Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le Matin (1884-1944)

 | 
Dominique Pinsolle

Deuxième partie. Une « grande puissance » (1897-1914)

Chapitre V. « L’infatigable serviteur de l’intérêt public » (1903-1914)

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Avec la nomination de Maurice Bunau-Varilla, désormais propriétaire de 80 % du capital du journal, au poste de « conseiller politique », Le Matin entre dans une nouvelle ère. Sous sa direction (officieuse), le nouveau patron du journal suit la voie tracée par Poidatz. La popularité du titre n’est plus un objectif à atteindre, mais un capital à préserver et à faire fructifier. Cependant, Bunau-Varilla donne au Matin un ton de plus en plus arrogant et tapageur, au point d’abandonner ostensiblement le modèle d’une presse d’information neutre qui avait été à l’origine du « premier » Matin, vingt ans plus tôt. Cette nouvelle ligne est couronnée de succès : au début des années 1910, Le Matin est un grand quotidien très rentable, qui est parvenu à s’imposer dans le paysage médiatique français en cultivant son image de journal philanthrope et désintéressé.

L’offensive autopromotionnelle

À partir de 1903, Maurice Bunau-Varilla s’inspire de son prédécesseur pour accroître l’audience de son jour...

© Presses universitaires de Rennes, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540