Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les éducateurs spécialisés : naissance d'une profession

 | 
Samuel Boussion

Table des matières

Chapitre I. La lente émergence de l’éducateur

L’ANEJI, une naissance dans le giron des services sociaux
De la nécessité d’un personnel spécialisé
Le creuset des centres d’accueil et d’observation (1940-1944)
Les assistantes sociales : un patronage encombrant ?
Un groupe professionnel sous influence
Sous l’égide de la coordination interministérielle
Entre public et privé, le poids des ARSEA
S’inscrire dans le « mouvement » de l’Éducation surveillée
Éducation ou rééducation : les voies de la spécialisation
Une neutralité religieuse opportune
Le poids du scoutisme
Le scoutisme et la rééducation, de paradoxe à recette miracle ?
Des têtes de réseaux

Chapitre II. À la recherche d’un modèle professionnel

Les cadres de la pratique quotidienne
La règle de l’internat
L’esprit de groupe
« Internat et esprit de famille »
Les contours du groupe professionnel à la fin des années 1940
Jeunesse du métier, métier de jeunes ?
L’empreinte des « chefs »
Des parcours bigarrés jusqu’au métier

Chapitre III. L’ANEJI ou l’esprit de corps

La profession comme famille
Une plate-forme de rencontres
Sociabilités militantes
L’organisation régionale : du « préfet » au « député »
Une ouverture internationale : l’AIEJI
Défendre la profession
Un pouvoir disciplinaire : le « fichier noir » des éducateurs
Une question d’image
La fiction de la famille professionnelle
La prééminence des directeurs
L’unité de la fonction éducative
L’éveil de minorités professionnelles

Chapitre IV. La profession contre les écoles ?

Une tentative avortée de diplôme d’État (1948-1954)
Les premiers projets de loi
La neutralité de l’ANEJI à l’épreuve
Le poids relatif des écoles
Les premières écoles de cadres
Une pénurie continuelle de diplômés
Le poids des stagiaires
Anti-intellectualisme et rééducation
Entre théorie et pratique, les écoles contestées
Une question emblématique : « le baccalauréat est-il nécessaire pour être éducateur » (1948-1951) ?
Face aux tentations savantes
Case-work, group-work... : un accueil mitigé

Chapitre V. « Salaire et dévouement »

Le statut à l’épreuve de la « vocation » (1950-1954)
La question salariale : un refoulement ?
Une certaine idée de la fonction
Les salaires : un souci pourtant fondateur
Salaires et prix de journée : les effets de la conjoncture
La réalité désenchantée du monde professionnel
Une instabilité chronique
Sécuriser la profession
Les accords de travail ARSEA-ANEJI ou le statut sans le diplôme (1954-1958)
Des accords a minima ?
L’impossible convention collective
Les ARSEA et l’ANEJI : face à face ou côte à côte ?
L’ANEJI face aux syndicats
Le repoussoir syndical
Une syndicalisation limitée
« C’est un chrétien ! C’est un hérétique ! C’est un juif ! C’est un syndicaliste ! »

Sources

Sources primaires
Entretiens
Archives
Centre des archives de la protection de l’enfance et de l’adolescence, Cnahes (Conservatoire national des archives et de l’histoire de l’éducation spécialisée et de l’action sociale), Anmt Roubaix
Sources imprimées
Revues professionnelles
Brochures, rapports, notes
Récits autobiographiques, mémoires, témoignages