Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le Matin (1884-1944)

 | 
Dominique Pinsolle

Première partie. L'échec commercial d'une feuille vénale (1884-1897)

Chapitre II. L’officine d’Edwards (1885-1890)

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Alfred Edwards profite de l’éloignement progressif des bailleurs de fonds américains pour mettre la main sur Le Matin et en faire une feuille d’influence et de chantage. Entre fidélité aux principes du journalisme anglo-saxon et vénalité typique des pratiques d’une certaine presse française, Le Matin devient ainsi un journal iconoclaste à la réputation sulfureuse, dont le directeur espère agir impunément en restant proche du pouvoir.

La prise en main du Matin par Alfred Edwards

L’épreuve de force engagée par l’équipe dissidente du Matin français porte ses fruits. Après le conflit, les Français occupent effectivement une place beaucoup plus importante au sein de l’entreprise. Le conseil d’administration, uniquement américain lors de la constitution de la société, est composé en mars 1885 de trois Américains (Hopkins, Ives et Payne) et trois Français (Maurice Denécheau, Antoine Blanc et Alphonse Duchemin, un « très grand ami d’Alfred Edwards1 »). Bien que Kelly estime que les Américains...

© Presses universitaires de Rennes, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540