Version classiqueVersion mobile

Le coût des études

 | 
Jean-François Condette

Troisième partie. Le coût des études et ses implications sociales : enjeux de la gratuité et finalités paradoxales des bourses d’études

Gratuité et enseignement confessionnel aux XVIe-XVIIIe siècles. La question des bourses sous l’Ancien Régime

Véronique Castagnet

Texte intégral

  • 1 Archives départementales du Pas-de-Calais, BHC 193/15, Saint-Omer, H. F. Boulers, 1778, p. 1-2.

« À Messieurs, messieurs les grand doyen, dignitaires, chanoines et chapitre de l’Église cathédrale de Saint-Omer, assemblés capitulairement le 13 Mars 1778, Supplie très-humblement Pierre-Joseph Roche, Étudiant au Collége (sic) de la Ville d’Hesdin, y demeurant. Exposant, que suivant les différens Titres publics joints à la présente Requête, il est prouvé qu’il est arriere-petit-neveu de feu Messire Jean de Remetz, vivant Prêtre Chanoine de cette Église Cathédrale, lequel par son testament du 2 Avril 1621, a fondé différentes Bourses pour aider des Étudians à suivre leurs études, à la demande et jouissance desquelles il a ordonné par le même testament que les Parens les plus proches en consanguinité auroient la préférence. Le Suppliant étant le plus proche parent, et ayant appris qu’il y avoit plusieurs Bourses vacantes de la fondation de son arriere-grand-oncle, eut l’honneur de présenter sa Requête afin d’en obtenir la nomination de vos Seigneuries ; mais par une fatalité dont on ne sauroit la prévoir, en un mot de faux bruits mal fondé, ourdis par la jalousie, lui ont voulu enlever la prérogative d’être le parent le plus proche du Fondateur contre la publicité de ses titres qui établissent à l’envie cette vérité incontestable, et c’est sans doute ce qui a différé jusqu’aujourd’hui sa nomination1. »

  • 2 Un article a été consacré aux boursiers du collège de Lille par Philippe Marchand. Voir également (...)
  • 3 En effet, à la fin du XIXe siècle, érudits protestants et historiens catholiques ont offert les pr (...)
  • 4 Voir Louis Perouas, Le diocèse de La Rochelle de 1648 à 1724. Sociologie et pastorale, Paris, SEVP (...)
  • 5 Voir Gilles Deregnaucourt, « Christianisation, déchristianisation dans les villes et dans les camp (...)
  • 6 Voir François Furet et Jacques Ozouf, Lire et Écrire, l’alphabétisation des Français de Calvin à J (...)

1Dès les premières lignes de cette requête imprimée, les principaux enjeux de l’obtention d’une place gratuite, appelée dans cet extrait « bourse », sont mis en évidence : la fondation résultant en ce cas de clauses testamentaires, la nomination de personnes en charge de l’attribution des places, et enfin la concurrence entre écoliers ou étudiants en raison d’intérêts économiques évidents. La question de la gratuité, totale ou partielle, de l’enseignement au cours des XVIe-XVIIIe siècles n’a que peu retenu l’attention des historiens, surtout lorsqu’il s’agit d’étudier les modalités de la prise en charge de l’instruction par des personnes ou des institutions, qui substituent leur soutien financier à l’impossibilité pour des familles jugées trop modestes pour le faire2. Les études scientifiques privilégient une approche institutionnelle, depuis le XIXe siècle d’ailleurs3, même si quelques éclairages monographiques proposent une étude sociologique centrée sur l’histoire religieuse4. À leur décharge, la disparité, l’inégalité et l’éclatement des sources sur ce point rendent difficile une approche synthétique et font préférer une approche qualitative à une analyse quantitative sur l’ensemble de la période. Pour les petites écoles et les écoles dominicales (soit l’actuel enseignement primaire), grâce aux monographies, le fort lien entre la diffusion des réformes religieuses et les institutions scolaires a pu être mis en évidence pour les XVIe-XVIIe siècle5, ainsi que l’apport de ces mêmes institutions dans l’essor de l’alphabétisation au cours du XVIIIe siècle6. Au sujet des établissements secondaires, il reste encore à établir, de façon comparée, pour les institutions protestantes et pour les fondations catholiques, la politique de gratuité à destination des familles. Il s’agit, en outre, de mesurer, dans la mesure du possible, l’impact de cette politique de gratuité sur les phénomènes d’ascension sociale. La gratuité est-elle un vecteur de diffusion de l’enseignement secondaire dans la société française des XVIe-XVIIIe siècles ou ne se conçoit-elle que comme un moyen employé par les Églises pour faciliter la confessionnalisation de la société ?

  • 7 Edmond Huguet, Dictionnaire de la langue française du XVIesiècle, Paris, Champion, 1925, t. 1.
  • 8 Abbé Bled, Histoire du collège Saint-Bertin..., op. cit., p. 320.
  • 9 François Lebrun, Jean Queniart et Marc Venard, Histoire de l’enseignement et de l’éducation, Paris (...)
  • 10 Dominique Julia, « Églises, société, éducation à l’époque moderne. La transformation des collèges (...)
  • 11 Véronique Castagnet, « Les questions éducatives au cœur des affrontements religieux fin XVIe-mi XV (...)
  • 12 Liste des collèges protestants en France, d’après le travail de recension fait par Henri Meylan, C (...)
  • 13 Cinq sont fondées entre 1562 et 1573 (Nîmes en 1562, Orthez et Strasbourg en 1566, La Rochelle en (...)
  • 14 Le synode national adopte une délibération en ce sens dès 1596 : « Sur le Chapitre des Ecoliers & (...)
  • 15 Voir Véronique Castagnet, Prosopographie d’une société en reconstruction : le clergé béarnais des (...)
  • 16 Ce point explique la vivacité des collèges et l’accroissement du nombre des fondations alors même (...)

2L’analyse des sources reflète une évolution terminologique sensible au cours de la période moderne, évolution masquant peu une typologie différenciée des écoliers et des étudiants. Au XVIe siècle, le boursier est un « faiseur de bourses » ou « celui qui tient la bourse, intendant, trésorier7 ». Mais dès 1680, Richelet avait noté qu’un boursier était un « pauvre écolier », de même que Furetière en 1690. Le Dictionnaire de l’Académie française de 1694 note une nouvelle acception possible : personne « qui a une bourse dans un College. Boursier au College de Navarre, de Lizieux ». Une confusion apparaît rapidement entre pensionnaire et boursier, dans la mesure où le terme de bourse peut également désigner « une pension fondée dans un College pour l’entretenement d’un pauvre escolier durant ses estudes. Il y a dix bourses dans un tel College ». Enfin, au XVIIIe siècle, les boursiers ne sont pas des pensionnaires mais « les benefices prelevés sur les pensionnaires profitant aux boursiers8 ». Dans les sources protestantes, il est questions d’« écoliers entretenus ». Par ailleurs, le XVIe siècle apparaît comme une période de profonds changements dans l’enseignement secondaire. Car les collèges sont « conçus au départ comme des établissements offrant gîte et couvert à des étudiants, souvent boursiers, de l’université toute proche9 ». Ainsi celui que Dominique Julia appelle « le collège universitaire de boursiers10 » connaît d’importantes modifications sous l’action conjuguée de trois facteurs : son aristocratisation (qui aboutit à une nette atténuation de l’exigence de pauvreté) ; sa transformation en institution d’enseignement et donc sa fréquentation par des boursiers mais aussi par des externes et des pensionnaires ; et enfin la constitution de classes graduelles selon les niveaux de connaissances. Les tensions religieuses ont par ailleurs fortement encouragé les Églises à porter de l’intérêt pour les questions éducatives11. La fondation des établissements confessionnels d’enseignement se déroule en plusieurs étapes. Tout d’abord, entre les années 1560 et 1600, 12 collèges protestants12 (sur une trentaine au total ayant été créés dans le royaume de France au cours de l’époque moderne) et 11 académies13 ouvrent des formations. Ces dernières se composent d’un collège classique (accueillant les élèves dès l’âge de 6 ou 7 ans) et d’un établissement d’enseignement supérieur dispensant des enseignements en philosophie et en théologie. À cette date, la transformation d’anciennes écoles latines en collèges ou la création de collèges catholiques témoignent de l’utilisation de l’enseignement à des fins de re-catholicisation, surtout dans les provinces touchées par le protestantisme. Cette première phase a pu alors se prolonger jusque dans les années 1650, dans certaines régions dont le Nord de la France, et s’appuyer fortement sur le renouveau tridentin en terme de formation des prêtres et sur la reconnaissance de nouveaux ordres religieux ayant une vocation enseignante (jésuites, oratoriens...). Quant aux autorités représentatives des Églises protestantes, elles ont fortement encouragé ces créations14. Une seconde vague de créations de collèges complète la première offre, de la seconde moitié du XVIIe siècle au milieu du XVIIIe siècle. Le changement de la politique religieuse sous Louis XIV, la fermeture progressive des collèges et des académies (commencée avant la promulgation de l’édit de Fontainebleau portant révocation de l’édit de Nantes, en 1685) et la diffusion tardive de la réforme tridentine dans certains évêchés15 ont des conséquences durables dans le monde éducatif. La concurrence religieuse certes, mais surtout économique, est désormais accrue entre les ordres religieux quant à la gestion de ces collèges catholiques16 alors que l’expulsion des jésuites du royaume provoque de grands bouleversements dans l’administration des collèges, dans la nature des enseignements et dans la géographie scolaire.

Trouver de l’argent pour financer des places gratuites

  • 17 Voir la communication dans cet ouvrage de Boris Noguès.

3Les dispositifs tendant à la gratuité totale ou partielle de la scolarité relèvent de procédures similaires dans les institutions protestantes et les collèges catholiques. Ils s’inscrivent dans le respect des modes de financement des institutions scolaires sous l’Ancien Régime et de leurs évolutions17.

Des interventions ponctuelles en faveur de la scolarisation des pauvres

  • 18 Stèle (ancienne dalle funéraire) apposée sur un pilier du collatéral gauche de la cathédrale de Sa (...)
  • 19 Stèle (ancienne dalle funéraire) apposée sur le mur du collatéral droit. Voici la transcription pa (...)
  • 20 Abbé Bled, Histoire du collège Saint-Bertin... op. cit., p. 292.
  • 21 Alain Derville (dir.), Histoire de Saint-Omer, Lille, Presses universitaires de Lille, 1981, p. 11 (...)
  • 22 Abbé Bled, Histoire du collège Saint-Bertin..., op. cit., p. 292.
  • 23 Willem Frijhoff et Dominique JULIA, École et société dans la France d’Ancien Régime, Paris, A. Col (...)

4Ces initiatives individuelles sont le fait de personnages soucieux de développer l’enseignement pour les enfants issus de familles modestes et consistent dans la fondation de bourses dont les revenus servent au défraiement du logement, de la nourriture, des vêtements, selon des clauses variables figurant dans les statuts de ces bourses. Elles apparaissent dès la création des collèges et assurent aux établissements un recrutement socialement divers. Pour les fondateurs, elles illustrent l’une des actions les plus remarquables de la charité chrétienne comme en témoigne les stèles commémoratives d’Odoard de Bersacques (mort en 1557)18 et de Loys de Bersacques (mort en 1595)19 dans la cathédrale de Saint-Omer. Ainsi, Gérard d’Haméricourt, abbé de Saint-Bertin et premier évêque de Saint-Omer, se montre très attentif pour le collège dit des pauvres de Saint-Bertin. Le 1er mars 1561 il entend aider des écoliers « tant pour leur nourriture que entretiennement d’accoustrement chacun trente florins assignez sur trois rentes de soixante florins que nous avons acheptez sur le corps de la ville de Saint-Omer » pour les 12 premiers boursiers issus de la bourgeoisie de la ville ; « les aultres treize se polront prendre tant des fils de bourgeois de la ville comme du ban lieu, et auront chascun vingt florins, assignez sur trois rentes de quarante gros de Flandre le florin, qu’avons achepté sur le domaine du roy, nostre Sire, au bailliage de Saint-Omer20 », auxquels s’ajoutent 35 fils des tenanciers de l’abbaye21. Les dispositifs géographiques sont intéressants à noter : en raison de l’aire de recrutement, aucun dédommagement pour des frais d’hébergement n’est adopté. Il a en effet prévu de doter sa fondation d’une maison appelée à accueillir les boursiers pour le gîte : « auront tous iceulx boursiers [les 12 premiers de la fondation] demeure en la maison qu’avons achepté de Ravesberghes, avec litz, linceulx et ustensiles necessaires, à la charge de la fondation22 ». Hors de question donc de faire de ces boursiers des « élèves forains23 ».

  • 24 AD des Pyrénées Atlantiques, B 2193 ; retranscription partielle dans L. Lochard, Le cayer des desp (...)

5Des démarches équivalentes ont également cours chez les protestants. Par exemple, Jeanne d’Albret, fondatrice du collège protestant de Lescar (en Béarn), est sollicitée et intervient en faveur du fils de La Bourgonnière au collège de Lescar le 26 novembre 157224. Ce pasteur béarnais souligne les « grandes afflictions que son dict père a souffert durant les troubles passés », à savoir les guerres de religion en particulier les conflits armés de l’année 1569. Il sollicite une aide pour « ung habillement [...et] une robe longue ». Finalement, le trésorier de Béarn verse au requérant la somme de 11 livres 4 sous et 6 deniers correspondant à divers achat :

  • 25 « Raccoustrer » a tout d’abord comme synonyme réparer (s’agissant de constructions, de grands chem (...)
  • 26 AD des Pyrénées Atlantiques, B 2193 ; L. Lochard, Le cayer des despenses..., op. cit., p. 11-12.

« Un nouveau testament 30 sols/Un cousteau 2 sols/2 livres de papier 12 sols/Pour me faire tondre 6 deniers/Pour un cordon d’escritoire 3 deniers/Une grammaire grecque de Théodore de Baze [Bèze] 4 sols/Pour me racoustrer25 mes souliers 18 deniers/Pour un Homère en grec et latin et autres livres 18 sols26. »

6En réalité, les autorités synodales encouragent les laïcs à aider au financement des études de certains sujets protestants, dès le synode national de La Rochelle en 1581 :

  • 27 Jean Aymon, Tous les synodes nationaux des Églises Reformées de France..., op. cit., t. I, p. 149.

« On suppliera bien humblement, pour l’entretien des pauvres Écoliers & Proposans qui aspirent au St. Ministere, le Roi de Navarre, Monsieur le Prince, & les autres Seigneurs qui sont de nôtre Religion, de faire leur devoir en cela, & les Particuliers seront aussi exhortés d’y contribuer dans toutes les Églises, afin que chaque Colloque entretienne du moins un Proposant & même d’avantage, s’il est possible, en mettant à part le cinquiême denier des aumônes pour l’entretien desdits Proposans27. »

  • 28 Ibid., t. I, p. 246. C’est le cas de l’Église de Lyon, lors du synode national de La Rochelle en 16 (...)
  • 29 Ibid., t. I, 246.

7Cette volonté est réaffirmée lors du synode national de Gap en 1603. Toutefois l’unanimité n’est pas de mise en la matière, et les synodes se voient obligés de traiter quelques procédures d’appel formulé par des Églises opposées à de tels prélèvements financiers28, ou à des personnalités protestantes. Ainsi Catherine de Bourbon, duchesse de Bar, régente en Béarn durant l’absence de son frère (Henri IV), est invitée par le synode de Gergeau en 1601 à employer ses deniers en faveur des écoliers d’Orthez, futurs proposants (étudiants en théologie), futurs ministres29.

Le rôle essentiel des oligarchies urbaines

  • 30 AD du Pas-de-Calais, archives communales d’Hesdin déposées, E-dépôt 447 GG 40 article XVII f° 3 v°

8En effet, les oligarchies urbaines se montrent très intéressées par le devenir de ces établissements d’enseignement, soit parce qu’elles ont participé au financement de leur création (cas des municipalités protestantes du Midi, comme à Nîmes ou Montauban), soit parce qu’elles en ont facilité la transformation en collège (à l’image des actions menées par les magistrats du Nord de la France). Pour ces derniers, il s’agit de favoriser, dès la fin du XVIIe siècle, l’accroissement du nombre de collèges dans les petites villes et ce avec le soutien de l’intendant de Flandres, Lefebvre de Caumartin. Le but est de pouvoir scolariser les enfants de familles modestes à proximité du domicile de leurs parents, pour éviter d’avoir de grands frais. Ce souci est à noter pour la fin du XVIe siècle, lors de la première vague de fondations de collèges, et à la fin du XVIIIe siècle, après le départ des jésuites et lors de la réorganisation des institutions scolaires. En 1768, suite à la suppression des collèges d’Aire-sur-la-Lys et d’Hesdin, les sept commissaires sont essentiellement issus de la municipalité, « parmi les officiers municipaux, et les notables desdites villes d’Aire et d’Hesdin », à savoir : le mayeur, le député de l’ordre ecclésiastique, le député de la noblesse, le député du bailliage, et trois autres commissaires élus par scrutin et à la pluralité des suffrages dans la première assemblée générale des officiers et notables, chaque année30. Ils ont désormais en charge la nomination des boursiers pour le collège de Saint-Omer. Mais cette fermeture est loin de leur paraître judicieuse et ils se mobilisent pour obtenir la réouverture du collège d’Hesdin :

  • 31 Ibid., E-dépôt 447 GG 49, mémoire pour le rétablissement du collège d’Hesdin, sans date (postérieur (...)

« Les personnages en etat de payer la pension de leurs enfans et de fournir à leur entretien dans une autre ville que celle qu’ils habitent où (sic) qui avoisine le lieu de leur domicile, sont en trés petits nombres ; l’opulence n’est pas toujours le partage des nobles et l’education doit etre leur premier apanage. Plusieurs demeurent à Béthune, à Aire et à Hesdin, un grand nombre dans les environs. Il leur coute peu à les tenir chez eux, où à peu de distance, et ils ont encore l’avantage inestimable de les avoir sous leur yeux ; de connoistre plus particulierement leur capacité et leurs progrès, de consulter leurs inclinations, de veiller sur leurs mœurs et d’eclairer leur conduite quelques vigilans que soient les instituteurs, on n’oseroit pas s’en promettre les memes soins et une attention aussi suivie31. »

  • 32 Ces frais couvrent les interventions des médecins et des chirurgiens ; dans certains cas, les frai (...)
  • 33 AD du Pas-de-Calais, BHC 189/3, Lettres patentes du roi concernant les Colleges de Saint-Omer, Air (...)

9Ils veillent également au bon entretien des boursiers, par exemple, en protestant, dès le 4 août, devant la faiblesse de la prise en charge de ces écoliers dans le collège wallon de Saint-Omer. Leur requête est examinée lors de la délibération de l’assemblée du collège le 13 août : il sera gratuitement fourni les lits, draps, serviettes, couverts, les frais médicaux32, le papier, les plumes et l’encre. Ayant obtenu satisfaction, les Prêtres de la doctrine chrétienne étant en charge de ce nouvel établissement, les autorités municipales ont la surprise de constater la suppression (et non la mutation) des bourses allouées pour des études à Saint-Omer par des natifs d’Aire et Hesdin33 à compter de 1777.

Le soutien essentiel des Églises

  • 34 AD du Nord, L 6275. Il s’agit des chiffres donnés dans le document de 1792. La municipalité de Ber (...)
  • 35 Philippe Marchand, Écoles et collèges.., op. cit., p. 35.

10Pour l’Église catholique, le système de fondation des bourses bénéficie aux séminaires, lieux de formation des futurs prêtres. Le rôle de ces institutions a été rappelé lors du concile de Trente et les dispositions prises par les pères conciliaires sont progressivement appliquées dans les diocèses français. Dans la ville de Bergues, les deux séminaires offrent des places gratuites. Dès le 7 novembre 1609, des écoliers sont hébergés dans des chambres particulières, au séminaire de Cupère dans la ville de Bergues, pour un montant de 3750 livres tournois par an soient 150 livres par an34. Puis à partir du 4 mai 1621, 10 places sont créées pour les écoliers du séminaire Saint-Pierre de Bergues (encore appelé Vandenussche) sous la forme de 6 bourses de 125 livres par an et de 4 fondées plus tard à raison de 150 livres par an35. Il en est de même pour les Églises protestantes dans les autres régions du royaume de France. Leur action se mesure à l’aune des délibérations prises lors des synodes nationaux, délibérations qui montrent la recherche d’une uniformité de cette politique pour tous les établissements protestants. Elle est progressivement élaborée, dès le synode de Paris (1565), celui de Vitré (1583), de Sainte-Foy (1578), de Figeac (1579) et enfin La Rochelle (1581), en référence à l’article 4 du chapitre II de la discipline ecclésiastique :

  • 36 Voir La Discipline ecclésiastique des Églises de France, 1er synode de Paris, 1559, 40 articles.

« Afin qu’il y ait nombre de pasteurs, et que les Eglises puissent estre toujours pourvues de personnes capables pour les conduire, et leur annoncer la Parole de Dieu, les Eglises sont adverties de choisir des Escoliers déjà advancez aux bonnes lettres et de bonne espérance, pour les entretenir aux Universitez, afin que là ils soient preparez et faconnez pour estre employez au Saint Ministre, preferant les enfans de Ministres pauvres, propres aux lettres, dont les Colloques connoistront. Les Rois, Princes et Seigneurs seront suppliez et exhortez d’avoir ce soin, et y employer quelque portion de leur revenu ; comme aussi les Eglises opulentes. Les Colloques et Synodes provinciaux en feront les advertissemens et solicitations où ils verront estre bon, et suyvront toutes voyes propres à ce que choses si nécessaires soyent mises à l’effet ; et si les Eglises seules ne le peuvent faire, les voisines se joindront ensemble, afin que pour le moins il y a en ait un entretenu par chaque Colloque, et que plutost le cinquieme denier des aumônes soit mis à part, s’il se peut faire commodement, pour y estre employé36. »

  • 37 Jean Aymon, Tous les synodes nationaux des Églises Reformées de France..., op. cit., t. II, p. 546 (...)

11Toutefois, le financement de places gratuites dans les institutions protestantes devient très difficile pour les Églises à partir des années 1630, en raison de la conjoncture économique et des conséquences de la fin des guerres de Rohan. Lors du synode national d’Alençon de 1637, la nécessaire solidarité de ces dernières est affirmée, pour continuer à mener une telle politique d’aide auprès des écoliers37.

Une faveur ou de lourdes conditions imposées aux candidats et à leur famille ?

12Les fondateurs de rentes susceptibles de permettre le financement des places gra-tuites se montrent très scrupuleux quant à l’affectation de ces sommes en faveur des écoliers pauvres. Les candidats doivent répondre à des exigences sociologiques et géographiques.

Les critères pour devenir boursier

  • 38 AD du Pas-de-Calais, Archives communales d’Hesdin déposées : E-dépôt 447 GG 40 article XIX, f° 3 v (...)
  • 39 Willem Frijhoff et Dominique Julia, École et société dans la France d’Ancien Régime, op. cit., p.  (...)

13Tout d’abord, l’admission des enfants à des bourses est soumise à un critère d’âge. Dans le cas du collège de Saint-Omer à partir de 1769, par exemple, les boursiers seront admis de 8 ans à 12 ans et pas au-delà de 21 ans accomplis. Il en est de même pour les institutions protestantes. Toutefois, le critère d’âge n’est pas toujours opératoire. L’obtention de dérogation est possible, pour la première année de fonctionnement, dans le cas du collège wallon de Saint-Omer en 1769, en aidant des jeunes gens plus âgés, natifs, ayant commencé les études dans les collèges « distingués par leur sagesse et leur application38 ». Il s’agit de François Joseph Adrien Cadart (17 ans, entrée en 2nde), François Marie Pantaléon Galatoire Coffrin (14 ans, entrée en 6e), François Noël Trophime Hallette (18 ans, entrée en 6e). Il faut par ailleurs rappeler que le critère d’âge n’est pas forcément un obstacle, même si de telles entrées en 6e paraissent surprenantes ! W. Frijhoffet D. Julia reviennent sur des données essentielles en soulignant que « à juste titre, le Père de Dainville, et après lui Philippe Ariès, ont mis en relief la très grande disparité d’âges qui régnait dans les classes scolaires sous l’Ancien Régime. Dans une même classe, des élèves de huit ans côtoyaient normalement des condisciples de quinze ans ou même plus. C’est dire que l’appartenance à une classe scolaire ne supposait pas encore l’appartenance à une classe d’âge39 ».

  • 40 Abbé Bled, Histoire du collège Saint-Bertin..., op. cit., p. 291.
  • 41 AD du Pas-de-Calais, Archives communales d’Hesdin déposées : E-dépôt 447 GG 40 f° 1 r°.
  • 42 Philippe Marchand, Écoles et collèges, op. cit., p. 35. « Les bourses ou fondations particulières (...)
  • 43 AD du Pas-de-Calais, BHC 193/15, « à Messieurs, Messieurs les grand doyen, dignitaires, chanoines (...)
  • 44 Philippe Marchand, « Bourses et boursiers du collège de Lille sous l’Ancien Régime », Lille, Commi (...)
  • 45 Archives communales de Saint-Omer, 7 REG P, f° 85 v°.
  • 46 Philippe Marchand, « Bourses et boursiers... », op. cit., p. 252.
  • 47 Selon Martine Le Maner, conservatrice de la bibliothèque de Saint-Omer, les boursiers seraient éga (...)

14Les statuts de fondation des bourses insistent aussi sur la pauvreté de la famille du candidat : Gérard d’Haméricourt parle de « pauvres enfants40 », Louis XV « des enfans des moins opulens de leurs habitants41 » et les autorités révolutionnaires de « jeunes gens peu aisés42 ». Il n’est pas question d’une approche quantitative, de « seuils » de richesse/pauvreté. Souvent ce critère s’ajoute à l’obligation d’être membre de la famille du fondateur de la bourse (cf Pierre-Joseph Roche évoqué dans l’introduction43) ; c’est ainsi le cas la bourse Cardon et de la bourse Marissal pour le collège de Lille dès le XVIIe siècle44. Parfois, la pauvreté est à ce point importante qu’elle est soit dénoncée par les autorités municipales, soit institutionnalisée dans les statuts de ces bourses. Ainsi le 13 avril 1616, le magistrat de Saint-Omer dénonce la mendicité pratiquée par certains écoliers du collège wallon ; une députation de conseillers municipaux est chargée de rencontrer les jésuites afin de leur demander d’établir une liste de ces écoliers45. Dans un autre cas, jusqu’en 1724, les titulaires de ces bourses, à Lille, étaient obligés de recevoir « les aumônes et le potage avec les autres pauvres à la porte du collège46 », ce qui constitue une marque de discrimination forte47.

  • 48 Philippe Marchand, « Bourses et boursiers... », op. cit., p. 259-260.

15Cependant, une étude sociologique des boursiers est délicate à mener, en raison de l’insuffisance des sources. Bénéficiant d’un dossier très riche en informations, Philippe Marchand a pu étudier, pour le collège de Lille, la profession de 85 des pères (sur une centaine de boursiers). Il montre qu’au total, 7 sont journaliers, 19 laboureurs, 37 artisans, 21 marchands et 1 négociant. « Manifestement, les intentions des fondateurs de bourses qui avaient voulu encourager la scolarisation des plus humbles ont été respectées tout au moins jusqu’en 178948. » Cette conclusion n’est pas toujours opératoire. Car des familles plus aisées sollicitent et obtiennent le bénéfice de bourses pour leurs enfants. Sur les 52 boursiers d’Hesdin dont le fichier a pu être établi grâce au dépouillement des délibérations du comité en charge de l’admission aux bourses, seules 4 professions des pères sont mentionnées : un avocat en parlement en 1770, un marchand en 1771, un notaire royal en 1772, un aubergiste en 1776... toutes ces professions n’étant pas parmi les plus défavorisées...

  • 49 Jean Aymon, Tous les synodes nationaux des Églises Reformées de France..., op. cit., t. I, p. 361.

16Pour les Églises protestantes, une attention toute particulière est accordée aux requêtes déposées par les pasteurs, pour la scolarité de leurs enfants au début du XVIIe siècle, lors du colloque de Saint-Maixent en 1609, « sans prendre garde à l’Age ni à la Capacité desdits Enfans49 ». À cette époque, deux constats expliquent cette politique d’aide : tout d’abord, le niveau de vie des pasteurs a baissé depuis le début du développement du protestantisme en France, et ensuite, les Églises ont besoin de fortement solliciter les familles de pasteurs en vue d’un recrutement des fils pour suivre la même carrière que leur père. Les démarches parentales sont, dans le cas des établissements protestants, adressées au synode national, en dernier recours. Ainsi à Vitré en 1617 :

  • 50 Ibid., t. II, p. 94.

« Mr. Paul Maurier, Pasteur de l’Eglise d’Aiguieres en Provence, aiant appellé de l’Ordonnance du Synode du Dauphiné, qui avoit annulé la Promesse que le Coloque du Valentinois avoit faite audit Maurier, de recevoir son Fils pour Ecolier entretenu aux Fraix dudit Coloque : La Compagnie a ordonné que le Reglement fait par ladite Province du Dauphiné, touchant la Reception des Ecoliers sera ci-après observé, & que le Fils dudit Maurier, prendra la premiere Place vacante d’Ecolier entretenu dans quelque Coloque que ce soit de ladite Province50. »

  • 51 Willem Frijhoff et Dominique Julia, École et société dans la France d’Ancien Régime..., op. cit., (...)
  • 52 Abbé Bled, Histoire du collège Saint-Bertin..., op. cit., p. 292.
  • 53 AD du Pas-de-Calais, édit de 1769, BHC 1165 16 et 1165 17.

17L’aide apportée par les Églises se justifie également par la dispersion géographique des collèges protestants dans le royaume de France, et la nécessité de pourvoir au logement des écoliers en dehors de leur famille. Bourses protestantes et bourses catholiques ont aussi comme finalité de tenter de nuancer la « distorsion ville/campagne51 ». Pour Gérard d’Haméricourt, la précision géographique concerne dès 1561 douze boursiers, qui doivent être « trois d’Arques, trois de Herbelles, ung d’Acquin (aujourd’hui Acquin-Westbecourt), ung de Quelmes, ung de Coiecques (Coyecques), ung d’Audenfort (Audenfort-Clerques), ung de Wisernes (Wizernes), et ung de Houlle52 ». La modification de la « carte scolaire » voulue par le roi, rend nécessaire la fondation de bourses, fondation assortie de clauses géographiques. Lors de la suppression des collèges d’Aire-sur-la-Lys et d’Hesdin en 176953, la volonté royale d’aider les élèves de ces deux villes à poursuivre des études est clairement affichée :

  • 54 AD du Pas-de-Calais, archives communales d’Hesdin déposées : E-dépôt 447 GG 40 f° 1 r°.

« Le collége (sic) qui ÿ a été anciennement établi, est en état par ses revenus et par ses bâtiments, de remplir les vûes que nous nous sommes proposés pour ÿ rendre l’éducation et l’instruction plus parfaites ; nous avons donc cru devoir supprimer lesdits deux colléges d’Aire et d’Hesdin, et en réunir les biens et revenus a celuy de Saint-Omer ; mais il nous a paru juste d’appliquer ses revenus a l’education des enfants de nosdites villes et bailliages d’Aire et d’Hesdin, en établissant dans ledit collége un nombre considérable de bourses affectées a l’instruction gratuite des enfans des moins opulens de leurs habitants qui seront choisis et nommés par les differents ordres de ceux qui ÿ auront intérêt, et nous ÿ ajouterons l’etablissement en chacune desdites villes d’une école ou pedagogie, pour y procurer une premiere instruction qui puisse mettre les enfans en état de profiter desdites bourses54. »

  • 55 Ibid., E-dépôt 447 GG 40 article XVI f° 3 r°.
  • 56 Ibid., E-dépôt 447 GG 40 article XVI f° 3 r°.

18Sont donc fondées 40 « bourses ou places gratuites », 20 pour les enfants natifs d’Aire-sur-la-Lys (ou ressort du bailliage), et 20 de même pour Hesdin55. Et dans ce cadre, les « quarante enfants seront logés, nourris, élevés et instruits gratuitement dans ledit collége (sic), moyennant une pension annuelle de trois cent livres pour chacun d’eux » à payer par quartier et le premier d’avance56. Au final, deux procédures sont effectives : la nomination ou le concours. La seconde se définit par rapport à la première, comme le montre la lettre de la municipalité de Douai du 22 novembre 1790 :

  • 57 Philippe Marchand, Écoles et collèges..., op. cit., p. 121.

« Elles [les bourses] se donnent par la voie de concours lorsqu’elles ne sont pas occupées par des individus de certaines familles, ou de certains pays à qui les fondateurs ont accordé la préference57. »

  • 58 Ibid., p. 35.
  • 59 Archives communales de Bergues, GG 119 (anciennement GG 72).

19L’examen des dossiers de candidatures incombe en général à une ou plusieurs personnes. Dans le cas des 6 premières bourses de la fondation Vandenbussche pour le séminaire saint-Pierre de Bergues, l’étude des dossiers relève d’ecclésiastiques (l’abbé de Saint-Winoc, le curé de saint Pierre de Bergues, le principal du collège des humanités) et de laïcs (en l’occurrence, seulement le maire de Bergues)58 ; dans le cas du séminaire Cupère de Bergues, un seul collateur, un seigneur laïc, officie, comme en témoigne les requêtes de parents demandant de 166259.

L’insuffisance dénoncée du soutien financier

  • 60 Philippe Marchand, « Bourses et boursiers.. », op. cit., p. 254. « Enfin, il est vraisemblable que (...)
  • 61 Philippe Marchand, Écoles et collèges..., op. cit., p. 53.
  • 62 Abbé Bled, Histoire du collège Saint-Bertin..., op. cit., p. 297.

20Loin de donner à voir un tableau idyllique de la situation des boursiers, les sources des XVIIe et XVIIIe siècles indiquent toutes les difficultés pour les écoliers bénéficiant de telles places gratuites60. Car le montant de ces bourses ne suffit pas pour le paiement de toutes les dépenses du quotidien. Dans le meilleur des cas, une dépense supplémentaire, à la charge des familles, est prévue dans les statuts de fondation. Ainsi à Bergues, les bénéficiaires des places gratuites du séminaire Cupère doivent débourser 45 livres par an « pour leur nourriture, chauffage, lumiere et logement61 » ; ceux des 6 premières fondations du séminaire Saint-Pierre 60 livres et les 4 autres, 30 livres. C’est pourquoi de nombreux écoliers, boursiers, sont nourris par leurs parents et le collège dédommagé pour cela, à hauteur de 18 livres pour le collège de Saint-Bertin ; le paiement de la pension peut également se faire auprès du patron pour les boursiers placés en apprentissage62. Ces financements de substitution cachent mal une prise en charge partielle en réalité. Les frais sont jugés trop élevés, par les autorités catholiques et les autorités protestantes. Ainsi lors du synode national de Vitré en 1617 :

  • 63 Jean Aymon, Tous les synodes nationaux des Églises Reformées de France..., op. cit., t. II, p. 99.

« Sur les Plaintes qui ont été faites par beaucoup de Personnes, que les Pensions des Ecoliers de l’Academie de Saumur sont si hautes, que plusieurs à Cause de cette Depense excessive n’y envoient pas leurs Enfans : La Compagnie a Chargé Mrs. Rivet, la Nusse, & de la Pilletiere, de voir le Conseil Academique dudit Lieu, quand il s’en iront dans leurs Provinces, au sortir d’ici, & de lui faire le Raport desdites Plaintes, en lui donnant à entendre que s’il ne modere pas lesdites Pensions, le prochain Synode National sera obligé de transferer ladite Academie dans un Lieu plus commode, & où l’on puisse faire substituer les Etudians avec moins de Fraix63. »

  • 64 Ibid., t. II, p. 796. « Les Deputés de quelques Provinces se plaignant que nos Ecoliers paioient tr (...)

21L’augmentation des frais continue d’être soulignée par les autorités protestantes lors de l’assemblée synodale de Loudun en 1645, au sujet des écoliers et étudiants de Saumur64. D’après les mesures prises lors du synode de Montpellier de 1598 :

  • 65 Jean Aymon, Tous les synodes nationaux des Églises Reformées de France..., op. cit., t. I, p. 223.

« Les Eglises qui ont entretenu des Ecoliers & se servent aujourd’hui de leur Ministere, en les traitant indignement, & ne leur donnant pas une si bonne Pension qu’aux autres Ministres seront censurées, & si elles sont refractaires, le Coloque ou Synode pourra licentier (sic) ceu qui seront ainsi maltraités & les pourvoir d’autres Eglises selon la Discipline65. »

  • 66 Philippe Marchand, Écoles et collèges..., op. cit., p. 121.
  • 67 Philippe Marchand détaille le fonctionnement des bourses trimestrielles (des fondations Cardon et (...)

22L’écart entre le montant de la bourse et les besoins financiers des écoliers est toujours dénoncé à la fin du XVIIIe siècle par les autorités municipales, à l’image de la réaction des magistrats de Douai le 22 novembre 1790 : « Les bourses qui ne suffisent pas pour la nourriture d’un écolier se payent suivant leur valeur au boursier qui est obligé de suppléer à ce qui manque pour sa pension annuelle66. » Il est vrai que la création des bourses trimestrielles ne facilite pas la situation67. De fait, avec la même somme, il est possible d’accorder un secours à plus de bénéficiaires, mais qui, en conséquence, se voient attribuer une dotation plus faible.

La bourse comme un moyen de « capture » du titulaire au profit des Églises ?

23Les historiens insistent souvent sur le fait que ces bourses invitent leurs titulaires à suivre une carrière au sein de l’Église, une fois leur formation achevée et après avoir choisi d’étudier la théologie. Or il s’avère que la situation est assez contrastée entre les institutions protestantes et catholiques. La première originalité consiste en l’offre de poursuite d’études à l’étranger et la seconde en la possibilité de quitter la voie ecclésiale, sous conditions.

Des débouchés professionnels entendus : la carrière ecclésiastique

  • 68 Philippe Marchand, « Bourses et boursiers... », op. cit., p. 260.
  • 69 Jean Aymon, Tous les synodes nationaux des Églises Reformées de France..., op. cit., t. I, p. 245.

24Cette poursuite d’études a souvent été étudiée dans le cas de l’Église catholique, le boursier devenant séminariste puis prêtre. Ainsi pour le collège de Lille, sur 30 boursiers dont Philippe Marchand a pu suivre le parcours après les études, « 28 dont 6 fils de laboureurs et 7 fils de marchands sont entrés dans l’Église68 ? » L’évolution est moins connue pour les Églises protestantes. En réalité, très tôt, dès 1581, pour le collège protestant de Nîmes, le consistoire projette l’utilisation d’un système de bourses, essentiellement pour soutenir des écoliers futurs proposants (étudiants en théologie) si et seulement si ils achèvent bel et bien leurs études et se consacrent au ministère. Le proposant est ainsi quelque peu réservé pour « son » Église dès la fin de ses études. Durant leur formation, les boursiers protestants sont susceptibles d’être employés comme une main-d’œuvre au service des Églises, même si quelques réticences apparaissent lors du synode de Gergeau de 160169. Selon les provinces, ce choix est primordial. Dans le cas du Béarn, le synode national de Charenton en 1631 reconnaît la nécessité de faire travailler les écoliers qu’ils ont entretenus :

  • 70 Ibid., t. II, p. 505.

« Les Deputés de la Province du Bearn demanderent que leurs Droits sur plusieurs Ecoliers, qu’ils avoient élevés dans les Sciences à leurs Fraix, & qui étoient actuellement emploiés à l’Ofice Pastoral dans diverses Eglises de ce Roiaume, leur fussent conservés sur ces mêmes Ecoliers : Cette Assemblée leur rêpondit que l’on auroit beaucoup d’Egard à l’Interêt de ladite Province, qui seroit toujours le même que celui des autres, & que les Eglises de ce Roiaume seroient toujours prêtes à leur donner, dans toutes les Occasions, des Effets sensibles de leur Charité & Afection70. »

25La vivacité de l’affrontement confessionnel, les enjeux du maintien des charges pastorales en Béarn (à l’heure où les émoluments des pasteurs diminuent), la connaissance des réalités régionales par les natifs expliquent le caractère fondamental de cette démarche. D’un côté, ces mesures constituent une forme de protection pour les écoliers désormais pourvus des titres nécessaires au ministère. Un cas le souligne en 1617 au synode de Vitré :

  • 71 Ibid., t. II, p. 118.

« Le Sieur de la Place, Pasteur de l’Eglise de Sion, se plaignant de ce que Daniel la Place son Frere, Ecolier entretenu par la Province de Bretagne, n’a pas été emploié selon qu’on la trouvé Capable, & demandant qu’il soit mis en Liberté : La Compagnie a ordonné que la Province de Bretagne lui donnera une Eglise dans deux Mois : ce que ne faisant pas il sera donné pour Pasteur à l’Eglise de Laval, dans la Province d’Anjou, laquelle il servira l’Espace d’un An, au bout duquel il sera permis à celle de Bretagne, de le rappeler & de lui assigner un Troupeau71. »

  • 72 Ibid., t. II, p. 154. En réalité, la délibération du synode national d’Alais en 1620 récapitule la (...)

26D’un autre côté, ces dispositions apparaissent comme une forme d’encouragement, comme dans le cas de Samuel du Frêne en 1620, puisque « la Compagnie ajoutant Foi à ces Attestations, a accordé audit Samuel du Frêne, la Somme de Cent Livres pour son Voiage, & celle de deux Cens Livres, pour son Entretien d’une Anne, durant laquelle il pourra être apellé au Saint Ministere dans quelque Eglise72 ». Les synodes nationaux appuient donc le recrutement préférentiel de ces anciens boursiers. Néanmoins, ces propositions d’embauche ne sont pas automatique. Car les autorités protestantes se montrent très sourcilleuses et entendent examiner les anciens proposants voulant devenir pasteur, comme cela est stipulé lors du synode national de Gap en 1603 :

  • 73 Ibid., t. I, p. 274.

« Chaque Province sera obligée d’entretenir un certain nombre d’Ecoliers qu’elle nommera dans le tems qu’on lui fera la Distribution des Deniers Octroiés par le Roi ; & ces Ecoliers là seront obligés d’aller étudier dans les Université de ce Roiaume, ou ailleurs, au choix des Provinces qui les entretiendront ; & lesdits Ecoliers ne seront point reçûs au St. Ministere dans leur Province, sans y aporter de bons & sufisans Temoignages de leurs Mœurs & de leur Doctrine, signés par les Pasteurs & Professeurs des Academies où ils auront étudié73. »

  • 74 Ibid., t. II, p. 98. « il est enjoint aux Professeurs des Academies de ne donner pas facilement des (...)
  • 75 Ibid., t. II, p. 577.

27Ce point est réaffirmé lors du synode national de Vitré en 1617, en soulignant la nécessaire mention de leurs compétences74, puis lors du synode d’Alençon en 163775.

Vers la poursuite d’études à l’étranger

  • 76 Abbé Bled, Histoire du collège Saint-Bertin..., op. cit., p. 306.
  • 77 Philippe Marchand, « Bourses et boursiers... », op. cit., p. 253.
  • 78 AD du Pas-de-Calais, archives communales d’Hesdin déposées : E-dépôt 447 GG 40, délibération du 5 (...)

28Les Églises catholique et protestantes favorisent la poursuite d’études par le biais de la fondation de bourses à l’étranger. Les fondateurs, de collèges ou de bourses dans les collèges, conçoivent aussi la poursuite d’études pour les plus modestes. Ainsi Gérard d’Haméricourt, évêque de Saint-Omer, achète une maison en 1573, à Louvain pour faciliter la prise de grades76. Ces bourses se montent à 50 ou 60 livres pour Louvain, la moitié pour une poursuite d’études en Flandres. Pour le collège de Lille, la fondation Catherine Berthe datée de 1674 doit faciliter la poursuite des études de philosophie à Douai pour les anciens écoliers d’un collège jésuite y ayant fait ses humanités, et de la famille de la fondatrice77. À une seule reprise, le collège comme poursuite d’études et la bourse comme opportunité sont cités. Charles Louis Antoine Prévost de Hesdin est nommé boursier le 5 avril 1770 pour le collège de Saint-Omer « actuellement etudiant dans la pedagogie d’icelle pour continuer ses etudes aud. College de Saint Omer et entrer en sixieme78 ».

29Enfin, les collèges du Nord du royaume de France ont développé l’accueil de boursiers étrangers, en raison en particulier de l’évolution de la politique religieuse en Angleterre. Par exemple, une fois déduits les frais de fonctionnement du collège écossais de Douai :

  • 79 AD du Nord, L7543, voir transcription intégrale : Philippe Marchand, Écoles et collèges du Nord...(...)

« Le reste des revenus du Collège doit être employé à loger, nourrir, entretenir, elever, instruire et soigner gratuitement tant en santé qu’en maladie, des jeunes gens issus de pere et mere Ecossais faisant profession de la religion catholique, choisis par les Chefs catholiques de 8 familles nobles écossaises, et pris entre les familles les plus nombreuses et les moins opulentes de l’Ecosse79. »

  • 80 Adolphe Cardevacque, Le collège de Saint-Vaast à Douai, Douai, Crépin, Mémoires de la Société d’ag (...)
  • 81 Voir Philippe Marchand, Écoles et collèges.., op. cit., p. 121-125.

30Certaines fondations ont cependant très nettement vocation à permettre la conversion de boursiers. Dans le testament de Philippe de Caverel, abbé de Saint-Vaast de Douai, en 1636, 36 places gratuites (sous forme de bourses ou de demi-bourses) doivent être financées par l’utilisation de toutes les rentes contractées au profit du prélat : un tiers seront attribuées à douze jeunes hommes protestants voulant se convertir au catholicisme80. Plus généralement, l’étude des origines géographiques souhaitées des boursiers de Douai, à la veille de la Révolution française, donne à voir une grande diversité. Seize établissements disposent de cinquante-deux fondations de bourses81. Ces écoliers boursiers viennent de Flandres ou pays de Brabant, Hollande, pays de Clèves, Juliers, Gueldre ou Utrecht (séminaire du roi, collège du roi), d’Armentières (collège d’Anchin), d’Irlande (collège Saint-Vaast), de Bapaume (séminaire du roi), d’Hazebrouck (de même), de Tournai (de même), de Nuncq (de même), de Lille (pour le collège Notre-Dame de la Foi), du comté de Walkemberg (pour le collège Notre-Dame de la Foi), du diocèse d’Ypres (collège Hennin), du diocèse de Bruges (collège de La Torre), des « provinces des pays bas de Charles Quint » (collège des Nobles), d’Arras (séminaire Hattu, collège Delannoy), d’Aire-sur-la-Lys (séminaire Hattu), de l’Artois (collège Delannoy), des environs de Condé (collège Delannoy), de Cambrai (de même), de Saint-Omer ou Valenciennes (de même), du diocèse de Cologne (de même), d’Alost (de même)... et de Douai (séminaire Hattu).

  • 82 Jean Aymon, Tous les synodes nationaux des Églises Reformées de France..., op. cit., t. I, p. 312.
  • 83 Ibid., t. II, p. 115.
  • 84 Alain Derville (dir.), Histoire de Saint-Omer.., op. cit., p. 112.

31Néanmoins les contraintes sont plus fortes dans le cas des institutions protestantes. En effet, au départ, au début du XVIIe siècle, une telle mobilité est refusée aux écoliers voulant poursuivre leurs études en théologie, et devenir proposants. Le synode national de La Rochelle de 1607 souligne que « les Ecoliers en Theologie, & specia-lement ceux qui seront entretenus aux dépens des Provinces, & des Eglises particulieres, feront le cours de leurs Etudes dans les Academies dressées en ce Roiaume, entre lesquelles sont comprises celles du Bearn, de Sedan & de Geneve ; & il ne leur sera pas permis d’aller aux Academies étrangeres sans permission des Synodes Provinciaux, qui leur prescriront les Lieux & le Tems de leur demeure82 ». Cependant, certains particuliers continuent de vouloir aider la mobilité estudiantine : à la demande de l’Église de Falaise lors du synode national de Vitré en 1617, une bourse est fondée « pour être emploiée à l’Entretien d’un Ecolier qu’il desire de prendre ou en Zelande, ou à Basle, ou à Geneve, pour servir au Ministere dans l’Eglise des Essars83 ». Et surtout, d’autres débouchés sont envisagés par les fondateurs, même ecclésiastiques, et par les autorités municipales. Il s’agit de débouchés plus en phase avec l’origine sociale des bénéficiaires théoriques de ces bourses et avec les besoins sociaux et familiaux. Ainsi Gérard d’Haméricourt n’oublie pas de souligner les formations professionnelles destinées aux ouvriers : le « collège des Pauvres de Saint-Bertin » dès doit leur apprendre l’écriture, la lecture et les opérations de calcul ; par la suite, des études latines sont possibles en vue de la prêtrise, et sinon un ou deux ans l’apprentissage d’un « mestier méchanique84 ».

Choisir une autre voie après avoir remboursé le montant de la bourse

  • 85 AD du Pas-de-Calais, archives communales d’Hesdin déposées, E-dépôt 447 GG 40 f° 11 r°.
  • 86 Ibid., E-dépôt 447 GG 40 f° 11 v°.
  • 87 Ibid., E-dépôt 447 GG 40 f° 12 r°.
  • 88 Un boursier est mort au collège, un autre présente une santé fragile et deux affirment « devoir » (...)
  • 89 AD du Pas-de-Calais, Archives communales d’Hesdin déposées : E-dépôt 447 GG 40 article XX f° 3 v°- (...)
  • 90 Archives communales de Saint-Omer, registre aux délibérations du conseil d’administration du collè (...)

32La question de l’accomplissement intégral de la scolarité des boursiers varie considérablement entre les institutions catholiques et protestantes. En raison de l’insuffisance du montant des bourses allouées, plusieurs parents accompagnent le départ de leur fils du collège catholique. L’arrêt de la scolarité est ainsi noté dans plusieurs établissements catholiques : il ne donne pas lieu, en ce cas, au remboursement des sommes engagées par les fondations. Lors de la délibération des commissaires le 2 octobre 1770, il est noté que Charles François Marie Wallard « qui ainsi que sa mere nous a declaré ne devoir plus retourner au college de Saint Omer85 ». Il en est de même pour Jean Baptiste Pruvost lors de l’assemblée du 12 octobre de cette même année (il adresse d’ailleurs à cette occasion ses remerciements par lettre)86 ; pour Jean Baptiste Marie de Wanin le 23 janvier 1773 (par démission)87... Au total, sur 52 admis entre 1769 et 1777, 25 motifs de sortie du collège sont explicités : 14 boursiers quittent le collège de Saint-Omer sans y avoir achevé leurs études ; seuls 7 partent une fois leurs études terminées88. Pourtant d’après les statuts des collèges, l’exclusion n’est possible que si l’enfant ne respecte pas le règlement intérieur. Les motifs de sortie doivent donc être fortement argumentés, pour des raisons économiques et familiales, et présentés au directeur de la structure scolaire. Après l’acceptation du départ de tel boursier, il peut alors être procédé au remplacement du boursier à partir de 1769 dans le cas du collège de Saint-Omer89. En conséquence, les successeurs des jésuites, les prêtres de la doctrine chrétienne, entendent toutefois interdire la reprise des cours par des boursiers échappés du collège, selon la délibération du 15 décembre 1775 : « Il a été resolu de ne jamais recevoir aucun Boursier d’Aire et d’Hesdin qui auront été renvoyé du College ou qui sen seroit retirés d’eux-mêmes s’echapant et s’enfuyant chés leurs parens ou ailleurs90. »

  • 91 Jean Aymon, Tous les synodes nationaux des Églises Reformées de France..., op. cit., t. I, p. 178- (...)
  • 92 Ibid., t. I, p. 185. « Sur une autre Proposition desdits Deputés [de Saintonge] touchant les Propos (...)
  • 93 Ibid., t. I, p. 315.
  • 94 Ibid., t. II, p. 154.
  • 95 Ibid., t. II, p. 287-288.

33L’attitude des autorités protestantes est très différente sur ce point, car elles attendent, en cas d’interruption de la scolarité, la restitution des sommes reçues par les « écoliers entretenus ». Dès 1594, lors du synode de Montauban91, la surveillance des écoliers se destinant aux études de théologie, appelés « proposants » est rappelée. Les mesures prises vont en réalité plus loin puisque le remboursement des sommes engagées pour un tel entretien est souhaité si les étudiants renoncent à devenir pasteur et s’ils en ont les moyens92. À partir de 1607, il est vivement recommandé d’accomplir la totalité de la scolarité, sous peine de devoir engager un remboursement93. En 1620, lors du synode d’Alais, les mesures de rétorsion sont prononcées. Par exemple, « Le Sieur Chauveton aiant été condamné par le Synode de Vitré, de paier la Somme de trois Cens Livres, à la province d’Isle de France, par laquelle il a été entretenu aux Etudes » ; la clémence retient l’attention des délibérants, face à la pauvreté de cet homme94. En 1623, le synode national de Charenton demande l’instauration d’une caution de restitution95. Et le fait est que dans plusieurs cas, le remboursement des sommes engagées pour la formation d’écoliers, est exigé, dès le synode national de La Rochelle en 1607, à l’issue de procédures engagées par les provinces. Ainsi :

  • 96 Ibid., t. I, p. 332. L’autre exemple contemporain est celui de la Province de Paris : « Sur la Dem (...)

« Le Sr. de Bonvouloir, à present Pasteur de l’Eglise de St. Jean d’Angeli, aiant été congedié par la Province du Poictou, à condition qu’il restitueroit à l’Eglise du Poiré & de Beleville, la somme de quatre cent cinquante Livres, emploiée par ladite Eglise à son entretien aux Ecoles : La Compagnie, à la Requête des Deputés de la Province du Poictou, a ordonné que dans deux mois ledit Sr. De Bonvouloir conviendra avec ladite Eglise de ce qu’il pretend lui être dû d’Arrerages, & d’ici à six mois paiera entierement ce dont il se trouvera reliquaire, à faute de quoi il retournera au pouvoir de la Province du Poictou, laquelle pourra disposer de son Ministere96. »

34Ainsi l’étude des dispositifs de gratuité révèle une attitude différenciée des institutions protestantes et des collèges catholiques. Certes les modes de financement sont similaires, convoquant l’aide des fidèles (évêques, abbé, princes), des autorités religieuses (ordres religieux, synodes nationaux) et des oligarchies urbaines avec des nuances régionales. Les difficultés conjoncturelles gagnent également ces structures, avec cependant une chronologie différée de quelques décennies dans le cas des bourses financées par les fidèles catholiques. Les contraintes d’âge et de pauvreté sont toutefois explicitées avec plus de détail dans les fondations catholiques. Néanmoins, dans les deux cas, protestants et catholiques tendent à exercer des préférences dans la sélection des candidats, qui en faveur des fils de pasteurs (en raison sans doute du besoin de stabilisation d’un corps ecclésial protestant fin XVIe -début XVIIe siècle), qui les descendants de fondateurs (selon les clauses des legs pieux pour les collèges catholiques). Tout au long de la période moderne, le trait commun reste l’insuffisance des bourses, à l’origine d’un arrêt précoce de la scolarité, d’une possible mendicité au cours des études ou à l’issue du cursus, malgré les dénonciations faites par les autorités protestantes et catholiques. Ces éléments amènent donc à nuancer la réussite de ces dispositifs de gratuité pour l’enseignement secondaire aux XVIe-XVIIIe siècle, à la différence des petites écoles et des « écoles dominicales » (ouvertes les dimanche et jours fériés) dont le rôle dans l’alphabétisation des populations a souvent été souligné par les historiens.

35La gestion et les finalités assignées à ces attributions de bourses varient pourtant radicalement entre les structures protestantes et les institutions catholiques. Le fort contrôle exercé par les synodes nationaux, dans le cas protestant, reste à l’origine d’une régulation centralisée de ces systèmes de bourses, et dénote une recherche d’homogénéité quant à l’administration de ces gestes de charité chrétienne que sont les legs portant fondation de bourses. Pour les collèges catholiques, les interventions épiscopales ou abbatiales relèvent d’initiatives individuelles et illustrent les largesses charitables des prélats : elles ne prétendent pas règlementer le fonctionnement des bourses. Ce sont les administrateurs, dont la qualité (laïcs et/ou ecclésiastiques) et le nombre sont par ailleurs variables (et fixés par les statuts des bourses), qui ont en charge l’application des volontés du fondateur. La gestion des bourses relève ainsi davantage d’une politique locale, voire d’une politique spécifique à chaque bourse. Enfin, conclure à l’utilisation de cette gratuité scolaire en vue de la confessionnalisation de la société française appelle à quelques nuances. Aux yeux de certains fondateurs, il apparaît nécessaire que cet enseignement permît l’accès, par les enfants de familles pauvres, à la scolarisation et à l’apprentissage d’un métier manuel, confortant ainsi la possible ascension sociale. Toutefois, pour les Églises catholique et protestantes, et pour les secondes davantage que pour la première, la détention d’une bourse impose à l’écolier d’entrer dans la carrière ecclésiastique, une fois les études achevées. L’exercice de cette gratuité devient un moyen de recrutement d’un personnel ecclésiastique, formé et en théorie (études dans les collèges puis les académies protestantes) et en pratique (grâce à la participation des proposants à l’accomplissement du culte) ; en retour, les familles sont assurées d’un avenir professionnel favorable pour leur fils, sous le régime de l’édit de Nantes.

Notes

1 Archives départementales du Pas-de-Calais, BHC 193/15, Saint-Omer, H. F. Boulers, 1778, p. 1-2.

2 Un article a été consacré aux boursiers du collège de Lille par Philippe Marchand. Voir également l’article de H. Chisick, « Bourses d’études et mobilité sociale en France à la veille de la Révolution : bourses et boursiers du collège Louis-le-Grand (1762-1769) », Annales ESC, vol. 30, 1975, p. 1562-1584.

3 En effet, à la fin du XIXe siècle, érudits protestants et historiens catholiques ont offert les premières études traitant de l’histoire des collèges d’Ancien Régime, en liant leur développement à celui des réformes religieuses. Voir Achille Durieux, Le collège de Cambrai 1270-1882 d’après des documents inédits, Cambrai, Imprimerie et lithographie J. Renaut, 1882, 270 p. ; Abbé Bled, Histoire du collège Saint-Bertin fondé par Gérard d’Haméricourt abbé de Saint-Bertin premier évêque de Saint-Omer 1561-1792, Arras, Extrait de l’annuaire du diocèse d’Arras, 1895, p. 3-43.

4 Voir Louis Perouas, Le diocèse de La Rochelle de 1648 à 1724. Sociologie et pastorale, Paris, SEVPEN, 1964.

5 Voir Gilles Deregnaucourt, « Christianisation, déchristianisation dans les villes et dans les campagnes au XVIIIe siècle : l’exemple du diocèse de Cambrai », Livre et Lumières dans les Pays-Bas français de la Contre-Réforme à la Révolution française. Actes du colloque de Valenciennes, mars 1985, p. 51-69 ; D. Viaux, « La Réforme et les écoles élémentaires en France », Études théologiques et religieuses, Montpellier, 1987, no 4, p. 503-514 ; Alain Lottin, « La catéchèse en milieu populaire au XVIIe siècle. L’exemple de l’école dominicale de Valenciennes et du Père Marc 1584-1638 », dans Être et croire à Lille et en Flandre du XVIe au XVIIIe siècle, Artois, Artois Presses Université, collection Histoire, 2000, p. 405-418 ; dans le même recueil, Alain Lottin, « Contre-réforme et instruction des pauvres, le rôle des écoles dominicales vu à travers les initiatives hainuyères et lilloise », p. 373-388 (en particulier, la partie III).

6 Voir François Furet et Jacques Ozouf, Lire et Écrire, l’alphabétisation des Français de Calvin à Jules Ferry, Paris, Les Éditions de Minuit, 1977 ; Joël Fouilleron, « Oratoriens et jésuites dans le diocèse d’Arras, une arme de combat : les petites écoles au XVIIIe siècle », XVIIIe siècle, 1976, no 8, p. 67-76 ; Gisèle Ettori, « L’État, l’Église, l’école et la Révolution : le cas de Tourcoing », Annales historiques de la Révolution française, 1994, vol. 195, p. 67-81.

7 Edmond Huguet, Dictionnaire de la langue française du XVIe siècle, Paris, Champion, 1925, t. 1.

8 Abbé Bled, Histoire du collège Saint-Bertin..., op. cit., p. 320.

9 François Lebrun, Jean Queniart et Marc Venard, Histoire de l’enseignement et de l’éducation, Paris, Perrin, collection Tempus, 2003 (1ère édition 1981), t. II, p. 496.

10 Dominique Julia, « Églises, société, éducation à l’époque moderne. La transformation des collèges au XVIe et au XVIIe siècles », Pédagogie chrétienne pédagogues chrétiens, Paris, Éditions Don Bosco, 1996, p. 71.

11 Véronique Castagnet, « Les questions éducatives au cœur des affrontements religieux fin XVIe-mi XVIIe siècles : académies protestantes versus collèges catholiques » dans Jean-François Condette (dir.), Éducation, religion, laïcité (XVIe-XXe siècles). Continuités, tensions et ruptures dans la formation des élèves et des enseignants, Lille, CEGES, 2010, p. 37-55.

12 Liste des collèges protestants en France, d’après le travail de recension fait par Henri Meylan, Collèges et académies protestantes en France au XVIe siècle. Actes du 95e Congrès national des sociétés savantes, Reims, 1970, t. 1, p. 309.

13 Cinq sont fondées entre 1562 et 1573 (Nîmes en 1562, Orthez et Strasbourg en 1566, La Rochelle en 1571 ; la fondation d’Orange en 1573 posant un problème historiographique) ; cinq le sont, au début du règne d’Henri IV, dans les années 1596-1599 (Saumur en 1596, Montauban, Montbéliard, Montpellier en 1598 et Sedan en 1599). Ces établissements sont appelés « universités », dans les sources protestantes, à partir du synode de La Rochelle de 1607.

14 Le synode national adopte une délibération en ce sens dès 1596 : « Sur le Chapitre des Ecoliers & Proposans il a été trouvé expedient d’avertir les Provinces de s’efforcer d’établir chacune un Colege, & toutes ensemble au moins deux Academies » (synode national de Saumur, 1596). Voir Jean Aymon, Tous les synodes nationaux des Églises Reformées de France auxquels on a joint des mandemens roiaux et plusieurs lettres politiques, sur ces Matieres Synodales, Intitulées Doctrine, Culte, Morale, Descipline, Cas de conscience, erreurs, impietés, Vice, Désordres, Apostasies, Censures, Suspensions, Anathemes, Griefs, appels, Debats, Procedures, Decrets, et jugemens definitifs, concernant les Edits de Pacification & leurs Infractions, les Places de Sûreté & leurs Gouverneurs, les Chambres Miparties & leurs Conseillers, les Assemblées Politiques & leurs Privilèges, les Universités & leurs Professeurs, les Coleges & leurs Regens, les Eglises & leurs Pasteurs, les Consistoires & leurs Membres, les Coloques & leurs Departemens, les Synodes & leurs Moderateurs, ajoints, Commissaires, Deputés, & secrétaires, qui ont aprouvés ces Actes, La Haye, Charles Delo, 1710, t. I, p. 197.

15 Voir Véronique Castagnet, Prosopographie d’une société en reconstruction : le clergé béarnais des diocèses de Lescar et d’Oloron, de l’édit de Fontainebleau à la Révolution (1599-1789), thèse soutenue en 2002 à l’Université de Pau.

16 Ce point explique la vivacité des collèges et l’accroissement du nombre des fondations alors même que la reconquête catholique est achevée. Cette piste n’est pas évoquée par Philippe Marchand, « Le réseau des collèges dans le Nord de la France en 1789 : les origines », Revue du Nord, no 229, avril-juin 1976, p. 225-226.

17 Voir la communication dans cet ouvrage de Boris Noguès.

18 Stèle (ancienne dalle funéraire) apposée sur un pilier du collatéral gauche de la cathédrale de Saint-Omer. La fondation de deux bourses dans le collège de théologie de Louvain pour deux étudiants de Saint-Omer est précisée, entre autres legs pieux.

19 Stèle (ancienne dalle funéraire) apposée sur le mur du collatéral droit. Voici la transcription partielle : « Cy gist mos [monseigneur] M. Loys de Bersaques, docter [docteur] en droictz, doien de ceste eglise [la cathédrale de Saint-Omer] leqvel a fonde vn obit solemnel au xx de decembre avec distribvtion de pain avs povres [...] Item a trois escolliers [...] item povr marier devx filles honestes et sans reproche de ceste ville bālieve [banlieue] ov village d’Isqve. »

20 Abbé Bled, Histoire du collège Saint-Bertin... op. cit., p. 292.

21 Alain Derville (dir.), Histoire de Saint-Omer, Lille, Presses universitaires de Lille, 1981, p. 112.

22 Abbé Bled, Histoire du collège Saint-Bertin..., op. cit., p. 292.

23 Willem Frijhoff et Dominique JULIA, École et société dans la France d’Ancien Régime, Paris, A. Colin, 1975, p. 28.

24 AD des Pyrénées Atlantiques, B 2193 ; retranscription partielle dans L. Lochard, Le cayer des despenses de la cour de Bearn 1520-1623, Pau, L. Ribaut, 1886, p. 11-12. Voir pièce justificative no 1.

25 « Raccoustrer » a tout d’abord comme synonyme réparer (s’agissant de constructions, de grands chemins, de ponts, etc.). Dans un second temps, ce terme peut signifier « mettre en l’état qui convient », parlant de vêtements et de parures.

26 AD des Pyrénées Atlantiques, B 2193 ; L. Lochard, Le cayer des despenses..., op. cit., p. 11-12.

27 Jean Aymon, Tous les synodes nationaux des Églises Reformées de France..., op. cit., t. I, p. 149.

28 Ibid., t. I, p. 246. C’est le cas de l’Église de Lyon, lors du synode national de La Rochelle en 1607. « Sur l’appel de l’Eglise de Lion du Synode de Bourgogne, qui la vouloit obliger de paier le cinquieme Denier pour l’entretien des Proposans, nonobstant les raisons & les reserves de ladite Eglise : La Compagnie considerant les grandes charges de ladite Eglise, la laissée en sa Liberté, l’exhortant neanmoins de bien peser ce qui est expedient en charité & bonne conscience. »

29 Ibid., t. I, 246.

30 AD du Pas-de-Calais, archives communales d’Hesdin déposées, E-dépôt 447 GG 40 article XVII f° 3 v°.

31 Ibid., E-dépôt 447 GG 49, mémoire pour le rétablissement du collège d’Hesdin, sans date (postérieur à 1769).

32 Ces frais couvrent les interventions des médecins et des chirurgiens ; dans certains cas, les frais d’enterrement sont également pris en charge par le collège. Celui de Saint-Bertin paie 30 sous pour les frais d’enterrement du corps d’un boursier mort au collège. Voir Abbé Bled, Histoire du collège Saint-Bertin..., op. cit., p. 296.

33 AD du Pas-de-Calais, BHC 189/3, Lettres patentes du roi concernant les Colleges de Saint-Omer, Aire & Hesdin, données à Versailles au mois de juin 1777, registrées en Parlement le premier juillet 1777. Article 1er : « Nous avons révoqué & révoquons l’union & l’incorporation faite au profit du College de Saint-Omer, par notre Edit du mois de Septembre 1768, des biens & revenus qui appartenoient aux Colleges d’Aire & Hesdin : voulons en conséquence que l’établissement de quarante bourses dans ledit College de Saint-Omer, pour de enfans nés dans nos Villes & Bailliages d’Aire & d’Hesdin, & de simples Pédagogies dans lesdites Villes, cesse d’avoir lieu, à compter du premier Octobre prochain ».

34 AD du Nord, L 6275. Il s’agit des chiffres donnés dans le document de 1792. La municipalité de Bergues souligne l’ancienneté de ces fondations dans sa réponse aux autorités révolutionnaires du département le 27 février 1792. Voir Philippe Marchand, Écoles et collèges dans le Nord à l’aube de la Révolution. L’enquête du directoire du département du Nord sur les établissements destinés à l’instruction de la jeunesse (1790-1791), Lille, CHREN-0-Lille 3, 1988, p. 35. Toutefois, dans l’acte de fondation du séminaire de Cupere, il est fait mention de 40 bourses de 50 florins chacune (Archives communales de Bergues, GG 116, anciennement GG 69).

35 Philippe Marchand, Écoles et collèges.., op. cit., p. 35.

36 Voir La Discipline ecclésiastique des Églises de France, 1er synode de Paris, 1559, 40 articles.

37 Jean Aymon, Tous les synodes nationaux des Églises Reformées de France..., op. cit., t. II, p. 546. « Les Eglises qui ont donné des Pensions aux Ecoliers, qui les ont entretenus pendant leurs Etudes, afin de les rendre capables un jour d’exercer le St. Ministere, auront Droit, preferablement aux autres, de les emploier à leur Ministere ; on exhorta toutes les Eglises, de s’aider reciproquement les unes les autres, & de se rendre tous les Devoirs de la Charité Chrêtienne. »

38 AD du Pas-de-Calais, Archives communales d’Hesdin déposées : E-dépôt 447 GG 40 article XIX, f° 3 v°.

39 Willem Frijhoff et Dominique Julia, École et société dans la France d’Ancien Régime, op. cit., p. 50.

40 Abbé Bled, Histoire du collège Saint-Bertin..., op. cit., p. 291.

41 AD du Pas-de-Calais, Archives communales d’Hesdin déposées : E-dépôt 447 GG 40 f° 1 r°.

42 Philippe Marchand, Écoles et collèges, op. cit., p. 35. « Les bourses ou fondations particulières destinées à subvenir à l’éducation des jeunes gens peu aisés sont des ressources précieuses dont il est essentiel de surveiller l’emploi et d’assurer la conservation. » Il s’agit d’une lettre adressée le 19 août 1791 aux districts d’Avesnes, de Bergues, de Cambrai, de Douai, d’Hazebrouck, du Quesnoy, de Lille et de Valenciennes.

43 AD du Pas-de-Calais, BHC 193/15, « à Messieurs, Messieurs les grand doyen, dignitaires, chanoines et chapitre de l’église cathédrale de Saint-Omer, assemblés capitulairement le 13 mars 1778, Saint-Omer, H. F. Boubers, 1778, p. 2.

44 Philippe Marchand, « Bourses et boursiers du collège de Lille sous l’Ancien Régime », Lille, Commission historique du Nord. Liber amicorum Claude Lannette, 2001, p. 252.

45 Archives communales de Saint-Omer, 7 REG P, f° 85 v°.

46 Philippe Marchand, « Bourses et boursiers... », op. cit., p. 252.

47 Selon Martine Le Maner, conservatrice de la bibliothèque de Saint-Omer, les boursiers seraient également victime d’autres marques de discrimination lors de leur déplacement en ville. Les boursiers du collège Saint-Bertin se rendent au collège des jésuites fondé suite à un accord entre l’évêque de Saint-Omer (Gérard d’Haméricourt) et les jésuites en avril 1567 : les boursiers portent une manchette de tissu blanc sur l’avant-bras gauche, d’où leur nom les « Blanches-Manches ». Voir Alain Derville (dir.), Histoire de Saint-Omer, op. cit., p. 112.

48 Philippe Marchand, « Bourses et boursiers... », op. cit., p. 259-260.

49 Jean Aymon, Tous les synodes nationaux des Églises Reformées de France..., op. cit., t. I, p. 361.

50 Ibid., t. II, p. 94.

51 Willem Frijhoff et Dominique Julia, École et société dans la France d’Ancien Régime..., op. cit., p. 92.

52 Abbé Bled, Histoire du collège Saint-Bertin..., op. cit., p. 292.

53 AD du Pas-de-Calais, édit de 1769, BHC 1165 16 et 1165 17.

54 AD du Pas-de-Calais, archives communales d’Hesdin déposées : E-dépôt 447 GG 40 f° 1 r°.

55 Ibid., E-dépôt 447 GG 40 article XVI f° 3 r°.

56 Ibid., E-dépôt 447 GG 40 article XVI f° 3 r°.

57 Philippe Marchand, Écoles et collèges..., op. cit., p. 121.

58 Ibid., p. 35.

59 Archives communales de Bergues, GG 119 (anciennement GG 72).

60 Philippe Marchand, « Bourses et boursiers.. », op. cit., p. 254. « Enfin, il est vraisemblable que ces bourses étaient bien insuffisantes pour payer l’intégralité des frais causés par les études de leurs titulaires. Si les études étaient gratuites, les élèves devaient apporter leurs livres. Ils étaient fort nombreux et leur achat représentait sans doute pour les écoliers les plus humbles une dépense importante qu’il n’est guère possible de chiffrer pour le collège de Lille. »

61 Philippe Marchand, Écoles et collèges..., op. cit., p. 53.

62 Abbé Bled, Histoire du collège Saint-Bertin..., op. cit., p. 297.

63 Jean Aymon, Tous les synodes nationaux des Églises Reformées de France..., op. cit., t. II, p. 99.

64 Ibid., t. II, p. 796. « Les Deputés de quelques Provinces se plaignant que nos Ecoliers paioient trop cherement leur Nourriture, leur Logement & leur Blanchissage, dans les Villes où étoient nos Universités ; & que les Professeurs & Regens leur demandoient quelque Chose outre leurs Salaires, pour les Leçons qu’ils leur faisoient & pour le Soin qu’ils prenoient d’eux ; cette Assemblée ordonna, que les Commissaires nommés pour l’Afaire de l’Eglise de Saumur, confereroient serieusement avec les Directeurs de cette Université, & avec le Consistoire de ladite Ville, touchant cette Matiere, & qu’ils prendroient les Mesures les plus propres qu’ils pourroient, pour regler la Depense des Ecoliers. Et on avertir toutes les Provinces d’envoier aux Directeurs de ladite Université leurs Opinions sur cela : afin qu’on pût travailler à ôter tout Sujet de se plaindre. Et on enjoignit aux Directeurs de la même Université d’emploier tout leur Soin & toute leur Diligence, pour faire un bon Reglement là-dessus. »

65 Jean Aymon, Tous les synodes nationaux des Églises Reformées de France..., op. cit., t. I, p. 223.

66 Philippe Marchand, Écoles et collèges..., op. cit., p. 121.

67 Philippe Marchand détaille le fonctionnement des bourses trimestrielles (des fondations Cardon et Marissal) pour les boursiers du collège de Lille. Voir Philippe Marchand, « Bourses et boursiers... », op. cit., p. 254.

68 Philippe Marchand, « Bourses et boursiers... », op. cit., p. 260.

69 Jean Aymon, Tous les synodes nationaux des Églises Reformées de France..., op. cit., t. I, p. 245.

70 Ibid., t. II, p. 505.

71 Ibid., t. II, p. 118.

72 Ibid., t. II, p. 154. En réalité, la délibération du synode national d’Alais en 1620 récapitule la qualité du parcours de cet impétrant : « Samuel du Frêne, Etudiant en Theologie s’étant representé devant cette Compagnie, selon l’Ordonnance du dernier synode de Vitré, avec un Certificat du Consistoire de l’Eglise de Saumur attestant sa Pieté, ses bonnes Mœurs, la pureté de sa Doctrine, le Soin qu’il a pris de consoler les Malades, tout le tems qu’il a demeuré parmi eux, & la Modestie qu’il a fait paroître en assistant dans leur Consistoire avec un grand Silence, tout cela étant confirmé par un autre Temoignage du Recteur & des Professeurs de l’Academie dudit Lieu, qui declarent aussi avoir reconnû les bons Progrès dudit du Frêne, tant dans les Langues que dans la Theologie, par les Propositions qu’il a faites, par les Theses qu’il a soutenues publiquement, & par ses Discours particuliers, la Compagnie ajoutant Foi à ces Attestations, a accordé audit Samuel du Frêne, la Somme de Cent Livres pour son Voiage, & celle de deux Cens Livres, pour son Entretien d’une Année, durant laquelle il pourra être apellé au Saint Ministere dans quelques Eglise. »

73 Ibid., t. I, p. 274.

74 Ibid., t. II, p. 98. « il est enjoint aux Professeurs des Academies de ne donner pas facilement des Temoignages aux Ecoliers, qu’après un bon examen de leur Vie & Capacité : & de plus ils sont exhortés de ne les leur donner que d’une Manière conforme à leurs Talens, & aux Progrès qu’ils auront fait dans les Etudes des belles Lettres, ou de la Philosophie, ou de la Théologie. »

75 Ibid., t. II, p. 577.

76 Abbé Bled, Histoire du collège Saint-Bertin..., op. cit., p. 306.

77 Philippe Marchand, « Bourses et boursiers... », op. cit., p. 253.

78 AD du Pas-de-Calais, archives communales d’Hesdin déposées : E-dépôt 447 GG 40, délibération du 5 avril 1770, f° 8 v°.

79 AD du Nord, L7543, voir transcription intégrale : Philippe Marchand, Écoles et collèges du Nord..., op. cit., p. 124.

80 Adolphe Cardevacque, Le collège de Saint-Vaast à Douai, Douai, Crépin, Mémoires de la Société d’agriculture, sciences et arts de Douai, 1882, p. 24-25.

81 Voir Philippe Marchand, Écoles et collèges.., op. cit., p. 121-125.

82 Jean Aymon, Tous les synodes nationaux des Églises Reformées de France..., op. cit., t. I, p. 312.

83 Ibid., t. II, p. 115.

84 Alain Derville (dir.), Histoire de Saint-Omer.., op. cit., p. 112.

85 AD du Pas-de-Calais, archives communales d’Hesdin déposées, E-dépôt 447 GG 40 f° 11 r°.

86 Ibid., E-dépôt 447 GG 40 f° 11 v°.

87 Ibid., E-dépôt 447 GG 40 f° 12 r°.

88 Un boursier est mort au collège, un autre présente une santé fragile et deux affirment « devoir » sortir.

89 AD du Pas-de-Calais, Archives communales d’Hesdin déposées : E-dépôt 447 GG 40 article XX f° 3 v°-4 r°.

90 Archives communales de Saint-Omer, registre aux délibérations du conseil d’administration du collège français, Ms 1411.

91 Jean Aymon, Tous les synodes nationaux des Églises Reformées de France..., op. cit., t. I, p. 178-179.

92 Ibid., t. I, p. 185. « Sur une autre Proposition desdits Deputés [de Saintonge] touchant les Proposans, qui aiant été entretenus quelque tems par les Eglises, en aspirant au St. Ministere, n’auroient pû y être apellés, ou bien aiant changé de resolution auroient abandonné leurs Etudes : il a été resolu que s’il arrive qu’ils ne soient pas emploiés au Ministere par leur faute, ou manque de bonne volonté ils seront tenus de restituer auxdites Eglises ce qu’elles auront fourni pour les faire étudier, s’ils en ont le moien. »

93 Ibid., t. I, p. 315.

94 Ibid., t. II, p. 154.

95 Ibid., t. II, p. 287-288.

96 Ibid., t. I, p. 332. L’autre exemple contemporain est celui de la Province de Paris : « Sur la Demande de Monsr. de Montigni, requerant au nom de la Province de l’Isle de France, que Mr. de la Touche le Fils ainé, remoubrse ce qui lui a été fourni par l’Eglise de Paris, pour son entretien lors qu’il étoit Ecolier à Sedan, ou qu’il soit renvoié à ladite Province pour y exercer son Ministere : La Compagnie a ordonné que les cent Livres qu’il a données à l’Eglise de Compienne, lui seront alouées en deduction : Et pour le surplus on a chargé son Frere, Ministre dans la susdite Province, de faire regler ses Comptes au prochain Synode de ladite Province, pour voir tant ce qu’il pourroit devoir de reste, que ce lui lui pourroit être dû des Deniers de la Liberalité du Roi : après lequel Compte respectivement fait ceu qui seront reliquataires seront tenus de paier. » (Jean Aymon, Tous les synodes nationaux des Églises Reformées de France..., op. cit., t. I, p. 331.)

© Presses universitaires de Rennes, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search