Version classiqueVersion mobile

Le coût des études

 | 
Jean-François Condette

Première partie. Le financement des institutions éducatives : des modalités évolutives et des combinaisons complexes

Les budgets des établissements d’enseignement technique sous la IIIe République (1870-1940)

Gérard Bodé

Texte intégral

  • 1 Alain Carry, Le Compte satellite rétrospectif de l’éducation en France (1820-1996), Paris, Les Pre (...)
  • 2 Antoine Prost, « Pour une histoire « par en bas » de la scolarité républicaine ». Histoire de l’éd (...)
  • 3 Marc Suteau, Une ville et ses écoles. Nantes, 1830-1940, Rennes, Presses universitaires de Rennes, (...)

1L’histoire du financement de l’enseignement technique peut être abordée selon diverses approches. « Par le haut », l’examen des budgets de l’État, en comparant les masses financières dévolues aux divers ordres d’enseignement, participe de l’histoire officielle et institutionnelle de l’enseignement technique. Il s’agit, par exemple, de la démarche prônée par Alain Carry dans son ouvrage sur les comptes rétrospectifs de l’éducation en France1. « Par en bas », pour reprendre une expression popularisée par Antoine Prost2, l’attention est surtout portée sur l’échelon local, soit en choisissant un acteur institutionnel comme la commune ainsi que l’a fort bien illustré la belle étude de Marc Suteau sur la politique scolaire de la ville de Nantes3, soit en s’attachant à des études de cas minutieuses dont les conclusions peuvent éventuellement être étendues à l’ensemble de l’enseignement technique. L’approche ici retenue est en quelque sorte intermédiaire, à savoir rester dans l’histoire par en bas, au niveau de l’établissement scolaire, tout en ne privilégiant pas l’étude de cas. Pour cela, nous avons recensé les budgets de divers établissements scolaires délivrant un enseignement technique (une trentaine environ) pour les comparer en espérant pouvoir en dégager des grandes lignes susceptibles de mettre en lumière la spécificité de l’enseignement technique, ou, pour le dire autrement, pour voir comment cette spécificité est financée. Par spécificité, nous entendons ici la présence d’ateliers, de matériel, de fournitures destinées à l’enseignement pratique des élèves, autant d’éléments qui distinguent ces écoles de l’enseignement « général ». Nous avons cependant restreint cette approche à l’enseignement technique médian, en éliminant donc l’enseignement technique supérieur, y compris les écoles supérieures de commerce, ainsi que les cours du soir qui, le plus souvent, ne disposent pas d’ateliers et encore moins, par définition, de structure fixe (bâtiments propres, cursus pluriannuels, cohortes stables d’élèves, etc.). Pour ne pas nous limiter au seul enseignement industriel et commercial (souvent considéré comme synonyme d’enseignement technique dans l’acception étroite de cette notion), nous avons cependant étendu cette approche à l’enseignement agricole. Les exemples cités ici ont été tirés du corpus de notices d’établissements élaboré depuis de nombreuses années par l’équipe du Service d’histoire de l’éducation de l’Institut national de recherche pédagogique, mais seuls ont pu être retenus ceux dont les indications sur le financement sont suffisamment abondantes ou parlantes.

Les budgets : une source difficile à manier pour l’historien

2La nature de la documentation fixe aussi les limites de toute étude. Les budgets sont des documents prévisionnels qui annoncent les recettes et les dépenses pour l’année à venir. Dans quelques cas, nous disposons aussi des comptes de gestion ou d’administration établis à la fin de l’exercice budgétaire et qui donnent le détail réel des dépenses et des recettes. Si les deux types de sources ne se recoupent pas, on constate néanmoins que, dans leurs grandes lignes, les orientations comptables demeurent proches. Ils diffèrent surtout par le fait que les budgets doivent nécessairement être équilibrés (autant de dépenses que de recettes), principe que les comptes de gestion ne respectent pas puisqu’ils reproduisent les opérations réellement effectuées. En lieu et place de comptes équilibrés, on peut rencontrer ici, un reliquat (c’est plutôt rare sauf pour les écoles privées), ou un déficit qu’il conviendra d’éponger durant l’exercice suivant. Un problème majeur est posé par l’hétérogénéité des documents. Certains budgets, surtout à partir de l’entre-deux-guerres quand les procédures sont de plus en plus normalisées et que les chefs d’établissements doivent se contenter de remplir des formulaires pré-imprimés, sont très détaillés, alors que d’autres sont composés de grandes rubriques. Le handicap principal résulte de l’absence de séries complètes. Si pour certains établissements, comme l’école pratique de commerce et d’industrie (EPCI) de Périgueux ou l’école de dessin de Brive, il est possible de disposer de renseignements pour plusieurs décennies, ailleurs on ne dispose que de l’une ou l’autre année et pas toujours complète. Dans certains cas, seul le tableau des dépenses est conservé ; ailleurs c’est celui des recettes.

3La composition des budgets eux-mêmes n’est pas plus homogène. Quand un établissement public, comme une école pratique de commerce et d’industrie, reçoit des subventions d’État pour une finalité précise, à savoir payer les traitements du personnel enseignant, il arrive que la mention de cette subvention manque dans le tableau des recettes et que celle des traitements ne figure pas dans le tableau des dépenses. De ce fait, calculer les proportions de recettes et de dépenses selon les différentes catégories devient difficile, voire impossible. Dernier souci enfin : les budgets et comptes concernent généralement le fonctionnement. De ce fait, tenter de comprendre ce que représente la part des ateliers et des machines dans les finances d’un établissement n’est pas aisé, car ceux-ci figurent dans le budget d’investissement. Or, la construction des ateliers, le renouvellement des machines, l’acquisition d’un nouvel outillage, ne s’effectuent pas chaque année. Certes, les archives le signalent, mais de façon impressionniste, au détour d’un arrêté de dévolution de crédits ou dans la correspondance administrative. Sans oublier que très souvent, les subventions sont accordées par tranches trimestrielles, notamment pour les travaux, conditionnés par le respect du cahier des charges. Il convient donc de les recalculer, ce qui n’est pas toujours possible à cause des lacunes des archives.

4Nous ne donnerons donc pas de chiffres bruts de recettes et de dépenses mais nous nous attacherons à calculer les pourcentages. Trois raisons à cela : d’abord parce que l’objectif est justement de déterminer des rapports et des proportions entre les diverses catégories de financement pour tenter de voir quels sont les postes budgétaires les plus importants, ce qui peut être un indicateur de la politique scolaire ; ensuite parce que tous les établissements ne sont pas de même taille ; enfin, pour la période de l’entre-deux-guerres, la forte inflation rend très difficile l’étude de l’évolution de ces budgets sur la longue durée. Voir la somme augmenter au cours des années n’a de sens que si l’on effectue une péréquation tenant compte de cette inflation. Pour toutes ces raisons, nous sommes étroitement tributaire de la qualité des renseignements conservés. Sur la base des documents exploités à ce jour, il ne nous a pas été possible de composer des séries homogènes d’établissements au statut identique. Or, il semblait important de travailler à la fois sur des établissements publics et privés, tout autant que sur des écoles de filles que de garçons. Le résultat est inévitablement déséquilibré : il y a plus d’écoles publiques que d’écoles privées, bien plus d’écoles de garçons que d’écoles de filles. Il nous été possible de reconstituer plusieurs tableaux des recettes et des dépenses d’un certain nombre d’établissements techniques pour la IIIe République. Pour ces tableaux, les budgets utilisés ont été classés par ordre chronologique, mais comme divers budgets proviennent d’un même établissement, la seconde ligne des tableaux indique l’établissement concerné. N’ont pas été inclus dans ces tableaux, les budgets des écoles nationales, telles que les écoles nationales professionnelles (ENP) ou les écoles nationales d’horlogerie, dont la situation financière, en raison de leur statut d’établissement national, semble moins problématique. Nous nous arrêterons donc tout d’abord sur qui paye pour ensuite analyser ce que l’on paye avant d’aborder la question des stratégies d’établissements.

Qui paye ? La pluralité des financeurs des établissements techniques

5Pour l’enseignement technique et agricole, les payeurs sont bien connus. Ce qu’il importe de savoir, c’est plutôt combien ils payent, dans quelle proportion ils s’engagent pour les divers types d’établissements. Les principaux payeurs sont l’État et la commune. Accessoirement, on trouvera les départements, les chambres de commerce et d’agriculture, les familles par le biais des frais d’inscription et de la rétribution scolaire et, pour les écoles privées, les chefs d’entreprises, les églises et des particuliers. Dans certains cas, la contribution financière est inscrite dans les statuts. Ainsi, pour les écoles pratiques de commerce et d’industrie, l’État prend à sa charge les traitements du personnel enseignant et accorde à l’école une subvention annuelle correspondant à la somme des salaires. Mais il ne s’agit que du seul personnel enseignant tel qu’il est défini par l’appartenance à des corps statutaires nationaux, à savoir les professeurs, professeurs techniques ou techniques adjoints. Le personnel administratif, les contremaîtres ou maîtres ouvriers chargés des ateliers, ou le personnel de service sont à la charge de la commune. Un autre cas de figure, dans l’enseignement agricole, est celui des fermes-écoles. L’établissement scolaire est intégré dans une exploitation privée appartenant à un propriétaire, seul responsable financièrement, « à ses risques et périls » (pour reprendre l’expression figurant dans les textes). L’État peut apporter des subventions pour régler les salaires des enseignants ou pour contribuer à l’achat de matériel. Mais l’essentiel des ressources doit être tiré de l’exploitation, les élèves travaillant la terre dans le cadre de leur formation. Deux budgets séparés sont établis, un pour l’école et un pour l’exploitation, mais les frontières entre les deux ne sont pas toujours très nettes.

6À l’aide des divers budgets recensés, on peut tenter de voir quelle est la contribution proportionnelle de chaque payeur. La première série de tableaux note ainsi, successivement pour les écoles publiques, les écoles privées d’enseignement technique, industriel et commercial, puis les écoles agricoles, par ordre chronologique le pourcentage des recettes des divers partenaires, à savoir l’État, le département, la commune, la chambre de commerce, la chambre d’apprentissage, le produit de la vente d’objets fabriqués par les élèves dans le cadre de leur formation, enfin, à partir de 1925, la taxe d’apprentissage. Ce tableau est assurément critiquable au niveau de la méthode car il aligne les divers budgets annuels sans tenir compte du statut des établissements. Il est aussi faussé dans la mesure où quelques établissements, à savoir l’EPCI de Périgueux, l’école de dessin de Brive ou l’école de tonnellerie de Jarville, ont produit une série budgétaire longue, apparaissant ainsi à plusieurs reprises.

7Une première remarque s’impose à l’évidence, à savoir l’extrême discrétion des familles. Tous les établissements ne sont pas gratuits et le montant de la rétribution scolaire est bien connu tout comme le montant de la pension des internats. Mais cette recette ne figure que rarement dans les budgets de l’enseignement technique, tout au moins pas dans ceux utilisés ici. Il n’apparaît que dans un établissement d’enseignement privé, à savoir l’école de bonneterie de Troyes. L’investissement éducatif des familles est donc occulté. Cela tient en partie, mais ce n’est peut-être pas la seule explication, au fait que beaucoup d’internats sont sous la gestion privée du chef d’établissement et ne sont donc pas pris en considération dans la confection des budgets. Second constat, pour l’enseignement public commercial et industriel, sur les 33 lignes présentées dans le tableau, 17 mentionnent l’État comme le principal payeur, contre 13 pour la commune et 3 en égalité parfaite qui concernent l’école pratique d’industrie et d’artisanat rural de Souillac, dans le Lot, dont le statut prévoit que l’État et la commune contribuent à parité aux frais de fonctionnement.

8Si l’on se restreint aux seules EPCI, dans 9 lignes sur 14, l’État est le principal financeur ; la commune intervient dans 2 cas, les 3 autres concernant de nouveau l’école de Souillac. Il convient néanmoins de relativiser cette prééminence de l’État. Les 14 lignes ne représentent que 7 établissements ; il faudrait bien sûr étendre à l’ensemble des quelques 200 EPCI qui existent durant la période. Les tableaux annuels figurant dans le Bulletin de l’enseignement technique ne prennent malheureusement pas en compte les finances des établissements. Les sources locales sont aussi très lacunaires. Dans le corpus de notices d’établissements, pour de nombreuses EPCI les renseignements financiers sont déficitaires. Une autre catégorie d’écoles techniques publiques figurant sur ces tableaux, à savoir les 4 EPS présente les mêmes caractéristiques et illustre la prééminence de l’État avec 5 cas sur 7.

9Le tableau est bien plus contrasté pour les écoles d’agriculture : sur les 23 lignes du tableau, l’État est le principal financeur dans quatre cas seulement tandis que la commune n’intervient jamais. Dans 12 cas, le financement est surtout assuré par les bourses accordées aux élèves, auxquels s’ajoutent deux cas où la ligne budgétaire principale concerne les pensions. Dans deux cas, pour une seule et même école, à savoir l’Institut agricole de Valabre, ce sont les ventes des produits de l’exploitation qui financent l’essentiel. Le financement par l’État et le département s’effectue donc de façon indirecte par le biais des bourses. Si l’on examine de plus près l’école pratique d’agriculture de Plouguernével (Côtes-d’Armor), on constate que la répartition entre bourses nationales (y compris celle des Pupilles de la Nation) et départementales est à peu près égale. S’ajoute ici un phénomène particulier, à savoir l’accueil d’élèves en provenance des départements voisins qui ne disposent pas d’école pratique. En 1925 et 1926, le montant des recettes provenant de ces élèves est le double de celui des bourses accordées aux élèves du département. C’est d’ailleurs l’ouverture d’écoles pratiques dans les départements limitrophes qui va provoquer la fermeture de l’école de Plouguernével, sa principale ressource s’étant tarie.

Tableau IX. – Répartition des recettes pour quelques écoles publiques (en %).
01) Arles, École des métiers (AD des Bouches-du-Rhône, 1 T 135 ; AM d’Arles, R 99-100).
02) Brive, École de dessin (AN, F17 9257 ; AD de la Corrèze, 150 T 1, 21 W 833c).
03) Brive, École-hôtel (AD de la Corrèze 9 M 39 ; AM de Brive, non classé).
04) Dijon, EPCI (AD de la Côte-d’Or, 15 T C6 ; SM 14667, 14018, 14672 ; TT 296).
05) Marseille, EPCI de filles (AD des Bouches-du-Rhône, 1 T 152-154).
06) Montbrison, EPS de garçons (AD de la Loire, T 565).
07) Périgueux, EPCI de garçons (AD de la Dordogne, 1 T 175 et 4 T 395 à 397, 400).
08) Roanne, EPS (AD de la Loire, T 565, T 647).
09) Saint-Chamond, EPI de garçons (AD de la Loire, 76 M 125-130 ; T 647)
10) Saint-Chamond, EPS de garçons (AN, F17 11700 ; AD de la Loire, 76 M 87, T 565, T 647, 13 J 172).
11) Saint-Étienne, EPCI (AD de la Loire, T 647).
12) Saint-Étienne, EPS et professionnelle de garçons (AD de la Loire, T 565, 568).
13) Saint-Étienne, École régionale des arts industriels (AD de la Loire, 76 M 75, 79-80).
14) Souillac, EPI et d’artisanat rural (AD du Lot, 9 M 12-13, 1 N 94-95).
15) Toulon, EPS industrielle de garçons « Rouvière » (AN, F17 11703 ; AD du Var, 1 N 164-180, 3 T
13/11, 4 T 2-4, 3 Z 183 ; AM de Toulon, 1 R V 3).

Tableau X. – Répartition des recettes pour les écoles agricoles (en %).
1) Cahors, École d’agriculture d’hiver fixe (AN, F10 2654-2656, 2672-2674 ; AD du Lot, 7 M 39, 1 N 79)
2) Hyères, École pratique d’horticulture (AN, F10 2558-2560 ; AD du Var 14 M 1/1 et 14 M 2/6-7)
3) Neuvic, École pratique d’agriculture (AN, F10 2577-2578 ; AD de la Corrèze, 1 M 111, 7 M 39, 9 M 35, 39, 2 O 1227, 1246 W 1)
4) Plouguernével, École pratique d’agriculture (AN, F10 2582-2583 ; AD des Côtes-d’Armor, 7 M 69, 1 N 141-169, 4 N 129)
5) Saint-Cannat, La Montauronne (AD des Bouches-du-Rhône, XIII M 5/3-4, 1 T 134)
6) Valabre, Institut agricole (AD des Bouches-du-Rhône, 4 N 249, 0 655/2)

10Pour finir avec les recettes, jetons un regard sur les écoles privées. Dans le corpus, nous avons trouvé des indications sur les finances de six écoles privées, dont quatre (l’école d’apprentissage de la Société industrielle d’Amiens, l’école de tonnellerie de Jarville, l’école de brasserie de Nancy et l’école française de bonneterie de Troyes) ont fourni des séries de données continues.

Tableau XI. – Répartition des recettes pour les écoles privées (en %).
A) Reliquats ; B) État ; C) Département ; D) Commune ; E) Chambre de commerce ; F) Dons ; G) Revenus de l’école (capitaux, actions, loyers d’immeubles, société de soutien, etc.) ; H) Taxe d’apprentissage ; I) Vente d’objets fabriqués ; J) Droits d’inscription et autres versements des élèves ; K) Divers.
1) Amiens, École d’apprentissage de la Société industrielle d’Amiens.
2) Jarville, École de tonnellerie (AD de la Meurthe-et-Moselle, T 493).
3) Nancy, École de brasserie (AD de la Meurthe-et-Moselle, T 322, 486).
4) Saint-Étienne, École de chimie et de teinturerie (AD de la Loire, 13 J 173).
5) Saint-Étienne, École d’ourdissage (AD de la Loire, versement 123-76).
6) Troyes, École française de bonneterie (AN, F17 12342 ; AD de l’Aube, M. 2296 ; AM de Troyes, R 257).

  • 4 Ministère du Commerce et de l’Industrie, L’enseignant technique en France, Paris, Impr. nationale, (...)

11Pour l’école française de bonneterie de Troyes, il est assez étonnant de constater que la subvention accordée par l’État est assez conséquente, surtout dans les premières années entre 1890 et 1897 où elle atteint presque 25 %. C’est presque autant que celle octroyée à diverses écoles publiques communales. Il est encore plus surprenant de constater que la principale ligne budgétaire est celle du reliquat de l’année précédente, du remboursement d’arriérés et des intérêts des comptes bancaires. Pour l’école d’apprentissage de la Société industrielle d’Amiens, les budgets n’existent que pour une seule année, à savoir 1899-1900. On y remarque que la subvention publique (État, département, commune) représente plus de 53 % des recettes. S’agit-il d’année exceptionnelle avec fort soutien public ou d’une année normale, ce qui traduirait une forte implication des pouvoirs publics dans cette école privée ? Il est dommage de ne pouvoir disposer de renseignements que pour cette seule année4. En revanche, les tableaux de l’école de brasserie de Nancy ne mentionnent pour les années 1921-1930 aucune subvention publique, les recettes étant exclusivement fournies par les fonds de l’école (capitaux, loyers d’immeubles appartenant à l’établissement, apports des sociétaires, etc.), puis après 1926, par la taxe d’apprentissage. La seconde école lorraine figurant dans ces tableaux, à savoir l’école de tonnellerie de Jarville, tire l’essentiel de ses ressources de la taxe d’apprentissage. L’image présentée par ces quelques écoles privées est donc très hétéroclite. Pour mieux évaluer la situation financière de ces écoles, il paraît nécessaire de collecter plus de données, dans d’autres régions françaises. Un dernier mot sur les recettes au sujet de la taxe d’apprentissage. Instaurée en 1925 pour améliorer le financement des écoles d’enseignement technique, elle apparaît fort discrètement dans les tableaux relatifs aux écoles publiques. Elle ne dépasse les 10 % qu’à l’école des métiers d’Arles, l’EPI d’artisanat rural constituant sans doute un cas à part. En revanche, elle se retrouve à des taux exceptionnels à l’école privée d’ourdissage de Saint-Étienne où elle représente plus de 95 % des recettes ou encore dans les deux écoles de Jarville (entre 45 % et 73 % selon les années) et de Nancy (entre 64 % et 73 % à partir de 1926). Ce fort taux traduit l’implication des industriels locaux dans des formations spécialisées répondant à des demandes bien spécifiques. Mais ici encore, pour pouvoir en tirer des conclusions mieux fondées, il est nécessaire de multiplier les exemples.

12En résumé, ces quelques chiffres semblent indiquer une forte présence de l’État, y compris dans certains secteurs de l’enseignement privé. Certes, dans les études anciennes sur l’histoire de l’enseignement technique, généralement écrites dans la perspective de la politique officielle, le rôle de l’État était mis en valeur. Depuis quelques années pourtant, les études se sont multipliées pour mettre en lumière le rôle des acteurs locaux, des communes notamment. Ces quelques chiffres semblent ici rendre toute sa place à l’État comme acteur incontournable. Ils aboutissent ainsi à un résultat inverse à celui que nous espérions trouver, ce qui est certainement dû au caractère lacunaire de la documentation retenue ici et constitue une invitation à multiplier les exemples afin de produire une image plus fiable.

Que paye-t-on ? : les dépenses des établissements d’enseignement technique

13Le second volet des budgets, à savoir les dépenses, devrait permettre de répondre à une autre interrogation : que paye-t-on ? Contrairement aux enseignements secondaires « traditionnels », l’enseignement technique et agricole comprend une forte part de pratique qui nécessite des ateliers, des machines, un outillage lourd (notamment des machines à vapeur) pour l’enseignement industriel, ou encore des terrains et du cheptel pour l’enseignement agricole. Ceci implique de fortes dépenses dont une trace doit être perceptible dans les budgets. Quelle part ces dépenses occupent-elles dans le budget global, et dans quelle mesure cette proportion du budget dévolue à l’achat et à l’entretien de ce matériel traduit-elle le niveau de formation délivré ? De la même manière que pour les recettes, nous avons synthétisé les budgets en diverses grandes catégories : traitements, bourses, entretien des locaux, assurances, pensions, fournitures pour cours et matériel, distribution des prix.

14Pour l’enseignement public, l’image qui se dégage est très claire. Sauf pour une exception, à savoir l’EPI de Saint-Chamond en 1923 (dont le tableau des budgets n’est sans doute pas complet), dans toutes les colonnes le poste budgétaire le plus important des dépenses est celui des traitements. Même si l’on veut admettre que dans certains cas, les budgets ne paraissent pas complets (ceux où la part des traitements tourne autour de 90 %), il est symptomatique de noter que le traitement (tous traitements confondus, autant ceux des enseignants que ceux des autres personnels) constitue la principale dépense des établissements d’enseignement technique. Ce n’est pas vraiment une surprise.

  • 5 Emmanuel Quenson, L’École d’apprentissage Renault, 1919-1989 : un exemple d’école d’entreprise. Pa (...)

15À la seconde place (dans 30 lignes sur 42), on trouve les fournitures, matériel, machines et autres dépenses pour les cours. On note pourtant qu’en général, l’écart avec les traitements reste important. Pour évaluer correctement le coût des machines et fournitures scolaires, il faudrait procéder à une analyse plus fine et inclure les dépenses d’investissement, ce qui est délicat dans la mesure où les archives ne sont guère parlantes. C’est sans doute ici qu’une étude de cas permettrait de mieux saisir toutes les implications financières de la constitution des ateliers. Force est néanmoins de reconnaître que cet aspect est rarement abordé. Dans le remarquable travail d’Emmanuel Quenson sur l’école d’apprentissage Renault5, si l’on y trouve bien un tableau des machines des ateliers pour les années 1937-1960, l’investissement que pouvait représenter cet équipement n’est pas analysé. Il y a sans doute là un chantier à explorer même si la démonstration de ce jour en montre toutes les difficultés. On constate aussi que les écoles où les frais d’entretien des locaux occupent la seconde place sont l’école de dessin de Brive et l’école-hôtel de Brive, où cela peut se comprendre car le matériel n’est pas très lourd, ainsi que, plus étrangement, l’école pratique d’industrie de Toulon.

Tableau XII. – Répartition des dépenses pour les écoles publiques (en %).
A) Traitements ; B) Bourses ; C) Chauffage, éclairage, loyer, entretien des locaux ; D) Assurances et taxes ; E) Pensions et repas ; F) Fournitures pour cours et ateliers, bibliothèques, matières premières, force motrice ; G) Distribution des prix et récompenses aux élèves ; H) Non précisé.
1) Arles, École des métiers. 2) Brive, École de dessin. 3) Brive, École-hôtel. 4) Brive, EPCI et d’artisanat rural. 5) Lamballe, EPS de garçons (AD des Côtes-d’Armor, 1 T 262 ; 3 R 300). 6) Périgueux, EPCI. 7) Souillac, EPCI et d’artisanat rural. 8) Toulon, EPS industrielle de garçons « Rouvière ».

16Les écoles privées ne sont représentées ici que par six établissements avec des chiffres couvrant la période 1893 à 1938.

Tableau XIII. – Répartition des dépenses pour les écoles privées (en %).
A) Traitements ; B) Emprunts et frais de comptabilité ; C) Bourses ; D) Chauffage, éclairage, loyer, entretien des locaux ; E) Assurances et taxes ; F) Pensions et repas ; G) Fournitures pour cours et ateliers, bibliothèques, matières premières, force motrice ; H) Distribution des prix et récompenses aux élèves ;
I) Non précisé.
1) Amiens, École d’apprentissage de la Société industrielle d’Amiens.
2) Jarville, École de tonnellerie.
3) Perpignan, École commerciale de jeunes filles.
4) Perpignan, École Remington (AD Pyrénées-Orientales 1 T 384-385).
5) Saint-Étienne, École d’ourdissage.
6) Troyes, École française de bonneterie.

17Partout, ou presque puisque seule l’année 1936-1937 pour l’école Remington de Perpignan fait exception, le premier poste budgétaire est celui des traitements. On ne constate donc aucune différence entre écoles publiques et écoles privées. D’ailleurs, les taux sont à peu près équivalents. La différence se situe plutôt sur le second poste budgétaire qui concerne presque partout les dépenses d’entretien des locaux (chauffage, éclairage, eau, frais divers) alors que dans les écoles publiques le second poste de dépenses apparait comme plus diversifié. Seules deux écoles montrent des dépenses proportionnellement élevées pour le matériel et les fournitures, à savoir l’école de la Société industrielle d’Amiens et l’école Remington de Perpignan.

18Si l’on se tourne vers les écoles d’enseignement agricole, les traitements constituent le premier poste budgétaire dans 10 lignes sur 27. Il convient cependant de noter que seules deux écoles sont concernées, l’école d’agriculture d’hiver fixe de Cahors et l’école pratique d’horticulture et d’agriculture d’Hyères. La première école, fondée en application de la loi de 1918 qui prévoit une forte implication des pouvoirs publics, est subventionnée pour 70 % de ses recettes par l’État. La seconde école, qui fait figure d’école modèle favorisée par le ministère de l’Agriculture, touche également une importante subvention de l’État.

Tableau XIV. – Répartition des dépenses pour les écoles d’agriculture (en %).
A) Traitements ; B) Emprunts et frais de comptabilité ; C) Chauffage, éclairage et entretien des locaux ; D) Assurances et taxes ; E) Pensions et repas ; F) Fournitures pour cours ; bibliothèques ; G) Récompenses aux élèves.
1) Cahors, École d’agriculture d’hiver fixe.
2) Hyères, École pratique d’agriculture et d’horticulture.
3) Neuvic, École pratique d’agriculture et d’artisanat rural.
4) Neuvic, Ferme-école des Plaines (AN, F10 2515, 2577 ; AD de la Corrèze, 7 M 34-39).
5) Plouguernével, École pratique d’agriculture.
6) Valabre, Institut agronomique.

19Pour 15 lignes du tableau sur 27, le premier poste budgétaire est constitué par les pensions et repas pour les élèves. L’image présentée par l’enseignement agricole diffère donc complètement de celle de l’enseignement industriel et commercial. On remarquera encore, qu’à l’exception de l’Institut agronomique de Valabre, la proportion des dépenses consacrées au matériel et fournitures est assez réduite.

  • 6 Gérard Bodé, « Le ministre, le préfet et le proviseur : stratégies d’établissements, politique nat (...)

20Dans quelle mesure l’examen des budgets, donc du financement, des établissements d’enseignement technique permet-elle d’appréhender d’éventuelles stratégies de ces établissements ? Cette question est fondamentale et nous l’avons déjà en partie traité par ailleurs6. Par l’examen des programmes offerts, la présence d’ateliers, l’importance des internats (etc.), il est possible de cerner le positionnement de divers établissements sur le marché local d’offre et de demande scolaire. Dans les dépouillements d’archives, ces aspects sont souvent documentés notamment lors des discussions relatives aux budgets, en particulier dans les échanges de courriers entre les chefs d’établissements et les autorités de tutelle ou les partenaires économiques. Nous espérions donc – naïvement sans doute – qu’en recourant aux méthodes de l’histoire quantitative, il était possible d’appréhender de façon plus concrète, sous l’angle de la monnaie sonnante et trébuchante, la réalité de ces stratégies. Or, après avoir passé beaucoup de temps à dresser ces tableaux de pourcentages, en éliminant, rassemblant, triant des données hétéroclites pour en faire des indicateurs pertinents, en prenant en compte les problèmes d’ordre méthodologique que pose ce type d’enquête, nous sommes obligé de faire état d’une certaine forme de déception. L’analyse des seuls budgets ne fournit pas d’éléments pertinents pour déceler des stratégies claires. La multiplication des exemples permettrait sans doute de corriger cette image. Mais, il semble surtout nécessaire de relier ces chiffres à d’autres catégories de documents relatifs à des aspects plus spécifiques comme la gestion des internats ou la création de nouvelles filières.

21Cette tentative de juxtaposition de budgets d’un certain nombre d’écoles, choisies en fonction des données disponibles dans les sources, ne permet pas de tirer de conclusions très neuves mais souligne des aspects déjà connus, même s’ils sont relativisés par les études plus récentes, comme le rôle de l’État ou l’importance des traitements. La lacune la plus importante est la place des familles, que nous espérions pouvoir cerner par le biais de leur contribution aux études, moyennant le paiement de la rétribution scolaire. Or à l’exception d’une seule école, elle ne transparaît pas de l’examen des budgets. Sans doute faudrait-il examiner plus finement l’intitulé des divers postes budgétaires pour déterminer le plus précisément possible la nature des recettes ou des dépenses concernées. Quant à l’importance accordée aux dépenses d’équipement et d’entretien des ateliers, les budgets de fonctionnement apparaissent comme une source non fiable. Le recours à d’autres types de documents comme les budgets d’investissement déjà évoqués, mais aussi les inventaires de matériel ou les devis pour travaux, s’impose. Par la multiplication et la diversification des exemples et des études de cas, sur toute la France, par le recoupement des tableaux par établissements, ou groupes d’établissements, il doit être possible dans l’avenir d’affiner cette ébauche pour aboutir à une image plus fine, qui se situe à la croisée des réalités locales et des aspirations étatiques.

Notes

1 Alain Carry, Le Compte satellite rétrospectif de l’éducation en France (1820-1996), Paris, Les Presses de l’ISMEA, 1999.

2 Antoine Prost, « Pour une histoire « par en bas » de la scolarité républicaine ». Histoire de l’éducation, no 57, janvier 1993, p. 59-74.

3 Marc Suteau, Une ville et ses écoles. Nantes, 1830-1940, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 1999.

4 Ministère du Commerce et de l’Industrie, L’enseignant technique en France, Paris, Impr. nationale, 1900, t. V, p. 668-674.

5 Emmanuel Quenson, L’École d’apprentissage Renault, 1919-1989 : un exemple d’école d’entreprise. Paris, CNRS Éditions, 2001.

6 Gérard Bodé, « Le ministre, le préfet et le proviseur : stratégies d’établissements, politique nationale et contingences locales dans l’enseignement technique, 1800-1940 » dans Thérèse Charmasson (dir.), Formation au travail, enseignement technique et apprentissage. Paris, Éditions du CTHS, 2005, p. 17-30.

© Presses universitaires de Rennes, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search