Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le Matin (1884-1944)

 | 
Dominique Pinsolle

Introduction

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Le Matin, quotidien collaborationniste interdit à la Libération, fait partie des journaux condamnés par l’Histoire. Il est resté dans les mémoires comme l’incarnation de la « presse pourrie » asservie à l’argent, le symbole de l’« abominable vénalité de la presse française » que dénonce L’Humanité dans les années 1920. Un nom lui est particulièrement attaché : celui de Maurice Bunau-Varilla (1856-1944), qui en est le patron tyrannique et mégalomane pendant plus de quarante ans (à partir de 1903). Ce dernier, parfois comparé à un « Citizen Kane de la presse française1 » a fait couler beaucoup d’encre ; son culot, son arrogance et son orgueil incommensurables stupéfient contemporains et historiens, qui se plaisent à rapporter telle ou telle anecdote alimentant la légende de l’Empereur de la Maison rouge (dénommée ainsi à cause de la couleur de l’immeuble du journal, boulevard Poissonnière).

La célébrité du personnage est telle qu’elle fait parfois oublier que Le Matin, lancé à Paris pa...

© Presses universitaires de Rennes, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540