Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Douarnenez de 1800 à nos jours

 | 
Jean-Michel Le Boulanger

Conclusion générale et perspectives

À la recherche de l’identité maritime, regards sur Douarnenez

Entrées d'index

Géographique :

France

Texte intégral

La « banalisation » d’une ville-port

Douarnenez avant 1850

1Petite trêve maritime de la paroisse rurale de Ploaré, Douarnenez devient commune en 1790. Avec ses 70 ha, c’est alors la plus petite commune du Finistère, en dehors des îles. L’activité portuaire y règne en maître. Douarnenez est en effet le port d’une baie poissonneuse permettant aux siens de vivre toute l’année. L’originalité n’est pas mince. Il s’agit même d’une exclusivité sur la côte bretonne. Ici, nul marin paysan. Tout l’espace de cette commune, peuplée en 1832, de 3 500 habitants, dont 600 pêcheurs, est organisé à des fins maritimes. Partout les odeurs, la saumure, l’huile de sardine, les bruits qui enveloppent espaces publics et privés. Il n’y a aucune segmentation fonctionnelle de l’espace, aucune rupture spatiale.

2Tout comme l’espace, le temps est alors rythmé par des pêches à la saisonnalité très marquée. Cette saisonnalité maritime est originale et ne saurait être comparée à celle des champs. Certes, des facteurs communs entrent en scène, liés aux saisons ou à la météorologie. Mais s’ajoute un autre phénomène, non maîtrisable comme les précédents, les caprices de poissons migrateurs dont personne ne parvient à comprendre les illogismes. Pourquoi déserte la sardine? Autre différence, tout aussi importante, l’abolition des coupures entre nuit et jour, en période de pêche. Quand le poisson donne, il faut sortir, très tôt dans la nuit, parfois tard le soir. La vie du marin n’a rien des régularités de la terre. « Vivre avec la mer, malgré elle et parfois contre elle, c’est toujours vivre à son rythme qui ne saurait être tout à fait celui des autres. » (Cabantous, 1986.)

3Récapitulons très synthétiquement quelques-unes des originalités repérées plus haut. Le temps est dicté par le travail du poisson comme l’aménagement de l’espace est imposé par l’activité maritime. Par ailleurs, l’isolement relatif se traduit par des pratiques religieuses parfois originales et la maintenance de fêtes non pratiquées alentour, avec une différenciation très marquée par rapport au voisinage. De nombreux critères démontrent que Douarnenez est alors une ville-port, vivant, sans prosélytisme, son identité maritime. Mais entendons-nous bien. Cette identité maritime, que l’on peut repérer là, ne concerne pas toute la population de la ville. Il n’y a pas de communauté douarneniste clairement marquée englobant tous les individus vivant sur ces parcelles de terre. Comment, en effet, unir d’un rapide élan les bourgeois des presses, parlant et lisant le français, assidus d’une Chambre de lecture aux écoutes du monde, parcourant déjà l’Europe littorale à la recherche de rogue ou de marchés sur lesquels écouler la sardine pressée, et les marins-pêcheurs qui s’entassent sur les ruelles sales du port? Même sol, certainement, et des revenus issus d’activités liées à la mer. Mais pour le reste? Ni la langue, ni l’organisation du temps, ni l’habit, ni les pratiques sociales ne les unissent en une entité commune. « Les lieux qui parlent ne le font pas de la même manière en fonction de l’âge, du sexe… ou de l’activité professionnelle. » (Claval, 1993.) Seuls ces marins-pêcheurs, que rien ne distingue, forment, ensemble, communauté. Élargir celle-ci aux confins de la ville serait illusoire et mensonger.

Les ruptures de la révolution industrielle

4Un demi-siècle après l’invention de Nicolas Appert, les conserveries arrivent au bout de la terre, en 1853. Les Nantais, alors, mènent la danse, et, à Douarnenez, ils s’appellent Clairian, Lemarchand et surtout Chancerelle. C’est le début d’une extraordinaire explosion aux répercussions multiples et profondes sur les terrains économiques, démographiques, urbains. En quelques décennies, Douarnenez se transforme en une ville industrielle. Et tout change. En 1850, la ville compte 3 952 habitants, 12 865 en 1901. Une population jeune, grouillante, s’agglutine, dans des conditions d’hygiène déplorables, au plus près de l’eau. Elle provient des campagnes du Porzay et du cap Sizun. En 1876, 24 % des Douarnenistes sont nés hors de la ville dont 877 dans les communes limitrophes. Sur 3 200 inscrits maritimes, 1200 sont d’origine paysanne.

5Le sens premier de Douarnenez en ces années de révolution, reste, toujours aussi nettement, marqué par la présence de la sardine. C’est elle qui justifie ces chaloupes, de plus en plus nombreuses. Et cette quarantaine d’ateliers de conserveries qui ouvrent leurs portes. C’est elle aussi, et ses congénères des autres espèces, qui scandent le temps. L’espace comme le calendrier restent tributaires de leur bon plaisir. Ces deux marqueurs d’identité, gestion du temps et organisation de l’espace, sont fondamentaux. Ils pèsent sur tous les autres. Notons également deux phénomènes, partout rencontrés en ces décennies de mutations: les recensements de la population, qui marquent, administrativement, l’appartenance à une entité particulière, et l’élaboration du cadastre, qui borne un espace territorial. Être Douarneniste prend un sens administratif et juridique nouveau (Anderson, 1996).

6Cette communauté maritime, sardinière et artisanale, qui s’entasse sur le port, parle le breton et « fait ses Pâques ». En 1902, d’après le curé Auffret « la paroisse de Douarnenez est une paroisse absolument bretonne bien qu’en ville. Elle ne ressemble à aucune autre ville, ni à Brest, ni à Morlaix, ni à Concarneau. Sur 14 000 paroissiens, 12 000 sont bretons bretonnants et 2 000 français. Le dimanche, quatre des cinq messes sont dites en breton. Un cours de catéchisme sur deux se déroule en breton. Dans les bateaux, dans les usines, dans les ateliers, dans leurs jeux, dans l’intérieur des familles c’est toujours le breton. » (Le Doaré, 1990.) Et en 1909, 95,68 % de la population « fait ses Pâques », quand ils ne sont plus que 58,32 % à Concarneau.

7Isolée et éloignée, repliée sur sa baie fondatrice, Douarnenez devient, quand les assauts de la modernité se font sentir, un conservatoire de tradition. Le maintien durable des bénédictions de la mer, la pérennité du carnaval, très prisé, jamais interrompu, en sont deux signes, puissants et évocateurs.

8Si, jusqu’alors le regard porté sur la mer est exclusivement économique, nourricier, tout change à partir de 1863. Hasard des dates: c’est en 1863 que Baudelaire, dans Le peintre de la vie moderne aurait lancé, pour la première fois, le terme de modernité (Jacques Le Goff, 1988). La période connaît en effet une évolution considérable. Voici en effet avec le rail, de drôles de citoyens, les artistes. À la suite de Lansyer, le découvreur, une nombreuse colonie s’abat sur Douarnenez qui invente un nouveau regard, une nouvelle relation à l’élément maritime. La mer devient décor, spectacle. On la regarde sans y travailler. C’est la naissance, locale, de la notion de paysage, et, ici comme ailleurs, les parents sont étrangers. Cette mer, que l’on scrutait afin d’en mesurer les risques ou les ravages, est regardée aujourd’hui pour des vertus esthétiques. La mer était calme ou forte. Elle devient belle. Signification qui change, utilisation aussi. Voilà que les marins qui, seuls, se confrontaient à elle, sont accompagnés de touristes, qui la regardent et l’apprécient. Des acteurs et puis des spectateurs (Knafou, 1992). Ainsi, Douarnenez s’intègre au monde, accueille, pour chaloupes et fritures, une population rurale, et, sur ses plages, quelques artistes et touristes.

9Le puzzle de l’identité locale qui s’enrichit alors, le fait par addition et non par communion. Le langage n’est pas le même chez Wenceslas Chancerelle ou René Béziers et chez la foultitude de ces marins confrontés aux désertions de la sardine. Pas de culturalisme. Pas de simplification. Pas de communautarisme qui écrête les aspérités et gomme les différences. Des espaces de vie, des territoires même se superposent parfois. Mais celui de l’industriel n’est pas celui du marin. Celui du commerçant, ou du touriste, est autre encore. Celui de l’homme n’est pas celui de la femme. Ces territoires ne coïncident pas. Douarnenez est alors fruit de la diversité. Ne l’oublions pas. Pas de communauté maritime se reproduisant au fil des décennies. Non, une ouverture, un appel aux populations voisines, des mélanges et des métissages. Douarnenez se construit, là, de mille apports, de mille origines, dans la diversité du mouvement. Douarnenez est fruit du cosmopolitisme. Les paysans du Porzay enfantent des Seigneurs de la mer. La généalogie de ces derniers montre combien leurs racines sont paysannes. Inavouable. Alors, soyons nets: la notion de Douarnenez, sorte d’identité primordiale qui parcourrait les siècles, forte de son noyau dur d’authenticité salée n’existe pas. La construction est permanente, le xixe siècle fondateur, et la revendication récente. Elle peut même être datée aux années 1970.

L’entre-deux-guerres : adaptation et résistance

10Le xxe siècle commence dans les drames. À partir de 1902, la crise sardinière. Ensuite la guerre. Autant dire qu’en 1920 Douarnenez aura basculé dans un nouveau monde.

11La réponse à la crise sardinière est multiple. C’est la fin de l’homogénéité des flottilles. La pêche au thon, au maquereau, ou à la langouste se développe, ainsi que l’usage des palangres. La communauté des pêcheurs s’adapte et s’arc-boute sur son organisation artisanale. Par le nombre de ses marins, par l’originalité du travail des femmes qui, ici, sont des ouvrières, par l’inextricable réseau de solidarités manifesté par le système de quirataires où les patronnes de bistrots ont une influence forte, l’écheveau social a des mailles particulièrement serrées, et, surtout, homogènes. Et quand le groupe doit manifester sa cohésion, sa force, cela donne les grèves de 1924, grand moment de l’histoire sociale et politique. Une autre altérité s’impose alors, en un registre différent des paysans, l’usinier. Altérité classique, en monde industriel, plus forte ici en l’absence de classes sociales intermédiaires. Le château du négociant est là, tout près, ourlé dans son parc et son mépris pour des femmes exploitées comme au xixe siècle. La troupe, souvent réquisitionnée, prend ses habitudes en cette ville qui hérite, comme quelques autres, d’une image d’insoumise, de foyer révolutionnaire aux agitations spasmodiques. Il n’en reste pas moins que l’identité de la ville, déjà morcelée, se fracture encore davantage. Les différences, hier existantes, sont maintenant organisées, orchestrées. Lors des élections municipales, on ne s’adresse pas aux Douarnenistes, mais aux camarades ou aux braves gens. Comment parler encore de communauté?

Le basculement des années 1950

12Après la Deuxième Guerre mondiale, toutes les résistances mises en place explosent. Le chalutage hier énergiquement refusé s’impose, bien après Lorient et Concarneau. Par défaut. Le chalutage attire les plus jeunes. Mais le nombre des inscrits maritimes fond comme neige au soleil. 3 500 en 1938, 2 100 en 1954, 1 000 dans les années soixante-dix. L’émigration, le commerce, l’off shore, la Royale attirent plus que la pêche. Dorénavant, le temps est maîtrisé. Pas la météorologie, certes, mais le rythme des années. Le chalutage se pratique toute l’année et les pêches saisonnières deviennent secondaires. Temps maîtrisé, espace segmenté. L’ancienne osmose entre ville et port explose. Les automobiles, le froid qui permet la conservation du poisson et évite qu’il soit travaillé dès son arrivée en usine, permettent un éclatement de l’espace urbain. Lotissements et HLM se développent en périphérie du nouveau Douarnenez, né en 1945, qui englobe maintenant Ploaré, Tréboul et Pouldavid. Une, puis deux zones industrielles, des zones artisanales s’implantent également en périphérie. Les usines disparaissent des vieux quartiers et le tertiaire s’impose.

13Voilà aussi le nouveau port de pêche, tant refusé jadis, qui se construit au nord du précédent, au-delà d’une criée qui le sépare de la ville. Hier, le port grouillait au cœur de la cité, aujourd’hui, il est excentré, visuellement séparé, coupé de la ville. Le centre de gravité urbain se déplace. Le port est une zone industrielle comme les autres, déconnectée du centre urbain. En deux décennies, l’espace urbain se modifie totalement. La ville est segmentée, plurifonctionnelle, certes, mais aussi banalisée. Ce n’est plus une ville-port, mais une ville où existe un port de pêche.

14Deux phénomènes majeurs symbolisent les années d’après-guerre. Le temps et l’espace ne sont plus imposés par une contingence supérieure, qui s’appelait la sardine. Ils sont maîtrisés. Si l’on considère qu’il s’agit là des deux marqueurs principaux de l’identité autant dire que celle-ci s’est banalisée.

Aujourd’hui, une identité maritime?

« J’aimerais qu’il existe des lieux stables, immobiles, intangibles, intouchés, et presque intouchables, immuables, enracinés; des lieux qui seraient des références, des points de départ, des sources. »
Georges Pérec, Espèces d’espaces

15Les économistes peuvent mesurer les emplois et les pouvoirs d’achat, les démographes préciser le vieillissement ou l’émigration, les sociologues développer les évolutions des pratiques de loisirs… Malgré ces enseignements, leurs vérités et lumières, nous ne pourrons jamais nous targuer de connaître l’identité d’une ville car elle est aussi part d’ombres et de rêves, images et souvenirs, intuitions et odeurs. Chacun porte en lui cette identité imaginée, cette identité imaginaire.

16Bien sûr, la proximité du quotidien crée des approches communes. La vie d’une cage d’escalier, d’un lotissement ou d’une ruelle sombre des vieux quartiers est fondatrice de souvenirs partagés. Plus dilués d’ailleurs aujourd’hui qu’hier, quand lieux de travail, lieux de vie, lieux de loisirs ne faisaient qu’un. Quand l’étroitesse des murs et la promiscuité, voire l’entassement, rendent public tout écart privé. La dispute familiale, le verre de trop, les invités d’un soir, les frasques d’un enfant, tout était, immédiatement, entendu et mille fois répété. À Douarnenez, comme en tout quartier ouvrier de cet occident industriel né au xixe siècle. Évidemment, des camps pouvaient s’affronter. Daniélou, le radical, l’anticlérical, n’est pas Wenceslas Chancerelle, le porteur de bannière. Le Flanchec n’est pas Béziers. Les schismes du monde ont ici traduction qui peut, comme ailleurs, être terrible. Quand le dénonciateur et le futur déporté vivent dans la même rue. Quand leurs fils se croiseront et se salueront, l’un, l’âme entachée à jamais, l’autre le cœur brisé, tous deux victimes des infamies et des lâchetés. Quand les salauds et les héros se côtoieront au quotidien. Même boulangerie, même boucherie. Même trottoir, même rue, mêmes références. Deux mondes séparés par la haine, par une conception de l’honneur, ou par la dignité, tout simplement. Tout les sépare, jusqu’à la mort. Ces deux mondes forment pourtant même ville, et chacun des deux belligérants se dit, se vit, de cette même entité. Au nom, justement, de ces événements partagés. Au nom, aussi, de ces petits tas de secrets, ces non-dits, ces opacités, épaisseurs de confidences, rumeurs ou suspicions, regards en coin et silences, que porte en elle chaque communauté. La clarté et la transparence de toute chose, parfaitement lisibles par l’autre, annuleraient ce poids des ans, les fatras de l’histoire qui colorent les lieux de couleurs toujours différentes et jamais anodines.

17Ainsi chacun est de Douarnenez. Certains sont les héritiers des femmes d’usine qui portaient le drapeau rouge de leurs misères. D’autres descendent des usiniers rassis et dédaigneux de l’entre-deux-guerres, profitant jusqu’à l’outrage de la sueur et des peines des filles, des femmes, des cheveux blancs de la friture. Mais l’héritage est unique. L’usine réunissait, comme le port et les quais aussi; les lieux partagés, les odeurs et les couleurs, les rues et les nuages. Ils étaient, ils sont de Douarnenez, au nom de ces territoires partagés. Pas de communauté unique, englobante et réductrice, mais un territoire.

18Le jeune Douarneniste de cette fin de siècle partage nombre de références avec son contemporain de New York, de Londres ou Moscou. Références sportives ou culturelles; accès aux médias, aux jeux des images virtuelles; musique et cinéma… Nous sommes écartelés entre l’universel et le particulier. Une mémoire collective mondiale émerge sous nos yeux, à travers des images, vues, assimilées, imprimées par la planète entière. Depuis l’assassinat de John Kennedy, le mouvement est constant. Que dire de la mort et des funérailles de Lady Diana Spencer? Cet embryon de culture et de mémoire globale gagne chaque jour du terrain et notre identité évolue à ce rythme nouveau, au temps du monde fini…

19Ainsi, une histoire se termine à Douarnenez, depuis une ou deux décennies. Douarnenez, port de la baie devenue capitale de la mise en boîte de sardines s’avance face à des avenirs incertains. L’agglomération continue à perdre de la population. De 24 000 habitants en 1911, elle est aujourd’hui descendue à 16 700. Et que dire du vieillissement, mal endémique. Par évolution purement mécanique, la population va continuer à diminuer dans les années à venir.

20Alors que toutes les traces du passé maritime s’effritent peu à peu, la mer, en ses pratiques diversifiées, s’impose, comme jamais, sur le devant de nombreuses scènes. C’est Le Grand Bleu, Thalassa en prime time, le Commandant Cousteau dont la popularité n’a jamais été démentie, le succès de Douarnenez 86, 88, de Brest-Douarnenez 92, 96 et 2000. L’essor, considérable, de la plaisance.

21À Douarnenez, les aménagements urbains portent témoignage de ces mutations. Les sentiers côtiers, qui permettent de longer, de manière ininterrompue, les bords de la baie. Le port de plaisance et les infrastructures nombreuses liées aux plaisirs de la voile. Un centre de thalassothérapie, qui illustre l’utilisation de la mer à des fins médicalisées. Le musée du bateau puis le Port-Musée, créé en 1993. Les plages, la planche, les jeux issus d’une nouvelle culture mondiale des bords de mer, surf ou body board… Jamais tant d’activités liées aux pratiques maritimes n’ont été présentées, alors que s’écroule le port de pêche. Le temps de la mer exclusivement nourricière est révolu. Voici le temps de la mer aux couleurs de la diversité.

22Peut-on encore parler d’identité maritime? Non, évidemment. Aucune des principales marques de fabrique, endogène ou exogène, d’une identité ne transparaît plus. Le temps et l’espace, maîtrisés, banalisés. La mer, hier encore espace de liberté pour nos marins qui exerçaient leur flair de Mauritanie à la Gambie ou au Vénézuela, est aujourd’hui corsetée, contingentée, de plan Mellick en emprunts bancaires en passant par les quotas de pêche. La langue est le français. Peut-on même parler de communauté? Non, tout aussi évidemment. Douarnenez, comme toute ville, est une société mouvante et hétéroclite. Seule attache commune, nous l’avons dit, le territoire partagé. Ce n’est pas suffisant.

23Et pourtant, alors que rien ne différencie plus, en profondeur, Douarnenez d’autres villes des bords de l’eau, jamais l’affirmation d’une originalité absolue ne s’est tant fait entendre. Les mythes du passé viennent au secours d’un présent dilué et d’un avenir angoissant. Plus la réalité perd de ses couleurs, plus celles-ci sont affirmées. Comme le patrimoine, comme le territoire, l’identité est, bel et bien, une construction.

24Les deux racines, matérielle et idéelle, de l’identité semblent se répondre. Quand l’une fléchit, l’autre surgit. Quand l’une défaille, l’autre s’affirme. L’identité territoriale ne se limite pas seulement à un constat d’existence, elle est aussi création, redécouverte, d’autant plus florissante que le substrat primitif s’appauvrit. Les dérives sont d’évidence. Passant de l’histoire au mythe, du légitime souci de soi et de son originalité à la quête acharnée du détail, dans un inventaire presque névrotique de ses spécificités réelles ou espérées, l’identité se pare des plumes du paon. Mais il n’y a plus que les plumes. La chair a disparu. Ainsi, tandis que l’infrastructure de la localité se dissout, ses dimensions symboliques, idéelles ou politiques, non seulement se maintiennent mais se renforcent dans une tentative désespérée d’affirmation, envers et contre tout, de soi. « La loi des rapports invisibles » disait Paulhan. L’idéologie territoriale survit à l’effondrement de l’instance géographique et économique qui l’avait produite. À la fin, à la toute fin, reste le verbe. L’affirmation. Le nom, Douarnenez, porté en étendard. Douarnenez 86, Douarnenez 88, 96, 98 ou 2000. Douarn’, pour les plus jeunes, diminutif revendiqué, faisant de la ville l’unificateur de toutes les différences. Car quand il n’y a plus rien, il reste le nom, la nostalgie qu’il promène et les mythes qu’il charrie. À la toute fin, reste le verbe, encore et toujours fondateur, nourri à l’envi de ces livres, articles, études sur le parler qui, tous, véhiculent ce mythe communautariste d’un Douarnenez éternel. Douarnenez est aujourd’hui une « communauté imaginée », une communauté maritime rêvée. Certes! Mais l’imagination aussi est constituante, productrice, créatrice. Reprenons Paul Veyne et ce « pouvoir divin de constituer, c’est-à-dire de créer sans modèle préalable » (Veyne, 1992) qu’il confère à l’imagination constituante. Dans ce grand processus de subjectivation que connaît la ville depuis une vingtaine d’années, une cité est refondée autour, non seulement d’une sardine bien matérielle, mais d’une représentation, d’un imaginaire, d’une vision de soi, fruit de la nostalgie et des craintes du présent. « L’imaginaire, ce n’est pas l’irréel, mais l’indiscernabilité du réel et de l’irréel. » (Gilles Deleuze, cité par Bayart, 1996.)

25Le douarnenisme n’est en rien une identité primordiale qui traverse les épaisseurs du temps. Cette idée de communauté aujourd’hui fortement médiatisée, les « Penn Sardinn », « le douarnenisme comme ON cause », laisse entendre que chacun ici appartient à un ensemble, un agrégat, qui lui dicterait des parts importantes de ses réactions, de ses approches. Cela ne résiste à aucune analyse. Mais pourtant, là encore, le discours fonde. Car l’identité est une chose, le sentiment d’identité en est une autre. Le Douarnenisme n’est pas une « identité primordiale » mais une identité ressentie, par certains, comme primordiale. La « conscience de communauté » est réelle. Nous nous identifions. Au nom d’une lecture biaisée d’une histoire imaginée nous inventons cette communauté idéelle et idéale. Nous produisons une identité. À l’heure de l’indétermination, de la fragmentation, de la multiplicité, nous exprimons une illusion de totalité, de cohérence. Nous énonçons. En cela, rien de bien étonnant. Le nationalisme est fait de ces ressorts puissants qui plongent dans le passé pour en extraire des mythes de certitudes. L’englobant n’est pas de l’ordre de l’intelligence mais de l’émotion et du rêve (Debray, 1998). Ainsi, nous façonnons une représentation de la ville qui se veut originelle, se nourrissant de la terre, de la culture et du sang. Mais de ces trois facteurs, seule la terre est tangible. La culture engendre un culturalisme bien discutable et le sang une généalogie de pacotille. Les seigneurs de la mer sont nés à Pouldergat! Reste donc le nom, nous l’avons dit, qui se fonde sur la terre. Seul unificateur. Seul trait d’union. Le fait de vivre ici et non là-bas.

Il n’y a pas d’origine

26Dans ce grand chambardement qui frappe nos sociétés, la recherche de l’amer est au cœur des préoccupations. Amer identitaire qui donne certitudes et repousse l’angoisse. L’uniformisation mondiale des référents, l’hégémonique marée des producteurs de signes qui enfle sans cesse, s’opposent, chaque jour, aux résurgences nationalistes ou néotraditionalistes. Problème pour les constructions identitaires: on sait combien les stratégies identitaires, conduites par des acteurs identifiables, s’appuient sur la relation à l’Autre. Pour Jean-François Bayart, l’inimitié ressentie à l’égard de l’Autre s’impose à la solidarité de base qui unit un groupe. Elle en est un élément constituant majeur (Bayart, 1996). Dorénavant, dans le cadre de l’émergence de ce territoire-monde, qui n’a pas de concurrent, où trouver des sociétés voisines et rivales?

27Chacun oscille entre deux tentations:

  • Le syndrome identitaire qui, par un travail conscient de quelques-uns, de surdétermination des racines, du patrimoine, vise à définir une identité à travers une essence originelle maintenue à travers le temps. Cette tentation peut vite dériver vers l’apologie de soi et la haine de l’autre. Douteux.
  • L’idéal du cosmopolitisme aplanissant les différences dans un melting pot généralisé profitant, là encore, à quelques-uns. Du discours d’universalité des Droits de l’Homme aux menées concrètes des grands médias planétaires, cette identité-monde progresse chaque jour. Cette tentation peut vite dériver vers l’oubli de soi. Moins méchant mais également douteux.

28Et voguent nos esprits, happés par les pluri-appartenances.

29Ainsi, en l’individu d’aujourd’hui se superpose une grande variété d’identités. « Impossible de le priver d’une partie de lui-même sous peine de le priver de sa contemporanéité ou de son caractère d’être historique. » (Saez, 1995.)

30Entre les deux tentations, nos cœurs balancent. L’exemple de Douarnenez est à cet égard intéressant car il montre la complexité de tous ces phénomènes: il n’y a pas d’identité originelle et les références au passé sont, dès lors, sujettes à caution. Allons plus loin: il n’y a pas d’origine, les historiens le savent. Il y a mouvement permanent. Quel que soit le moment où cette ville est étudiée, nous voyons une population qui bouge, une identité fragmentée, en évolution continue. Rien n’est figé, jamais. Tirons donc un trait sur les fantasmes du culturalisme.

31Nous voyons aussi une ville qui évolue au rythme d’une société qui l’englobe. Les particularismes existent, évidemment, mais ne sont pas uniques fondateurs d’une identité. Les entités géographiques sont poreuses et subissent mille influences. Leurs singularités bénéficient, pour se maintenir, du travail concret de volontés. Il n’y a pas d’ordre naturel et intangible des choses. La Bretagne d’aujourd’hui est à la fois héritage et volonté. Pas immanence. Mais ni la Bretagne ni Douarnenez ne sont isolats échappant aux mouvements du monde. Il n’y a pas d’identité originale et globale. Nous faisons nôtre l’idée développée par Édouard Glissant de la racine en rhizome qui dépasse, et de loin, la racine unique, engendrant une identité globalisante, totalisante et même, disons-le, totalitaire (Glissant, 1997).

32L’identité de chacun est faite des mille segments de ces racines ébouriffées. Le pied unique est non seulement leurre, il est danger. Issu de ces vagabondages foisonnant, chacun, pour en rester aux métaphores végétales, s’épanouit alors en de multiples et souples branchages. Le tronc unique résultant d’une racine unique, ensouché en une terre unique, est à la fois mythe, rêve et cauchemar.

33Il en va de même pour une ville. Rien dans son histoire ne justifie l’idée d’une racine unique. Son identité est engrossée de mille ruisseaux aux cours bien fluctuants. Nous avons vu combien la population de Douarnenez va et vient, combien les couches sociales s’y opposent et s’y fragmentent, dans un mouvement permanent qui subit à tout moment les variations du monde.

34Il n’en reste pas moins que si l’identité est faite de ces libres rhizomes, le sentiment d’identité est patent. Variable, imprévisible, mais patent. Basé sur un territoire et sur les traces qu’il porte. Reprenons Glissant: « La pensée de la trace fêle l’absolu du temps… La pensée de la trace s’appose, par opposition à la pensée de système, comme une errance qui oriente… » Douarnenez porte ces traces qui orientent. Les traces issues de l’histoire et de la mémoire, qui sont l’une et l’autre des constructions, toujours inachevées, en mouvement. La trace repérée, la trace interprétée, la trace qui est grossie et celle qui est gommée, la trace oriente, oui, oriente et, par là même, fonde ce sentiment d’identité collectivement ressenti.

35Ces traces protéiformes sont faites de tous les marqueurs d’identité; phénomènes sociaux, religieux, culturels… Certaines s’effacent quand d’autres durcissent et se figent. À Douarnenez, ces traces maritimes sont, aujourd’hui, d’autant plus mises en valeur que s’effondre le port…

36Ainsi, pour en conclure sur cette métaphore végétale proposée par Glissant, prolongeons son propos et considérons que si l’identité dispose bien d’une racine en rhizome, sa croissance mouvementée la fait roseau et non chêne. Au nom du temps qui passe, au nom de l’histoire, au nom de l’évolution qui bouscule et anéantit parfois les certitudes d’un jour dans les tombeaux de l’oubli, au nom, également, de ce sentiment qui transcende tous les aléas des siècles et qui fait qu’aujourd’hui comme hier, ses habitants se disent Douarnenistes. L’identité ne casse pas, elle change, fait le gros dos et, de nouveau, bombera bientôt le torse. Elle est roseau, pliée par le vent, courbée par la pluie ou dressée, victorieuse, sous le soleil de ses certitudes. Elle ne sera jamais de ce bois qui casse, qui rompt et qui trépasse, de ces chênes qu’on abat…

37Alors, racines multiples, oui! mais parure souple…

38Douarnenez fut une ville-port, donc une ville portuaire. Elle était alors ville maritime et les siens seigneurs de la mer. Ils se la coltinaient, cette mer aimée et haïe à la fois, dans un combat sans fin, à la vie, à la mort. La mer était la vie, par les poissons qui faisaient richesse, mais la mort aussi, par les vies qu’elle volait. Aujourd’hui, trois ports existent, évidemment, mais la ville ne prend plus la mer, elle la regarde, en a besoin. Ce besoin de mer, évoqué par Hervé Hamon (Hamon, 1997). Douarnenez est devenue, au fil des décennies, une ville des bords de mer. Humblement. Tranquillement. Les naufrages et les larmes se font rares, même si, trop régulièrement encore, ils écorchent les cœurs. Pour l’essentiel, la mer n’est plus synonyme de vie, n’est plus synonyme de mort. Le problème de la ville n’est-il pas de ne l’avoir totalement accepté? Occasion de vérifier, si besoin était, le propos de Fernand Braudel « convaincu et effrayé du poids énorme des origines lointaines. Elles nous écrasent. » (Braudel, 1986.) Cela ne veut pas dire, ajoutait-il, « qu’il faille tout attribuer au passé, à cette genèse compliquée de la France. Ce serait l’extraire, ni plus ni moins, de sa géographie, de son espace, la déspatialiser. Et ce serait absurde. » Fernand Braudel a raison, évidemment. Les espaces bougent sans fin. Mais le fait est là, Douarnenez s’est longtemps, longtemps, exclusivement vécu port de pêche quand les ressources du port ne suffisaient plus, loin s’en faut, à la nourrir. C’est pourquoi peut-être, pour paraphraser Milan Kundera parlant de l’Europe, est Douarneniste celui qui a la nostalgie de Douarnenez…

Risques pour les temps-avenirs

39Trois grandes évolutions touchent actuellement les fondements même des identités. Trois évolutions dont les effets se feront longtemps sentir sur nos villes et nos territoires. Tentons une prospective.

La relation au sol et l’approche de la ville

40Depuis quelques années, la ville classique éclate, engendrant un ensemble polynucléaire, privé de centre, au sens habituel du terme, et Douarnenez fait de même, sous nos yeux. Quand le citoyen devient usager, la ville explose. « L’homme vit plus qu’une ville, des villes. » (Dumont, 1994.) À son ancien fonctionnement multimodal, Douarnenez ajoute des complexités nouvelles. Le Douarneniste vit Douarnenez, mais aussi les hypermarchés et les principales rues commerciales de Quimper. Et cela change tout. Les éléments traditionnels des centralités, et, en premier lieu, une certaine typologie des fonctions commerciales, se vivent aujourd’hui, de manière massive, à Quimper, distante de vingt kilomètres. Nous devrions écrire distante de vingt minutes, tant les distances, aujourd’hui, se mesurent en temps. Ainsi, deux forces complémentaires tordent les liens entre les Douarnenistes et leur ville. Par les premières, la population consomme plusieurs villes et principalement un binôme Quimper-Douarnenez, pour le travail, le loisir, les achats. Le port lui-même multiplie les relations, souvent sous dépendance, avec Quimper ou Le Guilvinec. Voilà pour les forces centrifuges. Mais la population se retourne aussi vers le cœur de sa ville, le centre ancien, le port, lieux de fêtes, de moments partagés. Les forces centripètes. Villes plurielles, d’un côté, ville singulière, de l’autre, à laquelle l’homme est lié d’un attachement affectif (Dumont, 1994).

41Anne Cauquelin va plus loin encore: « La ville passe du statut de réalité à celui d’une mise en image, d’un passage au virtuel, où se reconstruit une réalité du second degré, à travers les techniques de communication. » (Cauquelin, 1994.) Quand le citoyen devient usager, la ville explose et, de territoire, devient scène.

42Ainsi, parmi les éléments qui instituent la ville d’aujourd’hui, retenons-en deux, qui trouvent, à Douarnenez, parfaite illustration: « Le sens du vivre en commun », à savoir le sentiment d’identité collective, « une certaine sacralité », qui, jadis, s’illustrait dans les palais et les temples, et qui, aujourd’hui, se manifeste dans le sens de la fête, la convivialité… (Claval, 1994).

43Cette mutation s’accompagne d’une mise en spectacle qui, du Port Rhu rejoint les églises et chapelles illuminées, ou le Rosmeur, via des rues semi-piétonnes. Des traitements particuliers segmentent les espaces, entre ceux qui sont touchés par le doigt de la grâce, et pourront, soit dit en passant, entrer dans l’ère du tout-tourisme, et ceux qui sont abandonnés à leur sort. Les tristes survivants, inavouables et passe-partout, des temps de la banalité, qui ne méritent ni les mises en lumière, ni les mises en scènes. Simples lieux d’habitations, ils cultiveront les traitements de la simplicité, macadam du pauvre et éclairage commun. Les traitements de l’anodin. Comme dans les musées, le pas du visiteur sera guidé, et une sélection de quartiers et de rues visitables lui sera imposé. Que l’on me comprenne. Il ne s’agit pas de dire que Douarnenez ne vivra que du tourisme. Non, la ville gardera à l’évidence des fonctions portuaires et industrielles. Mais elle sera intégrée à un vaste mouvement, qui sous le nom de mondialisation ou de patrimonialisation, qui vont de pair, fait de l’homme un touriste, en itinérance. « L’avenir de l’homme, c’est le tourisme, affirme Alain Finkielkraut, le tourisme ou la barbarie » (Finkielkraut, 1997). Regardant l’évolution de la planète, on mesure combien le propos est tout sauf anodin…

44Cette évolution aura influence sur toutes les villes, les lieux, les aménagements. Douarnenez est, en cette voie, bien engagée. Notons d’ailleurs qu’en ce tourisme dominant, la saisonnalité est bien marquée. Retour de balancier. Le temps de la nature, jadis temps du poisson historique, la sardine, donnait primauté aux pêches estivales. Ce temps a été transcendé, aboli, par les mutations du siècle. Et voilà que le marché dote quelques régions du monde, dont la pointe bretonne, d’une saisonnalité nouvelle, celle du tourisme, qui, à Douarnenez, déserte, comme la sardine, à la Saint-Michel. Étonnant clin d’œil, c’est toujours l’été que les quais s’emplissent des mouvements et des bruits. Hier, le temps venait de la mer et, l’été, il s’emballait. Aujourd’hui, le temps vient de la terre, des marchés et des techniques, et, l’été, il s’emballe toujours. Hier, à l’épaule, un filet. Aujourd’hui, un appareil photo. Pour filmer la nostalgie du filet oublié. Mais le fait est là, la saisonnalité d’aujourd’hui épouse la saisonnalité d’hier…

45Sous l’œil du caméscope ou de l’appareil photo, de périmètres protégés en acquisition du Conservatoire du littoral, en passant par les espaces muséifiés, des territoires se figent. La notion de patrimoine s’élargit, qui, depuis les monuments, intègre des espaces alentour, jusqu’aux champs de vision et aux perspectives. Douarnenez n’échappe pas à la règle nouvelle. protection des monuments classés, Zone de Protection du Patrimoine Architectural et Urbain, acquisition du Conservatoire… Un aspect de cette évolution mérite d’être analysé: sa confrontation avec d’autres trajectoires de notre société, qui fait de nous des nomades, dans ce monde en réseau.

46Il y a concordance de temps, au-delà des rimes, entre mondialisation et muséification. Que cache cette concordance? Quel avenir nous réserve-t-elle? Nous sommes et nous serons nomades, demain plus qu’aujourd’hui. En mouvement, en itinérances. Il y aura des lieux d’attirance et des lieux de nostalgie, quittés pour un emploi, pour la durée d’une vie active. Tout laisse à penser que Douarnenez verra partir grand nombre des siens. À la journée, vers Quimper. À la semaine parfois. Pour une vie de travail, aussi. D’autres viendront, en visite. À la journée eux aussi, ou à la semaine, pendant vacances ou retraite. En cet âge de tout chambardement, de mouvements et d’itinérances, ces lieux-territoires seront-ils appelés à bouger, eux aussi, ou à se scléroser dans le souvenir et la nostalgie. Les marins qui quittaient le port semblaient satisfaits de le retrouver, immuable. Sécurisant. Les nomades de demain ne rechercheront-ils pas à Douarnenez une image ressemblant à leurs songes d’enfants? N’irons-nous pas vers des lieux et des non-lieux, suivant la proposition de Marc Augé, mais aussi vers une césure au sein des lieux entre ceux qui, intégrés aux mouvements des hommes, des marchandises et des capitaux, seront eux-mêmes en permanents mouvements, images fluctuantes et changeantes, aménagées et peut-être versatiles, et des lieux figés, hors des circonvolutions du monde, correspondant aux images anciennes, immuables et vénérées. Espaces louangés, coquilles initiales, immobiles comme l’immémorial, pour reprendre des expressions de Bachelard, qui parle de ces « corps d’images qui donnent à l’homme des raisons, ou des illusions, de stabilité » (Bachelard, 1994). D’un côté, les zones de contacts, en glissements permanents, éruptifs et féconds, de l’archipel mégalopolitain mondial dont parle Olivier Dolfuss (Dolfuss, 1999), où se densifient les trafics de tous les réseaux qui dansent autour de la planète, nourris de mille flux. Les villes en sont les nœuds, les têtes de pont. Différents moyens de communication s’y concentrent, matériels, immatériels. Les pieds, bien sûr, et les routes et les rails. Les flux aériens aussi. Et l’ensemble des liens à distance, téléphone, télématique, qui portent les voix et les images, les cartes bancaires et les informations, comme les décisions stratégiques, en un temps aboli. D’un autre côté, des zones protégées, recouvertes du voile opaque des souvenirs, image douce des paradis perdus, visités et respectés, comme le sont les rides des anciens. « Le “pays” constitue peut-être un indicateur fécond des petits arrangements avec la mort qui permettent de conserver, bon gré mal gré, une identité culturelle en phase avec le monde moderne. » (Faure, 1995.) Hier, nous vivions un espace isotrope formé d’éléments homogènes et bornés. Aujourd’hui dominent l’ouverture et la fragmentation. Des réseaux innervés qui s’inventent un futur et des territoires patrimonialisés qui s’inventent un passé mythifié. Voilà bien un risque majeur, pour les temps-avenirs. Le risque du repli d’une ville ayant existé, tonitruante et rebelle, de 1850 à 1960. Recroquevillée sur ce passé, elle en fera sa carte de visite au goût de cendre, autour d’une invention de patrimoine, ce nouveau « sacré laïque » dont parle Pierre Nora.

La relation au temps

47Jusqu’au xixe siècle, l’organisation du temps est un marqueur d’identité de tout premier ordre. Le temps du marin, qui ne connaît ni le jour, ni la nuit, n’a pas les régularités de la terre. Le temps du paysan, qui organise son année autour des semailles et des moissons, n’a pas les régularités de la ville. Le temps du commerçant, au rythme de foires et de marchés, n’est pas celui de l’artisan. Celui du bourgeois est autre encore, comme celui de l’ouvrier. Que dire du temps de la femme face à celui de son mari?

48Chaque village, chaque ville, vit ces différences, qui nourrissent les identités, les spécificités de chacun. Mais, sauf exceptions bien individualisées, le rythme des jours, des mois et des années s’impose à tous. Comme le climat.

49Notre fin de siècle connaît une évolution majeure dont les effets se feront très profondément sentir, tout au long des décennies prochaines. Le « temps mondial » impose son spectre. Ce temps du marché, de la communication instantanée, du CAC 40, d’Internet et de CNN, ne connaît ni les méridiens, ni le jour, ni la nuit, ni la pluie, ni le vent. La « nouvelle économie » se moque des découpages du temps. « Le temps est hors de ses gonds » lit-on dans Hamlet. Prémonitoire.

50Participer au temps mondial, se connecter à lui, c’est appartenir aux dynamiques de développement. Plus important que d’appartenir à un espace donné car la mondialisation se marque par la dévalorisation de l’espace et la valorisation du temps. Pour la première fois dans l’histoire, l’homme possède une adresse non localisée: son e-mail, déjà lisible à partir d’un ordinateur portable, demain accessible d’un simple téléphone, en n’importe quel point de la planète.

51À l’avenir, le développement de Douarnenez naîtra aussi de ces niches connectées, informées, liées au temps-mondial. Après la sardine, la souris…

52Paul Virilio va plus loin encore et son propos, à première vue iconoclaste, nous engage à réfléchir. Désormais, dit-il, le local c’est l’extérieur et le global, l’intérieur…

53Nous sommes abreuvés d’informations sélectionnées par les grands supports de communication. Un Breton d’aujourd’hui, s’il ne lit pas attentivement la presse quotidienne régionale, peut mieux « connaître » les soubresauts de la politique américaine que la vie du village voisin au sien. Pour l’habitant d’une grande ville, « la banlieue, c’est l’étranger ». À quelques kilomètres, certes, mais l’étranger… Alors que le Kosovo, aujourd’hui, fait partie de son quotidien.

54Charles-Pierre Péguy insiste sur la valeur du « potin » comme vecteur de construction des territoires… Mais la segmentation des lieux, les choix des médias et des grands réseaux planétaires, forgent des modes de vie où l’on ne potine plus avec ses voisins comme jadis. Et, effectivement, peu à peu, le local devient l’extérieur. Extraordinaire renversement, si lourd de conséquences sur les identités. À Douarnenez, qui ne connaît Monica Lewinsky? À Douarnenez, qui connaît les réalités économiques sociales ou culturelles d’Audierne ou de Châteaulin? Pire, dans les grandes villes, qui connaît ses voisins? On parle désormais de dé-territorialisation.

55Ainsi, le temps reste bien un marqueur d’identité, mais la dissociation est nouvelle: il y a ceux qui vivent aux rythmes du temps-mondial et les autres. Et les césures abolissent, en partie, les territoires.

La relation au changement

56Le temps de l’ordre s’achève, commence celui du changement comme catégorie centrale de l’expérience personnelle et de l’organisation sociale. Alliée à la crise du futur, cette permanence du changement entretient le complexe et l’incertitude.

57Les cadres logiques de l’identité sont battus en brèche par des contradictions, des antagonismes qui peuvent être profonds. Dans un monde en mouvement permanent, les risques sont grands pour les territoires de la nostalgie qui rêvent encore aux sardines. Aujourd’hui se figer, c’est se scléroser. Là réside l’enjeu majeur pour des villes comme Douarnenez, menacées par l’hypertrophie d’un passé sans fin revisité.

58Le monde est en mouvement et la défense d’une identité intemporelle devient, au mieux, dérisoire, au pire, dangereuse. On le sait, ici ou là, sur la planète. Chaque système ne dure qu’un temps… et l’idée d’un Douarnenez, donnée immanente, comme figée, est un leurre conduisant à une impasse.

59Les relations au sol et au temps qui évoluent se fracturent et se complexifient, la relation au changement qui s’intensifie, voilà trois socles de l’identité qui nous projettent dans une dynamique sans référence. Dynamique où l’imaginaire tient grande place. L’imaginaire constituant, suivant l’expression de Paul Veyne, qui illustre la formule d’André Breton: « L’imaginaire est ce qui tend à devenir réel. »

60Cet aspect primera demain, quand les marqueurs tangibles se seront trop morcelés pour rester fondateurs. L’immatériel prend la relève, et l’imaginaire comme la volonté, prennent le pas sur les critères précis, mesurables et sécurisants du passé. Nul doute qu’à Douarnenez, autour des grands mythes et des légendes qui s’ouvrent aux vents de la baie, autour de Tristan et de la ville d’Ys, autour d’un passé reconstruit et de mémoires mobilisées, des sentiments identitaires profonds continueront à s’enraciner avec passion. Le xxie siècle, n’en doutons pas, inventera de nouveaux Douarnenez…

© Presses universitaires de Rennes, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540