Version classiqueVersion mobile

Les idées pédagogiques de Jean-Marie de la Mennais

 | 
Pierre Perrin

Première partie. La congrégation des Frères de l'Instruction chrétienne

Chapitre II. Création et organisation de la congrégation

Entrées d'index

Géographique :

France

Texte intégral

  • 1 Lire à ce sujet Pierre Zind, Les Nouvelles congrégations de Frères enseignants en France de 1800 à (...)
  • 2 Lettre du 6 avril 1817 au Recteur de Rennes, A. Crosnier, op. cit., t. II, p. 112.

1Le curé d’Auray et l’abbé Jean partageaient les mêmes préoccupations et avaient suivi les mêmes voies quant à l’organisation de l’instruction dans les paroisses d’Auray et de Saint Brieuc : restauration de l’enseignement féminin, appel aux Frères des Écoles chrétiennes pour former des établissements destinés à combattre les écoles mutuelles et, pour Gabriel Deshayes, formation, avec l’aide de frères lasalliens, de jeunes gens destinés à enseigner dans les campagnes. En 1816, Gabriel Deshayes avait soumis au supérieur Gerbaud un projet de création d’une nouvelle congrégation pour former les maîtres des campagnes, à la fois noviciat et école normale, à la fois distincte et dépendante des Frères des Écoles chrétiennes : l’Institution des Frères associés aux Frères de l’École chrétienne. Ce projet avait été rejeté mais, à Auray, les frères avaient accepté d’enseigner les rudiments de l’enseignement simultané aux quelques « Petits Frères » de l’abbé Deshayes1 « Nos bons Frères des Écoles chrétiennes, d’après l’autorisation que j’avais obtenue de leur supérieur général, s’étaient chargés de communiquer à quelques jeunes gens leur esprit et leur méthode, afin de les rendre propres à devenir maîtres d’école dans les campagnes, et même dans les petites villes, qui ne peuvent pas se procurer des Frères2 », écrit l’abbé Deshayes en 1817 et de fait, ces futurs instituteurs, qui n’appartiennent encore à aucune congrégation religieuse reconnue, sont déjà au nombre de 7 en 1817, puis de 13 en 1818.

Le traité d’union et la première retraite

  • 3 Cité par P. Cueff, L’Institut des Frères de l’Instruction chrétienne, les origines (1816-1820), da (...)
  • 4 La Vigie de l’Ouest, numéro du 1er mai 1849. Par tradition, il semble que jusqu’aux années 1950, l (...)

2Dès cette époque, les deux hommes sont en contact puisqu’en 1817, l’abbé Deshayes appuie une demande faite par Jean Marie de la Mennais au supérieur des Frères des Écoles chrétienne pour obtenir des frères à Saint-Brieuc. L’apostille de l’abbé Deshayes est d’ailleurs chaleureuse : « M. de la Mennais me prie de me joindre à lui pour vous engager à accorder à la ville de Saint Brieuc un établissement de vos frères. C’est avec le plus grand plaisir que je me rends à son invitation. Vous ne pouvez pas obliger un ecclésiastique plus zélé et plus respectable et j’espère que vous n’aurez qu’à vous féliciter d’avoir acquiescé à sa demande3 ». L’abbé Deshayes fournira trois jeunes postulants pour cet établissement, puis un « Petit Frère », en 1818, pour ouvrir une école à Pordic, et enfin trois, en 1819, pour l’école de Dinan. C’est à l’occasion de ce transfert, que les deux prêtres vont élaborer le Traité d’union du 6 juin 1819 ; « monument de la plus extrême déraison dont deux hommes soient capables » comme le qualifiera plus tard Jean Marie de la Mennais en expliquant sa conception : « Il fut convenu que nous régnerions tous deux, avec des droits égaux, sur toutes nos maisons, que chacun fournirait des Frères aux établissements qu’il aurait fondés ou qu’il fonderait à l’avenir, et que le survivant deviendrait chef et propriétaire du local. Cette même charte obligeait chaque Frère à une obéissance absolue envers messieurs les deux supérieurs, sans prévoir même le cas où nous donnerions des ordres contradictoires. Ce gouvernement à deux était la conception la plus extravagante et la moins pratique ; mais comme les deux fondateurs se convenaient admirablement l’un à l’autre, sous tous les rapports, et qu’ils s’aimaient, tout alla à merveille4 ». On peut donc considérer cette charte comme le véritable point de départ de la congrégation des Frères de l’Instruction chrétienne :

  • 5 En fait, le noviciat d’Auray fonctionnait déjà depuis 1816, quant à celui de Saint Brieuc, il étai (...)

Au nom de la Très sainte Trinité, Père, Fils et Saint Esprit, Nous, Jean-Marie Robert de la Mennais, Vicaire général de Saint Brieuc, et Gabriel Deshayes, Vicaire général du diocèse de Vannes et curé d’Auray,
Animés du désir de procurer aux enfants du peuple, spécialement à ceux des campagnes, des maîtres solidement pieux, nous avons résolu de former provisoirement à Saint Brieuc et à Auray, deux noviciats de jeunes gens qui suivront, autant que possible, la règle des Frères des Écoles chrétiennes et se serviront de leur méthode d’enseignement5 ; mais, considérant que cette bonne œuvre naissante ne saurait s’accroître et se consolider qu’avec le temps, et que chacun de nous peut mourir avant l’époque où cette bonne œuvre sera assez avancée pour se soutenir par elle même, nous sommes convenus de ce qui suit :

  1. Les deux maisons de noviciat établies, l’une à Saint Brieuc, l’autre à Auray, seront dirigées, savoir : la première, par M. de la Mennais ; la seconde, par M. Deshayes.
  2. Les deux maisons auront la même règle, la même méthode d’enseignement et n’en feront qu’une.
  3. Chacun de nous aura la direction et la surveillance de tous les Frères placés dans son diocèse et de tous ceux qu’il placera dans un autre diocèse.
  4. Lorsque nous le jugerons à propos, nous choisirons parmi les Frères un supérieur et deux assistants, et nous désignerons la maison où ils devront habiter ; dans le cas où les choix n’auraient pas été faits avant la mort de l’un de nous, ou que l’autre, pour une cause quelconque, ne pourrait pas y concourir, les choix et les arrangements à prendre pour le bien de la société seront faits par un seul.
  5. Nous nous occuperons de trouver le plus tôt possible, une maison centrale pour les deux diocèses, qui ne soit pas éloignée d’une grande route, et, autant que faire se pourra, à la campagne6.
  6. Chacun de nous prendra les mesures nécessaires pour qu’à sa mort les ressources qui lui resteront entre les mains pour son établissement passent au survivant, qui les joindra aux siennes pour le soutien de la société7.

Gabriel Deshayes, né à Beignon (Morbihan) le 6 décembre 1767, décédé à Saint Laurent sur Sèvre (Vendée), le 28 décembre 1841.

  • 8 Selon les sources, les chiffres varient de 40 à 50. On dénombre avec certitude 27 frères du novici (...)
  • 9 Ce théologien avait été révélé aux deux frères Lamennais par leur ami l’abbé Bruté de Rémur. Cf. C (...)

3Un an après la signature de leur charte d’union, le 9 septembre 1820, les abbés Deshayes et de la Mennais regroupèrent à Auray, pour la première fois, l’ensemble des frères et novices pour une retraite commune ; Félicité Lamennais s’était joint à eux8. Dès l’ouverture de la retraite, les membres rassemblés prirent connaissance de la devise de l’institut, Dieu Seul, et reçurent le nom de Frères de l’Instruction chrétienne. Il est probable que les deux fondateurs aient eu connaissance d’une telle appellation puisqu’en 1647, dans la paroisse de Saint Sulpice à Paris, la congrégation des « Sœurs de l’Instruction chrétienne » avait été fondée sous les auspices de M. Olier et qu’en Ardèche, en 1801, une communauté enseignante féminine s’était créée avec la même dénomination, bientôt suivie, en 1803, par la fondation d’un noviciat masculin de « Frères de l’Instruction chrétienne » qui disparaîtra rapidement. Quant à la devise Dieu Seul, employée longtemps par Félicité et Jean Marie de la Mennais en tête de leurs lettres, elle était le titre d’un ouvrage de Boudon écrit en 1662, Dieu seul ou l’association pour l’interest de Dieu seul9. Cette première retraite, essentiellement consacrée au commentaire de la Règle qui sera dictée aux directeurs d’école, s’achèvera par la double cérémonie solennelle de la prise d’habit et de la profession religieuse. Lors de la remise de l’habit, les frères devaient notamment répondre à deux questions concernant leur future fonction d’enseignant : « Êtes vous convaincus que dans l’état que vous vous proposez d’embrasser, on ne doit chercher que Dieu, son salut et celui des enfants ? » et « Avez vous du zèle pour l’éducation chrétienne de la jeunesse ? Vous sentez vous disposés à faire tous vos efforts pour la bien instruire, et toujours sans aucune vue d’intérêt temporel ? ». Pour ce qui est du costume des frères, Jean Marie de la Mennais en fait une description très précise à l’abbé Mazelier en février 1825 :

  • 10 AFIC 118.05.001, lettre du 1er février 1825 à l’abbé Mazelier. L’abbé Mazelier, supérieur de l’Ins (...)

Mes frères portent donc une simple lévite de drap noir, fermée par derrière comme une soutane ; elle descend jusqu’à quatre ou cinq pouces de terre ; elle ferme sous le col avec deux petits crochets ; et ceux qui sont profès portent, en outre, un crucifix de quatre pouces de longueur sur la poitrine : il est attaché à une petite ganse ; leur chapeau est rond, la cuve peu élevée et les bords ont trois pouces et demi de largeur […] L’hiver, les frères ont un petit manteau qui descend jusqu’au coude et qui ferme par des boutons : s’il était plus grand, il serait incommode dans les classes10.

  • 11 Ce n’est qu’en 1851, après avoir pris connaissance du bref et du décret du pape Pie IX louant la c (...)
  • 12 AFIC 118.03.002, lettre du 19 juillet 1826 à l’abbé Mazelier.
  • 13 Règles de conduite pour les Frères de l’Instruction chrétienne, Paris, 1823, p. 14. Titre V, Règle (...)
  • 14 AFIC 118.05.001, Lettre du 1er février 1825 à l’abbé Mazelier.

4La profession religieuse, faite par une vingtaine de frères, se bornait au vœu d’obéissance : les deux premiers vœux de pauvreté et de chasteté présentant plus d’inconvénients que d’avantages pendant cette période d’organisation de la congrégation11. En effet, relever un frère du vœu de chasteté obligeait à passer par l’autorité diocésaine et comme le reconnaît Jean Marie de la Mennais, « plus des trois quarts des jeunes gens qui se sont présentés à l’origine se sont retirés successivement12 ». De même, le vœu de pauvreté pouvait poser problème lors de transferts d’héritages ou de donations mais, en réalité, la Règle écrite de 1823 était claire sur ce point : « Ils (les frères) dégageront entièrement leurs cœurs de toute affection aux biens temporels ; ils ne feront aucun acte de propriété sans la permission du supérieur de la congrégation13 ». Ainsi, Jean Marie de la Mennais peut-il écrire à l’abbé Mazelier : « Je ne laisse rien aux frères dont ils puissent disposer sans m’en rendre compte, premièrement parce que ce serait une source sans cesse renaissante d’embarras et d’abus, et, en second lieu, parce que leurs économies sont un des principaux revenus de la congrégation […] En vertu de l’obéissance, ils sont tenus à ne faire aucun acte important de propriété sans ma permission, et de la sorte, ils pratiquent la pauvreté aussi parfaitement qu’il est possible de l’exiger d’eux14 ».

  • 15 Règles…, Titre I, Envers les Supérieurs, p. 6 à 9.
  • 16 AFIC, Lettres et Circulaires aux Frères, t. I (1820-1843) et t. II (1844-1860), n° 2384, circulair (...)

5Les frères étaient donc soumis de facto au vœu de pauvreté par le vœu d’obéissance défini par la Règle : « 1. Les Frères seront tenus à l’obéissance la plus entière envers le Supérieur de la Congrégation […] 4. Quelque ordre, quelque avis ou quelque répréhension que reçoivent les Frères, ils ne témoigneront aucun mécontentement ; ils seront toujours prêts à faire ce qui leur sera commandé, sans se permettre de juger les motifs en vertu desquels agissent leurs Supérieurs, n’oubliant jamais que la véritable obéissance n’est pas seulement une obéissance d’action, mais encore de cœur et d’esprit15 ». Dans sa circulaire pour la retraite de 1824, Jean Marie de la Mennais attire d’ailleurs l’attention des frères sur les exigences qu’implique un tel vœu : « Avant de contracter un engagement aussi solennel, on ne saurait trop y réfléchir ni trop s’éprouver soi même : il faut être bien résolu à persévérer dans sa vocation, à renoncer entièrement au monde et à ses honneurs, et à ses plaisirs, et à ses richesses ; car, sans cela on serait indigne d’être membre d’une Congrégation qui a pris pour devise ces deux mots si expressifs : Dieu seul !16 » Déclaration de principes qui n’empêchera pas Jean Marie de la Mennais, dix ans plus tard, alors que trois députés l’accusent d’avoir créé un ordre religieux enseignant non-autorisé et dans lequel les frères « se lient par des vœux monastiques », d’affirmer avec aplomb au ministre Guizot que sa congrégation n’est qu’une association charitable, formée de membres indépendants :

  • 17 AN F17 12474, Observations sur quelques discours relatifs aux Frères de l’Instruction Chrétienne, (...)

Un avertissement adressé aux frères, en général, ne s’adresse réellement à personne, parce que les frères ne forment point une communauté, ni même une congrégation dans le sens légal de ce mot ; chaque frère conservant, en effet, ses biens de famille et les administrant à son gré, ni moi, ni les autres frères ne répondons pas plus des dettes d’un frère qu’il ne répond des nôtres.
Et moi, j’affirme que les statuts des frères ne les obligent à faire, et qu’ils ne font réellement, aucun vœu monastique. Singuliers moines qui peuvent se marier canoniquement sans avoir besoin d’une dispense ! Singuliers moines qui, tous les jours, peuvent vendre, acheter, et disposer de leurs propriétés comme il leur convient ! Il y a, sans doute, des rapports de dépendance entre eux et leurs supérieurs ; mais n’y en a-t-il pas entre un soldat et ses chefs ? et, à cause de cela, prétendrait-on que les soldats sont des moines ?17.

  • 18 A. Laveille, op. cit., t. I, p. 346.
  • 19 Lettre du 18 décembre 1820 à Bruté de Rémur, Correspondance générale, t. II, p. 158.

6Cette retraite eut une immense portée, c’est elle qui fit vraiment des Frères de l’Instruction chrétienne une congrégation, conclut A. La veille avec raison18. En effet, les frères avaient maintenant un nom, un habit, une devise, une règle et un vœu ; aussi Jean Marie de la Mennais, conforté dans son dessein, peut-il confier à son ami Bruté : « Avant dix ans, il y en aura partout, c’est-à-dire dans toutes les villes et dans tous les bourgs principaux du diocèse ; il en résultera que j’aurai entièrement sous la main la génération naissante ; et combien ne sera-t-il pas facile ensuite de choisir, parmi tant d’enfants, ceux qui annoncent d’heureuses dispositions, le goût de la piété, l’aptitude à l’étude, et de les diriger vers l’état ecclésiastique ?19».

La reconnaissance légale

  • 20 AN F17 12474. Lettre du 2 novembre 1821 de Siméon à Cuvier.

7Comme l’exigeait la loi de 1816, les fondateurs vont s’employer à faire reconnaître officiellement leur congrégation enseignante en tant qu’association charitable ; les articles 36 et 37 de l’ordonnance précisant en effet que toute association religieuse ou charitable pouvait fournir des maîtres aux communes qui en faisaient la demande, « pourvu que cette association soit autorisée » et surtout que les noviciats des associations autorisées pouvaient être subventionnés soit par les départements où il serait jugé nécessaire d’en établir, soit sur les fonds de l’Instruction publique. On peut se douter que cette dernière disposition de la loi devait fortement intéresser les deux fondateurs. Ainsi, dès l’été 1821, les abbés Deshayes et de la Mennais multiplient les démarches et les contacts à Paris. Contacts fructueux puisque le ministre de l’Intérieur Siméon alloue, le 2 novembre 1821, une somme de 1 500 francs à Jean Marie de la Mennais et engage Cuvier, président du Conseil royal de l’Instruction publique, à faire de même : « Je désire que le Conseil royal étende sa bienveillance sur les instituteurs qui sont formés par M. de La Mennais, et qu’il puisse disposer de quelques fonds en faveur d’un ecclésiastique qui cherche de tous les moyens à remédier à l’état d’ignorance dans lequel sont plongées la plupart des communes bretonnes20 ».

8Curieusement, malgré la position bienveillante des ministères qui semblent souhaiter que la congrégation soit reconnue légalement, Jean Marie de la Mennais se borne à demander au Conseil royal une autorisation provisoire, limitée à l’académie de Rennes. Il est vrai qu’il sollicite également pour ses frères l’exemption de l’examen du brevet de capacité, comme cela avait été accordé, en 1819, aux Frères des Écoles chrétiennes. Le 14 novembre 1821, Jean Marie de la Mennais, dans une lettre au président Cuvier, expose ses arguments :

  • 21 Le recteur d’Académie de Rennes.
  • 22 AN F17 12474.

Avant de vous communiquer et de vous soumettre notre plan, nous avons voulu prendre les leçons de l’expérience ; elles nous ont convaincus qu’en Bretagne surtout, où MM. les curés ont tant de zèle, il était très facile de réaliser nos espérances. En effet nous avons déjà dix-sept écoles et soixante-dix frères, dont quarante-six novices. Les vingt-quatre frères employés ont dans leurs écoles environ deux mille enfants.
Pour donner de la stabilité à cette œuvre naissante, nous devrons plus tard acheter une maison qui serve de chef-lieu, et organiser la congrégation de manière à ce qu’elle puisse être conduite par les frères eux mêmes ; alors ils demanderont l’autorisation légale. Mais vous sentez, Monsieur le Président, que cela ne peut se faire qu’avec le temps. Jeunes encore et sans expérience pour la plupart, il serait bien à craindre que leur Société ne pût s’affermir, si nous cessions trop tôt de la diriger.
Toutefois, pour en favoriser les progrès, nous désirons qu’elle reçoive de l’Université une autorisation provisoire, en vertu de laquelle seront réglés les rapports avec l’académie de Rennes : je dis de Rennes, parce que nous n’avons point l’intention de nous étendre au delà. M. l’abbé Le Priol21 a accueilli avec une extrême bienveillance les ouvertures que je lui ai faites à cet égard ; et je trouve dans les encouragements qu’il me donne l’heureux présage de ceux que je me flatte d’obtenir du Conseil Royal.
Ils consistent 1. à ce que, pour l’établissement des frères de l’Instruction chrétienne dans une commune, il suffise d’une délibération prise une fois pour toutes par le Conseil municipal, ou par le Comité cantonal, sur la demande du maire ou du curé.
2. à ce que sur une lettre d’obédience que je délivrerai aux frères pour des lieux déterminés, M. le Recteur de l’académie puisse leur accorder des brevets de capacité du 2e et du 3e degré pour les mêmes lieux. Ainsi je serais affranchi de plusieurs formalités très gênantes, et M. le Recteur serait dispensé lui même de recourir aux comités cantonaux à toutes les mutations que je pourrais désirer d’opérer dans le personnel de mes écoles22.

  • 23 Le texte est cité intégralement en annexe I.

9Le « plan » en faveur de l’instruction primaire que va soumettre Jean Marie de la Mennais au Président du Conseil royal commence par un préambule qui fixe les grandes lignes du programme d’enseignement : « Les Frères de l’Instruction Chrétienne, comme ceux des Écoles Chrétiennes et en suivant la même méthode, enseignent à lire et à écrire, les quatre premières règles de l’Arithmétique, les premiers élémens de la Grammaire Française et le Catéchisme23 ». Suivent dix courts articles qui énumèrent les conditions auxquelles on peut se procurer un frère ; les six premiers articles traitant des modalités financières : le curé s’engage à prendre en charge l’installation de l’école, les fournitures scolaires pour les enfants pauvres et la pension complète du frère et doit acquitter, à la maison du noviciat, une somme de 400 francs puis verser annuellement 150 francs pour les frais d’habillement et d’entretien du frère et une somme de 30 francs lorsque le frère doit partir à la retraite pendant les vacances. En contrepartie, toute latitude est laissée au recteur pour demander un écolage aux familles aisées, mais sans impliquer les frères dans la gestion financière de l’école. Ces conditions étaient avantageuses car il suffisait au curé de réunir annuellement 180 F pour le fonctionnement d’une école de Frères de l’Instruction Chrétienne, alors qu’il aurait fallu réunir au minimum 1 800 F par an pour celui d’une école de Frères des Écoles Chrétiennes. De plus, il lui fallait débourser 5 400 F la première année pour l’établissement de cette école, obligatoirement composée d’au moins trois frères. Une fois précisées ces conditions financières, très intéressantes pour les curés par rapport à celles des Frères des Écoles chrétiennes, le prospectus se termine par deux articles qui protègent le frère contre toute exploitation et dépendance abusives : les recteurs ne peuvent ainsi exiger des frères « aucun service autre que ceux relatifs à l’instruction » et le supérieur de la congrégation se réserve le droit de déplacer les frères, « sauf à les remplacer par d’autres Frères, de manière que l’instruction ne soit pas interrompue ». Jean Marie de la Mennais peut donc rejeter toute idée de concurrence avec les Frères des Écoles chrétiennes comme il l’explique dans une lettre écrite en 1852 à un frère de Morlaix :

  • 24 AFIC n° 3482, lettre du 5 décembre 1852 au frère Athénodore.

Les frères des écoles chrétiennes ne peuvent recevoir aucune rétribution de leurs élèves ; l’instruction qu’ils donnent est essentiellement gratuite. Mais ils peuvent avoir des pensionnats, où l’on paie très cher, parce que ces établissements dirigés par eux sont montés sur un grand pied.
Ces frères sont tout à fait libres de s’établir où nous exerçons déjà, mais il n’y a pas de risque qu’ils le fassent, car ils coûtent trop cher, et nous rendons des services qu’ils ne peuvent rendre. On m’a proposé plusieurs fois de les remplacer, là où ils sont établis. Jusqu’ici je m’y suis toujours refusé. Je n’aime pas cette espèce de concurrence : le bon Dieu n’en tirerait pas sa gloire, assurément24

  • 25 Lettre du 18 décembre 1854 à l’abbé Delaplace, Symphorien-Auguste, op. cit., t. VII, p. 420.
  • 26 AN F17 12474.

10Plus de trente ans plus tard, Jean Marie de la Mennais dira à propos de la reconnaissance légale de sa congrégation : « Il m’a suffi pour l’obtenir de présenter au gouvernement notre prospectus, tel qu’il est imprimé dans le Recueil à l’usage de nos frères : ce sont les seuls statuts qu’on m’ait demandés. Alors on était plus facile qu’on ne le serait peut-être aujourd’hui…25 ». Les événements s’étaient en effet enchaînés très rapidement puisque le 1er décembre 1821, le recteur d’Académie de Rennes, l’abbé Le Priol, faisait parvenir au Conseil royal la lettre du 14 novembre et le prospectus en dix articles de Jean Marie de la Mennais, en appuyant fortement sa demande : « Aujourd’hui plus que jamais, écrivait-il au baron Cuvier, et dans la Bretagne plus que partout ailleurs, l’intérêt de la religion, des mœurs et de l’instruction populaire, réclame pour les campagnes une institution qui supplée au défaut de Frères des Écoles Chrétiennes. Je suis convaincu que la congrégation de M. de la Mennais peut remplir cet objet, et qu’on ne saurait trop la favoriser : il faut tâcher de la rendre stable et la perpétuer, et pour cela, l’assimiler autant que possible à la congrégation des Frères des Écoles Chrétiennes dans ses rapports avec l’Université26 ». Le 5 janvier 1822, le Conseil royal approuvait les dix articles du prospectus comme statuts et règlements de la congrégation et le 1er mai 1822, Louis XVIII signait l’ordonnance autorisant, comme association charitable en faveur de l’instruction primaire, « la Société formée par les Sieurs de La Mennais et Deshayes, dans le but de fournir des Maîtres aux Écoles primaires des départemens composants l’ancienne province de Bretagne, et désignée sous le nom de Congrégation de l’Instruction chrétienne ».

Premiers développements

  • 27 Fondées par Grignion de Monfort, ces deux congrégations avaient leur siège à Saint Laurent Sur Sèv (...)
  • 28 A. Crosnier, op. cit., t. II, p. 154.
  • 29 Texte cité en annexe I.

11Si l’ordonnance mentionne le nom des deux fondateurs, en réalité, depuis janvier 1821, Jean Marie de la Mennais dirigeait seul l’Institut. En effet, élu le 17 janvier 1821 Supérieur général des Filles de la Sagesse et de la Compagnie de Marie27 et nommé, quelques jours plus tard, vicaire général par l’évêque de La Rochelle, l’abbé Deshayes avait proposé à Jean Marie de la Mennais de prendre la direction de la congrégation : « Alors, sans rompre le traité fait avec M. de la Mennais, écrit-il en 1835, je le priai de se charger de la direction des Frères que je laissais en Bretagne. Il y consentit, mais avec la condition que nous nous réunirions de temps en temps, afin de régler de concert les affaires les plus importantes28. » Responsable de la bonne marche de l’Institut, Jean Marie de la Mennais va alors s’employer à le développer. Ainsi, dès la promulgation de l’ordonnance de 1822, il fait imprimer un prospectus de quatre pages dans lequel figurent le texte de l’ordonnance royale, un extrait des statuts (les dix articles envoyés au Conseil royal), et un texte d’une trentaine de lignes, signé par les deux fondateurs, qui invite les recteurs, avec les plus vives instances, à coopérer au succès de la congrégation en « procurant des sujets qui y soient propres ». Âgés de 16 à 25 ans, les futurs novices doivent avoir « un détachement entier des choses de la terre, l’esprit d’obéissance et d’humilité, des talens et du goût pour l’éducation des enfans29 ». Après un appel à la générosité des fidèles, le texte se termine par un vibrant hommage à la fonction de frère enseignant, la plus belle et la plus méritoire de toutes les œuvres de miséricorde. Largement diffusé dans les paroisses, le prospectus va bénéficier également de l’appui du recteur d’Académie, l’abbé Le Priol qui n’hésite pas, dans une circulaire aux curés, présidents des Comités cantonaux, à recommander les Frères de l’Instruction chrétienne et à demander l’envoi de novices :

  • 30 AN F17 12460. Circulaire n° 263, du 5 juin 1822, du recteur d’Académie de Rennes à Messieurs les C (...)

Une autre congrégation qui a beaucoup d’analogie avec celle des Frères Saint Yon, vient de s’établir dans le ressort de cette Académie, sous le titre de Congrégation des Frères de l’Instruction chrétienne, avec l’approbation du Roi, consignée dans une Ordonnance du 1er mai 1822, insérée au Bulletin des lois.
À la différence des Frères des Écoles chrétiennes, qui, d’après leurs statuts, ne peuvent s’établir dans un lieu en nombre moindre de celui de trois, il est permis à ceux de l’Instruction chrétienne de s’établir isolément dans les endroits où ils sont appelés ; ce qui facilite singulièrement aux communes l’accomplissement de l’obligation que leur impose l’art. 14 de l’Ordonnance du 29 février. Un établissement des Frères des Écoles chrétiennes exige d’assez grands sacrifices pécuniaires, qui ordinairement ne peuvent être faits que par des villes ou des communes riches et populeuses ; tandis qu’il n’est peut-être aucune paroisse qui ne puisse fournir au logement et à l’entretien au moins d’un Frère de l’Instruction chrétienne ; et, d’un autre côté, les frais du noviciat sont aussi moins dispendieux dans cette seconde congrégation que dans la première.
Messieurs les Curés rendraient un service bien essentiel à la France, et très particulièrement à la Bretagne, s’ils s’appliquaient à procurer à ces deux excellentes institutions, des novices vertueux, élevés dans la crainte de Dieu, annonçant des talens et du goût pour l’éducation de la jeunesse, et animés du zèle du salut des pauvres, et de la gloire de Dieu30.

  • 31 Lettre du 9 août 1822 de Mgr Frayssinous à l’abbé de la Mennais, P. Cueff, op. cit., p. 43.

12De plus, à un niveau national, la congrégation des frères est soutenue par Mgr de Frayssinous qui écrit à Jean Marie de la Mennais, trois mois après sa nomination comme Grand Maître, en août 1822 : « Je ne perdrai pas de vue vos besoins ; je n’ai rien de plus à cœur que de voir le succès de votre pieuse entreprise et je serai toujours disposé à vous seconder de tout mon pouvoir dans cet utile dessein31 ». Dès lors, les Frères de l’Instruction chrétienne et leurs écoles vont connaître un développement régulier et considérable : au 31 décembre 1822, ils comptaient 56 membres (24 frères et 32 novices) dans 21 écoles ; au 31 décembre 1823, 76 membres (53 frères et 23 novices) dans 28 écoles ; au 31 décembre 1824, 90 membres (75frères et 15 novices) dans 40 écoles, la plupart à un seul frère (voir carte).

  • 32 P. Zind, op. cit., p. 171.
  • 33 AFIC 102.04.007, De l’Enseignement primaire en Bretagne, mémoire du 27 juillet 1839.

13Saint Brieuc, Lamballe, Guingamp… paradoxalement, alors que le but premier de la congrégation est de fournir des instituteurs aux communes rurales pauvres, on constate que les premières écoles de frères s’établissent dans les villes. Il faut d’abord voir là la volonté de Jean Marie de la Mennais de lutter contre l’enseignement mutuel dans les différents chefs lieux de département, d’arrondissement et de canton. Comme le souligne P. Zind, c’est sur ces points stratégiques qu’il jettera ses premières troupes ; ils lui rendront ensuite le même service qu’ils devaient rendre à la méthode adverse : servir de point d’appui aux petites écoles à un seul Frère32. De plus, il fallait un minimum d’élèves pour fonder un établissement : « Pour qu’une école ait de la vie, écrit Jean Marie de la Mennais, elle doit être composée au moins de quarante à cinquante enfants ; et, pour réunir ce nombre, il faut que l’école soit située dans un lieu central33 ». La deuxième raison tient au fait que la congrégation manquait alors de frères : les regrouper dans des écoles plus importantes permettait aux moins expérimentés de se former au contact des frères les plus instruits. Ainsi, dans une lettre à l’évêque de Rennes, qui sollicitait des frères pour différentes paroisses, Jean Marie de la Mennais expose les difficultés auxquelles il doit faire face et les solutions adoptées :

  1. 1. Depuis que ma petite congrégation a été approuvée par le roi, de toutes parts on me demande des Frères […] si bien que, si j’avais cent Frères disponibles, je les placerais sous un mois. Cependant je n’ai que trente à quarante novices, dont la plupart commencent à peine, de sorte que je ne puis compter sur plus de huit ou dix Frères de première classe dans le courant ou même pour la fin de l’année. Les choses étant dans cet état, n’est-il pas sage de préférer d’abord les établissements de plusieurs Frères à ceux d’un seul ? Le grand intérêt de la congrégation est de multiplier les sujets. Or, quand ils sont deux, le Frère de la seconde classe n’est qu’un simple novice ; pourvu qu’il soit capable d’enseigner le catéchisme, de montrer à lire, et de tenir une classe, suivant notre méthode, cela suffit, et le Frère de première classe achève son instruction et le forme, sans qu’il m’en coûte.
  2. 2. Jusqu’à présent, les novices ont demeuré chez moi ; sous-certains rapports, ils y sont mieux qu’ailleurs ; néanmoins, ma maison34 étant trop petite pour qu’il soit possible d’en augmenter le nombre, j’ai dû m’occuper de fonder des noviciats secondaires, où j’enverrai successivement les jeunes gens déjà éprouvés, et c’est à Josselin, à Tréguier, à Quintin et à Dinan que ces noviciats vont être établis35

Les écoles noviciats secondaires des Frères de l’Instruction chrétienne en Bretagne en 1824

Les écoles noviciats secondaires des Frères de l’Instruction chrétienne en Bretagne en 1824

Écoles Noviciats secondairesLe noviciat principal de Saint-Brieuc (fondé en 1819) fut transféré à Josselin en 1823.Les Frères s’installèrent à Ploërmel en novembre 1824 dans l’ancien couvent des Ursilines qui allait devenir la « maison-mère » de la congrégation.

14Outre le fait qu’il supplée au manque de place du noviciat de Saint Brieuc en développant les noviciats secondaires, parallèlement aux écoles de frères, Jean Marie de la Mennais répond également à une double exigence, à la fois pécuniaire et stratégique. Intérêt financier d’abord, car le supérieur profite, nous l’avons évoqué, des dispositions de l’ordonnance du 29 février 1816 qui stipulent, à l’article 37, que les associations charitables et « spécialement leurs noviciats » peuvent être soutenus par les départements : multiplier les noviciats revient donc à multiplier les subventions prévues par la loi. Ainsi, en août 1821, Jean Marie de la Mennais sollicite déjà le ministre de l’Intérieur Siméon pour obtenir une aide financière pour l’établissement d’un noviciat à Dinan :

  • 36 AFIC 83.01.1821, lettre du 31 août 1821 au ministre de l’Intérieur Siméon, copie annotée par Jean (...)

L’établissement de nos écoles coûte très peu ; il n’y a pas, pour ainsi dire, de commune qui n’en puisse avoir une aux conditions que nous avons réglées ; et comme, à défaut d’autres ressources, il est permis aux fondateurs de recevoir une légère rétribution des élèves, on n’est jamais embarrassé pour fournir à l’entretien des maîtres. Mais les établissements où l’on forme les maîtres eux mêmes sont très dispendieux ; nourriture, habillement, livres […] tout est à notre charge, car la plupart étant pauvres, nous ne pouvons exiger d’eux que les qualités nécessaires à l’état qu’ils veulent embrasser […]
Afin donc de multiplier les écoles, il faut augmenter le nombre de maîtres, et, pour cela, le seul moyen est d’accroître les noviciats déjà existants et d’en fonder de nouveaux ; mais nous ne pouvons le faire que très lentement avec nos propres ressources qui sont déjà presque entièrement épuisées.
Notre intention est d’appliquer à cet objet le secours que Votre Excellence nous promet, et s’il était un peu considérable, de sept à huit mille francs, nous établirions, dès le mois d’octobre, un noviciat de plus et nous le placerions à Dinan36.

  • 37 Par exemple pour les années 1825 à 1830, on compte 89 entrants pour 69 persévérants (décédés dans (...)
  • 38 AFIC 118.05.001, Lettre du 1er février 1825 à l’abbé Mazelier.
  • 39 Lettre du 21 octobre 1822 à Mgr Mannay, Ropartz, op. cit., p. 376.

15Cependant, les noviciats secondaires ne représentent pas seulement un avantage financier pour la congrégation, ils sont également un élément important de gestion humaine : ils permettent d’éprouver la motivation des novices et ainsi de sélectionner ceux qui vont suivre une formation plus approfondie et s’engager. En effet, de 1816 à 1860, le taux des novices qui ne persévèrent pas s’élève à environ 58 %, avec des variations importantes suivant les années37. Jean Marie de la Mennais définit ainsi la fonction des noviciats à l’abbé Mazelier : « Ce sont des maisons où il n’y a jamais moins de cinq ou six frères, et qui servent comme de points d’appui et de centres aux écoles groupées autour d’elles ; j’y envoie les sujets qui se présentent, pour les éprouver, de sorte qu’ils n’arrivent à la maison mère ou au noviciat proprement dit, qu’après que nous nous sommes assurés de leur capacité et de leurs dispositions38 ». Enfin, les noviciats secondaires permettent d’obvier à un inconvénient grave pour Jean Marie de la Mennais : l’isolement des frères. « C’est pour cela, écrit-il à Mgr Mannay, que je place les Frères par échelons, c’est-à-dire que j’évite de les lancer à de grandes distances et que je leur donne un point d’appui, un centre, de manière que la surveillance, les communications habituelles, les transports de livres, les remplacements en cas de maladie, les voyages deviennent aussi faciles qu’ils peuvent l’être39 ». D’une manière plus générale, le supérieur peut donc conclure : « Cette marche est sans doute un peu lente ; elle m’empêchera de faire, cette année, plusieurs établissements d’utilité locale ; mais, en la suivant, j’établirai pour l’avenir un ordre nécessaire ; notre organisation sera plus forte, et c’est là l’essentiel ».

16Des établissements d’utilité locale, un ordre nécessaire, une organisation forte, ces trois formules semblent bien définir la congrégation à ses débuts : la naissance de « l’association charitable », avec une préoccupation commune aux deux fondateurs : former des instituteurs pour les communes rurales de Bretagne ; les premières implantations dans les villes, avec un double objectif : combattre l’enseignement mutuel et faire face au manque de frères ; le développement des noviciats secondaires, pour répondre à deux attentes : assurer des ressources financières pour l’Institut et servir de base pour la création de classes à un frère dans les communes plus reculées.

Notes

1 Lire à ce sujet Pierre Zind, Les Nouvelles congrégations de Frères enseignants en France de 1800 à 1830, Thèse à Lyon, 1969, p. 86 à 96.

2 Lettre du 6 avril 1817 au Recteur de Rennes, A. Crosnier, op. cit., t. II, p. 112.

3 Cité par P. Cueff, L’Institut des Frères de l’Instruction chrétienne, les origines (1816-1820), dans Études mennaisiennes, n° 5, Rome, juillet 1990. Sur les premières collaborations des deux fondateurs, on lira l’article de frère Rulon, La première rencontre du P. de la Mennais et du P. Deshayes à Saint Brieuc, en 1817, dans Chroniques des Frères, année 1958, p. 311 à 316.

4 La Vigie de l’Ouest, numéro du 1er mai 1849. Par tradition, il semble que jusqu’aux années 1950, les frères aient fait remonter la création de la congrégation à l’année 1817 ; Jean Marie de la Mennais ayant été lui-même très imprécis sur les dates.

5 En fait, le noviciat d’Auray fonctionnait déjà depuis 1816, quant à celui de Saint Brieuc, il était encore à créer. L’imprécision de certains termes (provisoirement, autant que possible) du traité montre que les fondateurs se trouvent en phase d’élaboration d’un projet fondateur mais que la réalisation pratique de celui-ci reste à définir.

6 La première maison centrale sera établie à Josselin, en août 1823, puis le noviciat sera transféré, en novembre 1824, à Ploërmel.

7 Cité par Laveille, op. cit., t. I, p. 333-334.

8 Selon les sources, les chiffres varient de 40 à 50. On dénombre avec certitude 27 frères du noviciat d’Auray et 9 de celui de Saint Brieuc. En juin 1822, annonçant au Comte de Senfft la reconnaissance légale de la Congrégation, Félicité Lamennais conclura : « C’est une œuvre très importante, et qu’il faut consolider ». Lettre du 23 juin 1822 au comte de Senfft, Correspondance générale, t. II, p. 287.

9 Ce théologien avait été révélé aux deux frères Lamennais par leur ami l’abbé Bruté de Rémur. Cf. Ch. Lemarie, Monseigneur Bruté de Rémur, Premier évêque de Vincennes aux États-Unis (1834-1839), Paris, 1974.

10 AFIC 118.05.001, lettre du 1er février 1825 à l’abbé Mazelier. L’abbé Mazelier, supérieur de l’Institut des Frères de l’Instruction chrétienne de Saint Paul Trois Châteaux sollicitera souvent les avis et conseils de Jean Marie de la Mennais pour l’organisation de sa congrégation. Leur correspondance s’échelonnera sur plus de vingt ans.

11 Ce n’est qu’en 1851, après avoir pris connaissance du bref et du décret du pape Pie IX louant la congrégation, que l’abbé Jean songe à nouveau aux trois vœux. Il écrit à l’archevêque d’Auch, le 4 mars 1851 : « Ce rapport m’a donné l’idée de faire faire à l’avenir les trois vœux à nos frères. Mais c’est une question grave sur laquelle je ne prendrai aucun parti que de concert avec vous. Je suis à peu près certain qu’il me suffirait d’en dire un mot pour que tous mes frères me témoignassent le désir de prendre des engagements qui les rendraient religieux dans toute la rigueur du mot… ». Symphorien-Auguste, op. cit., t. VII, p. 300. Le bref et le décret de Pie IX sont cités intégralement par S. Ropartz, La vie et les œuvres de M. Jean Marie Robert de la Mennais, Paris, 1874, p. 443 à 446.

12 AFIC 118.03.002, lettre du 19 juillet 1826 à l’abbé Mazelier.

13 Règles de conduite pour les Frères de l’Instruction chrétienne, Paris, 1823, p. 14. Titre V, Règles articulières, n° 8.

14 AFIC 118.05.001, Lettre du 1er février 1825 à l’abbé Mazelier.

15 Règles…, Titre I, Envers les Supérieurs, p. 6 à 9.

16 AFIC, Lettres et Circulaires aux Frères, t. I (1820-1843) et t. II (1844-1860), n° 2384, circulaire du 13 juin 1824. Les Lettres et Circulaires regroupent chronologiquement toutes les lettres adressées aux frères par Jean Marie de la Mennais. Nous renverrons au numéro des lettres.

17 AN F17 12474, Observations sur quelques discours relatifs aux Frères de l’Instruction Chrétienne, prononcés à la Chambre des députés, séance du 15 février 1834, mémoire adressé le 10 mars 1834 par Jean Marie de la Mennais au ministre Guizot, en réponse aux discours des députés Le Provost, Salverte et Glais Bizoin.

18 A. Laveille, op. cit., t. I, p. 346.

19 Lettre du 18 décembre 1820 à Bruté de Rémur, Correspondance générale, t. II, p. 158.

20 AN F17 12474. Lettre du 2 novembre 1821 de Siméon à Cuvier.

21 Le recteur d’Académie de Rennes.

22 AN F17 12474.

23 Le texte est cité intégralement en annexe I.

24 AFIC n° 3482, lettre du 5 décembre 1852 au frère Athénodore.

25 Lettre du 18 décembre 1854 à l’abbé Delaplace, Symphorien-Auguste, op. cit., t. VII, p. 420.

26 AN F17 12474.

27 Fondées par Grignion de Monfort, ces deux congrégations avaient leur siège à Saint Laurent Sur Sèvres, en Vendée. Sur les circonstances cette nomination, on peut lire Alexis Crosnier, op. cit.,

t. I, p. 295 à 301.

28 A. Crosnier, op. cit., t. II, p. 154.

29 Texte cité en annexe I.

30 AN F17 12460. Circulaire n° 263, du 5 juin 1822, du recteur d’Académie de Rennes à Messieurs les Curés, présidens des Comités cantonaux.

31 Lettre du 9 août 1822 de Mgr Frayssinous à l’abbé de la Mennais, P. Cueff, op. cit., p. 43.

32 P. Zind, op. cit., p. 171.

33 AFIC 102.04.007, De l’Enseignement primaire en Bretagne, mémoire du 27 juillet 1839.

34 Le noviciat de Saint Brieuc.

35 Lettre du 21 octobre 1822 de Jean Marie de la Mennais à l’évêque de Rennes, Mgr Mannay. Citée intégralement par Ropartz, op. cit., p. 374-375.

36 AFIC 83.01.1821, lettre du 31 août 1821 au ministre de l’Intérieur Siméon, copie annotée par Jean Marie de la Mennais.

37 Par exemple pour les années 1825 à 1830, on compte 89 entrants pour 69 persévérants (décédés dans la Congrégation), soit un taux de 22 % de sortants ; pour la période 1831 à 1835, correspondant à la crise mennaisienne, on compte 232 entrants pour 91 persévérants, soit un taux de 61 % de sortants. AFIC Tableaux statistiques.

38 AFIC 118.05.001, Lettre du 1er février 1825 à l’abbé Mazelier.

39 Lettre du 21 octobre 1822 à Mgr Mannay, Ropartz, op. cit., p. 376.

Table des illustrations

Légende Gabriel Deshayes, né à Beignon (Morbihan) le 6 décembre 1767, décédé à Saint Laurent sur Sèvre (Vendée), le 28 décembre 1841.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/11321/img-1.png
Fichier image/png, 1,2M
Titre Les écoles noviciats secondaires des Frères de l’Instruction chrétienne en Bretagne en 1824
Légende Écoles Noviciats secondairesLe noviciat principal de Saint-Brieuc (fondé en 1819) fut transféré à Josselin en 1823.Les Frères s’installèrent à Ploërmel en novembre 1824 dans l’ancien couvent des Ursilines qui allait devenir la « maison-mère » de la congrégation.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/11321/img-2.png
Fichier image/png, 272k

© Presses universitaires de Rennes, 2000

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search