Version classiqueVersion mobile

Le coût des études

 | 
Jean-François Condette

Seconde partie. L’investissement éducatif et ses enjeux multiples : intérêts des familles, enjeux locaux et nationaux, stratégies des entreprises

Le financement des formations artisanales, l’exemple de la Loire-Atlantique (1945-1972)

Marc Suteau

Texte intégral

  • 1 Intervention à l’Assemblée Nationale de Jean-Luc Commanay, député centriste des Landes, au cours d (...)
  • 2 Voir Matthew B. Crawford, Éloge du carburateur. Essai sur le sens et la valeur du travail, Paris, (...)
  • 3 Gilles Moreau, Le monde apprenti, Paris, Édition La Dispute, 2003.
  • 4 Guy Brucy, Pascal Caillaud, Emmanuel Quenson, Lucie Tanguy, Former pour réformer. Retour sur la fo (...)
  • 5 Vincent Troger, Histoire des centres d’apprentissage 1939-1959, thèse de doctorat, Paris IV Sorbon (...)

1« Ni le gouvernement ni l’Assemblée ne doivent perdre de vue que le principe d’autonomie cher aux artisans et celui du recours à une certaine forme de solidarité nationale ne sont nullement contradictoires1 » déclarait à l’Assemblée nationale, le député centriste des Landes, Jean-Luc Commanay, au cours de la discussion du budget du ministère de l’Industrie, à propos de la solidarité vieillesse, le 30 octobre 1970. Le travail manuel, la production artisanale, semblent aujourd’hui bénéficier d’un retour en grâce, en France, mais aussi à l’étranger. Des intellectuels publient des livres sur les valeurs de la petite production, sur la satisfaction que procure l’expérience du « bel ouvrage », comme antidote aux « ravages » de la mondialisation économique2. L’apprentissage artisanal est porté par le mouvement et accueille chaque année de plus en plus d’apprentis3. Une partie de la classe politique prône également les vertus de l’alternance comme solution pour intégrer le monde du travail, comme moyen également de contourner une école de masse déconnectée de la réalité. Plus généralement, ce mouvement participe d’une remise en cause de l’institution scolaire, avec une importance croissante accordée à la notion de formation, définie comme la fabrication de compétences, en lieu et place de l’instruction, définie comme la transmission de savoirs abstraits4. Cette description de l’artisanat est à peu près à l’opposé de celle qui en était faite dans les années 1970, y compris par une bonne partie des industriels. Les petits patrons étaient présentés alors comme individualistes rétrogrades, repliés dans leurs campagnes, représentants d’un monde révolu, hostiles à l’école quand celle-ci connaissait un développement sans précédent. L’apprentissage était également honni, les artisans étant régulièrement accusés d’exploiter la main-d’œuvre juvénile, pratiquant une pédagogie de la privation, obligeant les apprentis à « voler » le métier5. Si la création des CFA en 1971 permit de sauver l’apprentissage artisanal, cette initiative fut aussi perçue par les chambres de métiers, qui avaient la charge de ces formations, comme une remise en cause de leur originalité et l’imposition d’une tutelle. Les effectifs d’apprentis étaient alors en chute libre, avec des élèves jugés très faibles d’un point de vue scolaire.

  • 6 Voir François Étienne, L’artisanat et l’éducation 1921-1970, thèse de 3e cycle de sociologie de l’ (...)
  • 7 Xavier Browaeys et Paul Chatelain, Les France du travail, Paris, PUF, 1984.

2L’objet de cet article n’est pas de s’interroger sur les raisons de cette évolution. Comme toujours en sciences humaines, la lecture que nous faisons d’un sujet est soit suspecte de sympathie ou d’antipathie pour un des acteurs impliqués, soit profondément dépendante du moment où on l’interroge. L’ambition sera ici plus modeste. Il s’agira d’essayer de comprendre comment, sur une période limitée, de la fin de la Deuxième Guerre mondiale au début des années 1970, le monde artisanal organisé dans les chambres de métiers a essayé de porter et de faire reconnaître par l’État des formations distinctes de celles qui étaient proposées dans les écoles secondaires publiques. L’apprentissage artisanal est en effet mal connu, aussi bien du point de vue de son organisation que de son financement, même si une thèse et quelques travaux lui ont déjà été consacrés6. Cette voie de formation concerne pourtant plus de 200 000 jeunes inscrits dans un cours professionnel dans les années 1960. Plus précisément, il s’agira ici d’examiner comment ont été financées les formations artisanales, aussi bien par les différents ministères concernés que par les artisans. Deux types de sources ont été explorés pour cette recherche sur la période retenue. La première est constituée des procès-verbaux ainsi que des comptes rendus de la commission de l’apprentissage de la Chambre des métiers de Loire-Atlantique, département réputé pour la place qu’y a occupé ce type de formation professionnelle7. La seconde est constituée des délibérations de l’Assemblée nationale relatives aux questions de formation artisanale, le plus souvent mais pas exclusivement dans le cadre des discussions budgétaires. Je proposerai d’abord quelques éléments de définition de l’apprentissage artisanal, en précisant les formes qu’il a prises, la place qu’il occupe par rapport aux autres modes de formation professionnelle, mais aussi son développement très inégal sur le territoire métropolitain. Dans un deuxième temps, j’indiquerai dans quelle mesure les premiers cours artisanaux relèvent beaucoup de l’initiative locale, d’arrangements avec d’autres institutions, notamment l’école primaire. Peu coûteuse, cette formule donne à l’artisanat un argument pour critiquer les centres d’apprentissage (qui deviendront des Collèges d’enseignement technique (CET en 1959), perçus comme des concurrents qui coûtent plus cher à la collectivité sans former mieux leurs élèves de son point de vue. Dans une troisième partie, je montrerai comment, quoique toujours isolées, les chambres de métiers voient leurs effectifs augmenter de façon substantielle dans les années 1960 et font de plus en appel à l’État et aux collectivités locales pour assurer leur financement. L’État tolère alors les artisans plus qu’il ne les soutient. Ils apparaissent en effet dans ce contexte comme un moyen de pallier l’imprévoyance des gouvernements en matière de constructions d’écoles secondaires. Enfin, dans une dernière partie, je donnerai quelques indications sur la situation de l’apprentissage artisanal dans les années 1970. La reconnaissance de l’artisanat sur le papier (avec la création en 1969 d’une direction de l’Artisanat au ministère de l’Industrie puis d’un secrétariat d’État à la Moyenne et Petite Industrie et à l’Artisanat) ne doit pas être interprétée comme le signe d’un renouveau et d’une défense des cours professionnels artisanaux mais comme une réponse aux mouvements étudiants de 1968 et aux inquiétudes des artisans, plus que jamais préoccupés de leur avenir.

L’apprentissage artisanal : définition et place dans le système de formation

  • 8 Steven M. Zdatny, Les artisans en France au XXesiècle, Paris, Belin, 1999.

3Le développement de l’apprentissage artisanal fait suite au vote de la loi Walter-Paulin en 1937, qui rappelle la nécessité pour les apprentis des entreprises artisanales de suivre des cours professionnels. Déjà, en 1919, la loi Astier faisait obligation à tous les jeunes de 13 à 18 ans non scolarisés de suivre des cours professionnels. Mais ces cours n’ont pas connu le succès escompté, à tel point que le législateur a dû à plusieurs reprises mettre sur pied de nouveaux dispositifs pour organiser et financer l’apprentissage (taxe d’apprentissage en 1925, obligation du contrat d’apprentissage en 1928). Les tentatives d’organisation de l’artisanat en catégorie spécifique8 se sont traduites par la création de chambres de métiers à partir de 1925. Très vite, les artisans élus y manifestent de l’intérêt pour la formation des jeunes et cherchent à développer des cours, dont la forme est bien moins contraignante qu’une organisation de type scolaire. L’objet de la loi Walter-Paulin répond donc aussi à une volonté de généraliser et de mieux contrôler les cours artisanaux (avec la création des inspecteurs d’apprentissage).

  • 9 Au congrès de la Confédération générale de l’artisanat Français, en 1937, un intervenant résumait (...)
  • 10 François Étienne souligne qu’« elles se contentent alors d’assurer quatre, cinq ou six heures d’en (...)
  • 11 Chambre des métiers de Loire-Inférieure, PV de la réunion du 22 avril 1941. Dix ans plus tard, la (...)

4La formule adoptée au départ indique toutefois que les enseignements généraux doivent se limiter à l’essentiel, ce que confirme l’organisation des premiers cours artisanaux créés en Loire-Inférieure en 1938 : leur durée se limite à quatre heures hebdomadaires, avec alternance de cours généraux une semaine et de cours techniques (dessin, technologie) la semaine suivante9. Même quand les chambres de métiers consacreront une part importante de leurs ressources au financement des cours, après la seconde guerre mondiale, leur durée hebdomadaire restera limitée, y compris au début des années 196010. Les connaissances théoriques sont à leurs yeux moins importantes que les savoirs pratiques et ils n’attendent pas des apprentis qu’ils possèdent tous un bon niveau primaire (en Loire-Inférieure, il n’est pas nécessaire pour les apprentis d’être titulaires du CEP, un certificat de fin de scolarité obligatoire étant considéré comme suffisant11). L’examen de fin d’apprentissage artisanal constitue normalement le terme de ces cours organisés sur une durée de trois ans. Cet examen n’est pas un diplôme, mais précède l’attribution d’un certificat de compagnon, deux ans plus tard, lorsque le jeune aura fait ses preuves.

  • 12 Sources du tableau : CERDET (Centre d’études et de recherches documentaires de l’enseignement tech (...)

5Ces cours professionnels, organisés par les chambres de métiers, accueillent un peu plus de 120 000 élèves en 1950, effectif qui ne cesse de croître à partir de 1956 pour atteindre plus de 215 000 élèves dix ans plus tard (on n’y trouve quasiment que des garçons) (tableau). Pendant cette période, les cours artisanaux se développent évidemment moins vite que les centres d’apprentissage, qui comptent respectivement 140 000 et 325 000 élèves à ces mêmes dates. Mais si on rapporte le nombre d’apprentis de l’artisanat à l’ensemble des jeunes inscrits dans une formation technique, y compris privée, la part de l’apprentissage artisanal représente toujours près de 20 % du total entre le milieu des années 1950 et le milieu des années 1960. À partir de la fin des années 1960, les cours professionnels artisanaux déclinent rapidement, avec comme point le plus bas l’année 1975, avec moins de 150 000 apprentis quand les lycées d’enseignement professionnel accueillent plus de 500 000 élèves12.

Tableau XIX. – Évolution des effectifs de l’enseignement technique (1950-1973).

Loire-Inférieure

France

Loire-Atlantique

1953

1960

1966

Alimentation
Bâtiment
Bois, ameublement
Métaux, mécanique, électricité
Cuir, textile, vêtements
Coiffeurs, divers

18,6
37,4
5,6
16,2
17,2
5,0

25,7
27,0
2,9
24,1
9,9
10,4

21,4
29,0
12,3
23,1
4,4
9,8

Total

100,0

100,0

100,0

Effectifs

3 454

141 661

5 406

  • 13 Source du tableau : Chambre des métiers de Loire-Inférieure, PV de la séance du 17 décembre 1953 p (...)

Tableau XX. – Répartition des apprentis par secteur en % (1953-1966)13.

  • 14 « Il arrive en effet que certaines jeunes filles, ayant obtenu leur brevet de maîtrise 2 ans après (...)
  • 15 Guy Brucy, Pascal Caillaud, Emmanuel Quenson, Lucie Tanguy, Former pour réformer..., op. cit., p.  (...)

6Les apprentis de l’artisanat ne sont pas répartis dans les différents secteurs de manière homogène. Cela tient à la distribution des entreprises par groupe de spécialités mais aussi à la plus ou moins grande attractivité des métiers artisanaux (mesurée par le rapport entre le nombre d’apprentis et le nombre d’entreprises artisanales, sachant que les artisans prennent rarement plus d’un apprenti à la fois). Les métiers de l’alimentation, du bâtiment, ainsi que les métiers des métaux, de la mécanique et de l’électricité accueillent ainsi à eux trois près de 75 % des effectifs, que ce soit au début des années 1950 ou dans la deuxième moitié des années 1960, pour seulement 55 à 66 % des entreprises. Les métiers du bâtiment (maçons, charpentiers, couvreurs, plombiers), en particulier en Loire-Inférieure, semblent de ce point de vue privilégiés. À l’inverse, les métiers du bois, mais plus encore les métiers du cuir, du textile, connaissent un déclin important, en particulier à partir des années 1960 (ils n’accueillent plus que 13 à 16 % des apprentis, quand ces activités représentent encore le quart des entreprises artisanales). À côté des cours professionnels, on trouve à partir de 1948 les cours de perfectionnement, institués dans le cadre de la loi sur la promotion ouvrière, plus tard appelée promotion du travail ou encore promotion sociale. Ils préparent par exemple au brevet de maîtrise, que les jeunes ne peuvent pas obtenir avant l’âge de 21 ans14. Les chambres de métiers ouvrent également dans ce cadre des cours facultatifs pour les artisans qui désireraient se mettre au courant des nouvelles méthodes de travail, ou encore des cours d’enseignement féminin. Ces cours attirent beaucoup moins d’auditeurs que dans les cours professionnels (170 auditeurs en 1949, 230 en 1951 et 450 en 1966 pour les cours du brevet de maîtrise en Loire-Inférieure contre plus de 3 000 apprentis inscrits dans les cours professionnels), mais ils sont une vitrine intéressante pour les artisans qui considèrent que le brevet de maîtrise est la preuve d’une formation accomplie. Comme nous le verrons plus loin, ils donnent lieu à des subventions importantes du ministère de l’éducation nationale15.

  • 16 Xavier Browaeys et Paul Chatelain, Les France du travail..., op. cit., p. 234-239.
  • 17 Sur l’identité de vues de l’artisanat et de celles du clergé, Steven M. Zdatny (Les artisans en Fr (...)
  • 18 François Étienne, L’artisanat et l’éducation 1921-1970..., op. cit., p. 464-465.
  • 19 AD de la Loire-Atlantique, Jean Fargue, La formation professionnelle des ouvriers et employés qual (...)

7Une autre caractéristique de l’apprentissage artisanal, sur toute la période étudiée, est d’être très inégalement réparti sur le territoire. Assurément, le cas de l’Ouest est particulier et le développement de l’apprentissage y est plus facile qu’ailleurs. Comme l’ont souligné Browaeys et Chatelain16, le département de Loire-Inférieure est une des terres d’élection de l’apprentissage artisanal, avec la Vendée, le Maine-et-Loire, mais aussi la Vienne, les Charentes, l’Indre-et-Loire. Après le vote de la loi Walter-Paulin, la Loire-Inférieure serait d’ailleurs le premier département à avoir organisé des cours artisanaux en 1938, dans la petite ville d’Ancenis, distante d’une trentaine de kilomètres au nord-ouest de Nantes. Le curé de la paroisse y aurait joué un rôle important, rappelant ainsi que le clergé local était toujours désireux de soutenir les formations initiées localement, favorisant le maintien de la population sur place, en particulier des femmes, considérées comme de meilleurs soutiens de l’Église que les hommes. En d’autres termes, le développement des formations artisanales était un moyen de limiter l’émigration vers la ville17. Trente ans plus tard, en 1968, Étienne relève que l’apprentissage artisanal singularise encore cette partie de la France : « Alors que, sur l’ensemble du territoire métropolitain, par rapport à 1961, les capacités d’accueil des CET avaient augmenté de 87,5 %, et que le rapport apprentis artisanaux/élèves de CET était passé de 82 % à 53 %, ce dernier rapport s’élève encore à 97 % pour la Loire-Atlantique, 109 % pour le Maine-et-Loire, 170 % pour l’Indre-et-Loire et enfin 246 % pour le Loir-et-Cher [...]. Ces situations ne sont pas dues au hasard, mais bien le résultat d’une volonté délibérée du patronat local de recourir en priorité à l’apprentissage sur le tas pour former la main-d’œuvre dont il a besoin18. » Dans un mémoire de fin d’études rédigé en 1966, Jean Fargue relève aussi la singularité de la situation des certains départements de l’Ouest. Dans son enquête qui porte sur les ouvriers et les employés de niveau CAP, il note que « les responsabilités de la formation professionnelle des jeunes sont partagées entre l’enseignement public, l’enseignement privé, la chambre des métiers, les entreprises industrielles et commerciales et la FPA. Sur un total de 6 500 personnes formées en 1965 au niveau CAP, 24,8 % étaient issues des CET publics, 22 % des CET privés, 25,8 % de l’apprentissage artisanal, 14,6 % des centres d’entreprises ou interentreprises et des cours professionnels patronaux et 12,6 % des sections de FPA. Cette répartition diffère de celle observée à l’échelon national sur deux points : l’enseignement public est moins développé en Loire-Atlantique que dans la France entière (24,8 % contre 34,3 %) ; par contre l’apprentissage artisanal y connaît une extension particulière (25,8 % contre 17,6 %)19 ».

  • 20 Chambre des métiers de Loire-Inférieure, PV de la séance du 14 mars 1939. Ses rapports sont consta (...)
  • 21 AD de la Loire-Atlantique, 209 J1, Fonds Brehant, Liaisons sociales, 30 novembre 1954.
  • 22 Journal officiel, Débats parlementaires, Chambre des Députés, séance du 22 avril 1966, réponse de R (...)

8Il faut préciser cependant que les artisans ne soutiennent pas tous l’apprentissage. Très nombreux sont ceux qui considèrent que l’apprenti leur coûte plus qu’il ne leur rapporte (notamment en charges sociales, mais aussi en logement et en nourriture). Même dans les départements les plus favorables, comme la Loire-Inférieure, les réticences sont fortes. De l’un des rapports de Beillevaire, un horloger de profession qui est le premier inspecteur d’apprentissage à avoir été désigné en Loire-Inférieure, les élus de la chambre des métiers retiennent que son travail « sera long et difficile » : « Difficile, car il n’est pas admis avec beaucoup d’empressement dans les ateliers. Long, car il faudra modifier la mentalité des artisans qui ignorent les lois sociales. Beaucoup de patrons font une véritable exploitation de leurs apprentis, s’en servent comme manœuvres. D’après ses observations, près d’un tiers ne sont pas en règle ni avec l’inscription au registre des métiers ni avec les contrats d’apprentissage20. » Ces réticences à engager des apprentis ne disparaissent pas après la guerre et seule une partie des artisans accepte de passer un contrat avec eux. Au milieu des années 1950, dans les départements où l’artisanat est le mieux structuré (Moselle, Bas-Rhin et Haut-Rhin), c’est entre 35 % et 40 % des entreprises qui accueillent un apprenti. Dans les départements où l’apprentissage artisanal est pourtant bien implanté (Loire-Inférieure, Indre-et-Loire, Charente-Maritime), le pourcentage est de l’ordre de 20 à 25 %21. Cela renvoie à la fois à la taille des entreprises (beaucoup d’artisans travaillent seuls), mais aussi à l’avenir des spécialités. De nombreux apprentis iront ainsi nourrir les rangs des ouvriers de l’industrie. De plus, les chambres de métiers, pourtant réunies dès la fin des années 1930 dans une association des présidents, peinent à définir une ligne commune en matière d’apprentissage. Ce n’est qu’en 1966 que l’Assemblée permanente des chambres de métiers se substitue à la structure antérieure, avec des financements et une reconnaissance de l’État22. Du côté du personnel politique, il faut également attendre le début des années 1960 pour que les défenseurs de l’artisanat s’organisent. Le plus souvent, ils sont élus de départements ruraux, politiquement conservateurs, même s’il arrive à des députés du centre-gauche (comme Robert Fabre, de l’Aveyron) ou encore des députés communistes (Alphonse Denis de la Haute-Vienne, Marcel Pelissou du Tarn) d’intervenir dans les débats en faveur de l’apprentissage artisanal. Certains députés sont réunis dans le groupe parlementaire d’études du secteur des métiers et de l’artisanat, dans lequel on trouvera des hommes comme Lucien Neuwirth et Vincent Ansquer, députés gaullistes, respectivement de la Loire et de la Vendée.

Le financement des formations artisanales de 1945 à 1954 : la recherche du moindre coût

  • 23 Jean-Michel Chapoulie, L’école d’État conquiert la France. Deux siècles de politique scolaire, Pre (...)
  • 24 AD de la Loire-Atlantique, 209 J6, Fonds Bréhant. Dans un rapport de 1965, Bréhant évoque ces prem (...)

9Dans leur forme initiale, les premiers cours artisanaux ne relèvent pas vraiment de ce qu’on peut appeler une institution, même en un sens minimaliste23. Leur fonction d’abord n’est pas très claire. Entre souci de transmettre un savoir-faire et volonté de s’affranchir de la concurrence des jeunes travailleurs, la définition varie et divise les syndicats de métiers. La place des cours dans la formation de l’apprenti ne dépasse d’ailleurs pas 4 heures par semaine, le reste du temps étant placé sous la responsabilité d’un maître d’apprentissage, qui le forme sur une période de deux à trois ans selon les métiers. Ces cours ne disposent pas non plus d’un personnel permanent : on y trouve des instituteurs (chargés d’enseigner l’arithmétique, la géométrie, le français, l’éducation civique et morale), et des professionnels (pour l’enseignement du dessin, de la technologie et, pour les jeunes filles, de la coupe, ainsi que des cours d’hygiène et de puériculture). Après avoir subventionné les cours créés par des syndicats de métiers, la Chambre de métiers de Loire-Inférieure décide d’organiser elle-même des cours, dans les chefs-lieux de cantons (elle se tourne donc plutôt vers les campagnes). À côté des instituteurs qu’elle trouve sur place, la Chambre recrute des professeurs techniques itinérants, qui sillonnent le département pour donner en particulier des cours de dessin24.

  • 25 Dans les premières années d’après-guerre, deux remorques-ateliers sont également équipées, l’une p (...)
  • 26 Chambre des métiers de Loire-Atlantique, Histoire d’hommes, Nantes, 2002, p. 74-75.
  • 27 Ibid., p. 88.

10La formule retenue par la Chambre a l’avantage d’être très économique. D’abord, le nombre d’heures de cours est limité, ce qui réduit le coût de la rémunération (à côté des instituteurs qu’elle paie en heures supplémentaires, la chambre de métiers recrute quelques professionnels à titre permanent). Ensuite, la chambre de métiers ne dispose pas de locaux en propre pour donner ces cours. Les écoles, privées ou publiques, prêtent leurs classes quand ce n’est pas la mairie qui met une salle à leur disposition25. Enfin, ces cours ne font pas l’objet d’investissements importants, ni en machines, ni en matériel pédagogique (manuels, livres, etc.). L’absence de moyens, de matériels, mais aussi de programmes, constituera une caractéristique durable des cours professionnels jusqu’à la fin des années 1950. Les enseignants de l’époque, comme Claude Atelin, André Gautier, confirment que les cours ne coûtaient pas cher mais que les conditions de travail n’étaient pas non plus idéales : « Nous avons commencé les cours de boucherie au vieil abattoir [...]. Il nous est arrivé d’accueillir quatre-vingts à quatre-vingt-dix jeunes massés dans une pièce qui ne pouvait en tenir que cinquante ou soixante [...]. C’était dans les années cinquante [...]. Nous n’avions aucun moyen, pas un centime, pas un livre, rien. Il s’agissait de cours de technologie [...]. En 1957, nous sommes allés à Maison-Blanche. Cela nous semblait beau. C’était inespéré : de vraies salles de classes adaptées aux cours de boucherie ». Sur la même période, Gautier confirme : « Rue de Bréa, les cours d’enseignement général se dispensaient dans une grande salle séparée en quatre par des cloisons coulissantes. On entendait tout d’une salle à l’autre [...]. Quant aux cours donnés à l’extérieur, c’était assez folklorique. À Riaillé, cela tenait du rudimentaire. Après avoir fait appel au maire, au secrétaire général puis au garde champêtre, nous avions réussi à nous installer dans une salle communale26. » Claude Atelin précise que les enseignants ne sont pas formés et soumis à un programme strict : « Quand mon fils était étudiant, il allait parfois donner quelques cours jusqu’à Ancenis en cas de besoin, bénévolement également [...]. Dans une salle de la mairie, il assurait le cours, sans programme précis. C’était à lui de se débrouiller, selon les besoins des jeunes qui étaient là. Tout était comme cela, j’appelais cela le “travail au pif” ! Nous discutions d’un programme, ou plutôt d’une ligne générale et chacun l’appliquait à sa façon27. »

  • 28 Ces calculs ont été effectués à partir des budgets effectivement réalisés et non des budgets prévi (...)
  • 29 Chambre des métiers de Loire-Inférieure, PV de la séance du 4 janvier 1949.
  • 30 Ibid., PV de la séance du 17 décembre 1953.
  • 31 Marc Suteau, « Histoire d’un non-diplôme. L’examen de fin d’apprentissage artisanal (1937-1971) », (...)

11L’analyse des budgets de la Chambre des métiers de Loire-Inférieure après 1945 correspond assez bien à cette description. L’apprentissage représente le tiers du budget de la chambre des métiers, et les principaux postes de dépenses sont constitués de la rémunération des personnels enseignants et d’inspection (près de 50 %), du traitement des personnels de la chambre des métiers affectés au service d’apprentissage et à l’entretien (30 %) et enfin des frais divers (fournitures scolaires, matières premières, frais de jury...) (20 %)28. Ce faible coût de l’apprentissage artisanal va très vite devenir un argument pour les artisans, mais également pour leurs soutiens politiques. À plusieurs reprises, dans les délibérations de la Chambre des métiers de Loire-Inférieure, les élus s’en félicitent. De leur point de vue, c’est leur autonomie qui est la garantie de leur succès. Dans un rapport de la commission de l’apprentissage de 1949, Monnier, un ébéniste, note ainsi qu’« un apprenti formé par [la chambre de métiers] ne revient qu’à 3 500 francs à la collectivité alors que ceux formés dans les centres d’apprentissage coûtent plus de 60 000 francs soit 20 fois plus29 ». En 1953, Courraud, un charron, précise de son côté que le coût de revient d’un apprenti ou d’un jeune ouvrier formé dans les cours professionnels s’établit à 5 634 francs, celui d’un jeune ouvrier formé dans les cours de promotion du travail à 19 390 francs, et enfin celui d’une élève formé dans les cours d’enseignement ménager à 12 260 francs, chiffres « qui se passent de tout commentaire, car ils sont très nettement inférieurs à ceux des centres d’apprentissage ou autres organismes30 ». Régulièrement, les élus nantais vantent le niveau de leur formation et leurs résultats au concours national d’apprentissage, organisé à partir de 1951, où les candidats de Loire-Inférieure obtiennent de très bons résultats. Sans succès, ils revendiquent d’ailleurs à cette époque l’équivalence entre l’examen de fin d’apprentissage artisanal (EFAA) et le CAP31.

  • 32 François Étienne, L’artisanat et l’éducation..., op. cit., p. 86.
  • 33 La formation professionnelle accélérée devient formation professionnelle des adultes en 1951.
  • 34 Journal officiel, Débats parlementaires, Chambre des Députés, séance du 9 juillet 1947, p. 2865. Se (...)
  • 35 Journal officiel, Débats parlementaires, Chambre des Députés, 3e séance du 12 décembre 1954, consac (...)
  • 36 Journal officiel, Débats parlementaires, Chambre des Députés, examen du budget du Commerce et de l’ (...)

12Cette formule de l’apprentissage artisanal est alors à l’opposé de ce que le gouvernement souhaite développer dans l’immédiat après-guerre. Peut-être en réaction à l’épisode du régime de Vichy qui a vu un retour des corporations, le ministère de l’Éducation nationale se montre même très critique vis-à-vis des artisans, qui ne possèdent ni les connaissances générales, ni les moyens techniques, ni le temps nécessaire à la formation d’une main-d’œuvre qualifiée. En d’autres termes, l’apprentissage artisanal ne peut pas répondre aux besoins de l’économie du pays32. La définition de ce que doit être la formation professionnelle est discutée dans pas moins de trois ministères à l’époque (Travail et Sécurité sociale, Commerce et Industrie, Éducation nationale), mais l’artisanat n’apparaît alors jamais comme un modèle à développer et rien n’est dit des subventions accordées aux cours professionnels de l’artisanat. Au ministère du Travail et de la Sécurité sociale, c’est la formation professionnelle accélérée (FPA) qui est valorisée, notamment par les députés communistes, qui y voient un moyen d’accélérer la reconstruction du pays, mais aussi de limiter le recours à la main-d’œuvre étrangère. La FPA, qui peine pourtant à s’imposer (moins de 30 000 stagiaires avant la fin des années 1950), est créditée de budgets importants (près de 3 milliards de francs pour les années 1947 et 1948, entre 4 et 4,5 milliards au début des années 1950)33. à l’Éducation nationale, la priorité va à l’apprentissage, via les centres d’apprentissage qui connaissent alors un développement remarquable (de 60 000 élèves en 1944 à plus de 100 000 dès 1948). Selon Maurice Finet, député MRP de Seine-et-Oise, l’enseignement technique (ENP, collèges techniques) coûte en 1947 deux milliards de francs à l’État quand les dépenses pour les centres d’apprentissage s’élèvent à cinq milliards34. Les sommes attribuées aux cours professionnels de l’artisanat par le ministère de l’Éducation nationale (1,3 million de francs en 1947, 58 en 1950, 87 en 1954) auxquelles s’ajoutent les bourses attribuées aux apprentis et les primes versées aux employeurs (respectivement 2,6 millions, 8 millions et 28 millions aux mêmes dates) apparaissent alors comme tout à fait dérisoires35. Au ministère du Commerce et de l’Industrie enfin, le sort de l’artisanat n’est pas discuté et l’aide dont il bénéficie est également symbolique (1,4 millions de francs au titre de l’encouragement à l’artisanat en 1952, 3 millions de francs en 1954)36.

13L’analyse des budgets de la Chambre des métiers sur cette période, et en particulier du volet recettes, invite pourtant à nuancer l’idée selon laquelle les artisans seraient indifférents au soutien des ministères ou détachés des évolutions en cours en matière de formation.

1945

1947

1952

Subventions Enseignement technique
Subventions communes, département
Subvention de la Chambre
Recettes diverses (taxe d’apprentissage, vente cours)

17,6
31,7
32,6
18,1

27,7
29,3
24,6
18,4

55,2
11,4
12,2
21,2

Total (en %)

100,0

100,0

100,0

Total (en millions d’anciens francs)

0,5

4,8

44,42

Tableau XXI. – Recettes ordinaires du service apprentissage de la Chambre de métiers de Loire-Inférieure (1945-1952) (en %).

14La part des subventions de l’Enseignement technique passe de 17,6 % en 1945 à plus de 25 % dès 1947 et plus de 50 % en 1952. Si on y ajoute les subventions versées par les communes et le département, ces proportions passent à 50 % en 1945, 57 % en 1947 et 66 % en 1952. La participation directe de la Chambre des métiers au financement de l’apprentissage ne cesse de décroître (du 1/3 des ressources totales à plus de 10 %) tandis que les recettes liées aux ventes de cours par correspondance notamment ne cessent d’augmenter avec une contribution de la taxe d’apprentissage toujours inférieure à 3 % du total.

  • 37 Les critères qui servent à définir le montant des subventions de l’État semblent assez obscurs. D’ (...)

15L’augmentation des subventions à la Chambre des métiers de Loire-Inférieure n’est pas liée seulement à l’accroissement des effectifs des cours professionnels37. À partir de 1949 et jusqu’en 1952, entre 45 et 50 % des recettes du ministère sont destinées aux cours de perfectionnement, de promotion du travail (part qui va décroître ensuite pour représenter toujours 1/3 des subventions d’État). Politiquement, les Nantais profitent peut-être aussi du passage d’André Morice, un député de Loire-Atlantique, au ministère (il sera secrétaire d’État à l’Enseignement technique de 1947 à 1951). Quoi qu’il en soit, l’État est partie prenante de l’apprentissage artisanal et va progressivement associer les artisans à sa politique tout en essayant de les convaincre de la nécessité d’une meilleure organisation de l’artisanat et d’une modernisation des formations qu’ils proposent.

Une reconnaissance de l’apprentissage artisanal en trompe l’œil : 1954-1967

  • 38 Précisions qu’à eux deux, les centres d’apprentissage et les cours artisanaux représentent entre 4 (...)
  • 39 INSEE, Annuaire rétrospectif de la France 1948-1988, 1990, p. 616.

16L’attribution de subventions plus importantes aux cours artisanaux ne doit pas être interprétée comme une remise en cause de la politique engagée depuis 1945, en particulier en matière de scolarisation des apprentissages. Les effectifs d’élèves inscrits dans une formation technique (toutes catégories confondues) augmentent de 45 % entre 1956 et 1963, et la part des centres d’apprentissage dans cet ensemble évolue également à la hausse : de 22,5 % en 1956, elle passe à 25 % sept ans plus tard. La comparaison du rapport entre centres d’apprentissage et cours artisanaux confirme cette tendance : 54,8 % de cet ensemble sont inscrits dans un centre d’apprentissage en 1956, alors qu’ils sont 57,6 % dans ce cas en 1963 et même 60 % en 196638. Cette croissance s’accompagne d’une augmentation continue du budget de l’Éducation nationale : de 8,2 % du budget total de l’État en 1955, celui-ci passe à 16 % en 196739.

  • 40 En se limitant aux seuls enseignements secondaire et technique, la répartition est la suivante : 6 (...)
  • 41 Journal officiel, Débats parlementaires, Chambre des Députés, examen du budget du Commerce et de l’ (...)
  • 42 Ibid., 1ère séance du 28 octobre 1961, p. 3348.

17Cette évolution des budgets scolaires traduit une volonté des gouvernements en place de développer l’école, en particulier les établissements offrant des études post-obligatoires. L’enseignement technique bénéficie toujours de bons soutiens, en particulier en matière de constructions (les crédits en faveur de l’enseignement technique sont du même ordre que ceux des collèges classiques et modernes au début des années 1960), la répartition étant moins favorable en matière de crédits de fonctionnement (évolution des effectifs oblige)40. En bref, il ne s’agit pas pour l’État de remettre en cause l’idée selon laquelle la formation des travailleurs aux techniques modernes de production est la condition du développement de l’économie française. Ajoutons enfin que les artisans continuent d’être perçus comme réticents à l’idée d’une formation contrôlée par l’État. À l’occasion de la discussion du budget du Commerce et de l’Industrie en 1954, le ministre Henri Ulver reconnaît qu’en « ce qui concerne l’organisation des artisans [...] un effort considérable est à faire [...]. Je dois reconnaître qu’on a rencontré de nombreuses difficultés à organiser des gens qui sont évidemment, et par destination, des indépendants. Le secours des chambres de métiers pourrait être à cet égard très utile. C’est peut-être par leur entremise qu’on arrivera à fédérer les artisans41 ». Quelques années plus tard, Jean-Marcel Jeanneney, également ministre de l’Industrie, reconnaît que les artisans n’ont pas toujours fait l’objet d’une attention soutenue « en raison de leur dispersion », en ajoutant de manière assez diplomatique que « les entreprises artisanales contribuent à la production nationale de façon discrète mais efficace42 ».

  • 43 Cédric Perrin, Entre glorification et abandon. L’État et les artisans en France (1938-1970), Comit (...)
  • 44 Journal officiel, Débats parlementaires, Chambre des Députés, examen du budget du Travail, 1ère séa (...)
  • 45 Journal officiel, Débats parlementaires, Chambre des Députés, examen du budget de l’Éducation natio (...)
  • 46 Dans la préparation du budget de 1954, Maurice David relève que 50 000 élèves ont été refusés à la (...)
  • 47 Journal officiel, Débats parlementaires, Chambre des Députés, examen du budget de l’Éducation natio (...)
  • 48 Ibid., 3e séance du 28 octobre 1961, p. 3388.
  • 49 Ibid., p. 3400.

18Plusieurs éléments contribuent pourtant à relancer l’apprentissage artisanal au milieu des années 1950. Premièrement, les défenseurs de l’artisanat font davantage entendre leur voix à l’Assemblée Nationale. Leurs interventions portent d’abord sur le coût trop élevé à leurs yeux de la rémunération des apprentis et des cotisations à la sécurité sociale43, mais ils insistent également sur la qualité des formations artisanales comparées aux stages de formation professionnelle accélérée, qui ne permettent pas d’accéder à la promotion ouvrière. Dès 1953, Abel Bessac, député MRP du Lot, rappelle au ministre du travail qu’il ne pourra « réaliser cette promotion, même accélérée, qu’en obtenant la collaboration des chefs d’entreprises et de l’artisanat. Ces chefs d’entreprises, ces artisans, aujourd’hui comme hier, se consacreraient de grand cœur à cette belle œuvre de formation professionnelle44 ». L’année suivante, Mme Dienesch, député MRP des Côtes-du-Nord, considère que l’apprentissage artisanal pourrait trouver sa place à côté de l’enseignement technique : « Ce mode de formation professionnelle, qui peut avoir ses inconvénients, est cependant intéressant pour vous, monsieur le secrétaire d’État, non seulement parce qu’il vous revient moins cher que la formation dans un centre public, mais aussi parce qu’il est mieux adapté aux possibilités de certains enfants qui, pour des raisons d’aptitude, sont écartés des centres d’apprentissage, tandis qu’ils peuvent prétendre à une certaine qualification manuelle45. » Deuxièmement, les établissements scolaires manquent alors de places, et la situation est tendue, aussi bien dans l’enseignement primaire, en raison de l’arrivée des premières générations du « baby-boom » à l’école, que dans les établissements d’enseignement technique. Régulièrement, les rapporteurs du budget de l’Éducation nationale pointent le problème46. En conséquence, une partie des députés, pas forcément directement intéressés par l’apprentissage artisanal, comme Hippolyte Ducos, député radical de Haute-Garonne et défenseur de la culture classique, plaident pour une augmentation des crédits des chambres de métiers « qui accueillent un certain nombre de milliers d’apprentis qui n’ont pas pu entrer, à cause de l’insuffisance de locaux, dans les autres centres professionnels47 ». Troisièmement, l’apprentissage artisanal devient vraiment un recours lorsqu’il est question de mettre en œuvre l’ordonnance de 1959 sur l’augmentation de l’âge de fin de scolarité (à 16 ans au lieu de 14). C’est l’objet des circulaires des 16 mai et 5 juillet 1961, au terme desquelles le ministère de l’Éducation nationale demande aux chambres des métiers de tout mettre en œuvre pour « scolariser des adolescents » en passant des conventions avec l’État. Ces dispositions provoquent évidemment des réactions hostiles à gauche. René Cance, député communiste de Seine-Maritime, estime que c’est une concession au patronat, qui va ainsi trouver une main-d’œuvre à bon marché, tandis que les jeunes « ne recevront qu’un pâle “digest” une journée de cours par semaine dans les classes qui auront été abandonnées le jeudi48 ». Pragmatique, le ministre Lucien Paye répond aux différentes attaques que ces dispositions ont permis d’accueillir ainsi 13 000 enfants de 14 ans au lieu de les laisser livrés à eux-mêmes et que l’État n’avait pas d’autre choix que d’organiser, « à l’extérieur de nos établissements scolaires, sous notre contrôle, et avec l’accord [du ministère] de l’industrie, un enseignement double, à la fois professionnel et général. Nous augmenterons encore, de la sorte, nos possibilités49 ».

  • 50 En 1970, 15 millions de francs nouveaux de subventions sont versés par l’État aux chambres des mét (...)

19Dans les faits, le montant des subventions attribuées par le ministère de l’Éducation nationale aux chambres des métiers fait plus que doubler de 1955 à 1956 (de 117 à 256 millions), atteint les 317 millions en 1960 et ne cessera de croître ensuite50. Le ministère de l’Industrie verse de son côté des primes d’apprentissage aux maîtres artisans qui acceptent de former des apprentis, mais son concours est là encore beaucoup plus modeste (le total des primes atteint à peine les 4 millions de nouveaux francs en 1965). Sur le terrain, les effectifs augmentent de plus de 6 000 apprentis chaque année au milieu des années 1950, avec une accélération au début des années 1960 (15 000 apprentis supplémentaires entre 1963 et 1964, 20 000 entre 1965 et 1966). C’est au cours de cette période que la croissance de l’apprentissage artisanal est la plus forte.

  • 51 Commission d’apprentissage de la chambre des métiers de Loire-Inférieure, PV de la séance du 23 av (...)
  • 52 La loi du 10 décembre 1952 prévoit l’établissement obligatoire d’un statut du personnel des chambr (...)
  • 53 Chambre des métiers de Loire-Inférieure, PV de la séance du 14 décembre 1955. Dans son rapport ann (...)

20En Loire-Inférieure, la Chambre des métiers avait pressenti dès le début des années 1950 que la situation allait changer et que l’État allait être mis en difficulté : « Entre 1954 et 1960, la poussée démographique des jeunes coïncide avec une diminution de la population active. Comment résoudre ce problème ? L’État ne pourra disposer des dizaines de milliards nécessaires pour créer et équiper les écoles et centres nécessaires. Est-ce que les circonstances ne l’obligeront pas à s’intéresser davantage à l’apprentissage artisanal51 ? » Le problème ne se pose d’ailleurs pas qu’à l’État. En raison de l’augmentation des effectifs d’élèves dans les écoles primaires, la Chambre des métiers peine désormais à trouver des salles disponibles dans les communes. Progressivement, une partie des cours sont regroupés sur Nantes (ce qui donne lieu au passage à des frais de transport de plus en plus importants) avec des locaux construits et équipés pour l’occasion. Les effectifs des cours professionnels augmentent de manière brutale : 3 457 élèves en 1961, 4 130 en 1962, 5 150 en 1963, 5 388 en 1964. Les personnels permanents sont de plus en plus nombreux, en particulier dans les départements où l’artisanat est bien développé, comme en Loire-Atlantique, et ils s’organisent pour obtenir un statut plus avantageux et de meilleures conditions de prise en charge52. Le nombre d’heures de cours hebdomadaires a lui-même tendance à croître (l’objectif est d’arriver à une journée de cours hebdomadaire), et le contrôle de l’assiduité des élèves devient une préoccupation forte53.

  • 54 Plus de 60 millions d’anciens francs sont attribués à la chambre des métiers pour dépenses d’équip (...)

21Toutes ces évolutions, qui marquent d’une façon même timide un alignement progressif des cours artisanaux sur le modèle scolaire (unité de lieu, personnel permanent spécialisé, objectif du diplôme) conduisent la Chambre des métiers à consacrer une part de plus en plus importante de ses ressources à l’apprentissage (il représente plus des ¾ du budget de la Chambre des métiers dès 1953 et c’est toujours le cas en 1964) mais aussi à continuer de s’adresser au secrétariat d’État à l’Enseignement technique pour financer ses cours ou ses réalisations (les subventions d’équipement proviennent principalement du ministère de l’Éducation Nationale que la chambre des métiers ne manque pas de remercier pour ses efforts54). La part de l’Enseignement technique dans le financement ordinaire des cours est inférieure à ce qu’elle était dans la période antérieure, mais l’État reste toujours le premier créditeur de la Chambre des métiers. Par ailleurs, si la promotion sociale fait partie des missions des chambres de métiers, c’est d’abord au titre des cours professionnels artisanaux (pour en gros 2/3 des subventions attribuées) que l’État subventionne la Chambre des métiers. La distribution des dépenses ordinaires indique que cette répartition est globalement respectée (les cours professionnels totalisent au milieu des années 1960 environ ¾ des dépenses ordinaires d’apprentissage). Le principal poste des dépenses reste celui du traitement des enseignants, qui représente plus de la moitié des dépenses ordinaires.

Recettes ordinaires

1954

1958

1962

1966

Subventions Enseignement technique
Subventions communes, département
Subvention de la Chambre
Recettes diverses (taxe d’apprentissage, vente cours)

52,1
12,9
9,1
25,9

50,1
9,8
12,0
28,1

49,5
13,1
12,2
25,2

36,2
10,9
16,1
36,8

Total (en %)

100,0

100,0

100,0

100,0

Total (en millions NF)

0,48

0,70

1,08

1,90

Dépenses ordinaires

1954

1958

1962

1966

Traitements personnel enseignant
Frais de bureau (dont trait. personnel administratif)
Frais d’entretien (dont trait. personnel entretien)
Fournitures scolaires, matières premières, divers...

50,9
12,8
19,1
17,2

54,7
13,7
13,1
18,5

61,9
11,7
8,2
18,2

62,7
13,3
7,6
16,4

Total (en %)

100,0

100,0

100,0

100,0

Total (en millions NF)

0,44

0,69

1,06

1,89

Tableau XXII. – Recettes et dépenses ordinaires du service apprentissage de la Chambre de métiers de Loire-Inférieure (1954-1966) (en %).

  • 55 François Étienne, L’artisanat et l’éducation 1921-1970..., op. cit., p. 445-448.
  • 56 Dans les années 1960, l’État conditionne également désormais le versement des subventions au relèv (...)
  • 57 François Étienne, L’artisanat et l’éducation 1921-1970..., op. cit., p. 493-494.

22Cette conjoncture favorable à l’apprentissage artisanal comporte cependant des limites. François Étienne en relève quelques-unes55. Premièrement, l’augmentation des subventions aux chambres de métiers en volume ne correspond pas à un accroissement de la part de l’apprentissage dans le budget de l’Éducation nationale (elle passe de 0,7 % à 0,44 % du total entre 1956 et 1960). Deuxièmement, l’État a pris la précaution de rendre son financement illisible pour les chambres de métiers afin qu’elles n’aient pas les moyens de leur autonomie. Le financement de l’apprentissage artisanal est ainsi assuré par deux ministères (Éducation nationale, Commerce et Industrie à qui a été confié en 1962 le versement des primes d’apprentissage aux artisans). À l’intérieur du budget de l’Éducation nationale, les lignes de crédits sont dispersées entre plusieurs postes peu explicites ou au contraire regroupées de telle sorte que la part qui revient aux cours artisanaux est difficile à évaluer. Contrarier ainsi les chambres de métiers sur le terrain financier serait un moyen de les inciter à ne plus revendiquer certaines actions, comme les cours facultatifs que les artisans pourraient aller suivre dans les établissements d’enseignement technique56. Troisièmement, l’État, même s’il est en difficulté, ne cède pas aux demandes des artisans de traiter les apprentis comme des élèves, en refusant de considérer les chambres de métiers comme des établissements scolaires. Ainsi, alors qu’une circulaire du 25 février 1961 reconnaissait que « la signature d’un contrat d’apprentissage [pouvait] valoir prolongation de scolarité obligatoire », un décret du 3 août 1963 vient rappeler que la prolongation des études ne peut s’effectuer que dans des établissements scolaires57.

  • 58 Journal officiel, Débats parlementaires, Chambre des Députés, examen du budget du Commerce et de l (...)
  • 59 Marcel Bouchard, « Le rôle de l’artisanat dans la formation professionnelle et dans l’éducation na (...)

23Au final, le financement des cours de l’artisanat reste limité et le coût d’un apprenti très inférieur à celui d’un élève du secondaire. Robert Fabre, député radical de l’Aveyron, rappelle ainsi que l’« effort accompli en faveur de l’apprentissage artisanal doit être largement développé. L’apprenti reste le parent pauvre. L’État dépense dix fois plus pour un élève d’un lycée technique que pour un apprenti58 ». Marcel Bouchard, inspecteur d’apprentissage de la chambre des métiers de la Sarthe, fait le même constat dans sa contribution au colloque de 1965 consacré à l’artisanat et à l’apprentissage : « L’apprentissage artisanal voit une bonne part de ses difficultés venir de la maigreur de ses ressources financières [...]. Se passant dans l’atelier du patron, sous sa direction, sur son matériel et employant une main-d’œuvre qui lui appartient, l’apprentissage artisanal ne coûte pas cher à l’État et il lui faudrait relativement peu de crédits supplémentaires pour fonctionner mieux qu’il ne peut le faire actuellement. Les frais restent considérables pour les chambres de métiers : organisation des cours professionnels, organisations des examens de fin d’apprentissage artisanal, services de contrôle et d’inspection insuffisamment étoffés59. »

Vers une redéfinition de l’apprentissage artisanal : 1967-1972

  • 60 Les effectifs chutent de 15 % entre 1966 et 1970, passant de 215 654 à 182 900 (Cédric Perrin, Ent (...)
  • 61 De manière générale, les artisans occupent une place marginale dans les objectifs du Plan. Ignorés (...)
  • 62 En avril 1969, Gérard Nicoud a mené une action d’éclat en Isère en subtilisant des dossiers dans u (...)

24Après une période de croissance des effectifs, les années 1967-1972 représentent au contraire une période de repli de l’apprentissage artisanal, qui aurait pu déboucher sur sa suppression pure et simple60. Pas plus que les précédents, les Ve et VIe plans de modernisation et d’équipement de l’économie française (1966-1975) ne font une grande place à l’artisanat qui n’est pas perçu comme un secteur d’avenir sur lequel l’État pourrait s’appuyer pour conduire sa politique61. La création d’une Direction de l’Artisanat puis d’un secrétariat d’État à la Moyenne et Petite Industrie et à l’Artisanat en 1969, saluée par les défenseurs de l’artisanat, témoigne sans doute plus d’une réaction aux événements de 1968 que d’une volonté de faire jouer aux artisans un nouveau rôle (la figure de l’artisan est plus rassurante que celle de l’étudiant et les hommes de métier ne forment pas des gauchistes). Comme en 1956 avec Poujade, on peut même se demander si cette meilleure reconnaissance officielle de l’artisanat n’est pas aussi un moyen de calmer les mécontents afin de mieux les enterrer62. Ces créations en tout cas ne présagent en rien une meilleure prise en considération des formations artisanales, dont l’avenir semble compromis, notamment en raison de l’application de l’ordonnance de 1959 sur l’obligation scolaire portée à 16 ans. Si le problème avait déjà été posé au début des années 1960 (voir supra), c’est véritablement à partir de 1967 que la scolarisation de tous les enfants de 14 à 16 ans doit devenir effective (l’ordonnance de 1959 indique en effet que la mesure prendra effet pour les enfants nés à partir de 1953). Ce sont pourtant les difficultés d’application de cette mesure qui vont permettre de sauver momentanément l’apprentissage artisanal, avant que la loi de 1971 n’organise sa rénovation en profondeur avec la création des centres de formation d’apprentis (CFA).

  • 63 Chambre des métiers de Loire-Atlantique, PV de la séance du 4 juillet 1962. De manière inattendue, (...)
  • 64 Ibid., PV de la séance du 29 avril 1964. Un calcul de la Chambre en 1964 a établi que sur 100 jeune (...)
  • 65 Ibid., PV de la séance du 1er septembre 1965.
  • 66 Ibid., PV de la séance du 28 septembre 1966.
  • 67 Ibid., PV de la séance du 3 juillet 1970. Le président de la Chambre des métiers rapporte ainsi qu’ (...)

25De la même façon qu’ils avaient perçu l’avantage qu’ils pourraient tirer d’une situation démographique favorable au début des années 1950, les élus de la Chambre des métiers de Loire-Atlantique s’inquiètent dès le début des années 1960 des conséquences de l’ordonnance de 195963. Ils voient bien en particulier qu’à terme, elle menace le recrutement de leurs cours professionnels, les emplois des personnels de la Chambre de métiers, et plus largement leur définition de la formation (car ils sont très défavorables à l’idée qu’un apprenti démarre sa formation à seize ans)64. En 1965, le secrétaire général de la Chambre des métiers se rend même aux ministères de l’Industrie et de l’Éducation nationale pour évoquer le risque d’« interruption de l’action enseignante de la Chambre des métiers65 ». Plus concrètement, les crédits d’équipement de l’Éducation nationale pour les cours professionnels ou de promotion sociale sont moins importants que dans la période antérieure. Les subventions de fonctionnement semblent elles-mêmes rentrer moins facilement, à tel point que la Chambre appelle de ses vœux une collaboration plus étroite avec les services de l’État, pour alléger ses problèmes financiers, même s’« il ne saurait être question d’aliéner l’autonomie de la gestion66 ». Mais l’État a désormais d’autres priorités67.

  • 68 La section d’éducation professionnelle de la Chambre des métiers de Loire-Atlantique, ouverte en 1 (...)
  • 69 Chambre des métiers de Loire-Atlantique, PV de la séance du 23 avril 1969.
  • 70 Ibid., PV de la séance du 13 décembre 1967. Dans son intervention à l’assemblée générale de la Cham (...)
  • 71 Cette question des dérogations est abordée à huit reprises à l’Assemblée nationale entre mai 1967 (...)
  • 72 Chambre des métiers de Loire-Atlantique, PV des séances du 5 novembre 1969 et 4 mars 1970.
  • 73 Journal officiel, Débats parlementaires, Chambre des Députés, 1ère séance du 29 novembre 1968, p. 4 (...)

26Pourtant, le gouvernement ne parvient pas à réaliser ses objectifs et crée en 1967 les sections d’enseignement professionnel (SEP) pour accueillir les élèves de 14 ans que les établissements secondaires ne pourraient pas recevoir (avec 12 heures de cours et 28 heures de préformation en entreprise par semaine). Dotées d’un budget spécifique, les SEP pourraient être créées par les chambres de métiers. Mais l’expérience fait long feu et est rapidement abandonnée68. L’échec est imputé à l’incapacité des services de l’inspection académique à évaluer le nombre de jeunes à prendre en charge mais aussi aux campagnes de presse hostiles, où l’apprentissage traditionnel est présenté comme une « structure patronale abusive69 ». Dans le même temps, le gouvernement prévoit des régimes de dérogation pour permettre aux enfants de 1953 de commencer leur apprentissage dès 14 ans, seule possibilité autorisant le maintien des cours professionnels dans leur forme antérieure70. C’est d’ailleurs sur ce point que s’arc-boutent les défenseurs de l’artisanat à l’Assemblée Nationale71. Des dérogations sont ainsi accordées aux enfants nés en 1954, puis nés en 1955, et encore pour quelques-uns en 195672. Des tentatives sont également faites pour que les apprentis sous contrat soient reconnus comme des élèves et bénéficient des mêmes droits que les étudiants (bourses, allocations familiales), ce que ni le ministère du Travail ni le ministère de l’Éducation nationale ne veulent accepter73.

  • 74 Journal officiel, Débats parlementaires, Chambre des Députés, 1ère séance du 7 juin 1971, p. 2416. (...)
  • 75 Chambre des métiers de Loire-Atlantique, PV de la séance du 5 juillet 1971. Pour les élus nantais, (...)
  • 76 Ibid., PV de la séance du 3 novembre 1971. En 1971, l’effectif des cours professionnels de la chamb (...)

27Les discussions de juin 1971 à l’Assemblée nationale sur le projet de loi relatif à l’apprentissage montrent qu’un tournant est en train de se produire dans l’organisation et le financement de l’apprentissage artisanal. Le maintien des subventions publiques, d’un montant équivalent à ce qui était attribué pour les cours professionnels, sera conditionné par la signature d’une convention entre l’État et les collectivités, établissements et organismes intéressés, convention qui porte à 360 heures le temps consacré aux disciplines d’enseignement général. Le taux de la taxe d’apprentissage doit également être relevé avec obligation d’une meilleure utilisation de celle-ci, en y consacrant une part fixe à la rémunération des apprentis ou au financement d’un CFA. C’est au fond reprendre aux artisans l’autonomie qui leur avait été concédée en 1937 en matière de contrôle de l’apprentissage (les inspecteurs d’apprentissage artisanal vont également au terme de cette loi intégrer le corps des inspecteurs de l’enseignement technique)74. C’est aussi suggérer que les chambres des métiers ne sont qu’à demi qualifiées pour la prise en charge des formations et qu’elles pourraient se consacrer désormais davantage à des opérations de formation continue. Gabriel Kaspereit, secrétaire d’État à la moyenne et petite industrie, aurait ainsi déclaré que l’« artisanat ne doit plus se considérer comme un secteur à part et protégé, mais s’engager résolument dans la compétition économique en faisant la preuve de son dynamisme. Selon lui, les chambres de métiers verront leurs dépenses de formation professionnelle allégées, elles pourront ainsi consacrer une part plus importante de leurs ressources aux tâches d’assistance technique75 ». Louis Moison, le président de la Chambre des métiers de Loire-Atlantique, ne peut que constater que le travail de la Chambre est remis en cause. De son point de vue, la promotion collective des artisans voulue par Kaspereit sera par ailleurs une œuvre de longue haleine « pour laquelle les seules ressources des chambres des métiers ne sauraient suffire. Or, l’aide de l’État est temporaire et dégressive76 ».

28Le financement des formations artisanales, tout au long de la période étudiée, présente plusieurs caractéristiques que l’on peut résumer ainsi. Premièrement, pour s’en tenir aux cours professionnels, l’apprentissage artisanal ne coûte pas cher. Les quelques estimations qui sont produites et reprises par les députés indiquent qu’un apprenti revient en moyenne à l’État dix fois moins cher qu’un élève de l’enseignement secondaire. Deuxièmement, les formations artisanales dépendent beaucoup des crédits publics, principalement du ministère de l’Éducation nationale, accessoirement du ministère du Travail. Cela signifie que l’État leur reconnaît une place dans le système de formation, mais également qu’il peut à tout moment modifier ses exigences et contraindre les artisans à faire évoluer leur offre de formation. Troisièmement, le financement de l’apprentissage est également assuré par les artisans, via la taxe d’apprentissage, la taxe pour la Chambre des métiers, ou encore les frais qu’ils engagent lorsqu’ils acceptent de prendre un apprenti. Pour une bonne partie d’entre eux, c’est toujours un peu trop cher, leurs priorités sont ailleurs, et seule une minorité d’artisans accepte de suivre les recommandations des chambres de métiers, y compris dans un département favorable à l’apprentissage artisanal comme la Loire-Atlantique. L’histoire de l’apprentissage artisanal envisagée à partir de l’étude des budgets permet également de voir l’évolution des priorités gouvernementales en matière de formation au cours des Trente Glorieuses. Si les progrès de la scolarisation constituent une donnée de base pour l’analyse de cette période, y compris pour les formations techniques, d’autres formes de prise en charge existent, comme la formation professionnelle accélérée ou l’apprentissage artisanal. Que celui-ci soit peu apprécié des pouvoirs publics importe peu ici. Dans certains départements, il remplit une fonction jugée utile (former les jeunes ruraux) et plus largement, il permet la prise en charge d’enfants jugés inaptes ou inadaptés à l’enseignement secondaire. La remise en cause de l’apprentissage artisanal dans les années 1970 ne règlera d’ailleurs pas ce problème, mais ne fera que le déplacer.

Notes

1 Intervention à l’Assemblée Nationale de Jean-Luc Commanay, député centriste des Landes, au cours de la discussion du budget du ministère de l’Industrie, à propos de la solidarité vieillesse, 30 octobre 1970, 3e séance, p. 4989.

2 Voir Matthew B. Crawford, Éloge du carburateur. Essai sur le sens et la valeur du travail, Paris, Éditions La Découverte, Paris, 2010 ; Richard Senett, Ce que sait la main. La culture de l’artisanat, Paris, Albin Michel, 2010.

3 Gilles Moreau, Le monde apprenti, Paris, Édition La Dispute, 2003.

4 Guy Brucy, Pascal Caillaud, Emmanuel Quenson, Lucie Tanguy, Former pour réformer. Retour sur la formation permanente (1945-2004), Paris, Éditions La Découverte, coll. Recherches, 2007.

5 Vincent Troger, Histoire des centres d’apprentissage 1939-1959, thèse de doctorat, Paris IV Sorbonne, 1990, p. 194. Il mentionne un extrait du journal Au travail reproduit dans le BINOP (Bulletin de l’institut national d’orientation professionnelle) de décembre 1943, qui évoque « l’usage établi voulant que le maçon passe par le stade de manœuvre et vole le métier ». Voir aussi Sven Steffens, « Le métier volé. Transmission des savoir-faire et socialisation dans les métiers qualifiés au XIXe siècle (Belgique-Allemagne) », Revue du Nord, Hors-série no 15, 2001, p. 121-135. Steffens, qui s’appuie sur des documents antérieurs (autobiographies d’artisans), indique qu’une des caractéristiques de l’apprentissage artisanal consiste pour les maîtres à ne pas transmettre trop tôt leur savoir-faire afin de ne pas encourager leurs apprentis à s’installer rapidement et devenir ainsi des concurrents.

6 Voir François Étienne, L’artisanat et l’éducation 1921-1970, thèse de 3e cycle de sociologie de l’éducation, Université Paris V, René Descartes, sous la direction de V. Isambert-Jamati, 1977, 2 vol.; Bernard Zarca, L’artisanat : du métier traditionnel au groupe social, Paris, Economica, 1986 ; Marc Suteau, « Histoire d’un non-diplôme. L’examen de fin d’apprentissage artisanal (1937-1971) », dans Mathias Millet et Gilles Moreau (dir.), La société des diplômes, Éditions La Dispute, 2011, p. 207-220.

7 Xavier Browaeys et Paul Chatelain, Les France du travail, Paris, PUF, 1984.

8 Steven M. Zdatny, Les artisans en France au XXe siècle, Paris, Belin, 1999.

9 Au congrès de la Confédération générale de l’artisanat Français, en 1937, un intervenant résumait bien déjà la nature des besoins des artisans : « Que faut-il à l’apprenti en plus de l’enseignement pratique donné par l’artisan maître ? Peu de choses à mon avis, mais ce peu de choses est indispensable : quelques éléments de comptabilité, un peu de dessin, quelques notions de géométrie », dans François Étienne, L’artisanat et l’éducation 1921-1970..., op. cit., p. 368, note 2.

10 François Étienne souligne qu’« elles se contentent alors d’assurer quatre, cinq ou six heures d’enseignement à leurs apprentis ; c’est-à-dire généralement quatre heures d’enseignements généraux plus une ou deux heures d’enseignement de technologie, de dessin, ou de pratique, suivant leurs possibilités [...]. Consultés sur cette même question en 1964, les artisans redisent qu’ils donnent la préférence à l’atelier sur les heures de cours données à l’école, et se contenteraient bien de huit heures hebdomadaires », voir François Étienne, L’artisanat et l’éducation 1921-1970..., op. cit., p. 350-352.

11 Chambre des métiers de Loire-Inférieure, PV de la réunion du 22 avril 1941. Dix ans plus tard, la proportion d’apprentis titulaires du CEP à leur entrée en apprentissage s’élève à 50 % (PV de la réunion du 7 décembre 1951).

12 Sources du tableau : CERDET (Centre d’études et de recherches documentaires de l’enseignement technique), tableaux annuels consultables en ligne sur le site Ac’adoc, pour les années 1956 à 1963. L’absence de données pour la plus grande partie des établissements en 1950, 1966 et 1973 ne signifie évidemment pas qu’il n’y avait pas d’élèves ces années-là. Pour 1950, le CERDET ne donne pas le détail des autres effectifs. Après 1960, la concentration qui s’opère dans les établissements du secondaire ne permet pas de distinguer aussi facilement les différentes filières techniques.

13 Source du tableau : Chambre des métiers de Loire-Inférieure, PV de la séance du 17 décembre 1953 pour 1953 ; AD de la Loire-Atlantique, Fonds Bréhant, 209 J6 pour 1960 : « 640 000 ouvriers et 166 000 apprentis dans l’artisanat », rapport non signé, 1961 ; AD de la Loire-Atlantique, Fonds Bréhant, 209 J4 pour 1966, demande de subvention pour l’exercice 1968 adressée au préfet de Loire-Atlantique et au président du conseil général. Le fonds Bréhant regroupe des pièces réunies par un ancien inspecteur d’apprentissage artisanal ayant exercé à la Chambre des métiers de Loire-Atlantique de 1946 à 1973.

14 « Il arrive en effet que certaines jeunes filles, ayant obtenu leur brevet de maîtrise 2 ans après leur certificat de fin d’apprentissage ou leur CAP, s’imaginent à tort être devenues des perfections alors qu’en réalité, elles ont encore besoin d’apprendre. Leur état d’esprit les met parfois en conflit avec leurs employeuses, ou les pousse à s’installer Prématurément », intervention de Mme Müller, Chambre des métiers de Loire-Inférieure, PV de la réunion du 15 novembre 1951.

15 Guy Brucy, Pascal Caillaud, Emmanuel Quenson, Lucie Tanguy, Former pour réformer..., op. cit., p. 14.

16 Xavier Browaeys et Paul Chatelain, Les France du travail..., op. cit., p. 234-239.

17 Sur l’identité de vues de l’artisanat et de celles du clergé, Steven M. Zdatny (Les artisans en France au XXe siècle, op. cit., p. 93) note que « la pensée sociale artisanale était horrifiée à la perspective de femmes et de filles partant de la maison pour devenir ouvrières d’usine, vendeuses de grands magasins ou secrétaires de bureau, car ceci impliquait la désintégration des structures les plus fondamentales de l’artisanat ».

18 François Étienne, L’artisanat et l’éducation 1921-1970..., op. cit., p. 464-465.

19 AD de la Loire-Atlantique, Jean Fargue, La formation professionnelle des ouvriers et employés qualifiés en Loire-Atlantique, mémoire de stage de l’École nationale d’administration, décembre 1966, p. 3.

20 Chambre des métiers de Loire-Inférieure, PV de la séance du 14 mars 1939. Ses rapports sont constants sur ce point les deux années suivantes, épinglant successivement les bouchers, les coiffeuses et les couturières.

21 AD de la Loire-Atlantique, 209 J1, Fonds Brehant, Liaisons sociales, 30 novembre 1954.

22 Journal officiel, Débats parlementaires, Chambre des Députés, séance du 22 avril 1966, réponse de Raymond Marcellin à Marie-Madeleine Dienesch, p. 914-916. La modification est intervenue le 18 avril.

23 Jean-Michel Chapoulie, L’école d’État conquiert la France. Deux siècles de politique scolaire, Presses Universitaires de Rennes, Rennes, 2010, p. 30.

24 AD de la Loire-Atlantique, 209 J6, Fonds Bréhant. Dans un rapport de 1965, Bréhant évoque ces premières années d’après-guerre : « J’appartiens à la 1ère promotion de ceux qu’on a appelés les “professeurs itinérants”. Depuis longtemps déjà existent des « cours du soir », des « cours municipaux », des « cours d’apprentis », mais seulement dans les villes ou au sein de grosses entreprises. Ces cours touchent très peu l’artisanat. Et en campagne, rien n’existe, sinon quelques expériences dues à l’initiative d’instituteurs, dévoués certes, mais peu avertis des techniques nouvelles des professions. [...] Très vite, il est constaté que, pour accrocher les jeunes [...], il faut aussi enseigner le dessin, dont la connaissance devient indispensable dans bien des ateliers ou chantiers artisanaux, « Formation d’ouvriers qualifiés et cours artisanaux ».

25 Dans les premières années d’après-guerre, deux remorques-ateliers sont également équipées, l’une pour l’enseignement ménager, l’autre pour la réparation des machines agricoles et la soudure autogène.

26 Chambre des métiers de Loire-Atlantique, Histoire d’hommes, Nantes, 2002, p. 74-75.

27 Ibid., p. 88.

28 Ces calculs ont été effectués à partir des budgets effectivement réalisés et non des budgets prévisionnels. Nous avons procédé à des regroupements de rubriques et arrondi les résultats pour faciliter la lecture.

29 Chambre des métiers de Loire-Inférieure, PV de la séance du 4 janvier 1949.

30 Ibid., PV de la séance du 17 décembre 1953.

31 Marc Suteau, « Histoire d’un non-diplôme. L’examen de fin d’apprentissage artisanal (1937-1971) », art. cit.

32 François Étienne, L’artisanat et l’éducation..., op. cit., p. 86.

33 La formation professionnelle accélérée devient formation professionnelle des adultes en 1951.

34 Journal officiel, Débats parlementaires, Chambre des Députés, séance du 9 juillet 1947, p. 2865. Sept ans plus tard, en 1954, les crédits pour l’enseignement technique (ENP, lycées, collèges techniques et centres d’apprentissage) s’élèvent à 34,5 milliards de francs, selon le rapporteur Marcel David, député SFIO des Landes, 2e séance du 13 décembre 1954, p. 6256.

35 Journal officiel, Débats parlementaires, Chambre des Députés, 3e séance du 12 décembre 1954, consacrée à l’examen du budget de l’Éducation nationale, p. 6281.

36 Journal officiel, Débats parlementaires, Chambre des Députés, examen du budget du Commerce et de l’Industrie, 2e séance du 23 octobre 1952, p. 4361, séance du 3 novembre 1953, p. 4740.

37 Les critères qui servent à définir le montant des subventions de l’État semblent assez obscurs. D’après François Étienne, L’artisanat et l’éducation 1921-1970..., op. cit. (p. 445-446), les crédits attribués au titre de la loi Astier le seraient sur la base du nombre d’heures de cours effectuées, ceux attribués au titre de la loi Walter-Paulin en tenant compte du nombre d’apprentis. Mais les subventions s’échelonnent encore sur une échelle de 1 à 16 au début des années 1960 pour un apprenti inscrit dans un cours artisanal. Pour ajouter à l’opacité, les crédits sont attribués directement par le ministère aux chambres des métiers jusqu’en 1966, ce qui donne lieu à des traitements très différents selon les chambres.

38 Précisions qu’à eux deux, les centres d’apprentissage et les cours artisanaux représentent entre 40 et 45 % des élèves inscrits dans une formation technique.

39 INSEE, Annuaire rétrospectif de la France 1948-1988, 1990, p. 616.

40 En se limitant aux seuls enseignements secondaire et technique, la répartition est la suivante : 60 % des crédits de fonctionnement et 52 % des crédits d’équipement vont au Secondaire en 1960 contre 40 et 48 % au Technique (Voir Jean-Charles Asselain, Le budget de l’Éducation nationale, PUF, Paris, 1969, p. 94 et 160). Précisons que les coûts de construction sont plus élevés dans le technique que dans les établissements secondaires du premier cycle, dont les effectifs augmentent plus vite sur cette période.

41 Journal officiel, Débats parlementaires, Chambre des Députés, examen du budget du Commerce et de l’Industrie, 3e séance du 15 novembre 1954, p. 5029.

42 Ibid., 1ère séance du 28 octobre 1961, p. 3348.

43 Cédric Perrin, Entre glorification et abandon. L’État et les artisans en France (1938-1970), Comité pour l’histoire économique et financière de la France, 2007, p. 192. Il indique que cet argument du coût des apprentis est discutable dans les années 1950. Même s’il faut le nourrir et le loger, le salaire d’un apprenti, quand il est rémunéré, est 4 à 5 fois moins élevé que celui d’un ouvrier qualifié.

44 Journal officiel, Débats parlementaires, Chambre des Députés, examen du budget du Travail, 1ère séance du 29 octobre 1953, p. 4659.

45 Journal officiel, Débats parlementaires, Chambre des Députés, examen du budget de l’Éducation nationale, 3e séance du 13 décembre 1954, p. 6272.

46 Dans la préparation du budget de 1954, Maurice David relève que 50 000 élèves ont été refusés à la rentrée de 1953 dans l’enseignement technique (15 000 élèves dans les ENP et les collèges techniques, 35 000 dans les centres d’apprentissage). La même année, il a fallu accueillir 300 000 élèves supplémentaires dans les écoles primaires (Journal officiel, Débats parlementaires, Chambre des Députés, examen du budget de l’Éducation nationale, séance du 14 décembre 1953, p. 6799). En 1962, René Cance, député communiste de Seine-Maritime, indique qu’à la rentrée précédente, un déficit de 80 à 100 000 places dans l’enseignement technique a été constaté (Journal officiel, Débats parlementaires, Chambre des Députés, question orale avec débat sur l’enseignement technique, séance du 25 mai 1962, p. 1334. Jean-Michel Chapoulie, L’école d’État conquiert la France..., op. cit. (p. 404), souligne que ces estimations n’ont qu’un sens très relatif, les candidats pouvant se présenter, et être refusés, dans plusieurs établissements.

47 Journal officiel, Débats parlementaires, Chambre des Députés, examen du budget de l’Éducation nationale, 3e séance du 13 décembre 1954, p. 6281.

48 Ibid., 3e séance du 28 octobre 1961, p. 3388.

49 Ibid., p. 3400.

50 En 1970, 15 millions de francs nouveaux de subventions sont versés par l’État aux chambres des métiers pour organiser des cours professionnels (12,5 au titre de la loi de 1919 sur les cours professionnels, 2,5 au titre de la loi de 1937 sur l’organisation et le contrôle de l’apprentissage artisanal). Voir François Étienne, L’artisanat et l’éducation 1921-1970..., op. cit., p. 98 pour 1955, p. 110 pour 1956 et 1960, p. 136 pour 1970.

51 Commission d’apprentissage de la chambre des métiers de Loire-Inférieure, PV de la séance du 23 avril 1954.

52 La loi du 10 décembre 1952 prévoit l’établissement obligatoire d’un statut du personnel des chambres de métiers et les arrêtés des 3 août 1954, 30 juin 1964 et 16 juillet 1971 viennent préciser le statut des enseignants des chambres de métiers.

53 Chambre des métiers de Loire-Inférieure, PV de la séance du 14 décembre 1955. Dans son rapport annuel sur l’apprentissage en 1954, Moison évoque la « constitution d’un fichier scolaire dont la nécessité se fait impérieusement sentir [qui], permettra de déceler les défaillances de certains apprentis, ou, hélas ! de certains maîtres d’apprentissage afin d’y porter aussitôt remède ».

54 Plus de 60 millions d’anciens francs sont attribués à la chambre des métiers pour dépenses d’équipement entre 1954 et 1960, dont près de 70 % sont versés par l’enseignement technique. Entre 1960 et 1967, la part de l’État diminuera sensiblement (42 %) pour des opérations d’un montant total légèrement supérieur (750 000 NF).

55 François Étienne, L’artisanat et l’éducation 1921-1970..., op. cit., p. 445-448.

56 Dans les années 1960, l’État conditionne également désormais le versement des subventions au relèvement par les artisans de la taxe pour frais de chambre de métiers. C’est un moyen pour l’administration d’obtenir des artisans une plus grande participation au financement de leurs cours et formations.

57 François Étienne, L’artisanat et l’éducation 1921-1970..., op. cit., p. 493-494.

58 Journal officiel, Débats parlementaires, Chambre des Députés, examen du budget du Commerce et de l’Industrie, 1ère séance du 30 octobre 1963, p. 5969.

59 Marcel Bouchard, « Le rôle de l’artisanat dans la formation professionnelle et dans l’éducation nationale contemporaines », VIIIe colloque d’histoire sur l’artisanat et l’apprentissage, Aix-en-Provence, Ophrys, 1965, p. 167-192.

60 Les effectifs chutent de 15 % entre 1966 et 1970, passant de 215 654 à 182 900 (Cédric Perrin, Entre glorification et abandon..., op. cit., p. 413-415).

61 De manière générale, les artisans occupent une place marginale dans les objectifs du Plan. Ignorés dans les deux premiers, ils apparaissent dans le troisième Plan (1958-1961) via la création d’une commission de l’artisanat. Mais leur présence reste discrète. Albert Liogier, député gaulliste, regrette en 1961 le traitement de l’artisanat dans le rapport introductif au IVe plan (une dizaine de lignes dans un texte qui compte pourtant 80 pages), Journal officiel, Débats parlementaires, Chambre des Députés, examen du budget du Commerce et de l’Industrie, 1ère séance du 28 octobre 1961, p. 3345.

62 En avril 1969, Gérard Nicoud a mené une action d’éclat en Isère en subtilisant des dossiers dans une perception, menaçant de les brûler si les pensions de retraite des petits commerçants n’étaient pas versées intégralement.

63 Chambre des métiers de Loire-Atlantique, PV de la séance du 4 juillet 1962. De manière inattendue, dans le compte rendu de la séance du 4 juillet 1962, il est indiqué que « la chambre des métiers [devra] consacrer tous ses efforts à la scolarisation d’élèves de plus en plus nombreux dans les années à venir » (c’est moi qui souligne).

64 Ibid., PV de la séance du 29 avril 1964. Un calcul de la Chambre en 1964 a établi que sur 100 jeunes, 62,1 % commencent leur apprentissage à 14 ans, 28,2 % à 15 ans et seulement 9,7 % à 16 ans et plus.

65 Ibid., PV de la séance du 1er septembre 1965.

66 Ibid., PV de la séance du 28 septembre 1966.

67 Ibid., PV de la séance du 3 juillet 1970. Le président de la Chambre des métiers rapporte ainsi qu’en 1970, dans les réunions du comité départemental de l’enseignement technique, on lui fait souvent remarquer que les demandes de subvention de la chambre sont jugées excessives, elle qui ne finance pas par ses propres moyens 50 % de son budget.

68 La section d’éducation professionnelle de la Chambre des métiers de Loire-Atlantique, ouverte en 1968, accueille 28 élèves la première année, 57 en 1969, 22 en 1970. L’expérience s’interrompt l’année suivante.

69 Chambre des métiers de Loire-Atlantique, PV de la séance du 23 avril 1969.

70 Ibid., PV de la séance du 13 décembre 1967. Dans son intervention à l’assemblée générale de la Chambre des métiers, le préfet de Loire-Atlantique précise que « des dérogations ont été accordées aux quelques 200 000 enfants qui n’ont pu être scolarisés cette année au-delà de leur 14e anniversaire ».

71 Cette question des dérogations est abordée à huit reprises à l’Assemblée nationale entre mai 1967 et novembre 1972.

72 Chambre des métiers de Loire-Atlantique, PV des séances du 5 novembre 1969 et 4 mars 1970.

73 Journal officiel, Débats parlementaires, Chambre des Députés, 1ère séance du 29 novembre 1968, p. 4982. Raoul Bayou, député de gauche de l’Hérault, déclare ainsi en 1968 que « le contrat d’apprentissage doit valoir contrat d’éducation et instruction obligatoire ». Lucien Neuwirth, de son côté, tente en vain à trois reprises de faire reconnaître pour les apprentis des droits équivalents à ceux des étudiants (séance du 17 juillet 1968, p. 2273 ; séance du 22 octobre 1968, p. 3451 ; séance du 12 mai 1971, p. 1825-27).

74 Journal officiel, Débats parlementaires, Chambre des Députés, 1ère séance du 7 juin 1971, p. 2416. André Chazalon, député centriste de la Loire et rapporteur du projet de loi sur l’apprentissage, reconnaît que la formation donnée dans les entreprises et les cours suivis par les apprentis manquent d’harmonie et que par conséquent « le contrôle des connaissances de l’apprenti n’est pas toujours assuré. Bref, l’apprentissage ne garantit pas avec certitude un niveau de qualification professionnelle suffisant ».

75 Chambre des métiers de Loire-Atlantique, PV de la séance du 5 juillet 1971. Pour les élus nantais, seul Lucien Neuwirth s’est montré vraiment soucieux dans les débats à l’Assemblée nationale de défendre les personnels des chambres de métiers et plus largement de ménager l’avenir en proposant que les chambres de métiers poursuivent « leurs actions traditionnelles au sein des nouvelles structures ».

76 Ibid., PV de la séance du 3 novembre 1971. En 1971, l’effectif des cours professionnels de la chambre des métiers est tombé à 3 745 apprentis contre 4 765 en 1968. Au début de l’année suivante, la chambre décide de s’engager dans la voie d’une convention avec l’Éducation nationale.

Auteur

Maître de conférences en sociologie, université de Nantes, laboratoire GETI (Paris VIII, EA 3056).

© Presses universitaires de Rennes, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search