Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le Matin (1884-1944)

 | 
Dominique Pinsolle

Troisième partie. Un pouvoir vacillant (1914-1932)

Chapitre IX. La tentation de la radicalisation

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Jusqu’à la guerre, le succès du Matin reposait sur un équilibre entre, d’une part, le respect des règles imposées par le marché et, d’autre part, l’instrumentalisation du journal à des fins politiques ou personnelles par Bunau-Varilla. Après le conflit, cet équilibre commence à être rompu. Si Le Matin conserve sa ligne clairement poincariste, il s’affirme de plus en plus comme un organe explicitement anticommuniste. Délaissant la modération politique (au moins de façade) qui l’avait rendu consensuel, Le Matin vire à droite tout en éprouvant de plus en plus de difficultés à conserver ses lecteurs. Cette nouvelle orientation politique est en grande partie imposée par le patron de la Maison rouge, dont l’influence décline en même temps que celle de son journal.

Un poincarisme à toute épreuve

L’orientation idéologique du Matin d’après-guerre s’inscrit dans la continuité de celle que Maurice Bunau-Varilla a donnée à son journal à partir de 1903. Cependant, elle devient de plus en plus expl...

© Presses universitaires de Rennes, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540