Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le coût des études

 | 
Jean-François Condette

Seconde partie. L’investissement éducatif et ses enjeux multiples : intérêts des familles, enjeux locaux et nationaux, stratégies des entreprises

Les cours secondaires et le collège de jeunes filles de Troyes : difficultés matérielles, pédagogiques et financières (1867-1914)

Yves Verneuil

Texte intégral

  • 1 Françoise Mayeur, L’éducation des filles en France au XIXesiècle, Paris, Hachette, 1979.
  • 2 Françoise Mayeur, L’enseignement secondaire des jeunes filles sous la IIIeRépublique, Paris, Press (...)

1Le 30 octobre 1867, Victor Duruy, ministre de l’Instruction publique, publie une circulaire organisant un enseignement secondaire de jeunes filles. Françoise Mayeur en a étudié la portée1. À Troyes, les premiers cours voient le jour, symboliquement, le 2 novembre 1867. Cependant, ils périclitent au bout de la première année. Ils renaissent en 1880, après la circulaire du 27 janvier 1879, qui les relance2. Le plus souvent, les cours secondaires furent une pierre d’attente posée pour préparer les futurs lycées et collèges. Cependant, à Troyes, ils ne se transformèrent en collège qu’en 1905. Autrement dit, le provisoire a duré un quart de siècle. Pour comprendre pourquoi, il importe de considérer la situation matérielle et financière de ces cours et l’impact de la transformation en collège. Le point de vue financier a moins souvent retenu l’attention que le point de vue moral ou le point de vue idéologique. Et pourtant, le financement des cours détermine en grande partie son fonctionnement pédagogique. La logique financière, en outre, permet de mieux saisir le fonctionnement administratif. Enfin, la comparaison de la logique financière à l’œuvre à l’époque de Victor Duruy et celle pratiquée par les républicains illustre concrètement la différence des idéologies.

  • 3 Marthe Oudinot, « Souvenirs de Mlle Jeanne Adam : les débuts de l’enseignement secondaire des jeun (...)

2Le cas troyen peut être approché grâce à deux types de sources : d’une part les archives publiques (nationales et municipales) ; d’autre part les témoignages, l’un d’une ancienne maîtresse des cours secondaires puis du collège, l’autre d’une ancienne élève3. On retracera d’abord l’évolution générale des cours secondaires, puis du collège de Troyes de 1867 à 1914 ; puis on décrira le fonctionnement financier de ces deux institutions et on mesurera le coût de l’enseignement. Enfin, on évaluera la part payée par les élèves en cherchant à savoir si cela entraîne des conséquences pédagogiques : la demande détermine-t-elle l’offre ou celle-ci est-elle définie par d’autres considérations que la demande ? Peut-on, ou non, parler de marché éducatif et de logique libérale ? Enfin, quelles sont les conséquences sociales du coût de l’enseignement ?

Des cours secondaires au collège de jeunes filles de Troyes

  • 4 Yves Verneuil, « Les cours secondaires pour jeunes filles à Troyes sous le Second Empire, entre au (...)

3Les premiers cours secondaires troyens sont organisés en 1867 mais connaissent des débuts difficiles avant d’être relancés au début des années 1880, se transformant en 1905 en un collège de jeunes filles4.

La tentative de 1867

  • 5 Archives nationales, F17 8754.
  • 6 Dans la circulaire du 30 octobre 1867, le ministre préconisait une rétribution de 15 à 20 francs p (...)
  • 7 Jean Rohr, Victor Duruy, ministre de Napoléon III. Essai sur la politique de l’Instruction publiqu (...)
  • 8 Raymond Oberlé, L’enseignement à Mulhouse de 1798 à 1870, Strasbourg, Publications de la Faculté d (...)

4Ce sont des cours municipaux qui ont lieu à l’hôtel de ville, conformément aux recommandations de Victor Duruy. Ils durent de décembre 1867 à mai 1868. Ils sont composés de deux cours de deux heures par semaine, un cours de littérature et un cours de chimie et d’histoire naturelle. Le cours d’histoire qui était prévu au départ n’a pas lieu, car le maire a récusé le professeur du lycée qui était pressenti, en le jugeant trop jeune et trop beau5. La « cotisation » que doivent verser les élèves est de 60 francs pour l’année. Victor Duruy la trouve trop peu cher, si l’on veut attirer le public bourgeois6. À Bordeaux, elle est, il est vrai, de 75 francs par trimestre, mais il y a huit professeurs7 ; à Mulhouse, elle est de 200 à 400 francs par an selon le niveau, mais les élèves disposent de douze professeurs et d’un cycle d’études de trois ans8. Au demeurant, l’inspecteur d’académie de l’Aube fait finalement baisser la cotisation à 40 francs pour l’année. On craint en effet de ne pas avoir de recrue, non seulement à cause de la protestation de Monseigneur Dupanloup, mais aussi à cause des réticences des maîtresses de pension à envoyer leurs élèves. La nouvelle institution ne s’affirme pourtant pas en concurrence avec les institutions privées, mais en complémentarité : les élèves des pensions doivent y compléter leur formation. En fait, selon l’inspecteur d’académie, les maîtresses de pension ont peur que la correction de devoirs dans les cours secondaires permette une comparaison du niveau des pensions.

  • 9 Françoise Mayeur, L’éducation des filles..., op. cit., p. 117 et 125.

5Au total, sont présents une vingtaine d’élèves, dont seulement 14 paient la cotisation, les autres ayant bénéficié de la gratuité, attribuée aux filles des professeurs, aux élèves de l’école normale et à des protégées de la mairie. Dans ces conditions, la rémunération des professeurs, qui doit correspondre au reliquat de la rétribution, une fois les frais de fonctionnement couverts, ne saurait être grande. Comme l’écrit Françoise Mayeur, ce n’est pas l’appât du gain qui a pu décider les professeurs de lycée, qui ont été sollicités par l’inspecteur d’académie pour donner ces cours9. Néanmoins, à la fin de l’année scolaire, le conseil municipal vote une indemnité de 600 francs à partager entre les deux professeurs (ce qui revient à attribuer environ francs 25 de l’heure). Cette subvention est supérieure au produit de la rétribution et a donc plus que doublé la rétribution des professeurs. Elle prouve en tout cas que l’espoir qu’avait énoncé Victor Duruy d’une institution pouvant vivre sans crédit se révèle vain. Sans doute est-ce ce qui a motivé Paul Bert, lorsqu’en 1879, il fait inscrire un crédit au budget de l’Instruction publique à destination des cours secondaires. En 1867-1868, l’État n’avait rien payé. À partir de 1880, il versera une subvention, de concert avec les municipalités.

L’évolution des cours secondaires de jeunes filles (1880 à 1905)

  • 10 Archives nationales, F17 8762, lettre du recteur du 15 mars 1880.
  • 11 Ibid., le recteur au ministre, 6 avril 1880.
  • 12 Archives municipales de Troyes (AM), 1R292, lettre de propagande de la mairie, 20 avril 1880.
  • 13 AM de Troyes, 1R285, le maire à l’inspecteur d’académie, 22 juin 1881.
  • 14 Archives nationales, F17 8762, le recteur au ministre, 7 décembre 1880.

6Le directeur de l’Enseignement secondaire ayant permis un subside10, les cours secondaires pour jeunes filles sont relancés à Troyes à partir de mai 1880. Les cours comptent cette fois quatre leçons d’une heure et demie : mathématiques, sciences physiques et naturelles, littérature et histoire-géographie. Le cours de morale n’est pas ouvert : le conseil municipal avait bien voté un cours de morale laïque, mais on a craint que cela ne soulève des préventions et fasse fuir le public11. Comme en 1867, les élèves sont soit des élèves libres, soit des élèves des pensions ; les professeurs sont ceux du lycée ; le local est une salle de l’hôtel de ville12. Une partie du matériel de chimie, de physique et d’histoire naturelle a été prêtée par le musée de la ville. Une nouveauté, toutefois : une dame surveillante a été recrutée13, qui doit préparer la salle de cours et aller chercher et raccompagner les élèves qui utilisent le service d’omnibus qui a été mis à leur disposition (le contrat précise à ce sujet que le cocher est à l’extérieur et ne peut communiquer avec les jeunes filles). Les cours reprennent en novembre 1880, toujours dans la salle provisoire située dans la mairie, les travaux d’appropriation du local n’ayant pas été terminés14. La durée annuelle est de 9 mois. Ont été ajoutées trois leçons hebdomadaires de dessin d’une heure et demie, mais elles ont lieu à l’école de dessin de la ville et ne sont pas spécifiques aux cours secondaires : les élèves des cours secondaires y sont mélangées avec d’autres élèves.

  • 15 Ibid., 25 avril 1881.
  • 16 Ibid., le ministre au recteur, 2 février 1882 et AM 1R292, délibération du conseil municipal, 23 ma (...)
  • 17 AM de Troyes, 1R292, l’inspecteur d’académie au maire, 24 octobre 1882.
  • 18 Archives nationales, F17 8762, le recteur au ministre, 9 avril 1883. Mme Barat meurt en mars 1884  (...)
  • 19 AM de Troyes, délibération du conseil municipal, 11 décembre 1882.

7En janvier 1881, l’institution prend forme : les cours s’établissent dans un local spécifique, à l’intérieur d’une école primaire ; la surveillante y est logée et doit surveiller les cours et le matériel qui a été acheté. Par ailleurs, les cours sont dédoublés en deux années. Au total, ils sont passés de 12 à 28 heures et demie hebdomadaires15. Cependant, une baisse des élèves s’étant fait sentir, l’État suggère de proposer de nouveaux enseignements et de porter la durée des cours à dix mois par an16. Il s’agit non seulement d’élargir l’offre d’enseignement, mais aussi de se rapprocher du plan d’études de l’enseignement secondaire féminin. Il est décidé par ailleurs de recruter une directrice, pour servir de lien avec les familles et les maîtresses de pension17. La première directrice, Mme Barat, est une institutrice de Troyes18 – il ne peut, à l’époque, y avoir de diplômées de l’enseignement secondaire féminin. Sont par ailleurs ajoutées sur les deux années une leçon de gymnastique, deux leçons hebdomadaires d’une heure et demie de langues vivantes (allemand et anglais) et, en deuxième année, une leçon hebdomadaire de morale. C’est le professeur de philosophie du lycée qui assurera cet enseignement de la morale (en 1887 ce sera d’ailleurs Émile Durkheim qui l’assure). Ces innovations prennent effet à partir du 1er avril 1883. Alors que l’offre d’enseignement s’élargit, les frais d’études ne changent pas depuis le début des cours et restent fixés à 5 F par mois. En revanche pour compenser, la municipalité supprime le service spécial d’omnibus19.

  • 20 Archives nationales, F17 8762, l’inspecteur d’académie au recteur, 24 juillet 1884 ; AM de Troyes, (...)
  • 21 Ibid., F17 8762, le ministre au recteur, 18 septembre 1884.
  • 22 AM de Troyes, 1R292, rapport de la directrice sur la situation des cours au 1er janvier 1885.
  • 23 Ibid., la directrice à l’inspecteur d’académie, 19 mars 1885.
  • 24 Archives nationales, F17 8762, l’inspecteur d’académie au recteur, 24 juillet 1885.
  • 25 Ibid., le recteur au ministre, 9 novembre 1885.
  • 26 AM de Troyes, 1R292, l’inspecteur d’académie au maire, 5 octobre 1885.

8Cependant, cette extension et cette réorganisation ne produisent pas les résultats escomptés. En juillet 1884, la directrice envoie un rapport alarmiste : les élèves sont peu nombreuses et les résultats aux examens des brevets primaires sont mauvais. La rétribution est presque nulle, trop d’élèves obtenant la gratuité. Le niveau est médiocre car les élèves qui ne préparent pas les examens, ne rendent pas les compositions et ne subissent pas d’interrogations régulières. Elles sont d’âge, de force et d’application trop différents. Quant aux professeurs, ils ont un programme pour la forme, ils ne donnent pas un enseignement régulier et ne suivent pas de près le travail de leurs élèves20. Le ministère en profite pour réorganiser une nouvelle fois les cours, en les rapprochant de ceux des lycées et collèges. La première année aura pour programme celui de première année des lycées et collèges de jeunes filles. La seconde année aura un programme similaire à celui des 3e et 4e années des lycées et collèges, et préparera aux ENS de Sèvres et de Fontenay, tout en ménageant la possibilité de préparer les brevets de capacité. Les élèves devront assister régulièrement à tous les cours, remettre des devoirs et subir des interrogations. Elles ne seront admises qu’après un examen de niveau cours moyen du primaire. C’est désormais l’autorité académique qui peut accorder la gratuité. La rétribution reste inchangée, à 5 francs par mois21. Cette réorganisation s’opère à la rentrée 1884. Mais en janvier 1885, la directrice signale que les changements établis n’ont pas donné tous les résultats attendus22. En effet, la première année ne prépare pas au brevet élémentaire et la seconde année est d’un niveau trop élevé pour les élèves qui préparent ce brevet – elle ne convient que pour les préparationnaires au brevet supérieur. Bref, la préparation au brevet élémentaire n’est pas prévue dans ce schéma où l’on s’est modelé sur les programmes de l’enseignement secondaire féminin, mais avec seulement deux années. La directrice demande une organisation en trois années, où les deux premières seraient consacrées à la préparation du brevet simple et la troisième à celle du brevet supérieur23. L’inspecteur d’académie propose au contraire deux années régulières d’enseignement secondaire, puis une année de préparation aux divers brevets24. Le ministère retient ce vœu, ce qui entraîne une nouvelle réorganisation à la rentrée 1885, mais en pratique, vu l’exiguïté des locaux, les deux premières années sont réunies25. La division inférieure prépare au brevet simple, la division supérieure au brevet supérieur26. Ainsi les contraintes matérielles et les attentes des élèves rendent-elles fictive la réorganisation prévue.

  • 27 AM de Troyes, 1R291, Bulletin municipal de la ville de Troyes, no 41, 1er-31 octobre 1888.
  • 28 AM de Troyes, 1R292, l’inspecteur d’académie au maire, 8 octobre 1888.
  • 29 Marthe Oudinot, Marthe Oudinot, « Le collège de jeunes filles de Troyes de 1909 à 1915 », art. cit (...)
  • 30 AM de Troyes, 1R287, l’inspecteur d’académie au maire, 20 aout 1889.

9Néanmoins, en 1888, suite à la « décadence des cours27 », une classe élémentaire ou préparatoire est ouverte et une institutrice recrutée28. Il apparaît, comme souvent, que les cours élémentaires sont précieux pour attirer la clientèle : les effectifs remontent fortement. Cependant la directrice a été obligée de sacrifier son cabinet. La classe du rez-de-chaussée auparavant réservée aux lettres, devient la classe primaire ; la classe dite de sciences, avec son fourneau, sa hotte et son évier, accueille tantôt les littéraires, tantôt les scientifiques préparant le brevet élémentaire ; l’exigu cabinet de la directrice devient la classe du brevet supérieur, qui ne compta jamais plus de sept à huit élèves. « La pauvre Mlle Blet, n’ayant plus la jouissance de sa petite pièce que très tôt ou tard, recevait les parents dans une salle de classe entre deux cours ou même sur le palier de 3 mètres carrés. Entre-temps, elle se casait où elle pouvait, dans une classe, déplaçant sa chaise à l’heure des expériences scientifiques ou des démonstrations au tableau noir afin de n’être pas trop gênante29. » L’administration académique multiplie les pressions pour que les cours obtiennent un nouveau local, avec de meilleures conditions de travail et d’hygiène30, mais c’est seulement en 1903 que les cours sont transférés dans un nouveau local. C’est l’occasion d’une ultime réorganisation, pour les mettre en conformité avec les programmes des lycées et collèges de jeunes filles. La directrice et les professeurs sont désormais des femmes pourvues des titres spéciaux de l’enseignement secondaire féminin. À chaque réorganisation, le ministère a cherché à rapprocher les cours secondaires des programmes de l’enseignement secondaire féminin. Mais c’est donc le déménagement qui a permis l’extension des cours et la transformation en collège municipal.

Le collège de jeunes filles de Troyes

  • 31 AM de Troyes, 1R300.
  • 32 AM de Troyes, 1R300.

10En 1905, les cours secondaires sont transformés en collège de jeunes filles. Cet externat comporte cette fois une cantine. Les cours de dessin restent dispensés dans la salle des cours municipaux, mais désormais par un professeur du collège. Selon le traité constitutif31, l’équipe pédagogique comprend une directrice logée, quatre professeurs certifiées, trois institutrices primaires et deux maîtresses surveillantes, sans parler des intervenants extérieurs (pour la gymnastique, la musique, les travaux à l’aiguille et l’enseignement ménager), pour lesquels des postes ne seront créés que dans le nouveau traité constitutif de 191432.

Le budget de l’enseignement secondaire féminin troyen

11Le montage financier qui doit permettre l’existence des cours secondaires féminins de Troyes puis le développement du collège de jeunes filles est assez complexe et met du temps à se stabiliser, alliant participation de l’État et investissement communal important.

Organisation financière des cours secondaires de jeunes filles

  • 33 Archives nationales, F17 8762, le recteur au ministre, 8 juin 1880.
  • 34 Ibid., le ministre au recteur, 21 juin 1880.
  • 35 Ibid., le ministre au recteur, 2 mars 1883.

12En mars 1880, un peu avant l’ouverture des cours, le directeur de l’enseignement secondaire promet un subside, mais aucun montant n’est indiqué. Il décide finalement de verser 600 F, ce qui correspond à la moitié des frais des trois mois de la période de reprise33. Cependant, dès le mois de juin, l’État explique quelle sera à l’avenir sa contribution : il prendra en charge la moitié des frais du personnel enseignant ; les frais divers et le traitement de la surveillante, estime-t-il, seront pourvus au moyen de la rétribution scolaire34. Cela revient à dire que, comme pour les collèges, la subvention de l’État aux cours secondaires, est égale à la moitié du déficit d’exploitation. Selon la circulaire du 18 juillet 1907, ce cas sera le plus fréquent. En pratique, l’État va prendre en charge non pas la moitié des frais du personnel enseignant, mais la moitié de la totalité des frais de personnel, y compris, par conséquent, le traitement de la surveillante et l’indemnité du préparateur de physique. En février 1882, il ajoute à sa charge la moitié des frais des produits chimiques. Le chauffage, l’éclairage, le service d’omnibus et les frais divers restent à la charge de la ville, qui en échange perçoit seule la rétribution scolaire, laquelle en pratique sert aussi à payer les frais d’omnibus. Mais le service d’omnibus ayant été supprimé en décembre 1882, l’État, en mars 1883, propose une autre organisation : les frais divers, qui étaient à la charge de la ville, rentrent dans le budget des cours, mais inversement la rétribution scolaire vient désormais en déduction des frais engagés par la ville et par l’État35. Plus rien n’est à la charge spécifique de la ville, mais inversement, l’État peut espérer sur le long terme diminuer sa subvention si les effectifs s’accroissent (et que par conséquent la rétribution scolaire augmente).

  • 36 En 1879-1880, les cours ont duré trois mois.

Tableau XVI. – Subventions de l’État (en francs) pour le cours secondaire de jeunes filles36.

  • 37 AM de Troyes, 1R285, l’inspecteur d’académie au maire, 27 décembre 1883.
  • 38 Archives nationales, F17 8762, l’inspecteur d’académie au recteur, 24 juillet 1885.
  • 39 Ibid., rapport de l’inspecteur d’académie, 27 juillet 1886.
  • 40 AM de Troyes, 1R286, l’inspecteur d’académie au maire, 9 octobre 1894.

13Dans un premier temps, la subvention versée par l’État n’a cessé de croître, dans la mesure où ont été accrus le personnel et le nombre d’heures proposées. Après une stabilisation de la subvention, celle-ci peut diminuer, à partir de 1889 – grâce à l’attraction des classes élémentaires. Avec la nouvelle organisation financière adoptée à partir de l’année 1882-1883, des bonis peuvent éventuellement être dégagés. Et c’est le cas cette année-là. L’État décide de l’affectation de ce boni : l’excédent sera affecté à l’achat de matériel pédagogique, en l’occurrence des tableaux d’histoire naturelle, dont l’inspecteur d’académie avait signalé l’absence37. Inversement, pour l’année scolaire 1884-1885, il apparaît en décembre que le montant des rétributions sera moindre que prévu. Aussi l’État décide-t-il de diminuer les frais parmi les dépenses qui ne sont pas incompressibles, distribution des prix et menus frais. Mais la rétribution est encore moins forte que prévue. Un déficit de 260 francs apparaît dans l’état des dépenses. Le cas n’a pas été prévu. La municipalité décide de couvrir le déficit mais elle fait savoir qu’elle hésite à poursuivre ses subventions aux cours secondaires et parle de créer à la place une école ménagère38. Une nouvelle réorganisation des cours est alors opérée, mais le ministère prévient qu’à l’avenir, en cas de nouveau déficit, la charge en sera supportée par la ville ; il précise aussi qu’à l’inverse, en cas de boni, la somme sera consacrée à l’achat de matériel. Cette règle se rapproche de celle en vigueur pour le budget des collèges municipaux. Finalement les cours ne sont pas supprimés, la municipalité envisage au contraire leur déplacement dans un local plus vaste, plus conforme à l’objectif de trois niveaux de cours. Ce déménagement ne se fait finalement pas à cette date, mais la ville éponge encore le déficit l’année suivante39. En 1886-1887, un boni est de nouveau dégagé, ce qui sera le cas sauf en 1891-1892 et 1896-1897, jusqu’à l’année 1898-1899, date du dernier budget des cours secondaires dont on ait retrouvé les archives. À partir du budget 1893-1894, les bonis, décide le ministère, ne sont plus consacrés à l’achat de matériel, mais servent à réduire les subventions de la ville et de l’État40 : l’État estime-t-il les cours secondaires suffisamment équipés ou bien se montre-t-il moins généreux que lors de la période ferryste ?

Le rôle de l’État dans le financement des cours secondaires

  • 41 Archives nationales, F17 8762, extrait des délibérations du conseil municipal du 20 février 1880.
  • 42 AM de Troyes, 1R288, le 14 avril 1880.
  • 43 Archives nationales, F17 8762, L’Aube, Journal républicain, 1er octobre 1884.

14L’État se montre de plus en plus directif. Il s’agit pourtant, au départ, de cours municipaux : encore en 1907, la circulaire du 18 janvier rappellera que les cours secondaires ne sont pas prévus dans la loi Camille Sée et que ce sont « des établissements municipaux subventionnés par l’État ». De fait, selon les délibérations du conseil municipal, en février 1880, les cours seront organisés « par les soins de l’autorité municipale, de concert avec l’autorité académique et les professeurs dont elle aura à solliciter le concours41 ». D’ailleurs, au début, les professeurs envoient le programme de leurs leçons au maire, pour approbation42. Cependant, à l’occasion de la réorganisation prévue pour la rentrée 1884, il est précisé que « les professeurs se conformeront au plan d’étude officiel, et feront de véritables classes sous le contrôle de l’autorité académique43 ». À cette prise en main pédagogique correspond un contrôle financier de plus en plus étroit de la part de l’autorité centrale. La circulaire du 18 janvier 1907 prétendra d’ailleurs aussi, que, de façon générale, les cours secondaires « n’ont d’autre garantie d’existence légale que celle que leur confère, chaque année, l’inscription d’un crédit au budget du ministère de l’Instruction publique ».

15À vrai dire, l’État semble d’emblée le maître du jeu. La prise en charge financière n’est pas l’objet d’une négociation avec les autorités municipales. L’État précise ce qu’il paiera sans qu’il soit question de discuter sa part. Après tout, il pourrait ne pas fournir de subvention à une institution municipale, semble-t-il dire. Pour autant, à partir du moment où il prend en main le contrôle pédagogique des cours, il ne négocie pas plus, au contraire, c’est lui qui arrête le budget chaque année et l’inspecteur d’académie est chargé d’en informer le maire. À partir de 1887-1888, le ministère établit un budget à l’automne et en arrête les comptes administratifs de l’année écoulée à l’automne suivant. Le 26 octobre 1890, une circulaire du directeur de l’Enseignement secondaire, Élie Rabier, consacre cette prise de contrôle pour l’ensemble des cours secondaires de jeunes filles, en édictant que les directrices des cours devront adresser à son administration le compte des dépenses et des recettes effectuées pendant l’année écoulée, avec le relevé de la population scolaire mois par mois. Dans ces conditions, la marge d’autonomie qui était au départ laissée aux acteurs locaux, municipalité et inspection d’académie, tend à disparaître. Lors de la période de fondation, c’est l’inspecteur d’académie qui, en pratique, fixe le traitement des professeurs, l’administration centrale approuvant a posteriori. Lorsqu’en 1883 sont introduites les langues vivantes, c’est l’inspecteur d’académie qui prend l’initiative de proposer deux langues. Cependant, dès cette époque, son rôle est essentiellement d’appliquer la directive générale du ministère : développer les cours pour qu’ils soient viables. Quant à la municipalité, elle subit les remontrances du ministère, qui déplore que le local offert pour les cours soit trop étroit et situé dans un quartier qui n’est pas de nature à attirer la clientèle bourgeoise.

  • 44 AM de Troyes, 1R285, copie d’une dépêche du ministre à l’inspecteur d’académie du 22 juin 1880.
  • 45 Archives nationales, F17 8762, le ministre au recteur, 20 janvier 1881.
  • 46 AM de Troyes, 1R286, dépêche ministérielle du 2 décembre 1886.

16Par ailleurs, l’État contrôle étroitement l’usage des fonds qu’il alloue pour l’achat de matériel. Il ne s’est pas borné, en effet, à subventionner les dépenses de fonctionnement, mais a participé aux dépenses d’investissement. En juin 1880, le ministre fait ainsi savoir qu’il serait disposé à verser 1 650 francs pour l’achat de matériel d’enseignement. Mais il impose deux conditions : en préalable connaître en détail l’emploi qu’il serait fait de cette allocation ; que le conseil municipal s’engage parallèlement à acheter pour 1 965 francs de mobilier scolaire44. Autrement dit, l’État veut bien payer si la municipalité investit de son côté ; et à vrai dire, il demande à chaque fois un investissement supérieur de la part de la municipalité. Il en va de même pour les dépenses d’appropriation des locaux. Par ailleurs, son contrôle est vigilant : lorsqu’en janvier 1881 il apprend que le matériel d’enseignement a été acheté sans que la liste lui ait été présentée au préalable, il écrit : « Si ces acquisitions étaient réellement effectuées, l’État n’aurait pas à y participer45. » En 1886, le ministère manifeste de nouveau son mécontentement quand, dans l’état des recettes et des dépenses de l’année passée, n’apparaissent pas des dépenses qui avaient été prévues dans le budget prévisionnel (produits chimiques pour les expériences, distribution des prix) : où est passé l’argent ? En outre, aucun détail n’apparaît dans le poste « fournitures et travaux ». Le budget pour l’année en cours sera établi seulement « quand ces mystères auront été élucidés », menace-t-il46. Quant au matériel qui est acheté à partir des fonds de l’État, il est toujours précisé qu’en cas de disparition des cours secondaires, il reviendra au lycée de la ville : autrement dit, si on devait parler, au sujet des cours secondaires, de mariage entre la ville et l’État, ce serait d’un mariage avec contrat.

  • 47 AM de Troyes, 1R285, sans date.

17Au demeurant, quand l’État juge que le contrat n’est pas respecté, il se retire. En 1888, après avoir appris que les cours de dessin donnés dans le local municipal ne servent pas seulement aux cours secondaires et que les élèves y sont mélangées avec d’autres, il retire sa subvention47. Les élèves des cours secondaires iront donc désormais dans un cours de dessin municipal, qui ne sera plus un cours secondaire transplanté dans un local municipal.

  • 48 Archives nationales, F17 8762, le ministre au recteur, 18 décembre 1880.
  • 49 Ibid., l’inspecteur d’académie au recteur, 11 novembre 1880.
  • 50 Ibid., le ministre au recteur, 2 février 1880.
  • 51 Jean-François Condette, Les recteurs d’académie en France de 1808 à 1940, t. III : Le recteur, l’É (...)
  • 52 AM de Troyes, 1R286, dépêche ministérielle du 2 décembre 1886.
  • 53 Archives nationales, F17 8762, le recteur au ministre, 15 décembre 1886.
  • 54 AM de Troyes, 1R288, le préparateur au maire, 1er février 1888.

18À vrai dire, le contrôle vigilant de l’administration centrale n’est pas inutile. Car l’administration locale pourrait chercher à l’abuser pour la faire dépenser plus. En décembre 1880, l’administration centrale s’aperçoit que le recteur a établi un budget pour huit mois, alors que les cours ne durent alors que sept mois. Il faut donc rectifier les salaires prévus48. En novembre 1881, pour justifier la séparation des cours en deux années, l’inspecteur d’académie fait état de 59 inscriptions, alors que ce chiffre correspond aux inscriptions de l’année passée ajoutées aux inscriptions de l’année présente. Par ailleurs, il établit le budget total des cours et réclame au ministère la moitié de la somme, alors que l’État ne s’était engagé à financier que la moitié des traitements49. « Il n’y a pas lieu de le faire contribuer, doit rappeler le ministre en février, aux dépenses diverses qui restent à la charge exclusive de la Ville50. » Ces erreurs de l’administration locale suggèrent que celle-ci, comme l’a montré Jean-François Condette à propos des recteurs51, n’est pas seulement le porte-voix du ministère : elle se donne aussi pour tâche de chercher à accroître les subventions de l’État pour développer les institutions locales d’enseignement. Le contrôle de l’État peut cependant devenir tatillon. Il avait au départ accepté de contribuer au financement de l’indemnité du préparateur de physique. Par la suite, quand a été établie une rubrique « dépenses de personnel », l’indemnité versée à ce préparateur a toutefois figuré dans les frais des cours de chimie. En 1886, une rubrique consacrée au préparateur apparaît de nouveau dans l’état des recettes et des dépenses. Le ministère s’en étonne et trouve de surcroît l’indemnité de 200 francs excessive52. Le recteur a beau faire valoir que le préparateur a effectué 280 heures, soit une rémunération de moins de 75 centimes de l’heure53, l’État manifeste son mécontentement en diminuant par deux l’indemnité. L’intéressé n’est pas mis au courant et ne s’en aperçoit qu’au moment de recevoir son indemnité, soit plus d’un an plus tard. Il démissionne alors, en disant refuser une « pareille crasse » (sic)54.

Le fonctionnement budgétaire du collège de jeunes filles

  • 55 AM de Troyes, 1R300.

19Le fonctionnement budgétaire des collèges municipaux s’inscrit pour sa part dans un cadre réglementaire, qui fixe les grands axes des contrats décennaux. Le traité constitutif de décembre 1904 entre l’État et la ville de Troyes fixe les tarifs payés par les élèves, détermine les exemptions de frais d’études et établit le traitement de base du personnel enseignant. Il détermine la subvention qui sera versée à égalité par la ville et par l’État pour les frais initiaux concernant le matériel d’enseignement. Il fixe toutes les dépenses auxquelles la municipalité, qui tient le collège en régie directe, devra obligatoirement faire face, des frais de personnel jusqu’à l’entretien des locaux, en passant par le chauffage et l’éclairage, les frais de correspondance, la distribution des prix, etc. De son côté, l’État s’engage à verser d’une part le complément de traitements des professeurs, de la directrice et des maîtresses surveillantes ; d’autre part, il versera une subvention fixe de 7 700 francs au titre de la part contributive de l’État dans le déficit d’exploitation du collège externat. La ville versera la même subvention, mais sera responsable pécuniairement du déficit éventuel de la gestion du collège. Les bonis éventuels serviront soit à couvrir les déficits des autres années, soit, après entente entre la ville et le ministre, à créer des enseignements nouveaux appropriés aux besoins de la région ou à développer des cours organisés au collège ; ils pourront aussi servir à créer de nouveaux emplois ou à augmenter les émoluments des fonctionnaires et agents du collège, ou bien encore à compléter le matériel d’enseignement ou le mobilier de l’externat55. Cette gestion des bonis montre bien la part d’autonomie des établissements. Le caractère fixe des sommes, par ailleurs, s’inscrit dans une époque où l’on considère la monnaie comme stable.

20Il a toutefois fallu une semonce de la Cour des Comptes pour que la ville respecte ses engagements. En effet, les deux premières années, alors que l’État versait sa part de subvention fixe, la ville ne versait rien, épongeant certes le déficit, mais empêchant la constitution de bonis. Aussi la Cour des Comptes adresse-t-elle une réclamation au sujet des dettes de la ville. La ville se défend en invoquant le fait que les comptes des cours secondaires sont arrêtés pour l’année scolaire, alors que la comptabilité municipale est arrêtée pour l’année civile (de fait, une circulaire en date du 11 novembre 1907 harmonisera la situation).

  • 56 Françoise Mayeur, L’enseignement secondaire des jeunes filles sous la IIIeRépublique, op. cit., p. (...)

21Dans les années qui suivent, la situation se régularise. Chaque année est établi un budget primitif, puis un budget complémentaire, avant que ne soit effectué le bilan des comptes administratifs. Par rapport aux cours secondaires, le fonctionnement financier s’est complexifié avec l’ajout du budget complémentaire. En 1908, selon le budget primitif, il est prévu que l’État verse 7 700 francs de subvention fixe et 1 900 francs de subvention variable, soit 9 600 francs pour un total de recettes de 35 900 francs. La part de l’État s’établit donc à un quart du budget, soit moins qu’à l’époque des cours secondaires, mais plus en valeur absolue. En outre, il faudrait ajouter la partie complémentaire des traitements versés par l’État. Le collège coûte donc plus cher à l’État. Comme l’écrit Françoise Mayeur, les cours secondaires « offrent une solution peu onéreuse56 » ; la transformation en collège est un investissement. On comprend pourquoi cette transformation a traîné à Troyes ; dans la mesure où jusqu’en 1903 le local était insuffisant, les cours menaçaient de péricliter, comme ils ont parfois périclité ailleurs. Aussi l’État ne pouvait-il s’engager. C’est le déménagement des cours en 1903 qui a permis d’envisager la transformation en collège. L’État, toutefois, estime que les nouveaux locaux sont encore insuffisants et il a fait inscrire dans le traité constitutif qu’il sera procédé à l’achat d’autres locaux.

Le poids des dépenses salariales

22Si le budget du collège est trois fois supérieur au maximum atteint par celui des cours secondaires, c’est essentiellement en raison du coût bien supérieur des frais de personnel. Sans compter même les compléments de traitement versés par l’État pour les promotions, les traitements de base atteignent 23 000 francs, alors que, pour les cours secondaires, le total des traitements s’établissait à 10 700 francs, à la fin du XIXe siècle. Il est vrai que le corps enseignant des cours secondaires n’était alors composé, si l’on excepte la directrice, une institutrice et la surveillante, que des professeurs du lycée de garçons pour lesquels il s’agissait d’un cumul de service, tandis que les professeurs du collège – désormais des femmes – reçoivent un traitement complet. Pour l’enseignement des lettres, des sciences et des langues vivantes, le coût double, passant de 5 500 francs à 10 000 francs (si l’on s’en tient au traitement de base). En outre, le personnel est devenu plus nombreux, avec trois institutrices primaires pour chacune des classes, deux maîtresses surveillantes et un professeur de dessin. Cependant, en proportion, le poids des dépenses de personnel n’a pas augmenté. Pour les cours secondaires, il n’a jamais été inférieur à 90 % des dépenses.

Tableau XVII. – Proportion des salaires dans les dépenses des cours féminins de Troyes.

23Pour le collège, les dépenses de salaire s’établissent à 82 % des dépenses obligatoires, hors compléments de traitements, ce qui revient à un poids similaire. Une différence existe cependant dans l’établissement des traitements. Pour le personnel du collège, les traitements de base sont conformes au décret du 13 septembre 1883. Pour le personnel des cours secondaires, il rentre une part d’improvisation et de pragmatisme.

  • 57 Archives nationales, F17 8762, le recteur au ministre, 20 février 1883.
  • 58 Ibid., le ministre au recteur, 2 mars 1883.
  • 59 Françoise Mayeur, L’enseignement secondaire des jeunes filles sous la IIIeRépublique, op. cit., p. (...)
  • 60 AM de Troyes, 1R288, note de la directrice, 21 décembre 1895.
  • 61 Ibid., l’inspecteur d’académie au maire, 30 novembre 1895.
  • 62 Ibid., dépêche du ministre du 26 mars 1896.
  • 63 Ibid., l’inspecteur d’académie au maire, 10 septembre 1898.

24En 1882, on décide de recruter une directrice. Or, au même moment est décidée la mise en place d’un cours de morale. La municipalité a finalement accepté cette leçon, à condition que son intitulé soit « morale et économie domestique ». Mais comme c’est le professeur de philosophie du lycée qui assurera cet enseignement de morale et que l’économie domestique n’entre pas dans ses compétences, on décide que la directrice assurera l’enseignement d’économie domestique, qui sera compris dans son service. Comme l’écrit le recteur, tout le temps de la directrice « ne se passera pas à diriger », et elle pourra donc donner cet enseignement « sans rétribution spéciale57 ». Et finalement, pour mettre en œuvre la réorganisation des enseignements, on décide que la directrice devra neuf heures hebdomadaires d’enseignement, en langue française, calcul et géométrie, écriture, économie domestique et travaux à l’aiguille58. Ainsi son service est-il établi de façon pragmatique en fonction des besoins sans que l’on envisage de moduler son « indemnité », qui a d’emblée été fixée à 2 400 francs par an, soit, conformément à la hiérarchie des établissements, 200 francs de moins que le traitement de base des directrices de collège. Au demeurant, la ville de Troyes se montre plutôt généreuse, car d’autres municipalités proposent aux directrices de cours secondaires des traitements deux fois plus faibles59. Cependant il s’agit d’une indemnité, si bien que la directrice ne peut bénéficier de promotions de classe comme si elle percevait un traitement. La directrice finit par s’en plaindre. Lorsqu’en 1885 elle a créé une première année secondaire, elle a pris en charge elle-même, gratuitement, la surveillance de l’étude du soir, l’autre étude étant surveillée par l’unique surveillante. Les effectifs se sont accrus, ce qui a permis à l’État de diminuer sa subvention, mais a entraîné un surcroît de charge pour la directrice sans que pour autant son indemnité ait été augmentée60. En réponse, le ministre fait savoir qu’il veut bien augmenter son indemnité de 400 francs, à condition que l’augmentation soit prise en charge uniquement par la municipalité61, qui refuse, mais propose en compensation de lui verser les 400 francs de boni62. L’année suivante, elle perçoit de même 200 francs sur le boni de 300 francs63 : forme d’intéressement qui peut stimuler, mais qui est le résultat de l’absence de promotions de classe pour une directrice de cours secondaires.

  • 64 Ibid., note de la directrice, 21 décembre 1895.

25Le flou administratif concernant ces cours désavantage également l’institutrice recrutée pour les cours élémentaires en 1888 ; elle aussi assure gratuitement la surveillance de l’étude du soir, alors que les instituteurs des écoles primaires reçoivent une indemnité pour ce genre de surveillance64. Ainsi les fonctionnaires détachés dans les cours secondaires sont-ils défavorisés par l’absence de réglementation. Peut-on parler d’exploitation ?

  • 65 Voir ses deux dossiers, Archives nationales, F17 22749 (Mlle Blet) et F17 22940 (Mme Lasnier).

26Le flou des nominations entraîne de pénibles surprises lors du départ en retraite des directrices. Mme Blet-Lasnier, ancienne institutrice, a été déléguée dans les fonctions de directrice avant la circulaire du 12 août 1885 qui réglemente les droits à la retraite pour les institutrices détachées dans les cours secondaires. En 1903, quand l’État décide de nommer une directrice agrégée, elle demande à partir à la retraite, mais en l’absence de détachement réglementaire, elle ne peut partir comme les institutrices à 55 ans après 25 ans de services ; elle relève de la loi du 9 juin 1853, qui exige 60 ans d’âge et trente ans de services. Or Mme Lasnier ne peut prétendre qu’à 29 ans de services. L’administration trouve finalement un arrangement, qui sauve la situation, mais est à la limite de l’absurdité. Maîtresse primaire au nouveau collège de jeunes filles de Troyes, Mlle Adam, qui est une ancienne élève de Mme Lasnier et lui est toute dévouée, accepte de lui céder son poste durant la période qui lui manque pour ses droits à la retraite, étant entendu qu’elle reprendra son poste sitôt celui-ci de nouveau libre (en attendant, elle est affectée dans une école primaire de Troyes). En fait, on prévoit qu’au bout de quelques mois, Mme Lasnier aura droit à un congé, qu’on renouvellera jusqu’à la retraite, si bien que Mlle Adam reprendra vite ses fonctions et que les élèves n’auront pas à souffrir de la situation imposée à une femme manifestement hors d’état d’enseigner efficacement. Nommée le 28 avril 1905 maîtresse primaire au collège de jeunes filles de Troyes, Mme Lasnier prend effectivement possession de son poste le 1er mai. Son traitement de maîtresse primaire de première classe est le même que celui qu’elle percevait dans ses fonctions précédentes. Dès le 15 juin, Mme Lasnier demande un congé ; en raison de son âge (58 ans) et de la fatigue que lui cause la direction de la classe, elle ne peut continuer son service. Comme prévu, l’administration le lui accorde avec un traitement d’inactivité de 1 200 francs qui correspond au montant de la pension de retraite qu’elle pourrait percevoir65.

27Concernant le personnel masculin, issu du lycée, les heures données aux cours secondaires de jeunes filles ne sont pas payées au même tarif selon la matière : les professeurs de lettres, de sciences et de langues vivantes sont rémunérés 250 francs de l’heure par an, le professeur de dessin 200 francs, celui de musique 150 francs et celui de gymnastique 100 francs. Cela correspond à la hiérarchie des traitements des professeurs de lycée, mais les proportions ne sont pas exactement respectées, la hiérarchie est un peu écrasée. Ne sont pas distingués, par ailleurs, agrégés et chargés de cours licenciés. Ainsi les cours secondaires sont-ils aussi de ce point de vue en dehors des règles traditionnelles.

  • 66 Archives nationales, F17 23734 (dossier personnel).
  • 67 Françoise Mayeur, L’enseignement secondaire des jeunes filles sous la IIIeRépublique, op. cit., p. (...)

28En revanche, conforme aux règles est le fait que le traitement soit lié à la fonction occupée et non au grade. Une directrice agrégée de cours secondaires n’est pas payée comme une agrégée ; elle perçoit le traitement qui a été alloué localement à la directrice. Aussi, en 1903, quand Mlle Ancel devient directrice des cours en remplacement de Mme Lasnier, elle voit son traitement diminuer de 400 francs par an par rapport à son traitement de professeur agrégé en lycée de 3e classe – et ce alors même que l’administration a accepté de porter le traitement de la directrice de 2 400 francs (traitement de Mme Lasnier) à 2 900 francs66. De même, conforme aux règles des établissements secondaires féminins, est la participation de la directrice à l’enseignement et la polyvalence du corps enseignant67. Jeanne Ancel, la première directrice du collège, enseigne la morale, la littérature, l’histoire et la géographie. Le professeur de langues vivantes enseigne également la couture. Quand est nommée, en 1908, une nouvelle directrice qui décide d’enseigner la morale et les mathématiques, les enseignements sont redistribués parmi les professeurs. On en profite pour remplacer le professeur (masculin) de gymnastique par deux des institutrices. Cette souplesse permet évidemment des économies.

Logique concurrentielle et volontarisme républicain

29Une part importante du coût de l’établissement est cependant supportée par les familles qui payent la rétribution scolaire, cet enseignement secondaire féminin étant bien évidemment payant. De nombreuses familles espèrent alors un enseignement qui permette à leur fille d’accéder à certains métiers alors que la commune soutient aussi le dispositif pour des raisons politiques, espérant réduire l’influence des congrégations sur l’éducation des filles.

Attentes du public et concurrence

30Les premières années, la rétribution obtenue ne permet même pas de payer les frais divers, hors frais de personnel. Ensuite, sa croissance permet de couvrir une partie des frais de personnel. La part de la rétribution dans les recettes des cours secondaires reste minoritaire, mais atteint plus d’un tiers.

Tableau XVIII. – Part de la rétribution scolaire dans les recettes.

  • 68 Annuaire de l’Aube, 1880, p. 266.
  • 69 Françoise Mayeur, L’enseignement secondaire des jeunes filles sous la IIIeRépublique, op. cit., p. (...)

31À partir du moment où les cours secondaires ont trouvé leur vitesse de croisière, plus du tiers du coût des cours secondaires est donc supporté par les élèves. Pour en arriver là, il a toutefois fallu développer les cours, et l’État a poussé à la création de nouveaux cours pour attirer une plus large clientèle, suggérant qu’il faut savoir investir, quand on veut survivre dans une situation de concurrence. Les cours secondaires municipaux ont en effet à faire face à une importance concurrence : en 1880, lors de l’ouverture, il existe douze maisons d’éducation de demoiselles à Troyes, sept tenues par des particuliers, cinq par des congrégations (Visitation, Sacré-Cœur, Ursulines et Providence, qui tient deux maisons)68. Certes, des élèves de ces maisons viennent aux cours secondaires, et parmi elles des jeunes filles des maisons religieuses ; ce qui suggère que les préventions sont en partie tombées ; néanmoins certaines maisons exercent une concurrence dans la préparation aux brevets de l’enseignement primaire. Aussi le public détermine-t-il en partie le contenu des cours. L’État cherche à rapprocher les contenus des cours de ceux des établissements secondaires féminins, quand la directrice, consciente que la clientèle ne relève pas de la bourgeoisie, cherche à mettre en place une section pour le brevet élémentaire, une autre pour le brevet supérieur. À vrai dire, cette situation est le lot commun des cours secondaires : comme l’écrit Françoise Mayeur, « les cours secondaires, tout au long de leur existence, souffriront d’une contradiction entre les exigences de la direction de l’Enseignement secondaire et le vœu des parents69 ». Cette ambiguïté perdure avec la transformation en collège, qui ne parvient pas à attirer les jeunes filles de la bourgeoisie troyenne. Dans ses souvenirs, Marthe Oudinot écrit, à propos du collège, qu’elle a fréquenté de 1909 à 1912 :

  • 70 Marthe Oudinot, « Souvenirs inédits », Musée aubois d’histoire de l’éducation.

« Cette maison d’enseignement secondaire unique dans la région [...] menaçait de faire concurrence à un enseignement privé florissant et bourgeois. Les élèves du collège, en effet, n’appartenaient pas à des classes sociales élevées : filles de fonctionnaires, de commerçants, d’employés. Pendant longtemps, et à tort, je ne saurais trop l’affirmer, les collégiennes eurent la réputation de jeunes filles mal élevées. Ce qui ne les empêcha pas, au fil des années, de remporter beaucoup de succès aux examens. [...] Avant 1914, il y avait à Troyes un certain nombre de couches sociales, qui devaient avoir chacune, en ce qui concerne l’éducation des filles, un établissement particulier. Il y avait une pension rue Thiers, qui devait être le summum, puis venait, je crois, le cours de la rue du Temple, ensuite, deux pensions, l’une proche de la gare, l’autre d’abord rue de Paris, puis rue de la Paix. [...] Peut-être d’autres établissements religieux assumaient-ils l’instruction patricienne à Troyes. Ensuite venait l’enseignement laïc. L’école laïque sonnait probablement mal aux oreilles de beaucoup de gens70. »

  • 71 AM de Troyes, 1R321.

32Moins bourgeois qu’attendu, le public est loin de rechercher toujours un enseignement désintéressé. Le rapport sur les comptes administratifs de 1908 explique la diminution des effectifs par les échecs des élèves au concours d’entrée à l’école normale ; les parents préfèrent envoyer leurs enfants dans des pensions qui ne tiennent guère à la culture générale, mais s’occupent de les faire recevoir au brevet simple71. Pour satisfaire les familles, on décide donc d’ajouter aux cours prévus par les programmes des cours spéciaux de préparation au brevet et à l’école normale. La ville, qui est responsable des déficits éventuels d’exploitation, exerce des pressions à ce sujet. De toute façon, la rétribution correspond alors à la moitié des recettes, si l’on comprend les bourses et les exemptions financées par les pouvoirs publics : on ne peut donc pas ne pas tenir compte des exigences du public.

  • 72 Archives nationales, F17 8762, l’inspecteur d’académie au recteur, 24 juillet 1884.
  • 73 AM de Troyes, 1R292, note de la directrice des cours secondaires, 29 mars 1886.
  • 74 Ibid., l’inspecteur d’académie au maire, 22 juillet 1889 : copie de la dépêche aux recteurs du 17 s (...)

33Le poids financier de la rétribution contribue à expliquer la très grande attention portée aux effectifs. Une directrice de cours secondaires ou de collège qui réussit, c’est d’abord une directrice qui maintient ou fait progresser les effectifs. Le succès est jugé aussi aux résultats aux examens. À l’époque des cours municipaux, l’État lui-même est attentif au taux de réussite aux brevets de l’enseignement primaire. De ce point de vue apparaît presque un objectif de rentabilité. En 1884, la directrice admet que « les cours ne rendent pas des services en rapport avec les sacrifices consentis par l’État et la ville pour leur entretien72 ». Elle doit faire face, en outre, à la comparaison avec les succès de l’école normale au brevet supérieur. La directrice, toutefois, sait aussi défendre les cours : pour elle, leur rentabilité est évidente, si on compare avec celle de l’école normale ; certes, la rétribution est loin de payer les frais des cours, « mais en cela l’institution est dans le même cas que tous les autres établissements d’instruction publique » (l’école normale d’institutrices, par exemple, qui n’a que trente élèves, et dont le budget est de 40 000 francs)73. Dans ce contexte où il faut tenir compte de la concurrence et où sont présents des objectifs de rentabilité, on serait tenté de parler de logique libérale. On réussit ou on ferme. En 1889, le ministère demande au recteur de réserver dorénavant la subvention de l’État aux seuls cours qui ont fait preuve d’une vitalité suffisante. Ce qui revient à provoquer la fermeture des autres74. Cependant, la logique n’est pas complètement libérale, d’abord parce que l’État ne met pas en concurrence ses propres institutions (ce n’est pas normalement la vocation des cours secondaires que de préparer aux brevets de l’enseignement primaire) ; par ailleurs, les cours qu’il veut maintenir sont aussi ceux qui se sont rapprochés de la réglementation des lycées et collèges, qui ont donc préparé leur transformation. Autrement dit, la logique est aussi unificatrice, voire jacobine.

Primat du politique sur l’économique

  • 75 Archives nationales, F17 8762, le recteur au ministre, 7 décembre 1880.
  • 76 AM de Troyes, 1R292, rapport de la directrice, 19 mars 1885.
  • 77 Archives nationales, F17 8762, l’inspecteur d’académie au recteur, 24 juillet 1884.

34En fait, la question de la rentabilité n’entre pas seule en ligne de compte. La preuve en est le montant de la rétribution, inférieur à celui de l’époque de Victor Duruy et resté inchangé entre 1880 et 1905, alors que l’offre de cours s’est beaucoup développée. En décembre 1880, on envisage même un système dégressif de rétribution qui va à l’opposé de toute logique financière : cinq francs pour une élève, dix pour deux, mais neuf pour trois et dix pour quatre75. Cette aberration est vite corrigée, et par la suite on rétablit le tarif de cinq francs par mois, mais elle montre que le souci d’attirer des élèves pour contribuer au financement des cours est moins fort que le souci républicain d’attirer des élèves pour les enlever aux pensions religieuses. La directrice sait d’ailleurs jouer de cette préoccupation, qui écrit, en mars 1885 : « Si les cours étaient supprimés, la préparation au brevet supérieur appartiendrait exclusivement aux couvents et à l’école normale » (laquelle ne saurait accueillir tous les élèves...)76. Du côté de la municipalité républicaine, s’ajoute le souci de complaire aux familles, si bien que la gratuité est très facilement accordée77. La rétribution est donc très faible jusqu’à ce que l’autorité académique, à partir de la rentrée 1884-1885, se réserve le droit d’en exempter les familles selon les règles en vigueur dans l’enseignement secondaire féminin. Ainsi le souci de la rentabilité est-il contrebalancé par des motivations politiques, qu’elles soient idéologiques ou clientélistes. Par ailleurs, d’un certain point de vue, l’État profite des difficultés initiales pour imposer une extension des cours qui est aussi un moyen de se rapprocher des normes qu’il a définies pour les programmes des collèges et des lycées. Il s’agit autant d’imposer des normes que d’investir. La logique est davantage unificatrice qu’économique.

La question sociale

  • 78 AM de Troyes, 1R292, délibération du conseil municipal, 23 mars 1883.
  • 79 AN, F17 8762, l’inspecteur d’académie au recteur, 24 juillet 1885.
  • 80 Françoise Mayeur, L’enseignement secondaire des jeunes filles sous la IIIeRépublique, op. cit., p. (...)
  • 81 AM de Troyes, 1R292, l’inspecteur d’académie au maire, 5 octobre 1885.

35Il reste que, même si elle est faible, la rétribution est néanmoins trop importante pour les familles pauvres. Dans ces conditions, est-il normal que cet enseignement soit subventionné par de l’argent public ? En mars 1883, à un moment où la rétribution scolaire est inférieure au dixième des coûts, un conseiller municipal s’oppose à un nouvel accroissement des cours avec cet argument : « M. Miot dit que les élèves qui suivent les cours sont au nombre de 50 à 60, qu’en comparant le chiffre des dépenses et celui de la rétribution scolaire on est amené à les considérer comme des boursières, alors qu’elles appartiennent pour la plupart à des familles qui peuvent leur faire donner une instruction secondaire. À ce compte, il serait préférable d’employer ces dépenses à la création de bourses pour l’école normale ou ailleurs78. » En juillet 1885, l’inspecteur d’académie fait d’ailleurs savoir que la ville hésite à maintenir sa subvention aux cours secondaires car ceux-ci « ont été, dans le sein du Conseil, qualifiés, comme notre lycée, d’établissement à l’usage de la bourgeoisie, et ils ne sont pas sympathiques à la fraction la plus radicale de cette assemblée, bien qu’en réalité ils ne se recrutent point parmi les familles de la bourgeoisie aisée79 ». Par là, on voit que le désir de rallier, par l’enseignement secondaire public, les classes moyennes ou aisées à la République avait un coût important et critiquable du point de vue social. Dans d’autres villes, les radicaux proposent au reste la gratuité, refusée par l’État, afin de ne pas faire fuir les classes moyennes et de ne pas confondre enseignement primaire et enseignement secondaire80. L’inspecteur d’académie de l’Aube cherche néanmoins à répondre à la critique. Il écrit au maire de Troyes pour lui dire que « les cours ne sont pas exclusivement créés pour la bourgeoisie qui peut payer une rétribution scolaire. Il serait injuste et antidémocratique que l’argent fût une barrière insurmontable ». Et de mettre en avant les bourses pour les jeunes filles méritantes81.

  • 82 AM de Troyes, 1R322, Conseil municipal du 25 juin 1910.
  • 83 Jean-Louis Humbert, « La mise en place de l’enseignement secondaire féminin public à Troyes sous l (...)

36Cependant, en 1910, la commission des finances du conseil municipal, après avoir constaté que des élèves qui n’ont pas payé leurs frais de scolarité ont tout de même été maintenues au collège, rappelle que la gratuité n’est valable que pour le primaire et que seules doivent être admises au collège les élèves dont les parents « sont en situation de payer la rétribution scolaire82 ». Pour la municipalité, les considérations financières sont ici évidentes. Elles sont toutefois en accord avec une autre logique, sociale et politique, à laquelle tient l’État : la gratuité, en effet, ferait fuit les classes moyennes ; or le but est bien de concurrencer les maisons religieuses. Cependant, on l’a vu, la municipalité, en même temps, exerce des pressions pour que le collège prépare aux examens primaires. Elle veut donc à la fois des élèves payantes et un enseignement dont la finalité se rapproche, au moins en partie, de celle des écoles primaires supérieures. Cette ambiguïté, due à la dualité du public, n’est pas particulière à Troyes. Dans la capitale auboise, elle sera résolue en 1931, avec la création d’une école primaire supérieure annexée au lycée de jeunes filles83.

  • 84 Jean-Charles Geslot, Victor Duruy, historien et ministre (1811-1894), Villeneuve d’Ascq, Presses u (...)

37On a souvent tendance à considérer les cours secondaires qui se mettent en place à partir de 1880 dans la lignée de ceux qui s’étaient ouverts à l’époque de Victor Duruy. Les textes réglementaires eux-mêmes tendent à marquer cette continuité. Et pourtant celle-ci doit être fortement nuancée, et pas seulement à cause de l’interruption de plus de dix ans qui a caractérisé les cours dans la plupart des cas. C’est la logique qui n’est pas tout à fait la même. Victor Duruy est un libéral favorable à la concurrence. De même qu’il a cherché à instaurer la liberté de l’enseignement supérieur84, de même il ne voyait pas d’inconvénient à ce que des associations formées selon la loi du 15 mars 1850 se concurrencent dans la mise en place des cours secondaires. Il l’a affirmé précisément dans le cas troyen. Corollaire de cette concurrence : les cours devaient normalement être autosuffisants du point de vue financier. Avec les républicains, il ne saurait être question de concurrence entre plusieurs associations de professeurs, puisque les cours reçoivent cette fois une subvention de la part de l’État. Cette subvention autorise l’État à intervenir dans le fonctionnement pédagogique, qui s’inscrit davantage dans une ligne jacobine. En pratique, l’État va chercher à rapprocher les cours secondaires des établissements secondaires de jeunes filles que la loi Camille Sée a autorisés. Les cours secondaires apparaissent de ce fait comme des collèges en gestation. Le but est de rallier les classes moyennes et supérieures aux formes d’enseignement proposées par la République. C’est d’ailleurs pourquoi la rétribution scolaire est plus faible qu’à l’époque de Victor Duruy : la logique politique prime. Au total, si l’on peut parler de fonctionnement libéral pour les cours secondaires de Victor Duruy, pour ceux créés à partir de 1880 le fonctionnement s’inscrit dans une logique républicaine. Cependant, encore faut-il, comme le montre l’exemple troyen, que les conditions matérielles permettent que les cours soient vraiment organisés comme l’entend l’État, de manière à préparer la transformation en collège. Il faut en outre tenir compte des attentes du public, puisque la rétribution entre pour une part non négligeable dans le budget. Au demeurant, la relance républicaine des cours secondaires ne remet pas en cause la séparation des ordres d’enseignement et leur différenciation sociale, pas plus que ne le fera l’institution des collèges et des lycées de jeunes filles prévue par la loi Camille Sée en 1880. Car les cours secondaires, comme les collèges, sont trop coûteux pour les élèves des milieux populaires. Cependant, comme l’État tient à rallier les « nouvelles couches », ils ne sont pas assez cher pour couvrir les frais. Le déficit est donc comblé par des deniers publics, de la ville et de l’État. Ce qui revient à faire payer par l’impôt un enseignement réservé essentiellement aux couches moyennes et supérieures de la société. Il reste que semblable question se pose de nos jours pour le financement de l’enseignement supérieur...

Notes

1 Françoise Mayeur, L’éducation des filles en France au XIXe siècle, Paris, Hachette, 1979.

2 Françoise Mayeur, L’enseignement secondaire des jeunes filles sous la IIIe République, Paris, Presses de la Fondation nationale des sciences politiques, 1977, p. 145.

3 Marthe Oudinot, « Souvenirs de Mlle Jeanne Adam : les débuts de l’enseignement secondaire des jeunes filles à Troyes », Les Cahiers aubois d’histoire de l’éducation, no 7, 1984, p. 1 à 37 ; Marthe Oudinot, « Le collège de jeunes filles de Troyes de 1909 à 1915 », Les Cahiers aubois d’histoire de l’éducation, no 4, 1980, p. 7 à 29 ; Marthe Oudinot, Souvenirs inédits, Musée aubois d’histoire de l’éducation.

4 Yves Verneuil, « Les cours secondaires pour jeunes filles à Troyes sous le Second Empire, entre autorités municipales et administration bonapartiste », Revue d’histoire du XIXe siècle, no 39, 2009, 2, p. 95-111.

5 Archives nationales, F17 8754.

6 Dans la circulaire du 30 octobre 1867, le ministre préconisait une rétribution de 15 à 20 francs par mois.

7 Jean Rohr, Victor Duruy, ministre de Napoléon III. Essai sur la politique de l’Instruction publique au temps de l’Empire libéral, Paris, LGDJ, 1967, p. 133.

8 Raymond Oberlé, L’enseignement à Mulhouse de 1798 à 1870, Strasbourg, Publications de la Faculté des lettres de Strasbourg, 1961, p. 148.

9 Françoise Mayeur, L’éducation des filles..., op. cit., p. 117 et 125.

10 Archives nationales, F17 8762, lettre du recteur du 15 mars 1880.

11 Ibid., le recteur au ministre, 6 avril 1880.

12 Archives municipales de Troyes (AM), 1R292, lettre de propagande de la mairie, 20 avril 1880.

13 AM de Troyes, 1R285, le maire à l’inspecteur d’académie, 22 juin 1881.

14 Archives nationales, F17 8762, le recteur au ministre, 7 décembre 1880.

15 Ibid., 25 avril 1881.

16 Ibid., le ministre au recteur, 2 février 1882 et AM 1R292, délibération du conseil municipal, 23 mars 1883.

17 AM de Troyes, 1R292, l’inspecteur d’académie au maire, 24 octobre 1882.

18 Archives nationales, F17 8762, le recteur au ministre, 9 avril 1883. Mme Barat meurt en mars 1884 ; lui succède Marie Lasnier, auparavant professeur à l’école normale de jeunes filles (Archives nationales, F17 22749).

19 AM de Troyes, délibération du conseil municipal, 11 décembre 1882.

20 Archives nationales, F17 8762, l’inspecteur d’académie au recteur, 24 juillet 1884 ; AM de Troyes, 1R 285, le ministre au recteur (copie de la dépêche du 18 septembre 1884).

21 Ibid., F17 8762, le ministre au recteur, 18 septembre 1884.

22 AM de Troyes, 1R292, rapport de la directrice sur la situation des cours au 1er janvier 1885.

23 Ibid., la directrice à l’inspecteur d’académie, 19 mars 1885.

24 Archives nationales, F17 8762, l’inspecteur d’académie au recteur, 24 juillet 1885.

25 Ibid., le recteur au ministre, 9 novembre 1885.

26 AM de Troyes, 1R292, l’inspecteur d’académie au maire, 5 octobre 1885.

27 AM de Troyes, 1R291, Bulletin municipal de la ville de Troyes, no 41, 1er-31 octobre 1888.

28 AM de Troyes, 1R292, l’inspecteur d’académie au maire, 8 octobre 1888.

29 Marthe Oudinot, Marthe Oudinot, « Le collège de jeunes filles de Troyes de 1909 à 1915 », art. cit., p. 30.

30 AM de Troyes, 1R287, l’inspecteur d’académie au maire, 20 aout 1889.

31 AM de Troyes, 1R300.

32 AM de Troyes, 1R300.

33 Archives nationales, F17 8762, le recteur au ministre, 8 juin 1880.

34 Ibid., le ministre au recteur, 21 juin 1880.

35 Ibid., le ministre au recteur, 2 mars 1883.

36 En 1879-1880, les cours ont duré trois mois.

37 AM de Troyes, 1R285, l’inspecteur d’académie au maire, 27 décembre 1883.

38 Archives nationales, F17 8762, l’inspecteur d’académie au recteur, 24 juillet 1885.

39 Ibid., rapport de l’inspecteur d’académie, 27 juillet 1886.

40 AM de Troyes, 1R286, l’inspecteur d’académie au maire, 9 octobre 1894.

41 Archives nationales, F17 8762, extrait des délibérations du conseil municipal du 20 février 1880.

42 AM de Troyes, 1R288, le 14 avril 1880.

43 Archives nationales, F17 8762, L’Aube, Journal républicain, 1er octobre 1884.

44 AM de Troyes, 1R285, copie d’une dépêche du ministre à l’inspecteur d’académie du 22 juin 1880.

45 Archives nationales, F17 8762, le ministre au recteur, 20 janvier 1881.

46 AM de Troyes, 1R286, dépêche ministérielle du 2 décembre 1886.

47 AM de Troyes, 1R285, sans date.

48 Archives nationales, F17 8762, le ministre au recteur, 18 décembre 1880.

49 Ibid., l’inspecteur d’académie au recteur, 11 novembre 1880.

50 Ibid., le ministre au recteur, 2 février 1880.

51 Jean-François Condette, Les recteurs d’académie en France de 1808 à 1940, t. III : Le recteur, l’École, la nation, entre réalités scolaires locales et politiques éducatives nationales, Lyon, INRP, 2008.

52 AM de Troyes, 1R286, dépêche ministérielle du 2 décembre 1886.

53 Archives nationales, F17 8762, le recteur au ministre, 15 décembre 1886.

54 AM de Troyes, 1R288, le préparateur au maire, 1er février 1888.

55 AM de Troyes, 1R300.

56 Françoise Mayeur, L’enseignement secondaire des jeunes filles sous la IIIe République, op. cit., p. 146.

57 Archives nationales, F17 8762, le recteur au ministre, 20 février 1883.

58 Ibid., le ministre au recteur, 2 mars 1883.

59 Françoise Mayeur, L’enseignement secondaire des jeunes filles sous la IIIe République, op. cit., p. 323.

60 AM de Troyes, 1R288, note de la directrice, 21 décembre 1895.

61 Ibid., l’inspecteur d’académie au maire, 30 novembre 1895.

62 Ibid., dépêche du ministre du 26 mars 1896.

63 Ibid., l’inspecteur d’académie au maire, 10 septembre 1898.

64 Ibid., note de la directrice, 21 décembre 1895.

65 Voir ses deux dossiers, Archives nationales, F17 22749 (Mlle Blet) et F17 22940 (Mme Lasnier).

66 Archives nationales, F17 23734 (dossier personnel).

67 Françoise Mayeur, L’enseignement secondaire des jeunes filles sous la IIIe République, op. cit., p. 321.

68 Annuaire de l’Aube, 1880, p. 266.

69 Françoise Mayeur, L’enseignement secondaire des jeunes filles sous la IIIe République, op. cit., p. 148.

70 Marthe Oudinot, « Souvenirs inédits », Musée aubois d’histoire de l’éducation.

71 AM de Troyes, 1R321.

72 Archives nationales, F17 8762, l’inspecteur d’académie au recteur, 24 juillet 1884.

73 AM de Troyes, 1R292, note de la directrice des cours secondaires, 29 mars 1886.

74 Ibid., l’inspecteur d’académie au maire, 22 juillet 1889 : copie de la dépêche aux recteurs du 17 septembre 1889.

75 Archives nationales, F17 8762, le recteur au ministre, 7 décembre 1880.

76 AM de Troyes, 1R292, rapport de la directrice, 19 mars 1885.

77 Archives nationales, F17 8762, l’inspecteur d’académie au recteur, 24 juillet 1884.

78 AM de Troyes, 1R292, délibération du conseil municipal, 23 mars 1883.

79 AN, F17 8762, l’inspecteur d’académie au recteur, 24 juillet 1885.

80 Françoise Mayeur, L’enseignement secondaire des jeunes filles sous la IIIe République, op. cit., p. 147-152.

81 AM de Troyes, 1R292, l’inspecteur d’académie au maire, 5 octobre 1885.

82 AM de Troyes, 1R322, Conseil municipal du 25 juin 1910.

83 Jean-Louis Humbert, « La mise en place de l’enseignement secondaire féminin public à Troyes sous la IIIe République », dans Yves Verneuil (coord.), Enseignement secondaire féminin et identité féminine enseignante : hommage à Françoise Mayeur, Reims, SCEREN-CRDP, 2009, p. 67.

84 Jean-Charles Geslot, Victor Duruy, historien et ministre (1811-1894), Villeneuve d’Ascq, Presses universitaires du Septentrion, 2009, p. 166.

Table des illustrations

Légende Tableau XVI. – Subventions de l’État (en francs) pour le cours secondaire de jeunes filles36.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/113726/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 116k
Légende Tableau XVII. – Proportion des salaires dans les dépenses des cours féminins de Troyes.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/113726/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 95k
Légende Tableau XVIII. – Part de la rétribution scolaire dans les recettes.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/113726/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 69k

© Presses universitaires de Rennes, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540