de la Maison Royale de Saint-Loui (...)
  • 91 134 ouvrages (soit 2,1 %) sont des manuscrits.
  • 92 Parmi les 32 % d’ouvrages dont le format est connu, le format in-12° est le plus fréquent.
  • 93 125 ouvrages reliés en maroquin.
  • 94 Les Noires sont de futures novices qui aident les maîtresses des classes.

43La maigre place des dépenses d’éducation dans l’estimation proposée par Daniel Roche, 2 livres par an, soit 0,1 à 0,2 % du coût annuel de la prise en charge par la monarchie d’une demoiselle de Saint-Cyr ne peut que saisir l’historien. Le mémoire de l’intendant Mauduyt, rédigé en 171786, affecte 300 livres aux dépenses de plumes et de papier, et tout autant à l’achat de livres, ce qui place ces dépenses communes aux élèves et au personnel au même rang que les ustensiles de cuisine et à peine au-dessus des brosses et balais dont la consommation annuelle s’élève à 200 livres. Dans le même temps, la communauté en consacre 4 000 aux achats de mercerie nécessaire aux broderies, canevas et autres ouvrages. Pourtant la documentation disponible atteste que l’institution a acquis des livres, dont certains destinés à l’usage des demoiselles. En 1686, au moment de l’installation de la Maison royale, un inventaire des biens mobiliers est dressé, dans lequel apparaissent des livres répertoriés entre des bourses de jetons pour apprendre à compter et des chandeliers de cuivre. Plus de 300 ouvrages sont destinés aux dames, 240 aux classes. Tous, sauf soixante alphabets, sont des livres religieux87. Un siècle plus tard, en juillet 1790, des inventaires sont établis par les commissaires du district de Versailles88. Ces derniers utilisent une recension antérieure effectuée par les religieuses, en attestent les ajouts et les ratures, comme autant de traces d’acquisitions, de pertes et de rangement dans différentes pièces, aux infirmeries, à l’apothicairerie ou encore à la sacristie89. D’après ce document, la maison possède alors, 6 341 livres, correspondant à 1 344 titres différents, pour 10 208 volumes90. En un siècle, la Maison aurait donc acquis plus de 5 000 livres. Presque tous sont imprimés91, de petit format92 et sans reliure luxueuse93 mais aux armes de l’institution. La bibliothèque de la communauté, sans doute réservée à l’usage des Dames, regroupe un peu moins de la moitié des livres (48,6 %). Les armoires des quatre classes et celle des Noires94 rassemblent 47 % des ouvrages. L’investissement en matière de livres destinés aux élèves semble donc bien être une réalité.

  • 95 AD des Yvelines, D 241 à 262.
  • 96 Aucun livre acheté en 1709-10, année du grand hiver. Les achats les plus nombreux ont eu lieu en 1 (...)
  • 97 Hélène Jacquemin, Livres et jeunes filles nobles..., op. cit., p. 57-65.
  • 98 Il paraît même étonnant qu’il n’est reste que 6 341 en 1790. Voir Hélène Jacquemin, Livres et jeun (...)

44Les registres de comptabilité couvrant la période 1687-1788 contiennent à partir de 1703 un récapitulatif par poste permettant de mesurer le poids des dépenses allouées aux bibliothèques ; à partir de 1730, différence est faite entre les livres pour les Dames et pour les Demoiselles95. Les résultats de ce dépouillement révèlent la faible part représentée par le poste des bibliothèques au sein des dépenses globales de l’établissement : 39 286 livres sur la période 1703 à 1788, soit 0,30 % des dépenses totales et 0,49 % des dépenses extraordinaires. Examiner la valeur absolue donne une tout autre dimension aux acquisitions faites par l’institution. En effet, en moyenne sur cette période, 457 livres ont été consacrées chaque année à l’achat d’ouvrages, soit une somme supérieure de moitié à celle annoncée dans le mémoire de Mauduyt. Cette moyenne masque cependant de profondes disparités d’une année sur l’autre reflet sans doute d’une volonté des Dames de faire se succéder, selon la conjoncture, des années de grosses dépenses à d’autres plus modestes96. Sachant qu’en France le prix du livre a peu varié au cours du siècle et que le prix moyen des livres achetés par Saint-Cyr et calculé par Hélène Jacquemin97 est de 3,36 lt, la somme consacrée aux livres paraît nettement moins dérisoire98. En regardant vers d’autres bibliothèques, cette impression se trouve confirmée. Seules quelques très grandes institutions comme la bibliothèque Sainte Geneviève soutenue par une rente de la ville de Paris peut consacrer chaque année 1 500 livres à ce type d’achats. L’université de Paris leur alloue 1 000 livres à partir de 1766 et le collège de Navarre seulement 300. Les achats de Saint-Cyr, une maison d’éducation pour filles, sont donc bien moins dérisoires que ne le laisse penser le seul examen de leur pourcentage au sein des dépenses globales. Par contre les ouvrages achetés sont mal connus car les factures réglées aux fournisseurs ou à des intermédiaires et conservées parmi les pièces justificatives des dépenses, en donnent une idée très approximative, les titres étant souvent très lacunaires. Quant aux dons éventuels, les archives n’en possèdent, à notre connaissance, que deux exemples. Dons et legs de toutes sortes ont été interdits par Louis XIV, mais cela ne signifie pas qu’ils n’aient pas existé, tout au moins à petite échelle.

  • 99 AD des Yvelines, D 115 à 141. Voir Dominique Picco et Karen Taylor, « Géographie à l’usage des dem (...)
  • 100 AD des Yvelines, D 134 à 137.
  • 101 AD des Yvelines, D sup. 1 à 210 et 217 à 222.
  • 102 Groupe de dix élèves au sein d’une classe.
  • 103 AD des Yvelines, D sup. 255 et 259.
  • 104 AD des Yvelines, D 262, Pièces justificatives des dépenses extraordinaires 1780/88.

45La politique d’acquisition repérée pour les livres se retrouve pour un autre outil pédagogique, les cartes de géographie. Les Archives départementales des Yvelines conservent une collection unique de cartes appartenant au matériel pédagogique de Saint-Cyr99 puisque certaines figurent dans les inventaires des classes de 1790100. Montés sur un cadre en bois, les grands formats étaient destinés au mur des classes. Des cartes de petite taille subsistent en un ou plusieurs exemplaires ; vingt portefeuilles dits Cahiers de géographie contiennent deux séries de six livrets identiques renfermant au moins une carte et un texte imprimé101. Sur la couverture figurent titre, numéro de bande (de 1 à 5)102 et parfois numéro de leçon (de 1 à 35) qui suggère une progression pédagogique. Seules deux cartes sont antérieures à la fondation de l’établissement, l’une date de 1636, l’autre de 1641103. Pendant la Régence, la maison acquiert les Cahiers de géographie, ainsi qu’un plan de Paris de Jaillot, et poursuit sa politique d’achat tout au long du siècle, en particulier entre 1740 et 1780, période où furent éditées la plupart des cartes murales. Des factures de fournisseurs viennent corroborer cette volonté de renouvellement du matériel pédagogique pour prendre en compte les découvertes du temps. Ainsi en mai 1780, la maison règle 18 livres et 6 sols « au Sieur Vincent Le Clair, pour des feuilles d’images, cartes de géographie104 ».

46La gratuité de la scolarité des demoiselles admises à Saint-Cyr entre 1686 et 1792 résulte de la volonté du prince fondateur de cet établissement scolaire unique en France, Louis XIV, et du souhait de ses successeurs de ne pas remettre en question l’initiative de leur glorieux aïeul. Seule la Convention viendra en 1793 briser une expérience trop proche du pouvoir monarchique et donc liée à une période désormais révolue. Les objectifs précis du souverain, et en particulier la volonté de venir en aide à une noblesse appauvrie par les guerres trop nombreuses dans lesquelles il l’a entraînée, justifie la prise en charge des heureuses élues durant dix années. Ainsi leurs familles, allégées des frais engendrés par leur éducation et leur entretien se trouvent soulagées et peut-être plus à même de reporter leurs efforts sur la formation de leurs frères ou sur leur équipement pour servir leur roi aux armées, comme le suggère un numéro du Mercure Galant de 1686. De la procédure d’admission au retour à la vie familiale ou à l’entrée en religion, tout est à la charge de l’institution. Logées, nourries, vêtues, blanchies, soignées, les pensionnaires jouissent de conditions de vie confortables, même si la maladie et la mort ne les épargnent pas compte tenu de l’humidité des lieux, des épidémies dévastatrices en milieu scolaire et des carences de la médecine du temps. Dans ce cadre, elles reçoivent un enseignement diversifié – dispensé par les Dames de Saint Louis, des religieuses pratiquement toutes anciennes élèves de la maison – dont la qualité est plus ou moins appréciée par les contemporains. En dehors des frais de fonctionnement de l’établissement, de pension et de dotation, il est très difficile d’évaluer avec précision le coût de leur éducation. Les Dames n’étant pas rémunérées, ne sont potentiellement évaluables que les dépenses strictement éducatives : papier, plumes, encre, livres, cartes de géographie et autres objets à caractère pédagogique. Les sources disponibles fournissent des informations exploitables sur les livres et les cartes de géographie, dont l’abondance et l’adaptation aux élèves, traduisent de réelles préoccupations éducatives doublées du souci, notamment pour les cartes, d’actualiser les savoirs. Le mode de financement mis en place au moment de la création de la Maison royale afin d’assurer son indépendance perdure jusqu’à la fermeture. La majeure partie des ressources provient de terres acquises grâce à la générosité des souverains, de Louis XIV en particulier, et situées à proximité. Ces revenus fonciers en hausse tout au long de la période, sont complétés par des rentes seigneuriales et d’autres établies par la monarchie pour compléter la donation primitive ou faire face aux importantes dépenses annuelles de dotation. L’ensemble de ces revenus permet de financer bon an mal an, sans excès et avec esprit d’économie, le fonctionnement de la maisonnée. Comme Louis XIV le souhaitait à tout prix, la survie de Saint-Cyr ne dépend pas de la générosité des uns ou des autres. Bien au contraire la communauté s’est retrouvée à la tête d’un patrimoine foncier considérable qui fait d’elle l’une des plus grosses fortunes ecclésiastiques du royaume. Cette situation génère non seulement d’onéreuses charges de fonctionnement mais aussi des soucis comptables qui prévalent sans doute parfois sur les préoccupations éducatives. Ainsi lorsque dans les années 1770, la communauté se lance dans l’aventure de l’acquisition du comté de Charny, les gestionnaires semblent bien avoir pris le pas sur les enseignantes, les mobiles ne relèvent-ils pas plus d’une volonté d’enrichissement du patrimoine que de l’amélioration des conditions de vie ou d’enseignement des demoiselles ?

Notes

1 Voir les écoles de charité parisiennes pour filles étudiées par Martine Sonnet dans L’éducation des filles à Paris au siècle des Lumières, Paris, Cerf, 1987.

2 Voir Dominique Picco, « L’éducation des demoiselles de Saint-Cyr (1686-1719) », dans Anne Defrance, Denis Lopez, François-Joseph Ruggiu (dir.), Regards sur l’enfance au XVIIe siècle, Tübingen, Gunter Narr Verlag, 2007, p. 115-131.

3 Lettre de Mme de Maintenon à Mme de Brinon (vers le 18 mai 1686) dans Lettres de Madame de Maintenon, éd. Hans Bots et Eugénie Bots-Estourgie, vol. I, Paris, H. Champion, p. 627.

4 Philippe Cocâtre-Zilgien, Bruno Neveu, « Saint-Cyr, institut religieux et fondation royale », Revue de l’histoire de Versailles et des Yvelines, t. 74, 1990, p. 21 à 39.

5 Lettre de Mme de Maintenon à Mme de Brinon (1er septembre 1683) dans Lettres de Madame de Maintenon, t. 1, op. cit., p. 482.

6 Ibid., lettre de Mme de Maintenon à Mme de Brinon (vers décembre 1684), p. 561.

7 François de la Chaize d’Aix (1624-1709), jésuite, confesseur de Louis XIV de 1675 à 1709. Voir Georges Minois, Le confesseur du roi, les directeurs de conscience sous la monarchie absolue française, Paris, 1988, p. 439-469.

8 Bibliothèque nationale de France (BNF) Ms. fr. 14029, Ms. fr. 23824, NAF 7489, Lettres Patentes du 28 juin 1686.

9 Bruno Neveu, « Du culte de Saint-Louis à la glorification de Louis XIV : la Maison royale de Saint-Cyr », Journal des savants, juillet-décembre1988, p. 277 à 290.

10 BNF, Ms. fr. 11674 et 22290, Lettres patentes de 1694.

11 BNF, Ms. fr. 11674, Lettres patentes de 1718.

12 Lettres patentes du 1er juin 1763 citées dans Théophile Lavallee, Histoire de la Maison Royale de Saint-Cyr (1686-1793), Paris, 1853, p. 247.

13 Voir Mme Campan, Mémoires, Paris, Mercure de France, 1988, p. 95.

14 Bibliothèque municipale de Versailles (BM de Versailles), G 351 à 353, Mémoires de Manseau. Publiées sous le titre Mémoires de Manseau, intendant de la maison royale de Saint-Cyr, Versailles, L. Bernard, 1902, p. 56 et suiv.

15 Mme de Maintenon l’avoue à son frère Charles : « Je vous dis en confidence, que je prends des demoiselles à Noisy dont le roi paye les pensions, je ne peux le dire plus hautement, parce que nous en serions accablés ». Lettre de Mme de Maintenon à M. d’Aubigné (18 août 1684) dans Lettres de Madame de Maintenon, t. 1, op. cit., p. 545.

16 Quelques mois plus tard à Mme de Villette, la marquise écrit : « Vous aurez peut-être entendu dire que je prends 100 demoiselles à Noisy dont le roi paiera les pensions ». Lettre de Mme de Maintenon à Mme de Villette (5 octobre 1684) dans Lettres de Madame de Maintenon, t. 1, op. cit., p. 555.

17 Archives départementales des Yvelines, D 104.

18 Lettres patentes du 1er juin 1763 citées dans Théophile Lavallee, Histoire de la Maison Royale..., op. cit., p. 247.

19 AD des Yvelines, D 333. En 1719, les frais de dossier de preuves sont compris entre 25 et 69 livres. Pour un dossier complet, 69 livres ; pour les sœurs d’élèves ou d’anciennes élèves 25 livres, pour les demi-sœurs 37 livres, pour les nièces et cousines 50 livres.

20 « Il ne faut présenter aucune demoiselle qui ait des difformités ou des infirmités d’esprit et de corps, comme d’être épileptique, borgne, louche, bossue, boiteuse, galeuse ou qui ait des maux incurables et contagieux ; car comme elle sera visitée avant que d’être reçue, ce serait un voyage et une dépense inutile à ses parents de l’amener si elle avait quelqu’un de ces défauts. » Mémoire pour servir aux personnes qui désireront obtenir des places pour des demoiselles..., Paris, 1713.

21 Trente et un cas sur les 1887 destins connus. Voir Dominique Picco, « De Saint-Cyr à la “vie de château” (fin XVIIe-XVIIIe siècles) », dans Anne-Marie Cocula, Michel Combet (dir.), Le château au féminin, Pessac, Ausonius, 2004, p. 189-206.

22 Dix cas sur les 1887 destins connus.

23 Marthe Marguerite le Vallois de Villette-Mursay (1673-1729), arrière petite-fille d’Agrippa d’Aubigné est en réalité une « nièce à la mode de Bretagne » de Mme de Maintenon qui la fait enlever à sa famille protestante en 1680, pour l’éduquer dans le catholicisme. Elle vint souvent à Saint-Cyr et interpréta le prologue d’Esther que Racine aurait écrit pour elle.

24 Souvenirs de Madame de Caylus, Paris, 1986, Mercure de France, p. 92.

25 Correspondance du cardinal de Bernis avec M. Paris-Duverney, Londres, 1790. Cité par Daniel Roche, Les Républicains des Lettres. Gens de culture et Lumières au XVIIIe siècle, Paris, Fayard, 1988, p. 350-370.

26 AD des Yvelines, 3Q80. Voir Dominique Picco, « Le retour en province des demoiselles de Saint-Cyr (1792-1793) », dans Jean Mondot et Philippe Loupes (dir.), Provinciales. Hommage à Anne-Marie Cocula, Pessac, PUB, 2009, t. I, p. 485-507.

27 Séraphin Regnier des Marais, Histoire de Louis XIV en vers. Cité par Théophile Lavallee, Histoire de la Maison Royale de Saint-Cyr..., op. cit., p. 303-305.

28 Souvenirs de Madame de Caylus, op. cit., p. 92-93.

29 BNF, 8° Lc-2-33 et 33B.

30 Pétition de la municipalité de Saint-Cyr à la Convention du 27 floréal an II.

31 Cité par Théophile Lavallee, Histoire de la Maison Royale de Saint-Cyr..., op. cit., p. 255.

32 AD des Yvelines, 3Q80, Mémoire donné au Ministre de l’intérieur par le citoyen Astruc Intendant de la Maison de St Louis à St Cyr pour satisfaire à la demande du Comité d’instruction publique de la Convention nationale, décembre 1792.

33 Ibid.

34 AD des Yvelines, D 93. Le texte intégral a été publié dans Arnaud Ramiere de Fortanier (dir.), Les Yvelines et leurs archives, Paris, Somogy, 2003, p. 72-73.

35 Lettres patentes du 1er juin 1763 citées dans Théophile Lavallee, Histoire de la Maison Royale..., op. cit.

36 Voir Théophile Lavallee, Histoire de la Maison Royale de Saint-Cyr..., op. cit., p. 36.

37 AD des Yvelines, D 502.

38 Voir Lucette Peter, Le temporel de la congrégation des dames de Saint-Cyr, doctorat de troisième cycle, sous la direction de Pierre Goubert, Université Paris I, 1975, p. 73-75.

39 Ibid., p. 53-54. En 1789, la terre de Saint-Cyr comprend 103 hectares de terres et 2 hectares de bois.

40 AD des Yvelines, D 93.

41 AD des Yvelines, D 94.

42 Lucette Peter, Le temporel de la congrégation des dames de Saint-Cyr, op. cit., p. 12-13.

43 AD des Yvelines, D 96.

44 AD des Yvelines, D 97.

45 AD des Yvelines, D 98, Décharge du droit d’enregistrement des acquisitions faites et à faire sur les 50 000 livres de rente (1692) ; AD des Yvelines, D 94, décharge du droit d’amortissement sur les biens de la manse (1692) ; AD des Yvelines, D 93, affranchissement du droit de sceau (1693).

46 AD des Yvelines, D 99, 104, 450 et 456.

47 Ibid.

48 AD des Yvelines, D 98.

49 Ibid.

50 Ibid., D 96.

51 AD des Yvelines, D 100 et 108.

52 Théophile Lavallee, Histoire de la Maison Royale de Saint-Cyr..., op. cit., p. 334.

53 AD des Yvelines, D 438 à 444.

54 Lettres patentes de 1686, citées dans Théophile Lavallee, Histoire de la Maison Royale..., op. cit.

55 Ibid., Lettres patentes du 1er juin 1763.

56 AD des Yvelines, D 99, 450 et 456.

57 AD des Yvelines, D 104.

58 BNF, Ms. fr. 11674 et AD des Yvelines, D 827.

59 Archives nationales, 144 AP 45 : archives de la famille d’Ormesson.

60 AD des Yvelines, D 431, Discours préliminaire au compte général de 1779.

61 AD des Yvelines, D 98. Une déclaration royale du 3 mars 1694 rendait obligatoire l’octroi de lettres patentes pour autoriser les Dames à emprunter. Un peu plus de 60 000 livres proviennent des ressources propres de la Maison royale.

62 AD des Yvelines, D 430 à 434. Philippe Nicolas Pia, ancien échevin de la ville de Paris pour 228 000 livres ; Michel Pierre Jacquemarc, bourgeois de Paris pour 146 000 ; Aymard Jean Nicolay marquis de Goussainville, premier président honoraire de la Cour des comptes pour 100 000 ; Charles Louis et Charles Michel de Trudaine pour 54 000. Les deux plus petites dettes sont soldées en 1785, il n’y a aucune trace du solde des deux plus importantes.

63 Cité par Lucette Peter, Le temporel de la congrégation des dames de Saint-Cyr..., op. cit., p. 183-188.

64 Chapitre de Notre Dame de Paris, 540 000 livres ; archevêché de Strasbourg, 500 000 livres.

65 Cité par Lucette Peter, Le temporel de la congrégation des dames de Saint-Cyr..., op. cit., p. 184.

66 Abbé Manseau, Mémoires de Manseau, op. cit., p. 14.

67 Ibid, p. 18.

68 Ibid, p. 17.

69 Lettre de Mme de Maintenon à Mme de Brinon (vers le 2 mars 1686), dans Lettres de Madame de Maintenon, t. I, op. cit., p. 608-609.

70 Ibid., Lettre de Mme de Maintenon à Mme de Brinon (vers le 9 mars 1686), p. 610-611.

71 Abbé Manseau, Mémoires de Manseau, op. cit., p. 17.

72 Ibid, p. 21.

73 BNF, Ms. fr. 11674. Voir en particulier l’État détaillé des revenus et des dépenses de la Maison de Saint-Cyr par l’intendant Mauduyt, 17 septembre 1717.

74 Les valeurs indiquées, valables pour le début du XVIIIe siècle, sont tirées de l’État de Mauduyt, op. cit.

75 AD des Yvelines, D 250 à 455.

76 Daniel Roche, Les Républicains des Lettres. Gens de culture et Lumières au XVIIIe siècle, Paris, Fayard, 1988, p. 356-359.

77 AD des Yvelines, D 446.

78 Voir Martin Bruegel et Jean-Michel Chevet, « Prix, goût ou diététique : expliquer les permanences et les modifications des approvisionnements alimentaires des Dames de Saint-Cyr au XVIIIe siècle » Sciences sociales. Recherches en économie et sociologie rurale, INRA, no 3-4, décembre 2005.

79 AD des Yvelines, D 267.

80 BNF, NAF 10678, Mémoire de ce qui s’observe dans la royale Maison de Saint Louis [à Saint-Cyr] fondée par Louis XIV.

81 Voir Willem Frijhoff et Dominique Julia, « L’alimentation des pensionnaires à la fin de l’Ancien Régime », Annales E. S. C., 1975, p. 491 à 504 ; Willem Frijhoff et Dominique Julia, « Un collège de cocagne : la consommation alimentaire au pensionnat de Molsheim à la fin du XVIIIe siècle », Société d’histoire et d’archéologie de Molsheim et Environs, Annuaire, 1986, p. 45 à 76 ; Frédérique Andre, « Les religieuses à table » dans Vocations d’Ancien Régime. Les gens d’Église en Auvergne aux XVIIe et XVIIIe siècles, Revue d’Auvergne 1997, no 3/4, t. 11, p. 176 à 186.

82 Daniel Roche, Les Républicains des Lettres. Gens de culture et Lumières au XVIIIe siècle, op. cit., p. 358.

83 Quatre décès par an, en moyenne, en un peu plus d’un siècle.

84 Martine Sonnet, L’éducation des filles à Paris au siècle des Lumières, op. cit., p. 84-100 et figure 7.

85 Ibid, p. 44-59 et tableau 1, p. 51.

86 BNF, Ms. fr. 11674. Voir en particulier l’État détaillé des revenus et des dépenses..., op. cit.

87 AD des Yvelines, D 111, fol. 328, Inventaire général des meubles trouvés à Saint-Cyr en 1686.

88 AD des Yvelines, D 115 à 141.

89 AD des Yvelines, D 115 à 141.

90 Voir Hélène Jacquemin, Livres et jeunes filles nobles. L’exemple de la Maison Royale de Saint-Louis de Saint-Cyr (1686-1793), Angers, Presses de l’Université d’Angers, 2007.

91 134 ouvrages (soit 2,1 %) sont des manuscrits.

92 Parmi les 32 % d’ouvrages dont le format est connu, le format in-12° est le plus fréquent.

93 125 ouvrages reliés en maroquin.

94 Les Noires sont de futures novices qui aident les maîtresses des classes.

95 AD des Yvelines, D 241 à 262.

96 Aucun livre acheté en 1709-10, année du grand hiver. Les achats les plus nombreux ont eu lieu en 1749.

97 Hélène Jacquemin, Livres et jeunes filles nobles..., op. cit., p. 57-65.

98 Il paraît même étonnant qu’il n’est reste que 6 341 en 1790. Voir Hélène Jacquemin, Livres et jeunes filles nobles..., op. cit., p. 65.

99 AD des Yvelines, D 115 à 141. Voir Dominique Picco et Karen Taylor, « Géographie à l’usage des demoiselles de Saint-Cyr », Itinéraires spirituels, enjeux matériels en Europe, Mélanges offerts à Philippe Loupès, Pessac, PUB, 2005, p. 149-178.

100 AD des Yvelines, D 134 à 137.

101 AD des Yvelines, D sup. 1 à 210 et 217 à 222.

102 Groupe de dix élèves au sein d’une classe.

103 AD des Yvelines, D sup. 255 et 259.

104 AD des Yvelines, D 262, Pièces justificatives des dépenses extraordinaires 1780/88.

© Presses universitaires de Rennes, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search