Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le Matin (1884-1944)

 | 
Dominique Pinsolle

Troisième partie. Un pouvoir vacillant (1914-1932)

Chapitre VIII. Bunau-Varilla « plane » : un patron de presse aveuglé par ses obsessions

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Maurice Bunau-Varilla a su faire preuve de pragmatisme au moment où il a hérité du Matin. Conscient des contraintes commerciales auxquelles son journal devait s’adapter, il s’est comporté durant l’« âge d’or » du Matin en véritable patron de presse soucieux du développement de son entreprise. Après la guerre, son attitude change : l’homme d’affaires pragmatique laisse progressivement place à un patron mégalomane qui délaisse la direction de son journal pour se consacrer à des tâches qu’il juge plus nobles et plus conformes à son destin de « grand homme ».

L’éloignement de la direction du Matin

Dans les années d’après-guerre, le patron de la Maison rouge s’éloigne progressivement de la direction du Matin et mène un train de vie plus luxueux. Sa fortune s’élevait déjà, en 1908, à 40, voire 50 millions1. Propriétaire de deux hôtels particuliers à Paris (22, avenue du Président Wilson et 22, avenue du Trocadéro) et de son château d’Orsay, Maurice Bunau-Varilla a également fait construire ...

© Presses universitaires de Rennes, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540