Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le Matin (1884-1944)

 | 
Dominique Pinsolle

Première partie. L'échec commercial d'une feuille vénale (1884-1897)

Chapitre III. L’impossible redressement (1890-1897)

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Edwards est tout à la fois homme d’influence, maître chanteur et affairiste. Mais c’est aussi, et avant tout, un patron de presse à la tête d’une entreprise soumise, comme les autres, aux contraintes du marché. Or, au moment où le crédit du Matin vole en éclats, le journal est dans une situation financière très préoccupante. Attaqué de toutes parts, Edwards ne peut que constater les dégâts qu’il a causés à sa propre entreprise et doit se résoudre à abandonner l’affaire. Entre alors en scène un homme d’affaires totalement étranger au monde de la presse, qui cherche à investir la fortune qu’il a accumulée grâce aux chantiers du canal de Panama. Cet homme, c’est Maurice Bunau-Varilla, dont personne ne se doute alors qu’il puisse un jour devenir un des plus puissants patrons de presse français. En prenant le contrôle du Matin, Bunau-Varilla hérite d’un journal moribond qu’il entend cependant transformer en une grande entreprise.

L’échec d’un titre discrédité

Charles Edwards, actionnaire m...

© Presses universitaires de Rennes, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540